2012Chaque mois, SYZ Asset Management publie dans « 1 mois en 10 images » un survol de l’activité économiquedans le monde....
2012  2. Etats-Unis – Jusqu’au bord de la falaise…  •   Après une première moitié d’année marquée                        I...
2012  5. Zone euro – Mario Draghi, sauveur de l’euro  •   Les tensions dans la zone euro ont                              ...
2012  8. Obligations – Une année à sens unique  •   Les marchés de titres à rendement fixe ont                            ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Syz & co syz asset management - 1 an en 10 images 2012

284 vues

Publié le

Chaque mois, SYZ Asset Management publie dans « 1 mois en 10 images » un survol de l’activité économique
dans le monde. Une image valant parfois plus qu’un long discours, nous choisissons chaque mois 10
graphiques montrant les données-clés qui ont marqué l’actualité économique et financière du mois écoulé,
avec un bref argumentaire décodant leur signification

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
284
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Syz & co syz asset management - 1 an en 10 images 2012

  1. 1. 2012Chaque mois, SYZ Asset Management publie dans « 1 mois en 10 images » un survol de l’activité économiquedans le monde. Une image valant parfois plus qu’un long discours, nous choisissons chaque mois 10graphiques montrant les données-clés qui ont marqué l’actualité économique et financière du mois écoulé,avec un bref argumentaire décodant leur signification.Publication du team Recherche & Analyse – SYZ Asset Management - Tel. +41 (0)58 799 10 00 - info@syzgroup.comAuteur: Adrien PichoudCe document se base sur des graphiques dont les données ont été récoltées au cours de l’année 2012.En cette nouvelle année, nous avons choisi de vous proposer un regard non pas sur le seul mois dedécembre dernier mais sur l’année 2012 dans son ensemble. Voici donc le « 1 an en 10 images »2012 !Index 1. Economie mondiale – Les trois catastrophes annoncées ont été évitées 2. Etats-Unis – Jusqu’au bord de la falaise… 3. Etats-Unis – Accélération de la reprise dans l’immobilier 4. Zone euro – Stabilisation … en récession 5. Zone euro – Mario Draghi, sauveur de l’euro 6. Japon – Vers une politique monétaire beaucoup plus accommodante ? 7. Asie – Les exportations rebondissent 8. Obligations – Une année à sens unique 9. Le billet vert reprend des couleurs, l’or perd de son éclat 10. Energie – La révolution américaine 1. Economie mondiale – Les trois catastrophes annoncées ont été évitées • Un « ouf » de soulagement. C’est sans doute INDICES D’ACTIVITE EN CHINE ET AUX US ET EUR/USD ce qui résume de façon succincte mais efficace l’année 2012. En effet, aucun des trois risques 55 1.36 majeurs identifiés en début d’année ne s’est finalement matérialisé. 1.34 • La crainte d’une rechute en récession de 54 l’économie américaine, provoquée par un essoufflement des créations d’emplois, a été 1.32 évitée grâce à la reprise dans l’immobilier, la 53 baisse des prix de l’énergie et les 1.30 interventions de la Fed. • L’économie chinoise a finalement enregistré un ‘’atterrissage en douceur’’ de sa 52 1.28 croissance, donnant même des signes de reprise durant l’automne. 1.26 • La zone euro ne s’est pas désintégrée et a vu 51 le niveau de stress dans le système financier 1.24 reculer considérablement après l’intervention décisive du président de la BCE. 50 1.22 • Ainsi, à l’entame de 2013, force est de constater que les risques de catastrophe imminente ont reculé dans chacune des trois 49 1.20 principales économiques de la planète. De J F M A US - ISM MANUF ACT URING M J J A S O N D J quoi regarder vers 2013 avec un peu plus CHINA - PMI MANUF ACT URING d’espoir ! EUR/USD(R.H.SCALE) Source: T homson Reuters DatastreamLe présent document est exclusivement réalisé à titre d’information et ne constitue donc ni une incitation à investir, ni une offre d’achat ou devente de titres, ni un document contractuel. Les opinions émises reflètent notre jugement au jour de sa rédaction et sont donc susceptiblesd’être modifiées à tout moment sans préavis. Nous déclinons toute responsabilité en cas de pertes directes ou indirectes engendrées parl’utilisation des informations fournies dans le présent document.
