1	
  
Page	
  1/10	
  
DEVELOPPER LES HUMANITÉS
NUMÉRIQUES À L’UNIVERSITÉ DE
PERPIGNAN VIA DOMITIA
Bertrand	
  Mocq...
 
	
  
2	
  
Page	
  2/10	
  
On	
   peut	
   citer	
   pour	
   comprendre	
   la	
  
relation	
   qu’il	
   imagine	
   ...
 
	
  
3	
  
Page	
  3/10	
  
complexe	
   parce	
   qu’elle	
   implique	
   de	
  
travailler	
   de	
   façon	
   conce...
 
	
  
4	
  
Page	
  4/10	
  
l’Université	
   de	
   Lausanne.	
   Par	
  	
  
ailleurs,	
   l’Alliance	
   of	
   Digita...
 
	
  
5	
  
Page	
  5/10	
  
personnels	
   aux	
   enjeux	
   du	
   numérique	
  
que	
   dans	
   la	
   facilitation	...
 
	
  
6	
  
Page	
  6/10	
  
fait	
   au	
   Master	
   un	
   rayonnement	
  
international.	
  
Ainsi,	
   cette	
   fo...
 
	
  
7	
  
Page	
  7/10	
  
communication,	
   une	
   ingénieure	
  
pédagogique,	
   également	
   commu¬nity	
  
mana...
 
	
  
8	
  
Page	
  8/10	
  
conformément	
   à	
   la	
   circulaire	
   n°	
   2011-­‐
0012	
  du	
  9-­‐6-­‐2011	
  18...
 
	
  
9	
  
Page	
  9/10	
  
EN RECHERCHE DEMAIN.
Le	
  Centre	
  de	
  recherche	
  sur	
  les	
  Sociétés	
  	
  
et	
 ...
 
	
  
10	
  
Page	
  10/10	
  
en	
   Sciences	
   de	
   l’information	
   et	
   de	
   la	
  
Communication22,	
  Moni...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Developper les humanites numériques à l’université de perpignan v3

1 009 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 009
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Developper les humanites numériques à l’université de perpignan v3

