Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

PLUMES DU LAC, une poésie sur la vie!

53 vues

Publié le

L’initiative « Plumes du Lac », lancée par le Club CEWIJE du Lycée du lac TANGANYIKA en 2017, est née de la volonté d’offrir aux jeunes élèves un coaching littéraire professionnel, un accompagnement en écriture et un cadre d’expression libre. Cette initiative vise le renforcement des capacités linguistiques, l’éveil de l’esprit de créativité littéraire et la maitrise de certaines techniques de rédaction.

Publié dans : Art & Photos
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

PLUMES DU LAC, une poésie sur la vie!

  1. 1. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 1
  2. 2. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 2 ©Copy Right 2019, CEWIJE Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction réservés pour tous pays
  3. 3. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 3 La poésie, c'est cela qui importe. La poésie des mots, mais aussi et surtout Celle des choses, celle des sens, Du sens et du non-sens, Celle des sensations Que l'on éprouve durant Ce court rêve éveillé Qu’est la vie. G.Dor
  4. 4. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 4
  5. 5. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 5 Préface S’il existe une aventure merveilleuse qui a certainement commencé un jour et qui continue toujours, c’est bien « Plumes du Lac ». Cette année, nous vous présentons déjà la deuxième édition très riche en imagination. Comme vous le savez peut-être, il avait été demandé aux jeunes élèves de définir « la vie » à travers un poème ne dépassant pas deux pages. Certains ont hésité, d’autres n’ont trouvé aucun intérêt dedans. Il y en a d’autres qui, hantés par la passion de s’exprimer librement, ont décidé de se lancer. Parmi eux, nous avons sélectionné les 12 meilleurs après un travail en atelier. Il s’agit de : Kira Jean Aimé Derrick, Nshimirimana Angel, Nishimwe Félicien, Mugisha Noëlla, Ndanga Don Belly Star , Inankuyo Dennève, Kusimwa King Etienne, Musore Prince, Nishimwe Gloria Daniella , Buhire Elsa Karelle,Tumba Albert, Irutingabo Jean Baptiste .
  6. 6. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 6 sous Sous la direction du Coach Nday’Ezec L’initiative « Plumes du Lac », lancée par le Club CEWIJE du Lycée du lac TANGANYIKA en 2017, est née de la volonté d’offrir aux jeunes élèves un coaching littéraire professionnel, un accompagnement en écriture et un cadre d’expression libre. Cette initiative vise le renforcement des capacités linguistiques, l’éveil de l’esprit de créativité littéraire et la maitrise de certaines techniques de rédaction.
  7. 7. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 7 TABLE DES MATIERES Page 9 : « Elle qui est belle » par KIRA Jean Aimé Derrick Page 13 : « Juste une question » par Jean Baptiste Irutingabo Page 16: « Je ne veux plus mourir » par BUHIRE Elsa Karelle Page 19 : « Parfum forestier » par Kusimwa King Etienne Page 21 : « Longue route » par MUSORE Prince Page 23 : « Arbre géant » par Don Belly Star Ndanga Page 25 : « Comme un Caméléon » par Gloria Daniella Nishimwe Page 27 : « Entre désirs et mille plaisirs » par Dennève Inankuyo Page 30 : « Un arrêt en plein rêve » par Tumba Albert Page 33 : « Course infinie » par Angel Nshimirimana Page 35 : « De l'or pur » par Félicien Nishimwe Page 37 : « A toutes mes déceptions » par MUGISHA Noëlla
  8. 8. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 8
  9. 9. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page 9 Elle qui est belle Elle me demanda : Veux-tu me voir ? Veux-tu m’avoir ? Je suis Elle, Je m’appelle Elle. Tout le monde veut me voir, Tous les humains rêvent de m’avoir. Et moi, à mon tour, Je lui demandai : Qui es-tu ? Que veux-tu ? Où es-tu ? Elle me répondit : Ouvre tes yeux Et regarde vers le haut : Au sommet, c’est là où je suis. Porte ce sac et viens vers moi ! KIRA Jean Aimé Derrick Il est né à Buyenzi (Bujumbura) le 20 février 2001. Il a fréquenté l’ Ecole Maternelle Notre Dame de la tendresse et l’école primaire Les Anges de Bujumbura. Il est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Il est passionné par la poésie-slam, la cinématographie.
