SlideShare une entreprise Scribd logo
MENACES OU TENTATIVES DE SUICIDE:
PREVENIR ET AGIR
09 67 01 21 65/ 06 03 24 81 65 - gvitry@lact.fr - http://www.lact.fr
Menaces et tentatives de
suicide par les signaux faibles
par Teresa Garcia
Fondatrice de CIRCÉ
Conférencière internationale
Directrice de recherche du Comité scientifique
par Grégoire Vitry – directeur du cabinet LACT
Grégoire VITRY
Directeur de LACT
formé à l’IGB
Stratégie de changement
Communication
EM Lyon
Olivier BROSSEAU
Coach, consultant et
psychothérapeute
formé à l’IGB,
Certifié Executive Profiler
ESSEC
Enseigne à l’IAE Paris
Organisations &
Comportements
Claude de SCORRAILLE
Coach, consultante et
psychothérapeute
formée à l’IGB,
Psychologue
clinicienne du travail
(CNAM, Paris)
Enseigne à l’IAE Paris
Comportement &
Gestion du changement
INTERVENANTS
Enregistrement issu d’une interview LACT.
Certains passages sont parasités.
Merci de votre compréhension.
INVITÉE EXCEPTIONNELLE
TERESA GARCIA
Intervention systémique stratégique brève
Particuliers – professionnels – institutions & entreprises
Fondatrice de CIRCÉ
Centre d’intervention et de recherches sur les changements et l’évolution des systèmes humains
http://circe-mri.typepad.com
Conférencière internationale
Auteure de « A la recherche de Palo Alto » – « Palo Alto à l’école »
Question à Teresa Garcia sur :
La prise en charge des personnes
Concernées par le sujet
-> signaux faibles
Grégoire Vitry :
Peut être, que l’on peut parler sur le sujet pour lequel on a
prévu ton intervention qui est:
• les gens qui menacent de tentatives de suicide,
• les gens qui sont passés à l’action mais qui n’ont pas été
au bout,
• les gens qui ont été concernés parce qu’ils ont un proche
qui a été touché,
Tu souhaitais parler de la prise en charge et aussi des
signaux faibles, d’un protocole, d’une façon d’intervenir te
concernant.
Peux-tu nous en parler?
Teresa Garcia: Oui, tout a fait. J’avais réfléchi à ce dont on allait parler et
je me suis dit que c’est peut être important de pouvoir donner un
contexte en tant qu’experte en stratégie relationnelle et sur l’impact de
la communication dans les interactions.
Qu’est ce que je pouvais amener comme compréhension par rapport au
sujet?
Pour moi, il y a une grande différence entre quelqu’un qui est en train
de faire une tentative de suicide de manière assez caractérisée parce
qu’effectivement, on peut faire un vrai suicide raté et de l’autre, on peut
dire que quelqu’un a fait une tentative de suicide mais de manière
caractéristique, une tentative de suicide est plutôt une manière pour la
personne de tenter d’avoir un impact sur les autres ou sur l’autre.
C’est à dire qu’elle a essayé de dire des choses mais peut être
maladroitement, peut être elle n’était pas capable de dire les choses
mais elle voulait avoir un impact sur les autres, elle ne supporte plus,
elle voulait avoir un certain contrôle sur ce qui se passe pour elle ou
dans la relation par exemple avec l’équipe, avec les managers.
C’est à dire qu’elle a essayé de dire des choses mais peut être
maladroitement, peut être elle n’était pas capable de dire les choses
mais elle voulait avoir un impact sur les autres, elle ne supporte plus,
elle voulait avoir un certain contrôle sur ce qui se passe pour elle ou
dans la relation par exemple avec l’équipe, avec les managers.
La seule possibilité qu’elle entrevoit à un moment donné c’est de faire
une tentative de suicide parce que là, on s’arrête, on se dit mais qu’est
ce qui se passe ? Là on écoute. C’est rare que l’on écoute pas et qu’on
passe son chemin. C’est un peu comme quelqu’un qui fait une grève de
la faim et qu’il ne faut pas confondre avec une anorexie, quelqu’un qui
n’arrive plus à manger et qui est incapable et qui pourrait aller même
jusqu’à la mort, c’est un symptôme.
Moi je les relie plus comme un appel en disant qu’il y a quelque chose
qui ne va pas, ça n’est plus possible, je ne peux plus continuer.
En même temps, il s’agit de quelque chose qui est imposé aux autres
c’est à dire que ce n’est pas une discussion, pas une négociation, c’est
quelque chose qui est imposé aux autres et dans lesquels on est obligé
d’en tenir compte.
Je me dis que là, les signaux faibles peuvent être le contexte où l’on voit
une personne qui ne va pas bien et que de plus en plus, elle se renferme
mais on sent bien qu’elle n’est pas d’accord sur la décision.
On sent bien qu’il y a un changement important dans la manière d’être
ou l’autre, ça peut être des personnes qui commencent continuellement
à dire « On ne nous écoute plus » « On a plus le droit à » « Ils sont fous »
« Ils nous imposent des choses » « Ils ne comprennent rien à ce que l’on
fait ».
Toutes ces choses font que la personne devient de plus en plus
obnubilée et psychorigide par rapport à ce qu’elle raconte. Donc, ça
