1
Bases médicales et scientifiques
de Al-hijamah (ventouses humides) : à la
lumière de la Médecine Moderne et de la
Médeci...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine
El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5
http://dx.do...
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH

44 vues

Publié le

Bases physiologiques des ventouses scarifiées arabe. traduction française

Publié dans : Santé & Médecine
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Hijamah - bases médicales - docteur El Sayed - FRENCH

  1. 1. 1 Bases médicales et scientifiques de Al-hijamah (ventouses humides) : à la lumière de la Médecine Moderne et de la Médecine Prophétique. Medical and Scientific Bases of Wet Cupping Therapy (Al-hijamah): in Light of Modern Medicine and Prophetic Medicine El Sayed SM1* , Mahmoud HS2 and Nabo MMH3,4 1 Department of Medical Biochemistry, Sohag Faculty of Medicine, Sohag University, Egypt 2 World Federation of Alternative and Complementary Medicine, Cairo Regional Headquarter, Cairo, Egypt 3 Department of Pediatrics, Sohag Teaching Hospital, Sohag, Egypt 4 Division of Pediatric cardiology, Department of Pediatrics, Maternity and Children Hospital, King Abdullah Medical City, Al-Madinah Al-Munawwarah, Kingdom of Saudi Arabia Corresponding Author : Salah Mohamed El Sayed Department of Medical Biochemistry Sohag Faculty of Medicine, Sohag University, Egypt Fax: +2-0934- 602-963 Tel: +2-0934-602-963 E-mail: salahfazara@yahoo.com Received May 14 2013; Accepted May 28, 2013; Published May 31, 2013 Citation: El Sayed SM, Mahmoud HS, Nabo MMH (2013) Medical and Scientific Bases of Wet Cupping Therapy (Al- hijamah): in Light of Modern Medicine and Prophetic Medicine. Altern Integr Med 2:122. doi:10.4172/2327- 5162.1000122
  2. 2. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 2 Sommaire Medical and Scientific Bases of Wet Cupping Therapy (Al-hijamah): in Light of Modern Medicine and Prophetic Medicine ...........................................................................................................................................................................1 Résumé..........................................................................................................................................................................3 Introduction ..................................................................................................................................................................4 La thérapie par ventouses pour le traitement des affections douloureuses chroniques et aigues .............................4 Mécanismes et théories du fonctionnement de la thérapie par ventouses ....................................................................5 La théorie Chinoise de la thérapie par ventouse......................................................................................................5 Compte-rendu des mécanismes les effets analgésiques de la cupping therapy..........................................................6 La théorie Taibah (pour une théorie scientifique de la thérapie par ventouses).........................................................6 Preuves scientifiques en faveur de la Théorie de Taibah ...........................................................................................20 1. Les ventouses humides provoquent une pression et taille dépendante pour l’excrétion des C.P.S..............20 2. Les cellules sanguines intactes ne sont pas filtrées par la pression de filtration induite par Al-hijamah ......21 3. Des pertes de sang veineux surviennent lors de la scarification de la peau pendant Al-hijamah..................22 4. Al-hijamah possède des fonctions analgésiques et immunologiques ............................................................22 5. Al-hijamah améliore les fonctions excrétrices de la peau et nettoie les espaces interstitiels .......................22 6. L’histologie de la peau est idéale pour la pratique de Al-hijamah..................................................................23 7. Al-hijamah est bénéfique à partir d’une production de NO...........................................................................24 8. Al-hijamah possède des bénéfices grâce aux réactions d’hyperhémie..........................................................25 9. Al-hijamah dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde (R.A) (selon la théorie Taibah) ...............................25 10. Al-hijamah pour le traitement de l’hypertension (selon la théorie de Taibah)..........................................26 11. Al-hijamah pour le traitement des maux de tête et de la migraine (Selon la théorie de Taibah)..............27 12. La cupping therapy pour le traitement de la cellulite (Selon la théorie de Taibah) ...................................27 13. La Hijamah pour le traitement de la fibromyalgie (Selon la théorie de Taibah).........................................28 14. La cupping therapy pour le traitement du syndrome du tunnel carpien (cts) (Selon la théorie de Taibah) 28 La Médecine Prophétique recommande la W.C.T (Al-hijamah) .................................................................................29 Conclusion et recommandations................................................................................................................................30 Remerciements...........................................................................................................................................................31 Conflits d’intérêts........................................................................................................................................................31 Références ..................................................................................................................................................................31
  3. 3. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 3 Bases médicales et scientifiques de Al-hijamah (ventouses humides) : à la lumière de de la Médecine Moderne et de la Médecine Prophétique Titre d’origine : Résumé La thérapie par ventouses humides (W.C.T) est un traitement simple et économique qui a toujours besoin d'interprétation scientifique. Il traite effectivement les maladies avec différentes étiologies et pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde (P.R), l'hypertension, la migraine, le syndrome du tunnel carpien, la fibromyalgie, la cellulite et autres. Ici, nous avons passé en revue les bases médicales et scientifiques sous-jacente à la thérapie par ventouse et introduit la "Théorie de Taibah" comme mécanisme avec preuve scientifique (evidence-based scientific mechanism) pour expliquer ceci. Brièvement, dans la théorie "Taibah", la W.C.T est une procédure chirurgicale mineure et excrétoire reliée scientifiquement aux principes de la filtration glomérulaire rénale et à l'évacuation d'abcès, où une excrétion pression-dépendante des substances causales pathologiques se produit (C.P.S). Les C.P.S incluent des substances provoquant ou étant reliées à la maladie (ce qui se passe dans la pathogénèse de la maladie). Une pression négative est appliquée à la surface de la peau, elle provoque une collection locale filtrée et de liquides interstitiels contenant des C.P.S au niveau de la peau surélevée à l'intérieur des ventouses. En scarifiant la peau surélevée après les ventouses, cela provoque un gradient de pression et une force de traction à travers la peau et les capillaires pour excréter la collection de liquides avec les C.P.S et causant un saignement au niveau des sites poncturés. Ceci augmente la filtration sur l'ensemble des terminaisons capillaires et provoque la clearance du sang des C.P.S dans les espaces interstitiels. La W.C.T a des bénéfices à cause d'une pression d'aspiration, d’un phénomène d’hyperhémie réactive, de production de monoxyde d'azote, des scarifications de la peau qui augmentent les fonctions naturelles excrétrices de la peau, améliorant la circulation lymphatique et capillaire et en restaurant l'homéostasie. On signale que les C.P.S des polyarthrites rhumatoïdes sont les auto-anticorps, les complexes immuns, les SIL-2R, les médiateurs inflammatoires, des cytokines, des prostaglandines, des produits cellulaires toxiques, le facteur rhumatoïde, tandis que les CPS du syndrome du canal carpien inclus le malondialdehyde, l'interleukine 6, les PGE-2 et un œdème progressif (causant la douleur). La W.C.T induit une pression de filtration pouvant excréter ces C.P.S dans le sang de la ventouse. La médecine Prophétique (décrite - reliée par le Prophète Muhammad, Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) recommande la W.C.T: "The best among what you use in therapy is Al-hijamah (Méthode Prophétique de W.C.T)". En conclusion, W.C.T a des bases scientifiques dans le traitement de différentes maladies étant le seul traitement qui nettoie le sang et les liquides interstitiels des C.P.S. Les bénéfices thérapeutiques de la W.C.T sont reliés à la quantité de C.P.S excrétées et pas à la quantité de sang laissé (recueilli).
  4. 4. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 4 Introduction Le principal objectif de recherche scientifique associé à la médecine, c’est l’identification de meilleures bases de traitements pour les maladies et la découverte de médicaments afin d’améliorer la qualité de la vie sans en ignorer l’aspect économique (concernant le traitement). Les traitements pharmacologiques des maladies humaines agissent à travers l’introduction de médicaments dans le corps humain via différentes voies d’administrations. Il y a peu domaine de traitements conventionnels qui agissent à travers l’élimination de substances comme les médiateurs inflammatoires, de substances biologiques, chimiques ou d’autres non-désirées du corps humain. Malheureusement, dans la médecine moderne, la pratique médicale et la recherche se concentrent plus sur les traitements qui introduisent de nouvelles drogues ou substances chimiques dans le corps humain sans faire d’efforts similaires pour des bases de traitements rejetant (excluant) les substances nocives. A la lumière des problèmes médicaux chroniques incurables persistant et qui augmentent progressivement en nombre de patients dans le monde, nous trouvons commode (pratique) de faire la lumière sur une base de traitement parmi la plus controversée parmi le parmi le personnel soignant, c'est-à-dire la thérapie par ventouse (litt : « cupping therapy »). Dans cet article, nous passerons en revue la thérapie par ventouses, et nous prêterons une attention spéciale au point le plus important concernant celle-ci ; le mécanisme scientifique de son action. Beaucoup de mauvaises conceptions sont soulevées à propos de la thérapie par ventouses et proviennent d’un manque de compréhension sur la façon de fonctionner et l’ampleur de son bénéfice. En recherchant de des bases de traitements économiques et effectifs pour les affections douloureuse et autres non-associées aux maladies, ceci nous a forcé à rechercher dans la littérature abondamment et rechercher comment la « cupping therapy » peut être bénéfique et ainsi que ampleur d’action. Cela vaut la peine de prendre note que Loukas et al. ont attiré l’attention des chercheurs sur les valeurs scientifiques pouvant être obtenues à partir de l’étude des textes religieux. Loukas et al. ont signalé que la Médecine Prophétique (associée au Prophète Mohammad (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) recommande la thérapie par ventouses comme traitement : « If there is a benefit in any of your treatment modalities, benefit will be in the blade puncture in cupping therapy, a gulp of honey and cauterizing, but I do not like cauterization ».[1] Ceci nous a motivé pour chercher et établir un nouveau mécanisme simple basé sur les preuves scientifiques (litt : evidence-based scientific mechanisme) pour trouver les réponses concernant le fonctionnement de la thérapie par ventouses et comment elle peut être effective dans le traitement de différentes sortes d’affections. La thérapie par ventouses pour le traitement des affections douloureuses chroniques et aigues Les affections douloureuses chroniques constituent un grand défi pour les médecins, elles sont difficiles à traiter en dépit d’une longue liste de médicaments couramment usés pour celles-ci. L’étiologie de la douleur chronique est variable et le diagnostic de douleur varie largement. La douleur chronique est présente dans la polyarthrite rhumatoïde (P.R), la fibromyalgie, douleur chronique non-spécifique [2]. Les modalités de traitements pharmacologiques pour la douleur les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, des stéroïdiens et jusqu’à l’utilisation d’opioïdes [3]. Maintes fois, les patients ne peuvent pas tolérer les effets indésirables et ceci les oblige à prendre un traitement discontinu. Chercher une possibilité plus efficace, économique et moins toxique pour une base de traitement semble obligatoire (nécessité). La thérapie par ventouses peut être une solution face à la souffrance de nombreuses maladies s’exprimant par la douleur. En revoyant, la littérature connue sur la « cupping therapy », celle- ci peut soulager la douleur de la hernie discale lombaire, de l’herpès zoster, la spondylose cervicale [4], la polyarthrite rhumatoïde [5), la brachialgie paraesthésique nocturne [6], le syndrome du tunnel carpien [7], la crise de goutte aigue [8], la fibrose [9], la fibromyalgie [10-13], la douleur chronique non-spécifique du bas du dos (lombalgie commune) [14], les cervicalgies communes [15-17], l’ostéo-arthrite commune [18], la névralgie aigue trigéminée [19], les maux de tête et les migraines [20]. Pour une bonne reconnaissance mondiale de la ventouse- thérapie, il faut avoir besoin d’une bonne interprétation scientifique de la physiologie sous-jacente aux bénéfices de celle-ci.
