Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie i

10 596 vues

Publié le

0 commentaire
12 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10 596
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
328
Commentaires
0
J’aime
12
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Introduction aux sciences economiques et à la gestion partie i

  1. 1. Introduction aux Sciences Economiques et à la Gestion PROF. HASSAN BASSIDI SESSION D’AUTOMNE FILIÈRE : DROIT EN FRANÇAIS SEMESTRE 1 – ENSEMBLE 2 ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014-2015
  2. 2. Pourquoi étudier l’économie? ! L’étude de l’économie se fixe 3 objectifs: ○ Comprendre ( à travers une analyse) le monde dans lequel on vit, dans lequel beaucoup de défis économiques s’expriment Rareté des ressources, crises etc. ○ Aider à la décision dans la gestion de la vie courante, à court, à moyen et à long terme. prendre la bonne décision ○ Evaluer les différentes politiques économiques au niveau local ou régional etc. faire des comparaisons entre actions et résultats en proposant des ajustements. la production, la consommation, et la répartition etc.
  3. 3. objectif !Allocation optimale des ressources rares à l a s a t i s f a c t i o n d e s b e s o i n s potentiellement infinis
  4. 4. Plan ! Chapitre 1: Définitions et principes élémentaires. ! Chapitre 2: Présentation de l’activité économique. ! Chapitre 3: Les principales étapes de développement de la pensée économique.
  5. 5. CHAPITRE 1: DÉFINITIONS ET PRINCIPES ÉLÉMENTAIRES.
  6. 6. Chapitre 1: Définitions et principes élémentaires 1. Origine et objet de l’économie 1.1. origine du terme « économie » 1.2. objet de l’économie 2. Vers une définition de l’économie 2.1. l’économie est une science de la richesse 2.2. l’économie est une science de l’échange marchand 2.3. l’économie est une science de la rareté 2.4. les définitions de synthèse 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins 3.2. les biens 3.3. les niveaux de l’analyse de la science économique 3.4. Type s d’analyse 3.5. Economie positive et économie normative
  7. 7. 1. Origine et objet de l’économie 1.1. origine du terme « Economie »: étymologiquement, le mot économie se compose de deux mots grecs: ! Oikos la maison, le domaine agricole ! Nomos les règles, les lois ! Oikos-nomos assemblés deviennent « économie » et désignent l’ensemble des règles qui aident l’homme à gérer sa maison ou son domaine, qui s’est peu à peu élargi à une nation. ! En 1615 Antoine de Montchrestien (économiste français) ajoute le terme politique à l’économie en publiant un livre intitulé « Traité de l’économie politique» économie politique.
  8. 8. 1. Origine et objet de l’économie 1.2. Objet de l’économie: ! La science économique est une science humaine étudier l’être humain. ! La science économique est une science sociale étudier le comportement des individus au sein de la société. ! Vu la divergence de ses définitions , La science économique se donne plusieurs objets. les raisons de cette divergence sont au nombre de deux: • La complexité de la réalité socio-économique qui est évolutive. • La complexité du comportement des individus qui forment la société.
  9. 9. 2. Vers une définition de l’économie 2.1. l’économie est une science de la richesse: ! D’abord l’économiste classique John Baptist Say en 1803 dans son ouvrage «Traité d’économie politique» : a donné la définition suivante : « L’économie politique enseigne comment se forment et se consomment les richesses qui satisfont aux besoins des sociétés » . ! D’autres définitions similaires, celle d’Adam Smith considéré comme père fondateur de l’économie politique, qui a publié en 1676 son ouvrage pionnier «Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations». En définitif, l’enrichissement est le but fondamental de l’individu et de la société; la science économique est définie alors comme la science de la richesse.
  10. 10. 2. Vers une définition de l’économie 2.2. l’économie est une science de l’échange marchand: ! Un bien ou un service n’a pas de valeur en soi, il n’a de valeur que s’il satisfait un besoin, que s’il a une utilité. ! C’est à travers l’échange que la valeur d’un bien ou d’un service se manifeste ; cet échange s’opère à travers les marchés. Par conséquent les marchés sont au cœur de la science économique dans la mesure où ils permettent de vérifier l’utilité des biens et de mesurer donc leurs valeurs. ! Ces marchés fixent le niveau général des prix, l’économie devient alors une science des prix puisque ce dernier n’est que le résultat de l’échange; l’économie est tout (et seulement) ce qui peut se traduire par un prix. La science économique est définit comme une science de l’échange marchand
  11. 11. 2. Vers une définition de l’économie 2.3. l’économie est une science de la rareté : ! Lionel Robbins, dans son ouvrage paru en 1947,« Essai sur la nature et la signification de la science économique », a défini l’économie comme la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatif. ! Autre définition similaire, celle de Raymond Barre dans son livre «l’économie politique », il avance que la science économique est la science de l’administration des ressources rares. Elle étudie les formes que prend le comportement humain dans l’aménagement de ces ressources; elle analyse et explique les modalités selon lesquelles un individu ou une société affecte des moyens limités à la satisfaction de besoins nombreux et illimités. Ces définitions partent de l’idée que la rareté des ressources oblige à faire des choix. La rareté est une situation de non abondance des ressources.
  12. 12. 2. Vers une définition de l’économie 2.3. l’économie est une science de la rareté : ! Selon Paul Samuelson (un économiste américain, prix Nobel d'économie en 1970) « la rareté est une loi qui s’impose à tous et ce n’est qu’au Paradis qu’on pourrait accéder à tous les biens qui permettent de satisfaire tous nos besoins ». ! Puisque les moyens sont rares, il y a lieu de les utiliser de façon efficace. Les agents économiques ont des besoins illimités alors que leurs ressources sont limitées, se pose alors le problème de choix. L’économie est une science de lutte contre la rareté et des choix efficaces
  13. 13. 2. Vers une définition de l’économie 2.4. les définitions de synthèse: ! Dans son ouvrage « l’économique », Paul Samuelson a présenté la définition suivante : « L’économie est l’étude de la façon dont l’homme et la société choisissent avec ou sans recours à la monnaie, d’employer des ressources productives rares qui sont susceptibles d’emplois alternatifs pour produire divers biens, et les distribuer en vue de la consommation, présente ou future, des différents individus et groupes qui constituent la société ». l’objet de la science économique étant la recherche de solutions efficaces aux problèmes: « que produire ? Comment produire ? et pour qui produire ? » L’objet de toute économie c’est de répondre à ces trois questions fondamentales.
  14. 14. 2. Vers une définition de l’économie 2.4. les définitions de synthèse: ! Cette problématique du « que, comment et pour qui produire », qui est commune à toutes les sociétés, ramène l’activité économique à trois actes fondamentaux : la production, consommation, et la répartition. ! L’acte économique provient du fait que la nature ne fournit pas gratuitement et en quantités illimitées ce que les hommes ont besoin ; ces derniers doivent donc travailler et s’organiser de façon à satisfaire leurs besoins en utilisant les ressources dont ils disposent.
  15. 15. 2. Vers une définition de l’économie 2.4. les définitions de synthèse: ! Dans son ouvrage « Leçons de théorie micro-économique », Edmond Malinvaud a donné la définition suivante : L’économie est la science qui étudie comment les ressources rares sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société ; elle s’intéresse, d’une part, aux opérations essentielles que soient la production, la distribution et la consommation des biens et, d’autre part, aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations.
  16. 16. ! L’activité économique a pour objectif de satisfaire les besoins des individus en produisant des biens et des services. Le problème économique se pose en ces termes: ○ D’une part, les besoins sont illimités; ○ D’autre part les biens et services sont limités D’où la nécessité d’effectuer des choix. 2. Vers une définition de l’économie
  17. 17. Travail à faire D’après ces définitions des grands économistes, dégager, les éléments fondamentaux qui définissent l’économie
  18. 18. Travail à faire D’après les définitions on relève les notions suivantes: ! Besoins ! Ressources rares ! Comportements
  19. 19. L’économie est une science sociale qui étudie la manière dont les hommes s’organisent pour produire, répartir, distribuer et consommer les biens et les services destinés à satisfaire leurs besoins. 2. Vers une définition de l’économie
  20. 20. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Définition: ! Un besoin est un sentiment de privation, de manque que l’individu cherche à faire disparaître par la consommation d’un bien. EX: manger, boire, se loger … ! On peut considérer les besoins des hommes comme illimités. La satisfaction des besoins, la lutte contre la rareté sont au centre de l’action économique.
