KAID BELKACEM
YU SHI
La production des NTIC
Où et comment sont produits les ordinateurs,
smartphones, Quel modèle économiq...
1
« L’homme raisonnable s’adapte au monde ;
l’homme déraisonnable s’obstine à essayer
d’adapter le monde à lui-même. Tout ...
2
2. Production des NTIC
2.1 Pourquoi produire ?
Optimiser la production des TIC de nos jours et un dilemme, car le concep...
3
A Winty (Winty Industries Corporation (Shenzhen) Co., Ltd), les ouvriers sont payés 10 yuans (1,25 €) par
heure suppléme...
4
9. Absence d’assurance sociale
La loi sur l’assurance sociale chinoise oblige les employeurs à acheter cinq types d’assu...
5
l’augmentation du facteur démographique augmente la productivité avec évidement plus de coût mais si la
main d’œuvre n’e...
6
Contribution des industries productrices de TIC à la hausse globale de la productivité du travail
Ensemble de l’économie...
7
2.7 Entreprises de Production
a. Exemple
Il existe plusieurs entreprises de production des NTIC, parmi celle qui se font...
8
3. Étude de modèle de production
1. Production
Notre étude se base sur une méthode classique d’analyse dichotomique, en ...
9
5. Chine
 L’assemblage de l’iPhone (85%)
à partir de cette présentation des composants de l’iPhone, s'explique la polit...
10
* À la ville de Shenzhen, il y a à peu près 500,000 employés chez Foxconn alors que la population totale de la
ville es...
11
Conclusion
La production des TICs repose sur plusieurs politiques économiques ou le producteur vise à maximiser son
pro...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

exposé_LI352_KAID_SHI

151 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
151
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

exposé_LI352_KAID_SHI

  1. 1. KAID BELKACEM YU SHI La production des NTIC Où et comment sont produits les ordinateurs, smartphones, Quel modèle économique et organisationnel ? Quelles technologies ? Dans quelles conditions économiques, sociales, environnementales ? Impact écologique des NTIC. Travail encadré par : Jean-Daniel Kant
  2. 2. 1 « L’homme raisonnable s’adapte au monde ; l’homme déraisonnable s’obstine à essayer d’adapter le monde à lui-même. Tout progrès dépend donc de l’homme déraisonnable. » George Bernard Shaw Introduction Le progrès ou l’atteinte de l’impossible ! Notre monde vivait jadis à son rythme, jusqu’à ce que l’homme fasse en sorte de vouloir dominer cette nature par son vouloir et ses idées démesurées, il fallait oser le développement et l’atteinte du progrès pour conduire le monde à ce qu’il est aujourd’hui ou ce qu’il connaît comme technologies. Pendant la dernière décennie la révolution de la technologie à cassé les mesures primitives pour des améliorations et voir même des développements et de nouvelles créations, jusqu’à atteindre ce qui est connu aujourd’hui sous le nom d’INTIC ou nouvelles technologies de l’information et de la communication. 1. LES NTIC : 1.1 Qu’est-ce que les NTIC (ICT en anglais : information and communication technology) Ce sont le domaine de technologie qui attrait aux multimédia, à l’informatique, à l’audio-visuel, à l’internet et aux télécommunications…, ce qui ouvre les frontières à tout utilisateur, et vise à élargir le domaine de la technologie primitive et à simplifier ce qui est complexe. 1.2 Les NTIC en industrie La production des entreprises industrielles consiste à concevoir des produits de qualité et à moindre coût à fin de satisfaire la demande. Pour ce faire, plusieurs stratégies économiques sont utilisés pour optimiser cette industrie dont l’utilisation des matières premières peu coûteuses, signer des contrats avec des fournisseurs et des usines pour garantir une collaboration diminuant les frais de production. Cependant quand il s’agit de grandes industries à réputation avec des capitaux très importants les entreprises visent à délocaliser leur chaine de production comme pour le cas d’Apple, Renault, Nokia…, cette délocalisation consiste à exploiter une main d’œuvre de masse et peu coûteuse à fin d’augmenter la vitesse de production, à être plus prêt de la matière première et dans le but de réduire voir même éliminer les coûts d’importation. Par ailleurs, cela permet à l’entreprise de vendre des produits à des prix abordables ou plutôt à proposer des produits de qualités en garantissant des profits positifs à long terme. Cette délocalisation vise aussi à élargir la réputation en essayant pour certains cas d’investir dans le commerce équitable ou pas. En outre parmi les plus grandes industries de nos jours l’industrie des NTIC suite à la forte demande du consommateur qui vise à augmenter sa satisfaction en utilisant des produits de pointe, bref. Cette nouvelle vague a poussé les entreprises à élargir leurs chaines productives. Une question reste posée : A quel prix ?
