SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  36
Télécharger pour lire hors ligne
La revue de Presse KYLIA
1
LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE
Du 1er
au 7 février 2016
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL
Loyers encadrés à Paris : les locataires peu
nombreux à contester
Le 01/02/2016
Illustration. Six mois après les débuts de l’encadrement des loyers dans la capitale, seuls 28
locataires avaient saisi la commission de conciliation à la mi-janvier. Beaucoup contestaient le «
complément de loyer » réclamé par leur propriétaire. (LP/Arnaud Journois.)
Le 1er août 2015, l’encadrement des loyers entrait en vigueur dans la capitale. Six mois plus
tard, difficile de dire si la mesure a eu un réel effet sur le prix au m
2
. Mais force est de constater
que très peu de locataires contestent les baux de leurs propriétaires. L’inverse, également
possible pour obtenir une réévaluation à la hausse refusée, est encore plus rare.
Instance gratuite de recours paritaire, et étape obligatoire avant le tribunal d’instance, la commission
départementale de conciliation (CDC) des loyers n’avait été saisie que 28 fois à fin janvier. « C’est
La revue de Presse KYLIA
2
plutôt maigre, reconnaît Alex Maudet, représentant de la Confédération nationale du logement 75 à la
CDC. Cela s’explique sûrement par la peur des locataires de se voir mettre à la porte à la fin du bail, 3
ou 6 ans plus tard ».
Même constat à la commission de conciliation où l’on rapporte ce chiffre aux 1 200 saisines qu’elle a
enregistré tous objets confondus la commission sur la seule année 2014. « Cela peut vouloir dire
aussi que le dispositif de recours n’est pas assez connu » souligne une de ses porte-parole. « Ce qui
est frappant, note-t-elle, c’est que la moyenne d’âge de ceux qui nous saisissent est de 25 ans, et on
en a observé beaucoup en octobre ou début novembre, après la rentrée universitaire ». Autre constat
: la grande majorité des avis rendus l’ont été au bénéfice des locataires.
Beaucoup contestent les « compléments de loyer » que les propriétaires réclament au nom de «
caractéristiques particulières » du logement. Une notion floue prévue par la loi mais pas difficile à
définir. « Pour justifier des dépassements, certains propriétaires font valoir la présence d’une cuisine
américaine moderne, d’une mezzanine, d’une terrasse ou d’une grande hauteur sous plafond »
détaille Jean-Claude Hamelin, représentant de l’association de défense des consommateurs CLCV à
la commission.
Encore rares, les contestations pourraient se multiplier lorsque l’encadrement sera mieux connu.
Depuis la fin juin, l’Adil 75 (Association d’information sur le logement) a enregistré plus de 2 500
consultations (aux trois quarts téléphoniques) sur ce sujet et 92 000 connexions sur son site Internet
qui y consacre 9 pages. « Il y a un gros besoin d’information, reconnaît sa directrice générale Hélène
Le Gall. Et depuis la rentrée, on commence à avoir des appels de locataires sur des litiges ». Alex
Maudet est plus dubitatif : « Vu le déséquilibre de l’offre et de la demande à Paris, les locataires
retenus se sentent privilégiés, comme s’ils avaient gagné un concours. Il est donc peu probable qu’ils
se retournent contre leur propriétaire ».
Quand un propriétaire veut 550 € en plus pour une terrasse
L’encadrement des loyers prévoit qu’en cas de renouvellement de bail, les propriétaires sont tenus de
fixer un prix mensuel en fonction d’un loyer de référence, défini quartier par quartier, qu’ils peuvent
majorer jusqu’à 20 %. Mais ce plafond peut-être dépassé lorsque le logement présente des «
caractéristiques particulières ». Voici deux exemples examinés par la commission de conciliation
dernièrement.
Dans le Marais (IIIe). C’est un bel appartement de 33 m2 meublé avec goût et agrémenté d’une
mezzanine pouvant servir de bureau, au cinquième et dernier étage sans ascenseur. Mais son
propriétaire n’a pas lésiné sur le loyer qu’il a fixé à 1 990€ soit 555 € de plus que le plafond autorisé.
La revue de Presse KYLIA
3
Motif : dans le prolongement du séjour, une magnifique terrasse de 17 m2 plein sud offre une vue
imprenable sur les toits de Paris. La commission de conciliation a tranché en faveur du locataire qui
demandait le remboursement du trop perçu depuis août.
Dans le quartier Faidherbe (XIe). Situé au cinquième étage, ce deux pièces 50 m2 recouvert
entièrement d’un beau parquet est orné d’une belle cheminée décorative et d’un balcon filant sur toute
la longueur. Deux particularités qui justifient selon son propriétaire un complément de loyer de 145 €
qui porte le loyer à 1 539€. Là encore, la commission de conciliation a tranché en faveur du locataire.
Source : Le Parisien.fr
La revue de Presse KYLIA
4
Dans l’est de Paris, l’encadrement des loyers
est bafoué
Le 01/02/2016
L’encadrement des loyers est-il un instrument de lutte contre la gentrification de l’Est
parisien ? Une étude réalisée par le site MeilleursAgents pour Le Monde le suggère. Elle révèle
que la proportion d’annonces ne respectant pas la loi est la plus élevée dans les quartiers en
voie de « boboïsation ».
« Plus précisément, il s’agit de zones “hybrides”, où l’Observatoire des loyers de l’agglomération
parisienne [OLAP] dénote la juxtaposition de quartiers populaires et de quartiers plus huppés,
explique Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents. Les propriétaires-bailleurs qui possèdent
un appartement bien situé sont tentés d’en profiter pour imposer un loyer élevé, mais comme leur
zone englobe des endroits beaucoup moins favorisés, leur loyer de référence est tiré vers le bas.
C’est pourquoi les dépassements sont aussi fréquents dans l’Est parisien. »
Par exemple, dans le nord du 19
e
arrondissement, dans la zone qui regroupe l’avenue de Flandres et
les rues nettement plus branchées autour des deux cinémas Mk2, plus d’une annonce sur deux ne
respecte pas la loi. Même constat dans la zone « gare », au sud du 13
e
arrondissement, qui
rassemble les bâtiments au design futuriste de l’avenue de France et les tours du quartier asiatique,
construites dans les années 1970 vers les portes de Choisy et d’Ivry.
De même, les appartements des Abbesses, dans le 18
e
arrondissement, l’un des quartiers les plus
chers de la capitale, doivent cohabiter avec les immeubles de la porte de Clignancourt, en bordure du
périphérique, beaucoup moins tendance. « Le plafond qui leur imposé est de 26,30 euros par mètre
carré, alors que les loyers proposés autour de la butte Montmartre dépassent les 30 euros », précise
Thomas Lefebvre, responsable R&D chez MeilleursAgents.
29 % de biens au-dessus du loyer de référence majoré
Pour réaliser cette étude, MeilleursAgents a épluché 14 114 annonces de locations non meublées à
Paris, publiées sur les sites immobiliers pour professionnels entre le 1
er
août et le 31 décembre. En
moyenne, 29 % de biens sont proposés au-dessus du loyer de référence majoré.
