AMELIORATION DES MALADIES AUTO-IMMUNES PAR AL - HIJAMAH :
EFFETS SERIQUES SUR LES AUTO-ANTICORPS ET LES MEDIATEURS
INFLAMM...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
2
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
3
Table des matières
Table des matières........................................
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
4
Le gradient de pression de filtration : Al-Hijamah versus rein ..............
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
5
Résumé
Les maladies auto-immunes ont des propriétés communes caractérisées...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
6
Liste de mots et synonymes
- Auto-antigène = antigène du soi.
Introduction...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
7
Tolérance immunologie et causes de l’auto-immunité
La tolérance immunologi...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
8
L’étiologie des maladies auto-immunes inclus aussi bien :
- les altération...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
9
Auto-immunité
Le résultat de la perte d’auto-tolérance, dispose de plusieu...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
10
Mécanismes immunologiques des lésions tissulaires dans les maladies auto-...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
11
Diagnostic des maladies auto-immunes
Comme il y a un nombre important d’a...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
12
Al-Hijamah, une technique de nettoyage du sang
Al-Hijamah (thérapie par v...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
13
Ceci est permis par l’utilisation de la structure histologique de la peau...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
14
Figure 2. Les substances causales pathologiques (C.P.S) des maladies auto...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
15
Bénéfices thérapeutiques de Al-Hijamah
En effet, Al-Hijamah est plus comp...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
16
L’excrétion pression-dépendante de Al-hijamah versus filtration rénale gl...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
3
Table des matières
Table des matières........................................
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
18
Figures illustrant les trois étapes de Al-Hijamah
Première étape : premiè...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
19
Figure 3 C. La première étape de Al-Hijamah est une illustration de la lo...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
20
Deuxième étape : scarifications
FIGURES 4 A-C. Illustrations de la deuxiè...
Technique Al
Figure 4 C. Illustration détaillant la
Traduction des annotations de l’image :
Ventouse appliquée lors de la ...
Technique Al
Troisième étape : seconde aspiration.
FIGURES 5 A-D. Illustrations de la troisième étape.
Le sang à l’intérie...
Technique Al
Figure 5 B. Sang excrété dans la ventouse au niveau d’une zone
Figure 5 C. L’excrétion d’un liquide ressembla...
Technique Al
Figure 5 D. Reprise de l’illustration de la figure 4
infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines h...
Technique Al
Restauration finale de l’homéostasie
Figure 6. Restauration de la physiologie et de l’homéostasie. Ceci survi...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
26
Al-Hijamah, un traitement prometteur dans l’arthrite rhumatoïde
Dans les ...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
4
Le gradient de pression de filtration : Al-Hijamah versus rein ..............
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
28
De façon intéressante, nous avons récemment signalé le raisonnement théra...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
29
Al-hijamah et clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes
Im...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
30
Tableau de synthèse Al-Hijamah et maladies autoimmunes
Maladie Auto-immun...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
31
Al-hijamah versus phlebotomie et plasmaphérèse
Phlébotomie
Les bénéfices ...
Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes
5
Résumé
Les maladies auto-immunes ont des propriétés communes caractérisées...
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed

60 vues

Publié le

Intérêt des ventouses scarifiées dans les maladies auto-immunes.
Par l'équipe du Dr El Sayed - traduction française - 2015

Publié dans : Santé & Médecine
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

hijamah and autoimmunes disease - 2015- in french - Dr El Sayed

  1. 1. AMELIORATION DES MALADIES AUTO-IMMUNES PAR AL - HIJAMAH : EFFETS SERIQUES SUR LES AUTO-ANTICORPS ET LES MEDIATEURS INFLAMMATOIRES. French translation of following the article
  2. 2. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 2
  3. 3. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 3 Table des matières Table des matières.............................................................................................3 Résumé..............................................................................................................5 Mots clés :........................................................................................................................................................... 5 Liste des abréviations.......................................................................................................................................... 5 Contact:............................................................................................................................................................... 5 Liste de mots et synonymes................................................................................................................................ 6 Introduction.......................................................................................................6 Tolérance immunologie et causes de l’auto-immunité ........................................7 La tolérance immunologique .............................................................................................................................. 7 Les causes d’auto-immunité ............................................................................................................................... 7 Prédisposition génétique à l’auto-immunité..................................................................................................................7 Altération des auto-antigènes ........................................................................................................................................7 Mimétisme moléculaire et réaction croisée lors d’infections microbiennes.................................................................7 Infection microbienne et défaut de la régulation immunologique................................................................................7 Notion de superantigène................................................................................................................................................8 Mécanismes immunologiques des lésions tissulaires dans les maladies auto- immunes..........................................................................................................10 Réactions d’hypersensibilité de type II.............................................................................................................. 10 Réaction d’hypersensibilité de type III .............................................................................................................. 10 Réaction d’hypersensibilité de type IV.............................................................................................................. 10 Diagnostic des maladies auto-immunes............................................................11 Modalités courantes pour le traitement des maladies auto-immunes...............11 Al-Hijamah, une technique de nettoyage du sang .............................................12 Al-Hijamah (thérapie par ventouse humide de la médecine Prophétique) nettoie le sang des C.P.S .............. 12 Histologie de la peau ....................................................................................................................................................12 L’épiderme................................................................................................................................................................12 Le derme...................................................................................................................................................................12 Différences entre la technique Al-Hijamah et la W.C.T chinoise..................................................................................12 Bases physiologiques de la technique Al-hijamah........................................................................................................12 Comparaison avec l’évacuation d’abcès...................................................................................................................13 Comparaison avec la filtration rénale.......................................................................................................................13 L’excrétion des substances causales pathologiques.................................................................................................13 Les fonctions physiologiques des trois étapes de Al-Hijamah..................................................................................14 Bénéfices thérapeutiques de Al-hijamah..................................................................................................................15 L’excrétion pression-dépendante de Al-hijamah versus filtration rénale glomérulaire ..............................................16 L’excrétion des LDL : Al-Hijamah versus rein............................................................................................................16 L’excrétion des gamma-globulines ...........................................................................................................................16 L’excrétion des substances hydrophiles et hydrophobes : Al-hijamah versus rein..................................................16
  4. 4. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 4 Le gradient de pression de filtration : Al-Hijamah versus rein .................................................................................16 La réaction d’hyperhémie lors de Al-Hijamah ..........................................................................................................16 Tableau de synthèse sur la fonction excrétrice de Al-Hijamah versus rein..............................................................17 Figures illustrant les trois étapes de Al-Hijamah ...............................................18 Première étape : première aspiration............................................................................................................... 18 Deuxième étape : scarifications........................................................................................................................ 20 Troisième étape : seconde aspiration............................................................................................................... 22 Restauration finale de l’homéostasie ............................................................................................................... 25 Al-Hijamah, un traitement prometteur dans l’arthrite rhumatoïde ...................26 Al-Hijamah et excrétion des C.P.S de l’arthrite rhumatoïde............................................................................. 26 Al-Hijamah et cellules NK.................................................................................................................................. 26 Al-Hijamah et médiateurs de la douleur........................................................................................................... 26 Al-Hijamah et potentialisation pharmacologique ............................................................................................ 26 Leçons obtenues par le traitement de l’arthrite par Al-hijamah ........................26 Améliorations cliniques..................................................................................................................................... 26 Améliorations biologiques ................................................................................................................................ 27 Mesures de l’activité inflammatoire de la maladie ......................................................................................................27 Mesures de l’immunité naturelle .................................................................................................................................27 Potentialisation pharmacologique ................................................................................................................... 27 Al-hijamah est un traitement mécanique......................................................................................................... 27 Tableau de synthèse Al-Hijamah lors du traitement des arthrites rhumatoïdes.............................................. 28 Al-hijamah et clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes...........29 Ferritine et lupus............................................................................................................................................... 29 Ferritine dans les autres maladies auto-immunes............................................................................................ 29 Intérêt de la clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes par Al-hijamah................................. 29 Tableau de synthèse Al-Hijamah et maladies autoimmunes ........................................................................... 30 Al-hijamah versus phlebotomie et plasmaphérèse............................................31 Phlébotomie...................................................................................................................................................... 31 Plasmaphérèse.................................................................................................................................................. 31 Indications et inconvénients de la plasmaphérèse.......................................................................................................31 Avantages de Al-hijamah par rapport à la plasmaphérèse.............................................................................. 31 Tableau de synthèse Al-Hijamah versus plasmaphérèse.................................................................................. 33 Al-Hijamah dans les traitements des autres maladies auto-immunes................34 Tableau de synthèse sur les bénéfices d’Al-Hijamah sur les maladies auto-immunes..................................... 34 Conclusion .......................................................................................................35 Conflits d’intérêts.............................................................................................................................................. 35 Remerciements ................................................................................................................................................. 35 References......................................................................................................................................................... 36