  3. 3. 2 2. Production des NTIC 2.1 Pourquoi produire ? Optimiser la production des TIC de nos jours et un dilemme, car le concepteur ou le fabriquant a pour but de satisfaire la demande importante qui afflue de plus en plus pour acquérir ces nouveaux joujoux de la vie de tous les jours. 2.2 Offre et demande L’industrie informatique d’une manière générale repose sur le principe de servir une clientèle qui ne cesse d’accroitre, or l’offre doit répondre à cette forte demande à fin d’équilibrer plus ou moins le marché des technologies ; les NTIC peuvent être demandés par une clientèle d’amateurs ou d’utilisateurs inspirés par la vague technologiques et révolutionnaires que connaît le monde actuel ; mais aussi par des industriels qui visent à développer et à augmenter leur productivité en utilisant des systèmes de dernière technologies en investissant des moyens pour garantir un rendement à long terme, ce qui répond en second lieu à une nouvelle industrie basée sur une autre, cela explique la forte production des TIC répondant à différents types de demande dans le marché des Technologies. 2.3 Environnement industriel La production de la technologie répond à des standards et conventions internationales pour la plus part, mais cela varie d’une entreprise à l’autre selon son secteur de production ou la nature des TIC qu’elle produit. Il existe des entreprises qui garantissent une autonomie industrielle ou tout élément constituant un appareil est fabriqué par la firme elle-même. D’autre producteur fabriquent des éléments pour d’autres usines et centrales de production, comme il y a ceux qui se chargent de l’assemblage des appareils. Cela constitue une chaine de production liée et plus ou moins dépendante l’une de l’autre, dans le but d’optimiser la productivité et servir une large clientèle dans un environnement industriel et économique très étroit. Dans quelles conditions cela est-il élaboré ? 2.4 Condition de travail : Il est considéré comme primordial que toute entreprise dans le monde respecte les droits des travailleurs en leur offrant un salaire équitable et une répartition horaires équilibrée selon les conditions de (International labor standards), mais ces conditions ne sont pas respectées dans certaines usines situés dans quelques pays majoritairement pauvre ou le salaire minimum est très bas, ce qui laisse les industriels exploiter une main d’œuvre à très bas prix constituées de ruraux, d’enfants ou de personnes en situation financière très difficile en les exploitant injustement, comme pour le cas de Foxconn d’où la vague d’appellation des unités d’assemblage Apple (I slave) le i esclavage, cela résume l’intérêt financier que porte le patronat, au détriment de l’élément humain. D’autre part les entreprises à production de masse imposent à leur employés des mesures inhumaines tel que : 1. L’illégalité dans la rémunération des heures supplémentaires
  4. 4. 3 A Winty (Winty Industries Corporation (Shenzhen) Co., Ltd), les ouvriers sont payés 10 yuans (1,25 €) par heure supplémentaire travaillée le week-end. Les travailleurs intérimaires sont payé 7,5 yuans (0,94 €) par heure supplémentaire, quel que soit le moment de la semaine où ces heures sont effectuées. Or, selon la loi locale, les heures supplémentaires devraient être payées 12,8 yuans (1,60 €) en semaine, et 17 yuans (2,14 €) le week-end. Les implications de cette violation de la loi sont graves : cette usine est débitrice de millions d’euros d’arriérés de salaires. 2. Heures supplémentaires excessives Le nombre d’heures supplémentaires réalisées par les ouvriers de ces quatre usines est deux à six fois supérieur à la limite imposée par la loi, qui est de 36 heures supplémentaires par mois. Beaucoup de travailleurs ne bénéficient que d’un seul jour de repos toutes les deux semaines. L’usine Dong Yao fait travailler ses ouvriers entre 180 et 210 heures supplémentaires par mois pendant les pics de production. Afin de pouvoir continuer de faire travailler ses ouvriers le dimanche, Dong Yao n’enregistre pas leurs heures de travail, et leur verse en espèces, des sommes bien inférieures à ce que la loi prévoit, en totale illégalité. 3. Travail forcé A Nanhai Mattel, les travailleurs ne sont jamais autorisés par la direction à quitter leur poste après leurs huit heures règlementaires de travail, et sont contraints d’effectuer des heures supplémentaires. Pourtant la loi et le règlement de l’usine prévoient que les heures supplémentaires doivent toujours être acceptées volontairement. 