peut être des signaux plus ou moins faibles, plus ou moins forts qui nous
montrent que la personne devient hermétique et qu’elle nous vit
comme étant hermétique.
Aussi, ce qui peut amener la personne à ce moment là, à faire cet appel,
c’est le fait qu’elle puisse se sentir coincée parce qu’on peut décider à un
moment donné, dans un poste ou dans un travail qu’on est plus
entendu, on n’arrive plus à donner de soi, on n’arrive plus à bien faire
son travail et décider de demander une mobilité ou de partir.
Mais les personnes dans cette situation ci, soit de manière égale, elles
savent qu’elles ne peuvent pas lâcher.
Elles veulent réussir, peu importe les conditions, peu importe le
contexte ou alors, elles ont peur ou elles ont des difficultés financières,
elles sont trop terrifiées pour pouvoir demander un mouvement, et
elles vont essayer à un moment donné de dire :
«Ca suffit, je n’en peux plus. »
Donc c’est intéressant de se dire que si une personne est en train de
nous faire entendre que ce n’est plus possible de continuer, qu’on puisse
prendre un moment, et dire « Ok, peut être, on a pas entendu.
Ce n’est pas nécessairement qu’on va pouvoir changer toute l’entreprise
pour t’entendre mais dis nous ce qui est en train de se passer pour toi?
En quoi c’est difficile? Et qu’est ce qui se passe au quotidien pour toi?»
Revenir pour permettre à cette personne d’avoir la parole, évidemment
tout en ne lui promettant pas que l’on puisse changer quoi que ce soit à
ce moment là.
D’autre part, on peut entrer dans une autre situation qui peut être plus
ou moins semblable à ce dont on était en train de parler d’une tentative
pour se faire entendre. Mais ici, il peut y avoir quelque chose teintée de
colère dans laquelle la personne va se faire du tort pour nous faire sentir
coupable car elle est furieuse.
Elle dit: « Comme je n’arrive pas à t’atteindre et que tu t’en moques que
cela me pose problème, je vais faire quelque chose qui ne va pas te
laisser de marbre parce que je vais tellement te culpabiliser, je vais te
donner l’impression que tu aurais pu tuer un être humain en ayant
l’attitude ou le comportement que tu as. »
A ce moment là, elle va essayer de manipuler la situation pour que les
gens se sentent coupables.
Là, évidemment, on peut dire que l’importance est de pouvoir être dans
une entente. J’entends que tu puisses être furieux, ne pas être
hermétique, ne pas être fermé mais en même temps, ne donnant pas
l’impression que si la personne passe à l’acte, que cela s’éternise.
Par exemple: ne te justifie pas, tu n’as pas eu véritablement beaucoup
de problèmes, tu as été furieux car tu as reçu un blâme, tu as reçu une
sanction au travail mais il n’y a pas mort d’homme,
il n’y a pas de problèmes, donc tu peux continuer de fonctionner
comme avant.
On sent que pour la personne, cela ne passe pas. Quelque part, elle va
se dire: « je vais faire quelque chose de grave pour qu’ils se rendent
compte que ça m’a touché ou je suis en colère et je vais te manipuler. »
Il y a un autre point avec lequel on peut faire des contrastes par rapport
à ce que pourrait être le suicide; le suicide étant véritablement un point
de non-retour, une perte de confiance absolue dans mes capacités et
dans les capacités que toi tu pourrais avoir, que les autres personnes de
l’équipe pourraient avoir, pour que ça puisse aller mieux un jour pour
moi.
Donc à un moment donné, je renonce, je n’y crois plus. Je pense que la
mort est la seule issue à la désillusion tellement grande que j’ai, de ce
que je n’ai pas réussi à faire et vous n’avez pas réussi à le faire pour moi
dans l’entreprise.
Donc là, il y a un véritable renoncement, une incapacité totale à se
projeter et la personne ne va pas pouvoir imaginer qu’un jour, elle se
sentira de nouveau bien, quoi qu’il arrive. Là, les menaces sont plus
rares, il faut faire attention car elles ne sont pas nécessairement
inexistantes.
Souvent, on se dit elle a des tendances suicidaires mais elle ne va pas le
faire, ce n’est pas le cas. Parfois, les gens peuvent menacer en disant: «
Je suis en train d’arriver à un point de désillusionnement complet de
non-retour et on peut ne pas les entendre». Très souvent, la personne a
essayé de faire des choses
et à un moment donné, n’y croit plus, elle arrête.
Donc, quand on menace, je dirais qu’on est encore dans une sorte de
croyance, que la personne peut nous entendre et elle pourrait y faire
quelque chose.
Quand on ne menace plus, c’est qu’on est convaincu qu’il n’y a plus rien
à faire. Il y a un aspect dans lesquelles, dans les menaces, dans les
tentatives de suicide, on essaye de contrôler les situations ou contrôler
l’autre et quand on se suicide, on est passé à autre chose.
