Actions de syndicats

827 vues

Publié le

Selon Jérôme Frantz, président de la FIM, « nos organisations professionnelles n'ont qu'un seul but : aider nos entreprises à construire un écosystème qui leur permette de reconquérir leur place dans l'économie. » La brochure « Actions de syndicats » en témoigne.

Découvrez une vingtaine de syndicats professionnels, leurs actions et leurs projets du moment.

Publié dans : Business
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Actions de syndicats

  1. 1. ACTIONS deAbrasifsForgeChaudronnerieAgroéquipe-mentUsinageMécatroniqueMoules &prototypesUsinageAbrasifset carburesUsinagePompesUsinageMétaux enfeuillesRoulementsRessortsMachines &technologies deproductionFixationsOptiqueÉquipementsénergétiquesProtectionsMatérieltextileTraitementsde surfacesManutentionDécolletageFiltrationetépuration
  2. 2. UsinageUsinageACTIONS deDifficile pour un chef d’entreprise de s’extraire du quotidienpourprendredelahauteur,échangeravecsespairs,trouverdesappuis,améliorersavisibilitéousetenirinformédel’évolutionde la conjoncture et des marchés. La solution ? Adhérer à unsyndicatprofessionnel.En adhérant à un syndicat pro-fessionnel, vous renforcez lechamp d’action de votre entre-prise, tout en élargissant votrevision de l’industrie méca-nique. Vos avis sont relayéspardesporteparoleauprèsdesdécideurs du monde politiqueet économique. Vous bénéfi-ciez de l’expertise d’un réseaud’acteurs spécialisés qui faci-litentvosaffairesaujourlejourenvousaccompagnantdansvosproblématiques quotidiennesd’ordres juridique, réglemen-taire,techniqueoufinancier.Cette brochure vous présente une vingtaine de syndicats pro-fessionnels,leursactionsetleursprojetsdumoment.Toussontmembres de la Fédération des Industries Mécaniques (FIM).Cette dernière regroupe les entreprises mécaniciennes fran-çaises et défend leurs intérêts auprès de l’Union européenne,despouvoirspublicsfrançaisetdetousleslieuxdedécisionoùilestutiled’êtrereprésenté.Nosorganisationsprofessionnellesn’ontqu’unseulbut :aidernosentreprisesàconstruireunécosystèmequileurpermettedereconquérirleurplacedansl’économiemondiale.»JÉRÔMEFRANTZ,PRÉSIDENTDELAFIM«
  3. 3. 2 | Actions de Syndicats«1.QUELSSERVICESLAFÉDÉRATIONDESINDUSTRIESMÉCANIQUESPROPOSE-T-ELLEAUXSYNDICATSETAUXENTREPRISESADHÉRENTES?LaFIMpermetauxentreprisesadhérentesdessyndicatsdesefaireentendred’uneseulevoixsurdessujetscommuns.Lesciblesdenotreaction :lespouvoirspublics,àl’échellerégionale,nationale,européenneetinternationaleainsiquenosclients,fournisseurs et partenaires. Une fédération, c’est un formidable levier d’actionscollectives.Touslesmembresbénéficientdel’expertiseetdescompétencesdelaFIMdanslesdomainesjuridiques,techniques,fiscaux,économiques,statistiquesetdanslefinancement…Commentconquérirdenouveauxmarchésàl’international?Commentinterpréterles directives européennes ? Quels moyens sont disponibles pour l’innovation ?Commentmaîtriserlaréglementationtechnique?Commentbénéficierd’uneveilleéconomique?TouslesservicesdelaFIMsontàmêmederépondreàcesquestions.Deplus,laFIMmetàdispositiondescompétencespourlacommunication,l’organi-sationrégionale,lesgroupementsdemarchés,l’environnementetl’international.2.QUELLESSONTLESACTIONSDEL’INDUSTRIEMÉCANIQUEÀDESTINATIONDESJEUNES?Avec620000salariés,lamécaniqueestlepremieremployeurindustriel.Lesecteurabesoinderecruterentre40et5000personnesparandici2020.Lacommunicationverslesjeunesmaisaussitouslespublicsconcernés(parents,enseignants,pouvoirspublics,institutionnels…)estaucœurdenospriorités.C’estpourquoinousvenonsdesignerunaccordavecl’Onisep.Celui-cidevraitnouspermettred’améliorernotrecommunication« métiers »etnotrevisibilitéenverslemondeacadémique.Desparcoursmétierssurlessalons,larédactiondefichesmétiersetbiend’autresprojetssontdéjàencours.Deplus,nousvoulonsdévelopperlaprésencedesindustrielsdanslesconseilsd’orientationetlesconseilsd’administrationdesécolesd’ingénieurs.Quatre Questions àMICHELATHIMON,DIRECTEURGÉNÉRALDELAFÉDÉRATIONDESINDUSTRIESMÉCANIQUES(FIM)©StéphaneLariven
  4. 4. FIM_KAKEMONO_80x200_1-4_v2.pdf 1 20/06/12 12:39www.bienplusqu1industrie.com3.POURQUOIAVOIRLANCÉUNECAMPAGNEDECOMMUNICATIONENJUIN2012?Cette campagne de communication intitulée « La mécanique en France, bien plusqu’une industrie » doit remédier à un déficit d’image et de notoriété de l’industrieetdelamécaniqueenparticulier.Ilfautsensibilisernosclientsetpartenairesmaisaussilesdécideurspolitiques,économiquesetlegrandpublicaurôlecentraldelamécaniquedansl’industrieetdansl’économienationale.Nousavonspourcelapubliéetdiffuséàplusde20000exemplairesunmanifeste« PourquoiconcevoiretproduireenFrancedansuneéconomieglobalisée ».Sonob-jectif :proposerdesactionspourrenforcerlacompétitivitédesentreprisesdenotresecteur,enFranceetàl’international.Lepointd’orguedelacampagne,cesontlesAssises« SoMécanique »le6février2013àParis,ungrandmomentderencontresentretouslesprofessionnelsdelamécaniqueetlesdécideurséconomiques.4.QUELLEESTLASTRATÉGIEDELAFÉDÉRATIONÀMOYENTERME?La FIM a un seul objectif : développer des actions pour améliorer la compétitivitédesentreprisesfaceàlaconcurrencemondiale.NousallonsaccompagnerlesPMEmécaniciennes à mieux se structurer dans cet objectif. Pour l’atteindre, un motclé :ensemble.Ensemble pour dynamiser le réseau de nos entreprises, en multipliant les occa-sionsderencontres.Ensemble,pourdéveloppernosréseauxterritoriauxdanstouteslesrégions.Noussouhaitonsencouragernosentreprisesàtravailler« enéquipe »surdegrandsprojets.Ensemblepourconquérirdenouveauxmarchés.C’esttoutl’objetdesgroupementsdemarchésquipermettentauxdifférentsmétiersdelamécaniquedeproposerdesoffresstructuréesnotammentdanslemédical,leferroviaire,l’énergie…Ensemble pour élargir nos horizons. Nous allons également renforcer notre pré-sencedansleréseaudespôlesdecompétitivitédelamécanique.L’innovationestuneopportunitépourdévelopperl’exportationdenosPME.Ensembleavecd’autresfédérations,pourfavoriserlessynergies.Nousparticiponsactivement aux groupes de travail du Groupement des Fédérations Industrielles(GFI). Nous contribuons ainsi à la réflexion sur les grands enjeux de l’industriefrançaise, tels que le coût du travail, la simplification de la réglementation ou laréciprocitédeséchangescommerciaux.
