LILLE ÉTAIT UNE FOIS
Supplément au journal du lundi 8 décembre 2014 - Ne peut être vendu séparément Directeur de la public...
HIER - AUJOURD’HUI - DEMAIN2
Vous êtes surement passés devant cette
maison sans même y avoir fait attention !
Coincée entr...
3PILE ET FACE
© Chloé ARROYO
CAFÉ MOREL : « COUVREZ CE SEIN
QUE JE NE SAURAIS BOIRE ! »
C’est une des façades les plus aty...
4 EN HAUT - EN BAS
L
g
c
D
a
a
1
d
d
L
r
s
r
L
n
r
t
p
La Cathédrale Notre Dame de la Treille
continue de livrer ses secre...
5LE SUD DANS LE NORD
La recette, élaborée avec des ingrédients frais de
qualité, plaît aux petits comme aux grands.
Mais M...
6 DU GRAND AU PETIT TERRAIN
C’est à Mérignies, lors d’une journée de présentation de la marque Debuchy by Toulet que nous ...
7SUR TERRE - SOUS TERRE
Mis en service dès 1983, le métro de Lille
est unique en son genre. Il a été le premier
réseau aut...
transpole.fr
VOUS ALLEZ AIMER
ÊTRE LIBRE
*Hors co˚t du support
Commandez
en ˇashant ici :
-Créditphotos:LightMotiv-Richard...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Supplément Voix du Nord / ISCOM

648 vues

Publié le

Supplément de 8 pages réalisé en collaboration entre La Voix du Nord et l'ISCOM

Publié dans : Internet
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
648
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
78
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Supplément Voix du Nord / ISCOM

  1. 1. LILLE ÉTAIT UNE FOIS Supplément au journal du lundi 8 décembre 2014 - Ne peut être vendu séparément Directeur de la publication : Jacques Hardoin - Imprimerie : ZI La Pilaterie, rue du Houblon, 59700 Marcq-en-Baroeul MATHIEU DEBUCHY : DU GRAND AU PETIT TERRAIN P. 6 DES ÉTUDIANTS DE 3ÈME ANNÉE DE L’ISCOM LILLE, ORIGINAIRES DES QUATRE COINS DE LA FRANCE, SONT PARTIS À LA DÉCOUVERTE DE LA MÉTROPOLE LILLOISE. LAISSEZ-VOUS SURPRENDRE PAR LEURS REPORTAGES INÉDITS DANS CE SUPPLÉMENT RÉALISÉ PAR L’ENSEMBLE DE LA PROMOTION, EN PARTENARIAT AVEC LA VOIX DU NORD. EN HAUT - EN BAS : LA TREILLE SOUS TOUTES LES COUTURES SUR TERRE ET SOUS TERRE : LILLE SUR LES RAILS P. 4 P. 7 ©ChloéARROYO ©ChloéARROYO
  2. 2. HIER - AUJOURD’HUI - DEMAIN2 Vous êtes surement passés devant cette maison sans même y avoir fait attention ! Coincée entre le n°2 et le n°2 bis rue Voltaire, on peut apercevoir une petite façade qui semble avoir résistée à l’histoire et la modernisation du quartier. Unique dans son genre la plus petite maison de Lille vaut le détour ... ou pas. Cette jolie demeure que l’on pourrait croire habitée n’est en fait que l’extrémité de la cour d’un magasin, où sont entreposées des poubelles. Prendre la rue Saint-André et entrer dans le magasin Point Soleil avant de découvrir à l’arrière de la boutique que ce qui paraissait être une maison n’est qu’une illusion ! Manon SCOGNAMIGLIO MINI FAÇADE, MAXI SURPRISE ! Sur la façade de l’Esplanade se trouvaient deux escaliers en ruine, séparés par la Moyenne Deûle, seuls symboles restant de la passerelle Napoléon, première passerelle couverte d’Europe. Elle a été construite en 1809 et nommée en l’honneur de Napoléon Ier. Détruite deux fois par les Allemands en 1918 et 1944 et reconstruite en 1920 à l’occasion de la première exposition internationale de Lille, elle est à nouveau en construction depuis le début de l’année, à l’endroit même de l’ancienne passerelle, dans le cadre de la réhabilitation de la Citadelle. Blandine COUSIN PASSERELLE NAPOLÉON : ACTE III ZOOMSLILLE : SOUS LES PAVÉS, LA DEÛLE LA VILLE DE TOUTES LES CONVOITISES La première mention écrite de l’existence de Lille remonte à 1066. La ville est alors appelée Isla, du latin insula, signifiant littéralement l’île. Traversée par la Deûle, la ville joue alors le rôle de port de déchargement. On y