C’est important aussi de savoir parce que parfois en tant que DRH ou en
tant que manager, on sait malgré tout, qu’une personne a commencé à
prendre des antidépresseurs, parfois les gens le disent entre eux ou
« j’étais pas bien », « le médecin m’a donné des antidépresseurs. »
Ceci est important de le savoir parce que parfois, surtout les premiers
moments, ceci peut être une phase beaucoup plus dangereuse qu’un
passage à l’acte parce que quelque part, les antidépresseurs vont servir
un peu comme une mise à distance, en essayant de faire que les
personnes aient des émotions un peu plus émoussées.
Donc, à ce moment là aussi, les liens qu’elle peut avoir, le peu de liens
qui lui reste pour s’accrocher à quelque chose même si elle n’y croit plus
du tout, que sa souffrance va s’arrêter. Elle peut encore se dire que mes
enfants, mes collègues, mes amis, d’autres personnes pourraient
souffrir. Donc, ça peut garder une possibilité de temps, en tout cas, que
l’on puisse prendre contact avec elle.
Parfois, les antidépresseurs vont émousser aussi, les sentiments, les
liens qu’ils ont avec les autres et il peut y avoir des passages à l’acte.
La personne n’a plus d’énergie, moins de liens, émotions émoussées,
donc cela peut être dangereux.
Il y a une chose qui me semble très importante. Dans le fait de la
conception que l’on peut avoir du suicide ou de la tentative de suicide.
J’avais envie de vous parler du contexte de l’interaction. C’est parce que
l’on est convaincu que le suicide, le désespoir, la tristesse, le burn out, la
dépression ne viennent que de l’intérieur et de l’individu.
On va avoir des tentatives de contact, des tentatives de solution de la
situation qui vont être différentes que si on est convaincu que
l’interaction peut avoir un impact positif.
Le fait de dire que « la personne est trop loin », « elle est dépressive »,
« on ne peut rien y faire », « il n’y a que les médecins du travail ou les
psychiatres qui peuvent faire quelque chose et lâcher ».
Ca peut être quelque chose qui conduit à une douleur morale,
beaucoup plus grande pour la personne.
Il y a une solitude je pense que c’est le mot solitude qui me semble
vraiment essentiel dans le fait de caractériser une bonne partie d’une
tentative de suicide et certainement un suicide.
Le fait de se dire que l’on peut toujours avoir un impact certes parfois
négatif mais aussi, on peut avoir un impact positif lorsqu’on crée un lien
avec la personne, dans ce qu’on dit, dans ce qu’on fait.
• Le fait de maintenir la porte ouverte au niveau des négociations,
• Le fait de maintenir la porte ouverte à la compréhension de ce
que la personne vit.
Ça peut donner des options autres, et simplement se dire que le
problème se trouve dans l’histoire de la personne uniquement dans
l’image qu’elle a d’elle même, le fait qu’elle ait un problème avec la
sérotonine, c’est ce qui fait qu’elle déprime ou pas.
Du coup, on se retrouve complètement isolé, incapable de pouvoir agir.
Souvent on a l’impression qu’une situation dans laquelle une personne
est en train de donner des opinions plus faibles, plutôt fortes ou de plus
en plus fortes concernant son désarroi, elle peut être déjà dans la
manipulation, elle est furieuse, elle se sent coupable dans tout ce
qu’elle vit, elle pleure beaucoup, elle se sent mal…
Dans cette situation là, on peut avoir l’impression que c’est non
seulement intimidant, bien sûr que ça l’est mais aussi très compliqué et
long.
Je pense qu’au contraire, le véritable moyen de se former avec
quelqu’un qui travaille en stratégie relationnelle, qui travaille avec le
modèle de Palo Alto que ça soit vraiment une heure simplement, et
pouvoir vraiment détecter tout ce qui a été fait, de quelle manière sans
le vouloir, on est en train de fermer et coincer la situation ?.
Véritablement, il peut y avoir quelques phrases, un changement de
postures qui peut être compris et auxquels le pouvoir, les RH, les
managers ou les trois peuvent adhérer et qui puisse changer
véritablement la situation très rapidement.
Parfois, je vois des solutions mais parfois, on a pas appelé quelqu’un qui
peut être spécialiste en stratégie relationnelle en se disant: « il va falloir
un coaching de 6 mois pour la personne », « il faudra aider les managers
avec des dizaines et des dizaines de séances « on n’a pas les moyens »,
« ce n’est pas notre rôle ».
Face à ce type de problème pour l’entreprise, elle fait face à des
responsabilités majeures dans des situations comme celles ci, elle va
devoir laisser aller les choses elle peut aussi être taxée d’être
harcelante.
Face à ça, il y a véritablement un moyen de trouver un changement
majeur en très peu de temps.
MERCI DE VOTRE PARTICIPATION
Claude de Scorraille Olivier BrosseauGrégoire Vitry
09 67 01 21 65
gvitry@lact.fr
17, rue de Buci – 75006 PARIS