  5. 5. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 5 Résumé Les maladies auto-immunes ont des propriétés communes caractérisées par des anomalies de la biologie sanguine avec des hauts taux d’anticorps auto-immun et de médiateurs inflammatoires. Ces substances pathologiques causales (C.P.S) ne peuvent pas être excrétées par les mécanismes physiologiques. Les traitements courants des maladies auto- immunes impliquent l’utilisation des stéroïdes, des drogues cytotoxiques, de la plasmaphérèse et des anticorps monoclonaux. La Wet cupping therapy (W.T.C) de la médecine Prophétique est appelée Al-Hijamah et elle traite de nombreuses maladies de pathogénèses et d’étiologies variées via une filtration non spécifique en pression-dépendante et taille-dépendante. Celle-ci induit une excrétion des C.P.S provoquant une clearance du sang et des liquides interstitiels. Al-Hijamah nettoie le sang qui passe à travers capillaires fenestrés de la peau. Les bases médicales de Al- hijamah sont ettayées par les preuves du mécanisme de Taibah (litt. : « evidence-based Taibah mechanism – Taibah Theory). Al-Hijamah est signalée être un excellent traitement pour l’arthrite rhumatoïde qui améliore la chimie sanguine des patients et induit une amélioration clinique significative et une meilleure efficacité pharmacologique (lit : pharmacological potentiation). Al-Hijamah améliore l’immunité naturelle et diminue l’immunité pathologique au travers de la diminution des taux sériques d’auto-anticorps, des médiateurs inflammatoires, et de la ferritine sérique (un facteur clé dans l’auto-immunité). Al-Hijamah réduit significativement la sévérité de la douleur, le nombre d’articulations enflées et l’activité de la maladie sans induire d’effets indésirables significatifs. Les principales étapes de Al-Hijamah sont une aspiration de la peau (cupping), une scarification (Sharatmihjam en Arabe) et une seconde aspiration (technique en triple S) qui est une meilleure thérapeutique que les traditionnelles ventouses humides (technique en double S). Chaque fois qu’un excès de substances nocives peut être enlevé du sang des patients et des liquides interstitiels, Al-hijamah est indiquée. Shartatmihjam est le traitement curatif dans les enseignements Prophétique de l’Islam en accord le hadîth Prophétique : « Cure is in three : in shartatmihjam, oral honey and cauterization. I do not recommend my nation to cauterize ».A Al-Hijamah peut avoir de meilleurs bénéfices thérapeutiques que la plasmaphérèse. Al-Hijamah peut être une thérapie prometteuse dans le traitement des maladies auto-immunes comme unique traitement ou comme traitement adjuvant. Mots clés : Maladies auto-immunes, Al-Hijamah, Médecine Prophétique, ferritine sérique, arthrite rhumatoïde et plasmaphérèse. Liste des abréviations C.P.S : Causative pathological substances DDS-DNA : Double-stranded DNA IC : Immune complexes Ig: Immunoglobulin MHC: Major Histocompatibility Complex NK cells: Natural killer cells RA: Rheumatoid arthritis RBCs: Red blood cells SLE: Systemic lupus erythematosus TNF: Tumor necrosis factor WBCs: White blood cells WCT: Wet cupping therapy Contact: Professor Salah Mohamed El Sayed, M.D., Ph.D. Assistant Professor Clinical Biochemistry and Molecular Medicine Department Taibah Faculty of Medicine Taibah University Saudi Arabia Email: salahfazara@yahoo.com, drsalahpediatr@yahoo.com A
  6. 6. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 6 Liste de mots et synonymes - Auto-antigène = antigène du soi. Introduction La simple présence d’auto-anticorps est suffisante pour établir le diagnostic de maladies auto-immunes, ce qui nécessite une évaluation clinique et biologique supplémentaire [1-3]. En général, la stimulation des cellules B (lymphocytes B) est dépendante des cellules T. Il existe de multiples mécanismes pour réguler la fonction d’auto-reconnaissance des lymphocytes T incluant des mécanismes périphérique de suppression (d’inhibition), d’induction anergique et d’inhibition active des lymphocytes auto réactifs (litt : suppression of self-reacting lymphocytes). L’immuno-pathologie des maladies auto-immunes implique la participation des auto-anticorps, de l’activation du complément et des désordres liés à l’immunité à médiation cellulaires et humorales [4]. Les maladies auto-immunes sont caractérisées par une biologie sanguine anormale dans laquelle il y a des hauts taux sériques d’auto-anticorps, de complexes immuns circulants, de médiateurs inflammatoires, de cytokines inflammatoires, de récepteurs de cytokines solubles, de prostaglandines et autres [4]. Il n’y a pas de mécanismes physiologiques pour purifier (clarifier) le sérum et / ou les liquides interstitiels de ces constituants anormaux. Aussi, il n’y a pas de traitement pharmacologique restaurant la chimie normale du sang et l’homéostasie au travers de l’excrétion des substances pathologiques susmentionnées. Les traitements pharmacologiques courant des maladies auto-immunes peuvent supprimer l’inflammation et les réactions auto-immunes mais ne peuvent pas nettoyer le sérum des patients et les liquides interstitiels des substances causales pathologiques (C.P.S) susmentionnées. Les traitements pharmacologiques incluent les stéroïdes [5], les médicaments anti-inflammatoires puissants, les drogues cytotoxiques [6], les drogues anti-rhumatoïdes (litt : disease-modifying anti-rheumatic drugs [7] et les anticorps anti-monoclonaux dirigés contre les cellules cibles et les auto-anticorps auto-immuns [8]. De nombreux effets indésirables de médicaments sont rencontrés dans les traitements pharmacologiques des maladies auto-immunes ; les médicaments anti- inflammatoires non-stéroïdes induisent une gastrite, des ulcères gastriques et des toxicités à hautes doses, tandis de que le traitement prolongé des traitements stéroïdes provoque de l’ostéoporose, des l’hypertension, des diabètes stéroïdiens, des ulcères gastriques et des dépendances de stéroïdes [5]. Les drogues cytotoxiques ont de nombreux et inévitables sérieux effets indésirables pouvant nécessiter une interruption médicamenteuse [6, 9]. L’inhibition non-spécifique de l’immunité peut aider au traitement de tous les désordres auto-immuns, mais les effets indésirables (immunodéficiences acquises des maladies, cancer et toxicité des médicaments) peuvent léser les patients bien qu’ils peuvent en bénéficier [4, 10]. Les maladies auto-immunes peuvent concerner : - un organe spécifique (comme la thyroïdite d’Hashimoto), - un mélange entre organe spécifique et symptômes systémiques (comme l’arthrite rhumatoïde), - une activité auto-immunes non-spécifique d’organe (comme le lupus systémique, S.L.E) [3, 4]. Al-Hijamah (la thérapie par ventouse de la médecine Prophétique) est bien connue comme modalité de traitement dans la littérature médicale Arabe dans les pays Arabes. Elle est hautement recommandée comme traitement dans la médecine Prophétique [11, 12]. Dans cet article, nous passons en revue ses importants aspects par rapport aux maladies auto-immunes. Al-Hijamah est un traitement prometteur dans les maladies auto-immunes. Les bases scientifiques sous-jacentes à Al-Hijamah et les rôles thérapeutiques de celle-ci en font un possible traitement adjuvant pour le traitement courant (des maladies auto- immunes) [12].
  7. 7. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 7 Tolérance immunologie et causes de l’auto-immunité La tolérance immunologique Les lymphocytes auto-réactifs B et T sont sensibilisés contre les auto-antigènes (= antigène du soi. Litt : self-antigens) ont un rôle clé dans la pathogénèse de l’auto-immunité. La tolérance immunologique se réfère à la non-réponse immunologique envers ses propres auto-antigènes (= antigène du soi, litt : one’s own self antigens). Ceci est également appelé auto-tolérance et elle est régulée au travers de mécanismes immunologiques sur l’ensemble des lymphocytes B et T. ces mécanismes (de tolérance centrale et périphériques) protègent de l’attaque contre les auto-antigènes [1-4]. La perte de l’auto-tolérance (tolérance immunologique) conduit à l’auto-immunité [tableau 1]. Les mécanismes d’induction de tolérance (centrale et périphérique) incluent la délétion, l’anergie : [3 ; 4 ; 13 ; 14] - la suppression (délétion) des lymphocytes T auto-réactifs (délétion clonale par apoptose), - la suppression et inhibition des lymphocytes B auto-réactifs dans la moelle osseuse (délétion ou anergie), - le manque de T (auxiliaires) pour l’activation des cellules B (les cellules B ont besoin des cellules T pour être activées), - les modifications des signaux nécessaires pour l’induction de l’auto-réactivité (anergie): - l’absence appropriée de complexe majeur d’histocompatibilité (C.M.H) pour les cellules présentatrices d’antigènes, - et absence de molécules co-stimulatrices. Les causes d’auto-immunité Les causes d’auto-immunités sont diverses et vastes [Tableau 1]. L’auto-immunité survient sur un manque de tolérance immunologique conduisant à une attaque des auto-antigènes (= antigène du soi) par le même système immunitaire. Prédisposition génétique à l’auto-immunité Il y a une prédisposition familiale à l’auto-immunité et elle est favorisée par les infections microbiennes produisant des peptides antigéniques similaires dans leurs structures aux auto-antigènes (mimétisme moléculaire) ; ainsi, les peptides bactériens ont une réaction croisée avec les auto-antigènes menant qui active le système immunitaire [15]. Altération des auto-antigènes De plus, les médicaments, les infections bactériennes et virales peuvent provoquer une altération des auto-antigènes (= antigènes altérés du soi) comme ceux des protéines tissulaires. Cette altération peut affecter le comportement du système immunitaire sur ces protéines tissulaires. Les infections avec streptocoques peuvent provoquer une réaction croisée du système immunitaire à l’égard des auto-antigènes où une réaction immunologique survient contre les protéines des valves cardiaques ; ceci à pour résultat la pathogénèse de la fièvre rhumatismale (rhumatisme articulaire aigu) [16]. Mimétisme moléculaire et réaction croisée lors d’infections microbiennes Ressemblant à ceci est l’apparition d’un nouvel antigène qui est similaire aux antigènes tissulaires par les infections virales et des substances chimiques [16] conduisant à une auto-agression par le propre système immunologique [3, 13, 17]. Comme les courtes séquences d’acides aminés dans la protéine basique de la myéline identiques aux séquences aux protéines de l’adénovirus (type 2), tandis que d’autres séquences sont homogènes aux séquences des protéines de l’hépatite B. L’altération de la présentation d’antigène se réfère à un défaut dans le C.M.H des cellules qui ne l’expriment pas normalement [4, 18, 20].Ceci participe peut être de l’induction de l’auto-immunité. Infection microbienne et défaut de la régulation immunologique Il est remarquable de noter que les défauts dans la régulation du développement et l’activation des lymphocytes peuvent « casser » la tolérance immunologique menant à l’ « auto-immunité » [4, 21]. Ces défauts peuvent être l’induction de molécules de co-stimulation par les cellules présentatrices d’antigènes : - à une baisse de la régulation des lymphocytes T-helper-2, - de la production de cytokines (molécules de co-stimulation), - et du manque d’induction de l’apoptose des clones auto-réactifs naïfs (« bystanders ») durant les réponses immunitaires normales contre l’infection.B B En d’autres termes, les infections sont en mesure de « rompre » l’anergie des lymphocytes T et de favoriser la survie et l’activation des lymphocytes autoréactifs.
  8. 8. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 8 L’étiologie des maladies auto-immunes inclus aussi bien : - les altérations génétiques menant à des altérations de la régulation des lymphocytes, - la perte des stimuli provoquant l’apoptose (lors de la sélection négative de la délétion clonale), - le développement de mécanisme antigénique et l’effet de certaines hormones [22-23]. Exemples avec le sex ratio et le développement de maladies immunitaire : o En effet, Le rapport en fréquence entre les femmes et les hommes présentant une thyroïdite d’Hashimoto est de 50 /1 et de 10/1 pour un Lupus systémique. Tandis le rapport homme / femme est de 9/1 dans la spondylarthrite ankylosante [3, 4, 24]. Notion de superantigène Les mécanismes reliés à la notion de « superantigène » peuvent provoquer une auto-immunité, c'est-à-dire que le superantigène active l’ensemble des cellules T dont les récepteurs (des cellules T) partagent la partie variable V. Ceci survient typiquement quand : - le superantigène se lie sur la partie variable de la chaîne Beta du récepteur du lymphocyte T menant à une activation des cellules T (sensibilisation) [tableau 1] [9,25]. Les mécanismes de l’antigène incluent : - un mimétisme moléculaire à la suite d’une infection, il s’agit d’une réactivité croisée avec des antigènes microbiens, - libéré avant une séquestration d’antigène (c'est-à-dire durant la chirurgie, le cristallin entre en contact avec le système immunitaire, lequel peut former des auto-anticorps auto-immun contre celui-ci), - et l’altération de la présentation antigène par des cellules présentatrices d’antigène non professionnelles [26,28].