  5. 5. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 5 Mécanismes et théories du fonctionnement de la thérapie par ventouses Les mécanismes d’actions de la ventouse-thérapie ont besoin d’être élucidé. Beaucoup de questions surviennent par période sur le rôle exact de cette thérapie dans le traitement des maladies et des affections qui semblent résistantes aux modalités de traitement courantes. Beaucoup de théories existent pour expliquer les bénéfices de la thérapie par ventouses. Nous discuterons brièvement certaines d’entre elles pour avoir une idée complète sur le fonctionnement de cette thérapie. La théorie Chinoise de la thérapie par ventouse Le concept et la théorie sur le mécanisme de la « cupping therapy » en accord avec la théorie Chinoise a besoin d’une révision à la lumière des connaissances médicales scientifiques modernes. Les praticiens de ventouses dans la médecine traditionnelle Chinoise (désormais : M.T.C) pensent que les maladies sont causées par une stagnation ou un blocage de l’énergie vitale de la vie (le Qi ou le Chi). Ils pensent que la thérapie par ventouses travaille au déblocage du Qi et à rétablir un équilibre correct afin de retrouver son flux [21]. En accord avec la sexologie de la médecine traditionnelle Chinoise, la côté féminin donne le Yin (Qi féminin) et reçoit le Yang (Qi masculin), tandis que le côté masculin donne le Yang et reçoit le Yin. L’ensemble Yin et Yang sont des modalités du Qi, elles sont activement présentes dans tous ce qui féminin et masculin. [22] Il est expliqué que la thérapie par ventouse peut faire circuler le vent, le froid, l’humidité, la stagnation du sang, spécialement quand la thérapie par ventouse est associée à l’acupuncture [23]. L’acupuncture-laser est associé avec la cupping-therapy dans la zone douloureuse où l’on pense faciliter le flux du Qi dans les méridiens en accord avec la loi biologique d’Arndt-Schulz [24]. Des scientifiques du monde occidental ont suivi cette théorie comme Ilkay Chirali qui a décris 10 méthodes de thérapie par ventouses dans son livre intitulé « Traditional Chinese Medicine Cupping Therapy ». Les 10 méthodes de « cupping » mentionnées par l’auteur incluent les ventouses molle /légère (litt. : weak /light), médium cupping, ventouse forte, ventouse en mouvement (massage), ventouse associée à des aiguilles (needle cupping), des ventouses associées aux Moxa, à des aiguilles chaudes, ventouse vide et pose en flash (litt : empty/flash cupping), ventouse pleine / saignante (litt. : full/bleeding cupping, ventouses associées aux plantes et à l’eau [25]. L’auteur mentionne des détails sur chaque type de thérapie par ventouses et attribue le mécanisme de thérapie par ventouses au fait de l’induction de changement dans le Qi (source d’énergie), dans le Xu (sang déficient, sang déficient), dans le Wei Qi (l’énergie défensive), et à d’autres concepts en accord avec la théorie Chinoise. Par exemple, la fibromyalgie, dans M.T.C, est souvent causée par un stress émotionnel et une dépression, lesquels affectent le foie. La stagnation du Qi conduit à la stase du sang ce qui provoque la douleur. Le principe du traitement est la régulation du Qi et du sang avec dissipation (dispersion) du froid et enlever l’humidité [26, 11]. Cependant, les concepts de source d’énergie et sang stagnant ou déficient semblent n’être pas conforment avec les concepts basiques scientifiques médicaux. Pour discuter de ceci d’un point de vue médical et scientifique, cela vaut la peine de dire que la source d’énergie dans les cellules vivantes vient surtout des réactions de phosphorylation oxydative mitochondriale de toutes les cellules du corps contenant les mitochondries. Ajouté à ceci, la glucose- oxydation (glycolyse) est une source cytoplasmique d’énergie dans le corps cellulaires [27 -31] et son importance augmente dans les cellules dépourvues de mitochondries comme les globules rouges (« red blood cells ») et dans les cellules ayant un nombre faible de mitochondries comme les neutrophiles [32]. L’oxydation des acides gras et des corps cétoniques sont d’autres sources d’énergie mitochondriales [33]. La production d’énergie dans la mitochondrie de la cellule cancéreuse ne suit pas cette règle car les cellules cancéreuses ont des mutations mitochondriales et sont caractérisées par phénotype glycolytique dans l’obtention d’énergie. Le catabolisme du glucose dans les cellules cancéreuses fournit la majeure partie de leur source d’énergie (A.T.P) et se termine par la production de lactates (effet Warburg) qui est extrudée (expulsée) à l'extérieur des cellules [27]. Dans de précédentes publications faites par El Sayed et al. en ciblant la voie métabolique de l’énergie d’origine glycolytique sélectivement, cela tue les cellules cancéreuses et protège les protège les cellules normales [28 -31]. Les sources d’énergie dans les cellules ne semblent pas avoir de relation avec les thérapies par ventouses. Il n’y a pas de sources scientifiques mentionnant
  6. 6. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 6 que la « cupping therapy » peut avoir un effet sur la glycolyse ou sur les voies métaboliques mitochondriales de production d’énergie. Mécanisme de la thérapie par ventouses selon Hong et al. Hong et al. ont signalé que la thérapie par ventouses fonctionne via la création d’échanges spécifiques dans les tissus structurels locaux, comme le résultat d’une pression négative locale dans les « flacons » (= ventouse) utilisés. Celle-ci étire les nerfs et les muscles provoquant une augmentation de la circulation du sang et provoque une « auto- hémolyse » [35]. Lorsque nous recherchons les mécanismes proposés par Hong et al.¸ on peut accepter de dire que la pression négative locale peut affecter la structure du tissue et augmenter la circulation du sang mais ceci n’est pas assez pour expliquer les bénéfices (les bienfaits) de la « cupping therapy » sur le traitement de la cellulite, de la migraine, des maux de tête, de l’hypertension, du syndrome du canal carpien et autres. En plus de ceci, est-ce que cette auto-hémolyse est-elle bénéfique en termes de thérapeutique sur les maladies susmentionnées ? La réponse est négative. Les mécanismes de Hong réussissent partiellement à expliquer les effets thérapeutiques de la « cupping therapy ». Mécanisme de la thérapie par ventouses selon Gao et al. Gao et al. suggèrent que poser les ventouses sur des points précis d’acupuncture (litt. : acupoints) au niveau de la peau produit une hyperhémie ou une hémostase ce qui provoque un effet thérapeutique. [4, 36]. Cependant, cela ne semblent pas assez pour expliquer les bénéfices thérapeutiques de cette thérapie par rapport aux effets de traitement sur la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome du canal carpien, la cellulite et autres. Compte-rendu des mécanismes les effets analgésiques de la cupping therapy Plusieurs mécanismes sont signalés pour expliquer l’induction de l’analgésie par la pose de ventouse lors du traitement par la méthode de W.T.C (wet cupping therapy – ventouses humides) pour traiter le syndrome du canal carpien. La cupping therapy peut induire une déformation ou une blessure de la peau principalement en stimulant les fibres A beta dans la région douloureuse et dans les régions périphériques de la peau et en stimulant les zones (champs , litt : fields) des récepteurs inhibiteurs de la corne dorsale des neurones au niveau de la moelle épinière. De plus, la thérapie par ventouses peut simuler une ambiance spéciale naturopathique principalement liée à la relaxation et au confort du patient. [37, 7] L’analgésie induite par la W.T.C peut être similaire à l’effet de l’acupuncture et survient via des actions de régulations nerveuses segmentaires, extra-segmentaires et centrales. Cependant, l’acupuncture est différente de la W.T.C en examinant leurs mécanismes d’action [38]. Par ailleurs, la lacération de la peau induite par la technique de W.T.C produit un vide sur la peau et faire sortir une petite quantité de sang [39]. Les dommages locaux de la peau et des vaisseaux capillaires (induits par la W.T.C) peuvent provoquer un stimulus nociceptif, celui-ci diffuse un contrôle inhibiteur nocif [40] en s’associant à la composante affective de la douleur chronique musculo-squelettique [41], laquelle peut soulager la douleur associée avec la composante affective au travers d’une réponse limbique (litt : « limbic response ») [42]. Par conséquent, le stimulus tactile de la W.T.C peut être responsable d’un effet analgésique. La cupping therapy améliore la circulation du sang, traite la congestion et arrête les extravasations inflammatoires provenant des tissus (c'est-à-dire s’échappant des liquides corporels comme le sang) [25, 43]. La W.T.C peut atteindre le système nerveux autonome et aider à réduire la douleur [25, 43]. Cependant, bien que les explications mentionnées précédemment peuvent expliquées l’effet analgésique de la thérapie, ceci n’est toujours pas assez pour expliquer comment celle-ci traite alors autant de maladies aux différentes étiologies et pathogénèses. La théorie Taibah (pour une théorie scientifique de la thérapie par ventouses) Pour les mécanismes scientifiques de la thérapie par ventouses comme Al-hijamah (Ventouses humides de la Médecine Prophétique), par Salah M. El Sayed.
