Tourisme d'affaires - édition 2016

2 740 vues

Publié le

Rencontres et événements d'affaires à Paris Île-de-France. Une étude de la CCI Paris Île-de-France (octobre 2016) sur les salons, congrès et centres d'affaires, événements d'entreprise, spectacles, examens-formations et événements divers en 2015.

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 740
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 592
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tourisme d'affaires - édition 2016

  1. 1. TOURISME D’AFFAIRES – Édition 2016 (RENCONTRES ET ÉVÉNEMENTS D’AFFAIRES À PARIS ÎLE-DE-FRANCE)  Offre d’infrastructures  Activité des salons avec Focus sur la Corée du Sud  Activité des congrès  Activité des événements d’entreprises, spectacles, examens- formations et événements divers  Activité des sites d’exposition et de congrès
  2. 2. 2
  3. 3. Synthèse…..……….………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..4 Chiffres-clés…….…..……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..5 Offre d’infrastructures…...………………………………………………………………………………………………………………………………………..6 Activité des salons 2015, une année en demi-teinte marquée par les attentats……………………………….…………………………………………………........7 Une forte baisse des visiteurs étrangers………………………....……………………………………………………………………………………………7 Une baisse moins prononcée des visiteurs français.…………….…………………………..……………………………………………………........9 Augmentation du nombre d’exposants dans les salons internationaux et diminution dans les salon nationaux......….....9 Avec plus de 19 milliards d’euros de ventes, les salons constituent des opportunités d’affaires pour les entreprises....10 Plus de 4 milliards d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien….…………………………………………….....11 L’impact économique des attentats évalué à 62 millions d’euros……..……………………………………………………………..............12 Hausse de la surface brute louée aux organisateurs de salons...………………………..………………………………………………………..12 Plus de salons professionnels et moins de salons grand public..…………………………………………………………………………………..13 Moins de salons de petite taille et plus de salons de grande taille…..…………………………………………………………………………..14 Des résultats satisfaisants pour les salons allemands……………………………………………………………………………………………………14 Focus Corée du Sud : une économie mature et dynamique désormais tournée vers l’innovation......................…………..14 Activité des congrès Toujours plus de congrès à Paris Île-de-France….…………………………………………………………………..…………………………….………21 Une excellente fréquentation des congrès franciliens…....………………………………….………………………………………………….…...22 L’activité des congrès portée par les Français en 2015…..…………………………………………………………………………………………….22 Augmentation de la fréquentation des étrangers en trompe-l’œil……………………………………………………...……………………….22 Les congrès ont généré 1,2 milliard d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien..……………………….23 Diversification des congrès à Paris Île-de-France………………….………………………………………………………………………………………23 Activité des événements d’entreprises, spectacles, examens-formations et événements divers 2015, une année difficile pour les événements d’entreprises, spectacles, examens-formations et événements divers………………………………………………………………………………………………………………………………………………….……………………....24 Diminution du nombre d’événements d’entreprises et de la participation..………………………………………………………….…….24 Réduction de la surface dédiée aux événements d’entreprises.………………………………..….…………………………………..…………25 Moins de spectacles, examens-formations et événements divers…………………………………………….....……………………..……...25 Activité des sites d’exposition et de congrès Un chiffre d’affaires en hausse………………………………………………………..……….……..……..…………………………………………………..26 Moins de manifestations accueillies sur les sites d’exposition franciliens.………………………….…………………………………….....26 Un nombre de visiteurs qui se maintient..…………...……….……………………………………………………..……………………………………..26 Légère baisse de la surface brute louée….…………...……….……………………………………………………..……………………………………..27 Annexes Évolution du périmètre de l’étude.………………………………………………………………………………………………………………………………28 Présentation du secteur des rencontres et événements d’affaires.………………………………………………..……………………………31 Réglementation.…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..34 Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France…………….………………………………………………………………………………………35 Remerciements.……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….....38 3 Sommaire
  4. 4. Lieux d’échanges et d’innovation, mais surtout lieux de rencontres entre professionnels ou entre spécialistes, entre entrepreneurs et investisseurs, entre clients et fournisseurs, les centres d’exposition et de congrès participent à la dynamique économique et aux enjeux de développement territorial de Paris et plus largement de la région francilienne et de la France, concourant à leur rayonnement et leur attractivité à l’international. La CCI Paris Ile-de-France, acteur historique du secteur des congrès et salons rappelle le rôle primordial de cette filière d’excellence qui génère chaque année pour la région-capitale plus de 5 milliards d’euros de retombées économiques, plus de 80 000 emplois « équivalent temps plein », et pour les entreprises exposantes plus de 6 millions de contrats signés pour plus de 19 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Avec environ 700 000 m² d’espaces couverts, Paris Île-de-France possède la première offre de surfaces d’exposition en Europe, qui a en outre la particularité d’être riche et variée avec des équipements de toutes tailles répartis de façon équilibrée sur l’ensemble du territoire. L’édition 2016 de cette étude vise donc à offrir un panorama complet de l’activité 2015 (chiffres certifiés) de ces 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens. 2015, une année en demi-teinte marquée par les attentats Le média salons, marqué par les attentats de janvier et de novembre, a enregistré des résultats nuancés en 2015. Après les fortes hausses constatées depuis 2011, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 5,2 % en 2015 (par rapport à 2013(1)). Le nombre de visiteurs français a enregistré une baisse moins importante (- 3,8 %). Côté entreprises, les exposants ont accentué leur présence sur les salons internationaux(2) mais ont été moins présents sur les salons nationaux(3). L’impact économique des attentats est évalué(4) à 62 millions d’euros dont 48 millions d’euros pour les transports, l’hôtellerie, la restauration et les grands magasins. Chaque année, l’étude propose un éclairage spécifique sur un pays ou une zone géographique qui représente un potentiel pour le secteur des salons franciliens. Cette année, le focus porte sur la Corée du Sud, un marché mature tourné vers l’innovation et mis en lumière par l’année croisée France- Corée(5). Une excellente fréquentation des congrès franciliens Avec 1 004 congrès et plus de 761 400 participants recensés en 2015 sur 304 sites par l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP), le secteur des congrès confirme son dynamisme. Celui-ci est en grande partie dû à la clientèle française, le nombre de congressistes français ayant augmenté en un an de 10,7 %(6). De plus, la COP21, qui a attiré près de 31 000 participants étrangers explique notamment la hausse de 7,7 % du nombre de congressistes étrangers. En effet, sans cette manifestation, le nombre de participants étrangers aurait baissé de 6 %. 2015, une année difficile pour les événements d’entreprises, spectacles, examens-formations et événements divers(7) En 2015, les entreprises ont organisé moins d’événements corporate rassemblant moins de participants et sur une surface plus réduite qu’en 2014. Ainsi, 1 919 événements d’entreprises totalisant 1,6 million de participants sur une surface de 3 millions de m2 ont été accueillis sur les 21 sites d’exposition et de congrès franciliens. De plus, 782 spectacles, examens-formations et événements divers(7) se sont tenus en 2015, occupant 1,1 million de m2 et attirant 1,1 million de participants. ********************* La CCI Paris Ile-de-France tient à remercier les acteurs de la filière grâce auxquels elle a pu mener à bien cette étude (voir page 38). (1) Une forte saisonnalité marque l’activité des salons puisque beaucoup de manifestations sont biennales. Sont utilisés des taux de croissance biennaux (t / t-2) afin de comparer l’activité. (2) Un salon est international s’il dénombre au moins 20 % d’exposants étrangers ou au moins 25 % de visiteurs étrangers. (3) Un salon est national s’il dénombre moins de 20 % d’exposants étrangers ou moins de 25 % de visiteurs étrangers. (4) Par rapport à une évolution normale. (5) L’année de la Corée en France de septembre 2015 à août 2016 se poursuit par l’année de la France en Corée de janvier à décembre 2016. (6) Hors COP21. (7) Événements divers : ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs. 4 Synthèse
  5. 5. Chiffres-clés du tourisme d’affaires à Paris Île-de-France en 2015 Activité des salons  399 salons (213 professionnels et 186 grand public) ;  8,3 millions de visiteurs ;  dont 603 600 visiteurs étrangers ;  96 600 entreprises exposantes ;  dont 25 900 entreprises exposantes étrangères ;  4,1 milliards d’euros de retombées économiques pour la région Île-de-France ;  63 100 emplois « équivalent temps plein » ;  5,2 millions de m2 bruts (halls) loués par les organisateurs de salons ;  2,4 millions de m2 nets occupés par les entreprises exposantes ;  19,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé par les entreprises exposantes sur les salons. Activité des congrès  304 sites. Il s’agit des 21 sites principaux sites observés dans cette étude auxquels l’OTCP a rajouté 283 autres sites (lieux scientifiques, salles de réunions, hôtels, musées, lieux événementiels…) ;  1 004 congrès ;  761 400 congressistes ;  dont 244 600 congressistes étrangers ;  1,2 milliard d’euros de retombées économiques pour la région Île-de-France ;  20 200 emplois « équivalent temps plein ». Offre d’infrastructures  21 sites d’exposition et de congrès ;  700 000 m2 de surface d’exposition et de congrès commercialisable couverte. Activité des événements d’entreprises, spectacles, examens-formations et événements divers  1 919 événements d’entreprises ;  299 examens et formations ;  102 spectacles ;  381 événements divers (ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux organisateurs et aux exposants) ;  soit un total de 2 701 manifestations ;  2,7 millions de visiteurs. Activité des sites d’exposition et de congrès  3 306 manifestations ;  11,4 millions de visiteurs ;  10,5 millions de m2 bruts (halls, salles et amphithéâtres) loués par les organisateurs de manifestations ;  400 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisé. 5 Chiffres-clés
  6. 6. Offred’infrastructures © Photo : VIPARIS © Photo : Sophie Chivet Paris Île-de-France, une infrastructure riche et variée © Photo : Eurosites Avec près de 700 000 m2 de surfaces, Paris Île-de- France propose l’offre la plus riche et variée d’Europe en matière d’équipements d’accueil dédiés aux manifestations professionnelles (les 21 sites étudiés sont présentés en annexes pages 29 et 30) :  des centres majeurs capables d’accueillir de grands événements nationaux et internationaux : Paris Nord Villepinte, Paris expo Porte de Versailles, Paris Le Bourget, Palais des congrès de Paris ;  des centres de taille intermédiaire : la Grande Halle de la Villette, Business Solutions-Disneyland® Paris, le Parc Floral de Paris, Espace Jean Monnet, CNIT Paris la Défense, Espace Champerret, Eurosites les Docks de Paris, Carrousel du Louvre ;  des centres de congrès-conventions-expositions de taille inférieure : Espace Grande Arche, Cité des sciences et de l’industrie – Universcience, Espace Charenton, salle Wagram Eurosites, Palais Brongniart, Palais des congrès d’Issy, Palais des congrès de Versailles, Eurosites Saint-Ouen et George V. Paris Nord Villepinte est aujourd’hui le 1er site d’exposition et de congrès national et le 6ème européen en termes de surface derrière Messe Hannover (460 000 m2), Milan Rho Pero (388 000 m2), Messe Frankfurt (356 000 m2), Koelnmesse (284 000 m2) et Messe Düsseldorf (263 000 m2). Paris expo porte de Versailles, qui fait actuellement l’objet d’un vaste programme de rénovation (encadré 1) est quant à lui le 8ème site d’exposition et de congrès européen en termes de surface. 6 Encadré 1. Rénovation de Paris Expo Porte de Versailles et fermeture du CNIT. Plus de 90 ans après sa construction, Paris Expo Porte de Versailles a entamé en 2015 un vaste projet de rénovation pour un montant estimé à près de 500 millions d’euros sur 10 ans. Encadré 1 (suite). Outre la rénovation et la requalification des espaces extérieurs, ce programme d’investissement comprend la création de nouveaux équipements :  Le Paris Convention Centre (livraison fin 2017) avec une salle plénière en lumière naturelle de 5 200 places. Ce centre d’une capacité d’accueil de 30 000 participants sera implanté au dernier niveau du pavillon 7 ;  Un complexe hôtelier de 440 chambres construit le long de l’avenue de la Porte de la Plaine ;  Un restaurant gastronomique, L’Exposition, placé sous la houlette d’un grand chef étoilé. Dans le cadre des travaux pour la réalisation de la gare de La Défense du projet EOLE (prolongement du RER E à l’ouest), le site d’exposition et de congrès du CNIT a fermé ses portes en juin 2015 pour une durée de 4 ans.
