sss

Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013

Periodicity : Bimonthly

Printrun : 61,000

BERKELEY

BELGIUM

12/

PARA1T 6 ...
Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013

Periodicity : Bimonthly

Printrun : 61,000

BERKELEY

BELGIUM

TO MEET

BERKELEY I...
Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013

Periodicity : Bimonthly

Printrun : 61,000

BERKELEY

BELGIUM

Genevieve Heintz et...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Trends Style a rencontré Berkeley International, agence de rencontres exclusives

832 vues

Publié le

He. She. We. Berkeley International joue les entremetteurs discrets pour célibataires de niveau socio- culturel élévé et très investis professionnellement. Trends Style a rencontré les deux directeurs de la filiale belge.
He, she and Ni agence matrimoniale, ni agence de rencontres. Plutôt une agence d'introduction. Berkeley International joue les entremetteurs discrets pour célibataires de niveau socio-culturel élevé et tres investis professionnellement. Trends Style a rencontré les deux managers de la filiale belge. sujet n'est plus tabou.. The millionaire matchmaker». C'est ainsi qu'a été surnommée Berketey International. Mairead Molloy a fondé sa societe, a Londres, en 2002, apres avoir constate qu'il n'existait pas, sur le marché des agences de rencontres pour célibataires en quete d'une relation durable, de niche dédiee aux profits haut de gamme : chefs d'entreprise, CEO, hauts et moyens cadres, professions liberates, personnalités... Soit une classe de gens exigeants qui, en raison de leur visibilité, de [our expertise, de leur fortune, ne peuvent se permettre de s'orienter vers les moyens de rencontre usuels - dont les sites en ligne -, ou qui craignent de n'être courtises que pour [our capital ou leur notoriété. NI PAPILLONNAGE NI CONVOITISE Durant [a decennie qui a suivi, la société a ouvert plusieurs filiales - un bureau devient rentable a partir de 300 membres inscrits - dans le monde : Nice, Monaco, New York, Manchester, Australie... En tent que capitale de ['Europe, Bruxelles se devait, elle aussi, d'avoir son agence. Celle-ci a eté mise sur pied en 2012 avant Paris - a ['initiative d'un duo: Genevieve Heintz et Annemieke Dubois qui, de par lour parcours professionnel, avaient toutes deux une longue experience dans le domaine des ressources humaines. Genevieve Heintz: «Nous avions eu connaissance d'un article consacré a Mairead Molloy. Elle y expliquait qu'elle recevait de nombreuses demandes emanant de Belgique. Nous avons des [ors decide de la rencontrer. Bien entendu, notre bureau recoit plusieurs demandes d'expatriés, mais de plus en plus de - vrais - Belges s'adressent également a nous. Nos membres nous demandent d'effectuer une recherche en Belgique ou audela. Dans ce dernier cas, nous travaillons en collaboration avec les autres L'etendue du champ géographique est, bien entendu, l'un des facteurs qui determine la - haute - tarification pratiquée par le bureau. Mais la cotisation exigée quelques milliers d'euros - se veut aussi selective, permettant d'opérer d'emblee un filtrage. «It s'agit toujours de rencontres de haut standing. Et nos membres aspirent a une relation de valeur, fiable et épanouie», poursuit Genevieve Heintz. «Nous refusons absolument les motivations d'argent et d'aventure sans tendemain. Jusqu'a present, la demande a été plus forte a Bruxelles et en Flandre. Le pays compte de nombreux entrepreneurs tres investis dans leur travail.

