Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
1 
 
 
 
 
 
 
 
 
SUPPORT DE COURS 
ANALYSE FINANCIERE 
2012 ‐ 2013...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
2 
 
COURS ANALYSE FINANCIERE 
PLAN DU COURS 
INTRODUCTION GENERALE ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
3 
 
 
INTRODUCTION GENERALE 
 
Les mécanismes financiers sont indis...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
4 
 
CHAPITRE I : L’ANALYSE DE L’ACTIVITE DE L’ENTREPRISE 
L’objet  ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
5 
 
Pour  apprécier  la  capacité  bénéficiaire  de  l’entreprise  ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
6 
 
Elle comprend les recettes des productions et des services. Seu...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
7 
 
Il  mesure  le  degré  de  représentativité  du  coût  du  fina...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
8 
 
NB : si le résultat est négatif, l’impôt et la participation ne...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
9 
 
III – 3 : Les autres répartitions 
L’AG  peut  en  outre  décid...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
10 
 
Il est clair qu’un produit en phase de croissance représente u...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
11 
 
• Les  vedettes :  pour  ces  activités,  on  réinvestit  tout...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
12 
 
III : LES RESSOURCES HUMAINES 
C’est  l’un  des  secteurs  qui...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
13 
 
CHAPITRE II : BILAN FINANCIER ET STRUCTURE FINANCIERE 
 
Le bi...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
14 
 
• Les  immobilisations  financières  (autres  valeurs  immobil...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
15 
 
• Le résultat net 
Il s’agit du bénéfice net de l’exercice app...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
16 
 
• D’estimer la solvabilité de l’entreprise autrement dit est c...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
17 
 
Des informations généralement fournies en annexe permettent d’...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
18 
 
• De calculer la marge de sécurité financière de l’entreprise ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
19 
 
III – 2 : présentation du bilan fonctionnel 
Pour affiner l’an...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
20 
 
DESIGNATION  MTS 
+ financement propre externe 
+ financement ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
21 
 
FR = ACT ‐ PCT 
NB : la nécessité d’un FR positif ne provient ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
22 
 
I ‐2 : Le BFR 
I – 2 – 1 : Définition 
• Cycle d’exploitation ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
23 
 
BESOINS  RESSOURCES 
Stocks et encours 
Avances et acomptes ve...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
24 
 
I – 3 – 1 : Calcul de la trésorerie 
1ère
 méthode de calcul :...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
25 
 
cette  lacune.  En  effet,  il  fait  apparaître  toutes  les ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
26 
 
+ Dotation aux provisions pour PBE 
+ Plus‐values de cession à...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
27 
 
ETE =  Ventes HT  
  + Production immobilisée 
  + ∆dettes d’e...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
28 
 
ET sur opération d’investissement et de financement = 
       ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
29 
 
successifs,  un  tableau  financier  pourra  être  établi  sim...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
30 
 
A cet investissement s’ajoute la variation constatée du BFE, q...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
31 
 
1ère
 PARTIE : ( A l’exclusion des éléments H.A.O) 
VARIATION ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
32 
 
2ème
 PARTIE : TABLEAU 
  EXERCICE (N)  EXERCICE 
(N‐1) 
EMPLO...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
33 
 
CHAPITRE III : ANALYSE DES RENTABILITES PAR LES RATIOS 
 
Un r...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
34 
 
(dettes LMT/capitaux permanents) x 100   ou    (capitaux propr...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
35 
 
(Élément  d’actif  ou  de  passif/CA)  x  360  indique  le  dé...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
36 
 
L’inverse de ce dernier ratio donne le coefficient du capital ...
Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA 
37 
 
 
 
 
 
 
 
L’effet de levier (λ) permet ainsi de mesurer l’in...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cours d'analyse financière

2 133 vues

Publié le

Analyse financière

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 133
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
144
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cours d'analyse financière