  9. 9. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 9 Auto-immunité Le résultat de la perte d’auto-tolérance, dispose de plusieurs mécanismes : 1. Défauts génétiques c'est-à-dire dans les allèles H.L.A et auto-antigènes cellulaires. 2. La perte des stimuli apoptotiques provoquent la prolifération des clones activés auto-réactifs (rupture de l’anergie) 3. Les mécanismes reliés au superantigène provoquent la prolifération des clones activés autoréactifs de cellules T. 4. Les mécanismes reliés à l’antigène : • Mimétisme moléculaire (similarités entre les auto-antigènes et les antigènes extérieurs « étranger ») (=auto-antigène du soi et hétéroantigène), • Réaction-croisée (entre les auto-antigènes et les antigènes étrangers), • Présentation des antigènes défectueuse (provoque un changement dans l’immunité contre les auto- antigènes), • La perte de séquestration (certains antigènes sont en contact avec le système immunitaire c'est-à-dire le cristallin). La tolérance immunitaire (Protection contre le développement des maladies auto-immunes) A. La tolérance centrale La tolérance centrale permet d’éliminer, la plupart des lymphocytes fortement auto-réactifs, c’est la délétion clonale (seul 2% des lymphocytes T matures naïfs sortiront du thymus) ; 1. Dans le thymus - Dites : autosélection négative (ou sélection négative), - Implique la suppression de cellules T « fortement » autoréactives (lors du passage dans le thymus). - Se produit lorsque les récepteurs des lymphocytes T se lient au hasard (par erreur)C aux auto-antigènes et deviennent autoréactifs. 2. Dans la moelle osseuse - Dites : autosélection négative (ou sélection négative), - Implique la suppression de cellules B « fortement » autoréactives (lors du passage dans la moelle). - Se produit lorsque les récepteurs des cellules B immature se lient au hasard (par erreur) aux auto-antigènes et deviennent autoréactifs. B. La tolérance périphérique La tolérance périphérique complète la tolérance centrale, pour contrôler les lymphocytes ayant échappé à la tolérance centrale. - se produit en dehors du thymus et de la moelle épinière - les cellules autoréactives deviennent inactive au travers de plusieurs mécanismes comme :D • L’absence appropriée de molécules C.M.H, • Le manque de molécules co-stimulatrices (provoquant l’anergie), • Le manque de cellules T pour l’activation des cellules B (provoquant l’anergie), • L’active suppression des cellules autoréactives médiée par les cellules T suppressive. (le thymus participe ainsi indirectement à la tolérance périphérique, les cellules T suppressive sont également produites par les organes lymphoïdes périphériques). Tableau 1 :Auto-immunité et tolérance immunologique C Note du traducteur : Par hasard, en fait il s’agit d’un processus stochastique. Les lymphocytes naïfs rencontrent par hasard, lors de leurs passages dans le thymus, les auto-antigènes présentés par les cellules thymiques (c’est un peu comme une tombola). D Note du traducteur : En d’autres termes, le lymphocyte T nécessite plusieurs signaux pour être activés (le fait qu’il y ait plusieurs étapes permet « d’assouplir » la réponse.
  10. 10. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 10 Mécanismes immunologiques des lésions tissulaires dans les maladies auto- immunes Des mécanismes immunologiques sous-jacents aux lésions tissulaires surviennent lors des maladies auto-immunes incluant trois types de réactions d’hypersensibilité qui sont les types II, III et IV. Réactions d’hypersensibilité de type II Les réactions type II d’hypersensibilité sont appelées « cytotoxique ou réactions inflammatoires cytolytiques », les auto- anticorps (igG ou IgM) attaquent la surface des antigènes présent à l’extérieur de la surface du corps cellulaire provoquant une lyse cellulaire. La réaction d’hypersensibilité de type II provoque une opsonisation (phagocytose induite par opsonisation par les neutrophiles, les cellules NK (natural killer), les macrophages et une activation du complément (un groupe de séquence de protéines activées durant certaines conditions immunologiques). Il y a également les anticorps intervenant dans la phagocytose. Parmi les exemples de maladies auto-immunes (avec réaction de type II), il y a : [13,29] - la maladie de Grave, -l’anémie hémolytique auto-immune, -l’anémie pernicieuse,E - le syndrome de Goodpasture, -le purpura thrombocytopénique idiopathique, - le lupus systémique disséminé, -la thyroïdite d’Hashimoto, -la néphrite néphrotoxite, -la myasthénie. Réaction d’hypersensibilité de type III Dans la réaction d’hypersensibilité de type III (réactions médiées par des complexes immuns = anticorps – antigène). Les anticorps et les antigènes existent et échappent à l’élimination par les cellules réticuloendothéliales (Le système réticulo-endothélial). Ceci mène à l’activation du complément, à la dégranulation des cellules mastocytaires, à la sécrétion d’histamine et à l’agrégation plaquettaire (formation de micro-thrombus). Parmi les exemples de maladie auto-immunes (avec réaction de type III), il y a : - le lupus érythémateux systémique, - l’arthrite rhumatoïde. Le traitement des réactions d’auto-immunités de type III peuvent inclure l’excrétion des auto-anticorps et des complexes immuns circulant par plasmaphérèse [1, 4, 13] (car il s’agit de maladie à composante sérique). Réaction d’hypersensibilité de type IV Dans les réactions de type IV (hypersensibilité retardée) induisant de l’auto-immunité, les dommages tissulaires surviennent comme une conséquence d’une sensibilisation de l’activation des lymphocytes T menant à une activation des lymphocytes et des macrophages avec production d’enzymes hydrolytiques, de radicaux libres (espèces réactives à l’oxygène), d’oxyde nitriques et de cytokines. Des cytokines comme le T.N.F (tumor necrosis factor), l’interleukine 1 (IL- 1) et IL-6. Le diabète insulino-dépendant peut appartenir à cette catégorie de maladies. [13,26] E Les anticorps bloquent les fonctions importantes des protéines c'est-à-dire le facteur intrinsèque nécessaire à l’absorption de la vitamine B12
  11. 11. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 11 Diagnostic des maladies auto-immunes Comme il y a un nombre important d’auto-antigènes activés par le propre système immunitaire résultant de la formation d’auto-anticorps par les cellules B auto-réactives non-tolérantes ; les diagnostics des maladies auto-immunes varient d’une maladie à l’autre en relation avec l’organe impliqué dans la pathogénèse. Cependant, il y a des critères communs pour le diagnostic de laboratoire des maladies auto-immunes, lesquels incluent des hauts taux sériques : - d’immunoglobulines, - d’auto-anticorps (c'est-à-dire anti-nucléaire, anti-mitochondrial, anti-Sm = anti-smooth muscle et facteur rhumatoïde dans l’arthrite rhumatoïde), - de complexes immuns, - d’auto-anticorps spécifiques de tissus ou d’organes (anticorps anti-thyroïdiens), -de récepteur soluble de cytokine (comme les récepteurs solubles IL-2R dans l’arthrite rhumatoïde) ; Et un taux sérique bas de compléments. [1, 4,13]. Modalités courantes pour le traitement des maladies auto-immunes Le traitement courant des maladies auto-immunes est dirigé selon le protocole des « 3 C » (= Cause, condition et complications) qui a un succès limité (modeste) dans certains cas. Le traitement pharmacologique repose sur les médications anti-inflammatoires et immunosuppressives : - Les médications anti-inflammatoires de type stéroïdiennes ou non-stéroïdiennes pour diminuer la réaction inflammatoire et abaisser la production de médiateurs inflammatoires par le propre système immunologique. - Les médications immunosuppressives et cytotoxiques peuvent aider à diminuer l’activité des cellules immunitaires comme le méthotrexate [9]. Les cytokines inhibitrices comme l’anti-T.N.F peuvent abaisser les effets pathologiques exercés par les excès pathologiques des cytokines T.N.F [30]. Les anticorps monoclonaux sont dirigés thérapeutiquement pour lier les cytokines inflammatoires [31] c'est-à-dire comme l’infliximab qui lie le T.N.F lors du traitement de l’arthrite rhumatoïde [32]. Cependant, le traitement par les anticorps monoclonaux sont très cher et apportent de nombreux et sérieux effets indésirables [13,34].