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
832
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
33
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Trends Style a rencontré Berkeley International, agence de rencontres exclusives

  1. 1. sss Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013 Periodicity : Bimonthly Printrun : 61,000 BERKELEY BELGIUM 12/ PARA1T 6 FOIS PAR AN / SUPPLEMENIT DU TRENDS-TENDANCES N° N' 48 DU 28 NOVEMBRE AU 4 DECEMBRE 2013 / ISSN 2034-838X DOSSIER SPECIAL VINS, CHAMPAGNES, SPIRITUEUX UELEG A N CHEZ SONY A TOKYO !Ts ALL IN THE GAME HAMILTON, RAIDILLON, ROLEX TOUR D'HORLOGES On t WILD S 111611110 LABELS / LOOKS ROBERT PATTINSON POUR DIOR HOMME TIME / MOTEURS ACTION / DESIGN / PEOPLE Afin de garantir le respect des droits d'auteur relatif aux contenus de presse fournis, nous vous rappelons l'application de l'article 7 de nos conditions générales de vente à toute utilisation autre que la simple consultation
  2. 2. Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013 Periodicity : Bimonthly Printrun : 61,000 BERKELEY BELGIUM TO MEET BERKELEY INTERNAPONAL He, she and Ni agence matrimoniale, ni agence de rencontres. Plutôt une agence d'introduction. Berkeley International joue les entremetteurs discrets pour célibataires de niveau socio-culturel élevé et tres investis professionnellement. Trends Style a rencontré les deux managers de la filiale belge. sujet n'est plus tabou.. TEXTE MORGANE LEVENEZ T he millionaire matchmaker». C'est ainsi qu'a été surnommée Mairead Molloy, Global Managing Director de Berketey International. Cette Irlandaise a fondé sa societe, a Londres, en 2002, apres avoir constate qu'il n'existait pas, sur le marché des agences de rencontres pour célibataires en quete d'une relation durable, de niche dédiee aux profits haut de gamme : chefs d'entreprise, CEO, hauts et moyens cadres, professions liberates, personnalités... Soit une classe de gens exigeants qui, en raison de leur visibilité, de [our expertise, de leur fortune, ne peuvent se permettre de s'orienter vers les moyens de rencontre usuels - dont les sites en ligne -, ou qui craignent de n'être courtises que pour [our capital ou leur notoriété. NI PAPILLONNAGE NI CONVOITISE Durant [a decennie qui a suivi, la société a ouvert plusieurs filiales - un bureau devient rentable a partir de 300 membres inscrits - dans le monde : Nice, Monaco, New York, Manchester, Australie... En tent que capitate de ['Europe, Bruxelles se devait, elle aussi, d'avoir son agence. Celle-ci a eté mise sur pied en 2012 avant Paris - a ['initiative d'un duo: Genevieve Heintz et Annemieke Dubois qui, de par lour parcours professionnel, avaient toutes deux une longue experience dans le domaine des ressources humaines. Genevieve Heintz: «Nous avions eu connaissance d'un article consacré a Mairead Molloy. Elle y expliquait qu'elle recevait de nombreuses demandes emanant de Belgique. Nous avons des [ors decide de la rencontrer. Bien entendu, notre bureau recoit plusieurs demandes d'expatriés, mais de plus en plus de - vrais - Belges s'adressent également a nous. Nos membres nous demandent d'effectuer une recherche en Belgique ou audela. Dans ce dernier cas, nous travaillons en collaboration avec les autres L'etendue du champ géographique est, bien entendu, l'un des facteurs qui determine la - haute - tarification pratiquée par le bureau. Mais la cotisation exigée quelques milliers d'euros - se veut aussi selective, permettant d'opérer d'emblee un filtrage. «It s'agit toujours de rencontres de haut standing. Et nos membres aspirent a une relation de valeur, fiable et épanouie», poursuit Genevieve Heintz. «Nous refusons absolument les motivations d'argent et d'aventure sans tendemain. Jusqu'a present, la demande a été plus forte a Bruxelles et en Flandre. Le pays compte de nombreux entrepreneurs tres investis dans leur travail et, par consequent, maitrisant peu [our vie sentimentate », ajoute Annemieke Dubois. « Nous touchons de nombreux trentenaires en gate d'une relation répondant leurs attentes. » LA FIN D'UN TABOU En Occident, les rencontres par le biais d'entremetteurshuses ont connu de belles heures aux 18° et 19e siècles - ['ere des mariages arranges -, avant de faire place peu a peu aux unions d'élection. Jusqu'il y a une vingtaine d'années encore, les bars et les boites de nuit étaient des tieux de predilection pour les rencontres, Afin de garantir le respect des droits d'auteur relatif aux contenus de presse fournis, nous vous rappelons l'application de l'article 7 de nos conditions générales de vente à toute utilisation autre que la simple consultation
