SlideShare une entreprise Scribd logo

Support oral histoire des arts

A
A

Support oral histoire des arts

1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
L'affiche rouge
Strophes pour se
souvenir
Louis Aragon
Strophes pour se souvenir
Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans
Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants
Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA
FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents
Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand
Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan
Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant
Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.
Louis Aragon, Le Roman Inachevé
Roméo et Juliette
Shakespeare
Acte II, scène 2
Acte II, scène 2
Le jardin de Capulet. Sous les fenêtres de l'appartement de Juliette.
Entre Roméo.
ROMÉO. - Il se rit des plaies, celui qui n'a jamais reçu de blessures ! (Apercevant Juliette qui apparaît à une fenêtre.) Mais
doucement ! Quelle lumière jaillit par cette fenêtre ? Voilà l'Orient, et Juliette est le soleil ! Lève-toi, belle aurore, et tue la lune jalouse,
qui déjà languit et pâlit de douleur parce que toi, sa prêtresse, tu es plus belle qu'elle-même ! Ne sois plus sa prêtresse, puisqu'elle est
jalouse de toi ; sa livrée de vestale est maladive et blême, et les folles seules la portent : rejette-la !... Voilà ma dame ! Oh ! Voilà mon
amour ! Oh ! si elle pouvait le savoir !... Que dit-elle ? Rien ... Elle se tait ... Mais non ; son regard parle, et je veux lui répondre ... Ce
n'est pas à moi qu'elle s'adresse. Deux des plus belles étoiles du ciel, ayant affaire ailleurs, adjurent ses yeux de vouloir bien
resplendir dans leur sphère jusqu'à ce qu'elles reviennent. Ah ! Si les étoiles se substituaient à ses yeux, en même temps que ses
yeux aux étoiles, le seul éclat de ses joues ferait pâlir la clarté des astres, comme le grand jour, une lampe ; et ses yeux, du haut du
ciel, darderaient une telle lumière à travers les régions aériennes, que les oiseaux chanteraient, croyant que la nuit n'est plus. Voyez
comme elle appuie sa joue sur sa main ! Oh ! Que ne suis-je le gant de cette main ! Je toucherais sa joue !
JULIETTE. - Hélas !
ROMÉO. - Elle parle ! Oh ! Parle encore, ange resplendissant ! Car tu rayonnes dans cette nuit, au-dessus de ma tête, comme le
messager ailé du ciel, quand, aux yeux bouleversés des mortels qui se rejettent en arrière pour le contempler, il devance les nuées
paresseuses et vogue sur le sein des airs !
JULIETTE. - ô Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de
m'aimer, et je ne serai plus une Capulet.
ROMÉO, à part. - Dois-je l'écouter encore ou lui répondre ?
JULIETTE. - Ton nom seul est mon ennemi. Tu n'es pas un Montague, tu es toi-même. Qu'est-ce qu'un Montague ?
Ce n'est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni un visage, ni rien qui fasse partie d'un homme... Oh ! Sois quelque autre nom ! Qu'y a-t-
il dans un nom ? Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s'appellerait plus
Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu'il possède ... Roméo, renonce à ton nom ; et, à la place de ce nom qui ne fait
pas partie de toi, prends-moi tout entière.
ROMÉO. - Je te prends au mot ! Appelle-moi seulement ton amour et je reçois un nouveau baptême : désormais je ne suis plus
Roméo.
JULIETTE. - Quel homme es-tu, toi qui, ainsi caché par la nuit, viens de te heurter à mon secret ?
ROMÉO. - Je ne sais par quel nom t'indiquer qui je suis. Mon nom, sainte chérie, m'est odieux à moi-même, parce qu'il est pour toi un
ennemi : si je l'avais écrit là, j'en déchirerais les lettres.
JULIETTE. - Mon oreille n'a pas encore aspiré cent paroles proférées par cette voix, et pourtant j'en reconnais le son. N'es-tu pas
Roméo et un Montague ?
ROMÉO. - Ni l'un ni l'autre, belle vierge, si tu détestes l'un et l'autre.
JULIETTE. - Comment es-tu venu ici, dis-moi ? Et dans quel but ? Les murs du jardin sont hauts et difficiles à gravir. Considère qui tu
es : ce lieu est ta mort, si quelqu'un de mes parents te trouve ici.
