Politique documentaire des ressources numériques (HEG de Genève)

6 733 vues

Publié le

Deuxième volet d'un cours donné à la Haute Ecole de Gestion de Genève les 6 et 12 décembre 2013, consacré à la politique documentaire numérique en bibliothèques publiques et universitaires.

  • Soyez le premier à commenter

Politique documentaire des ressources numériques (HEG de Genève)

  1. 1. Politique documentaire numérique Christophe Robert HEG de Genève, 12.12.13
  2. 2. 1. La politique documentaire : ce qui change avec le numérique 2. Evaluation : outils, indicateurs 3. Donner accès aux ressources : du signalement à la médiation
  3. 3. « Qu’est-ce qu’une politique documentaire ? Si nul ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me pose la question, je ne le sais plus. » Saint-Augustin, légèrement retouché
  4. 4. « Un ensemble de décisions et de processus relatifs à l’accroissement, à la mise en ordre et à la conservation de collections, dans le cadre de missions particulières à la bibliothèque, et à la poursuite d’objectifs socioculturels et socio-éducatifs assignés à cette collections. » Image : Roman Ondák Bertrand Calenge, Les Politiques d’acquisition.
  5. 5. Choisir
  6. 6. « Ce tropisme de la collection chez les bibliothécaires fait oublier que l’existence d’une collection imprimée n’est que la conséquence de la rareté de l’espace disponible dans les bâtiments que sont les bibliothèques. Sur le web, ces restrictions n’existent pas, ce qui déplace l’enjeu de la collection vers la médiation. » Silvère Mercier
  7. 7. Ressource numérique ? « Document (données ou logiciels) encodé afin d’être traité par un ordinateur et considéré comme une unité bibliographique. Les ressources électroniques comprennent d’une part des ressources d’information stockées en local, d’autre part celles qui nécessitent l’utilisation d’un périphérique relié directement à l’ordinateur (par exemple, un disque dur, un lecteur de cédérom), et enfin les services en ligne (par exemple, les forums ou les listes de discussions, des sites web). Une ressource électronique peut comporter soit du texte, soit de l’image fixe ou animée, soit du son. Elle peut être aussi multimédia. » Définition de l’ADBS
  8. 8. « Numérique » n’est pas « numérisé » Image : Ownipics (flickr) cc-by-nc
  9. 9. Image : Pierre Brueghel, Le Pays de Cocagne (Wikimedia commons). Numérique, n’est pas forcément payant
  10. 10. « Il faut croire que les collections en bibliothèque, c’est un peu comme la psychanalyse : si le bibliothécaire ne paie pas, il a le sentiment que ça ne marche pas. » Image : Christophe Robert cc-by Lionel Maurel
  11. 11. « La collection de la bibliothèque n’est plus le trésor unique et indispensable à toute étude et recherche : elle est devenue une ressource parmi d’autres et le fonds imprimé comme une toile de fond plus ou moins lointaine et obscurcie sur le devant de laquelle l’information en ligne occupe le premier plan. » Image : Pablo Genoves François Cavalier
  12. 12. « La bibliothèque campe fondamentalement sur un principe de rareté : rareté du stock, rareté des exemplaires, rareté des lieux et rareté des horaires. La bibliothèque est un univers de non-disponibilité, radicalement inverse de celui qui naît avec la logique du numérique. Image : ell brown (flickr) cc-by C’est pourquoi, bien que relevant d’un service public non marchand, elle est un avatar de l’économie de la rareté. La bibliothèque de l’abondance reste donc encore à inventer […] » Dominique Lahary. Entre sélection et abondance, l’offre numérique aux/des bibliothèques, 10/06/09.
  13. 13. Ce qui change : le choix titre par titre Image : JulianBleecker (flickr) cc-by-nc-nd
  14. 14. « comme les yaourts en promotion dans les supermarchés, l’éditeur vend un gros paquet de revues beaucoup moins cher que les revues à l’unité. Pour une université pluridisciplinaire, couvrir les besoins de l’ensemble des usagers implique souvent de souscrire à ce type d’offre. Comme les artichauts, il y a beaucoup de déchet. Dans ces titres, une partie n’intéresse pas, ou seulement de façon marginale, les chercheurs de l’université. » Cécile Pierre, Le paradigme du yaourt et de l’artichaut. Image: Anne Barrow (flickr) cc-by-nc-sa
  15. 15. Les avatars du choix…
  16. 16. Image : Roman Opalka Les limites de la collection : « l’incomplétude heureuse » (Michel Melot)
  17. 17. Ce qui change : une collection durable Image : Ravages (Flickr) cc-by-nc-sa
  18. 18. Image : jblyberg (flickr) cc-by Le modèle du « prêt numérique »
