Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Guadeloupe

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
– ATTRACTIVITÉ ET
EMPLOI CADRE EN
GUADELOUPE–
LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE
– Attractivité économique : atouts et
faiblesses de...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE2
–
UNE POPULATION CONCENTRÉE DANS LA
PRINCIPALE AGGLOMÉRATION
–
Départem...
APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 3
1. Recensement de la population en
Guadeloupe : 402 119 habitants au
1...
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 12 Publicité

Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Guadeloupe

Télécharger pour lire hors ligne

Un dossier de l'Apec sur l'attractivité économique (atouts et faiblesses) et l'emploi cadre en Guadeloupe.
Archipel situé dans les Antilles, la Guadeloupe se caractérise par une forte concentration de la population autour de Pointe-à-Pitre, et compte des habitants jeunes et mobiles. Son tissu économique est constitué en majorité de petites entreprises
et principalement tourné vers le secteur tertiaire. Comme dans les autres territoires ultramarins, une part importante des emplois relève de la fonction publique. L’économie guadeloupéenne connaît une embellie depuis quelques années, avec une croissance supérieure à celle de la France métropolitaine notamment en 2013. La proportion de cadres est plus faible qu’au niveau national, toutefois les fonctions de gestion, conception-recherche et prestations intellectuelles se développent. De plus, les projets de recrutements de cadres en Guadeloupe sont à la hausse pour 2016 et devraient avoisiner 650 postes.

Un dossier de l'Apec sur l'attractivité économique (atouts et faiblesses) et l'emploi cadre en Guadeloupe.
Archipel situé dans les Antilles, la Guadeloupe se caractérise par une forte concentration de la population autour de Pointe-à-Pitre, et compte des habitants jeunes et mobiles. Son tissu économique est constitué en majorité de petites entreprises
et principalement tourné vers le secteur tertiaire. Comme dans les autres territoires ultramarins, une part importante des emplois relève de la fonction publique. L’économie guadeloupéenne connaît une embellie depuis quelques années, avec une croissance supérieure à celle de la France métropolitaine notamment en 2013. La proportion de cadres est plus faible qu’au niveau national, toutefois les fonctions de gestion, conception-recherche et prestations intellectuelles se développent. De plus, les projets de recrutements de cadres en Guadeloupe sont à la hausse pour 2016 et devraient avoisiner 650 postes.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Publicité

Similaire à Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Guadeloupe (20)

Plus par Apec (20)

Publicité

Plus récents (20)

Etude Apec - Attractivité et emploi cadre en Guadeloupe

  1. 1. – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE– LESÉTUDESDEL’EMPLOICADRE – Attractivité économique : atouts et faiblesses de la Guadeloupe – Emploi cadre et perspectives 2016 N°2016-25 MAI 2016 Archipel situé dans les Antilles, la Guadeloupe se caractérise par une forte concentration de la popu- lation autour de Pointe-à-Pitre, et compte des habitants jeunes et mobiles. Son tissu économique est constitué en majorité de petites entreprises et principalement tourné vers le secteur tertiaire. Comme dans les autres territoires ultramarins, une part importante des emplois relève de la fonction publique. L’économie guadeloupéenne connaît une embellie depuis quelques années, avec une crois- sance supérieure à celle de la France métropoli- taine notamment en 2013. La proportion de cadres est plus faible qu’au niveau national, toutefois les fonctions de gestion, conception-recherche et pres- tations intellectuelles se développent. De plus, les projets de recrutements de cadres en Guadeloupe sont à la hausse pour 2016 et devraient avoisiner 650 postes.