ROMÉO. - J'ai escaladé ces murs sur les ailes légères de l'amour : car les limites de pierre ne sauraient arrêter l'amour, et ce que
l'amour peut faire, l'amour ose le tenter ; voilà pourquoi tes parents ne sont pas un obstacle pour moi.
JULIETTE. - S'ils te voient, ils te tueront.
ROMÉO. - Hélas ! il y a plus de péril pour moi dans ton regard que dans vingt de leurs épées : que ton œil me soit doux, et je suis à
l'épreuve de leur inimitié.
JULIETTE. - Je ne voudrais pas pour le monde entier qu'ils te vissent ici.
ROMÉO. - J'ai le manteau de la nuit pour me soustraire à leur vue. D'ailleurs, si tu ne m'aimes pas, qu'ils me trouvent ici ! J'aime mieux ma
vie finie par leur haine que ma mort différée sans ton amour.
JULIETTE. - Quel guide as-tu donc eu pour arriver jusqu'ici ?
ROMÉO. - L'amour, qui le premier m'a suggéré d'y venir : il m'a prêté son esprit et je lui ai prêté mes yeux. Je ne suis pas un pilote ; mais,
quand tu serais à la même distance que la vaste plage baignée par la mer la plus lointaine, je risquerais la traversée pour une denrée
pareille.
JULIETTE. - Tu sais que le masque de la nuit est sur mon visage ; sans cela, tu verrais une virginale couleur colorer ma joue, quand je
songe aux paroles que tu m'as entendue dire cette nuit. Ah ! Je voudrais rester dans les convenances ; je voudrais, je voudrais nier ce que
j'ai dit. Mais adieu, les cérémonies ! M'aimes-tu ? Je sais que tu vas dire oui, et je te croirai sur parole. Ne le jure pas : tu pourrais trahir ton
serment : les parjures des amoureux font, dit-on, rire Jupiter ... Oh ! Gentil Roméo, si tu m'aimes, proclame-le loyalement : et si tu crois que
je me laisse trop vite gagner je froncerai le sourcil, et je serai cruelle, et je te dirai non, pour que tu me fasses la cour : autrement, rien au
monde ne m'y déciderait ... En vérité, beau Montague, je suis trop éprise, et tu pourrais croire ma conduite légère ; mais crois-moi,
gentilhomme, je me montrerai plus fidèle que celles qui savent mieux affecter la réserve. J'aurais été plus réservée, il faut que je l'avoue, si
tu n'avais pas surpris, à mon insu, l'aveu passionné de mon amour : pardonne-moi donc et n'impute pas à une légèreté d'amour cette
faiblesse que la nuit noire t'a permis de découvrir.
ROMÉO. - Madame, je jure par cette lune sacrée qui argente toutes ces cimes chargées de fruits !...
JULIETTE. - Oh ! Ne jure pas par la lune, l'inconstante lune dont le disque change chaque mois, de peur que ton amour ne devienne aussi
variable !
ROMÉO. - Par quoi dois-je jurer ?
JULIETTE. - Ne jure pas du tout ; ou, si tu le veux, jure par ton gracieux être, qui est le dieu de mon idolâtrie, et je te croirai.
ROMÉO. - Si l'amour profond de mon cœur ...
JULIETTE. - Ah ! Ne jure pas ! Quoique tu fasses ma joie, je ne puis goûter cette nuit toutes les joies de notre rapprochement ; il est trop
brusque, trop imprévu, trop subit, trop semblable à l'éclair qui a cessé d'être avant qu'on ait pu dire : il brille !... Doux ami, bonne nuit ! Ce
bouton d'amour, mûri par l'haleine de l'été, pourra devenir une belle fleur, à notre prochaine entrevue ... Bonne nuit, bonne nuit ! Puisse le
repos, puisse le calme délicieux qui est dans mon sein, arriver à ton cœur !
ROMÉO. - Oh ! Vas-tu donc me laisser si peu satisfait ?
JULIETTE. - Quelle satisfaction peux-tu obtenir cette nuit ?
ROMÉO. - Le solennel échange de ton amour contre le mien.
JULIETTE. - Mon amour ! Je te l'ai donné avant que tu l'aies demandé. Et pourtant je voudrais qu'il fût encore à donner.
ROMÉO. - Voudrais-tu me le retirer ? Et pour quelle raison, mon amour ?
JULIETTE. - Rien que pour être généreuse et te le donner encore. Mais je désire un bonheur que j'ai déjà : ma libéralité est aussi illimitée
que la mer, et mon amour aussi profond : plus je te donne, plus il me reste, car l'une et l'autre sont infinis. (On entend la voix de la nourrice.)
J'entends du bruit dans la maison. Cher amour, adieu ! J'y vais, bonne nourrice ! ... Doux Montague, sois fidèle. Attends un moment, je vais
revenir (Elle se retire de la fenêtre.)
ROMÉO. - Ô céleste, céleste nuit ! J'ai peur, comme il fait nuit, que tout ceci ne soit qu'un rêve, trop délicieusement flatteur pour être réel.
La partie de cartes
Fernand Léger