  10. 10. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page10 Ouvrant timidement mes yeux, Devant mes pieds tremblotants, Je vis un gros sac très lourd. Son poids rivalisait avec celui de 5 chairs De loups morts. Je ne pouvais pas le soulever. Il était difficile à déplacer. Et après le sac, Il y avait une haute montagne, Une montagne chatoyante, Une éminente montagne très attrayante. Sur elle, Elle était posée. J’avais envie de la voir Et savoir comment l’avoir. Grâce à sa voix tendre et douce, Je repris courage. Et sur ses ordres, J’entamai l’escalade. Je mis le sac sur mon dos Et me dépêchai à attendre le sommet, Le plus tôt possible. Au cours de la route, Mon énergie fut drainée inévitablement. Et toujours, Je ne comprenais pas ce que je faisais. Je voulais me reposer, Poser le sac, Mais ses ordres étaient clairs : pas de repos !
  11. 11. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page11 Elle me disait sans cesse : Ne pas avancer, c’est reculer. Et comme tu m’a défiée, Tu dois m’affronter. Tu ne peux pas laisser tomber, Joue ton va-tout Et atteins le sommet ! Après ces mots, Je réalisai que je marchais sur Elle. Elle, c’était la montagne. Rempli de force, Je décidai de ne pas laisser tomber, Pour éviter de creuser ma propre tombe. Petit à petit, Mon visage devenait mélancolique Et tout mon corps cessait d’être mécanique. Je devais continuer ma route Pour gifler le sommet pointu de la montagne Terrible Montagne qui me faisait souffrir. Arrivé au sommet, Elle apaisa ma douleur, Elle me combla de bonheur, Elle fit de moi un homme d’honneur. Mais qui est-elle, Elle qui est belle, Elle qui siège au sommet de la montagne ?
  12. 12. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page12 …Elle, c’est la vie. Pour l’atteindre, Il ya toujours un long chemin à parcourir, Une montagne à escalader, Un fardeau lourd à porter, Une peine à endurer. Pour arriver au sommet, Il y a une seule condition : Ne pas somnoler en cours de route. …Elle, c’est la vie. Pour l’atteindre, Il ya toujours un long chemin à parcourir, Une montagne à escalader, Un fardeau lourd à porter, Une peine à endurer.
  13. 13. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page13 Juste une question! Nous essayons de comprendre, Nous posons de pénibles questions, Nous briguons un bras de fer Tantôt avec le mensonge, Tantôt avec la vérité… Au final, nous nous perdons Dans des causeries interminables. Il n’y a pas un jour qui passe Sans que nous ne soyons en train de chercher. Par le pur hasard des temps impérissables, Nous tombons sur des réponses hasardeuses. Nous essayons de décrire la chance, Nous tentons désespérément d’y trouver un remède, Nous retouchons les idées qui remontent à la surface, Et bêtement, nous pensons les immortaliser Sur des papiers périssables. Jean Baptiste Irutingabo Il est né le 26 mars 2001à Makamba, commune Mabanda, colline Kibimba I. Il a fréquenté l’école primaire de Kinanira III (Bujumbura). Il est actuellement élève au Lycée du lac TANGANYIKA. Il est passionné par la poésie, l’art (peinture) et la musique.
