SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  80
Géopoli'que	
  des	
  métaux	
  et	
  des	
  minerais,	
  
tendances	
  et	
  conséquences	
  
pour	
  les	
  équilibres	
  stratégiques	
  mondiaux	
  
Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Directeur	
  du	
  domaine	
  «	
  armement	
  et	
  économie	
  de	
  défense	
  »,	
  IRSEM	
  
IHEDN,	
  16	
  octobre	
  2015	
  
19/01/16	
  
Introduc'on	
  
2	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Propos	
  introduc'fs	
  
19/01/16	
  
Propos	
  introduc'fs	
  
3	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Trois	
  points	
  introduc'fs	
  pour	
  comprendre	
  l’ampleur	
  du	
  défi	
  :	
  
•  Les	
  produits	
  industriels	
  de	
  haute	
  ou	
  de	
  moyenne	
  technologie	
  intègrent	
  de	
  plus	
  
en	
   plus	
   de	
   composants	
   à	
   base	
   de	
   métaux.	
   On	
   peut	
   citer	
   l’aéronau'que,	
  
l’automobile,	
  les	
  téléphones	
  portables,	
  les	
  ordinateurs,	
  etc.	
  
•  Les	
   marchés	
   des	
   minerais	
   possèdent	
   de	
   fortes	
   par'cularités	
   :	
   nature	
   et	
  
structure	
   des	
   marchés	
   ;	
   jeu	
   des	
   acteurs	
   économiques	
   et	
   financiers	
  
tradi'onnels	
  ;	
  niveau	
  de	
  risque	
  pour	
  tel	
  ou	
  tel	
  type	
  de	
  ma'ère.	
  
•  Les	
   liens	
   avec	
   l’énergie	
   sont	
   considérables	
   :	
   	
   nucléaire,	
   renouvelables	
   en	
  
par'culier.	
  De	
  nouvelles	
  dépendances	
  émergent.	
  
19/01/16	
  
Propos	
  introduc'fs	
  :	
  les	
  marchés	
  mondiaux	
  
des	
  matériaux	
  ont	
  été	
  bouleversés	
  
4	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
1.  La	
   mondialisa'on	
   a	
   redistribué	
   les	
   cartes	
   du	
   monde	
   des	
   ma'ères	
   minérales	
   et	
   a	
  
bouleversé	
  les	
  stratégies	
  des	
  acteurs	
  économiques	
  du	
  secteur	
  :	
  les	
  géants	
  BHP	
  Billiton	
  et	
  
Río	
   Tinto	
   ont	
   cherché	
   à	
   fusionner.	
   BHP	
   s’est	
   finalement	
   séparé	
   de	
   Billiton.	
   Le	
   Suisse	
  
Glencore	
  s’est	
  renforcé	
  en	
  achetant	
  Katanga	
  mining	
  en	
  2009.	
  L’Australien	
  Oz	
  minerals	
  
reste	
  l’entreprise	
  la	
  plus	
  importante	
  du	
  secteur	
  du	
  cuivre.	
  Le	
  secteur	
  russe	
  a	
  connu	
  de	
  
profondes	
  restructura'ons	
  autour	
  de	
  VSMPO	
  et	
  Norilsk	
  Nickel.	
  Enfin,	
  Xstrata	
  et	
  Glencore	
  
ont	
  fusionné.	
  
2.  La	
  demande	
  massive	
  dans	
  les	
  pays	
  émergents,	
  en	
  par'culier	
  en	
  Chine,	
  a	
  bouleversé	
  les	
  
marchés	
  mondiaux,	
  avec	
  un	
  impact	
  direct	
  sur	
  les	
  ac'vités	
  des	
  pays	
  producteurs.	
  A	
  'tre	
  
d’exemple,	
  la	
  Chine	
  importe	
  de	
  30	
  à	
  50%	
  du	
  cuivre	
  produit	
  dans	
  le	
  monde.	
  
3.  La	
  hausse	
  de	
  la	
  demande	
  mondiale	
  a	
  poussé	
  les	
  prix	
  à	
  la	
  hausse,	
  comme	
  le	
  pla'ne.	
  Ce^e	
  
hausse	
   a	
   favorisé	
   la	
   fusion	
   entre	
   les	
   deux	
   Sud-­‐Africains	
   Impala	
   Pla@num	
   et	
   Northam	
  
Pla@num.	
  La	
  faillite	
  de	
  Lehman	
  Brothers	
  et	
  le	
  rachat	
  de	
  Merrill	
  Lynch	
  (Bank	
  of	
  America)	
  
ont	
  aussi	
  diversifié	
  les	
  acteurs	
  financiers	
  de	
  l’univers	
  des	
  matériaux	
  stratégiques.	
  
4.  La	
  course	
  aux	
  matériaux	
  stratégiques	
  a	
  révélé	
  l’existence	
  de	
  nouveaux	
  conflits	
  :	
  l’affaire	
  
des	
  terres	
  rares	
  chinoises	
  de	
  septembre	
  2010	
  a	
  montré	
  l’actualité	
  du	
  débat.	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
19/01/16	
  
Plan	
  
5	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
I.  Matériaux	
   stratégiques,	
   métaux	
   et	
   poli'ques	
  
publiques.	
  
II.  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  armement.	
  
III.  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  énergie.	
  
IV.  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  ministère	
  de	
  la	
  
Défense.	
  
19/01/16	
  
Première	
  par'e	
  
6	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
I.  Matériaux	
   stratégiques,	
   métaux	
   et	
  
poli'ques	
  publiques.	
  
19/01/16	
  
Revenir	
  à	
  Mendeleïev	
  
(tableau	
  'ré	
  du	
  Sciences	
  et	
  Vie	
  1.136	
  de	
  mai	
  2012)	
  
7	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Où	
  sont	
  les	
  métaux	
  ?	
  
8	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Qu’est-­‐ce	
  qui	
  est	
  cri'que	
  ?	
  Qu’est-­‐ce	
  qui	
  
est	
  stratégique	
  ?	
  
9	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Au-­‐delà	
   des	
   matériaux	
   ou	
   des	
   minerais,	
   le	
   monde	
   de	
   la	
   défense	
   s’intéresse	
  
surtout	
  aux	
  métaux.	
  
•  Le	
  caractère	
  stratégique	
  d’un	
  métal	
  est	
  en	
  réalité	
  lié	
  à	
  son	
  importance	
  dans	
  la	
  
chaîne	
  de	
  produc'on,	
  à	
  son	
  niveau	
  de	
  rareté	
  et	
  à	
  sa	
  posi'on	
  géographique.	
  
•  Au	
  regard	
  de	
  ces	
  différents	
  critères,	
  sa	
  dimension	
  stratégique	
  est	
  variable	
  dans	
  
le	
  temps,	
  selon	
  les	
  applica'ons	
  techniques	
  qui	
  en	
  sont	
  faites,	
  les	
  évolu'ons	
  de	
  
l’offre	
  et	
  les	
  tensions	
  géopoli'ques	
  que	
  peuvent	
  connaître	
  ponctuellement	
  des	
  
pays	
  producteurs.	
  
•  Si	
   un	
   métal	
   est	
   absolument	
   indispensable	
   à	
   des	
   filières	
   industrielles	
  
spécifiques,	
   concentré	
   géographiquement	
   dans	
   une	
   région	
   à	
   haut	
   poten'el	
  
géopoli'que	
   et	
   faisant	
   l’objet	
   de	
   phénomènes	
   de	
   rareté,	
   le	
   métal	
   est	
   alors	
  
considéré	
  comme	
  cri'que	
  et	
  pas	
  seulement	
  stratégique.	
  
•  C’est	
   le	
   cas	
   pour	
   les	
   métaux	
   u'lisés	
   dans	
   les	
   technologies	
   des	
   énergies	
  
renouvelables,	
   principalement	
   le	
   lithium	
   pour	
   les	
   ba^eries	
   électriques	
   ou	
   le	
  
néodyme	
   (il	
   est	
   l’un	
   des	
   17	
   métaux	
   de	
   la	
   famille	
   des	
   terres	
   rares)	
   pour	
   les	
  
éoliennes.	
  
19/01/16	
  
Tout	
  dépend	
  de	
  l’u'lisa'on	
  dans	
  les	
  
technologies	
  
10	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  On	
  peut	
  qualifier	
  de	
  stratégiques	
  les	
  substances	
  rares	
  du	
  point	
  de	
  vue	
  géologique	
  et	
  qui	
  
sont	
   en	
   même	
   temps	
   d’une	
   haute	
   importance	
   pour	
   la	
   fabrica'on	
   de	
   composants	
  
nécessaires	
   aux	
   équipements	
   de	
   haute	
   technologie.	
   De	
   nombreux	
   alliages	
   de	
   haute	
  
qualité	
   sont	
   fabriqués	
   avec	
   des	
   ressources	
   dites	
   stratégiques	
   et	
   sont	
   u'lisés	
   dans	
   des	
  
secteurs	
  de	
  pointe	
  comme	
  l’industrie	
  militaire.	
  
•  Le	
  manganèse	
  est	
  un	
  bon	
  exemple	
  de	
  ma'ère	
  «	
  stratégique	
  ».	
  Pour	
  les	
  Etats-­‐Unis,	
  il	
  est	
  
stratégique	
  parce	
  qu’il	
  est	
  indispensable	
  à	
  son	
  industrie	
  et	
  parce	
  qu’ils	
  ne	
  disposent	
  pas	
  
de	
   gisements	
   na'onaux.	
   Le	
   Gabon	
   est	
   un	
   producteur	
   majeur.	
   L’entreprise	
   française	
  
Eramet	
  y	
  est	
  un	
  producteur	
  majeur.	
  Le	
  Gabon	
  et	
  Eramet	
  font	
  donc	
  par'e	
  des	
  éléments	
  
perme^ant	
  de	
  qualifier	
  le	
  manganèse	
  de	
  «	
  stratégique	
  ».	
  Autre	
  exemple,	
  le	
  rhénium.	
  Il	
  
est	
   indispensable	
   et	
   donc	
   stratégique	
   pour	
   les	
   motoristes	
   américains.	
   Il	
   n’est	
   que	
  
faiblement	
  u'lisé	
  par	
  Safran	
  pour	
  ses	
  moteurs.	
  Il	
  n’est	
  donc	
  pas	
  «	
  stratégique	
  »	
  pour	
  la	
  
France	
  comme	
  il	
  l’est	
  pour	
  les	
  motoristes	
  américains.	
  
•  Les	
  indices	
  boursiers	
  Reuters	
  CRB	
  ou	
  Dow	
  Jones	
  AIG	
  Commodity	
  index	
  perme^ent	
  de	
  
suivre	
  l’évolu'on	
  des	
  cours	
  :	
  les	
  aspects	
  «	
  stratégiques	
  »	
  sont	
  évolu'fs	
  dans	
  le	
  temps	
  et	
  
jouent	
  sur	
  les	
  prix	
  et	
  la	
  «	
  rareté	
  ».	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  ce	
  que	
  sont	
  les	
  terres	
  rares	
  
11	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Les	
  17	
  terres	
  rares	
  sont	
  le	
  scandium	
  (21),	
  l’y^rium	
  (39),	
  le	
  lanthane	
  (57),	
  le	
  cérium	
  (58),	
  le	
  
praséodyme	
  (59),	
  le	
  néodyme	
  (60),	
  le	
  prométhium	
  (61),	
  le	
  samarium	
  (62),	
  l’europium	
  (63),	
  
le	
   gadolinium	
   (64),	
   le	
   terbium	
   (65),	
   le	
   dysprosium	
   (66),	
   l’holmium	
   (67),	
   l’erbium	
   (68),	
   le	
  
thulium	
  (69),	
  l’y^erbium	
  (70)	
  et	
  le	
  lutécium	
  (71).	
  Il	
  y	
  a	
  d’importants	
  gisements	
  possibles	
  au	
  
Brésil	
  et	
  en	
  Inde.	
  
•  En	
  septembre	
  2010,	
  la	
  Chine	
  a	
  interdit	
  d’exporter	
  des	
  terres	
  rares	
  vers	
  le	
  Japon	
  en	
  réac'on	
  
à	
  un	
  incident	
  naval	
  entre	
  les	
  deux	
  pays.	
  
•  La	
  Chine	
  produit	
  95%	
  de	
  la	
  demande	
  mondiale	
  de	
  ces	
  17	
  métaux.	
  Durant	
  des	
  années,	
  le	
  
Japon	
  a	
  été	
  le	
  principal	
  acheteur	
  des	
  métaux	
  extraits	
  en	
  Chine.	
  De	
  même,	
  les	
  Etats-­‐Unis	
  
dépendent	
   totalement	
   des	
   produc'ons	
   chinoises	
   pour	
   fabriquer	
   leurs	
   aimants	
   en	
  
néodyme.	
  
•  Autre	
   exemple,	
   les	
   systèmes	
   de	
   naviga'on	
   et	
   les	
   radars	
   de	
   la	
   marine	
   américaine	
   sont	
  
fabriqués	
  à	
  par'r	
  de	
  terres	
  rares	
  chinoises.	
  Le	
  28	
  octobre	
  2010,	
  la	
  Chine	
  a	
  précisé	
  qu’elle	
  
n’u'liserait	
   pas	
   ses	
   terres	
   rares	
   comme	
   monnaie	
   d’échange	
   dans	
   les	
   négocia'ons	
  
interna'onales.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  où	
  sont	
  les	
  terres	
  rares	
  ?	
  
12	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  l’u'lisa'on	
  de	
  terres	
  rares	
  
13	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  La	
  concentra'on	
  de	
  terres	
  rares	
  
14	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  les	
  réserves	
  de	
  terres	
  rares	
  
15	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  le	
  marché	
  des	
  terres	
  rares	
  
16	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  les	
  flux	
  commerciaux	
  
17	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  Apple	
  et	
  les	
  terres	
  rares	
  
18	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  le	
  projet	
  américain	
  
19	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
113th	
  CONGRESS	
  
1st	
  Session	
  
H.	
  R.	
  761	
  
IN	
  THE	
  SENATE	
  OF	
  THE	
  UNITED	
  STATES	
  
September	
  19,	
  2013	
  
Received;	
  read	
  twice	
  and	
  referred	
  to	
  the	
  CommiSee	
  on	
  Energy	
  and	
  Natural	
  Resources	
  
AN	
  ACT	
  
To	
  require	
  the	
  Secretary	
  of	
  the	
  Interior	
  and	
  the	
  Secretary	
  of	
  Agriculture	
  to	
  more	
  efficiently	
  develop	
  
domesYc	
   sources	
   of	
   the	
   minerals	
   and	
   mineral	
   materials	
   of	
   strategic	
   and	
   criYcal	
   importance	
   to	
  
United	
  States	
  economic	
  and	
  naYonal	
  security	
  and	
  manufacturing	
  compeYYveness.	
  
3.Defini'ons	
  
In	
  this	
  Act:	
  Strategic	
  and	
  criYcal	
  minerals	
  
The	
  term	
  strategic	
  and	
  criYcal	
  minerals	
  means	
  minerals	
  that	
  are	
  necessary—	
  
•  for	
  naYonal	
  defense	
  and	
  naYonal	
  security	
  requirements;	
  
•  for	
   the	
   NaYon’s	
   energy	
   infrastructure,	
   including	
   pipelines,	
   refining	
   capacity,	
   electrical	
   power	
  
generaYon	
  and	
  transmission,	
  and	
  renewable	
  energy	
  producYon;	
  
•  to	
  support	
  domesYc	
  manufacturing,	
  agriculture,	
  housing,	
  telecommunicaYons,	
  healthcare,	
  and	
  
transportaYon	
  infrastructure;	
  or	
  
•  for	
  the	
  NaYon’s	
  economic	
  security	
  and	
  balance	
  of	
  trade.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  l’UE	
  réagit	
  en	
  2008	
  
20	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  4	
  novembre	
  2008,	
  la	
  Commission	
  européenne	
  a	
  proposé	
  de	
  lancer	
  une	
  stratégie	
  qui	
  
doit	
   perme^re	
   aux	
   entreprises	
   européennes	
   d’accéder	
   aux	
   marchés	
   mondiaux	
   des	
  
minerais	
  de	
  manière	
  ouverte.	
  La	
  Commission	
  européenne	
  a	
  établi	
  une	
  liste	
  exhaus've	
  
des	
  ma'ères	
  qu’elle	
  juge	
  stratégiques	
  ou	
  cri'ques	
  pour	
  l’industrie	
  européenne.	
  
•  Le	
  17	
  juin	
  2010,	
  la	
  Commission	
  européenne	
  a	
  publié	
  un	
  rapport	
  qui	
  présente	
  les	
  types	
  de	
  
métaux	
  ou	
  ressources	
  naturelles	
  par'culièrement	
  nécessaires	
  à	
  l’industrie	
  européenne	
  :	
  
an@moine,	
   béryllium,	
   cobalt,	
   fluorine,	
   gallium,	
   germanium,	
   graphite,	
   indium,	
  
magnésium,	
  niobium,	
  pla@ne,	
  terres	
  rares,	
  tantale	
  et	
  tungstène.	
  
•  Ce	
  rapport	
  est	
  disponible	
  sur	
  le	
  site	
  suivant	
  :	
  
h^p://ec.europa.eu/enterprise/policies/raw-­‐materials/cri'cal/index_en.htm	
  	
  
•  Un	
  exemple	
  significa'f,	
  le	
  monde	
  produit	
  environ	
  150	
  tonnes	
  de	
  gallium	
  par	
  an,	
  dont	
  
83%	
  produits	
  en	
  Chine,	
  très	
  largement	
  u'lisé	
  pour	
  fabriquer	
  des	
  panneaux	
  solaires.	
  Les	
  
nouvelles	
   technologies	
   consomment	
   28	
   tonnes	
   par	
   an.	
   Mais,	
   en	
   2030,	
   la	
   demande	
  
devrait	
  être	
  de	
  603	
  tonnes	
  par	
  an,	
  quatre	
  fois	
  la	
  produc'on	
  mondiale	
  actuelle.	
  Une	
  telle	
  
évolu'on	
  est	
  parfaitement	
  irréaliste	
  au	
  vu	
  des	
  réserves	
  connues	
  à	
  travers	
  le	
  monde.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  que	
  se	
  passe-­‐t-­‐il	
  en	
  Europe	
  ?	
  
21	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  La	
   Commission	
   européenne	
   a	
   lancé	
   le	
   11	
   décembre	
   2013	
   la	
   «	
   responsible	
   trading	
  
strategy	
  for	
  minerals	
  from	
  conflict	
  zones	
  ».	
  
Voir	
  :	
  h^p://europa.eu/rapid/press-­‐release_IP-­‐14-­‐218_en.htm	
  	
  
•  L’OTAN	
  a	
  proposé	
  la	
  créa'on	
  d’un	
  «	
  scarcity	
  of	
  strategic	
  materials	
  and	
  implica@ons	
  for	
  
NATO’s	
   military	
   capability	
   »	
   le	
   28	
   janvier	
   2014,	
   ajoutant	
   aux	
   travaux	
   engagés	
   depuis	
  
2012	
   sur	
   l’	
   «	
   impact	
   of	
   Rare	
   Earth	
   Metal	
   Scarcity	
   on	
   Deployment	
   of	
   Next	
   Genera@on	
  
Electric	
  Mo@ve	
  Power	
  Systems	
  ».	
  
Voir	
  :	
  h^p://www.act.nato.int/images/stories/budfin/rfi014001.pdf	
  
•  Une	
  nouvelle	
  «	
  EU	
  raw	
  materials	
  ini@a@ve	
  »	
  a	
  été	
  lancée	
  et	
  présentée	
  le	
  20	
  juin	
  2014	
  à	
  
Athènes.	
  
•  L’AED	
  a	
  lancé	
  en	
  février	
  2014	
  un	
  groupe	
  «	
  raw	
  materials	
  for	
  defence	
  ».	
  
•  De	
   nombreux	
   séminaires	
   ont	
   été	
   organisés	
   en	
   France.	
   On	
   peut	
   citer	
   le	
   séminaire	
   à	
  
l’Assemblée	
  na'onale	
  «	
  la	
  France	
  et	
  la	
  guerre	
  des	
  minerais	
  stratégiques	
  »	
  du	
  13	
  février	
  
2014	
  ou	
  la	
  conférence	
  de	
  DII	
  «	
  métaux	
  rares	
  2014	
  »	
  le	
  12	
  décembre	
  2013.	
  La	
  créa'on	
  
d’une	
  nouvelle	
  compagnie	
  minière	
  française	
  avait	
  été	
  annoncée	
  le	
  21	
  février	
  2014,	
  avec	
  
le	
  BRGM	
  et	
  l’APE,	
  dotée	
  de	
  200	
  à	
  400	
  M€.	
  En	
  réalité,	
  le	
  projet	
  semble	
  abandonné.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  la	
  stratégie	
  allemande	
  
22	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  L’Allemagne	
   est	
   la	
   première	
   puissance	
   industrielle	
   d’Europe	
   :	
   elle	
   a	
   des	
   besoins	
   en	
  
ma'ères	
   premières	
   et	
   en	
   dérivés	
   de	
   métaux.	
   Il	
   est	
   donc	
   crucial	
   pour	
   l’Allemagne	
   de	
  
définir	
   une	
   stratégie	
   pour	
   les	
   ma'ères	
   premières,	
   qui	
   concerne	
   une	
   mul'plicité	
   de	
  
produits	
  (métaux	
  ou	
  pas).	
  L’Allemagne	
  associe	
  à	
  sa	
  démarche	
  publique	
  les	
  entreprises	
  
privées	
  au	
  travers	
  de	
  la	
  Rohstoffallianz	
  :	
  h^p://www.rohstoffallianz.com/en/	
  	
  
•  Approvisionnement	
   :	
   en	
   Allemagne,	
   on	
   note	
   une	
   volonté	
   de	
   diversifier	
   les	
   sources	
   de	
  
ma'ères	
   premières.	
   L’Allemagne	
   veut	
   favoriser	
   un	
   crédit	
   libre	
   pour	
   le	
   financement	
  
contre	
  le	
  risque	
  concernant	
  les	
  ma'ères	
  premières.	
  Elle	
  veut	
  également	
  établir	
  une	
  aide	
  
à	
  l’export	
  pour	
  les	
  entreprises	
  allemandes.	
  Elle	
  veut	
  me^re	
  en	
  place	
  un	
  fonds	
  de	
  garan'e	
  
pour	
  les	
  inves'ssements	
  pour	
  les	
  ma'ères	
  premières.	
  Enfin,	
  elle	
  étudie	
  sérieusement	
  les	
  
recherches	
  géologiques	
  pour	
  savoir	
  où	
  sont	
  les	
  réserves	
  disponibles	
  sur	
  son	
  territoire.	
  
Son	
  but	
  est	
  de	
  cons'tuer	
  le	
  plus	
  possible	
  des	
  filières	
  complètes	
  sur	
  le	
  plus	
  de	
  matériaux	
  
possibles	
  pour	
  réduire	
  sa	
  dépendance.	
  
•  Economie	
  des	
  ma'ères	
  premières	
  :	
  l’Allemagne	
  souhaite	
  limiter	
  sa	
  dépendance	
  vis-­‐à-­‐vis	
  
de	
  l’extérieur	
  en	
  allant	
  vers	
  une	
  diminu'on	
  de	
  ses	
  besoins.	
  Elle	
  fait	
  porter	
  l’effort	
  sur	
  le	
  
recyclage	
   des	
   matériaux.	
   Elle	
   cherche	
   des	
   techniques	
   de	
   produc'on	
   plus	
   efficientes.	
  