Contenu connexe

En vedette

Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
LACT
 
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecinsEtude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
LACT
 

En vedette (20)

Votre supérieur vous demande l'impossible: que répondre ?
Votre supérieur vous demande l'impossible: que répondre ?Votre supérieur vous demande l'impossible: que répondre ?
Votre supérieur vous demande l'impossible: que répondre ?
 
LACT - Le burn out présenté à l'amicale des médecins du 14è et Montrouge - Et...
LACT - Le burn out présenté à l'amicale des médecins du 14è et Montrouge - Et...LACT - Le burn out présenté à l'amicale des médecins du 14è et Montrouge - Et...
LACT - Le burn out présenté à l'amicale des médecins du 14è et Montrouge - Et...
 
Généralités sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau
Généralités sur l'addiction au travail par Olivier BrosseauGénéralités sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau
Généralités sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau
 
Lact assistance: résolution de problème et optimisation de la qualité du travail
Lact assistance: résolution de problème et optimisation de la qualité du travailLact assistance: résolution de problème et optimisation de la qualité du travail
Lact assistance: résolution de problème et optimisation de la qualité du travail
 
Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
Témoignage d'un médecin du travail sur la collaboration avec LACT - La cliniq...
 
Témoignage du Dr You-wa CHEN sur la procrastination
Témoignage du Dr You-wa CHEN sur la procrastinationTémoignage du Dr You-wa CHEN sur la procrastination
Témoignage du Dr You-wa CHEN sur la procrastination
 
Généralités: "Sortir de la procrastination"
Généralités: "Sortir de la procrastination"Généralités: "Sortir de la procrastination"
Généralités: "Sortir de la procrastination"
 
Témoignage de Françoise Bollot sur le Programme de recherche
Témoignage de Françoise Bollot sur le Programme de recherche Témoignage de Françoise Bollot sur le Programme de recherche
Témoignage de Françoise Bollot sur le Programme de recherche
 
2016 06-02 comité scientifique élargi
2016 06-02 comité scientifique élargi2016 06-02 comité scientifique élargi
2016 06-02 comité scientifique élargi
 
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecinsEtude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
Etude de Cas - Le stress au travail - Atelier médecins
 
Savoir dire non "généralités"
Savoir dire non "généralités"Savoir dire non "généralités"
Savoir dire non "généralités"
 
Comment fonctionne la recherche par Dr. Simon Lambrey
Comment fonctionne la recherche par Dr. Simon LambreyComment fonctionne la recherche par Dr. Simon Lambrey
Comment fonctionne la recherche par Dr. Simon Lambrey
 
Témoignage du Dr Pascale Ghaoui sur la procrastination
Témoignage du Dr Pascale Ghaoui sur la procrastinationTémoignage du Dr Pascale Ghaoui sur la procrastination
Témoignage du Dr Pascale Ghaoui sur la procrastination
 
Comment reconnaître un harceleur ? par Giulia RINALDI
Comment reconnaître un harceleur ? par Giulia RINALDI Comment reconnaître un harceleur ? par Giulia RINALDI
Comment reconnaître un harceleur ? par Giulia RINALDI
 
Les enjeux de la menace
Les enjeux de la menaceLes enjeux de la menace
Les enjeux de la menace
 
Les effets pervers des décisions radicales
Les effets pervers des décisions radicalesLes effets pervers des décisions radicales
Les effets pervers des décisions radicales
 
La relation " victime – bourreau " dans le couple - Giulia RINALDI
La relation " victime – bourreau " dans le couple - Giulia RINALDI La relation " victime – bourreau " dans le couple - Giulia RINALDI
La relation " victime – bourreau " dans le couple - Giulia RINALDI
 
Apprendre le BST avec la méthode LACT par Dr. Alexandrina Beau
Apprendre le BST avec la méthode LACT par Dr. Alexandrina BeauApprendre le BST avec la méthode LACT par Dr. Alexandrina Beau
Apprendre le BST avec la méthode LACT par Dr. Alexandrina Beau
 
L'addiction par Christian Moretto
L'addiction par Christian MorettoL'addiction par Christian Moretto
L'addiction par Christian Moretto
 
The STRATOB Study par Gianluca Castelnuovo
The STRATOB Study par Gianluca Castelnuovo The STRATOB Study par Gianluca Castelnuovo
The STRATOB Study par Gianluca Castelnuovo
 

Similaire à Menaces et tentatives de suicide par les signaux faibles

Liste des ateliers conférences
Liste des ateliers conférencesListe des ateliers conférences
Liste des ateliers conférences
Institutfrase
 
Psychologie du développement
Psychologie du développementPsychologie du développement
Psychologie du développement
KarMoc
 
Du developpement personnel au leadership personnel extrait gratuit 18 p
Du developpement personnel au leadership personnel   extrait gratuit 18 pDu developpement personnel au leadership personnel   extrait gratuit 18 p
Du developpement personnel au leadership personnel extrait gratuit 18 p
Mohamed MOURAS
 

Similaire à Menaces et tentatives de suicide par les signaux faibles (20)

Pdf présentation 1234-Hypnose Hippocrate et Andreux Guillaume Institut-AGI
Pdf présentation 1234-Hypnose Hippocrate et Andreux Guillaume Institut-AGIPdf présentation 1234-Hypnose Hippocrate et Andreux Guillaume Institut-AGI
Pdf présentation 1234-Hypnose Hippocrate et Andreux Guillaume Institut-AGI
 
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa GarciaPalo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
Palo Alto et la méthode PEARL par Teresa Garcia
 
Comment analyser les personnes.pdf
Comment analyser les personnes.pdfComment analyser les personnes.pdf
Comment analyser les personnes.pdf
 
3c confiance
3c confiance3c confiance
3c confiance
 
Gestion pensees et emotions
Gestion pensees et emotionsGestion pensees et emotions
Gestion pensees et emotions
 
1706 brochurea5-harcellement-v2 (1)
1706 brochurea5-harcellement-v2 (1)1706 brochurea5-harcellement-v2 (1)
1706 brochurea5-harcellement-v2 (1)
 
ANALYSE TRANSACTIONNELLE.pptx
ANALYSE TRANSACTIONNELLE.pptxANALYSE TRANSACTIONNELLE.pptx
ANALYSE TRANSACTIONNELLE.pptx
 
Contribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheurContribution sur le bonheur
Contribution sur le bonheur
 
HyperSENSibles- vous êtes doublement exceptionnels
HyperSENSibles- vous êtes doublement exceptionnelsHyperSENSibles- vous êtes doublement exceptionnels
HyperSENSibles- vous êtes doublement exceptionnels
 
L'Équilibre... vers une identité de bonheur !
L'Équilibre... vers une identité de bonheur !L'Équilibre... vers une identité de bonheur !
L'Équilibre... vers une identité de bonheur !
 
billet mensuel sept 2016
billet mensuel sept 2016billet mensuel sept 2016
billet mensuel sept 2016
 