  14. 14. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page14 Avec des questions faciles ou difficiles, Nous creusons hardiment. A chaque instant, nous nous rappelons… Nous nous rappelons qu’on ne remet jamais à demain Ce qu’on peut faire d’une main. Certains appellent cette histoire la vie, Mais moi, dans mon coin je me demande : « Qu’est-ce que la vie ? » La vie, je me dis… C’est le commencement et la fin L’invisible et l’intouchable, Cette graine qui pousse péniblement Et qui finit par donner de jolies fleurs. La vie, je me dis… Ce sont les échecs et les réussites, Le rêve et l’accomplissement, C’est une bataille dès la naissance Qu’on livre avec des armes fascinantes : Des balles de conseils de gros calibre, Un bouclier blindé de décisions, Une lance ferrée qu’est la redoutable vision, L’épée à double tranchant qu’est le travail assidu. Entre la naissance et la mort, C’est le grand voyage terrifiant. Chaque jour, on se réveillera Et on se mettra en route, On marchera sur des épines, On piétinera des cailloux impitoyables.
  15. 15. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page15 Quelle que soit la douleur, On ne rebroussera pas chemin. La vie, elle est une danse parfaite, Même le meilleur chorégraphe s’éteindra Sans avoir trouvé la vraie chorégraphie. Le plus important, Ce ne sera pas d’avoir atteint la perfection, Mais de s’endormir après avoir dansé Le plus longtemps possible. La vie, je me dis… C’est le commencement et la fin L’invisible et l’intouchable, Cette graine qui pousse péniblement Et qui finit par donner de jolies fleurs.
  16. 16. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page16 Je ne veux plus mourir Un proverbe dit que ce sont de petits ruisseaux Qui font de grandes rivières…je ne vous apprends rien. Simplement, j’ajoute que ce sont les tierces Qui font les secondes, Les secondes qui font les minutes, Les minutes qui font les heures, Les heures qui font les jours, Les jours qui font les années, Les années qui font toute une vie. Mais, où est-ce que je veux en venir ? Personnellement, je crois… Je crois que ce qui nous fait Perdre la magie de la vie, Ce sont de petits détails. C’est ce bonjour qu’on reçoit le matin, Ce merci venant d’un cœur chaud, BUHIRE Elsa Karelle Elle est née le 2 Septembre 1998 à Kinindo (Bujumbura). Elle a fait l’école primaire ESCAF au Rwanda. Elle est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Elle est passionnée par la lecture, l’écriture et le dessin. Elle rêve de se lancer dans la programmation en informatique.
  17. 17. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page17 Ce sourire que les yeux d’un être cher dégagent, Ce bonheur de garder l’espoir Que dans peu qu’on possède, on aura plus demain. Parfois, on désire être comme… On cherche à imiter ceux qui ont touché le sommet, On se bat pour incarner leur personnage, Et au lieu de vivre…on meurt en eux. Autrefois, je voulais être comme… Et j’en suis morte. Ressuscitée, je ne veux plus mourir. Mes qualités, mes convictions… Je ne les enterrerai plus. Je ne me morfondrai plus dans la foule, Je n’aurai plus peur des risques, Je ne laisserai plus jamais la personne unique, La reine qui siège en moi…mourir bêtement. Non, je ne veux plus mourir ! Etre appelée une marginale, Si le combat m’y oblige…je prends la main. Je n’assisterai plus aux obsèques de ma personne, Ooooh oui! J’ai pris la décision de vivre. Ecoutez-moi ! J’ai décidé d’oublier ce que j’ai à perdre, J’ignore les critiques et les injures, Et être marginalisée, c’est une musique je danse sans gêne. Subir les moqueries du monde, c’est rien ! Le plus important, c’est l’accomplissent de mes rêves.