L’enjeu	
  est	
  de	
  maîtriser	
  la	
  filière	
  avec	
  des	
  «	
  value	
  chains	
  ».	
  Cela	
  lui	
  perme^rait	
  de	
  me^re	
  
en	
  place	
  une	
  filière	
  technologique	
  et	
  de	
  recherche	
  capable	
  de	
  jouer	
  sur	
  le	
  tableau	
  de	
  
l’efficience	
  des	
  chaînes	
  et	
  des	
  méthodes	
  de	
  produc'on.	
  
•  Mesures	
  structurelles	
  :	
  les	
  Allemands	
  ambi'onnent	
  de	
  créer	
  des	
  synergies	
  entre	
  le	
  public	
  
et	
  le	
  privé.	
  Ils	
  veulent	
  établir	
  des	
  stratégies	
  plus	
  détaillées	
  au	
  niveau	
  interministériel.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  Chine,	
  terres	
  rares	
  et	
  OMC	
  
23	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Les	
  Etats-­‐Unis	
  et	
  le	
  Japon	
  ont	
  vivement	
  réagi	
  à	
  l’awtude	
  chinoise	
  de	
  limiter	
  leurs	
  exporta'ons	
  de	
  
terres	
  rares,	
  de	
  tungstène	
  et	
  de	
  molybdène.	
  Une	
  ac'on	
  a	
  été	
  engagée	
  devant	
  l’OMC.	
  
•  En	
  juillet	
  2011,	
  un	
  panel	
  de	
  l’Organisa'on	
  mondiale	
  du	
  commerce	
  a	
  jugé	
  que	
  les	
  restric'ons	
  à	
  
l’exporta'on	
   de	
   ma'ères	
   premières	
   ins'tuées	
   par	
   la	
   Chine	
   étaient	
   contraires	
   au	
   droit	
   du	
  
commerce	
  interna'onal,	
  à	
  la	
  suite	
  de	
  plaintes	
  déposées	
  par	
  des	
  chefs	
  d’entreprise	
  américains	
  et	
  
mexicains.	
  L’Union	
  européenne	
  s’est	
  félicitée	
  de	
  ce^e	
  décision	
  de	
  l’OMC.	
  
•  La	
  Chine	
  avait	
  cependant	
  60	
  jours	
  pour	
  faire	
  appel	
  de	
  sa	
  condamna'on.	
  En	
  septembre	
  2011,	
  la	
  
Chine	
  a	
  donc	
  fait	
  appel.	
  Elle	
  es'mait	
  que	
  sa	
  poli'que	
  concernant	
  les	
  terres	
  rares	
  visait	
  d’abord	
  à	
  
préserver	
  son	
  environnement.	
  Le	
  31	
  janvier	
  2012,	
  la	
  Chine	
  a	
  perdu	
  son	
  appel	
  devant	
  l’OMC	
  sur	
  les	
  
restric'ons	
  à	
  l’exporta'on	
  qu’elle	
  impose	
  sur	
  les	
  ma'ères	
  premières.	
  La	
  Chine	
  avait	
  annoncé	
  le	
  17	
  
février	
  2012	
  qu’elle	
  procéderait	
  à	
  une	
  évalua'on	
  sérieuse	
  du	
  verdict	
  de	
  l’OMC.	
  	
  
•  Mais,	
   le	
   13	
   mars	
   2012,	
   les	
   Etats-­‐Unis,	
   l’Union	
   européenne	
   et	
   le	
   Japon	
   ont	
   déposé	
   une	
   plainte	
  
devant	
   l’OMC	
   du	
   fait	
   des	
   limita'ons	
   imposées	
   par	
   la	
   Chine	
   à	
   l’exporta'on	
   de	
   17	
   métaux	
  
indispensables	
  à	
  la	
  fabrica'on	
  des	
  produits	
  de	
  haute	
  technologie,	
  communément	
  appelés	
  «	
  terres	
  
rares	
  »	
  et	
  du	
  non-­‐respect	
  de	
  la	
  décision	
  du	
  panel	
  de	
  l’OMC.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  les	
  conclusions	
  de	
  l’OMC	
  
24	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Ensuite,	
   l’organe	
   d’appel	
   de	
   l’Organisa'on	
   mondiale	
   du	
   commerce	
   (OMC),	
   saisi	
   par	
   la	
   Chine,	
   a	
  
confirmé	
   le	
   7	
   août	
   2014	
   les	
   conclusions	
   présentées	
   par	
   le	
   groupe	
   spécial	
   en	
   mars	
   2014	
   :	
   les	
  
restric'ons	
   à	
   l’exporta'on	
   imposées	
   par	
   la	
   Chine	
   sur	
   certaines	
   terres	
   rares,	
   le	
   tungstène	
   et	
   le	
  
molybdène,	
  sont	
  contraires	
  aux	
  règles	
  de	
  l’OMC.	
  
•  Selon	
  lui,	
  les	
  droits	
  d’exporta'on	
  et	
  les	
  con'ngents	
  fixés	
  par	
  la	
  Chine	
  ne	
  sont	
  jus'fiés	
  ni	
  au	
  regard	
  
de	
  la	
  protec'on	
  de	
  l’environnement,	
  ni	
  par	
  l’applica'on	
  d’une	
  poli'que	
  de	
  conserva'on,	
  puisque	
  
la	
   Chine	
   ne	
   s’applique	
   pas	
   elle-­‐même	
   ces	
   limita'ons.	
   «	
   Un	
   membre	
   de	
   l'OMC	
   peut	
   décider	
   du	
  
niveau	
  ou	
  du	
  rythme	
  d'u@lisa@on	
  de	
  ses	
  ressources,	
  mais	
  une	
  fois	
  que	
  les	
  ma@ères	
  premières	
  sont	
  
extraites,	
   elles	
   sont	
   soumises	
   aux	
   règles	
   commerciales	
   de	
   l'OMC	
   »,	
   explique	
   la	
   Commission	
  
européenne.	
  
•  Pour	
  rappel,	
  la	
  Chine	
  représente	
  95%	
  de	
  la	
  produc'on	
  mondiale	
  de	
  terres	
  rares.	
  
•  Le	
   rapport	
   de	
   l’organe	
   d’appel	
   a	
   été	
   adopté	
   sous	
   trente	
   jours	
   par	
   l’organe	
   de	
   règlement	
   des	
  
différends	
  de	
  l’OMC.	
  
•  Maintenant,	
   «	
   la	
   Chine	
   doit	
   se	
   conformer	
   à	
   la	
   décision	
   immédiatement	
   ou	
   dans	
   le	
   délai	
  
raisonnable	
  qu’elle	
  peut	
  solliciter	
  pour	
  la	
  mise	
  en	
  œuvre	
  ».	
  
•  On	
  a^end	
  la	
  réponse	
  chinoise.	
  
•  Voir	
  :	
  h^p://www.wto.org/english/tratop_e/dispu_e/cases_e/ds431_e.htm	
  	
  
19/01/16	
  
Métaux	
  et	
  poli'ques	
  publiques	
  :	
  le	
  cas	
  
brésilien	
  
25	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  La	
  refonte	
  du	
  code	
  minier	
  :	
  le	
  18	
  juin	
  2013,	
  le	
  Brésil	
  a	
  décidé	
  de	
  refondre	
  son	
  code	
  minier.	
  Le	
  
projet	
   de	
   texte	
   comporte	
   d’importants	
   changements	
   pour	
   le	
   pays.	
   Parmi	
   eux,	
   citons	
   une	
  
augmenta'on	
   des	
   redevances	
   imposées	
   pour	
   l’exploita'on	
   des	
   ressources	
   naturelles	
   et	
   la	
  
modernisa'on	
  du	
  système	
  d’octroi	
  des	
  droits	
  miniers.	
  La	
  nouvelle	
  proposi'on	
  relève	
  le	
  taux	
  
plafond	
   des	
   redevances	
   de	
   0,2/3%	
   à	
   4%	
   et	
   laisse	
   au	
   gouvernement	
   le	
   soin	
   de	
   décider	
  
ultérieurement	
  par	
  décret	
  du	
  taux	
  propre	
  à	
  chaque	
  type	
  de	
  minerai.	
  
•  Le	
  ministère	
  brésilien	
  des	
  mines	
  et	
  de	
  l’énergie	
  avait	
  inscrit	
  cet	
  objec'f	
  en	
  mai	
  2011	
  dans	
  son	
  
plan	
   stratégique	
   des	
   métaux	
   et	
   des	
   minerais	
   in'tulé	
   "plano	
   nacional	
   de	
   mineração	
   2030".	
  
L’objet	
  de	
  ce	
  document	
  était	
  triple.	
  Il	
  visait	
  à	
  décrire	
  le	
  contexte	
  économique	
  et	
  stratégique	
  
de	
  l’ac'vité	
  des	
  métaux	
  et	
  des	
  minerais	
  à	
  l'échelle	
  mondiale	
  et	
  na'onale	
  (entre	
  autre	
  l’offre,	
  
la	
   demande	
   et	
   les	
   exporta'ons	
   brésiliennes	
   de	
   métaux	
   et	
   de	
   minerais);	
   recenser	
   les	
  
ressources	
   naturelles	
   présentes	
   sur	
   le	
   territoire	
   brésilien	
   et	
   les	
   capacités	
   brésiliennes	
   à	
   les	
  
exploiter	
   (état	
   des	
   réserves,	
   ressources	
   humaines,	
   ressources	
   financières,	
   ressources	
  
techniques);	
  définir	
  une	
  poli'que	
  gouvernementale	
  brésilienne	
  des	
  métaux	
  et	
  des	
  minerais	
  
pour	
  les	
  25	
  prochaines	
  années	
  et	
  ses	
  conséquences	
  sur	
  l’ac'vité	
  économique	
  et	
  industrielle	
  
du	
  Brésil.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  le	
  Brésil	
  et	
  le	
  niobium	
  
26	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
   niobium	
   est	
   un	
   métal	
   u'lisé	
   pour	
   89%	
   de	
   sa	
   produc'on	
   mondiale	
   pour	
   la	
   fabrica'on	
  
d'aciers	
  de	
  haute	
  qualité,	
  9%	
  pour	
  la	
  produc'on	
  de	
  superalliages,	
  en	
  mixant	
  par	
  exemple	
  le	
  
niobium	
   et	
   le	
   'tane,	
   et	
   2%	
   pour	
   les	
   applica'ons	
   de	
   supraconduc'vité.	
   L'adjonc'on	
   de	
  
niobium	
   à	
   l'acier	
   augmente	
   son	
   élas'cité	
   et	
   sa	
   résistance	
   aux	
   torsions	
   comme	
   aux	
  
températures	
  extrêmes.	
  
•  Le	
  principal	
  producteur	
  mondial	
  de	
  niobium	
  est	
  le	
  Brésil,	
  avec	
  80%	
  de	
  la	
  produc'on	
  (le	
  Canada	
  
est	
  deuxième	
  avec	
  15%)	
  et	
  95%	
  des	
  réserves	
  mondiales	
  connues	
  de	
  niobium.	
  Celles-­‐ci	
  sont	
  
concentrées	
   sur	
   trois	
   sites	
   :	
   Araxá	
   (état	
   du	
   Minas	
   Gerais),	
   Catalão	
   (état	
   de	
   Goiás)	
   et	
   São	
  
Gabriel	
   da	
   Cachoeira	
   (état	
   d'Amazonas)	
   où	
   se	
   déroulent	
   actuellement	
   des	
   campagnes	
  
d'explora'on	
  géologique.	
  	
  
•  Le	
  premier	
  acteur	
  industriel	
  du	
  secteur	
  est	
  l'entreprise	
  minière	
  brésilienne	
  CBMM	
  (Companhia	
  
Brasileira	
  de	
  Metalurgia	
  e	
  Mineração)	
  qui	
  exploite	
  le	
  site	
  d'Araxá.	
  Ce	
  site	
  concentre	
  à	
  lui	
  seul	
  
75%	
  des	
  réserves	
  brésiliennes.	
  Des	
  entreprises	
  coréennes,	
  japonaises	
  et	
  chinoises	
  sont	
  entrées	
  
dans	
  le	
  capital	
  de	
  CBMM	
  en	
  2011.	
  L'entreprise	
  reste	
  toutefois	
  contrôlée	
  par	
  la	
  famille	
  Moreira	
  
Salles	
  qui	
  dé'ent	
  70%	
  du	
  capital.	
  
•  Les	
  besoins	
  en	
  niobium	
  ne	
  cessent	
  de	
  croître	
  dans	
  le	
  monde.	
  La	
  Chine	
  reste	
  le	
  premier	
  marché	
  
avec	
  25%	
  de	
  la	
  consomma'on	
  mondiale,	
  du	
  fait	
  de	
  la	
  croissance	
  con'nue	
  de	
  ses	
  besoins	
  en	
  
acier	
  inoxydable.	
  Or,	
  le	
  niobium	
  reste	
  un	
  élément	
  clef	
  de	
  la	
  fabrica'on	
  de	
  nombreux	
  alliages	
  
pour	
  les	
  technologies	
  de	
  pointe.	
  	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  le	
  Chili	
  
27	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
   Chili	
   apparaît	
   comme	
   un	
   des	
   acteurs	
  
centraux	
   dans	
   le	
   commerce	
   des	
   minerais,	
  
en	
  jouant	
  un	
  rôle	
  significa'f	
  dans	
  différents	
  
marchés,	
   en	
   dehors	
   du	
   cuivre,	
   tels	
   que	
  
l’arsenic,	
  le	
  bore,	
  le	
  cuivre,	
  l’iode,	
  le	
  lithium,	
  
le	
   molybdène,	
   le	
   rhénium,	
   le	
   sélénium	
   et	
  
l’argent.	
   Il	
   agit	
   comme	
   un	
   producteur	
   et	
  
également	
   comme	
   un	
   détenteur	
   de	
  
réserves	
  considérables.	
  	
  
•  La	
  produc'on	
  minière	
  chilienne	
  représente	
  
55%,	
  50%	
  et	
  20%	
  de	
  la	
  produc'on	
  mondiale	
  
respec'vement	
   d’iode,	
   de	
   rhénium	
   et	
   de	
  
molybdène.	
   Il	
   a	
   des	
   réserves	
   es'mées	
   à	
  
50%	
  du	
  total	
  connu	
  concernant	
  le	
  rhénium.	
  
Le	
   Chili	
   est	
   responsable	
   d'environ	
   un	
   'ers	
  
de	
  la	
  produc'on	
  mondiale	
  de	
  cuivre.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  le	
  cas	
  du	
  rhénium	
  
28	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  rhénium	
  de	
  symbole	
  Re	
  et	
  de	
  numéro	
  atomique	
  7	
  est	
  un	
  métal	
  argenté	
  qui	
  résiste	
  
bien	
  à	
  la	
  corrosion	
  et	
  a	
  une	
  forte	
  tolérance	
  à	
  la	
  chaleur.	
  
•  Le	
  rhénium	
  a	
  peu	
  d'applica'ons,	
  en	
  raison	
  de	
  sa	
  rareté	
  et	
  des	
  coûts	
  de	
  produc'on	
  élevés	
  
(son	
  prix	
  était	
  de	
  14	
  000	
  €	
  le	
  kilogramme	
  en	
  2010),	
  mais	
  son	
  usage	
  dans	
  l'aéronau'que	
  
est	
   majeur.	
   On	
   l'extrait	
   habituellement	
   des	
   poussières	
   de	
   molybdène	
   dans	
   les	
   fours	
  
industriels,	
   dont	
   il	
   est	
   un	
   sous-­‐produit	
   poudreux	
   de	
   couleur	
   grise,	
   mais	
   le	
   rhénium	
   se	
  
retrouve	
  également	
  à	
  l'état	
  de	
  traces	
  dans	
  certains	
  minéraux.	
  
•  La	
  produc'on	
  mondiale	
  est	
  de	
  50	
  tonnes	
  par	
  an.	
  Les	
  trois	
  principaux	
  pays	
  producteurs	
  
sont	
  le	
  Chili	
  (42%	
  de	
  la	
  produc'on	
  mondiale),	
  les	
  Etats-­‐Unis	
  (17%)	
  et	
  le	
  Kazakhstan	
  (17%).	
  
•  La	
  produc'on	
  de	
  rhénium	
  est	
  u'lisée	
  aux	
  trois	
  quarts	
  pour	
  la	
  fabrica'on	
  de	
  superalliages	
  
dans	
  les	
  turbines	
  des	
  moteurs,	
  par	
  exemple	
  dans	
  le	
  moteur	
  d’avion	
  CFM56	
  (en	
  fait	
  pour	
  
les	
  aile^es	
  qui	
  con'ennent	
  3%	
  de	
  rhénium)	
  ou	
  les	
  moteurs	
  des	
  avions	
  de	
  combat	
  F15,	
  
F16,	
  F22	
  Raptor	
  et	
  F35	
  JSF.	
  
•  La	
   consomma'on	
   concerne	
   à	
   28%	
   General	
   Electric,	
   28%	
   Rolls	
   Royce	
   et	
   12%	
   Pra^	
   &	
  
Whitney.	
  Safran	
  n’en	
  u'lise	
  pas	
  pour	
  ses	
  moteurs	
  (M88	
  du	
  Rafale	
  par	
  exemple).	
  
29
Métaux	
  et	
  poli'ques	
  publiques	
  :	
  le	
  cas	
  du	
  
lithium	
  
19/01/16	
   Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  lithium	
  :	
  c’est	
  un	
  élément	
  stratégique	
  employé	
  par	
  l’industrie	
  de	
  pointe	
  civile	
  et	
  militaire.	
  Les	
  
réserves	
   mondiales	
   sont	
   abondantes	
   mais	
   géographiquement	
   concentrées	
   et	
   exploitées	
   par	
  
quelques	
   acteurs	
   argen'ns,	
   chiliens,	
   australiens,	
   américains,	
   canadiens	
   et	
   chinois.	
   La	
   Chine	
  
(dont	
  les	
  besoins	
  en	
  lithium	
  excèdent	
  la	
  produc'on	
  na'onale),	
  la	
  Corée	
  du	
  Sud	
  et	
  le	
  Japon	
  ont	
  
déjà	
  contracté	
  des	
  accords	
  d’exclusivité	
  avec	
  certains	
  de	
  ces	
  producteurs.	
  En	
  2013,	
  la	
  prise	
  de	
  
contrôle	
   de	
   l’important	
   opérateur	
   minier	
   australien	
   Talison	
   Lithium	
   par	
   le	
   groupe	
   chinois	
  
Chengdu	
   Tianqi	
   a	
   changé	
   la	
   donne	
   stratégique.	
   La	
   France	
   doit	
   abou'r	
   à	
   des	
   accords	
   futurs,	
  
essen'ellement	
   avec	
   le	
   Chili	
   et	
   l’Argen'ne,	
   où	
   les	
   ressources	
   sont	
   abondantes	
   et	
   faciles	
   à	
  
extraire,	
  ainsi	
  qu’avec	
  l'Australie	
  et	
  le	
  Canada.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  la	
  Bolivie	
  et	
  le	
  lithium	
  
30	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  lithium	
  :	
  c’est	
  un	
  élément	
  stratégique	
  employé	
  par	
  l’industrie	
  de	
  pointe	
  civile	
  et	
  militaire.	
  Les	
  
réserves	
   mondiales	
   sont	
   abondantes	
   mais	
   géographiquement	
   concentrées	
   et	
   exploitées	
   par	
  
quelques	
   acteurs	
   argen'ns,	
   chiliens,	
   australiens,	
   américains,	
   canadiens	
   et	
   chinois.	
   La	
   Chine	
  
(dont	
  les	
  besoins	
  en	
  lithium	
  excèdent	
  la	
  produc'on	
  na'onale),	
  la	
  Corée	
  du	
  Sud	
  et	
  le	
  Japon	
  ont	
  
déjà	
  contracté	
  des	
  accords	
  d’exclusivité	
  avec	
  certains	
  de	
  ces	
  producteurs.	
  En	
  2013,	
  la	
  prise	
  de	
  
contrôle	
   de	
   l’important	
   opérateur	
   minier	
   australien	
   Talison	
   Lithium	
   par	
   le	
   groupe	
   chinois	
  
Chengdu	
   Tianqi	
   a	
   changé	
   la	
   donne	
   stratégique.	
   La	
   France	
   doit	
   abou'r	
   à	
   des	
   accords	
   futurs,	
  
essen'ellement	
   avec	
   le	
   Chili	
   et	
   l’Argen'ne,	
   où	
   les	
   ressources	
   sont	
   abondantes	
   et	
   faciles	
   à	
  
extraire,	
  ainsi	
  qu’avec	
  l'Australie	
  et	
  le	
  Canada.	
  
•  La	
  Bolivie	
  possède	
  un	
  grand	
  poten'el	
  d’extrac'on,	
  à	
  ce	
  jour	
  quasi	
  totalement	
  inexploité.	
  Ces	
  
ressources	
  sont	
  concentrées	
  dans	
  le	
  Salar	
  de	
  Uyuni,	
  une	
  ancienne	
  mer	
  intérieure	
  devenue	
  un	
  
désert	
   de	
   sel	
   d’une	
   extension	
   de	
   12.000	
   km2.	
   De	
   fait,	
   si	
   la	
   produc'on	
   est	
   concentrée	
   en	
  
Amérique	
   du	
   Sud,	
   les	
   réserves	
   globales	
   le	
   sont	
   encore	
   plus	
   :	
   70%	
   se	
   trouvent	
   dans	
   le	
   sous-­‐
con'nent,	
   dont	
   35%	
   pour	
   la	
   Bolivie,	
   20%	
   au	
   Chili	
   et	
   13%	
   en	
   Argen'ne.	
   La	
   Chine	
   est	
  
poten'ellement	
  autosuffisante	
  avec	
  18%	
  des	
  réserves	
  exploitables	
  sur	
  son	
  territoire.	
  La	
  Bolivie	
  
deviendra	
  sans	
  doute	
  un	
  acteur	
  majeur	
  du	
  secteur	
  du	
  lithium	
  en	
  raison	
  de	
  ses	
  réserves.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  poli'ques	
  
publiques	
  :	
  la	
  zone	
  sahélienne	
  et	
  ses	
  mines	
  
31	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Des	
  campagnes	
  d’explora'on	
  minière	
  ont	
  été	
  menées	
  sur	
  l’ensemble	
  de	
  la	
  zone	
  Sahel/Sahara,	
  
mais	
  l’insécurité	
  a	
  limité	
  la	
  possibilité	
  d’ouvrir	
  des	
  mines.	
  
•  Au	
   Mali,	
   tous	
   les	
   projets	
   miniers	
   possibles,	
   dont	
   l’uranium	
   au	
   nord	
   de	
   Gao,	
   ont	
   été	
  
abandonnés	
  en	
  raison	
  de	
  mauvaises	
  condi'ons	
  de	
  sécurité.	
  L’exploita'on	
  se	
  concentre	
  donc	
  
autour	
  des	
  sites	
  d’uranium	
  d’Arlit	
  et	
  d’Agadez	
  au	
  Niger	
  d’une	
  part,	
  des	
  sites	
  de	
  fer	
  de	
  Tindouf	
  
(Algérie)	
  et	
  de	
  Guelb	
  El	
  Rhein/Zouérate/M’Haoudat	
  (Mauritanie)	
  d’autre	
  part	
  qui	
  sont	
  tous	
  
situés	
  à	
  la	
  lisière	
  des	
  fron'ères	
  avec	
  le	
  Sahara	
  occidental.	
  Il	
  faut	
  ajouter	
  les	
  mines	
  de	
  cuivre	
  et	
  
d’or	
  de	
  Guelb	
  Moghrein	
  en	
  Mauritanie.	
  
