Vers une approche positive de la santé 
mentale 
(et de la psychologie) 
Aymery Constant 
Maitre de Conférences 
EHESP
Un peu d’histoire 
Paul Broca (1824 – 1880): 
neurochirurgien célèbre pour ses 
travaux sur l’aphasie 
Jean Martin Charcot...
Un peu d’histoire 
Alfred Binet (1857 – 1911): conception 
de l’échelle de QI pour détecter les 
retard 
Pierre Janet (185...
Un peu d’histoire 
Emil Kraepelin (1856 – 1926): Propose 
la première nosographie des maladies 
mentales 
Sigmund Freud (1...
Emergence de la Psychologie 
La psychologie a émergé comme discipline 
scientifique sur le même modèle que celui de la 
mé...
Les précurseurs 
 Abraham Maslow: “l’être humain n’est 
pas d’abord le jouet de ses pulsions 
internes ou de l’environnem...
Santé mentale, bien être 
La santé mentale n’est pas une division 
entre « normal » et pathologique, mais 
un continuum: 
...
Nombre de 
personnes 
Orthoptie 8 - 2008 Olivier Cosnefroy
Nombre de 
personnes 
Orthoptie 9 - 2008 Olivier Cosnefroy
Orthoptie 10 
- 2008 Olivier Cosnefroy 
Moyenne du 
Bien être 
Nombre de 
personnes
Nombre de 
personnes 
Orthoptie 11 - 2008 Olivier Cosnefroy 
Moyenne du 
Bien être
Plus le score de bien être augmente (s’éloigne de la moyenne), 
plus l’effectif par modalité rétrécit) 
Nombre de 
personn...
Orthoptie 13 - 2008 Olivier Cosnefroy 
x 
Nombre de 
personnes 
Moyenne du 
Bien être 
Individus en 
détresse
Orthoptie 14 - 2008 Olivier Cosnefroy 
x 
Le but de la psychologie est de ramener les 
individus en détresse dans la norme
Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy 
x 
Symptômes 
Tristesse 
Asthénie 
Etc. 
Facteurs de risque 
Chômage 
Pauvreté 
Alcool...
Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy 
x 
Chômage 
Pauvreté 
Alcool 
Addictions 
Etc. 
Travail 
richesse 
Habitudes 
saines 
...
Il faut être riche, 
avoir un travail et 
des habitude 
saines pour être 
heureux 
Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy 
x
Inférence statistique 
Surreprésentation de certaines caractéristiques (alcool; 
addictions; faible niveau socio-éducatif ...
Inférence statistique 
Exemple: 
La dépendance à l’alcool et la toxicomanie intraveineuse 
sont des facteurs de risque maj...
Le continuum de la santé 
mentale 
Epanouissement Santé 
mentale 
modérée 
From: Huppert Ch.12 in Huppert et al. 
(Eds) Th...
Déplacer le curseur 
From: Huppert Ch.12 in Huppert 
et al. (Eds) The Science of Well-being 
Epanouissement Santé 
mentale...
Psychologie positive 
La psychologie devrait: 
 Concerner aussi bien les forces que les faiblesses 
(points forts et poin...
Définition de la psychologie 
positive 
«Étude des conditions et des processus qui 
contribuent à l’épanouissement ou au 
...
Définition de la psychologie 
positive 
 Ne consiste pas à se percevoir ou à observer le 
monde qui nous entoure d’une ma...
Définition de la psychologie 
positive 
 la psychologie positive ne relève pas d’une 
conception égocentrique, caractéris...
Pourquoi la psychologie positive? 
 Depuis 1945, la psychologie a a oublié 2 missions 
fondamentales: rendre la vie des g...
Pourquoi la psychologie positive? 
 OMS: "un état de complet bien-être physique, 
mental et social, et [qui] ne consiste ...
Martin Seligman 
 Prof Penn State U 
 President APA 1996 
 Psychologie séparée: 
 Universitaires intéressés par 
la sc...
Nikki et l’herbe du 
jardin 
 Inspiration. 
 Sa fille de 5 ans jette des herbes . 
 Seligman irrité, lui crie dessus. 
...
Du coup… 
 Seligman decide de changer. 
 Son but dans la vie n’était plus de corriger 
les erreurs de sa fille. 
 Il a ...
Seligman Experiment: part 1 
 Choc évitable. 
 Peut faire face. 
 Appuie sur un bouton 
pour arrêter 
 “Actif” 
 Situ...
Seligman Experiment: part 2 
 Tous les chiens sont 
dans une situation 
“choc évitable”. 
 Boite avec sortie. 
 Lumière...
Comportements 
 Les chiens dans la situation 1 de choc 
“évitable” ont vite appris à sauter de l’autre 
coté 
 Les chien...
Parallèle avec la 
dépression psychogène 
 Provoqué par un événement 
traumatique 
 Passivité 
 Difficulté à trouver (a...
Thérapie Directive 
 Chez les chiens placés en 
situation de choc 
inélecutable. 
 Enlever la barrière et les 
pousser v...
Parallèle avec la thérapie 
 Encourager les patients à retourner dans la vraie vie. 
Ex: ne veulent pas quitter leur mais...
Points forts 
 Malgré toutes les difficultés de la vie, la 
majorité des gens parviennent à vivre et 
accomplir leurs obj...
Points forts 
 Chaque individu possède une série de points 
forts qui, utilisés et exploités, permettent son 
fonctionnem...