  21. 21. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Caractéristiques: Les besoins présentent les trois caractéristiques suivantes (Flouzat, 1982): ! La multiplicité: les besoins sont multiples et illimités. Au fur et à mesure que l’économie se développe, apparaissent sans cesse de nouveaux besoins. ○ Dans le temps: les besoins évoluent en fonction: • Du degré de développement économique et social; • de l’innovation technologique qui génère une profonde transformation des besoins. ○ Dans l’espace: les besoins diffèrent selon • Les croyances • La catégorie socioprofessionnelle • Le lieu d’habitation
  22. 22. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Caractéristiques: ! La satiété ou la saturabilité: (la satisfaction du besoin diminue son intensité) l’intensité d’un besoin diminue au fur et à mesure qu’il est satisfait ; au-delà d’une certaine intensité de satisfaction, le besoin se trouve saturé. ! l’interdépendance: (les besoins sont souvent substituables même imparfaitement les uns aux autres, et également complémentaires)
  23. 23. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Classification Classification courante: • Les besoins primaires (vitaux) : indispensables, qui correspondent aux exigences naturelles. se nourrir, se protéger contre le froid, etc. • Les besoins secondaires (ou besoins sociologiques) : c-à-d ceux dont la satisfaction est nécessaire mais non indispensable à la survie de l’homme : voyage, instruction, culture, sport, vacances etc. • Les besoins tertiaires: ou de luxe qui seront satisfaits par les classes les plus favorisées de la population. appartenance à un club très select, voiture de luxe etc.
  24. 24. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Classification Remarques importantes : ○ La classification des besoins évolue dans le temps, des besoins de luxe il y a quelques dizaines d’années (voitures, montres…) sont devenus des besoins secondaires. ○ Signalons encore qu’un même besoin pourra être classé différemment d’un individu à l’autre en fonction de son appartenance sociale ou de ses goûts. ○ Les besoins vitaux sont assez précisément quantifiables (quantité de nourriture, le nombre de logements…).
  25. 25. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Classification • Besoins individuels/ Besoins collectifs • Les besoins individuels: que l’individu consommateur peut satisfaire lui-même compte tenu de ses ressources; • Les besoins collectifs: exprimés par un ensemble d’individus, pour la satisfaction desquels la collectivité (Etat, les organisme sociaux) a prévu de mettre à leur disposition des services collectifs (éducation, police, transport en commun).
  26. 26. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins: Classification ○ Classification de Maslow Besoins de réalisation de soi (accomplissement personnel ): Créativité , engagement, résolution de problème etc. Besoins d’estime: respect des autres et par les autres , confiance, estime personnel etc. Besoins d’appartenance sociale: se sentir accepté, reconnu et compris des autres, appartenance à une famille un groupe de travail etc. Besoins de sécurité: se mettre à l'abri de toutes les agressions extérieures, sécurité morale et physique etc. Besoins Physiologiques: manger, boire, se soigner etc.
  27. 27. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.2. les biens: Définition ! La satisfaction des besoins est obtenue à partir des biens. ! Un bien est tout moyen qui permet de satisfaire un besoin humain. ! Un bien est une chose matérielle, qui permet de satisfaire un besoin. ! Un service est une prestation fournie en vue de satisfaire un besoin.
  28. 28. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.2. les biens: Caractéristiques des biens économique ! Un bien est dit économique s’il répond aux trois caractéristiques suivantes: ○ L’utilité ou l’aptitude à satisfaire un besoin . ○ Être disponible: la possibilité de se procurer de ce bien en tout temps, les ressources minières de Mars ne sont pas des biens Économiques. ○ Être rare: le besoin excède les quantités disponibles. L’air, par exemple n’est pas un bien économique puisque, c’est un bien qu’il satisfasse un besoin essentiel celui de respirer, il n’est pas rare ; c’est un bien libre.
  29. 29. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.2. les biens: Classification Selon leur destination, on distingue : • les biens de consommation : biens destinés aux consommateurs finaux : les ménages. • et les biens de production :biens qui servent à produire d’autres biens : matières premières, produits semi finis, etc.
  30. 30. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.2. les biens: Classification • Selon leur durée de vie, on peut encore distinguer entre: o les biens Durables (meubles, automobiles) o Les biens semi-durables (câble, cahier, vêtement) o Les biens non durables (produits alimentaires).
  31. 31. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.3. les niveaux de l’analyse de la science économique: ! La science économique se base sur les niveaux d’analyse suivants: La micro-économie: l’analyse porte sur un agent économique donné (ménage, entreprise …), elle s’intéresse à des données individuelles plutôt qu’agrégées.
  32. 32. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.3. les niveaux de l’analyse de la science économique: La macro-économie : s’intéresse à un ensemble d’agents économiques regroupés selon un critère donné (nation, région, entreprises, consommateurs …). Elle porte sur une vision générale de la vie économique en considérant la dimension d’ensemble, l’allure de fonctionnement de l’économie plutôt que le fonctionnement des différentes parties qui la composent.
  33. 33. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.3. les niveaux de l’analyse de la science économique: La méso-économie : c’est un niveau d’analyse intermédiaire entre la microéconomie et la macroéconomie, elle traite des questions concernant les branches d’activité, les régions ou les groupements de personnes. C’est le cas par exemple de l’économie régionale.
  34. 34. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.4. Types d’analyse: L’analyse ex-ante et ex-post: Lorsque l’économie se place à un moment du temps et se livre à l’étude d’un phénomène économique avant que les actes et les comportements ne se produisent, on parle d’analyse ex-ante( c’est une analyse prospective). Lorsqu’à l’inverse, on se livre à l’étude des faits et des comportements qui se sont déjà produits, on parle d’analyse ex-post ( c’est une analyse rétrospective)
  35. 35. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.4. Types d’analyse: Analyse statique: Ne tient pas compte du temps. Dire par exemple que la consommation est fonction des revenus gagnés, sans préciser ni la consommation de quelle période ni les revenus de quelle période. L’analyse dynamique: Prend en considération le temps, et plus particulièrement les notions de décalage, de retard et de délai.
  36. 36. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.5. Economie positive et économie normative L’économie positive rassemble les explications objectives ou scientifiques du fonctionnement de l'économie. Dans le cadre de l'économie positive, on étudie les conséquences économiques d'une décision prise par la société et relative à la consommation, la production et l'échange de biens. Cette investigation a deux finalités : a. Expliquer les raisons du fonctionnement de l'économie ; b. Offrir une base pour prévoir comment l'économie réagira à des changements de situation. Proposition positive : Si le cours du baril de pétrole augmente, le prix de l'essence augmentera.
  37. 37. 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.5. Economie positive et économie normative L’économie normative fournit des prescriptions ou recommandations fondées sur des jugements de valeur personnels. En économie normative, on s'interroge sur les valeurs que les individus associent à une décision économique. Elle répond à des questions économiques qui ne peuvent être résolues que grâce à des débats et décisions politiques. Elle définit comment le monde devrait être. Proposition normative : Il faudrait développer les énergies vertes pour lutter contre le réchauffement climatique
  38. 38. Chapitre 1: Définitions et principes élémentaires 1. Origine et objet de l’économie 1.1. origine du terme « économie » 1.2. objet de l’économie 2. Vers une définition de l’économie 2.1. l’économie est une science de la richesse 2.2. l’économie est une science de l’échange marchand 2.3. l’économie est une science de la rareté 2.4. les définitions de synthèse 3. Les éléments fondateurs de l’économie 3.1. les besoins 3.2. les biens 3.3. les niveaux de l’analyse de la science économique 3.4. Types d’analyse 3.5. Economie positive et économie normative
  39. 39. CHAPITRE 2: PRÉSENTATION DE L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE
  40. 40. 1- les agents économiques 2- les opérations économiques 3- les marchés 4- le circuit économique Chapitre 2: Présentation de l’activité économique
  41. 41. ! Les ménages ! Les entreprises ! Les institutions financières ! Les administrations publiques ! L’extérieur ou le reste du monde 1- les agents économiques
  42. 42. ! Un ménage est une cellule sociale, constituée d’individus vivants sous un même toit (ex: famille). La fonction principale des ménages est la consommation. ! Leurs ressources proviennent des rémunérations de facteurs de production (salaires, dividendes, loyers…) et des transferts versés par d’autres agents économiques. Consommation= f(revenu) Les ménages
  43. 43. ! Les ménages participent à la production en apportant le travail en contrepartie d’une rémunération (revenu). ! Ce revenu leur permet de satisfaire leurs besoins par la consommation. ! Certains ménages épargnent et participent indirectement à l’investissement. E=f(c) et I=f(e) Les ménages
  44. 44. ! L e s e n t r e p r i s e s r e g r o u p e n t l e s u n i t é s institutionnelles qui ont pour fonction principale la production des biens et services marchands et qui ont pour ressource principale le produit de leurs ventes. Les entreprises
  45. 45. ! Les revenus des entreprises servent à couvrir les différentes charges qu’elles supportent, le résidu constitue un profit réparti ainsi: a) Une partie est distribuée aux associés (dividendes). b) Une partie mise en réserve pour financer d’autres investissements (autofinancement). Les entreprises