  2. 2. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE2 – UNE POPULATION CONCENTRÉE DANS LA PRINCIPALE AGGLOMÉRATION – Département français d’Outre-Mer, la Guadeloupe est une région ultrapériphérique de l’Union Européenne. Elle est constituée d’un archipel comptant cinq groupes d’îles, situé dans les Antilles. Le paysage gua- deloupéen est impacté par l’activité humaine : l’urba- nisation et la périurbanisation accélérées, le dévelop- pement des cultures intensives de la banane et de la canne à sucre en particulier ont fortement modifié l’environnement naturel de la Guadeloupe. La forêt tropicale est restreinte et a même disparu à faible altitude. De plus, les cultures intensives sont à l’ori- gine de pollutions sensibles. Dans cette région assez dense (247 habitants / km²), l’espace habitable et les logements viennent à man- quer. En effet, un tiers des terres est exploité par l’agriculture ou inhabitable en raison du relief. Ainsi l’agglomération pointoise, qui compte Pointe-à-Pitre, Les Abymes, Baie-Mahault, Gosier et sept autres com- munes, regroupe à elle seule plus de 60 % de la popu- lation du territoire. – UNE DÉMOGRAPHIE STABLE – En 2013, la Guadeloupe comptait 403 600 habi- tants. Elle figure parmi les cinq régions françaises enregistrant le plus faible taux de croissance annuel moyen de la population sur les cinq dernières années (+0,2 %) (Tableau 1). A titre de comparaison, la Guyane (+ 2,2 %) est la région la plus dynamique de France tandis que la Martinique (- 0,6 %) voit sa population diminuer. Ce faible taux de croissance s’explique par l’érosion du solde naturel (naissances - décès) qui compensait jusqu’à présent un solde migratoire négatif. Comme pour la Guyane et la Mar- tinique, beaucoup de jeunes de 15 à 29 ans quittent l’île pour suivre leurs études supérieures ou débuter leur vie professionnelle. Ainsi, la part des moins de 30 ans dans la population guadeloupéenne a dimi- nué de 2,4 points entre 2007 et 2012, tout en restant supérieure à celle observée en France (Tableau 2). –ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE : ATOUTS ET FAIBLESSES DE LA GUADELOUPE– Grand-Bourg Bouillante Gourbeyre St-Claude Goyave Saint- -Barthélemy Morne-à-l'Eau Petit-Bourg Saint-AnnePointe-Noire Lamentin Anse-Bertrand Trois-Rivières le Moule St-François Les Abymes Vieux-Habitants Petit-Canal le Gosier Saint-Martin Sainte-Rose Baie- -Mahault Capesterre- -Belle-Eau Pointe-à-Pitre BASSE-TERRE St-Louis les Saintes La Désirade Capesterre- -de-Marie-Galante PAYS-BAS M e r d e s A n t i l l e s O C É A N A T L A N T I Q U E N O R D –Carte 1–
  3. 3. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 3 1. Recensement de la population en Guadeloupe : 402 119 habitants au 1er janvier 2013, Insee Flash Guadeloupe Antilles-Guyane n°30, L. Le Corre, janvier 2016 2. Source : Rapport annuel 2014 Guadeloupe, Institut d’Emission des Départements d’Outre-Mer Guadeloupe France Population en 2013 403 645 65 500 000 Taux de variation annuel moyen entre 2006 et 2013 +0,2% +0,5% Dû au mouvement naturel +0,7% +0,4% Dû au solde apparent des entrées et des sorties -0,5% +0,1% Source: Insee, estimations de population 1999-2013 –Tableau 1– Évolution démographique en Guadeloupe et en France métropolitaine entre 2006 et 2013 A noter que l’évolution démographique de la Guade- loupe n’est pas homogène sur le territoire. Seuls le Nord et la Riviera voient leur population augmenter en 2013, notamment la communauté d’aggloméra- tion du Nord Grande-Terre, celle de La Riviera du Le- vant ou encore du Nord Basse-Terre alors que dans le même temps les autres territoires intercommunaux perdent des habitants1 . Guadeloupe France métropolitaine France PIB (millions d'euros) 8 033 1 995 786 2 032 297 PIB par habitant (euros) 19 810 31 420 31 076 Source: Insee, 2012 –Tableau 3– Le produit intérieur brut en 2012 –Tableau 2– Répartition de la population entre 2007 et 2012 selon la tranche d’âge (%) Guadeloupe France 2007 2012 2012 Moins de 30 ans 40,8 38,4 36,7 30 à 44 ans 22,6 19,4 19,7 45 à 59 ans 19,4 21,9 20 60 à 74 ans 11,4 13,6 14,6 75 ans ou plus 5,7 6,8 9 Sources : Insee, RP2007 et RP2012 exploitations principales – UNE LÉGÈRE REPRISE ÉCONOMIQUE – L’économie guadeloupéenne connait une phase de reprise depuis 2010. Si la croissance enregistrée n’est pas très forte (+0,7 % en 2013, contre +0,8 % en 2012), elle est supérieure à celle de la France (+0,3 %) et de la Martinique voisine (-0,5 %)2 . Le PIB par habitant en Guadeloupe s’élevait à 19 810 € en 2012 (Tableau 3). Très inférieur à celui mesuré à l’échelle nationale, il est toutefois plus élevé qu’à La Réunion ou en Guyane. En revanche, il est devancé par celui de la Martinique. La Guade- loupe génère un des PIB par habitant les plus élevés des Caraïbes, après celui de Saint-Barthélemy, de Trinidad-et-Tobago et de la Martinique.