  5. 5. 4 | Actions de SyndicatsAuxcôtésdeses30syndicatsprofessionnelsmembres,laFIMintervientsurdessujetsdinté-rêtcommunauxmécaniciensdontellesefaitleporte-paroleauprèsdesstructuresprofession-nellesnationaleseteuropéennes.Elleagitaucœurd’unréseaupuissant:centrestechniques,partenairesfinanciers,organisa-tionspatronalestellesqueleMedef,leGFI(GroupedesFédérationsIndustrielles)etdorgani-sationseuropéennestellesquel’Orgalime,(Groupedeliaisondesassociationseuropéennesdesindustriesmécaniques,métalliques,électriquesetélectroniques).La FIM au cœurde toutes les instances de décisionComités européensEuropeQuestions économiqueset techniquesFranceCentrestechniques2 500 entreprises adhérentes30 syndicats professionnelsQuestions socialesLES GRANDS DOMAINES D’ACTIVITÉ DE LA FIM 45 % Équipement : machines,systèmesdeproduction,composants 9 % Précision : optique,santé,instrumentsdemesure 46 % Transformation : sous-traitance,outillages,articlesdeménages
  6. 6. 1-AFF p.6AssociationfrançaisedeforgeCréer un environnement économiqueet technique favorable2-Affix p.7AssociationdesfabricantsdefixationsmécaniquesPartager l’expérience et l’information 3-Amics-EPI p.8Usinage,machinesspéciales,procédésindustrielsLes mécaniciens parlent aux mécaniciens4-Artema p.9Associationdesroulements, destransmissions,del’étanchéité etdelamécatroniqueassociéePromouvoir nos technologies5-Axema p.10Uniondesindustrielsdel’agroéquipementRegrouper les forces au niveau européen6-Cisma p.11Syndicatdeséquipementspourconstruction,infrastructures,sidérurgieetmanutentionLa normalisation au cœur des préoccupations7-FIM-AC p.12AbrasifsetcarburesLa sécurité avant tout8-FIMMoulesPrototypes p.13Associationfrançaisedesindustriesdumoule,modèle,maquetteetmétiersassociésAu plus près des entreprises9-FIM-Énergétique p.14AssociationsyndicaledeséquipementsénergétiquesRelever les défis énergétiques10-FIMRessorts p.15SyndicatnationaldesfabricantsderessortsValoriser les entreprises11-Gifo p.16Groupementdesindustrielsetfabricantsdel’optiqueFédérer les métiers de l’optique12-Gimef p.17GroupementfrançaisdesindustriestransformatricesdesmétauxenfeuillesOrienter les entreprises pourfavoriser leur développement13-Profluid p.18Associationfrançaisedespompesetagitateurs,descompresseursetdelarobinetterieEfficacité énergétique :une approche globale14-SNCT p.19Syndicatnationaldelachaudronnerie,tuyauterieetmaintenanceindustriellePrivilégier les relations de partenariatavec les donneurs d’ordre15-SNDEC p.20SyndicatnationaldudécolletageExpansion 2020, un plan stratégiqueunique à l’échelle d’une profession 16-Symop p.21SyndicatdesmachinesettechnologiesdeproductionProductiver pour plus de compétitivité17-Synamap p.22SyndicatnationaldesacteursdumarchédelapréventionetdelaprotectionValoriser la protection de l’homme autravail 18-UCMTF p.23UniondesconstructeursdematérieltextiledeFrancePromouvoir les exportations et protéger lapropriété intellectuelle 19-UITS p.24UniondesindustriesdetraitementsdesurfacesActeur essentiel du développementdurable 20-Uniclima p.25ApplicationsindustriellesenmatérielsaérauliquesAméliorer la qualité de l’air :la profession reléve le défiSommaire
  7. 7. 6 | Actions de SyndicatsForge1« L’AFF (Association Françaisede Forge) représente les entre-prises françaises de la forge(estampage, matriçage, extrusion,forge libre et laminage circulaire).Transformatrice de nombreuxmétaux, cette profession s’affichecommel’undesmétiersquiaréussisa mutation technologique pourrépondre aux exigences du nou-veau millénaire. La forge françaisereprésente 9 000 employés pour500 000 tonnes livrées vers dessecteursaussivariésquel’automo-bile, l’aéronautique, l’armement, lespatial, le matériel ferroviaire, lematériel médical, le BTP, la chimie,l’énergie, les constructions méca-niques,lesaccessoiresdeluxe,etc.Principale mission de l’AFF : créeravec ses adhérents un environne-ment économique et techniquefavorable en France comme àl’international. L’association lesCréer un environnementéconomique et techniquefavorableNOUSL’AVONSFAITTaxe intérieure deconsommation : les forgesexemptéesLe secteur de la forge ayant été« oublié » lors des exonérationsde taxe sur le gaz naturel autitre du double usage, l’AFF s’estmobilisée pour étendre auxforges utilisatrices de gaz naturelle bénéfice du dispositif plusfavorable concernant l’électricitédéjà obtenu par l’association en2010. C’est chose faite depuis le19 mars 2012 avec le décret paruau JO qui prévoit l’extension del’exonération de la Taxe Intérieurede Consommation (TIC) sur lesproduits pétroliers, le charbon et legaz naturel au bénéfice« … du travail mécanique àchaud des métaux par forgeage,matriçage et estampage »(rubrique 2560). Cet allégementde charges résulte directement del’action conduite par l’AFF auprèsdu Président de l’Assembléenationale à la suite de sa visitesur le stand de la profession surle Midest, et des échanges avec lecabinet du ministre de l’Industrie.accompagne dans les principauxdéfisquelesforgesdoiventrelever :maîtrise des coûts, internationali-sationetinnovationtechnologique.Depuis 2000, l’AFF publie unerevue professionnelle, La forge,seul magazine français intégrale-ment dédié à cette industrie et àses secteurs clients. Son objectif :promouvoir et faire connaître laprofession auprès des clients, desbureaux d’études, des fournisseursetdel’enseignement.Quant à la norme NF E 82-004 surles conditions de retouche avantlivraison des pièces forgées àchaud, à mi-chaud, elle a été éla-borée à la demande et avec la col-laboration de l’AFF. Elle devraitprochainement devenir normeeuropéenne. » Jean-LucBrillanceau, directeurgénéraldel’AFFTÉMOIGNAGEANTOINESELOSSE,RESPONSABLED’EXPLOITATIONDENTNTRANSMISSIONSEUROPECRÉZANCYÉchange de bonnes pratiques« La compétitivité et la pérennité de notre secteur industriel de la forgesont grandement liées à notre capacité à maîtriser nos coûts de productionet à anticiper l’évolution des marchés. Les échanges de bonnes pratiquesque nous avons sur les questions techniques au niveau de l’AFF nouspermettent d’améliorer continuellement notre efficience énergétiqueet environnementale, notamment dans le cadre de la CommissionMaintenance de l’AFF. »!«©Ciforge©CiforgeAFFU 35 adhérentsU Chiffre d’affaires de laprofession : 1,6 milliard d’eurosU 9 000 emplois directsU 4 permanentsU Contact : Jean-Luc Brillanceau,directeur généralforgesnef@wanadoo.fr01 47 17 64 17
  8. 8. Actions de Syndicats | 7Fixations mécaniques2« Notre ancêtre, la Chambresyndicale de la boulonnerie,aujourd’hui l’Affix, regroupe 90 %de la profession. Nous accueillonstoutes les entreprises de fixationsmécaniques à condition qu’ellesproduisentsurlesolfrançais.Parminosmembres,nouscomptonsde nombreuses PME qui travaillentsur des produits précis aux côtésde deux grands groupes mondiaux.La présence de ces groupes consti-tue un atout indéniable. Leurscollaborateurs font bénéficier lesreprésentants des entreprises plusmodestesdeleurconnaissancedesmarchés mondiaux. De plus, l’Affixjoueunrôlemoteurauniveaueuro-péen, puisque le syndicat assure lesecrétariat de l’organisation euro-péenne.Nosadhérentss’impliquentPartager l’expérience etl’informationNOUSL’AVONSFAITLes fondamentaux de lafixationLa commission Distribution del’Affix a décidé d’élaborer un guideintitulé « Fixations mécaniques,les fondamentaux ». Objectif :faire découvrir, notamment auxjeunes collaborateurs, les métiers,les produits et l’environnementdes entreprises du secteur de lafixation. Les commissions R Det qualité ont enrichi le support« Formation » qui verra le jour aucours du dernier trimestre 2012.Autre document en coursd’élaboration, le QCM(Questionnaires à choix multiples)permettra de valider l’acquisitiondes différents chapitres du support« Formation ».beaucoup dans les commissions(juridique, logistique, qualité, nor-malisation, R D…), notammentpour rédiger des documents deréférence, tel que le guide des pra-tiques et des règles de l’art pour lafournituredesproduitsdefixations.Enfin, nous défendons nos adhé-rents qui travaillent à 50 % pourl’automobile. Nous alimentons laréflexion de la direction juridiquedelaFIMetnousluifaisonsremon-ter des informations, notammentsur les délais de paiement et lespratiques abusives. En collectantdescasissusdedifférentssecteurs,laFIMdisposeainsideplusdepoidspourfaireavancerleschoses. » DenysTremblais, déléguégénéraldel’AffixTÉMOIGNAGEFRANCISMOLINA,PRÉSIDENTDELACOMMISSIONUNM04La normalisation, gage d’avance technologique« L’Affix représente tous ses adhérents dans les commissions denormalisation. Ainsi, le syndicat travaille actuellement sur les calculsd’assemblage pour lesquels il n’existe aucune norme officielle. Lanormalisation permet d’imposer des savoir-faire et des caractéristiquestechniques qui peuvent donner une avance technologique aux fabricantsqui les respecte. D’où l’importance d’être présent très en amont del’élaboration des normes en participant aux travaux de l’Affix. »!«©Cetim©CetimAFFIXU 28 adhérents répartis dans 12commissionsU Chiffre d’affaires de laprofession : 950 millions d’eurosU 7 500 emplois directsU 3 permanentsU Contact : Denys Tremblais,délégué généralaffixfrance@wanadoo.fr01 47 17 64 24www.affix.org