Mesure des Points forts 
 Consultation de spécialistes pour le 
recensement des traits humains valorisés à 
travers les p...
Points forts
Affects positifs 
 Emotions positives. 
 Etre heureux 
 Satisfaction de vie. 
 Optimisme et espoir. 
 Energie et conf...
Institutions Positives 
 Construire et développer des 
institutions tournées vers la 
promotion du bien-être 
 Environne...
Cadre General 
Le bien-être a quatre composantes: 
Emotions positives (The Pleasant Life) 
Positive Character (The Engaged...
Se servir de la psychologie 
positive dans l’enseignement?
Depression 
Age moyen de survenue de la 
dépression 
1960—30 ans 
1995—14.5 ans 
Trouble récurrent
Programmes d’intervention 
 Optimisme: Penn Resilience Training 
 Emotion positive: 3 Good Things 
 Engagement: Signatu...
Optimisme 
 Les personnes deviennent optimistes ou 
pessimistes suivant la façon dont elles 
apprennent à s'expliquer les...
Optimisme 
 Notre style explicatif comporte trois dimensions, 
chacune influençant notre tendance à être 
optimistes ou p...
La permanence 
 Si nous pensons que les circonstances qui 
nous amènent à vivre une mauvaise 
expérience ont un caractère...
La permanence: 
 Si nous pensons que les événements 
défavorables découlent de causes 
temporaires, nous aurons plus de c...
La permanence: 
 Inversion des explications face à un événement positif: 
 Lorsque quelque chose de positif arrive aux p...
«généraliser-spécifier». 
 Faire d'un problème ou d'un succès un 
événement universel ou un événement spécifique. 
 Les ...
«généraliser-spécifier» 
 Lorsqu'il s'agit de réussites, inversez encore une 
fois les explications! 
 Les pessimistes f...
«généraliser-spécifier» 
 D'après Seligman, la permanence et la 
tendance à «généraliser-spécifier» 
jouent ensemble un r...
La personnalisation. 
 Ceux qui personnalisent leurs difficultés (par 
ex. «Je suis maladroit» ou «Je suis un perdant») 
...
La personnalisation. 
 Tout comme pour les deux dimensions 
précédentes, il suffit d'inverser ces explications s'il 
s'ag...
Penn Resilience Program 
 Devenir optimiste = changer son «style 
explicatif» . Pour enseigner l'optimisme, 
Seligman s'i...
PRP 
 Par exemple, imaginez que vous marchez dans la 
rue et que vous parlez avec un ami. 
 Tout à coup, quelqu'un venan...
PRP 
 Croyance = Il l'a fait exprès et, le pire, c'est qu'il ne s'est 
même pas excusé!» 
 Lorsque vous vous retournez p...
PRP 
 L'«adversité» ici est le fait d'être heurtée et la 
«conséquence» , le sentiment de colère et le 
besoin de crier u...
Perpectives 
 L'optimisme acquis est une voie prometteuse. 
 Selon Seligman, l'optimisme neutralise la 
dépression, amél...
PRP 
 Le PRP enseigne également des stratégies pour 
résoudre les problèmes et faire face aux 
situations et émotions dif...
Penn Resilience Training (PRP) 
 21 replications (3000 enfants) 
 Whitehall 
 Etudes controlées 
 2chantillons diversi...
Prevention des symptomes dépressifs (% CDI>=15) 
(From Gillham, Reivich, Jaycox, & Seligman, 1995). 
24% 
7% 
12% 
22% 
24...
Prevention : Pourcentage cumulé de dépression, 
anxiété et troubles des conduites. 
60 
50 
40 
30 
20 
10 
0 
1 3 5 7 9 1...
Prevention des troubles des conduites 
(Cutuli, 2004; Cutuli, Gillham, Chaplin, Reivich, Seligman, Gallop, 
& Abenavoli, 2...
Citation 
 “Enseigner l’acquisition de l’optimise avant la 
puberté , mais assez tard pour que les enfants 
aient une mét...
Positive Psychology Curriculum 
 PRP: aspect émotionnel; 
 PPC: plus exhaustif, a pour but de construire 
les “points fo...
Positive Psychology Curriculum 
 Les objectifs 
 (1) aider les étudiant à identifier les points forts de leur 
personnal...
Positive Psychology Curriculum 
 240 9th Graders (seconde) assignés aléatoirement 
à des classes de littérature avec ou s...
Positive Psychology Curriculum 
 Three-Good-Things Exercise 
 Les étudiants doivent écrire tous les jours trois 
choses ...
Positive Psychology Curriculum 
 Using Signature Strengths in New Ways 
 « L’Honnêteté, la Loyauté, la Persévérance, la ...
Positive Psychology Curriculum 
 Les étudiants utilisent le Values in Action 
Signature Strengths test et utilisent leurs...
Capacités sociales 
Mesures: évaluation par les professeurs des conduites sociales, 
incluant la cooperation, affirmation ...
Observation : Forces liées à l’apprentissage 
Mesures: évaluation de l’engagement dans l’apprentissage(e.g., 
curiosité, e...
Cooperation (reportées par les mères) 
Cooperation (Mother SSRS) 
12.0 
11.5 
11.0 
10.5 
10.0 
9.5 
Pre Post 6 months 18 ...
Language AArrttss ((EEnngglliisshh)) GGrraaddeess 
bbyy 99tthh ggrraaddee LLaanngguuaaggee AArrttss LLeevveell 
Non-Honors...