Contenu connexe

Tendances (20)

Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_recProfil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
Profil de mort_-_dans_la_maison_vide_rec
 
Aragon, le fou d'elsa
Aragon, le fou d'elsaAragon, le fou d'elsa
Aragon, le fou d'elsa
 
Bras de fer
Bras  de  ferBras  de  fer
Bras de fer
 
Recueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
Recueil "L'insolent Ciel", Marius DionRecueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
Recueil "L'insolent Ciel", Marius Dion
 
Serie noire
Serie noireSerie noire
Serie noire
 
Discours lamine s salma d'or 2017
Discours lamine s salma d'or 2017Discours lamine s salma d'or 2017
Discours lamine s salma d'or 2017
 
Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01Proust 01-090624123556-phpapp01
Proust 01-090624123556-phpapp01
 
Victor hugo
Victor hugoVictor hugo
Victor hugo
 
EXTRAIT du roman « La Maison bleu horizon » de Jean-Marc Dhainaut
EXTRAIT du roman « La Maison bleu horizon » de Jean-Marc DhainautEXTRAIT du roman « La Maison bleu horizon » de Jean-Marc Dhainaut
EXTRAIT du roman « La Maison bleu horizon » de Jean-Marc Dhainaut
 
Jeu de rimes diapo
Jeu de rimes diapoJeu de rimes diapo
Jeu de rimes diapo
 
Textes démo
Textes démoTextes démo
Textes démo
 
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1Dom juan  Scène d' exposition - Acte I, scène 1
Dom juan Scène d' exposition - Acte I, scène 1
 
If You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert DesnosIf You Knew Robert Desnos
If You Knew Robert Desnos
 
L'épreuve - Marivaux
L'épreuve - MarivauxL'épreuve - Marivaux
L'épreuve - Marivaux
 
Je détruis ma maison
Je détruis ma maisonJe détruis ma maison
Je détruis ma maison
 
Poètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleursPoètes dici et dailleurs
Poètes dici et dailleurs
 
Alphonse de Lamartine
Alphonse de LamartineAlphonse de Lamartine
Alphonse de Lamartine
 
Olivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiinOlivier hoën décision de bouqiin
Olivier hoën décision de bouqiin
 
La lettre poetique N°16
La lettre poetique N°16La lettre poetique N°16
La lettre poetique N°16
 
Florileges
Florileges Florileges
Florileges
 

Similaire à Support oral histoire des arts

Joe dassin
Joe dassinJoe dassin
Joe dassinDroow
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie revescamille974
 
Chansons concert 2017
Chansons concert 2017Chansons concert 2017
Chansons concert 2017Ana Bailo
 
Sonnets
SonnetsSonnets
Sonnetsi-voix
 
Raymond queneau
Raymond queneauRaymond queneau
Raymond queneauAberi Kajo
 
Poetry Prison Comoro, Railings All Around
Poetry Prison Comoro, Railings All AroundPoetry Prison Comoro, Railings All Around
Poetry Prison Comoro, Railings All AroundEditions La Dondaine
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu auto-editeur
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuauto-editeur
 
Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Luc Narduzzi
 
Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverEPSILIM
 
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10Hibah Shabkhez
 
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014i-voix
 

Similaire à Support oral histoire des arts (20)

Verlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemasVerlaine selección de poemas
Verlaine selección de poemas
 
Joe dassin
Joe dassinJoe dassin
Joe dassin
 
Anthologie reves
Anthologie revesAnthologie reves
Anthologie reves
 
Chansons concert 2017
Chansons concert 2017Chansons concert 2017
Chansons concert 2017
 
Win#25 mots maux
Win#25 mots mauxWin#25 mots maux
Win#25 mots maux
 
Delphine Simonis
Delphine SimonisDelphine Simonis
Delphine Simonis
 
Sonnets
SonnetsSonnets
Sonnets
 
Raymond queneau
Raymond queneauRaymond queneau
Raymond queneau
 
Magica Roma
Magica RomaMagica Roma
Magica Roma
 
L'automne
L'automneL'automne
L'automne
 
Poetry Prison Comoro, Railings All Around
Poetry Prison Comoro, Railings All AroundPoetry Prison Comoro, Railings All Around
Poetry Prison Comoro, Railings All Around
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
Aux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnuAux galops-de-l-inconnu
Aux galops-de-l-inconnu
 
2014 b2 en finale
  2014 b2 en finale  2014 b2 en finale
2014 b2 en finale
 
Calle Del Barco13
Calle Del Barco13Calle Del Barco13
Calle Del Barco13
 
Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3Diaporama chroniques lycéennes 3
Diaporama chroniques lycéennes 3
 
La littérature
La littératureLa littérature
La littérature
 
Ce que dit l'hiver
Ce que dit l'hiverCe que dit l'hiver
Ce que dit l'hiver
 
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10
Poetry Translation French - English Whitmarsh Poem 6 - 10
 
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
Cartographie littéraire i-voix 2013 2014
 

Plus de AnneBresard

Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfListe des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfAnneBresard
 
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfListe des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfAnneBresard
 
Liste des manuels en cours 2021 2022
Liste des manuels en cours 2021 2022Liste des manuels en cours 2021 2022
Liste des manuels en cours 2021 2022AnneBresard
 
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...AnneBresard
 
Nos cœurs tordus
Nos cœurs tordus Nos cœurs tordus
Nos cœurs tordus AnneBresard
 
Diaporama street art.compressed
Diaporama street art.compressedDiaporama street art.compressed
Diaporama street art.compressedAnneBresard
 
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuels
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuelsBientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuels
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuelsAnneBresard
 
Les résultats du grand concours du meilleur roman photo
Les résultats du grand concours du meilleur roman photoLes résultats du grand concours du meilleur roman photo
Les résultats du grand concours du meilleur roman photoAnneBresard
 
Le nouveau foyer est arrivé !
Le nouveau foyer est arrivé !Le nouveau foyer est arrivé !
Le nouveau foyer est arrivé !AnneBresard
 
Les différentes étapes de l'EPI 4B
Les différentes étapes de l'EPI 4BLes différentes étapes de l'EPI 4B
Les différentes étapes de l'EPI 4BAnneBresard
 
2 fiches pour bien utiliser Pronote
2 fiches pour bien utiliser Pronote 2 fiches pour bien utiliser Pronote
2 fiches pour bien utiliser Pronote AnneBresard
 
Séries de français Collège Grande Bastide Marseille
Séries de français Collège Grande Bastide MarseilleSéries de français Collège Grande Bastide Marseille
Séries de français Collège Grande Bastide MarseilleAnneBresard
 
Citer ses sources
Citer ses sourcesCiter ses sources
Citer ses sourcesAnneBresard
 
Un modèle de CV
Un modèle de CVUn modèle de CV
Un modèle de CVAnneBresard
 
Un modèle de CV
Un modèle de CVUn modèle de CV
Un modèle de CVAnneBresard
 
Liste des manuels en cours
Liste des manuels en coursListe des manuels en cours
Liste des manuels en coursAnneBresard
 
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internet
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internetGrille d'aide à l'évaluation d'un site internet
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internetAnneBresard
 
Plaquette de présentation de l'histoire des arts
Plaquette de présentation de l'histoire des artsPlaquette de présentation de l'histoire des arts
Plaquette de présentation de l'histoire des artsAnneBresard
 
Diaporama hda trimestre 1
Diaporama hda trimestre 1Diaporama hda trimestre 1
Diaporama hda trimestre 1AnneBresard
 

Plus de AnneBresard (20)

Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfListe des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
 
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdfListe des manuels en cours 2023-2024.pdf
Liste des manuels en cours 2023-2024.pdf
 
Liste des manuels en cours 2021 2022
Liste des manuels en cours 2021 2022Liste des manuels en cours 2021 2022
Liste des manuels en cours 2021 2022
 
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...
Les élèves de 6ème B et C ont vu Coraline ... Un film d'animation très inquié...
 