  1. 1. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  1                  SUPPORT DE COURS  ANALYSE FINANCIERE  2012 ‐ 2013                  M. BA AROUNA 
  2. 2. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  2    COURS ANALYSE FINANCIERE  PLAN DU COURS  INTRODUCTION GENERALE  CHAPITRE I : l’analyse de l’activité de l’entreprise  Section 1 : l’analyse du compte de résultat : analyse quantitative  I : La notion de résultat  II : La structure du compte de résultat : les SIG  III : Affectation du résultat  Section 2 : l’analyse qualitative de l’activité de l’entreprise  I : la nature de l’activité (cycle de vie du produit, matrice du BCG …)  II : le potentiel de production  CHAPITRE II : BILAN FINANCIER ET STRUCTURE FINANCIERE  Section 1 : du bilan comptable au bilan financier  I : les principaux postes du bilan comptable  II : Le bilan financier  III : Le bilan fonctionnel (pools de fonds, forme horizontal, …)  Section 2 : La structure financière  I : Analyse statique de la structure financière (équilibres financiers)  II : Analyse dynamique de l’équilibre financier (autofinancement brut, CAF, TAFIRE)  CHAPITRE III : L’ETUDE DES RATIOS  Section 1 : Typologie des ratios   I : les ratios de structure du bilan  II : les ratios d’équilibre financier  III : les ratios de gestion  IV : les ratios de rentabilité  Section 2 : l’analyse de la structure financière sur les performances : l’effet de levier 
  3. 3. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  3      INTRODUCTION GENERALE    Les mécanismes financiers sont indissociables des relations d’échanges qui existent entre les agents  économiques.  L’on  ne  peut  donc  analyser  la  vie  financière  des  entreprises  sans  les  situer  dans  l’environnement économique financier et social, auquel elles appartiennent et qu’elles contribuent à  animer.    Par ailleurs, on aborde souvent les problèmes financiers au travers des documents comptables que  l’analyse financière se charge d’interpréter.    Ainsi  donc,  l’analyse  financière  a  pour  but  d’établir  un  diagnostic  sur  la  situation  financière  de  l’entreprise, afin de porter un jugement sur son équilibre financier et sur sa rentabilité (au présent et  au futur).    L’analyse  financière  est  menée  différemment  selon  qu’elle  est  faite  par  un  analyste  interne  ou  externe à l’entreprise, à travers les points suivants :  • Analyse de l’activité de l’entreprise  • Etude de la structure financière  • Appréciation des performances de l’entreprise.                   
  4. 4. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  4    CHAPITRE I : L’ANALYSE DE L’ACTIVITE DE L’ENTREPRISE  L’objet  du  compte  de  résultat  est  d’étudier  l’activité  de  l’entreprise  lui  permettant  d’accroitre  sa  richesse et donc de dégager un bénéfice (ou résultat positif) durant l’exercice.  Ce compte est destiné  à mettre en lumière la variation de richesse de l’entreprise et donc des propriétaires. Cette variation  provient généralement des rentrées et des dépenses liées à  l’exploitation ainsi que la dépréciation  des actifs possédés par l’entreprise.   Le compte de résultat est un compte de flux alors que le bilan est un compte de stock.  Section 1 : l’analyse du compte de résultat : analyse quantitative  I : la notion de résultat  I ‐ 1 : Détermination du résultat de l’entreprise à partir de l’actif net  La variation de l’actif net de l’entreprise permet d’apprécier l’évolution du patrimoine de celle‐ci : si  l’entreprise devient plus riche ou non.  La variation de l’actif permet de déterminer le résultat de l’entreprise.  Résultat « R » = actif net de clôture – actif net d’ouverture  I ‐ 2 : Détermination du résultat par comparaison des charges et des produits  Cette formule permet de déterminer le résultat en faisant la différence entre la valeur des biens et  services vendus à la clientèle (produits) et celle des biens et services consommés (charges).  Résultat « R » = produits ‐ charges  Cette méthode de détermination du résultat (celle retenue en pratique) :  • amène à distinguer les opérations qui ont une influence sur le résultat (opération de vente,  opération de consommation de charge) de celles qui n’influent pas le résultat (mouvement  de patrimoine) ;  • permet de connaitre la part du résultat provenant des activités ordinaire de l’entreprise de  celles  due  à  des  opérations  hors  activités  ordinaires  (exceptionnelles)  ou  d’origine  antérieure.  II : la structure du compte de résultat  Le  compte  de  résultat  permet  une  analyse  de  l’activité  de  l’entreprise  parce  qu’il  distingue  clairement les trois (3) principales catégories de charges et de produits :  • charges et produits d’exploitation  • charges et produits financiers  • charges et produits exceptionnels ou charges et produits HAO. 
  5. 5. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  5    Pour  apprécier  la  capacité  bénéficiaire  de  l’entreprise  et  son  aptitude  à  générer  des  ressources  internes,  il  faut  analyser  en  détail  la  structure  des  opérations  d’exploitation  et  des  opérations  financières.  Enfin, il faut apprécier l’influence des opérations exceptionnelles sur le résultat. En effet, ce n’est pas  signe encourageant pour l’avenir d’une entreprise si elle réussit finalement à afficher un bénéfice  grâce  à  une  plus  –value  réalisée  sur  la  vente  d’un  terrain  par  exemple,  ou  grâce  à  un  produit  exceptionnel.  II ‐ 1 : Les grandes masses du compte de résultat  CHARGES  PRODUITS  Charges d’exploitation  Charges financières  Charges exceptionnelles  Impôt sur le bénéfice  Produits d’exploitation  Produits financiers  Produits exceptionnels  Bénéfice  perte    II ‐ 2 : Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)  II – 2 ‐ 1 : Définition et caractéristiques des principaux soldes  A°) la marge brute MB  Elle  est  préférée  à  la  marge  commerciale  (prix  de  vente  –  coût  d’achat)  dans  le  plan  comptable  SYSCOA, pour les raisons suivantes :  • le  calcul  de  la  marge  commerciale  implique  celui  des  coûts  d’achat,  qui  relève  d’une  comptabilité analytique de gestion et non de la comptabilité générale. Les difficultés qui en  résultent font que les entreprises utilisent peu le système facultatif prévoyant ce calcul.  • Dans les raisonnements de gestion, comme dans les comparaisons interentreprises (au sein  d’un même secteur notamment), l’utilisation de la marge brute est au moins aussi précieuse  que celle de la marge commerciale pour apprécier la structure et les performances.  Le compte marge brute permet ainsi la lecture directe de :  • La marge brute sur marchandises  Elle est calculée hors frais accessoires et n’est donc pas représentative de la politique commerciale, si  les frais sont importants. C’est pourquoi il convient de bien vérifier le poids de ces charges avant  toute interprétation.  MB/mdses = ventes de marchandises – (achat + ou – variation de stock)      • La marge brute sur matière 
  6. 6. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  6    Elle comprend les recettes des productions et des services. Seuls les achats de matières consommées  en sont déduits.  Par ailleurs, la marge brute sur matière est parfois d’interprétation difficile lorsque le poids de la  production stockée et de la production immobilisée est relativement important.  MB/mat = [ventes de produits finis + travaux et services vendus + production immobilisée  +  production stockée] – [achats de matière 1ère  et fourniture  + ou – variation de stock ]  B°) la valeur ajoutée (VA)  Elle  est  l’apport  réel  de  l’entreprise  à  l’économie.  La  VA  évalue  la  dimension  économique  de  l’entreprise,  elle  détermine  la  richesse  créée  et  constituée  par  le  travail  du  personnel  et  par  l’entreprise elle‐même.  VA = [MB + subvention d’exploitation + autres produits + produits accessoires] – [autres achats +  achats d’emballage + transport + services extérieurs et + impôts et taxes + autres charges  + ou –  variation de stock autres achats].  La VA est l’indicateur de taille le plus pertinent à partir duquel on peut calculer les ratios suivants :  • VA/CAHT  =  taux  d’intégration  de  l’entreprise  dans  l’activité  commerciale.  Autrement  dit  quelle est la part de VA dans l’activité commerciale.  • VA/production = taux d’intégration de l’entreprise dans le processus de production. C’est‐à  dire l’entreprise fait‐elle elle‐même, ou fait‐elle appel à la sous‐traitance ?  L’analyse dans le temps permet aussi de mesurer la croissance ou la régression de l’entreprise. On  parle alors de taux de croissance de la VA : {(VAT1 – VAT0)/VAT0} x 100.  C°) L’excédent brut d’exploitation (EBE)  Ce solde de gestion est un critère de rentabilité économique de l’entreprise. C’est un parfait outil de  mesure  de  la  performance  économique  parce  qu’il  est  indépendant  des  politiques  financières,  d’amortissements et des éléments aléatoires ou fortuits (HAO).  EBE = VA – frais de personnel     Si  le  résultat  est  négatif,  on  obtient  une  IBE  (insuffisance  brute  d’exploitation).  L’EBE  permet  de  calculer :  • Le taux de rentabilité économique = (EBE/ressources stables) x 100  Il répond à la question quelle est la rentabilité des capitaux investis dans l’entreprise.  • Le poids de l’endettement de l’entreprise = (charges d’intérêts/EBE) x 100 
  7. 7. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  7    Il  mesure  le  degré  de  représentativité  du  coût  du  financement  externe  dans  la  rentabilité  de  l’entreprise.  • La part de l’EBE dans la VA = (EBE/VA) x 100  Ce rapport dégage la part de richesse qui sert à rémunérer les apporteurs de capitaux et à renouveler  le capital investi.  • Le taux de MB d’exploitation = (EBE/CAHT) x 100  Il mesure pour 1 franc de CA ce qui reste pour renouveler les investissements et payer les charges  financières.  D°) Le résultat d’exploitation (RE)  Il représente le résultat généré par l’activité qui conditionne l’existence de l’entreprise. Il est sous  l’influence  des  politiques  d’amortissements  et  de  provisions.  C’est  pourquoi  pour  comparer  des  entreprises de même EBE, il faudra qu’elles appliquent les mêmes systèmes d’amortissements et de  provisions.  RE = [EBE + reprises d’amortissements et de provisions] – [dotation aux amortissements et  provisions]  E°) Le résultat financier (RF)  Les produits et charges financiers sont la conséquence du choix de la politique financière adoptée par  l’entreprise.  RF = Produits financiers  – charges financières   F°) Le résultat des activités ordinaires (RAO)  Il  donne  la  mesure  des  activités  quotidiennes  (ordinaires)  et  le  résumé  de  l’exploitation  et  du  financier.  RAO = RE + RF  G°) Le résultat hors activité ordinaire (RHAO)  C’est  le  résultat  des  opérations  non  courantes  de  l’entreprise.  Il  peut  refléter  la  politique  d’investissement de l’entreprise si les cessions d’immobilisation sont significatives, et peut aussi le  gêner si son poids est important dans le résultat final.  RHAO = PHAO – CHAO  H°) Le résultat net (RN)  Il indique ce qui reste à la disposition de l’entreprise après versement de la participation des salariés  et paiement de l’impôt sur les sociétés.  RN = (RAO + RHAO) – (impôt sur les sociétés + participation des salariés) 