  7. 7. © Photo : VIPARIS © Photo : intermatparis / Comexposium 2015, une année en demi-teinte marquée par les attentats Le média salons, marqué par les attentats de janvier et de novembre, a enregistré des résultats nuancés en 2015. Après les deux fortes hausses constatées depuis 2011, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 5,2 % en 2015 (par rapport à 2013). Le nombre de visiteurs français a enregistré une baisse moins importante (- 3,8 %). Cependant, sur le segment des salons internationaux(1) (professionnels et grand public), les visiteurs français ont augmenté respectivement de + 10 % et + 1 %. Même scénario du côté des entreprises exposantes avec une hausse sur les salons internationaux(1) contre une baisse sur les salons nationaux(2). Les salons ont généré plus de 19 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour les entreprises ayant exposé à Paris Île-de-France en 2015. Ils ont également produit plus de 4 milliards d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien. L’impact économique des attentats est évalué(3) à 62 millions d’euros dont 48 millions d’euros pour les transports, l’hôtellerie, la restauration et les grands magasins. Enfin, bénéficiant de l’année croisée France-Corée, la capitale francilienne a attiré davantage de visiteurs et d’exposants coréens, clientèle exigeante à la recherche de produits innovants et désireuse de rencontrer les nombreux visiteurs et exposants africains francophones. Le média salon comme beaucoup d’autres secteurs a été marqué par les attentats de janvier et novembre 2015. Ainsi, le salon de la plongée sous-marine s’est déroulé du 9 au 12 janvier 2015 dans des conditions d’accessibilité difficiles (périphérique et métro fermé aux abords de Paris Expo Porte de Versailles les 9 et 11 janvier). Puis, suite aux attentats du 13 novembre, certains salons ont été reportés pour des raisons de sécurité (Salon Européen de l’Éducation, Salon des Maires et des Collectivités Locales…). Il est fort probable qu’en l’absence de ces événements tragiques, le média salon aurait connu une croissance proche de 3 % sur l’ensemble des indicateurs d’activité. Une forte baisse des visiteurs étrangers La présence des visiteurs étrangers, qui avait progressé très fortement depuis 2011 (encadré 2), a chuté de 5,2 % en 2015 (graphique 1). Cette baisse de fréquentation des visiteurs étrangers sur les salons franciliens se confirme par la diminution du nombre de nuitées consommées par les touristes étrangers à Paris Île-de France (- 4,7 % en 2015(6)). Néanmoins, le nombre de visiteurs étrangers accueillis (603 625) reste supérieur aux volumes constatés en 2001, 2009 et 2011. Encadré 2 (suite). En 2015, les biennaux ont représenté 21 % de la surface totale, 11 % du total des exposants et 11 % du total des visiteurs. En conséquence, pour appréhender l’activité, il est nécessaire de rapporter l’année N à l’année N-2. Intermat, important salon triennal dans le secteur du bâtiment, s’est tenu en avril 2015 (avril 2012 pour la session précédente). Ce salon qui est présent dans notre base de données 2015 vient donc perturber les statistiques. Ainsi, pour l’ensemble de la partie « activité des salons », les statistiques 2013 seront présentées avec les données Intermat 2012. La comparaison 2015 / 2013 se fera donc à champ constant. (1) Un salon est international s’il dénombre au moins 20 % d’exposants étrangers ou au moins 25 % de visiteurs étrangers. (2) Un salon est national s’il dénombre moins de 20 % d’exposants étrangers ou moins de 25 % de visiteurs étrangers. 7 Activitédessalons © Photo : D. Delaporte / CCI Paris Ile-de-France (3) Par rapport à une évolution normale. (4) Plus de 10 000 m2. (5) Moins de 10 000 m2. (6) Source : Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France. Encadré 2. Saisonnalité biennale et particularité du salon Intermat. Une forte saisonnalité marque l’activité des salons. En effet, certains salons ne se tiennent qu’une année sur deux. Les salons biennaux phares se déroulent majoritairement les années paires. En 2015, les biennaux ont représenté 21 % de la surface totale, 11 % du total des exposants et 11 % du total des visiteurs. 507445 610000 631146 757403 485133 570553 636481 603625 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 - 5,2 %+ 11,6 % - 35,9 % + 20 % + 3,5 % + 20,2 % Crise des subprimes Dégonflement de la bulle internet Impact des attentats + 17,6 % Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo’Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : seules les années impaires ont été retenues pour faciliter la lecture du graphique. les années 2001, 2005, 2007, 2011 et 2013 prennent en compte les statistiques du salon Intermat pour une comparaison à champ constant. Graphique 1. Fréquentation des visiteurs étrangers sur les salons franciliens
  8. 8. Activitédessalons Tableau 2. Nombre de visiteurs étrangers et taux d'évolution par type de salon Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : l’année 2013 prend en compte les statistiques 2012 du salon Intermat. 8 Parmi la clientèle étrangère, ce sont nos proches voisins européens qui enregistrent les plus fortes baisses de fréquentation ( - 17 % pour les Allemands, - 16 % pour les Espagnols, - 14 % et pour les Belges), suivis des Américains (- 7,5 %) et des Japonais (- 4,9 %) (tableau 14 page 16). Après les attentats qui ont frappé Paris et Bruxelles, le tourisme francilien (de loisirs comme d’affaires) a subi une forte érosion. Les autorités et les professionnels ont lancé différentes opérations destinées d’une part à soutenir durablement l’activité et l’emploi dans l’industrie touristique et d’autre part, à promouvoir la destination France et Île-de-France :  Dispositifs spécifiquement mis en place par la CCI Paris Ile-de-France :  Promotion des salons franciliens auprès de 20 relais d’opinion influents : à l’initiative de la CCI Paris Île-de-France et du Comité d’Exposition de Paris (CEP), Promosalons a organisé du 22 au 26 janvier 2016 l’accueil d’une délégation de 20 relais d’opinion internationaux (chinois, américains, coréens et japonais) pendant la tenue des salons parisiens de la mode, de la décoration et du design. Outre la visite de salons, cette délégation a été notamment reçue par M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du Tourisme et des Français à l’étranger et a pu échanger avec d’autres personnalités dont MM. David Douillet et Jean-François Martins.  Opération #ParisWeLoveYou : la CCI Paris Ile- de-France est « ambassadrice » de ce dispositif lancé le 15 décembre 2015 par l’Alliance 46.2(1) et soutenu par le gouvernement, la Mairie de Paris et plus de 50 grandes entreprises françaises de tous secteurs d’activités. Cette opération de communication a adressé deux messages forts à l’international : « Paris est une ville sûre et nous l’aimons intemporellement ».  Dispositifs existants mais renforcés ou renouvelés pour remobiliser les acteurs du tourisme :  Renouvellement de la Charte d’accueil des grands événements : la Maire de Paris, l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris OTCP), la CCI Paris Ile-de-France et une quarantaine de groupes hôteliers ainsi que les représentants des hôtels indépendants (UMIH et SYNHORCAT) ont travaillé sur un renouvellement de la charte de 2009. Cette nouvelle charte, signée le 12 mai 2016, vise a attirer à Paris des congrès réunissant plus de 1 000 participants. Les groupes hôteliers signataires s’engagent à proposer des conditions spécifiques et avantageuses pour ce type d’événements.  Dispositifs « Do you speak tourist ? » et « Yes I speak tourist » : la CCI Paris Ile-de-France coordonne, en partenariat avec le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France ces dispositifs visant à sensibiliser les commerçants parisiens à l’accueil des clientèles étrangères. Le groupe ADP s’est récemment joint au dispositif en y intégrant les commerçants des aéroports franciliens.  Principales actions de promotion et communication initiées par différents acteurs :  Plan de promotion du Ministère des Affaires étrangères : le Ministre a annoncé le 1er mars 2016, le lancement d’un plan de promotion d’un montant de 2,5 millions d’euros destiné à rassurer les touristes étrangers. L’Etat contribuera à hauteur de 1 million d’euros et Atout France est chargé de la mise en œuvre de ce plan. Cette campagne de promotion sera déployée sur 16 marchés stratégiques (en Europe mais aussi dans des pays émergents et lointains).  Campagne de promotion portée par AccorHotels, la SNCF et la région Île-de-France : campagne lancée en avril 2016 pour une durée de 6 mois afin de donner « un nouvel élan à l’attractivité » de Paris et sa région auprès des touristes français et internationaux. Différentes offres telles que notamment « 22 000 billets à petits prix sur TGV, Intercités et transporteurs internationaux à destination de Paris pour le printemps et l’été » et « jusqu’à 30 % sur des séjours tout compris chez AccorHotels », ont été mises en place.  Plan de relance du Comité de la Destination Paris : afin de relancer le tourisme dans la capitale après les attentats, l’Etat et la Ville de Paris ont décidé d’unir leurs forces et d’élaborer une campagne internationale de promotion de la destination Paris, avec des moyens dédiés. Soutenue par la Région Ile-de-France et de grandes entreprises, elle s’appuiera sur l’expertise d’Atout France, de l’OTCP et du CRT Paris Ile-de-France. Type de salon 2013 2015 Taux d'évolution 2015 / 2013 Salons professionnels 538 250 514 998 - 4,3 % Salons grand public 98 231 88 627 - 9,8 % Ensemble des salons 636 481 603 625 - 5,2 % La baisse de fréquentation des étrangers est nettement plus prononcée sur les salons grand public (- 9,8 %) que sur les salons professionnels (- 4,3 %, tableau 2). (1) Association qui regroupe les 21 plus grandes entreprises du tourisme en France.