  9. 9. 8 | Actions de Syndicatsagroalimentaire, l’Amics-EPitraque l’innovation auprès desacteurs majeurs de la profession,chaque printemps à l’occasion dusalon CFIA (Carrefour des fournis-seurs de l’industrie agroalimen-taire)deRennes.À l’automne, sur le salon Midest,les entreprises de l’usinage et dela machine spéciale sont mises àl’honneur en exposant sur le vil-lage de l’Amics-EPi où nousorganisons des parcours d’expertspour répondre aux besoins précisdesvisiteurs. » ChristianGuérin, déléguégénéraldel’Amics-EPiUsinage, machines spéciales,procédés industriels« Au niveau national, les adhé-rents de notre syndicat pro-fessionnel prennent une partimportante dans l’arbitrage desaffectations budgétaires du Cetimtant pour la commission du maté-riel alimentaire (Mali) que pourcelle de la mécanique industrielleet des machines spéciales, avec unbudget global annuel proche d’unmilliond’euros.Au niveau territorial, outre notrecontribution régulière aux événe-mentsrégionauxinitiésparleCetimpour l’usinage et les machines spé-ciales,nousparticiponsactivementàEquip’agro,notrecomitérhônalpinde l’équipement agroalimentairequi organise ses rencontres chezlesgrandscomptesdel’alimentaire,par l’entremise de notre délégationrégionaledelaFIMbaséeàLyon.Témoin de notre implication régio-nale, les présidences de plusieursComités Mécaniques, de PACAjusqu’au Nord-Pas-de-Calais enpassant par les Pays-de-la-Loire,l’Île-de-FranceetprochainementlaFranche-Comté, ont été confiées àdes chefs d’entreprise membresactifs de l’Amics-EPi. Ce sont nosambassadeursrégionaux.Cheville ouvrière de l’équipement3Les mécaniciens parlentaux mécaniciensTÉMOIGNAGESERGEHORELLOU,DIRECTEURGÉNÉRALDECOUÉDICMADORÉÉQUIPEMENTDéfendre le chef d’entreprise« Confronté à un accident sur l’une de nos machines, un client a vouluengager ma responsabilité personnelle de chef d’entreprise. Parl’intermédiaire de l’Amics-Epi, les juristes de la FIM m’ont apporté uneaide précieuse avec rapidité, compétence et précision. J’ai pu adresserà mon client un courrier, dénué de toute agressivité, pour lui rappeler sapropre responsabilité en matière d’accident. Ce courrier constituera unélément juridique précieux en cas d’éventuelle poursuite.Face à ce type de problème, la première réaction est de se culpabiliser.Les juristes m’ont permis de sortir de ce piège, à un moment où le chefd’entreprise se sent bien seul. »NOUSL’AVONSFAITPot de terre contre pot de ferUne entreprise adhérenteachète la licence de fabricationd’un équipement à la filialed’une multinationale et investitplusieurs millions d’euros dans sondéveloppement. Deux ans plus tardla licence se révèle infructueuseet l’adhérent découvre l’existenced’une étude amont dissimulée quicondamnait cette technologie.L’action de lobbying menée parl’Amics-Epi auprès des médiaset de la maison mère de la filialecoupable a permis d’aboutir à unetransaction rapide à hauteur desdeux tiers du préjudice subi par laPME qui préférait nettement cetteconcession plutôt que de mouriravant d’obtenir gain de causedevant la justice.!«©DRAMICS-EPIU 69 adhérents de la TPE à lafiliale de grands groupes, répartisentre usineurs et concepteurs/constructeurs de machinesspéciales et de processindustrielsU 1 bureau de 7 industriels,1 conseil d’administration de 16membresU Chiffre d’affaires de laprofession : 7 milliards d’eurospour les usineurs dont 20 % àl’exportation ; 6 milliards d’eurospour les concepteurs/constructeurs de machinesspéciales et de process, dont prèsde la moitié à l’exportationU 50 000 emplois directs pourles usineurs, 30 000 pour lesconcepteurs/constructeurs demachines spéciales et de processindustrielsU 2 permanents adossés auxexperts de la FIMU Contact : Christian Guérin,délégué généralamics.epi@orange.fr01 47 17 64 31www.amicsepi.fr
  10. 10. Actions de Syndicats | 9Roulements, transmissions,étanchéité et mécatronique associée4« Artema est avant tout un lieud’échangesentrelesindustrielsdela mécatronique. Le syndicat orga-nise plus de 60 réunions par an,dont les journées Artema qui ras-semblent environ 100 personneschaqueannée.Les groupes professionnels défi-nissent les actions du syndicat sui-vantdeuxaxesprioritaires.D’abord,la défense et la promotion de nosprofessions. La mécanique estnotre premier secteur client, nousen sommes donc très dépendants.Nous nous attachons à promou-voir les technologies développéespar nos professions notammentface aux évolutions normatives etréglementaires. Par exemple, enmatière d’écoconception et d’effi-cacité énergétique, la Commissioneuropéenneatentédeproduiredestextes visant à substituer la trans-mission électrique aux transmis-sions hydrauliques, mécaniques etPromouvoirnos technologiesNOUSL’AVONSFAITIMA : l’événementmécatroniqueEn 2010, avec le Gimelec,Artema a créé IMA. Organisétous les deux ans sous la formede trois rendez-vous itinérantsrégionaux, « InnovativeMechatronics Automation » seveut un événement professionnelà taille humaine qui favorise lecontact direct entre l’offre etle marché dans les domainescomplémentaires de lamécatronique et de l’automation.Objectif : valoriser l’innovation dela profession et mettre en avant lavaleur ajoutée des solutions multi-technologiques.Chaque rencontre s’articule autourde trois pôles complémentaires :des conférences et des tablesrondes experts, un espace derencontres et un outil web.pneumatiques.Noussommesinter-venusavecsuccèspourquelarégle-mentationn’imposepaslechoixdetelle ou telle technologie, ce choixdevant rester du ressort des clientsetdesutilisateurs.Deuxième axe prioritaire de notreaction, la connaissance précise dumarché. Artema fournit à ses adhé-rents des chiffres et des donnéesspécifiques à nos métiers qu’ils nepeuvent trouver nulle part ailleurs.Uneconnaissancefinedesmarchésqui constitue un atout supplémen-tairepournosadhérents. » LaurenceChérillat, déléguéegénéraled’ArtemaTÉMOIGNAGEGILLESDEJUVIGNY,DIRECTEURGÉNÉRALDECMDRompre l’isolement du chef d’entreprise« Pour un chef d’entreprise, il est essentiel de ne pas rester isolé et derencontrer ses pairs qui sont confrontés à des problèmes similairesaux siens. Appartenir à un syndicat permet de rompre cet isolementet de prendre du recul. Par exemple, nous avons traité récemment dessalaires des cadres pour voir si notre politique salariale était adaptée. Demême, nous échangeons sur les évolutions générales et les perspectivesdu marché. Des échanges qui peuvent avoir lieu au niveau européen,pour parler technique, relations avec les fournisseurs, tendances desmarchés… »!«©ArtemaARTEMAU 110 adhérents répartis dans8 groupes professionnels et4 commissions transversesU 1 conseil d’administration de 13industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 5,3 milliards d’euros,dont 53 % à l’exportationU 28 800 emplois directsU 7 permanentsU Contact : Laurence Chérillat,déléguée généralelcherillat@artema-france.org01 47 17 63 94www.artema-france.orgAteliersanimésparlesadhérentsauxjournéesArtema2011
  11. 11. 10 | Actions de SyndicatsAgroéquipement5« L’évolution des normes et deladirectivemachinefigure parminos principales préoccupations.Pour mieux défendre les intérêtsde notre profession et garantir lacompétitivité de nos entreprises,nous travaillons au niveau euro-péen avec nos neuf homologues duVieuxContinent,parl’intermédiaired’un bureau de représentation àBruxelles animé par trois perma-nents qui suivent les dossiers etportentnotrevoix.Outre ce travail d’influence et delobbying, le syndicat est très actifsur les salons professionnels. Il estd’ailleurs partie prenante des deuxévénements les plus importantsde la profession en France (horsle Salon de l’agriculture) : le SIMA(Salon mondial des matériels etéquipements de l’agriculture et del’élevage) et le SITEVI (Salon inter-national des techniques et équipe-ments vitivinicoles et arboricoles).Nous travaillons actuellement surle devenir de ces salons ainsi quesur notre positionnement sur lesRegrouper les forcesau niveau européensalons à l’étranger, notamment enAlgérie, en Chine et en Argentine.Objectif : valoriser encore mieuxnos entreprises sur les marchés lesplusimportants. »AlainSavary,déléguégénéraldAxemaTÉMOIGNAGEGILBERTJOUAN,DIRECTEURGÉNÉRALDESULKY-BURELDéfendre les intérêts français« Nous avons investi 20 millions d’euros dans un nouvel outil industrielplus flexible, plus modulable, qui nous permet de fabriquer à lacommande des machines innovantes, tout en réduisant notre impact surl’environnement. Nous sommes confiants dans l’avenir du marché agricoleet nous souhaitons produire des machines plus grandes pour répondre àde nouvelles exigences, notamment à l’exportation. En effet, nous voulonsporter de 30 à 50 % la part de notre chiffre d’affaires à l’export. Nous avonsfait le choix d’investir en France pour profiter du savoir-faire de nos salariéset de celui de notre réseau de sous-traitants.Dans ce contexte, le syndicat professionnel nous permet d’échanger desexpériences et des informations entre collègues, de mener des actionscommunes, de découvrir ensemble de nouveaux marchés. Une façon des’ouvrir au monde. »NOUSL’AVONSFAITConnaître le marché par lesimmatriculationsAxema gère désormais un nouveauportail des immatriculations desvéhicules agricoles. À ce titre, ilreçoit mensuellement les 150 000mouvements qui affectent les800 000 lignes contenuesdans sa base de données.Pour les professionnels du secteur,ces données sont enrichies desréférentiels des constructeurset de la localisation des engins.Ce qui leur permet, mois parmois, de se situer par rapportau marché global, et ce, jusqu’àl’échelle de la commune.!«©SulkyAXEMAU 230 adhérentsU Chiffre d’affaires de laprofession : 4 milliards d’eurosU 20 000 emplois directsU 15 permanents répartis entreles services technique, économie,international, adhérents/communicationU Contact : Alain Savary,délégué générala.savary@axema.fr01 42 12 85 91www.axema.fr