Nos cœurs tordus
Nos cœurs tordus Nos cœurs tordus
Nos cœurs tordus
 
Diaporama street art.compressed
Diaporama street art.compressedDiaporama street art.compressed
Diaporama street art.compressed
 
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuels
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuelsBientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuels
Bientôt la fin de l'année scolaire ... Tout sur la remise des manuels
 
Les résultats du grand concours du meilleur roman photo
Les résultats du grand concours du meilleur roman photoLes résultats du grand concours du meilleur roman photo
Les résultats du grand concours du meilleur roman photo
 
Le nouveau foyer est arrivé !
Le nouveau foyer est arrivé !Le nouveau foyer est arrivé !
Le nouveau foyer est arrivé !
 
Les différentes étapes de l'EPI 4B
Les différentes étapes de l'EPI 4BLes différentes étapes de l'EPI 4B
Les différentes étapes de l'EPI 4B
 
2 fiches pour bien utiliser Pronote
2 fiches pour bien utiliser Pronote 2 fiches pour bien utiliser Pronote
2 fiches pour bien utiliser Pronote
 
Séries de français Collège Grande Bastide Marseille
Séries de français Collège Grande Bastide MarseilleSéries de français Collège Grande Bastide Marseille
Séries de français Collège Grande Bastide Marseille
 
Tutoriel padlet
Tutoriel padletTutoriel padlet
Tutoriel padlet
 
Citer ses sources
Citer ses sourcesCiter ses sources
Citer ses sources
 
Un modèle de CV
Un modèle de CVUn modèle de CV
Un modèle de CV
 
Un modèle de CV
Un modèle de CVUn modèle de CV
Un modèle de CV
 
Liste des manuels en cours
Liste des manuels en coursListe des manuels en cours
Liste des manuels en cours
 
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internet
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internetGrille d'aide à l'évaluation d'un site internet
Grille d'aide à l'évaluation d'un site internet
 
Plaquette de présentation de l'histoire des arts
Plaquette de présentation de l'histoire des artsPlaquette de présentation de l'histoire des arts
Plaquette de présentation de l'histoire des arts
 
Diaporama hda trimestre 1
Diaporama hda trimestre 1Diaporama hda trimestre 1
Diaporama hda trimestre 1
 