  46. 46. ! En économie le profit de l’entreprise est donnée par: Profit=Recettes-Coût Total ! Dans la comptabilité générale le profit d’une entreprise c’est le résultat comptable (RC) réalisé à la fin d’année: RC=Produits-Charges Les entreprises
  47. 47. ! La fonction principale des institutions financières est d’assurer le financement de l’économie. ! Elles mettent en rapport les agents économiques ayant un besoin de financement (à la recherche des fonds) avec ceux ayant une capacité de financement (à la recherche des placements). ! Leur rôle donc est l’intermédiation financière Les institutions financières
  48. 48. ! Les administrations publiques sont des unités institutionnelles dont la fonction principale est de produire des services non marchands ou d’effectuer des opérations de redistribution des revenus. ! La majeure partie de leurs ressources proviennent des contributions obligatoires (impôts et cotisations sociales). Les administrations publiques
  49. 49. ! L’extérieur désigne tous les échanges ayant lieu entre l’économie nationale et le reste du monde. L’extérieur ou le reste du monde
  50. 50. ! La production ! L’échange ! La consommation ! La répartition 2- les opérations économiques
  51. 51. ! La production: « une activité socialement organisée, consistent à créer des biens et services habituellement échangés sur le marché et/ou obtenue à partir de facteurs de production s’échangeant sur le marché ». La production
  52. 52. On distingue deux type de production: ! La production marchande: est une production s’échangeant sur un marché à un prix qui couvre les coûts de production, son évaluation se fait donc par le prix du marché. ! La production non marchande: est constituée essentiellement par les services fournis par les Administrations Publiques à titre gratuit ou quasi gratuit. La production
  53. 53. !   La production
  54. 54. ! L’échange c’est la rencontre des offreurs et demandeurs; c.-à-d. la confrontation des vendeurs et des acheteurs dans un marché. L’échange
  55. 55. ! L’échange de marchandises peut prendre deux formes principales: a) Soit elles s’échangent directement les unes contre les autres, sans aucun intermédiaire, et c’est le troc. b) Soit elles s’échangent par l’intermédiaire de la monnaie. Dans ce cas, il y a un double mouvement: un flux réel (marchandises) et un flux monétaire (argent). L’échange
  56. 56. ! L’échange pose le problème de la valeur. Lorsqu’un individu achète un bien, il est intéressé par son utilité, sa valeur d’usage. Alors que le fabriquant ou le vendeur du bien est davantage intéressé par la valeur d’échange que par la valeur d’usage. ! La valeur d’usage d’un bien économique, c’est son aptitude à satisfaire un besoin précis. ! La valeur d’échange s’exprime par le prix de marché. L’échange
  57. 57. ! La consommation c’est l’utilisation des biens et des services pour satisfaire les besoins. ! On distingue la consommation intermédiaire de la consommation finale. ! La consommation intermédiaire représente la valeur des biens et des services consommés au cours de la période dans le processus courant de la production. ! Alors que la consommation finale représente la valeur des biens et services utilisés pour la satisfaction directe des besoins humains individuels ou collectifs, elle est le fait des ménages. La consommation
  58. 58. ! La production des biens et services crée de la richesse. Cette dernière est répartie sous forme de revenus entre ceux qui ont participé directement ou indirectement à la production. La répartition
  59. 59. ! Définition: Un marché peut se définir comme le lieu de rencontre entre une offre et une demande. Cette rencontre détermine une quantité échangée et un prix de vente. le marché permet alors de rendre compatible les offres et demandes pour que l’échange puisse avoir lieu à un prix déterminé, appelé prix d’équilibre, équilibrant les quantités offertes et demandées. Ce marché peut être un lieu concret ou abstrait. 3- Les Marchés
  60. 60. La loi de l'offre et de la demande correspond à un mécanisme d'ajustement automatique des prix. Le prix est librement déterminé entre les offreurs et les demandeurs jusqu'au moment où l'offre est égale à la demande qualifié de « prix d'équilibre »
  61. 61. Graphique: l’offre et la demande
  62. 62. Le marché ne s'applique donc pas seulement à l'échange de biens et de services mais à tous les échanges réalisés sur d’autres marchés. Les agents économiques sont à la fois demandeur et offreur sur plusieurs marchés. Un changement d’offre ou de demande sur un marché influence directement ou indirectement tous les autres marchés.
  63. 63. ! Exemples des marchés: Le marché des biens et services Le marché de travail Le marché boursier Le marché de changes Le marché monétaire Le Marché de produits dérivés. Etc. 3- Les Marchés
  64. 64. ! Les régimes des marchés: 1. le monopole: Exemple: OCP,ONEE, ONCF etc. 2. Monopsone : Exemple: L’armé est le seul client des entreprises de fabrication d’armes 3. Etc. 3- Les Marchés
  65. 65. En fonction de nombre d’acheteurs et de demandeurs, on distingue huit grandes catégorie de marchés Infinité de producteurs Quelques producteurs Un seul producteur Infinité de demandeurs Concurrence parfaite Oligopole Monopole Quelques demandeurs oligopsone Oligopole bilatéral Monopole contrarié Un seul demandeur Monopsone Monopsone contrarié Monopole bilatéral Différents types de marchés
  66. 66. Marché de concurrence pure et parfaite (CPP) Le marché de CPP est rare dans la réalité. Il constitue pour l’analyse économique un modèle de référence représentant une situation de production où règne l’harmonie totale. Cinq conditions caractérisent ce marché: 1. Atomicité du marché 2. Homogénéité des produits 3. Libre entrée/sortie du marché 4. Parfaite mobilité des facteurs de production 5. La transparence du marché
  67. 67. 1. Atomicité du marché
 ! Le marché comprend un très grand nombre de vendeurs et d’acheteurs dont la taille est petite par rapport au marché. ! Aucun d’eux ne peut influencer le marché par les décisions qu’il prend (modification de l’offre ou de la demande individuelle) ! En d’autre termes, chaque entreprise produit une faible partie par rapport à la production totale du marché. De même, chaque acheteur ne consomme qu’une infime partie de la production. ! Prix du marché est une donnée qui s’impose à tous. Marché de concurrence pure et parfaite (CPP)
  68. 68. 2.Homogénéité des produits ! Les entreprises composant le marché proposent des produits homogènes : identiques ou présentant les même caractéristiques et les mêmes performances ! Pour l’acheteur les produits sont homogène quand il est indifférent vis-à-vis de ces produits Marché de concurrence pure et parfaite (CPP)
  69. 69. 3.Libre entrée/sortie du marché ! Tout agent économique a la possibilité d’entrer sur le marché pour acheter ou vendre et également celle de pouvoir librement se retirer du marché. ! Pour une Ese il ne doit pas y avoir de barrière ou d’obstacle à l’entrée et il doit pouvoir sortir du marché si elle le juge nécessaire. Marché de concurrence pure et parfaite (CPP)
  70. 70. 4.Parfaite mobilité des facteurs de production ! La mobilité de tous les facteurs de production (travail et capital etc.) d’une industrie à une autre, garantissant la souplesse d’adaptation du secteur productif aux modifications de structures et de proportions. Marché de concurrence pure et parfaite (CPP)
  71. 71. 5. La transparence du marché ou information parfaite ! Le marché est transparent si tous les agents sont informés des produits, des quantités offertes et demandées, des prix de la qualité; l’information doit être gratuite et accessible à tout le monde et pour tout les participants au marché. Marché de concurrence pure et parfaite (CPP)
  72. 72. ! Définition: Le circuit économique est une représentation schématisée simplifiée du fonctionnement de l’économie qui permet de décrire, au moyen des flux, les opérations effectuées par les différents agents économiques sur les marchés. 4- Le circuit économique
  73. 73. Interdépendances économiques des agents : la notion du circuit économique ! L’agent économique effectue des opérations qui se traduisent par des flux économiques qui sont généralement deux mouvements de valeur réciproques : ○ Un flux réel : c’est le transfert d’un bien ou d’un service (y compris le travail) ○ Un flux monétaire : c’est un mouvement de monnaie. ! Un circuit économique où les opération décrites concernent seulement l’intérieur du territoire national retrace une économie dite « fermée » aux échange extérieurs. ! Les économies contemporaines sont de plus en plus ouvertes sur l’extérieure, ce qui donne un circuit dans lequel des relations d’interdépendance se créent entre les économies nationales.
  74. 74. Le circuit économique ! L’économie est un ensemble complexe de relation appelées flux qui lient les agents économiques entre eux. Ainsi l’économie peut-elle être représentée schématiquement par un circuit économique. ! Cette vision en terme de circuit repose sur deux considérations essentielles : ○ l’économie est un ensemble de marchés ou se confrontent une offre et une demande. ○ L’économie repose sur un certain nombre de fonctions économiques essentielles (production, consommation,…) qui sont l’œuvre d’agent économiques spécifiques. Ces différentes fonctions économiques sont reliées entre elles par des flux réels et monétaires.
  75. 75. Le circuit économique simplifié Ménages Entreprises Travail fourni par les ménages Biens Produits Versement des salaires Dépenses (Acquisition de biens)
  76. 76. Un approfondissement du circuit économique ! Le circuit économique prend en considération successivement les flux engendrés par les sociétés financières et ceux résultant des administrations publiques.
  77. 77. Les sociétés financières dans le circuit économique Ménages Sociétés Financières Entreprises Prêts Remboursements Dépôts Retraits Prêts Remboursements Dépôts Retraits
  78. 78. Les administrations publiques dans le circuit économiqueMénages Administr ations Publiques Sociétés non Financière s Sociét és Financ Prestations sociales Cotisations sociales Traitements et salaires Impôts et Taxes Subventions Cotisations Sociales Impôts et Taxes ImpôtsetTaxes CotisationsSociales Subventions Prêts
  79. 79. Le circuit économique ouvert sur l’extérieur Economie Nationale Extérieur (ou Reste Du Monde) Recettes Provenant des Exportations Dépenses Résultant des importations Recettes et Dépenses entrainées par le tourisme Capitaux Placés à long et à court terme Remboursements Revenus Monétaires Transfert Privés
  80. 80. Plan ! Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique.