  2. 2. 2012 2. Etats-Unis – Jusqu’au bord de la falaise… • Après une première moitié d’année marquée INDICE SYZ D’ACTIVITE DOMESTIQUE US ET PIB (% ANNUEL) par un ralentissement de la dynamique aux Etats-Unis, l’économie a donné des signes de 10 3 raffermissement lors du 3ème trimestre, portée 5 notamment par la bonne tenue de la 2 consommation des ménages. 0 • Toutefois, la perspective d’un brutal 1 resserrement de la politique budgétaire début -5 2013 (le désormais fameux « fiscal cliff », 0 susceptible de plonger les Etats-Unis en -10 récession en l’absence d’accord entre -1 Républicains et Démocrates) a pesé sur la -15 confiance et l’activité durant les derniers mois -20 -2 de l’année, en particulier au niveau des dépenses d’investissement. -25 -3 • A l’image de ce qui s’était produit lors de l’été 2011, l’incertitude sur la politique fiscale -4 -30 future a eu un impact négatif sur l’activité domestique. Une incertitude seulement -35 2008 2009 2010 2011 2012 -5 partiellement dissipée dans les toutes SYZ US domest ic act ivit y index (U. of Michigan-based) US G DP YoY%(R.H. SCALE) dernières heures de l’année 2012… Source: T homson Reut ers Dat ast ream 3. Etats-Unis – Accélération de la reprise dans l’immobilier • Après l’effondrement de 2006 à 2008 puis une MISES EN CHANTIER, PERMIS DE CONSTRUIRE ET INDICE stagnation en 2009/2010, la construction D’ACTIVITE DANS LA CONSTRUCTION avait déjà donné des signes de reprise en 2011. Mais 2012 a été celle de la confirmation 2400 100 du retour de la croissance dans ce secteur. 2200 90 • Les mises en chantier et les permis de construire ont progressé respectivement de 2000 80 24% et 28% et l’indice d’activité des 1800 70 constructeurs s’est fortement amélioré, atteignant un plus haut depuis 2006. 1600 60 • Ce mouvement a été rendu possible par une 1400 50 conjonction d’éléments favorables : la raréfaction du stock de logement après deux 1200 40 années d’arrêt quasi-complet de l’activité ; le recul du taux de chômage ; la baisse des taux 1000 30 des emprunts immobiliers à un plus bas 800 20 historique (3.5% pour un emprunt à 30 ans), alimentée par les achats de MBS de la Fed. 600 10 • Ainsi, le secteur de la construction et plus généralement l’immobilier (avec la reprise de 400 0 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 la hausse des prix) sont redevenus, en 2012, US - HO USI NG ST ART S US - BUI LDI NG PERMI T S un moteur de la croissance américaine. US - NAHB HO MEBUI LDERS ACT I VI T Y I NDEX(R. H. SCALE) Source: T homson Reut ers Dat ast ream 4. Zone euro – Stabilisation … en récession • Trois ans après le début de la crise des dettes INDICES PMI COMPOSITE (MANUFACTURIER + SERVICES) souveraines européennes, la zone euro est 65 « enfin » entrée officiellement en récession au 3ème trimestre 2012. Les économies du sud de l’union monétaire y avaient plongé dès la fin 60 2011 mais il aura fallu une perte de vitesse du nord de la zone pour que l’ensemble du bloc 55 monétaire affiche une croissance négative durant deux trimestres consécutifs (et sans 50 doute pour l’année 2012 dans son ensemble). • Toutefois, les indicateurs d’activité ont eu tendance à se stabiliser à partir du milieu de 45 l’année, suggérant un arrêt de la dégradation grâce aux diverses mesures annoncées par les 40 autorités politiques et monétaires (et sans doute l’aide du rebond de l’activité dans le 35 reste du monde). • La croissance européenne semble donc s’être 30 stabilisée au cours des derniers mois de 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 l’année 2012. Mais en territoire négatif… EMU G ER FR A ITA S PA So urc e: B lo o m berg, SYZ A MLe présent document est exclusivement réalisé à titre d’information et ne constitue donc ni une incitation à investir, ni une offre d’achat ou devente de titres, ni un document contractuel. Les opinions émises reflètent notre jugement au jour de sa rédaction et sont donc susceptiblesd’être modifiées à tout moment sans préavis. Nous déclinons toute responsabilité en cas de pertes directes ou indirectes engendrées parl’utilisation des informations fournies dans le présent document.