  4. 4. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE4 – UNE ÉCONOMIE RÉSOLUMENT TERTIAIRE – Le tissu économique guadeloupéen se distingue par la forte proportion de très petites entreprises : en 2014, 81 % n’ont pas de salariés. Au total, 97 % des entreprises guadeloupéennes comptent moins de 10 salariés. La Guadeloupe est peu tournée vers le com- merce international, son économie répond essentiel- lement aux besoins de la population locale et aux touristes. L’économie guadeloupéenne est principalement por- tée par le secteur tertiaire qui génèrait 87 % de la valeur ajoutée de la région en 2012. C’est le cas pour l’ensemble de l’économie française, mais dans une moindre mesure (79 % en 2012). Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale Commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration Activités immobilières Activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien Construction Industries manufacturières, industries extractives et autres Activités financières et d'assurance Information et communication Agriculture, sylviculture et pêche Autres activités de services 38 % 23 % 16 % 18 % 13 % 13 % 7 % 13 % 14 % 6 % 6 % 5 % 5 % 4 % 4 % 5 % 3 % 2 % 4 % 3 % Guadeloupe France Source : Insee, base 2010 –Figure 1– Répartition de la valeur ajoutée par branche en 2012 En Guadeloupe, l’administration publique, l’enseigne- ment, la santé humaine et l’action sociale génère la part la plus importante de valeur ajoutée régionale (38 %), devant celle du commerce, transport, héber- gement, restauration (16 %) ou encore des activités immobilières (13 %). Le tourisme contribue fortement au dynamisme de l’économie guadeloupéenne avec des retombées directes et indirectes pour de nom- breux secteurs d’activités. La valeur ajoutée produite par les industries manu- facturières, industries extractives, les activités scien- tifiques et techniques, services administratifs et de soutien est fortement sous représentée dans la région par rapport à l’ensemble de la France. En effet, la Guadeloupe ne dispose pas d’un tissu industriel très développé. Les produits agricoles et agroalimentaires représentent toujours une très grande part des expor- tations, mais ces activités ne génèrent plus que 3 % de la valeur ajoutée régionale (Figure 1).
  5. 5. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 5 En termes d’effectifs salariés, l’administration pu- blique, l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale sont également surreprésentées en Guade- loupe, comparativement à la France. Le secteur repré- sente à lui seul 45 % de l’emploi salarié, contre 33 % en France, en 2013 (Tableau 4). On retrouve cette même répartition des emplois par secteurs d’activité dans les autres territoires d’Outre-Mer, avec notam- ment l’importance de l’administration publique, l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale. Guadeloupe France Volume % Volume % Agriculture, sylviculture et pêche 1 766 2 233 701 1 Industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution 2 170 2 367 353 2 Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac 2 829 2 549 787 2 Cokéfaction et raffinage 0 0 9 730 0 Fabrication d'équipements électriques, électro- niques, informatiques ; fabrication de machines 261 0 439 213 2 Fabrication de matériels de transport 16 0 360 851 2 Fabrication d'autres produits industriels 3 090 3 1 466 493 6 Construction 5 706 5 1 387 027 6 Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles 14 614 12 3 018 911 13 Transports et entreposage 5 586 5 1 342 395 6 Hébergement et restauration 4 491 4 938 308 4 Information et communication 2 140 2 700 809 3 Activités financières et d'assurance 3 180 3 840 238 4 Activités immobilières 658 1 233 484 1 Activités scientifiques et techniques ; services administratifs et de soutien 10 822 9 2 927 313 12 Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale 52 503 45 7 743 096 32 Autres activités de services 7 169 6 1 291 744 5 Ensemble 117 001 100 23 850 453 100 Source : Insee, estimations localisées d’emploi et Enquête Emploi 2013 –Tableau 4– Emploi salarié selon le secteur d’activité détaillé au 31 décembre 2013 - Guadeloupe Dans la sphère marchande, le commerce regroupe 14 600 salariés avec notamment deux établisse- ments de la Grande distribution : l’hyper-Destrellan (344 salariés) et le Sofhyper des Abis (290). Quant aux activités scientifiques et techniques et les services administratifs et de soutien, ils concentrent 10 822 salariés. Les trois plus grands établissements concernent des activités de nettoyage : Prestations de Services Caraïbes (130 salariés); Pronet (140); Tout Net Nettoyage industriel (250).