réceptionne les marchandises des bateaux qui ne peuvent naviguer sur cette portion basse de la Deûle, pas assez profonde. A cette époque, Isla est sous domination flamande. La ville passe ensuite aux mains du duc de Bourgogne, puis des Pays- Bas espagnols. Il faut attendre l’an 1667 pour que Lille soit finalement rattachée à la France, après un siège de 10 jours orchestré par Louis XIV. Vauban en fait une place forte militaire. La célèbre Citadelle sera ainsi érigée en seulement trois ans, et achevée en 1670. En 1708, la ville bascule de nouveau sous pavillon hollandais. C’est par le traité d’Utrecht, signé en 1714, que Lille est définitivement rattachée au royaume de France. La ville aura connu pas moins de douze sièges dans son histoire ! LA DEÛLE, ÉLÉMENT CLEF DE L’URBANISME Le développement de Lille est étroitement lié à la configuration de la Deûle. Il existe une différence de niveau d’environ deux mètres entre Haute et Basse Deûle. Cette contrainte naturelle explique la construction des deux ports de la ville : le quai du Wault et le quai de la Basse Deûle. Lille est alors traversée par de nombreux petits canaux. Mais ces derniers, peu profonds, étroits et bordés de maisons, sont inadaptés à la navigation commerciale. Les marchandises sont ainsi transportées, par chariot ou à dos d’homme, entre les deux ports. Il faut attendre 1751 pour qu’un canal reliant Haute et Basse Deûle soit creusé et mis en eau. Voulu par Vauban, le Canal de l’Esplanade a permis de détourner les eaux de la rivière en dehors de la ville. VERS UN RENOUVEAU DU PASSÉ FLUVIAL DE LA VILLE ? Les canaux intramuros, mal irrigués, se transforment en égouts. Dès la fin du XVIIIe siècle, de nombreux arrêtés sont pris pour tenter de les assainir. En 1811, il devient « expressément défendu à tout particulier de jeter dans les canaux aucune espèce d’ordure ou de décombres ». Cette politique d’assainissement va se poursuivre avec le comblement progressif de tous les canaux du centre ville. Le bras de la Basse Deûle, qui s’engouffrait à l’endroit de l’avenue du Peuple Belge, sera asséché à partir des années 30. Mais l’histoire ne s’arrête peut-être pas là. Le Plan Bleu Lillois prévoit une remise en eau d’une partie des bras intramuros de la Deûle. Bien que reportée, il n’en faut pas plus pour rêver, et s’imaginer marin d’un jour allant chercher ses croissants en bateau. Louis HECQUET © Chloé ARROYO © Chloé ARROYO Responsable Pôle rédaction Pierre WAESELYNCK Responsable Pôle publicité Annelyse GAUDARD Responsable Pôle événementiel Ambre BOCQUET Responsables Pôle infographie Chloé ARROYO Camille AUVAGE Responsables Pédagogiques Gwyddyan BUVELOT Olivier FACON Jean-Marc FRECON Doria PERREUX Olivier RAMON L’ISCOM aux rênes de ce numéro spécial
  3. 3. 3PILE ET FACE © Chloé ARROYO CAFÉ MOREL : « COUVREZ CE SEIN QUE JE NE SAURAIS BOIRE ! » C’est une des façades les plus atypiques de la ville mais pas seulement. Alors découvrez ou redécouvrez son histoire ! 1792, d’où un classement de la façade comme monument historique. Dans la vitrine, des anciens mannequins posent. L’intérieur du café n’est pas en reste. Le décor qui a servi à la fameuse scène du restaurant dans le film Bienvenue chez les Chtis est fait de bric et de broc : « On ne s’est pas vraiment posé la question de la décoration. On va dire que cela s’est fait au fur et à mesure et au fil des opportunités ». Alors, si vous passez par là, n’hésitez surtout pas à pousser la porte et entrer dans un univers unique ! Blandine COUSIN Situé sur la Place du Théâtre en face de la Chambre de commerce, le café Morel a fière allure. Cette ancienne bonneterie a été transformée en café il y a 11 ans. Le gérant actuel, Jules Morel, explique : « Le marché de la lingerie n’était plus si