  3. 3. 2012 5. Zone euro – Mario Draghi, sauveur de l’euro • Les tensions dans la zone euro ont ZONE EURO : TAUX D’INTERET GOUVERNEMENTAUX A 10 ANS rapidement refait surface au printemps 2012, après une brève détente permise par les 9 26 juillet 2012 injections de liquidité de la BCE : défaut partiel et risque de sortie désordonnée de 8 l’euro en Grèce, craintes croissantes sur les banques espagnoles et dégradation des 7 finances publiques ibériques… • En juillet, les taux à 10 ans espagnols 6 s’envolaient au-dessus de 7%, poussant le risque systémique à un nouveau pic. Un 5 homme et une phrase auront suffi à tout changer : le président de la BCE Mario Draghi, 4 déclarant le 26 juillet que « la BCE [était] prête à faire tout ce qui [était] nécessaire 3 pour préserver l’euro ». • La BCE s’engageait désormais à jouer le rôle 2 de prêteur en dernier ressort pour assurer la pérennité de l’union monétaire. Sur les 1 marchés financiers, la prime de risque liée au J F M A M J J A S O N D J G ER ITA risque de dislocation de l’euro pouvait se F RA BEL SPA I RE Source: T homson Reut ers Dat ast ream dissiper, les écarts de taux se resserrer et les marchés actions progresser… 6. Japon – Vers une politique monétaire beaucoup plus accommodante ? • L’économie japonaise soufre de nombreux DOLLAR CONTRE YEN (USD/JPY) ET NIKKEI 225 EN 2012 maux, à l’origine de la déflation persistante et des rechutes successives de la croissance. 88 125 L’un des maux de l’économie japonaise réside dans le niveau élevé du yen, résultant du 86 120 conservatisme relatif dont fait preuve la Bank of Japan en matière de politique monétaire. • Ainsi, tout changement potentiel influe 84 115 directement sur la devise. En début d’année, l’espoir de voir la BoJ adopter un programme volontariste d’assouplissement quantitatif 82 110 avait provoqué un premier mouvement de baisse du yen, espoir qui fut rapidement déçu. 80 105 • A l’automne, l’élection de M. Abe comme Premier ministre, sur un programme incluant une réforme profonde du mode de 78 100 fonctionnement de la BoJ, a initié un nouveau recul du yen, qui a atteint son plus bas depuis mi-2010. Les actions nippones en ont 76 J F M A M J J A S O N D 95 largement bénéficié. Il reste maintenant à USD/ JPY NIKKEI 225 (100 = 01. 01. 2012)(R.H. SCALE) être à la hauteur des attentes en 2013 ! Source: T homson Reut ers Dat ast ream 7. Asie – Les exportations rebondissent • Le ralentissement de la croissance des VARIATION ANNUELLE DES EXPORTATIONS EN ASIE économies émergentes de début 2011 à mi- 2012 avait pu s’expliquer en partie par 50 certains éléments domestiques (normalisation 40 des politiques budgétaire et monétaire). • Mais c’est surtout la perte de vitesse de la 30 croissance mondiale qui en a été à l’origine. Le manque de dynamisme aux Etats-Unis, la 20 déflation au Japon et surtout la plongée de l’Europe en récession avait lourdement pesé 10 sur la demande finale de bien manufacturés produits dans les économies émergentes. 0 • A cet égard le rebond des exportations des économies asiatiques à partir de l’été 2012 -10 constitue un bon indicateur du retournement de tendance de la croissance mondiale. Une -20 consommation mieux orientée aux Etats-Unis et l’arrêt de la spirale négative en Europe ont -30 permis au principal moteur de la croissance de 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 CHI NA - EXPO RT YoY 3M MAV I NDO NESI A - EXPO RT YoY 3M MAV ces économies de repartir en fin d’année. KO REA - EXPO RT YoY 3M MAV HO NG KO NG - EXPO RT YoY 3M MAV Source: T homson Reut ers Dat ast reamLe présent document est exclusivement réalisé à titre d’information et ne constitue donc ni une incitation à investir, ni une offre d’achat ou devente de titres, ni un document contractuel. Les opinions émises reflètent notre jugement au jour de sa rédaction et sont donc susceptiblesd’être modifiées à tout moment sans préavis. Nous déclinons toute responsabilité en cas de pertes directes ou indirectes engendrées parl’utilisation des informations fournies dans le présent document.