  12. 12. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 12 Al-Hijamah, une technique de nettoyage du sang Al-Hijamah (thérapie par ventouse humide de la médecine Prophétique) nettoie le sang des C.P.S Histologie de la peau Histologiquement, l’ultra-structure de la peau (mise en évidence par les études en microscopie électronique) est formée de 3 couches [Fig. 1 A-B] : - l’épiderme, - le derme, - et l’hypoderme. L’épiderme L’épiderme est la couche la plus superficielle (la plus extérieure) et qui ne contient pas de capillaires sanguins. Il est constitué de différentes couches dont la couche la plus haute est la couche de cellules mortes, la couche épithéliale kératinisée (= stratum cornéum = couche de cellules cornées), celle-ci constitue la barrière de la peau (Elle a une épaisseur moyenne de 10 à 20µm) qui a pour principale fonction d’être la première barrière pour l’absorption et l’excrétion percutanée de substances et d’eau à travers la peau. En dessous du stratum corneum, il y a la couche épidermique viable (50 à 100 µm d’épaisseur), qui est responsable de la régénération (du renouvellement) du stratum corneum [35]. Le derme Le derme (1 à 2 mm d’épaisseur) est la seconde couche de cellules de la peau qui est directement adjacente à l’épiderme et fournit un support mécanique pour la peau. Les capillaires cutanés fenestrés sont à la jonction dermo- épidermique [35]. Il y a un réseau superficiel de capillaires fenestrés utilisable pour une fonction de filtration pression- dépendante avec l’application d’une pression d’aspiration négative comme on le fait avec la technique Al-Hijamah. Différences entre la technique Al-Hijamah et la W.C.T chinoise De façon pratique, lors d’une séance d’Al-Hijamah, les scarifications de la peau (petites incisions superficielles nommées « SHARTATMIHJAM en Arabe) sont effectuées. Elles doivent être superficielle (autour de 0.1 mm de profondeur), c'est- à-dire juste assez pour ouvrir la barrière cutanée et atteindre les capillaires dermiques superficiels fenestrés. Il n’y a pas besoin de scarifier plus en profondeur lors de la technique Al-Hijamah afin de ne pas endommager les capillaires fenestrés dermiques (car cela provoque la perte des fenestrations capillaires et des fonctions de filtration) ou de ne pas provoquer une cause non nécessaire de saignement abondant [39]. Le terme Wet Cupping Therapy (W.C.T /thérapie par ventouses humides) inclut l’ensemble des thérapies de W.C.T chinoise et Al-Hijamah (W.C.T de la médecine Prophétique). Al-Hijamah possède des bases scientifiques et médicales solides au travers de l’épuration de l’ensemble des liquides sanguins et interstitiels des substances causales pathologiques (C.P.S). Ceci grâce à la filtration pression-dépendante du sang passant à travers les capillaires sanguins fenestrés [Fig. 1 A-B]. [11,12] La W.C.T traditionnel se constitue de deux étapes principales : - une première étape de scarification d’une peau intacte (non précédée d’une aspiration de ventouses), - une deuxième de 1ère suction (aspiration) à l’aide de ventouses s’appliquant à la surface de la peau. Ceci correspond à la technique double « S » (succion-scarification). Al-Hijamah se constitue de trois étapes principales : - une première étape de 1ère suction (aspiration) à l’aide d’application de ventouses sur une peau intacte (non précédée d’une étape d’aspiration) pour créer une peau surélevée. - une deuxième étape de scarification de la peau de la peau surélevée (shartatmihjam). - une troisième étape de 2ème suction. Ceci correspond à la technique en triple « S » (succion, scarification puis succion). Bases physiologiques de la technique Al-Hijamah Cette technique est immédiatement suivie d’une excrétion des C.P.S par pression dépendante grâce à shartatmihjam en accord avec les preuves cliniques du mécanisme de Taibah (Taibah theory) [11,12] proposé récemment par Salah M El- Sayed. Le mécanisme de Taibah indique qu’Al-Hijamah est une procédure thérapeutique chirurgicale mineure « excrétoire » qui peut nettoyer l’ensemble des espaces interstitiels et le sang partiellement des substances nocives provoquant différentes maladies ou participant à la pathogénèse de la maladie.
  13. 13. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 13 Ceci est permis par l’utilisation de la structure histologique de la peau qui possède des capillaires cutanés fenestrés. Ils permettent d’être comme des filtres lors d’application d’une pression d’aspiration produite à l’intérieure des ventouses lors de la technique Al-Hijamah [11,12]. Tout ceci facilite le retour à l’homéostasie physiologique et une rémission à des degrés variable en fonction du degré de « clearance » de purification des substances nocives ; Une bonne pratique de la technique Al-Hijamah au niveau des sites anatomiques pertinent et en association avec les avantages des autres thérapeutiques peut améliorer le traitement de la maladie. [12]. Comparaison avec l’évacuation d’abcès Les principes scientifiques de la technique Al-Hijamah sont similaires à l’évacuation d’un abcès lorsqu’il y a une pression de compression sur les parois de l’abcès pour évacuer le pus vers l’extérieur (qui sont l’équivalent des substances nocives dans Al-Hijamah) ; le tout pour créer une ouverture de l’abcès (qui est représentée par les scarifications de la peau dans la technique Al-Hijamah).[12] Comparaison avec la filtration rénale Les bases médicales de la technique Arabe sont également similaires au principe de filtration glomérulaire du rein. Dans laquelle, il y a une différence de pression entre la pression hydrostatique des capillaires et la capsule de Bowman (ceci est représenté par une différence de pression entre l’aspiration des ventouses et les capillaires cutanés durant la technique Al-Hijamah). Cette différence de pression permet la filtration de pression dépendante des capillaires cutanés. Al-Hijamah est composée de trois étapes techniques [40,41] (aspiration, scarification et aspiration), ce qui inclus en fait, toutes les étapes des ventouses sèches chinoises (une seule aspiration) et la W.C.T chinoise (scarification de la peau suivie d’une aspiration) [11,12]. L’excrétion des substances causales pathologiques Les S.C.P incluent l’ensemble des substances provoquant le processus de la maladie et les substances résultant de la pathogénèse de celle-ci [11,12]. Les C.S.P dans les maladies auto-immunes incluent les auto-anticorps, les complexes +immuns circulants (autoanticorps et autoantigènes), les médiateurs inflammatoires, les prostaglandines, les cytokines inflammatoires, les récepteurs de cytokines solubles, les enzymes hydrolytiques, les radicaux et autres substances diverses (Fig.2). [1,4] Figure 1. structure en microscopie électronique des vaisseaux dermique. A. La peau possède un réseau superficiel de capillaires dermiques fenestrés. B. Les capillaires dermiques fenestrés ont des pores qui permettent la fonction de filtration pression-dépendante durant la pratique de Al-Hijamah.
  14. 14. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 14 Figure 2. Les substances causales pathologiques (C.P.S) des maladies auto-immunes sont présentes dans le sérum et les liquides interstitiels. Les C.P.S peuvent être filtrées à travers les pores capillaires puis excrétées à l’extérieure grâce à l’effet de pression dépendant de la technique Al-Hijamah. Les fonctions physiologiques des trois étapes de Al-Hijamah La première et la dernière étape de la technique Al-Hijamah sont caractérisées par une stérilisation de la peau dans une atmosphère totalement aseptique. La W.C.T de la médecine prophétique (Al-Hijamah) s’exerce par trois principales fonctions par trois étapes principales : - premièrement, pose des ventouses par aspiration (aspiration de la peau à l’intérieur de la ventouse) créant une peau surélevées (en dôme). Le but étant de collecter le liquide interstitiel et de filtrer les liquides contenant les C.P.S (Fig. 3 A- C), - deuxièmement, « puncturation » (c'est-à-dire scarification de la peau pour réaliser une excrétion des fluides collectés), - et troisièmement, une seconde pose de ventouse (seconde aspiration) pour produire une pression négative au travers des scarifications cutanées afin d’obtenir une filtration capillaires des C.P.S (Fig.4 A-C). [11, 12]. Le sang aspiré est une excrétion de produits sanguin à l’intérieur de la ventouse [11, 12, 42] qui contient les C.P.S (Fig. 5, 6 A-C). Chaque étape d’aspiration est une étape de filtration à pression dépendante pour nettoyer le sang et les espaces interstitiels des C.P.S. C’est également une filtration non spécifique et à taille dépendante [11, 12]. L’aspiration avec scarification produit une : - filtration à pression dépendante, - filtration non spécifique de substances mais à taille dépendante. Les étapes de Al-Hijamah incluent deux aspirations (deux étapes filtration pression-dépendante) ; tandis que la traditionnelle W.C.T incluse une seule étape d’aspiration (une seule filtration pression-dépendante). Donc en raison de ceci, Al-Hijamah est une meilleure thérapeutique que la traditionnelle W.C.T à cause d’une meilleure clearance sanguine et pour les autres raisons suscitées.
  15. 15. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 15 Bénéfices thérapeutiques de Al-Hijamah En effet, Al-Hijamah est plus complète que la traditionnelle W.C.T (chinoise) car elle inclut toutes les étapes, les bénéfices thérapeutiques, et traite les maladies faite par cette dernière. L’opposé n’est pas vrai car la forme traditionnelle de la W.C.T est une forme partielle d’Al-Hijamah. Nous avons écrit précédemment les nombreux bénéfices thérapeutiques en rapport avec Al-Hijamah et qui peuvent par extension expliquer les bénéfices dans le traitement de très nombreuses maladies aux étiologies différentes [42]. Ceci peut expliquer la réputation qu’Al Hijamah provoque : - un nettoyage non spécifique général du sang contre les substances nocives, - une amélioration de l’immunité, - une potentialisation pharmacologique, - des effets analgésiques, - des bénéfices physiothérapiques, hémostatiques, hématologiques, hémodynamiques, nutritionnels et d’autres que nous avons évoqués précédemment [42]. Tous ces effets thérapeutiques aident à la restauration de l’homéostasie et à la rémission de la maladie. A notre connaissance, il n’y a pas d’effets indésirables sérieux signalés et de limitations ou de contre-indications absolues liées à une pratique correcte de Al-Hijamah. Les indications thérapeutiques ont été signalées précédemment [42]. Dans d’autres articles, une clearance non spécifique du sang survient durant Al-Hijamah comme un nettoyage du sang veineux de la ferritine (ng/ml) d’environ 22 %, de LDL-cholestérol (mg/dl) d’environ 23 %, de triglycérides (mg/dl) d’environ 27 %, du cholestérol (mg/dl) d’environ 13.7% et d’acide urique sérique (mg/dl) d’environ 17 % [43]. Les échantillons de sang ont été prélevés avant la pratique d’Al-Hijamah et 10 jours après celle-ci [43]. Ce qui permet de mesurer les bénéfices de l’excrétion et de la clearance sanguine lors d’Al-Hijamah [43]. Récemment, nous avons suggérer que Al-Hijamah est un nouveau traitement prometteur dans les affections de surcharge en fer comme la thalassémie [44]. Basé là-dessus, Al-Hijamah peut être considérée comme une procédure d’excrétion artificielle qui ouvre la barrière cutanée et améliore les fonctions excrétoires naturelles de la peau [11, 12] ce qui est prouvé par l’article que la W.C.T améliore l’immunité naturelle des patients via l’augmentation du nombre de cellules « natural killer » (les cellules NK ou NKT qui font partis de l’immunité adaptative) et la production d’une leucocytose [45]. La filtration de pression dépendante et l’excrétion grâce à la technique Al-Hijamah sont semblables au principe scientifique de la filtration glomérulaire rénale et de l’évacuation pression-dépendante d’un abcès. En effet, l’excrétion des C.P.S nocives induit une clearance du sang et une restauration physiologique de l’homéostasie en accord avec les preuves du « mécanisme de Taibah » [12].