  19. 19. Complexité des modèles d’accès
  20. 20. Termes à connaître • Un bouquet : Ensemble des titres proposés dans une offre, il peut être thématique. On parle surtout de bouquets de périodiques, mais le terme peut s'appliquer aux livres électroniques ou aux bases de données • Big deal : bouquet de titres comprenant l’ensemble du catalogue de l’éditeur. • Package : bouquets de titres comprenant une sélection opérée par l’éditeur
  21. 21. Termes à connaître • Une plateforme : Interface de consultation et d'interrogation des ressources. Plusieurs bases de données peuvent être interrogées depuis la même plateforme, et une base peut être interrogeable sur des plateformes différentes. • Embargo (ou barrière mobile) : période pendant laquelle un document académique n’est pas accessible à certains usagers.
  22. 22. Modèles économiques
  23. 23. Le prix dépend du nombre de… …fichiers /bouquets accessibles …consultations (à l’acte) …lieux où le service est accessible …de la durée de l’engagement …postes / connexions simultanées
  24. 24. La qualité des catalogues Source : Étude IDATE sur l’offre commerciale de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique - mars 2013
  25. 25. Exemple de fiche CAREL
  26. 26. Marchés publics ?
  27. 27. Ce qui change… …dans l’organisation interne .
  28. 28. Circuit du document (numérique) Delayhe M, « Doc électronique pour les débutants (2/5) : Cycle de vie », blog Marlene's corner [en ligne] http://marlenescorner.blogspirit.com/archiv e/2008/04/11/doc-electronique-pour-lesdebutants-2-5-cycle-de-vie.html Consulté le 01 février 2010 33
  29. 29. Nouvelles compétences ?
  30. 30. Les référentiels
  31. 31. Quel profil pour les « acquéreurs » numériques ? • COMPÉTENCES REQUISES : • Bonne connaissance du secteur éditorial et du marché des ressources électroniques ; • Connaissance des besoins documentaires dans la discipline négociée ; • Connaissance des modèles tarifaires proposés ; • Sensibilisation aux problèmes juridiques ; D’après : Profil du négociateur Couperin.
  32. 32. 5 bonnes raisons pour mener une poldoc à l’heure du numérique : 1. 2. 3. 4. 5. Une autre organisation de l'équipe Sensibiliser les acquéreurs Repenser les tâches Valoriser les outils et la recherche Contractualiser
  33. 33. 1. La politique documentaire : ce qui change avec le numérique 2. Evaluation : outils, indicateurs 3. Donner accès aux ressources : du signalement à la médiation
  34. 34. « Alors que les statistiques descriptives des bibliothèques sont fondées sur le principe de transaction, la mesure d’un réseau électronique interactif doit plutôt reposer sur l’utilisation. » m I E. Sutter. L’évaluation et les indicateurs de performance des activités info-documentaires.
  35. 35. m I Quelle unité documentaire ?
  36. 36. DOI, URI… Image : A. Fontalive (flickr) cc-by-nc-sa
  37. 37. Des typologies de plus en plus floues… # Bouquets de périodiques # Bases sans TI # Bases hybrides… Image : Philou.cn (flickr) cc-by-sa
  38. 38. Notions à connaître • Sessions : Interrogation d’une interface en ligne. Commence à la connexion de l’usager et se termine soit de façon explicite (déconnexion) soit explicite (déconnexion après un temps défini d’inactivité) • Recherches/Requêtes : Soumission du formulaire de recherche au serveur • Texte intégral : Affichage ou téléchargement d’un document en texte intégral (format HTML ou pdf)
  39. 39. Les indicateurs indispensables
  40. 40. Normes ISO 11620 (et ISO 2789) • B.2.1.4 Nombre d'unités de contenu documentaire téléchargées par personne • Évaluer l'intérêt porté par les utilisateurs aux ressources électroniques. Source ISO 11620 : 2008(F) © ISO 2008 – Tous droits réservés
  41. 41. • B.3.1.2 Coût des bases de données par session • Évaluer les coûts contractuels d'une base de données en fonction du nombre de sessions. • B.3.1.3 Coût par unité de contenu documentaire téléchargée • Évaluer le coût contractuel d'une ressource électronique en fonction du nombre d'unités de contenu documentaires téléchargées.
  42. 42. • B.4.1.1 Pourcentage des dépenses en fourniture d'information consacrées à la collection électronique • Évaluer la mesure dans laquelle la bibliothèque est engagée dans la constitution d'une collection électronique. • B.4.2.1 Pourcentage du personnel de la bibliothèque affecté à la fourniture de services électroniques • Évaluer le niveau d'affectation par la bibliothèque de ressources humaines au regard du support
