1
AlessandraTrippetti Bisconti
Lingue e Culture Moderne, IIanno
Giornata di studio di venerdì 6 Febbraio 2015 – LUMSA Univ...
2
Donc il y a des littératures de langue française qui forment une « littérature du monde », titre
d’un manifeste ; aussi ...
3
On retrouve cette interrogation permanente sur l’altérité, sur le rapport à l’autre. Dans les débats
actuelles, sur le m...
4
Pour conclure, le professeur North, on a parlé du rapport entre la culture italienne et française.
L’Italie était un imp...
5
Monsieur Wismann, a commencé son discours d’un point de dépars, que selon lui, est l’évidence
que les langues, pour leur...
6
Il a renonce à cette tache vain de communiquer la philosophie d’une langue à l’autre. Il parlait
français couramment, le...
7
La conversation selon le professeur Wismann, produit un sorte d’électricité. Une électricité qui
réveille dans les autre...
8
L’apparence :
(fr.) / (all.)
- Dans la tradition français, on parle d’apparence - L’obligation d’écouter l’ordre et
- la...
9
La Langue
Français / Allemand
Rapports avec les autres.
..avec les langues
étrangers.
Faire effort à s’insérer
dans une ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conferenza Lingua Francese 06.02.15

84 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
84
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conferenza Lingua Francese 06.02.15

  1. 1. 1 AlessandraTrippetti Bisconti Lingue e Culture Moderne, IIanno Giornata di studio di venerdì 6 Febbraio 2015 – LUMSA Università Les Études Françaises face aux Cultures du Monde  Point Un : Xavier North (Délégué général à la langue française et aux langues de France, Ministère de la Culture et de la Communication) et répondant Giovanni Agresti (Università di Teramo) Le professeur Xavier North a parlé de la vie intellectuelle de l’Homme, qui cherche la communication à travers la langue et la culture. En premier lieu, Monsieur North on a parlé de l’importance de la langue et de la culture française en Italie en termes d’échange et de coproduction. Donc, comme première point, il a parlé des rapports entre les cultures française dans les monde. Il clarifie que il n’y a pas une seul culture française, une seul culture francophone à cause de la diffusion des cultures francophones hors de France, comme par exemple en Afrique.
  2. 2. 2 Donc il y a des littératures de langue française qui forment une « littérature du monde », titre d’un manifeste ; aussi avec des bibliothèques, des librairies qui sont progressivement fondée et lecteurs de plusieurs cultures. «Littérature-monde parce que, à l’évidences multiples, diverses, sont aujourd’hui les littératures de langue française de par le monde, formant un vaste ensemble dont les ramifications enlacent plusieurs continents. Mais, littérature-monde, aussi, parce que partout celles-ci nous le monde qui devant nous émerge(…).» (Manifeste publié dans le journal Le Monde, 2007) http://www.lemonde.fr/livres/article/2007/03/15/des-ecrivains-plaident-pour-un-roman-en- francais-ouvert-sur-le-monde_883572_3260.html Pourtant, le champ des études françaises ne doit nécessairement s’étendre a ce monde non- française, qui s’exprime ce pendant en langue française. Mais plus profondément, la langue, la littérature, la culture, les politiques culturelles, dans la France, sont naturellement et intrinsèquement, en relation avec les cultures du monde. D’abord, le professeur on a introduit le concept de Langue, dans toutes ces formes. Les langues, évidement, ont des rapports entre eux. Toutes les catégories de les langues, entrent en contact, se substituent à des autres, subissent leurs influences. Les langues n’existent pas jamais qu’en relation avec des autres langues et aucun langue nait, sans le concerne des autres. Dans l’histoire de l’humanité, on voit les langue se développer. La plus part des langues, se sont construit grâce des autres, grâce à un influence extérieur et donc on a comme résultat, des langues impurs, mélangées. Pourtant le français, ne fait pas exception. Il dérive du latin avec des emprunts germaniques. Donc, on peut parler d’un pluralité des langues qui forment le française. Il y a aussi un influence énormément italienne, de l’Occident. Le français entre en contact avec les autres langues et ca c’est un dialogue nécessaire avec les autres langues parlées dans la planète. On parle de pluralité parce que il existent des facteurs, avec les langues régionales. On y parle plusieurs de variété de français, les parlers régionaux, expressions populaire passé d’une génération à l’autre, qui contribuent à un diversité des usages sociaux. Donc en France, comme dans les autres espaces régionales, la diversité culturelle est une vérité. Deuxièmement, le professeur North, on a parlé de la Variation. Le français, comme toutes les langues, est dominée par la variation. Il y a toujours de l’étranger, de l’Autre dans une langue. Le français, par exemple, passe d’une langue latin à une forme plus complexe. Donc, il faut que quelqu’un la réinvente, surtout dans le cadre de la grammaire, du style, qui sont nécessaires pour ca nouveauté. Donc une langue étranger est construit. Ensuite, le professeur on a parlé de la littérature d’expression francise. L’attention à l’Autre, l’a autorisée a prétendre une forme d’universalité, par exemple le théâtre français du 17ème siècle. Mais surtout, ce que a fait plus d’influence, sont les catégories de humanité française qui sont tiré par un querelle, toujours ouverte à la réfection de l’homme en société. Pourtant, cet homme, il ne puisse se penser lui même que dans une rapport à l’autre. Donc c’est une type de narcissisme qui conduit la littérature française à regarder « l’uomo francese », dans les miroirs des autres, comme un homme mêlé.