Enseignement 
 Utilisation du PRP 
UK (250 Enseignants formés) 
USA 
Australie 
 L’Armée US au complet (Comprehensive So...
Psychothérapie positive (Acacia Parks 2005) 
 6-week intervention run in groups of 8- 
12, 1.5 hr sessions once a week 
...
Group PPT 
Depressive Symptoms 
Depressive Symptoms for Group PPT at all Time Points 
15 
Scores 
10 
BDI 5 
Baseline Post...
PPT individuelle: Depression 
Rashid, Rosenstein, & Seligman (2005) 
Participants 
Dépression majeure (DSM-IV) 
 Critères...
Post-Therapy Depression 
PPT=Positive Psychotherapy n=13 
TAU=Treatment as usual n=16 
TAUMED+Medications n=17 
Clinician-...
Three Blessing Results (Severe Depression N=42 or 30.2%) 
AAHHII CCEESS--DD 
PPrree--tteesstt 5555..2299 3333..5500 
PPoos...
Psychologie positive, Bien-être et santé
Sonja Lyubomirsky 
 Prof Standford 
 Etudes à Harvard 
 Auteurs de dizaines 
d’articles scientifiques 
et ouvrages 
 P...
Caractéristiques des gens 
heureux, Lyubomirsky 
 Font de l’exercice physique de façon 
hebdomadaire et même quotidienne;...
Les bienfaits du bonheur 
 Gens heureux sont plus en santé: vivent 8 
ou 9 ans plus longtemps, ont de meilleures 
habitud...
Les bienfaits du bonheur 
 Sont plus épanouis dans leur vie de couple, moins 
vulnérables à une rupture amoureuse, aux 
m...
Relations 
 Meilleur prédicteur de bonheur: les relations intimes 
(Lyubomirsky, 2008); 
 Les gens heureux ont un grand ...
Cultiver la méditation 
 Bienfaits de la méditation: bonheur, émotions positives, 
réponse immunitaire, santé physique et...
Cultiver la santé physique 
 Bienfaits de l’activité physique: améliore le bonheur, la 
qualité de vie, le sommeil, le co...
Conclusions 
 La psychologie positive est émergente 
 Ne vise pas à remplacer l’approche traditionnelle 
 Approche prom...
Intérêt 
La France a: 
-le taux de consommation de psychotropes le plus 
élevé du monde 
- le taux de suicide le plus él...
En France 
Faillite du système global à: 
 prévenir le mal-être 
 Prévenir les comportements à risque 
 Promouvoir le ...
En France 
Donc la psychologie positive… 
Pourquoi pas ?
Sources & Resources 
 www.positivepsychology.org 
(Literature) 
 www.psych.upenn.edu/seligman 
(Literature & Manuals) 
...
REFERENCES 
Csikszentmihalyi, M. (1990). Flow: The psychology of optimal experience. New York: 
Harper & Row. 
Fredrickson...
Psychologie positive
Psychologie positive
Psychologie positive
Psychologie positive
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Psychologie positive

1 939 vues

Publié le

Vers une approche positive de la santé mentale

Psychologie positive

  1. 1. Vers une approche positive de la santé mentale (et de la psychologie) Aymery Constant Maitre de Conférences EHESP
  2. 2. Un peu d’histoire Paul Broca (1824 – 1880): neurochirurgien célèbre pour ses travaux sur l’aphasie Jean Martin Charcot (1825 – 1893): Utilise l’hypnose pour provoquer des crises d’hystérie
  3. 3. Un peu d’histoire Alfred Binet (1857 – 1911): conception de l’échelle de QI pour détecter les retard Pierre Janet (1859 – 1947): Nombreuses études sur le psychisme humain à partir de l’observation de cas psychiatriques
  4. 4. Un peu d’histoire Emil Kraepelin (1856 – 1926): Propose la première nosographie des maladies mentales Sigmund Freud (1856 – 1939): Propose une explication du psychisme humain sur la base de ses observations sur des patients névrotiques
  5. 5. Emergence de la Psychologie La psychologie a émergé comme discipline scientifique sur le même modèle que celui de la médecine:  L’observation de cas pathologiques a permis de faire naitre les premières théories du fonctionnement mentales et identifier les zones du cerveau  De scientifiques étudiant des malades mentaux, ou des retards scolaires  Cela a permis d’identifier les principales maladies mentales, leurs symptômes et faire progresser la recherche sur les traitement
  6. 6. Les précurseurs  Abraham Maslow: “l’être humain n’est pas d’abord le jouet de ses pulsions internes ou de l’environnement, mais un individu désireux de s’accomplir personnellement et dans la relation à autrui”  La nature humaine est loin d’être aussi mauvaise qu’on l’a pensé […] Freud a découvert la psychologie pathologique, il reste à inventer la psychologie de la santé”
  7. 7. Santé mentale, bien être La santé mentale n’est pas une division entre « normal » et pathologique, mais un continuum: La différence entre un état normal et pathologique est une question de degré
  8. 8. Nombre de personnes Orthoptie 8 - 2008 Olivier Cosnefroy
  9. 9. Nombre de personnes Orthoptie 9 - 2008 Olivier Cosnefroy
  10. 10. Orthoptie 10 - 2008 Olivier Cosnefroy Moyenne du Bien être Nombre de personnes
  11. 11. Nombre de personnes Orthoptie 11 - 2008 Olivier Cosnefroy Moyenne du Bien être
  12. 12. Plus le score de bien être augmente (s’éloigne de la moyenne), plus l’effectif par modalité rétrécit) Nombre de personnes Orthoptie 12 - 2008 Olivier Cosnefroy Moyenne du Bien être Individus très heureux
  13. 13. Orthoptie 13 - 2008 Olivier Cosnefroy x Nombre de personnes Moyenne du Bien être Individus en détresse
  14. 14. Orthoptie 14 - 2008 Olivier Cosnefroy x Le but de la psychologie est de ramener les individus en détresse dans la norme
  15. 15. Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy x Symptômes Tristesse Asthénie Etc. Facteurs de risque Chômage Pauvreté Alcool Addictions Etc.