  9. 9. 9 Cette campagne sera déployée jusqu’à la fin de l’année, avec deux objectifs majeurs : rassurer les visiteurs et les professionnels sur la sécurité à Paris, grâce à un discours positif et enthousiaste sur la destination mais aussi reconquérir les visiteurs et accélérer le retour aux niveaux de fréquentation touristique d’avant le 13 novembre. Une baisse moins prononcée des visiteurs français Le nombre de visiteurs français accueillis sur les salons franciliens, déjà en baisse en 2013, a de nouveau fléchi en 2015 (graphique 2). Avec 7,7 millions de visiteurs français, les salons franciliens ont enregistré la fréquentation la plus basse depuis 2001. 8,4 7,8 8,1 8,6 8,0 8,3 8,0 7,7 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 Graphique 2. Fréquentation des visiteurs français sur les salons franciliens Crise des subprimes Dégonflement de la bulle internet Impact des attentats Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo’Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : seules les années impaires ont été retenues pour faciliter la lecture du graphique. les années 2001, 2005, 2007, 2011 et 2013 prennent en compte les statistiques du salon Intermat pour une comparaison à champ constant. - 6,8 % + 3,9 % + 6,3 % - 7,5 % + 4,8 % - 4,0 % - 3,8 % Tableau 3. Nombre de visiteurs français et taux d'évolution par type de salon Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : l’année 2013 prend en compte les statistiques 2012 du salon Intermat. Augmentation du nombre d’exposants dans les salons internationaux et diminution dans les salons nationaux Comme pour la fréquentation des visiteurs français, la présence des exposants est très différente selon le type de salon considéré. En effet, le nombre d’entreprises exposantes a fortement augmenté sur les salons internationaux(1) (tableau 4) alors qu’il a chuté sur les salons nationaux(2). Activitédessalons (1) Un salon est international s’il dénombre au moins 20 % d’exposants étrangers ou au moins 25 % de visiteurs étrangers. (2) Un salon est national s’il dénombre moins de 20 % d’exposants étrangers ou moins de 25 % de visiteurs étrangers. Type de salon 2013 2015 Taux d'évolution 2015 / 2013 Salons professionnels internationaux 891 028 980 853 + 10,1 % Salons professionnels nationaux 871 800 715 521 - 17,9 % Ensemble des salons professionnels 1 762 828 1 696 374 - 3, 8 % Salons grand public internationaux 3 755 661 3 792 575 + 1,0 % Salons grand public nationaux 2 496 231 2 217 938 - 11,1 % Ensemble des salons grand public 6 251 892 6 010 513 - 3,9 % Ensemble des salons 8 014 720 7 706 887 - 3,8 % Les salons internationaux(1) (professionnels et grand public), salons phares d’excellence ont quant à eux accueilli plus de visiteurs français (respectivement + 10,1 % et + 1 %, tableau 3). En revanche, les salons nationaux(2) (professionnels et grand public) ont subi les conséquences des attentats, puisque la fréquentation française s’est effondrée (respectivement - 17,9 % et - 11,1 %). En cette période délicate, les professionnels et le grand public ont privilégié les salons internationaux(1) qui génèrent plus de retombées économiques et de flux d’affaires. Tableau 4. Nombre d’exposants et taux d'évolution par type de salon Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : l’année 2013 prend en compte les statistiques 2012 du salon Intermat. Un salon est considéré comme international s'il a réuni au cours de sa session précédente au moins 20 % d'exposants étrangers ou au moins 25 % de visiteurs étrangers. Type de salon 2013 2015 Taux d'évolution 2015 / 2013 Salons professionnels internationaux 38 933 41 207 + 5,8 % Salons professionnels nationaux 20 396 18 201 - 10,8 % Ensemble des salons professionnels 59 329 59 408 + 0,1 % Salons grand public internationaux 14 003 16 640 + 18,8 % Salons grand public nationaux 23 590 20 542 - 12,9 % Ensemble des salons grand public 37 593 37 182 - 1,1 % Ensemble des salons 96 922 96 590 - 0,3 %
  10. 10. La participation des exposants étrangers et français est restée quasiment stable entre 2013 et 2015 (respectivement - 0,1 % et - 0,4 %, tableau 5). Les salons franciliens ont totalisé 96 590 entreprises exposantes venues pour vendre, valoriser et promouvoir leurs produits. 10 Tableau 5. Nombre d’exposants et taux d'évolution par origine géographique sur les salons Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : l’année 2013 prend en compte les statistiques 2012 du salon Intermat. Avec plus de 19 milliards d’euros de ventes(1), les salons constituent des opportunités d’affaires pour les entreprises Selon une étude collective menée par Médiamétrie avec la CCI Paris Ile-de-France, Unimev, la Direction Générale des Entreprises (DGE) et le Comité des Expositions de Paris (CEP) (encadré 4), actualisée par la CCI Paris Ile-de-France pour l’année 2015, les salons ont généré pour les entreprises ayant exposé en Île- de-France 19,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires(1) . 11,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires ont été réalisés par les entreprises exposantes françaises et 7,6 milliards d’euros par les entreprises étrangères (tableau 6). Notons que l’Île-de-France représente 57 % du business national réalisé par les entreprises sur les salons. (1) Estimation actualisée à partir de l’univers des entreprises exposantes en Île-de-France pour l’année 2015. Encadré 4 (suite).  calculer le retour sur investissement des exposants sur un salon, afin de convaincre davantage de PME d’y participer, qu’il s’agisse de manifestations d’envergure régionale, nationale ou internationale ;  inciter les PME primo-exportatrices à participer aux salons internationaux en France grâce à une évaluation fiable du chiffre d’affaires réalisé avec des acheteurs étrangers suite aux contacts et commandes prises sur ces salons. Méthodologie : Une approche micro-économique d’évaluation des transactions a été réalisée. Elle permet non seulement d’obtenir un chiffre au niveau national ou régional mais également aux opérateurs de mesurer le montant des transactions réalisées par salon et par site. Les calculs ont été réalisés à partir de l’univers des entreprises exposantes pour l’année 2013. Le recueil des données s’est opéré via une enquête ex- post réalisée en 2014 par téléphone auprès d’un échantillon final de 3 319 dirigeants (2 705 Français et 614 étrangers) dont l’entreprise ou l’établissement a récemment participé à un salon (recueil des données réalisé par Médiamétrie). Plusieurs vagues d’enquêtes ont été menées auprès d’un échantillon représentatif de près de 50 manifestations, selon une combinaison de 4 critères cumulés de segmentation :  géographique (Paris Île-de-France et région) ;  nature du public visé (professionnel ou grand public);  secteur économique pour les salons professionnels internationaux (9 secteurs ou filières) ;  audience de la manifestation (nationale ou internationale). Un même dirigeant d’entreprise exposante a été interrogé à deux reprises :  la première fois, un mois après sa participation au salon afin de connaitre les ventes immédiates générées grâce à la manifestation ;  la seconde fois, entre 3 et 6 mois après le salon afin de tenir compte du délai de contractualisation des devis ou des commandes avec les contacts pris sur la manifestation. L’étude complète est téléchargeable sur http://www.cci- paris-idf.fr/sites/default/files/etudes/pdf/documents/ etudes-salons-foires-1506.pdf Activitédessalons Type de salon 2013 2015 Taux d'évolution 2015 / 2013 Exposants français 70 974 70 657 - 0,4 % Exposants étrangers 25 948 25 933 - 0,1 % Ensemble des exposants 96 922 96 590 - 0,3 % Encadré 4. Objectifs et méthodologie de l’étude « flux d’affaires générés par les salons en France et en Île-de- France ». De fin 2013 à juin 2015, Médiamétrie a réalisé pour et avec la CCI Paris Ile-de-France, UNIMEV, le CEP et la DGE une vaste étude sur les flux d’affaires générés par les salons en France et en Île-de-France. Objectifs de l’étude :  estimer les flux d’affaires et les exportations générés grâce aux salons pour les entreprises participantes, notamment les PME et TPE. La mesure du volume des transactions réalisées entre exposants et visiteurs immédiatement et/ou postérieurement à la manifestation permet de valoriser l’impact des salons dans l’économie française et en particulier d’estimer la part des exportations françaises générées par la participation aux salons internationaux en France ;
  11. 11. 11 Tableau 6. Détail du chiffre d'affaires réalisé par les entreprises exposantes sur les salons à Paris Île-de-France (en milliards d'euros) Sources : CCI Paris Ile-de-France, UNIMEV, DGE, CEP, Médiamétrie. Note de lecture : estimations actualisées à partir de l’univers des entreprises exposantes à Paris Île-de-France pour l’année 2015. Sur les 19,3 milliards d’euros de transactions que les exposants ont réalisés en 2015 grâce aux salons franciliens, 8,1 milliards se sont concrétisés auprès de clients étrangers. La grande majorité de ce chiffre est le fruit de contrats entre étrangers (6,2 milliards d’euros). Ainsi, pour ces exposants étrangers, les salons franciliens représentent des « hub » de commerce international davantage qu’une pénétration du marché français. En outre, le solde des transactions ou « balance commerciale » entre Français et étrangers est légèrement positif (les exposants français génèrent 1,9 milliard d’euros de transactions avec les clients étrangers alors que les exposants étrangers réalisent 1,4 milliard d’euros avec les clients français). En 2015, la participation à un salon francilien a permis de concrétiser plus de 6 millions de contrats pendant et après la manifestation (tableau 7). Plus de 3 millions de contrats auraient été signés sur un salon grand public international contre plus de 870 000 sur un salon professionnel international. Rappelons que les contrats signés sur les salons professionnels internationaux sont beaucoup plus rémunérateurs. Tableau 7. Nombre de contrats signés par type de salon Sources : CCI Paris Ile-de-France, UNIMEV, DGE, CEP, Médiamétrie. Plus de 4 milliards d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien Atout majeur pour le développement économique, l’attractivité et le rayonnement international de la région, les salons génèrent une forte fréquentation touristique, induisent d’importantes retombées économiques (encadré 5), favorisent la création d’emplois, directs et indirects, valorisent les savoirs et savoir-faire, les innovations, et la promotion de filières d’excellence. Ils ont également un effet d’accélérateur des investissements en matière d’infrastructures de transports, d’hébergement ou d’équipements et apparaissent comme un vecteur de lien social et de sentiment d’appartenance de la population aux territoires. Activitédessalons Type de salons Nombre de contrats signés Salons professionnels internationaux 870 045 Salons grand public internationaux 3 285 352 Salons professionnels nationaux 211 422 Salons grand public nationaux 2 065 483 Ensemble des salons 6 432 302 Type de clientèle Exposants français Exposants étrangers Total exposants Auprès des clients français 9,8 1,4 11,2 Auprès des clients étrangers 1,9 6,2 8,1 Total 11,7 7,6 19,3 Encadré 5. Retombées économiques : méthodologie, partenariat et actualisation En 2010 et 2011, la CCI Paris Ile-de-France a coordonné avec le Comité des Expositions de Paris (CEP), l’Union française des métiers de l‘événement (UNIMEV), l’Office de justification des statistiques (OJS), France Congrès, Viparis, Atout France et la Direction générale des entreprises (DGE), une étude visant à évaluer les retombées économiques des salons en France et en Île- de-France via un vaste dispositif d’enquêtes auprès des participants aux salons. Ce projet s’est fixé pour ambition d’estimer les ratios de dépenses des acteurs de la profession du secteur des foires et salons, de calculer les retombées économiques liées à l’activité « salons » et celles liées au séjour des visiteurs et des exposants (hors flux d’affaires entre visiteurs et exposants). L’étude complète est téléchargeable sur http://www.cci-paris- idf.fr/sites/default/files/etudes/pdf/documents/etude- salons-1106_1.pdf Chaque année, la CCI Paris Ile-de-France actualise, via le modèle qu’elle a développé, les retombées économiques générées par le média salon. En 2015, les salons ont ainsi généré près de 4,1 milliards d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien (tableau 8) et 63 097 emplois « équivalent temps plein ».