  3. 3. 3 On retrouve cette interrogation permanente sur l’altérité, sur le rapport à l’autre. Dans les débats actuelles, sur le model cultural française, on s’interroge toujours sur l’idée de la diversité. Les cultures, pour dialoguer l’unes avec les autres, doivent rester elles mêmes, donc, doivent refuser les influence, la domination. Chaque culture doit préserver sa originalité un ‘identité culturelle unique’. Mais dans une monde de développement des échanges et des techniques de communication, on n’avait que d’autre choix d’organiser le dialogue des cultures. C’est le contraire de se replier sur soi et s’est la raison pour la quelle on a un mesure de dialogue interculturelle, au cœur de la société française aujourd’hui. Depuis les année ’90, la mise en relation des langues a eu une évolution. On sont passe d’un model de diffusion à un model fondé sur la coopération ; d’un model très monarchique fondé sur la volonté de régner, à un model de réciprocité fondé sur l’échange, sur une esprit d’attention. Pourtant on peut parler de dialogue entre la France et l’étranger. A l’étranger, on parle du « french touch », ce qu’on appelé dans le 17ème siècle le « je ne sais quoi ». Le professeur a parlé aussi du modèle d’échange française. Par exemple, Paris, était une ville cosmopolite qui aujourd’hui, est la capital du monde arabe. Comme les langues, les cultures ne sont pas de compose stables, des éléments pures, aussi la culture, comme la langue, est une jeu constant de force, un système de contact et d’échange, de libre mouvements, d’expressions contradictoire. Toutefois il est singulier de chercher une forme d’authenticité culturelle parce que on est presque toujours envoyer vers l’ailleurs. Diversité Ex. La présence d’une présentateur noire à la télévision. L’exotisme d’une culture étranger. Mot polysémique. Le thème de la diversité et les dialogues entre les cultures est un thème nouveau, après la second guerre mondial. La mondialisation commence a discerner les cultures et a organiser leurs existences. Curiosité d’ouverture.
  4. 4. 4 Pour conclure, le professeur North, on a parlé du rapport entre la culture italienne et française. L’Italie était un important dispositif d’exportation de la culture française dans le monde, mais aussi un important dispositif d’importation de la culture italienne en Italie.  Point Deux : Heinz Wismann (EHESS Paris) et les répondants Benedetta Craveri (Università Suor Orsola Benincasa Napoli) et Gianni Iotti (Università di Pisa) « (…) et tout en parlant, chacun sa langue, chacun est dans l’authenticité expressive qui fait de lui un poète, et ils s’entendent, voila l’utopie véritable. » ( ‘Penser Entre Les Langues’, H. Wismann, 2002) Madame Craveri nous a présenté le professeur Wismann. Elle lui a décrit comme celui qui a le rôle de passeur de culture. Il parle allemand et français parfaitement et a écrit plusieurs livres importants sur la question de la langue. Il est présenté comme un grand humaniste, qui parle des langues comme un expérimentation vécu. Il analyse les mécanismes d’un pense qui se dépolit entre les langues dans les champs de forces que les langues créent entre elles, en montrant que l’essentielle se joue dans la modification des structures syntaxiques.