  8. 8. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  8    NB : si le résultat est négatif, l’impôt et la participation ne sont pas exécutés sauf cas IMF  Compte de résultat ; cf polycopie  III : Affectation du résultat  L’affectation du résultat est basée sur la loi en vigueur du pays, les statuts de l’entreprise et souvent  sur des décisions extraordinaires prises par les membres du conseil.  III – 1 : les réserves  C’est  l’opération  par  laquelle  l’entreprise  conserve  une  partie  de  son  résultat  pour  son  autofinancement. On en distingue trois (3) types :  • Les réserves obligatoires :  La réserve légale : c’est une disposition de la loi pour les SA et les SARL. Elle est égale  à 10% du résultat net, déduction faite le cas échéant des déficits antérieurs. Elle n’est  plus  obligatoire    lorsqu’elle  atteint  20%  du  capital  social  suivant  l’article  346  de  l’AUSCGIE.  La réserve statutaire : elle est définie par les statuts qui fondent l’entreprise.  • Les réserves facultatives : elles sont décidées par les dirigeants pour aider l’entreprise dans  sa stratégie d’autofinancement.  • Le report à nouveau bénéficiaire : il correspond à la fraction du bénéfice non affectée et que  l’AGO statuant renvoie à l’exercice suivant. Le RAN est intégré dans le résultat de l’exercice  suivant.  III – 2 : Les dividendes : ils sont de deux (2) ordres :  • Le 1er  dividende ou intérêt statutaire  C’est le montant qui revient aux actionnaires. Il est déterminé par les statuts de l’entreprise et est  calculé après déduction des pertes antérieures et des réserves obligatoires d’une part, et d’autre part  après addition éventuelle de réserves non obligatoires ou du report à nouveau positif du résultat net  de l’exercice antérieur.   Les dividendes sont calculés sur le montant libéré des actions ou au prorata temporis, si celles‐ci sont  partiellement libérées ou si les titres sont libérés en cours d’année.  • Le superdividende ou dividende complémentaire  C’est une somme proposée par le conseil d’administration et attribuée à l’ensemble des titres de  façon équivalente quelque soit leur degré de libération. Il complète le 1er  dividende pour donner au  titre un dividende qui est égale à la somme du 1er  dividende et du superdividende.   
  9. 9. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  9    III – 3 : Les autres répartitions  L’AG  peut  en  outre  décider  d’octroyer  des  sommes  à  des  administrateurs  (tantièmes)  ou  aux  actionnaires effectivement présents (jetons de présence).  III – 4 : Tableau de répartition  LIBELLES  DEBIT  CREDIT  Résultat en instance  Report à nouveau (bénéficiaire)  Report à nouveau (déficitaire)  ‐ Réserve légale  ‐ Réserve statutaire  ‐ Réserve réglementaire  ‐ Autres réserves  ‐ Dividendes à payer  ‐ Report à nouveau de l’exercice  X  X  x        X  X  X  X  X  X    Section 2 : l’analyse qualitative de l’activité de l’entreprise.  I : La nature de l’activité  L’entreprise  exerce son activité  dans un ou plusieurs secteurs déterminés.  Les caractéristiques du  secteur considéré (croissance, stagnation, régression …) expliquent partiellement le comportement  et les résultats de l’entreprise et permettent de faire des pronostics sur son avenir.  Si  l’entreprise  est  spécialisée,  c’est‐à‐dire  si  son  activité  ne  repose  que  sur  un  seul  produit,  il  est  important de savoir dans quelle phase de la courbe de vie se trouve se produit.  La courbe classique de la vie des produits étant :  0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 lancement croissance maturité déclin    
  10. 10. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  10    Il est clair qu’un produit en phase de croissance représente un potentiel de développement, alors  qu’un produit en phase de déclin appelle une révision de l’activité avec tous les risques que cela  comporte.  Mais la connaissance de la position du produit sur sa courbe de vie n’est pas suffisante. Il faut la  compléter par l’étude de la position concurrentielle de l’entreprise sur le marché. A cet égard, on  analysera l’évolution dans le temps de la part de marché de l’entreprise.  Part de marché global = vente de l’entreprise/vente de toute les catégories de produits          ou     Marché de l’entreprise/marché de la profession  Part de marché relative = Vente de l’entreprise/CA du principal concurrent  Part  ailleurs,  il  sera  utile  de  connaitre  l’intensité  de  la  concurrence  qui  règne  dans  le  secteur  (nombre et importance des concurrents, produits de substitution, barrières à l’entrée, etc.)  L’ensemble de ces études doit permettre de porter un jugement sur la situation de l’entreprise  concernée. Si l’entreprise est diversifiée, son activité repose sur un ensemble de produits appelé  « portefeuille de produits » ou « portefeuille de domaine d’activité ».  Pour apprécier la qualité de ce portefeuille, on peut utiliser la matrice du BCG (Boston Consulting  Group). Cette matrice permet de déceler les points positifs et les points négatifs du portefeuille.  Le modèle du BCG est construit en croisant deux (2) variables : la part de marché relative et le  taux de croissance du secteur de l’entreprise.                           Croissance du marché                        Forte   produits « dilemmes »          Produits « vedettes »                  Faible          Produits « points morts »       produits « vaches à lait »      Faible      Forte       Part de                                                                                                                                               marché de l’entreprise                                • Les  dilemmes :  il  s’agit  d’activité  nécessitant  beaucoup  de  ressources  pour  l’augmentation des parts de marché de l’entreprise  • Les points morts : ces activités n’offrent aucune perspective à l’entreprise, en général il  faut les abandonner 
  11. 11. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  11    • Les  vedettes :  pour  ces  activités,  on  réinvestit  toutes  les  ressources  générées  pour  consolider la position de l’entreprise  • Les  vaches  à  lait :  ce  sont  les  activités  qui  rapportent  le  plus  à  l’entreprise,  elles  permettent de financer les autres activités.  Sur le plan financier, les différentes cases correspondent à des situations de génération de flux de  trésorerie. Leur potentiel contribue à l’équilibre financier.  II : Le potentiel de production  La qualité, la quantité et le coût de production sont largement tributaire du processus de production  mis en œuvre par l’entreprise.  Or,  en  un  moment  donné,  et  pour  la  fabrication  du  produit  déterminé,  plusieurs  technologies  différentes  peuvent  coexister  (exemple :  chaine  classique  chaine  robotisé  dans  l’industrie  automobile).  Dés lors, l’utilisation d’une technologie de « pointe » peut constituer pour l’entreprise, un avantage  concurrentiel décisif… sous réserve que cette technologie soit correctement maîtrisée. A cette égard  il est possible d’utiliser une matrice (proposée par le cabinet AD little = Arthur Dehon little) dont  l’objectif est d’éclairer la situation dans laquelle se trouve l’entreprise en matière de technologie.  Cette matrice se présente comme suit :              Impact concurrentiel de la technologie    Dominante                              Développement naturel    Forte    Favorable                                 Développement selectif    Défavorable                                             Réoriantation    Marginale          Abandon      Degré de                          Démarrage    Croissance      Maturité            Déclin               Maîtrise de la technologie    L’étude de la technologie mise en œuvre doit être complétée par l’analyse de quelques indicateurs  (rapports) dont la signification est intéressante.  Valeur nette (des immobilisations corporelles destinées à l’exploitation/valeur brute  La  faiblesse  de  ce  rapport  révèle  une  certaine  vétusté  du  système  productif.  Ceci  peut  expliquer  l’importance  des  coûts,  la  médiocrité  de  la  qualité  …  et  une  difficulté  à  écouler  la  production  se  traduisant à son tour par des stocks de produits finis excessifs. Inversement, un rapport élevé est le  signe d’un renouvellement satisfaisant de l’appareil de production. 
  12. 12. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  12    III : LES RESSOURCES HUMAINES  C’est  l’un  des  secteurs  qui  participent  le  plus  à  la  réalisation  des  objectifs  de  l’entreprise.  Pour  mesurer l’importance de ce secteur, en plus du bilan social on peut mettre à profit quelques ratios  tels que :  1. Montant de la formation / masse salariale : pour suivre l’effort de formation consenti par  l’entreprise  2. Valeur ajoutée / effectif moyen : pour mesurer le rendement apparent de la main‐d’œuvre.                                           