  81. 81. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. ! Objectif général Se familiariser avec les différentes écoles de pensée économique afin d’en saisir les principales divergences. ! Objectifs spécifiques Connaître les principaux penseurs de l’histoire économique. Saisir les outils d’analyse économique des principales écoles de pensée Présenter les apports essentiels à la théorie économique .
  82. 82. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. Chronologiquement on distingue entre: 1. La pensée économique préclassique 2. l’école Classique 3. l’école Marxiste 4. L’école néoclassique ou marginaliste 5. L’école keynésienne
  83. 83. 1. La pensée économique préclassique 1.1. la pensée économique arabo-musulmane 1.2. le Mercantilisme 1.3. l’école de physiocratie Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique.
  84. 84. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.1. la pensée économique arabo-musulmane AL KASSANI: qui a rédigé un ouvrage célèbre sur l’organisation du trésor public. CADI ABI YAALA: qui a rédigé un ouvrage intitulé : «  la loi de l’Ihtibass  » ou la loi de contrôle des prix. IBN HAZM: en Andalousie qui a écrit deux ouvrages: «  AL MOHALLA », et «  les juridictions sur les bases des juridictions », ouvrages considérés à leur époque, révolutionnaires, sur la répartition de la richesse.
  85. 85. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1.1. la pensée économique arabo-musulmane La pensée économique arabo-musulmane atteint au 14e et 15e siècle un niveau scientifique inégalé grâce à l’apport de deux auteurs: ➢ Ibn Khaldoun au Maghreb ➢Et El Makrizi en Egypte
  86. 86. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1.1. la pensée économique arabo-musulmane ! Ibn Khaldoun Né à Tunis (1332-1406): il s’intéresse aux causes économiques et sociales de la croissance et de la décadence des nations. ! Son ouvrage principal est KITAB AL IBAR, mais il est plus connu pour son ouvrage AL MOQADIMA. ! L’apport d’ Ibn Khaldoun est considéré comme le premier apport scientifique en économie. En effet, contrairement aux mercantilistes et physiocrates, il est le premier, bien avant les classiques, à analyser les trois secteurs économiques ( Agriculture, Industrie, commerce) comme source d’enrechessement, et sources de la répartition des richesses.
  87. 87. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1.1. la pensée économique arabo-musulmane ➢ Ibn Khaldoun la théorie de la valeur ! Il a mis au point les grands lignes de la théorie de la valeur quatre siècle avant William Petty, Adam Smith ou Ricardo. ! le travail est a source de la richesse et donc de la valeur. ! Ibn Khaldoun s’attaque ensuite à l’évaluation de la valeur qu’il considère liée aux facteur suivants: la quantité de travail fournie et la qualité du travail ( manuel ou intellectuel) La loi de l’offre et de la demande: ! Ibn Khaldoun explique le mécanisme d’ajustement entre l’offre et la demande en fonction de la confrontation des intérêt recherchés par les demandeurs et les offreurs sur le marché.
  88. 88. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1.1. la pensée économique arabo-musulmane ➢ Ibn Khaldoun la théorie des finances publiques : il a posé les principes d’un fonctionnement des finances publiques. La force du pouvoir central s’édifie sur trois piliers: l’armé, l’argent et la communication. Il pose les base du système fiscal, en distinguant entre les impôts directs et indirects . il fait le lien entre l’évolution de l’Etat et sa politique fiscale, montrant l’intérêt de celui-ci à maintenir un taux d’imposition très bas, pour stimuler l’activité économique et pour obtenir ainsi un meilleur rendement fiscal
  89. 89. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. 1.1. la pensée économique arabo-musulmane ➢ Ibn Khaldoun il a un apport au niveau de: La théorie de la valeur La théorie de surplus La théorie des prix La théorie de la rente
  90. 90. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. Al Makrizi pousse plus loin son analyse en montrant que la disparition de la bonne monnaie entraine un désordre monétaire. C’est ainsi qu’Al Makrizi sera amené à étudier la relation entre la masse monétaire et le prix. Il sera un précurseur de la théorie quantitative de la monnaie, théorie développé en Europe au XVIe siècle. Il montra comment l’élimination de la bonne monnaie par la mauvaise( excès d’utilisation de l’une par rapport à l’autre) entraine une hausse des prix. Cette hausse entraine une inflation monétaire( hausse de la masse monétaire en circulation).
  91. 91. Chapitre 3: Les principales grandes écoles de la pensée économique. Al Makrizi pousse plus loin son analyse en montrant que la disparition de la bonne monnaie entraine un désordre monétaire. C’est ainsi qu’Al Makrizi sera amené à étudier la relation entre la masse monétaire et le prix. Il sera un précurseur de la théorie quantitative de la monnaie, théorie développé en Europe au XVIe siècle. Il montra comment l’élimination de la bonne monnaie par la mauvaise( excès d’utilisation de l’une par rapport à l’autre) entraine une hausse des prix. Cette hausse entraine une inflation monétaire( hausse de la masse monétaire en circulation).
  92. 92. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.2. Le Mercantilisme ! S’est développé entre le 16ème et le 18ème siècle, dans quatre pays : l’espagnole, l’Italie, l’Anglataire et la France. ! L’objectif principal des mercantilismes est de procurer à l’Etat le maximum d’or et d’argent source, selon eux de la richesse des nations. plusieurs auteurs de l’époque pensaient, à la suite de la découverte des mines américaines, que la richesse des Etats, provenait de l’accumulation des métaux précieux . !  cette pensée militait en faveur de trois idées: 1. L’acquisition d’une réserve d’or nationale aussi grande que possible, 2. Le développement de l’industrie; 3. L’encouragement de la croissance démographique.
  93. 93. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique Contexte historique de Le Mercantilisme : Ils ont vu le jour à la suite d’une triple révolution: 1. R. Matérielle: afflux d’or et d’argent de l'Amérique 2. R. Politique et sociale: constitution des Etats nationaux européens et l’apparition des la propriété privée 3. R. Intellectuelle et morale: renaissance des arts et réforme religieuse
  94. 94. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.2. Le Mercantilisme Jean BODIN:qui a vécu dans la 2ème moitié du 16ème siècle. Il est le premier à formuler une théorie quantitative de la monnaie, soit à mettre en évidence la relation existante entre la masse monétaire et la quantité des produits en circulation. WILLIAM PETTY: auteur anglais, il a inventé la statistique, qu’il appelle l’arithmétique politique. Il est le premier à calculer le revenu national.
  95. 95. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.2. Le Mercantilisme Thomas  Gresham  (1519-1579) connu par sa fameuse loi ‘loi de Gresham ’ «  la mauvaise monnaie chasse la bonne  »
  96. 96. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.2. Le Mercantilisme !Le mercantilisme a néanmoins échoué dans les politique qu’il proposé. Son erreur a été d’ignorer que l’accumulation des moyens de paiement sans contrepartie suffisante en production de biens et services, débouchait rapidement sur l’inflation. !Pensée purement normative !Faiblesse théorique
  97. 97. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. Les principales idées des mercantilistes sont: ! Ce sont les métaux précieux qui expriment la richesse et la puissance des nations, pour accroître la richesse, il faut accroître les métaux précieux. Cet objectif ne peut être atteint que grâce au commerce extérieur c.-à-d. grâce à une balance commerciale excédentaire. ! Le protectionnisme: politique économique visant à protéger l’économie nationale contre la concurrence étrangère au moyen de règles et de mesures qui contrôlent et limitent l’entrée des produits étrangers. ! La colonialisme (politique d’occupation) afin de développer les exportations etc. ! L’intervention de l’Etat (interventionnisme) idée selon laquelle l’Etat doit intervenir dans les affaires économiques.
  98. 98. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1. La pensée économique préclassique 1.3. L’école physiocratique ! Physiocratie signifie, étymologiquement : « le pouvoir de la nature » (du grec physis, « la nature », et kratos, « la puissance »). ! La physiocratie est nettement définie dans le temps et dans l'espace: dans le temps entre 1750 et 1770, dans l'espace, seulement en France. ! C’est la première véritable école de pensée économique dans la mesure où elle est la première à se doter d’un programme de recherche précis: l’analyse de la circulation des richesses dans la nation.
  99. 99. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1.3. L’école physiocratique ❑Contexte historique de L’école physiocratique ! Ils ont vu le jour dans les situations suivantes: 1.Social : opposition entre intérêt de la noblesse et de la bourgeoisie. 2.Economique : caisse vide de l’Etat. 3.Politique: conflit entre le parlement et l’église.
  100. 100. 1.3. L’école physiocratique ! A l’origine de ce courant se trouve François Quesnay (1694-1774), auteur d’un ouvrage intitulé «  le tableau économique de la France », en 1758. ! Il y a selon la doctrine de la physiocratie ( gouvernement de la nature), un ordre naturel dans lequel les hommes et les choses s’organisent. ! L’agriculture est considérée à l’origine de la richesse. ! La pensée physiocratie préconise en tant que doctrine le libéralisme économique, et en même temps le développement de l’agriculture. En tant que science, elle propose un circuit économique basé sur l’agriculture. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique.