4. Absence de formation Nanhai Mattel, Winty et Dong Yao ne dispensent pas de formation à leurs travailleurs. Bien que dans ces industries, les dangers pour la santé soient plus importants que dans d’autres secteurs, compte tenu de l’utilisation massive de produits chimiques, les formations en santé et sécurité au travail sont quasi inexistantes. La loi prévoit pourtant que toutes les unités de production fournissent à leurs nouveaux employés trois niveaux de formations à la santé et sécurité pendant 24heures. 5. Absence d’examens médicaux Winty et Dong Yao ne font passer aucun examen médical à leurs travailleurs. Et ce malgré le fait que la santé des travailleurs peut être mise en danger par les produits chimiques utilisés dans la fabrication. 6. Impossibilité pour les travailleurs de démissionner A Winty et Dong Yao, le processus de démission peut prendre jusqu’à deux mois. Les demandes de démission de certains employés sont systématiquement refusées. Beaucoup de travailleurs décident donc tout simplement de partir, et renoncent à leurs salaires impayés. Selon la loi chinoise, les travailleurs ne doivent demander leur démission qu’un mois à l’avance. 7. Contrats de travail vierges Winty fait signer à ses employés des contrats dans lesquels de nombreuses informations essentielles, telles que le salaire ou les dates de contrat, ne sont pas indiquées. 8. Travail non rémunéré A Dong Yao, les travailleurs sont contraints d’assister à des réunions de 15 minutes le matin et le soir, mais ce temps de travail n’est pas rémunéré. Pour un travailleur qui travaille 26 jours dans le mois, cela fait 40 heures de travail non rémunéré tous les six mois.
  5. 5. 4 9. Absence d’assurance sociale La loi sur l’assurance sociale chinoise oblige les employeurs à acheter cinq types d’assurances pour tous leurs employés, dont : une assurance médicale, une assurance pour accidents du travail, une assurance retraite, une assurance chômage et une assurance maternité. Cependant, à Dong Yao et Wei Lee et foxconn, de nombreux travailleurs ne sont pas couverts. 10. Recours abusif au travail intérimaire Winty et Dong Yao emploient de nombreux travailleurs temporaires par le biais d’agences d’intérim. Souvent, ces travailleurs sont traités différemment et n’ont pas de contrat avec l’usine pour laquelle ils travaillent. Par exemple, les travailleurs intérimaires de Dong Yao ne sont payés pour leur travail à l’usine qu’après avoir fini leur contrat. Ils sont alors payés comptant par l’agence d’intérim. Les travailleurs temporaires n’ayant pas de contrat avec l’usine, celle-ci s’autorisée à ne pas assumer ses responsabilités vis- à-vis de ces ouvriers. Les travailleurs temporaires n’ont ainsi bien souvent pas d’assurance parce que l’usine ne cotise pas pour les travailleurs temporaires. 11. Salaire insuffisant pour vivre Les quatre usines qui ont fait l’objet d’enquête sont situées dans de grandes villes développées. La vie dans ces villes est chère. Les travailleurs qui fabriquent les produits Mattel gagnent entre 2000 et 3000 yuans (soit entre 250 et 375 €) par mois seulement. Faute de moyens, les travailleurs doivent s’entasser dans des appartements partagés ou des dortoirs. Avec de si bas salaires, le développement des travailleurs est limité. Et même pour ces salaires, ils doivent travailler jusqu’à 13 heures par jour, 6 ou 7 jours sur 7. C’est pourquoi de nombreux travailleurs veulent faire des heures supplémentaires. Mais ce travail n’est ni légal, ni sain, ni juste. 12. Conditions de vie indignes Dans les dortoirs, les travailleurs sont logés à douze par chambre. Les travailleurs qui travaillent de jour et ceux qui travaillent de nuit se retrouvent parfois logés dans les mêmes dortoirs, ce qui nuit au sommeil des uns et des autres. L’hygiène dans certaines cantines constitue un problème majeur. Par exemple à Dong Yao, il n’y a qu’un bassin d’eau pour que les travailleurs lavent leurs bols et baguettes, et l’eau est généralement sale et pleine de restes de nourriture. 13. Règlements abusifs A Nanhai Mattel, si un travailleur oublie la carte qu’il utilise pour pointer, il sera considéré comme absent toute la journée et ne touchera pas son salaire. A Dong Yao, la direction explique aux travailleurs que s’ils disent à qui que ce soit qu’ils ont travaillé après 21h30 alors ils seront licenciés. 14. Absence de mécanismes de plainte efficaces En dehors de Wei Lee, aucune des usines n’a de groupe qui représente les travailleurs et qui puisse leur permettre de demander l’amélioration des conditions de travail et de vie. Wei Lee a un comité de représentation des travailleurs, mais les problèmes qui sont soulevés au sein de ce comité sont systématiquement mis de côté par les contremaitres et de fait ne sont jamais traités. 2.5 Model économique : a. Caractéristiques Le modèle économique des producteurs des TIC repose sur l’accroissement d’un des facteurs de production, ce qui contribue à augmenter la production mais à un taux moins important. Pour certains cas,