  5. 5. 5 Monsieur Wismann, a commencé son discours d’un point de dépars, que selon lui, est l’évidence que les langues, pour leur diversité, ouvrent des accès différentes au réel. Un langue, dans sa singularité, est une fenêtre sur le monde. Cette idée de l’irréductibilité des langues de culture, est une idée relativement récent. Tout d’abord, à la fin du XXVIIIème siècle, on avait l’universalité des Lumières où il n’existait encore le concept de langue parfaite, incarné parfois erronément par une langue empirique. Par rapport à cette langue parfait, les autres étaient déplacé dans une gradation. Donc dans cette période, en France, on pratiquaient la traduction reliait ; un traduction, dans la conception française du XVIIIème siècle, était un traduction qui aide a clarifie la pensée de l’auteur, par exemple espagnol, quand on veut traduire en allemand. La traduction est réalisée pour que les insuffisances d’une langue puisse être éliminé avant que la traduction est élu. Le professeur à souvent parle de rencontre entre les langues, un des principaux thèmes de son discours. La première perception d’intérêt qu’on a de ce rencontre, date la naissance de la Fac du XVIIème siècle. Il on a cite deux moment majeurs et représentatives de ce que s’agit de « penser » encore aujourd’hui. Deux langues qui découvrent leur propre singularité dans le miroir d’une autre langue. Est-ce qui se passe entre le français et l’allemand.  Français – Allemand / Allemand – Français (fin XVII – début XIX siècle) L’allemand, est une langue tellement différente du français, et pour ca, la distinction est plus évidente ; il est plus violent et plus révélateur. Mais avec des autres langue latines, il y avait plus de proximité que parfois, cet effet de distanciation éclairent comme pour le français, est moins évident. 1. Première aventure : l’aventure de Humboldt Le personnage de Humboldt est très important. Il voyage à Paris, ville intéressante à l’époque, qui était touché par des sentiments de révolution. Il était accueilli par le salon du siège, par un abbé. Il avait réunit dans son salon, les immigres allemands de l’époque. Donc une réunion de révolutionnaires au sens politique et philosophique. Avant l’arrive de Humboldt, et grâce à l’abbé, se manifeste la première traduction d’un texte philosophique allemand en français. Le texte qu’il fait traduire, c’est un texte de Kant. La second édition sera bilingue. Le première texte allemand, traduit en français et en plus en bilingue dans la second éditions. C’était révolutionnaire à l’époque. Cette traduction à déclencher un sorte de engouement extraordinaire dans les medias de l’époque. Le philosophe qui avait fait la traduction n’était pas très correct. Son texte es très agréable a lire, mais ne représentant en rien la pensée de Kant. En fait, elle était adaptée aux exigences de conversations dans les salons où il faillait pas mettre à l’épreuve les convivres de démonstrations trop longues. Pourtant l’abbé invite Humboldt dans son salon pour qu’il explique la pensée de Kant aux philosophes français. Humboldt avait renonce à l’invite de l’abbé en disant que la pensée de Kant était une philosophie pour les palaïtes délicats, non pour ce qui ne gouttent pas la langue de Kant.
  6. 6. 6 Il a renonce à cette tache vain de communiquer la philosophie d’une langue à l’autre. Il parlait français couramment, les conversations dans les salons ne lui posait aucun problème, mais le problème qui l’avait touché, était de traduire la pense de Kant. La pense de Kant exploit des faculté de la langue allemand au service de la pense, de la connaissance. Alors Humboldt a crée en Allemagne, une association qui s’appelle Association Des Virtus qui avait le but d’apprendre le genre de la conversation, sur la sociabilité. Toutes les langues, aussi les langues les plus intelligibles, sont ceux qui doivent lancer les études et déclencher la curiosité. Pour ca, le professeur Wismann, après d’étudier le français, a étudie le basque, comme première langue. La différence des structures linguistiques et de leur influence, porte à un développement intellectuelle de l’humanité. - Structure linguistique = (allemand) ‘sprache baum’ Les mots, d’une langue à l’autres, sont comme un espèce de périmètres sémantiques différentes. Pourtant la langue c’est comme une architecture, mais ce que fait une langue très difficilement transposable à un autre, sont les accommodements qui enrichis l’autre langue : c’est la syntaxe. 2. Deuxième aventure : voyage de Madame De Staël en Allemagne. Dans un petite livre qu’elle a écrit sur l’Allemagne, elle raconte son étonnement et la difficulté qu’on a à déclencher une conversation, par exemple à table chez Goethe. Elle se demande ca, s’interroge sur cette découverte de l’altérité des langues, comme singularité des langues universelle. Elle se demande donc, pourquoi les allemands se mettent en colère quand on les interrompes ? Elle étudie la structure de la phrase allemand, et elle réalise qu’ils ne disent pas ce qu’ils veulent dire, jusqu’à la fin de la phrase. Pourtant il faut ne pas les interrompre. Il y a toujours, dans la structure de la phrase allemand, une manière d’enchâsser, de façon ainsi que le déterminé ultime est à la fin. C’est comme un système de détermination et l’allemand fait cet exercice terrible quand il parle qui sa coute énormément. Il dit d’abord tous ce qu’il veut dire de quelque chose qu’il énoncera plus tard. Il est tout au rebours ; la chose la plus négligente de son discours, il va le dire d’aborde. Pourtant tout ca, rende la conversation très difficile à suivre, par une personne qui n’est pas habitue à entendre ce tipe de langue. Mme De Staël, prend conscience de ca dans son voyage dans le pays germanique. N’est pas facile faire le passage d’une syntaxe à l’autre. Mais Mme De Staël fait cette expérience linguistique et elle fut étonnée par tout ca. Elle était aussi perturbée par la gesticulation de ses interlocuteurs allemands. Donc elle comprend que l’allemand c’est quelque chose de complètement divers du français. Les allemands, qui sont plus sérieuses, prétendent d’être entendu.