  1. 1.     1   Page  1/10   DEVELOPPER LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES À L’UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN VIA DOMITIA Bertrand  Mocquet  ,  Vice-­‐Président  en  Charge  du  Numérique,  Université  de  Perpignan.     INTRODUCTION A   quoi   servent   les   Humanités   numériques   ?   Que   nous   apprennent-­‐ elles  que  nous  ne  savions  pas  déjà  ?     Elles  peuvent  nous  permettre  de  mieux   comprendre  l'évolution  de  la  littérature   ou  la  valeur  de  la  complexité  en  Lettres,   Langues   et   Sciences   Humaines,   comme   le  résumait  très  bien  Rémi  Sussan  dans   son   dossier   sur   Humanités   et   sciences   cognitives  publié  sur  InternetActu.net1.   Elles   sont   aussi   l’occasion   donnée   pour     chacun  d’entre  nous  de  repositionner  le   texte,   au   sens   noble   du   mot,   et   surtout   les   producteurs   de   texte   au   centre   de   notre  société  de  l’information.     Cette  synthèse  rédigée  dans  le  cadre  du   nouveau  plan  quadriennal,  à  l’université   de  Perpignan,  en  janvier  2014,  propose   de   vulgariser   cette   notion,   en   la   définissant,   en   faisant   un   rapide   tour   d’horizon   et   en   proposant   une   mise   en   œuvre   sincère   et   réalisable   conformément   à   la   stratégie   de   l  ‘université   de   Perpignan   conduite   en   matière  de  Numérique.                                                                                                                     1  «  Humanités   et   sciences   cognitives   (1/4) :   Une   nouvelle   critique  littéraire  « InternetActu.net  »  [En  ligne].  .  Disponible   sur  :   URL  <  http://www.internetactu.net/2010/04/22/humanites -­‐et-­‐sciences-­‐cognitives-­‐14-­‐une-­‐nouvelle-­‐critique-­‐ litteraire/  >  [consulté  le  12  janvier  2014].     VOUS AVEZ DIT HUMANITÉS NUMÉRIQUES ? En   1949,   date   d’un   voyage   aux   Etats-­‐ Unis,   Roberto   Busa   découvre   d’étrange   similitude   entre   la   méthodologie   de   création  des  cartes  perforées  et  sa  façon   d’aborder   l’analyse   linguistique   et   littéraire.   Il   devient   un   des   précurseurs   de  l’utilisation  de  l’informatique  pour  les   Lettres   et   sciences   Humaines,   met   en   avant   plusieurs   caractéristiques   importantes  de  l’usage  de  l’informatique   dans   le   domaine   des   humanités.   À   ce   titre,   il   définit   les   fondements   des   «  digital   humanities  »,   qui   prendront   naturellement    l’appellation  d’humanités   numériques   en   traversant   l’Atlantique,   en   2006  :   l’expression   connaît   dès   lors   un  véritable  succès.       Figure  1  :  Le  texte  est  polymorphe   http://books.openedition.org/oep/      
  2. 2.     2   Page  2/10   On   peut   citer   pour   comprendre   la   relation   qu’il   imagine   entre   l’informatique   et   les   humanités   numériques  :     «  L'utilisation   des   ordinateurs  va  donc  nous  conduire  à  une   connaissance   plus   profonde   et   systématique  de  l'expression  humaine,  en   principe,   il   peut   nous   aider   à   être   plus   humaniste  qu'avant.»2.   Ce  concept,  qui,  à  son  début,  s’appuie  sur   une   aide   à   l’analyse   d’une   donnée   afin   d’en   produire   une   information,   va   se   trouver   étendu   avec   l’arrivée   de   la   digitalisation   des   sources   et   les   différents   projets   internationaux,   comme   Gutenberg3,   Gallica4  ou   Google   Books5  au  début  du  XX°  siècle.   L  ‘étape   ultime   qui   bouleverse   la   recherche   dans   nos   universités,   est   l’arrivée   de   plateforme   ouverte,   Calenda6,  Hypothèse.org7,  Revues.org8ou   bien   humanités   en   ligne   HAL 9   permettant   de   partager,   collaborer   les   informations  de  la  recherche  en  lettres,   langues  et  sciences  humaines.                                                                                                                   2  « Roberto Busa, «  The Annals of Humanities Computing  : the Index Thomisticus  », 1980 | Introduction aux humanités numériques » [En ligne]. . Disponible sur : URL < http://archinfo41.hypotheses.org/195 > [consulté le 11 janvier 2014].   3  «  Free  ebooks  -­‐  Project  Gutenberg  »  [En  ligne].  .  Disponible   sur  :   URL  <  http://www.gutenberg.org/  >   [consulté   le   11   janvier  2014].   4  Plus  de  2,5  millions  de  documents  à  portée  de  main  »  [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://gallica.bnf.fr/  >   [consulté  le  11  janvier  2014].   5  «  Google   Livres  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://books.google.fr/  >  [consulté  le  11  janvier  2014].   6  «  Calenda  -­‐  Le  calendrier  des  lettres  et  sciences  humaines   et   sociales  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://calenda.org/  >  [consulté  le  11  janvier  2014].   7  «  Hypotheses   |   Platform   for   academic   blogs   in   the   humanities  and  social  sciences  »  [En  ligne].  .  Disponible  sur  :   URL  <  http://hypotheses.org/  >  [consulté  le  11  janvier  2014].   