rentable alors mon père, qui tenait le magasin à l’époque, a décidé de le transformer en café car il avait toujours aimé ça. On peut dire que c’était une opportunité à la fois commerciale et affective ». De nombreuses références à l’ancienne fonction du bâtiment ont été gardées : « C’est volontaire. Le bâtiment appartient à la même famille depuis plusieurs générations, on a donc voulu garder un lien ». Si l’on étudie plus attentivement le haut de l’immeuble, on peut y voir un sein caché dans le coin d’une fenêtre. Petite anecdote que Jules raconte : « C’est mon père qui a mis ce sein à cet endroit. Encore une fois on peut voir ça comme un clin d’œil mais c’est aussi une référence à une certaine façon de penser ». Encore plus haut, des boulets incrustés dans les murs sont les témoins du siège de la ville par les Autrichiens en NOMS DES RUES : ÊTES-VOUSÀCÔTÉ DE LA PLAQUE ? En vous baladant dans Lille, vous êtes-vous déjà demandé la signification de ces noms de rues insolites ? Non ? On s’est posé la question pour vous ! RuedesTroisAnguilles,PlaceauxOignons,Rue des Vieux Murs… La ville regorge d’anecdotes et d’indices éparses sur son passé ! Saviez-vous que la rue des Chats Bossus est l’une des plus anciennes de Lille et était autrefois appelée rue des Cabochus en patois ? On peut aussi penser que ce nom est lié aux tanneurs qui y habitaient et exposaient des caboches (crânes d’animaux) en 1889. Celle-ci débouche sur la Place du Lion d’Or qui doit son appellation à un hôtel qui existait à cet endroit, un fait également observé rue de la Monnaie où Louis XIV installa l’Hôtel des Monnaies ! Et si vous aussi, vous marquiez les allées comme l’ont fait les riverains de l’époque ? Par exemple la rue des Noirs, dans le quartier Lille-Fives, doit son nom à la couleur de peau, noircie par le travail, des forgerons et des chaudronniers qui y résidaient. Ou encore la rue des Bouchers, dans le Vieux-Lille, nommée ainsi en raison de leur nombre important. Non loin de là, la rue du Gros Gérard, rendrait hommage à un homme obèse, phénomène rare à l’époque. La rue à Claques, quant à elle, désignait les femmes de mauvais genre, appelées « claques », qu’elle abritait dans les années 1600. L’uniforme bleu porté par les orphelins d’après-guerres de la fondation la « Grange aux Bleuets », orphelinat qui a pris de l’ampleur jusqu’au XVIIIè siècle, donna son nom à la Place aux Bleuets. Nombreux sont les riverains qui ont marqué l’histoire par leur métiers ou leurs modes de vie ! Nous aurions pu aussi évoquer la rue Détournée et la rue des Sept Agaches à Lille ou encore la rue Debuchy à Tourcoing, mais la liste aux noms insolites est non exhaustive et certaines gardent encore leurs mystères et leurs secrets. Peut-être en avez vous connaissance… Si c’est le cas, ça nous intéresse ! Lucie RINGEVAL et Léa FRANÇOIS CAISSE D’EPARGNE ET DE PREVOYANCE NORD FRANCE EUROPE, Banque Coopérative régie par les articles L.512-85 et suivants du Code monétaire et financier, Société Anonyme à Directoire et à Conseil d’Orientation et de Surveillance - Capital social de 497 663 460 euros - Siège social :135 Pont de Flandres - 59777 EURALILLE - RCS LILLE METROPOLE 383 089 752 - Code APE 6419Z - N° TVA intracommunautaire FR76383089752 - Intermédiaire d’assurance, immatriculée à l’ORIAS sous le n° 07 002 349 - Titulaire de la carte professionnelle “Transaction sur immeuble et fonds de commerce” sans perception de fonds, effets ou valeurs n° 1607 T délivrée par la Préfecture du Nord, garantie par la CEGC, 128 rue de la Boétie, 75378 Paris Cedex 08. Conception Affaires Directes - Novembre 2014. L’application bancaire pensée par les jeunes pour les jeunes. Découvrez des services et des conseils pratiques pour faciliter votre quotidien.