  18. 18. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page18 Chaque jour, Je me concentre sur mes capacités, Je cherche ce qui me fait plaisir, Je découvre ce qui me passionne, Je valorise mes points forts, J’améliore mes points faibles, Je reste fière de ce que je suis. Ils ont fait le monde, dit-on, C’est normal, c’était leur époque. Mon époque ! Elle a fait déjà son entrée triomphale. Les gars, c’est mon tour de régner. Plus jamais, je ne me laisserai intimider. Je ne veux plus ressembler à personne, Je ne veux plus mourir, J’ai pris la décision d’aller de l’avant. A tous ceux qui ne comprennent pas encore Le vrai sens de mes mots, Je vous donne rendez-vous au sommet De la montagne multicolore, …je suis née pour briller. That’s all ! Personnellement, je crois… Je crois que ce qui nous fait Perdre la magie de la vie, Ce sont de petits détails. C’est ce bonjour qu’on reçoit le matin, Ce merci venant d’un cœur chaud,…
  19. 19. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page19 Parfum forestier La vie, Elle est comme un géant invisible, Elle est comme ce parfum forestier aux multiples odeurs, Ce parfum qui embaume les cœurs écœurés Par la méchanceté des hommes Et qui laisse les papillons voyageurs survoler L’immense pâturage labouré Par nos envies pressantes de vivre. La vie, Elle est comme un vent léger qui fouette les champs fleuris Et qui me fait penser à ce pouvoir terrestre Qui fait couler notre sueur sur l’argile qui nous façonne, Sème dans nos pensées le cauchemar d’héroïsme Qui ne s’accomplit jamais au moment voulu. Kusimwa King Etienne Il est né à Bwiza (Bujumbura) le 21 Septembre 2001. Il a fréquenté l’école primaire La Colombière de Kigobe. Il est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Il est passionné par la musique (choriste) et la poésie.
  20. 20. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page20 La vie, Elle est comme une voix obscure, intrinsèque Qui parle à nos âmes impures Et qui abaisse la tension de nos ambitions. La vie, Elle est ce cadeau divin, Qui commence avec l’arrivée sur terre Et qui se poursuit dans l’au-delà. La vie, Elle est cette image panoramique Qu’on zieute avec un regard froussard, Qu’on affronte avec sueur contre vampires nocturnes Pour arriver au sommet où loge la racine d'or. La vie, Elle est cette histoire belle ou mauvaise Qui s'écrit avec une encre colorée Sortant d’une plume constamment zélée Et qui se lit aisément dans les yeux des pionniers. La vie, Elle est cette lumière intense Qui freine les ombres inéluctables Et qui répare les iris aveuglés Par l’envie incessante de goûter à A tous les plaisirs d’ici-bas. La vie, Elle est ce cadeau divin, Qui commence avec l’arrivée sur terre Et qui se poursuit dans l’au-delà.
  21. 21. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page21 Longue route C’est dans cet endroit chaud et calme que tout commence. On entame une longue route en silence, On lance le premier pas sans résilience. Bien qu’on ne voie pas tout devant, On garde jalousement les yeux sur la perle rare Que les humains surnomment la vie. Pour éviter de déraper avant l’heure, On reste dans le jeu, Et on avance. La perle rare nous intrigue Car c’est elle l’essence du bonheur, De la liberté, de l’existence. MUSORE Prince Il est né à Kinindo (Bujumbura) le 30 juillet 2001. Il a fréquenté l’école du Progrès, l’école primaire Saint- Michel et l’école primaire de Kinindo. Il est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Il est passionné par les langues, le sport, l’art, le design, les livres et aimerait devenir un homme politique.
  22. 22. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page22 Comme la route, Elle montre son ventre Chaque fois qu’on progresse. Des cailloux, du sable mouvant, des trous… Plus d’obstacles à surmonter. Atteindre la destinée, c'est le défi commun à relever. Demain ou après demain, Tout le monde sera l’invité du jour. Quant aux règles du voyage, Personne ne saura avec qui danser. Sur cette longue route, Des cris d’oiseaux jailliront de partout, Des projets, des billets de banque Des amis, des ennemis… Il y aura tout un monde à découvrir. Pour une fin heureuse, On affrontera l’impossible. Demain ou après demain, Tout le monde sera l’invité du jour. Quant aux règles du voyage, Personne ne saura avec qui danser.