8  «  Revues.org :   portail   de   revues   en   sciences   humaines   et   sociales  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://www.revues.org/  >   [consulté   le   11   janvier   2014].   9     «  HAL ::   Accueil  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://hal.archives-­‐ouvertes.fr/  >   [consulté   le   11   janvier  2014].   Il   s’agit   maintenant   d’utiliser   les   systèmes   numériques   de   traitement   d’information  pour  passer  de  la  donnée   brute  à  la  connaissance  de  l’information   utile   à   la   prise   de   décision   finale,   décision   pouvant   être   prise   de   manière   collaborative.   Toute   la   chaine   de   traitement   de   l’information  se  trouve  ainsi  touchée  par   cette  digitalisation,  ce  qui  bouleverse  la   manière   de   penser   la   recherche   et   surtout   son   mode   de   publication   et   de   collaboration.   LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES EN FRANCE AUJOURD’HUI L’ambition   n’est   pas   de   faire   un   tour   complet   des   humanités   numériques   aujourd’hui   mais   de   repérer,   dans   des   quelques   publications   récentes,   les   modalités   de   mise   en   œuvre   des   humanités   numériques   pour   anticiper   les  leviers  de  réussite  de  développement   de  ceci.   STRUCTURER Dans  son  article  «  Les  digital  humanities   aujourd’hui  :  centres,  réseaux,  pratiques   et   enjeux  »10,   Corinne   Welger-­‐Barboza   propose  de  définir,  ce  qu’elle  a  constaté   dans  les  centres  de  «  digital  humanities  »   des  Universités  américaines  «  une  hyper-­‐ compétence,   valant   dans   le   sens   d’hypertexte  »,   cette   hyper-­‐compétence   naissant   grâce   à   «  la   coopération   entre   les   chercheurs   et   les   ingénieurs.  ».   Au   niveau   de   la   structure   même   de   ces   centre,   elle   note   que   cela   change   les   méthodes   de   travail   de   tous   car   «  La   cyberinfrastructure   est   une   notion                                                                                                                   10  Welger-­‐Barboza   Corinne.   Les   digital   humanities   aujourd’hui :  centres,  réseaux,  pratiques  et  enjeux  [En  ligne].   OpenEdition   Press,   2012.   Disponible   sur  :   URL  <   http://books.openedition.org/oep/244  >   [consulté   le   11   janvier  2014].  
  3. 3.     3   Page  3/10   complexe   parce   qu’elle   implique   de   travailler   de   façon   concertée   aussi   bien   sur   le   plan   technologique,   au   niveau   de   l’interopérabilité   des   données,   par   exemple,   que   sur   la   normalisation   des   langages   de   balisage   des   documents.  ».   Cette  structuration  met  en  exergue  que   les   humanités   numériques   et   les   métadonnées   sont   liées   et   que   «  Ceci   pour   dire   que   l’on   arrive   à   un   moment   particulier   de   méta-­‐structuration   du   domaine  ».   UTILISER Dans   «  Faire   des   humanités   numériques  »11,  Aurélien  Berra  lors  de  la   lors   de   la   Conférence   ARL   PACA,   29   novembre   2011,   fait   un   amusant   parallèle  entre  la  position  du  chercheur   en   LSH   au   fil   de   l’histoire   de   façon   illustrée,  nous  dit  qu’  «  il  faut  donc  aussi   entendre    faire   en   un   sens   dynamique,   celui   de   construire,   bâtir  ».   Il   s’agit   de   transformer   ce   qui   existe   pour   l’améliorer.   Concernant   la   nature   des   textes,  il  aime  rappeler  que  «    le  texte  est   polymorphe.   C’est   un   fait   ancien,   mais   aussi   une   réalité   concrète   pour   nombre   de   lecteurs,   (…).   Si   je   suis   un   amoureux   des  manuscrits,  des  livres,  c’est  avant  tout   le   texte   qui   m’importe.   Et   s’il   faut   se   battre   pour   des   supports,   ce   n’est   pas   pour  eux-­‐mêmes,  mais  bien  pour  ce  qu’ils   permettent,   à   savoir   une   forme   de   communication,   une   forme   de   culture,   une  forme  de  réflexion.  »  et  insiste  sur  le   fait  que  «  ce  sont  les  usages  qui  font  vivre   les  textes  ».                                                                                                                   11  Berra   Aurélien.   Faire   des   humanités   numériques   [En   ligne].   OpenEdition   Press,   2012.   Disponible   sur  :   URL  <   http://books.openedition.org/oep/238  >   [consulté   le   11   janvier  2014].     DEVELOPPER LES PROJETS Dans  «  Développer  les  sciences  humaines   numériques   au   Québec  »12,   Louis-­‐Pascal   Rousseau  chemine  dans  le  monde  de  la   recherche   en   histoire   depuis   une   quinzaine   d’années,   De   ses   années   passées   à   l’Université   Laval   jusqu’à   celles   qui   l’ont   mené   à   l’Université   de   Pennsylvanie   ainsi   qu’à   l’École   des   hautes   études   en   sciences   sociales   à   Paris,   il   a   acquis   une   riche   expérience   dans  les  nouvelles  pratiques  de  l’histoire.   Il  insiste  tout  au  long  de  son  article  que   ce  processus  de  développement  ne  peut   toucher  toutes  les  personnes  concernées   que  si  l’on  fonctionne  en  mode  projet.  