  6. 6. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE6 – UN ÉCART ENTRE HOMMES ET FEMMES ACTIFS MOINS MARQUÉ – En 2014, la Guadeloupe comptait 123 700 actifs en emploi. Le taux d’activité y est de 63,3 %, soit un taux supérieur à celui observé en Guyane (59,6 %) mais proche de celui de la Martinique (65,4 %). En revanche, il est nettement inférieur au taux d’activité national (-7,7 points). Le taux d’activité des hommes est supérieur à celui des femmes, toutefois cet écart est moins marqué en Guadeloupe qu’en France (6,6 points contre 8 points). Le taux d’emploi en Guadeloupe est beaucoup plus faible que celui de la France, près de 16 points les séparent. Là encore, les écarts entre hommes et femmes persistent (Tableau 5). Taux d'activité Taux d'emploi Guadeloupe 63,3 48,1 Hommes 66,9 52,1 Femmes 60,3 44,8 France 71 64 Hommes 75,5 68 Femmes 67,5 61 Champ: Guadeloupe, personnes de 15 à 64 ans Source: Insee, enquête Emploi 2014 –Tableau 5– Taux d’activité et d’emploi en Guadeloupe et en France en 2014 – DÉFINITIONS – Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population correspondante. Le taux d’emploi est la proportion de personnes disposant d’un emploi parmi celles en âge de travailler (15 à 64 ans). – LES JEUNES SONT PARTICULIÈREMENT TOUCHÉS PAR LE CHÔMAGE – En 2014, le taux de chômage s’élèvait à 23,7 % en moyenne annuelle en Guadeloupe parmi la popula- tion de 15 ans ou plus. Ce taux est beaucoup plus élevé que celui observé en France métropolitaine (9,9 %) et place la Guadeloupe devant la Guyane (22,3 %) et la Martinique (19,4 %). Les jeunes gua- deloupéens comme ceux des autres Départements Français d’Amérique (DFA) sont particulièrement tou- chés par le chômage. Ainsi, 56,3 % des guadelou- péens de moins de 25 ans sont au chômage (Ta- bleau 6), contre 50,6 % en Martinique et 40 % en Guyane. Le diplôme reste la protection la plus efficace contre le chômage : les Guadeloupéens diplômés du supérieur sont nettement moins touchés par le chô- mage que les bacheliers, les titulaires d’un BEP ou d’un CAP et surtout les personnes n’ayant aucun di- plôme3 . Champ: Guadeloupe, personnes de 15 ans ou plus Source: Insee, enquête Emploi 2014 3. Un taux de chômage de 23,7% en moyenne en 2014, Rénovation de l’enquête Emploi en Guadeloupe, Insee Flash Guadeloupe Antilles-Guyane, n°17, P.-E. Treyens et M. Tantin Machecler, juin 2015 Guadeloupe France 15 ans ou plus 23,7 9,9 15 – 24 ans 56,3 23,4 25 – 49 ans 25,2 93 50 – 64 ans 13,9 6,9 –Tableau 6– Taux de chômage selon l’âge en 2014 (en %)
  7. 7. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 7 –EMPLOI CADRE ET PERSPECTIVES 2016– – DES FORMATIONS COURTES POUR L’ESSENTIEL DANS LE SUPÉRIEUR – En 2014-2015, les effectifs augmentent dans presque toutes les académies en France par rapport à 2013. Globalement, ils augmentent de 1,7 % dans les DOM, comme en France métropolitaine. Toutefois l’acadé- mie de Guadeloupe se démarque avec la plus faible augmentation (+ 0,9 %). La Guadeloupe comptait 9 466 élèves dans l’ensei- gnement supérieur en 2014-2015 et se plaçait juste devant la Martinique (8 243 élèves) mais loin derrière La Réunion (19 190 élèves). Les femmes sont surre- présentées parmi les effectifs de l’université des An- tilles : pour l’année universitaire 2014-2015, elles sont 62,2 % en Guadeloupe et en Martinique contre 58,4 % en moyenne nationale. La grande majorité des étudiants est inscrite à l’uni- versité, les élèves en STS sont très présents, tandis que les élèves en formations d’ingénieurs sont très peu nombreux et que les écoles de commerce sont ab- sentes du territoire. Dans les DOM, l’offre de formation diffère de celle proposée en France métropolitaine. En effet, il s’agit essentiellement de formations courtes (DUT, STS). A l’université notamment, la part des cursus de licence est plus importante qu’en France métropolitaine. L’université des Antilles (Guadeloupe et Martinique) compte 73 % d’inscrits en cursus licence, alors que les universités de métropole n’en comptent que 60 %. Cette part reste toutefois inférieure à celle de La Réu- nion et de la Guyane, dont les universités comptent la quasi totalité d’étudiants en cursus licence, voire même la totalité des effectifs à Mayotte (Tableau 7). Universités et académies Poids du cursus licence (%) Total France métro. (y compris ESPE) 60,0 Antilles 73,0 Guyane 89,4 Mayotte 100,0 La Réunion 83,5 Total DOM (y compris ESPÉ) 73,3 France métro. + DOM (y compris ESPÉ) 60,2 –Tableau 7– Poids du cursus Licence dans les universités en 2014-2015 Source: Repères et Références Statistiques 2015, MENESR-DEPP ESPE: Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education Les diplômés de l’enseignement supérieur représen- tent 17,5 % de la population guadeloupéenne de 15 ans ou plus. Cette part est très inférieure à celle obser- vée en métropole (26,4 %). Toutefois, la Guadeloupe compte plus de diplômés du supérieur que la Guyane (15 %) et que La Réunion (16,3 %). Elle est toutefois devancée par la Martinique (19 %)4 . La région ne parvient pas à garder ses diplômés de l’enseignement supérieur, qui sont particulièrement mobiles. Aux Antilles - Guyane, 45 % des diplômés ou étudiants du supérieur ne vivent pas dans leur région d’origine, contre 40 % au niveau national. Les diplômés du supérieur de Guadeloupe, de la Marti- nique et de la Guyane n’hésitent pas à changer de région afin de poursuivre leurs études ou débuter leur carrière professionnelle5 . 4. Source : Insee, Recensement de la population 2012, exploitation principale. 5. La Réunion garde ses diplômés du supérieur, Insee Analyses Réunion n°13, E. Fabre et A. Jonzo mars 2016
  8. 8. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE8 Guadeloupe France Nombre % % Ensemble 317 764 100 100 Agriculteurs exploitants 3 201 1 1 Artisans. commerçants. chefs entreprise 16 254 5 3 Cadres et professions intellectuelles supérieures 14 417 5 9 Professions intermédiaires 36 944 12 14 Employés 60 391 19 17 Ouvriers 35 498 11 13 Retraités 69 077 22 26 Autres personnes sans activité professionnelle 81 981 26 17 Champ: population totale de 15 ans ou plus Source: Insee, RP 2012 exploitation complémentaire –Tableau 8– Population selon la catégorie socioprofessionnelle en 2012 – UNE PROPORTION DE CADRES SEMBLABLE À CELLE DES AUTRES DOM – En 2012, 14 417 cadres et professions intellectuelles supérieures6 sont recensés en Guadeloupe, soit 5 % de la population totale de 15 ans ou plus (Ta- bleau 8). Cette part est en deçà de celle observée en France, qui s’élève à 9 %. Néanmoins elle est sem- blable à celles présentes dans les autres régions d’Outre-Mer : 4 % à La Réunion, 5 % en Guyane et en Martinique. La faible présence des cadres s’ex- plique par la structure économique de la région, com- posée de petites entreprises, tournée vers les secteurs d’activité du commerce et des services, et l’absence de sièges sociaux. Si les fonctions de gestion, de conception-recherche et de prestations intellectuelles connaissent une croissance en termes d’emplois sala- riés, cela ne compense pas leur sous-représentation sur le territoire. Au 31 décembre 2015, la Guadeloupe comptait 1 480 demandeurs d’emploi cadre inscrits à Pôle Emploi (catégories A, B et C). Ils représentent 28 % des demandeurs d’emploi cadre dans les DOM. Les demandeurs d’emploi cadres sont majoritaire- ment sans emploi et tenus de faire des actes de re- cherche d’emploi : 84 % des demandeurs d’emploi cadres de catégorie A. Contrairement à la Martinique et la Guyane, le nombre de demandeurs d’emploi cadres en Guadeloupe a augmenté sur un an (+4 %), à l’instar de l’augmentation observée en France (Ta- bleau 9). 