  12. 12. Actions de Syndicats | 11Construction, infrastructures,sidérurgie et manutention6« Pour les fabricants de biensd’équipement, les réglementa-tions européennes ont une impor-tancecapitale.C’estpourquoi,noussommestrèsvigilantssurleurdéve-loppementetleurapplication,etno-tammentsurlecontenudesnormesliées à la réglementation. Ainsi,nous représentons et défendons laprofession dans les commissionsde normalisation. En corollaire, lesyndicatsemontretrèsactifenma-tière de surveillance des marchés.Par exemple, nous intervenons surles salons ou dans les ventes auxenchères, pour repérer les produitsnon conformes et nous travaillonsen relation avec les fédérations quireprésentent nos clients. Le Cismasouhaite également offrir à sesentreprises adhérentes des outilsleur permettant de se développer.La normalisation au cœurdes préoccupationsNOUSL’AVONSFAITDemoroute : au plus près desutilisateursDepuis une dizaine d’années,le Cisma organise Demoroute.Cette manifestation s’adresseaux services techniques descollectivités territoriales, auxdirections interdépartementalesdes routes, aux sociétésconcessionnaires d’autorouteset aux entreprises. Tous lesans, dans une région de France,les industriels du secteur de laviabilité hivernale, de l’entretiendes dépendances routières et del’entretien routier y présententleurs matériels en mouvementet mettent en avant leurstechnologies.Pour qu’elles aient une bonneconnaissance des marchés mon-diaux, le syndicat produit des sta-tistiques économiques fines, desrevues techniques et nombre dedonnées accessibles sur Internet.C’estégalementpourlesaiderdansleur développement, que nous lesaccompagnonsdanslesexpositionsenFranceetàl’étranger.Enfin, le Cisma se veut un lieu derencontres et d’échanges entreresponsables d’entreprise, dans lerespectd’unecharteéthique. » RenaudBuronfosse, déléguégénéralduCismaTÉMOIGNAGEFRANKLINLANGDORF,PDGDECEFAMATLASDéfendre les intérêts français« La norme européenne qui régit les tables élévatrices devait êtremodifiée. Les pouvoirs publics cherchaient qui pouvait représenter lesintérêts français dans le comité de normalisation. Étant leader dansce domaine, nous nous sommes tout naturellement proposés. Nousavons donc dépêché des collaborateurs pour assister à des réunionstechniques de normalisation en France, mais également en Allemagne eten Grande-Bretagne. Le Cisma a pris en charge une partie du salaire de cesreprésentants dans le comité de normalisation au travers d’une subventionobtenue auprès du ministère du Redressement Productif (Squalpi) et nousa apporté son regard technique sur l’élaboration de la norme. Aujourd’hui,la norme EN 1570 est publiée au journal officiel. Il n’est pas si fréquent queles intérêts français soient si bien représentés. »!«©Alstef©LiebherrCISMAU 197 adhérents de la TPE à lafiliale de multinationale répartisen 20 sections, 5 commissionstransversalesU 1 bureau de 8 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 7 milliards d’euros,dont 65 % à l’exportationU 35 500 emplois directsU 15 permanentsU Contact : Renaud Buronfosse,délégué généralrenaud.buronfosse@cisma.fr01 47 17 63 20www.cisma.fr
  13. 13. 12 | Actions de SyndicatsAbrasifs et carbures7« Lesdisquesdetronçonnageetles scies diamant sont soumisà des contraintes mécaniques etthermiques extrêmement élevéesqui peuvent provoquer des acci-dents graves si des règles simplesde sécurité ne sont pas respectées.Ainsi, l’éclatement d’une meule detronçonnage travaillant à 80 m/speut projeter des débris solides oumétalliquesà290km/h!La profession a défini des normesde sécurité strictes qui limitentconsidérablement le risque deLa sécurité avant tout NOUSL’AVONSFAITUne Place des Carburiers àIndustrie 2012Pour valoriser les outils decoupe et pièces d’usure encarbure et montrer leur rôleprépondérant dans la rentabilitéet la productivité des entreprises,la CSC (Chambre syndicale descarburiers) proposait une Place desCarburiers sur le salon Industrie2012.En effet, trop souvent les acheteursse concentrent sur l’acquisitionde la machine-outil et négligent lasélection des outils et pièces encarbure. De ces derniers dépendpourtant l’utilisation optimalede la machine et la rentabilité del’investissement.tels accidents. En France, le décretRaffarin du 28/02/2003 a renduces normes obligatoires pour lesmeules et les disques utilisés surmachines électroportatives. Ils’agit des normes EN 12413 pourles meules agglomérées (disquesà tronçonner, à ébarber…), et EN13236 pour les abrasifs diamantés(disques et meules de tronçon-nages notamment pour la pierre etlaconstruction).LeSNASinformelesprofessionnels(importateurs,distributeurs,socié-tés de BTP) et le grand public via lapresse et des courriers d’informa-tion. » FranckVerguet, secrétairegénéraldeFIM-ACTÉMOIGNAGEJEAN-PHILIPPEGUYOT,DIRECTEURGÉNÉRALDESEAABRASIFSFormer les utilisateurs« Les employeurs de l’industrie et du bâtiment ignorent souvent qu’ilsdoivent former les opérateurs à l’utilisation des produits abrasifs etdiamantés. Grâce au SNAS, nous les fabricants pouvons proposer desformations adaptées centrées sur la sécurité des utilisateurs. » !«©DR©DRFIM-ACU 57 adhérents de PME/PMI, TPEet groupes internationaux,regroupés au sein de 2 syndicatspour les abrasifs et lessuperabrasifs (SNAS, 33adhèrents), les outils de coupe etpièces d’usure en carbure(Chambre Syndicale desCarburiers, 24 adhèrents)U 1 bureau de 8 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 694 millions d’eurosdont 30 % à l’exportationU 4 300 emplois directsU 1 permanentU Contact : Franck Verguet,secrétaire généralf.verguet@snas-abrasifs.com01 45 81 25 90www.snas-abrasifs.com
  14. 14. Actions de Syndicats | 13Moules et prototypes8« Face à la volonté des don-neurs d’ordre de choisir desfournisseurs étrangers capablesde vendre des outillages à un coûtdéfiant toute concurrence, sans te-nir compte de la qualité, des délaisde livraison, ni de la maintenance,lesmétiersdesentreprisesdenotresecteurontchangé.Seulesontpusedévelopper les entreprises qui ontAu plus prèsdes entreprisesNOUSL’AVONSFAITLe premier congrèsnational des moulistesLe 17 janvier 2013, à la Maison dela Mécanique à Courbevoie,FIM Moules Prototypes organisele premier Congrès Nationaldes Moulistes. Principauxthèmes abordés : l’innovationtechnologique et le savoir-faire, atouts concurrentiels desmoulistes français, ainsi que lesperspectives face à l’évolutiondes marchés. De grands donneursd’ordre, des experts et desfournisseurs interviendront àcette occasion. Un rendez-vousincontournable.su mener une stratégie de diversifi-cation,apporterplusdevaleurajou-téeetdenouveauxservices,s’ouvrirà l’international, et mieux commu-niquer sur leurs savoir-faire. Fortd’un Comité de direction consolidéet représentatif des entreprises dela profession, FIM Moules Proto-types accompagne ces évolutions.Ainsi, en partenariat avec le PôleEuropéen de la Plasturgie et le Ce-tim,lesyndicatadonnéaccèsàuneplateforme technologique répon-dant aux besoins des entreprises.Le syndicat organise égalementdes visites de centres techniquestels que le Fraunhofer d’Aachen enAllemagne.Ilapporteaussidesser-vices très concrets à ses membresen termes de conseil juridique,financement,international.Pour travailler au plus près desentreprises, le syndicat a mis enplace deux délégations en Rhône-Alpes et dans le Grand-Ouest. Lesdélégués y animent le réseau desentreprisesmoulistesetorganisentdesrencontrestechniquesetstraté-giques. » CatherineLarroque, déléguéegénéraledeFIMMoulesPrototypes!©DR©DRFIM MOULES PROTOTYPESU 41 adhérentsU 1 bureau de 10 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 900 millions d’eurosU 8 500 emplois directsU 2 permanents et 2 déléguésrégionauxU Contact : Catherine Larroque,déléguée générale,clarroque@fimmep.frNicolas Masson, délégué régionalGrand-Ouest,nmasson@fimmep.frStéphanie Deplanche, déléguéerégionale Grand-Estsdeplanche@fimmep.frwww.fimmep.fr