Liste des ateliers conférences
Liste des ateliers conférencesListe des ateliers conférences
Liste des ateliers conférences
 
Psychologie du développement
Psychologie du développementPsychologie du développement
Psychologie du développement
 
Du developpement personnel au leadership personnel extrait gratuit 18 p
Du developpement personnel au leadership personnel   extrait gratuit 18 pDu developpement personnel au leadership personnel   extrait gratuit 18 p
Du developpement personnel au leadership personnel extrait gratuit 18 p
 
Vaincre la Culpabilite
Vaincre la CulpabiliteVaincre la Culpabilite
Vaincre la Culpabilite
 
Méthode ESPERE
Méthode ESPEREMéthode ESPERE
Méthode ESPERE
 
Travail sur soi.docx
Travail sur soi.docxTravail sur soi.docx
Travail sur soi.docx
 
OMA et L’ESPRIT DU SOLEIL – Avril 2015 - Q-R - 2ème Partie
OMA et L’ESPRIT DU SOLEIL – Avril 2015 - Q-R - 2ème PartieOMA et L’ESPRIT DU SOLEIL – Avril 2015 - Q-R - 2ème Partie
OMA et L’ESPRIT DU SOLEIL – Avril 2015 - Q-R - 2ème Partie
 
Ce Que Les Autres Pensent De Vous
Ce Que Les Autres Pensent De VousCe Que Les Autres Pensent De Vous
Ce Que Les Autres Pensent De Vous
 
Guide pour parler du cancer
Guide pour parler du cancerGuide pour parler du cancer
Guide pour parler du cancer
 

Plus de LACT

Plus de LACT (20)

Prévenir le burn out
Prévenir le burn outPrévenir le burn out
Prévenir le burn out
 
La gestion de conflits au sein d'une équipe - par Claude de Scorraille et Oli...
La gestion de conflits au sein d'une équipe - par Claude de Scorraille et Oli...La gestion de conflits au sein d'une équipe - par Claude de Scorraille et Oli...
La gestion de conflits au sein d'une équipe - par Claude de Scorraille et Oli...
 
La communication stratégique par Olivier BROSSEAU
La communication stratégique par Olivier BROSSEAU La communication stratégique par Olivier BROSSEAU
La communication stratégique par Olivier BROSSEAU
 
Harcèlement et communication stratégique à l'école - Marie QUARTIER
Harcèlement et communication stratégique à l'école - Marie QUARTIER Harcèlement et communication stratégique à l'école - Marie QUARTIER
Harcèlement et communication stratégique à l'école - Marie QUARTIER
 
Comment agir après un choc traumatique
Comment agir après un choc traumatique Comment agir après un choc traumatique
Comment agir après un choc traumatique
 
Du stress aigu au stress post-traumatique par Roberta MILANESE
Du stress aigu au stress post-traumatique par Roberta MILANESEDu stress aigu au stress post-traumatique par Roberta MILANESE
Du stress aigu au stress post-traumatique par Roberta MILANESE
 
GÉNÉRALITÉS - C'est quoi une intervention collective ?
GÉNÉRALITÉS - C'est quoi une intervention collective ? GÉNÉRALITÉS - C'est quoi une intervention collective ?
GÉNÉRALITÉS - C'est quoi une intervention collective ?
 
GÉNÉRALITÉS - Harcèlement et pervers narcissiques
GÉNÉRALITÉS - Harcèlement et pervers narcissiques GÉNÉRALITÉS - Harcèlement et pervers narcissiques
GÉNÉRALITÉS - Harcèlement et pervers narcissiques
 
ÉTUDE DE CAS - Harcèlement et pervers narcissiques
ÉTUDE DE CAS - Harcèlement et pervers narcissiques ÉTUDE DE CAS - Harcèlement et pervers narcissiques
ÉTUDE DE CAS - Harcèlement et pervers narcissiques
 
Qu'est ce que c'est le harcèlement criminel ? par Giulia RINALDI
Qu'est ce que c'est le harcèlement criminel ? par Giulia RINALDI Qu'est ce que c'est le harcèlement criminel ? par Giulia RINALDI
Qu'est ce que c'est le harcèlement criminel ? par Giulia RINALDI
 
Comment se construit la perversion narcissique dans le couple ? par Giulia RI...
Comment se construit la perversion narcissique dans le couple ? par Giulia RI...Comment se construit la perversion narcissique dans le couple ? par Giulia RI...
Comment se construit la perversion narcissique dans le couple ? par Giulia RI...
 
LE CAS DE DIRECTEURS D'ÉCOLE - résistance au changement par Claudette Portelli
LE CAS DE DIRECTEURS D'ÉCOLE - résistance au changement par Claudette PortelliLE CAS DE DIRECTEURS D'ÉCOLE - résistance au changement par Claudette Portelli
LE CAS DE DIRECTEURS D'ÉCOLE - résistance au changement par Claudette Portelli
 
ÉTUDE DE CAS sur la résistance au changement par Olivier Brosseau
ÉTUDE DE CAS sur la résistance au changement par Olivier BrosseauÉTUDE DE CAS sur la résistance au changement par Olivier Brosseau
ÉTUDE DE CAS sur la résistance au changement par Olivier Brosseau
 
GÉNÉRALITÉS sur la résistance au changement par Claude de Scorraille
GÉNÉRALITÉS sur la résistance au changement par Claude de ScorrailleGÉNÉRALITÉS sur la résistance au changement par Claude de Scorraille
GÉNÉRALITÉS sur la résistance au changement par Claude de Scorraille
 
Dispositifs d'intervention sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau.
Dispositifs d'intervention sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau.Dispositifs d'intervention sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau.
Dispositifs d'intervention sur l'addiction au travail par Olivier Brosseau.
 