  13. 13. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  13    CHAPITRE II : BILAN FINANCIER ET STRUCTURE FINANCIERE    Le bilan est l’inventaire à une date donnée de l’ensemble des actifs et des dettes de l’entreprises, et  par solde, de sa richesse. Il constitue ainsi le principal document de synthèse juridique et financier de  l’entreprise dont l’intérêt réside dans le résumé des informations liées au patrimoine de la société.  Sa présentation obéit à une réglementation fiscale, ce qui permet de par sa structure, une distinction  nette des avoirs et des dettes.  Etat  financier  le  plus  utilisé,  la  confection  d’un  bilan  pose  des  problèmes  liés  à  la  technique  comptable (évolution correcte des éléments).  Section 1 : du bilan comptable au bilan financier  I : Le bilan comptable  Il  résume  la  situation  ou  le  patrimoine  d’une  entreprise  à  un  date  donnée  suivant  les  principes  fondamentaux du système de base et comprend deux (2) parties : actif et passif.  I – 1 : L’actif du bilan  C’est le répertoire de l’ensemble des biens possédés par l’entreprise. Les postes d’actif sont rangés  par ordre de liquidité croissante (du haut vers le bas). L’actif exprime à la date d’établissement du  bilan, l’emploi qui a été fait des ressources (capitaux propres et dettes). Ces dernières ont permis  d’acquérir les biens indispensables au fonctionnement de l’entreprise.  I – 1 – 1 : L’actif immobilisé  • les immobilisations incorporelles : elles regroupent des biens immatériels pour lesquels les  principaux comptes prévus par le SYSCOA sont :  les  charges  immobilisées  qui  regroupent  les  frais  d’établissement,  les  charges  à  répartir sur plusieurs exercices et les primes de remboursement des obligations.  Les  autres  immobilisations  incorporelles  qui  contiennent  les  brevets,  licences  et  logiciels, les fonds commerciaux, les frais de recherche et développement et toutes  les autres immobilisations incorporelles.  • Les  immobilisations  corporelles  :  Elles  englobent  des  biens  matériels  acquis  en  pleine  propriété, en nue propriété, en usufruit et en crédit bail. Il s’agit des terrains, des bâtiments,  installation  et  agencement,  du  matériel  et  des  avances  et  acomptes  versés  sur  immobilisation.  Ainsi les immobilisations sont comptabilisées à leur prix d’acquisition minoré de la dépréciation subie  par la valeur de cet actif  au cours du temps (amortissement) ; le solde représente donc la valeur  nette comptable de ces immobilisations. 
  14. 14. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  14    • Les  immobilisations  financières  (autres  valeurs  immobilisées) :  Cette  rubrique  regroupe  principalement  le  portefeuille  de  participation  dans  d’autres  sociétés  et  filiale  (titres  de  participation) et les prêts.  I – 1 – 2 : L’actif circulant  Cette partie est divisée en deux autres parties :  • Les valeurs d’exploitation : il s’agit de la valeur des biens en stock sous différentes formes  telles que matières 1ère , fourniture diverses, produits en cours, produits finis … Les stocks  sont évalués à leur prix de revient déduction faite des dépréciations éventuelles dues à leur  détérioration. Par prix de revient, il faut comprendre le coût d’achat des matières 1ères  ou  marchandises et le coût de production des produits finis.  • Les valeurs réalisables : il s’agit là d’un actif d’exploitation regroupant l’ensemble des dettes  des clients à l’égard de l’entreprise. Ces créances sont ventilées en différents postes. Ainsi,  les créances clients matérialisées par un effet de commerce (billet à ordre, lettre de change  …) figurent dans des postes effets à recevoir. Par ailleurs, les effets à recevoir qui ont été  déposés auprès de la banque pour obtenir un crédit d’escompte (effets portés à l’escompte  et  non  échus)  sont  pris  en  compte  dans  l’ensemble  des  créances  clients.  L’entreprise  conserve le risque de non‐paiement du débiteur en incorporant le montant des effets portés  à l’escompte et non échus.  I – 1 – 3 : Les valeurs disponibles : il s’agit des postes caisse et banque, c’est‐à‐dire des liquidités  détenues  par  l’entreprise  et  des  soldes  créditeurs  de  compte  bancaire.  A  ces  postes  (banque  te  caisse), il faut ajouter les valeurs mobilières de placement considérées comme de la quasi‐monnaie  (ou quasi‐liquidité).  I – 2 : Le passif du bilan  C’est  le  répertoire  de  l’ensemble  des  dettes  de  l’entreprise  et  par  solde  (ou  équilibre)  indique  la  richesse des actionnaires. Les postes du passif sont eux aussi rangés par ordre d’exigibilité croissante  avec le capital social des actionnaires en haut et les dettes financières à court terme en bas.  I – 2 – 1 : Les capitaux permanents  Ils comprennent les capitaux propres et ressources assimilées, auxquels on ajoute les emprunts et  dettes à long et moyen terme.  • Les capitaux propres (ou fonds propres)  Ils correspondent à la richesse (comptable) des actionnaires et leur montant peut être déterminé par  le solde entre l’actif total et l’ensemble des dettes contractées par l’entreprise. Au passif du bilan ces  fonds propres apparaissent sous diverses rubriques. Il s’agit essentiellement du capital apporté par  les  actionnaires  (capital  social)  ainsi  que  des  bénéfices  laissés  par  ceux‐ci  à  la  disposition  de  l’entreprise au cours des années (réserves, RAN).   
  15. 15. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  15    • Le résultat net  Il s’agit du bénéfice net de l’exercice apparaissant au bas du compte de résultat. Si la décision de  répartition a déjà été prise, il convient d’intégrer le montant des dividendes dans les dettes à court  terme (à l’égard des actionnaires) et d’incorporer dans les capitaux propres la part des bénéfices qui  sera mise en réserve.  • Les dettes à terme (dettes à long et moyen terme)  Il s’agit des dettes contractées par l’entreprise à plus d’un an. Ces dettes peuvent se matérialiser  sous  forme  d’obligation  ou  de  crédit  bancaire  par  leur  durée  mais  surtout  leur  objet,  nature  et  condition d’octroi. Les prêts à long et moyen terme diffèrent nettement des crédits de trésorerie.  I – 2 – 2 Le passif circulant  Il englobe toutes les dettes envers les fournisseurs, le personnel, les organismes sociaux, l’Etat, etc.  les  dettes  fournisseurs  sont  des  crédits  accordés  par  les  fournisseurs  sous  la  forme  de  délai  de  règlement. Ce crédit apparaît aussi au poste effets à payer si la créance se matérialise par un effet de  commerce (lettre de change ou billet à ordre).  Les effets à payer « financiers », à la différence des effets à payer « fournisseurs doivent être classés  dans les crédits de trésorerie.  I – 2 – 3 : Le passif de trésorerie  Il s’agit de dettes bancaires à court terme (moins d’un an). Ces crédits sont de diverses natures ; à  savoir les crédits par mobilisation d’effets ou de créances commerciales, les crédits documentaires,  les obligations cautionnées ou les découverts bancaires.  A ce niveau, apparaît le montant des effets portés à l’escompte et non échus qui correspond en fait à  un crédit d’escompte accordé par la banque contre remise d’effets de commerce.  II : Le bilan financier  Le bilan comptable a surtout tendance à répondre aux exigences juridiques plutôt que économiques.  Par conséquent, il ne répond pas aux attentes des financiers d’où l’établissement par ces derniers  d’un bilan corrigé dénommé bilan financier obtenu après retraitement de l’actif et du passif. Le rôle  du bilan financier est :  • De présenter le patrimoine réel de l’entreprise : les postes du bilan financier sont évaluer, si  possible à leur valeur vénale.  • De déterminer l’équilibre financier, en comparant les différentes masses du bilan classées  selon leur degré de liquidité ou d’exigibilité et en observant le degré de couverture du passif  exigible par les actifs liquides.  • D’évaluer la liquidité du bilan c’est‐à‐dire la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à  moins d’un an à l’aide de son actif circulant à moins d’un an. 
  16. 16. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  16    • D’estimer la solvabilité de l’entreprise autrement dit est ce que l’actif est assez suffisant pour  couvrir toutes les dettes.  • De permettre la prise de décision.  II – 1 : Les retraitements du bilan financier  II‐ 1 – 1 : Les corrections à l’actif  L’actif du bilan financier peut être scindé en deux (2) grandes parties :  • L’actif réel net à plus d’un an est constitué de deux (2) sous‐parties :  L’actif immobilisé réel net : de cette sous‐partie il faut extraire les non‐valeurs telles que  les  frais  d’établissements,  les  charges  payées  d’avance  (inclus  dans  le  compte  de  régularisation actif) ainsi que tout autre élément qui peut apparaître comme une non‐ valeur. Par contre il faut tenir compte des plus‐ou‐moins values latentes.  L’actif circulant à plus d’un an : les créances à long terme doivent être portées dans les  immobilisations financières de même que les prêts à plus d’un an et les titres à court  terme  immobilisés  par  l’entreprise  (non  côtés).  Les  comptes  de  régularisation  doivent  être  bien  analysés  afin  de  faire  passer  les  montants  stables  dans  les  immobilisations  d’une part et d’autre part d’annuler les non‐valeurs.  • L’actif à moins d’un an (actif circulant)  Il faut vérifier ici si les créances ne constituent pas des montants à long terme à transféré dans  les  immobilisations  financières.  L’actif  à  moins  d’un  an  sera  aussi  diminué  d’une  quantité  de  stock de titre de placement (VMP) non côtés et de certaines charges constatées d’avance à long  terme.  II – 1 – 2 : les corrections au passif  • Le passif réel à plus d’un an (capitaux permanents)  Les capitaux propres (situation nette)  En  plus  des  comptes  normaux,  on  peut  y  trouver  les  prêts  participatifs,  les  écarts  de  conversion  passif, les plus‐values issues des réévaluations de l’actif, le montant des dividendes contenus dans le  résultat. Toutefois, ils seront diminués du montant des non‐valeurs extraites de l’actif pour garder  l’équilibre du bilan.  Les dettes à long et moyen terme  Il s’agit des dettes financières à plus d’un an si l’évènement est sensé se produire dans ce délai, et  des comptes de régularisation à plus d’un an. En d’autres termes, il faut inclure dans les dettes à  court terme l’annuité des dettes à long et moyen terme qui devient exigible. 