  4. 4. 4 EN HAUT - EN BAS L g c D a a 1 d d L r s r L n r t p La Cathédrale Notre Dame de la Treille continue de livrer ses secrets. Étiez-vous au courant que six pieds sous terre, dans la plus grande crypte d’Europe, se trouve un centre d’art sacré depuis 2003 ? Le lieu interpelle, loin de ce qu’il pourrait être dans un film de Romero : tôle et béton armé y règnent en maîtres. Après des années de fermeture, c’est à l’occasion des 100 ans du diocèse lillois, en 2013, que l’exposition d’art contemporain ré-ouvre ses portes. Le lieu offre au public une trentaine d’œuvres, sculptures et peintures bariolées, principalement de la collection Delaine. Au cœur de cette exposition se trouve un chemin de Croix en noir et blanc de Kijno, sublimé par les explosions de couleurs de Combas. Les œuvres retracent la Passion du Christ et atteignent leur summum lorsqu’elles sont mises en perspective avec la rosace de la façade resplendissante de la cathédrale : la Résurrection, comme le souligne Thomas Sanchez, responsable du centre d’art. Les œuvres ont vocation à être renouvelées deux fois par an. Thomas Sanchez souhaite également confronter la collection avec l’art sacré d’avant le XIXème siècle, mais aussi avec les arts d’autres religions, islamiques, bouddhistes … L’exposition ravira les passionnés d’art, les croyants et les amateurs de curiosités jusque début janvier et ouvrira ses portes pour Pâques puis mi-juin, les week-ends après-midis. Pierre WAESELYNCK UNE CRYPTE HAUTE EN COULEURS ©RaphaëllePASQUALINI Chef-d’œuvre néogothique, qui a mobilisé les Lillois pendant 143 ans, la cathédrale Notre Dame de la Treille est la cathédrale de Lille. Le surnom de « treille » lui vient certainement de Treola, domaine viticole à proximité de ce qui n’était pas encore, à l’époque, Lille. La cathédrale Notre Dame de la Treille est ancrée dans l’histoire de la ville, construite sur la volonté de riches bourgeois. On peut y retrouver toutes sortes d’œuvres symboliques retraçant la vie de la ville de Lille, au XIXème siècle. La région est représentée sous forme de diverses mosaïques, déclinées en trois catégories : ville industrielle, puissance militaire et pilier de l’enseignement. C’est ce qui symbolise Lille et les Flandres, plus généralement, à l’époque de sa construction. On peut les retrouver sur le coté axial à l’intérieur de la Cathédrale. En 1999, une immense façade contemporaine en marbre translucide est venue s’ajouter à l’édifice. Sa création repose sur l’idée de résurrection du Christ, avec une volonté de la part de l’Évêche d’y amener la lumière et ne de pas y faire figurer de croix sur le devant. Lorsque le soleil pointe le bout de son nez, on peut apercevoir de merveilleux rayons de lumière traverser la Cathédrale et illuminer le chœur. La réalisation de cette façade est une véritable prouesse technologique et, contrairement à ce que peuvent penser certaines personnes, la Cathédrale de la Treille est belle et bien terminée. À consommer sans modération ! Manon SCOGNAMIGLIO © Chloé ARROYO © Chloé ARROYO NOTRE DAME DE LA TREILLE : ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ © Pierre WAESELYNCK Certains bâtiments emblématiques de notre patrimoine accueillent des locataires plutôt inhabituels... C’est le cas d’un ancien couvent dans lequel de nombreux étudiants de l’Institut Catholique ont l’occasion de demeurer. La résidence des Franciscaines, dans le Vieux Lille appartient aujourd’hui à l’Associationd’EntraideUniversitaire(AEU). Depuis 1996, cet authentique couvent a été réaménagé en logement