Environmental Law Class (Sebastien MABILE)
February 2016
Entrainement à la plaidoirie
1
PLAIDOIRIE	
  
«	
  L’évaluation	
...
Environmental Law Class (Sebastien MABILE)
February 2016
Entrainement à la plaidoirie
2
Dans	
  l’arrêt	
  Alpharma	
  en	...
Environmental Law Class (Sebastien MABILE)
February 2016
Entrainement à la plaidoirie
3
-­‐ publié	
  à	
  l’International...
Environmental Law Class (Sebastien MABILE)
February 2016
Entrainement à la plaidoirie
4
-­‐ toute	
   utilisation	
   d’OG...
Environmental Law Class (Sebastien MABILE)
February 2016
Entrainement à la plaidoirie
5
	
  
Le	
  pp	
  de	
  précaution,...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PLAIDOIRIE Oral

182 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
182
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PLAIDOIRIE Oral

  1. 1. Environmental Law Class (Sebastien MABILE) February 2016 Entrainement à la plaidoirie 1 PLAIDOIRIE   «  L’évaluation  des  risques  des  OGM  »   Auteur  :  Aliénor  Parmentier     «  Quand  les  théories  s’opposent,  l’experimentation  s’impose.  »     PRESENTATION  :     Avocate  de  Séralini  –  Ma  requête  concerne  la  lutte  pour  une  évaluation  indépendante  et  transparentes  des  OGM   et  pour  le  respect  du  principe  de  précaution  et  s’adresse  aux  instances  de  contrôle  et  d’autorisation  européennes.       FAITS  :   Mon  client,  Monsieur  Gilles-­‐Eric  Séralini,  est  chercheur  à  l’Institut  de  biologie  fondamentale  l’université  de  Caen,   et  membre  fondateur  du  Comité  de  recherche  et  d'information  indépendantes  sur  le  génie  génétique  (CRIIGEN).       En  2009,  il  réalise  une  expérience  édifiante  et  indépendante  testant  la  nocivité  des  OGM  au  niveau  toxicologique   et  cancérogène  sur  des  rats,  durant  2  ans.  Les  instances  de  régulation  des  OGM  au  niveau  européen  refusent  de   prendre  en  compte  cette  expérience  dans  leur  grille  d’évaluation.       Nous   nous   posons   aujourd'hui   la   question   des   critères   d’évaluation   scientifique   de   l’Autorité   européenne   de   sécurité  des  aliments  (  EFSA)  ,  et  de  la  légalité  des  autorisations  de  la  Commission  européenne  en  matière  d’OGM.       Dans   quelle   mesure   les   autorisations   de   la   Commission   européenne   en   matière   d’OGM   respectent   elles   le   principe  de  précaution  ?       Ce  principe  nait  en  Allemagne  à  la  fin  des  années  60  et  devient  de  notoriété  publique  en  1992  au  Sommet  de  la   Terre  de  Rio.  Il  apparaît  en  droit  de  la  communauté  européenne  avec  le  Traité  de  Maastricht  en  1992.     La  Déclaration  de  Rio  de  1992  le  définit  ainsi  ,  «  En  cas  de  risque  de  dommages  graves  ou  irréversibles,  l'absence   de  certitude  scientifique  absolue  ne  doit  pas  servir  de  prétexte  pour  remettre  à  plus  tard  l'adoption  de  mesures   effectives  visant  à  prévenir  la  dégradation  de  l'environnement.  »   L’art.  191  du  TUE,  indique  que  dans  l'élaboration  de  sa  politique  environnementale,  l'Union  tient  compte  des   données  scientifiques  et  techniques  disponibles.     L’article   4   de   la   directive   européenne   2001/18   précise   que   «  Les   États   membres   veillent,   conformément   au   principe  de  précaution,  à  ce  que  toutes  les  mesures  appropriées  soient  prises  afin  d’éviter  les  effets  négatifs  sur  la   santé   humaine   et   l’environnement   qui   pourraient   résulter   de   la   dissémination   volontaire   ou   de   la   mise   sur   le   marché  d’OGM  ».     