  12. 12. 12 Les dépenses en hôtellerie-restauration des visiteurs et exposants présents sur les salons ont représenté plus de 21 % de l’ensemble des retombées économiques. Les dépenses en cadeaux et sorties, profitant principalement aux grands magasins parisiens, ont totalisé 10 % de l’ensemble des retombées économiques. Les visiteurs et exposants étrangers ont généré 51 % des dépenses soit 2,1 milliards d’euros. Plus d’un euro dépensé sur deux provient des étrangers alors que ces derniers ne représentent que 7 % des visiteurs et 27 % des exposants. 3,7 millions de nuitées ont été consommées par les exposants et visiteurs des salons (tableau 9) dont 58 % par la clientèle étrangère. En effet, ceux-ci restent plus longtemps que les Français (3,4 nuitées en moyenne pour les étrangers contre moins de 2 pour les Français) et réservent bien plus souvent dans de l’hébergement marchand (72,9 % des visiteurs étrangers réservent dans de l’hébergement marchand contre moins de 19 % pour les visiteurs français). Cette clientèle étrangère constitue donc plus que jamais le moteur de la croissance du secteur. Tableau 9. Estimation du nombre de nuitées consommées par les exposants et visiteurs sur les salons franciliens en 2015 Source : CCI Paris Ile-de-France. L’impact économique des attentats évalué à 62 millions d’euros On estime à 62 millions d’euros (tableau 10) les pertes(1) de retombées économiques pour l’année 2015 (soit 1,5 % des retombées économiques annuelles). Les retombées liées au séjour des exposants et visiteurs seraient principalement impactées avec près de 48 millions d’euros perdus(1). Cela concerne en particulier l’hôtellerie pour 12 millions d’euros, la restauration pour 8 millions d’euros et le shopping pour 9 millions d’euros. On estime également que 1 000 emplois « équivalent temps plein » ont été perdus(1). De plus, le nombre de nuitées non consommées est évalué à près de 70 000. Par ailleurs, la CCI Paris Ile-de-France estime que plus de 118 000 contrats (1,8 % du total annuel) pour un montant de 259 millions d’euros de transactions(2) entre entreprises exposantes et clientes n’auraient pas été conclus en raison des événements de l’année 2015. (1) Par rapport à une évolution normale. (2) Estimation réalisée sur la base de la méthode issue de l’étude partenariale flux d’affaires menée par la CCI Paris Ile-de-France, Unimev, la DGE et le CEP. Type de dépenses Montant en millions d'euros Forfait surface et aménagement de l'espace 7,2 Espace loué et prestations associées 5,5 Transport de marchandises, frais de manutention et stockage 1,1 Accueil sur le salon (hôtesses) 0,3 Traiteur, réception, boissons 0,3 Total des dépenses liées à l'organisation de salons 14,4 Transports d'accès à l'Ile-de-France 15,7 Hôtellerie 12,0 Cadeaux et sorties 9,4 Restauration 8,1 Transports locaux 2,7 Total des dépenses liées aux séjours des exposants et visiteurs 47,9 Total des dépenses 62,3 Source : CCI Paris Ile-de-France. Tableau 10. Estimation de l’impact économique des attentats de janvier et novembre 2015 Activitédessalons Type de salons Nuitées consommées salons professionnels salons grand public Ensemble des salons Nombre de nuitées consommées par les exposants français 300 101 264 396 564 497 Nombre de nuitées consommées par les exposants étrangers 345 709 116 047 461 756 Nombre de nuitées consommées par les visiteurs français 397 810 449 587 847 397 Nombre de nuitées consommées par les visiteurs étrangers 1 276 474 219 671 1 496 145 Nombre de nuitées consommées par les exposants et visiteurs 2 320 094 1 049 701 3 369 795 Hausse de la surface brute louée aux organisateurs de salons La surface brute louée par les organisateurs de salons auprès des gestionnaires de sites d’exposition a été de 5,2 millions de m2 (tableau 11), soit une hausse de 1,1 %. La surface brute consacrée aux salons professionnels a augmenté de 1,7 % alors que celle dédiée aux salons grand public est restée quasi stable (- 0,1 %). Les organisateurs de salons ont proposé 2,4 millions de m2 nets aux exposants soit quasiment la même surface qu’en 2013 (+ 0,05 %). La surface moyenne d’un stand en 2015 s’est établie à 24,5 m2 (graphique 3), stable par rapport à 2014. Cependant, depuis 1992, cet indicateur montre une nette baisse, la surface moyenne passant de 37,2 m2 à 24,5 m2 (soit une diminution de 34 %). Type de dépenses Montant en millions d'euros Forfait surface et aménagement de l'espace 1 003 Espace loué et prestations associées 772 Transport de marchandises, frais de manutention et stockage 158 Accueil sur le salon (hôtesses) 53 Traiteur, réception, boissons 42 Total des dépenses liées à l'organisation de salons 2 028 Transports d'accès à l'Ile-de-France 663 Hôtellerie 508 Cadeaux et sorties 402 Restauration 347 Transports locaux 114 Total des dépenses liées aux séjours des exposants et visiteurs 2 034 Total des dépenses 4 062 Source : CCI Paris Ile-de-France. Tableau 8. Estimation des retombées économiques générées par les salons franciliens en 2015
  13. 13. 100 120 140 160 180 200 220 240 260 19951997199920012003200520072009201120132015 Salons grand public Salons professionnels Graphique 4. Nombre de salons professionnels et grand public Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Note de lecture : seules les années impaires ont été retenues pour faciliter la lecture. 13 Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : l’année 2013 prend en compte les statistiques 2012 du salon Intermat. Tableau 11. Surface brute louée par les organisateurs de salons et taux d’évolution par type de salons 20 25 30 35 40 Graphique 3. Surface moyenne d’un stand en m2 Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo’Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Note de lecture : surface moyenne d’un stand = surface nette en m2 occupée par les exposants / nombre d’exposants. 24,5 Plus de salons professionnels et moins de salons grand public En 2015, 399 salons se sont tenus dans les 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens, soit 4 salons de plus qu’en 2013. Avec 213 salons professionnels accueillis, la tendance à la baisse observée depuis 2007 s’est inversée (graphique 4). Quant au segment grand public (186 salons), la baisse commencée en 2013 se poursuit. De nouveaux salons ont été créés en 2015 (Cosmetics 360°, Smart Industries (encadré 6), Eurowaterways, Avantex Paris ou Secours Expo…) et d’autres ont disparu (Salon National de l’Immobilier Paris, Salon de l’Emploi Public, Mondial Spa & Beauté…). Certains salons sont tournants et ne reviendront peut-être pas à Paris (Passenger Terminal Expo, Post-Expo). Enfin, certains salons ont fusionné : c’est le cas du Salon professionnel du chocolat désormais remplacé par un nouveau village BtoB au sein du Salon du Chocolat Grand Public, des salons Innovative Building et Services à la Personne qui sont devenus le Salon des Achats et de l’Environnement de Travail… Rappelons également que Pollutec Horizons Paris s’intitule désormais World Efficiency. La fermeture du CNIT en juin 2015 pour 4 ans (voir encadré 1 page 6) est sans effet dans notre panel puisque quasiment tous les salons qui s’y déroulaient se tiennent désormais dans un autre lieu géré par VIPARIS. 186 213 Encadré 6. Focus sur deux nouveaux salons prometteurs  Cosmetic 360° (1 541 m2 nets, 133 exposants et 4000 visiteurs), le salon parisien de l’innovation et de la R&D cosmétiques, organisé par le pôle de compétitivité Cosmetic Valley basé à Chartres s’est tenu du 15 au 16 octobre 2015 au Carrousel du Louvre. Ce nouveau salon, porte-drapeau du savoir- faire français en matière de cosmétiques, a présenté les dernières innovations, les tendances et la recherche. Pour réussir ce lancement, la Cosmetic Valley compte notamment s’appuyer sur son réseau de partenaires internationaux (Japan Cosmetic Center au Japon, Polo Technologico della Cosmesi en Italie…).  Smart Industries, le salon dédié à l’usine du futur (2129 m2 nets, 114 exposants dont 8 étrangers et 3123 visiteurs dont 321 étrangers, certifié Expo’Stat) est organisé par GL EVENTS EXHIBITIONS et parrainé par la Présidence de la République. A travers ses conférences de haut niveau, la présence de dizaines de start-up, de démonstrateurs, de concours pour les jeunes, ce salon propose de faire entrer le monde industriel dans l’ère de la virtualisation et du numérique. Activitédessalons Type de salon 2013 2015 Taux d'évolution 2015 / 2013 Salons professionnels 3 368 091 3 425 794 + 1,7 % Salons grand public 1 742 176 1 740 709 - 0,1 % Ensemble des salons 5 110 267 5 166 503 + 1,1 %
  14. 14. Activitédessalons 14 Moins de salons de petite taille et plus de salons de grande taille En 2015, les 21 salons de plus de 50 000 m2 (5 % des salons) ont représenté près de la moitié de la surface brute louée aux organisateurs (tableau 12). Les 307 salons de moins de 10 000 m2 (77 % des salons) ont occupé seulement un quart de la surface brute louée. Entre 2009 et 2015 il y a eu une mutation de la structure des salons franciliens, avec plus de salons de taille intermédiaire et supérieure et moins de salons de petite taille. Rappelons que les salons de taille supérieure sont souvent des salons internationaux à forte notoriété qui génèrent le plus de retombées économiques et de flux d’affaires. Toutefois, n’oublions pas que les salons de petite taille d’aujourd’hui sont susceptibles de devenir les salons de taille supérieure de demain. En conséquence, il convient de ne pas négliger ces salons qui sont également les plus sensibles aux crises économiques et autres aléas conjoncturels. Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC), Infora et organisateurs de salons. Tableau 12. Répartition du nombre de salons et de la surface brute selon la taille du salon Des résultats satisfaisants pour les salons allemands Les salons franciliens, marqués par les attentats de 2015, ont enregistré une chute du nombre de visiteurs français et étrangers ainsi qu’une stagnation du nombre d’exposants et de la surface nette occupée par les stands. Les salons Allemands, principaux concurrents des salons franciliens ont-ils connus une évolution similaire de leur activité ? Selon les résultats fournis par AUMA (la fédération des foires et salons allemands), le média salon a maintenu le cap de la croissance en 2015. Le nombre d’exposants a augmenté de 2 % par rapport à la session précédente (tableau 13). Le nombre de visiteurs et la surface occupée par les stands ont également affichés des résultats satisfaisants (respectivement + 2,6 % et + 1,1 %). Rappelons toutefois que l’Allemagne n’est engagée militairement ni au Proche-Orient ni en Afrique et qu’elle n’a pas subi d’attaques terroristes sur son territoire. Tableau 13. Indicateurs de l’activité des salons allemands en 2015 Source : AUMA. Note de lecture : Ces indicateurs sont déterminés à partir de 164 salons nationaux et internationaux sur les 344 salons recensés en Allemagne en 2015. Focus Corée du Sud : une économie mature et dynamique désormais tournée vers l’innovation Chaque année, l’étude propose un éclairage spécifique sur un pays ou une zone géographique qui représente un potentiel pour le secteur des salons franciliens. Cette année, le focus porte sur la Corée du Sud, un marché mature à la taille de la France, leader de la culture et de la mode en Asie. L’année croisée France-Corée(1), offre aux entreprises françaises une chance supplémentaire de construire des partenariats durables, au travers de rencontres sur les salons. Éléments de contexte La Corée, membre du G20 et 13ème puissance économique mondiale (en parité de pouvoir d’achat PPA), recensait 50,4 millions d’habitants(2) en 2014. Elle est devenue en 2014 le 5ème exportateur mondial et son taux de chômage était de 3,6 % en 2015(2). (1) L’année de la Corée en France de septembre 2015 à août 2016 se poursuit par l’année de la France en Corée de janvier à décembre 2016. (2) Source OCDE. 2009 2015 2009 2015 2009 2015 2009 2015 Plus de 100 000 m2 8 10 2,1% 2,5% 1 719 629 1 745 192 32,4% 33,8% 50 000 à 99 999 m2 8 11 2,1% 2,8% 640 885 769 507 12,1% 14,9% 20 000 à 49 999 m2 21 22 5,4% 5,5% 660 140 667 649 12,4% 12,9% 10 000 à 19 999 m2 40 49 10,3% 12,3% 559 133 677 870 10,5% 13,1% moins de 10 000 m2 310 307 80,1% 76,9% 1 730 213 1 306 285 32,6% 25,3% Total 387 399 100,0% 100,0% 5 310 000 5 166 503 100,0% 100,0% Nombre de salons Surface brute en m2 Structure Structure 2015 Évolution par rapport à la séssion précédente Surface nette occupée par les exposants 6 257 868 + 1,1 % Nombre d'exposants 172 878 + 2,0 % Nombre d'exposants allemands 70 987 - 2,7 % Nombre d'exposants étrangers 101 891 + 5,6 % Nombre de visiteurs 9 771 954 + 2,6 %