Il   en   propose   une   cartographie,   pour   débuter,     dans   son   domaine   qu’est   l’histoire  :     • Le   site   Digital   Humanities   Now,   tenu  par  le  Center  for  History  and   New  Media  (CHNM)  de  la  George   Mason  University.   •        Le  site  Digital  History,  a  Guide   to   Gathering,   Preserving   and   Presenting   the   Past   on   the   Web,   en  lien  avec  un  livre  publié  par  ce   même  organisme.   •        Le   site   MATRIX,   Center   for   Humane   Arts,   letters   and   Social   science  Online,  basé  à  la  Michigan   State  University.   • geoPratic   (Observatoire   des   pratiques   géomatiques   dans   les   Sciences   historiques),   qui   propose  un  répertoire  de  projets   de  recherche  basés  sur  des  cartes   informatiques   à   contenu   historique.     • des  blogues  à  ce  sujet  en  français,   tel   que   celui   tenu   par   Claire   Clivaz,   assistante-­‐professeure   à                                                                                                                   12  «  Développer   les   sciences   humaines   numériques   au   Québec   |   HistoireEngagée  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://histoireengagee.ca/developper-­‐les-­‐sciences-­‐ humaines-­‐numeriques-­‐au-­‐quebec/  >   [consulté   le   11   janvier   2014].    
  4. 4.     4   Page  4/10   l’Université   de   Lausanne.   Par     ailleurs,   l’Alliance   of   Digital   Humanities   Organizations   (ADHO)   donne   parfois   des   nouvelles   sur   des   événements   francophones   ou   bilingues   en   la   matière,   notamment   ceux   tenus   par   la   Société   canadienne   des   humanités  numériques.     D’autres   sites   sont   présents   dans   cet   article.   VIVRE AVEC SON TEMPS Marin   Dacos,   Directeur   du   Centre   pour   l'édition   électronique   ouverte   (Cléo)   dont  il  est  le  fondateur,  nous  informe  de     classement   des   portails   collaboratifs   de   publication   de   l’OpenEdition 13 ,   et   maintient   une   activité   bouillonnante   dans   les   humanités   numériques.   Je   retiens   particulièrement   son   idée   que     les   humanités   numériques   sont   «  une   contribution   à   l'épanouissement   de   la   place   des   sciences   humaines   et   sociales   dans  les  sociétés  contemporaines  »   Dans   «  Digital   Humanities   /   Humanités   numériques  » 14 ,   Marin   Dacos   défend   aussi  l’idée,  mais  pas  seulement  celle-­‐ci   que,   «  Les   Humanités   numériques,   ou   Digital  humanities,  tout  le  monde  en  fait   sans  le  savoir  vraiment.  »                                                                                                                   13  Dacos  Marin.  «  Vers  des  médias  numériques  en  sciences   humaines   et   sociales :   une   contribution   à   l’épanouissement   de   la   place   des   sciences   humaines   et   sociales   dans   les   sociétés   contemporaines  »   [En   ligne].   Tracés.   18   décembre   2012,   n°   HS-­‐12,   nᵒ  3,   p.  205‑223.   Disponible   sur  :   URL  <  http://www.cairn.info.ezproxy.univ-­‐ perp.fr/article.php?ID_ARTICLE=TRAC_HS12_0205  >   [consulté  le  11  janvier  2014].   14  «  OpenEdition   Books   -­‐   Dossier   -­‐   Digital   Humanities   /   Humanités   numériques  »   [En   ligne].   Collection,   [s.d.].   Disponible   sur  :   URL  <  http://books.openedition.org/392  >   [consulté  le  12  janvier  2014].   LE NUMÉRIQUE A L’UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN STRATÉGIE DE L’UNIVERSITÉ DE PERPIGNAN L’université   de   Perpignan   Via   Domitia   s’est  engagée  en  2013  dans  la  voie  d’une   double   transition   énergétique   et   numérique   de   son   campus   et   de   ses   antennes.  Cette  ambition  forte  et  unique   en   France   s’inscrit   dans   une   stratégie   globale   de   l’établissement   visant   à   accompagner   durablement   la   transition   numérique   du   campus   et   numériquement   sa   transition   énergétique.   Cette   double   transition   prend   corps   dans   un   territoire   qui,   à   différentes   échelles   institutionnelles,   s’est  également  engagé  dans  la  voie  de  la   transition   énergétique   à   la   fois   au   titre   de  la  première  agglomération  à  énergie   positive   d’Europe   et   par   le   biais   des   Agendas   21   de   l’agglomération,   du   département  des  Pyrénées  Orientales  et   de   la   région,   territoires   dans   lesquels   s’inscrit   le   déploiement   de   l’UPVD.   Par   cette   double   transition,   l’UPVD   entend   ainsi   participer   activement   à   la   réalité   du   changement   local   autant   que   l’impulser   en   s’affirmant   comme   une   source   d’exemplarité   et   un   lieu   de   démonstration  et  de  replicabilité.     Face  à  ce  défi,  l’UPVD  s’est  déjà  engagée   (depuis   septembre   2013)   dans   la   voie   d’une   double   transition   énergétique   et   numérique   de   son   campus   visant   à   réaliser  à  moyen  terme  un  éco-­‐c@mpus   d’avenir.   Ce   souhait   est   dors   et   déjà   matérialisé   dans   le   projet   Pl@tinium   +   qui  vise  à  réhabiliter  un  bâtiment  en  un   site   démonstrateur   de   cette   double   transition.  Partie  prenante  du  Plan  vert   de  l’UPVD,  le  projet  Pl@tinium  +  s’inscrit   autant   dans   une   stratégie   globale   de   formation   des   étudiants   et   des  