  17. 17. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  17    Des informations généralement fournies en annexe permettent d’éclater le poste comptable dettes  financière à plus ou moins d’un an.  • Le passif réel à moins d’un an (dettes à court terme)  Les dettes à court terme comprennent les dettes d’exploitation, les dettes fiscales et sociales et les  dettes financières à  court terme. On y ajoute aussi une partie des provisions pour risques dont les  évènements sont sensés se dérouler dans moins d’un an, et surtout le montant des dividendes à  distribuer durant l’exercice en cours.  NB :  1. le bilan financier classe les postes comptables en masses homogènes d’après leur degré de  liquidité ou d’exigibilité.   2. L’affectation du résultat est nécessaire avant toute analyse.  3. A l’image du bilan comptable, le bilan financier se présente avec des valeurs nettes.  4. Enfin, les effets escomptes non échus sont incorporés dans les parties à moins d’un an de  l’actif et du passif.  II – 2 : Présentation du bilan patrimonial (ou financier) selon les grandes masses  On suppose compte tenu du patrimoine, qu’à l’actif la séparation à plus d’un an et à moins d’un an  recouvre les rubriques « actif immobilisé net » et « actif circulant ».  Au passif, les dettes à long terme sont constituées des dettes dont l’échéance est à plus d’un an. Les  dettes à court terme regroupent l’ensemble des dettes dont l’échéance est à moins d’un an, quelque  soit  leur  cycle  de  rattachement.  Elles  comprennent  donc  la  partie  des  emprunts  à  L&MT  remboursable à moins d’un an.  GRANDES MASSES  MT NETS  GRANDES MASSES  MT NETS  Actif immobilisé net  X  Capitaux  permanents  =  (capitaux  propres + dettes à L&MT)   X  Actif circulant  x  Dettes à CT  x    III : Le bilan fonctionnel  L’analyse fonctionnelle de la structure financière est basée sur l’étude de la couverture des emplois  par  les  ressources  en  prenant  en  considération  les  trois  (3)  grandes  fonctions  (investissement,  financement,  exploitation)  dans  les  différents  cycles  économiques  de  l’entreprise.  Le  bilan  fonctionnel a pour rôle :  • D’apprécier la structure financière de l’entreprise ;  • D’évaluer les besoins financiers et le type de ressources dont dispose l’entreprise ;  • De déterminer l’équilibre financier en comparant les différentes masses du bilan classées par  fonction et en observant le degré de couverture des emplois par les ressources ; 
  18. 18. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  18    • De calculer la marge de sécurité financière de l’entreprise ;  • D’apprécier le risque de défaillance  • De permettre la prise de décision.  III ‐ 1 : Les retraitements du bilan fonctionnel  Le bilan comptable subit plusieurs retraitements afin d’établir le bilan fonctionnel.  • Reclasser certains postes du bilan comptables selon leur fonction :  Les amortissements et les dépréciations sont reclassés en ressources stables ;  Les charges à répartir sur plusieurs exercices reclassées en immobilisation ;  Les concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque reclassés en passif de  trésorerie ;  Les intérêts courus non échus sur emprunts et sur prêts reclassés en dettes et créances  hors exploitation ;  Les VMP reclassées en actif de trésorerie ;  Les charges et produits constatés d’avance ventilés en exploitation et hors exploitation.  • Intégrer des éléments hors bilan :  Les  EENE  (effets  de  commerce  remis  en  banque  avant  la  date  d’échéance)  sont  enregistrés à l’actif dans les créances d’exploitation et au passif dans la trésorerie ;  Les  effets  et  créances  cédés  (les  cessions  de  créances  professionnelles :  loi  dailly)  qui  avaient disparu du bilan comptable doivent être réintégrer dans l’actif circulant du bilan  fonctionnel car l’entreprise doit rembourser la banque en cas de défaillance du client à la  date d’échéance ;  Le  crédit‐bail  est  ici  considéré  comme  une  immobilisation  financée  par  emprunt ?  par  conséquent la valeur (du crédit‐bail) est comptabilisée à l’actif dans les emplois stables et  au passif dans les ressources stables comme emprunt à L&MT, tout en tenant compte  des amortissements.  • Corriger les créances et les dettes pour annuler l’effet des écarts de conversion actif et passif  et prendre en compte leur valeur initiale.  • Eliminer  certains  postes  du  bilan  comptables  qui  ne  représentent  pas  de  véritables  ressources de financement :  Capital souscrit non appelé ;  Primes de remboursement des emprunts. 
  19. 19. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  19    III – 2 : présentation du bilan fonctionnel  Pour affiner l’analyse, les experts ont recourt à des types de bilan qui ne répondent pas aux normes  d’établissement du bilan comptable.  III – 2 – 1 : Le bilan fonctionnel pool de fonds  Il  a  pour  but  d’évaluer  les  stocks  d’emploi  et  de  ressource  à  leur  valeur  d’origine  et  de  montrer  comment les emplois ont été financés par les ressources. Aucune ressource particulière n’est censée  financée un emploi particulier (principe de non affectation). Les immobilisations figurent pour leur  montant  brut.  Les  ressources  sont  constituées  du  financement  propre  externe  et  interne  et  des  dettes financières, sans distinction de maturité.  STOCK D’EMPLOI  TM  STOCK RESSOURCE  MT    Immobilisations brutes    Fonds propres externes  (capital, subvention)      Fonds propres internes  Réserves, amortissements et provisions)    + stock et encours  + créances d’exploitation  ‐ Dettes d’exploitation    + créances diverses  ‐ Dettes diverses      Dettes financières      III – 2 – 2 : Le bilan fonctionnel forme horizontal  Ce  bilan  est  fondé  sous  le  principe  d’affectation  des  ressources  stables  aux  emplois  stables.  L’excédent  des  ressources  devrait  alors  servir  à  financer  les  besoins  nets  durables  générés  par  le  cycle  d’exploitation.  La  trésorerie  en  conséquence,  conformément  à  l’optique  fonctionnelle  horizontale, serait le signe de l’équilibre financier de l’entreprise.  NB : les amortissements et provisions calculés ne sont pas déduits des postes d’actif concernés, car  ils  sont  considérés  comme  des  moyens  de  financement  de  l’entreprise.  Par  conséquent  leurs  montants  sont  inscrits  au  passif  dans  les  capitaux  propres  (problème  d’équilibre)  pour  former  la  capacité financière de l’entreprise.      Capacité financière = capitaux propres + résultat + amortissements et provision         
  20. 20. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  20    DESIGNATION  MTS  + financement propre externe  + financement propre interne                                                                           Ressources stables        Immobilisation brutes                                                                                              Emplois stables      + Stocks et encours  + créances d’exploitation  ‐ Dettes d’exploitation                                                                 Besoin de financement d’exploitation          + créances diverses  ‐ Dettes diverses                             Besoin de financement HAO        + Trésorerie actif  ‐ Trésorerie passif                                                                       Trésorerie nette          Section 2 : La structure financière  I : analyse statique de la structure financière   I – 1 : Le fond de roulement  Le  FR  est  la  partie  des  ressources  durables  qui  concourt  au  financement  de  l’actif  circulant.  Il  représente une ressource durable ou structurelle mise à la disposition de l’entreprise pour financer  des besoins du cycle d’exploitation ayant un caractère permanent. Il est aussi pour l’entreprise une  marge de sécurité financière dont l’augmentation accroît les disponibilités de l’entreprise.  I – 1 – 1 : Calcul du FR  • A partir du haut du bilan  Le FR est la différence entre les capitaux permanents et les immobilisations nettes.  FR = capitaux permanents – actif immobilisé  Cette  méthode  permet  de  mesurer  la  part  des  ressources  durables  consacrée  au  financement  de  l’actif circulant. Il met aussi l’accent sur l’origine du Fr, c’est pourquoi on peut calculer un FR propre  ou étranger.  FR propres = capitaux propres – AIN  FR étranger = dettes financière ‐ AIN  • A partir du bas du bilan  Si on considère que le bilan est équilibré, l’écart constaté en haut se répercute en bas. Ainsi le FR  sera la différence entre les actifs à CT et les dettes du passif de même nature. Ce calcul met l’accent  sur  la  finalité  du  FR  qui  est  le  financement  de  l’AC.  Il  permet  aussi  de  calculer  la  part  de  l’actif  circulant qui n’est pas financée par le passif circulant. 
  21. 21. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  21    FR = ACT ‐ PCT  NB : la nécessité d’un FR positif ne provient pas seulement d’un désir d’équilibre financier, mais de la  couverture des besoins de financement du cycle d’exploitation.  Si  le  FR  augmente,  il  faut  s’assurer  que  ce  n’est  pas  au  détriment  de  la  santé  financière  de  l’entreprise. Le FR peut être négatif dans le cas des entreprises de distribution qui ont une vitesse de  rotation rapide des stocks sans créances et un crédit de frais élevé.  I – 1 – 2 : Facteurs de variation du FR  • Opération diminuant le FR  Diminution des capitaux permanents  Le choix peut porter sur la baisse des capitaux propres qui passe par une distribution des réserves  autres que légales et des dividendes en instance. Le remboursement de capital est certainement une  dernière solution par sa complexité.  Le  remboursement  des  dettes  financières  par  anticipation  participe  à  la  volonté  de  baisser  les  capitaux d’emprunts de même que la reprise des provisions pour risques  et charges.  Augmentation de l’actif immobilisé  Elle passe par l’accroissement des investissements en recherche développement ou en acquisition  d’immobilisation corporelles. L’entreprise peut aussi faire des opérations de placement en acquérant  un  portefeuille  substantiel  de  titre  de  participation  ou  en  faisant  des  prêts  à plus,  moins ou  long  terme.  • Opération accroissant le FR  Augmentation des capitaux permanents  Si  on  considère  que  les  actifs  immobilisés  sont  fixes,  l’accroissement  du  FR  peut  passer  par  une  augmentation  des  capitaux  permanents.  C’est‐à‐dire  une  croissance  positive  soit  des  capitaux  propres  (augmentation  de  capital,  augmentation  de  réserves  facultative,  augmentation  des  provisions),  soit  des  dettes  à  L&MT  (augmentation  des  emprunts  et  rétention  des  dividendes  des  associés).  Baisse de l’actif immobilisé net  Si  les  capitaux  permanents  sont  fixes,  l’augmentation  du  FR  passe  par  une  baisse  des  actifs  immobilisés nets. C’est‐à‐dire des cessions d’immobilisation corporelles des cessions de titres, une  dotation  plus  élevée  des  provisions  et  amortissements,  et  des  remboursements  de  prêts  ou  de  caution.  CONCLUSION :  Le FR peut être exprimé en nombre de jour chiffre d’affaires : = (FR/CAHT) x 360 