étudiant. Il compte aujourd’hui 81 chambres ainsi qu’une grande cuisine et de nombreux services tels qu’une buanderie ou une salle de ping-pong. Aux dires de ses occupants, ce lieu mystique dégage une atmosphère digne de Poudlard, la fameuse école de sorcellerie d’Harry Potter. Cet édifice dispose d’un cloître et d’un jardin qui apportent de la verdure, en plein cœur de Lille. Les étudiants aiment se perdre dans les couloirs, dans lesquels résonnent encore les prières des sœurs franciscaines. L’un d’entre eux me dit qu’il espère un jour y rencontrer un fantôme. L’espoir fait vivre. Le lieu n’a pas pour autant perdu son âme pieuse puisqu’au rez de chaussée se trouve la Chapelle des Franciscaines, construite en 1887. Des messes y sont toujours célébrées, le mardi à 19h, et le dimanche à 10h30. Quand je demande à un résident s’il est au courant de l’activité religieuse, il me répond « On le sait à chaque fois car ils diffusent de l’encens et ça sent dans tout le couloir ; moi j’aime bien. » En tout cas, l’architecture mérite le coup d’œil, entre les murs extérieurs côté jardin et les statues de Notre-Dame de la Treille, la sainte patronne de Lille, l’ambiance y est très agréable, et les étudiants sont ravis de pouvoir dormir dans ce havre de paix. Jérôme HOURTOLOU UNE RÉSIDENCE POUR LE MOINS CURIEUSE... © Chloé ARROYO
  5. 5. 5LE SUD DANS LE NORD La recette, élaborée avec des ingrédients frais de qualité, plaît aux petits comme aux grands. Mais Monsieur Legrand ne s’arrête pas là ! Non seulement il est le seul à fabriquer du nougat à Lille mais en plus, il choisit d’y apporter sa touche personnelle en proposant une recette goûteuse de nougats au spéculoos dont il est le précurseur : « J’ai aussi réalisé une recette à base de fraises gariguettes et de chocolat blanc l’été dernier. La prochaine sera à base de pain d’épices et de cannelle » nous explique-t-il. Le projet d’ouverture d’une boutique dans le Vieux Lille est en cours... de quoi nous mettre l’eau à la bouche ! En tout cas, nous, on a hâte ! Lucie RINGEVAL et Léa FRANÇOIS LE NOUGAT, ÇA NOUS GAGNE ! © Léa FRANÇOIS Les corridas sont célèbres notamment dans le sud de la France et en Espagne. Cependant, saviez-vous qu’il en fut également organisé dans le département du Nord ? Un siècle plus tard, nous vous racontons cette incroyable histoire. En effet, c’est en 1899 que le vélodrome situé à Roubaix commence à se transformer en arène. Près du Parc Barbieux on voit se bâtir un torodrome prêt à accueillir de grandes corridas. Cette pratique durera dix ans, avant d’être reléguée au rang de « vieille coutume » en 1914. Le torodrome de Roubaix comptait 10 000 aficionados et de nombreux matadors. L’anecdote la plus surprenante date du 14 juillet 1899. Un évènement unique en France est créé : faire combattre à mort un taureau contre un lion. Les 12 000 spectateurs sont venus de toute la France mais aussi d’Angleterre et de Belgique pour assister à cette corrida leotauromachique. Les spectateurs s’attendaient tant à assister à un combat violent et spectaculaire que, lorsque le taureau, ayant presque achevé le lion, le laissa agoniser au lieu de continuer à l’attaquer, la foule réclama sa mise à mort par les matadors. Le taureau favori n’a pas choisi le long corps à corps tant attendu et laisse donc son majestueux adversaire vivre ses dernières minutes sur le sable ensanglanté de l’arène. Ce combat inachevé attira de nombreuses protestations de la part de la foule. Après la destruction du torodrome en 1904, la ville de Roubaix continua d’organiser des corridas