La revue de Presse KYLIA
5
Entré en vigueur à Paris depuis plus de six mois, le 1
er
août 2015, l’encadrement des loyers demeure
donc peu respecté, même s’il faut noter une amélioration. Juste avant l’entrée en vigueur du dispositif,
MeilleursAgents estimait à 45 % la proportion d’annonces hors la loi.
La limite de cette étude est qu’elle ne prend pas en compte les locations de particuliers à particuliers,
qui représentent plus d’un tiers du marché.
Pour rappel, le dispositif d’encadrement prévoit qu’à la signature d’un nouveau bail ou lors d’un
renouvellement, le loyer d’un logement ne peut désormais excéder de 20 % un loyer de référence
défini par l’OLAP.
Il s’agit d’une médiane, qui a été calculée à partir d’un sondage réalisé en 2014 sur 23 000 logements
dans 80 zones de la capitale, en prenant en compte diverses caractéristiques (nombre de pièces,
époque de construction, location nue ou meublée).
Environ 400 000 logements sont loués à Paris et 85 000 nouvelles locations y sont conclues chaque
année.
Méthodologie
Cette étude a été réalisée par MeilleursAgents.com à partir de 14 114 annonces de locations non
meublées à Paris, publiées sur les sites d’annonces pour professionnels entre le 1
er
août et le
31 décembre 2015.
Les loyers de référence établis par l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (OLAP)
se déclinent pour des logements meublés ou non, avec des distinctions d’âge du bâti (avant 1946, de
1946 à 1970, de 1971 à 1990 et après 1990) et selon le nombre de pièces du logement.
L’époque de construction des immeubles n’étant que très rarement renseignée dans les annonces
locatives, Meilleursagents a recomposé un loyer de référence moyen pour chaque quartier et type de
bien (selon le nombre de pièces) afin d’y confronter les annonces.
Par exemple, les studios (1 pièce) du quartier Bel-Air (12e arrondissement de Paris) se répartissent,
selon l’ancienneté du bâti de la façon suivante : 55 % ont été construits avant 1946, 24 % entre 1946
et 1970, 16 % entre 1971 et 1990 et 5 % après 1990. En pondérant des loyers médians de référence
par le pourcentage de biens selon l’époque de construction, on aboutit à un loyer de référence moyen
pour les studios dans ce quartier. Les loyers des annonces ont ensuite été comparés à ce loyer de
La revue de Presse KYLIA
6
référence moyen majoré de 20 % afin de déterminer la part d’annonce respectant ou non
l’encadrement des loyers instauré depuis le 1
er
août 2015.
Source : Le Monde.fr
La revue de Presse KYLIA
7
Berlin vit la «folie immobilière» avec des prix
trois fois plus bas qu’à Paris
Le 01/02/2016
Forte hausse des loyers, explosion des prix de vente... la capitale allemande s’alarme déjà d’une
possible bulle immobilière. Et pourtant ses prix feraient rêver n’importe quel Parisien.
La folie immobilière semble gagner l’Allemagne. C’est du moins ce que dénoncent bon nombre de
spécialistes, notamment dans la capitale, Berlin. Dans un article paru sur le site du quotidien Die Welt,
des experts estiment que la situation devient si préoccupante que pour loger la population à des prix
acceptables, il faudra augmenter la densité de la ville et y construire plus de tours.
Il est vrai que malgré le mécanisme d’encadrement des loyers (Mietpreisbremse), les hausses dans
les quartiers les plus recherchés ont atteints 5 à 7%. C’est le cas dans le centre (Mitte) ou dans le
quartier bobo de Kreuzberg ou celui plus bourgeois de Schöneberg. Et pour les prix d’achat, c’est une
véritable envolée selon une étude CBRE qui enregistre des bonds supérieurs à 10% dans de
nombreux quartiers et culminant même à 16,3%.
Pourtant, lorsque l’on compare les valeurs absolues, on est loin des tarifs de grandes capitales
européennes: à des années-lumières de Londres et à une distance respectable de Paris. Ainsi, les
La revue de Presse KYLIA
8
loyers s’affichent au tarif moyen (hors charges) de 6 euros par mètres carré avec un sommet à 16
euros pour le quartier le plus central. Pour rappel, les valeurs proposées à Paris pour l’encadrement
des loyers dépassent couramment les 30 euros.
3000 euros le mètre carré
Quant au prix moyen d’achat, Die Welt s’inquiète de le voir arriver à 3000 euros le mètre carré,
poussé «par les investisseurs privés et professionnels venant de partout pour investir dans une ville
en plein boom». Là encore, on se trouve quasiment au tiers de ce que connaît la capitale française
(8020 euros/m², prix prévu par les notaires pour mars 2016). Une situation qui commence malgré tout
à inquiéter les professionnels, soulignant qu’il va falloir construire beaucoup plus que par le passé, un
refrain bien connu en France.
Ainsi, le quotidien pointe qu’entre 2011 et 2014 la population de la capitale allemande a augmenté de
84.600 foyers alors que seuls 25.300 logements supplémentaires ont été achevés. Un constat qui
pousse les spécialistes à envisager diverses pistes: reconvertir des surfaces industrielles et
commerciales en logement, augmenter la pression fiscale sur les propriétaires fonciers pour les
obliger à construire et même à réclamer un plan de construction de tours de logements à bon marché.
En attendant que la construction reparte, Die Welt estime que plusieurs indicateurs sont passés au
rouge. La rotation des locataires est devenue très limitée car ils craignent une hausse massive des
loyers à la relocation et la spéculation foncière semble s’être installée. Et déjà certains pointent le
risque d’une bille immobilière, estimant que cette frénésie d’achat à la hausse ne pourra durer
éternellement même si l’offre est limitée et qu’il continue à se construire trop peu de logements.
Source : Le Figaro.fr
La revue de Presse KYLIA
9
La baisse de la construction de logements
enrayée en 2015
Le 01/02/2016
Crédit immobilier bon marché et mesures de soutien ont stabilisé la construction de logements
neufs.
Crédit immobilier bon marché et mesures de soutien ont stabilisé la construction de logements neufs.
GILE MICHEL SIPA
Le recul de la production de logements neufs semble s'être enrayée l'an dernier : une bonne nouvelle
pour les promoteurs et constructeurs de maisons individuelles. Selon les chiffres publiés par le
ministère du Logement, 351.800 logements neufs ont été mis en chantier l'an dernier,
quasiment autant (+0,3%) qu'en 2014, tandis que le nombre de permis de construire accordés
a progressé de 1,8 % pour s'établir à 383.100 unités. Et sur le dernier trimestre, il a même bondi de
12,1% à 103.600 unités, comparé à la même période de 2014.
L'an dernier aura été marqué par un lent retournement du secteur de la construction. Les
permis de construire ont progressé en décembre pour le 5ème mois consécutif, et nous nous
réjouissons de cette dynamique, mais nous sommes toutefois à de faibles niveaux d'activité",
analyse Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des Promoteurs Immobiliers.