•  Pour	
  les	
  sites	
  d’exploita'on	
  du	
  fer	
  mauritanien,	
  les	
  principaux	
  intervenants	
  sont	
  l’entreprise	
  
mauritanienne	
  SNIM	
  et	
  le	
  Suisse	
  Xstrata.	
  Fin	
  2010,	
  ce	
  dernier	
  a	
  pris	
  le	
  contrôle	
  de	
  l’Australien	
  
Sphere	
  Minerals	
  présent	
  en	
  Mauritanie	
  et	
  a	
  prévu	
  d’inves'r	
  six	
  milliards	
  de	
  dollars	
  dans	
  la	
  
produc'on	
  du	
  fer	
  mauritanien.	
  En	
  Algérie,	
  le	
  groupe	
  Ferphos,	
  entreprise	
  algérienne,	
  exploite	
  
les	
  mines	
  de	
  fer,	
  au	
  travers	
  de	
  sa	
  filiale	
  Somifer	
  (société	
  des	
  mines	
  de	
  fer	
  d’Algérie),	
  avec	
  une	
  
par'cipa'on	
  minoritaire	
  du	
  groupe	
  Mi^al.	
  
•  Les	
  sites	
  de	
  produc'on	
  sont	
  éloignés	
  des	
  grandes	
  zones	
  de	
  peuplement	
  et	
  se	
  situent	
  tous	
  en	
  
zone	
  saharienne.	
  
19/01/16	
  
Deuxième	
  par'e	
  
32	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
II.	
  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
armement.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  les	
  
programmes	
  militaires	
  concernés	
  
33	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
C’est	
   une	
   probléma'que	
   qui	
   intéresse	
   les	
   industries	
   de	
   défense	
   et	
   les	
   forces	
  
armées.	
  Parmi	
  les	
  usages	
  spécifiques	
  des	
  ma'ères	
  stratégiques	
  u'lisées	
  dans	
  
l’industrie	
  de	
  défense,	
  on	
  peut	
  citer	
  :	
  
•  Le	
  cobalt	
  qui	
  est	
  u'lisé	
  dans	
  les	
  réacteurs	
  et	
  les	
  turbines.	
  
•  Le	
  cuivre	
  qu’on	
  retrouve	
  dans	
  les	
  torpilles.	
  
•  Le	
  nickel	
  dans	
  l’électronique.	
  
•  Le	
  chrome	
  dans	
  les	
  trains	
  d’a^errissage.	
  
•  L’aluminium	
  dans	
  les	
  structures	
  des	
  avions	
  et	
  des	
  hélicoptères.	
  
•  Le	
   niobium	
   dans	
   de	
   nombreux	
   alliages	
   avec	
   l’acier,	
   par	
   exemple	
   dans	
   les	
  
moteurs	
  d’avions	
  ou	
  d’hélicoptères.	
  
•  Le	
  manganèse	
  dans	
  l’ensemble	
  de	
  la	
  filière	
  électronique.	
  
•  Le	
  pla'ne	
  dans	
  les	
  contacts	
  électriques.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  le	
  
F22	
  Raptor	
  américain	
  
34	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Fuselage	
  :	
  structure	
  
et	
  revêtements	
  en	
  
'tane	
  
Ailes	
  :	
  nombreux	
  
composants	
  en	
  'tane.	
  
Fuselage	
  central	
  :	
  
revêtements,	
  compar'ments	
  
39% de titane, 16% d’aluminium
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  à	
  
quoi	
  sert	
  le	
  tantale	
  dans	
  l’armement	
  ?	
  
35	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
   tantale	
   est	
   u'lisé	
   dans	
   l’élabora'on	
   de	
   superalliage	
   comme	
   addi'f.	
   Ces	
   alliages	
  
servent	
  surtout	
  dans	
  des	
  milieux	
  très	
  exigeants	
  thermiquement	
  ou/et	
  chimiquement;	
  ce	
  
qui	
   explique	
   son	
   importance	
   pour	
   la	
   créa'on	
   des	
   blindages,	
   en	
   par'culier	
   dans	
   les	
  
armements	
  terrestres	
  et	
  dans	
  les	
  protec'ons	
  contre	
  les	
  émissions	
  radioac'ves	
  (comme	
  
le	
  plomb).	
  
•  On	
  retrouve	
  du	
  tantale	
  dans	
  les	
  muni'ons	
  comme	
  les	
  obus	
  SMArt	
  155	
  de	
  GIWS	
  (GIWS	
  
mbh	
   ou	
   Gesellscha„	
   für	
   Intelligente	
   WirkSysteme	
   mbH	
   est	
   une	
   entreprise	
   allemande	
  
conjointe	
  entre	
  Rheinmetall	
  et	
  Diehl	
  BGT	
  Defence),	
  l’obus	
  intelligent	
  an'-­‐char	
  Bonus	
  de	
  
155	
  mm	
  de	
  Nexter	
  pour	
  le	
  Caesar	
  et	
  l’obus	
  KSTAM	
  (Korean	
  Smart	
  Top-­‐A^ack	
  muni'on)	
  
de	
  120	
  mm	
  de	
  l’Allemand	
  Diehl	
  développé	
  pour	
  l'armée	
  coréenne.	
  
•  Le	
  tantale	
  a	
  en	
  effet	
  un	
  coefficient	
  de	
  perfora'on	
  très	
  élevé,	
  expliquant	
  son	
  emploi	
  dans	
  
les	
  obus.	
  
19/01/16	
  
Propos	
  introduc'fs	
  :	
  des	
  applica'ons	
  
mul'ples	
  pour	
  les	
  forces	
  spéciales	
  
36	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Aciers	
  haute	
  tolérance,	
  chrome	
  (an'-­‐
oxydant),	
  'tane,	
  tantale	
  (par'es	
  
chaudes),	
  tungstène	
  (muni'ons)	
  +	
  
polymères	
  
Acier	
  à	
  haute	
  résistance	
  ciné'que	
  
(tungstène,	
  molybdène),	
  aluminium	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  le	
  
tantale	
  dans	
  les	
  armes	
  de	
  pe't	
  calibre	
  
37	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  coltan	
  est	
  un	
  minerai	
  duquel	
  on	
  extrait	
  le	
  tantale,	
  
ensuite	
  usiné	
  pour	
  des	
  produits	
  de	
  haute	
  technologie.	
  
•  Les	
  composants	
  faits	
  à	
  par'r	
  de	
  tantale	
  englobent	
  les	
  
téléphones	
   portables,	
   les	
   lecteurs	
   MP3,	
   les	
  
ordinateurs,	
  les	
  armes	
  sophis'quées	
  de	
  pe't	
  calibre,	
  
l’industrie	
  spa'ale,	
  les	
  écrans	
  plasma,	
  les	
  GPS,	
  etc.	
  
•  Le	
   corner	
   shot	
   est	
   un	
   fusil	
   d’assaut	
   créé	
   par	
   Amos	
  
Golan.	
  Créé	
  au	
  début	
  des	
  années	
  2000	
  pour	
  les	
  forces	
  
spéciales	
  en	
  milieu	
  hos'le	
  et	
  confiné,	
  il	
  est	
  u'lisé	
  par	
  
les	
  Etats-­‐Unis	
  et	
  Israël.	
  
•  Le	
  tantale	
  est	
  intégré	
  à	
  des	
  alliages	
  avec,	
  entre	
  autre,	
  
du	
   tungstène.	
   Ces	
   alliages	
   perme^ent	
   d’éviter	
   une	
  
usure	
  trop	
  rapide	
  des	
  pièces	
  liée	
  aux	
  températures	
  et	
  
à	
  la	
  corrosion	
  (muni'ons	
  et	
  déclenchement	
  du	
  feu).	
  
•  L’oxyde	
  de	
  tantale	
  (Ta2O5)	
  est	
  aussi	
  u'lisé	
  en	
  couche	
  
mince	
  pour	
  les	
  verres	
  spéciaux	
  des	
  appareils	
  de	
  vision	
  
à	
  haut	
  indice	
  de	
  réfrac'on	
  avec	
  une	
  faible	
  dispersion.	
  
Mélangé	
  au	
  verre,	
  il	
  diminue	
  les	
  aberra'ons	
  de	
  vision.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  le	
  
tantale	
  est	
  très	
  concentré	
  au	
  Congo	
  
38	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
   tantale	
   se	
   trouve	
   dans	
  
un	
  minerai	
  appelé	
  tantalite	
  
et	
   dans	
   des	
   formes	
   plus	
  
complexes	
   de	
   minerais	
   qui	
  
mélangent	
   des	
   oxydes	
   et	
  
du	
  niobium	
  dans	
  le	
  coltan.	
  
•  Le	
   tantale	
   résiste	
   aux	
   très	
  
hautes	
  températures	
  et	
  à	
  la	
  
corrosion.	
  
•  Le	
   tantale	
   est	
   à	
   80%	
  
meilleur	
  conducteur	
  que	
  le	
  
cuivre.	
  
•  Sa	
   concentra'on	
   au	
   Congo	
  
(RDC)	
   dans	
   les	
   mines	
   de	
  
coltan	
  en	
  fait	
  une	
  ques'on	
  
stratégique	
   de	
   grande	
  
importance.	
   80%	
   se	
   trouve	
  
au	
  Kivu.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  
produc'on	
  de	
  lithium	
  pour	
  les	
  ba^eries	
  
39	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  La	
   forte	
   concentra'on	
   du	
   lithium	
   dans	
   le	
   désert	
   d’Atacama	
   rend	
   l’Argen'ne	
   et	
   le	
   Chili	
  
incontournables.	
  
•  La	
  Bolivie,	
  avec	
  40%	
  des	
  réserves	
  mondiales,	
  ne	
  produit	
  pas	
  de	
  lithium	
  pour	
  des	
  raisons	
  
«	
  poli'ques	
  ».	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  les	
  
terres	
  rares	
  et	
  la	
  défense	
  (source	
  :	
  EGE)	
  
40	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  où	
  
creuse-­‐t-­‐on	
  ?	
  L’Inde	
  pays	
  prome^eur	
  ?	
  
41	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  JSF	
  
et	
  béryllium	
  
42	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Le	
  F35	
  JSF	
  intègre	
  de	
  nombreux	
  composants	
  en	
  
alliages	
  cuivre-­‐béryllium	
  :	
  Electro-­‐Op@cal	
  Targe@ng	
  
System	
  (EOTS)	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  à	
  
quoi	
  sert	
  le	
  béryllium	
  ?	
  
43	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
La consommation mondiale a été de l’ordre de 320 t/an en 2009 et 2010
(selon Biz-Acumen et USGS*). Elle se répartit pour moitié entre les secteurs
des télécommunications et de l’informatique, pour moitié entre les industries
de l’espace, de la défense, de l’automobile et autres utilisations industrielles.
La consommation mondiale se répartit pour un tiers en Europe, un tiers en
Amérique et un tiers en Asie-Pacifique (Japon inclus).
!"#"$ %&'$
()*
+#&#,#
-*
./01'234
5#"'&4
6*!31784
69*
:#87&
;<*
.$'4 =#>'?'234
!"#$% &'(#)*
;9*
Consommation mondiale de béryllium
par zone géographique (Biz-Acumen, 2009)
@0A0>7/$ 4"
'&?71/#"'234
9;*
!A4>"17&'234
8731
AB#3"7/7C'A4
;6*
.017$8#"'#A4
4" D0?4&$4
;)*
+7/87$#&"$
'&,3$"1'4A$
;(*
.3"14$
E*
Consommation mondiale de béryllium
par secteur industriel (Biz-Acumen, 2009)
Seuls quelques gisements sont exploités actuellement dans le monde :
> Production mondiale
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  le	
  
cas	
  du	
  béryllium	
  
44	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  béryllium	
  est	
  	
  un	
  élément	
  chimique	
  de	
  symbole	
  Be	
  et	
  de	
  numéro	
  atomique	
  4.	
  Dans	
  le	
  
tableau	
   périodique,	
   il	
   est	
   le	
   premier	
   représentant	
   des	
   métaux	
   alcalino-­‐terreux.	
   Le	
  
béryllium	
  est	
  un	
  métal	
  alcalino-­‐terreux	
  d'aspect	
  gris	
  acier.	
  Il	
  est	
  léger,	
  fragile	
  et	
  toxique.	
  
Il	
   est	
   plus	
   léger	
   et	
   six	
   fois	
   plus	
   résistant	
   que	
   l’aluminium.	
   Environ	
   200	
   tonnes	
   sont	
  
produites	
  dans	
  le	
  monde.	
  Il	
  a	
  le	
  point	
  de	
  fusion	
  le	
  plus	
  élevé	
  de	
  tous	
  les	
  métaux	
  légers.	
  	
  
•  Il	
   est	
   principalement	
   employé	
   comme	
   agent	
   durcissant	
   dans	
   certains	
   alliages,	
  
notamment	
   le	
   moldamax,	
   un	
   alliage	
   de	
   cuivre-­‐béryllium	
   u'lisé	
   pour	
   la	
   fabrica'on	
   de	
  
moules	
  pour	
  ma'ères	
  plas'ques.	
  Le	
  béryllium	
  est	
  également	
  u'lisé	
  dans	
  des	
  réacteurs	
  
nucléaires,	
  comme	
  composant	
  de	
  céramiques	
  industrielles,	
  en	
  micro-­‐électronique,	
  ainsi	
  
qu’en	
  den'sterie.	
  Ses	
  alliages	
  sont	
  à	
  la	
  fois	
  légers	
  et	
  résistants	
  à	
  la	
  chaleur.	
  Ils	
  possèdent	
  
un	
   faible	
   coefficient	
   de	
   dilata'on.	
   Le	
   béryllium	
   est	
   incorporé	
   dans	
   certains	
   alliages	
  
spéciaux	
  pour	
  des	
  matériaux	
  soumis	
  à	
  d’importants	
  fro^ements	
  thermiques.	
  
•  Dans	
  la	
  nature,	
  on	
  le	
  trouve	
  principalement	
  sous	
  forme	
  d’oxydes	
  ou	
  d’aluminosilicates	
  
complexes	
   appelés	
   béryls,	
   dont	
   les	
   représentants	
   les	
   plus	
   connus	
   sont	
   l’émeraude	
   et	
  
l’aigue-­‐marine.	
  On	
  l’exploite	
  surtout	
  à	
  par'r	
  silicates,	
  bertrandite	
  Be4Si2O7(OH)2	
  ou	
  béryl	
  
Be3Al2Si6O18.	
  Les	
  principales	
  mines	
  sont	
  aux	
  Etats-­‐Unis	
  (Utah,	
  88%),	
  en	
  Chine	
  (10%)	
  et	
  au	
  
Mozambique	
  (1%).	
  Aucune	
  n'est	
  ouverte	
  en	
  Europe.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  88%	
  
de	
  la	
  produc'on	
  mondiale	
  à	
  Spor	
  mountain	
  
45	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  
l’usinage	
  du	
  béryllium	
  et	
  ATMOSTAT	
  
46	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Fondée	
  en	
  1973,	
  ATMOSTAT	
  crée	
  des	
  procédés	
  d’assemblage	
  de	
  «	
  matériaux	
  métalliques	
  
en	
  feuille	
  très	
  minces	
  »	
  de	
  'tane	
  pour	
  des	
  objets	
  de	
  grande	
  taille,	
  des	
  liners	
  métalliques	
  
des'nés	
  à	
  des	
  réservoirs	
  haute	
  pression	
  en	
  matériaux	
  composite-­‐carbone.	
  
•  C’est	
  une	
  entreprise	
  unique	
  en	
  France	
  et	
  en	
  Europe	
  qui	
  usine	
  le	
  béryllium.	
  ATMOSTAT	
  
fait	
   par'e	
   du	
   groupe	
   ALCEN	
   qui	
   compte	
   28	
   PME	
   technologiques	
   de	
   haut	
   niveau	
   dont	
  
beaucoup	
  sont	
  soutenues	
  par	
  la	
  DGA	
  à	
  travers	
  ses	
  contrats	
  et	
  des	
  disposi'fs	
  de	
  sou'en	
  à	
  
l’innova'on.	
  ATMOSTAT	
  emploie	
  80	
  personnes.	
  
•  Sur	
   le	
   projet	
   ITER	
   de	
   réacteur	
   expérimental	
   de	
   fusion	
   thermonucléaire,	
   ATMOSTAT	
  
assure	
   la	
   fabrica'on	
   de	
   la	
   protec'on	
   de	
   la	
   chambre	
   à	
   vide	
   et	
   des	
   aimants	
  
supraconducteurs.	
   Elle	
   fabrique	
   la	
   paroi	
   démontable	
   posi'onnée	
   directement	
   face	
   au	
  
plasma	
   capable	
   d’encaisser	
   des	
   températures	
   supérieures	
   à	
   150	
   millions	
   de	
   degrés	
  
Celsius.	
  Le	
  choix	
  du	
  Béryllium	
  a	
  été	
  fait	
  pour	
  ses	
  propriétés	
  physiques	
  excep'onnelles.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  les	
  
réalisa'ons	
  d’ATMOSTAT	
  
47	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Les	
  structures	
  mécano-­‐op'que	
  en	
  alliage	
  béryllium/
aluminium	
  
Le	
  cœur	
  d’ITER	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  armement	
  :	
  
Jean-­‐Yves	
  Le	
  Drian	
  et	
  ATMOSTAT	
  le	
  
5/09/12	
  
48	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Troisième	
  par'e	
  
49	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
III.	
  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  énergie.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  la	
  ques'on	
  des	
  renouvelables	
  
50	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Comme	
  le	
  rappelait	
  le	
  rapport	
  sénatorial	
  consacré	
  aux	
  enjeux	
  des	
  métaux	
  stratégiques:	
  le	
  
cas	
   des	
   terres	
   rares	
   publié	
   en	
   juin	
   2011,	
   l’éolien	
   peut	
   très	
   difficilement	
   se	
   passer	
   de	
  
néodyme,	
  un	
  métal	
  de	
  la	
  famille	
  des	
  terres	
  rares	
  u'lisé	
  dans	
  la	
  fabrica'on	
  des	
  turbines	
  et	
  
des	
   panneaux	
   solaires	
   en	
   couche	
   mince,	
   plus	
   performants	
   et	
   plus	
   prome^eurs	
   que	
   les	
  
panneaux	
  tradi'onnels	
  à	
  base	
  de	
  silice.	
  
•  Voir	
  :	
  h^p://www.senat.fr/rap/r10-­‐349/r10-­‐349_mono.html	
  	
  
•  Les	
   voitures	
   électriques	
   u'lisent	
   plusieurs	
   métaux	
   rares	
   de	
   la	
   famille	
   des	
   terres	
   rares,	
  
notamment	
   pour	
   la	
   fabrica'on	
   d’aimants	
   compacts	
   pour	
   les	
   moteurs	
   électriques	
  
synchrones,	
  comme	
  le	
  néodyme,	
  le	
  dysprosium	
  et	
  le	
  samarium.	
  Il	
  en	
  est	
  de	
  même	
  pour	
  les	
  
composants	
  d’accumulateurs	
  de	
  type	
  NiMH	
  "nickel-­‐métal	
  hybride"	
  à	
  base	
  de	
  lanthane.	
  
•  Les	
  métaux	
  stratégiques	
  ou	
  cri'ques	
  sont	
  présents	
  dans	
  la	
  plupart	
  des	
  produits	
  de	
  hautes	
  
technologies	
   liés	
   aux	
   énergies	
   renouvelables,	
   comme	
   les	
   éoliennes,	
   les	
   cellules	
  
photovoltaïques	
  ou	
  les	
  ba^eries	
  des	
  véhicules	
  électriques.	
  Parmi	
  eux,	
  on	
  trouve	
  le	
  lanthane,	
  
le	
   cérium,	
   le	
   néodyme,	
   etc.	
   La	
   sécurité	
   d’approvisionnement	
   de	
   ces	
   métaux	
   est	
   donc	
  
essen'elle	
  pour	
  perme^re	
  aux	
  états	
  européens	
  de	
  con'nuer	
  de	
  produire	
  des	
  technologies	
  
perme^ant	
  de	
  développer	
  des	
  filières	
  technologiques	
  liées	
  aux	
  énergies	
  renouvelables.	
  
•  Le	
   terbium	
   permet	
   de	
   réduire	
   de	
   80%	
   la	
   consomma'on	
   des	
   ampoules	
   électriques.	
   Le	
  
terbium	
  est	
  aussi	
  u'lisé	
  dans	
  les	
  tubes	
  de	
  télévision	
  couleur	
  et	
  les	
  lampes	
  fluorescentes.	
  En	
  
combinaison	
  avec	
  des	
  luminophores	
  à	
  base	
  d’europium,	
  il	
  crée	
  un	
  éclairage	
  fluorescent.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  une	
  voiture	
  pleine	
  de	
  terres	
  rares	
  
51	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  le	
  vert	
  est-­‐il	
  vert	
  ?	
  Le	
  cas	
  du	
  
néodyme	
  
52	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  On	
  u'lise	
  le	
  néodyme	
  dans	
  les	
  aimants	
  permanents	
  des	
  éoliennes.	
  Une	
  éolienne	
  cache	
  
dans	
  ses	
  entrailles	
  un	
  alternateur	
  à	
  aimants	
  permanents.	
  L’alternateur	
  est	
  cons'tué	
  d’un	
  
rotor	
   (par'e	
   tournante)	
   et	
   d’un	
   stator	
   (par'e	
   fixe)	
   générant	
   un	
   courant	
   alterna'f,	
   en	
  
général	
  asynchrone.	
  
•  Une	
  éolienne	
  offshore	
  de	
  3	
  MW	
  peut	
  contenir	
  jusqu'à	
  450	
  kilos	
  de	
  néodyme.	
  En	
  effet,	
  il	
  
faut	
  600	
  kilos	
  d’aimants	
  permanents	
  par	
  MW	
  de	
  capacité,	
  dont	
  environ	
  25%	
  de	
  néodyme	
  
et	
  4%	
  de	
  dysprosium,	
  deux	
  métaux	
  de	
  la	
  famille	
  des	
  terres	
  rares.	
  
•  Un	
  aimant	
  permanent	
  est	
  un	
  objet	
  fabriqué	
  dans	
  un	
  matériau	
  magné'que	
  dur	
  dont	
  le	
  
champ	
   rémanent	
   et	
   l’excita'on	
   coerci've	
   sont	
   grands.	
   Les	
   aimants	
   permanents	
  
con'ennent	
   presque	
   toujours	
   des	
   atomes	
   d’au	
   moins	
   un	
   des	
   éléments	
   chimiques	
  
suivants	
   :	
   fer,	
   cobalt,	
   nickel	
   ou	
   lanthanides.	
   En	
   général,	
   les	
   aimants	
   u'lisés	
   sont	
   en	
  
samarium/cobalt	
  ou	
  en	
  néodyme/fer/bore.	
  
•  La	
  Chine	
  produit	
  globalement	
  plus	
  de	
  80%	
  des	
  aimants	
  permanents	
  dans	
  le	
  monde.	
  13%	
  
sont	
  produits	
  au	
  Japon,	
  en	
  Corée	
  du	
  Sud	
  et	
  à	
  Taiwan.	
  Notons	
  au	
  passage	
  qu’il	
  existe	
  aussi	
  
une	
  vraie	
  tension	
  sur	
  le	
  dysprosium.	
  Sa	
  demande	
  augmente	
  de	
  10%	
  par	
  an	
  et	
  le	
  déficit	
  en	
  
dysprosium	
  va	
  devenir	
  un	
  problème	
  aigu	
  à	
  par'r	
  de	
  2020.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  où	
  est	
  le	
  néodyme	
  ?	
  
