Medias sociaux et e-reputation : sensibilisation

9 208 vues

Publié le

Conference de sensibilisation aux médias sociaux et à l'e-réputation à destination d'un public étudiant

Publié dans : Internet
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 208
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6 843
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Medias sociaux et e-reputation : sensibilisation

  1. 1. Le web, les réseaux… et le reste Enjeux et limites Camille Alloing – 2014-2015
  2. 2. Qu’est-ce que le web ? Le web ? Un ensemble de technologies et de dispositifs Pour créer, remixer, diffuser des documents Echanger, communiquer et collaborer Générer une « nouvelle » économie Faire émerger de nouveaux usages et sociabilités
  3. 3. Une redéfinition de l’individu Etre connecté: quels (grands) changements ? Nouvelle territorialité Une autre perception du temps Un autre accès aux savoirs Des individus « numérisés »… comme des documents
  4. 4. Communiquer en ligne : quels (grands) changements ? La possibilité de s’adresser à un grand nombre de personnes De diffuser des messages à grande échelle De produire facilement des contenus… et d’en consommer Travailler à distance, échanger avec ses collègues
  5. 5. Bref…
  6. 6. Attention… • Mon but n’est pas de vous effrayer! • Ni de vous dire « qu’Internet est un danger » • Mais je pars du principe que vous en faites déjà usage • Et je veux essayer de vous offrir un recul critique sur ces usages… • … et si possible une meilleure compréhension de cet objet ordinaire!
  7. 7. Un ensemble de plates-formes
  8. 8. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique • « Le temps c’est de l’argent »… • … sur le web : « l’attention c’est de l’argent » car trop d’information entraine une baisse de l’attention • « Le métier de TF1 c’est de vendre à Coca-Cola du temps de cerveau disponible » • Celui de Google, Facebook & Co : vendre votre attention à des publicitaires
  9. 9. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique
  10. 10. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique
  11. 11. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique • Vous n’avez plus un droit de propriété, mais en quelques sortes un « droit d’usage » • De vos applications sur smartphones • De vos photos, commentaires ou autres sur Facebook par exemple • Bref, vous êtes dépendant(e)s du bon vouloir des plates-formes
  12. 12. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique
  13. 13. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique • Les « belles interfaces » (rich interfaces) visent surtout à capter vos données personnelles • Facebook connect échange vos données avec les sites partenaires • Google vend vos mots aux enchères • Youtube vos vues à des publicitaires • Et parfois même, la NSA ou la DGSI les récupèrent…
  14. 14. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique « Une nouvelle territorialité donc »… Le cloud!
  15. 15. Un ensemble de plates-formes… qui cherchent un modèle économique • Mais aussi un ensemble d’entreprises qui investissent • Pour profiter elles aussi de toutes ces données • Pour mieux cibler leurs offres • Ou encore pour récupérer gratuitement du contenu • Et faciliter sa diffusion
  16. 16. Les Réseaux Sociaux Numériques
  17. 17. Les Réseaux Sociaux Numériques • Qu’est-ce qu’un réseau social (hors-web) ? • C’est un ensemble de relations entre personnes ou groupes sociaux • Au niveau du groupe l’analyse des réseaux sociaux permet d’identifier les modes de communication, les types de relations, l’autorité, l’influence… • Comme la célèbre expérience de Milgram (1967) • Qui a donné naissance au concept de Réseaux Sociaux Numériques (RSN)
  18. 18. Les RSN : historique
  19. 19. Les RSN : définition • Les RSN sont, pour Boyd et Ellison (2007), des services web qui permettent à chaque individu : • De construire des profils publics ou semi-publics (1) • D’articuler une liste d’autres utilisateurs avec lesquels ils partagent des connexions (2) • De naviguer au travers du site par le biais de ces listes de contacts (3) • Mais aussi (4) qui « fondent leur activité essentiellement sur les trois premiers points et non sur une activité particulière » (Stenger et Coutant, 2009)
  20. 20. L’exemple de Facebook • Créé en 2004 • Plus de 1,5 milliard de comptes • 190 « amis » en moyenne • Distance moyenne entre utilisateurs de 3,9 : très petit monde • De nombreuses fonctionnalités pour l’utilisateur: publier des statuts, gérer ses « amis », « Liker », jouer, former des « communautés », chater, se géolocaliser, acheter, écouter de la musique…
  21. 21. L’exemple de Facebook Ce qui fait le succès de Facebook ?
  22. 22. L’exemple de Facebook • Facebook change constamment les règles de confidentialité • Et ses règles de fonctionnement tout court • Non aux pseudonymes, puis oui • Et la « morale » de Facebook n’est pas forcément la même pour tous • Censure de tableaux jugés choquants, mais autorisation de vidéos de décapitations
  23. 23. L’exemple de Facebook
  24. 24. Au-delà de Facebook, protéger ses données personnelles Effacer les données de navigation + « navigation privée » https://disconnect.me www.ghostery.com Adblock Edge
  25. 25. De nouvelles formes de sociabilités
  26. 26. De nouvelles formes de sociabilités De l’intimité à l’extimité : redéfinir ce que l’on veut montrer de soi
  27. 27. De nouvelles formes de sociabilités De nouveaux liens sociaux : friending et homophilie ?
  28. 28. De nouvelles formes de sociabilités • La transformation de la notion de « vie privée »… • Ce que vous dites sur le web est (semi)public • Juridiquement parlant • Pour les plates-formes • Et surtout… pour les autres • La vie privée devient une négociation collective avec les autres et les plates-formes
  29. 29. Une identité fragmentée et numérisée • L’identité numérique comme l’ensemble des traces documentaires inscrites en ligne • L’identité numérique est formée par trois identités/types de traces • 1) L’identité déclarative
  30. 30. Une identité fragmentée et numérisée • 2) L’identité agissante
  31. 31. Une identité fragmentée et numérisée • 3) L’identité calculée
  32. 32. Une identité fragmentée et numérisée
  33. 33. Une identité fragmentée et numérisée • Les identités numériques sont le support de l’e-réputation, là où s’attachent les différents marqueurs réputationnels : like, retweets, étoiles, notes… • E-réputation = visibilité des informations + groupes + interprétations • Il n’y a donc pas une réputation, ni une bonne réputation • Vos réputations sont un avantage : par exemple pour trouver un emploi, pour nouer des relations ou encore pour vous définir
  34. 34. Au final… • Il n’y a pas de recettes miracles pour gérer votre présence en ligne • Avant tout, c’est une question de bon sens : • Rien ne sert de s’affoler! • Comprendre comment les plates-formes orientent vos usages • Se rappeler que vous n’êtes pas « chez vous » mais chez les autres et avec les autres • Ne pas oublier que vos activités professionnelles peuvent être séparées de vos activités plus personnelles
  35. 35. Au final… • Rappelez-vous que vous êtes des « documents » : • Que l’on peut retrouver en ligne • Dont les traces sont inscrites sur des serveurs • Mais aussi que : • Le web vous offre la possibilité d’enrichir votre culture et vos savoirs • De vous valoriser en ligne • De développer des relations qui n’ont rien de virtuelles
  36. 36. Des questions ? http://cadderep.hypotheses.org / @caddereputation

×