La revue de Presse KYLIA
10
Des taux de crédit immobiliers très bas et des mesures de soutien ont stabilisé la construction neuve
en France. "Les mesures gouvernementales de soutien au marché ont clairement joué,
observe Olivier Eluère, économiste de Crédit Agricole SA. On peut toutefois s'interroger sur la
durabilité du rebond actuel. Il semble de nature conjoncturelle, lié aux mesures de soutien et aux taux
de crédit très bas, qui ont permis au marché de bien se tenir en 2015. Mais les conditions d'une
reprise durable ne semblent pas encore réunies".
Le bon score du dispositif Pinel
Le plan de relance gouvernemental dans le neuf et en particulier le dispositif fiscal "Pinel", qui accorde
sous conditions une réduction d'impôt aux investisseurs qui louent un logement à loyer intermédiaire,
ont relancé l'an dernier les ventes de logements neufs. En parallèle, les taux de crédit immobilier, qui
ont atteint un plus bas historique pendant l'été avant de se stabiliser aux alentours de 2,20% en
moyenne en décembre selon l'Observatoire Crédit Logement /CSA, ont pu avoir un effet d'aubaine et
débloquer des projets, en solvabilisant un certain nombre de ménages.
Dans ce contexte, le logement neuf "devrait connaître une assez bonne année 2016, sur le marché
+investisseurs+ en particulier, alors que du côté des accédants à la propriété, il faudra attendre de
connaître l'impact de l'élargissement du Prêt à taux zéro", affirme Olivier Eluère.
Les acquéreurs encore timides
Restés un peu à la traîne en 2015, les accédants à la propriété bénéficient, depuis le 1er janvier
dernier, d'un Prêt à taux zéro (PTZ) amélioré, qui permet de financer sans intérêt jusqu'à 40 % du prix
du bien, sous conditions de ressources. "2016 devrait permettre de confirmer l'embellie. Nous
comptons beaucoup sur le PTZ pour faire remonter l'accession à la propriété, même si cela ne suffira
pas", souligne Alexandra François-Cuxac.
Pour l'économiste de Crédit Agricole SA, "des freins demeurent" sur le marché du logement neuf,
notamment "le niveau élevé des prix, qui n'ont pas suffisamment baissé pour enclencher une reprise
durable, et une conjoncture économique qui reste très mitigée, avec un chômage élevé". L'année
2015 s'est achevée sur un record de 3,59 millions de chômeurs en métropole, selon les derniers
chiffres publiés par le ministère du Travail.
La revue de Presse KYLIA
11
De nouvelles statistiques
Le ministère a changé en février 2015 de méthodologie pour décompter les mises en chantier de
logements neufs, ce qui a abouti à comptabiliser plusieurs dizaines de milliers de logements
supplémentaires par an, ces dernières années. Désormais, leur nombre est estimé à l'aide d'un
modèle statistique censé délivrer une information en temps réel de la conjoncture et fournir des
résultats plus fidèles à la réalité du terrain.
Les données collectées sont complétées par des enquêtes annuelles et croisées avec d'autres
paramètres : stock de logements invendus des promoteurs, taux d'intérêt, moral des ménages... Avant
ce changement méthodologique, les mises en chantier de l'année 2014 avaient été jugées légèrement
inférieures à 300.000 unités.
Source : L’Obs.com
La revue de Presse KYLIA
12
Encéphalogramme plat pour le marché
immobilier en 2016 ?
Le 01/02/2015
Le ciel se couvre sur l'immobilier francilien.
Getty Images/iStockphoto
Le volume des transactions immobilières a sensiblement augmenté en 2015. Cette hausse des
volumes précède-t-elle une augmentation des prix en 2016 ? Les réponses de la FNAIM, de
MeilleursAgents.com et des Notaires de France.
L'année 2015 s'achève en beauté pour l'immobilier ! Avec environ 800 000 transactions estimées,
contre 675 000 en 2014, les volumes de vente ont progressé de 15,6% en un an, selon la Fédération
nationale de l'immobilier (FNAIM). "Du jamais vu depuis les records historiques enregistrés en 2010-
2011", souligne Jean-François Buet, président de l'organisation syndicale. Pour la FNAIM, "cette
accélération des ventes traduit le fait que les acheteurs ont cessé d'anticiper des baisses de prix et ne
sont plus enclins à attendre pour réaliser leur projet".
La revue de Presse KYLIA
13
Un marché fluide ?
Il y a eu, certes, moins d'attentisme observé de la part des acquéreurs mais peut-on parler pour autant
de fluidité du marché ? Pour les Notaires de France, il s'agit d'une hausse des volumes en trompe-
l'oeil. "En Ile-de-France, sur une année glissante, les volumes restent ainsi inférieurs de 10 à 15 % par
rapport aux niveaux connus dans les meilleures années de la période 1999-2007. Sur l'ensemble des
départements de province, les mêmes chiffres restent inférieurs de 8 %".
L'analyse des notaires est corroborée par celle de MeilleursAgents : "Cette augmentation des volumes
de transactions est encourageante mais il faut l'interpréter en fonction du nombre de ménages. En
2000-2007, on comptait 3,3 transactions par an pour 100 ménages, contre 2,7 en 2015. Pour revenir
au niveau des années 2000-2007, il manque plus de 100 000 transactions", explique Thomas
Lefebvre, responsable recherche & développement chez MeilleursAgents.
Une hausse des prix en vue ?
Pour la FNAIM, "une hausse des volumes précède toujours une hausse des prix". D'ailleurs, "si on
considère la hausse des ventes de logements en 2015, on devrait voir une hausse des prix de
l'immobilier de l'ordre de 0 à 1%", précise Jean-François Buet. Pour le président de la FNAIM, "un
marché qui chute est très mauvais, un marché qui s'enflamme n'est jamais bon non plus". Pour
l'heure, "nous sommes dans un marché sain et stable. Les volumes de transactions augmentent car
les gens ont besoin de se loger. Mais les prix n'augmentent pas encore franchement (+1,9% en
France au 4e trimestre 2015 par rapport au trimestre précédent)". La FNAIM mise sur une stabilisation
des prix en 2016.
Pour les notaires, si la tendance de fond de ces trois derniers mois, malgré les disparités régionales,
est en légère hausse, "elle ne fait qu'effacer les six mois de baisse précédents". La perspective est
donc plutôt positive avec un début d'inversion de la courbe, mais "la progression annuelle lissée est
quasi nulle".
Pour début 2016, les indicateurs avancés issus des avant-contrats anticipent une légère hausse des
prix. À fin février 2016, les évolutions sur un an seraient de +0,4 % pour les appartements anciens et
de +1,4 % pour les maisons anciennes en France métropolitaine.