  16. 16. Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy x Chômage Pauvreté Alcool Addictions Etc. Travail richesse Habitudes saines Etc. inférences
  17. 17. Il faut être riche, avoir un travail et des habitude saines pour être heureux Orthoptie - 2008 Olivier Cosnefroy x
  18. 18. Inférence statistique Surreprésentation de certaines caractéristiques (alcool; addictions; faible niveau socio-éducatif etc.) •entraine mécaniquement une sous-représentation de ces facteurs de risque chez les individus appartenant au versant opposé de la distribution (les gens heureux): Le bien être est lié à la richesse, à l’éducation, à l’absence de dépendance etc. •Affirmations valides, mais très incomplètes, et confondant causalité et association; points forts et absence de points faibles
  19. 19. Inférence statistique Exemple: La dépendance à l’alcool et la toxicomanie intraveineuse sont des facteurs de risque majeurs de suicide, troubles mentaux, violences, traumatismes, mortalité prématurée, maladies chroniques, qualité de vie et bien être dégradés… Mais l’absence d’addictions n’est pas une garantie de bien-être et d’épanouissement ! Pas d’effet miroir: Une absence de point faible n’est pas un point fort
  20. 20. Le continuum de la santé mentale Epanouissement Santé mentale modérée From: Huppert Ch.12 in Huppert et al. (Eds) The Science of Well-being Trouble mental detresse Symptômes ou facteurs de risque
  21. 21. Déplacer le curseur From: Huppert Ch.12 in Huppert et al. (Eds) The Science of Well-being Epanouissement Santé mentale modérée Trouble détresse mental
  22. 22. Psychologie positive La psychologie devrait:  Concerner aussi bien les forces que les faiblesses (points forts et points faibles)  Comprendre aussi bien comment construire le meilleur que réparer le pire  Arriver aussi bien à rendre la vie des gens épanouissantes que guérir les pathologies  Développer des interventions pour augmenter le bien-être, pas juste diminuer la détresse psychologique
  23. 23. Définition de la psychologie positive «Étude des conditions et des processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions.» Gable & Haidt, 2005
  24. 24. Définition de la psychologie positive  Ne consiste pas à se percevoir ou à observer le monde qui nous entoure d’une manière idéalisée,  Ne pas mettre de côté les connaissances acquises sur la souffrance psychique et sur les moyens d’y remédier.  considère qu’à côté des problèmes individuels et collectifs s’expriment des forces positives. Elle est donc un complément logique aux recherches sur la psychologie clinique et la psychopathologie.
  25. 25. Définition de la psychologie positive  la psychologie positive ne relève pas d’une conception égocentrique, caractérisée par la quête quasi exclusive de l’épanouissement et du développement personnel.  (Qui peut être aussi légitime)  Elle concerne également les relations interpersonnelles et les questions sociales, voire politiques.
  26. 26. Pourquoi la psychologie positive?  Depuis 1945, la psychologie a a oublié 2 missions fondamentales: rendre la vie des gens meilleure et développer leurs talents;  Émotions positives = processus séparé et distinct des émotions négatives;  La thérapie vise à amener les gens de -10 à 0; psychologie positive vise à les amener de 0 à +10;  Le modèle médical n’est guère utile dans la prévention.
  27. 27. Pourquoi la psychologie positive?  OMS: "un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité".  La perception de la santé comme absence de maladie est insuffisante  Il faut augmenter le bien-être
  28. 28. Martin Seligman  Prof Penn State U  President APA 1996  Psychologie séparée:  Universitaires intéressés par la science.  Cliniciens focalisés sur la pratique.  Espère pouvoir réunir les deux versants
  29. 29. Nikki et l’herbe du jardin  Inspiration.  Sa fille de 5 ans jette des herbes .  Seligman irrité, lui crie dessus.  “Papa. Depuis que j’ai 3 ans, je suis une geignarde. Je me plains tous les jours. Le jour de mes 5 ans, j’ai décidé que j’allais arrêter de me plaindre. C’est la chose la plus dure que j’ai jamais faite. Si je peux arrêter de pleureur tout le temps, tu peux arretêr d’etre un vieux ronchon”
  30. 30. Du coup…  Seligman decide de changer.  Son but dans la vie n’était plus de corriger les erreurs de sa fille.  Il a décidé d’encourager ses points positifs (intelligence sociale).  Est ce que la psychologie peut identifier et déveopper les forces du caractère?  Mission comme président de l’APA.