  5. 5.     5   Page  5/10   personnels   aux   enjeux   du   numérique   que   dans   la   facilitation   par   cette   transition   numérique   d’un   accompagnement   du   développement   durable  de  l’UPVD.     UN DÉMONSTRATEUR PHYSIQUE : PL@TINIUM + Sur   la   base   du   schéma   numérique,   du   Plan   vert   UPVD15  et   du   SDIA,   le   projet   Pl@tinium   +   vise   à   asseoir   une   double   transition   énergétique   et   numérique   pour  le  patrimoine  et  la  gestion  durable   du   campus   bénéficiant   et   participant   à   sa   transition   numérique   en   matière   d'enseignement.     Pl@tinium   +   doit   être   un   modèle   démonstrateur   de   double   transition   énergétique   et   numérique   pour  un  écoc@mpus  d'avenir.    Plus  précisément,  il  s'agira  de  dédier  ce   lieu   à   la   construction   de   contenus   pédagogiques,   de   recherche   et   de   productions  culturelles  à  destination  des   étudiants,   des   personnels   et   de   l'ensemble   des   partenaires   du   programme.  Outre  l'ambition  affichée  de   transformer  l'actuel  bâtiment  F2  (classe   énergétique   C)   en   véritable   modèle   BBC+,   il   s'agira   d'étudier   précisément   l'impact   des   nouvelles   pratiques   numériques  sur  la  durabilité  des  usages   et   de   la   gestion   bâtimentaire   appuyés   par  les  derniers  chantiers  écoles  de  nos   laboratoires  spécialisés  ENR.  L'ambition   réside   ensuite   dans   le   transfert   de   ce   modèle   pour   la   programmation   et   la   gestion   de   l'ensemble   de   notre   parc   immobilier  adapté  aux  nouveaux  usages   et   comportements   accompagnés   notamment   au   niveau   national   par   le   programme   France   Université   Numérique   (FUN).   Le   bâtiment   fonctionnera   selon   une   logique   de   démonstrateur   physique   à   la   fois   dans   une   optique   de   bâtiment   école,   lieu   de   ressource,   lieu   incubateur   et                                                                                                                   15  Plan   vert   de   l’UPVD,   piloté   par   David   Giband,   Vice-­‐ président  Patrimoine  et  aménagement  durable.   redistributeur   de   nouvelles   pratiques   numériques  et  de  bonnes  pratiques  dans   la   gestion   durable   de   l’immobilier   universitaire   et   de   formation   permanente   des   membres   de   la   communauté   universitaire   à   ces   deux   enjeux.     UN DÉMONSTRATEUR DE PÉDAGOGIE NUMÉRIQUE : LE PROGRAMME MIRO.EU-PM Le   Programme   MIRO16   est   un   Master   en   ligne   centré  sur  la  valorisation   touristique   des   patrimoines,   Le   programme  est  une  initiative  de  l’actuel   président   de   l’Université   de   Perpignan   Via   Domitia,   Fabrice   Lorente,   dont   le   porteur  délégué  est  Julien  Lugand.   Il   s’inscrit   dans   l’initiative   IDEFI   (Initiatives   d’Excellence   en   Formations   Innovantes)  lancée  fin  2011  par  l’Agence   Nationale    de  la  Recherche  dans  le  cadre   du  grand  emprunt.     MIRO.EU-­‐PM   a   donc   pour   objectif   la   création,  à  la  rentrée  2015,  d’un  Master   numérique   sur   la   Valorisation   touristique   des   patrimoines.   Il   fédère   5   universités   partenaires   (Université   de   Perpignan   Via   Domitia,   Université   de   Gérone,   Université   des   Iles   Baléares,   Université  Pierre  et  Marie  Curie  via  son   Observatoire  Océanologique  de  Banyuls   sur  Mer  et  l’IEP  de  Toulouse),    véritables   têtes   de   pont   de   l’enseignement     supérieur  dématérialisé  sur  le  territoire   Pyrénées-­‐Méditerranée.   L’ensemble   des   enseignements   seront   disponibles   en   4   langues   :   français,   espagnol,  catalan  et  anglais,  assurant  de                                                                                                                   16  «  Programme  MIRO.eu-­‐PM  »  [En  ligne].  .  Disponible  sur  :   URL  <  http://miroeu.pm.univ-­‐perp.fr/  >   [consulté   le   27   février  2013].    