  43. 43. • B.1.1.4 Pourcentage des sessions rejetées • Établir, pour chaque base de données électronique, si un nombre suffisant de licences a été souscrit afin de répondre à la demande des usagers. • Durée de consultation/visionnage (voir aussi ISO 2789 : temps de session.) • Visites de la bibliothèque par personne: se subdivise en visites sur place et visites à distance ou « virtuelles », ainsi que la notion de « pages vues ».
  44. 44. Image : willem velthoven (flickr) cc-by-nc Mesures de référence
  45. 45. Projet COUNTER • Rapports sur les revues électroniques • Journal Report 1 (JR1) : Nombre de requêtes réussies d’article en texte intégral par mois et par revue  • Rapports sur les bases de données • Database Report 1 (DB1) : Nombre d’interrogations et de sessions par mois et base de données  • Database Report 2 (DB2) : Nombre de refus de connexion par mois et base de données • Database Report 3 (DB3) : Nombre total de requêtes et de sessions par mois et par service • Rapports sur les e-books et ouvrages de référence • Book Report 1 (BR1) : Nombre de requêtes réussies de titre par mois et titre • Book Report 2 : Nombre de requêtes réussies de section par mois et titre
  46. 46. Pour en savoir plus sur COUNTER • Le glossaire COUNTER sur le site de Couperin
  47. 47. Image : imwearingcons (flickr) cc-by-nc-sa Protocole SUSHI
  48. 48. Image : minifig (flickr) cc-by-nc-sa Granularité plus fine : PIRUS
  49. 49. Projet MESURE
  50. 50. L’exemple du SCD de Nice
  51. 51. Image : Thomas Fisher Rare Book Library (flickr) cc-by-nc Collecter localement les statistiques d’usage ?
  52. 52. AnalogIST / ezPAARSE Voir la vidéo
  53. 53. Compléter avec l’approche qualitative
  54. 54. 1. La politique documentaire : ce qui change avec le numérique 2. Evaluation : outils, indicateurs 3. Donner accès aux ressources : du signalement à la médiation
  55. 55. Comment les rendre visibles ?
  56. 56. Image : Alberto Untitled, 2012. (After M. C. Escher’s Relativity, 1953) Comment les rendre accessibles ?
  57. 57. Image : CrazySphinx (flickr) cc-by-sa Intégration en ligne
  58. 58. Intégration au portail
  59. 59. Sitothèques, agrégateurs de flux
  60. 60. Image : Curious Expeditions (flickr) cc-by-nc-sa Intégration des notices au catalogue
  61. 61. OAI, API, webservices… Image : Leo Reynolds (flickr) cc-by-nc-sa
  62. 62. Web services
  63. 63. Intégration aux résultats de recherche par connecteurs
  64. 64. Dans le catalogue
  65. 65. Image : Adrian (flickr) cc-by-nc-nd Permettre la recherche fédérée
  66. 66. Image : drp (flickr) cc-by-nc-nd Résolveurs de liens
  67. 67. Exemple de Bordeaux 3 Source : Sylvain Machefert
  68. 68. Restreindre l’accès à votre communauté 1. Restriction géographique 2. Restriction par authentification
  69. 69. Image : Christophe Robert cc-by 1. Reconnaissance d’IP
  70. 70. Eviter les frustrations… Image : Andrew-Benson (flickr) cc-by-nc-nd
  71. 71. 2. L’authentification
  72. 72. Image : Dallas75 (flickr) cc-by-nc-sa Mots de passe
  73. 73. L'usager s'authentifie une fois pour toutes • Protocoles SSO-CAS (Single Sign On Central Authentication Service) ou Shibboleth (fédération d'identités). • Reverse proxy • Réseau VPN (Virtual Private Network)
  74. 74. Image : gadgetgirl (Flickr) cc-by-nc-nd Transferts d’annuaires
  75. 75. Autoriser les usagers distants • L'établissement ou collectivité doivent se doter d'un annuaire qui recense l'intégralité des membres. • Cela passe le plus souvent par un protocole normalisé intitulé LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) et qui permet l'interrogation et la modification de plusieurs services d'annuaires distincts.
  76. 76. Les accès mobiles Image : Amsterdamized (flickr) cc-by-nc-sa
  77. 77. Image : martinak15 (flickr) cc-by Disséminer
  78. 78. Conditions d’appropriation du document numérique (symbolique) (matérielle) partageable inscriptible remixable (Lev Manovich)
  79. 79. Image : ToNToN CoPT (flickr) cc-by-nc-sa Visibilité sur le web : Sitemap
  80. 80. www.bm-saintraphael.fr www.dole.org/mediatheque/ Archimed
  81. 81. Le catalogue dans le navigateur
  82. 82. Barre d'outils de ma bibliothèque
  83. 83. Récapitulons… Recherche fédérée Accessibilité multiple OPAC Dissémination des contenus Identifiant unique
  84. 84. Image : Christophe Robert cc-by Rappel : 3 usagers sur 4 n’utilisent pas le catalogue
  85. 85. Matérialiser les ressources numériques
  86. 86. QR Codes
  87. 87. Image : r2hox (flickr) cc-by-nc-sa
  88. 88. La médiation

×