  6. 6. 5 l’augmentation du facteur démographique augmente la productivité avec évidement plus de coût mais si la main d’œuvre n’est pas chère cela permet à l’entreprise de satisfaire plus aisément la demande. Par contre, dans des pays comme les Etats Unis et la France cela n’est pas une bonne solution pour le producteur. D’autre part, le modèle Capital/travail ou de croissance canonique ce qui affecte seulement la vitesse de convergence vers un état stationnaire ou un rendement à court terme mais cela n’est pas efficace à long terme ; De plus le développement des moyens de production peut être une solution d’optimisation de production mais cela exige des investissements coûteux parfois, cela est efficace pour développer une firme connue mais pour un nouveau producteur cela demeure un pari dangereux. b. Croissance La croissance économique des entreprises de production des TIC connaît des jours florissants suite à la demande des autres producteurs qui ont besoin de pièces pour l’assemblage de leurs productions, ou de la part des consommateurs. Les usines et entreprises productives ne cesse de naitre dans différents pays en créant une concurrence qui ramène à améliorer la qualité des produits, à baisser les prix, ou à servir plus rapidement. t A cela s’ajoute les politiques économiques qui visent à créer des oligopoles ou des entreprises qui travaillent en collaboration. Les modèles de croissances diffèrent, et cela dépend de la situation économique et géographique des entreprises de production, dans le domaine de production des NTIC cela dépend de ce que vise le producteur, comme par exemple la croissance en quantité ou en qualité ; Beaucoup d’entreprises ont appliqué le modèle de HARROD-DOMAR qui vise à étendre sur la longue période la théorie générale de Keynes (l’économie Keynésienne qui considère l’état comme l’élément principal de la relance économique). D’autre part, cela a ouvert les portes à de nouveaux modèles économiques tels que le modèle de Solow (modèle néoclassique) : qui se base sur la croissance du capital, et que les pays pauvres puissent réaliser un taux de croissance plus élevés que les pays riches dépendant des fonctions de productions des entreprises des TIC.
  7. 7. 6 Contribution des industries productrices de TIC à la hausse globale de la productivité du travail Ensemble de l’économie, valeur ajoutée par individu employé contribution annuelle moyenne en pourcentage Source : Estimations dérivées de la base de données STAN de l’OCDE et des données utilisées dans van Ark et al. (2002b). Voir les tableaux des annexes pour de plus amples détails. c. International La production des NTIC est distribuée dans plusieurs pays, parfois c’est la même entreprise qui divise ses unités de production par secteur dans différents endroits géographique pour se rapprocher de la matière première ou pour l’exploitation de la main d’œuvre, répondant à la politique de la mondialisation. Les conventions entre les pays visent à promouvoir la production des TIC qui à leur tour visent à développer l’économie des pays et à élargir le secteur de notoriété des entreprises.
  8. 8. 7 2.7 Entreprises de Production a. Exemple Il existe plusieurs entreprises de production des NTIC, parmi celle qui se font le plus parler d’elles FOXCONN, INTEL, Apple, Winty Industries Corporation, Huawei, ZTE… ces dernières produisent dans le même secteur, en concurrence ou en collaboration comme pour le cas d’Apple et Foxconn ; Ces dernières émergent dans leur secteurs en développant leur moyens à fin de dominer le marché au niveau local voir même au niveau international. b. Convergences Les entreprises de production des TIC investissent des moyens colossaux pour produire des technologies de pointe, en élargissant et en diversifiant leur produits, à fin de satisfaire l’attente des consommateurs au mieux. Cependant, la vague technologique a fait que ces dernières aillent jusqu’à faire naître un nouvelle révolution industrielle et ce depuis la naissance de la nano technologie. c. Divergences : Les producteurs emploient des moyens différents pour optimiser leur production, en créant des unités de montage et d’assemblage, et des unités de production ou tout est garanti par la même entreprise comme l’exemple d’INTEL ; ou plutôt en se basant sur le développement software plus que le hardware comme pour le cas d’Apple.