  22. 22. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  22    I ‐2 : Le BFR  I – 2 – 1 : Définition  • Cycle d’exploitation  Il  correspond  à  l’ensemble  des  opérations,  c’est‐à‐dire  l’achat  de  matière  1ère ,  leur  stockage,  le  processus de fabrication, le stockage de produit finis et enfin la vente.  Il existe cependant un décalage temporel entre les ventes à crédit et l’encaissement de celles‐ci ;  l’entreprise  devra  donc  financer  la  phase  d’approvisionnement  (achat  de  stock),  les  charges  de  production comprennent les salaires, les charges sociales et fiscales, l’énergie …   • Le BFR ou BF  C’est la partie des besoins d’exploitation qui n’est pas assurée par les ressources d’exploitation. Tl  représente ainsi la différence entre les besoins bruts de l’actif circulant et les ressources du passif de  même nature.  BFR = Actif circulant – passif circulant  On peut calculer le degré de couverture des besoins bruts par le passif à travers le ratio R1 (ratio du  BFR).  R1 = passif circulant/actif circulant  Généralement, R1 est inférieur à 1. Le gap à financer par l’entreprise est représenter par le solde non  couvert par les ressources du passif circulant équivalent à R2 = 1 – R1.  Pour financer ce solde R2%, l’entreprise fait appel à sa réserve du FR s’il est positif.  Si le financement n’est pas bouclé par le FR qui peut être insuffisant ou négatif, le découvert bancaire  devient le seul recours pour éviter l’arrêt de l’exploitation.  NB : les dettes d’origine financière comme associés, jeton ou dettes financières à CT sont exclues  du  passif circulant pour le calcul du BFR, car elles sont réintégrées dans les capitaux permanents pour  calculer le FR.    I – 2 – 2 : Décomposition du BFR    • Le BFRE ou BFE  C’est  la  partie  essentielle  du  BFR  car  ses  composantes  sont  directement  liées  à  l’activité  de  l’entreprise.   
  23. 23. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  23    BESOINS  RESSOURCES  Stocks et encours  Avances et acomptes versés  Créances clients et comptes rattachés (brut)  Charges constatées d’avance d’exploitation  EENE (hors bilan)  Avances et acomptes reçus sur commandes  Dettes fournisseurs et comptes rattachés  Dettes fiscales (TVA) et sociales  Produits constatés d’avance d’exploitation    BFRE    • Le BFRHE OU BFRHAO  LE BFRHE est la partie du BFR qui n’est pas directement liée au Ca. Il présente un caractère instable.  BESOINS  RESSOURCES  Créances diverses  Capital souscrit, appelé non versé  Charges constatées d’avance HE  Comptes de régularisation actif non exploitation  Dettes sur immobilisation et comptes rattachés  Dettes fiscales (IS)  Dettes sociales (participation des salariés)  Autres dettes diverses  Comptes de régularisation passif HAO  BFRHE    BFRG = BFRE + BFRHE  NB : le BF peut aussi s’exprimer en nombre de jour chiffre d’affaires d’après le ratio :   (BFRE/CAHT) x 360j  I – 2 ‐3 : Les modifications du BFRG  Si le FR est insuffisant pour couvrir le BFRG, l’entreprise peut adopter l’une des deux (2) solutions  suivantes :  • Modifier  son  BFR :  pour  cela  à  défaut  de  pouvoir  accroître  ses  dettes  cycliques  du  passif,  l’entreprise  devra  mieux  gérer  ses  stocks  (éviter  les  stocks  inutiles  et  excessif  sauf  cas  de  pénurie annoncée) et ses créances (petites quantité, délais courts pour éviter de recourir au  crédit bancaire. (voir chapitre trésorerie)  • Recourir au découvert bancaire en acceptant de payer un taux d’intérêt bancaire élevé qui  peut affecter négativement la rentabilité de l’activité de production (EBE).  I – 3 : La trésorerie  Toutes les opérations de l’entreprise se matérialisent par des flux d’entrée ou des flux de sortie de  trésorerie. Son rôle est donc primordial, car elle réalise l’équilibre financier à court terme entre le FR  qui est constant et le BFG qui fluctue dans le temps à cause des opérations quotidiennes.       
  24. 24. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  24    I – 3 – 1 : Calcul de la trésorerie  1ère  méthode de calcul : T = disponibilité – CBT ou T = trésorerie actif – trésorerie passif  Elle  est  calculée  en  faisant  la  différence  entre  les  disponibilités  et  les  concours  bancaires  de  trésorerie (CBT ou découverts).  T=disponibilité‐CBT ou T=Trésorerie actif  ‐ trésorerie passif  DISPONIBILITES  CREDITS DE TRESORERIE  VMP  Valeurs à encaisser (effets)  Banque + CCP + coupons  Caisse  Escomptes d’effets non échus  Découvert bancaires  Soldes créditeurs d’organismes financiers.    2ème  Méthode de calcul   La  trésorerie  exprime  le  surplus  ou  l’insuffisance  de  marge  de  sécurité  financière  après  le  financement du BFR. Elle est calculée comme étant la différence entre le FR et le BFR .cette méthode  de calcul  démontre que la trésorerie est sous l’influence aussi bien du FR, que du BFR .ainsi la   de T  est une conséquence de la variation du Fr et du BFR.  T = FR – BFR ;         ∆°T = ∆FR ‐ ∆BFR  On  peut  aussi  calculer  la  trésorerie  d’exploitation  en  s’intéressant  aux  seules  opérations  d’exploitation rapprochées à l’EBE.   Te = EBE – BFRE  I – 4 : Les crédits à cours terme  • Le découvert : il se matérialise par un dépassement du compte courant de l’entreprise qui  devient  créditeur.  Automatiquement  et  très  soupe,  il  ne  nécessite  aucune  demande  au  préalable. Cependant les entreprises négocient avec les banques un niveau maximum appelé  plafond.  • L’escompte :  c’est  une  cession  de  titre  commercial  appelé  effet  de  commerce.  On  parle  d’EENE.  La  banque  en  acceptant  d’escompter  l’effet,  verse  à  l’entreprise  un  net  après  déduction des agios composés d’intérêts et de commission. Il s’agit d’escompte commercial.  • Le  SYSCOA  considère  cependant  le  montant  de  l’effet  escompté  comme  un  crédit  de  trésorerie dû par l’entreprise jusqu’à l’échéance.  II : Analyse dynamique de l’équilibre financier  II – 1 : Notion d’autofinancement brut ou de capacité d’autofinancement  Le  financement  interne  et  plus  précisément  l’autofinancement  est  le  moyen  de  financement  privilégié des entreprises. Or, les documents comptables (bilan, compte de résultat) n’indiquent pas  le montant de l’autofinancement de la période. Le tableau financier (TAFIRE) permet de remédier à 
  25. 25. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  25    cette  lacune.  En  effet,  il  fait  apparaître  toutes  les  catégories  de  ressources  dont  peut  disposer  l’entreprise  au  cours  de  la  période,  les  moyens  de  financement  internes  et  externes  qui  ont  été  utilisés par l’entreprise.  II – 1 – 1 : Le surplus monétaire dégagé par l’entreprise   On peut définir et calculer plusieurs surplus monétaires intermédiaires, selon que l’on retienne ou  pas tel ou tel élément dans la définition des agrégats retenus.  Ainsi  le  surplus  monétaire  obtenu  grâce  aux  opérations  d’exploitation  est  l’EBE.  C’est  d’ailleurs  l’évaluation la plus large et la plus globale du surplus monétaire. Toutefois, la notion la plus étroite  est  l’autofinancement.  L’autofinancement  représente  les  liquidités  potentielles  qui  restent  finalement à la disposition de l’entreprise, c’est‐à‐dire que l’autofinancement est la différence entre  tout ce qui est encaissable et tout ce qui est décaissable, y compris les dividendes.  La CAF brute (ou l’autofinancement brut) correspond à une capacité maximale d’autofinancement,  c’est‐à‐dire  avant  distribution  de  dividendes,  et  qui  résulte  de  toutes  les  opérations  réalisées  par  l’entreprise.  Autofinancement net = autofinancement brut – dividendes  La méthode de calcul de la CAF recommandée par le SYSCOA est la méthode dite soustractive à partir  de  l’EBE  par  addition  des  produits  encaissables  restant  après  l’EBE  et  soustraction  des  charges  décaissables.  Conformément à la pratique internationale, les résultats sur cession d’actif immobilisés ne sont pas à  inclure dans cette CAF.  Par cette méthode dite soustractive, la CAF est égale à la différence entre les produits qui entrainent  un encaissement et les charges qui entraînent un décaissement (une sortie de monnaie).  Les reprises sur provisions, par exemple, sont des produits non encaissables qui ne s’ajoutent pas à  l’EBE, de même que les amortissements sont des charges non décaissables.  Méthode soustractive :  CAF = EBE – charges décaissables restantes + produits encaissables restants à l’exception des  cessions d’actif immobilisé.  Méthode additive :  Elle conduit au même résultat, en permettant de déterminer la capacité d’autofinancement par la  somme  des  éléments  qui  résultent  de  toutes  les  opérations  réalisées  par  l’entreprise.  Partant  du  résultat net de l’exercice, la capacité d’autofinancement est égale à :  Résultat net (+ si bénéfice et – si perte)  + Dotation aux amortissements  + Dotation aux provisions pour pertes et charges 
  26. 26. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  26    + Dotation aux provisions pour PBE  + Plus‐values de cession à réinvestir  + Subvention d’équipement amortis  + Dotation aux provisions des comptes de la classe 2  ‐ Reprises sur amortissement et provisions  = Autofinancement brut ou CAF  La totalité de la CAF ne reste pas à la disposition de l’entreprise qui distribue une partie du bénéfice  aux actionnaires sous forme de dividendes.  Autofinancement net = CAF – dividendes  II – 1 – 2 : Les flux de trésorerie  Toutes les opérations que l’entreprise réalise avec son environnement se traduisent immédiatement  ou à terme, par des flux de trésorerie.  Sur  un  exercice,  la  trésorerie  globale  est  donnée  par  la  différence  entre  encaissements  et  décaissements.  Cette différence ou excédent global de trésorerie ∆T, est obtenue par la relation fondamentale :  ∆°T = ∆FR ‐ ∆BFR. Cet excédent global ∆T provient de deux (2) origines distinctes :  • Les opérations liées au cycle d’exploitation  • Les opérations d’investissement et de financement.  II – 1 – 2 – 1 : L’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE)  Dans l’ensemble des opérations d’exploitation, il se dégage au cours de l’exercice, un excédent (ou  déficit) de trésorerie dénommé ETE. L’ETE est donc la trésorerie générée (ou consommée) au cours  de l’exercice, par les seules opérations d’exploitation.  Pour un exercice donné, on a :  ETE =   encaissement sur ventes  ‐ Décaissement sur achats  ‐ Décaissement sur autres charges d’exploitation  ‐ Règlement TVA à décaisser    L’analyse des éléments constitutifs de l’ETE conduit à sa formulation classique : 