Quelques éléments géneraux sur addiction au travail et à Internet par Chri...
Quelques éléments géneraux sur addiction au travail et à Internet par Chri...Quelques éléments géneraux sur addiction au travail et à Internet par Chri...
Quelques éléments géneraux sur addiction au travail et à Internet par Chri...
 
Dépendance liée à l'usage d'Internet par Christian Moretto
Dépendance liée à l'usage d'Internet par Christian Moretto Dépendance liée à l'usage d'Internet par Christian Moretto
Dépendance liée à l'usage d'Internet par Christian Moretto
 
Le prisonnier du travail par Christian Moretto
Le prisonnier du travail par Christian MorettoLe prisonnier du travail par Christian Moretto
Le prisonnier du travail par Christian Moretto
 
Généralites redonner du sens à son travail
Généralites redonner du sens à son travailGénéralites redonner du sens à son travail
Généralites redonner du sens à son travail
 
Etude de cas: Redonner du sens à son travail
Etude de cas: Redonner du sens à son travailEtude de cas: Redonner du sens à son travail
Etude de cas: Redonner du sens à son travail
 

Menaces et tentatives de suicide par les signaux faibles

  • 1. MENACES OU TENTATIVES DE SUICIDE: PREVENIR ET AGIR 09 67 01 21 65/ 06 03 24 81 65 - gvitry@lact.fr - http://www.lact.fr Menaces et tentatives de suicide par les signaux faibles par Teresa Garcia Fondatrice de CIRCÉ Conférencière internationale Directrice de recherche du Comité scientifique par Grégoire Vitry – directeur du cabinet LACT
  • 2. Grégoire VITRY Directeur de LACT formé à l’IGB Stratégie de changement Communication EM Lyon Olivier BROSSEAU Coach, consultant et psychothérapeute formé à l’IGB, Certifié Executive Profiler ESSEC Enseigne à l’IAE Paris Organisations & Comportements Claude de SCORRAILLE Coach, consultante et psychothérapeute formée à l’IGB, Psychologue clinicienne du travail (CNAM, Paris) Enseigne à l’IAE Paris Comportement & Gestion du changement INTERVENANTS
  • 3. Enregistrement issu d’une interview LACT. Certains passages sont parasités. Merci de votre compréhension.
  • 4. INVITÉE EXCEPTIONNELLE TERESA GARCIA Intervention systémique stratégique brève Particuliers – professionnels – institutions & entreprises Fondatrice de CIRCÉ Centre d’intervention et de recherches sur les changements et l’évolution des systèmes humains http://circe-mri.typepad.com Conférencière internationale Auteure de « A la recherche de Palo Alto » – « Palo Alto à l’école »
  • 5. Question à Teresa Garcia sur : La prise en charge des personnes Concernées par le sujet -> signaux faibles
  • 6. Grégoire Vitry : Peut être, que l’on peut parler sur le sujet pour lequel on a prévu ton intervention qui est: • les gens qui menacent de tentatives de suicide, • les gens qui sont passés à l’action mais qui n’ont pas été au bout, • les gens qui ont été concernés parce qu’ils ont un proche qui a été touché, Tu souhaitais parler de la prise en charge et aussi des signaux faibles, d’un protocole, d’une façon d’intervenir te concernant. Peux-tu nous en parler?
  • 7. Teresa Garcia: Oui, tout a fait. J’avais réfléchi à ce dont on allait parler et je me suis dit que c’est peut être important de pouvoir donner un contexte en tant qu’experte en stratégie relationnelle et sur l’impact de la communication dans les interactions. Qu’est ce que je pouvais amener comme compréhension par rapport au sujet?
  • 8. Pour moi, il y a une grande différence entre quelqu’un qui est en train de faire une tentative de suicide de manière assez caractérisée parce qu’effectivement, on peut faire un vrai suicide raté et de l’autre, on peut dire que quelqu’un a fait une tentative de suicide mais de manière caractéristique, une tentative de suicide est plutôt une manière pour la personne de tenter d’avoir un impact sur les autres ou sur l’autre.
  • 9. C’est à dire qu’elle a essayé de dire des choses mais peut être maladroitement, peut être elle n’était pas capable de dire les choses mais elle voulait avoir un impact sur les autres, elle ne supporte plus, elle voulait avoir un certain contrôle sur ce qui se passe pour elle ou dans la relation par exemple avec l’équipe, avec les managers.
  • 10. C’est à dire qu’elle a essayé de dire des choses mais peut être maladroitement, peut être elle n’était pas capable de dire les choses mais elle voulait avoir un impact sur les autres, elle ne supporte plus, elle voulait avoir un certain contrôle sur ce qui se passe pour elle ou dans la relation par exemple avec l’équipe, avec les managers.
  • 11. La seule possibilité qu’elle entrevoit à un moment donné c’est de faire une tentative de suicide parce que là, on s’arrête, on se dit mais qu’est ce qui se passe ? Là on écoute. C’est rare que l’on écoute pas et qu’on passe son chemin. C’est un peu comme quelqu’un qui fait une grève de la faim et qu’il ne faut pas confondre avec une anorexie, quelqu’un qui n’arrive plus à manger et qui est incapable et qui pourrait aller même jusqu’à la mort, c’est un symptôme.
  • 12. Moi je les relie plus comme un appel en disant qu’il y a quelque chose qui ne va pas, ça n’est plus possible, je ne peux plus continuer. En même temps, il s’agit de quelque chose qui est imposé aux autres c’est à dire que ce n’est pas une discussion, pas une négociation, c’est quelque chose qui est imposé aux autres et dans lesquels on est obligé d’en tenir compte.