  9. 9. 8 3. Étude de modèle de production 1. Production Notre étude se base sur une méthode classique d’analyse dichotomique, en se basant sur un exemple de production d'NTIC, on site : l'iPhone 5 d’Apple Inc, une des réussite de la marque à la pomme, grâce à son désigne innovant et ses applications très sympathiques et simples à utiliser, La production des TICs est analysée sous différents caractéristiques : les couches de technologie, le poids de l’intérêt que chacun des composants présentent, l'indice de réussite et de vente du produit ...etc. L'analyse géographique pour illustrer l’environnement économique sur lequel cette production des TICs se repose est aussi intéressante et même primordiale. Notre étude est faite en se ramenant à résumer l'aspect économique, industriel et social par pays : 1. États-Unis Le siège social d’Apple Inc se situe en Californie, comme illustré sur plusieurs produits d’Apple «Designed by Apple in California, Assembled in China ». tout comme l'iPhone 5 qui est composé de :  Design et plan de développement (Cupertino)  Puce A6 (Les entreprises locales de semi-conducteur)  Logiciels (Les programmeurs locaux)  Composant Radio (Triquint Semiconductor, Inc.)  Puce audio (Cirrus Logic)  Unité de contrôle (PMC Sierra an Broadcom Corp)  Gorilla 2 Glasse (Corning Plant)  Marketing (TBWA) 2. Mongolie-intérieure Plusieurs composant d’iPhone requièrent des minéraux rares, diverses et variés, 90% d’entre eux sont issus de Chine et de Mongolie-intérieure, et les 10% restant sont issus du reste du monde, parmi les minéraux les plus important à la fabrication :  Yttirium (Y 39), Lanthane (La 57), Cérium(Ce 58), Praseodyme (Pr 59) pour l’écran  Terbium (Tb 65), Gadolinium (Gd 64), Néodyme (Nd 60) et d'autre élément de type Terre rare pour la fabrication des hauts parleurs et le vibreur.  Dysprocium (Dy 66), Lanthane (La 57), Néodyme (Nd 60), Gadolinium (Gd 64) pour le circuit de téléphone 3. Corée et Taiwan Ce sont les pays où l’économie technologique émerge, grâce aux grandes entreprises locales et investisseuses qui produisent des éléments de pointes tel que :  Le panneau LCD (LG)  Les puces (Samsung & Sk hynix)  Les batteries (Samsung)  Les mémoires (TSMC) 4. Europe (France & Italie)  Gyroscope (STMicroelectronic), le composant permettant de situer la position d'un smartphone tel qu'un iPhone.
  10. 10. 9 5. Chine  L’assemblage de l’iPhone (85%) à partir de cette présentation des composants de l’iPhone, s'explique la politique et stratégie économique et industrielle de l’entreprise qui doit assurer à tout prix assurer la disponibilité des moyens pour la confection de cet appareil. Ce qui implique la délocalisation des unités de production des secteurs primaires et secondaires, caractérisés par l’exploitation de ressources naturelles et leur transformation, dans des pays 2. Caractéristique de production Tandis que la capacité des processeurs se double tous les deux ans, leur coût est réduit à moitié. La production des NTIC semble respecter ce modèle qui est connu sous le nom de loi de MOOR. Cette étude en cours de développement ou des pays offrant des modalités alléchantes dans le but d'augmenter le profit de l’entreprise. D'autre part, l'importance des deux premiers secteurs situe la production des NTIC dans le secteur tertiaire, sachant que les TICs sont à leur tour nécéssaires au développement des différents secteurs, 3. La chaîne d’assemblage L’assemblage de l’iPhone est fait en Chine au sein de l’entreprise Foxconn, qui propose la manufacture des productions électroniques. Avec 230,000 employés, 72,000 iPhones peuvent être produits chaque jour, parmi tous les produits du type TIC consommé dans le monde, 40% est fabriqué chez Foxconn. La plupart des entreprises de NTIC signent leur contrat avec Foxconn tel que HP, DELL, Nintendo, Motorola, Nokia, Sony, et Samsung... explique le développement économique due aux pays grâce à l'industrie des TIC qui exploite de plus en plus de main d’œuvre dans le but de la création et l'innovation des produits dits du monde actuel. Cependant, après la crise économique de 2008 aux États-Unis, cette production doit être considérée autrement, les Keynésiens pensent à ramener cette production aux États unis, mais est-ce une solution qui répond aux défis de la marque à la pomme ? D’après Steve Jobs : cette idée est contestable, et qu'Apple a besoin d'une manufacture rapide et importante pour pourvoir satisfaire la demande du marché. En première approximation, si l’on ramène la manufacture d’iPhone aux États-Unis, le coût de chaque iPhone sera augmenté de 2 à 3 dollars mais cela va à l’intérêt du marché du travail, en employant des ouvriers dans le pays d'origine mais plusieurs facteurs empêchent cela : 