6 La notion de cadres pour l’Insee recouvre un champ plus large avec notamment les cadres appartenant à l’administration publique et les enseignants. L’Apec ne prend en compte que les cadres du secteur privé (cotisants AGIRC articles 4 et 4 bis). Au 31 décembre 2015 Évolution sur un an (en %) Catégories A, B, C Catégorie A Catégories A, B, C Catégorie A Martinique 1 160 990 -3 -6 Guadeloupe 1 480 1 240 4 2 Guyane 380 320 -3 0 Réunion 2 350 1 880 5 1 France entière 335 580 247 450 4 1 Source: STMT - Pôle Emploi, 2015 –Tableau 9– Demandeurs d’emploi cadres dans les DOM
  9. 9. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 9 – LES POSTES DE CADRES RECHERCHÉS EN 2015 – 422 offres d’emploi concernant la Guadeloupe ont été publiées sur Apec.fr en 2015. A l’échelle des DOM (hors Mayotte), ce sont 1 943 offres qui ont été pu- bliées Guadeloupe Ensemble des offres Apec Nombre % % Commerce 41 10 8 Construction 40 9 3 Industrie 11 3 9 Services 330 78 80 Total 422 100 100 Source : Offres Apec 2015 –Tableau 10– Répartition des Offres Apec en Guadeloupe par secteur en 2015 Le secteur des services reste le principal pourvoyeur d’emploi de cadres en Guadeloupe puisque 78 % des offres émanent de ce secteur (80 % pour l’ensemble des offres). Dans une moindre mesure, le secteur du commerce propose 10 % des offres d’emploi cadre en Guadeloupe (8 % sur l’ensemble des offres). Les spé- cificités de l’économie guadeloupéenne se retrouvent dans les types de postes de cadres proposés : 9 % concernent le secteur de la construction (3 % des offres à l’échelle nationale). A l’inverse, l’industrie ne représente que 3 % des offres d’emploi cadre (9 % au niveau national) (Tableau 10).
  10. 10. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE10 Guadeloupe Ensemble des offres Apec Nombre % % Commercial, marketing 166 39 27 Communication, création 3 1 1 Direction d'entreprise 24 6 1 Etudes, recherche et développement 27 6 13 Gestion, finance, adminis- tration 64 15 14 Informatique 20 5 24 Production industrielle - travaux et chantier 63 15 6 Ressources humaines 10 2 4 Santé, social, culture 2 1 1 Services techniques 43 10 9 Total 422 100 100 Source : Offres Apec 2015 –Tableau 11– Répartition des Offres Apec en Guadeloupe par grande fonction en 2015 Guadeloupe Ensemble des offres Apec Nombre % % Offres ouvertes aux JD 103 24 31 Cadres confirmés 319 76 69 Total 422 100 100 Source : Offres Apec 2015 –Tableau 12– Répartition des Offres Apec en Guadeloupe par expérience en 2015 La fonction commercial-marketing regroupe 39 % des offres d’emploi cadre publiées en 2015 en Guade- loupe, soit la fonction la plus importante en termes de postes proposés. Viennent ensuite les fonctions gestion-finance-administration et production indus- trielle-travaux et chantier. Certaines fonctions comptent proportionnellement plus d’offres d’emploi pour la Guadeloupe que pour l’ensemble du territoire national, telles que le commercial-marketing, la direc- tion d’entreprise et la production industrielle-travaux et chantiers. Inversement, certains postes sont moins concernés par des offres d’emploi cadre en Guade- loupe : ceux notamment dans la fonction études-re- cherche et développement, l’informatique et les res- sources humaines (Tableau 11). Les trois quarts des offres d’emploi cadre publiées en 2015 s’adressent à des cadres expérimentés en Gua- deloupe (69 % pour l’ensemble des offres publiées au niveau national). Parallèlement, les postes de cadres ouverts aux jeunes diplômes sont en propor- tion moins nombreux en Guadeloupe (24 % contre 31 % de l’ensemble des offres) (Tableau 12).