  23. 23. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page23 Arbre géant La vie… elle est cette histoire unique qu’on écrit Et qu’on n’arrête pas d’actualiser à chaque lever du soleil. Elle est une plume ivre de liberté Avec laquelle on remplit chaque page du destin. Avec une touche entachée d’humanité, On verse l’encre et on se laisse aller. La vie est comme cette toile sans étoiles Sur laquelle un peintre jovialement inspiré Pose des coups de pinceaux hautement calculés Et transmet un message divinement crypté Que seuls les grands esprits décryptent avec sagacité. La vie, c’est ce voyage éternel vers l’infini, Cette longue route où on marche inlassablement Sans toutefois se rendre compte qu’on dévore des km. Elle est une longue expédition sous un soleil exténuant, Visages tristes remplis de sueur et pieds terrassés par la fatigue. Don Belly Star Ndanga Il est né à Musaga (Bujumbura) le 8 juillet 2001. Il a fréquenté l’école maternelle « centre artisanal », l’école maternelle et primaire des sœurs « Bene Mukama ». Il est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Il est passionné par la prière, la poésie, la musique, le dessin, l’architecture, la danse et la politique.
  24. 24. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page24 Canne à la main, on progressera, on tombera, on se relèvera Et malgré tout, on ne croisera jamais les pieds. La vie…elle est aussi un verbe, Un verbe qui se conjugue parfois à deux, à trois… Aujourd’hui, on croise un frère et un projet est fait. Demain, on croisera une sœur et une famille sera fondée. Et l’autre jour, on tombera sur trois frères Et des exploits seront accomplis. La vie…elle est un arbre géant qui traverse toutes les saisons, Qui affronte les ouragans les plus terribles, Qui se nourrit de la terre, des eaux profondes Et qui renouvelle constamment ses forces. La vie…elle est un mystère qu’on perce au péril de nos envies. La vie est comme cette toile sans étoiles Sur laquelle un peintre jovialement inspiré Pose des coups de pinceaux hautement calculés Et transmet un message divinement crypté Que seuls les grands esprits décryptent avec sagacité
  25. 25. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page25 Comme un Caméléon Toutes les heures, elle change de veste, De voix et de rythme. Elle porte la peau féerique du caméléon Depuis la nuit des temps. Elle tourne le masque à chaque vent qui passe, Elle grince les dents contre les visages rébarbatifs ; Sous plusieurs facettes, elle dévoile ses secrets. La vie, Sans tenir compte du ciel qui règne, Elle pulvérise nos envies. Au moment où l’on s’apprête à accélérer, La fin devient le commencement, Et nos déceptions remontent à la surface. Obstinément, on aura parcouru tous les chemins Gloria Daniella Nishimwe Elle est née à Kinanira III (Bujumbura) le 14 juin 1999. Elle a fréquenté l’école primaire Notre Dame de l’Annonciation, le lycée Clarté Notre Dame de Vugizo, l’école des travaux publics. Elle est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Elle est passionnée par les écrits Bibliques et la poésie.
  26. 26. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page26 Avant de se rendre compte que nos pertes sont Indubitablement irrémédiables. Exigeante, elle voudra qu’on soit pionnier, Qu’on laisse le passé aux passeurs oisifs, Qu’on impressionne le monde avec hardiesse, Qu’on endosse le costume du caméléon, Qu’on s’adapte à toute saison qui montre ses griffes. Tantôt, elle nous suppliera de nous envoler Au moment où la pluie sortira de sa tanière ; Tantôt, avec l’épée de la persévérance, Celle qui façonne l’élégance des braves gens, Elle nous exhortera de prendre le gouvernail, D’épouser la sagesse et l’intelligence, De se transformer en un caméléon venimeux Pour conquérir des territoires. C’est elle qui raisonne les paresseux, Qui revigore la force des audacieux, Qui fait barrière aux échecs et remords, Et qui rend radieuse l’existence des bosseurs. Comme un caméléon, Elle est imprévisible et invisible. Dans ce monde en perpétuelles agitations, Elle s’offre généreusement À qui veut l’héberger ne fût ce qu’une nuit… La vie, Sans tenir compte du ciel qui règne, Elle pulvérise nos envies.