  31. 31. Seligman Experiment: part 1  Choc évitable.  Peut faire face.  Appuie sur un bouton pour arrêter  “Actif”  Situation inéluctable.  Choc électrique.  Aucun moyen de faire face.  Aucun moyen d’arrêter le choc.  “Passif”
  32. 32. Seligman Experiment: part 2  Tous les chiens sont dans une situation “choc évitable”.  Boite avec sortie.  Lumière qui s’allume .  Choc 10 secondes Après, sauf s’ils sautent dans la partie sécurisée
  33. 33. Comportements  Les chiens dans la situation 1 de choc “évitable” ont vite appris à sauter de l’autre coté  Les chiens dans la situation 2 de choc inéluctables n’ont pas sauté. D’abord agité, ils se sont résignés à prendre le choc.  Ils ont « appris » le désespoir
  34. 34. Parallèle avec la dépression psychogène  Provoqué par un événement traumatique  Passivité  Difficulté à trouver (apprendre) des réponses pouvant soulager.  Symptômes physiques.  Stress et symptômes associés.
  35. 35. Thérapie Directive  Chez les chiens placés en situation de choc inélecutable.  Enlever la barrière et les pousser vers le coté sûr  Réinstaller la barriere et leur apprendre à la passer.  Apprendre à sauter
  36. 36. Parallèle avec la thérapie  Encourager les patients à retourner dans la vraie vie. Ex: ne veulent pas quitter leur maison  Pas à pas (voir un film, puis le centre commercial.)  Augmenter la difficulté.  Montrer qu’ils ont le contrôle de leur vie.  Gains en terme de motivation, d’apprentissage et émotionnel
  37. 37. Points forts  Malgré toutes les difficultés de la vie, la majorité des gens parviennent à vivre et accomplir leurs objectifs.  La psychologie positive adopte une perspective optimiste sur les potentiels, les motivations et les capacités de l’être humain  Approche humaniste avec des méthodes scientifiques
  38. 38. Points forts  Chaque individu possède une série de points forts qui, utilisés et exploités, permettent son fonctionnement optimal (Linley & Harrington, 2006)  Au même titre que le DSM-IV a recencé toutes les caractéristiques de personnalité constituant des faiblesses pour diagnostiquer les maladies mentales, un classement des « points forts » a été entrepris par les chercheurs
  39. 39. Mesure des Points forts  Consultation de spécialistes pour le recensement des traits humains valorisés à travers les principaux écrits de l’histoire, des religions et des cultures  Instrument de mesure appelé le Values in Action Survey (VIA-Survey) permettant à un individu d’identifier les cinq principales points forts de sa personnalité (signature character strenghts)
  40. 40. Points forts
  41. 41. Affects positifs  Emotions positives.  Etre heureux  Satisfaction de vie.  Optimisme et espoir.  Energie et confiance.
  42. 42. Institutions Positives  Construire et développer des institutions tournées vers la promotion du bien-être  Environnement de travail.  Ecoles.  Communautés.  Réduire les comportements à risque par l’interdiction mais aussi par des offres d’alternatives.
  43. 43. Cadre General Le bien-être a quatre composantes: Emotions positives (The Pleasant Life) Positive Character (The Engaged Life) Positive Institutions (The Meaningful Life) Positive Relationships (The Social Life) Mesurables Enseignables WB = PE + ENGAGEMENT+ MEANING + RELATIONSHIPS Positive Education
  44. 44. Se servir de la psychologie positive dans l’enseignement?
  45. 45. Depression Age moyen de survenue de la dépression 1960—30 ans 1995—14.5 ans Trouble récurrent
  46. 46. Programmes d’intervention  Optimisme: Penn Resilience Training  Emotion positive: 3 Good Things  Engagement: Signature Strengths  Relations positives: ACR  Meaning & Purpose: Altruism vs Pleasure
  47. 47. Optimisme  Les personnes deviennent optimistes ou pessimistes suivant la façon dont elles apprennent à s'expliquer les événements qu'elles vivent.  Nous avons chacun un «style explicatif» auquel nous avons recours pour nous parler à nous-mêmes de nos réussites et de nos échecs.
  48. 48. Optimisme  Notre style explicatif comporte trois dimensions, chacune influençant notre tendance à être optimistes ou pessimistes. • La permanence • Le généraliser-spécifier • La personnalisation
  49. 49. La permanence  Si nous pensons que les circonstances qui nous amènent à vivre une mauvaise expérience ont un caractère permanent, nous deviendrons vraisemblablement des pessimistes.  «Il n'y aura jamais de travail pour moi» ou «La formation ne m'aidera jamais» sont des exemples d'explications fondées sur la croyance selon laquelle les circonstances défavorables seront permanentes.
  50. 50. La permanence:  Si nous pensons que les événements défavorables découlent de causes temporaires, nous aurons plus de chance d'être optimistes.  «La situation économique n'est pas trop rose pour le moment» et «C'était là un piètre cours de formation» sont des exemples d'explications qui considèrent les situations comme étant de nature temporaire, et non permanente
  51. 51. La permanence:  Inversion des explications face à un événement positif:  Lorsque quelque chose de positif arrive aux pessimistes, ils l'attribuent au hasard, à des efforts supplémentaires qui ont été déployés ou à quelque cause de temporaire.  Lorsque quelque chose de positif arrive aux optimistes, ils tendent à l'expliquer par des déclarations comme celles-ci: «Je suis vraiment bon là-dedans» ou «J'ai un vrai talent».