  16. 16. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 16 L’excrétion pression-dépendante de Al-hijamah versus filtration rénale glomérulaire L’excrétion des LDL : Al-Hijamah versus rein De grosses molécules comme les béta-lipoprotéine (LDL-cholestérol) ne peuvent pas être filtrées par le glomérule rénal car elles ont un gros poids moléculaire (1 300 000).Le métabolisme des LDL et des autres lipoprotéines survient naturellement à l’intérieur du corps humain. Toutefois, l’excès pathologique en LDL-cholestérol est un facteur de risque de développement de l’athérosclérose et des maladies coronariennes [43]. Les LDL se lient au LDL-récepteur dans la surface de la cellule hépatocytaire lors d’un processus d’endocytose. Suite à celui-ci, un endosome se forme. Puis ce dernier fusionne avec un lysosome transportant des enzymes lysosomale hydrolytique. Ces enzymes hydrolysent les composants du LDL-cholestérol en esters de cholestérol, protéines LDL et d’autres lipides [46]. Les LDL ont été signalés comme pouvant être filtrés par voie percutanée durant Al-Hijamah [43], ce qui donne des fonctions thérapeutiques excrétrices à cette technique de ventouse qui n’a pas d’équivalent dans l’excrétion urinaire physiologique. L’excrétion des gamma-globulines Cependant, d’autres grosses molécules comme les gamma-globulines peuvent passer à travers les capillaires cutanées puis dans le liquide interstitiel [47, 49]. Récemment, les taux d’IgE sériques et d’interleukine -2 (IL-2) ont été significativement diminués chez les patients ayant des dermatoses après la technique Al-Hijamah ce qui confirme leurs excrétions dans le sang recueilli dans la ventouse [50]. La méthodologie décrite dans cette étude de 2013 de El-Domyati Met coll. [50] est la technique triple S (Al-Hijamah) et non la traditionnelle W.C.T bien que par erreur les auteurs l’ont décrite comme étant la technique chinoise de W.C.T. En d’autres termes, la W.C.T ouvre la barrière cutanée et améliore le rôle d’excrétion naturelle de la peau. Elle est une aide dans l’excrétion de l’augmentation anormale des gamma-globulines (comme le facteur rhumatoïde), lesquelles sont signalées comme diminuées significativement dans le sérum des patients atteints d’arthrite rhumatoïde après application d’Al-Hijamah. L’excrétion des substances hydrophiles et hydrophobes : Al-hijamah versus rein De façon intéressante, des macromolécules à grosse taille comme les béta-lipoprotéines sont connues pour passer à travers les pores des capillaires cutanés fenestrés de la peau [out to the skin interstitial fluids] [47,49], ce qui peut faciliter leur excrétion par la pratique de Al-Hijamah comme reportés dans les études citées [11, 12, 47, 49]. L’excrétion par le glomérule rénal est limité aux substances hydrophiles tandis que l’excrétion par le mode Al-Hijamah incluse l’ensemble des substances hydrophiles et hydrophobes comme le cholestérol et les triglycérides [43]. Le gradient de pression de filtration : Al-Hijamah versus rein Le gradient de pression lors de l’excrétion en Al-Hijamah (de - 150 à – 430 mm Hg) est beaucoup plus haut que le gradient de pression net utilisé pour la filtration glomérulaire rénale (10 mm Hg). Al-Hijamah exerce une excrétion finale à l’intérieur du sang de la ventouse tandis que l’infiltrat provenant du glomérule subit des processus de réabsorptions et de sécrétions tubulaires avant d’être finalement excrété. L'excrétion à travers les glomérules rénaux est influencée par les charges particulaires des substances excrétées et par l'endothélium glomérulaire tandis que l'excrétion par Al-Hijamah n'est pas affecté par cela [11, 12]. La réaction d’hyperhémie lors de Al-Hijamah Récemment, Al-Hijamah est signalée par le bénéfice d’une application d’une pression de compression temporaire exercée sur la surface de la peau par les ventouses pendant quelques minutes lors du phénomène d’hyperhémie [11, 12]. Lors de la réaction d’hyperhémie, la compression vasculaire provoque une diminution de l’apport sanguin dans la peau pendant quelques minutes résultant de l’accumulation de médiateurs vasodilatateur. Aussitôt, que la compression vasculaire est enlevée, le flux sanguin dans la peau augmente rapidement, ce qui s’appelle l’hyperhémie [52]. Cette réaction apporte plus de sang dans la peau et améliore la clearance du sang des C.P.S. De plus, la W.C.T est connue pour augmenter la filtration dans l’ensemble des terminaisons capillaires pour purifier le sang des C.P.S pour restaurer la physiologie normale et l’homéostasie [11, 12] (Fig. 4 à 6).
  17. 17. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 3 Table des matières Table des matières.............................................................................................3 Résumé..............................................................................................................5 Mots clés :........................................................................................................................................................... 5 Liste des abréviations.......................................................................................................................................... 5 Contact:............................................................................................................................................................... 5 Liste de mots et synonymes................................................................................................................................ 6 Introduction.......................................................................................................6 Tolérance immunologie et causes de l’auto-immunité ........................................7 La tolérance immunologique .............................................................................................................................. 7 Les causes d’auto-immunité ............................................................................................................................... 7 Prédisposition génétique à l’auto-immunité..................................................................................................................7 Altération des auto-antigènes ........................................................................................................................................7 Mimétisme moléculaire et réaction croisée lors d’infections microbiennes.................................................................7 Infection microbienne et défaut de la régulation immunologique................................................................................7 Notion de superantigène................................................................................................................................................8 Mécanismes immunologiques des lésions tissulaires dans les maladies auto- immunes..........................................................................................................10 Réactions d’hypersensibilité de type II.............................................................................................................. 10 Réaction d’hypersensibilité de type III .............................................................................................................. 10 Réaction d’hypersensibilité de type IV.............................................................................................................. 10 Diagnostic des maladies auto-immunes............................................................11 Modalités courantes pour le traitement des maladies auto-immunes...............11 Al-Hijamah, une technique de nettoyage du sang .............................................12 Al-Hijamah (thérapie par ventouse humide de la médecine Prophétique) nettoie le sang des C.P.S .............. 12 Histologie de la peau ....................................................................................................................................................12 L’épiderme................................................................................................................................................................12 Le derme...................................................................................................................................................................12 Différences entre la technique Al-Hijamah et la W.C.T chinoise..................................................................................12 Bases physiologiques de la technique Al-hijamah........................................................................................................12 Comparaison avec l’évacuation d’abcès...................................................................................................................13 Comparaison avec la filtration rénale.......................................................................................................................13 L’excrétion des substances causales pathologiques.................................................................................................13 Les fonctions physiologiques des trois étapes de Al-Hijamah..................................................................................14 Bénéfices thérapeutiques de Al-hijamah..................................................................................................................15 L’excrétion pression-dépendante de Al-hijamah versus filtration rénale glomérulaire ..............................................16 L’excrétion des LDL : Al-Hijamah versus rein............................................................................................................16 L’excrétion des gamma-globulines ...........................................................................................................................16 L’excrétion des substances hydrophiles et hydrophobes : Al-hijamah versus rein..................................................16
  18. 18. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 18 Figures illustrant les trois étapes de Al-Hijamah Première étape : première aspiration FIGURES 3 A-C. Illustrations de la première étape. La Wet cupping therapy dans la médecine Prophétique (Al-Hijamah) au cours des traitements des maladies auto-immunes. La création d’une peau surélevée. Figure 3 A. Peau surélevée (dôme), création après pose de ventouse dans la région dite : « région Kahel ». La première étape d’Al-Hijamah est une première aspiration avec des ventouses. La peau surélevée (dôme) se forme et augmente en taille progressivement. Ceci est dû à la nature viscoélastique de la peau sous l’effet d’une pression d’aspiration négative. Figure 3B. Un exemple similaire de peau surélevée (dôme), création à l’intérieur de la ventouse posée sur une région localisée pathologique d’un pied (région dorsale du pied douloureuse et sur des endroits d’inflammation).
  19. 19. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 19 Figure 3 C. La première étape de Al-Hijamah est une illustration de la loi de Boyle (Le volume d'un gaz est donc inversement proportionnel à sa pression). Les liquides collectés à l’intérieur de la peau surélevée contiennent les liquides interstitiels avec les C.P.S (autoanticorps, complexes immuns circulants, médiateurs inflammatoires et des cytokines.
  20. 20. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 20 Deuxième étape : scarifications FIGURES 4 A-C. Illustrations de la deuxième étape. Il s’agit de Shartatmihjam, c’est une ouverture de la barrière cutanée grâce des scarifications de la peau. Celles-ci permettent une excrétion des liquides collectés contenant les C.P.S. Les C.P.S sont mélangées avec le sang du au traumatisme des scarifications. Figure 4A. Scarification de la peau (= shartatmihjam en Arabe). Sur la photo, nous illustrons Shartatmihjahm appliquée dans la zone dorsale de la région nommée « kahel » (région de la peau située au niveau de la 7ème vertèbre cervicale). Les critères pour faire Shartatmihjam incluent :F - des incisions petites, superficielles et longitudinales. Celles-ci doivent être faites au niveau de la peau surélevée et précédées d’une première étape d’aspiration. - des incisions de profondeur de 0.1 à 0.2 mm de profondeur et courtes de 1 à 2 mm de longueur). - des incisions multiples et distribuées régulièrement, de manières égales. - les ventouses d’aspirations peuvent être appliquées immédiatement après la scarification de la peau surélevée. Figure 4B. Une autre illustration de Shartatmihjam appliquée sur la zone dorsale du pied. La technique de scarification est faite ici, sur une zone anatomique localisée sur ou très proche du site pathologique pour obtenir une meilleure filtration du tissu « in situ ». Les critères de réalisation de Shartatmijahm sont les mêmes que la photo précédente (profondeur, largeur, multiplicité des incisions) et applications d’une deuxième pose de ventouses immédiatement après. F Note du traducteur : pour faire les scarifications, on utilise soit des petits scalpels (traditionnellement) pour pouvoir faire les incisions longitudinales. Soit des aiguilles à glycémie pour diabétiques. Les aiguilles à glycémie sont d’usage pratique car elles permettent d’éviter de se « tromper » sur la profondeur de l’incision si on a peu d’expérience pour faire Shartatmihjam. Le lecteur trouvera facilement de la documentation à ce sujet sur internet.
