L’expérience chinoise de la ville intelligente - Quelles
opportunités, quelles coopérations ?
POLITIQUES D’ÉCONOMIE CIRCUL...
Amendemen
t organique
Energie
biomasse
Recyclage
déchets
organiques
Dry Métha
Maraichage en
agriculture
Biologique
Serres
...
« Environnement » et « urbain »
 Les Chinois utilisent généralement le terme huanjing (环境) pour
désigner ce que nous ente...
Parc éco-industriel de Suzhou
L’économie circulaire est une réponse
organisationnelle
• Objectifs: découplage absolu et
décarbonation
• « Il n’est aucun...
Stratégie d’accélération pour
l’économie circulaire
− Réglementation, mécanismes d’incitation et de contrôle
− Réduction d...
Un tournant: économie circulaire et
aménagement du territoire
• Zones urbaines mixtes, vers l’abandon d’un zoning
excessif...
La ville intelligente en France (1)
La ville intelligente en France (2)
L’économie circulaire n’est pas un désir
ardent des accords de libre-échange
• « L'importation de gaz de schiste américain...
Les origines de la ville intelligente
Halte à la « smart city » ?
 « La carte n’est pas le plan. »  besoin de donner du sens
 Les technologies de l’informati...
Accompagner la mutation
• Évaluation: standardiser des indicateurs
• Développer des offres d’économie circulaire adaptées ...
Les enjeux
• Quelles conséquences en termes d’emplois?
Une hypothèse: Primaire ; secondaire ; tertiaire 
• L’applicatio...
Contacts
Jean-Claude LEVY
Jean-claude.levy@diplomatie.gouv.fr
Vincent AUREZ
Vincent.aurez@institut-economie-circulaire.fr
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Politiques d’économie circulaire  et villes durables en Chine
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Politiques d’économie circulaire et villes durables en Chine

1 604 vues

Publié le

Jean-Claude Lévy, historien et géographe conseiller spécial auprès du Délégué pour l’action extérieure des collectivités territoriales auprès du Ministre des Affaires étrangères et Vincent Aurez, collaborateur scientifique de la mission, Ecole des Ponts ParisTech, Université Tsighua nous présentent les politiques d’économie circulaire
et villes durables en Chine.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 604
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
547
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Stocks
  • Flux

    La ville durable n’existe pas. Si l’on considère l’ensemble des activités socio-économiques et de la biosphère, ainsi que leurs interactions sur un territoire, à l’usine, à la campagne et à la ville – point critique par excellence d’une intégration économique, écologique et sociale, on peut considérer que la ville durable n’existe pas11, sinon à l’instar d’un fantasme ou d’une incantation.
  • tribu des Hakkas, Kè Jīa Rén 客家人
    Tulou dans la province du Fujian: habitat communautaire abritant de nombreuses familles, parfois un village entier. Il s’agissait de forts arrondis ou carrés disposant d’une entrée unique.
    Droit communautaire avec le « baojia »
  • (huan signifiant comme nom l’anneau, le cercle, le chaînon, et en tant que verbe entourer ; jing signifiant la frontière, le territoire, la région, la position, la situation),

    et recouvre donc un sens proche du concept occidental d’ « environnement ».


    Il est tout d’abord important de souligner que le souci de l’environnement est ancien en Chine, profondément ancré dans la culture traditionnelle.


    Le statut d’urbain croise plusieurs critères, liés au lieu de naissance et de résidence, au temps de séjour ou à l’activité de l’habitant

    . Les chiffres de la population urbaine peuvent varier selon
    que l’on parle de « population détentrice d’un hukou » de la ville en question, ou de
    l’ensemble de la population présente physiquement dans la juridiction (Sanjuan, 2007 ;
    Connexions, 2010).
  • De la question des sources d’énergies et de réseaux de distribution

    Cté prix, Cté prix à l’export des industries gazo-intensives

    Compte tenu de la chute du prix du gaz aux Etats-Unis, tombé à 3 ou 4 dollars par million de British thermal unit ($/MBtu) contre environ 12 $/MBtu en Europe et 17 à 18 $/MBtu en Asie, l'écart de compétitivité est devenu important entre les chimistes américains et européens. En l'occurrence, il est du simple au double pour la plupart des produits intermédiaires de base (éthylène, propylène et chlore soude) et les produits à l'aval (polyéthylène, styrène et PVC) étudiés

    La Chine dispose, début 2011, de quatorze réacteurs nucléaires en activité réparties sur quatre centrales et de vingt-cinq réacteurs en construction sur douze autres sites1. majorité du mix énergétique avec charbon.

    On estime avec une très forte probabilité que l’urbanisation caractérisant la période 2000-2030 aura donné lieu à 65 % de l’espace urbain mondial.

    Cette urbanisation massive et très rapide se réalisera principalement en Asie, et notamment en Chine.

    287 des plus grandes villes chinoises totalisent 56% de la consommation énergétique totale de la Chine.
  • De la question du commerce international + des flux de matières
    Usine du monde?