  27. 27. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page27 Entre désirs et mille plaisirs Emportés par l’envie ardente de vivre, Entre désirs et mille plaisirs, Devant l’existence glacée qui dégringole Et les loisirs qui séduisent nos cœurs, On se perd et on court derrière le vent. Nos envies insatisfaites Nous embêtent et nous tourmentent incessamment. Et sans faire autrement, on délire. Lumière du matin mélodieux, Traqueuse des ombres infernales, Parole messagère des jours qui viennent, Complice des jours sans soleil, Ô toi, vie… Dennève Inankuyo Elle est née à Kinanira (Bujumbura) le 30 septembre. Elle a fréquenté l’école primaire Himbaza de Jabe, l’E.P Musaga, Kinindo et Ngagara, le lycée Municipal de Cibitoke, le lycée Municipal de Ngagara, l’ECOFO Kanyosha I, le lycée de Bon Carmel de Kanyosha, le Lycée du Lac TANGANYIKA. Elle est passionnée par la poésie, la littérature africaine, la musique, la danse, le basketball.
  28. 28. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page28 Comment conquérir tes paupières Pour échapper aux vampires de ce siècle abusé ? Lundi, j’ai eu l’amabilité de te surnommer « cool » Car dans ta splendeur inestimable Tu as su raviver mon âme languissante. Mardi, quand l’ambiance battait son plein Je ne t’ai pas quittée des yeux… Tu étais pour moi ce que le ciel est pour la pluie. Mercredi, même dans mes choix les plus déraisonnables, Tu n’as pas cessé de roder au tour de moi. Te voyant m’encercler, rien ne pouvait m’empêcher De penser à la suite de l’histoire… Chaque semaine, chaque jour, chaque matin Ton souffle glissait et glisse encore Sur le front de ma tête désemparée. Je peux, je pourrai te baptiser anti-scélérat ; Je peux, je pourrai t’apostropher anti-funeste, Anti-dépression… Car tu as préservé mon existence des choses horribles. Mais, je t’appellerai aussi traître Car un jour ou deux tu m’as joué des sales tours. Ô toi, vie… Galère, résistance, révolte…j’ai tout appris. Imposer mes actions, mes choix, Etre robuste, incarner la gloire, Etre terrassée par le pessimisme, Me relever et continuer ma route… Oui, avec toi, j’ai tout expérimenté.
  29. 29. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page29 Ô toi, vie… Certains de mes compatriotes te chérissent Quand tu dévoiles tes secrets pour satisfaire leurs envies. Mais quand la nuit de la souffrance tombe, Ils te me maudissent et te crachent dessus. L’heure, le temps passent et ils ne remarquent rien. On a tous les jours comptés, Et même si on fait semblant de l’ignorer, L’ambiance finit toujours ses jours dans la tombe. J’ai déjà respiré le vent de l’existence, Maintenant je sais…mon âme en est convaincue, La folie des désirs puérils, je la chasse comme la grippe ; Le doute qui m’accable, je le réduit à néant ; Et les plaisirs qui s’invitent dans mes nuits, Je les amadoue à ma guise ; Je vis, je respire et je te déguste…ô toi, vie. Lumière du matin mélodieux, Traqueuse des ombres infernales, Parole messagère des jours qui viennent, Complice des jours sans soleil, Ô toi, vie…
  30. 30. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page30 Un arrêt en plein rêve C'est vers minuit, devant ma feuille blanche, Ne sachant plus quoi écrire, Que les mots les plus doux de la terre Se sont éloignés de moi. A cet instant Tu m'as échappé toi... Toi fleur qui pousse chez les riches Comme chez les pauvres. Je te voyais venir à moi Dans un tourbillon de syllabes Avant que tout ne s'arrête. Tumba Albert Il est né à Bwiza (Bujumbura) le 1er décembre 2000. Il a fréquenté l’école primaire Saint-Michel Archange. Il est actuellement élève au Lycée du Lac Tanganyika. Il est passionné par la poésie et les sciences. Il rêve de poursuivre la médecine à l’université.