  6. 6.     6   Page  6/10   fait   au   Master   un   rayonnement   international.   Ainsi,   cette   formation   unique   d’excellence   constituera   une   valeur   ajoutée   tant   pour   les   universités   que   pour   les   partenaires,   les   usagers   de   la   formation   initiale   et   continue   et   l’économie  des  territoires.   Le   programme   MIRO   a   pour   objectif   majeur  d’accélérer  la  transformation  de   l’offre  de  formation  proposée,  au  sein  du   territoire  Pyrénées-­‐Méditerranées,  dans   le  domaine  de  la  valorisation  touristique   des   patrimoines,   par   les   quatre   universités  parties  prenantes  du  projet,   à   savoir   l’UPVD,   l’Université   de   Gérone,   l’Université   des   Iles   Baléares   et   l’Université  Pierre  et  Marie  Curie.   Ce  programme  propose  un  processus,  en   deux   temps,   de   création   d’un   master   professionnel   conjoint   aux   quatre   universités,   répondant   aux   enjeux   et   perspectives  de  l’activité  économique  du   territoire  et  aux  attendus  en  matière  de   métiers  de  demain.   LA CRÉATION DU SERVICE COMMUN PLATINIUM EN AMONT DE PLATINIUM+ La   mise   en   place   par   le   ministère   de   l’enseignement   supérieur   et   de   la   recherche,   du   plan   France   Université   Numérique,  et  la  présence  du  Président   de   l’Université   de   Perpignan,   Fabrice   Lorente,   au   sein   du   COMITÉ   D’ORIENTATION   STRATÉGIQUE   NUMÉRIQUE   implique   que   notre   université   se   doit   de   continuer   sa   dynamique,  voire  de  l’accélérer,  avant  la   livraison  du  projet  platinium+.   Pour  cela,  le  conseil  d’administration  du   26   juin   2013,   a   voté   la   création   d’un   service   commun,   basé   sur   les   articles   D714-­‐77   à   D714-­‐82   du   code   de   l'éducation.     Ce  service  a  pour  mission  :     • Le   développement   de   la   pédagogie   numérique   [Information   aux   enseignants   de   l’UPVD   (conférences   et   webconférences),   Accompagnement  des  enseignants   utilisant  le  bâtiment  F2,  Réponse  à   des  appels  d’offre  de  formation  en   ligne   (Universités   numériques   thématiques),   Accompagnement   des   enseignants   et   enseignants   chercheurs  de  l’UPVD]   • Le   développement   de   la   publication   numérique   en   recherche   [Information   aux   enseignants   de   l’UPVD,   Accompagnement  des  enseignants   de   l’UPVD,   S’insérer   dans   des   projets  de  recherche]   • La   formation   et   certification   [Rationaliser   l’offre   de   formation   des   personnels,   DU   en   Langues,   C2is,  Auto-­‐formation  en  langues]   • L’accompagnement  des  acteurs  et   usagers   [Accompagnement   des   étudiants  et  acteurs  de  l’université,   Accompagnement  des  enseignants   de   l’UPVD,   Accompagnement   des   enseignants   utilisant   le   bâtiment   F2]   • Animation  et  réseaux  [Promotion   de  l’UPVD  sur  la  chaine  numérique   en   ligne,   Participation   à   des   actions   sur   le   territoire   (66,   Région),   Participation   à   des   actions   sur   le   territoire   (France),   développement  des  actions  locales   et   nationales   dans   le   numérique   au  sein  de  l’UPVD]   L’UPVD  se  donnent  les  moyens  de  mener   à  terme  cette  transformation  numérique   par   le   recrutement   de   trois   collaborateurs   au   1°   octobre   2013.   Un   maitre   de   conférences   section   71,   Science   de   l’information   et   de   la  
  7. 7.     7   Page  7/10   communication,   une   ingénieure   pédagogique,   également   commu¬nity   manager   du   réseau   des   alumnis,   un   technicien   audiovisuel   travailleront   en   étroite   collaboration   avec   un   directeur,   sous  la  responsabilité  du  Vice-­‐président   en   charge   du   numérique,   associés   aux   trois   collaborateurs   du   Centre   de   Langues  et  de  la  Certification  :  le  chargé   de  mission  certification  en  langues,  et  les   deux  secrétaires  (1,5etp).   Pl@tinium   est   donc   en   lien   étroit   avec   les   projets   transversaux   de   l’UPVD   comme   MIRO   (Master   transfrontalier,   fondé   sur   le   développement   d’une   plateforme  numérique),  ORIZUP  (portail   de   mise   en   perspective   des   diplômes,   des   compétences   développées   et   des   métiers   du   territoire)   ou   encore   le   réseau  des  anciens  ALUMNI.     Platinium   préfigure   les   orientations   et   les  choix  de  platinium+.   LES PRESSES UNIVERSITAIRES DE PERPIGNAN (PUP) A   la   suite   d’un   appel   à   propositions   en   direction   des   presses   universitaires   et   des   éditeurs   publics   et   privés   publiant   des   ouvrages   de   haute   qualité   en   sciences   humaines   et   sociales,   un   premier   lot   de   trente-­‐cinq   livres   édités   par  les  PUP  entre  1993  et  2012  va  être   numérisé,   mis   en   ligne   et   diffusé   sur   la   plateforme  OpenEdition  Books17  à  partir   de   janvier   2014.   Reconnu   comme   stratégique   pour   la   recherche   et     l’innovation   (label   Equipex),   le   programme   OpenEdition   Books   sera   doté   de   sept   millions   d’euros   sur   huit   ans   L’initiative  est  portée  par  le  Centre  pour   l’édition  électronique  ouverte  (Cléo)  qui                                                                                                                   17  «  OpenEdition   Books  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://books.openedition.org/  >   [consulté   le   11   janvier  2014].     bénéficie   du   soutien   du   ministère   de   la   recherche   (Bibliothèque   scientifique   numérique),   du   CNRS,   de   l’Ecole   des   hautes  études  en  sciences  sociales  et  des   universités  d’Aix-­‐Marseille  et  d’Avignon.   