    « A quoi ressembleraient nos campagnes, s’il avait fallu y monter ces dernières années les nouvelles usines – et assumer leurs rejets – correspondant à notre consommation exponentielle de téléphonie et d’informatique, de jouets, de vêtements, ou de produits chimiques ? La réponse est sans doute à trouver dans les paysages des zones industrielles chinoises récentes. » Phillippe Bihouix
  • De la question des indicateurs pertinents + des échelles (ou niveaux d’organisation)

    Les déchets dans la balance commerciale États-Unis/Chine. Premier poste d’export des EU vers la Chine.

    Le traitement de déchets en Chine doit aussi se comprendre comme une source de financement au niveau local. Responsables de 80 % des dépenses en infrastructures, mais fortement endettées, certaines villes chinoises importent illégalement de déchets dangereux (principalement des États-Unis).

    80% des déchets éléctroniques mondiaux.

    Société post-croissance? Post-matérialiste?
  • indicateur de productivité-matière fournit une mesure incomplète des pressions qu’exerce l’économie nationale sur l’environnement.
    Avec les indicateurs intégrant les flux liés au commerce international (DMI et TMR), on ne constate plus aucun découplage pour les pays du G20 durant les vingt dernières années.

    Une autre initiative, complémentaire, se base sur la quantité de carbone émise et ramenée à la population. Cette approche par la «Décarbonation » de l’activité économique et des modes de vie pourrait faciliter les comparaisons et la fixation d’objectifs par pays à l’échelle européenne.

  • − l’élaboration et l’optimisation de la réglementation, du système de soutien politique, du système d’innovation institutionnelle et technologique et du mécanisme d’incitation et de contrôle relatifs au développement de l’économie circulaire ;
    − l’amélioration du rendement de l’utilisation de ressources, la réduction du volume final de déchets à traiter, la création d’une quantité visible d’entreprises exemplaires répondant aux exigences du développement de l’économie circulaire ;
    − la promotion de la consommation « verte », l’amélioration du système de la collecte, de la réutilisation et de la valorisation de ressources renouvelables ;
    − la création de parcs industriels (ou agro-industriels) et de villes économes en ressources et respectueuses de l’environnement répondant aux exigences de l’économie circulaire
  • « Sur la carte en 3dimensions de Rennes figurent des aménagements projetés pour la ville. La cartographie numérique fournit de nouveaux outils de communication et de délibération à l’échelle de la ville. La smart city repose également sur les nouvelles possibilités de dialogue entre politiques, techniciens de l’urbanisme et citoyens qui se dessinent par son intermédiaire. » p. 82
  • En face de lui des arbres. Les 120 000 arbres de Paris sont par exemple tous équipés d’une puce de radio-identification, ou RFID, qui permet aux techniciens des parcs et jardins de connaître leur histoire et de garder la trace des interventions dont ils font l’objet.

    A Paris toujours, les consommations d’eau des immeubles sont télé-relevées par la régie municipale en charge de l’approvisionnement de la capitale
  • Centre de commandement de Rio de Janeiro conçu par IBM, salle de contrôle qui permet d’observer et piloter en retour tous ce qui peut nuire à l’ordre public : pluies, violences etc. à l’aide à la fois de capteurs et de vidéos surveillance

    Comme les premières applications de la cybernétique avec les systèmes de défense anti-aérien durant la guerre froide et les war rooms (salles de pilotage), la smart city tend petit à petit à avoir une salle de contrôle avec objectifs à atteindre et données nécessaires pour comprendre ce qui arrive. Après un détour par la conduite de projet d’armement auprès de la Ramo-Wolldridge Corporation, ‘urbaniste américain Melville branch franchit le pas au début des années 1960 en proposant un centre de planification urbaine de ce type pour la ville de Los Angeles.
    Voir Chili et projet Cybersyn de Allende (avant coup d’Etat de Pinochet) socialisme cybernétique, a réussi à contourner une grève



    Dans de nombreuses métropoles, le trafic automobile est suivi en temps réel au moyen de techniques qui vont de boucles d’induction permettant de repérer le passage des véhicules aux capteurs sans fil en passant par les caméras vidéo. A Singapour, ce suivi a permis la mise en place d’un des premiers systèmes de tarification dynamique consistant à faire payer les automobilistes au prorata de la désirabilité et surtout du degré de congestion des artères qu’ils empruntent. A plus long terme, on peut imaginer des villes où la conduite automatisée des véhicules s’impose afin d’améliorer l’efficacité du trafic.
  • « La meilleure façon de prédire l’avenir est de l’inventer. » Alan Curtis Kay
  • poser clairement la question du coût acceptable d’une diminution des impacts environnementaux par type de produit ou de filière

    doivent être mobilisées au service de l’économie circulaire (via l’ANR, l’Ademe et les pôles de compétitivité). La recherche de coopérations européennes doit être privilégiée comme moyen d’augmenter l’efficacité de ces investissements cognitifs, en particulier les appels à projets du programme Horizon 2020.
  • Les emplois créés par l’économie circulaire sont en très grande partie non délocalisables, car basés sur la
    proposition de services et de coopérations ou sur de l’animation territoriale. Ils peuvent, par ailleurs, offrir des voies de reconversion pour les travailleurs de secteurs en déclin. Proposant de nouveaux débouchés et demandant des compétences spécifiques, l’économie circulaire est un facteur d’attractivité de votre territoire.
  • Politiques d’économie circulaire et villes durables en Chine