  15. 15. 14 | Actions de SyndicatsÉquipements énergétiques9« Desturbineshydrauliquesauxréacteursnucléairesenpassantpar les moteurs (hors véhiculesroutiers) et les turbines à gaz et àvapeur, FIM-Énergétique regroupedes fabricants d’équipements deproduction d’énergie, de taillevariable et issues de secteur d’acti-vitésmultiples.Des secteurs qui connaissent desmutationsprofondespourrépondreaux défis énergétiques auxquelsest confrontée notre planète. Lesbesoinsénergétiquescroissants,lanécessairediminutiondelapartdel’énergiefossile,lamontéeenpuis-sance des énergies renouvelables,autantdefacteursquibouleversentles modes de production d’énergieen les faisant évoluer vers un meil-Releverles défis énergétiquesNOUSL’AVONSFAITLa Vallée de l’énergieLe soutien de FIM-Énergétiquea été important dans ledéveloppement de la « Vallée del’Énergie ». Au cœur de la FrancheComté, la « Vallée de l’Énergie »est une association qui regroupedes industriels, des universitaires,et les collectivités territoriales.Sa mission : promouvoir lafilière énergie de puissanceet coordonner des projetsfédérateurs nécessaires auxnouveaux besoins en matière deproduction d’énergie, notammentdans le cadre du nouveau « mixénergétique » à venir.leur respect de lenvironnement etcontribuer à lindépendance éner-gétique.Danscecontexte,FIM-Énergétique,travaille dans quatre directions :l’accompagnement des entreprisesdetaillesplusimportantesdansleurrelation avec les pouvoirs publics ;la participation à l’élaborationde réglementations nationales oueuropéennes ; le suivi de la nor-malisation ou des actions de R  Dréalisées dans un cadre collectifen liaison avec la FIM, l’UNM et leCetim.Ainsi,àdenombreusesocca-sions,lesindustrielsontpuprésen-ter leur position aux représentantsdes ministères français, ceci entreautre dans le cadre des réglemen-tations relatives aux pollutionsatmosphériques.FIM-Énergétique gère également leCIMAC France. Cette organisationregroupe les industriels du mondedesmoteursdegrossespuissances,notamment marins (fabricants,armateurs, fournisseurs de compo-sants,fournisseursdecarburantsetlubrifiants). Son objectif : échangerles expériences sur les moteurs etrédiger des documents techniquesreflétantl’étatdel’art. » RémyLeclerc, secrétairegénéraldeFIM-Énergétique!TÉMOIGNAGEROBERTGLEITZ,VICE-PRÉSIDENTPRODUITSETPLATEFORMESPOURL’ACTIVITÉVAPEURDALSTOMTHERMALPOWERETPRÉSIDENTDEFIM-ÉNERGETIQUEEnvoyer un message cohérent aux pouvoirs publics« Aujourd’hui, l’industrie est prête à relever les défis énergétiques,notamment celui de la transition énergétique. Elle n’attend plus que leurtraduction politique, notamment en termes législatifs.Pour nous faire entendre des pouvoirs publics, mieux vaut adresser unmessage unique et cohérent à travers le syndicat plutôt que d’agir enordre dispersé chacun de son côté. FIM-Énergétique est le garant de cettecohérence. »«©GE©GEFIM-ÉNERGÉTIQUEU 17 adhérents, de la TPE à lamultinationale ou leur filialerépartis en 5 sections et 2commissions transversalesU 1 bureau de 8 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 10 milliards d’eurosU 10 000 emplois directsU 2 permanentsU Contact : Rémy Leclerc,secrétaire généralremy.leclerc@fim-energetique.fr01 47 17 60 70www.fim-energetique.fr
  16. 16. Actions de Syndicats | 15Ressorts10« Notre syndicat a pour missionessentielledereprésenteretdedéfendre la profession des fabri-cants de ressorts, du travail du filet du feuillard. Depuis plusieursannées, avec l’appui de son Comitédedirection,FIMRessortsconstruitune stratégie basée sur l’échange,la formation et le développementtechnique.Nous organisons régulièrementdes journées techniques pour fairele point sur les dernières avancéestechnologiquesetéchangersurdessujetscommunscommelasécurité,laqualité,laproductivité,etc.Notre syndicat a su tisser des rap-portsétroitsavecnoscollègueseu-ropéens au travers de missions dedécouverte à l’étranger et de notreparticipation à l’ESF (EuropeanSpringFederation).Structuré sur un véritable partena-riat horizontal associant clients,fabricants de ressorts et fournis-seurs, notre syndicat détecte lesbesoinsdesentreprises.Différentesrecherches ont pu être conduitesValoriser les entreprisesnotammentdanslesdomainesdeladéfaillance des ressorts, du traite-ment de surface, de la fatigue et dugrenaillage de précontrainte (avecl’appuiduCetim).Par ailleurs, plusieurs industrielsfabricants de ressorts, et membresde FIM Ressorts, sont impliquésdanslestravauxdenormalisation.À titre d’exemple, l’instance euro-péenne a décidé de réviser lesnormes relatives aux calculs deconception des ressorts hélicoï-daux.En matière de normalisation inter-nationale, 2 sujets sont actuelle-ment en cours d’élaboration, l’unrelatif aux symboles des ressorts,l’autreauxressortsdecompressionformésàchaud.Ces exemples démontrent que lesyndicat, animé par ses membres,s’inscritdansunedynamiqued’évo-lutiondelaprofessionenanticipantsesattentes. » PhilippeBasson, présidentdeFIMRessortsTÉMOIGNAGEMICHELFAUCONNIER,DIRIGEANTDEBONATREParticiper aux travaux denormalisation« Nous sommes adhérents depuisquelques années et nous avons faitsuivre des formations spécifiquesà nos salariés. L’interventionponctuelle d’experts de FIMRessorts nous a conduits àaméliorer avec efficacité etrapidité certains aspects critiquesde la production. En outre, cesformations nous ont permisd’apporter des réponses et desconseils plus pertinents à nosclients. »NOUSL’AVONSFAITDes formations sur mesureAprès avoir labellisé les meilleursexperts dans les domaines ducalcul, du choix de la matière etde l’analyse de défaillance desressorts, FIM Ressorts propose desformations.Ayant rencontré un franc succès,le syndicat poursuit la mise enplace de nouvelles formationsqui seront proposées au cours dupremier semestre 2013 telles quele grenaillage et le meulage desressorts.!«©DRFIM RESSORTSU 22 adhérentsU 1 bureau de 6 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 430 millions d’eurosU 2 300 emplois directsU 2 permanentsU Contact : Catherine Larroque,déléguée généraleclarroque@fimressorts.fr01 47 17 64 12www.fimressorts.fr
  17. 17. 16 | Actions de SyndicatsOptique11« Réseaux de transmission,microélectronique, biotechno-logies, ophtalmologie, micro-chirurgie, aéronautique… Lesindustries de l’optique trouventleurplaceaucœurdelaplupartdestechnologiesinnovantes.Avecses195entreprisesmembres,le Gifo fédère les trois domaines decompétences de la filière optiqueen France : l’optique photonique,l’optique ophtalmique et la contac-tologie. Chacun de ces secteurs estreprésenté au sein du Gifo par unsyndicat spécifique. Ainsi, le syn-dicat agit sur les problématiques etenjeux transversaux de l’ensembledelafilière.Fédérerles métiers de l’optiqueNOSSYNDICATS LEOO(LesEntreprisesdel’OptiqueOphtalmique)Conception, fabrication et distri-bution de montures de lunettes op-tiques, solaires, de sport ; de com-posants de lunetterie ; de verres delunettesetd’instrumentsd’optique.U 80 adhérentsFrédéricMathieu,présidentUContact :CélineWurtz,secrétairegénérale,cwurtz@le2o.org,0143462751SIDOL (Syndicat des Importateurs etDistributeursenOptiqueLunetterie)Importation et distribution sur lemarché français de produits d’op-tique lunetterie (verres, montures,instruments, accessoires et astro-nomie).U 31 adhérentsBernardGalan,présidentUContact :MartineVirlouvet,0147176476,www.sidol.orgSYFFOC (Syndicat des Fabricants etFournisseursd’OptiquedeContact)Fabrication et distribution de len-tilles de contact et de solutionsd’entretien.U 14 adhérentsAlainClouzet,présidentUContact :MartineMagnant,secrétairegénérale,info@syffoc.org, 01 43 46 28 73,www.syffoc.orgAFOP(Syndicatprofessionneldel’OptiquePhotonique)Fabrication,distributionservicesdans les technologies suivantes :composants et matériaux, fibresoptiques, couches minces, détec-teursphotoniques,astronomie,ho-lographie, sources/laser/led, spec-trométrie/instruments d’optique,nanotechnologies/nanooptique.U70adhérentsMichelMariton,présidentU Contact : Ivan Testart, directeurdesopérations,0143462754,ivan.testart@afoptique.org,www.afoptique.orgCatalyseur d’échanges entre les in-dustriels, le Gifo est très actif danslesuividelanormalisationtouchantàlafilièredel’optiqueenFranceetàl’étranger.Ainsi,nousreprésentonsles industriels au sein des commis-sionsdenormalisationdel’Afnoretdes groupes de travail sont mis enplace.Interlocuteur des pouvoirs publics,le Gifo assure un soutien juridiqueaux entreprises et les accompagnedanslamiseenœuvredesnouvellesréglementations. » CélineWurtz, secrétairegénéraleduGifoNOUSL’AVONSFAITSoutien au développementinternationalPar le biais de ses syndicats, leGifo participe au développementde ses entreprises sur lesmarchés d’exportation. Différentsleviers sont alors mobiliséspour permettre aux entreprisesd’augmenter leur courant d’affairesà l’international : organisation depavillons France (en partenariatavec Ubifrance) sur des salonsprofessionnels, veille sur lesmarchés à potentiel, mise en placede VIE sur les zones clés, actionsde communication internationale,etc.!©LunetiersduJuraGIFOU 195 adhérents, du groupeinternational à la TPE familialeU 3 domaines de compétences :optique photonique, optiqueophtalmique, contactologieU 4 syndicats autonomes etinterdépendantsU Contact : Éric Léonard,présidentCéline Wurtz, secrétaire généraleceline.wurtz@gifo.org01 43 46 27 51www.gifo.org