D’après  l’article  5  de  la  Charte  de  l’Environnement  inscrite  à  la  Constitution  française,  «  Lorsque  la  réalisation  d'un   dommage,  bien  qu'incertaine  en  l'état  des  connaissances  scientifiques,  pourrait  affecter  de  manière  grave  et   irréversible  l'environnement,  les  autorités  publiques  veilleront,  par  application  du  principe  de  précaution,  et  dans   leurs  domaines  d'attribution,  à  la  mise  en  œuvre  de  procédures  d'évaluation  des  risques  et  à  l'adoption  de  mesures   provisoires  et  proportionnées  afin  de  parer  à  la  réalisation  du  dommage.  »   Ce  principe  est  également  incrit  dans  la  loi  Barnier  de  1995  en  France.       Dans  la  jurisprudence,     Dans  l’arrêt  ESB  de  1998,  la  CJUE  affirme  que  si    des  incertitudes  subsistent  quant  sur  des  risques  pr  la  santé  des   personnes,  «  les  institutions  peuvent  prendre  des  mesures  de  protection  sans  avoir  à  attendre  que  la  réalité  et  la   gravité  de  ces  risques  soient  pleinement  démontrées.  »   D’après  un  arrêt  du  Conseil  d'Etat  de  1998  précise  que  le  principe  de  précaution  implique  d’  «  apporter  la  preuve,   compte  tenu  de  l'état  actuel  de  la  science,  de  l'absence  de  risque  ».  
  2. 2. Environmental Law Class (Sebastien MABILE) February 2016 Entrainement à la plaidoirie 2 Dans  l’arrêt  Alpharma  en  1999,  le  tribunal  de  première  instance  souligne  que  les  impératifs  de  santé  publique   l’emportent  sur  les  nécessités  d’ordre  purement  économique.   L’  affaire  Greenpeace  de  2000  concerne  l’interprétation  de  la  directive  2001/18,  la  CJUE  y  affirme  alors   l’application  du  pp  de  précaution  trouve  son  expression  «  dans  la  faculté  de  tout  État  membre  de  limiter  ou   d’interdire,  à  titre  provisoire,  l’utilisation  et/ou  la  vente  sur  son  territoire  d’un  produit  qui  a  fait  l’objet  d’un   consentement  dont  il  a  des  raisons  valables  de  considérer  qu’il  présente  un  risque  pour  la  santé  humaine  ou   l’environnement  ».     Le  principe  de  précaution  ne  serait  appliqué  que  grâce  aux  clauses  de  sauvegarde  des  Etats  quand  ils  démontrent   qu’un  OGM  est  susceptible  de  mettre  en  péril  la  santé  humaine  ou  l’environnement.  Cette  application  du   principe  de  précaution  est  insuffisante.       En  l’espèce,     -­‐ Seralini  a  publié  une  étude  révélant  des  dangers  significatifs  des  OGM  en  terme  de  santé,  et  l’EFSA  ainsi   que  la  Commission  européenne  n’ont  pas  pris  en  compte  ces  résultats.     -­‐ Revelateur  d’une  faille  dans  l’application  du  principe  de  précaution  au  niveau  européen.     -­‐ Nous  traiterons  du  sujet  de  l’expérience  scientifique  de  Seralini,  puis  du  manque  d’indépendance  et  de   transparence  de  l’état  de  la  science  dans  les  instances  de  contrôle  des  OGM  au  niveau  européen.       Le  procès  :   -­‐ contre   la   Commission   européenne   qui,   sur   avis   de   l’EFSA,   accorde   des   autorisations   de   culture   et   d’importations   d’OGM   quand   bien   même  les   expériences   scientifiques   ne   sont   pas   suffisantes,   et   par   conséquent,  le  principe  de  précaution  n’est  pas  respecté.     -­‐ Par  conséquent  :  Inconventionnalité  des  autorisations  de  la  commission  européenne  et  de  la  directive   2001/18  au  regard  du  Traité  de  l’Union  Européenne.     I. Expériences  de  Séralini  et  definition  des  OGM     1) Etat  des  lieux  des  OGM  aujourd'hui       Techniquement,  un  OGM  c’est  quoi  ?     -­‐ La  directive  2001/18  définit  les  OGM  comme  «  un  organisme,  à  l’exception  des  êtres  humains,  dont  le   matériel  génétique  a  été  modifié  d’une  manière  qui  ne  s’effectue  pas  naturellement  par  multiplication   et/ou  par  recombinaison  naturelle  ».       Critique  :     -­‐ Les  agriculteurs  se  retrouvent  avec  des  terres  stériles,  à  la  botte  des  grands  industriels  d’OGM.  On  en   arrive  à  un  asservissement  des  Etats  (C.  Lepage).     -­‐ Mais  autre  enjeu  majeur  :  la  santé  publique  et  des  dommages  sur  l’environnement  est  très  importante  et   irrésolue.       Les  OGM,  c’est  ou  ?     -­‐ En  2012,  leur  culture  représente  0,07  %  de  la  surface  agricole  de  l'Union  européenne,  selon  les  chiffres  de   l'association  Inf'OGM.   -­‐ Production   ppalement   en   péninsule   ibérique   (l’Portugal   et   l’Espagne)   +   la  Slovaquie,   la  Roumanie,   la  République  tchèque     -­‐ L’importation  :  51  organismes  transgéniques  sont  autorisés  à  la  mise  sur  le  marché.     2) Retour  sur  l’expérience  scientifique  :  la  nocivité  prouvée  des  OGM  sur  la  santé       Première  etude  2009  réalisée  par  Séralini  et  le  CRIIGEN  sur  des  rats  :  
  3. 3. Environmental Law Class (Sebastien MABILE) February 2016 Entrainement à la plaidoirie 3 -­‐ publié  à  l’International  Journal  of  biological  Science,  10  Décembre  2009   -­‐ Financement  de  l’étude  Fondation  Charles  Leopold  Majer.     -­‐ Rats  alimentés  selon  3  régimes  :  mais  transgénique  contenant  du  roundup,  à  3  doses  différentes.     -­‐ OGM  Mais  NK603,  MON810,  MON  863     -­‐ But  :  adresser  scientifiquement  la  question  de  la  sécurité  des  produits  OGM.     -­‐ Difficulté   pr   trouver   les   données  :   n’a   pu   les   obtenir   que   grâce   à   des   actions   en   justice   perdues   par   Monsanto  (pour  le  MON  863)  ou  par  le  bon  vouloir  de  gouvernements  ou  des  avocats  de  Greenpeace.     -­‐ Résultats  :  le  mais  transgénique  a  produit  des  effets  graves  chez  les  rats,  liés  au  sexe.  Chez  les  femelles  on   a  détecté  des  cancers  mammaires  et  chez  les  males  des  perturbations  rhénale  et  du  foie.     Etudes  avant  Seralini  :     -­‐ laboratoires  privés   -­‐ incompletes  :    ne  prennent  pas  tout  en  compte  et  sont  trop  courtes       Etude  Seralini  Vaches  2016  –  Scholarly  Journal  of  Agricultural  Science  Vol  6,  Janvier  2016:     -­‐ Gottfried  Glockner,  Allemagne,  de  1997  à  2002  l’OGM  de  mais  Bt176     -­‐ Problemes  :  paralysie,  fatigues  anormales,  des  problemes  de  reims,  et  des  membranes  mucosales  ,10%   décèdent  en  2002.     -­‐ En   2002,   Glockner   attaque   l’entreprise   Syngenta   pour   être   dédommagé   et   l’est   partiellement,   mais   uniquement  pour  le  préjudice  financier.     -­‐ Resultats  :  l’OGM  Bt176  de  Syngenta  est  toxique  pour  les  vaches  sur  le  long  terme.   -­‐ Besoin  d’études  scientifiques  indépendantes,  transparentes,  et  sur  le  long-­‐terme,    Une  fois  de  plus,  le   CRIIGEN    réclame  de  toute  urgence  la  transparence  de  toutes  les  études  toxicologiques  réalisées  avant  la   mise  sur  le  marché  des  OGM,  des  pesticides  qu’ils  contiennent    et  insiste  sur  la  nécessité  d’études  sur  vie   entière,  ainsi  que  de  l’étiquetage  spécifique  de  la  nature  des  OGM  alimentaires.     Ostracisme  :   Ostracisme  agressif  de  ceux  qui  veulent  imposer  les  OGM.     -­‐ Quand  le  professeur  Arpad  Pustaï,  spécialiste  britannique  des  lectines,  1999,  démontre  perturbations   inquiétantes  de  la  muqueuse  intestinale  chez  des  rats  ayant  consommé  des  pommes  de  terre  GM,  on  lui   opposa  une  mauvaise  méthodologie  et  il  fut  persécuté  jusqu'à  l'exil.   − Quand,  en  2001,  Ignacio  Chapela  et  David  Quist,  de  l'université  de  Berkeley,  démontrent  que  les  maïs   traditionnels  mexicains  ont  été  contaminés  par  du  maïs  OGM.  On  les  accusa  aussi  d'avoir  mal  travaillé  et   on  mis  Ignacio  Chapela  à  l'index  de  l'université...  jusqu'à  ce  que  ses  résultats  soient  confirmés  par  le   ministère  mexicain  de  l'Environnement.   − Quand  la  biologiste  italienne,  Manuelle  Malatesta,  fit  connaître  des  altérations  des  épithéliums   intestinaux  de  souris  nourries  sur  une  longue  période  (6  mois)  avec  du  soja  GM  tolérant  au  Roundup,  là   encore  ses  travaux  furent  violemment  critiqués,  jusqu'à  ce  qu'on  lui  retire  les  crédits  qui  lui  auraient   permis  de  poursuivre  et  qu'on  l'amène  à  changer  d'université.     Gilles-­‐Eric   Séralini   souhaite   surtout   que  nous   admettions   qu’il   n’y   a   pas   de   recherche   indépendante   depuis   cinquante  ans.  «  Au-­‐delà  de  ma  propre  histoire,  il  y  a  un  problème  de  santé  publique».     II. Manque  de  fiabilité  du  contrôle  scientifique  des  OGM  au  niveau  européen  et  non-­‐conventionnalité   des  autorisations  de  la  commission       1) Procédure  d’homologation  des  OGM  en  Europe       Au  niveau  européen,  
  4. 4. Environmental Law Class (Sebastien MABILE) February 2016 Entrainement à la plaidoirie 4 -­‐ toute   utilisation   d’OGM   fait   l’objet   d’une  autorisation   préalable  basée   sur   une  évaluation   des   risques  pour   la   santé   publique   et   l’environnement   réalisée   par   l'Autorité   Européenne   de   Sécurité   des   Aliments  (EFSA)  au  vu  d’un  rapport  réalisé  par  le  producteur  de  l’OGM.     -­‐ Sur  la  base  de  l'avis  de  l'EFSA,  la  commission  europénne  soumet  sa  décision  au  vote  des  Etats  membres   réunis  lors  des  conseils  européens.     -­‐ L'autorisation  est  validée  si  elle  obtient  une  majorité  qualifiée  ;     -­‐ dans  le  cas  contraire,  la  Commission,  qui  a  le  dernier  mot,  peut  décider  de  l'autoriser  seule.  L'autorisation   de  commercialisation  vaut  pour  l'ensemble  de  l'Union  européenne  et  pour  une  durée  maximale  de  dix   ans  renouvelable.       Probleme  de  partialité  :     Entre  2002-­‐2009,  l’EFSA  a  rendu  42  avis  sur  les  OGM,  tous  positifs.  Le  point  de  vue  de  l’EFSA  aujourd'hui  est  de   dire  les  OGM  sont  aussi  surs  voir  plus  sur  que  les  produits  conventionnels.       