    1. 1. L’expérience chinoise de la ville intelligente - Quelles opportunités, quelles coopérations ? POLITIQUES D’ÉCONOMIE CIRCULAIRE ET VILLES DURABLES EN CHINE Hôtel de Rennes Métropole, 6 mars 2015 Jean-Claude Lévy, Vincent Aurez
    2. 2. Amendemen t organique Energie biomasse Recyclage déchets organiques Dry Métha Maraichage en agriculture Biologique Serres Légumerie Centre de conditionnement de fertilisant pour l’agriculture biologique Pépinière d’entreprises d’agro activités Restauration scolaire Distribution spécialisée Entreprise agro- alimentaire Bio Vallée Lauragais Alimentation Animale Périmètre CLER VERTS Périmètre BELESTA Agro Activité Région Midi Pyrénées Elevage Biologique Ferme du Lauragais / GMS bioElevage d’insecte Flux sortants de CLER VERTS (produits, matières ou énergie) Flux entrants (déchets) des activités créés dans la zone d’agro activités « circulaire » Flux substitué (hors régions et/ou hors France) par les matières produites sur site Flux sortants de la zone d’agro activités « circulaire » Compensation carbone
    3. 3. « Environnement » et « urbain »  Les Chinois utilisent généralement le terme huanjing (环境) pour désigner ce que nous entendons par « environnement » :  « ce qui entoure la frontière »  Le terme « urbain » (chengshi,城市) « muraille-marché/ville »)  est avant tout une notion juridique, un statut, et non une notion géographique ou démographique.  Dépend du lieu de naissance et de résidence, au temps de séjour ou à l’activité de l’habitant
    4. 4. Parc éco-industriel de Suzhou
    5. 5. L’économie circulaire est une réponse organisationnelle • Objectifs: découplage absolu et décarbonation • « Il n’est aucune pensée économique éternelle ou universelle, mais dépendante ou en écho à un système de représentations. »
    6. 6. Stratégie d’accélération pour l’économie circulaire − Réglementation, mécanismes d’incitation et de contrôle − Réduction du volume final de déchets à traiter − Promotion de la consommation « verte », amélioration du système de la collecte, de la réutilisation et de la valorisation de ressources renouvelables − Création d’une quantité visible d’entreprises exemplaires − Création de parcs industriels et de villes économes en ressources
    7. 7. Un tournant: économie circulaire et aménagement du territoire • Zones urbaines mixtes, vers l’abandon d’un zoning excessif • Transit-oriented development • Systèmes décentralisés de production et gestion de l’énergie • Rénovation des bâtiments
    8. 8. La ville intelligente en France (1)
    9. 9. La ville intelligente en France (2)
    10. 10. L’économie circulaire n’est pas un désir ardent des accords de libre-échange • « L'importation de gaz de schiste américain réduira nos niveaux de CO2 plutôt que de les augmenter. » • « Les pays ne doivent pas adopter ni maintenir des mesures prévoyant des exigences de localité, […] ni exiger la création de partenariats avec les entreprises locales. »
    11. 11. Les origines de la ville intelligente
    12. 12. Halte à la « smart city » ?  « La carte n’est pas le plan. »  besoin de donner du sens  Les technologies de l’information et de la communication consomment déjà près de 10% de la production d’électricité mondiale, soit 50% d’énergie de plus que le transport aérien dans sa totalité.  Une nouvelle inégalité numérique ?  La ville n’est pas un arbre.
    13. 13. Accompagner la mutation • Évaluation: standardiser des indicateurs • Développer des offres d’économie circulaire adaptées à l’échelle de la ville • Innovations: innovations techniques, économiques (nouveaux modèles d’affaires), sociaux et sociétaux (comportement des consommateurs, changements culturels et dans les modes de vie ayant un impact sur la demande, impact en terme de bien-être). • Communication: L’économie circulaire doit être progressivement prise en compte dans les cursus d’apprentissage scientifiques et techniques. • Soutien à la R&D: les politiques d’aide à l’innovation et à la recherche-développement
    14. 14. Les enjeux • Quelles conséquences en termes d’emplois? Une hypothèse: Primaire ; secondaire ; tertiaire  • L’application des principes d’économie circulaire à l’échelle du territoire, comme celle des projets d’urbanisme et de l’urbanisme opérationnel. • Une amélioration des statistiques (flux de déchets, pratiques de consommation, etc.) et des indicateurs (de découplage, notamment) est également nécessaire au pilotage des actions visant à promouvoir l’économie circulaire. • De l’économie circulaire à une « économie du bien vivre dans un monde soutenable » (de Jean Gadrey)?
    15. 15. Contacts Jean-Claude LEVY Jean-claude.levy@diplomatie.gouv.fr Vincent AUREZ Vincent.aurez@institut-economie-circulaire.fr

    ×