Support oral histoire des arts

  • 1. L'affiche rouge Strophes pour se souvenir Louis Aragon
  • 2. Strophes pour se souvenir Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes Ni l'orgue ni la prière aux agonisants Onze ans déjà que cela passe vite onze ans Vous vous étiez servi simplement de vos armes La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants L'affiche qui semblait une tache de sang Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles Y cherchait un effet de peur sur les passants Nul ne semblait vous voir français de préférence Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE Et les mornes matins en étaient différents Tout avait la couleur uniforme du givre À la fin février pour vos derniers moments Et c'est alors que l'un de vous dit calmement Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses Adieu la vie adieu la lumière et le vent Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses Quand tout sera fini plus tard en Erivan Un grand soleil d'hiver éclaire la colline Que la nature est belle et que le cœur me fend La justice viendra sur nos pas triomphants Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent Vingt et trois qui donnaient leur coeur avant le temps Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant. Louis Aragon, Le Roman Inachevé
  • 4. Acte II, scène 2 Le jardin de Capulet. Sous les fenêtres de l'appartement de Juliette. Entre Roméo. ROMÉO. - Il se rit des plaies, celui qui n'a jamais reçu de blessures ! (Apercevant Juliette qui apparaît à une fenêtre.) Mais doucement ! Quelle lumière jaillit par cette fenêtre ? Voilà l'Orient, et Juliette est le soleil ! Lève-toi, belle aurore, et tue la lune jalouse, qui déjà languit et pâlit de douleur parce que toi, sa prêtresse, tu es plus belle qu'elle-même ! Ne sois plus sa prêtresse, puisqu'elle est jalouse de toi ; sa livrée de vestale est maladive et blême, et les folles seules la portent : rejette-la !... Voilà ma dame ! Oh ! Voilà mon amour ! Oh ! si elle pouvait le savoir !... Que dit-elle ? Rien ... Elle se tait ... Mais non ; son regard parle, et je veux lui répondre ... Ce n'est pas à moi qu'elle s'adresse. Deux des plus belles étoiles du ciel, ayant affaire ailleurs, adjurent ses yeux de vouloir bien resplendir dans leur sphère jusqu'à ce qu'elles reviennent. Ah ! Si les étoiles se substituaient à ses yeux, en même temps que ses yeux aux étoiles, le seul éclat de ses joues ferait pâlir la clarté des astres, comme le grand jour, une lampe ; et ses yeux, du haut du ciel, darderaient une telle lumière à travers les régions aériennes, que les oiseaux chanteraient, croyant que la nuit n'est plus. Voyez comme elle appuie sa joue sur sa main ! Oh ! Que ne suis-je le gant de cette main ! Je toucherais sa joue ! JULIETTE. - Hélas ! ROMÉO. - Elle parle ! Oh ! Parle encore, ange resplendissant ! Car tu rayonnes dans cette nuit, au-dessus de ma tête, comme le messager ailé du ciel, quand, aux yeux bouleversés des mortels qui se rejettent en arrière pour le contempler, il devance les nuées paresseuses et vogue sur le sein des airs ! JULIETTE. - ô Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m'aimer, et je ne serai plus une Capulet. ROMÉO, à part. - Dois-je l'écouter encore ou lui répondre ? JULIETTE. - Ton nom seul est mon ennemi. Tu n'es pas un Montague, tu es toi-même. Qu'est-ce qu'un Montague ? Ce n'est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni un visage, ni rien qui fasse partie d'un homme... Oh ! Sois quelque autre nom ! Qu'y a-t- il dans un nom ? Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s'appellerait plus Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu'il possède ... Roméo, renonce à ton nom ; et, à la place de ce nom qui ne fait pas partie de toi, prends-moi tout entière. ROMÉO. - Je te prends au mot ! Appelle-moi seulement ton amour et je reçois un nouveau baptême : désormais je ne suis plus Roméo. JULIETTE. - Quel homme es-tu, toi qui, ainsi caché par la nuit, viens de te heurter à mon secret ? ROMÉO. - Je ne sais par quel nom t'indiquer qui je suis. Mon nom, sainte chérie, m'est odieux à moi-même, parce qu'il est pour toi un ennemi : si je l'avais écrit là, j'en déchirerais les lettres. JULIETTE. - Mon oreille n'a pas encore aspiré cent paroles proférées par cette voix, et pourtant j'en reconnais le son. N'es-tu pas Roméo et un Montague ? ROMÉO. - Ni l'un ni l'autre, belle vierge, si tu détestes l'un et l'autre. JULIETTE. - Comment es-tu venu ici, dis-moi ? Et dans quel but ? Les murs du jardin sont hauts et difficiles à gravir. Considère qui tu es : ce lieu est ta mort, si quelqu'un de mes parents te trouve ici. ROMÉO. - J'ai escaladé ces murs sur les ailes légères de l'amour : car les limites de pierre ne sauraient arrêter l'amour, et ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter ; voilà pourquoi tes parents ne sont pas un obstacle pour moi. JULIETTE. - S'ils te voient, ils te tueront.