Des taux toujours bas en 2016
MeilleursAgents émet davantage de réserve sur les perspectives d'évolution en 2016. "La reprise sera
plus lente et plus fragile que nous l'espérions. Lille et Marseille pourraient voir leur prix chuter de 3 à
La revue de Presse KYLIA
14
5%. A l'inverse, ils pourraient remonter à Bordeaux, Lyon et Nantes. De manière générale, "nous
anticipons un ralentissement de la baisse des prix et une hausse graduelle du volume de transaction,
grâce notamment aux taux de crédit qui devraient rester stables en 2016".
A noter que le courtier Cafpi prévoit une hausse des taux de crédit en cours d'année. "Le taux moyen
des crédits passera de 2% aujourd'hui à 2,46% en juin 2016", anticipe Philippe Taboret, directeur
général adjoint de Cafpi. Même si cette prévision de hausse est effective, les taux resteront
relativement bas et continueront à "porter le marché de la pierre".
"Une reprise franche, c'est-à-dire une hausse des volumes accompagnée d'une hausse des prix se
fera sentir uniquement quand le chômage cessera d'augmenter", prévient Sébastien de Lafond,
président de MeilleursAgents, pour qui la baisse du chômage reste "la clé de tout".
Source : L’Express.fr
La revue de Presse KYLIA
15
Le gouvernement veut durcir la fiscalité des
locations meublées
Le 02/02/2016
Le désir de réguler la location meublée de courte durée, conséquence de la fulgurante
expansion d’Airbnb, inquiète les agents immobiliers. Ils redoutent que les obligations
nouvelles qui pourraient être imposées aux plates-formes comme Abritel ou Airbnb soient
étendues aux gestionnaires de biens immobiliers. Deux points les préoccupent
particulièrement.
Le premier porte sur la fiscalité : le gouvernement a mis en place un comité interministériel réunissant
Bercy et le ministère du logement pour réformer la fiscalité de la location meublée et la durcir.
Actuellement, les revenus tirés de la location meublée bénéficient d’un régime favorable dit du micro-
BIC (bénéfices industriels et commerciaux). Si les recettes sont inférieures à 32 900 euros, le
contribuable peut appliquer un abattement de 50 %, autrement dit il ne sera imposé que sur la moitié
des recettes. Mieux encore s’il s’agit d’un meublé touristique classé, l’abattement est de 71 % et la
limite des recettes encaissées est de 82 200 euros.
Le contribuable peut aussi opter pour le régime réel, c’est-à-dire déduire toutes les charges comme
les intérêts d’emprunt, amortir son bien, et n’être imposé que sur les bénéfices.
La revue de Presse KYLIA
16
Distorsion
Ces régimes créent une distorsion au détriment de la location nue, assujettie au régime des revenus
fonciers, qui ne permet pas l’amortissement, ni d’abattement. À l’exception du régime du micro-
foncier : lorsque les loyers ne dépassent pas 15 000 euros, un abattement forfaitaire de 30 %
s’applique.
Cet avantage explique l’expansion de la location meublée, à la fois moins contraignante pour les
bailleurs et moins taxée que la location nue. C’est pourquoi Bercy souhaite aligner les deux régimes,
revenus fonciers et location meublée. « Le risque est de supprimer le régime des bénéfices industriels
et commerciaux qui toucherait beaucoup d’investisseurs en meublés », souligne-t-on à la Fédération
nationale de l’immobilier.
L’autre menace concerne les obligations déclaratives. Lors de la discussion à l’Assemblée nationale
sur la loi numérique, a été adopté le 21 janvier 2016 un amendement porté par une vingtaine de
députés, avec à leur tête Sandrine Mazetier, députée PS de Paris. Cet amendement oblige les plates-
formes comme Abritel et Airbnb à vérifier que les particuliers qui proposent des appartements à louer
pour de courtes durées ont le droit de le faire, c’est-à-dire qu’ils sont propriétaires ou, s’ils sont
locataires, qu’ils ont obtenu l’autorisation de leur bailleur. Le texte prévoit en cas de manquement de
fortes amendes : 25 000 euros pour les particuliers, 80 000 euros pour les sites internet.
Certes, il ne s’agit que d’une première lecture, le texte définitif est loin d’être adopté. Mais d’autres
tentatives qui ont échoué pourraient revenir au cœur de la discussion, comme la mesure d’imposer
aux plates-formes numériques de déclarer les sommes encaissés dans l’année par leurs annonceurs.
« On redoute qu’une fois adoptée, cette obligation soit étendue aux gestionnaires de biens locatifs »
soufflait un administrateur de biens.
Source : Le Monde.fr
La revue de Presse KYLIA
17
Immobilier: vers un boom des prix dans les
grandes villes?
Le 02/02/2015
Dans les grandes villes, les prix commencent à remonter. Mais le marché est encore en
convalescence.
A Nantes, les prix de l'immobilier ont progressé de près de 3,5% sur un an. (C) AFP
La hausse des prix dans les grandes agglomérations se confirme en ce début d'année. A Paris, Lyon,
Nantes et Bordeaux, comme dans la plupart des villes les plus peuplées, les prix sont en progression,
d'après le dernier baromètre mensuel publié par MeilleursAgents.com ce mardi 2 février. Dans le
détail, l'augmentation sur un mois est la plus forte à Nantes (+0,6%), Nice (+0,5%), Paris et Lyon
(+0,4%). Sur un an, les prix sont toutefois encore en décrue, à l'exception notable de Nantes (+3,5%),
Montpellier et Bordeaux (+1,3% chacun).
Au sein de la région Ile-de-France, la situation est légèrement plus homogène, avec des prix en
augmentation sur un mois dans tous les départements, sauf en Seine-et-Marne et dans les Yvelines.
Sur un an, une majorité des départements ont également connu une remontée des prix, à part Paris,
la Seine-Saint-Denis et le Val d'Oise. Les Hauts-de-Seine, eux, accélèrent, avec des prix dans
l'ancien en hausse de 1,5% depuis janvier 2015.
La revue de Presse KYLIA
18
Ces données viennent confirmer la reprise observée par les notaires au 3e trimestre (derniers chiffres
disponibles). Les prix avaient ainsi rebondi dans les logements anciens de 0,8% en Ile-de-France et
de 0,3% en province sur ce trimestre s'achevant en septembre. La différence avec
MeilleursAgents.com tient au fait que ce dernier se base sur les promesses de ventes signées, qui
doivent se transformer en actes authentiques dans les 3 mois suivants. Tandis que les notaires, eux,
publient les chiffres des actes authentiques (donc avec environ 3 mois de délai par rapport aux
promesses de vente).
Dans les deux cas, la reprise du marché est propulsée par le boom des ventes depuis le printemps
dernier. Si on attend encore les chiffres définitifs des notaires pour l'année 2015, la Fédération
nationale des agents immobiliers (Fnaim) table sur 800.000 transactions dans l'ancien, soit une
hausse de plus de 15% par rapport à 2014! Le mouvement est encore plus intense en Ile-de-France.
Près de 42.000 promesses de ventes ont été signées dans la région parisienne de septembre à
novembre, selon une note des notaires d'Ile-de-France. C'est 21% de plus que la moyenne observée
sur cette période au cours des dix dernières années.
