UNIVERSITÉ DE MONTRÉALTRAVAIL PRATIQUE 3 : LE COMPTE-RENDU CRITIQUE                   PAR              ANDERS TURGEON     ...
Critique du roman Au pays de Tahar Ben JellounAu pays : un roman lucide sur l’immigration maghrébine en FranceNotice bibli...
de la distance qui le sépare progressivement de ses proches et du malheur sans cessecroissant de son existence. Afin de re...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Travail universitaire compte-rendu critique sur le roman Au pays de Tahar Ben Jelloun

4 502 vues

Publié le

Travail rédigé dans le cadre d'un de mes cours à l'Université de Montréal. Il s'agit d'un compte-rendu critique du roman Au pays de Tahar Ben Jelloun.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 502
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Travail universitaire compte-rendu critique sur le roman Au pays de Tahar Ben Jelloun

  1. 1. UNIVERSITÉ DE MONTRÉALTRAVAIL PRATIQUE 3 : LE COMPTE-RENDU CRITIQUE PAR ANDERS TURGEON CERTIFICAT DE RÉDACTION FACULTÉ DE L’ÉDUCATION PERMANENTE TRAVAIL PRÉSENTE À CARLOS SÉGUIN DANS LE CADRE DU COURS FRA2953G STRUCTURATION DE TEXTES 22 NOVEMBRE 2012
  2. 2. Critique du roman Au pays de Tahar Ben JellounAu pays : un roman lucide sur l’immigration maghrébine en FranceNotice bibliographique :BEN JELLOUN, Tahar. Au pays. Paris, Gallimard, coll. Folio, 2009, 172 p. L’immigré est un homme seul. Cette thèse se fait omniprésente tout au long deAu Pays, roman publié il y a trois ans par l’auteur Tahar Ben Jelloun, lui-même unmarocain d’origine ayant vécu en France. De fait, Ben Jelloun voit le jour à Fès en 1944.Il s’installe à Paris en 1971 et pratique tour à tour le journalisme, la poésie ainsi quel’écriture de romans et d’essais politiques. Il s’intéresse depuis toujours à la conditiondes immigrés nord-africains en Europe. Cette interrogation l’amène à écrire diversesœuvres sur le sujet dont La réclusion solitaire, roman publié en 1976. Découlant de La réclusion solitaire (même si trente-trois années séparent lesdeux livres), Au pays poursuit sur le sujet de la solitude chez l’immigré maghrébin enFrance. Le roman raconte l’histoire de Mohammed, travailleur et père de famille modèleayant quitté le Maroc depuis plusieurs décennies pour s’installer en France avec safemme et ses enfants. Nullement en colère contre sa condition d’immigré mais jamaistout à fait à l’aise dans son pays d’adoption, il se satisfait de pouvoir exercer son métierd’ouvrier de manière honnête. Toutefois, la relative quiétude de Mohammed est troubléepar l’approche de la retraite qu’il envisage de manière pessimiste. Tout en faisant face àun malaise s’emparant de son être, il s’interroge sur lui-même, sa femme, ses amis et sesenfants dont il regrette le fossé les séparant de la culture marocaine. Il prend conscience
  3. 3. de la distance qui le sépare progressivement de ses proches et du malheur sans cessecroissant de son existence. Afin de remédier à ce mal, il entreprend « le début delentraite, la fin du travail, le changement de ses habitudes, une nouvelle vie ». Ilentreprend la construction d’une grande maison qui rassemblerait toute sa famille dansson village natal du Maroc. Malheureusement, Mohammed réalise que son retour aubled n’est qu’une illusion amère dans laquelle il se retrouve seul face à lui-même. Le sentiment d’amertume, éprouvé par le personnage principal à la fin duroman, ne nous quitte pas à la fin de sa lecture. L’isolement croissant de Mohammed estle reflet d’une jeunesse née de parents immigrants qui s’éloigne, culturellement etspirituellement parlant, de ces derniers ainsi que de leurs origines culturelles. En plus del’isolement, Au pays aborde directement « la condition humaine maltraitée par le destinet l’histoire »1 aux dires de Tahar Ben Jelloun lui-même, allant chercher un réalisme toutà fait de mise dans le déroulement de son histoire. Ce réalisme se reflète également dansle style d’écriture qui peut irriter dès les premières pages (surtout dû à l’absence defrontières dialogiques entre l’auteur et ses personnages), mais qui finit par traduirel’humanité, la mélancolie et la nature intrinsèquement bonne du personnage principal. En somme, Au pays est un roman facile à lire puisqu’il n’est pas trop long. Leformat permet davantage d’apprécier les réflexions de Ben Jelloun sur le sens de la vie,la France et limmigration, les mutations de lislam ainsi que lévolution de la cellulefamiliale, et ce, à travers les pages du roman. Un beau coup de cœur dont la lecture estrecommandée. (583 mots)1 Tahar Ben Jelloun, cité par Yassine Temlali. « Au Pays, dernier roman de Tahar Benjelloun », Babelmed[http://www.babelmed.net/index.php?option=com_content&view=article&id=4545] (page consultée le 21novembre 2012).

×