53	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Le	
   néodyme	
   montré	
   ici	
   est	
   l’une	
   des	
  
terres	
   rares	
   clefs	
   pour	
   fabriquer	
   des	
  
aimants	
   pour	
   les	
   moteurs	
   électriques	
  
compacts.	
   Il	
   est	
   à	
   la	
   fois	
   léger	
   et	
  
surpuissant.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  le	
  fonc'onnement	
  de	
  l’éolienne	
  
54	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  à	
  quoi	
  sert	
  l’alternateur	
  ?	
  
55	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  L’alternateur	
   triphasé,	
   qui	
   offre	
   le	
   meilleur	
   rendement	
   pour	
   les	
   éoliennes	
   pour	
  
par'culiers.	
  L’alternateur	
  d’une	
  éolienne	
  est	
  composé	
  de	
  deux	
  par'es	
  :	
  
–  Le	
  rotor,	
  par'e	
  rota've,	
  est	
  un	
  électroaimant	
  de	
  forme	
  cylindrique,	
  qui	
  tourne	
  sur	
  
lui-­‐même.	
   On	
   l’appelle	
   l’inducteur,	
   car	
   c’est	
   lui	
   qui	
   va	
   induire	
   le	
   courant	
  
électromagné'que.	
  
–  Le	
  stator,	
  par'e	
  sta'que,	
  est	
  une	
  structure	
  fixe	
  qui	
  entoure	
  le	
  rotor.	
  Le	
  stator	
  est	
  
composé	
  de	
  trois	
  bobines,	
  ou	
  enroulements	
  de	
  fils	
  conducteurs,	
  reliées	
  entre	
  elles.	
  
On	
   appelle	
   ces	
   bobines	
   l’induit	
   ou	
   la	
   par'e	
   induite,	
   car	
   ce	
   sont	
   elles	
   qui	
   vont	
  
recevoir	
  l’induc'on	
  de	
  la	
  part	
  du	
  rotor,	
  et	
  la	
  transformer	
  en	
  électricité.	
  
•  Le	
   vent	
   fait	
   tourner	
   les	
   pales	
   de	
   l’éolienne	
   solidaires	
   du	
   rotor.	
   Le	
   rotor	
   tourne	
   à	
  
l’intérieur	
  du	
  stator.	
  Lorsque	
  l’aimant	
  du	
  rotor	
  passe	
  à	
  proximité	
  de	
  l’une	
  des	
  bobines	
  du	
  
stator,	
   les	
   électrons	
   contenus	
   dans	
   la	
   bobine	
   se	
   déplacent,	
   générant	
   un	
   courant	
  
électrique,	
  c’est-­‐à-­‐dire	
  qu'ils	
  délivrent	
  une	
  tension	
  sinusoïdale.	
  Vu	
  qu’il	
  y	
  a	
  trois	
  bobines	
  
pour	
   un	
   seul	
   électroaimant,	
   l’alternateur	
   crée	
   trois	
   tensions	
   iden'ques,	
   décalées	
  
chacune	
  d’un	
  'ers	
  de	
  période.	
  C’est	
  pourquoi	
  on	
  parle	
  d’alternateur	
  triphasé.	
  
•  Les	
  machines	
  Asynchrones	
  (MAS)	
  sont	
  u'lisées	
  pour	
  la	
  majorité	
  des	
  éoliennes	
  puissantes	
  
(plus	
  de	
  1	
  kW),	
  car	
  elles	
  peuvent	
  supporter	
  des	
  varia'ons	
  de	
  vitesse	
  que	
  l’on	
  trouve	
  en	
  
cas	
   de	
   rafales.	
   Elles	
   impliquent	
   néanmoins	
   l’u'lisa'on	
   d’un	
   mul'plicateur	
   de	
   vitesse	
  
entre	
  le	
  rotor	
  et	
  le	
  générateur.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  que	
  sont	
  le	
  néodyme	
  et	
  le	
  
dysprosium	
  ?	
  
56	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Le	
  néodyme	
  est	
  un	
  élément	
  chimique	
  de	
  symbole	
  Nd	
  et	
  de	
  numéro	
  atomique	
  60.	
  C’est	
  
un	
   métal	
   gris	
   argent	
   du	
   groupe	
   des	
   terres	
   rares.	
   Il	
   fait	
   par'e	
   de	
   la	
   famille	
   des	
  
lanthanides.	
   À	
   température	
   ambiante,	
   il	
   est	
   duc'le	
   (capacité	
   d'un	
   matériau	
   à	
   se	
  
déformer	
  plas'quement	
  sans	
  se	
  rompre),	
  malléable	
  et	
  s’oxyde	
  rapidement	
  à	
  l’air.	
  
•  En	
   alliage	
   avec	
   le	
   fer	
   et	
   le	
   bore	
   Nd2Fe14B,	
   le	
   néodyme	
   est	
   u'lisé	
   dans	
   les	
   aimants	
  
permanents	
   pour	
   les	
   générateurs	
   des	
   éoliennes,	
   les	
   moteurs	
   électriques	
   et	
   les	
  
générateurs	
  de	
  certaines	
  voitures	
  hybrides.	
  
•  Le	
   dysprosium	
   est	
   un	
   élément	
   chimique	
   de	
   symbole	
   Dy	
   et	
   de	
   numéro	
   atomique	
   66,	
  
d’aspect	
  gris	
  argenté.	
  Comme	
  les	
  autres	
  membres	
  de	
  la	
  famille	
  des	
  lanthanides,	
  il	
  est	
  
malléable,	
  duc'le	
  et	
  assez	
  mou	
  pour	
  être	
  coupé	
  avec	
  un	
  couteau.	
  Il	
  est	
  assez	
  stable	
  dans	
  
l’air.	
  
•  On	
   ajoute	
   du	
   dysprosium	
   à	
   des	
   alliages	
   de	
   magnésium	
   que	
   l’on	
   u'lise	
   dans	
  
l’aéronau'que.	
  Il	
  augmente	
  la	
  dureté	
  du	
  matériau	
  et	
  facilite	
  sa	
  transforma'on.	
  Dans	
  les	
  
aimants	
   permanents	
   des	
   éoliennes,	
   on	
   retrouve	
   le	
   dysprosium	
   en	
   alliage	
   avec	
  
l’aluminium	
  Al2Dy3.	
  
•  La	
   technologie	
   éolienne	
   brevetée	
   par	
   l’Américain	
   Boulder	
   Wind	
   Power	
   permet	
  
l’u'lisa'on	
  d’aimants	
  permanents	
  en	
  terres	
  rares	
  ne	
  nécessitant	
  pas	
  de	
  dysprosium.	
  En	
  
u'lisant	
  des	
  aimants	
  permanents	
  sans	
  dysprosium,	
  on	
  réduit	
  l’u'lisa'on	
  d’acier	
  profilé	
  
et	
  on	
  évite	
  d’u'liser	
  la	
  tôle	
  magné'que	
  laminée.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  quelles	
  alterna'ves	
  au	
  néodyme	
  ?	
  
57	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  En	
   2008,	
   Hitachi	
   a	
   annoncé	
   maîtriser	
   le	
   fer	
   amorphe,	
   un	
   matériau	
   magné'que	
   aux	
  
excellentes	
  propriétés	
  magné'ques.	
  
•  La	
   produc'on	
   de	
   fer	
   amorphe	
   nécessite	
   la	
   mise	
   en	
   œuvre	
   d’un	
   procédé	
   complexe	
  
perme^ant	
  au	
  fer	
  fondu	
  de	
  refroidir	
  suffisamment	
  vite	
  pour	
  que	
  ses	
  atomes	
  n’aient	
  pas	
  
le	
  temps	
  de	
  s’organiser	
  en	
  fonc'on	
  de	
  la	
  structure	
  cristalline	
  propre	
  au	
  fer.	
  
•  On	
   ajoute	
   des	
   atomes	
   supplémentaires	
   qui	
   provoquent	
   de	
   l’anisotropie	
   et	
   un	
   effet	
  
magné'que	
  considérable.	
  L’anisotropie	
  d’un	
  produit	
  est	
  la	
  propriété	
  d’un	
  objet	
  d'être	
  
dépendant	
  de	
  la	
  direc'on;	
  par	
  exemple	
  les	
  lune^es	
  aux	
  verres	
  polarisant.	
  
•  Des	
   aimants	
   permanents	
   au	
   fer	
   amorphe	
   sont	
   le	
   cœur	
   d’un	
   prototype	
   de	
   moteur	
  
électrique	
  présenté	
  par	
  Hitachi	
  en	
  2008	
  avec	
  une	
  puissance	
  de	
  250	
  W,	
  puis	
  en	
  2012	
  avec	
  
une	
   puissance	
   de	
   11	
   KW,	
   mais	
   on	
   est	
   encore	
   loin	
   de	
   la	
   puissance	
   nécessaire	
   à	
   une	
  
voiture,	
  même	
  pe'te,	
  et	
  a	
  for'ori	
  à	
  une	
  éolienne.	
  
•  En	
  2013,	
  on	
  ne	
  sait	
  toujours	
  pas	
  si	
  on	
  pourra	
  fabriquer	
  de	
  gros	
  aimants	
  permanents	
  à	
  
base	
  de	
  fer	
  amorphe.	
  
•  Des	
  laboratoires	
  de	
  recherche,	
  dont	
  Hitachi,	
  étudient	
  aussi	
  la	
  synthèse	
  du	
  nitrure	
  de	
  fer,	
  
qui	
  a	
  des	
  caractéris'ques	
  magné'ques	
  encore	
  plus	
  intéressantes	
  que	
  le	
  Nd-­‐Fe-­‐B.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  d’où	
  vient	
  le	
  néodyme	
  ?	
  
58	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  énergie	
  :	
  le	
  
dysprosium	
  en	
  résumé	
  
59	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  la	
  ques'on	
  des	
  cellules	
  
photovoltaïques	
  
60	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Une	
  hypothèse	
  généralement	
  admise	
  précise	
  que	
  la	
  technologie	
  photovoltaïque	
  est	
  une	
  
technologie	
   non-­‐éme^rice	
   de	
   CO2.	
   En	
   pra'que,	
   elles	
   requièrent	
   des	
   combus'bles	
  
fossiles	
  pour	
  l’extrac'on	
  de	
  leurs	
  composants,	
  leur	
  fabrica'on,	
  leur	
  installa'on	
  et	
  leur	
  
maintenance.	
   Elles	
   ont	
   aussi	
   besoin	
   des	
   centrales	
   électriques	
   «	
   tradi'onnelles	
   »	
   pour	
  
fonc'onner	
  ou	
  d’instruments	
  de	
  stockage	
  comme	
  les	
  ba^eries.	
  
•  Certains	
  panneaux	
  solaires	
  à	
  couche	
  mince,	
  qui	
  ne	
  représentent	
  qu’une	
  part	
  du	
  marché	
  
global,	
  u'lisent	
  des	
  terres	
  rares.	
  
•  On	
   trouve	
   couramment	
   des	
   ar'cles	
   sur	
   le	
   coût	
   compé''f	
   du	
   polysilicium	
   et	
   des	
  
composants	
  techniques	
  des	
  cellules	
  photovoltaïques,	
  qui	
  ne	
  représentent	
  pourtant	
  que	
  
la	
   moi'é	
   du	
   prix	
   total	
   de	
   l’installa'on	
   d’un	
   système.	
   Même	
   si	
   le	
   prix	
   du	
   polysilicium	
  
tombait	
   à	
   zéro,	
   il	
   faudrait	
   toujours	
   régler	
   les	
   autres	
   postes	
   de	
   produc'on	
   comme	
   les	
  
métaux	
  rares,	
  le	
  cuivre,	
  le	
  verre,	
  l’aluminium,	
  les	
  onduleurs,	
  les	
  combus'bles	
  fossiles,	
  le	
  
transport,	
  l’installa'on,	
  l’assurance	
  et	
  la	
  ges'on	
  des	
  déchets	
  toxiques	
  qui	
  en	
  résulte.	
  
•  Concernant	
  les	
  métaux	
  rares,	
  on	
  retrouve	
  l'indium,	
  le	
  gallium	
  et	
  le	
  germanium.	
  Dans	
  les	
  
panneaux	
  qui	
  u'lisent	
  ces	
  métaux	
  rares,	
  l’essen'el	
  est	
  concerné	
  par	
  l'indium,	
  métal	
  de	
  la	
  
famille	
  des	
  terres	
  rares.	
  Le	
  germanium	
  et	
  le	
  gallium	
  ne	
  sont	
  même	
  pas	
  décrits	
  dans	
  les	
  
sta's'ques,	
  ils	
  représentent	
  une	
  part	
  très	
  limitée	
  des	
  éléments	
  minéraux	
  u'lisés	
  dans	
  
les	
  panneaux.	
  
19/01/16	
   61	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Pourquoi	
  une	
  technologie	
  comme	
  le	
  photovoltaïque	
  qui	
  u'lise	
  les	
  matériaux	
  parmi	
  les	
  plus	
  
abondants,	
  tel	
  le	
  silicium,	
  doit-­‐elle	
  faire	
  appel	
  aux	
  métaux	
  rares	
  ?	
  
•  Il	
  existe	
  en	
  effet	
  une	
  technologie	
  par'culière	
  dite	
  CIGS	
  (cuivre,	
  indium,	
  gallium,	
  sélénium).	
  
•  Dans	
  une	
  cellule,	
  tout	
  est	
  dans	
  le	
  dépôt	
  de	
  couches	
  métalliques	
  de	
  faible	
  épaisseur	
  qui	
  permet	
  
de	
  créer	
  des	
  produits	
  photovoltaïques.	
  
•  Aujourd’hui,	
   le	
   CIGS	
   n’est	
   pas	
   la	
   technologie	
   prépondérante.	
   La	
   plus	
   courante	
   consiste	
   à	
  
fabriquer	
   des	
   cellules	
   de	
   200	
   microns	
   d’épaisseur	
   de	
   silicium,	
   élément	
   par'culièrement	
  
abondant,	
   encapsulées	
   entre	
   différentes	
   couches	
   de	
   plas'que	
   et	
   de	
   verre,	
   alors	
   que	
   les	
  
métaux	
   rares	
   perme^ent	
   de	
   faire	
   des	
   couches	
   d’environ	
   2	
   microns,	
   en	
   par'culier	
   l’indium.	
  
L’indium	
  est	
  un	
  sous-­‐produit	
  du	
  zinc.	
  
•  L’indium	
   fait	
   de	
   la	
   cellule	
   un	
   semi-­‐conducteur	
   à	
   fort	
   rendement	
   dans	
   le	
   procédé	
  
photovoltaïque.	
  Le	
  CIGS	
  apparaît	
  comme	
  le	
  semi-­‐conducteur	
  qui	
  offre	
  le	
  plus	
  fort	
  rendement,	
  
donc	
  qui	
  transforme	
  le	
  plus	
  de	
  radia'ons	
  du	
  soleil	
  en	
  électricité.	
  C’est	
  le	
  matériau	
  qui	
  permet	
  
la	
  meilleure	
  capta'on	
  d’irradia'on,	
  donc	
  qui	
  va	
  fabriquer	
  le	
  plus	
  de	
  kWh.	
  
•  Quand	
  on	
  fabrique	
  un	
  module	
  CIGS	
  de	
  130W,	
  on	
  u'lise	
  environ	
  5g	
  d’indium,	
  donc	
  0,04g/	
  W.	
  Le	
  
marché	
  a^eint	
  actuellement	
  20GW,	
  sachant	
  que	
  la	
  plupart	
  de	
  ces	
  modules	
  sont	
  fabriqués	
  en	
  
silicium.	
  Pour	
  fabriquer	
  un	
  GW	
  de	
  module,	
  il	
  faut	
  38	
  tonnes	
  de	
  CIGS.	
  Par	
  rapport	
  aux	
  1.200	
  
tonnes	
   nécessaires,	
   ce	
   volume	
   est	
   rela'vement	
   faible,	
   même	
   s'il	
   commence	
   à	
   être	
   très	
  
significa'f.	
  
Matériaux stratégiques, métaux et énergie : la question des
cellules photovoltaïques
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques	
  et	
  énergie	
  :	
  d’où	
  
vient	
  l’indium	
  ?	
  
62	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  L’indium	
  est	
  un	
  élément	
  chimique,	
  de	
  symbole	
  In	
  et	
  de	
  numéro	
  atomique	
  49.	
  C’est	
  un	
  métal	
  
gris	
  brillant,	
  à	
  bas	
  point	
  de	
  fusion	
  (156	
  °C),	
  résistant	
  à	
  la	
  corrosion	
  atmosphérique.	
  Ce	
  métal	
  
malléable,	
  ressemblant	
  chimiquement	
  à	
  l’aluminium	
  et	
  au	
  gallium,	
  est	
  rare.	
  On	
  ne	
  le	
  trouve	
  
qu’en	
  quan'té	
  infime	
  dans	
  les	
  mines	
  de	
  zinc.	
  
•  Les	
  cellules	
  photovoltaïques	
  rentrent	
  en	
  concurrence	
  avec	
  les	
  écrans	
  tac'les	
  capaci'fs	
  (aussi	
  
appelés	
  mul'touche).	
  
•  La	
   demande	
   annuelle	
   est	
   d’environ	
   1.300	
   tonnes,	
   dont	
   la	
   moi'é	
   issue	
   du	
   recyclage.	
   La	
  
produc'on	
  minière	
  annuelle	
  est	
  d’environ	
  600	
  tonnes.	
  L'évalua'on	
  des	
  réserves	
  est	
  de	
  12.000	
  
tonnes,	
  soit	
  un	
  ra'o	
  réserves/produc'on	
  annuelle	
  de	
  20	
  ans	
  seulement.	
  
•  La	
  Chine	
  produit	
  60%	
  de	
  l’indium.	
  Les	
  réserves	
  seraient	
  les	
  suivantes	
  :	
  35%	
  en	
  Chine,	
  26%	
  au	
  
Canada,	
  16%	
  au	
  Japon,	
  8%	
  en	
  Belgique.	
  
•  Dans	
  les	
  cellules	
  photovoltaïques,	
  on	
  retrouve	
  l’indium	
  dans	
  deux	
  types	
  de	
  cellules	
  :	
  
•  Les	
   cellules	
   à	
   jonc'on	
   avec	
   du	
   séléniure	
   d’indium	
   InSe2,	
   du	
   nitrure	
   d’indium-­‐gallium	
  
InGaN	
  et	
  de	
  diséléniure	
  de	
  cuivre-­‐indium	
  CuInSe2.	
  Les	
  recherches	
  en	
  cours	
  sur	
  des	
  cellules	
  
combinant	
   plusieurs	
   couches	
   :	
   gallium-­‐indium-­‐phosphore,	
   arséniure	
   de	
   gallium	
   et	
  
germanium	
  (GaInP-­‐AsGa-­‐Ge)	
  perme^ent	
  d'espérer	
  des	
  rendements	
  supérieurs	
  à	
  30	
  %.	
  
•  Dans	
  les	
  cellules	
  en	
  couche	
  mince,	
  qui	
  ont	
  un	
  rendement	
  inférieur	
  (10-­‐20	
  %)	
  mais	
  sont	
  
beaucoup	
  plus	
  faciles	
  à	
  fabriquer	
  en	
  grande	
  série,	
  on	
  u'lise	
  de	
  l’oxyde	
  d’indium-­‐étain,	
  un	
  
mélange	
  cuivre-­‐indium-­‐sélénium	
  (CuInSe2)	
  ou	
  de	
  cuivre-­‐indium-­‐gallium-­‐sélénium.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  l’indium	
  en	
  résumé	
  
63	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
énergie	
  :	
  métaux	
  rares	
  et	
  renouvelables	
  
64	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Il	
   est	
   clair	
   que	
   l’énergie	
   ne	
   se	
   limite	
   plus	
   seulement	
   aux	
   ques'ons	
   de	
   disponibilité	
   des	
  
combus'bles	
  comme	
  le	
  pétrole	
  ou	
  l’uranium.	
  
•  Des	
   métaux	
   jouent	
   un	
   rôle	
   clef	
   pour	
   le	
   développement	
   des	
   filières	
   «	
   propres	
   »	
   comme	
   les	
  
voitures	
  électriques,	
  les	
  éoliennes	
  ou	
  les	
  cellules	
  photovoltaïques.	
  
•  Leur	
  place	
  croissante	
  dans	
  nos	
  sociétés,	
  liée	
  à	
  la	
  nécessité	
  de	
  réduire	
  les	
  émissions	
  de	
  gaz	
  à	
  
effet	
   de	
   serre,	
   introduit	
   une	
   nouvelle	
   géoéconomie	
   d’une	
   grande	
   complexité	
   pour	
   le	
   21ème	
  
siècle,	
  créant	
  de	
  nouvelles	
  vulnérabilités	
  porteuses	
  d’affrontements	
  futurs	
  pour	
  la	
  maîtrise	
  de	
  
ces	
  ressources	
  ô	
  combien	
  essen'elles	
  aux	
  technologies	
  de	
  pointe	
  de	
  nos	
  sociétés	
  modernes.
•  Comme	
  d’autres	
  métaux,	
  le	
  néodyme	
  vient	
  à	
  90%	
  de	
  Chine.	
  Réduire	
  la	
  dépendance	
  française	
  
et	
  européenne	
  vis-­‐à-­‐vis	
  du	
  néodyme	
  suppose	
  donc,	
  d’une	
  part,	
  d’engager	
  des	
  recherches	
  sur	
  le	
  
recyclage,	
   comme	
   le	
   fait	
   actuellement	
   Rhodia,	
   filiale	
   du	
   groupe	
   Solvay,	
   et	
   d’autre	
   part,	
  
d’engager	
  une	
  vraie	
  poli'que	
  d’approvisionnement,	
  indépendante	
  de	
  l’exploita'on	
  chinoise.	
  
•  L’objec'f	
  de	
  Rhodia	
  est	
  de	
  réu'liser	
  les	
  poudres	
  luminophores	
  qui	
  recouvrent	
  l'intérieur	
  des	
  
lampes	
   basse	
   consomma'on	
   et	
   qui	
   con'ennent	
   plusieurs	
   terres	
   rares	
   (terbium,	
   y^rium,	
  
europium,	
   gadolinium,	
   lanthane	
   et	
   cérium).	
   Ce^e	
   poudre	
   est	
   aujourd’hui	
   isolée	
   et	
   mise	
   en	
  
décharge	
  lorsque	
  les	
  ampoules	
  arrivent	
  en	
  fin	
  de	
  vie,	
  alors	
  que	
  les	
  autres	
  composants	
  (verre,	
  
plas'que,	
  cuivre	
  et	
  aluminium)	
  sont	
  valorisés.	
  
•  L’absence	
  de	
  gisements	
  sur	
  le	
  sol	
  européen	
  explique	
  qu’en	
  dehors	
  de	
  Rhodia,	
  des	
  agences	
  et	
  
entreprises,	
  comme	
  l’ADEME,	
  se	
  sont	
  lancées	
  dans	
  des	
  programmes	
  de	
  R&D	
  de	
  recyclage	
  des	
  
produits	
  contenant	
  des	
  métaux	
  rares.	
  
19/01/16	
  
Quatrième	
  par'e	
  
65	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
IV.	
  Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense.	
  