Vers un boom des prix?
Alors, faut-il s'attendre à une hausse durable des prix? L'évolution des taux des crédits accordés
donnera un premier élément de réponse. La plupart des courtiers estiment que le fond de la piscine a
été touché. Les taux devraient rester bas mais très légèrement remonter dans le courant de l'année
2016. Une forte hausse des taux réduirait mécaniquement le pouvoir d'achat immobilier des ménages
et pèserait à la baisse sur les prix. Ce n'est pour l'instant pas le scénario qui se dégage. Ensuite,
l'extension du prêt à taux zéro devrait stimuler le marché du neuf mais aussi, dans une moindre
mesure, celui de l'ancien. Sur le seul mois de janvier, il y a déjà eu trois fois plus de demandes de prêt
avec un PTZ qu'il y a un an chez Vousfinancer.com. Et 25% de ces demandes concernaient l'achat
d'un bien ancien avec des travaux. L'indicateur de tension immobilière (ITI), calculé par
MeilleursAgents.com et qui mesure le rapport entre le nombre d'acheteurs en recherche active et le
nombre de vendeurs, est par ailleurs en progression dans les grandes villes depuis un an. Les
notaires ont également publié des données sur les avant-contrats (les promesses de vente) qui vont
dans le sens d'une reprise. "À fin février 2016, les évolutions sur un an seraient de +0,4 % pour les
appartements anciens et de +1,4% pour les maisons anciennes en France métropolitaine", indiquaient
les notaires dans leur dernière note de conjoncture.
Le tableau n'est pourtant pas complètement rose. Déjà, l'ITI ne progresse plus depuis septembre dans
les grandes villes, sauf à Lyon. Il a même reculé à Paris et à Nantes. Dans les avant-contrats, les
notaires d'Ile-de-France constatent que les prix au m2 devraient se stabiliser à Paris début 2016 et
La revue de Presse KYLIA
19
même régresser en Petite Couronne. Enfin, l'économie française reste convalescente avec un fort
taux de chômage, ce qui empêche beaucoup de ménages de se projeter et de surenchérir pour
acquérir un appartement ou une maison. "Le léger mieux enregistré en janvier à Paris et depuis
quelques mois en banlieue ainsi que dans la plupart des grandes villes de province pourrait durer
quelques mois voire jusqu’à l’été", pronostique dans une note Sébastien de Lafond, président de
MeilleursAgents.com. "Mais 2016 reste une année incertaine dont l’issue dépend essentiellement du
contexte macroéconomique, de la confiance des ménages et des entreprises dans l’avenir", ajoute-t-il.
Le marché reste encore très fragile. La courbe des prix ne devrait donc s'inverser durablement
qu'avec celle du chômage.
Source : Challenges.fr
La revue de Presse KYLIA
20
Vers une réforme des professions immobilières
?
Le 04/02/2016
Les ministres du Logement et de l'Economie ont lancé une mission d'étude sur l'avenir de la
profession immobilière face à la révolution numérique.
Comme annoncé en décembre dernier lors du congrès de laFnaim , qui regorupe les métiers de
l’immobilier dans l’ancien, la ministre du logement, Sylvia Pinel, et le ministre de l'Economie,
Emmanuel Macron, ont annoncé le lancement d'une "mission sur l'avenir de la profession immobilière
face à la révolution numérique", confiée à l'économiste Bernard Vorms et président du Conseil
national de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI), créé en 2014 pour encadrer l'activité
des professionnels du secteur.
"Le gouvernement souhaite disposer d'une analyse sur les changements que cette révolution
numérique a générés dans l'activité traditionnelle des professions immobilières; et de propositions,
juridiques ou économiques, permettant de renforcer l'efficacité des professionnels et d'affronter la
concurrence internationale", ont expliqué les deux ministres. Les conclusions de cette mission seront
rendues en juillet.
Selon une étude du groupe Xerfi sur l’évolution des distributeurs immobiliers d’ici 2020, les métiers
traditionnels (agents immobiliers ou médias d’annonces entre particuliers) voient leur écosystème
bouleversé par l’arrivée du numérique, qu’illustrent notamment le phénomène Airbnb ou LeBonCoin.
Les agents doivent principalement redorer leur image et défendre leurs tarifs, tout en tirant partie des
nouvelles technologies. Les sites d’annonces doivent apprivoiser les concepts d’open data, de
géolocalisation et de réalité augmentée, couplés avec le web mobile et les applications.
Source : Challenges.fr
La revue de Presse KYLIA
21
L’immobilier pèse de plus en plus lourd dans le
surendettement
Le 05/02/2015
INFOGRAPHIE - es dettes immobilières pèsent en moyenne 107.352 euros dans les dossiers de
surendettement. La part des propriétaires et des dettes liées à la pierre progressent. Focus sur la
répartition géographique du phénomène.
Si le surendettement a globalement reculé l’an dernier, les situations difficiles liées à l’immobilier ont,
elles, eu tendance à augmenter. Selon un bilan annuel publié récemment par la Banque de France, le
nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a reculé de 5,9% en 2015,
pour s’établir à 217.302. Alors que l’on retrouve comme tous les ans dans cette situation une large
majorité de personnes vivant seules (65,2% des dossiers) et de locataires (76,8%), la part des
propriétaires continue à augmenter.
Ceux qui possèdent leur logement représentent désormais 11,2% des dossiers, soit une hausse de
0,4 point par rapport à 2014 et de 1 point par rapport à 2013. Dans le même ordre d’idée, 13% des
dossiers recevables en 2015 contenaient des dettes immobilières, qu’elles soient dues à l’acquisition
d’un bien ou à la réalisation de travaux, contre 11,8% en 2014 et 10,8% en 2013.
La revue de Presse KYLIA
22
Même si les crédits à la consommation restent très largement majoritaires (83,3% des dossiers et
42,3% du montant total des dettes), ils concernent des sommes plus limitées. La dette moyenne pour
les crédits à la consommation s’élève à 20.954 euros contre 107.352 euros pour les dettes
immobilières (33,9 % de l’endettement global). À noter: du côté des locataires, l’immobilier est
également présent sous forme de dettes de charges courantes. Ces dettes de logement pèsent 5,2 %
de l’endettement global, se retrouvent dans 49,3 % des dossiers de surendettement, pour un montant
moyen de 4 367 euros (4.272 euros en moyenne pour le loyer et les charges locatives, 12.083 euros
pour les frais de maison de retraite et 1400 euros pour les dépôts de garantie).
Quant à la distribution régionale de cet endettement (voir notre carte interactive), elle laisse apparaître
de fortes disparités, directement liées aux coûts de l’immobilier. Sans grande surprise, c’est en région
parisienne que les dettes immobilières se révèlent les plus importantes: 134.066 euros en moyenne et
même 139.9007 euros pour les seuls prêts immobiliers (les autres dettes concernant des arriérés et
des soldes à régler après vente de la résidence principale). À l’inverse, c’est dans le Limousin que les
dégâts sont le plus limités: 85.592 euros en moyenne et 89.370 euros si on se concentre sur les prêts
immobiliers
Source : Le Figaro.fr
La revue de Presse KYLIA
23
Record de crédits immobiliers: à qui profite la
baisse des taux?