Par  l’intermédiaire  des  PUP,  l’université   de  Perpignan  va  donc  être  associée  à  la   constitution   d’une   bibliothèque   internationale   pour   les   humanités   numériques   qui,   accessible   dès   maintenant,   devrait   compter   15  000   ouvrages  en  2019.   Les   PUP   rejoignent   ainsi   l’écosystème   d’OpenEdition,   l’un   des   premiers   portails   d’édition   électronique   en   Europe  avec  ses  plateformes  Revues.org,   Calenda  et  Hypothèses.   Elles  se  mettent  également  en  situation   d’expérimenter   sur   une   partie   de   leur   production   un   modèle   économique   original   combinant   libre   accès,   partenariat   avec   les   bibliothèques   universitaires  et  diffusion  commerciale.     LES HUMANITÉS NUMÉRIQUES EN LA COMPOSANTE L.S.H. Les   Humanités   numériques   s’installent   progressivement  depuis  ces  5  dernières   années   au   sein   de   cette   composante,   dirigée   par   Nicolas   Marty,   qui   met   tout   en   œuvre   pour   permettre   la   mise   en   place  de  la  stratégie  de  l’université.   EN FORMATION INITIALE Tous   les   étudiants   des   Licences   de   la   composante   Lettres   Langues   et   Sciences-­‐humaines   reçoivent   depuis   4   ans,   une   préparation   au   Certificat   internet   et   informatique   niveau   1,   et   peuvent   passer   leur   certification,  
  8. 8.     8   Page  8/10   conformément   à   la   circulaire   n°   2011-­‐ 0012  du  9-­‐6-­‐2011  18.   Au  niveau  des  Masters,  les  étudiants  se   dirigeant   vers   l’enseignement,   sont   préparés   au   Certificat   internet   et   informatique   niveau   2   Enseignant 19 .   L’université  de  Perpignan  faisant  partie   des   premières   universités   à   être   habilitée  par  le  MESR  pour  délivrer  cette   certification.  Ceux  du  Master  Urbanisme   et  Aménagement  préparent  et  passent  le   Certificat   internet   et   informatique   niveau  2  Métiers  de  l’environnement  et   de   l’aménagement   durable,   et   depuis   peu   c’est   au   tour   des   Masters   2   Valorisation   du   Patrimoine   d’expérimenter   le   Certificat   internet   et   informatique   niveau   2   Fonction   des   organisations   et   communication,   en   réalisant   notamment   mais   pas   que   cela   un  site  web  collaboratif.20   Ces   derniers   ont   remporté   une   subvention  de  la  part  de  la  Fondation  de   l’Université   de   Perpignan21,   pour   deux   projets   pédagogiques   porté   par   Julien   Lugand  et  Marie-­‐Hélène  Sangla  intitulé  :   • Patrimoines   industriels   en   Roussillon,                                                                                                                   18  «  ESRS1115909C   -­‐   MESR :   enseignementsup-­‐ recherche.gouv.fr  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://www.enseignementsup-­‐ recherche.gouv.fr/pid20536/bulletin-­‐ officiel.html?cid_bo=56848  >  [consulté  le  1  février  2013].   19  «  ESRS1000461A   -­‐   Ministère   de   l’Éducation   nationale  »   [En   ligne].   .   Disponible   sur  :   URL  <  http://www.education.gouv.fr/cid54844/esrs100046 1a.html  >  [consulté  le  19  mars  2013].   20  Etudiants   de   Master   2   Valorisation   et   gestion   du   patrimoine   UPVD.   «  Les   édifices   gothiques   à   Perpignan  »   [En   ligne].   Disponible   sur  :   URL  <  http://upvdplatinium.wix.com/master2-­‐ valo/  >  [consulté  le  12  janvier  2014].   21  «  Fondation   universitaire   UPVD :   des   projets   à   la   taille  de  nos  ambitions.  »  [En  ligne].  .  Disponible  sur  :   URL  <  http://www.devenir-­‐fondateur-­‐upvd.fr/  >   [consulté  le  12  janvier  2014].     • Couvents   et   monastères   du   Roussillon,   itinéraire   d’un   patrimoine.   Il   est   à   noter   que   l’offre   de   formation   récente   s’étoffe   de   Diplôme   Universitaire   dans   le   domaine   du   journalisme,   et   les   compétences   du   numériques  font  partie  des  exigences. EN RECHERCHE AUJOURD’HUI. L’équipe   Arquimesa   (CRHISM),   soutenu   par  un  Bonus  Qualité  Recherche  (BQR),   s’est   rapprochée   du   service   Pl@tinium,   et   plus   particulièrement   de   Yves   Chevaldonné   pour   une   mise   en   valeur   par  le  numérique  de  leurs  recherches.   Trois  axes  se  dégagent  :   • Création   d’un   carnet   de   recherche   Hypothèse.   Nécessite   la   constitution   d’un   dossier   par   l’équipe  de  chercheurs.   • Constitution  d’un  lexique  en  ligne.   La   demande   nécessite   d’être   explicitée,  et  ses  contours  définis,   à   l’occasion   d’une   réunion   le   22   janvier.   La   question   du   choix   de   la   technologie,   et   des   compétences   associées,   sera   portée  par  Pl@tinium.   • Création   d’une   base   de   ressources   numériques   (documents   d’archives),   avec   éléments   de   réflexion   sur   la   méthodologie   de   recherche   en   archives.   Projet   plus   ambitieux,   qui   nécessite   un   inventaire   de   l’existant   actuellement   en   cours   par   Pl@tinium,   aussi   bien   sur   le   plan   méthodologie   (quel   type   de   base  ?),  que  technologique  (quels   outils   et   quelles   compétences   nécessaires   ?)   ou   institutionnel   (quels   partenariats   envisageables  ?).      
