Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

exposé sur l'adultère dans Madame Bovary.docx

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
cordonnées.docx
cordonnées.docx
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 3 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

exposé sur l'adultère dans Madame Bovary.docx

  1. 1. INTRODUCTION Flaubert ; ayant causé un scandale et un procès pour "outrage à la morale religieuse, publique et aux bonnes mœurs", elle a fait grande sensation dernièrement dans le monde littéraire. Ainsi, dans son homélie littéraire Gustave Flaubert met en exergue une multitude de thèmes d'envergures diverses, notamment celui de l'adultère résultant de l'insatisfaction, de l'ennui et du désir non réalisé. C'est à travers l'écriture dont nul ne pourra sans doute contester la portée, que l'auteur a choisi, à travers la mise en scène des tribulations du personnage Emma Bovary, de jeter l'opprobre sur l'engagement fictif pouvant exister au sein d'un couple. Notre travail consistera donc à expliciter le mot « adultère » et de ressortir ses manifestations et ses conséquences dans l’œuvre. I. PRESENTATION DE L'ADULTERE DANS L’ŒUVRE : 1. DEFINITION DU MOT "ADULTERE » : a. DEFINITION GENERALE : De façon générale, l'adultère peut être défini comme la violation du devoir de la fidélité conjugale, le non- respect de l'engagement aussi bien par l'homme ou par la femme suite à leur l'union. b. DEFINITION CONTEXTUELLE : Dans le contexte du roman, l'adultère est présenté comme l'infidélité d'une femme à son époux, en l'occurrence, Emma Bovary, se donnant d’hommes à hommes à la recherche d'une idylle féerique. 2. ORIGINE DE L'ADULTÈRE DANS L'ŒUVRE : Plusieurs facteurs ont donc joué un rôle prépondérant à la naissance de l'adultère au sein du couple Bovary. Emma Bovary en discerne en son époux le négatif des amants rencontrés dans ses lectures et la lassitude d'une vie pleine de routines désespérantes. En effet, nourrie de lecture et de fantasme, Emma vu en le mariage un moyen de lui ouvrir les portes de ce monde dont elle a toujours rêvé. Elle est en attente d'un amant qui se rapprocherait plus du "prince charmant" de son adolescence que du mari dont elle est affublée. La médiocrité de son mari, de ses relations et de la vie faite de routines désespérantes. Qui plus est, Charles, par sa naïveté et son amour excessif, va permettre à sa femme de faire tout ce dont elle a envie. Ce dernier sera donc manipulé continuellement. II. LES MANIFESTATIONS DE L'ADULTÈRE DANS L'OEUVRE : L'auteur illustre l'adultère dans l'œuvre de façon duale. Ce thème dans le roman est donc double. Emma Bovary a donc eu pour amants Rodolphe Boulanger et Léon Dupuis. Emma croit atteindre le monde par l’adultère romanesque que ses lectures lui ont mis en tête : elle « retrouve dans [celui-ci] les platitudes du mariage » mais elle n’en continue pas moins à « écrire des lettres amoureuses, en vertu de cette idée, qu’une femme doit toujours écrire à son amant » (III, 6). Aussi Emma n’éprouvait aucun remord à vivre dans l’adultère et « Elle se répétait : « J’ai un amant ! Un amant ! » Se délectant à cette idée comme à celle d’une autre puberté qui lui serait survenue. » Victime de ses lectures, elle accepte donc l’adultère : « Alors elle se rappela les héroïnes des livres qu’elle avait lus, et la légion lyrique de ces femmes adultères se mit à chanter dans sa mémoire avec des voix de sœurs qui la charmaient » L’ennui continue d’être le lot quotidien d’Emma.