Le 05/02/2015
Immobilier: les banques prêtent plus mais les ménages modestes en profitent encore trop peu.
REUTERS/Charles Platiau
Les banques ont délivré un montant record de crédits immobilier en 2015, et le marché connaît
une embellie. Pourtant, le taux de détention de crédit immobilier des ménages baisse. Y a-t-il
des exclus?
Un record. La politique de rachat de titres et de taux bas insufflée par Mario Draghi à la Banque
centrale européenne remplit le coffre des banques, et les amène à prêter de plus en plus d'argent.
L'immobilier en a largement profité en 2015. D'après l'Observatoire crédit logement/CSA, les banques
ont distribué 200 milliards d'euros de crédits immobiliers, un montant encore jamais vu à ce jour,
signalent Les Echos.
Les taux d'intérêt immobilier étaient en effet en moyenne de 2,4% en 2015. Grâce à cette manne, "le
marché de l'ancien a retrouvé son dynamisme de 2010-2011", note le cabinet Xerfi, qui estime la
hausse du nombre de transactions à 14,2%, en lien avec une baisse des prix de 1,6%. Quant au
marché du neuf, il en profite encore plus avec une hausse de 17,1%, selon Xerfi. L'effet du dispositif
La revue de Presse KYLIA
24
Pinel qui a convaincu plus de 50 000 investisseurs en 2015. Les prix immobiliers devraient repartir à
la hausse en 2016, assure Xerfi.
Plus d'argent pour moins de gens?
Reste à savoir qui a profité de cette manne. L'Observatoire du crédit aux ménages de la Fédération
bancaire française a relevé une légère baisse du taux de détention des crédits immobiliers, qui passe
de 30,6% à 30,2%. Comment plus d'argent a-t-il pu être prêté si moins de ménages détiennent des
crédits? Plus d'un tiers des sommes allouées l'année dernière correspond en fait à des
renégociations, relève l'Observatoire crédit logement. Une proportion de 37,3%, contre 21,5% en
2014, soulignent Les Echos. Il y aurait donc de plus en plus d'argent, pour de moins en moins de
gens.
"La baisse du taux de crédit peut aussi correspondre à l'augmentation du nombre de ménages qui ont
soldé leur crédit", nuance pour L'Express Pierre Madec, de l'OFCE. "Les sorties de ménages détenant
des crédits immobiliers sont plus rapides que les entrées des nouveaux emprunteurs", analyse
également l'Observatoire du crédit aux ménages. Ce mouvement ne permettrait pas de percevoir
l'importance des primo-accédants.
Sans primo-accédants, un marché "grippé"
Reste que les nouveaux emprunteurs pourraient être plus nombreux, surtout avec ces conditions
favorables. D'après les notaires, qui font des statistiques par tranches d'âge, la part des moins de 30
ans dans les achats est restée stable en 2015, alors que c'est parmi eux que se trouve le plus grand
nombre de nouveaux propriétaires.
"Les primo-accédants les plus fragiles font toujours défaut", explique à L'Express Philippe Taboret,
directeur général-adjoint du courtier Cafpi. "Sans eux le marché est grippé", regrette-t-il. Selon lui,
l'extension du prêt à taux zéro dans l'ancien avec travaux en zone urbaine, à partir du 1er janvier
2016, va contribuer à débloquer la situation: "Les jeunes veulent habiter dans les centres-villes."
Mais les chiffres des notaires s'arrêtent à septembre, et ne concernent que l'ancien. De son côté,
l'Observatoire du financement des marchés résidentiels, publié par la société de financement Crédit
logement, note tout de même un retour des primo-accédants "jeunes ou modestes", notamment
depuis le second trimestre 2015: "Les niveaux actuels des conditions de crédit permettent en effet à
de nombreux ménages de rentrer sur le marché de l'accession, sur des durées longues, sans que
cela ne les pénalise", explique le rapport.
La revue de Presse KYLIA
25
"On aura une augmentation en 2015"
"Lorsqu'on regarde les deux catégories où se concentrent les primo-accédants, les moins de 35 ans et
les salaires inférieurs à trois Smic, elles stagnent dans le neuf mais progressent dans l'ancien", assure
à L'Express Michel Mouillart, professeur d'économie spécialiste de l'immobilier et auteur du rapport de
l'Observatoire du crédit aux ménages.
"Au global, on aura une augmentation en 2015", estime Michel Mouillart. Si l'on ne tient pas compte
des renégociations de crédit, le taux de primo-accédants parmi les emprunteurs devrait atteindre à
peu près 60%, selon ses calculs. Pas assez, toutefois, pour renouer avec la période 2005-2007, où il
était de plus de 70%. Comme le reconnaît le rapport de Crédit logement, le marché reste donc
essentiellement tiré par les plus riches (quatre à cinq Smic et plus) et les plus de 55 ans.
Source : L’Express.fr
La revue de Presse KYLIA
26
ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE
Une tendance à la baisse pour la restauration
rapide
Le 02/02/2016
Christophe Bellivier, directeur du cabinet Michel Simond de Montpellier.
Indicateur de vente de fonds de commerce Michel Simond
Activité : restauration rapide/sandwicherie/vente à emporter
Chiffre d'affaires
Prix/CA HT
(%)
Prix/EBE avant cotisations sociales
(Coef.)
CA de 45 000 à 149 999 € (CA moyen = 105
000 €)
70 % 2
CA de 150 000 à 249 000 € (CA moyen =
200 000 €)
73 % 2,2
CA supérieur à 250 000 € (CA moyen = 422
000 €)
69 % 2,4
Tendance générale du marché : baisse
La revue de Presse KYLIA
27
Données issues de 80 cessions du réseau Michel Simond réalisées en 2015 sur cette activité. Les
ratios non significatifs ont été écartés.
Le commentaire de Christophe Bellivier, directeur du cabinet Michel Simond de Montpellier (Hérault)
"Même si la cession d'établissements de restauration rapide et de snacks connaît - dans notre région
comme partout en France -, une baisse en 2015, cette activité n'en reste pas moins attractive car elle
convient parfaitement dans le cadre d'une reconversion. Elle est très diversifiée, l'offre est en
constante évolution, elle ne demande qu'une formation réduite, et elle permet une belle rentabilité, le
tout pour un prix encore accessible."
Source : L’hotellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
28
Les différentes catégories de licences de
débits de boissons
Le 03/02/2016
Une ordonnance en date du 17 décembre 2015, applicable à partir du 1er janvier 2016, simplifie la
réglementation des débits de boissons. Les licences de 2e et 3e catégories ont fusionné, et il ne reste
plus que 4 catégories de boissons.