6619/01/16	
   Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Deux	
  exemples	
  concrets	
  d’exper'se	
  réalisées	
  :	
  
•  Le	
  graphite	
  :	
  le	
  graphite	
  a	
  une	
  large	
  u'lisa'on	
  industrielle,	
  comme	
  le	
  nucléaire,	
  l’aérospa'ale,	
  
les	
   piles	
   à	
   combus'ble,	
   les	
   ba^eries	
   au	
   lithium,	
   le	
   photovoltaïque,	
   les	
   fours	
   réfractaires,	
   la	
  
métallurgie,	
  etc.	
  La	
  chaîne	
  d’approvisionnement	
  du	
  graphite	
  naturel	
  est	
  considérée	
  comme	
  peu	
  
cri'que	
   tandis	
   que	
   les	
   procédés	
   de	
   fabrica'on	
   les	
   plus	
   abou's	
   du	
   graphite	
   synthé'que	
  
(élément	
   stratégique)	
   ne	
   sont	
   maîtrisés	
   que	
   par	
   une	
   poignée	
   d’industriels.	
   Ces	
   producteurs	
  
français	
  doivent	
  donc	
  être	
  préservés	
  :	
  Imerys/Timcal	
  Carbon	
  mais	
  surtout	
  Mersen	
  (ex	
  Carbone-­‐
Lorraine),	
   qui	
   dé'ent	
   un	
   savoir-­‐faire	
   unique	
   lié	
   au	
   carbone	
   isosta'que.	
   En	
   février	
   2010,	
   le	
  
graphite	
  a	
  été	
  classé	
  par	
  l’Union	
  européenne	
  parmi	
  les	
  14	
  ma'ères	
  les	
  plus	
  cri'ques.	
  Le	
  COMES	
  
a	
  demandé	
  un	
  rapport	
  public	
  sur	
  ce	
  minéral	
  paru	
  en	
  juillet	
  2012.	
  
•  Le	
  lithium	
  :	
  c’est	
  un	
  élément	
  stratégique	
  employé	
  par	
  l’industrie	
  de	
  pointe	
  civile	
  et	
  militaire.	
  Les	
  
réserves	
   mondiales	
   sont	
   abondantes	
   mais	
   géographiquement	
   concentrées	
   et	
   exploitées	
   par	
  
quelques	
   acteurs	
   argen'ns,	
   chiliens,	
   australiens,	
   américains,	
   canadiens	
   et	
   chinois.	
   La	
   Chine	
  
(dont	
  les	
  besoins	
  en	
  lithium	
  excèdent	
  la	
  produc'on	
  na'onale),	
  la	
  Corée	
  du	
  Sud	
  et	
  le	
  Japon	
  ont	
  
déjà	
  contracté	
  des	
  accords	
  d’exclusivité	
  avec	
  certains	
  de	
  ces	
  producteurs.	
  En	
  2013,	
  la	
  prise	
  de	
  
contrôle	
   de	
   l’important	
   opérateur	
   minier	
   australien	
   Talison	
   Lithium	
   par	
   le	
   groupe	
   chinois	
  
Chengdu	
   Tianqi	
   a	
   changé	
   la	
   donne	
   stratégique.	
   La	
   France	
   doit	
   abou'r	
   à	
   des	
   accords	
   futurs,	
  
essen'ellement	
   avec	
   le	
   Chili	
   et	
   l’Argen'ne,	
   où	
   les	
   ressources	
   sont	
   abondantes	
   et	
   faciles	
   à	
  
extraire,	
  ainsi	
  qu’avec	
  l'Australie	
  et	
  le	
  Canada.	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  l’exper'se	
  
6719/01/16	
   Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  la	
  cartographie	
  
68
La	
  DGA	
  a	
  engagé	
  les	
  ac'ons	
  suivantes	
  :	
  
•  RAPID	
  pour	
  «	
  Régime	
  d’Appui	
  pour	
  l’Innova@on	
  duale	
  »:	
  il	
  sou'ent	
  des	
  projets	
  en	
  R&D	
  et	
  en	
  
R&T	
   avec	
   de	
   forts	
   poten'els	
   technologiques,	
   à	
   des'na'on	
   des	
   PME	
   et	
   dans	
   les	
   secteurs	
  
d’applica'on	
  militaire.	
  Ce	
  programme	
  dispose	
  de	
  50	
  M€	
  en	
  CP	
  en	
  2014.	
  
•  ASTRID	
   pour	
   «	
   Accompagnement	
   Spécifique	
   des	
   Travaux	
   de	
   Recherches	
   et	
   d’Innova@on	
  
Défense	
   »	
   est	
   ouvert	
   à	
   tous	
   dans	
   les	
   domaines	
   de	
   la	
   R&D.	
   Les	
   projets	
   doivent	
   avoir	
   des	
  
applica'ons	
   duales	
   dans	
   des	
   domaines	
   très	
   exploratoires,	
   touchant	
   un	
   niveau	
   élevé	
   de	
  
maturité	
  technologique,	
  classés	
  de	
  1	
  à	
  4.	
  Une	
  entreprise	
  doit	
  proposer,	
  dans	
  le	
  cadre	
  d’ASTRID,	
  
de	
   travailler	
   avec	
   un	
   laboratoire	
   de	
   recherche	
   ou	
   un	
   ins'tut	
   de	
   recherche	
   pour	
   prétendre	
  
obtenir	
  un	
  sou'en.	
  
•  Pour	
  les	
  niveaux	
  de	
  maturité	
  technologique	
  moins	
  élevés,	
  il	
  existe	
  la	
  «	
  Poli@que	
  et	
  Objec@fs	
  
scien@fiques	
  »	
  présentant	
  les	
  neuf	
  domaines	
  scien'fiques	
  qui	
  intéressent	
  le	
  ministère	
  français	
  
de	
  la	
  défense.	
  
•  Pour	
   des	
   niveaux	
   technologiques	
   plus	
   élevés,	
   il	
   existe	
   un	
   «	
   Plan	
   Stratégique	
   en	
   ma@ère	
   de	
  
Recherche	
  et	
  Technologie	
  »	
  de	
  la	
  DGA	
  en	
  R&T.	
  
•  Tous	
  ces	
  ou'ls	
  servent	
  à	
  la	
  DGA	
  pour	
  les	
  matériaux	
  stratégiques.	
  
19/01/16	
   Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  les	
  budgets	
  
19/01/16	
   69	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
Différents	
  disposi'fs	
  existent	
  :	
  
•  Le	
  partenariat	
  DGA/Agence	
  na'onale	
  de	
  la	
  recherche	
  (ANR)	
  :	
  la	
  DGA	
  cofinance	
  certains	
  
programmes	
  de	
  l’ANR	
  qui	
  sou'ent	
  des	
  projets	
  de	
  recherche	
  fondamentale	
  ou	
  industrielle	
  
(sécurité...)	
  dans	
  le	
  cadre	
  d’appels	
  à	
  projets	
  (AAP).	
  La	
  DGA	
  par'cipe	
  à	
  l’exper'se	
  et	
  au	
  
financement	
  de	
  certains	
  de	
  ces	
  AAP.	
  
•  Les	
   pôles	
   de	
   compé''vité	
   :	
   la	
   DGA	
   est	
   le	
   2ème	
   contributeur	
   au	
   fonds	
   unique	
  
interministériel	
  (FUI)	
  qui	
  subven'onne	
  des	
  projets	
  R&D	
  collabora'fs	
  labellisés	
  par	
  un	
  pôle	
  
de	
  compé''vité.	
  	
  
•  Horizon	
  2020,	
  qui	
  est	
  le	
  8ème	
  PCRD	
  (Programme-­‐Cadre	
  de	
  Recherche-­‐Développement),	
  est	
  
le	
  principal	
  instrument	
  de	
  l’Union	
  européenne	
  pour	
  financer	
  la	
  recherche	
  en	
  Europe.	
  Ce	
  
programme	
  pluriannuel	
  aide	
  à	
  organiser	
  et	
  soutenir	
  financièrement	
  la	
  coopéra'on	
  entre	
  
universités,	
  centres	
  de	
  recherche	
  et	
  industries	
  -­‐	
  y	
  compris	
  les	
  PME.	
  
•  L’Agence	
   européenne	
   de	
   défense	
   (AED)	
   a	
   notamment	
   pour	
   objec'f	
   de	
   favoriser	
   la	
  
recherche,	
  en	
  vue	
  de	
  renforcer	
  le	
  poten'el	
  industriel	
  et	
  technologique	
  européen	
  dans	
  le	
  
domaine	
  de	
  la	
  défense.	
  Elle	
  a	
  créé	
  un	
  groupe	
  matériaux.	
  Un	
  appel	
  d’offre	
  européen	
  a	
  été	
  
lancé	
  en	
  octobre	
  2014.	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  l’industrie	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  les	
  débats	
  
70	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  La	
  théma'que	
  des	
  matériaux	
  stratégiques	
  est	
  devenue	
  clef	
  dans	
  le	
  monde.	
  En	
  2013,	
  les	
  
Etats-­‐Unis	
  ont	
  présenté	
  leur	
  «	
  Na@onal	
  Strategic	
  and	
  Cri@cal	
  Minerals	
  Produc@on	
  Act	
  »,	
  
une	
  proposi'on	
  de	
  loi	
  qui	
  visait	
  à	
  développer	
  leurs	
  ressources	
  na'onales	
  et	
  à	
  accroître	
  
leur	
  sécurité	
  d’approvisionnement	
  pour	
  quatre	
  secteurs	
  clefs	
  :	
  défense,	
  énergie,	
  chimie	
  
e t	
   é l e c t r o n i q u e ,	
   c o m m e	
   p r é c i s é	
   d a n s	
   l e	
   l i e n	
   s u i v a n t	
   :	
  
h^ps://www.govtrack.us/congress/bills/113/hr761/text.	
   Le	
   18	
   septembre	
   2013,	
   la	
  
Chambre	
  des	
  Représentants	
  a	
  voté	
  le	
  texte	
  par	
  246	
  voix	
  contre	
  178.	
  La	
  Commission	
  de	
  
l’énergie	
  et	
  des	
  ressources	
  naturelles	
  du	
  Sénat	
  	
  a	
  également	
  voté	
  ce	
  texte	
  le	
  	
  29	
  octobre	
  
2013.	
  Lisa	
  Murkowski	
  (R-­‐Alaska),	
  Ron	
  Wyden	
  (D-­‐Orégon),	
  Mark	
  Udall	
  (D-­‐Colorado)	
  and	
  
Dean	
  Heller	
  (R-­‐Nevada),	
  parmi	
  d’autres,	
  soutenaient	
  ce	
  texte.	
  
•  Des	
  mesures	
  ont	
  été	
  prises	
  au	
  sein	
  de	
  l’OTAN	
  et	
  de	
  l’UE:	
  la	
  Commission	
  européenne	
  a	
  
présenté	
  un	
  projet	
  de	
  règlement	
  de	
  type	
  loi	
  «	
  Dodd	
  Frank	
  »	
  sur	
  les	
  minerais	
  de	
  conflit.	
  La	
  
Commission	
  a	
  préparé	
  une	
  nouvelle	
  cartographie	
  des	
  matériaux	
  stratégiques	
  présentée	
  à	
  
Athènes	
  le	
  20	
  juin	
  2014.	
  L’OTAN	
  a	
  créé	
  au	
  sein	
  des	
  groupes	
  AVT	
  des	
  équipes	
  d’experts	
  
sur	
  «	
  Impact	
  of	
  Scarcity	
  of	
  Materials	
  on	
  Military	
  Structural,	
  Mechanical,	
  Propulsion	
  and	
  
Power	
   Systems	
   »	
   (groupe	
   AVT-­‐196),	
   comme	
   le	
   précise	
   le	
   site	
   suivant:	
  
h^p://www.cso.nato.int/Ac'vity_Meta.asp?Act=1851	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  les	
  matériaux	
  
clefs	
  
71	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Quatre	
  auteurs	
  américains	
  (E.	
  Graedel,	
  E.	
  M.	
  Harper,	
  N.	
  T.	
  Nassar	
  et	
  Barbara	
  K.	
  Reck)	
  ont	
  
présenté	
  une	
  étude	
  sur	
  les	
  pistes	
  alterna'ves	
  aux	
  matériaux	
  stratégiques,	
  en	
  par'culier	
  les	
  
métaux	
  u'lisés	
  dans	
  notre	
  vie	
  quo'dienne.	
  Ce^e	
  étude	
  est	
  la	
  suivante	
  :	
  «	
  On	
  the	
  materials	
  
basis	
  of	
  modern	
  society	
  PNAS	
  2013	
  (Proceedings	
  of	
  the	
  Na@onal	
  Academy	
  of	
  Sciences	
  of	
  the	
  
United	
  States	
  of	
  America)”.	
  
Voir	
  :	
  	
  	
  h^p://www.pnas.org/content/early/2013/11/27/1312752110/suppl/DCSupplemental	
  	
  
•  Ils	
   ont	
   conclu	
   que	
   la	
   complexité	
   croissante	
   des	
   ma'ères	
   premières	
   transformées	
   de	
   nos	
  
sociétés	
  industrielles	
  en	
  produits	
  industriels	
  haut	
  de	
  gamme	
  nous	
  conduit	
  dans	
  une	
  impasse.	
  
En	
  fait,	
  le	
  besoin	
  de	
  maintenir	
  le	
  même	
  niveau	
  de	
  performance	
  pour	
  les	
  matériaux	
  tout	
  au	
  
long	
  de	
  leur	
  cycle	
  de	
  vie	
  est	
  scien'fiquement	
  dur	
  à	
  conserver.	
  Plus	
  exactement,	
  préserver	
  
des	
   processus	
   industriels	
   constants	
   sur	
   les	
   métaux	
   et	
   leurs	
   alliages,	
   dans	
   un	
   contexte	
   de	
  
raréfac'on	
  rela've	
  croissante	
  des	
  matériaux,	
  est	
  aussi	
  un	
  défi	
  important	
  pour	
  nos	
  sociétés	
  
et	
  notre	
  sécurité.	
  
•  En	
  fait,	
  le	
  poten'el	
  de	
  subs'tu'on	
  des	
  métaux	
  les	
  uns	
  aux	
  autres	
  est	
  faible	
  et	
  limité,	
  ce	
  qui	
  
accroît	
  le	
  besoin	
  ou	
  le	
  sen'ment	
  de	
  renforcer	
  notre	
  sécurité	
  d’approvisionnement.	
  
19/01/16	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  évaluer	
  le	
  risque	
  
72	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
•  Les	
   Etats-­‐Unis	
   sont	
   de	
   plus	
   en	
   plus	
   dépendants	
   de	
   minerais	
   importés	
   en	
   provenance	
  
d’Afrique,	
  d’Asie,	
  d’Australie	
  ou	
  d’Amérique	
  la'ne	
  pour	
  leurs	
  industries	
  de	
  pointe	
  et	
  de	
  
défense.	
  Afin	
  de	
  limiter	
  les	
  risques	
  de	
  rupture	
  de	
  leurs	
  approvisionnements,	
  ils	
  cherchent	
  
à	
  me^re	
  en	
  place	
  une	
  stratégie	
  globale	
  de	
  sécurisa'on	
  de	
  ces	
  approvisionnements	
  en	
  
matériaux	
  stratégiques	
  et	
  à	
  moins	
  dépendre	
  des	
  ressources	
  importées	
  de	
  Chine.	
  
•  Le	
  rapport	
  publié	
  en	
  juin	
  2012	
  in'tulé	
  "Cri@cal	
  Metals	
  &	
  Na@onal	
  Security"	
  de	
  l’American	
  
Resources	
   Policy	
   Network	
   fait	
   donc	
   le	
   point	
   sur	
   la	
   sécurisa'on	
   de	
   leurs	
  
approvisionnements	
  en	
  matériaux	
  stratégiques	
  pour	
  leurs	
  industries	
  civile	
  et	
  de	
  défense	
  
de	
   haute	
   technologie.	
   Il	
   appelle	
   à	
   une	
   plus	
   grande	
   coordina'on	
   des	
   efforts	
  
gouvernementaux	
   américains	
   vis-­‐à-­‐vis	
   de	
   ce^e	
   ques'on	
   des	
   ma'ères	
   stratégiques.	
   Il	
  
propose	
  des	
  mesures	
  concrètes,	
  comme	
  la	
  cons'tu'on	
  de	
  stocks	
  stratégiques	
  na'onaux,	
  
ou	
   le	
   développement	
   d'exploita'ons	
   minières	
   sur	
   le	
   territoire	
   américain	
   ou	
   dans	
   des	
  
pays	
  stratégiquement	
  proches	
  des	
  Etats-­‐Unis.	
  
•  Les	
   inquiétudes	
   des	
   autorités	
   américaines	
   pour	
   leurs	
   approvisionnements	
   en	
   ma'ères	
  
stratégiques	
   se	
   sont	
   accrues	
   après	
   l’incident	
   naval	
   du	
   7	
   septembre	
   2010	
   entre	
   un	
  
chalu'er	
   chinois	
   et	
   deux	
   garde-­‐côtes	
   japonais	
   autour	
   des	
   îles	
   contestées	
   Diayou	
  
(Senkaku	
   en	
   japonais)	
   situées	
   au	
   nord	
   de	
   Taiwan.	
   A	
   la	
   suite	
   de	
   cet	
   incident	
   et	
   en	
  
représailles	
   contre	
   l’arraisonnement	
   de	
   son	
   chalu'er,	
   la	
   Chine	
   a	
   annoncé	
   qu'elle	
  
souhaitait	
  désormais	
  limiter	
  l’exporta'on	
  de	
  ses	
  terres	
  rares	
  des'nées	
  aux	
  industries	
  de	
  
pointe,	
  japonaises	
  ou	
  américaines.	
  	
  
19/01/16	
   73	
  Christophe-­‐Alexandre	
  PAILLARD	
  
La	
  mise	
  en	
  place	
  de	
  l’observatoire	
  stratégique	
  
des	
  matériaux	
  de	
  défense	
  en	
  décembre	
  2013	
  
Matériaux	
  stratégiques,	
  métaux	
  et	
  
ministère	
  de	
  la	
  défense	
  :	
  l’observatoire	
  
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015
Strategic Minerals IHEDN October 2015

Contenu connexe

En vedette

En vedette (8)

Transnational Migrants and the Burmese Buddhist Temples of Singapore and Pena...
Transnational Migrants and the Burmese Buddhist Temples of Singapore and Pena...Transnational Migrants and the Burmese Buddhist Temples of Singapore and Pena...
Transnational Migrants and the Burmese Buddhist Temples of Singapore and Pena...
 
Tech Talk: Agile 101: Why It's Important to Work Transparently
Tech Talk: Agile 101: Why It's Important to Work TransparentlyTech Talk: Agile 101: Why It's Important to Work Transparently
Tech Talk: Agile 101: Why It's Important to Work Transparently
 
Deferred Rent Asset/Liablity
Deferred Rent Asset/LiablityDeferred Rent Asset/Liablity
Deferred Rent Asset/Liablity
 
Automobile Verticals Student Submissions
Automobile Verticals   Student SubmissionsAutomobile Verticals   Student Submissions
Automobile Verticals Student Submissions
 
Institucionalización de la evaluación de políticas públicas / Blanca Lázaro
Institucionalización de la evaluación de políticas públicas / Blanca LázaroInstitucionalización de la evaluación de políticas públicas / Blanca Lázaro
Institucionalización de la evaluación de políticas públicas / Blanca Lázaro
 
Tech Talk: Agile 101: Day in the Life of an Agile Team
Tech Talk: Agile 101: Day in the Life of an Agile TeamTech Talk: Agile 101: Day in the Life of an Agile Team
Tech Talk: Agile 101: Day in the Life of an Agile Team
 
Yenilikçi Fikir Nasıl Üretilir?
Yenilikçi Fikir Nasıl Üretilir? Yenilikçi Fikir Nasıl Üretilir?
Yenilikçi Fikir Nasıl Üretilir?
 
Tips for painless financial period end close
Tips for painless financial period end closeTips for painless financial period end close
Tips for painless financial period end close
 

Plus de Christophe-Alexandre PAILLARD

Plus de Christophe-Alexandre PAILLARD (6)

French view of strategic risks London March 2015 Westminster Risks
French view of strategic risks London March 2015 Westminster RisksFrench view of strategic risks London March 2015 Westminster Risks
French view of strategic risks London March 2015 Westminster Risks
 
Rio climate change and security November 2015
Rio climate change and security November 2015Rio climate change and security November 2015
Rio climate change and security November 2015
 
ENSEC COE NATO September 2015
ENSEC COE NATO September 2015ENSEC COE NATO September 2015
ENSEC COE NATO September 2015
 
Présentation économie brésilienne janvier 2016 Ecole de Guerre économique
Présentation économie brésilienne janvier 2016 Ecole de Guerre économiquePrésentation économie brésilienne janvier 2016 Ecole de Guerre économique
Présentation économie brésilienne janvier 2016 Ecole de Guerre économique
 
CyberséCurité Et Vie PrivéE
CyberséCurité Et Vie PrivéECyberséCurité Et Vie PrivéE
CyberséCurité Et Vie PrivéE
 