  7. 7. 7 La conversation selon le professeur Wismann, produit un sorte d’électricité. Une électricité qui réveille dans les autres quelque chose, et ca c’est la réception d’un message. Le professeure Wismann, ensuit, on a donné deux remarques :  Facon dans le français de traiter le verbe En allemand, le verbe est à la fin et il a un rôle plus important que en français. En français on fait des périphrases, avec des verbes plaines. Ex. (fr.) Je nage. × Je fait de la natation.   Les Auxiliaires En allemand, les auxiliaires comme le verbe ‘être’, sont des verbes plaines. Ex. (fr.) La femme est grande. / (all.) - verbe + attribut ; verbe être comme copule) - langue incohérent -accorde des génères -verbe être plaine -parfait égalité entre le sujet et son attribut - ‘grande’ = adverbe En allemand, toutes les verbes expliquent un mode d’être, dynamique, qui s’inscrit dans le temps. - Zeitwort = verbe - rapport avec le réel, avec la réalité verbal - verbe ‘agir’ - le mot ‘réalité’ en français, du latin ‘res’, désigne le sujet = se construit dans un représentation intellectuelle qui permet de distinguer - deux réalités = rôle du verbe dans la langue et des plans dynamiques - dans une espace de représentation idéale que se détache clairement - et dans certes manière, un sens géométrique - privilège à la représentation claire et distinct De ce fait, il y a des différence dans le rapport entre la dynamique du verbe et le rapport a la cohérence statique du sujet . En disant ca, on se peut interroger sur la question : comment les deux mondes peuvent coexister dans la langue? Le professeur nous a également présenté au sujet de la Fixation du français et de la France forme une figure géométrique presque parfait. Exemple d’une relation en miroir qui fonctionne comme une révélation de sois a cause des altérités profondes (antinomie).
  8. 8. 8 L’apparence : (fr.) / (all.) - Dans la tradition français, on parle d’apparence - L’obligation d’écouter l’ordre et - la soumission à un injonction de confesser une appartenance - Dire explicitement Résume des point essentielles : La découvert de la singularités des langues comme fenêtres sur le monde et comme accès spécifique au réel (fin du XVIIIème siècle) Élaboration par la découverte du français par Humboldt et de la langue par Madame De Staël Le livre que le professeur Wismann a écrit, il explique, était un livre sur la Pensée, comme sujet principal. On ne peut être entre deux langues, il faut passer d’une langue à l’autre. Dans ce passage, on fait le travail d’arrachement de l’une à l’autre. Cet arrachement comporte aussi un enrichissement de la pensée. Les langues, disait le professeur, doit avoir l’opportunité de quitter le familial et de rencontrer un autre manière de parler, de penser surtout, et qui oblige a étendre le niveau de réflexibilité. Il soutien que l’identité réflexive c’est la seul identité européen imaginable parce que les identité qui sont présent dans le racinement de l’Europe, sont des identités respectables, ne sont pas européens. Donc l’identité européen a un usage nouveau, d’ouverture à une altérité, mais pas dans le sens de syncrétismes mais dans le sens de tension subis, d’aller et de retourne ; un mouvement d’aller et vient, témoin de l’utilité d’ouvrir les jeunes générations sur cette altérité entre les langues de cultures. Pourtant, la menace principal est de n’accepter pas ce mouvement circulaire. Faire un effort pour s’insérer dans la pensée, dans la parole, dans l’univers de l’autre langue, mais qui regarder à la possibilité d’un retourne, come une funambule qui marche sur un fil, sur un abime, un gouffre..
  9. 9. 9 La Langue Français / Allemand Rapports avec les autres. ..avec les langues étrangers. Faire effort à s’insérer dans une langue. Espace de dialogues. Ouverture à la linguistique interne. S’engager à participer dans le monde d’une autre langue. La différence entre les langues doit devenir une richesse.

×