Pour vendre ou offrir des boissons, il faut être titulaire d'une licence de débit de boissons. Il en existe
plusieurs catégories : à consommer sur place, à emporter et la licence restaurant. Elles définissent les
modalités de vente des boissons ainsi que les catégories que le professionnel peut proposer Une
ordonnance du 17 décembre 2015, entrée en application le 1er janvier, a fusionné les boissons du 2e
et du 3e groupes (art. L3321-1 du code de la santé publique).
1) Boissons sans alcool : eaux minérales ou gazéifiées, jus de fruits ou de légumes non fermentés ou
ne comportant pas, à la suite d'un début de fermentation, de traces d'alcool supérieures à 1,2°,
limonades, sirops, infusions, lait, café, thé, chocolat.
2) Abrogé.
3) Boissons fermentés non distillées et vins doux naturels : vin, bière, cidre, poiré, hydromel,
auxquelles sont joints les vins doux naturels, ainsi que les crèmes de cassis et les jus de fruits ou de
légumes fermentés comportant de 1,2 à 3 degrés d'alcool, vins de liqueur, apéritifs à base de vin et
liqueurs de fraises, de framboises, cassis ou cerises, ne titrant pas plus de 18° d'alcool pur.
4) Rhums, tafias, alcools provenant de la distillation des vins, cidres, poirés ou fruits, et ne supportant
aucune addition d'essence, ainsi que liqueurs édulcorées au moyen de sucre, de glucose ou de miel à
raison de 400 g minimum par litre pour les liqueurs anisées et 200 g minimum par litre pour les autres
liqueurs et ne contenant pas plus d'un demi-gramme d'essence par litre.
5) Toutes les autres boissons alcooliques.
Les débits de boissons à consommer sur place
Les débits de boissons à consommer sur place sont répartis en deux catégories selon l'étendue de la
licence dont ils sont assortis (art. L3331-1) :
La revue de Presse KYLIA
29
- La licence de 3e catégorie, dite licence restreinte, comporte l'autorisation de vendre pour
consommer sur place les boissons des groupes 1 et 3. La licence de 2e catégorie est devenue de
plein droit une licence de 3e catégorie depuis le 1er janvier 2016.
- La licence de 4e catégorie, dite grande licence ou licence de plein exercice, comporte l'autorisation
de vendre pour consommer sur place toutes les boissons dont la consommation à l'intérieur demeure
autorisée, y compris celles des 4e et 5e groupes.
Ces deux licences permettent de vendre les boissons sur place et à emporter (article L3331-3).
Les licences restaurant
Les restaurants qui ne sont pas titulaires d'une licence de débits de boissons à consommer sur place
doivent être pourvus de l'une des deux catégories de licence désignés ci-dessous (art. L3331-1) :
- la petite licence restaurant, qui permet de vendre les boissons du troisième groupe pour les
consommer sur place, mais seulement à l'occasion des principaux repas et comme accessoires de la
nourriture ;
- la licence restaurant proprement dite, qui permet de vendre pour consommer sur place toutes les
boissons dont la consommation est autorisée, mais seulement à l'occasion des principaux repas et
comme accessoires de la nourriture.
Ces deux licences limitent le service des boissons à l'accompagnement d'un repas. Elles permettent
aussi de vendre à emporter les boissons proposées. Pour servir des boissons en dehors des repas, le
restaurant doit être titulaire d'une licence de débits de boissons à consommer sur place.
Les licences à emporter
Les établissements qui ne vendent que des boissons à emporter doivent être titulaires de l'une des
deux catégories de licence suivantes (art L3331-3) :
La petite licence à emporter comporte l'autorisation de vendre pour emporter les boissons du
troisième groupe.
La licence à emporter comporte l'autorisation de vendre pour emporter toutes les boissons dont la
vente est autorisée.
La revue de Presse KYLIA
30
Source : L’Hotellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
31
Combien coûte un spa ?
Le 03/02/2016
C'est bien souvent l'une des premières questions que se pose le porteur de projet. Nous vous
proposons quelques éléments de réponse.
La piscine intérieure du Shangri-La.
Avant de s'engager dans la création d'un spa, il faut d'abord pouvoir estimer le coût d'un tel projet. De
nombreux paramètres font varier la moyenne pondérée de son coût au mètre carré. Citons
notamment :
- la superficie : le ratio baisse proportionnellement à l'augmentation de la taille du spa ;
- un projet neuf à bâtir ou un projet dans un bâtiment existant ;
- la catégorie de l'établissement hôtelier ;
- les contraintes architecturales d'un bâtiment historique ou bâtiment ancien ;
- le niveau d'implantation du projet : en sous-sol, au rez-de-chaussée ou en étage ;
- la création d'une piscine intérieure ou d'un bassin hydromassant ;
- le nombre d'équipements (sauna, hammam, balnéothérapie, cocon polysensoriel, douche à
expériences, douche à affusion, lit hydromassant, appareils de fitness…) ;
- le choix des matériaux (faïence, mosaïque, bois, pierres, verre, inox…) du mobilier et des objets
décoratifs (jarres, tableaux, oeuvres d'art, murs végétaux…) ;
- la technologie : éclairage, sonorisation, vidéo, domotique, scénographie.
Selon ces critères, l'investissement nécessaire à la création d'un spa peut varier entre 1 100 et
La revue de Presse KYLIA
32
2 200 € HT/m² en zone sèche (accueil, vestiaires, cabines de soins) et entre 2 500 et 4 500 € HT/m²
en zone humide (bassin hydromassant, sauna, hammam…). Ces ratios intègrent :
- l'ensemble des travaux de second oeuvre (hors travaux de structure en gros oeuvre). Il inclut le
montant des travaux de revêtement des murs, sols et plafonds, de gestion des flux (plomberie,
électricité, raccordements chauffage, climatisation, ventilation et extraction), menuiserie, carrelage,
peinture ;
- le mobilier : tables de massage, chaises longues de détente, l'ensemble du mobilier, le linge, les
tenues du personnel, les objets décoratifs, la menuiserie (comptoir d'accueil, étagères, display
boutique, meubles vasques...) ;
- les équipements : sauna, hammam, jacuzzi, douche à affusion ou à expérience, appareils de
fitness, balnéothérapie…
Quelques exemples de prix hors taxes d'équipements structurels (à la construction) :
- Sauna épicéa 200 × 200 : 4 500 € à 7 500 € ;
- hammam carrelé 200 × 200 : 9 500 € à 15 000 € ;
- hammam acrylique 200 × 200 : 7 500 € à 11 000 € ;
- bain bouillonnant 200 × 200 : 9 500 € à 14 000 € ;
- baignoire de balnéothérapie : 10 500 € à 19 800 € ;
- douche à affusion : 12 000 € à 22 000 €.
Ces montants correspondent à des équipements professionnels adaptés aux obligations
d'accessibilité (largeur et seuil de porte). Ils sont à titre indicatif et peuvent varier sensiblement en
fonction des matériaux (nature et épaisseur du bois, structure béton ou panneaux préfabriqués du
hammam, choix de mosaïques…), de la puissance électrique (générateur de vapeur hammam,
poêle sauna…), des options (chromothérapie, aromathérapie…) et du design.