 1. Le temps pour embaucher le nombre nécessaire d’employés, est de 9 mois aux États-Unis, contre 15 jours en Chine 2. Augmentation des coûts d’importation et d’exploitation des matières premières nécessaires à la fabrication des produits. 3. La production des NTIC se caractérise par un renouvellement très rapide, et des changements sont souvent impliqués lors des procédés de conception. Il y a seulement en Chine, où la surexploitation de la main d’œuvre est admise ; En outre, cela détériore les conditions de travail au sein des entreprises. Exemple : L’usine de Foxconn à Shanghai offre à ses employés un salaire de 268$ par mois, cependant le salaire moyen de la ville est à 764$ (2013) * 64,3% des employés pensent que leur salaire n’est pas suffisant pour couvrir leur besoins nécessaires, et approximativement 45% d’entre eux pensent que le rapport salaire/travail n’est pas équitable.
  11. 11. 10 * À la ville de Shenzhen, il y a à peu près 500,000 employés chez Foxconn alors que la population totale de la ville est 13,5 million, soit 3% de la population totale de la ville. * Pour minimiser la manufacture humaine, Foxconn a déclaré en 2011 le projet d’une installation d’un million de robots jusqu’en 2014, ce qui implique une réduction d’employés de 1,5 million à 1 million, qui est à l’encontre de la politique locale. D’après l’enquête de FLA (2012), la majorité des employés chez Foxconn ne sont pas satisfaits de leur travail à cause des conditions de travail, ajoutés aux régimes pénitencier et esclavagiste imposé aux employés de la firme. Les entreprises comme Apple, HP, … optent chaque année pour améliorer les conditions de travail chez leurs fournisseurs en investissant de l’argent afin de garder une bonne image vis-à-vis du consommateur mais cela n’est pas suffisant. Le cas des ouvriers qui se suicident est édifiant. 4. Impact écologique Les grandes industries utilisent des matières polluantes lors de leur transformation. Dans les grandes villes comme Shenzhen cette pollution est l’image type de la folle machine urbaine et industrielle de la région. Les écologistes contestent la négligence des industriels face à la détérioration de l’environnement naturel causé par leurs industries et leurs exploitations.
  12. 12. 11 Conclusion La production des TICs repose sur plusieurs politiques économiques ou le producteur vise à maximiser son profit. Pour ce faire, les grandes entreprises délocalisent leurs unités de fabrication, d’assemblage, … à fin de minimiser le coût, augmenter leur production qui à son tour augmente leur rendement à fin de servir un marché très vorace ou la concurrence augmente et les techniques diffèrent pour attirer plus de clientèle. D’autre part, la production de masse qui vise à servir une large clientèle demande l’exploitation de ressources matérielles et humaines colossales, ce qui influent sur l’aspect économico-social des entreprises elles même ou des firmes offrants des services à ces dernières. Les conditions de travail et l’aspect éthique sont souvent négligés, le débat mondial à ce sujet reste ouvert. Les contestations ne se font pas rares, mais ça reste une vérité qui dérange. Est-ce que tout consommateur le sait ? Les belles publicités pour la promotion des ventes des NTICs proposées par les producteurs ramènent le client à vouloir à tout prix acquérir leur joyau technologique. C’est notre monde, c’est notre économie et c’est notre avenir qui fait de cet enjeu un défi crucial pour le vrai développement, maintenant nous le savons. References : http://www.peuples-solidaires.org/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Foxconn http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_Harrod-Domar

×