  101. 101. L’école physiocratique ❑Auteurs et apport : ▪François Quesnay (1694-1774), Tableau économique en 1759. ▪Turgot(1727-1781), « Réflexion sur la formation et la distribution des richesses » , en 1766. ▪Dupont de Nemours ( 1739-1817). Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique.
  102. 102. Chapitre 3: Les grandes écoles de la pensée économique. 1.3. L’école physiocratique Les principales idées des physiocrates sont: ! La richesse vient de la terre: l’agriculture est la seule activité qui crée un produit net qui est un don de la nature. ! L’utilisation du notion de circuit économique dans le but d’expliquer la façon dont laquelle est réparti le produit net.
  103. 103. ! Les deux derniers courant vont donner lieu à une formulation plus synthétique de la pensée économique, à travers l’école classique.
  104. 104. 2. l’école Classique La conjoncture historique de l’école classique ( 1750-1870) Deux phénomènes vont être à l’origine d’une forte croissance démographique à partir du début du 18ème siècle en Europe : les progrès de l’agriculture, et les progrès de la santé. Cette forte croissance entrainera inévitablement une forte demande de biens de consommation. Les progrès techniques et la main d’œuvre bon marché favoriseront un mouvement d’industrialisation qui impressionne les auteurs classique.
  105. 105. 2. l’école Classique ❑ Les caractéristiques: L’école classique désigne un groupe d’économistes essentiellement anglais, qui ont développé les travaux d’ADAM SMITH sur les mécanismes déterminant la production, la consommation et la répartition des richesses. - le courant classique cherche à présenter une pensée scientifique; en observant les relations entre les phénomènes, sans prendre en considération des critères philosophiques ou moraux. - Il considère, contrairement aux mercantilistes et physiocrates, que le travail est à l’origine de la richesse des nations. Il croit donc comme l’économie islamique à la valeur travail.
  106. 106. 2. l’école Classique ❑ Les caractéristiques: - Il existe, pour lui , dans toute société un ordre naturel: social et économique, qui doit s’exprimer librement dans l’intervention d’une force extérieure ( la main invisible chez ADAM SMITH). - Il y a une correspondance directe entre les intérêts individuels et l’intérêt général, il faut donc laisser jouer les lois du marché , et s’opposer à la constitution de groupes privés, et à l’intervention de l’Etat. - le marché peut connaître des déséquilibres à court terme, mais sous la pression des forces correctrices du marché ( réaction des prix, de la production, ou des revenus ), le retour spontané à l’équilibre se réalise à nouveau.
  107. 107. Les principaux représentants de la pensée classique 2. l’école Classique
  108. 108. ! Adam Smith (1723-1790) En 1776, «LA RECHERCHE SUR LA NATURE ET LES CAUSES DE LA RICHESSE » Adam Smith
  109. 109. Le travail organisé est donc à l’origine de la valeur. Cette valeur est soit une valeur d’usage soit une valeur d’échange. La première mesure l’utilité d’un bien. La valeur d’échange mesure la quantité d’un autre bien que l’on peut obtenir en échange du premier. Adam Smith
  110. 110. ! Thomas Robert Malthus (1766-1834) ! 1798 essai sur le principe de la pop Robert Malthus
  111. 111. Apports: ! La loi de la population ! Est un auteur classique pessimiste. Il développe une conception très réservé vis-à-vis de la croissance démographique. Ainsi pour lui la population croit selon une progression géométrique( 1, 2, 4, 8 etc.) , alors que la production ne croit que selon une progression arithmétique ( 1, 3, 5, 7 etc.). ! Malthus montre par ce raisonnement les avantage qu’on pourrait tirer à supprimer l’aide aux pauvres. Robert Malthus
  112. 112. ! David Ricardo (1772-1823) ! En 1817 « PRINCIPE DE L’ECONOMIE ET DE LIMPOT » David Ricardo
  113. 113. ! Tout en optant pour l’idée d’ADAM SMITH selon laquelle le travail est à l’origine de la valeur d’un bien, sa conception est nuancée. Ainsi pour SMITH la valeur d’échange d’un bien est déterminée par la quantité de travail que ce bien peut procurer à l’échange: on parle de la théorie de la valeur travail commandé. ! Pour Ricardo la valeur d’un bien dépend de la quantité de travail dépensé pour le produire: on parle de Valeur travail incorporé. David Ricardo
  114. 114. ❑La théorie de la rente : ! La rente est définie traditionnellement comme un revenu périodique qui peut être dû à un capital placé ou loué. Une extension de terme lui donne le sens de sur-revenu ( sur-rémunération) d’un facteur de production. Ricardo avait pris l’exemple de la rente tirée de la terre agricole. ! L’inégale fertilité des terres, et la loi des rendements décroissants entraînent des profits supplémentaires pour les propriétaires des terres les plus fertiles ( qui demandent normalement des loyers plus élevés). David Ricardo
  115. 115. ❑La théorie des avantages comparatifs: Selon Ricardo, les quantités de travail exigées pour la production des biens est le facteur principal qui doit expliquer l’évolution des rapports des prix des marchandises. Chaque pays vend ainsi aux autres pays les biens pour lequel les coûts relatifs nationaux sont plus élevés qu’à l’étranger. David Ricardo
  116. 116. ! Jean Baptiste Say (1767-1832) ! « TRAITE D’ECONOMIE POLITIQUE » en 1803 Jean Baptiste Say
  117. 117. ❑ La loi des débouchés Une idée centrale domine l’œuvre de l’économiste français J.B.SAY, celle de l’équilibre sur le marché sur la base de la loi des débouchés. Pour cet auteur, l’offre crée sa propre demande. Ainsi chaque produit réalisé a donné lieu au préalable à la distribution de revenus aux agents qui ont contribué à sa production. Toute marchandise a donc sur le marché sa contrepartie monétaire. Cette contrepartie servira à acheter d’autres marchandises. Il y a donc suffisamment d’argent en circulation pour que toutes les marchandises soient écoulées sur le marché; autrement dit, l’offre produite engendre un revenu qui se transforme totalement et rapidement en demande de marchandises. La demande égalise ainsi l’offre. Jean Baptiste Say
  118. 118. ! Le courant classique cherche à présenter une pensée scientifique, en observant les relations entre les phénomènes économiques, sans prendre en considération des critères philosophiques ou moraux. ❑Idées: ! Travail source de richesse , ! Correspondance entre intérêt individuel et général, ! L’ordre social et économique est un ordre naturel, ! Le marché se rééquilibre de lui-même. Les classiques 1750-1870
  119. 119. Durant le 19ème siècle, le système capitaliste développera parallèlement à l’industrialisation et au progrès technique, des conditions difficiles pour la classe ouvrière. L’afflux d’une armée industrielle dans les villes, exclue des compagnes, accentue les tensions sociales. Le courant classique incapable de réagir sur le plan théorique, laisse le champs libre à deux formes de réactions: - Une réaction critique formulé par le courant marxiste; - Et une réaction libérale réformatrice, formulée par les néoclassiques.