  • 13. Je me dis que là, les signaux faibles peuvent être le contexte où l’on voit une personne qui ne va pas bien et que de plus en plus, elle se renferme mais on sent bien qu’elle n’est pas d’accord sur la décision.
  • 14. On sent bien qu’il y a un changement important dans la manière d’être ou l’autre, ça peut être des personnes qui commencent continuellement à dire « On ne nous écoute plus » « On a plus le droit à » « Ils sont fous » « Ils nous imposent des choses » « Ils ne comprennent rien à ce que l’on fait ».
  • 15. Toutes ces choses font que la personne devient de plus en plus obnubilée et psychorigide par rapport à ce qu’elle raconte. Donc, ça peut être des signaux plus ou moins faibles, plus ou moins forts qui nous montrent que la personne devient hermétique et qu’elle nous vit comme étant hermétique.
  • 16. Aussi, ce qui peut amener la personne à ce moment là, à faire cet appel, c’est le fait qu’elle puisse se sentir coincée parce qu’on peut décider à un moment donné, dans un poste ou dans un travail qu’on est plus entendu, on n’arrive plus à donner de soi, on n’arrive plus à bien faire son travail et décider de demander une mobilité ou de partir.
  • 17. Mais les personnes dans cette situation ci, soit de manière égale, elles savent qu’elles ne peuvent pas lâcher. Elles veulent réussir, peu importe les conditions, peu importe le contexte ou alors, elles ont peur ou elles ont des difficultés financières, elles sont trop terrifiées pour pouvoir demander un mouvement, et elles vont essayer à un moment donné de dire : «Ca suffit, je n’en peux plus. »
  • 18. Donc c’est intéressant de se dire que si une personne est en train de nous faire entendre que ce n’est plus possible de continuer, qu’on puisse prendre un moment, et dire « Ok, peut être, on a pas entendu. Ce n’est pas nécessairement qu’on va pouvoir changer toute l’entreprise pour t’entendre mais dis nous ce qui est en train de se passer pour toi? En quoi c’est difficile? Et qu’est ce qui se passe au quotidien pour toi?»
  • 19. Revenir pour permettre à cette personne d’avoir la parole, évidemment tout en ne lui promettant pas que l’on puisse changer quoi que ce soit à ce moment là. D’autre part, on peut entrer dans une autre situation qui peut être plus ou moins semblable à ce dont on était en train de parler d’une tentative pour se faire entendre. Mais ici, il peut y avoir quelque chose teintée de colère dans laquelle la personne va se faire du tort pour nous faire sentir coupable car elle est furieuse.
  • 20. Elle dit: « Comme je n’arrive pas à t’atteindre et que tu t’en moques que cela me pose problème, je vais faire quelque chose qui ne va pas te laisser de marbre parce que je vais tellement te culpabiliser, je vais te donner l’impression que tu aurais pu tuer un être humain en ayant l’attitude ou le comportement que tu as. » A ce moment là, elle va essayer de manipuler la situation pour que les gens se sentent coupables.
  • 21. Là, évidemment, on peut dire que l’importance est de pouvoir être dans une entente. J’entends que tu puisses être furieux, ne pas être hermétique, ne pas être fermé mais en même temps, ne donnant pas l’impression que si la personne passe à l’acte, que cela s’éternise.
  • 22. Par exemple: ne te justifie pas, tu n’as pas eu véritablement beaucoup de problèmes, tu as été furieux car tu as reçu un blâme, tu as reçu une sanction au travail mais il n’y a pas mort d’homme, il n’y a pas de problèmes, donc tu peux continuer de fonctionner comme avant.
  • 23. On sent que pour la personne, cela ne passe pas. Quelque part, elle va se dire: « je vais faire quelque chose de grave pour qu’ils se rendent compte que ça m’a touché ou je suis en colère et je vais te manipuler. »
  • 24. Il y a un autre point avec lequel on peut faire des contrastes par rapport à ce que pourrait être le suicide; le suicide étant véritablement un point de non-retour, une perte de confiance absolue dans mes capacités et dans les capacités que toi tu pourrais avoir, que les autres personnes de l’équipe pourraient avoir, pour que ça puisse aller mieux un jour pour moi.
  • 25. Donc à un moment donné, je renonce, je n’y crois plus. Je pense que la mort est la seule issue à la désillusion tellement grande que j’ai, de ce que je n’ai pas réussi à faire et vous n’avez pas réussi à le faire pour moi dans l’entreprise.
  • 26. Donc là, il y a un véritable renoncement, une incapacité totale à se projeter et la personne ne va pas pouvoir imaginer qu’un jour, elle se sentira de nouveau bien, quoi qu’il arrive. Là, les menaces sont plus rares, il faut faire attention car elles ne sont pas nécessairement inexistantes.
  • 27. Souvent, on se dit elle a des tendances suicidaires mais elle ne va pas le faire, ce n’est pas le cas. Parfois, les gens peuvent menacer en disant: « Je suis en train d’arriver à un point de désillusionnement complet de non-retour et on peut ne pas les entendre». Très souvent, la personne a essayé de faire des choses et à un moment donné, n’y croit plus, elle arrête.