  3. 3. Style Trends (FR) - Belgium 28/11/2013 Periodicity : Bimonthly Printrun : 61,000 BERKELEY BELGIUM Genevieve Heintz et Annemieke Iu.ois, managers de La filiale beige. mais les priorités données au travaR et a la carriére (y compris pour les femmes), ['emergence des nouvelles technologies, La plus grande mobilite des personnes, le recul de ['age auquel on se marie et le déclin du mariage en general, ont favorisé d'autres modalités de rencontres - dont le dating en ligne et le speed dating - et décomplexé le recours aux formules de l'entremise. Genevieve Heintz: « Le sujet n'est plus tabou. Et le bouche-e-oreille fonctionne bien. Contre toute attente, nous touchons de tres nombreux trentenaires. Malgre le niveau et le coOt elevés, des jeunes s'adressent a nous car Leurs réseaux ne leur permettent pas d'établir une relation répondant a leurs attentes.» Pour pouvoir offrir un service sur mesure, il est indispensable que soit merle un entretien approfondi avec le client. Cette conversation dure de deux a trois heures et porte sur ses centres d'intérêt mais aussi sur son histoire personnelle. Annemieke Dubois: «Nous prenons le temps de le mettre en confiance. Nous ['interrogeons sur sa vie, sur ses ambitions, sur ses goOts - en matiere de sport, de culture, de voyages - et sur ses valeurs.» Cette interview permet de dresser un pro- fil précis et, notamment, de bien situer le niveau d'éducation, un critere parmi les plus importants. Genevieve Heintz: «Il indique d'emblée si deux personnes peuvent s'accorder. Par ailleurs, nous ne demandons jamais le montant du salaire. Mais le mode de vie et le type de loisirs en disent long sur le statut financier...». IIn'est pas question toutefois pour le duo d'accepter pour membres des gens qu'il ne pense pas pouvoir eider. Genevieve Heintz: <<IL nous est arrive de refuser des personnes fermées, refusant l'échange, manifestant des difficuttés relationnelles. Si nous jouons un role de coach - nous écoutons, encourageons, consolons parfois même car certaines personnel:I -Les fortes ne sont pas habituées a rencontrer l'échec -, nous ne pouvons pas aider Les gens a remettre leur existence en ordre. Pour eller a la rencontre de l'autre, faut etre en accord avec soi-même». CUPIDON, OU NON? Chez Berkeley International, c'est ['intuition et ['experience de L'équipe plutôt que ['analyse informatique des compatibilites potentielles, qui décident de ['organisation des rencontres. Les deux membres concernés doivent avoir donne leur accord sur leur profit mutuel mais la prise de contact se déroule de maniere assez old school. Genevieve Heintz: «C'est toujours Chomme qui est invite a prendre ['initiative de contacter La femme pour organiser un rendez-vous. Ils doivent par [a suite nous tenir trés clairement informees de la situation, que la relation s'arrate ou qu'elle se poursuive sur te mode amoureux ou amical». Car, faute de déboucher d'emblée sur le partenaire ad hoc, cette quête d'une âme sceur améne souvent les membres a élargir leur cercle social. Annemieke Dubois: « Notre taux de réussite, pour des relations allant au-dela de six mois, est de 75 a 90%. L'age a son importance. A 30 ans, on desire encore fonder une famille, construire. Apres 50 ans, on repart sur d'autres bases, chacun ayant son vécu propre». Mais si l'agence Berkeley International peut beaucoup de choses, (l en est une sur laquelle elle n'a aucune prise: l'étincelle, l'alchimie qui peuvent naitre entre deux êtres. La, c'est encore au «client» qu'il revient d'écrire sa propre histoire.1 www.berkeley-international.corn/be Afin de garantir le respect des droits d'auteur relatif aux contenus de presse fournis, nous vous rappelons l'application de l'article 7 de nos conditions générales de vente à toute utilisation autre que la simple consultation

×