  7. 7. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 3 Bases médicales et scientifiques de Al-hijamah (ventouses humides) : à la lumière de de la Médecine Moderne et de la Médecine Prophétique Titre d’origine : Résumé La thérapie par ventouses humides (W.C.T) est un traitement simple et économique qui a toujours besoin d'interprétation scientifique. Il traite effectivement les maladies avec différentes étiologies et pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde (P.R), l'hypertension, la migraine, le syndrome du tunnel carpien, la fibromyalgie, la cellulite et autres. Ici, nous avons passé en revue les bases médicales et scientifiques sous-jacente à la thérapie par ventouse et introduit la "Théorie de Taibah" comme mécanisme avec preuve scientifique (evidence-based scientific mechanism) pour expliquer ceci. Brièvement, dans la théorie "Taibah", la W.C.T est une procédure chirurgicale mineure et excrétoire reliée scientifiquement aux principes de la filtration glomérulaire rénale et à l'évacuation d'abcès, où une excrétion pression-dépendante des substances causales pathologiques se produit (C.P.S). Les C.P.S incluent des substances provoquant ou étant reliées à la maladie (ce qui se passe dans la pathogénèse de la maladie). Une pression négative est appliquée à la surface de la peau, elle provoque une collection locale filtrée et de liquides interstitiels contenant des C.P.S au niveau de la peau surélevée à l'intérieur des ventouses. En scarifiant la peau surélevée après les ventouses, cela provoque un gradient de pression et une force de traction à travers la peau et les capillaires pour excréter la collection de liquides avec les C.P.S et causant un saignement au niveau des sites poncturés. Ceci augmente la filtration sur l'ensemble des terminaisons capillaires et provoque la clearance du sang des C.P.S dans les espaces interstitiels. La W.C.T a des bénéfices à cause d'une pression d'aspiration, d’un phénomène d’hyperhémie réactive, de production de monoxyde d'azote, des scarifications de la peau qui augmentent les fonctions naturelles excrétrices de la peau, améliorant la circulation lymphatique et capillaire et en restaurant l'homéostasie. On signale que les C.P.S des polyarthrites rhumatoïdes sont les auto-anticorps, les complexes immuns, les SIL-2R, les médiateurs inflammatoires, des cytokines, des prostaglandines, des produits cellulaires toxiques, le facteur rhumatoïde, tandis que les CPS du syndrome du canal carpien inclus le malondialdehyde, l'interleukine 6, les PGE-2 et un œdème progressif (causant la douleur). La W.C.T induit une pression de filtration pouvant excréter ces C.P.S dans le sang de la ventouse. La médecine Prophétique (décrite - reliée par le Prophète Muhammad, Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) recommande la W.C.T: "The best among what you use in therapy is Al-hijamah (Méthode Prophétique de W.C.T)". En conclusion, W.C.T a des bases scientifiques dans le traitement de différentes maladies étant le seul traitement qui nettoie le sang et les liquides interstitiels des C.P.S. Les bénéfices thérapeutiques de la W.C.T sont reliés à la quantité de C.P.S excrétées et pas à la quantité de sang laissé (recueilli).
  8. 8. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 8 Excrétion à travers le rein Excrétion à travers la W.C.T (voie percutanée) Voie et fonction Naturelle (pas de scarification) Artificielle (besoin de scarifications) Etapes Filtration (du glomérule à la capsule de Bowman), sécrétion, réabsorption et excrétion. Filtration du sang capillaire, nettoyage des espaces interstitiels et excrétion des excès de liquides et de déchets (C.P.S). Types de capillaires Capillaires non-fenestrés non- sinusoïdal avec ouverture des fenêtres non-diaphragmatique [46] Capillaires sanguin non-fenestrés non-sinusoïdal avec fenêtre diaphragmatique [46]. Taille des pores capillaires 15 nm [46]. Diamètre des fenestrés est de 65 nm. 6 – 12 nm [46].Diamètres des fenestrés entre 60 et 80 nm. Molécules excrétées Dépend de la taille moléculaire et de l’hydrophilie (petite substances hydrosolubles cristalloïdes comme des acides organiques excrétés, tandis que les colloïdes comme les protéines plasmatiques ne le sont pas. L’ensemble des cristalloïdes et des colloïdes comme les Beta- lipoprotéines (poids moléculaire : 1.300.000) peuvent passer à travers les capillaires cutanés vers le liquide interstitiel [145 – 147] lorsque la cupping therapy ouvre la barrière cutanée et améliore le rôle naturel excréteur de la peau. Forces d’excrétions et de filtrations Contrôler par une pression hydrostatique des capillaires glomérulaires, la pression osmotique des protéines du plasma, la perméabilité, et des gradients de soluté osmotique Pression négative du cupping, pression hydrostatique capillaire, pression osmotique des protéines du plasma et perméabilité. la force nette de filtration (10 mm Hg) travail constant (163 à 433 mm Hg) travail sur un court temps (minutes), pression 16 à 43 fois plus élevée que dans le glomérule rénal. Filtrage Urine primaire (le plus souvent de l’eau et des électrolytes). La plupart de l’eau sera réabsorbée. Les liquides interstitiels, les liquides filtrés depuis le sang capillaires et du sang de capillaires lésés. Aspect du filtrage Aqueux (water-like) Sanguin (Blood-like) Substance spécifique pour la filtration hydrophile Hydrophile et hydrophobique comme les lipoprotéine (LDL). Exigences pour l’excrétion Voies urinaires fonctionnelles Scarifications et pression de ventouse Fonction majeure - Nettoie le sang des déchets métaboliques, - Equilibre acido-basique, - Rôle hématopoïétique - Nettoie les espaces interstitiels et le sang des C.P.S, des déchets accumulés, des substances biologiques et chimiques - Rôle thérapeutique et préventif dans différentes maladies. Réabsorption Elle se produit Excrétion permanente Tableau 1 : Différences entre l’excrétion par filtration glomérulaire rénale et excrétion par ventouses humides.
  9. 9. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 9 Incision de l’abcès et évacuation Excrétion par ventouses humides Mécanisme d’action Excrétion artificielle à travers la peau Excrétion artificielle à travers la peau Principe scientifique L’inflammation pyogène est localisée à l’intérieur de la cavité de l’abcès par activité du système immunitaire. C.P.S, débris cellulaires, déchets métaboliques, radicaux libres, substances biologiques et chimiques déversés dans les liquides tissulaires et le sang. Objectif de l’incision Drainage du pus, de la nécrose, tissus liquéfiés et toxines Excrétion des C.P.S, débris, déchets, substances chimiques, biologiques et autres. Résultat après intervention Subsiste une inflammation Subsistance de pathologie Pression appliquée Pression de compression pour évacuer la cavité de l’abcès et briser les poches de pus La pression négative excrète les C.P.S et les liquides tissulaires collectés au travers des scarifications pour filtrer les liquides intravasculaires des C.P.S au travers des parois capillaires vers les espaces vides interstitiels pour être ensuite expulsé vers l’extérieur. Site(s) d’incision cutanée Le point proéminent de l’abcès, le plus souvent. - Au niveau des points sensibles pour effet local thérapeutique, - Derrière la nuque et d’autres sites pour usage préventif et thérapeutique. Importance Absolument nécessaire pour traiter l’inflammation pyogène locale. Hautement recommandée pour la prophylaxie et la base de traitement de nombreuses maladies. Médicaments associés Antibiotiques à large spectre Pas besoin (les antibiotiques sont conseillés). Effet de négligence (si ce n’est pas fait) Toxémie et septicémie Accumulation graduelle de substances nocives Complications de la procédure Non grave Non grave Tableau 2 : Différences entre excrétion d’un abcès et excrétion avec les ventouses humides. Les scarifications de la surface de la peau surélevée ouvrent la barrière cutanée pour l’évacuation des liquides avec C .P.S et préviennent (empêchent) leurs absorptions aux niveaux des terminaisons capillaires veineux. Ensuite, une 2ème pression de ventouse est transmise à travers les incisions de la peau pour créer un gradient de pression et une force de traction à travers la peau et les capillaires. Ceci menant à une excrétion des liquides collectés interstitiels (incluant la lymphe) avec les C.P.S, les liquides de filtration capillaires contenant les C.P.S, le saignement des sites de perforation et l’augmentation de la libération des opioïdes endogènes (effet analgésique). La cupping therapy augmente l’immunité acquise et innée (skin wounding effect), hémolyse des vieux globules rouges contre le gradient de haute pression et augmentation des fonctions naturelles excrétrices de la peau. Les vieux fragments hémolysés de cellules sanguines, les molécules et les particules plus petites que la taille des pores capillaires passent sélectivement à travers les pores capillaires sous l’effet de la pression d’aspiration, tandis que les cellules rouges intactes (plus larges que la taille des pores et les fenêtres de la peau des capillaires) ne le font pas.
  10. 10. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 10 Dans la zone évasée, les capillaires traumatisés peuvent saigner. Les bénéfices thérapeutiques de la W.T.C ne sont pas reliés à la quantité de sang expulsée (dégagée) mais aux quantités de C.P.S excrétées. La W.T.C bénéficie des effets de vasodilatation, antimicrobiens, angiogéniques et de cicatrisation de blessure par le relargarge de monoxyde de carbone (nitric oxyde = NO). La W.T.C induit une excrétion de liquide et de C .P.S, une pression d’aspiration négative et le monoxyde de carbone peut aider dans la dilatation locale des capillaires du sang. Ceci améliore la microcirculation, augmente la perméabilité capillaire, augmente le drainage des excès de liquides, augmente la clairance de la lymphe et le flux, diminue l’absorption à l’extrémité des capillaires veineux, augmente la filtration liquidienne dans l’ensemble des terminaisons capillaires veineux et artériels, augmente l’excrétion liquidienne (liquides filtrés et liquides interstitiels) provoquant une augmentation de la clearance du sang, du plasma, de la lymphe et des espaces interstitiels. Tout ce qui mène à la baisse de la pression des liquides interstitiels, à la baisse du retour veineux capillaire, à la baisse de la pression veineuse, à la baisse de la résistance périphérique vasculaire, améliorant la vitesse du flux sanguin (débit sanguin), traitant la congestion sanguine, améliorant les circulations capillaires sanguine et lymphatique et résorbant le tissu enflammé (due à l’expulsion des C.P.S, des substances nocives, des prostaglandines et des médiateurs inflammatoires). Tous ces effets peuvent améliorer l’apport en oxygène, la perfusion tissulaire et le métabolisme cellulaire, préserver les structures tissulaires proches et lointaines (litt : « underlying and remote »), moduler l’angiogénèse, soulager les contractures musculaires, restaure l’équilibre du système neuro-endocrinien, améliore la neurotransmission, améliore la composante affective de la douleur, exerce une potentialisation pharmacologique avec les traitements conventionnels et restaure l’homéostasie physiologique. Les bénéfices santé et thérapeutiques après Al-hijamah peuvent inclure une amélioration de la condition générale, ainsi que tous les bénéfices suivant : - Excréteurs (sur les C.P.S et les substances nocives, - Immunologiques, - Pharmacologiques (potentialisation et facilitant les effets thérapeutiques des drogues à travers l’expulsion des C.P.S), - Neurologiques (amélioration des maux de tête), - Détoxification, - Métabolique (amélioration de la perfusion cellulaire), - Nutritionnel (diminuant les L.D.L et le cholestérol), - Cosmétique (brisant les adhésions tissulaires, résolvant l’inflammation et les gonflements), - Hémostatique et hématologique (Nettoyage du sang des C.P.S et des vieux globules rouges hémolysés), - Hémodynamique (amélioration de la circulation capillaire locale), - Angiogénèse, - Psychologique (secondaire à tous les bénéfices et due à l’amélioration de la composante affective de la douleur), - Traitement des facteurs de risque des maladies. Al-hijamah devrait être faite chaque fois qu’il y a des excès de C.P.S (solutés) ou de liquides qui doivent être excrété pour obtenir une amélioration de la maladie ou sa guérison. Cela couvre aussi toutes les maladies qui bénéficient des avantages des ventouses sèches Chinoises et les ventouses humides, en prenant en compte les autres avantages des bénéfices thérapeutiques possibles de Al-hijamah. La théorie de Salah pour les ventouses humides (W.T.C) est appelée la théorie de Taibah (nommée ainsi d’après la ville de Taibah, Al-Madinah Al-Munawwarah, ville du Prophète Muhammad, Bénédictions et Salut de Dieu sur lui). A la lumière de la Théorie de Taibah, la méthode Prophétique de ventouses humides (Al-hijamah) peut être définie comme une procédure excrétrice chirurgicale mineure qui produit des scarifications superficielles de la peau pour
  11. 11. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 11 ouvrir la barrière cutanée et créer un gradient de pression et une force d’attraction à travers la peau et les capillaires sous-jacents. Ceci draine les liquides interstitiels et améliore la clearance du sang et l’excrétion des déchets à travers la peau. A partir de la Théorie de Taibah, on peut en conclure que les ventouses humides fonctionnent à travers l’induction d’une collection de liquide locale dans la peau surélevée. Cette collection est expulsée à travers les scarifications de la peau principalement et cela permet de faire baisser la pression du liquide interstitiel et nettoyer les espaces interstitiels. Ceci provoque un gradient de pression et une force de traction qui traverse les parois des capillaires sanguins et lymphatiques dans la zone « ventousée », ce qui provoque un drainage des corps dissous et des liquides vers les espaces interstitiels puis passent au travers des scarifications de la peau vers l’extérieur (pour être expulsés). Ceci améliore le flux de la circulation sanguine et lymphatique et filtre directement les liquides (inclus la lymphe) dans la zone de ventouse avec plus de clearance du sang et de la lymphe dans une courte période de temps durant laquelle une aspiration négative est appliquée. Ceci peut aider à recouvrir une homéostasie dans le corps humain (Figures 1-2). A moins qu’il y ait une contre-indication pour une des étapes de cupping, Al-hijamah peut être considérée comme une voie percutanée artificielle d’excrétion bénéfique. Chaque fois qu’il a des excès de liquides, de substances organiques ou de solutés pour être drainer, évacuer ou excréter, les ventouses humides (Al-hijamah) peuvent être utiles. Figure 1 a : Illustration de la théorie de Taibah pour la thérapie par ventouse. (A) Liquide localisé aux niveaux des sites inflammatoires des maladies. Les substances nocives (C.P.S) sont localisées en dessous de la surface de la peau avec les liquides tissulaires, lesquels sont dans un échange continu avec le sang capillaire. Le liquide tissulaire est filtré aux niveaux des terminaisons capillaires et est absorbé aux niveaux des terminaisons veineuses des capillaires.