Smart Grids IAPP
Smart Grids IAPPSmart Grids IAPP
Smart Grids IAPP
 

Strategic Minerals IHEDN October 2015

  • 1. Géopoli'que  des  métaux  et  des  minerais,   tendances  et  conséquences   pour  les  équilibres  stratégiques  mondiaux   Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Directeur  du  domaine  «  armement  et  économie  de  défense  »,  IRSEM   IHEDN,  16  octobre  2015  
  • 2. 19/01/16   Introduc'on   2  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Propos  introduc'fs  
  • 3. 19/01/16   Propos  introduc'fs   3  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Trois  points  introduc'fs  pour  comprendre  l’ampleur  du  défi  :   •  Les  produits  industriels  de  haute  ou  de  moyenne  technologie  intègrent  de  plus   en   plus   de   composants   à   base   de   métaux.   On   peut   citer   l’aéronau'que,   l’automobile,  les  téléphones  portables,  les  ordinateurs,  etc.   •  Les   marchés   des   minerais   possèdent   de   fortes   par'cularités   :   nature   et   structure   des   marchés   ;   jeu   des   acteurs   économiques   et   financiers   tradi'onnels  ;  niveau  de  risque  pour  tel  ou  tel  type  de  ma'ère.   •  Les   liens   avec   l’énergie   sont   considérables   :     nucléaire,   renouvelables   en   par'culier.  De  nouvelles  dépendances  émergent.  
  • 4. 19/01/16   Propos  introduc'fs  :  les  marchés  mondiaux   des  matériaux  ont  été  bouleversés   4  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   1.  La   mondialisa'on   a   redistribué   les   cartes   du   monde   des   ma'ères   minérales   et   a   bouleversé  les  stratégies  des  acteurs  économiques  du  secteur  :  les  géants  BHP  Billiton  et   Río   Tinto   ont   cherché   à   fusionner.   BHP   s’est   finalement   séparé   de   Billiton.   Le   Suisse   Glencore  s’est  renforcé  en  achetant  Katanga  mining  en  2009.  L’Australien  Oz  minerals   reste  l’entreprise  la  plus  importante  du  secteur  du  cuivre.  Le  secteur  russe  a  connu  de   profondes  restructura'ons  autour  de  VSMPO  et  Norilsk  Nickel.  Enfin,  Xstrata  et  Glencore   ont  fusionné.   2.  La  demande  massive  dans  les  pays  émergents,  en  par'culier  en  Chine,  a  bouleversé  les   marchés  mondiaux,  avec  un  impact  direct  sur  les  ac'vités  des  pays  producteurs.  A  'tre   d’exemple,  la  Chine  importe  de  30  à  50%  du  cuivre  produit  dans  le  monde.   3.  La  hausse  de  la  demande  mondiale  a  poussé  les  prix  à  la  hausse,  comme  le  pla'ne.  Ce^e   hausse   a   favorisé   la   fusion   entre   les   deux   Sud-­‐Africains   Impala   Pla@num   et   Northam   Pla@num.  La  faillite  de  Lehman  Brothers  et  le  rachat  de  Merrill  Lynch  (Bank  of  America)   ont  aussi  diversifié  les  acteurs  financiers  de  l’univers  des  matériaux  stratégiques.   4.  La  course  aux  matériaux  stratégiques  a  révélé  l’existence  de  nouveaux  conflits  :  l’affaire   des  terres  rares  chinoises  de  septembre  2010  a  montré  l’actualité  du  débat.              
  • 5. 19/01/16   Plan   5  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   I.  Matériaux   stratégiques,   métaux   et   poli'ques   publiques.   II.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et  armement.   III.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et  énergie.   IV.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et  ministère  de  la   Défense.  
  • 6. 19/01/16   Première  par'e   6  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   I.  Matériaux   stratégiques,   métaux   et   poli'ques  publiques.  
  • 7. 19/01/16   Revenir  à  Mendeleïev   (tableau  'ré  du  Sciences  et  Vie  1.136  de  mai  2012)   7  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 8. 19/01/16   Où  sont  les  métaux  ?   8  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 9. 19/01/16   Qu’est-­‐ce  qui  est  cri'que  ?  Qu’est-­‐ce  qui   est  stratégique  ?   9  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Au-­‐delà   des   matériaux   ou   des   minerais,   le   monde   de   la   défense   s’intéresse   surtout  aux  métaux.   •  Le  caractère  stratégique  d’un  métal  est  en  réalité  lié  à  son  importance  dans  la   chaîne  de  produc'on,  à  son  niveau  de  rareté  et  à  sa  posi'on  géographique.   •  Au  regard  de  ces  différents  critères,  sa  dimension  stratégique  est  variable  dans   le  temps,  selon  les  applica'ons  techniques  qui  en  sont  faites,  les  évolu'ons  de   l’offre  et  les  tensions  géopoli'ques  que  peuvent  connaître  ponctuellement  des   pays  producteurs.   •  Si   un   métal   est   absolument   indispensable   à   des   filières   industrielles   spécifiques,   concentré   géographiquement   dans   une   région   à   haut   poten'el   géopoli'que   et   faisant   l’objet   de   phénomènes   de   rareté,   le   métal   est   alors   considéré  comme  cri'que  et  pas  seulement  stratégique.   •  C’est   le   cas   pour   les   métaux   u'lisés   dans   les   technologies   des   énergies   renouvelables,   principalement   le   lithium   pour   les   ba^eries   électriques   ou   le   néodyme   (il   est   l’un   des   17   métaux   de   la   famille   des   terres   rares)   pour   les   éoliennes.  
  • 10. 19/01/16   Tout  dépend  de  l’u'lisa'on  dans  les   technologies   10  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  On  peut  qualifier  de  stratégiques  les  substances  rares  du  point  de  vue  géologique  et  qui   sont   en   même   temps   d’une   haute   importance   pour   la   fabrica'on   de   composants   nécessaires   aux   équipements   de   haute   technologie.   De   nombreux   alliages   de   haute   qualité   sont   fabriqués   avec   des   ressources   dites   stratégiques   et   sont   u'lisés   dans   des   secteurs  de  pointe  comme  l’industrie  militaire.   •  Le  manganèse  est  un  bon  exemple  de  ma'ère  «  stratégique  ».  Pour  les  Etats-­‐Unis,  il  est   stratégique  parce  qu’il  est  indispensable  à  son  industrie  et  parce  qu’ils  ne  disposent  pas   de   gisements   na'onaux.   Le   Gabon   est   un   producteur   majeur.   L’entreprise   française   Eramet  y  est  un  producteur  majeur.  Le  Gabon  et  Eramet  font  donc  par'e  des  éléments   perme^ant  de  qualifier  le  manganèse  de  «  stratégique  ».  Autre  exemple,  le  rhénium.  Il   est   indispensable   et   donc   stratégique   pour   les   motoristes   américains.   Il   n’est   que   faiblement  u'lisé  par  Safran  pour  ses  moteurs.  Il  n’est  donc  pas  «  stratégique  »  pour  la   France  comme  il  l’est  pour  les  motoristes  américains.   •  Les  indices  boursiers  Reuters  CRB  ou  Dow  Jones  AIG  Commodity  index  perme^ent  de   suivre  l’évolu'on  des  cours  :  les  aspects  «  stratégiques  »  sont  évolu'fs  dans  le  temps  et   jouent  sur  les  prix  et  la  «  rareté  ».  
  • 11. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  ce  que  sont  les  terres  rares   11  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Les  17  terres  rares  sont  le  scandium  (21),  l’y^rium  (39),  le  lanthane  (57),  le  cérium  (58),  le   praséodyme  (59),  le  néodyme  (60),  le  prométhium  (61),  le  samarium  (62),  l’europium  (63),   le   gadolinium   (64),   le   terbium   (65),   le   dysprosium   (66),   l’holmium   (67),   l’erbium   (68),   le   thulium  (69),  l’y^erbium  (70)  et  le  lutécium  (71).  Il  y  a  d’importants  gisements  possibles  au   Brésil  et  en  Inde.   •  En  septembre  2010,  la  Chine  a  interdit  d’exporter  des  terres  rares  vers  le  Japon  en  réac'on   à  un  incident  naval  entre  les  deux  pays.   •  La  Chine  produit  95%  de  la  demande  mondiale  de  ces  17  métaux.  Durant  des  années,  le   Japon  a  été  le  principal  acheteur  des  métaux  extraits  en  Chine.  De  même,  les  Etats-­‐Unis   dépendent   totalement   des   produc'ons   chinoises   pour   fabriquer   leurs   aimants   en   néodyme.   •  Autre   exemple,   les   systèmes   de   naviga'on   et   les   radars   de   la   marine   américaine   sont   fabriqués  à  par'r  de  terres  rares  chinoises.  Le  28  octobre  2010,  la  Chine  a  précisé  qu’elle   n’u'liserait   pas   ses   terres   rares   comme   monnaie   d’échange   dans   les   négocia'ons   interna'onales.  
  • 12. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  où  sont  les  terres  rares  ?   12  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 13. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  l’u'lisa'on  de  terres  rares   13  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 14. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  La  concentra'on  de  terres  rares   14  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 15. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  les  réserves  de  terres  rares   15  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 16. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  le  marché  des  terres  rares   16  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 17. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  les  flux  commerciaux   17  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 18. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  Apple  et  les  terres  rares   18  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 19. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  le  projet  américain   19  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   113th  CONGRESS   1st  Session   H.  R.  761   IN  THE  SENATE  OF  THE  UNITED  STATES   September  19,  2013   Received;  read  twice  and  referred  to  the  CommiSee  on  Energy  and  Natural  Resources   AN  ACT   To  require  the  Secretary  of  the  Interior  and  the  Secretary  of  Agriculture  to  more  efficiently  develop   domesYc   sources   of   the   minerals   and   mineral   materials   of   strategic   and   criYcal   importance   to   United  States  economic  and  naYonal  security  and  manufacturing  compeYYveness.   3.Defini'ons   In  this  Act:  Strategic  and  criYcal  minerals   The  term  strategic  and  criYcal  minerals  means  minerals  that  are  necessary—   •  for  naYonal  defense  and  naYonal  security  requirements;   •  for   the   NaYon’s   energy   infrastructure,   including   pipelines,   refining   capacity,   electrical   power   generaYon  and  transmission,  and  renewable  energy  producYon;   •  to  support  domesYc  manufacturing,  agriculture,  housing,  telecommunicaYons,  healthcare,  and   transportaYon  infrastructure;  or   •  for  the  NaYon’s  economic  security  and  balance  of  trade.  
  • 20. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  l’UE  réagit  en  2008   20  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  4  novembre  2008,  la  Commission  européenne  a  proposé  de  lancer  une  stratégie  qui   doit   perme^re   aux   entreprises   européennes   d’accéder   aux   marchés   mondiaux   des   minerais  de  manière  ouverte.  La  Commission  européenne  a  établi  une  liste  exhaus've   des  ma'ères  qu’elle  juge  stratégiques  ou  cri'ques  pour  l’industrie  européenne.   •  Le  17  juin  2010,  la  Commission  européenne  a  publié  un  rapport  qui  présente  les  types  de   métaux  ou  ressources  naturelles  par'culièrement  nécessaires  à  l’industrie  européenne  :   an@moine,   béryllium,   cobalt,   fluorine,   gallium,   germanium,   graphite,   indium,   magnésium,  niobium,  pla@ne,  terres  rares,  tantale  et  tungstène.   •  Ce  rapport  est  disponible  sur  le  site  suivant  :   h^p://ec.europa.eu/enterprise/policies/raw-­‐materials/cri'cal/index_en.htm     •  Un  exemple  significa'f,  le  monde  produit  environ  150  tonnes  de  gallium  par  an,  dont   83%  produits  en  Chine,  très  largement  u'lisé  pour  fabriquer  des  panneaux  solaires.  Les   nouvelles   technologies   consomment   28   tonnes   par   an.   Mais,   en   2030,   la   demande   devrait  être  de  603  tonnes  par  an,  quatre  fois  la  produc'on  mondiale  actuelle.  Une  telle   évolu'on  est  parfaitement  irréaliste  au  vu  des  réserves  connues  à  travers  le  monde.  
  • 21. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  que  se  passe-­‐t-­‐il  en  Europe  ?   21  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  La   Commission   européenne   a   lancé   le   11   décembre   2013   la   «   responsible   trading   strategy  for  minerals  from  conflict  zones  ».   Voir  :  h^p://europa.eu/rapid/press-­‐release_IP-­‐14-­‐218_en.htm     •  L’OTAN  a  proposé  la  créa'on  d’un  «  scarcity  of  strategic  materials  and  implica@ons  for   NATO’s   military   capability   »   le   28   janvier   2014,   ajoutant   aux   travaux   engagés   depuis   2012   sur   l’   «   impact   of   Rare   Earth   Metal   Scarcity   on   Deployment   of   Next   Genera@on   Electric  Mo@ve  Power  Systems  ».   Voir  :  h^p://www.act.nato.int/images/stories/budfin/rfi014001.pdf   •  Une  nouvelle  «  EU  raw  materials  ini@a@ve  »  a  été  lancée  et  présentée  le  20  juin  2014  à   Athènes.   •  L’AED  a  lancé  en  février  2014  un  groupe  «  raw  materials  for  defence  ».   •  De   nombreux   séminaires   ont   été   organisés   en   France.   On   peut   citer   le   séminaire   à   l’Assemblée  na'onale  «  la  France  et  la  guerre  des  minerais  stratégiques  »  du  13  février   2014  ou  la  conférence  de  DII  «  métaux  rares  2014  »  le  12  décembre  2013.  La  créa'on   d’une  nouvelle  compagnie  minière  française  avait  été  annoncée  le  21  février  2014,  avec   le  BRGM  et  l’APE,  dotée  de  200  à  400  M€.  En  réalité,  le  projet  semble  abandonné.  
  • 22. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  la  stratégie  allemande   22  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  L’Allemagne   est   la   première   puissance   industrielle   d’Europe   :   elle   a   des   besoins   en   ma'ères   premières   et   en   dérivés   de   métaux.   Il   est   donc   crucial   pour   l’Allemagne   de   définir   une   stratégie   pour   les   ma'ères   premières,   qui   concerne   une   mul'plicité   de   produits  (métaux  ou  pas).  L’Allemagne  associe  à  sa  démarche  publique  les  entreprises   privées  au  travers  de  la  Rohstoffallianz  :  h^p://www.rohstoffallianz.com/en/     •  Approvisionnement   :   en   Allemagne,   on   note   une   volonté   de   diversifier   les   sources   de   ma'ères   premières.   L’Allemagne   veut   favoriser   un   crédit   libre   pour   le   financement   contre  le  risque  concernant  les  ma'ères  premières.  Elle  veut  également  établir  une  aide   à  l’export  pour  les  entreprises  allemandes.  Elle  veut  me^re  en  place  un  fonds  de  garan'e   pour  les  inves'ssements  pour  les  ma'ères  premières.  Enfin,  elle  étudie  sérieusement  les   recherches  géologiques  pour  savoir  où  sont  les  réserves  disponibles  sur  son  territoire.   Son  but  est  de  cons'tuer  le  plus  possible  des  filières  complètes  sur  le  plus  de  matériaux   possibles  pour  réduire  sa  dépendance.   •  Economie  des  ma'ères  premières  :  l’Allemagne  souhaite  limiter  sa  dépendance  vis-­‐à-­‐vis   de  l’extérieur  en  allant  vers  une  diminu'on  de  ses  besoins.  Elle  fait  porter  l’effort  sur  le   recyclage   des   matériaux.   Elle   cherche   des   techniques   de   produc'on   plus   efficientes.   L’enjeu  est  de  maîtriser  la  filière  avec  des  «  value  chains  ».  Cela  lui  perme^rait  de  me^re   en  place  une  filière  technologique  et  de  recherche  capable  de  jouer  sur  le  tableau  de   l’efficience  des  chaînes  et  des  méthodes  de  produc'on.   •  Mesures  structurelles  :  les  Allemands  ambi'onnent  de  créer  des  synergies  entre  le  public   et  le  privé.  Ils  veulent  établir  des  stratégies  plus  détaillées  au  niveau  interministériel.  
  • 23. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  Chine,  terres  rares  et  OMC   23  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Les  Etats-­‐Unis  et  le  Japon  ont  vivement  réagi  à  l’awtude  chinoise  de  limiter  leurs  exporta'ons  de   terres  rares,  de  tungstène  et  de  molybdène.  Une  ac'on  a  été  engagée  devant  l’OMC.   •  En  juillet  2011,  un  panel  de  l’Organisa'on  mondiale  du  commerce  a  jugé  que  les  restric'ons  à   l’exporta'on   de   ma'ères   premières   ins'tuées   par   la   Chine   étaient   contraires   au   droit   du   commerce  interna'onal,  à  la  suite  de  plaintes  déposées  par  des  chefs  d’entreprise  américains  et   mexicains.  L’Union  européenne  s’est  félicitée  de  ce^e  décision  de  l’OMC.   •  La  Chine  avait  cependant  60  jours  pour  faire  appel  de  sa  condamna'on.  En  septembre  2011,  la   Chine  a  donc  fait  appel.  Elle  es'mait  que  sa  poli'que  concernant  les  terres  rares  visait  d’abord  à   préserver  son  environnement.  Le  31  janvier  2012,  la  Chine  a  perdu  son  appel  devant  l’OMC  sur  les   restric'ons  à  l’exporta'on  qu’elle  impose  sur  les  ma'ères  premières.  La  Chine  avait  annoncé  le  17   février  2012  qu’elle  procéderait  à  une  évalua'on  sérieuse  du  verdict  de  l’OMC.     •  Mais,   le   13   mars   2012,   les   Etats-­‐Unis,   l’Union   européenne   et   le   Japon   ont   déposé   une   plainte   devant   l’OMC   du   fait   des   limita'ons   imposées   par   la   Chine   à   l’exporta'on   de   17   métaux   indispensables  à  la  fabrica'on  des  produits  de  haute  technologie,  communément  appelés  «  terres   rares  »  et  du  non-­‐respect  de  la  décision  du  panel  de  l’OMC.  
  • 24. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  les  conclusions  de  l’OMC   24  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Ensuite,   l’organe   d’appel   de   l’Organisa'on   mondiale   du   commerce   (OMC),   saisi   par   la   Chine,   a   confirmé   le   7   août   2014   les   conclusions   présentées   par   le   groupe   spécial   en   mars   2014   :   les   restric'ons   à   l’exporta'on   imposées   par   la   Chine   sur   certaines   terres   rares,   le   tungstène   et   le   molybdène,  sont  contraires  aux  règles  de  l’OMC.   •  Selon  lui,  les  droits  d’exporta'on  et  les  con'ngents  fixés  par  la  Chine  ne  sont  jus'fiés  ni  au  regard   de  la  protec'on  de  l’environnement,  ni  par  l’applica'on  d’une  poli'que  de  conserva'on,  puisque   la   Chine   ne   s’applique   pas   elle-­‐même   ces   limita'ons.   «   Un   membre   de   l'OMC   peut   décider   du   niveau  ou  du  rythme  d'u@lisa@on  de  ses  ressources,  mais  une  fois  que  les  ma@ères  premières  sont   extraites,   elles   sont   soumises   aux   règles   commerciales   de   l'OMC   »,   explique   la   Commission   européenne.   •  Pour  rappel,  la  Chine  représente  95%  de  la  produc'on  mondiale  de  terres  rares.   •  Le   rapport   de   l’organe   d’appel   a   été   adopté   sous   trente   jours   par   l’organe   de   règlement   des   différends  de  l’OMC.   •  Maintenant,   «   la   Chine   doit   se   conformer   à   la   décision   immédiatement   ou   dans   le   délai   raisonnable  qu’elle  peut  solliciter  pour  la  mise  en  œuvre  ».   •  On  a^end  la  réponse  chinoise.   •  Voir  :  h^p://www.wto.org/english/tratop_e/dispu_e/cases_e/ds431_e.htm    
  • 25. 19/01/16   Métaux  et  poli'ques  publiques  :  le  cas   brésilien   25  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  La  refonte  du  code  minier  :  le  18  juin  2013,  le  Brésil  a  décidé  de  refondre  son  code  minier.  Le   projet   de   texte   comporte   d’importants   changements   pour   le   pays.   Parmi   eux,   citons   une   augmenta'on   des   redevances   imposées   pour   l’exploita'on   des   ressources   naturelles   et   la   modernisa'on  du  système  d’octroi  des  droits  miniers.  La  nouvelle  proposi'on  relève  le  taux   plafond   des   redevances   de   0,2/3%   à   4%   et   laisse   au   gouvernement   le   soin   de   décider   ultérieurement  par  décret  du  taux  propre  à  chaque  type  de  minerai.   •  Le  ministère  brésilien  des  mines  et  de  l’énergie  avait  inscrit  cet  objec'f  en  mai  2011  dans  son   plan   stratégique   des   métaux   et   des   minerais   in'tulé   "plano   nacional   de   mineração   2030".   L’objet  de  ce  document  était  triple.  Il  visait  à  décrire  le  contexte  économique  et  stratégique   de  l’ac'vité  des  métaux  et  des  minerais  à  l'échelle  mondiale  et  na'onale  (entre  autre  l’offre,   la   demande   et   les   exporta'ons   brésiliennes   de   métaux   et   de   minerais);   recenser   les   ressources   naturelles   présentes   sur   le   territoire   brésilien   et   les   capacités   brésiliennes   à   les   exploiter   (état   des   réserves,   ressources   humaines,   ressources   financières,   ressources   techniques);  définir  une  poli'que  gouvernementale  brésilienne  des  métaux  et  des  minerais   pour  les  25  prochaines  années  et  ses  conséquences  sur  l’ac'vité  économique  et  industrielle   du  Brésil.  
  • 26. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  le  Brésil  et  le  niobium   26  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le   niobium   est   un   métal   u'lisé   pour   89%   de   sa   produc'on   mondiale   pour   la   fabrica'on   d'aciers  de  haute  qualité,  9%  pour  la  produc'on  de  superalliages,  en  mixant  par  exemple  le   niobium   et   le   'tane,   et   2%   pour   les   applica'ons   de   supraconduc'vité.   L'adjonc'on   de   niobium   à   l'acier   augmente   son   élas'cité   et   sa   résistance   aux   torsions   comme   aux   températures  extrêmes.   •  Le  principal  producteur  mondial  de  niobium  est  le  Brésil,  avec  80%  de  la  produc'on  (le  Canada   est  deuxième  avec  15%)  et  95%  des  réserves  mondiales  connues  de  niobium.  Celles-­‐ci  sont   concentrées   sur   trois   sites   :   Araxá   (état   du   Minas   Gerais),   Catalão   (état   de   Goiás)   et   São   Gabriel   da   Cachoeira   (état   d'Amazonas)   où   se   déroulent   actuellement   des   campagnes   d'explora'on  géologique.     •  Le  premier  acteur  industriel  du  secteur  est  l'entreprise  minière  brésilienne  CBMM  (Companhia   Brasileira  de  Metalurgia  e  Mineração)  qui  exploite  le  site  d'Araxá.  Ce  site  concentre  à  lui  seul   75%  des  réserves  brésiliennes.  Des  entreprises  coréennes,  japonaises  et  chinoises  sont  entrées   dans  le  capital  de  CBMM  en  2011.  L'entreprise  reste  toutefois  contrôlée  par  la  famille  Moreira   Salles  qui  dé'ent  70%  du  capital.   •  Les  besoins  en  niobium  ne  cessent  de  croître  dans  le  monde.  La  Chine  reste  le  premier  marché   avec  25%  de  la  consomma'on  mondiale,  du  fait  de  la  croissance  con'nue  de  ses  besoins  en   acier  inoxydable.  Or,  le  niobium  reste  un  élément  clef  de  la  fabrica'on  de  nombreux  alliages   pour  les  technologies  de  pointe.    