  52. 52. «généraliser-spécifier».  Faire d'un problème ou d'un succès un événement universel ou un événement spécifique.  Les pessimistes ont tendance à expliquer leurs problèmes dans des termes universels (par ex. «Je ne suis pas futé», «Je n'arrive pas à m'entendre avec les autres»),  tandis que les optimistes ont tendance à voir leurs problèmes de façon bien spécifique (par ex. «Je ne suis pas très bon en maths» ou «Je ne m'entends pas bien avec Jean Untel»).
  53. 53. «généraliser-spécifier»  Lorsqu'il s'agit de réussites, inversez encore une fois les explications!  Les pessimistes font de leurs réussites des événements spécifiques (par ex. «Je suis bon en sciences» ou «Je m'entends très bien avec Jean Untel, pas de doute là-dessus»)  alors que les optimistes font de leurs réussites des événements universels (par ex. «Je suis futé» ou «Je m'entends bien avec les autres»).
  54. 54. «généraliser-spécifier»  D'après Seligman, la permanence et la tendance à «généraliser-spécifier» jouent ensemble un rôle important dans le développement d'un sentiment d'espoir ou dans celui du désespoir
  55. 55. La personnalisation.  Ceux qui personnalisent leurs difficultés (par ex. «Je suis maladroit» ou «Je suis un perdant») ont tendance à être des pessimistes  ceux qui extériorisent leurs difficultés (par ex. «Ma famille était dysfonctionnelle» ou «Mon expérience scolaire a été horrible») ont tendance à être des optimistes.
  56. 56. La personnalisation.  Tout comme pour les deux dimensions précédentes, il suffit d'inverser ces explications s'il s'agit d'événements positifs.  Les pessimistes extériorisent (par ex. «J'ai gagné parce que mon adversaire n’était pas bon ce jour-là » ou «C'était sûrement un test facile» )  Tandis que les optimistes personnalisent (par ex. «Mon travail a porté ses fruits» ou «J'étais très bien préparé pour ce test-là, pas de doute là-dessus »).
  57. 57. Penn Resilience Program  Devenir optimiste = changer son «style explicatif» . Pour enseigner l'optimisme, Seligman s'inspire d'une variante du modèle «ABC»d'Albert Ellis, soit A pour «adversity»; B pour «belief» et C pour «consequence»  Dans ce modèle, l'hypothèse est que l'«adversité» n'est pas un facteur aussi déterminant sur nos émotions et nos comportements (c.-à-d. les conséquences) que ne le sont les «croyances» que nous nourrissons au sujet de l'adversité.
  58. 58. PRP  Par exemple, imaginez que vous marchez dans la rue et que vous parlez avec un ami.  Tout à coup, quelqu'un venant en sens contraire vous heurte assez fortement en poursuivant son chemin.  Vous êtes en colère et vous vous retournez pour lui crier une insulte.
  59. 59. PRP  Croyance = Il l'a fait exprès et, le pire, c'est qu'il ne s'est même pas excusé!»  Lorsque vous vous retournez pour lui crier quelque chose, vous constatez que l'homme qui vous a heurté en marchant porte des verres fumés et marche à l'aide d'une canne blanche: il est aveugle.  Soudain, la «conséquence» change. Vous ne criez pas et vous vous sentez un peu bête de vous être emportée de la sorte.  Qu'est-ce qui a changé ici? La «croyance» au sujet de l'adversité C'est la croyance qui a influencé la conséquence, non l'adversité.
  60. 60. PRP  L'«adversité» ici est le fait d'être heurtée et la «conséquence» , le sentiment de colère et le besoin de crier une insulte.  Devenir un optimiste consiste à changer ses «croyances» qui viennent s'interposer entre l'adversité (ou encore les événements) et la conséquence
  61. 61. Perpectives  L'optimisme acquis est une voie prometteuse.  Selon Seligman, l'optimisme neutralise la dépression, améliore la santé physique et, généralement, est plus plaisante comme disposition d'esprit que le pessimisme.  De plus, de nombreuses recherches ont montré que les optimistes ont beaucoup plus de chance de passer à travers des périodes difficiles.
  62. 62. PRP  Le PRP enseigne également des stratégies pour résoudre les problèmes et faire face aux situations et émotions difficiles. Les élèves apprennent des techniques d’affirmation de soi, de négociation, de prise de décision, de résolution de problèmes relationnels, et de relaxation.  Les compétences enseignées peuvent être appliquées dans la plupart des contexte, dont les relations avec les pairs et la famille, la réussite scolaire et autres.