  12. 12. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 12 Fig. 1 b : Première étape de Al-hijamah (ventouse sèche) : Application d’une pression négative d’aspiration, la nature viscoélastique de la peau provoque une succion de la peau à l’intérieur de la ventouse créant une peau surélevée (en dôme). A l’intérieur de celle-ci les liquides interstitiels commencent à s’accumuler. La filtration augmente au niveau des terminaisons des capillaires tandis que l’absorption diminue au niveau des terminaisons veineuses due aux mouvements des liquides au niveau de la peau surélevée.
  13. 13. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 13 Figure 1c : Il y a plus d’accumulation de liquide à la fin de la première étape de Al-hijamah (ventouses sèches) : la nature viscoélastique de la peau provoque une aspiration de celle-ci à l’intérieur de la ventouse menant à une augmentation de la peau surélevée dans laquelle la pression décroit (loi de Boyle) provoquant plus de filtration liquidienne (avec C.P.S) et plus d’accumulation de liquide interstitiel (avec C.P.S). La filtration augmente au niveau des terminaisons des capillaires ; tandis que l’absorption décroit aux niveaux des terminaisons veineuses due aux mouvements liquidiens de la peau surélevée, ceci provoque une clearance du sang et un nettoyage des espaces interstitiels.
  14. 14. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 14 Figure 1d : Seconde étape de Al-hijamah (scarification) : sur la scarification cutanée, les liquides collectés à l’intérieur de la peau surélevée commencent à sortir mélangés avec le sang (résultant d’une lésion capillaire provoquant plus de clearance sanguine des C.P.S.
  15. 15. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 15 Figure 1 E: Troisième étape de Al-hijamah (seconde ventouse) : On applique à nouveau une pression d’aspiration cutanée. Une pression d’aspiration négative est transmise à travers les incisions de la peau provoquant un début d’expulsion vers l’extérieur de tous les liquides collectés (avec C.P.S) à l’intérieur de la peau surélevée avec du sang provenant de la lésion des capillaires jusqu'à vider tous les fluides collectés. Comme il y a un haut gradient de pression du à l’application de la pression de la ventouse (force de filtration) à l’ensemble des terminaisons capillaires (capillaires et veineuses), la filtration des liquides parvient à l’ensemble des terminaisons capillaires provoquant plus de clearance du sang.
  16. 16. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 16 Figure 1 f : Résolution de la pathologie et restauration de l’homéostasie. Les substances nocives en-dessous de la surface cutanée sont évacuées et le tissu tuméfié (gonflé) est résorbé. Un nouveau liquide tissulaire est formé à travers la filtration des terminaisons artérielles des capillaires après évacuation du précédent liquide tissulaire contenant les substances nocives (C.P.S). A nouveau, le liquide tissulaire est filtré par les terminaisons artérielles des capillaires et est absorbé par les terminaisons veineuses des capillaires. La physiologie homéostasique est maintenant restaurée après les ventouses humides. Légende : In : liquide absorbé à l’intérieur des capillaires. Out : liquide de filtration à l’extérieur des capillaires.
  17. 17. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 Figure 2 a : Résume de la théorie de Taibah pour l’explication des mécanismes de la cupping therapy. (A) Théorie de Taibah pour l’explication de la première étape de Al Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 5162.1000122 17 Résume de la théorie de Taibah pour l’explication des mécanismes de la cupping therapy. (A) Théorie de Taibah pour l’explication de la première étape de Al-hijamah (thérapie par ventouses sèches). Résume de la théorie de Taibah pour l’explication des mécanismes de la cupping therapy. (A) Théorie de hijamah (thérapie par ventouses sèches).
  18. 18. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 4 Introduction Le principal objectif de recherche scientifique associé à la médecine, c’est l’identification de meilleures bases de traitements pour les maladies et la découverte de médicaments afin d’améliorer la qualité de la vie sans en ignorer l’aspect économique (concernant le traitement). Les traitements pharmacologiques des maladies humaines agissent à travers l’introduction de médicaments dans le corps humain via différentes voies d’administrations. Il y a peu domaine de traitements conventionnels qui agissent à travers l’élimination de substances comme les médiateurs inflammatoires, de substances biologiques, chimiques ou d’autres non-désirées du corps humain. Malheureusement, dans la médecine moderne, la pratique médicale et la recherche se concentrent plus sur les traitements qui introduisent de nouvelles drogues ou substances chimiques dans le corps humain sans faire d’efforts similaires pour des bases de traitements rejetant (excluant) les substances nocives. A la lumière des problèmes médicaux chroniques incurables persistant et qui augmentent progressivement en nombre de patients dans le monde, nous trouvons commode (pratique) de faire la lumière sur une base de traitement parmi la plus controversée parmi le parmi le personnel soignant, c'est-à-dire la thérapie par ventouse (litt : « cupping therapy »). Dans cet article, nous passerons en revue la thérapie par ventouses, et nous prêterons une attention spéciale au point le plus important concernant celle-ci ; le mécanisme scientifique de son action. Beaucoup de mauvaises conceptions sont soulevées à propos de la thérapie par ventouses et proviennent d’un manque de compréhension sur la façon de fonctionner et l’ampleur de son bénéfice. En recherchant de des bases de traitements économiques et effectifs pour les affections douloureuse et autres non-associées aux maladies, ceci nous a forcé à rechercher dans la littérature abondamment et rechercher comment la « cupping therapy » peut être bénéfique et ainsi que ampleur d’action. Cela vaut la peine de prendre note que Loukas et al. ont attiré l’attention des chercheurs sur les valeurs scientifiques pouvant être obtenues à partir de l’étude des textes religieux. Loukas et al. ont signalé que la Médecine Prophétique (associée au Prophète Mohammad (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) recommande la thérapie par ventouses comme traitement : « If there is a benefit in any of your treatment modalities, benefit will be in the blade puncture in cupping therapy, a gulp of honey and cauterizing, but I do not like cauterization ».[1] Ceci nous a motivé pour chercher et établir un nouveau mécanisme simple basé sur les preuves scientifiques (litt : evidence-based scientific mechanisme) pour trouver les réponses concernant le fonctionnement de la thérapie par ventouses et comment elle peut être effective dans le traitement de différentes sortes d’affections. La thérapie par ventouses pour le traitement des affections douloureuses chroniques et aigues Les affections douloureuses chroniques constituent un grand défi pour les médecins, elles sont difficiles à traiter en dépit d’une longue liste de médicaments couramment usés pour celles-ci. L’étiologie de la douleur chronique est variable et le diagnostic de douleur varie largement. La douleur chronique est présente dans la polyarthrite rhumatoïde (P.R), la fibromyalgie, douleur chronique non-spécifique [2]. Les modalités de traitements pharmacologiques pour la douleur les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, des stéroïdiens et jusqu’à l’utilisation d’opioïdes [3]. Maintes fois, les patients ne peuvent pas tolérer les effets indésirables et ceci les oblige à prendre un traitement discontinu. Chercher une possibilité plus efficace, économique et moins toxique pour une base de traitement semble obligatoire (nécessité). La thérapie par ventouses peut être une solution face à la souffrance de nombreuses maladies s’exprimant par la douleur. En revoyant, la littérature connue sur la « cupping therapy », celle- ci peut soulager la douleur de la hernie discale lombaire, de l’herpès zoster, la spondylose cervicale [4], la polyarthrite rhumatoïde [5), la brachialgie paraesthésique nocturne [6], le syndrome du tunnel carpien [7], la crise de goutte aigue [8], la fibrose [9], la fibromyalgie [10-13], la douleur chronique non-spécifique du bas du dos (lombalgie commune) [14], les cervicalgies communes [15-17], l’ostéo-arthrite commune [18], la névralgie aigue trigéminée [19], les maux de tête et les migraines [20]. Pour une bonne reconnaissance mondiale de la ventouse- thérapie, il faut avoir besoin d’une bonne interprétation scientifique de la physiologie sous-jacente aux bénéfices de celle-ci.