  • 27. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  le  Chili   27  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le   Chili   apparaît   comme   un   des   acteurs   centraux   dans   le   commerce   des   minerais,   en  jouant  un  rôle  significa'f  dans  différents   marchés,   en   dehors   du   cuivre,   tels   que   l’arsenic,  le  bore,  le  cuivre,  l’iode,  le  lithium,   le   molybdène,   le   rhénium,   le   sélénium   et   l’argent.   Il   agit   comme   un   producteur   et   également   comme   un   détenteur   de   réserves  considérables.     •  La  produc'on  minière  chilienne  représente   55%,  50%  et  20%  de  la  produc'on  mondiale   respec'vement   d’iode,   de   rhénium   et   de   molybdène.   Il   a   des   réserves   es'mées   à   50%  du  total  connu  concernant  le  rhénium.   Le   Chili   est   responsable   d'environ   un   'ers   de  la  produc'on  mondiale  de  cuivre.  
  • 28. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  le  cas  du  rhénium   28  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  rhénium  de  symbole  Re  et  de  numéro  atomique  7  est  un  métal  argenté  qui  résiste   bien  à  la  corrosion  et  a  une  forte  tolérance  à  la  chaleur.   •  Le  rhénium  a  peu  d'applica'ons,  en  raison  de  sa  rareté  et  des  coûts  de  produc'on  élevés   (son  prix  était  de  14  000  €  le  kilogramme  en  2010),  mais  son  usage  dans  l'aéronau'que   est   majeur.   On   l'extrait   habituellement   des   poussières   de   molybdène   dans   les   fours   industriels,   dont   il   est   un   sous-­‐produit   poudreux   de   couleur   grise,   mais   le   rhénium   se   retrouve  également  à  l'état  de  traces  dans  certains  minéraux.   •  La  produc'on  mondiale  est  de  50  tonnes  par  an.  Les  trois  principaux  pays  producteurs   sont  le  Chili  (42%  de  la  produc'on  mondiale),  les  Etats-­‐Unis  (17%)  et  le  Kazakhstan  (17%).   •  La  produc'on  de  rhénium  est  u'lisée  aux  trois  quarts  pour  la  fabrica'on  de  superalliages   dans  les  turbines  des  moteurs,  par  exemple  dans  le  moteur  d’avion  CFM56  (en  fait  pour   les  aile^es  qui  con'ennent  3%  de  rhénium)  ou  les  moteurs  des  avions  de  combat  F15,   F16,  F22  Raptor  et  F35  JSF.   •  La   consomma'on   concerne   à   28%   General   Electric,   28%   Rolls   Royce   et   12%   Pra^   &   Whitney.  Safran  n’en  u'lise  pas  pour  ses  moteurs  (M88  du  Rafale  par  exemple).  
  • 29. 29 Métaux  et  poli'ques  publiques  :  le  cas  du   lithium   19/01/16   Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  lithium  :  c’est  un  élément  stratégique  employé  par  l’industrie  de  pointe  civile  et  militaire.  Les   réserves   mondiales   sont   abondantes   mais   géographiquement   concentrées   et   exploitées   par   quelques   acteurs   argen'ns,   chiliens,   australiens,   américains,   canadiens   et   chinois.   La   Chine   (dont  les  besoins  en  lithium  excèdent  la  produc'on  na'onale),  la  Corée  du  Sud  et  le  Japon  ont   déjà  contracté  des  accords  d’exclusivité  avec  certains  de  ces  producteurs.  En  2013,  la  prise  de   contrôle   de   l’important   opérateur   minier   australien   Talison   Lithium   par   le   groupe   chinois   Chengdu   Tianqi   a   changé   la   donne   stratégique.   La   France   doit   abou'r   à   des   accords   futurs,   essen'ellement   avec   le   Chili   et   l’Argen'ne,   où   les   ressources   sont   abondantes   et   faciles   à   extraire,  ainsi  qu’avec  l'Australie  et  le  Canada.  
  • 30. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  la  Bolivie  et  le  lithium   30  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  lithium  :  c’est  un  élément  stratégique  employé  par  l’industrie  de  pointe  civile  et  militaire.  Les   réserves   mondiales   sont   abondantes   mais   géographiquement   concentrées   et   exploitées   par   quelques   acteurs   argen'ns,   chiliens,   australiens,   américains,   canadiens   et   chinois.   La   Chine   (dont  les  besoins  en  lithium  excèdent  la  produc'on  na'onale),  la  Corée  du  Sud  et  le  Japon  ont   déjà  contracté  des  accords  d’exclusivité  avec  certains  de  ces  producteurs.  En  2013,  la  prise  de   contrôle   de   l’important   opérateur   minier   australien   Talison   Lithium   par   le   groupe   chinois   Chengdu   Tianqi   a   changé   la   donne   stratégique.   La   France   doit   abou'r   à   des   accords   futurs,   essen'ellement   avec   le   Chili   et   l’Argen'ne,   où   les   ressources   sont   abondantes   et   faciles   à   extraire,  ainsi  qu’avec  l'Australie  et  le  Canada.   •  La  Bolivie  possède  un  grand  poten'el  d’extrac'on,  à  ce  jour  quasi  totalement  inexploité.  Ces   ressources  sont  concentrées  dans  le  Salar  de  Uyuni,  une  ancienne  mer  intérieure  devenue  un   désert   de   sel   d’une   extension   de   12.000   km2.   De   fait,   si   la   produc'on   est   concentrée   en   Amérique   du   Sud,   les   réserves   globales   le   sont   encore   plus   :   70%   se   trouvent   dans   le   sous-­‐ con'nent,   dont   35%   pour   la   Bolivie,   20%   au   Chili   et   13%   en   Argen'ne.   La   Chine   est   poten'ellement  autosuffisante  avec  18%  des  réserves  exploitables  sur  son  territoire.  La  Bolivie   deviendra  sans  doute  un  acteur  majeur  du  secteur  du  lithium  en  raison  de  ses  réserves.  
  • 31. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  poli'ques   publiques  :  la  zone  sahélienne  et  ses  mines   31  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Des  campagnes  d’explora'on  minière  ont  été  menées  sur  l’ensemble  de  la  zone  Sahel/Sahara,   mais  l’insécurité  a  limité  la  possibilité  d’ouvrir  des  mines.   •  Au   Mali,   tous   les   projets   miniers   possibles,   dont   l’uranium   au   nord   de   Gao,   ont   été   abandonnés  en  raison  de  mauvaises  condi'ons  de  sécurité.  L’exploita'on  se  concentre  donc   autour  des  sites  d’uranium  d’Arlit  et  d’Agadez  au  Niger  d’une  part,  des  sites  de  fer  de  Tindouf   (Algérie)  et  de  Guelb  El  Rhein/Zouérate/M’Haoudat  (Mauritanie)  d’autre  part  qui  sont  tous   situés  à  la  lisière  des  fron'ères  avec  le  Sahara  occidental.  Il  faut  ajouter  les  mines  de  cuivre  et   d’or  de  Guelb  Moghrein  en  Mauritanie.   •  Pour  les  sites  d’exploita'on  du  fer  mauritanien,  les  principaux  intervenants  sont  l’entreprise   mauritanienne  SNIM  et  le  Suisse  Xstrata.  Fin  2010,  ce  dernier  a  pris  le  contrôle  de  l’Australien   Sphere  Minerals  présent  en  Mauritanie  et  a  prévu  d’inves'r  six  milliards  de  dollars  dans  la   produc'on  du  fer  mauritanien.  En  Algérie,  le  groupe  Ferphos,  entreprise  algérienne,  exploite   les  mines  de  fer,  au  travers  de  sa  filiale  Somifer  (société  des  mines  de  fer  d’Algérie),  avec  une   par'cipa'on  minoritaire  du  groupe  Mi^al.   •  Les  sites  de  produc'on  sont  éloignés  des  grandes  zones  de  peuplement  et  se  situent  tous  en   zone  saharienne.  
  • 32. 19/01/16   Deuxième  par'e   32  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   II.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et   armement.  
  • 33. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  les   programmes  militaires  concernés   33  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   C’est   une   probléma'que   qui   intéresse   les   industries   de   défense   et   les   forces   armées.  Parmi  les  usages  spécifiques  des  ma'ères  stratégiques  u'lisées  dans   l’industrie  de  défense,  on  peut  citer  :   •  Le  cobalt  qui  est  u'lisé  dans  les  réacteurs  et  les  turbines.   •  Le  cuivre  qu’on  retrouve  dans  les  torpilles.   •  Le  nickel  dans  l’électronique.   •  Le  chrome  dans  les  trains  d’a^errissage.   •  L’aluminium  dans  les  structures  des  avions  et  des  hélicoptères.   •  Le   niobium   dans   de   nombreux   alliages   avec   l’acier,   par   exemple   dans   les   moteurs  d’avions  ou  d’hélicoptères.   •  Le  manganèse  dans  l’ensemble  de  la  filière  électronique.   •  Le  pla'ne  dans  les  contacts  électriques.  
  • 34. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  le   F22  Raptor  américain   34  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Fuselage  :  structure   et  revêtements  en   'tane   Ailes  :  nombreux   composants  en  'tane.   Fuselage  central  :   revêtements,  compar'ments   39% de titane, 16% d’aluminium
  • 35. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  à   quoi  sert  le  tantale  dans  l’armement  ?   35  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le   tantale   est   u'lisé   dans   l’élabora'on   de   superalliage   comme   addi'f.   Ces   alliages   servent  surtout  dans  des  milieux  très  exigeants  thermiquement  ou/et  chimiquement;  ce   qui   explique   son   importance   pour   la   créa'on   des   blindages,   en   par'culier   dans   les   armements  terrestres  et  dans  les  protec'ons  contre  les  émissions  radioac'ves  (comme   le  plomb).   •  On  retrouve  du  tantale  dans  les  muni'ons  comme  les  obus  SMArt  155  de  GIWS  (GIWS   mbh   ou   Gesellscha„   für   Intelligente   WirkSysteme   mbH   est   une   entreprise   allemande   conjointe  entre  Rheinmetall  et  Diehl  BGT  Defence),  l’obus  intelligent  an'-­‐char  Bonus  de   155  mm  de  Nexter  pour  le  Caesar  et  l’obus  KSTAM  (Korean  Smart  Top-­‐A^ack  muni'on)   de  120  mm  de  l’Allemand  Diehl  développé  pour  l'armée  coréenne.   •  Le  tantale  a  en  effet  un  coefficient  de  perfora'on  très  élevé,  expliquant  son  emploi  dans   les  obus.  
  • 36. 19/01/16   Propos  introduc'fs  :  des  applica'ons   mul'ples  pour  les  forces  spéciales   36  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Aciers  haute  tolérance,  chrome  (an'-­‐ oxydant),  'tane,  tantale  (par'es   chaudes),  tungstène  (muni'ons)  +   polymères   Acier  à  haute  résistance  ciné'que   (tungstène,  molybdène),  aluminium  
  • 37. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  le   tantale  dans  les  armes  de  pe't  calibre   37  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  coltan  est  un  minerai  duquel  on  extrait  le  tantale,   ensuite  usiné  pour  des  produits  de  haute  technologie.   •  Les  composants  faits  à  par'r  de  tantale  englobent  les   téléphones   portables,   les   lecteurs   MP3,   les   ordinateurs,  les  armes  sophis'quées  de  pe't  calibre,   l’industrie  spa'ale,  les  écrans  plasma,  les  GPS,  etc.   •  Le   corner   shot   est   un   fusil   d’assaut   créé   par   Amos   Golan.  Créé  au  début  des  années  2000  pour  les  forces   spéciales  en  milieu  hos'le  et  confiné,  il  est  u'lisé  par   les  Etats-­‐Unis  et  Israël.   •  Le  tantale  est  intégré  à  des  alliages  avec,  entre  autre,   du   tungstène.   Ces   alliages   perme^ent   d’éviter   une   usure  trop  rapide  des  pièces  liée  aux  températures  et   à  la  corrosion  (muni'ons  et  déclenchement  du  feu).   •  L’oxyde  de  tantale  (Ta2O5)  est  aussi  u'lisé  en  couche   mince  pour  les  verres  spéciaux  des  appareils  de  vision   à  haut  indice  de  réfrac'on  avec  une  faible  dispersion.   Mélangé  au  verre,  il  diminue  les  aberra'ons  de  vision.  
  • 38. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  le   tantale  est  très  concentré  au  Congo   38  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le   tantale   se   trouve   dans   un  minerai  appelé  tantalite   et   dans   des   formes   plus   complexes   de   minerais   qui   mélangent   des   oxydes   et   du  niobium  dans  le  coltan.   •  Le   tantale   résiste   aux   très   hautes  températures  et  à  la   corrosion.   •  Le   tantale   est   à   80%   meilleur  conducteur  que  le   cuivre.   •  Sa   concentra'on   au   Congo   (RDC)   dans   les   mines   de   coltan  en  fait  une  ques'on   stratégique   de   grande   importance.   80%   se   trouve   au  Kivu.  
  • 39. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :   produc'on  de  lithium  pour  les  ba^eries   39  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  La   forte   concentra'on   du   lithium   dans   le   désert   d’Atacama   rend   l’Argen'ne   et   le   Chili   incontournables.   •  La  Bolivie,  avec  40%  des  réserves  mondiales,  ne  produit  pas  de  lithium  pour  des  raisons   «  poli'ques  ».  
  • 40. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  les   terres  rares  et  la  défense  (source  :  EGE)   40  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 41. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  où   creuse-­‐t-­‐on  ?  L’Inde  pays  prome^eur  ?   41  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 42. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  JSF   et  béryllium   42  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Le  F35  JSF  intègre  de  nombreux  composants  en   alliages  cuivre-­‐béryllium  :  Electro-­‐Op@cal  Targe@ng   System  (EOTS)  
  • 43. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  à   quoi  sert  le  béryllium  ?   43  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   La consommation mondiale a été de l’ordre de 320 t/an en 2009 et 2010 (selon Biz-Acumen et USGS*). Elle se répartit pour moitié entre les secteurs des télécommunications et de l’informatique, pour moitié entre les industries de l’espace, de la défense, de l’automobile et autres utilisations industrielles. La consommation mondiale se répartit pour un tiers en Europe, un tiers en Amérique et un tiers en Asie-Pacifique (Japon inclus). !"#"$ %&'$ ()* +#&#,# -* ./01'234 5#"'&4 6*!31784 69* :#87& ;<* .$'4 =#>'?'234 !"#$% &'(#)* ;9* Consommation mondiale de béryllium par zone géographique (Biz-Acumen, 2009) @0A0>7/$ 4" '&?71/#"'234 9;* !A4>"17&'234 8731 AB#3"7/7C'A4 ;6* .017$8#"'#A4 4" D0?4&$4 ;)* +7/87$#&"$ '&,3$"1'4A$ ;(* .3"14$ E* Consommation mondiale de béryllium par secteur industriel (Biz-Acumen, 2009) Seuls quelques gisements sont exploités actuellement dans le monde : > Production mondiale
  • 44. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  le   cas  du  béryllium   44  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  béryllium  est    un  élément  chimique  de  symbole  Be  et  de  numéro  atomique  4.  Dans  le   tableau   périodique,   il   est   le   premier   représentant   des   métaux   alcalino-­‐terreux.   Le   béryllium  est  un  métal  alcalino-­‐terreux  d'aspect  gris  acier.  Il  est  léger,  fragile  et  toxique.   Il   est   plus   léger   et   six   fois   plus   résistant   que   l’aluminium.   Environ   200   tonnes   sont   produites  dans  le  monde.  Il  a  le  point  de  fusion  le  plus  élevé  de  tous  les  métaux  légers.     •  Il   est   principalement   employé   comme   agent   durcissant   dans   certains   alliages,   notamment   le   moldamax,   un   alliage   de   cuivre-­‐béryllium   u'lisé   pour   la   fabrica'on   de   moules  pour  ma'ères  plas'ques.  Le  béryllium  est  également  u'lisé  dans  des  réacteurs   nucléaires,  comme  composant  de  céramiques  industrielles,  en  micro-­‐électronique,  ainsi   qu’en  den'sterie.  Ses  alliages  sont  à  la  fois  légers  et  résistants  à  la  chaleur.  Ils  possèdent   un   faible   coefficient   de   dilata'on.   Le   béryllium   est   incorporé   dans   certains   alliages   spéciaux  pour  des  matériaux  soumis  à  d’importants  fro^ements  thermiques.   •  Dans  la  nature,  on  le  trouve  principalement  sous  forme  d’oxydes  ou  d’aluminosilicates   complexes   appelés   béryls,   dont   les   représentants   les   plus   connus   sont   l’émeraude   et   l’aigue-­‐marine.  On  l’exploite  surtout  à  par'r  silicates,  bertrandite  Be4Si2O7(OH)2  ou  béryl   Be3Al2Si6O18.  Les  principales  mines  sont  aux  Etats-­‐Unis  (Utah,  88%),  en  Chine  (10%)  et  au   Mozambique  (1%).  Aucune  n'est  ouverte  en  Europe.  
  • 45. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  88%   de  la  produc'on  mondiale  à  Spor  mountain   45  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 46. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :   l’usinage  du  béryllium  et  ATMOSTAT   46  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Fondée  en  1973,  ATMOSTAT  crée  des  procédés  d’assemblage  de  «  matériaux  métalliques   en  feuille  très  minces  »  de  'tane  pour  des  objets  de  grande  taille,  des  liners  métalliques   des'nés  à  des  réservoirs  haute  pression  en  matériaux  composite-­‐carbone.   •  C’est  une  entreprise  unique  en  France  et  en  Europe  qui  usine  le  béryllium.  ATMOSTAT   fait   par'e   du   groupe   ALCEN   qui   compte   28   PME   technologiques   de   haut   niveau   dont   beaucoup  sont  soutenues  par  la  DGA  à  travers  ses  contrats  et  des  disposi'fs  de  sou'en  à   l’innova'on.  ATMOSTAT  emploie  80  personnes.   •  Sur   le   projet   ITER   de   réacteur   expérimental   de   fusion   thermonucléaire,   ATMOSTAT   assure   la   fabrica'on   de   la   protec'on   de   la   chambre   à   vide   et   des   aimants   supraconducteurs.   Elle   fabrique   la   paroi   démontable   posi'onnée   directement   face   au   plasma   capable   d’encaisser   des   températures   supérieures   à   150   millions   de   degrés   Celsius.  Le  choix  du  Béryllium  a  été  fait  pour  ses  propriétés  physiques  excep'onnelles.  
  • 47. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :  les   réalisa'ons  d’ATMOSTAT   47  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Les  structures  mécano-­‐op'que  en  alliage  béryllium/ aluminium   Le  cœur  d’ITER  
  • 48. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  armement  :   Jean-­‐Yves  Le  Drian  et  ATMOSTAT  le   5/09/12   48  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 49. 19/01/16   Troisième  par'e   49  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   III.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et  énergie.  
  • 50. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  la  ques'on  des  renouvelables   50  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Comme  le  rappelait  le  rapport  sénatorial  consacré  aux  enjeux  des  métaux  stratégiques:  le   cas   des   terres   rares   publié   en   juin   2011,   l’éolien   peut   très   difficilement   se   passer   de   néodyme,  un  métal  de  la  famille  des  terres  rares  u'lisé  dans  la  fabrica'on  des  turbines  et   des   panneaux   solaires   en   couche   mince,   plus   performants   et   plus   prome^eurs   que   les   panneaux  tradi'onnels  à  base  de  silice.   •  Voir  :  h^p://www.senat.fr/rap/r10-­‐349/r10-­‐349_mono.html     •  Les   voitures   électriques   u'lisent   plusieurs   métaux   rares   de   la   famille   des   terres   rares,   notamment   pour   la   fabrica'on   d’aimants   compacts   pour   les   moteurs   électriques   synchrones,  comme  le  néodyme,  le  dysprosium  et  le  samarium.  Il  en  est  de  même  pour  les   composants  d’accumulateurs  de  type  NiMH  "nickel-­‐métal  hybride"  à  base  de  lanthane.   •  Les  métaux  stratégiques  ou  cri'ques  sont  présents  dans  la  plupart  des  produits  de  hautes   technologies   liés   aux   énergies   renouvelables,   comme   les   éoliennes,   les   cellules   photovoltaïques  ou  les  ba^eries  des  véhicules  électriques.  Parmi  eux,  on  trouve  le  lanthane,   le   cérium,   le   néodyme,   etc.   La   sécurité   d’approvisionnement   de   ces   métaux   est   donc   essen'elle  pour  perme^re  aux  états  européens  de  con'nuer  de  produire  des  technologies   perme^ant  de  développer  des  filières  technologiques  liées  aux  énergies  renouvelables.   •  Le   terbium   permet   de   réduire   de   80%   la   consomma'on   des   ampoules   électriques.   Le   terbium  est  aussi  u'lisé  dans  les  tubes  de  télévision  couleur  et  les  lampes  fluorescentes.  En   combinaison  avec  des  luminophores  à  base  d’europium,  il  crée  un  éclairage  fluorescent.  
  • 51. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  une  voiture  pleine  de  terres  rares   51  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 52. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  le  vert  est-­‐il  vert  ?  Le  cas  du   néodyme   52  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  On  u'lise  le  néodyme  dans  les  aimants  permanents  des  éoliennes.  Une  éolienne  cache   dans  ses  entrailles  un  alternateur  à  aimants  permanents.  L’alternateur  est  cons'tué  d’un   rotor   (par'e   tournante)   et   d’un   stator   (par'e   fixe)   générant   un   courant   alterna'f,   en   général  asynchrone.   •  Une  éolienne  offshore  de  3  MW  peut  contenir  jusqu'à  450  kilos  de  néodyme.  En  effet,  il   faut  600  kilos  d’aimants  permanents  par  MW  de  capacité,  dont  environ  25%  de  néodyme   et  4%  de  dysprosium,  deux  métaux  de  la  famille  des  terres  rares.   •  Un  aimant  permanent  est  un  objet  fabriqué  dans  un  matériau  magné'que  dur  dont  le   champ   rémanent   et   l’excita'on   coerci've   sont   grands.   Les   aimants   permanents   con'ennent   presque   toujours   des   atomes   d’au   moins   un   des   éléments   chimiques   suivants   :   fer,   cobalt,   nickel   ou   lanthanides.   En   général,   les   aimants   u'lisés   sont   en   samarium/cobalt  ou  en  néodyme/fer/bore.   •  La  Chine  produit  globalement  plus  de  80%  des  aimants  permanents  dans  le  monde.  13%   sont  produits  au  Japon,  en  Corée  du  Sud  et  à  Taiwan.  Notons  au  passage  qu’il  existe  aussi   une  vraie  tension  sur  le  dysprosium.  Sa  demande  augmente  de  10%  par  an  et  le  déficit  en   dysprosium  va  devenir  un  problème  aigu  à  par'r  de  2020.  
  • 53. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  où  est  le  néodyme  ?   53  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Le   néodyme   montré   ici   est   l’une   des   terres   rares   clefs   pour   fabriquer   des   aimants   pour   les   moteurs   électriques   compacts.   Il   est   à   la   fois   léger   et   surpuissant.  
  • 54. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  le  fonc'onnement  de  l’éolienne   54  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 55. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  à  quoi  sert  l’alternateur  ?   55  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  L’alternateur   triphasé,   qui   offre   le   meilleur   rendement   pour   les   éoliennes   pour   par'culiers.  L’alternateur  d’une  éolienne  est  composé  de  deux  par'es  :   –  Le  rotor,  par'e  rota've,  est  un  électroaimant  de  forme  cylindrique,  qui  tourne  sur   lui-­‐même.   On   l’appelle   l’inducteur,   car   c’est   lui   qui   va   induire   le   courant   électromagné'que.   –  Le  stator,  par'e  sta'que,  est  une  structure  fixe  qui  entoure  le  rotor.  Le  stator  est   composé  de  trois  bobines,  ou  enroulements  de  fils  conducteurs,  reliées  entre  elles.   On   appelle   ces   bobines   l’induit   ou   la   par'e   induite,   car   ce   sont   elles   qui   vont   recevoir  l’induc'on  de  la  part  du  rotor,  et  la  transformer  en  électricité.   •  Le   vent   fait   tourner   les   pales   de   l’éolienne   solidaires   du   rotor.   Le   rotor   tourne   à   l’intérieur  du  stator.  Lorsque  l’aimant  du  rotor  passe  à  proximité  de  l’une  des  bobines  du   stator,   les   électrons   contenus   dans   la   bobine   se   déplacent,   générant   un   courant   électrique,  c’est-­‐à-­‐dire  qu'ils  délivrent  une  tension  sinusoïdale.  Vu  qu’il  y  a  trois  bobines   pour   un   seul   électroaimant,   l’alternateur   crée   trois   tensions   iden'ques,   décalées   chacune  d’un  'ers  de  période.  C’est  pourquoi  on  parle  d’alternateur  triphasé.   •  Les  machines  Asynchrones  (MAS)  sont  u'lisées  pour  la  majorité  des  éoliennes  puissantes   (plus  de  1  kW),  car  elles  peuvent  supporter  des  varia'ons  de  vitesse  que  l’on  trouve  en   cas   de   rafales.   Elles   impliquent   néanmoins   l’u'lisa'on   d’un   mul'plicateur   de   vitesse   entre  le  rotor  et  le  générateur.  