  120. 120. ! Les critiques formulées à l’égard du système de pensée classique vont apparaître dans plusieurs théories. Ces critiques insistent sur le côté excessivement individualiste ( recherche systématique du profit) et peu moraliste du capitalisme. ! Le retour à l’équilibre ( la satisfaction de chacun) étant un mouvement naturel, selon les classiques, il n’y a pas lieu de forcer l’égalité dans la répartition des richesses. L’école marxiste(1840-1930)
  121. 121. L’école marxiste va se distinguer par l’originalité de sa réflexion économique et sociale. Son fondateur KARL MARX (1818-1883), publiera en 1848 «  le manifeste du parti communiste  », et en 1867, son principal ouvrage « LE CAPITAL ». Marx critique les loi naturelles ou universelles avancées par les classiques, pour leur opposer un caractère historique des formes d’organisation économiques et sociales des sociétés, qu’il appellera des modes de production. L’école marxiste
  122. 122. Ce modes de production capitaliste est caractérisé par  : la prédominance de la propriété privée  des  moyens de production, de l'exploitation de main-d'œuvre des salariés, de la distribution et l'échange des richesses e s s e n t i e l l e m e n t d a n s l ' é c o n o m i e d e marché  (production marchande) et dans l'accumulation du capital (production pour le profit) L’école marxiste
  123. 123. Karl Marx ! 1867 Karl Marx
  124. 124. ! Marx a étudié: ! Les forces productives: elles contiennent les forces productives matérielles (les machines, les outilles, les matières premières, et les matières semi-productives) et les forces productives humaines (le travail humain). ! Les rapports de production: les rapports de propriété et la distribution des revenus entre les composantes de la société. L’école marxiste
  125. 125. Quelques apports de l’analyse marxiste: ! La théorie de la valeur: Marx considère que la valeur d’une marchandise se mesure par le travail qu’il contient. L’école marxiste
  126. 126. ! Théorie de la plus value: ! Le profit l’utilisation de la force du travail qui est considérée comme marchandise qui se vend dans le marché et elle a une valeur (salaire) qui se mesure par la quantité nécessaire socialement pour la production des matières de subsistances pour les salariés et leur famille. ! La plus value La différence entre la valeur crée lors du processus de la production et la valeur de la force de travail. L’école marxiste
  127. 127. ! Taux de la plus value: c’est la plus value/ la valeur de la force de travail. ! la plus value absolue: le résultat d’une augmentation du temps de travail sans qu’il y aura une augmentation de la valeur de la force de travail (salaire). ! la plus value relative: le résultat d’une augmentation de la productivité du travail et par conséquent une diminution de la valeur de la force de travail. L’école marxiste
  128. 128. ! Théorie d’accumulation: l’accumulation de la plus value permet au capitalistes de collecter des fonds et de les stocker chez eux. Qu’ils vont les utiliser pour l’achat du capital (investissement). ! Théorie de concentration: l’accumulation permet aux propriétaires des moyens de production l’expansion de leurs activités et la monopolisation des marchés, ce qui va exclure les petits entrepreneurs du cercle de production qui vont joindre l’armée de prolétariat caractérisée par l’élargissement de sa base et l’accroissement de sa misère. L’école marxiste
  129. 129. ! la baisse tendancielle du taux de profit: ! Considéronts que le capitaliste, à partir d’un capital initial C produit un capital C’=C+P ( P étant une plus value). Comment passe t-on de C à C’ ? Marx divise le capital initial C en deux parties: 1. Le capital variable(v), partie investie en force de travail ( ou travail vivant) 2.Le capital constant (c), partie investie en outils, machines et matières (ou travail mort). On a donc C=c+v L’école marxiste
  130. 130. ! la baisse tendancielle du taux de profit: ! Comme la plus value a pour seul origine la force de travail, v devient v+p , et C se transforme en C’ avec : C’=c+[ v+p] ! Le taux de plus value «  p/v  »  mesure le rapport entre le travail non payé et le travail payé. Il intéresse pour cela le travailleur puisqu'il mesure le degré d’exploitation de celui- ci. ! Le taux de profit «  p/(c+v)  » , intéresse par contre le capitaliste, puisque dans son esprit le profit est issu non seulement du capital variable (v) mais de la totalité du capital c+v. L’école marxiste
  131. 131. !   L’école marxiste
  132. 132. ! la baisse tendancielle du taux de profit: le système capitaliste se trouve donc en contradiction avec lui-même puisque le capital, source de richesse, en s’accumulant, fait baisser le taux de profit, et se dévalorise ainsi. Il prépare par conséquence l’avènement de crise… L’école marxiste
  133. 133. ! Conclusion: Le marxisme a connu une vie universelle. Durant près d’un siècle après la mort de MARX, de grands disciple ont contribué dans différents pays à la réflexion théorique tels: LENINE, ROSA LUXEMBOURG, MAO TSE TOUNG ou GRAMCI. L’analyse marxiste a contribué à la compréhension du fonctionnement du système capitaliste. Elle n’a toutefois pu apporter d’alternative à l’existence du marché. L’école marxiste
  134. 134. ❑L’école néoclassique(1870-1930) ▪Constitue le prolongement du courant classique en ce qui concerne, les principes du libéralisme et de la propriété privée. Il se distingue toutefois de celui-ci en centrant l’analyse sur les comportements économiques des individus et leurs choix. Il renonceront, pour cela à raisonner sur la valeur travail, pour lui substituer la valeur utilité. Pour eux, la valeur est fonction de l’utilité de la dernière unité disponible d’un bien appelée utilité marginale. ▪Ce courant constitue également une réaction au développement de la pensée marxiste. L’école néoclassique
  135. 135. trois écoles de pensée marginaliste se sont distinguées: 1. L’école Autrichienne ou école de vienne, représentée par K. Menger , I. FISHER, J.SCHUMPETER et autre. 2. L ’ é c o l e d e C a m b r i d g e : f o n d é e p a r A L F E D Marshall( 1842-1924). 3. L’école de Lausanne: à sa tête son fondateur LEON Walras (1834-1910) et WILLIAM Pareto(1848-1923). L’école néoclassique
  136. 136. 1. L’école Autrichienne ou école de vienne, ❑ Irving Fisher, économiste américain(1867 – 1947) ! La théorie quantitative de la monnaie (TQM) MV = PT (Avec M = stock de monnaie en circulation, P = niveau des prix, V = vitesse de circulation de la monnaie et T = volume des transactions). On traduit donc MV = flux de monnaie dépensé, et PT = valeur nominale des paiements (transactions) L’école néoclassique
  137. 137. 2. L’école de Cambridge: ❑ ALFED Marshall( 1842-1924). ! Il développe la théorie de l’équilibre partiel qui ne prend en considération que les éléments importants qui influent sur le prix d’un bien. ! Il raisonne en termes de substituions ( prix relatif) ! Il est le premier à tracer une courbe de demande et à élaborer dans une synthèse la relation offre-demande. L’école néoclassique
  138. 138. 3. L’école de Lausanne: ❑ LEON Walras : 1834-1910 ▪ Modèle d’équilibre général: - Il est général parce qu'il y a interdépendance des marchés - L’équilibre est un maximum puisqu’il y a satisfaction de tout le monde. - Il s’établit par la rencontre entre offres des producteurs et demande des consommateurs. ❑ WILLIAM Pareto: (1848-1923). ▪ L’équilibre général parétien est un optimum est non un maximum car la satisfaction d’un individu se fait au détriment des autres. L’école néoclassique
  139. 139. ! Analyse Micro-économique ! La rationalité des individus ! Le raisonnement à la marge ! Le concept de valeur ! L’utilité marginale ! L’équilibre L’école néoclassique
  140. 140. ❑ Objectifs: prolonger les travaux des classiques. ❑ Idées: ! Croit en l’homo-économicus: un être rationnel qui cherche un maximum de satisfaction avec un minimum de peine. ! Analyse la manière de prise des décisions individuelles dans l’allocation des ressources rares à des fins multiples. ! Raisonner sur la valeur utilité et non la valeur travail. ! Raisonner sur l’utilité marginale : la valeur d’un bien diminue avec sa quantité et c’est la dernière unité ( utilité marginale) qui détermine la quantité. L’école néoclassique
  141. 141. Contexte: ! Crise globale et multiple entre 1923 et 1936. taux de chômage élevé (chômage involontaire), l’inégale répartition des revenus, déficits de la balance commerciale, les fluctuations de l’activité économique. L’école keynésienne
  142. 142. ! Représentée par John Maynard Keynes 1939 L’école keynésienne
  143. 143. ! Keynes ne croit pas à l’équilibre et à l’autorégulation du marché. ! l’idée centrale de KEYNES est que le jeu des mécanismes économiques tend vers un équilibre, mais cet équilibre n’est pas, comme le soutiennent les classiques et les néoclassique, un équilibre de plein emploi des facteur de production, mais un équilibre de sous emploi de ces facteurs. ! Le chômage classique est volontaire ( car il y a rétablissement de l’équilibre de plein emploi). ! Pour Keynes le chômage est involontaire. ! Selon lui il y a des situations où les travailleurs ne trouverons pas de travail même sous rémunérés, en raison de la faiblesse de la demande. L’école keynésienne
  144. 144. ! selon Keynes, étant donné la préférence pour les liquidités chez les épargnants, le taux d’intérêt égalise simplement l’offre et la demande de monnaie liquide. ! La décision d’investir, qui est fonction des anticipations sur la demande est déterminée par le rapport entre le taux d’intérêt ( qui est le coût payé par l’investisseur pour avoir de la monnaie liquide), et l’efficacité marginale du capital, selon l’appréciation de l’entrepreneur. L’école keynésienne
  145. 145. ! La pensée de Keynes est fondée sur la critique de la pensée libérale selon laquelle le marché permet toujours une relation d’équilibre. ! Selon lui, c’est le niveau de la demande effective qui détermine le niveau de la production et donc celui de l’emploi. ! En effet, en période de récession, les entrepreneurs n’anticipent pas d’augmentation de la demande, investissent peu et créent peu d’emplois. L’Etat doit donc intervenir pour relancer l’investissement et / ou la consommation L’école keynésienne
  146. 146. ! Keynes préconise un rôle important de l’Etat dans l’activité économique par le moyen de politiques visant à relancer la demande considérée comme une véritable importante pour sortir de la crise: 1. Une politique budgétaire: qui consiste à accroitre l’investissement, mais l’Etat ne peut forcer les industriels à investir s’ils ne le veulent pas (Keynes dira qu’on ne peut pas obliger un cheval à boire s’il n’a pas soif), c’est l’Etat qui se substitue à eux en mettant en œuvres les investissements publics. L’école keynésienne
  147. 147. 2. Une politique monétaire: permettant l’accroissement de la masse monétaire pour diminuer les taux d’intérêt, et relancer la production en phase de croissance économique. 3. Une politique fiscale: en vue d’une meilleure répartition du revenu national, et d’un maintien des taux de salaire réels L’école keynésienne
  148. 148. Arbitrage entre chômage et l'inflation
  149. 149. ! Mise en évidence en 1958, la courbe de Phillips est une courbe illustrant une relation empirique négative (relation décroissante) entre le taux de chômage et l'inflation ou taux de croissance des salaires nominaux. ! Elle dérive des travaux de l'économiste néo-zélandais Alban William Phillips mettant en relation le chômage et la variation des salaires nominaux ; l'augmentation des salaires nominaux est source d'inflation, car elle accroît les coûts de production des entreprises et celles-ci se voient alors contraintes de rehausser leurs prix afin de restaurer leur marge bénéficiaire.