  19. 19. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 4 Introduction Le principal objectif de recherche scientifique associé à la médecine, c’est l’identification de meilleures bases de traitements pour les maladies et la découverte de médicaments afin d’améliorer la qualité de la vie sans en ignorer l’aspect économique (concernant le traitement). Les traitements pharmacologiques des maladies humaines agissent à travers l’introduction de médicaments dans le corps humain via différentes voies d’administrations. Il y a peu domaine de traitements conventionnels qui agissent à travers l’élimination de substances comme les médiateurs inflammatoires, de substances biologiques, chimiques ou d’autres non-désirées du corps humain. Malheureusement, dans la médecine moderne, la pratique médicale et la recherche se concentrent plus sur les traitements qui introduisent de nouvelles drogues ou substances chimiques dans le corps humain sans faire d’efforts similaires pour des bases de traitements rejetant (excluant) les substances nocives. A la lumière des problèmes médicaux chroniques incurables persistant et qui augmentent progressivement en nombre de patients dans le monde, nous trouvons commode (pratique) de faire la lumière sur une base de traitement parmi la plus controversée parmi le parmi le personnel soignant, c'est-à-dire la thérapie par ventouse (litt : « cupping therapy »). Dans cet article, nous passerons en revue la thérapie par ventouses, et nous prêterons une attention spéciale au point le plus important concernant celle-ci ; le mécanisme scientifique de son action. Beaucoup de mauvaises conceptions sont soulevées à propos de la thérapie par ventouses et proviennent d’un manque de compréhension sur la façon de fonctionner et l’ampleur de son bénéfice. En recherchant de des bases de traitements économiques et effectifs pour les affections douloureuse et autres non-associées aux maladies, ceci nous a forcé à rechercher dans la littérature abondamment et rechercher comment la « cupping therapy » peut être bénéfique et ainsi que ampleur d’action. Cela vaut la peine de prendre note que Loukas et al. ont attiré l’attention des chercheurs sur les valeurs scientifiques pouvant être obtenues à partir de l’étude des textes religieux. Loukas et al. ont signalé que la Médecine Prophétique (associée au Prophète Mohammad (Bénédictions et Salut de Dieu sur lui) recommande la thérapie par ventouses comme traitement : « If there is a benefit in any of your treatment modalities, benefit will be in the blade puncture in cupping therapy, a gulp of honey and cauterizing, but I do not like cauterization ».[1] Ceci nous a motivé pour chercher et établir un nouveau mécanisme simple basé sur les preuves scientifiques (litt : evidence-based scientific mechanisme) pour trouver les réponses concernant le fonctionnement de la thérapie par ventouses et comment elle peut être effective dans le traitement de différentes sortes d’affections. La thérapie par ventouses pour le traitement des affections douloureuses chroniques et aigues Les affections douloureuses chroniques constituent un grand défi pour les médecins, elles sont difficiles à traiter en dépit d’une longue liste de médicaments couramment usés pour celles-ci. L’étiologie de la douleur chronique est variable et le diagnostic de douleur varie largement. La douleur chronique est présente dans la polyarthrite rhumatoïde (P.R), la fibromyalgie, douleur chronique non-spécifique [2]. Les modalités de traitements pharmacologiques pour la douleur les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, des stéroïdiens et jusqu’à l’utilisation d’opioïdes [3]. Maintes fois, les patients ne peuvent pas tolérer les effets indésirables et ceci les oblige à prendre un traitement discontinu. Chercher une possibilité plus efficace, économique et moins toxique pour une base de traitement semble obligatoire (nécessité). La thérapie par ventouses peut être une solution face à la souffrance de nombreuses maladies s’exprimant par la douleur. En revoyant, la littérature connue sur la « cupping therapy », celle- ci peut soulager la douleur de la hernie discale lombaire, de l’herpès zoster, la spondylose cervicale [4], la polyarthrite rhumatoïde [5), la brachialgie paraesthésique nocturne [6], le syndrome du tunnel carpien [7], la crise de goutte aigue [8], la fibrose [9], la fibromyalgie [10-13], la douleur chronique non-spécifique du bas du dos (lombalgie commune) [14], les cervicalgies communes [15-17], l’ostéo-arthrite commune [18], la névralgie aigue trigéminée [19], les maux de tête et les migraines [20]. Pour une bonne reconnaissance mondiale de la ventouse- thérapie, il faut avoir besoin d’une bonne interprétation scientifique de la physiologie sous-jacente aux bénéfices de celle-ci.
  20. 20. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 20 Preuves scientifiques en faveur de la Théorie de Taibah Une analyse attentive des faits scientifiques en histologie et en physiologie de la circulation capillaire ainsi que dans la littérature soutient la Théorie de Taibah pour les ventouses humides (W.T.C), comme ce nous allons voir ici ; 1. Les ventouses humides provoquent une pression et taille dépendante pour l’excrétion des C.P.S Les capillaires cutanés inclus à la fois des capillaires sanguin non-fenestrés avec perte des jonctions (ayant des pores d’une taille d’environ 5 nm) et capillaires sanguin fenestrés non-sinusoïdal avec un diaphragme fenestré (litt : with diaphragmed fenestrae), (la limite physiologique supérieures de la taille des pores se situe entre 6 et 12 nm). Les capillaires cutanés fenestrés peuvent atteindre 60 à 80 nm en taille. L’étirement des pores des capillaires cutanés sont signalés pour augmenter la taille des fenêtres et des pores pour augmenter la perméabilité à travers ceux-ci (les capillaires). Les vaisseaux situés dans la proximité de l’épiderme ont des ouvertures endothéliales fenêtrées tout au long de leur proche marge. Dans les vaisseaux à l’écart de l’épiderme (litt : In vessels away from epidermis), les fenestrations ne sont pas présentes [46]. Puisque la fenestration endothéliale est une propriété anatomique reliée à l’échange rapide de « matériel », ceci confirme les fonctions excrétrices de Al-hijamah en pression-dépendante et taille-dépendante. Ceci confirme également que les scarifications de la peau faites au moment de Al-hijamah peuvent être aussi superficielles pour permettre au processus d’être plus efficace depuis la localisation superficielle des capillaires cutanés fenestrés. Comparé aux capillaires cutanés, les capillaires glomérulaires du rein (capillaires fenestrés non-sinusoïdaux avec fenêtre ouverte non-diaphragmatique (litt : open non-diaphragmed fenestrae) ont des pores légèrement plus larges (15 nm) [46], ce qui confirme la filtration taille-dépendante du sang à travers les capillaires cutanés (dans la Théorie de Taibah) conduisant à la filtration de plasma et à l’excrétion des C.P.S solubles du plasma. Ajouté à ceci, il y a la forte pression négative utilisée durant la W.T.C (force de filtration forte) qui est plus forte que la pression de filtration au niveau des capillaires glomérulaires. La nature viscoélastique de la peau humaine confirme que celle-ci n’est pas plane et permet à la peau d’être modélisée dans les études de simulation où la peau peut être aspirée à l’intérieur des ventouses jusqu’à une certaine ampleur (extension) [21, 37]. L’aspiration de la peau à l’intérieur des ventouses dépend du niveau de pression appliquée, du point de la peau sur lequel est appliquée la ventouse, des tissus sous-cutanés et de la taille de la ventouse. La pression d’aspiration (pression négative) dans la cupping therapy mène à une collection de liquide à l’intérieur de la peau surélevée puis ensuite à une excrétion d’une large quantité de liquides à travers les scarifications de la peau, bien plus que la quantité produite que s’il n’y avait pas d’aspiration. L’augmentation progressive de la taille de la peau surélevée autour des capillaires peut diminuer la pression autour des capillaires (c’est la loi de Boyle) conduisant à plus de filtration capillaire et d’excrétion de C.P.S (en accord avec la théorie de Taibah) ; ce qui confirme les bénéfices des effets de pression dans la cupping thérapy. De plus, la pression négative appliquée à la surface de la peau pendant la « cupping therapy » est variable en résistance (puissance) selon le procédé de production de pression négative. Huber et al. ont signalé que de grandes différences de pression peuvent obtenues lors de l’utilisation de différentes méthodes pour induire une pression négative. Huber et al. ont indiqué que la pression produite était de – 200 +/- 30 hecta Pascal (hPa) quand on utilise 2 cm de flamme, -310 +/- hPa avec 4 cm de flamme, - 560 +/- 30 hPa avec de l’alcool à brûler et un écouvillon de coton et – 270 +/- 16 hPa avec un ballon en caoutchouc. La pression produite à travers un ballon de caoutchouc est techniquement plus facile, modérée (pas trop haute ni trop basse) et c’est la plus reproductible pour une pratique répétée de cupping avec comme preuve par une réduction de « standard déviation » d’un facteur 2 comparée aux méthodes par flamme. Lorsque la W.C.T est faite pour traverser la barrière cutanée, la pression négative produite par la méthode mentionnée précédemment est de – 200 à – 560 hPa [37] qui est l’équivalent de – 150 à – 420 mm Hg. Cette pression négative à la surface de la peau créée une peau surélevée à l’intérieur de laquelle une collection de liquides interstitiels filtrés prend place. Ceci diminue l’absorption au niveau des terminaisons veineuses des capillaires (les liquides migrent vers la peau surélevée) et augmente la filtration au niveau des terminaisons artérielles. Ceci confirme le rôle excréteur pression-dépendante de la W.C.T (Taibah Théorie). Un réglage de la pression appropriée
  21. 21. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 21 est nécessaire peut être atteint grâce à la sélection de la meilleure méthode de pression. Il n’y a pas besoin d’une très haute pression d’aspiration si une rupture capillaire peut survenir pour une excrétion des C.P.S meilleure qui peut être réalisée par une filtration capillaire sanguine et mieux qu’au travers une saignée. Comme la pression d’aspiration négative durant la cupping therapy est plus élevée que la pression de filtration du réseau du coté artériel des capillaires (L’ensemble forme des forces de filtration qui poussent les liquides de l’intérieur des capillaires vers les espaces interstitiels) et elle est aussi plus élevée que la pression du réseau veineux (pression d’absorption) du côté veineux des capillaires, lesquels sont indiqués dans des valeurs de pressions normales au niveau des terminaisons capillaires [47] comme résumé dans le tableau 3. La W.T.C augmente la filtration capillaire dans l’ensemble des terminaisons capillaires (en accord avec la théorie de Taibah). Ceci devient évident sur la perforation de la surface de la peau et dans l’ouverture de la barrière cutanée où les gradients de pression traversant la surface cutanée et les capillaires se produisent. La pression négative sera une force de filtration additionnée d’une pression hydrostatique à l’ensemble des terminaisons capillaires veineuse et artérielles pour améliorer la filtration à l’ensemble des terminaisons capillaires (veineuses et artérielles) conduisant à une filtration en continue aux deux extrémités des capillaires et à davantage de nettoyage de sang et de plasma. 2. Les cellules sanguines intactes ne sont pas filtrées par la pression de filtration induite par Al- hijamah L’excrétion au travers de la W.T.C est sélective. Elle dépend de la force de pression appliquée, du temps alloué, du nombre de ventouses appliquées, de la fréquence des sessions de cupping et de la taille des capillaires fenestrés et des pores. Comme le diamètre des pores et des fenêtres des capillaires cutanés (12 nm et 60-80 nm, respectivement) est relativement proche du diamètre des pores et des fenêtres des capillaires glomérulaires (15 nm et 65 nm, respectivement) [46], seulement des petites particules de la taille du nanomètre seront filtrées à travers les capillaires cutanés (voie percutanée) et ensuite seront excrétés. Les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes possèdent des tailles de l’ordre du micromètre [48] plus que la taille des capillaires fenestrés (de l’ordre du nanomètre) et par conséquent ne peuvent pas fuir à travers les pores capillaires. Les fragments de cellules sanguines hémolysés et les vieilles cellules hémolysées peuvent passer à travers les pores capillaires. Les cellules sanguines intactes qui peuvent être présentes dans le sang de la ventouse viennent probablement au travers de zones de capillaires endommagées (traumatisées). La couleur rouge du sang de la ventouse est du à l’ensemble des cellules intactes et hémolysées ainsi que de l’hémoglobine libérée des globules rouges hémolysés. En se basant sur ceci, une optimisation de la taille des ventouses, du nombre de ventouses, du facteur temps, du facteur pression et des sites anatomiques pour l’application des ventouses pourra améliorer le résultat thérapeutique de la W.C.T. De plus, l’ouverture de la peau (barrière) augmente le rôle inhérent d’excrétion de celle-ci pour excréter les lipides et les substances hydrophobique sébacées avec comme preuve le signalement que la peau protège contre le syndrome métabolique et le signalement que la W.C.T diminue les taux sériques lipidiques des patients hyperlipidémiques [45].