  2. 2. 1. LA PRATIQUE DE L'ADULTÈRE AVEC RODOLPHE Rodolphe Boulanger est le propriétaire du château de la Huchette près de Yonville. Dès la première fois qu’il entre en scène il a l’air riche. La rencontre avec Rodolphe est une césure dans la vie d’Emma, parce qu’elle va suivre ses sentiments. Rodolphe, qui a 34 ans, est un connaisseur des femmes, qui, après avoir fait la connaissance d’Emma Bovary, montre son vrai visage, son tempérament brutal et son intelligence perspicace : il n’a qu’une seule chose en la tête : Il veut séduire Emma. D’un air triomphant il est sûr qu’il l’aura, et commence déjà à faire des projets. Rodolphe ne pense à rien d’autre qu’à séduire les femmes, pour ensuite les laisser tomber quand il ne les désire plus et de satisfaire sa sensualité et sa sexualité. Emma qui rêvait toujours de passion et de romance, ne pouvait pas réaliser ces rêves avec son mari médiocre, mais avec Rodolphe, cela lui semble possible. Rodolphe joue le pauvre homme qui est malheureux et qui ne peut être heureux qu’avec elle, il réveille la pitié d’Emma. Aux comices agricoles, Emma fait des premières approches en lui disant qu’il est riche et libre. Mais dès que Rodolphe commence à faire des approches, Emma recule en pensant à sa morale. Mais Rodolphe ne perd pas l’espoir, il se rapproche d’elle et la regarde longtemps dans ses yeux. Voilà comment des souvenirs lui reviennent, mais en sentant la tête de Rodolphe à côté d’elle, elle retombe dans la réalité. Encore une fois Rodolphe essaie de faire des approches, et cette fois-ci, Emma ne se défend plus, Rodolphe a gagné. Emma sait très bien qu’elle commet une faute en suivant ses sentiments et que cela finira mal, mais elle est comme un oiseau prit en cage et ne peut plus se défendre contre l’adultère. Quand Emma demande trop de son amant, Rodolphe prend ses distances et décide de laisser tomber sa maîtresse. Pour Rodolphe, les femmes sont des jouets, des poupées, dès qu’il n’a plus besoin d’elles, il les laisse tomber. Il écrit donc une lettre à Emma, la plus simple solution, pour rompre avec elle, parce qu’il est lâche, il n’a pas le courage de lui en parler face à face. A la fin, quand Emma est ruinée et elle n’a plus qu’un seul espoir qui puisse la sauver : elle se rend chez Rodolphe pour lui demander de lui prêter un peu d’argent. Mais Rodolphe, vexé dans sa fierté, dès qu’il sait qu’Emma est venue pour l’argent et non pas pour l’amour comme il croyait au début, réagit brutalement en l’appelant « Madame ». La dernière fois qu’il entre en scène, c’est à la fin, quand Charles lui dit qu’il ne lui en veut pas, parce que ‘c’est la faute de la fatalité’. Et là, on voit encore une fois le vrai visage de Rodolphe qui se sent supérieur à Charles et le trouve un peu vil. 2. LA PRATIQUE DE L'ADULTÈRE AVEC LÉON DUPUIS M. Léon Dupuis est un habitant de Yonville ou déménage le couple Bovary. Il est considéré comme un jeune homme aux bonnes manières. Il est clerc de notaire et se rend souvent à l'auberge du lion d'or ou il rencontre madame Bovary lors d'un repas. (Scène de la rencontre) p 125 Il discute et se rend alors compte qu’ils possèdent beaucoup de points et d'avis communs. Dès leur première rencontre se crée un lien entre eux. Mais Léon est un personnage timide et il est impressionné par le charme de madame, qui a des allures de grande dame, lui qui ne connaît que des paysannes. Mais Léon est tombé amoureux d'elle, il n'ose pas lui avouer cet amour, il a trop peur et il est également impressionné devant la condition d'Emma, une femme plus âgée que lui, mariée et mère. Il continue donc à la courtiser avec délicate, lui qui est un homme doux. Mais devant la force de ses sentiments, de son admiration pour elle et face à l'impassibilité de madame Bovary il décide de partir de Yonville et part finir ses études à Rouen. La scène des adieux est une scène importante qui représente parfaitement le caractère du jeune homme car on sent toute son admiration et son amour mais il est trop lâche pour lui avouer son amour. (Scène des adieux) p 166.