  150. 150. ! conclusion : L’influence keynésienne a été particulièrement sensible aux USA avec la politiquer du NEW DEAL, la loi sur l’emploi en 1946, ou la réduction massive d’impôt en 1946 pour atteindre une forte croissance durant cette décennie. Ce n’est qu’à partir des années 70 qu’un phénomène nouveau est venu remettre en cause la politique keynésienne: celui de LA STAGFLATION, c’est-à-dire, la stagnation économique conjuguée à l’inflation. L’école keynésienne
  151. 151. ! L'État-providence est une forme d'État qui se dote de larges compétences réglementaires, économiques et sociales en vue d'assurer une panoplie plus ou moins étendue de fonctions sociales au bénéfice de ses citoyens. Cette nouvelle forme d'État s'affranchit de la conception libérale d'un État limité à des fonctions d'ordre et de sécurité. ! ces interventions de l'Etat visent à garantir un niveau minimum de bien-être à l'ensemble de la population.
  152. 152. ! Keynes préconise une intervention des pouvoirs publics pour assurer le plein emploi par une politique fiscale, et monétaire favorisant la propension à consommer. L'influence de Keynes fut considérable, tant sur le plan de l'analyse théorique que sur le plan de la politique économique, monétaire et sociale internationale.
  153. 153. CHAPITRE 4 : PRINCIPES DE LA COMPTABILITÉ NATIONALE
  154. 154. Définition ! La comptabilité nationale est une technique statistique donnant une vision synthétique et marco- économique de l’économie nationale. Elle recueille des données sur l’activité économique du pays et permet de décrire et de chiffrer les opérations de production, répartition, consommation et investissement qui s’effectuent entre les agent économiques.
  155. 155. 1. l’utilité de la comptabilité nationale ! La comptabilité nationale a de nombreux rôles puisqu’elle permet de recueillir des informations, d’élaborer des prévisions et de guider la politique économique de l’Etat. ○ La comptabilité nationale : une représentation chiffrée de la vie économique ○ La comptabilité nationale vise l’analyse du circuit économique ○ Comptabilité nationale et budget économiques ○ La modélisation marco-économique ○ Les comparaisons de pays à pays
  156. 156. 1.1 la comptabilité nationale : une représentation chiffrée de la vie économique ! La comptabilité nationale cherche à donner de l’économie nationale une représentation chiffrée, complète et suffisamment simplifiée. Elle s’intéresse à la quantification des opérations effectuées par les agents économiques et au rassemblement de ces évaluations dans un ensemble intégré à savoir les comptes de la nation.
  157. 157. 1.2 la comptabilité nationale vise l’analyse du circuit économique ! La comptabilité nationale permet d’analyser les circuits économiques en situant les relations entre les différents grandeurs économiques, telles que : ○ Le comportement des ménages ○ L’analyse de la production ○ Le comportement des entreprises ○ La place de l’Etat dans l’économie
  158. 158. 1.3 comptabilité nationale et budget économique ! La comptabilité nationale joue un rôle fondamental dans l’élaboration du budget économique de l’Etat (loi de finances). Elle permet d’établir les objectifs chiffrés du gouvernement (taux de croissance du PIB, taux d’inflation, environnement international, …) et de situer leurs conséquences sur les revenus ou sur les finances publiques.
  159. 159. 1.4 la modélisation marco-économique ! La comptabilité nationale est un instrument important pour élaborer divers modèles économiques du fonctionnement de l’économie nationale. À cet égard, les tableaux d’entrées sorties sont largement adaptés pour construire des modèles destinés à simuler l’impact de diverses politiques économiques ou pour mesurer les retombées directes ou indirectes des projets d’investissements sur le niveau d’activité de certaines industries.
  160. 160. 1.5 les comparaisons de pays à pays ! À l’heure de l’interdépendance des économies, il devient nécessaire que l’information économique fournie soit lisible pour tous les partenaires nationaux et étrangers. L’adoption d’un même système de comptabilité nationale (système de l’ONU 1993) facilite donc les échanges et permet de faire des comparaison entre les économies des différents pays.
  161. 161. 2. Acteurs et opérations de l’économie nationale ! Dans le cadre de la comptabilité nationale, les agents économiques sont groupés en catégories, selon leur activité économique dominante (fonction principale) et la nature de leurs ressources principales; ces catégories sont appelées secteurs institutionnels.
  162. 162. 2.1 la notion de l’unité institutionnelle ! Une unité institutionnelle est une entité économique qui jouit de l’autonomie de décision dans l’exercice de sa fonction principale et qui dispose d’une comptabilité complète. Les nécessités de synthèse ne permettent pas de s’intéresser à chaque unité institutionnelle prise individuellement. Ces unités sont regroupées en ensembles dits secteurs institutionnels. ○ Le secteur des sociétés non financières ○ Le secteur des ménages ○ Le secteur des société financières ○ Le secteur des institutions sans but lucratif au service des ménages ○ Le secteur des administrations publiques ○ Le secteur du reste du monde
  163. 163. 2.1 la notion de l’unité institutionnelle ! Le regroupement des entités économiques en secteurs institutionnels répond au besoin de saisir les flux économiques relatifs à la production, la répartition des revenus, l’accumulation et le financement. Par contre, le découpage de l’économie nationale en branches d’activité permet d’analyser les relations technico-économiques au sein du processus de production. ! Le SCNM définit la branche comme le regroupement d’établissement produisant des produits homogènes.
  164. 164. 2.1 la notion de l’unité institutionnelle Secteur institutionnel • Entreprise 1 • Produit 1 • Produit 2
  165. 165. 2.2 opérations économiques ! La comptabilité nationale se réfère à la notion du circuit pour se donner une représentation des opérations économiques. ! Un circuit économique part de la production qui se trouve au centre de l’activité économique; ainsi la production engendre des biens et services qui vont satisfaire la demande exprimée sur le marché. ! De même la production donne naissance à des revenus (revenus primaire) qui sont tous d’abord distribués sur les agents qui participent à la production (salaire, profit, …) et par la suite l’Etat et les organismes sociaux assurent une redistribution des revenus (revenus de transfert) sous forme de prestations sociales, indemnités, … les revenus renforcent donc la demande (consommation finale/ investissement) et permettent de déclencher de nouvelles productions.
  166. 166. 2.2 opérations économiques Production Distribution des revenus (Répartition primaire / répartition secondaire) Consommation finale Epargne Demande globale Investissement
  167. 167. 2.2 opérations économiques ! La comptabilité nationale prend donc en compte trois types d’opérations économiques. ○ Les opérations sur biens et services. C’est-à-dire toutes les opérations ayant trait à la création des biens et services et à leur utilisation (production, consommation, formation brute du capital, importation/exportation). ○ Les opérations de répartition, c’est-à-dire les opérations qui portent sur la répartition du revenu primaire ainsi que celles qui se rattachent à la redistribution des revenus (transfert) ○ Les opérations financières : ce sont des opérations qui se rattachent à la naissance et à la circulation des créances et des engagements qui peuvent revêtir plusieurs formes : liquidités, bons négociable, crédits, …
  168. 168. 3. Les frontières de l’économie nationale ! Selon le SCNM, trois critères sont envisagés pour définir les frontières de l’économie nationale : ○ Territoire économique ○ Résidence ○ Centre d’intérêt économique
  169. 169. 3.1 territoire économique ! Le territoire économique du Maroc est constitué par: ○ Le territoire géographique du pays, ○ L’espace aérien national et les eaux territoriales, ○ Les enclaves territoriales, c’est-à-dire les territoires géographiques situés dans le reste du monde et utilisés en vertu de traités internatinaux ou d’accord entre Etats, par les administration publiques marocaines (ambassades, consultats, …) ! Le territoire économique ne comprend pas les enclaves extra-territoriales, c’est-à-dire les parties du territoire géographique du pays utilisés par des administrations publiques d’autres pays et par des institutions et des organisations internationales en vertu de traités internationaux ou d’accords entre Etats (ambassade et consultats étrangers installés au Maroc, locaux occupés par des organismes internationaux).
  170. 170. 3.2 résidence ! Le concept de résidence adopté dans le SCNM comme dans la balance des paiements n’est pas déterminé par la nationalité ou par des critères juridiques. La notion de base est ici le centre d’intérêt de l’unité institutionnelle. Une unité institutionnelle est dite résidente lorsque son centre d’intérêt économique se trouve sur le territoire économique du pays
  171. 171. 3.3 Centre d’intérêt économique ! Une unité institutionnelle est réputée avoir un centre d’intérêt économique dans un pays lorsqu’il existe à l’intérieur du territoire économique de ce pays un endroit (domicile, lieu de production ou autres locaux) dans lequel ou à partir duquel elle exerce, et à l’intention de continuer d’exercer, des activité et d’effectuer des opérations économiques d’une ampleur significative pendant une période relativement longue (un an ou plus).