  11. 11. APEC – ATTRACTIVITÉ ET EMPLOI CADRE EN GUADELOUPE 11 – DES PROJETS DE RECRUTEMENT DE CADRES EN HAUSSE EN 2016 – Selon l’enquête Besoins en Main d’œuvre de Pôle Emploi, 11 558 recrutements sont envisagés en Gua- deloupe pour 2016, un volume en augmentation par rapport à l’année précédente. Parmi ces projets de recrutements, 651 concernent des postes de cadres7 . 2015 2016 Evolution projets cadres 2015-2016 (en %) Ensemble des projets de recrutements Dont emplois cadres Ensemble des projets de recrutements Dont emplois cadres Guadeloupe 9 868 559 11 558 651 16 Guyane 6 071 445 4 978 578 30 Martinique 8 446 525 9 467 499 -5 La Réunion 22 576 1 355 26 213 1 368 1 Ensemble France 1 739 277 184 455 1 827 271 198 652 8 Source : Pôle Emploi, enquête BMO 2016 –Tableau 13– Les projets de recrutement de cadres en 2015 et 2016 Les intentions de recrutements de cadres augmentent également par rapport à 2015 (+16 %). La Guade- loupe connaît une hausse du nombre de projets de recrutements de cadres plus importante qu’à La Réu- nion ou à la Martinique avec un nombre de recrute- ments prévus stable ou en baisse. La Guyane se dé- marque avec une progression nettement plus importante (+30 %). Au niveau national, la tendance est à la hausse, avec une progression de 8 % de recru- tements de cadres envisagés par rapport à 2015 (Tableau 13). 7 Les fonctions d’encadrement définies par Pôle Emploi comprenent des familles de métier tels que artistes, artistes plasticiens, écrivains ou encore photographes non prises en compte par l’Apec
  12. 12. www.apec.fr 05NOVEMBRE 2013 © Apec, 2016 Cet ouvrage a été créé à l’initiative de l’Apec, Association pour l’emploi des cadres, régie par la loi du 1er juillet 1901, et publié sous sa direction et en son nom. Il s’agit d’une œuvre collective, l’Apec en a la qualité d’auteur. L’Apec a été créée en 1966 et est administrée par les partenaires sociaux (MEDEF, CGPME, UPA, CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, CFTC Cadres, UGICT-CGT). Toute reproduction totale ou partielle par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse et conjointe de l’Apec, est strictement interdite et constituerait une contrefaçon (article L122-4 et L335-2 du code de la Propriété intellectuelle). ISBN 978-2-7336-0938-5 MAI 2016 Cette étude a été réalisée par le département études et recherche de l’Apec. Pilotage de l’étude : Christophe Lenzi. Analyse et rédaction : Célia Yvon, Juliette Alaphilippe. Maquette : Daniel Le Henry. Direction de l’étude : Maïmouna Fossorier. Direction du département : Pierre Lamblin. ASSOCIATION POUR L’EMPLOI DES CADRES 51 BOULEVARD BRUNE – 75689 PARIS CEDEX 14 POUR CONTACTER L’APEC DU LUNDI AU VENDREDI DE 9H À 19H EDOBSA0162-GA–05.16 0 809 361 212 –LES ÉTUDES DE L’EMPLOI CADRE DE L’APEC– Observatoire du marché de l’emploi cadre, l’Apec analyse et anticipe les évolutions dans un programme annuel d’études et de veille : grandes enquêtes annuelles (recrutements, salaires, métiers et mobilité professionnelle des cadres, insertion professionnelle des jeunes diplômés…) et études spécifiques sur des thématiques clés auprès des jeunes de l’enseignement supérieur, des cadres et des entreprises. Le département Études et Recherche de l’Apec et sa quarantaine de collaborateurs animent cet observatoire. Toutes les études de l’Apec sont disponibles gratuitement sur le site www.cadres.apec.fr, rubrique observatoire de l’emploi

×