  63. 63. Penn Resilience Training (PRP)  21 replications (3000 enfants)  Whitehall  Etudes controlées  2chantillons diversifiés  Menées par les professeurs  “Children learn to: - handle day to day stressors - realistic optimism - assertiveness - decision-making”
  64. 64. Prevention des symptomes dépressifs (% CDI>=15) (From Gillham, Reivich, Jaycox, & Seligman, 1995). 24% 7% 12% 22% 24% 29% 33% 44% 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Pre 12 Months 18 Months 24 Months Time % of participants with CDI>=15 PRP Control
  65. 65. Prevention : Pourcentage cumulé de dépression, anxiété et troubles des conduites. 60 50 40 30 20 10 0 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 Months after baseline Cumulative Percentage Control PRP
  66. 66. Prevention des troubles des conduites (Cutuli, 2004; Cutuli, Gillham, Chaplin, Reivich, Seligman, Gallop, & Abenavoli, 2008). 12 10 8 6 4 2 0 Pre 12mos 24mos** 30mos** 36mos** Time Mean CBCL raw score PRP Control
  67. 67. Citation  “Enseigner l’acquisition de l’optimise avant la puberté , mais assez tard pour que les enfants aient une métacognition (penser sur la pensée) est une stratégie productive.  Les enfants ainsi immunisés utilisent ces capacités pour faire face aux pbs de la puberté, ils vont de mieux en mieux en les utilisant. Nos analyses montrent que la permutation du pessimisme acquis et de l’optimisme acquis est en partie responsable de la prévention des symptômes dépressifs”
  68. 68. Positive Psychology Curriculum  PRP: aspect émotionnel;  PPC: plus exhaustif, a pour but de construire les “points forts” de la personnalité, des relations sociales et des objectifs de vie  Augmenter les émotions positives et diminuer les émotions négatives
  69. 69. Positive Psychology Curriculum  Les objectifs  (1) aider les étudiant à identifier les points forts de leur personnalité et,  (2) d’en augmenter l’usage dans leur vie de tous les jours.  Promouvoir la résilience, l’affectivité positive, les buts et objectifs de vie, et les relations sociales positives.  Discussion sur les concepts de la psychologie positive, (les forces et les capacités) une fois par semaine en classe, et des devoirs d’application dans leur vie de tous les jours, et l’utilisation de « journaux de bord »
  70. 70. Positive Psychology Curriculum  240 9th Graders (seconde) assignés aléatoirement à des classes de littérature avec ou sans psychologie positive  20 sessions de 80 minutes sur une année  Emotion positive  Forces de caractère & Engagement  Sens  Trois années de suivi
  71. 71. Positive Psychology Curriculum  Three-Good-Things Exercise  Les étudiants doivent écrire tous les jours trois choses positives qui leur sont arrivés pendant une semaine.  Pour chaque événement rapporté, ils doivent répondre à l’une de ces questions: “pourquoi c’est arrivé?” “quelle est sa signification ?” “comment faire pour que cela arrive encore à l’avenir?”
  72. 72. Positive Psychology Curriculum  Using Signature Strengths in New Ways  « L’Honnêteté, la Loyauté, la Persévérance, la Créativité. La Gentillesse, la Sagesse, le courage et L'équité. Ces seize forces de caractère sont valorisées dans toutes les cultures dans le monde ».  « Nous croyons que vous pouvez obtenir plus de satisfaction de la vie si vous identifiez les forces de caractère que vous avez, puis si vous les utilisez autant que possible à l'école, dans les loisirs, et avec les amis et la famille ».
  73. 73. Positive Psychology Curriculum  Les étudiants utilisent le Values in Action Signature Strengths test et utilisent leurs principaux points forts d’une nouvelle manière à l’école la semaine suivante  Plusieurs sessions du curriculum sont dédiées à identifier les principales forces de caractères en eux, chez leurs amis et dans les figures de la littérature qu’ils lisent, et à les utiliser pour venir à bout des défis
  74. 74. Capacités sociales Mesures: évaluation par les professeurs des conduites sociales, incluant la cooperation, affirmation de soi, et self-control. Exemple d’Items: “volontaire pour aider les autres en classe.” “refuse poliment les demandes exagérées des autres.”
  75. 75. Observation : Forces liées à l’apprentissage Mesures: évaluation de l’engagement dans l’apprentissage(e.g., curiosité, envie d’apprendre, créativité, enthousiasme) Exemple d’items: penser à des situations réelles dans lesquelles l’élève a eu des difficultés ou des échecs. Avec quelle fréquence a-til (elle) démontré de la curiosité ?
  76. 76. Cooperation (reportées par les mères) Cooperation (Mother SSRS) 12.0 11.5 11.0 10.5 10.0 9.5 Pre Post 6 months 18 months Positive Psychology Control
  77. 77. Language AArrttss ((EEnngglliisshh)) GGrraaddeess bbyy 99tthh ggrraaddee LLaanngguuaaggee AArrttss LLeevveell Non-Honors Honors
  78. 78. Enseignement  Utilisation du PRP UK (250 Enseignants formés) USA Australie  L’Armée US au complet (Comprehensive Soldier Fitness)
  79. 79. Psychothérapie positive (Acacia Parks 2005)  6-week intervention run in groups of 8- 12, 1.5 hr sessions once a week  Manualized  Six positive exercises with homework
  80. 80. Group PPT Depressive Symptoms Depressive Symptoms for Group PPT at all Time Points 15 Scores 10 BDI 5 Baseline Post-test Three Six-month One year month f/up f/up f/up PPT (N=16) Control (N=21)
  81. 81. PPT individuelle: Depression Rashid, Rosenstein, & Seligman (2005) Participants Dépression majeure (DSM-IV)  Critères d’exclusion :  Autre traitement en cours  Attaques de paniques et troubles maniaques ou hypomaniaques
  82. 82. Post-Therapy Depression PPT=Positive Psychotherapy n=13 TAU=Treatment as usual n=16 TAUMED+Medications n=17 Clinician-Rated Depression 12 10 8 6 4 2 0 Hamilton Marginal Mean Score PPT TAU TAUMED
  83. 83. Three Blessing Results (Severe Depression N=42 or 30.2%) AAHHII CCEESS--DD PPrree--tteesstt 5555..2299 3333..5500 PPoosstt--tteesstt 7722..8888 1166..4455 CChhaannggee ++1177..6600 IInnccrreeaassee HHaappppiinneessss --1177..0055 DDeeccrreeaassee DDeepprreessssiioonn *Results within the first month.