  18. 18. Actions de Syndicats | 17Transformationdes métaux en feuilles 12« Aujourd’hui, les grandsdonneurs d’ordre agissent àl’échelle de la planète. Noussavons que le marché français n’estpas suffisant : exporter devient unimpératif.Danscecontexte,leGimefs’estfixéunedoublemission :d’unepart, aider ses adhérents à se tour-nerversl’international,notammenten créant des filiales à l’étrangerpour accompagner leurs donneursd’ordre ; d’autre part, conseillerles entreprises sur les secteurs àfortevaleurajoutéepermettantauxPME de se développer. Le syndicatsert à rassembler les entreprisesOrienter les entreprisespour favoriser leurdéveloppementNOUSL’AVONSFAITFaire respecter la loiRéunir autour d’une même tableune dizaine d’entreprises. Avecle service juridique de la FIM,relever dans les contrats d’undonneur d’ordre les points nonconformes à la loi. Et transmettrele dossier au médiateur inter-entreprises. Cette action menéepar le Gimef a débouché : ledonneur d’ordre a revu sesconditions générales d’achat.En parallèle, le syndicat a réuniune dizaine d’entreprises pourrédiger un guide des bons usagesdans la profession en matière denégociations commerciales.de la profession et à les orienter.Nous représentons également laprofession dans les commissionsde normalisation pour trouver avecnos clients un langage commun,ou face aux donneurs d’ordre pourpromouvoir les bonnes pratiquesnotamment en matière de délais depaiement.Le Gimef joue enfin un rôle impor-tant sur le plan technique. Chaqueannée, un budget de 600 000 àun million d’euros est consacré àla recherche développement encollaboration avec le Cetim. Unerecherche développement indis-pensableàl’innovationquidevientaujourd’hui un élément clé de lacompétitivitédesentreprises.Autant de sujets abordés lors desAssises du découpage et de l’em-boutissage organisées par le Gimefqui ont rassemblé 180 personnesà Besançon en 2011 et qui se réu-nissenten2012àLyon. » ÉricMoleux, présidentduGimef!TÉMOIGNAGEPATRICKJOBARD,PRÉSIDENTDECVMFavoriser la croissanceexterne« En 2011, j’ai décidé d’acheterdeux sociétés Mérien, dans laMayenne, et MMO au Maroc,dans le cadre d’une stratégie decroissance externe. Pour financercette opération, le Gimef m’amis en relation avec Cemeca. Lacentrale de garantie des industriesmécaniques, électriques etélectroniques a étudié le dossier etapporté une partie du financementsous forme de prêts participatifsau travers du dispositif CroissancePMI. »«©Cetim©CetimGIMEFU 60 adhérents (+ 110 % depuis2009)U 1 comité directeur composé de15 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 5 milliards d’eurosU 27 000 emplois directsU 3 permanentsU Contact : Catherine Larroquedéléguée généraleclarroque@ufimo.com01 47 17 64 12www.gimef-france.com
  19. 19. 18 | Actions de SyndicatsPompes, agitateurs,compresseurs et robinetterie «Depuisplusieursannéesmain-tenant, EUROPUMP, le comité sec-toriel européen des fabricants depompes, avec l’appui de Profluid,« milite » pour s’affranchir d’uneapprochedel’efficacitéénergétiquecentrée sur le produit. La grandemajorité des produits faisant l’ob-jetd’uneréglementationecodesign(électroménager, moteurs élec-triquesetmaintenantpompesàeauclaire…)estjugéeparrapportàuneconsommation d’énergie. Or, lesrendementshydrauliquessontopti-misésetleséconomiespotentiellessontdonclimitéesetcoûteuses.Desgainssubstantielssontpossiblesenconsidérantl’ensembledescompo-sants : la pompe est entraînée parun moteur électrique, lui-mêmepilotéparunconvertisseur.Seulelabonne adéquation dans leur choixpermettra d’obtenir le meilleurrendement global. La profession amené des travaux pour quantifierces économies et construire uneméthodologie de calcul du rende-ment du produit étendu. Ces tra-vaux ont convaincu la Commissioneuropéenneetserontappliquésauxprochains lots étudiés : pompesd’assainissement,pompesdepis-cineetcompresseurs.Par ailleurs, une pompe ou uncompresseur étant intégrés dansun système, l’optimisation de ces13Efficacité énergétique :une approche globalesystèmes permet des économiesd’énergie sans commune mesureaveccequiestobtenuentravaillantsur les composants, et pour descoûtsbienmoindres…Profluid et les industriels euro-péens ont été moteurs pour lancerdestravauxdenormalisationsurlesaudits énergétiques des systèmes,etlestravauxvontbontraindanslarédaction des futures normes ISO14414 et ISO 11011. Ces projets denormes trouveront naturellementleur place en application de l’ISO50001 (systèmes de managementde l’énergie) et EN 16247 (auditsénergétiques). » ChristopheBochaton,responsableTechniqueEnvironnementdeProfluidTÉMOIGNAGEALEXANDRELACOUR,DIRECTEUREXÉCUTIFDESOMEFLUCe réseau est un moteur de développement« Pour une petite entreprise familiale comme Someflu, l’adhésion ausyndicat permet de gagner beaucoup de temps sur les aspects juridiques ouen matière de ressources humaines. Nous avons ainsi bénéficié du travaildu syndicat sur les conditions générales de vente ou sur les fiches de poste.Par ailleurs, à travers le syndicat, nous profitons de l’expérience des grandsgroupes notamment à l’international. Pour une PME comme la nôtre, ceréseau est un moteur de développement. » NOUSL’AVONSFAITUn club AchatsProfluid a mis en place pourses adhérents un Club Achatsqui permet aux responsablesAchats de se rencontrer et demonter des actions collectives.Parmi les réalisations de cesdernières années : la formalisationd’échanges réguliers avecles professions partenaires,des missions de sourcing,l’optimisation des frais générauxainsi que la mise en place d’uneformation sur les achats dédiée auxadhérents… Autant d’échanges debonnes pratiques.!«©FotoliaPROFLUIDU 120 adhérents répartis sur 3marchés principaux : Cycle del’eau – Industrie Énergie –BâtimentU 1 conseil d’administration de20 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 7 milliards d’eurosdont 64 % à l’exportU 28 000 emplois directsU 7 permanentsU Contact : Laure Hélard,déléguée généraleprofluid@profluid.org01 47 17 62 98www.profluid.org
  20. 20. Actions de Syndicats | 19Chaudronnerie, tuyauterieet maintenance industrielle « La prolongation de la duréede vie du parc nucléaire fran-çais devrait générer une très forteactivité supplémentaire pour nosmétiers. Le SNCT a participé à laChartedeProgrèsetdeDéveloppe-mentDurablequiformaliselesrela-tionsdepartenariatentreEDFetsesprestataires représentés par leursorganisations professionnelles.Nous allons signer prochainementune charte du même type avec EDFThermiqueetnousentretenonsdescontacts avec la direction achatsde groupes pétroliers. Autantd’exemplesquitraduisentlavolontédu syndicat de développer les par-tenariats avec les grands donneursd’ordre pour mieux défendre lesintérêtsdenosadhérents.C’est précisément parce que nosentreprises interviennent sou-vent comme sous-traitants dansla maintenance d’installationsimportantes, que la sécurité au14Privilégier les relationsde partenariat avec lesdonneurs d’ordretravail constitue l’une de nos pré-occupations essentielles. Le SNCTintervient régulièrement au comitétechnique national de la Caissed’assurance maladie pour rédigerdes préconisations sur les risquesinhérents à certaines professionsetlesmoyensdes’enprotéger.Enfin, depuis quelques années,notre communication s’ouvre versl’extérieur, notamment au traversdenotrecongrèsnationalquiréunitlesacteursdenosprofessions(four-nisseurs, clients, institutionnels,centres techniques…), la rédactiond’une revue trimestrielle, la réali-sation de DVD ou la rédaction d’unlivreprestigesurnosmétiers. » GérardFabiani, secrétairegénéralduSNCTTÉMOIGNAGEPATRICKVERRIER,FIVESNORDONPRÉSIDENTDUCOMITÉTECHNIQUEDUSNCTCodes de construction : les références qualité et sécurité« Le SNCT édite et met à jour quatre codes de construction français surles appareils à pression, la tuyauterie industrielle, les appareils à vapeuret les réservoirs de stockage. Des experts, des adhérents, des clients,l’administration participent à la rédaction et à la mise à jour de ces codesqui rassemblent l’ensemble des prescriptions permettant de calculer,fabriquer et contrôler les équipements. Des outils essentiels pour nosentreprises, gage pour nos clients de la qualité de notre travail et de lasécurité de leurs installations. » NOUSL’AVONSFAITLa chaudronnerie : unefilière d’avenirwww.metiers-avenir.com. Encollaboration avec le ministèrede l’Éducation nationale, leSNCT a lancé le premier siteinternet exclusivement dédiéaux métiers de la chaudronnerie.Il propose aux jeunes, auxparents, aux enseignants etaux industriels de découvrir demanière ludique les professionsde tuyauteur, chaudronnier etsoudeur. Il comprend notammentl’espace « Offres d’emploi » quimet en relation les jeunes et lesindustriels, ainsi qu’une rubriqued’offres de stages.!«©GroupePonticelliFréres2012©DRSNCTU 150 adhérents, entreprises de10 à 4 000 salariés en majoritépatrimoniales, 4 comités,9 sections professionnelles,6 régionsU 1 bureau de 6 industriels,1 conseil d’administration de 40membresU Chiffre d’affaires de laprofession : 7 milliards d’euros,dont 20 % d’exportation directeet plus de 50 % indirecteU 60 000 emplois directsU 10 permanentsU Contact : Gérard Fabiani,secrétaire généralg.fabiani@snct.org01 47 17 62 70www.snct.org