  31. 31. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page31 Cloué, bouche-bée, devant ma feuille vierge, Embrouillé par un arrêt inattendu En plein rêve, Je m'en voulais à moi-même. Temps d'agiter mes doigts congelés, Temps de réfléchir Pour trouver de quoi remplir Ma feuille tremblante... Temps de saisir mon stylo Afin de vomir mes peurs et mes ennuis, Je n’en trouvais pas. Tout en moi devint sombre Comme un mur éclaboussé Par les vagues noires de la nuit fuyante. Toi, je voulais te décrire, Toi fleur qui pousse chez les riches Comme chez les pauvres, Toi douleur, souffrance, endurance, Joie des sans soucis, bonheur purement humain, Toi inquiétude des ambitieux et des rêveurs, Toi qui est cette histoire qu'on écrit Sans en être conscient... Toi mystère à vivre Et non algorithme à résoudre, Toi voyage plein de choix, D'embûches à surmonter, Toi parcours incertain Où sexe, alcool et drogue Se liguent pour faire des ravages.
  32. 32. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page32 Me voilà enfin réveillé Ne sachant plus quoi accoucher Sur cette feuille en sanglot Qui ne réclame qu'à être abimée. Quelqu'un, Quelqu'un peut-il me prêter sa plume Pour que je raconte cette histoire Où le bonheur des uns fait le malheur des autres? Quelqu'un peut-il me prêter sa mémoire Pour que je me souvienne de ce cauchemar Où le premier devient le dernier, Où le plus doué se voit disqualifié? Quelqu'un peut-il me prêter Enfin sa loupe pour que je discerne De loin ou de près le dilemme De cette histoire drôle d'humains Qui se croient supérieurs aux autres Pendant que les autres se donnent le droit D'ôter la vie à ces êtres formidables...? Quelqu'un peut-il me prêter un crayon, Des mots, une gomme...? Tu m'as échappé toi... Toi fleur qui pousse chez les riches Comme chez les pauvres. Je te voyais venir à moi Dans un tourbillon de syllabes Avant que tout ne s'arrête.
  33. 33. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page33 Course infinie Une fois au milieu du terrain Que je nomme existence terrestre, On se rend compte qu'on fait partie D'un groupe d'athlètes avides du succès, Qu'on est candidat à une course Dont la ligne d'arrivée demeure inconnue Même au-delà de la dernière seconde de la respiration. Instinctivement ou machinalement, On affronte cette course effroyable, On pleure, on implore les forces de l'univers Dans l'espoir d'y échapper, Mais on n'y peut rien Car la règle du jeu est indéfectible: "Naître égal participer" Angel Nshimirimana Elle est née le 6 février 2000 à Kanyosha (Bujumbura). Actuellement, elle est élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Elle est passionnée par la Poésie
  34. 34. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page34 Avec ou sans entraînement, On se voit obligé de courir Courir sans aucune idée de la trajectoire, Courir sans aucune notion de temps, Courir sans jamais franchir la ligne d'arrivée. Les jours se succèdent inévitablement, Et on continue inlassablement. On rassemble toutes nos forces, Pour éviter d'être un sujet de raillerie. En vain, on cherchera à faire recours À notre 6ème sens pour discerner La fin de la trajectoire. Plus on avancera, Elle aura l'apparence d'une muraille gigantesque Devant nos yeux affamés. A moindre goûte d'espoir qui jaillira, On se précipitera pour afin arriver Mais on n'arrivera jamais. Au bout du compte, On se rendra compte Que la course est infinie. Avec ou sans entraînement, On se voit obligé de courir Courir sans aucune idée de la trajectoire, Courir sans aucune notion de temps, Courir sans jamais franchir la ligne d'arrivée.
  35. 35. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page35 De l'or pur... Être dans ce monde, Ça n'a jamais été une affaire de volonté. On s'est tous retrouvé Dans ce gigantesque cosmos Sans l'avoir demandé. On y est né sans en avoir été averti. Un bon matin, En plein soleil ou au bon milieu de la nuit, Les uns se sont vus dans des palais royaux, Les autres sous des huttes en paille Les moins chanceux dans des poubelles puantes Et personne ne l'avait planifié ainsi. Pour certains, la vie semble avoir été injuste, Pour d'autres , elle a été plus que généreuse. Félicien Nishimwe Il est né à Rutovu (Bururi) le 25 mai 1997. Il a fréquenté l’E.P Kinindo. Il est actuellement élève au Lycée du Lac TANGANYIKA. Il est passionné par les sciences, la littérature, le slam-poésie, la lecture, le sport et le travail.