  • 56. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  que  sont  le  néodyme  et  le   dysprosium  ?   56  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Le  néodyme  est  un  élément  chimique  de  symbole  Nd  et  de  numéro  atomique  60.  C’est   un   métal   gris   argent   du   groupe   des   terres   rares.   Il   fait   par'e   de   la   famille   des   lanthanides.   À   température   ambiante,   il   est   duc'le   (capacité   d'un   matériau   à   se   déformer  plas'quement  sans  se  rompre),  malléable  et  s’oxyde  rapidement  à  l’air.   •  En   alliage   avec   le   fer   et   le   bore   Nd2Fe14B,   le   néodyme   est   u'lisé   dans   les   aimants   permanents   pour   les   générateurs   des   éoliennes,   les   moteurs   électriques   et   les   générateurs  de  certaines  voitures  hybrides.   •  Le   dysprosium   est   un   élément   chimique   de   symbole   Dy   et   de   numéro   atomique   66,   d’aspect  gris  argenté.  Comme  les  autres  membres  de  la  famille  des  lanthanides,  il  est   malléable,  duc'le  et  assez  mou  pour  être  coupé  avec  un  couteau.  Il  est  assez  stable  dans   l’air.   •  On   ajoute   du   dysprosium   à   des   alliages   de   magnésium   que   l’on   u'lise   dans   l’aéronau'que.  Il  augmente  la  dureté  du  matériau  et  facilite  sa  transforma'on.  Dans  les   aimants   permanents   des   éoliennes,   on   retrouve   le   dysprosium   en   alliage   avec   l’aluminium  Al2Dy3.   •  La   technologie   éolienne   brevetée   par   l’Américain   Boulder   Wind   Power   permet   l’u'lisa'on  d’aimants  permanents  en  terres  rares  ne  nécessitant  pas  de  dysprosium.  En   u'lisant  des  aimants  permanents  sans  dysprosium,  on  réduit  l’u'lisa'on  d’acier  profilé   et  on  évite  d’u'liser  la  tôle  magné'que  laminée.  
  • 57. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  quelles  alterna'ves  au  néodyme  ?   57  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  En   2008,   Hitachi   a   annoncé   maîtriser   le   fer   amorphe,   un   matériau   magné'que   aux   excellentes  propriétés  magné'ques.   •  La   produc'on   de   fer   amorphe   nécessite   la   mise   en   œuvre   d’un   procédé   complexe   perme^ant  au  fer  fondu  de  refroidir  suffisamment  vite  pour  que  ses  atomes  n’aient  pas   le  temps  de  s’organiser  en  fonc'on  de  la  structure  cristalline  propre  au  fer.   •  On   ajoute   des   atomes   supplémentaires   qui   provoquent   de   l’anisotropie   et   un   effet   magné'que  considérable.  L’anisotropie  d’un  produit  est  la  propriété  d’un  objet  d'être   dépendant  de  la  direc'on;  par  exemple  les  lune^es  aux  verres  polarisant.   •  Des   aimants   permanents   au   fer   amorphe   sont   le   cœur   d’un   prototype   de   moteur   électrique  présenté  par  Hitachi  en  2008  avec  une  puissance  de  250  W,  puis  en  2012  avec   une   puissance   de   11   KW,   mais   on   est   encore   loin   de   la   puissance   nécessaire   à   une   voiture,  même  pe'te,  et  a  for'ori  à  une  éolienne.   •  En  2013,  on  ne  sait  toujours  pas  si  on  pourra  fabriquer  de  gros  aimants  permanents  à   base  de  fer  amorphe.   •  Des  laboratoires  de  recherche,  dont  Hitachi,  étudient  aussi  la  synthèse  du  nitrure  de  fer,   qui  a  des  caractéris'ques  magné'ques  encore  plus  intéressantes  que  le  Nd-­‐Fe-­‐B.  
  • 58. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  d’où  vient  le  néodyme  ?   58  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 59. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  énergie  :  le   dysprosium  en  résumé   59  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 60. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  la  ques'on  des  cellules   photovoltaïques   60  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Une  hypothèse  généralement  admise  précise  que  la  technologie  photovoltaïque  est  une   technologie   non-­‐éme^rice   de   CO2.   En   pra'que,   elles   requièrent   des   combus'bles   fossiles  pour  l’extrac'on  de  leurs  composants,  leur  fabrica'on,  leur  installa'on  et  leur   maintenance.   Elles   ont   aussi   besoin   des   centrales   électriques   «   tradi'onnelles   »   pour   fonc'onner  ou  d’instruments  de  stockage  comme  les  ba^eries.   •  Certains  panneaux  solaires  à  couche  mince,  qui  ne  représentent  qu’une  part  du  marché   global,  u'lisent  des  terres  rares.   •  On   trouve   couramment   des   ar'cles   sur   le   coût   compé''f   du   polysilicium   et   des   composants  techniques  des  cellules  photovoltaïques,  qui  ne  représentent  pourtant  que   la   moi'é   du   prix   total   de   l’installa'on   d’un   système.   Même   si   le   prix   du   polysilicium   tombait   à   zéro,   il   faudrait   toujours   régler   les   autres   postes   de   produc'on   comme   les   métaux  rares,  le  cuivre,  le  verre,  l’aluminium,  les  onduleurs,  les  combus'bles  fossiles,  le   transport,  l’installa'on,  l’assurance  et  la  ges'on  des  déchets  toxiques  qui  en  résulte.   •  Concernant  les  métaux  rares,  on  retrouve  l'indium,  le  gallium  et  le  germanium.  Dans  les   panneaux  qui  u'lisent  ces  métaux  rares,  l’essen'el  est  concerné  par  l'indium,  métal  de  la   famille  des  terres  rares.  Le  germanium  et  le  gallium  ne  sont  même  pas  décrits  dans  les   sta's'ques,  ils  représentent  une  part  très  limitée  des  éléments  minéraux  u'lisés  dans   les  panneaux.  
  • 61. 19/01/16   61  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Pourquoi  une  technologie  comme  le  photovoltaïque  qui  u'lise  les  matériaux  parmi  les  plus   abondants,  tel  le  silicium,  doit-­‐elle  faire  appel  aux  métaux  rares  ?   •  Il  existe  en  effet  une  technologie  par'culière  dite  CIGS  (cuivre,  indium,  gallium,  sélénium).   •  Dans  une  cellule,  tout  est  dans  le  dépôt  de  couches  métalliques  de  faible  épaisseur  qui  permet   de  créer  des  produits  photovoltaïques.   •  Aujourd’hui,   le   CIGS   n’est   pas   la   technologie   prépondérante.   La   plus   courante   consiste   à   fabriquer   des   cellules   de   200   microns   d’épaisseur   de   silicium,   élément   par'culièrement   abondant,   encapsulées   entre   différentes   couches   de   plas'que   et   de   verre,   alors   que   les   métaux   rares   perme^ent   de   faire   des   couches   d’environ   2   microns,   en   par'culier   l’indium.   L’indium  est  un  sous-­‐produit  du  zinc.   •  L’indium   fait   de   la   cellule   un   semi-­‐conducteur   à   fort   rendement   dans   le   procédé   photovoltaïque.  Le  CIGS  apparaît  comme  le  semi-­‐conducteur  qui  offre  le  plus  fort  rendement,   donc  qui  transforme  le  plus  de  radia'ons  du  soleil  en  électricité.  C’est  le  matériau  qui  permet   la  meilleure  capta'on  d’irradia'on,  donc  qui  va  fabriquer  le  plus  de  kWh.   •  Quand  on  fabrique  un  module  CIGS  de  130W,  on  u'lise  environ  5g  d’indium,  donc  0,04g/  W.  Le   marché  a^eint  actuellement  20GW,  sachant  que  la  plupart  de  ces  modules  sont  fabriqués  en   silicium.  Pour  fabriquer  un  GW  de  module,  il  faut  38  tonnes  de  CIGS.  Par  rapport  aux  1.200   tonnes   nécessaires,   ce   volume   est   rela'vement   faible,   même   s'il   commence   à   être   très   significa'f.   Matériaux stratégiques, métaux et énergie : la question des cellules photovoltaïques
  • 62. 19/01/16   Matériaux  stratégiques  et  énergie  :  d’où   vient  l’indium  ?   62  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  L’indium  est  un  élément  chimique,  de  symbole  In  et  de  numéro  atomique  49.  C’est  un  métal   gris  brillant,  à  bas  point  de  fusion  (156  °C),  résistant  à  la  corrosion  atmosphérique.  Ce  métal   malléable,  ressemblant  chimiquement  à  l’aluminium  et  au  gallium,  est  rare.  On  ne  le  trouve   qu’en  quan'té  infime  dans  les  mines  de  zinc.   •  Les  cellules  photovoltaïques  rentrent  en  concurrence  avec  les  écrans  tac'les  capaci'fs  (aussi   appelés  mul'touche).   •  La   demande   annuelle   est   d’environ   1.300   tonnes,   dont   la   moi'é   issue   du   recyclage.   La   produc'on  minière  annuelle  est  d’environ  600  tonnes.  L'évalua'on  des  réserves  est  de  12.000   tonnes,  soit  un  ra'o  réserves/produc'on  annuelle  de  20  ans  seulement.   •  La  Chine  produit  60%  de  l’indium.  Les  réserves  seraient  les  suivantes  :  35%  en  Chine,  26%  au   Canada,  16%  au  Japon,  8%  en  Belgique.   •  Dans  les  cellules  photovoltaïques,  on  retrouve  l’indium  dans  deux  types  de  cellules  :   •  Les   cellules   à   jonc'on   avec   du   séléniure   d’indium   InSe2,   du   nitrure   d’indium-­‐gallium   InGaN  et  de  diséléniure  de  cuivre-­‐indium  CuInSe2.  Les  recherches  en  cours  sur  des  cellules   combinant   plusieurs   couches   :   gallium-­‐indium-­‐phosphore,   arséniure   de   gallium   et   germanium  (GaInP-­‐AsGa-­‐Ge)  perme^ent  d'espérer  des  rendements  supérieurs  à  30  %.   •  Dans  les  cellules  en  couche  mince,  qui  ont  un  rendement  inférieur  (10-­‐20  %)  mais  sont   beaucoup  plus  faciles  à  fabriquer  en  grande  série,  on  u'lise  de  l’oxyde  d’indium-­‐étain,  un   mélange  cuivre-­‐indium-­‐sélénium  (CuInSe2)  ou  de  cuivre-­‐indium-­‐gallium-­‐sélénium.  
  • 63. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  l’indium  en  résumé   63  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD  
  • 64. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   énergie  :  métaux  rares  et  renouvelables   64  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Il   est   clair   que   l’énergie   ne   se   limite   plus   seulement   aux   ques'ons   de   disponibilité   des   combus'bles  comme  le  pétrole  ou  l’uranium.   •  Des   métaux   jouent   un   rôle   clef   pour   le   développement   des   filières   «   propres   »   comme   les   voitures  électriques,  les  éoliennes  ou  les  cellules  photovoltaïques.   •  Leur  place  croissante  dans  nos  sociétés,  liée  à  la  nécessité  de  réduire  les  émissions  de  gaz  à   effet   de   serre,   introduit   une   nouvelle   géoéconomie   d’une   grande   complexité   pour   le   21ème   siècle,  créant  de  nouvelles  vulnérabilités  porteuses  d’affrontements  futurs  pour  la  maîtrise  de   ces  ressources  ô  combien  essen'elles  aux  technologies  de  pointe  de  nos  sociétés  modernes. •  Comme  d’autres  métaux,  le  néodyme  vient  à  90%  de  Chine.  Réduire  la  dépendance  française   et  européenne  vis-­‐à-­‐vis  du  néodyme  suppose  donc,  d’une  part,  d’engager  des  recherches  sur  le   recyclage,   comme   le   fait   actuellement   Rhodia,   filiale   du   groupe   Solvay,   et   d’autre   part,   d’engager  une  vraie  poli'que  d’approvisionnement,  indépendante  de  l’exploita'on  chinoise.   •  L’objec'f  de  Rhodia  est  de  réu'liser  les  poudres  luminophores  qui  recouvrent  l'intérieur  des   lampes   basse   consomma'on   et   qui   con'ennent   plusieurs   terres   rares   (terbium,   y^rium,   europium,   gadolinium,   lanthane   et   cérium).   Ce^e   poudre   est   aujourd’hui   isolée   et   mise   en   décharge  lorsque  les  ampoules  arrivent  en  fin  de  vie,  alors  que  les  autres  composants  (verre,   plas'que,  cuivre  et  aluminium)  sont  valorisés.   •  L’absence  de  gisements  sur  le  sol  européen  explique  qu’en  dehors  de  Rhodia,  des  agences  et   entreprises,  comme  l’ADEME,  se  sont  lancées  dans  des  programmes  de  R&D  de  recyclage  des   produits  contenant  des  métaux  rares.  
  • 65. 19/01/16   Quatrième  par'e   65  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   IV.  Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense.  
  • 66. 6619/01/16   Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Deux  exemples  concrets  d’exper'se  réalisées  :   •  Le  graphite  :  le  graphite  a  une  large  u'lisa'on  industrielle,  comme  le  nucléaire,  l’aérospa'ale,   les   piles   à   combus'ble,   les   ba^eries   au   lithium,   le   photovoltaïque,   les   fours   réfractaires,   la   métallurgie,  etc.  La  chaîne  d’approvisionnement  du  graphite  naturel  est  considérée  comme  peu   cri'que   tandis   que   les   procédés   de   fabrica'on   les   plus   abou's   du   graphite   synthé'que   (élément   stratégique)   ne   sont   maîtrisés   que   par   une   poignée   d’industriels.   Ces   producteurs   français  doivent  donc  être  préservés  :  Imerys/Timcal  Carbon  mais  surtout  Mersen  (ex  Carbone-­‐ Lorraine),   qui   dé'ent   un   savoir-­‐faire   unique   lié   au   carbone   isosta'que.   En   février   2010,   le   graphite  a  été  classé  par  l’Union  européenne  parmi  les  14  ma'ères  les  plus  cri'ques.  Le  COMES   a  demandé  un  rapport  public  sur  ce  minéral  paru  en  juillet  2012.   •  Le  lithium  :  c’est  un  élément  stratégique  employé  par  l’industrie  de  pointe  civile  et  militaire.  Les   réserves   mondiales   sont   abondantes   mais   géographiquement   concentrées   et   exploitées   par   quelques   acteurs   argen'ns,   chiliens,   australiens,   américains,   canadiens   et   chinois.   La   Chine   (dont  les  besoins  en  lithium  excèdent  la  produc'on  na'onale),  la  Corée  du  Sud  et  le  Japon  ont   déjà  contracté  des  accords  d’exclusivité  avec  certains  de  ces  producteurs.  En  2013,  la  prise  de   contrôle   de   l’important   opérateur   minier   australien   Talison   Lithium   par   le   groupe   chinois   Chengdu   Tianqi   a   changé   la   donne   stratégique.   La   France   doit   abou'r   à   des   accords   futurs,   essen'ellement   avec   le   Chili   et   l’Argen'ne,   où   les   ressources   sont   abondantes   et   faciles   à   extraire,  ainsi  qu’avec  l'Australie  et  le  Canada.   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  l’exper'se  
  • 67. 6719/01/16   Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  la  cartographie  
  • 68. 68 La  DGA  a  engagé  les  ac'ons  suivantes  :   •  RAPID  pour  «  Régime  d’Appui  pour  l’Innova@on  duale  »:  il  sou'ent  des  projets  en  R&D  et  en   R&T   avec   de   forts   poten'els   technologiques,   à   des'na'on   des   PME   et   dans   les   secteurs   d’applica'on  militaire.  Ce  programme  dispose  de  50  M€  en  CP  en  2014.   •  ASTRID   pour   «   Accompagnement   Spécifique   des   Travaux   de   Recherches   et   d’Innova@on   Défense   »   est   ouvert   à   tous   dans   les   domaines   de   la   R&D.   Les   projets   doivent   avoir   des   applica'ons   duales   dans   des   domaines   très   exploratoires,   touchant   un   niveau   élevé   de   maturité  technologique,  classés  de  1  à  4.  Une  entreprise  doit  proposer,  dans  le  cadre  d’ASTRID,   de   travailler   avec   un   laboratoire   de   recherche   ou   un   ins'tut   de   recherche   pour   prétendre   obtenir  un  sou'en.   •  Pour  les  niveaux  de  maturité  technologique  moins  élevés,  il  existe  la  «  Poli@que  et  Objec@fs   scien@fiques  »  présentant  les  neuf  domaines  scien'fiques  qui  intéressent  le  ministère  français   de  la  défense.   •  Pour   des   niveaux   technologiques   plus   élevés,   il   existe   un   «   Plan   Stratégique   en   ma@ère   de   Recherche  et  Technologie  »  de  la  DGA  en  R&T.   •  Tous  ces  ou'ls  servent  à  la  DGA  pour  les  matériaux  stratégiques.   19/01/16   Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  les  budgets  
  • 69. 19/01/16   69  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   Différents  disposi'fs  existent  :   •  Le  partenariat  DGA/Agence  na'onale  de  la  recherche  (ANR)  :  la  DGA  cofinance  certains   programmes  de  l’ANR  qui  sou'ent  des  projets  de  recherche  fondamentale  ou  industrielle   (sécurité...)  dans  le  cadre  d’appels  à  projets  (AAP).  La  DGA  par'cipe  à  l’exper'se  et  au   financement  de  certains  de  ces  AAP.   •  Les   pôles   de   compé''vité   :   la   DGA   est   le   2ème   contributeur   au   fonds   unique   interministériel  (FUI)  qui  subven'onne  des  projets  R&D  collabora'fs  labellisés  par  un  pôle   de  compé''vité.     •  Horizon  2020,  qui  est  le  8ème  PCRD  (Programme-­‐Cadre  de  Recherche-­‐Développement),  est   le  principal  instrument  de  l’Union  européenne  pour  financer  la  recherche  en  Europe.  Ce   programme  pluriannuel  aide  à  organiser  et  soutenir  financièrement  la  coopéra'on  entre   universités,  centres  de  recherche  et  industries  -­‐  y  compris  les  PME.   •  L’Agence   européenne   de   défense   (AED)   a   notamment   pour   objec'f   de   favoriser   la   recherche,  en  vue  de  renforcer  le  poten'el  industriel  et  technologique  européen  dans  le   domaine  de  la  défense.  Elle  a  créé  un  groupe  matériaux.  Un  appel  d’offre  européen  a  été   lancé  en  octobre  2014.   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  l’industrie  
  • 70. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  les  débats   70  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  La  théma'que  des  matériaux  stratégiques  est  devenue  clef  dans  le  monde.  En  2013,  les   Etats-­‐Unis  ont  présenté  leur  «  Na@onal  Strategic  and  Cri@cal  Minerals  Produc@on  Act  »,   une  proposi'on  de  loi  qui  visait  à  développer  leurs  ressources  na'onales  et  à  accroître   leur  sécurité  d’approvisionnement  pour  quatre  secteurs  clefs  :  défense,  énergie,  chimie   e t   é l e c t r o n i q u e ,   c o m m e   p r é c i s é   d a n s   l e   l i e n   s u i v a n t   :   h^ps://www.govtrack.us/congress/bills/113/hr761/text.   Le   18   septembre   2013,   la   Chambre  des  Représentants  a  voté  le  texte  par  246  voix  contre  178.  La  Commission  de   l’énergie  et  des  ressources  naturelles  du  Sénat    a  également  voté  ce  texte  le    29  octobre   2013.  Lisa  Murkowski  (R-­‐Alaska),  Ron  Wyden  (D-­‐Orégon),  Mark  Udall  (D-­‐Colorado)  and   Dean  Heller  (R-­‐Nevada),  parmi  d’autres,  soutenaient  ce  texte.   •  Des  mesures  ont  été  prises  au  sein  de  l’OTAN  et  de  l’UE:  la  Commission  européenne  a   présenté  un  projet  de  règlement  de  type  loi  «  Dodd  Frank  »  sur  les  minerais  de  conflit.  La   Commission  a  préparé  une  nouvelle  cartographie  des  matériaux  stratégiques  présentée  à   Athènes  le  20  juin  2014.  L’OTAN  a  créé  au  sein  des  groupes  AVT  des  équipes  d’experts   sur  «  Impact  of  Scarcity  of  Materials  on  Military  Structural,  Mechanical,  Propulsion  and   Power   Systems   »   (groupe   AVT-­‐196),   comme   le   précise   le   site   suivant:   h^p://www.cso.nato.int/Ac'vity_Meta.asp?Act=1851  
  • 71. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  les  matériaux   clefs   71  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Quatre  auteurs  américains  (E.  Graedel,  E.  M.  Harper,  N.  T.  Nassar  et  Barbara  K.  Reck)  ont   présenté  une  étude  sur  les  pistes  alterna'ves  aux  matériaux  stratégiques,  en  par'culier  les   métaux  u'lisés  dans  notre  vie  quo'dienne.  Ce^e  étude  est  la  suivante  :  «  On  the  materials   basis  of  modern  society  PNAS  2013  (Proceedings  of  the  Na@onal  Academy  of  Sciences  of  the   United  States  of  America)”.   Voir  :      h^p://www.pnas.org/content/early/2013/11/27/1312752110/suppl/DCSupplemental     •  Ils   ont   conclu   que   la   complexité   croissante   des   ma'ères   premières   transformées   de   nos   sociétés  industrielles  en  produits  industriels  haut  de  gamme  nous  conduit  dans  une  impasse.   En  fait,  le  besoin  de  maintenir  le  même  niveau  de  performance  pour  les  matériaux  tout  au   long  de  leur  cycle  de  vie  est  scien'fiquement  dur  à  conserver.  Plus  exactement,  préserver   des   processus   industriels   constants   sur   les   métaux   et   leurs   alliages,   dans   un   contexte   de   raréfac'on  rela've  croissante  des  matériaux,  est  aussi  un  défi  important  pour  nos  sociétés   et  notre  sécurité.   •  En  fait,  le  poten'el  de  subs'tu'on  des  métaux  les  uns  aux  autres  est  faible  et  limité,  ce  qui   accroît  le  besoin  ou  le  sen'ment  de  renforcer  notre  sécurité  d’approvisionnement.  
  • 72. 19/01/16   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  évaluer  le  risque   72  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   •  Les   Etats-­‐Unis   sont   de   plus   en   plus   dépendants   de   minerais   importés   en   provenance   d’Afrique,  d’Asie,  d’Australie  ou  d’Amérique  la'ne  pour  leurs  industries  de  pointe  et  de   défense.  Afin  de  limiter  les  risques  de  rupture  de  leurs  approvisionnements,  ils  cherchent   à  me^re  en  place  une  stratégie  globale  de  sécurisa'on  de  ces  approvisionnements  en   matériaux  stratégiques  et  à  moins  dépendre  des  ressources  importées  de  Chine.   •  Le  rapport  publié  en  juin  2012  in'tulé  "Cri@cal  Metals  &  Na@onal  Security"  de  l’American   Resources   Policy   Network   fait   donc   le   point   sur   la   sécurisa'on   de   leurs   approvisionnements  en  matériaux  stratégiques  pour  leurs  industries  civile  et  de  défense   de   haute   technologie.   Il   appelle   à   une   plus   grande   coordina'on   des   efforts   gouvernementaux   américains   vis-­‐à-­‐vis   de   ce^e   ques'on   des   ma'ères   stratégiques.   Il   propose  des  mesures  concrètes,  comme  la  cons'tu'on  de  stocks  stratégiques  na'onaux,   ou   le   développement   d'exploita'ons   minières   sur   le   territoire   américain   ou   dans   des   pays  stratégiquement  proches  des  Etats-­‐Unis.   •  Les   inquiétudes   des   autorités   américaines   pour   leurs   approvisionnements   en   ma'ères   stratégiques   se   sont   accrues   après   l’incident   naval   du   7   septembre   2010   entre   un   chalu'er   chinois   et   deux   garde-­‐côtes   japonais   autour   des   îles   contestées   Diayou   (Senkaku   en   japonais)   situées   au   nord   de   Taiwan.   A   la   suite   de   cet   incident   et   en   représailles   contre   l’arraisonnement   de   son   chalu'er,   la   Chine   a   annoncé   qu'elle   souhaitait  désormais  limiter  l’exporta'on  de  ses  terres  rares  des'nées  aux  industries  de   pointe,  japonaises  ou  américaines.    
  • 73. 19/01/16   73  Christophe-­‐Alexandre  PAILLARD   La  mise  en  place  de  l’observatoire  stratégique   des  matériaux  de  défense  en  décembre  2013   Matériaux  stratégiques,  métaux  et   ministère  de  la  défense  :  l’observatoire