  21. 21. 20 | Actions de SyndicatsDécolletageLeSNDECamobiliséindustrielset partenaires pour mettre enœuvre Expansion 2020, un planstratégique visant à dynamiserl’industriefrançaisedudécolletagepour les 10 prochaines années et àlafaireentrerdansuneèrededéve-loppement de grande ampleur. Ilpoursuitquatreobjectifsàl’horizon2020 :+1milliardd’eurosdechiffred’affaires;+15 %departàl’export ;+3000emplois;multiplierpar3larechercheetdéveloppement.Quatre thèmes stratégiques struc-turent ce projet : l’international,l’innovation, l’intelligence etl’engagementdeshommes,l’inves-tissement. Avec déjà des avancéesconcrètes : la création d’une cel-lule de marketing stratégique pourconquérir de nouveaux marchés ;des effectifs en hausse dans lesétablissements scolaires parte-naires grâce à des actions de valo-risation et de communication ; lacréation d’un groupement d’em-ployeurspourmutualiserlesexper-tisesaubénéficedesentreprisesdela profession ; la création de deuxfonds de capital développementpour renforcer les fonds propresdes entreprises ; un projet de Tech-nopôle,centrederéférenceinterna-tionaldudécolletageetdel’usinagedeprécision.Plan stratégique unique à l’échelled’uneprofession,Expansion2020aétéretenudanslecadredel’appelàprojets filières industrielles straté-giques du programme des Investis-sementsd’Avenir.ClaudeMorisseau, secrétairegénéralduSNDEC15Expansion 2020, un planstratégique unique àl’échelle d’une professionNOUSL’AVONSFAITArve Industries Capital :renforcer les fonds propresDans le cadre d’Arve IndustriesHaute-Savoie Mont-Blanc, leSNDEC, en partenariat avec leCrédit Agricole des Savoie etla Banque Populaire des Alpes,a créé deux fonds de capitaldéveloppement pour renforcer lesfonds propres des entreprises :- un FCPR (Fonds Commun dePlacement à Risques) destiné auxinvestisseurs institutionnels.Objectif : 30 millions d’euros.Participations de 0,5 à 3 millionsd’euros dans des entreprises detoutes tailles ;- un FIP (Fonds d’Investissementde Proximité) destiné auxinvestisseurs privés assujettis àl’ISF. Objectif : 10 millions d’euros.Participations de 200 à 447 000euros dans les entreprises demoins de 250 salariés et de moinsde 50 millions d’euros de chiffred’affaires ou dont l’actif ne dépassepas 43 millions d’euros.!TÉMOIGNAGELAURENDAYVE-CERA,RESPONSABLEQUALITÉSYSTÈMEENVIRONNEMENTCHEZPERNATEMILES.A.Valoriser les entreprises de la profession en préservantl’environnement« Fournisseur de rang 1 du secteur automobile, Pernat Emile produit despièces mécaniques de précision en petite, moyenne et grande séries. Lorsde l’étude de l’agrandissement du site de Marignier, nous étions conscientsque nos activités présentaient un impact sur l’environnement que nousavons souhaité limiter en améliorant nos pratiques et nos installations.Nous nous sommes tournés vers le SNDEC pour trouver des solutionstechniques et financières. Aujourd’hui, nos installations sont conformes àla réglementation et nous sommes certifiés ISO 14001. L’accompagnementdu SNDEC a servi de levier dans ce projet. »«©DR©DRSNDECU 100 adhérents de la TPE à l’ETIU 1 conseil d’administration de20 membresU Chiffre d’affaires de laprofession : 2 milliards d’euros,dont 35 % d’exportationU 14 000 emplois directsU 5 permanentsU Contact : Claude Morisseau,secrétaire généralsndec@sndec.com04 50 98 07 68www. sndec.com
  22. 22. Actions de Syndicats | 21Machines ettechnologies de productionNOS TECHNOLOGIES AU CŒUR DE VOTRE COMPÉTITIVITÉ« Après Robotcaliser (voir ci-contre), place à Productivez !,une démarche plus large qui vise àfavoriserlaréindustrialisationdelaFrance.Le Symop a identifié trois levierspour améliorer la compétitivitéde nos entreprises : le coût du tra-vail sur lequel il est difficile d’agir,la formation et l’adaptation dessalariés aux nouveaux besoins, etl’optimisation des process. Il estpossible d’intervenir rapidementsur ce troisième levier qui permetauxPME/PMIderéduireleurscoûtsde production, de gagner en effica-citéetenqualitépourrépondreauxexigencesdesmarchés.Avec Productivez !, le Symopentendsensibiliserlespouvoirspu-blics,lesmédiasetlesentreprisesàla nécessité d’adapter nos moyensdeproductionpourquenotreindus-triepuisserivaliseravecsesconcur-rentsétrangers.Le dispositif se décline en quatreaxes : proposer un audit global del’appareilproductiffrançais;élargirà l’outil de production le soutien àl’innovation trop souvent limité à16Productiver pour plus decompétitivitéla R D ; décliner les mesures auniveau régional pour profiter de ladynamique territoriale et s’adapteraux spécificités locales ; sensibili-ser les entreprises et promouvoirl’industrieauprèsdesjeunes. » VincentSchramm,directeurgénéralduSymopTÉMOIGNAGEFRANCKDESCOURS,DIRECTEURGÉNÉRALDESCHENCKSASSe regrouper pour développer son entreprise, pour menerdes actions d’envergure« Mon entreprise adhère au Symop depuis une dizaine d’années. Toutdirigeant se sent parfois seul face aux contraintes réglementaires ou auxdifficultés rencontrées pour aborder certains marchés. Vient un momentoù il éprouve le besoin d’échanger avec des confrères, y compris desconcurrents. Au Symop, la notion de réseau est très importante. Nousbénéficionsenoutred’uneexpertiseprécieusedanslesdomainesjuridiqueet fiscal, et d’une assistance à travers la centrale d’achat qui nous permet deréduire nos frais de fonctionnement. Enfin je pense qu’il est indispensablede se regrouper pour se faire entendre auprès des pouvoirs publics, desparlementaires, de la presse. Des interlocuteurs qu’une entreprise seule nepeut convaincre de l’intérêt stratégique de nos technologies. »NOUSL’AVONSFAITRobotcaliser : développer larobotique auprès des PMELa France compte 34 500 robots,contre 157 200 en Allemagne et62 200 en Italie. 66 % du parcse trouvent dans les entreprisesde plus de 1 000 salariés. Pouraider les PMI à se robotiser, afinde devenir plus compétitives,le Symop a déployé, à travers« Robotcaliser », des actions desensibilisation. Ces dernièresvont déboucher prochainementsur « Robot Start PME », undispositif qui s’inscrit dans lesInvestissements d’Avenir. Avecle soutien du Cetim et du CEA, iloffre aux entreprises une aideau diagnostic, à la définition desbesoins et à l’investissement dansla robotisation. Le projet sera dotéde 33 millions d’euros, dont 4,5millions d’euros de fonds publics.!«SYMOPU 250 adhérents, 12 groupesrépartis entre 3 pôles (Métal etautres matériaux ; Bois, Papier,Imprimerie, Packaging ;Automatisation et contrôle)U 1 bureau de direction composéd’une trentaine d’industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 10 milliards d’euros,dont 50 % d’exportationU 49 400 emplois directsU 12 permanentsU Contact : Vincent Schramm,directeur généraldir@symop.com01 47 17 67 07www.symop.com
  23. 23. 22 | Actions de SyndicatsPrévention et protection « Promouvoir la prévention etlaprotectiondel’hommeautra-vail, valoriser la protection indivi-duelle et la protection collective,mais aussi défendre les intérêts deses adhérents : telle est la vocationpremièreduSynamap.Pour y répondre efficacement, lesyndicat a renforcé son équipe en2010 : une preuve de sa montée enpuissance.Cettedernièresetraduitégalement par une augmentationininterrompue du nombre de sesadhérents depuis 2007, et ce, mal-gré les conséquences désastreusesde la crise économique traverséeparlesentreprises.Cette spirale vertueuse est sansdoute le fruit des résultats obte-nus par le syndicat qui milite au17Valoriser la protectionde l’homme au travailquotidien à la mise en place d’unchamp économique harmonisé,stable et respectueux des prin-cipes fondamentaux du droit envigueur, ainsi qu’à une rationalisa-tion du processus normatif. Deuxdemandesrécurrentesdelapartdeses adhérents qui estiment que lesnormes ne peuvent être utiles à lastructuration du champ industrielqu’à une double condition : êtrerobustes et ne pas faire l’objet derévisionsincessantes. » AntoineFabre, déléguégénéralduSynamapTÉMOIGNAGEWAHIBOUAZZANI(3M),PRÉSIDENTDELACOMMISSION« PROTECTIONRESPIRATOIRE »DUSYNAMAPDynamique et efficace« Le SYNAMAP est une organisation présente dans toutes les instancesde nature à influer sur le marché des EPI (AFNOR, COS, ESF...). Dans ledomaine de la protection respiratoire sa capacité d’influence nous a permisd’obtenir le retour des organismes notifiés au niveau de la normalisationISO. Sur le plan réglementaire, Le Synamap a obtenu de rectifier certaineserreurs qui, si elles avaient perdurées, auraient créé une grande confusionsur le marché. »NOUSL’AVONSFAITClarifier la portée juridiquedes normesSauf carence de la versionantérieure ou améliorationsignificative du niveau deprotection, l’existence d’unenorme révisée n’implique pasqu’un produit qui a été fabriquéselon une version antérieurede la norme ne peut plus êtremis sur le marché. Depuis desannées, le Synamap militaitpour cette précision officiellede la Commission européenne,qui rompt opportunémentle silence des autoritésfrançaises sur ce sujet.!«©Fotolia©FotoliaSYNAMAPU 78 adhérents et membresassociésU 7 commissions techniques :chaussures de sécurité,distribution, gants de protection,protection contre les chutes dehauteur, protection respiratoire,protection de la tête, vêtementsde protectionU Chiffre d’affaires de laprofession : 1 milliard d’eurosU 14 000 emplois directsU Contact : Antoine Fabre,délégué généralafabre@synamap.fr01 47 17 64 36www. synamap.fr