au vélodrome jusqu’en 1914. Nina CARDON QUAND ROUBAIX PRENAIT LE TAUREAU PAR LES CORNES La période de Noël est propice aux petits plaisirs gustatifs et Grégory Legrand n’est pas là pour contrer cette idée ! D’origine lilloise, il a créé sa fabrique de nougats au 3 rue Necker, dans le quartier de Lille-Fives, il y a maintenant 5 ans. Après avoir travaillé pendant 17 ans avec son père comme mécanicien spécialisé dans les machines de confiseries, il lui est venu l’idée de créer la première nougaterie de Lille. Monsieur Legrand rachète du matériel d’époque ainsi qu’une recette de nougats à l’ancienne à des confiseurs du sud de la France, qu’il retravaille, jusqu’à obtenir le résultat escompté. L’histoire commence alors ! La réputation de ses nougats est en pleine expansion ; confiseurs et restaurateurs font appel au savoir-faire artisanal et traditionnel de Grégory Legrand pour satisfaire les papilles de leurs clients. © Léa FRANÇOIS UN MATADOR PRÉPARE L’ESTOCADE FINALE DANS LE TORODROME DE ROUBAIX. © Archives départementales du Nord Lille / Collection Bernard Thiébaut - Photo Jean Bauchart (47 Fi 01 / 562) s , s s s K Parmi un choix de plus de 30 clés originales pour tous les goûts 3 clés USB = 30 euros Clés originales 8go, offre disponible jusqu’au 24 décembre dans la limite des stocks disponibles, hors frais de ports 1ÈRE MARQUE DE CLÉS USB ORIGINALES EN FRANCE Code promo : CHRISTMAS OFFRE SPÉCIALE NOËLMYORIGINALUSB.COM On irait pas boire une bière chez Morel ? On n’a qu’à faire les deux, ils sont voisins ! Et pourquoi pas un thé chez Cofféa ? Messages ContactAntoine AT&T 17:34 47 %
  6. 6. 6 DU GRAND AU PETIT TERRAIN C’est à Mérignies, lors d’une journée de présentation de la marque Debuchy by Toulet que nous avons eu l’occasion de rencontrer Mathieu Debuchy. Le défenseur de l’équipe de France s’est associé à la maison Toulet, une entreprise de Bondues, pour développer une gamme de baby-foot. Parmi les quatre modèles présentés, nous avons pu découvrir en exclusivité un baby-foot peint par Delphine Heunet, une artiste de la région. Mathieu nous explique son projet. QUEL EST LE CONCEPT DE DEBUCHY BY TOULET ? « Ce qui change énormément aux premiers abords c’est le design, ça change des  baby- foots de café et c’est ce qu’on voulait. On voulait sortir de l’ordinaire avec des produits qui s’adapteraient aux intérieurs design. Après, beaucoup de choses changent car tout est possible sur ces baby-foots. De la LED en passant par l’hi-fi, on peut mettre son téléphone en bluetooth, écouter de la musique, recevoir les appels, etc… Tout est possible, tout est personnalisable comme par exemple le baby-foot qui est présenté à l’entrée du magasin, peint par Delphine Heunet. Vraiment, tout est possible. » COMMENT VOUS EST VENU CETTE IDÉE ? « Un jour je suis venu acheter un billard chez Toulet, et je voulais aussi un baby-foot, mais un baby-foot design qui ressemblerait un peu au billard que je venais d’acheter. Comme ils n’en faisaient pas à la base, nous avons pensé avec Marc-Alain Deledalle, à nous associer afin de créer des baby-foots design qui révolutionneraient le marché. » COMMENT SE PRÉSENTE VOTRE GAMME DE PRODUITS ? « Pour l’instant on a le Blackball, le T22, le T11 et le Vintage. On en a quatre ou cinq pour le moment mais d’autres vont arriver. Ils sont en cours de création, notamment un baby-foot pour enfant et l’été prochain il y en aura des nouveaux. On a également prévu de sortir un baby-foot vendu à 1 000 euros.» EST-CE QUE VOUS AVEZ CONTRIBUÉ À LA CRÉATION DE CES BABY-FOOTS ? « Oui, je donne