  21. 21. Technique Al Figure 4 C. Illustration détaillant la Traduction des annotations de l’image : Ventouse appliquée lors de la technique Al La puncturation de la peau ouvre la barrière cutanée pour permettre l’excré contenant les C.P.S sous la surface de la peau. Elle permet également la transmission de la pression d’aspiration lors de Al-hijamah. La pression d’aspiration négative à l’intérieur de la ventouse est d’environ filtration). La filtration survient au niveau des terminaisons des capillaires artériels. La force de filtration à ce niveau (artériel) est de La force de filtration au niveau des terminaisons Tous ceci mène à une excrétion complète des C.P.S Epuration (clearance) totale des capillaires sanguins menant à une excrétion des C.P.S. Fuite des liquides filtrés et des liquides interstitiels collectés la peau surélevée. Les fluides excrétés sont collectés à l’intérieur de la ventouse d’aspiration. Les pores des capillaires ont 6 à 12 nanomètres de diamètre. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 21 Illustration détaillant la notion d’excrétion à pression dépendante lors de la réalisation de Shartatmihjam. lors de la technique Al-hijamah ; La puncturation de la peau ouvre la barrière cutanée pour permettre l’excrétion des liquides collectés contenant les C.P.S sous la surface de la peau. Elle permet également la transmission de la pression d’aspiration lors La pression d’aspiration négative à l’intérieur de la ventouse est d’environ -150 à – 420 La filtration survient au niveau des terminaisons des capillaires artériels. La force de filtration à ce niveau (artériel) est de -163 à 433 mm Hg Out. terminaisons des capillaires veineux est de – 143 mm Hg à 413 mm Hg Out. Tous ceci mène à une excrétion complète des C.P.S . des capillaires sanguins au travers de l’augmentation de la filtration capillaire iquides filtrés et des liquides interstitiels collectés contenant les C.P.S au travers des puncturations de Les fluides excrétés sont collectés à l’intérieur de la ventouse d’aspiration. Les pores des capillaires ont 6 à 12 nanomètres de diamètre. notion d’excrétion à pression dépendante lors de la réalisation de tion des liquides collectés contenant les C.P.S sous la surface de la peau. Elle permet également la transmission de la pression d’aspiration lors 420 mm Hg Out (force de la 143 mm Hg à 413 mm Hg Out. au travers de l’augmentation de la filtration capillaire au travers des puncturations de
  22. 22. Technique Al Troisième étape : seconde aspiration. FIGURES 5 A-D. Illustrations de la troisième étape. Le sang à l’intérieur des ventouses contient un infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et fragmentées. Figure 5 A : Sang à l’intérieur des ventouses extrait des régions Kahel et Akhdayin. L’application locale de miel permet une fixation correcte des ventouses. Ventouses posées au niveau de la région dite Akhdayin (c'est oreilles). Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 22 : seconde aspiration. Illustrations de la troisième étape. Elle consiste en une seconde aspiration par le moyen de ventouses. s contient un infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et Sang à l’intérieur des ventouses extrait des régions Kahel et Akhdayin. L’application locale de miel permet une fixation correcte des ventouses. Ventouses posées au niveau de la région dite Akhdayin (c'est-à-dire postéro-inférieure aux lobes des Elle consiste en une seconde aspiration par le moyen de ventouses. s contient un infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et Sang à l’intérieur des ventouses extrait des régions Kahel et Akhdayin. inférieure aux lobes des
  23. 23. Technique Al Figure 5 B. Sang excrété dans la ventouse au niveau d’une zone Figure 5 C. L’excrétion d’un liquide ressemblant au sérum plasmatique est une excrétion pression dépendante. Al-hijamah provoque une filtration du sérum. Une aspiration continu à l’intérieur de la ventouse crée filtration pression-dépendante puis une excrétion d’un liquide ressemblant au plasma sérique. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 23 Sang excrété dans la ventouse au niveau d’une zone locale du pied. L’excrétion d’un liquide ressemblant au sérum plasmatique est une excrétion pression dépendante. hijamah provoque une filtration du sérum. Une aspiration continu à l’intérieur de la ventouse crée dépendante puis une excrétion d’un liquide ressemblant au plasma sérique. locale du pied. L’excrétion d’un liquide ressemblant au sérum plasmatique est une excrétion pression dépendante. hijamah provoque une filtration du sérum. Une aspiration continu à l’intérieur de la ventouse crée dépendante puis une excrétion d’un liquide ressemblant au plasma sérique.
  24. 24. Technique Al Figure 5 D. Reprise de l’illustration de la figure 4 infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et fragmentées. Il y a aussi excrétion d’un liquide ressemblant au sérum plasmatique. Traduction des annotations de l’image : Ventouse appliquée lors de la technique Al La puncturation de la peau ouvre la barrière cutanée pour permettre l’excrétion des liquides collectés contenant les C.P.S sous la surface de la peau. Elle permet également la transmission de hijamah. La pression d’aspiration négative à l’intérieur de la ventouse est d’environ filtration). La filtration survient au niveau des terminaisons des capillaires artériels. La force de filtration à ce niveau (artériel) est de La force de filtration au niveau des terminaisons des capillaires veineux est de Tous ceci mène à une excrétion complète des C.P.S Epuration (clearance) totale des capillaires sanguins au travers de l’augmentation de la filtration capillaire menant à une excrétion des C.P.S. Fuite des liquides filtrés et des liquides interstitiels collectés la peau surélevée. Les fluides excrétés sont collectés à l’intérieur de la ventouse d’aspiration. Les pores des capillaires ont 6 à 12 nanomètres de diamètre. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 24 Reprise de l’illustration de la figure 4 C, en précisant que le sang à l’intérieur des ventouses contient un infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et fragmentées. Il y a aussi excrétion d’un liquide Ventouse appliquée lors de la technique Al-hijamah ; La puncturation de la peau ouvre la barrière cutanée pour permettre l’excrétion des liquides collectés contenant les C.P.S sous la surface de la peau. Elle permet également la transmission de la pression d’aspiration lors de Al La pression d’aspiration négative à l’intérieur de la ventouse est d’environ -150 à – 420 mm Hg Out (force de la La filtration survient au niveau des terminaisons des capillaires artériels. force de filtration à ce niveau (artériel) est de -163 à 433 mm Hg Out. La force de filtration au niveau des terminaisons des capillaires veineux est de – 143 mm Hg à 413 mm Hg Out. Tous ceci mène à une excrétion complète des C.P.S . Epuration (clearance) totale des capillaires sanguins au travers de l’augmentation de la filtration capillaire Fuite des liquides filtrés et des liquides interstitiels collectés contenant les C.P.S au travers des Les fluides excrétés sont collectés à l’intérieur de la ventouse d’aspiration. Les pores des capillaires ont 6 à 12 nanomètres de diamètre. C, en précisant que le sang à l’intérieur des ventouses contient un infiltrat mélangé avec des vieilles cellules sanguines hémolysées et fragmentées. Il y a aussi excrétion d’un liquide La puncturation de la peau ouvre la barrière cutanée pour permettre l’excrétion des liquides collectés contenant la pression d’aspiration lors de Al- 420 mm Hg Out (force de la 143 mm Hg à 413 mm Hg Out. Epuration (clearance) totale des capillaires sanguins au travers de l’augmentation de la filtration capillaire contenant les C.P.S au travers des puncturations de
  25. 25. Technique Al Restauration finale de l’homéostasie Figure 6. Restauration de la physiologie et de l’homéostasie. Ceci survient après une excrétion de pression dépendante des C.P.S dans les maladies auto Traduction des annotations de l’image : Un nouveau liquide tissulaire se forme grâce à la filtration des terminaisons nette de filtration est de – 13 mm Hg (to the outside) vers l’extérieur des capillaires. Au niveau des terminaisons capillaires veineuses, la pression nette d’absorption est de Nouveaux liquides interstitiels nettoyés (pas ou peu de présence de C.P.S). Liquides sanguins capillaires nettoyés (pas ou peu de présence de C.P.S). les C.P.S concernent les autoanticorps, les complexes immuns circulants, les cytokines et les médiateurs inflammatoires. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 25 de l’homéostasie Restauration de la physiologie et de l’homéostasie. Ceci survient après une excrétion de pression auto-immunes lors du traitement par Al-hijamah. Un nouveau liquide tissulaire se forme grâce à la filtration des terminaisons des capillaires artériels. La pression (to the outside) vers l’extérieur des capillaires. Au niveau des terminaisons la pression nette d’absorption est de + 7 mm Hg vers l’intérieur des capillaires. Nouveaux liquides interstitiels nettoyés (pas ou peu de présence de C.P.S). Liquides sanguins capillaires nettoyés (pas ou peu de présence de C.P.S). les autoanticorps, les complexes immuns circulants, les cytokines et les médiateurs Restauration de la physiologie et de l’homéostasie. Ceci survient après une excrétion de pression des capillaires artériels. La pression (to the outside) vers l’extérieur des capillaires. Au niveau des terminaisons vers l’intérieur des capillaires. les autoanticorps, les complexes immuns circulants, les cytokines et les médiateurs
  26. 26. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 26 Al-Hijamah, un traitement prometteur dans l’arthrite rhumatoïde Dans les pays arabiques, les termes scientifiques de W.C.T, de blood cupping therapy et de bloodletting cupping therapy se réfèrent à la technique triple S (Al-hijamah) et non à la technique double S (dans traditionnelle W.C.T chinoise). Al – hijamah est une modalité de traitement existant depuis l’ère de la médecine Prophétique dans la littérature médicale Arabe. Récemment, la thérapie par ventouses scarifiées (bloodletting cupping therapy) est connue comme un traitement efficace dans le traitement des maladies auto-immunes comme pour l’arthrite rhumatoïde où la douleur a été réduite au maximum [45]. Al-Hijamah et excrétion des C.P.S de l’arthrite rhumatoïde De façon intéressante, les C.P.S de l’arthrite rhumatoïde comme le facteur rhumatoïde (F.R) et les récepteurs solubles de l’interleukine (SIL-2R) sont réduits significativement dans le sang veineux des patients après la technique Al-hijamah. Ce qui donne comme conclusion que les C.P.S sont excrétés dans le liquide recueilli par la ventouse, lors de la filtration pression dépendante (Al-hijamah). Al-Hijamah et cellules NK Une autre chose remarquable, la technique Al-hijamah est signalée comme augmentant le nombre de cellules NK [45] Les cellules NK sont un sous-ensemble d’effecteurs lymphocytaires, qui de façon contrasté aux cellules T, ne nécessitent pas une sensibilisation préalable avec un antigène pour leur fonction immunologique. Les fonctions de lyse des cellules NK sont régulées grâce à un ensemble de récepteurs inhibiteurs (killer inhibitory receptors) reconnaissant les déterminants C.M.H de classe I pour les cibles cellulaires (c’est grâce à ce recepteur inhibiteur que la cellule NK ne s’attaque pas aux cellules) [1, 4, 13]. Al-Hijamah et médiateurs de la douleur Récemment, la traditionnelle W.C.T (la forme partielle de Al-hijamah) est connue pour purifier le sang des substances médiatrices de la douleur comme la substance P, ce qui explique partiellement les effets analgésiques et antinociceptif de Al-hijamah [54]. Al-Hijamah et potentialisation pharmacologique L’excrétion des facteurs rhumatoïde, du SIL-2R et d’autres C.P.S lors d’une arthrite rhumatoïde par la technique Al- Hijamah [45] constitue clearance non spécifique du sérum des patients. Ceci est si bénéfique qu’elle permet même la facilité de meilleurs bénéfices thérapeutiques par les traitements pharmacologiques. Lorsqu’une clearance significative du sérum est faite, les traitements pharmacologiques peuvent être prescrits avec des concentrations plus basses de C.P.S, ce qui permet un suivi pharmacologique plus facile. L’excrétion des C.P.S peut être meilleure que le traitement des C.P.S ou que l’abolition de leurs effets pathologiques lors de leurs présences dans le corps humain (pendant le traitement par médicaments) [55, 56]. Leçons obtenues par le traitement de l’arthrite par Al-hijamah Une étude intéressante a été effectuée à l’université Al-Azhar du Caire en Egypte [45], celle-ci a évalué l’amélioration de l’arthrite rhumatoïde en effectuant une combinaison de traitement pharmacologique conventionnel avec la technique Al-Hijamah. Cette étude a révélé l’amélioration significative marquée de tous les tests et paramètres cliniques dans les trois mois successifs après application de la technique Al-Hijamah (temps dépendant de l’application de la technique). Améliorations cliniques Les améliorations cliniques ont augmenté progressivement mois après mois. Les meilleures améliorations ont été perçues dans le 3ème mois après application de la technique Al-hijamah (voir tableau 3). L’échelle visuelle analogique de la douleur (V.A.S) a montré une baisse de l’intensité de la douleur d’environ 59 % dans le traitement combiné (Al-Hijamah + traitement conventionnel) versus 20 % dans le groupe traité par le traitement pharmacologique. Le nombre d’articulation douloureuse (Tender joint count = T.J.C) diminue d’environ 76 % dans le groupe au traitement combiné versus 34 % dans le groupe avec traitement conventionnel seul. Le nombre d’articulation enflée (Swollen joint count = S.J.C) diminue d’environ 78 % dans le groupe au traitement combiné versus 18 % dans le groupe avec traitement conventionnel seul. Le score d’activité de la maladie (Disease activity score = D.A.S) diminue d’environ 33 % dans le groupe au traitement combiné versus 4 % dans le groupe avec traitement conventionnel seul [45].