  24. 24. Actions de Syndicats | 23Machines textiles« L’Asie, et en particulier laChine, réalisent une part pré-pondérantedelaproductionmon-diale de textile. La promotion mon-diale de nos entreprises constituedonc l’activité principale de notresyndicat professionnel. Pour êtreefficace à terme, elle saccompagned’un effort permanent de sécurisa-tiondesdroitsliésànotrepropriétéintellectuelle.La promotion collective se fait enorganisantdescolloquesetdesren-contres acheteurs (très souvent encollaboration avec Ubifrance) dansdes pays stratégiques pour notreactivité ; en accompagnant nosmembres sur les principaux salonsinternationaux ; en organisant despavillons français ; en menant desactions auprès de la presse spécia-liséeinternationaleetlaréalisationde la documentation du syndicat etdes entreprises membres en unedizainedelanguesétrangères.La protection de la propriété intel-lectuelle de nos adhérents requiertla mise en place de réseaux locauxdeprofessionnelsetuneactionper-manente auprès des organisateursdes salons. Lors du principal salonasiatique de la machine textile, à18Promouvoir lesexportations et protéger lapropriété intellectuelleShanghai au printemps 2012, cettepolitique commune aux construc-teurs européens a permis de faireretirer des machines fabriquéeslocalement qui ne respectaient pasles droits des constructeurs euro-péens. L’une des forces de l’UCMTFestd’êtremembredel’organisationeuropéenne propriétaire dITMA etITMA Asia, les salons leaders dusecteur. Ce qui lui permet de défi-nir la stratégie de la profession enmatièredesalons.» EvelyneCholet, secrétairegénéraldelUCMTFTÉMOIGNAGELAURENTLEJOSNE,DIRIGEANTDELASASBARBIER-EBELMANNUne petite entreprise sur des marchés mondiaux« Avec une dizaine de salariés, Barbier-Ebelmann est la plus petite desentreprises de l’UCMTF, spécialisée dans des dispositifs de coupe en acier,carbure et même avec inserts en diamant polycristallin, adaptés aux fibresd’aramide, de verre et de carbone. Nos savoir-faire sont recherchés par desclients importants en Europe et au Japon, nous devons donc être présentssur les principaux marchés mondiaux.L’UCMTF nous accompagne dans notre démarche marketing et commercialeen nous mettant sur un pied d’égalité avec des entreprises plus importantesque nous, aussi bien dans les colloques que dans la promotion de sesmembres auprès de la presse spécialisée internationale. »NOUSL’AVONSFAITFormer notre futurencadrementPour attirer des jeunes talents,ingénieurs, commerciauxet gestionnaires, l’UCMTForganise régulièrementdes journées de rencontreconstructeurs /étudiants, ainsique des visites de professeursde lenseignement textile dansles usines des constructeurs.Le syndicat sponsorise chaqueannée le Challenge ITECH. Sousl’égide de cette prestigieuse écolefrançaise d’ingénieurs textiles,au cœur dun réseau européendune soixantaine décoles,des équipes pluridisciplinairesd’étudiants et d’industriels seréunissent pour travailler surdes innovations technologiquesdemandées par le marché.!«©DRUCMTFU 30 adhérentsU Chiffre d’affaires de laprofession : 850 millions d’eurosdont 91 % à lexportation6èmeexportateur mondial,6,5 % du marché mondialU 4 000 emplois directsU Contact : Evelyne Choletsecrétaire généralinfo@ucmtf.comTél. : 01 47 17 63 45
  25. 25. 24 | Actions de SyndicatsTraitements de surfaces« Sans mécanique, pas detraitement de surfaces ; sanstraitement de surfaces, pas demécanique. Les deux activitéssont intimement liées au point queletraitementdesurfacesreprésente50%delavaleurajoutéeopération-nelledunproduitmécanique.Cestpourquoi défendre les intérêts delindustrie du traitement de sur-faces, cest défendre les intérêts dela mécanique française dans sonensemble.Notre profession souffre duneimage dégradée face au grandpublic, notamment du fait des pro-duitschimiquesquenousutilisons.Pourtant, en assurant la durabi-lité des produits mécaniques, noussommes des acteurs essentiels dudéveloppementdurable.Lun des rôles principaux de lUITSconsiste à montrer la réalité de nosmétiers. Et ce, notamment auprèsdes pouvoirs publics et des ins-tances européennes au moment oùla réglementation Reach, si elle estmal appliquée, pourrait provoquerunevaguededélocalisationdutrai-tement de surfaces dabord, de lamécaniqueensuite.Voilà pourquoi, lUITS a réuni au-tour dune table les producteurs,les formulateurs et les applicateurs19Acteur essentiel dudéveloppement durablede trioxyde de chrome pour travail-lersurlaquestion,notammentaveclEcha(Europeanchemicalagency).Objectif : parvenir à un accord quiautorise les industriels maîtrisantbienlesprocessàutiliserletrioxydede chrome, ce produit indispen-sableànotreprofession.» DenisThery, déléguégénéraldelUITSNOUSL’AVONSFAITParrainer les jeunesDepuis deux ans, lUITS parrainedes jeunes du lycée professionnelCondorcet de Montreuil.Sélectionnés pour leur motivation,ces élèves de bac professionneltraitements de surfaces sontsoutenus par un professionneldune entreprise adhérente quiles encourages et leur montre lesdébouchés du métier. 5 jeunesont ainsi réussi leur bac pro etpoursuivent leur scolarité en BTS.Pour cette année scolaire, 6jeunes bénéficient de ce dispositifet 2 nouvelles entreprisesse sont portées volontairespour les accompagner.!TÉMOIGNAGEFABRICEPROST,DIRECTEURCOMMERCIALTECHNIQUESSURFACES,FILIALEDUGROUPEHEFVers des traitements deplus en plus verts« LUITS est un pourvoyeurd’information, mais aussi, unfédérateur et un porte-paroleagissant sur des dossiers trèsimportants comme les relationssous-traitant donneurs d’ordre ouencore l’assimilation de Reach.L’UITS se doit aussi de tournernotre industrie vers l’avenir.Notre métier évolue beaucoup etlheure est aux technologies detraitement vertes valorisantainsi le traitement de surfaces poursa contribution environnementale.Les nouvelles technologiesamènent des gains en performanceet durabilité qui contribuentdirectement à la réduction del’empreinte environnementale desmécanismes.Elles nincorporent plus depolluants et notamment de métauxlourds tant lors de la mise en œuvreque sur le produit fini pour assurerl’aptitude à être recyclé en fin devie. C’est dans ce contexte que legroupeHEFcontinuededévelopperfortement ses technologies baséessur les liquides ioniques et lesdépôts sous vides. » «©DRUITSU 194 adhérents regroupanttoutes les activités du traitementdes matériaux répartis en 3sections et 3 commissionsU 1 conseil d’administrationcomposé de 23 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 2 milliards d’eurosU 25 000 emplois directsU 3 permanentsU Contact : Denis Thery,délégué généraldthery@uits-france.com01 47 17 64 35www.uits-france.com
  26. 26. Actions de Syndicats | 25Filtration et épurationpour la qualité de l’air20« Aujourd’hui, qui dit qualitéd’air intérieur dit ventilation etfiltration. Cette donnée se heurteà une autre exigence imposée parla nécessité d’améliorer l’effica-cité énergétique : l’étanchéité desbâtiments. Ainsi, dans l’habitat, lanouvelleréglementationthermiquedes bâtiments conduit à améliorertoujours plus l’isolation, au détri-mentdelaqualitédel’airintérieur.L’enjeupournotreprofessionestderésoudre ce paradoxe. Notre syndi-cat et ses adhérents font le pari delarechercheetdéveloppementpourdevancerlaloi.Actuellement,seulel’ambiance du poste de travail faitl’objet de réglementations. Mais, ily a fort à parier que la législationconcernera bientôt l’ensemble desbâtiments industriels, tertiaires,Améliorer la qualité de l’air :la profession relève le défiNOUSL’AVONSFAITUn forum dédié àla qualité d’airPour la cinquième annéeconsécutive, Uniclima, partenairede Pollutec, animera lors dece salon le forum Qualité d’air,notamment en organisant uncycle de conférences sur desthèmes touchant le tertiaire etl’industrie : la réglementation, lesoutils de mesure, les techniquespour améliorer la qualité del’air, la sécurité, la protection del’environnement… Un rendez-vous attendu par la professionet les visiteurs qui permettrade partager les expériences etde rencontrer des experts dudomaine. En 2011, c’est au coursde ce forum que le ministèrede l’Écologie avait annoncé laparution du décret imposant lasurveillance de la qualité de l’airdans certains établissementsrecevant du public (ERP).ainsi que l’habitat. Le Comité fil-tration et épuration pour la qualitédel’airalachancedecompterdansses rangs des industriels aux com-pétencesmultiples.Spécialistesdela filtration, des économies d’éner-gie,delaconceptiond’installation…Au sein d’Uniclima les échangesse multiplient pour favoriser dessystèmes capables de purifier l’airsansnuireàl’efficacitéénergétiquedu bâtiment. Nous travaillons éga-lement à réduire la consommationd’énergie de nos équipements. Unformidabledéfi. » ArnaudPaque, présidentducomitéfiltrationetépurationpourlaqualitédel’airdUniclimaTÉMOIGNAGEPHILIPPECLÉMENT,PRÉSIDENTDEFREUDENBERGFILTRATIONETDUCOMITÉDENORMALISATIONUNM 710«SÉPARATEURSAÉRAULIQUES»Des industriels impliqués dans la normalisation« Uniclima a compris très tôt quil était essentiel pour développer lactivité de la filtration et apporter au marché lesoutils de décision les plus performants, de peser de tout son poids sur la scène européenne et mondiale. Le syndicatsest donc investi dans la normalisation, donnant accès aux commissions à ses adhérents. C’est en quelqueschiffres : 8 experts sur 17 que compte le comité UNM 710, 6 publications et 6 nouveaux projets de normes en2011. La demande de performance évoluant de plus en plus vite (efficacité énergétique, amélioration de la qualitéde l’air intérieur), il est plus que jamais nécessaire de faire reconnaître les nouvelles technologies répondant àcette demande par le biais de la normalisation. Nous prenons ainsi une part active au développement durable et àl’amélioration de la qualité de vie, assumant pleinement notre responsabilité sociétale. Cest aussi dans ce contextele meilleur moyen de nous prémunir de lentrée sur les marchés français et internationaux de produits plus oumoins exotiques qui ne répondent pas aux standards, et de donner aux utilisateurs l’opportunité d’un choixéclairé. »!«©CamfilFarrUNICLIMAU 11 adhérentsU 1 bureau de 2 industrielsU Chiffre d’affaires de laprofession : 100 millions d’eurosU 1 permanentU Contact : Jean-Paul Ouin,délégué généraljean-paul.ouin@uniclima.fr01 45 05 70 00www.uniclima.fr
  27. 27. Direction de la Communication92038 Paris La Défense cedex • 39-41, rue Louis Blanc - 92400 CourbevoieTél. : +33 (0)1 47 17 60 27 - Fax : +33 (0)1 47 17 64 37 - ppoisson@fimeca.orgSite internet : www.fim.net • Site extranet : www.extranet.fim.netACTIONS deAgitateursConstructionSidérurgieTransmissionsCompresseursTuyauterieRobinetterieRoulementsMachinesspécialesProcédésindustrielsMaintenanceindustrielleInfrastruc-turesEtanchéitéPromecaCommunication-01/2013

×