  3. 3. Le personnage de M. Dupuis réapparaît plus tard dans l'histoire, et l'on voit alors une modification de son caractère, ayant vécu en ville, il a appris à vivre autrement, il connaît plus le luxe et le milieu dont madame Bovary fait partie. Cependant quand il la revoit lors d'un opéra à Rouen il réalise qu’il l'aimera toujours et son amour repart de plus belle. Mais il n'a plus peur et il ose plus, il lui parle enfin de son amour, lui donne des rendez-vous mais il est toujours autant en admiration devant la grâce de la femme. Ce construit alors peu à peu une relation entre, eux, Madame se rend régulièrement à Rouen, ils vont toujours dans le même hôtel qu’ils considèrent comme chez eux et se font des cadeaux. Léon en oublie ses priorités, devient quelques peu dédaigneux de tout ce qui l'entoure en dehors de son amante et de ses lettres. Au fur et à mesure de leurs relations cependant il se passe d'elle peu à peu, elle l'ennuie et le surprend de plus en plus, il se passe d'elle , il était autrefois attiré par le fait que cette femme soit comme inaccessible, puis il était fier d'avoir comme maitresse une telle femme, mais peu à peu il réalise qu’elle n'est pas si exceptionnelle que ça, il se lasse de ses caprices et doit cesser d'être distrait afin de pouvoir réussir ses études, car madame lui rend visite de plus en plus souvent et à l'improviste, et lui laisse aucune liberté ...il la repousse donc peu à peu....Madame Bovary , qui connaît de grosse difficulté financière, doit payer 8 mille francs et vient les demander à Léon, qui est incapable de lui fournir cette somme, cependant il accepte de lui apporter son aide en lui proposant de lui fournir de l'argent le lendemain mais jamais il ne vint la voir par la suite.... III. IMPACTS NEFASTES DE L’ADULTERE 1. LE MENSONGE : Le mensonge est lie à l'adultère, dans le cadre des relations entre Emma Bovary et Léon Dupuis. En effets, ceux-ci s'étaient entendus pour faire croire à Charles que son épouse suivait les cours de piano à Rouen tous les Jeudis. Malheureusement Charles compris qu'Emma ne prenait pas de cour de piano après avoir rencontré Le professeur. 2. LE SUICIDE : C'est l'action de se donner volontairement la mort. En effet, Emma Bovary, incapable de supporter cette lassitude morale due à une double faillite amoureuse ainsi qu'au poids des dettes accumulées prend l'ultime décision qu'est de se donner la mort. Elle dérobe l'arsenic chez Homais et meurt d'atroces souffrances. 3. LA FATALITE : C'est la destinée inévitable à laquelle sont frappés Charles Bovary, Sa fille ainsi que Rouault, père d'Emma. Nonobstant l'amour qu'ils portaient à Emma Bovary, celle-ci, très égocentrique s'est donnée la mort dans le manque de considération pour son père, son époux et sa fille, tous trois éprouvaient un immense amour en Elle. Cependant, Charles se trouve le plus frappé par cette fatalité. CONCLUSION : Ce roman réaliste est plein de romantisme et de romanesque. Tout se concentre dans le personnage typique d’Emma. Cette quête qu’elle entreprend dans l’adultère, on l’a vu est impossible, car elle a conduit l’héroïne vers la mort. Est-ce un avertissement lancé par Flaubert ou une accusation contre les hommes ? On a les arguments d’y croire d’autant plus que la lâcheté des hommes est souvent mise en cause. Charles qui est trop plat, terre à terre, Rodolphe qui se défile au dernier moment pour abandonner Emma, Le Clerc qui la ruine est autant de personnages indignes de l’amour que leur porte cette femme passionnée.

×