  9. 9.     9   Page  9/10   EN RECHERCHE DEMAIN. Le  Centre  de  recherche  sur  les  Sociétés     et   Environnements   en   Méditerranées   (CRESEM)   dirigé   par   Martin   Galinier   sera   dans   le   prolongement   de   l’actuelle   structure   fédérative   «   Institut   des   Méditerranées    (IdM).  Milieux,  Territoire,   Identités  et  Mutations,  de  la  Préhistoire   à  aujourd’hui  »,  habilitée  au  1er  janvier   2011  avec  le  label  FED  4164  et  rattachée   à  l’Université  de  Perpignan  Via  Domitia   (UPVD).   Le   dossier   «  Dossier   d'évaluation   d'une   unité  de  recherche  »  Vague  E  :  campagne   d’évaluation   2013-­‐2014   par   l’AERES   nous  informe  que  cette    restructuration   vise  à  poursuivre  ce  travail  et  intègre  les   équipes   d’accueil   actuelles   dans   une   seule   et   unique   E.A.,   continuité   et   extension   de   l’actuelle   FED   4164   laquelle   deviendra   la   structure   de   recherche   unique   de   l’ensemble   des   équipes  de  l’UPVD  dans  le  domaine  SHS.   L’E.A.  proposée  ici  naît  du  regroupement   volontaire   et   de   la   restructuration   des   E.A.  suivantes    (CQ  2011-­‐2014)  :   • CRILAUP   (E.A.   764),   Centre   de   Recherches   Ibériques   et   Latino-­‐ américaines  ;   • CRHiSM   (E.A.   2984),   Centre   de   Recherches   historiques   sur   les   sociétés  méditerranéennes  ;   • ICRESS   (E.A.   3681),   Institut   Catalan  de  Recherche  en  Sciences   Sociales  ;   • VECT   (E.A.2983),   Voyages,   Echanges,   Confrontations,   Transformations  ;   Ces   quatre   équipes   formaient   la   FED   4164.   L’attractivité   du   regroupement   dans  le  Domaine  SHS  est  telle  que  deux   autres   équipes   autonomes   du   CQ   en   cours  rejoignent  la  future    E.A.  :   • CAEPEM   (E.A.   4606),   Centre   d'Analyse   de   l'Efficience   et   Performance   en   Economie   et   Management  ;   • CFDCM   (E.A.   4586),   Centre   francophone  de  droit  comparé  et   de  droit  musulman.   Ces   apports   (Histoire   du   Droit,   de   la   Francophonie,  Droits  comparés  et  Droit   musulman,   Economie   et   Gestion   théoriques   et   appliquées   en   Tourisme,   Transports,   Education,   Energie…)   complètent  les  champs  d’expertise  de  la   future  E.A.    Deux   équipes   du   site   UPVD   seront   par   ailleurs   associées   à   cette   E.A.,   lui   apportant  des  dimensions  préhistorique,   paléoenvironnementale,   géographique,   urbanistique   et   d’aménagement  complémentaires  :   • MEDI-­‐TERRA,   actuelle   E.A.   4605   qui  deviendra  au  1er  janvier  2014   l’UMR   MNHM,   dont   l’UPVD   est   cotutelle   (thèmes  :   préhistoire,   paléoenvironnements,   géologie   du  quaternaire)  ;   • et   ART-­‐DEV   (UMR   5281  ;   thèmes  :   urbanisme   et   aménagements   durables  ;   l’UPVd   est  cotutelle  de  cette  UMR).   C’est   l’ensemble   des   domaines   scientifiques   des   SHS   (SHS   1   à   6,   avec   l’ajout,   par   rapport   aux   domaines   de   la   FED  4164  qui  était  «  Sciences  humaines   et  humanités  »,  des  domaines  «  Sciences   de  la  Société  »)  qui  seront  couverts  par   les  équipes  internes  de  cette  unique  E.A.   CRESEM.   Des  axes  transversaux  ont  été  définis  :     • Textes  :  Anne  Chamayou  ;   • Territoires  :  Nicolas  Marty  ;   • Patrimoines   :   Esteban   Castaner   Munoz  ;   • Identités  :  Christian  Lagarde  ;   • Normes  :  Martin  Galinier.     Concernant   les   humanités   numériques,   elles  pourraient  être  portées  par  les  EC  
  10. 10.     10   Page  10/10   en   Sciences   de   l’information   et   de   la   Communication22,  Monique  Commandre,   Thierry   Gobert   et   Yves   Chevaldonné,   coordonné   par   le   Vice-­‐Président   en   charge   du   Numérique/Directeur   de   pl@tinium+.    Ceci  structure  et  apporte  la   dimension   méthodologique,   et   les   expertises  dans    cette  construction,  sans   pour  autant  être  limité  à  la  «  technique  »   de  mise  en  place,  réservée  au  Centre  de   Ressources   en   Informatique   de   l’Université   Perpignan,   peut-­‐être   un   recrutement  à  prévoir.     Figure  2  :  Les  Humanités  numériques  au  CRESEM     EN GUISE DE CONCLUSION Le   plan   quadriennal   actuel   a   permis   la   mise   en   place   de   la   plupart   des   leviers   au   développement     des   humanités   numériques,   le   plan   suivant   verra,   sans   aucun   doute,   la   naissance   de   nouveaux   projets   et   la   généralisation   auprès   des   acteurs  de  l’université  de  Perpignan,  afin   d’être   en   notre   temps  :   ne   faisons-­‐nous   pas  tout  cela  pour  cela  ?                                                                                                                     22  «  Présentation  -­‐  Portail  CNU  »  [En  ligne].  .  Disponible  sur  :   URL  <  http://www.cpcnu.fr/web/section-­‐71  >   [consulté   le   12  janvier  2014].    

×