  15. 15. Néanmoins, le modèle coréen actuel, axé principalement sur les exportations a atteint ses limites et doit faire face à un affaiblissement de la demande intérieure et à une montée du chômage. 15 Activitédessalons 6,5% 3,7% 2,3% 2,9% 3,3% 2,6% 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Graphique 5. Taux de croissance du produit intérieur brut en volume Source : OCDE. La croissance coréenne évolue désormais en dessous de ses performances antérieures. Cependant elle fait preuve de résilience face aux turbulences qui ont agité l’économie mondiale depuis 2008. La croissance de + 2,6 % affichée en 2015 (graphique 5) demeure supérieure à celle relevée pour la France ou l’Allemagne (respectivement + 1,3 % et + 1,7 %). La Corée bénéficie d’un niveau de vie élevé, se positionnant au 19ème rang des pays les plus industrialisés, juste derrière la France et le Japon mais devant l’Italie et l’Espagne (graphique 6). Graphique 6. Produit intérieur brut par habitant, prix constants, en parité de pouvoir d’achat, en dollar US Source : OCDE. Note de lecture : La parité de pouvoir d’achat (PPA) en dollar US est un outil comparatif qui permet de gommer l’effet prix dans chaque pays. Face à cette situation et refusant l’immobilisme, les dirigeants ont fixé comme objectif au pays de devenir une économie créative et innovante. Ce nouveau modèle économique doit permettre de relancer le moteur de la croissance et de concurrencer la Chine, le Japon et les autres pays émergents asiatiques. A ce titre, le gouvernement sud-coréen a annoncé qu’il triplerait ses dépenses en recherche et développement (R&D) en 2016 et 2017, dépenses qui avaient déjà doublé entre 2000 et 2016 (2,18 % à 4,29 %). Les industries concernées seront les technologies pour améliorer la conduite des véhicules électriques, le développement des pièces de véhicules intelligents, les robots intelligents, les énergies renouvelables et les biocarburants. Rappelons que la Corée, avec 4,29 % du produit intérieur brut investi dans la R&D, était déjà en 2014 leader mondial devant Israël et le Japon et loin devant la France (graphique 7). 32 209 32 677 33 657 34 407 35 162 36 789 37 582 38 378 39 944 42 118 42 186 42 202 42 749 42 850 44 090 44 451 45 305 50 217 51 450 52 200 60 287 87 313 Espagne Italie Nouv.-Zélande Corée du Sud Japon France Finlande Royaume-Uni Belgique Danemark Islande Canada Autriche Allemagne Suède Australie Pays-Bas Irlande États-Unis Suisse Norvège Luxembourg 2,00% 2,11% 2,26% 2,39% 2,47% 2,74% 2,90% 2,97% 3,05% 3,07% 3,16% 3,17% 3,59% 4,11% 4,29% Pays-bas Australie France Slovénie Belgique Etats-Unis Allemagne Suisse Danemark Autriche Suède Finlande Japon Israël Corée du Sud Graphique 7. Dépenses en recherche et développement en % du produit intérieur brut pour l’année 2014 Source : OCDE. La Corée du Sud et la filière salons Les salons internationaux « phares » franciliens, représentent la réponse la plus adaptée aux ambitions des PME et start-up françaises à l’international. En réunissant sur un même site l’ensemble des acteurs d’un secteur ou d’une filière à l’échelle internationale, les salons internationaux franciliens génèrent un gain de temps et de moyens pour les PME et start-up françaises souhaitant se développer à l’international.
  16. 16. En 2014-2015(2), 55 % des visiteurs coréens (tableau 15) sont venus sur les salons franciliens de la mode et du textile (Who’s Next plus de 4 visiteurs sur 10, loin devant Première Vision, le Salon international de la lingerie ou Mode City…). Leur présence étant motivée par la découverte des talents créatifs de demain et des techniques françaises de la mise en valeur autour du produit. Le salon Who’s Next qui s’est déroulé en septembre 2016 avait pour thème « the future of fashion program, un tremplin pour la jeune création ». Par ailleurs, 21 % des visiteurs coréens privilégient le secteur « Habitat et aménagement de la maison » et tout particulièrement le salon Maison&Objet. Là encore, ce n’est pas un hasard puisque M&O est très centré sur la créativité et l’innovation, notamment au travers de son observatoire de la maison. En 2014, 572 entreprises coréennes ont exposé leurs produits sur les salons franciliens (tableau 16). Elles représentaient près de 3 % de l’ensemble des entreprises étrangères accueillies et se positionnaient au 11ème rang du classement des exposants étrangers. Les entreprises exposantes coréennes ont accentué leur présence sur les salons franciliens entre 2013 et 2015 (+ 7,8 %). Notons en particulier la diminution des exposants belges, italiens et américains. 16 Activitédessalons Dans la continuité des French Tech Days(1) qui se sont déroulés à Séoul les 30 et 31 mai 2016, les salons franciliens ont été l’occasion pour les entreprises françaises et coréennes d’initier des partenariats économiques. Des coopérations forcement gagnantes où chacun pourrait ouvrir à l’autre ses zones d’influence : la France en Afrique francophone et la Corée en Asie du Sud-Est. En 2015, les salons franciliens ont attiré 7 970 visiteurs coréens (tableau 14). Ils représentaient près de 2 % de l’ensemble des visiteurs étrangers accueillis et occupaient le 13ème rang du classement des visiteurs étrangers. Enfin, leur présence sur les salons franciliens a augmenté de 12,3 % entre 2013 et 2015. L’effet « année croisée France-Corée » a ainsi certainement été plus fort que l’effet « attentats » auprès des visiteurs coréens comme en témoigne a contrario la forte diminution des visiteurs allemands, espagnols ou encore américains. (1) Forum institutionnel de haut niveau ou les start-up françaises ont exposé leurs technologies dans des stands individuels le premier jour et enchainé des rencontres BtoB le jour suivant. Plusieurs secteurs étaient à l’honneur : le digital, la medtech, la fintech et l’internet des objets. Tableau 14. Nombre de visiteurs internationaux sur les salons franciliens (dix premiers pays, Corée du Sud, monarchies du Golfe et ASEAN) Sources : Promosalons, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC) et estimation CCI Paris Ile-de-France pour 2015. Note de lecture : Corée du Sud en 13ème position, monarchies du golfe en 15ème position et ASEAN en 21ème position dans le classement visiteurs internationaux. Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo’Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC). Note de lecture : % réalisé sur les années 2014 et 2015 afin de prendre en compte les salons biennaux. Tableau 15. Les secteurs qui attirent les visiteurs originaires de la Corée du Sud en Île-de-France en 2014- 2015 Secteurs Part de chaque secteur dans le total Mode, textile 55% Habitat et aménagement de la maison 21% Alimentation, hôtellerie, restauration et leurs équipements 10% Transport, logistique, circulation et leurs équipements 5% Santé, beauté et leurs équipements 4% Défense, sécurité civile et militaire 2% Art, culture 1% Bâtiment, travaux publics 1% Autres secteurs 1% Total 100% Tableau 16. Nombre d’exposants internationaux sur les salons franciliens (dix premiers pays, Corée du Sud, ASEAN et monarchies du Golfe) Sources : Promosalons, Expo'Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC) et estimation CCI Paris Ile-de-France pour 2015. Note de lecture : Corée du Sud en 11ème position, ASEAN en 15ème position et monarchies du golfe en 33ème position dans le classement exposants internationaux. (2) La partie sectorielle est traitée sur deux années afin de gommer l’effet des salons biennaux. 2007 2009 2011 2013 2015 Évolution 2015 / 2013 Italie 54 314 51 710 52 288 50 800 49 489 -2,6% Royaume-Uni 42 998 41 652 47 933 46 742 48 540 3,8% Belgique 45 271 44 352 47 334 42 327 36 370 -14,1% Espagne 33 951 26 265 28 357 38 131 32 030 -16,0% Afrique 23 162 28 960 28 098 24 309 31 765 30,7% Allemagne 34 053 35 086 37 005 37 931 31 434 -17,1% BRIC 19 417 21 327 29 438 34 130 28 880 -15,4% Etats-Unis 18 297 18 596 23 299 24 699 22 839 -7,5% Pays-bas 18 622 17 975 20 439 18 729 16 052 -14,3% Turquie 10 261 7 244 10 166 12 405 12 596 1,5% Corée du Sud 7 173 5 400 6 257 7 098 7 970 12,3% monarchies du Golfe 4 679 3 994 5 531 5 827 6 427 10,3% ASEAN 2 858 2 902 4 146 3 901 4 824 23,7% 2007 2009 2011 2013 2015 Évolution 2015 / 2013 Italie 3 671 3 642 3 607 3 781 3 380 -10,6% BRIC 2 613 2 304 3 014 3 038 3 295 8,5% Allemagne 1 614 1 869 1 699 1 747 1 645 -5,8% Royaume-Uni 1 360 1 311 1 449 1 689 1 579 -6,5% Espagne 1 320 1 338 1 153 1 452 1 524 5,0% Belgique 1 291 1 346 1 350 1 462 1 236 -15,4% Etats-Unis 813 1 016 1 082 1 119 1 050 -6,2% Turquie 638 548 625 768 744 -3,1% Pays-bas 618 670 736 769 729 -5,2% Afrique 501 823 935 746 632 -15,2% Corée du Sud 457 508 530 531 572 7,8% ASEAN 403 408 360 337 321 -4,7% monarchies du Golfe 27 63 73 70 80 14,0%
  17. 17. En 2014-2015(1), 68 % des entreprises exposantes coréennes en Île-de-France (tableau 17) présentaient et vendaient leurs produits sur les salons de la mode et du textile (Texworld, Première Vision, Interfilière, Salon International de la Lingerie, Mode City…). En effet, Séoul est devenue en quelques années la place forte de la mode en Asie et leader pour les tendances de la mode et du luxe. Ainsi, les chinois préfèrent le plus souvent faire leur shopping dans la capitale coréenne, réputée pour être à la pointe de la mode. Les groupes coréens ne souhaitent pas s’arrêter aux marchés asiatiques mais ont également des ambitions sur le marché européen. Le coréen Namyeung, leader du marché de la lingerie en Corée avec sa marque Vivien, a ainsi racheté en 2010 la marque française de lingerie haut de gamme Barbara (marque présente sur le Salon International de la Lingerie à Paris). De plus, les fabricants coréens de textile sont à la pointe de l’innovation. Plus particulièrement, le groupe HYOSUNG, présent sur les salons Première Vision Paris et sur Interfilière Paris, propose des textiles hautes technologies et innovants à effet antimicrobien et anti- UV ou encore des fibres particulièrement résistantes au chlore. Par ailleurs, 7 % des exposants coréens choisissent le secteur agroalimentaire (Sial, Equip’hotel, Europain et MDD Expo). Sur le Sial, les industriels et importateurs coréens ont notamment présenté des produits innovants déjà plébiscités par les consommateurs néerlandais, suisses ou suédois tels que du snacking végétarien (chips d’algue, boissons à l’aloe vera…) ou des produits déshydratés. D’après Promosalons, près de 570 salons, majoritairement internationaux, sont organisés chaque année en Corée mais un seul salon français y a été dupliqué (Salon International du Chocolat de Séoul). La duplication de salons à l’international constitue un remède puissant face à la saturation de son marché intérieur. Elle permet : - de déployer un écosystème de filières d’excellence sur les marchés à fort potentiel ; - aux PME-PMI françaises de vendre sur place leurs produits tout en bénéficiant d’un environnement « connu et rassurant » (formule plus simple que de partir seules à l’assaut d’un marché étranger) ; - de renforcer le « salon mère » en attirant davantage la clientèle étrangère. En effet, les PME- PMI étrangères, après avoir participé à plusieurs sessions du salon régional dupliqué, décident souvent de franchir le pas en venant à Paris. 17 Activitédessalons Sources : CCI Paris Ile-de-France, Expo’Stat (accrédité COFRAC), Expocert (accrédité COFRAC). Note de lecture : % réalisé sur les années 2014 et 2015 afin de prendre en compte les salons biennaux. Tableau 17. Les secteurs qui attirent les exposants originaires de la Corée du Sud en Île-de-France en 2014- 2015 Secteurs Part de chaque secteur dans le total Mode, textile 68% Santé, beauté et leurs équipements 11% Alimentation, hôtellerie, restauration et leurs équipements 7% Transport, logistique, circulation et leurs équipements 5% Habitat et aménagement de la maison 2% Défense, sécurité civile et militaire 2% Art, culture 2% Autres secteurs 2% Industrie, sous-traitance 1% Total 100% (1) La partie sectorielle est traitée sur deux années afin de gommer l’effet des salons biennaux.