  • 5. ROMÉO. - Hélas ! il y a plus de péril pour moi dans ton regard que dans vingt de leurs épées : que ton œil me soit doux, et je suis à l'épreuve de leur inimitié. JULIETTE. - Je ne voudrais pas pour le monde entier qu'ils te vissent ici. ROMÉO. - J'ai le manteau de la nuit pour me soustraire à leur vue. D'ailleurs, si tu ne m'aimes pas, qu'ils me trouvent ici ! J'aime mieux ma vie finie par leur haine que ma mort différée sans ton amour. JULIETTE. - Quel guide as-tu donc eu pour arriver jusqu'ici ? ROMÉO. - L'amour, qui le premier m'a suggéré d'y venir : il m'a prêté son esprit et je lui ai prêté mes yeux. Je ne suis pas un pilote ; mais, quand tu serais à la même distance que la vaste plage baignée par la mer la plus lointaine, je risquerais la traversée pour une denrée pareille. JULIETTE. - Tu sais que le masque de la nuit est sur mon visage ; sans cela, tu verrais une virginale couleur colorer ma joue, quand je songe aux paroles que tu m'as entendue dire cette nuit. Ah ! Je voudrais rester dans les convenances ; je voudrais, je voudrais nier ce que j'ai dit. Mais adieu, les cérémonies ! M'aimes-tu ? Je sais que tu vas dire oui, et je te croirai sur parole. Ne le jure pas : tu pourrais trahir ton serment : les parjures des amoureux font, dit-on, rire Jupiter ... Oh ! Gentil Roméo, si tu m'aimes, proclame-le loyalement : et si tu crois que je me laisse trop vite gagner je froncerai le sourcil, et je serai cruelle, et je te dirai non, pour que tu me fasses la cour : autrement, rien au monde ne m'y déciderait ... En vérité, beau Montague, je suis trop éprise, et tu pourrais croire ma conduite légère ; mais crois-moi, gentilhomme, je me montrerai plus fidèle que celles qui savent mieux affecter la réserve. J'aurais été plus réservée, il faut que je l'avoue, si tu n'avais pas surpris, à mon insu, l'aveu passionné de mon amour : pardonne-moi donc et n'impute pas à une légèreté d'amour cette faiblesse que la nuit noire t'a permis de découvrir. ROMÉO. - Madame, je jure par cette lune sacrée qui argente toutes ces cimes chargées de fruits !... JULIETTE. - Oh ! Ne jure pas par la lune, l'inconstante lune dont le disque change chaque mois, de peur que ton amour ne devienne aussi variable ! ROMÉO. - Par quoi dois-je jurer ? JULIETTE. - Ne jure pas du tout ; ou, si tu le veux, jure par ton gracieux être, qui est le dieu de mon idolâtrie, et je te croirai. ROMÉO. - Si l'amour profond de mon cœur ... JULIETTE. - Ah ! Ne jure pas ! Quoique tu fasses ma joie, je ne puis goûter cette nuit toutes les joies de notre rapprochement ; il est trop brusque, trop imprévu, trop subit, trop semblable à l'éclair qui a cessé d'être avant qu'on ait pu dire : il brille !... Doux ami, bonne nuit ! Ce bouton d'amour, mûri par l'haleine de l'été, pourra devenir une belle fleur, à notre prochaine entrevue ... Bonne nuit, bonne nuit ! Puisse le repos, puisse le calme délicieux qui est dans mon sein, arriver à ton cœur ! ROMÉO. - Oh ! Vas-tu donc me laisser si peu satisfait ? JULIETTE. - Quelle satisfaction peux-tu obtenir cette nuit ? ROMÉO. - Le solennel échange de ton amour contre le mien. JULIETTE. - Mon amour ! Je te l'ai donné avant que tu l'aies demandé. Et pourtant je voudrais qu'il fût encore à donner. ROMÉO. - Voudrais-tu me le retirer ? Et pour quelle raison, mon amour ? JULIETTE. - Rien que pour être généreuse et te le donner encore. Mais je désire un bonheur que j'ai déjà : ma libéralité est aussi illimitée que la mer, et mon amour aussi profond : plus je te donne, plus il me reste, car l'une et l'autre sont infinis. (On entend la voix de la nourrice.) J'entends du bruit dans la maison. Cher amour, adieu ! J'y vais, bonne nourrice ! ... Doux Montague, sois fidèle. Attends un moment, je vais revenir (Elle se retire de la fenêtre.) ROMÉO. - Ô céleste, céleste nuit ! J'ai peur, comme il fait nuit, que tout ceci ne soit qu'un rêve, trop délicieusement flatteur pour être réel.
  • 6. La partie de cartes Fernand Léger
  • 8. La vie est belle
  • 10. L'ouvrier et la kolkhozienne