  22. 22. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 22 3. Des pertes de sang veineux surviennent lors de la scarification de la peau pendant Al-hijamah Le sang sorti dans les ventouses pendant Al-hijamah montre une baisse des taux des constituants du sang et des cellules en comparaison avec les valeurs du sang veineux [50 -51]. Ceci est du à la dilution du sang sorti à travers les sites de perforation cutanée avec l’ajout de liquides interstitiels collectés et filtrés. Par exemple, le sang sorti pendant la séance de cupping therapy montre un déclin hautement significatif du nombre de globules rouges, blancs, plaquettes, monocytes et granulocytes. Egalement, il y a une baisse très significative du taux d’hémoglobine, d’hématocrite et de la concentration moyenne d’hémoglobine [50-51]. Ceci confirme que le sang veineux (non dilués avec les liquides ajoutés) est différent du sang versé durant la W.T.C (dilué avec les fluides ajoutés) en accord avec la théorie de Taibah. 4. Al-hijamah possède des fonctions analgésiques et immunologiques Pendant la W.C.T, la peau est perforée. Il a été signalé que la blessure au niveau cutané conduit à une libération de Beta-endorphine (opioïde endogène analgésique) et d’hormones adrénocorticotrope dans la circulation. L’endotheline-1 est un médiateur de la douleur synthétisé par les kératinocytes de la peau normale lors d’une lésion de peau et agit sur les récepteurs à l’endothéline-B conduisant à la libération de Beta-endorphine par les kératinocytes et à l’activation de la protéine G associée aux canaux potassium liées aux récepteurs opioïdes sur les récepteurs de la douleur [52-56]. En outre, la gaine épithéliale externe des follicules pileux anagènes de la peau et des fibroblastes dermiques [53] produit principalement de la ß-endorphine. L’ensemble β-endorphine et hormones adrénocorticales pourrait être utile dans le blocage de l’inflammation dans l’arthrite [54]. De plus, les terminaisons nerveuses sont baignées dans les collections de liquides à l’intérieur de la peau surélevée ce qui peut réduire leur stimulation (effet analgésique). Basé sur ceci, la lésion de la peau (comme scarification durant la W.C.T) possède un effet analgésique à travers la libération d’opioïdes endogènes [52 -56]. De plus, la manipulation de la peau par des aiguilles et des stimuli électriques provoque une libération d’opioïdes endogènes et de neuropeptides comme les encéphalines, les béta-endorphines dans le système nerveux central (effet analgésique) ; d’ailleurs un stimulus électrique de 100 Hertz augmente sélectivement le relâchement de dynorphin [57]. Basé sur ceci, l’effet analgésique induit par la W.T.C peut agir sur la même voie. De plus, la W.C.T exerce des effets immunomodulateurs et régulateur sur les cellules immunitaire ; on a signalé que la W.C.T augmente le nombre de cellules NK (natural killer, concernant l’immunité innée) [5]. De plus, la substance P semble jouer un rôle dans les réponses inflammatoires périphériques et la genèse de la douleur. Des preuves récentes provenant des modèles animaux indiquent les antagonistes de la substance P peuvent bloquer les réponses inflammatoires périphériques aussi bien que la nociception associée à l’inflammation [58].En se basant sur ceci, la dilution de la substance P et des autres médiateurs inflammatoires dans les liquides collectés à l’intérieur de la peau surélevée peuvent diminuer la sensation de la douleur. Les scarifications de la peau (faites pendant la cupping therapy) stimulent le système immunitaire à travers les composants de la réponse immunitaire innée dans la peau où il y a 3 peptides antimicrobiens : - Les cathlélicidines, - les défensines, - les dermcidines. Ils agissent comme antimicrobiens par augmentation de l’activité du système immunitaire innée, humoral, de la réponse immunitaire cellulaire et directement en inhibant la croissance des pathogènes [59]. En se basant sur ceci, la W.C.T a un important bénéfice immunologique. 5. Al-hijamah améliore les fonctions excrétrices de la peau et nettoie les espaces interstitiels W.T.C agit comme une procédure excrétrice au niveau de la peau et de l’interstitium. L’interstitium n’est pas un réservoir liquide passif comme les cellules du tissu conjonctif et la matrice extracellulaire joue un rôle dans le
  23. 23. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 23 contrôle de la pression des fluides interstitiels c'est-à-dire que l’interstitium a un rôle crucial dans le développement rapide de l’œdème lors de la brûlure et dans l’induction initiale du gonflement dans l’inflammation [60]. Basé là- dessus, la W.T.C induit une pression négative dont peut en bénéficier l’interstitium à travers la résorption de l’œdème et du tissus enflammé. La peau est l’organe le plus grand du corps humain et possède une importante fonction excrétrice. La peau peut dégrader, inactiver, biotransformer, détoxifier et éliminer de nombreuses drogues (médicaments), les composés chimiques et les composés toxiques endogènes grâce à : - Ses enzymes métabolisant les médicaments. [61 – 63], - ses systèmes antioxydants, - au système ROS-scavenging [64], - et l’excrétion au travers des glandes sudoripares [65 -69]. Basé sur ceci, la W.T.C induit une ouverture de la barrière cutanée qui peut favoriser davantage l’excrétion des espèces réactive à l’oxygène (R.O.S), les radicaux libre et les substances susmentionnées et améliorer les fonctions naturelles d’excrétion de la peau (en accord avec la théorie Taibah). Comme preuve des fonctions excrétrices de la peau ; les brûlures sévères de la peau causent un dommage permanent de la structure du tissu qui peut être associé avec un métabolisme anormal dans la forme d’une longue durée d’insulino-résistance, de réponse au stress du réticulum endoplasmique, augmentation du métabolisme, augmentation du cortisol, augmentation des catécholamines et des cytokines [70-72]. De plus, une faiblesse de la vasodilatation cutanée et un suintement ont été trouvé dans la peau greffée [73]. Ceci confirme l’importance excrétrice de la W.C.T comme modalité de traitement d’ouverture de la barrière cutanée et aide à l’excrétion de toutes ces substances. De plus, les glandes sébacées de la peau humaine (glandes sébacées exocrines) faisant environ le poids d’un rein (environ 100 g) et pouvant excrétée de nombreuses drogues, des métaux, des xénobiotiques [65-67], des substances chimiques et biologiques endogènes comme les neurotransmetteurs, les cytokines, les métaux lourds et les stérols [68, 74 -76]. Par conséquent, on peut en conclure que la baisse des fonctions cutanées due au fait des lésions par brûlures peut augmenter le risque d’accumulation des substances toxiques dans le corps. Basé sur ceci, les incisions cutanées induites par la W.C.T deviennent importante pour faciliter l’excrétion à travers la peau et cette importante augmente en présence d’une peau abimée. De plus, la W.C.T devient plus importante encore quand il y a des problèmes de peau compliqués comme par exemple les brûlures complexes qui surviennent sur toute l’épaisseur de la peau. Comme preuve de ceci, l’article de Liu et al. ont signalé que l’expression des enzymes métabolisant les xénobiotiques, les médicaments et les enzymes « R.O.S scavenging » ne sont pas détectées dans l’épaisseur de la peau brûlée de rat. La brûlure provoque une augmentation de la production des radicaux libres comme le péroxyde d’hydrogène [76]. Basé sur ceci, la W.C.T ouvre la barrière cutanée et peut entraîner un soulagement de ce stress nocif. 6. L’histologie de la peau est idéale pour la pratique de Al-hijamah Histologiquement, la peau humaine est composée de l’épiderme et du derme. L’épiderme est la couche la plus à l’extérieure, cellulaire et non-vasculaire de la peau ; elle a une épaisseur au alentour de 0.07 mm à 0.12 mm (0.8 à 1.4 mm au niveau des mains et des pieds). L’épiderme est imperméable à l’eau et possède une fonction de barrière protectrice contre les agents physiques, les ultra-violet, la pénétration des microbes et d’agents chimiques [77-78]. L’épiderme peut tolérer un stress mécanique (comme pendant la durée de la thérapie par ventouse) par un turnover continu au travers de la migration de cellules provenant de la membrane basale vers les couches supérieures [78]. Le derme est la seconde couche de la peau et représente la matrice du tissu conjonctif vasculaire qui interagit avec l’épiderme. Le derme est solide, élastique, mince (1 mm à 3 mm) et peut stocker de l’eau. Basé sur ceci, l’épaisseur de la peau humaine est relativement mince (environ 2 mm) et elle est richement fournie par un réseau de capillaires
  24. 24. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 24 [77-78]. Ceci facilite la W.C.T au travers de cette faible profondeur de peau et facilite la clearance du sang par filtration du sang circulant dans le riche réseau capillaire. Le derme contient également la protéine « élastine » pour l’élasticité, la protéine collagène pour la robustesse (solidité), les glycosaminoglycanes (dermatan sulfate, l’acide hyaluronique et le sulfate de chondroïtine), qui constituent la substance fondamentale entourant les composants fibreux qui contribuant à la nature viscoélastique de la peau [77-78]. Les cellules du derme sont des fibroblastes, des macrophages, des cellules mastocytaires, et des leucocytes. Les fibroblastes synthétisent le collagène, l’élastine, et les glycosaminoglycanes et aident à la cicatrisation des blessures [79]. Basé sur ceci, les facteurs susmentionnés aident la peau à pouvoir avoir une pression négative (force d’aspiration) lors de la séance de cupping therapy due à la robustesse (collagène) et l’élasticité (elastine) de la peau. Les liquides excrétés avec la cupping therapy inclus les liquides stockés dans le derme (en accord avec la théorie Taibah). 7. Al-hijamah est bénéfique à partir d’une production de NO La concentration de NO augmente dans le sang après une perforation de la peau en acupuncture de façon dépendante du temps. Le flux sanguin dans les tissus sous-cutané au niveau des sites d’acupunctures augmente également et ceci est corrélé avec l’augmentation du NO, c'est-à-dire que l’acupuncture augmente le taux de NO dans les régions traitées et par ce moyen augmente la circulation régionale. Ceci peut expliquer l’effet analgésique de l’acupuncture [80]. Egalement, la production endogène de NO est signalée être augmentée après une lésion de la peau et dans les blessures [81]. Basé sur ceci, les scarifications de la peau (pendant Al-hijamah) peuvent avoir un effet similaire dans l’augmentation des taux de NO. La synthèse du NO provient des fibroblastes du derme humain [81], bien que les macrophages aient été signalés comme produisant du NO pour des périodes prolongées après la lésion [81]. L’enzyme nommée NO synthase synthétise le NO [82] ; L’ensemble des isoformes inductibles et constitutifs de la NO synthase sont exprimés par les fibroblastes dermiques humain [83]. L’expression de la NO synthase est signalée également au niveau de l’endothélium vasculaire [84]. L’induction de l’expression de la NO synthase et de la NO synthase vasculaire provient des macrophages, l’épiderme, le follicule pileux, les glandes sébacées, les fibroblastes (durant le processus de guérison de la peau lésée incisée chez la sourie) et dans les cellules polynucléaires dans la zone lésée et la région périphérique [84]. Le NO est essentiel pour l’accumulation du collagène lésé, l’acquisition d’un mécanisme robuste et la cicatrisation [85], spécialement durant les étapes inflammatoires de la cicatrisation. L’inhibition de la production endogène de NO, inhibe l’ensemble de l’accumulation de leucocytes et la formation d’œdème induit par différents médiateurs de l’inflammation [83]. Le NO (monoxyde de carbone) agit comme un neurotransmetteur, un immunorégulateur, un vasodilatateur, un agent anti-prolifératif, anti-néoplasique et anti-microbien [86]. Le NO restreint les facteurs de croissance pathogène après une infection cutanée [87]. Le NO joue un rôle important dans la prolifération cellulaire, la différenciation, l’apoptose, angiogénèse, le dépôt de matrice et le remodelage [82]. Le NO influence le comportement des macrophages, des fibroblastes, des kératinocytes durant la réparation des plaies [88]. Le monoxyde d’azote (NO) stimule l’expression de l’induction du VEGF dans les cultures de kératinocytes et durant la réparation des brûlures cutanées [89]. Augmente la perméabilité vasculaire induite par le VEGF qui est médiée par la production locale de NO et de métabolites de l'acide arachidonique autres que la prostaglandine E2, lesquels sont plus probablement produit par l’inductible NO synthase et la cyclo-oxygénase-2 [90]. Basé la-dessus, NO peut être produit localement par la perforation de la peau pour aider à la cicatrisation de la peau. Le NO peut jouer un rôle protecteur anti-microbien lors des scarifications cutanées pendant la W.C.T. Le NO peut aider à la restauration de la physiologie cutanée après la W.C.T. Egalement, la W.C.T peut atteindre l’angiogénèse à travers l’induction de NO vers la voie VEGF.