  172. 172. 4. l’équilibre Ressources /Emplois ! L’équilibre des biens et services décrit l’origine (l’offre) et l’utilisation (demande) des biens et des services. ! La disponibilité des biens et services dans une économie nationale résulte soit d’une production intérieure (P), soit d’une importation (M). Pour chacun des biens et services ainsi considérés, peut être établie l’utilisation qui en est faite selon les principales fonctions suivantes : ○ Consommation finale (CF) ○ Consommation intermédiaire (CI) ○ Formation brute du capital fixe (FBCF) ○ Variation des stocks (ΔS) ○ Exportations (X)
  173. 173. 4. l’équilibre Ressources /Emplois ! Un équilibre est nécessairement réalisé dans la mesure ou chaque bien ou service (produit ou importé) est employé selon l’une des utilisation mentionnées ci-dessus. ! Cet équilibre est appelé aussi : équilibre ressources/ emplois.
  174. 174. 4. l’équilibre Ressources /Emplois ! Algébriquement, l’équilibre ressources/emplois se traduit par l’égalité suivante : ○ Production ○ Importation ○ Consommation intermédiaire ○ Consommation finale ○ FBCF ○ Exportations ○ Variation des stocks P+M = CI + CF + FBCF + X + ΔS
  175. 175. 5. Le tableau central des entrées-sorties (TES) ! Le tableau central des entrées-sorties permet une analyse détaillée de la production par branche d’activité ainsi que des flux de biens et de services par type de produit. ! Le TES présente la ventilation du PIB par branche d’activité d’origine ainsi que les consommations intermédiaires de chaque branche; ce qui permet de comprendre les relations technico-économique au sein du système productif et de vérifier l’équilibre global de l’économie nationale à savoir : l’équilibre des biens et services
  176. 176. Exemple d’application ! Soit une économie fictive qui se compose de trois branches principales : agriculture, industrie et services. ! La branche agricole : consomme 6 de produits agricoles, 8 de produits industriels et 12 de services. ! La branche industrielle : consomme 4 produits agricoles, 18 produits industriels et 2 de services. ! La branche service : consomme 4 de produits agricoles, 4 de produits industriels et 4 de services.
  177. 177. Exemple d’application Agriculture Industrie Services Production 160 60 100 Importations 20 24 12 Consommation finale 78 12 62 Formation brute du capital fixe (FBCF) 40 16 22 Variation des stocks 20 8 0 Exportations 28 18 10 Les données complémentaires relatives aux trois branches sont récapitulées dans le tableau ci-après :
  178. 178. Branche Cons Inter Cons finale FBCF ΔStoc ks Exportati ons Agricul ture Indus trie Serv ice Cons prod agricole 6 4 4 14 78 40 20 28 Cons prod industriels 8 18 4 30 12 16 8 18 Cons de services 12 2 4 18 62 22 0 10 Cons intermédiai re 26 24 12 62 Valeur ajoutée 134 36 88 ∑VA= PIB = (134+36+88) = 266 Production 160 60 100 Importation s 20 24 12 Ressources 180 84 112 376
  179. 179. Exemple d’application ! Pour illustrer le type de prévisions auquel le TES peut servir, supposons que cette économie voie sa demande étrangère de produits industriels augmenter de 30. ! Pour satisfaire cette demande supplémentaire, la branche industrie va devoir augmenter sa production de 30, mais pour cela, elle devra accroître sa consommation intermédiaire des trois catégories de produits (produits agricoles, produits industriels, services). ! Pour cela, on détermine un tableau appelé « matrice des coefficients technique ».
  180. 180. Exemple d’application ! Une coefficient technique mesure la consommation intermédiaire d’un produit qui est nécessaire à une branche pour sa production. ! On désigne par : ○ i : les différents produits ○ j : les différents branches ! Le coefficients technique du produit i dans la branche j est appelé Cij, il est calculé ainsi : Consommation intermédiaire du produit i par la branche j Production de la branche j Cij =
  181. 181. Exemple d’application Agriculture Industrie Services Produits agricoles 6/160 = 0,0375 4/60 = 0,066 4/100 = 0,04 Produits industriels 8/160 = 0,05 18/60 = 0,30 4/100 = 0,04 Produits de services 2/160 = 0,075 2/60 = 0,033 4/100 = 0,04 Pour notre exemple : le calcul des coefficients techniques est le suivant : Matrice des coefficients techniques Pour mesurer les effets de la demande supplémentaire des produits industriels sur l’ensemble des autres branches, on multiplie la production supplémentaire (30) par les trois coefficients de la branche industrie, ce qui nous donne :
  182. 182. Exemple d’application Agriculture Industrie Services Produits agricoles 0 0,066 x 30 = 1,98 0 Produits industriels 0 0,30x30 = 9 0 Services 0 0,033x30 = 0,99 0 Consommation intermédiaires supplémentaires en (MDhs) La production supplémentaire (30) de produits industriels nécessite des consommations intermédiaires des autres branches ce qui entraine donc la production de : • 1,98 MDhs de produits agricoles, • 9,00 Mdhs de produits industriels, • 0,99 Mdhs de produits de services.
  183. 183. 6. Les agrégats et les ratios de la comptabilité nationale ! Les agrégats et les ratios constituent des indicateurs chiffrés qui mesurent les performances de l’économie nationale. Ils représentent une source d’information importante pour les pouvoirs publics lors de la mise en œuvre de la politique économique et sociale. ○ Les agrégats ○ Les ratios
  184. 184. 6.1 les agrégats ! Ce sont des grandeurs économiques traduisant les résultats de l’activité économique d’une nation pendant une période donnée. On distingue généralement trois catégories d’agrégats qui mesurent les grandes fonctions économiques à savoir : ○ Production, ○ Revenu, ○ Dépense.
  185. 185. 6.1 les agrégats ! Les agrégats sont généralement calculés sous leur forme brute car il est difficile de calculer à l’échelle de la nation la valeur de la consommation du capital fixe c’est-à-dire l’amortissement. ! Les agrégats peuvent être calculés à prix courants (agrégats nominal) ou, après élimination de l’inflation, c’est-à-dire à prix constants (agrégat réel). ○ Les agrégats de produit ○ Les agrégats de revenu ○ Les agrégats de la dépense
  186. 186. 6.1.1 les agrégats de produit ! C’est le produit intérieur brut PIB qui constitue l’agrégat le plus important, on trouve aussi le produit national brut PNB. ! Le PIB : il permet de mesurer la production nationale au cours d’une période donnée (généralement l’année) ! Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées créées à l’échelle de l’économie nationale. ! Ces valeurs ajoutées sont calculées hors TVA et les importations hors droits de douane alors que la production est évaluée au prix du marché qui engloble la TVA et les droits de douane. C’est pour cela que le PIB inclus la TVA et les droits de douane ! PIB = ∑VA +TVA +Droits de douane
  187. 187. 6.1.1 les agrégats de produit ! Le PNB est un agrégat qui mesure la production de toutes les unités nationales qu’elles soient sur le territoire économique national ou dans le reste du monde. PNB = PIB + revenus du travail, de l’entreprise et de la propriété reçus du reste du monde – revenus du travail, de l’entreprise et de la propriété versés au reste du monde.
  188. 188. 6.1.2 les agrégats de revenu ! Ces agrégats décrivent le processus de formation des revenus issus de la répartition primaire et des transferts. ○ Le revenu national au prix du marché ○ L’épargne nationale brute (ENB) C’est le revenu versé aux facteurs de production (travail et capital Revenu national (au prix du marché) = PNB – Amortissements. ENB mesure la fraction du revenu national qui n’est pas consommée par les résidents ENB = Revenu national – consommation finale nationale
  189. 189. 6.1.3 les agrégats de la dépense ! La dépense nationale brute (DNB) ! C’est agrégat mesure la partie du PIB consommée à tire final par les nationaux aussi bien sur le territoire économique national que dans le reste du monde. DNB = consommation finale nationale (CFN) + FBCF + Variation des stocks
  190. 190. 6.2 les rations ! Un ratio est défini comme un rapport qui exprime la relation entre deux grandeurs économique. En comptabilité nationale plusieurs ratios sont retenus. On peut en citer quelques uns : ! Les ratios internes : ○ La propension moyenne à consommer (PMC) ○ Le taux d’investissement ○ Le taux d’autofinancement PMC = CFN / RNDB Taux d’investissement = FBCF / PIB Taux d’autofinancement = ENB / FBCF
  191. 191. 6.2 les rations internes ! Les ratios externes : ○ L’effort à l’exportation : ○ Taux de couverture des importations par les exportations : ○ Les termes de l’échange : Exportations / PIB Exportations / Importations Prix de la tonne exportée / Prix de la tonne importée
  192. 192. Introduction aux Sciences Economiques et à la Gestion PROF. HASSAN BASSIDI SESSION D’AUTOMNE FILIÈRE : DROIT EN FRANÇAIS SEMESTRE 1 – ENSEMBLE 2 ANNÉE UNIVERSITAIRE 2014-2015

×