mon avis sur chaque baby- foot avant qu’ils soient commercialisés, sur les modèles, leur design... Je les teste aussi avant leur sortie. J’ai également un baby-foot à mon nom qui va sortir l’année prochaine, il sera là pour la soirée de lancement qui aura lieu en février à Paris. » VOUS AVEZ QUITTÉ NEWCASTLE POUR REJOINDRE L’ÉQUIPE D’ARSENAL, COMMENT S’EST PASSÉE VOTRE INTÉGRATION AU SEIN DE L’ÉQUIPE ? VOUS NE REGRETTEZ PAS VOTRE CHOIX ? « Non je ne regrette pas du tout, au contraire. Mon intégration s’est très bien passée. J’avais des amis qui étaient déjà dans l’équipe comme Olivier Giroud et Laurent Koscielny, qui m’ont permis de très bien m’intégrer. Cela s’est fait naturellement et de façon très saine donc j’en suis très content. » QU’EST-CE QUE VOUS AVEZ PENSÉ DES DERNIERS MATCHS JOUÉS PAR L’ÉQUIPE DE FRANCE ? « J’ai malheureusement suivi ça depuis ma télé mais ça a été, on a bien fini l’année avec une victoire contre la Suède. C’était une bonne année et une très bonne saison avec l’équipe de France après cette Coupe du Monde. Même si c’est vrai que l’on aurait aimé aller un peu plus loin, il y a eu de bons matchs. C’est un très bon groupe, ce qui est plutôt positif en vue de l’Euro 2016. » ÊTES-VOUS CONFIANT POUR VOTRE RETOUR CHEZ LES BLEUS ? « Oui, je suis confiant. Après c’est à moi de travailler pour revenir encore plus fort dans le groupe. » VOUS AVEZ BEAUCOUP DE TATOUAGES, ONT-ILS UNE SIGNIFICATION PARTICULIÈRE ? « Mes tatouages ont surtout un rapport avec ma famille et la croyance. Après je suis allé au Brésil cet été, je me suis fait le Corcovado sur le mollet. J’ai aussi pas mal de Maoris. » SI VOUS N’AVIEZ PAS ÉTÉ FOOTBALLEUR, QU’AURIEZ-VOUS AIMÉ FAIRE ? « Je ne sais pas, bonne question … Depuis tout petit je rêve d’être footballeur donc je ne me suis jamais imaginé faire autre chose. » À PART LE FOOT, AVEZ-VOUS DES PASSIONS ? « Oui, bien sûr, j’ai pas mal de passions comme la Formule 1, les tatouages, les baby-foots forcément et puis les voitures. » Pauline MENNESSON JE SUIS CONFIANT POUR L’ÉQUIPE DE FRANCE, JE VAIS TRAVAILLER POUR REVENIR ENCORE PLUS FORT. « « MATHIEU DEBUCHY RÉVOLUTIONNE LE BABY-FOOT © Chloé ARROYO
  7. 7. 7SUR TERRE - SOUS TERRE Mis en service dès 1983, le métro de Lille est unique en son genre. Il a été le premier réseau automatique de transport au monde, et cette réussite technologique a vu le jour dans la région-même. C’est en effet grâce à la collaboration des universitaires de Lille et des ingénieurs de Matra (devenue Siemens Transportation System), que le VAL - Véhicule Automatique Léger - a vu le jour, dans la commune de Villeneuve-d’Ascq. Pour autant, « automatique » n’est pas synonyme d’autonome. C’est chaque jour cinquante opérateurs qui travaillent tour à tour par équipe de quinze et se relaient ainsi 24 heures sur 24. Réunies au sein du poste de commande centralisée (PCC), situé sous Euralille, ces équipes sont dirigées par Monsieur Perruzetto et s’emploient tous les jours à assurer le bon déroulement des trajets. Deux principales missions incombent à ces agents invisibles. D’une part ils assurent une surveillance continue du trafic et des rames, lancent le courant qui leur permet de circuler et gèrent les garages où se trouvent les métros la nuit (il en existe deux, l’un à Dron, l’autre à Saint Philibert). D’autre part, ils mettent en œuvre les solutions appropriées pour régler tout problème survenant dans le métro. C’est grâce à un système de sécurité qui détecte les obstacles que les agents ont la possibilité d’intervenir rapidement. Ces