  25. 25. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 25 Dans le diabète, la synthèse du NO est réduite dans l’environnement de la plaie. Ceci peut être un facteur dans le diabète induit de diminution de cicatrisation des plaies et il y a peu d’options thérapeutiques pour renverser cette situation. L’acide amino L-arginine est le seul substrat pour la synthèse du NO. La supplémentation en arginine restaure l’altération de la cicatrisation dans un modèle aigue de blessure par la normalisation de la voie métabolique du NO [91]. Toutefois, le NO apparait ne pas atteindre les réactions inflammatoires affaiblies dans le diabète, lequel n’a pas été modifié par le traitement de donneur de NO (molsidomine) et « ex vivo » la synthèse de NO (and ex vivo NO synthesis) [92]. Basé sur ceci, une amélioration prometteuse dans la guérison des plaies diabétiques et du pied diabétique peut être obtenue grâce à une normalisation de la voie du NO en effectuant WCT. 8. Al-hijamah possède des bénéfices grâce aux réactions d’hyperhémie La réaction d’hyperhémie est un phénomène adaptatif protecteur, lequel restaure rapidement le flux sanguin distal d’une occlusion artérielle transitoire. Le NO joue un rôle sur ceci. Plusieurs autres médiateurs sont impliqués comme les facteurs myogéniques et métaboliques, les prostaglandines, les canaux ATP K+ et adénosine [93]. La compression vasculaire (qui survient lors de l’application des ventouses provoque une baisse d’apport sanguin au niveau de la peau pendant quelques minutes du au fait de l’accumulation de vasodilatateurs chimiques. Aussitôt après que la compression vasculaire est enlevée, le flux sanguin de la peau augmente radicalement provoquant une hyperhémie [94]. Basé la dessus, les patients peuvent bénéficiés de ces réactions d’hyperhémie de plus de filtration sanguine et de plus d’excrétion de C.P.S. Le flux sanguin au repos dans un environnement thermique neutre est de 250 Ml/min. La vasodilatation de la peau augmente radicalement avec le réchauffement de la peau jusqu’à ce que le flux sanguin atteigne 6 à 8 L/min durant l’hyperhémie. L’ensemble nerfs sensitifs locaux et monoxyde d’azote (NO) peut jouer un rôle dans ceci [95-96]. Toutefois, l’inhibition de la NO synthase n’altère pas la réponse de la réaction d’hyperhémie dans la circulation cutanée [97]. Egalement, la vasodilatation de la réaction d’hyperhémie est indépendante du système nerveux central en grande partie et elle est reliée à un déficit métabolique (litt : metabolic debt) et influe profondément aussi bien la circulation superficielle, les artérioles, les capillaires et les veinules [98-102]. Récemment, en utilisant un Doppler de flux, la perfusion sanguine cutanée a été multipliée par 4 (due à la réaction d’hyperhémie) comparée aux autres niveaux de ce paramètre [103] c'est-à-dire la perfusion sanguine cutanée augmente de 250 à 1000 ml /min, laquelle signifie aux alentours de 10 litres de sang qui entreront dans la circulation cutanée en moins de 10 minutes (la durée moyenne de la W.C.T). Ceci peut permettre une clearance maximale du sang des C.P.S. Basé la dessus, la W.C.T peut nettoyer une proportion suffisante de sang circulant pendant une séance (le volume sanguin est de 5 à 6 litres). Au niveau de la région du dos, la post-pression de l’hyperhémie parvient à un maximum après l’application de 100 mmHg de pression sans une réponse hyperhémique plus grande sur l’application de pressions supérieures [104]. De plus, l’hyperhémie inflammatoire survient sur les sites d’inflammation comme une compensation physiologique par un « réchauffement » local anormal où une rapide circulation du sang survient [105] c'est-à-dire que le flux sanguin (mesuré par le doppler) augmente de 46 % chez les patients lombalgiques que chez les témoins [106]. Basé sur ceci, l’hyperhémie inflammatoire apporte plus de sang lors du nettoyage pendant la W.C.T au niveau des sites inflammatoires locaux comme dans les lombalgies et la cellulite (pour améliorer la clearance du sang des C.P.S). 9. Al-hijamah dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde (R.A) (selon la théorie Taibah) En prenant l’exemple de l’arthrite rhumatoïde, le type de douleur est important au niveau des articulations lesquelles sont gonflées, conduisant à une mobilité limitée. Les traitements disponibles pour l’A.R incluent les analgésiques stéroïdes et les « disease modifying antirheumatoid drugs (DMARD) » (c'est-à-dire les médicaments anti-inflammatoires et cytotoxiques comme le méthotréxate) [107]. De nombreux effets indésirables des médicaments sont rencontrés dans les traitements pharmacologiques usés dans l’A.R comme par exemple les médicaments analgésiques induisant des gastrites, des ulcères gastriques et des toxicités à hautes doses [107]. Parmi lesquelles, une utilisation prolongée de stéroïdes provoquent de l’ostéoporose, de l’hypertension, du diabète, des
  26. 26. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 5 Mécanismes et théories du fonctionnement de la thérapie par ventouses Les mécanismes d’actions de la ventouse-thérapie ont besoin d’être élucidé. Beaucoup de questions surviennent par période sur le rôle exact de cette thérapie dans le traitement des maladies et des affections qui semblent résistantes aux modalités de traitement courantes. Beaucoup de théories existent pour expliquer les bénéfices de la thérapie par ventouses. Nous discuterons brièvement certaines d’entre elles pour avoir une idée complète sur le fonctionnement de cette thérapie. La théorie Chinoise de la thérapie par ventouse Le concept et la théorie sur le mécanisme de la « cupping therapy » en accord avec la théorie Chinoise a besoin d’une révision à la lumière des connaissances médicales scientifiques modernes. Les praticiens de ventouses dans la médecine traditionnelle Chinoise (désormais : M.T.C) pensent que les maladies sont causées par une stagnation ou un blocage de l’énergie vitale de la vie (le Qi ou le Chi). Ils pensent que la thérapie par ventouses travaille au déblocage du Qi et à rétablir un équilibre correct afin de retrouver son flux [21]. En accord avec la sexologie de la médecine traditionnelle Chinoise, la côté féminin donne le Yin (Qi féminin) et reçoit le Yang (Qi masculin), tandis que le côté masculin donne le Yang et reçoit le Yin. L’ensemble Yin et Yang sont des modalités du Qi, elles sont activement présentes dans tous ce qui féminin et masculin. [22] Il est expliqué que la thérapie par ventouse peut faire circuler le vent, le froid, l’humidité, la stagnation du sang, spécialement quand la thérapie par ventouse est associée à l’acupuncture [23]. L’acupuncture-laser est associé avec la cupping-therapy dans la zone douloureuse où l’on pense faciliter le flux du Qi dans les méridiens en accord avec la loi biologique d’Arndt-Schulz [24]. Des scientifiques du monde occidental ont suivi cette théorie comme Ilkay Chirali qui a décris 10 méthodes de thérapie par ventouses dans son livre intitulé « Traditional Chinese Medicine Cupping Therapy ». Les 10 méthodes de « cupping » mentionnées par l’auteur incluent les ventouses molle /légère (litt. : weak /light), médium cupping, ventouse forte, ventouse en mouvement (massage), ventouse associée à des aiguilles (needle cupping), des ventouses associées aux Moxa, à des aiguilles chaudes, ventouse vide et pose en flash (litt : empty/flash cupping), ventouse pleine / saignante (litt. : full/bleeding cupping, ventouses associées aux plantes et à l’eau [25]. L’auteur mentionne des détails sur chaque type de thérapie par ventouses et attribue le mécanisme de thérapie par ventouses au fait de l’induction de changement dans le Qi (source d’énergie), dans le Xu (sang déficient, sang déficient), dans le Wei Qi (l’énergie défensive), et à d’autres concepts en accord avec la théorie Chinoise. Par exemple, la fibromyalgie, dans M.T.C, est souvent causée par un stress émotionnel et une dépression, lesquels affectent le foie. La stagnation du Qi conduit à la stase du sang ce qui provoque la douleur. Le principe du traitement est la régulation du Qi et du sang avec dissipation (dispersion) du froid et enlever l’humidité [26, 11]. Cependant, les concepts de source d’énergie et sang stagnant ou déficient semblent n’être pas conforment avec les concepts basiques scientifiques médicaux. Pour discuter de ceci d’un point de vue médical et scientifique, cela vaut la peine de dire que la source d’énergie dans les cellules vivantes vient surtout des réactions de phosphorylation oxydative mitochondriale de toutes les cellules du corps contenant les mitochondries. Ajouté à ceci, la glucose- oxydation (glycolyse) est une source cytoplasmique d’énergie dans le corps cellulaires [27 -31] et son importance augmente dans les cellules dépourvues de mitochondries comme les globules rouges (« red blood cells ») et dans les cellules ayant un nombre faible de mitochondries comme les neutrophiles [32]. L’oxydation des acides gras et des corps cétoniques sont d’autres sources d’énergie mitochondriales [33]. La production d’énergie dans la mitochondrie de la cellule cancéreuse ne suit pas cette règle car les cellules cancéreuses ont des mutations mitochondriales et sont caractérisées par phénotype glycolytique dans l’obtention d’énergie. Le catabolisme du glucose dans les cellules cancéreuses fournit la majeure partie de leur source d’énergie (A.T.P) et se termine par la production de lactates (effet Warburg) qui est extrudée (expulsée) à l'extérieur des cellules [27]. Dans de précédentes publications faites par El Sayed et al. en ciblant la voie métabolique de l’énergie d’origine glycolytique sélectivement, cela tue les cellules cancéreuses et protège les protège les cellules normales [28 -31]. Les sources d’énergie dans les cellules ne semblent pas avoir de relation avec les thérapies par ventouses. Il n’y a pas de sources scientifiques mentionnant