  4. 4. 2012 8. Obligations – Une année à sens unique • Les marchés de titres à rendement fixe ont PERFORMANCE DES INDICES OBLIGATAIRES EN 2012 connu une année 2012 spectaculaire, marquée par une tendance haussière 120 quasiment ininterrompue et des performances spectaculaires : près de 20% pour le High Yield ou la dette émergente, plus de 10% 115 pour les obligations européennes et près de 5% pour les obligations gouvernementales mondiales, en dépit de la faiblesse des taux. 110 • Ce mouvement résulte d’une croissance mondiale faible, de l’absence de tension inflationniste et de politiques monétaires toujours plus accommodantes dans le monde 105 développé (QE 2.5 et 3.0 de la Fed, LTRO et OMT potentiel de la BCE, QE de la BoE). • Dans un contexte de répression financière 100 (manipulation des taux d’intérêt par les autorités pour forcer les épargnants à investir/consommer), la quête de rendement 95 pousse inexorablement les investisseurs vers J F M A M CG BI W O RLD G O VERNMENT BO NDS J J A S O Bof A ML G LO BAL HI G H YI ELD N D des actifs de plus en plus risqués. Bof A EMU G O VERNMENT Bof A EMU CO RPO RAT E JPM EMBI G LO BAL CO MPO SI T E Source: T homson Reut ers Dat ast ream 9. Le billet vert reprend des couleurs, l’or perd de son éclat • Depuis 2008, le dollar américain oscille autour OR (USD/OZ) ET US DOLLAR TRADE-WEIGHTED (INVERSE) de son plus bas au gré de l’aversion au risque 68 des investisseurs. S’il reste la valeur refuge de 2000 référence en période de pic de tension 70 (automne 2008, printemps 2010, été 2011), il 1800 pâtit de politiques monétaire et budgétaire 72 ultra-expansionnistes lorsque les investisseurs 1600 se remettent en quête de rendement. 74 • Toutefois, l’amélioration graduelle de la 1400 76 conjoncture américaine et le début de rééquilibrage de la politique budgétaire 1200 78 attendu en 2013 ont contrebalancé l’assouplissement additionnel de la politique 80 de la Fed et permis au billet vert de finir 1000 l’année au niveau auquel il l’avait commencé. 82 • Pour sa part, l’or a enregistré une 12ème année 800 84 consécutive de hausse en 2012 mais sa dynamique a paru s’essouffler avec la 600 86 diminution des risques macro-économiques. 2009 2010 2011 2012 G O LD - (USD/ O Z ) Pas sûr qu’il y ait une 13ème année de hausse… US DO LLAR T RADE-W EI G HT ED - I NVERT ED SCALE(R. H. SCALE) Source: T homson Reut ers Dat ast ream 10. Energie – La révolution américaine • En filigrane de la bonne tenue de l’économie COURS DU PETROLE ET DU GAZ, A NEW YORK ET A LONDRES américaine en 2012 se trouve la désormais fameuse révolution énergétique à l’œuvre aux 160 20 Oil price differential Etats-Unis. Le développement de l’exploitation US/Europe 18 des gaz et pétroles de schiste a constitué un 140 élément majeur de la dynamique de 16 croissance américaine en 2012. 120 • Les répercussions directes et indirectes sont 14 en effet nombreuses : le différentiel de coût 100 de l’énergie entre les Etats-Unis et l’Europe ou 12 l’Asie offre un avantage compétitif de taille 80 10 aux entreprises américaines et se répercute dans leurs bénéfices et dans leur 8 positionnement international (c’est l’un des 60 facteurs du mouvement de réindustrialisation 6 de l’économie US). 40 • Mais les activités d’exploration sont également 4 un élément non négligeable de soutien à la 20 demande domestique, engendrant dépenses Gas price differential 2 US/Europe d’investissement, emploi, demande pour des 0 0 logements, consommation, revenus fiscaux… 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 La révolution énergétique participe activement O I L - LO NDO N BRENT (USD/BBL) NAT URAL G AS - LO NDO N I CE (USD/MMBT U)(R. O I L - US W T I CUSHING (USD/BBL) au redressement de l’économie américaine. NAT URAL G AS - US HENRY HUB (USD/ MMBT U)(R.H.SCALE) Source: T homson Reut ers Datast reamLe présent document est exclusivement réalisé à titre d’information et ne constitue donc ni une incitation à investir, ni une offre d’achat ou devente de titres, ni un document contractuel. Les opinions émises reflètent notre jugement au jour de sa rédaction et sont donc susceptiblesd’être modifiées à tout moment sans préavis. Nous déclinons toute responsabilité en cas de pertes directes ou indirectes engendrées parl’utilisation des informations fournies dans le présent document.

×