  27. 27. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  27    ETE =  Ventes HT     + Production immobilisée    + ∆dettes d’exploitation  ‐ Achats HT  ‐ Autres achats d’exploitation   ‐ ∆°créances d’exploitation  Aussi à partir de l’EBE, il est donné par l’équation :  ETE = EBE ‐ ∆BFRE  ETE = EBE ‐ ∆BFRE – production immobilisée.  L’ETE représente la trésorerie gagnée (ou perdue) par l’entreprise, au cours de l’exercice, du seul fait  de  ses  opérations  d’exploitation.  Plus  l’ETE  est  important  plus  la  rentabilité  d’exploitation  et  le  potentiel d’autofinancement sont grands ;  II – 1 – 2 – 2 : l’excédent de trésorerie sur opération d’investissement et de financement  Il résulte d’une confrontation entre les décaissements sur emplois stables et les encaissements sur  ressources durables.    Emplois stables                      Il découle de ce schéma que pour un exercice donné  Ressources stables (CAF)  • Dividendes  • Acquisition d’actifs  • Charges immobilisées  • Réduction des capitaux propres  • Remboursement de dettes LT  • Cessions d’actifs  • Augmentation de capitaux propres • Augmentation de dettes financière Excédent de trésoreries 
  28. 28. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  28    ET sur opération d’investissement et de financement =              Ressources stables (sauf CAF) – Emplois stables              Ressources stables – emplois stables – CAF  Il résulte de cette approche dynamique de l’équilibre financier, qu’une trésorerie positive signifie une  couverture correcte des engagements de l’entreprise. Conséquent, lorsque la trésorerie est négative,  il y a déséquilibre financier.  II – 2 : Evolution de la structure financière entre deux (2) dates : le tableau financier des ressources  et des emplois (TAFIRE)  Une entreprise a deux (2) types de besoins de financement : immobilisation et cycle d’exploitation.  Elle a des ressources internes au niveau des capitaux permanents (autofinancement) et des dettes à  court terme. Elle a aussi des ressources externes au niveau des capitaux permanents (augmentation  de capital, emprunt à LT) et des dettes à CT (crédits de trésorerie).  Le TAFIRE est la confrontation entre deux (2) bilans successifs :  • D’une part, de la variation des besoins de financement ;  • D’autre part, de la variation des ressources qui ont permis de les couvrir.  Le  TAFIRE  cherche  à  mettre  en  évidence  l’autonomie  de  chaque  exercice  de  façon  à  ce  que  ledit  exercice généré des ressources suffisantes pour faire face à ses besoins.  Ainsi l’établissement du tableau financier met en évidence les deux (2) niveaux de flux financier :  • Les flux de LT  • Les flux d’exploitation et de trésorerie  II – 2 – 1 : les variations des postes du bilan  Afin d’étudier les flux financier ayant eu lieu entre deux (2) bilans, il convient de faire l’inventaire des  emplois et de leur financements (les ressources).   En  règle  générale,  sera  considéré  comme  un  emploi  toute  augmentation  d’un  poste  d’actif  (ou  diminution  d’un  passif)  et  comme  une  ressource  toute  augmentation  d’un  poste  de  passif  (ou  diminution d’un actif).  Emplois              Ressources  Augmentation d’un poste d’actif        augmentation d’un poste de passif  Diminution d’un poste de passif        diminution d’un poste d’actif  Il  est  clair  que  toute  augmentation  d’un  poste  d’actif  est  un  emploi  dont  le  montant,  égal  à  la  variation de ce poste, a dû être financé par une ressource équivalente. Partant de deux (2) bilans 
  29. 29. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  29    successifs,  un  tableau  financier  pourra  être  établi  simplement  en  répertoriant  l’ensemble  des  variations de poste de bilan ; somme des emplois égale celle des ressources.  II – 2 – 2 : Les soldes financiers de l’exercice  Les soldes financiers calculés sont essentiellement au nombre de trois (3) :  • CAFG et CAF (voir section 1)  La CAFG est calculée dans le tableau par la méthode dite soustractive.  • Variation du besoin de financement d’exploitation (∆BFE)  Le BFE est formé de la somme algébrique des stocks, des stocks et des créances de l’actif circulant, et  des dettes du passif circulant à l’exclusion des éléments HAO.  ∆°BFE = ∆stocks + ∆°créances ‐ ∆°dettes.  Ces variation sont calculées directement à partir des montants nets des postes des deux (2) bilans N  et N‐1, la variation étant algébrique, toujours faire la différence MT (N) – MT (N‐ 1).  Ces  variations  qui  ne  constituent  pas  des  flux  mais  de  simples  différences  bilancielles,  sont  des  emplois  correspondant  à  des  besoins  de  financement  (augmentation  des  stocks  et  des  créances,  diminution des dettes) ou des ressources représentant des financements (diminution des stocks et  des créances, augmentation des dettes).  • ETE (voir section 1)  Le TAFIRE n’utilise pas l’ETE, toutefois, la connaissance de ce dernier apparaît indispensable à tout  lecteur.  II – 3 : L’établissement du TAFIRE  II – 3 – 1 : Emplois à financer  Premier  bloc,  souvent  le  plus  important  en  valeur,  est  formé  par  les  emplois  dans  la  croissance  interne  de  la  firme  sous  forme  d’acquisition  d’immobilisation  corporelles  et  incorporelles ;  les  emplois dans la croissance externe par acquisition d’immobilisation financières.  Comme  les  cessions  d’immobilisation  sont  fortement  corrélées  aux  acquisitions,  le  tableau  les  associe en portant côte à côte, dans les colonnes emplois et ressources :  • Les acquisitions (emplois)  • Les cessions (ressources) sur la même ligne.  La  somme  algébrique  de  ces  investissements  et  désinvestissements  (qui  statistiquement,  sera  presque toujours un emploi) représente l’investissement total de l’exercice y compris la production  immobilisée qui, par souci de simplification dans la présentation, est incluse dans les acquisitions. 
  30. 30. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  30    A cet investissement s’ajoute la variation constatée du BFE, qui est généralement un emploi dans une  entreprise en croissance et une ressource en cas de diminution du BFE.  Les liens étroits existant entre l’investissement et le BFE sont marqués leur appartement à ce bloc  d’emplois économique à financer.  L’entreprise a dû financer en outre des emplois HAO et des emplois financiers (remboursement par  exemple).  II – 3 – 2 : Ressources de financement dégagées ou obtenues  La partie ressources regroupe le financement propre (CAFG), son recours à de nouveaux capitaux  propres par augmentation de capital et obtention de nouvelles subventions d’investissement.  II – 3 – 3 : Equilibre sous la forme des variations de la trésorerie  La confrontation des emplois totaux et des ressources totales de financement dégage soit :  • Un excédent de ressources qui se traduit par une augmentation de la trésorerie (emploi)  • Une insuffisance de ressources  comblée par un prélèvement sur la trésorerie (ressources)  II – 3 – 4 : contrôle à vocation pédagogique  Le tableau comporte son propre contrôle direct par l’égalité observé en fin de tableau, des montants  en emplois et en ressources.  Le  SYSCOA  propose  un  second  contrôle  à  la  suite  du  tableau  qui  s’opère  à  partir  des  trois  (3)  rubriques ci‐après et deux (2) bilans successifs.  • ∆°FR (emploi ou ressource)  Par le TAFIRE (rubrique ad hoc)  Par le bilan : FR bilan (N) – FR bilan (N – 1)  • ∆°BFG (emploi ou ressource)  • ∆° de trésorerie = T(N) – T(N – 1)  Le total de ces trois (3) variations conduit à une égalité : emploi = ressource      TAFIRE     
  31. 31. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  31    1ère  PARTIE : ( A l’exclusion des éléments H.A.O)  VARIATION : (N) – (N‐1)  EMPLOI  Augmentation (+)  RESSOURCES  Diminution (‐)  Des stocks :  • Marchandises  • Matières 1ère   • En‐cours  • Produits fabriqués      (A) Variation globale nette des stocks      Des créances :  • Fournisseurs, avances versés  • Clients  • Autres créances      (B) Variation globale nette des créances      Des dettes circulantes :  • Clients, avances reçues  • Fournisseurs d’exploitation  • Dettes sociales  • Dettes fiscales  • Autres dettes  • Risques provisionnés      (C) Variation globale nette des dettes circulantes      VARIATION DU BFE = (A) + (B) – (B)          ETE = EBE – Var.BFE – Production immobilisée        (N)  (N – 1)  Excédent brut d’exploitation  ‐ Variation BFE (‐ si emploi ; + si ressource)  ‐ Production immobilisée      Excédent de trésorerie d’exploitation           
  32. 32. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  32    2ème  PARTIE : TABLEAU    EXERCICE (N)  EXERCICE  (N‐1)  EMPLOIS RESSOURCES  (E‐. R+) I INVESTISSEMENTS ET DESINVESTISSEMENTS :    ‐ Charges immobilisées (augmentation dans l’exercice)  Croissance interne :  ‐ Acquisition / cessions d’immobilisations incorporelles  ‐ Acquisition / cessions d’immobilisations corporelles  Croissance externe :  ‐ Acquisition / cessions d’immobilisation financières        INVESTISSEMENT TOTAL (I)        II Variation du besoin de financement d’exploitation (BFE) (II)        A. EMPLOIS ECONOMIQUES A FINANCER :(I) + (II)        III EMPLOIS / RESSOURCES (BFE, HAO)  IV EMPLOIS FINANCIERS CONTRAINT 1  Remboursement (selon échéancier) des emprunts et des dettes financière        B. EMPLOIS TOTAUX A FINANCER        V FINANCEMENT INTERNE :  ‐ Dividendes (emplois) / CAFG (ressources)…  VI FINANCEMENT PAR LES CAPITAUX PROPRES  ‐ Augmentation de capital par apports nouveaux  ‐ Subvention d’investissement  ‐ Prélèvement sur le capital (y compris retraits de l’exploitant  VII FINANCEMENT PAR NOUVEAUX EMPRUNTS :  ‐ Emprunts 2   ‐ Autres emprunts        C. RESSOURCES NETTES DE FINANCEMENT        D. EXCEDENT OU INSUFFISANCE DE RESSOURCES DE FINANCEMENT        VIII VARIATION DE LA TRESORERIE :  Trésorerie nette :  ‐ A la clôture de l’exercice + ou ‐  ‐ A l’ouverture de l’exercice + ou ‐        VARIATION DE LA TRESORERIE (+ si emploi, ‐ si ressources)        Contrôle : D = VIII avec signe opposé        NB : I, IV, V, VI, VII : en termes de flux         II, III, VIII : différences « bilancielles »        Contrôle (à partir des masses des bilans (N) et  (N‐1)        Variation du Fond de roulement = FR (N) – FR (N‐1)  Variation du BFG : BFG (N) – BFG (N‐1)  Variation de la trésorerie (T) = T (N) – T (N‐1)        TOTAL                     