incidents sont le plus souvent dus à l’imprudence des passagers et aux problèmes informatiques. C’est alors qu’une équipe de techniciens « mobiles » intervient - lorsqu’il n’est pas possible de gérer ces pannes à distance. UNE SÉCURITÉ RENFORCÉE Depuis ses locaux souterrains, une très discrète police du métro a accès aux mêmes images que les agents du PCC. Elle se tient prête à intervenir à tout moment. Toujours pour des raisons de sécurité et dans le cadre du plan Vigipirate, le poste de commande doit lui-même se conformer à des règles strictes: les visiteurs n’y sont plus admis. Avec l’agrandissement de la ligne 1, les rames vont doubler leur capacité de transport et pourront accueillir dès 2016 jusqu’à 545 passagers. Tout le travail effectué autour du bon fonctionnement du métro devrait donc encore s’intensifier ces prochaines années. Justine CACHART et Elissa LEMAIRE Entièrement automatisé, le métro lillois s’étend sur plus de 45 kilomètres de lignes et génère un trafic de 102 millions de trajets par an. Pourtant, la main humaine, bien qu’invisible pour les millions de passagers, est présente. Plus qu’une simple surveillance, elle est nécessaire au bon fonctionnement de tout un réseau. Mais alors, qui sont ces agents de l’ombre qui gèrent notre sécurité au quotidien ? Y’A-T-IL UN PILOTE DANS LE MÉTRO ? LILLE-FLANDRES, LILLE-EUROPE : DES VOISINES BIEN DIFFÉRENTES LA GARE LILLE FLANDRES Les gares de Lille-Flandres et de Lille- Europe sont les deux principales gares de la métropole Lilloise. Voisines, elles sont situées à seulement 400 mètres l’une de l’autre, chacune joue pourtant un rôle bien spécifique. C’est dans les années 1980 sous l’impulsion de Pierre Mauroy et en vue du projet de création de la LGV Nord et de l’Eurostar qu’est construite la gare de Lille-Europe. Elle est inaugurée en 1994 et devient rapidement la pièce maîtresse du quartier Euralille, aujourd’hui troisième quartier d’affaires de France. Parfois surnommée la Gare aux « courants d’air » en raison de ses ouvertures qui apportent une importante circulation d’air, elle accueille environ 8 500 passagers par jour. Mais pourquoi avoir construit cette gare à moins de 400 mètres d’une gare bien plus ancienne : la gare Lille-Flandres ? Mise en service en 1848, la gare de Lille-Flandres - dont la façade actuelle est la façade originelle de la gare du Nord de Paris - se situe dans le centre-ville de Lille, ce qui en fait un terminus. Les TER y représentent 77% du trafic. Lille-Europe, en revanche, est une gare de passage, traversée par des trains ne marquant pas l’arrêt et surtout destinée à accueillir les TGV provenant de France mais aussi d’autres destinations européennes. J. C. et E. L. © Raphaëlle PASQUALINI © Chloé ARROYO É c e s N tout l’équipement pour vous protéger du froid en rAndonnée disponible en magasin Decathlon, sur Decathlon.com et Quechua.com
  8. 8. transpole.fr VOUS ALLEZ AIMER ÊTRE LIBRE *Hors co˚t du support Commandez en ˇashant ici : -Créditphotos:LightMotiv-RichardBaron + PRATIQUE COMMANDEZ VOTRE PASSíJOURN…E D»S MAINTENANT sur transpole.fr PASSí JOURN…E 4€* + DE SHOPPING AU COEUR DES FÊTES Commandez dËs aujourdíhui votre Passí JournÈe sur transpole.fr et proˇtez le jour de votre venue de tout ce que la mÈtropole lilloise peut vous offrir pendant les fÍtes. Pour 4€* seulement, pas díembouteillages, pas de place de parking ‡ chercher et ‡ payer. 4€*, et vous avez accËs toute la journÈe au bus, au mÈtro et au tramway. ¿ vous la grande roue, les patinoires, les marchÈs de NoÎl, le shopping Ö ¿ vous la libertÈ !

×