  18. 18. Encadré 7. Parole d’experts Sun Eui Kim Déléguée Promosalons Corée du Sud En partenariat avec Quelles sont les principales raisons qui attirent les visiteurs professionnels coréens sur les salons internationaux français ? Les entreprises coréennes sont très attirées par le média salon. Elles sont conscientes qu’il s’agit d’un excellent moyen de conquérir des parts de marché à l’international, de présenter leurs produits et leurs innovations. La France dispose d’un savoir-faire reconnu dans les filières de la mode, du design et de l’art de vivre, de l’agroalimentaire et de l’industrie aéronautique et accueille des salons leaders mondiaux dans leur spécialité (Première Vision, Who’s Next, Maison&Objet, le SIAL, le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget…). Un grand nombre de professionnels coréens est d’ailleurs présent sur ces salons (plus de 7 000 visiteurs et 700 exposants accueillis en France chaque année). La force des salons français réside dans leur capacité à mettre en avant l’innovation, critère primordial pour la venue d’un visiteur ou d’un exposant coréen. En outre, Paris offre un cadre unique permettant de combiner travail, affaires et loisirs. La richesse des infrastructures (accès facile aux parcs), des vols directs Séoul-Paris quotidiens, le réseau hôtelier français de qualité participent également à attirer les professionnels coréens. Les produits présentés par les exposants français sont-ils adaptés à la clientèle coréenne ? Avec près de 50 millions d’habitants et un niveau de vie similaire aux pays d’Europe occidentale, la Corée s’impose comme un marché majeur de la zone asiatique. Suite à l’accord de libre-échange signé en 2011 entre la Corée du Sud et l’Union Européenne, les échanges franco-coréens vont très certainement s’intensifier. Les produits « made in France » et « made in Europe » sont très demandés dans les secteurs du luxe, de la mode, de l’agro-alimentaire et des cosmétiques. Cependant, en dehors de ces secteurs porteurs, les autres produits français ne sont pas suffisamment connus. Par ailleurs, les visiteurs coréens relèvent tous la difficulté d’obtenir des informations en anglais lors des salons. Les hôtes et hôtesses sur les stands ne parlent que très peu anglais, les brochures des exposants sont uniquement en français, très peu de conférences se déroulent en anglais. L’organisation de rendez-vous BtoB du type « hosted buyer programme(1) » pourrait être envisageable. Les entreprises coréennes ont-elles une bonne connaissance des salons français ? Les entreprises coréennes sont avides de renseignements concernant les salons proposés en Europe. Elles ont une bonne connaissance de quelques grands salons internationaux français de la mode, du design, de l’art de vivre, de l’agroalimentaire et de l’industrie aéronautique. A contrario, les salons des secteurs de l’industrie, de la haute technologie ou des machines-outils sont assez mal identifiés. Pour ces salons, il convient de renforcer les actions promotionnelles afin de leur apporter davantage de visibilité. Quels sont les salons européens et/ou mondiaux susceptibles de concurrencer les salons franciliens auprès de la clientèle coréenne ? La France et l’Allemagne sont deux pays avec une forte culture des salons mais également deux concurrents directs. Lorsqu’un professionnel coréen souhaite se rendre sur des salons étrangers, il en sélectionne généralement un en Asie, un aux Etats-Unis et un en Europe. Sur le vieux continent, les salons allemands jouissent d’une excellente image, en particulier dans les biens d’équipements industriels. Les salons concernés par cette concurrence frontale sont All4pack Paris versus Interpack Düsseldorf, Equip’Auto Paris versus Automechanika Francfort, Intermat Paris versus Bauma Munich. La concurrence existe également dans la filière de l’agroalimentaire (SIAL Paris versus Anuga Cologne ou Vinexpo Bordeaux versus Prowein Düsseldorf). ©Photo:PROMOSALONS 18(1) Programmes clé en main pour les visiteurs et les acheteurs. Activitédessalons Promosalons, réseau exclusivement dédié à la promotion internationale des salons professionnels français, dispose d’une vaste couverture géographique avec 55 délégations couvrant 120 pays sur les 5 continents. La filiale coréenne de Promosalons, dirigée par Mme Kim Sun Eui, dispose d’un portefeuille très important de salons se tenant en France ou déclinés en Asie.
  19. 19. Encadré 7. Parole d’experts (suite) Par quels moyens parvenez-vous à attirer les visiteurs professionnels coréens sur les salons en France ? Notre bureau Promosalons est implanté à Séoul depuis 1980. Nous avons développé une stratégie active de lobbying auprès des institutionnels coréens. Le relationnel a un rôle prépondérant dans une stratégie de promotion réussie. Construire des relations fortes avec la communauté d’affaires coréenne est un travail de longue haleine et qui s’entretient au quotidien. En outre, l’accueil, le conseil et le suivi de chaque professionnel avant, pendant et après salon, sont des services très appréciés et attendus. Les liens forts avec la presse sont également indispensables pour permettre une bonne couverture médiatique locale des événements français. Lors de vos actions de promotion des salons français, vous concentrez-vous uniquement sur les grandes entreprises ou également sur les PME et TPE ? Nos actions de promotions concernent à la fois les grandes entreprises et les PME coréennes. Il faut cependant noter que le gouvernement coréen a mis en place des mesures de soutien aux PME, lesquelles sont encore fortement concurrencées par les chaebols (conglomérats industriels tels que Samsung, Hyundai, LG…). Ces grandes entreprises ont en général une bonne connaissance des salons français via leurs filiales en Europe. Les PME coréennes ont en revanche besoin de notre connaissance du média salon français pour cibler le bon salon et pour organiser leur participation. Disposez-vous de budgets suffisants pour assurer une promotion optimale des salons français ? Nos moyens pour la promotion des salons français sont globalement plus limités que ceux de nos concurrents présents en Corée. Cela nous pousse à être toujours plus efficaces et performants dans nos actions marketing. La concurrence est rude entre les salons français, allemands, italiens et américains. Les investissements de nos concurrents sont conséquents :  invitations des grands acheteurs coréens, des journalistes et des relais d’opinion ;  grandes conférences de presse à Séoul ;  publicités en ligne et au format papier durant plusieurs mois. Dans ce contexte, l’invitation de relais d’opinion pour le road show organisé à Paris du 22 au 26 janvier dernier par Promosalons, la CCI Paris Ile-de-France et le Comité des Expositions de Paris était une action exceptionnelle et efficace pour renforcer l’image des salons français. De même, l’opération de promotion collective des salons français co-organisée par Promosalons et Paris Region Entreprise a eu un impact positif sur la promotion des salons français. Enfin, nous avons organisé à Séoul le 14 juin 2016, avec le soutien de l’Ambassade de France en Corée, une journée de rencontres et d’échanges autour de la thématique « tendances et innovations dans l’agroalimentaire ». Cet évènement exceptionnel, qui a rassemblé plus de 180 VIP, a permis de nous faire davantage connaitre auprès de la presse, des relais d’opinion, des entreprises et des acteurs coréens. Nous avons déjà une vingtaine de retombées presse. Ce type d’événement s’inscrit dans la continuité de la promotion des salons. Revenons un instant sur le road show organisé à Paris du 22 au 26 janvier par Promosalons, la CCI Paris Ile- de-France et le Comité des Expositions de Paris auprès de leaders d’opinion coréens. Que pensez- vous de cet événement ? Quelles retombées a eu l’événement en Corée ? A votre connaissance, les allemands organisent-ils souvent ce genre d’opération ? Les journalistes coréens ne connaissent que très peu les salons français pour la bonne raison qu’ils sont très rarement invités en France. L’invitation de 4 journalistes coréens influents a été une excellente opportunité de leur faire découvrir les atouts des salons français ainsi que l’exceptionnelle attractivité de la région Île-de-France, leader dans le tourisme d’affaires comme d’agrément. Ils nous ont confié leur satisfaction d’avoir pu découvrir les salons français à travers les visites guidées, les espaces tendances, les défilés et les rencontres. Ils ont particulièrement apprécié la richesse du programme : présentation du Comité Colbert, visite de trois maisons prestigieuses (ateliers Hermès, salons Delisle, maison Mellerio), rencontre avec Matthias Fekl au Ministère des Affaires Etrangères. Ils sont repartis enthousiastes et très heureux de l’accueil chaleureux qui leur a été réservé. Les retombées médiatiques ont vraiment été exceptionnelles. De nombreux reportages ont été publiés dans les principaux journaux généralistes et économiques tels que Joongang Ilbo et Korea Economic Daily News. La valorisation de ces articles devrait se chiffrer à plus de 190 000 euros. Les journaux tels que Chosun et Monthly Homeliving & Style ont également publié plusieurs pages. Il serait souhaitable de reproduire de tels road show pour les salons des autres filières d’excellence française. Les salons allemands organisent fréquemment des road show de ce type. Un des journalistes coréens invité en janvier dernier nous a confié avoir été régulièrement invité par les salons allemands. A contrario, il venait pour la toute première fois sur un salon français. 19 Activitédessalons
  20. 20. Encadré 7. Parole d’experts (suite) La duplication de salons phares français en Corée du Sud ou à proximité en Asie (comme le Salon International du Chocolat à Séoul, SIAL ou Première Vision Shanghaï) est-elle une opportunité de développer le nombre et la qualité des visiteurs sur le salon mère en France ? Je pense que la duplication de salons français en Corée du Sud et plus généralement en Asie permet de développer de nouveaux salons sur des marchés à fort potentiel tout en attirant un nombre croissant d’entreprises locales vers les salons mères en France. Lors du dernier SIAL à Shanghaï, salon pour lequel nous accompagnons le développement depuis plus de 10 ans, la Corée est devenu le premier pays en termes de nombre de visiteurs et d’exposants. Cette expérience régionale réussie a également fortement incité les entreprises coréennes à participer au prochain SIAL à Paris en octobre 2016 ainsi qu’aux évènements « innovation » de l’ensemble du réseau SIAL. La duplication en 2013 du salon du chocolat en Corée est un autre exemple de réussite. Ce salon régional a permis à de nombreux professionnels coréens de découvrir « les saveurs françaises » et les a incités à visiter le salon mère à Paris. Existe-t-il des salons étrangers (allemands, italiens…), concurrents des salons français dupliqués en Corée du Sud ? Sur les salons internationaux se déroulant en Corée du Sud, quelles sont les exposants étrangers les plus représentés (Allemands, Italiens, Chinois, Britanniques, Espagnols…) ? La Corée a pris conscience dès les années 90 de l’importance des salons pour développer ses exportations. Une politique publique s’est concrétisée en 2008 et un plan quinquennal visant à faire du pays l’un des dix premiers acteurs mondiaux de ce secteur a été mis en place. Ainsi, les salons locaux et les entreprises coréennes qui exposent sur les salons étrangers reçoivent des aides financières de différents organismes liés à l’Etat. Près de 570 salons, pour la plupart professionnels, sont organisés chaque année en Corée du Sud. Si la grande majorité de ces salons sont internationaux, la plupart des visiteurs ou exposants sont originaires d’Asie. Les exposants chinois sont les plus présents sur les salons internationaux coréens. Le Japon et les Etats-Unis occupent respectivement la deuxième et la troisième place du classement, suivis par les pays d’Asie du Sud-Est tels que les Philippines, l’Indonésie, et la Malaisie. Le taux de participation des pays européens reste encore faible et l’Allemagne reste pour l’instant la plus présente. Une dizaine de salons étrangers a été dupliqué sur le marché coréen au cours de ces dix dernières années (Messe Frankfurt dans le transport, Messe Munchen dans l’automation, UBM dans la pharmacie, Allworld dans l’agro-alimentaire ou Reed Exhibitions dans la marine et le sport de loisir). Le salon français du chocolat s’est récemment implanté en Corée en réaction à l’arrivée d’autres concurrents internationaux. 