  27. 27. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 4 Le gradient de pression de filtration : Al-Hijamah versus rein .................................................................................16 La réaction d’hyperhémie lors de Al-Hijamah ..........................................................................................................16 Tableau de synthèse sur la fonction excrétrice de Al-Hijamah versus rein..............................................................17 Figures illustrant les trois étapes de Al-Hijamah ...............................................18 Première étape : première aspiration............................................................................................................... 18 Deuxième étape : scarifications........................................................................................................................ 20 Troisième étape : seconde aspiration............................................................................................................... 22 Restauration finale de l’homéostasie ............................................................................................................... 25 Al-Hijamah, un traitement prometteur dans l’arthrite rhumatoïde ...................26 Al-Hijamah et excrétion des C.P.S de l’arthrite rhumatoïde............................................................................. 26 Al-Hijamah et cellules NK.................................................................................................................................. 26 Al-Hijamah et médiateurs de la douleur........................................................................................................... 26 Al-Hijamah et potentialisation pharmacologique ............................................................................................ 26 Leçons obtenues par le traitement de l’arthrite par Al-hijamah ........................26 Améliorations cliniques..................................................................................................................................... 26 Améliorations biologiques ................................................................................................................................ 27 Mesures de l’activité inflammatoire de la maladie ......................................................................................................27 Mesures de l’immunité naturelle .................................................................................................................................27 Potentialisation pharmacologique ................................................................................................................... 27 Al-hijamah est un traitement mécanique......................................................................................................... 27 Tableau de synthèse Al-Hijamah lors du traitement des arthrites rhumatoïdes.............................................. 28 Al-hijamah et clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes...........29 Ferritine et lupus............................................................................................................................................... 29 Ferritine dans les autres maladies auto-immunes............................................................................................ 29 Intérêt de la clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes par Al-hijamah................................. 29 Tableau de synthèse Al-Hijamah et maladies autoimmunes ........................................................................... 30 Al-hijamah versus phlebotomie et plasmaphérèse............................................31 Phlébotomie...................................................................................................................................................... 31 Plasmaphérèse.................................................................................................................................................. 31 Indications et inconvénients de la plasmaphérèse.......................................................................................................31 Avantages de Al-hijamah par rapport à la plasmaphérèse.............................................................................. 31 Tableau de synthèse Al-Hijamah versus plasmaphérèse.................................................................................. 33 Al-Hijamah dans les traitements des autres maladies auto-immunes................34 Tableau de synthèse sur les bénéfices d’Al-Hijamah sur les maladies auto-immunes..................................... 34 Conclusion .......................................................................................................35 Conflits d’intérêts.............................................................................................................................................. 35 Remerciements ................................................................................................................................................. 35 References......................................................................................................................................................... 36
  28. 28. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 28 De façon intéressante, nous avons récemment signalé le raisonnement thérapeutique sur la sélection de sites anatomiques locaux et régionaux pour le traitement de nombreuses maladies tout en incluant l’A.R. [57]. Brièvement, nous avons appris de la médecine Prophétique, que la pose de ventouses au niveau des articulations affectées nettoie les liquides interstitiels dans les zones sélectionnées des C.P.S. Tandis que la pose des ventouses dans des sites anatomiques plus lointains de la pathologie articulaire c'est-à-dire derrière le tronc et derrière la nuque procure un nettoyage du sérum des C.P.S [57]. Le nettoyage cumulé des liquides interstitiels et du sérum (au travers de l’excrétion partielle ou totale des C.P.S) peut aider à améliorer la physiopathologie, à restaurer l’homéostasie physiologique [Fig.6), et interrompre ou améliorer la pathogénèse de la maladie. Ce qui peut se répercuter positivement sur l’amélioration clinique. En posant les ventouses sur les sites pathologiques (c'est-à-dire inflammatoire) peut aider à nettoyer ces sites des C.P.S (c'est-à-dire les médiateurs inflammatoires). De plus, les auteurs n’ont pas de réussi quand ils n’ont pas estimé les paramètres biologiques dans les premières après l’application de la technique Al-Hijamah à recueillir (à démontrer) le bénéfice excréteur pure qui survient à cause du sang produit par Al-Hijamah et la clearance des liquides interstitiels. L’amélioration clinique survenue chez les patients A.R est secondaire à la baisse de l’auto-immunité et des réactions inflammatoires. Elles sont dues à la diminution des paramètres sériques des substances nocives et l’augmentation physiologique des paramètres sériques des globules blancs (W.B.cs) et des cellules NK. L’amélioration s’étend dans le 3ème après Al-Hijamah est due à la combinaison des effets d’excrétion des C.P.S (effet thérapeutique bénéfique après Al- Hijamah), l’amélioration de l’immunité (augmente progressivement les bénéfices thérapeutiques) et baisse la pathologie (bénéfice thérapeutique secondaire à la clearance du sang et de l’immunomodulation). Tableau de synthèse Al-Hijamah lors du traitement des arthrites rhumatoïdes Tableau 3. Améliorations thérapeutiques après Al-Hijamah dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde d’après Sahbaa et al [45]. Traduction des termes : V.A.S – échelle visuelle analogique de la douleur / T.J.C – nombre d’articulation douloureuse / S.J.C – nombre d’articulation enflée / D.A.S – score d’activité de la maladie / SIL-2R – récepteur soluble à l’interleukine 2 / E.S.R – vitesse de sédimentation / C.R.P – Protéine réactive C / R.F – facteur rhumatoïde / WBCs – globules blancs / NK cells – cellules natural killer (variété de lymphocytes).
  29. 29. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 29 Al-hijamah et clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes Importance thérapeutique de la clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes en pratiquant Al-hijamah. La ferritine est la forme de stockage circulant du fer qui est connue comme un marqueur des phases aigues avec des taux élevés lors des différentes phases inflammatoires. L’hyperferritinémie existe chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminés, de diabète, de scléroses en plaques, et chez les patients atteints d’arthrite rhumatoïde. Ferritine et lupus L’hyperferritémie est un marqueur de l’activité de la maladie dans le lupus érythémateux disséminé [58]. Comparée aux sujets ayant un taux de ferritine normale, il y a une forte proportion de patients avec une hyperferritinémie accompagnée de thrombocytopénie, d’anticoagulant lupique et d’anticorps anti-cardiolipine. Ce qui suggère que l’hyperferritinémie peut être un marqueur précoce d’un syndrome des antiphospholipides chez les patients lupiques [59]. Ferritine dans les autres maladies auto-immunes L’élévation de la ferritine sérique est documentée dans l’arthrite rhumatoïde juvénile et est une aide pour le management dans la réponse d’une thérapie [60]. La ferritine semble avoir un rôle dans la pathogénèse des maladies auto-immunes c'est-à-dire dans le syndrome des antiphospholipides. L’hyperferritinémie est signalée comme corrélée avec le syndrome des antiphospholipides, son catastrophique variant et la présence d’anticorps anti-CMV parmi les patients [61]. De plus, l’hyperferritinémie (≥ 1,250 µg/L) est signalée pour exclure certaines maladies auto-immunes et hématologiques [62] qui ont une augmentation de la ferritine sérique et une réduction de l’activité des protéines régulatrice du fer. Celles-ci sont connues pour indiquer une accumulation du fer monocytaire, qui est sans doute important pour la pathophysiologie de l’anémie dans les maladies chroniques chez les humains [63]. De plus, l’augmentation de la ferritine et du fer sérique constituent un ensemble de marqueurs pour les surcharges en fer dans les maladies comme la thalassemie , l’anémie sidéroblastique et l’hémochromatose [42, 44]. En outre, l’hyperferritinémie (≥2,500 µg/L) est signalée être associée à une rechute progressive de sclérose multiple [64], dans la maladie de Still dans un groupe d’adulte [65], la primaire et secondaire hémo-phagocytique lymphohistiocytose [66, 67]. De façon interessante, un bas sérum de ferritine est signalé être associé avec une bonne réponse dans la thérapie chez les patients avec maladie auto-immune dans le syndrome hemophagocytique [66,67]. Ce syndrome est habituellement présent avec une hyperferritinémie (> 500 µg/L), une fièvre élevée, une hépatosplénomégalie, une lymphadénopathie, une « implication » « involvement » du système nerveux central et une coagulation intravasculaire disséminée [68]. Intérêt de la clearance de la ferritine dans les maladies auto-immunes par Al-hijamah Basé là-dessus, une significative clearance de la ferritine sérique chez les patients auto-immuns en pratiquant la technique Al-hijamah est très bénéfique dans la correction de la pathogénèse et en restaurant l’homéostasie physiologique (Fig. 6).