Au  niveau  national,   -­‐ la   clause   de   sauvegarde   permet   à   tout  pays   de   l’Union   Européenne  d’interdire   provisoirement   sur   son   territoire  un  OGM.   -­‐ Conditions  :  des  données  scientifiques  inédites  qui  prouvent  un  risque  nouveau  pour  la  santé  ou  pour   l’environnement.     -­‐ La  France  a  déjà  activé  cette  clause  à  deux  reprises,  en  1998  pour  deux  variétés  de  colza  génétiquement   modifié  dont  l’importation  n’est  toujours  pas  autorisée.  Et  dernièrement,  par  arrêté  pris  le  7  février  2008,   concernant  la  culture  du  maïs  Monsanto  810  sur  son  territoire.     -­‐ Mais  procédure  fragile  juridiquement  :  refus  en  2011  et  2013  par  le  Conseil  d’Etat  de  mettre  en  œuvre   une  clause  de  sauvegarde,  au  motif  d’une  absence  de  fondement  scientifique.         2) Le  manque  de  transparence  et  d’indépendance  de  la  recherche  sur  les  OGM       La  question  de  l’indépendance  des  études  :  Le  principe  de  précaution  implique  que  des  recherches  scientifiques   adéquates   soient   réalisées   avant   mise   en   commercialisation   d’OGM.   Or   à   l’heure   actuelle   les   recherches   sont   industrielles,  dirigées  par  des  grands  groupes,  réalisées  à  trop  court  terme,  et  manquent  de  transparence.       La  question  de  la  transparence  et  de  l’indépendance  des  études  scientifiques  :   -­‐ les  comités  scientifiques  français  (CGB  puis  HCB)  ou  européen  (EFSA)  ne  sont  pas  assez  indépendants  sur   leur  controle  données  produites  par  les  industriels     -­‐ Opacité  des  résultats  :  L’industrie  semenciere  refuse  de  transmettre  ses  semences  pour  realiser  des  tests   alors  que  l’on  sait  que  l’experience  faites  par  Monsanto  sur  le  mais  MON810  a  été  réalisée  sur  400  rats,   mais  seulement  sur  90  jours.     -­‐ Evaluation  mensongère  des  OGM.     -­‐ De  plus,  partialité  au  niveau  de  la  commission  européenne  :  John  Dalli,  son  président  au  moment  de  la   premiere  expérience  de  séralini  sur  les  OGM,  défendait  que  «  les  industriels  doivent  faire  pousser  des   OGM,  sans  quoi  on  ne  pourrait  pas  savoir  s’ils  étaient  nocifs  ».     -­‐ Michèle   Rivasi   et   Corinne   Lepage,   militent   pour   une   expertise   européenne   indépendante,   mais   se   heurtent  à  «  l’hostilité»  de  la  majorité  parlementaire.   -­‐ Christian  Vélot,  membre  du  Criigen,  défend  les  lanceurs  d’alerte  «  La  planète  n’est  pas  une  paillasse  de   laboratoire».     La  question  des  financements  :   -­‐ Pierre  Meneton,  chercheur  à  l’inserm,    témoigne  de  l’influence  des  financeurs  sur  les  résultats  des  études   scientifiques:  «90%  des  études  sur  le  bisphénol  A  financées  par  des  fonds  publics  démontrent  un  effet  sur   la  santé.  Mais  aucune  des  études  financées  par  des  fonds  privés  n’en  fait  état».  
  5. 5. Environmental Law Class (Sebastien MABILE) February 2016 Entrainement à la plaidoirie 5   Le  pp  de  précaution,  pp  d’action  impliquant  que  les  recherches  soient  adaptées  sinon  c’est  une  dénaturation  du   pp,   une   inconventionnalité,   s’il   devient   un   principe   paralysant   l’industrie   et   le   commerce.   Par   conséquent,   inconventionnalité  de  la  procédure  d’autorisation  et  de  la  directive  d’application.    

×