  • 28. Donc, quand on menace, je dirais qu’on est encore dans une sorte de croyance, que la personne peut nous entendre et elle pourrait y faire quelque chose. Quand on ne menace plus, c’est qu’on est convaincu qu’il n’y a plus rien à faire. Il y a un aspect dans lesquelles, dans les menaces, dans les tentatives de suicide, on essaye de contrôler les situations ou contrôler l’autre et quand on se suicide, on est passé à autre chose.
  • 29. C’est important aussi de savoir parce que parfois en tant que DRH ou en tant que manager, on sait malgré tout, qu’une personne a commencé à prendre des antidépresseurs, parfois les gens le disent entre eux ou « j’étais pas bien », « le médecin m’a donné des antidépresseurs. »
  • 30. Ceci est important de le savoir parce que parfois, surtout les premiers moments, ceci peut être une phase beaucoup plus dangereuse qu’un passage à l’acte parce que quelque part, les antidépresseurs vont servir un peu comme une mise à distance, en essayant de faire que les personnes aient des émotions un peu plus émoussées.
  • 31. Donc, à ce moment là aussi, les liens qu’elle peut avoir, le peu de liens qui lui reste pour s’accrocher à quelque chose même si elle n’y croit plus du tout, que sa souffrance va s’arrêter. Elle peut encore se dire que mes enfants, mes collègues, mes amis, d’autres personnes pourraient souffrir. Donc, ça peut garder une possibilité de temps, en tout cas, que l’on puisse prendre contact avec elle.
  • 32. Parfois, les antidépresseurs vont émousser aussi, les sentiments, les liens qu’ils ont avec les autres et il peut y avoir des passages à l’acte. La personne n’a plus d’énergie, moins de liens, émotions émoussées, donc cela peut être dangereux.
  • 33. Il y a une chose qui me semble très importante. Dans le fait de la conception que l’on peut avoir du suicide ou de la tentative de suicide. J’avais envie de vous parler du contexte de l’interaction. C’est parce que l’on est convaincu que le suicide, le désespoir, la tristesse, le burn out, la dépression ne viennent que de l’intérieur et de l’individu.
  • 34. On va avoir des tentatives de contact, des tentatives de solution de la situation qui vont être différentes que si on est convaincu que l’interaction peut avoir un impact positif. Le fait de dire que « la personne est trop loin », « elle est dépressive », « on ne peut rien y faire », « il n’y a que les médecins du travail ou les psychiatres qui peuvent faire quelque chose et lâcher ».
  • 35. Ca peut être quelque chose qui conduit à une douleur morale, beaucoup plus grande pour la personne. Il y a une solitude je pense que c’est le mot solitude qui me semble vraiment essentiel dans le fait de caractériser une bonne partie d’une tentative de suicide et certainement un suicide.
  • 36. Le fait de se dire que l’on peut toujours avoir un impact certes parfois négatif mais aussi, on peut avoir un impact positif lorsqu’on crée un lien avec la personne, dans ce qu’on dit, dans ce qu’on fait. • Le fait de maintenir la porte ouverte au niveau des négociations, • Le fait de maintenir la porte ouverte à la compréhension de ce que la personne vit.
  • 37. Ça peut donner des options autres, et simplement se dire que le problème se trouve dans l’histoire de la personne uniquement dans l’image qu’elle a d’elle même, le fait qu’elle ait un problème avec la sérotonine, c’est ce qui fait qu’elle déprime ou pas. Du coup, on se retrouve complètement isolé, incapable de pouvoir agir.
  • 38. Souvent on a l’impression qu’une situation dans laquelle une personne est en train de donner des opinions plus faibles, plutôt fortes ou de plus en plus fortes concernant son désarroi, elle peut être déjà dans la manipulation, elle est furieuse, elle se sent coupable dans tout ce qu’elle vit, elle pleure beaucoup, elle se sent mal…
  • 39. Dans cette situation là, on peut avoir l’impression que c’est non seulement intimidant, bien sûr que ça l’est mais aussi très compliqué et long. Je pense qu’au contraire, le véritable moyen de se former avec quelqu’un qui travaille en stratégie relationnelle, qui travaille avec le modèle de Palo Alto que ça soit vraiment une heure simplement, et pouvoir vraiment détecter tout ce qui a été fait, de quelle manière sans le vouloir, on est en train de fermer et coincer la situation ?.
  • 40. Véritablement, il peut y avoir quelques phrases, un changement de postures qui peut être compris et auxquels le pouvoir, les RH, les managers ou les trois peuvent adhérer et qui puisse changer véritablement la situation très rapidement.
  • 41. Parfois, je vois des solutions mais parfois, on a pas appelé quelqu’un qui peut être spécialiste en stratégie relationnelle en se disant: « il va falloir un coaching de 6 mois pour la personne », « il faudra aider les managers avec des dizaines et des dizaines de séances « on n’a pas les moyens », « ce n’est pas notre rôle ».
  • 42. Face à ce type de problème pour l’entreprise, elle fait face à des responsabilités majeures dans des situations comme celles ci, elle va devoir laisser aller les choses elle peut aussi être taxée d’être harcelante. Face à ça, il y a véritablement un moyen de trouver un changement majeur en très peu de temps.
  • 43. MERCI DE VOTRE PARTICIPATION Claude de Scorraille Olivier BrosseauGrégoire Vitry 09 67 01 21 65 gvitry@lact.fr 17, rue de Buci – 75006 PARIS