  30. 30. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 30 Tableau de synthèse Al-Hijamah et maladies autoimmunes Maladie Auto-immunes Présence caractéristique Effets possibles d’Al-Hijamah Lupus érythémateux disséminé Complexes immuns sériques et sur la membrane basale du glomérule, sur la peau, l’endothélium, synoviales des articulations, et reins. • ANCA et anti-leucocytes. • Anticorps antiphospholipides • Activation polyclonale des cellules B Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Arthrite rhumatoïde Augmentation de S.I.L-2R Facteur rhumatoïde élevé (IgM et IgG) Association par le virus Epstein Barr et le virus – 1 lymphocyte T Excrétion des auto-anticorps, cytokines, facteur rhumatoïde, S.I.L – 2R, complexes immuns. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Thyroïdites Hashimoto Anticorps Anti-thyroglobuline et anti-microsomes Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Scléroses multiples Anticorps de la protéine basique de la myéline secondaire à une mort cellulaire. Anticorps oligo-clonal dans le liquide cérébral spinal. Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Sclérodermie Anticorps anti-centromère et anti-Scl 70 Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Syndrome de Goodpasture Anticorps anti-glomérulaire de la membrane basale - Croisement avec antigène entre le poumon (membrane alvéolaire) et la membrane basale glomérulaire. Dépôts linéaires de IgG et de complément Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Maladie d’Addison Anticorps contre les microsomes des cellules adrénergiques Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Diabète insulino-dépendant Anticorps contre la acide glutamique décarboxylase Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Anémie pernicieuse Anticorps détruisant les cellules pariétales ; contre les cellules gastriques secrétant le facteur intrinsèque. Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Maladie de Grave Anticorps mimant l’action des ligands (de la T.S.H) Provoquant une sécrétion incontrôlée de thyroxine menant à l’hyperthyroïdie. Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Myasthénie Anticorps inhibant et bloquant la liaison avec l’acétylcholine Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Spondylarthrite ankylosante Infection avec Klebsiella pneumoniae Pas de facteur rhumatoïde Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Acanthosis Nigricans Anticorps contre le récepteur de l’insuline et bloquant la liaison de l’insuline contre son récepteur. Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Maladie des agglutinines froides Anticorps s’agglutinant les cellules sanguines à température inférieure à 37 °C Excrétion des auto-anticorps, cytokines, complexes immuns circulants. Amélioration de l’immunité innée (activation des NK). Potentialisation pharmacologique Tableau 4. Possibles rôles thérapeutiques d’Al-Hijamah dans le traitement des maladies auto-immunes.
  31. 31. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 31 Al-hijamah versus phlebotomie et plasmaphérèse Phlébotomie Les bénéfices thérapeutiques et améliorations sont meilleurs après Al-Hijamah qu’après phlébotomie [69, 71]. En effet, Al-Hijamah améliore beaucoup plus la saturation artérielle en Oxygène (02) et la respiration lors du traitement de patients fumeurs ayant une insuffisance pulmonaire chronique obstructive sans faire perdre une quantité significative de sang [69]. Al-Hijamah est signalée être meilleure que la phlébotomie dans la baisse de la C.R.P et en améliorant la vitesse de sédimentation (V.S) chez les patient une urticaire chronique et un angio-œdème [70]. La méthodologie décrite dans ces études était la technique triple S (Al-Hijamah) et non la technique double S (traditionnelle W.T.C). Les différences entre la technique Al-Hijamah et la phlébotomie sont signalées ci-dessous [44, 71]. Plasmaphérèse Indications et inconvénients de la plasmaphérèse Les maladies auto-immunes montrent des anomalies similaires dans la biologie sanguine comme dans l’arthrite rhumatoïde c'est-à-dire qu’elles ont un haut taux sérique d’auto-anticorps et de complexes immuns circulants (voir tableau 3 et 4). La plasmaphérèse (transfusion sous forme d’ échange de plasma ) est utilisée dans le traitement de diverses maladies auto-immunes pour purifier le plasma sanguin des auto-anticorps [72, 74]. La plasmaphérèse permet l’enlèvement des médiateurs immunologiques tels que les auto-anticorps, les complexes immuns circulants et les substances pro-inflammatoires (le complément et les facteurs de coagulation) [72, 74]. Les maladies traitées par plasmaphérèse peuvent inclure : - la maladie de Goodpasture (présence d’anticorps anti-glomérulaire de la membrane basale), - le lupus érythémateux disséminé, - la myasthénie, - et le syndrome de Guillain-Barré. La plasmaphérèse coute cher, elle est risquée, compliquée, et prend du temps (durée de 1 à 3 heures). De plus, c’est un traitement excréteur qui a besoin d’un appareil spécial. Les étapes préparatoires pour une plasmaphérèse inclus de bons indices hématologiques et de bons volumes de plasma sanguin. Les étapes de sa réalisation incluent la séparation du plasma des cellules sanguines et du plasma à évacuer. Un remplacement des liquides doit être fait pour les patients, lequel inclus de l’albumine, des électrolytes, de l’hydroxy- éthyle amidon et du plasma frais congelé ou des produits de protéines purifiées tels que des facteurs de coagulation comme l’antithrombine III [72, 74]. L’élimination soudaine d’anticorps durant la plasmaphérèse peut conduire à un rebond de l’augmentation dans la production d’anticorps [74]. De ce fait, la plasmaphérèse doit être effectuée sous le couvert d’une thérapie immunosuppressive pour diminuer la possibilité d’un rebond de l’augmentation des auto-anticorps [75, 76] (Voir tableau 5]. Avantages de Al-hijamah par rapport à la plasmaphérèse Comme pour Al-Hijamah, celle-ci peut avoir plusieurs avantages sur la plasmaphérèse dans le nettoyage du sang sur les C.P.S sans avoir besoin d’une transfusion sophistiquée d’échange de plasma (tableau 5). Durant la première étape d’Al-Hijamah, la collection de liquide interstitiel avec les C.P.S, la filtration des liquides (des capillaires sanguins contenant les C.P.S) et les cellules hémolysées sanguines s’accumulent à l’intérieur de la peau surélevée (dômes) produite durant l’étape d’aspiration d’Al-Hijamah. Dans ce liquide mélangé, il n’y a pas de cellules sanguines intactes (globules rouges, blancs, et plaquettes). En effet, les cellules sanguines ont un diamètre en microns environ 100 à 1000 fois plus grand que le diamètre des pores des capillaires cutanés (6 à 100 nanomètre en diamètre). Et donc, elles sont trop grosses pour passer au travers de ces pores et ne peuvent pas être filtrées [11, 12]. La puncturation de la peau et l’application d’une seconde aspiration permet l’excrétion d’un fluide au travers de la barrière cutanée. Les scarifications superficielles de la peau ouvrent cette barrière (c'est-à-dire la 1ère couche épidermique) et transmettent la pression d’aspiration vers les capillaires cutanés fenestrés. Ceci permet de faire une filtration à pression-dépendante et l’excrétion des substances nocives de petites tailles circulant dans capillaires fenestrés sous-épidermiques. Le caractère superficiel des scarifications cutanées est très important pour pouvoir protéger et ne pas endommager les capillaires cutanés superficiels.
  32. 32. Technique Al-Hijamah et maladies auto-immunes 5 Résumé Les maladies auto-immunes ont des propriétés communes caractérisées par des anomalies de la biologie sanguine avec des hauts taux d’anticorps auto-immun et de médiateurs inflammatoires. Ces substances pathologiques causales (C.P.S) ne peuvent pas être excrétées par les mécanismes physiologiques. Les traitements courants des maladies auto- immunes impliquent l’utilisation des stéroïdes, des drogues cytotoxiques, de la plasmaphérèse et des anticorps monoclonaux. La Wet cupping therapy (W.T.C) de la médecine Prophétique est appelée Al-Hijamah et elle traite de nombreuses maladies de pathogénèses et d’étiologies variées via une filtration non spécifique en pression-dépendante et taille-dépendante. Celle-ci induit une excrétion des C.P.S provoquant une clearance du sang et des liquides interstitiels. Al-Hijamah nettoie le sang qui passe à travers capillaires fenestrés de la peau. Les bases médicales de Al- hijamah sont ettayées par les preuves du mécanisme de Taibah (litt. : « evidence-based Taibah mechanism – Taibah Theory). Al-Hijamah est signalée être un excellent traitement pour l’arthrite rhumatoïde qui améliore la chimie sanguine des patients et induit une amélioration clinique significative et une meilleure efficacité pharmacologique (lit : pharmacological potentiation). Al-Hijamah améliore l’immunité naturelle et diminue l’immunité pathologique au travers de la diminution des taux sériques d’auto-anticorps, des médiateurs inflammatoires, et de la ferritine sérique (un facteur clé dans l’auto-immunité). Al-Hijamah réduit significativement la sévérité de la douleur, le nombre d’articulations enflées et l’activité de la maladie sans induire d’effets indésirables significatifs. Les principales étapes de Al-Hijamah sont une aspiration de la peau (cupping), une scarification (Sharatmihjam en Arabe) et une seconde aspiration (technique en triple S) qui est une meilleure thérapeutique que les traditionnelles ventouses humides (technique en double S). Chaque fois qu’un excès de substances nocives peut être enlevé du sang des patients et des liquides interstitiels, Al-hijamah est indiquée. Shartatmihjam est le traitement curatif dans les enseignements Prophétique de l’Islam en accord le hadîth Prophétique : « Cure is in three : in shartatmihjam, oral honey and cauterization. I do not recommend my nation to cauterize ».A Al-Hijamah peut avoir de meilleurs bénéfices thérapeutiques que la plasmaphérèse. Al-Hijamah peut être une thérapie prometteuse dans le traitement des maladies auto-immunes comme unique traitement ou comme traitement adjuvant. Mots clés : Maladies auto-immunes, Al-Hijamah, Médecine Prophétique, ferritine sérique, arthrite rhumatoïde et plasmaphérèse. Liste des abréviations C.P.S : Causative pathological substances DDS-DNA : Double-stranded DNA IC : Immune complexes Ig: Immunoglobulin MHC: Major Histocompatibility Complex NK cells: Natural killer cells RA: Rheumatoid arthritis RBCs: Red blood cells SLE: Systemic lupus erythematosus TNF: Tumor necrosis factor WBCs: White blood cells WCT: Wet cupping therapy Contact: Professor Salah Mohamed El Sayed, M.D., Ph.D. Assistant Professor Clinical Biochemistry and Molecular Medicine Department Taibah Faculty of Medicine Taibah University Saudi Arabia Email: salahfazara@yahoo.com, drsalahpediatr@yahoo.com A

×