20 Selon vous, les entreprises coréennes présentes sur les salons internationaux en France ont-elles pour but de conclure des contrats avec les professionnels français ou les professionnels étrangers ? Les visiteurs et exposants coréens participent à un salon à l’étranger pour trouver de nouveaux fournisseurs et pour capter des clients étrangers. Leur budget étant limité et le nombre de salons important, les entreprises doivent faire des choix. Le critère numéro un est la part des exposants et/ou de visiteurs internationaux. La présence des leaders mondiaux constitue également un atout. Enfin, les professionnels coréens apprécient tout particulièrement la présence des acheteurs du marché africain et du Moyen-Orient que l’on ne retrouve pas sur d’autres salons à l’étranger. Selon vous, un exposant coréen venant en France est-il là avant tout pour travailler son image ou pour vendre ses produits ? Cela dépend de la taille de l’entreprise : les PME coréennes auront comme objectif la vente alors que les grandes entreprises, qui ont des clients fidèles, préféreront valoriser leur image et renforcer leurs relations clients. Enfin, le salon n’est pas seulement un lieu de business mais aussi un lieu de networking pour échanger des informations avec les professionnels du monde entier. Activitédessalons
  21. 21. © Photo : A.-E. THION / Comexposium © Photo : Bertrand GUAY / AFP Toujours plus de congrès à Paris Île-de-France(1) Selon l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP), la région Île-de-France, qui se veut toujours plus attractive a accueilli 1 004 congrès en 2015. Le nombre total de congressistes a augmenté de plus de 5 % (hors COP21) en 2015 après une quasi stagnation entre 2013 et 2014. La participation des congressistes Français a très fortement augmenté entre 2014 et 2015 (+ 10,7 % hors COP21). La fréquentation des étrangers a également connu une hausse de 7,7 % sur la même période. Néanmoins, la COP21, qui a attiré près de 31 000 participants étrangers explique en grande partie cet accroissement. En effet, sans cette manifestation, le nombre de congressistes étrangers aurait baissé de 6 %. De plus, les congrès ont généré 1,2 milliard d’euros pour le territoire francilien. Enfin, la part des congrès dédiés aux sciences médicales a diminué de 6 points entre 2009 et 2015 au profit des congrès consacrés à l’économie, à l’écologie ou à la culture. Cette diversification sectorielle des congrès est plutôt une bonne chose pour Paris puisque cela lui permet d’une part d’être moins dépendante du secteur médical et d’autre part de s’ouvrir plus largement à d’autres secteurs. En partenariat avec (1) Synthèse de l’étude « Paris – L’activité des congrès en 2015 » publiée par l’OTCP téléchargeable sur http://presse.parisinfo.com/etudes-et-chiffres/enquetes/enquete-congres/congres-2015 (2) Un congrès est international s’il comptabilise au moins de 20 % de participants étrangers. 21 Activitédessalons L’Office du Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP) a recensé pour 2015 la tenue de 1 004 congrès (graphique 8) sur les 304 sites franciliens (encadré 8). Le nombre de congrès a ainsi connu en 2015 la hausse la plus vigoureuse depuis 2012 (+ 2,9 %). Au global, entre 2012 et 2015, ce sont près de 5,4 % de congrès en plus qui ont été accueillis dans la capitale. Enfin, 52 nouveaux congrès ont été inaugurés à Paris en 2015, témoignant ainsi de l’attractivité de la ville auprès des associations organisatrices. 953 961 976 1 004 2012 2013 2014 2015 Graphique 8. Évolution du nombre de congrès à Paris Île-de-France Source : OTCP. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. + 2,9 % + 1,6 % + 0,8 % Encadré 8 (suite). 283 autres sites : lieux scientifiques, salles de réunion, hôtels avec salles, musées et lieux événementiels. Le nombre de congrès internationaux(2) de moins de 500 participants a fortement augmenté entre 2014 et 2015 (+ 12,9 %, tableau 18). Ce segment n’est cependant pas prioritaire pour la capitale puisqu’il n’attire que 8 % des congressistes. En revanche, Paris a accueilli moins de congrès internationaux de plus de 500 participants (- 2,3 %). Or, ceux-ci sont d’une grande importance puisqu’ils captent 42 % des congressistes et qu’un nouvel espace leur sera dédié à la porte de Versailles dés la fin de l’année 2017 (voir encadré 1 page 6). Encadré 8. Détail des 304 sites identifiés par l’OTCP En 2015, l’OTCP a identifié 304 sites ayant accueilli des congrès :  21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens objets de cette étude « tourisme d’affaires à Paris Île-de-France » (voir offre d’infrastructures page 6). Tableau 18. Nombre de congrès et taux d’évolution selon l’envergure Source : OTCP. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. Un congrès est international s’il comptabilise au moins 20 % de participants étrangers. 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Congrès internationaux de 500 congressistes ou plus 213 208 -2,3% Congrès internationaux de moins de 500 congressistes 311 351 12,9% Congrès nationaux de 500 congressistes ou plus 216 235 8,8% Congrès nationaux de moins de 500 congressistes 236 210 -11,0% Total 976 1 004 2,9%
  22. 22. 22 (1) Un congrès est national s’il comptabilise moins de 20 % de participants étrangers. Augmentation de la fréquentation des étrangers en trompe-l’œil En 2015, les congrès ont attiré 244 610 participants étrangers sur les sites franciliens, soit 7,7 % de plus qu’en 2014 (tableau 22). Activitédescongrès L’activité des congrès portée par les Français en 2015 La participation des Français aux congrès a très fortement augmenté entre 2014 et 2015 (+ 10,7 % hors COP21) après une baisse significative entre 2013 et 2014 (- 2,5 %, tableau 21). Depuis quelques années, les entreprises françaises manquant de visibilité et évoluant dans un contexte économique fragile, ont comprimé leurs budgets et certainement incités leurs collaborateurs à espacer leurs fréquentations sur les congrès. Cependant, les experts, les scientifiques et les chercheurs devant se tenir régulièrement informés sur l’état des recherches et sur les nouvelles pratiques utilisées, sont revenus se former sur les congrès à partir de 2015. Tableau 21. Nombre de congressistes français et taux d’évolution Sources : OTCP, commissariat général de la COP21. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2014 / 2013 Taux d'évolution 2015 / 2014 Nombre de participants français à la COP21 - - 6 704 - - Nombre de congressistes français hors COP21 473 226 461 567 511 121 -2,5% 10,7% Nombre de congressistes français 473 226 461 567 516 825 -2,5% 12,0% Encadré 9. La COP21, congrès/conférence vitrine pour la France La conférence climatique de l’Organisation des Nations Unies (COP21) s’est déroulée sur le site d’exposition de Paris le Bourget (Viparis) du 30 novembre au 11 décembre 2015. Les 195 nations participant à ce congrès ont adopté par consensus l’accord de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique de la planète. La région Île-de-France a montré sa capacité à accueillir la communauté internationale et a gérer efficacement un grand événement en termes d’organisation, de logistique, d’événementiel et de transports. La réussite de cet événement est de bon augure pour les projets de candidature de Paris et de la France aux Jeux Olympiques de 2024 et à l’Exposition universelle de 2025. La COP21 en chiffres :  37 878 participants dont 19 885 délégués nationaux, 8 338 observateurs, 2 825 représentants des média et 6 830 autres participants ;  31 174 participants étrangers (82 % des participants sont étrangers) ;  2 500 réunions (groupes de travail, plénières…). La COP21, événement exceptionnel de l’année 2015, vient donc perturber les statistiques, notamment celles concernant la fréquentation des étrangers. Une excellente fréquentation des congrès franciliens La capitale a accueilli 761 345 congressistes en 2015 (tableau 19), soit une hausse de 5,1 % (hors COP21, encadré 9). Cette hausse est encourageante après la quasi-stagnation constatée entre 2013 et 2014. Sources : OTCP, commissariat général de la COP21. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. Tableau 19. Nombre de congressistes et taux d’évolution 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2014 / 2013 Taux d'évolution 2015 / 2014 Nombre de participants à la COP21 - - 37 878 - - Nombre de congressistes hors COP21 685 833 688 689 723 557 0,4% 5,1% Nombre de congressistes 685 833 688 689 761 435 0,4% 10,6% Le nombre de participants accueillis dans les congrès nationaux(1) de grande envergure (plus de 500 participants) a bondi entre 2014 et 2015 (+ 26,3 %, tableau 20). En effet, ce type de congrès accueille une très forte majorité de participants français. En outre, le nombre de congrès nationaux de grande envergure a fortement augmenté sur cette période (+ 8,8 % voir tableau 18 page 21). Tableau 20. Évolution du nombre de congressistes et taux d’évolution par type de congrès Source : OTCP. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. Un congrès est international s’il comptabilise au moins 20 % de participants étrangers. 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Congrès internationaux de 500 congressistes ou plus 315 786 318 001 0,7% Congrès internationaux de moins de 500 congressistes 56 635 61 922 9,3% Congrès nationaux de 500 congressistes ou plus 266 640 336 803 26,3% Congrès nationaux de moins de 500 congressistes 49 628 44 709 -9,9% Total 688 689 761 435 10,6%