  36. 36. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page36 Hélas, Parce qu'elle est ce qu'elle est, Quel que soit l'endroit où on est né, Elle posera toujours ses conditions. Il y en a ceux qui finiront par quitter les palais, Et d'autres qui finiront pas y entrer. La vie, pour rendre justice à tous, Elle s'offrira à tous. Tantôt elle aura l'apparence d'un contrat, Tantôt celle d'un examen de math. Il y a des fois où elle se déguisera en chair humaine. Elle tentera, jour et nuit, de se cacher partout, Dans l'espoir d'être embrassée par tous. Un jour, elle sera dans un livre, L'autre jour, dans un cœur. Un jour, elle sera dans une école, L'autre jour, dans une entreprise. Un jour, elle sera dans une église, L'autre jour, dans une voiture qui passe. Elle sera même là où on n'espérait pas la trouver Parce que tout simplement, Elle veut que tout le monde sache Qu'elle n'est pas injuste, Qu'elle est juste un trésor rare, Une richesse cachée quelque part, Une pierre précieuse, de l'or pur Qu'il faut juste découvrir et chérir. Pour certains, la vie semble avoir été injuste, Pour d'autres , elle a été plus que généreuse.
  37. 37. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page37 A toutes mes déceptions Je n’ai pas reçu de porte bonheur Pourtant, je suis née avec honneur. Je réponds au nom de bénédiction Nom convoité depuis des siècles Et qui a fini par incarner mon existence. Chez nous, on m’appelle « Mugisha », Symbole de paix, de bonheur et de prospérité Sans que je ne sois pour autant celle qui est née Comblée de toutes les grâces. Ou peut-être que si…que sais-je ? Le destin… Nul besoin d’en être attristée. J’ai souvent raté les occasions en or Qui m’invitaient à faire usage de mes bonnes manières. Devant tous ceux qui me regardaient d’un air rancunier, J’ai enterré mes armes. MUGISHA Noëlla Elle est née le 26 juin 2001. Elle a fréquentée l’école maternelle des petites abeilles et l’école Arc-en-ciel. Elle est actuellement élève au lycée du Lac TANGANYIKA. Elle est passionnée par la poésie et la philosophie.
  38. 38. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page38 J’ai été bannie de ce monde en agitation Et des bêtises sur mon compte se sont accumulées. Ne dit-on pas qu’à travers nos bêtises inopinées On grandit mieux que quiconque ? Ou peut-être que non…que sais-je ? Devant toute situation porteuse d’avenir, J’ai toujours trouvé de brûlantes excuses. Au lieu de continuer à croire…je délirais. Est-ce cela une raison de rester en vie ? Ne dit-on pas que le piment de la vie Est parmi ses nombreux défauts ? Ou peut-être que non…que sais-je ? J’ai marché avec le vent et non avec le temps. J’ai perdu la tête et me suis mis à divaguer. J’ai couronné l’émotion et détrôné la raison… Ma philosophie a tout chambardé. Au bout de quelques heures, Mes journées me semblaient plus longues que jamais. Mais, peu importe où le vent m’emmène, Je monterai dans les hauteurs, Je toucherai les quatre coins de la terre. Vers les nouveaux horizons, je m’envolerai. A toutes mes déceptions, J’écrirai une longue lettre d’héroïsme. Ma dignité perdue, je la récupérerai. Dans ma jeunesse, je renouvellerai mes forces. Dans ma vieillesse, je goûterai à la gloire. Pendant les saisons les plus mouvementées, Je donnerai du repos à mon cœur. Le destin… Nul besoin d’en être attristée.
  39. 39. PLUMES DU LAC-CEWIJE 2019 Page39 Imprimé au Burundi, Bujumbura 2019 Responsable de Rédaction et Edition ©Coach Nday’Ezec, poète

×