  33. 33. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  33    CHAPITRE III : ANALYSE DES RENTABILITES PAR LES RATIOS    Un ratio est un rapport entre deux (2) grandeurs significatifs (masse du bilan, compte de résultat, des  indicateurs de gestion …) ayant pour objectif de fournir des informations utiles et complémentaires  aux données utilisées pour son calcul.   Les ratios sont donc des outils de mesure et de contrôle de l’évolution dans le temps et dans l’espace  d’un phénomène étudié en analyse financière.  Section 1 : Typologie des ratios  I : Les ratios de structure du bilan  I – 1 : les ratios relatifs à l’actif  Ces ratios indiquent la composition du capital de l’entreprise qui est directement lié à son activité. Ils  définissent en quelque sorte le secteur d’activité de l’entreprise. En référence aux ratios de l’actif,  une entreprise peut être plus ou moins capitalistique, c’est‐à‐dire qu’elle peut avoir une faible ou  une forte proportion d’immobilisation : on parle ainsi d’intensité capitalistique.  On distingue ainsi :  • Le rapport (AI/AT) x 100 traduit l’intensité capitalistique d’une part et d’autre part permet de  caractériser le secteur d’activité de l’entreprise.  • Les  rapports  (AC/AT)  x  100  ou  (élément  de  l’AC/AT)  x  100  traduisent  les  conditions  de  gestion et d’exploitation du cycle d’exploitation d’une entreprise.  I – 2 : Les ratios relatifs au passif  Ces  ratios  mesurent  les  parts  respectives  des  financements  propres  et  des  financements  par  endettement. Ils permettent d’apprécier ou de mesurer les risques encourus par les créanciers de  l’entreprise. En effet plus l’entreprise est endettée, plus elle aura des difficultés à traverser les crises  conjoncturelles et à supporter des politiques de restriction de crédit. On distingue ainsi :  • Ratio d’endettement global = (total dettes/total passif) x 100  Il mesure le degré ou le niveau d’endettement, toute nature (dette financière, commerciale, sociale,  fiscale, monétaire, bancaire …), et toute maturité (longue, moyenne, courte) confondue.  Il  montre  ainsi  le  degré  de  dépendance  de  l’entreprise  vis‐à‐vis  de  ses  bailleurs  de  ressources  précaires, et par conséquent, son niveau de vulnérabilité ou de fragilité par rapport à des centres de  décision exogènes.  • Ratio  d’endettement  à  terme  ou  autonomie  structurelle  (endettement  structurel  ou  endettement à LT) = (dettes LMT/ capitaux) x 100 ;   Ce ratio se décline sous plusieurs façons : 
  34. 34. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  34    (dettes LMT/capitaux permanents) x 100   ou    (capitaux propres/capitaux permanent) x 100  Ce ratio est très utilisé par les professionnels du secteur bancaire. En effet avant tout engagement à  LT,  le  banquier  de  l’entreprise  calcule  l’apport  des  capitaux  propres  dans  le  financement  à  LT.  Et  avant  tout  prêt  il  impose  la  règle  du  50/50  des  capitaux  permanents.  Autrement  la  capacité  d’emprunt de l’entreprise est jugée saturée  II : Les ratios d’équilibre financier  Ces ratios permettent d’analyser l’équilibre financier et la solvabilité d’une entreprise.  II – 1 : Les ratios du FR  • Niveau du FR = (capitaux permanents/AI) x 100 ; s’il est supérieur à 1, alors le FR est positif  et l’entreprise dispose d’un excédent de capitaux permanents. A contrario, il est négatif. Par  contre s’il est égal 1, c’est la parité. En d’autres termes le FR est inexistant (nul ou neutre).  • Utilisation  du  FR  dans  la  couverture  des  besoins  de  l’entreprise  =  (FR/AC)  x  100  ou  (FR/élément de l’AC) x 100  II – 2 : Les ratios de trésorerie  Ils permettent d’apprécier la solvabilité de l’entreprise à Ct, c’est‐à‐dire la capacité de l’entreprise à  rembourser ses dettes à court terme. On calcule ainsi :  • Ratio de trésorerie générale ou liquidité générale = {(AC + AT)/(dettes à CT + DT)} x 100  Il mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à CT en utilisant ses actifs à CT.  • Ratio de T réduite ou liquidité réduite = (valeurs réalisables + disponibilité)/dettes à CT  Il  mesure  la  capacité  de  l’entreprise  à  payer  ses  dettes  à  CT  en  utilisant  les  créances  et  les  disponibilités.  • Ratio de T immédiate ou liquidité immédiate = (disponibilité/ dettes à CT) x 100.  Il mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à CT en utilisant les disponibilités.  Le niveau de chacun de ces ratios peut renseigner sur les difficultés de l’entreprise concernant le  règlement de ses dettes.  III : Les ratios de gestion  Ils tiennent  compte du CA réalisé par l’entreprise  et déterminent la vitesse  de rotation  des biens  réels et financiers (créances ou dettes). De façon générale, la rotation d’un bien se mesure par le  rapport :   (CA/élément d’actif ou de passif) x 100  indique la vitesse de rotation des éléments ; 
  35. 35. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  35    (Élément  d’actif  ou  de  passif/CA)  x  360  indique  le  délai  de  règlement,  de  présence  ou  de  découlement d’un bien physique financier.  Le  partage  de  la  valeur  ajoutée  entre  les  différents  facteurs  de  production  permet  d’évaluer  la  contribution de chacun des facteurs.  • La vitesse de rotation du capital = (CA/actif total) x 100 ou (CA/capitaux propres) x 100  Ces ratios donnent une idée de la rapidité avec laquelle l’entreprise fait fructifier ses ressources. Plus  le  ratio  est  élevé,  plus  les  capitaux  tournent  rapidement.  Le  ratio  indique  combien  de  fois  dans  l’année il a été possible de faire tourner les capitaux.  • La vitesse de rotation des stocks = (stock moyen/Coût d’achat HT) x 360j  Il est particulièrement important de surveiller la vitesse de rotation des stocks. Un alourdissement  des  stocks  se  répercute  aussitôt  au  niveau  de  la  trésorerie  pour  les  marchandises,  les  stocks  de  matière 1ère , comme pour les produits finis.  • Les ratios de règlement  Les  conditions  d’exploitation  d’une  entreprise  sont  rythmées  par  les  décaissements  et  les  encaissements. Il est donc important de mesurer les différents délais liés aux flux d’exploitation de  l’entreprise.  Délai  de  recouvrement  des  créances  =  (créances  CLT  et  compte  rattachés  +  EENE)/VTTC) x 360j  Ce délai représente la durée moyenne de crédit accordée par l’entreprise à ses clients. Il s’exprime  généralement en jours  Délai de règlement des dettes = (dette fournisseurs et comptes rattachés/ATTC) x 360j  La méthode de calcul est identique à celle utilisée pour les créances clients.  NB : Le rapprochement entre délai clients et délai fournisseurs conduit à la détermination du crédit  enter‐entreprises. Dans ce cas, on cherche à savoir si l’entreprise finance ses partenaires ou si les  partenaires financent l’entreprise.  • Les ratios de répartition de la valeur ajoutée  A partir de la VA, il est possible de retenir un certain nombre de ratios permettant d’apprécier la  façon dont la richesse de l’entreprise est générée. La 1ère  catégorie de ratios cités permet d’apprécier  la contribution de chaque facteurs de production dans la réalisation de la VA.  Taux de la VA = (VA/production) x 100  Productivité du travail = (VA/nombre de salarié) x 100  Productivité du capital = (VA/immobilisation du capital) x 100 
  36. 36. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  36    L’inverse de ce dernier ratio donne le coefficient du capital ou le degré d’intensité capitalistique de  l’entreprise.  Les ratios issues de la VA permettent aussi de suivre dans le temps comment l’entreprise rémunère  les facteurs de production utilisés :  La politique de l’entreprise à l’égard de son personnel = (charges de personnel/VA) x  100  Le degré d’endettement de l’entreprise = (charges financières/VA) x 100  La politique d’investissement de l’entreprise = (dotation aux amortissements/VA) x 100  IV : Les ratios de rentabilité  Une entreprise se doit d’être rentable. Et la rentabilité de l’entreprise est sa capacité à générer un  résultat positif.   La rentabilité est un concept multidimensionnel : économique, commercial, financier qui se mesure  par la formule : (résultat net/moyen) x 100  • Le ratio de rentabilité économique ou global (Re)= (résultat net/actif total) x 100 ou  (EBE/actif total) x 100 ou (RE/actif total) x 100  Ce ratio exprime la manière dont sont utilisés les moyens de l’entreprise, autrement dit l’efficacité de  l’exploitation au sein de l’entreprise.  • Le ratio de rentabilité commercial (Rc)  Rc  =  (résultat  net/CAHT)  x  100.  Il  permet  d’apprécier  le  dynamisme  et  l’efficacité  de  l’activité  commerciale.  • Le ratio de rentabilité financière (ou rentabilité des capitaux propres) (Rf)  Ce ratio intéresse en premier lieu les actionnaires de l’entreprise.  Rf = (Résultat net/capitaux propres) x 100. Il exprime la rémunération des capitaux propres engagés  dans une affaire.  Le ratio peut se décomposer de la manière suivante :  Rf = RN/CP = RN/CA x CA/AT x P/CP  Rf = Rc x rotation du capital x coef d’endettement.  Cette  relation  montre  sur  quelle  composante  peut  agir  l’entreprise  pour  modifier  sa  rentabilité :  volume des affaires, marge bénéficiaire, et structure d’endettement.  La  rentabilité  financière  dépend  de  façon  étroite  à  la  Re  et  à  la  Rc,  mais  également  du  recours  à  l’endettement (effet de levier financier). 
  37. 37. Cours analyse financière 2012 ‐ 2013    M. Arouna BA  37                L’effet de levier (λ) permet ainsi de mesurer l’influence de la structure financière sur la rentabilité de  l’entreprise.  Section 2 : L’analyse de la structure financière sur les performances   Parmi les facteurs qui déterminent le niveau des performances, on doit mentionner la structure de  financement de l’entreprise. Quoique le rôle de cette structure soit complexe et discuté, l’analyse de  l’effet de levier permet d’en donner une première approche.  I : Analyse de l’effet de levier financier  L’effet de levier financier peut être introduit sur la base d’une schématisation du bilan réduit à trois  (3) grandes masses, soit : 

×