  23. 23. (1) Congrès de plus de 800 participants. (2) Les critères ICCA et UAI sont détaillés dans les annexes page 33. 23 Tableau 22. Nombre de congressistes étrangers et taux d’évolution Sources : OTCP, commissariat général de la COP21. Note de lecture : nombre de congrès recensés sur 304 sites. Les congrès ont généré 1,2 milliard d’euros de retombées économiques pour le territoire francilien Les retombées économiques générées par les congrès sont estimées en 2015 à 1,2 milliard d’euros pour la région Île-de-France (tableau 23) et ont contribué à la création de 20 151 emplois « équivalent temps plein ». Près de deux euros sur trois investis sont le fait des congressistes étrangers. Cette clientèle éminemment stratégique pour la région a dépensé en moyenne 344 euros par jour et par personne contre 212 euros pour la clientèle française. Sources : OTCP, CCI Paris Ile-de-France. Tableau 23. Estimation des retombées économiques générées par les congrès franciliens en 2015 Tableau 24. Parts des congrès selon le domaine d'activité à Paris Île-de-France Source : OTCP. Activitédessalons 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2014 / 2013 Taux d'évolution 2015 / 2014 Nombre de participants étrangers à la COP21 - - 31 174 - - Nombre de congressistes étrangers hors COP21 212 607 227 122 213 436 6,8% -6,0% Nombre de congressistes étrangers 212 607 227 122 244 610 6,8% 7,7% Domaines d'activités des congrès part en 2014 part en 2015 évolution Sciences médicales 37,4% 31,8% Sciences 9,8% 14,4% Technologie 11,4% 9,2% Économie 5,6% 6,9% Écologie et environnement 4,2% 6,1% Culture et idées 3,4% 4,4% Commerce 2,6% 4,3% Sciences sociales 4,8% 4,2% Industrie 3,1% 4,1% Éducation 3,5% 3,5% Autres 14,2% 11,3% Total 100,0% 100,0% Type de dépenses Montant en millions d'euros Location du site et prestations intellectuelles associées 210 Aménagement des stands et forfaits 41 Accueil sur le salon (personnels temporaires) 17 Dépenses de promotion (traiteurs, receptions et boissons) 16 Total des dépenses liées à l'organisation de congrès 284 Hôtellerie 329 Transports d'accès à l'Ile-de-France 247 Restauration 150 Cadeaux et sorties 150 Transports locaux 30 Total des dépenses liées aux séjours des visiteurs 906 Total des dépenses 1 190 Les dépenses en hôtellerie, restauration et shopping des congressistes présents sur les congrès ont représenté près de 53 % de l’ensemble des retombées économiques. Enfin, 1,9 million de nuitées ont été consommées par les congressistes en 2015. Diversification des congrès à Paris Île-de- France Avec près d’un tiers du nombre total de congrès, le secteur des sciences médicales reste largement majoritaire à Paris Île-de-France en 2015, loin devant les autres secteurs (tableau 24). Toutefois, la part des congrès dédiés aux sciences médicales a baissé de près de 6 points entre 2014 et 2015. Les fusions des grands laboratoires pharmaceutiques, les regroupements et/ou disparition de congrès et une réglementation stricte et difficile à appréhender expliquent que la part des congrès dédiés aux sciences médicales ne cesse de diminuer. En revanche, la part des congrès dédiés à l’économie, à l’écologie, à la culture, au commerce ou encore à l’industrie a quant à elle augmenté. Notons que les congrès dédiés à l’écologie ont été dynamisés par l’accueil de la COP21. Cette redistribution sectorielle des congrès est plutôt une bonne chose pour Paris puisque cela lui permet d’une part d’être moins dépendante du secteur médical et d’autre part de s’ouvrir plus largement à d’autres secteurs. La COP21, qui a recensé à elle seule 31 174 congressistes étrangers, a masqué une réalité moins optimiste. En effet, sans cette manifestation, le nombre de congressistes étrangers aurait baissé de 6 %. Cela démontre une nouvelle fois l’importante nécessité de capter les grands événements. D’une part, ceux-ci permettent d’amortir les effets conjoncturels défavorables et d’autre part ils ont un impact très important en termes d’image et de notoriété à l’international. Notons que les congressistes étrangers auront peut-être reporté leur participation aux congrès franciliens en raison des attentats.
  24. 24. Activitédesévénementsd’entreprises,spectacles,examens-formationsetévénementsdivers © Photo : V. Colin / CCI Paris Ile-de-France © Photo : A. Gravante/ Fotolia 2015, une année difficile pour les événements d’entreprises, spectacles, examens-formations et événements divers(1) En 2015, les entreprises ont organisé moins d’événements corporate rassemblant moins de participants et sur une surface plus réduite qu’en 2014. Ainsi, 1 919 événements d’entreprises totalisant 1,6 million de participants sur une surface de 3 millions de m2 ont été accueillis sur les 21 sites d’exposition et de congrès franciliens. De plus, 782 spectacles, examens- formations et événements divers(1) se sont tenus en 2015, occupant 1,1 million de m2 et attirant 1,1 million de participants. La très forte hausse du nombre de visiteurs observée sur les événements divers(1) s’explique par l’exceptionnelle fréquentation de l’exposition « Lascaux à Paris » (150 000 visiteurs), tous les autres indicateurs étant orientés à la baisse. © Photo : M. Madelaine / Viparis Tableau 25. Nombre d’événements d’entreprises et taux d’évolution Activité des événements d’entreprises Diminution du nombre d’événements d’entreprises et de la participation 1 919 événements d’entreprises se sont tenus en 2015, soit 6,9 % de moins qu’en 2014 mais quasiment autant qu’en 2013 (tableau 25). Ces événements ont accueilli près de 1,6 million de participants (tableau 26), soit 6,2 % de moins qu’en 2014 (1,7 million) mais 9,3 % de plus qu’en 2013 (1,4 million). La fermeture du CNIT en juin 2015 explique en partie ces diminutions. En effet, en 2014, le CNIT comptait 16 manifestations et 17 000 participants de plus qu’en 2015. Ces 16 manifestations se sont certainement tenues sur d’autres sites non recensés par cette étude (centres de conférence, salles, hôtels…). L’effet « attentats » pourrait également expliquer ces diminutions, les entreprises préférant annuler ou reporter les événements programmés ou encore les organiser en province. On constate également moins de séminaires, de conférences et de colloques que les années précédentes. Conséquence logique, le nombre de participants sur ces manifestations a lui aussi diminué. En revanche, il y a eu davantage de showrooms accueillis avec plus de participants. (1) Événements divers : ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs. (2) Autres corporate : vœux/arbres de Noël, soirées festives, départs en vacances, anniversaire, concerts/spectacles privés, manifestations grand public corporate, tournage de films/publicités, tests consommateurs. Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Tableau 26. Nombre de participants et taux d’évolution par type d’événements d’entreprises Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. 24 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Séminaires 657 705 631 -10,5% Conventions 360 373 353 -5,4% Autres corporate(2) 283 368 335 -9,0% Conférences 236 250 229 -8,4% Assemblées générales 139 164 166 1,2% Colloques 104 82 78 -4,9% Lancements de produits/Conf. de presse 58 44 45 2,3% Showrooms 37 36 39 8,3% Remises de trophées/Prix/Diplômes 28 26 28 7,7% Défilés de mode 23 13 15 15,4% Total 1 925 2 061 1 919 -6,9% 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Séminaires 145 197 107 078 100 199 -6,4% Conventions 272 880 252 729 265 151 4,9% Autres corporate(2) 551 179 810 741 721 444 -11,0% Conférences 91 926 187 964 164 971 -12,2% Assemblées générales 83 539 85 606 85 491 -0,1% Colloques 93 790 68 373 67 444 -1,4% Lancements de produits/Conf. de presse 28 183 10 087 8 902 -11,7% Showrooms 117 139 113 989 121 090 6,2% Remises de trophées/Prix/Diplômes 17 304 19 204 19 100 -0,5% Défilés de mode 28 242 9 963 9 174 -7,9% Total 1 429 379 1 665 734 1 562 966 -6,2%
  25. 25. Tableau 27. Surface louée et taux d’évolution par type d’événements d’entreprises Réduction de la surface dédiée aux événements d’entreprises En 2015, les entreprises ont loué 3 millions de m2 de halls, salles et amphithéâtres pour leurs événements de communication ou d’incentive (- 2,7 % par rapport à 2014) (tableau 27). Parmi ces événements, la surface dédiée aux séminaires, colloques et « autres corporate(1) » a chuté. En effet, le nombre de ces manifestations organisées, ainsi que le nombre de participants ont fortement baissé. En revanche, la surface consacrée aux conventions a logiquement augmenté puisque celles-ci ont accueilli plus de participants. Tableau 30. Surface louée et taux d’évolution par type de manifestations Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Note de lecture : la surface louée comprend les halls, salles et amphithéâtres. Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Note de lecture : la surface louée comprend les halls, salles et amphithéâtres. Tableau 28. Nombre de spectacles, examens- formations et événements divers(2) et taux d’évolution Tableau 29. Nombre de participants et taux d’évolution par type de manifestations Sources : CCI Paris Ile-de-France, sites d’exposition et de congrès. Activité des spectacles, des examens- formations et des événements divers(2) Moins de spectacles, examens-formations et événements divers(2) Outre les salons, congrès et événements d’entreprises, 782 autres manifestations se sont tenues en 2015, occupant 1,1 million de m2 et attirant 1,1 million de participants (tableaux 28, 29 et 30). Le nombre de spectacles, la surface qu’ils ont occupée ainsi que leurs participants ont chuté par rapport à 2014. Phénomène identique pour les examens et formations avec néanmoins une baisse moins prononcée. Enfin, il y a eu moins d’événements divers(2) sur une surface plus réduite mais avec beaucoup plus de participants. L’exposition « Lascaux à Paris » qui s’est déroulée à Paris expo Porte de Versailles du 13 mai au 30 août 2015 et qui a rassemblé 150 000 visiteurs explique à elle seule la hausse exceptionnelle de la fréquentation du segment événement divers. (1) Autres corporate : vœux/arbres de Noël, soirées festives, départs en vacances, anniversaire, concerts/spectacles privés, manifestations grand public corporate, tournage de films/publicités, tests consommateurs. (2) Événements divers : ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs. 25 Activitédesévénementsd’entreprises,spectacles,examens-formationsetévénementsdivers 2013 (en m2) 2014 (en m2) 2015 (en m2 ) Taux d'évolution 2015 / 2014 Séminaires 418 607 402 008 345 199 -14,1% Conventions 817 123 820 841 876 979 6,8% Autres corporate(1) 633 817 671 894 618 472 -8,0% Conférences 225 817 221 199 225 574 2,0% Assemblées générales 312 443 313 919 301 869 -3,8% Colloques 237 526 214 890 195 980 -8,8% Lancements de produits/Conf. de presse 73 478 21 552 18 105 -16,0% Showrooms 347 354 340 173 343 572 1,0% Remises de trophées/Prix/Diplômes 58 703 51 778 51 847 0,1% Défilés de mode 71 413 21 301 19 928 -6,4% Total 3 196 281 3 079 555 2 997 525 -2,7% 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Nombre d'événements divers (ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs) 459 420 381 -9,3% Nombre d'examens et de formations 314 321 299 -6,9% Nombre de spectacles 71 124 102 -17,7% Total 844 865 782 -9,6% 2013 2014 2015 Taux d'évolution 2015 / 2014 Événements divers (ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs) 94 607 91 714 232 919 154,0% Examens et formations 364 140 395 541 378 930 -4,2% Spectacles 504 968 524 645 484 994 -7,6% Total 963 715 1 011 900 1 096 843 8,4% 2013 (en m2) 2014 (en m2) 2015 (en m2 ) Taux d'évolution 2015 / 2014 Événements divers (ventes privées, enchères, expositions, salles dédiées aux exposants et aux organisateurs) 157 405 159 487 152 076 -4,6% Examens et formations 599 065 579 187 564 345 -2,6% Spectacles 256 604 458 390 397 922 -13,2% Total 1 013 074 1 197 064 1 114 343 -6,9%

×