  27. 27. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 27 volume de liquide extracellulaire et interstitiel est corrélée avec le degré d’obésité c'est-à-dire les volumes de liquides extracellulaires et interstitiels sont augmentés chez l’obèse hypertendu et ceci est relié au degré de surpoids et aux mécanismes de l’hypertension [113]. Chez certains patients avec hypertension rénale, il survient une forme d’hypertension dépendante du volume. La réduction de l’augmentation des volumes liquidiens peut être essentielle dans la gestion de ces cas [114]. Dans certaines études, l’hypertension rénale est signalée comme étant causée par l’inhibition de la NO synthase (NOS) qui synthétise le NO (un vasodilatateur). Ceci peut provoquer une hypertension systémique et glomérulaire, une ischémie glomérulaire, une glomérulosclérose, des lésions interstitielles et une protéinurie [87, 115]. Les radicaux libres comme le superoxide, les anions induits par le stress oxydatif sont signalés comme causant une inactivation de la N.O.S et une baisse de la production totale de NO dans l’hypertension rénale humaine. Un stress oxydatif survient tôt dans la progression des maladies rénales chroniques provoquant l’hypertension (qui augmente la progression de la maladie) [116]. Le stress oxydatif provoque une déficience en NO qui précède le développement de l’hypertension [117]. Wang et al. ont signalé chez les patients hypertensifs de sévères dysfonctions endothéliales et une inhibition microvasculaire de la NOS. Ceci était accompagné par une augmentation des taux plasmatique de ROS et l’assymétrique diméthyl arginine peut inhiber la NOS [118]. A la lumière de la théorie de Taibah, comme la cupping therapy peut drainer les liquides interstitiels et filtrer les liquides intravasculaires en excès remplis de substances nocives métaboliques (C.P.S) et augmenter la production endogène de NO ; Al-hijamah peut être bénéfique dans le traitement de l’hypertension. De plus, la W.T.C favorise l’excrétion des déchets accumulés, des substances vaso-actives et radicaux libres (causant l’hypertension) ; et elle peut être bénéfique dans le traitement de l’hypertension. 11. Al-hijamah pour le traitement des maux de tête et de la migraine (Selon la théorie de Taibah) La cupping therapy a été signalée comme effective pour le traitement des maux de tête et de la migraine, où la moyenne de la sévérité des maux de tête a diminué de 66 % après la W.C.T. Les patients traités ont également connu l’équivalent de 12.6 jours en moins de maux de tête par mois [20]. Récemment, les taux sérique de IL-6 ont été signalé plus élevés chez les patients migraineux avec ou sans traitement par topiramate. Ceci suggère que les hauts niveaux d’interleukine -6 peuvent jouer un rôle dans les douleurs aigues de la migraine chronique [119]. Sous l’éclairage de la théorie de Taibah, la migraine et les maux de tête peuvent être traités par W.C.T et ceci peut être dû à la clearance du plasma induite par la W.C.T au travers de l’élimination des excès liquidiens, des médiateurs chimiques, de l’interleukine – 6, des substances vaso-actives, des neuropeptides en cause dans les maux de tête, la diminution de pression du liquide interstitiel et le traitement des facteurs prédisposant aux maux de tête (comme l’hypertension [51, 113] et la névralgie trigéminée aigue [19]. Les neuropeptides impliqués dans la pathogénèse des maux de tête inclus la substance P, le vaso-intestinal peptide (VIP) et le peptide relié au gène de la calcitonine (CGRP) ; Ce sont d’importants médiateurs dans la pathogénèse de la migraine et aux autres céphalées. Les concentrations de CGRP et de VIP ont été retrouvées en augmentation dans le plasma de la veine jugulaire pendant des crises aigues de maux de tête et de migraine [120]. Basé là-dessus, l’excrétion des C.P.S susmentionnées peut expliquer comment la W.C.T traite les maux de tête et la migraine. 12. La cupping therapy pour le traitement de la cellulite (Selon la théorie de Taibah) La cellulite est une réaction inflammatoire bactérienne dans les tissus sous-cutanés provoqués le plus souvent par des bactéries gram positive comme le staphylocoque aureus et le streptocoque. La mortalité est élevée dans la cellulite due à la toxémie et à la septicémie. Les principaux traitements sont les antibiotiques à large spectre [121]. Le retard dans le traitement de la cellulite permet la multiplication des micro-organismes et la production de puissantes exotoxines. Dans le cas d’une bactériémie à gram négatif, des endotoxines puissantes peuvent être libérées provoquant un choc endotoxique [122 – 123]. On en conclut que les antibiotiques seuls ne sont pas suffisants pour traiter la cellulite car les antibiotiques n’atteignent pas les toxines bactériennes. Dans un récent cas recensé, chez un patient avec cellulite, le traitement antibiotique à large spectre n’a pas été efficace chez celui-ci. Mais plutôt, une détérioration progressive de l’état général du patient est survenue. L’antibiothérapie associée à la W.C.T, celle-ci a été appliquée sur les sites les plus inflammatoires de la cellulite par application de 35 superficielles
  28. 28. Open Access Review Article - Alternative and Integrative Medicine El Sayed et al., Altern Integ Med 2013, 2:5 http://dx.doi.org/10.4172/2327-5162.1000122 28 coupures qui ont drainé vers l’extérieur approximativement 9 ml de sang. Une amélioration clinique immédiate a été notée sous la forme d’une réduction de tous les signes d’inflammation. Comme bonne preuve de l’efficacité de la cupping therapy dans le traitement de la cellulite ; c’est un traitement par cupping efficace induisant une amélioration spectaculaire du même patient avec une seconde cellulite [124]. L’amélioration de la cellulite peut s’expliquer selon la théorie de Taibah où : - l’excrétion des liquides interstitiels et les liquides capillaires filtrés riche en bactérie et toxines bactériennes (C.P.S) favorise le nettoyage du sang des micro-organismes et des toxines et l’élimination des micro-organismes et de leurs toxines en dehors du corps humain au travers de l’aspiration à pression négative. Basé sur ceci, la cupping therapy fait mieux que les antibiotiques, lesquels n’atteignent pas les toxines bactériennes. La cupping therapy seule permet l’élimination de l’ensemble des bactéries et des toxines grâce à une aspiration de pression négative comme en témoigne l’amélioration l’état du patient. Le mieux est d’associer les antibiotiques et la cupping therapy pour le traitement de la cellulite. 13. La Hijamah pour le traitement de la fibromyalgie (Selon la théorie de Taibah) L’origine de la douleur dans la fibromyalgie est complexe et multifactorielle c'est-à-dire qu’elle peut être due à l’interaction de facteurs nociceptifs, neuropatiques, d’un déséquilibre du système nerveux central, de déficit métabolique dans le muscle et d’une inflammation « neurale » [125]. Les taux anormalement haut dans le liquide cérébrospinal de glutamate, de substance P, de cytokines inflammatoires, et d’espèces réactives à l’oxygène (R.O.S) sont des caractéristiques de la fibromyalgie [126-129]. Dans la fibromyalgie, la douleur nociceptive est basée sur l’excitation des nerfs sensitifs par la libération de la substance P et des autres neuropeptides par les terminaisons nerveuses périphériques conduisant à une hyperalgésie en raison d’une sensibilisation chimique des points douloureux. La douleur neuropathique est due à une compression nerveuse lors d’une hernie discale vertébrale ou une perturbation du transport axonal provoquant une hyperexcitabilité, la perturbation du système de transport axonal et les troubles trophiques provoquent des points douloureux dans la fibromyalgie [125]. Un traitement médical par thérapie de ventouse sèche avec des médicaments chez 30 patients fibromyalgiques a été signalé comme efficace dans la baisse de la sévérité de la douleur et du nombre de points sensibles [10, 130]. Basé sur ceci et sur la théorie de Taibah, la W.C.T devrait être plus adéquate et efficace pour le traitement de la fibromyalgie car elle peut diminuer la pression du liquide interstitiel, la diminution des cytokines inflammatoires et de la substance P (C.P.S via la dilution suivie d’un drainage) et elle réduit les liquides interstitiels au niveau des sites inflammatoires. La preuve pour ceci est l’amélioration des symptômes de la fibromyalgie sur l’utilisation des traitements qui réduisent les liquides interstitiels au niveau des sites d’inflammation et les évidents effets anti- inflammatoires constatés [131]. 14. La cupping therapy pour le traitement du syndrome du tunnel carpien (cts) (Selon la théorie de Taibah) Le C.T.S est une compression neuropathique commune qui est prédisposé par de nombreux états pathologiques comme l’hypertension, l’arthrite rhumatoïde, le diabète mellitus, l’hypothyroïdisme, l’usage des corticoïdes, le traitement hormonal substitutif et les fractures du poignet [132]. Le C.T.S peut être induit par les médicaments comme les béta-bloquants [133]. La physiopathologie du canal carpien idiopathique est signalée est causée par des lésions de reperfusion induite par l'ischémie provoquant une augmentation intermittente de la pression interstitielle, conduisant à des modifications dégénératives dans le « flexor tenosynovium » et des modifications fibrotiques dans le tissus périneural. Ceci peut causer une altération des propriétés physiques au niveau de la synovie menant à un rapide et persistant gonflement et à une compression du nerf médian provoquant le syndrome douloureux du canal carpien [134]. Le syndrome du tunnel carpien est signalé être un type « -oses » et non un « -ites » c'est-à-dire que le C.T.S est une étiologie non-inflammatoire d’ischémie –reperfusion comme en témoigne le taux normal sérique d’interleukine-1 et

×