  84. 84. Psychologie positive, Bien-être et santé
  85. 85. Sonja Lyubomirsky  Prof Standford  Etudes à Harvard  Auteurs de dizaines d’articles scientifiques et ouvrages  Prix et honneurs scientifiques
  86. 86. Caractéristiques des gens heureux, Lyubomirsky  Font de l’exercice physique de façon hebdomadaire et même quotidienne;  Sont profondément engagés dans des buts ambitieux et de vie (combattre la pollution, enseigner leurs valeurs à leurs enfants, etc.);  Ont leur part de tragédies et de stress, peuvent devenir déprimés et émotifs mais ils affrontent l’adversité avec une force remarquable.
  87. 87. Les bienfaits du bonheur  Gens heureux sont plus en santé: vivent 8 ou 9 ans plus longtemps, ont de meilleures habitudes de santé, ont pression sanguine plus basse et un système immunitaire plus fort, tolèrent plus de douleur;  Sont plus créatifs, plus productifs au travail, plus prospères (gagnent 15,000 $ de plus par année).
  88. 88. Les bienfaits du bonheur  Sont plus épanouis dans leur vie de couple, moins vulnérables à une rupture amoureuse, aux maladies mentales;  Ont plus d’amis, sont plus altruistes et engagés socialement;  Plus satisfaits de leur vie conjugale, familiale, professionnelle, loisirs, amis et santé (Lyubormisky, King & al. 2005).
  89. 89. Relations  Meilleur prédicteur de bonheur: les relations intimes (Lyubomirsky, 2008);  Les gens heureux ont un grand cercle (<5) d’amis, un partenaire et un grand soutien social; plus la personne est heureuse, plus elle est satisfaite de sa vie de couple, plus elle reçoit du soutien (Lyubomirsky, 2008);  L’effet est bidirectionnel: améliorer ses relations sociales amène des émotions positives qui améliorent les relations;  Dépendance: détruit les relations.
  90. 90. Cultiver la méditation  Bienfaits de la méditation: bonheur, émotions positives, réponse immunitaire, santé physique et mentale (dépression, anxiété), habiletés cognitives, actualisation de soi, relations sociales, diminue le stress (Lyubomirsky, 2008);  Méditation, qu’elle porte sur un objet, sur les pensées sans jugement, vise à développer l’attention;  Méditer à chaque jour 20 minutes dans un milieu propice et inspirant: se donner du temps et suivre un cours au besoin.
  91. 91. Cultiver la santé physique  Bienfaits de l’activité physique: améliore le bonheur, la qualité de vie, le sommeil, le contrôle du poids; réduit la dépression, le stress, la mortalité, le risque de maladie et de désordres cognitifs (Lyubomirsky, 2008);  Une alimentation saine, un sommeil adéquat et suffisant, passer du temps à l’extérieur sont associés au bien-être (Haidt, 2006);  Trouver une activité qui convienne à votre personnalité et vos intérêts; persévérer, augmenter graduellement la durée ou les efforts.
  92. 92. Conclusions  La psychologie positive est émergente  Ne vise pas à remplacer l’approche traditionnelle  Approche prometteuse mais comportant des limites  Peu de chercheurs et la plupart des données sont issues des même équipes  Connotation morales ou moralisantes des valeurs  Validité des études  Autre: impact de la religion (fort aux USA) etc.
  93. 93. Intérêt La France a: -le taux de consommation de psychotropes le plus élevé du monde - le taux de suicide le plus élevé d'Europe occidentale - la taux de mortalité prématuré le plus élevé d'Europe occidentale - le taux de consommation d’alcool et de cannabis le plus élevé chez les adolescents Un des taux d’alcoolisation les plus élevé au monde Une espérance de vie en bonne santé plutôt faible
  94. 94. En France Faillite du système global à:  prévenir le mal-être  Prévenir les comportements à risque  Promouvoir le bien être  Modèle de 1945 où la personne n’existe que si elle est malade => La prévention est négligée
  95. 95. En France Donc la psychologie positive… Pourquoi pas ?
  96. 96. Sources & Resources  www.positivepsychology.org (Literature)  www.psych.upenn.edu/seligman (Literature & Manuals)  www.authentichappiness.org (Questionnaires)  seligman@psych.upenn.edu  Flourish, 2011: N.Y.: Free Press (My New Book)
  97. 97. REFERENCES Csikszentmihalyi, M. (1990). Flow: The psychology of optimal experience. New York: Harper & Row. Fredrickson, B. L. (1998). What good are positive emotions? Review of General Psychology, 2(3), 300 - 319. Fredrickson, B. L., & Levenson, R. W. (1998). Positive emotions speed recovery from cardiovascular sequelae of negative emotions. Cognitions and Emotion, 12, 191 – 220. Fredrickson, B. L., Mancuso, R. A., Branigan, C., & Tugade, M. M. (2000). The undoing effect of positive emotions. Motivation and Emotion, 24(4), 237 – 258. Jackson, S., & Csikszentmihalyi, M. (1999). Flow in sports: The keys to optimal experiences and performances. Champaign, IL: Human Kinetics. Seligman, M. E. (2002). Authentic Happiness. New York: Free Press.

×