Source : L’Hotellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
33
Le cocktail dans tous ses états
Le 03/02/2016
Vous prendriez bien un peu de sang de serpent dans votre vodka ? À moins que vous ne préfériez un
orteil dans votre whisky ? Panorama de boissons insolites de par le monde.
Vous avez dit étrange ?
Dans son Magazine du voyageur, le site Liligo.com s'est amusé à faire le tour du monde des cocktails
les plus étranges. Quels sont-ils ? Made in US, le Pickleback consiste à servir (et à boire donc) un
shot de mauvais whisky suivi d'un shot de vinaigre de pickles. L'association serait étonnamment
agréable. Dans la péninsule ibérique, le calimocho (ou kalimotxo en basque), moitié cola, moitié vin
rouge, ouvre de surprenantes sensations gustatives. Au Canada, le Sourtoe cocktail du Downtown
Hotel de Dawson City perpétue une tradition : proposer un whisky dans lequel trempe un véritable
orteil humain (merci aux donateurs). Au Chili, on trouve le Pisco Sour, à base de pisco (eau-de-vie de
raisin), de citron vert, de sirop de sucre de canne et de blanc d'oeuf cru, conférant au tout une texture
très particulière. Enfin, au Vietnam, une boisson composée de vodka et de… sang d'un serpent
fraîchement décapité. Déciment, le monde du cocktail est plein de surprises.
Si l'esprit décalé vous tente, mais avec moins d'extravagance, un ouvrage de recettes paru aux
éditions hachette Cuisine et intitulé Le Livre des potions, de Thibaud Villanova et Stéphanie Simbo
devrait retenir votre attention. Il est destiné aux geeks. Chaque recette est associée à un héros ou une
série. Alors que le Réveil de la force cartonne au cinéma, les auteurs proposent une boisson Star
Wars à base de whisky, bière ambrée et cumin. Les grands classiques, de Dragon Ball au Seigneur
des anneaux, en passant par Terminator, Hulk ou Super Mario bénéficient également de leur recette.
Le pairing ou cocktail à table
Loïc Bertrand a choisi de casser les codes. Sans aucun doute le CO, restaurant du XVIIIe
arrondissement de Paris dans lequel il officie, lui a permis ces digressions : un lieu de vie, créé par
Isabelle Grappotte et son frère Bruno, qui associe l'humain et l'art, la cuisine et la détente, dans un
esprit place de village. Loïc Bertrand a composé une carte de cocktails à déguster de l'entrée au
dessert, en accord avec les mets servis (pairing). Elle se présente sous la forme d'un jeu de cartes
dont les symboles aident le consommateur à choisir en fonction du moment et du plat. Loïc Bertrand a
peaufiné ses recettes. "Un cocktail seul peut être équilibré, mais ce n'est plus du tout la même chose
lorsqu'il accompagne de l'anguille fumée ou un cake au chocolat." Avec l'anguille, il a réalisé un
La revue de Presse KYLIA
34
mélange de tequila, sirop de haricots rouges fumés (fait maison), avec une touche de vinaigre
balsamique. Sur le filet de boeuf, le barman a construit une recette sur le squelette d'un vin rouge à
base de cognac, de poivre, de plantes...
Qui est 'cocktail' ?
La Paris Cocktail Week, qui s'est déroulé du 23 au 30 janvier à Paris, a fait un état des lieux des
tendances et nouveautés. À retenir :
Le cocktail est urbain, noctambule, rattaché au luxe et au temps libre
• 2/3 de l'hôtellerie de luxe propose des cocktails
•73 % des bars de nuit servent des cocktails
• 78 % des consommateurs de la région parisienne consomment des cocktails en CHR et 61 % pour
ceux issus d'agglomérations de plus de 100 000 habitants
•57 % des femmes consomment des cocktails en CHR, 54 % des hommes
L'offre se démocratise et attire de plus en plus les jeunes
• 30 % des établissements proposant des cocktails ont mis cette offre en place depuis moins de trois
ans
• 79 % des 18-24 ans consomment des cocktails en CHR, 32 % dans des bars
Les barmen sont des prescripteurs importants
• 52 % des consommateurs qui entrent dans un établissement ne savent pas ce qu'ils vont
consommer
• Le cocktail maison ou signature est choisi en premier par 26 % des consommateurs dans les bars
• Pour près de 30 % des établissements, le mojito reste le cocktail le plus demandé
Source : L’Hotellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
35
Prendre les congés payés en dehors de la
période légale
Le 04/02/2016
"J'ai fermé mon restaurant (car il n'y a pas d'activité) du 31 décembre 2015 au 21 janvier 2016. Je suis
en dehors de la période légale de prise de congés payés, mais les salariés sont d'accord. Comment
me couvrir ?" Monique Mathieu
La loi prévoit que la période de prise des congés payés s'étend du 1er mai au 31 octobre. Pendant
cette période légale, l'employeur doit accorder un congé de 12 jours ouvrables minimum à 24 jours
ouvrables maximum.
En outre, le fractionnement du congé principal de 24 jours ouvre droit pour le salarié à des jours
supplémentaires lorsque la partie du congé fractionnée est prise en dehors de la période légale. Il a
droit à 2 journées si le congé d'hiver dure au moins 6 jours, et à 1 journée si le congé comporte 3, 4
ou 5 jours. Ces journées supplémentaires sont dues dès qu'il y a fractionnement, qu'il soit proposé par
l'employeur ou demandé par le salarié (Cass.soc. 19 juin 2002). Dans la mesure où les dates de
vacances sont approuvées par l'employeur, le ou les jours supplémentaires sont dus, peu importe qui
en a fait la demande.
Ces dispositions ne sont pas d'ordre public, ce qui veut dire que les parties (l'employeur et les
salariés) peuvent décider que la période de congés payés sera prise à un autre moment et qu'elle ne
donnera pas lieu à des jours pour fractionnement.
Il vous faut l'accord individuel de vos salariés. Pour vous couvrir, vous devez avoir un accord écrit et
signé de chacun d'eux. Je vous conseille de préciser dans le contrat de travail des nouveaux
embauchés que la période légale de prise de congés payés est étendue à toute l'année pour ne pas
avoir à leur demander ensuite leur accord et faire face à un refus.
Source : L’Hotellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
36
A propos de Kylia
KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle
Génération : Le 1
er
réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents.
Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses
agents immobiliers.
Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com
Contact Presse : KYLIA Immobilier
Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

Contenu connexe

Tendances

Tendances (20)

La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
 
S51 revue de presse
S51   revue de presseS51   revue de presse
S51 revue de presse
 
S49 revue de presse kylia - semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016
S49   revue de presse kylia - semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016S49   revue de presse kylia - semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016
S49 revue de presse kylia - semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016
 
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 16 au 22 mai 2016
 
Masterclass transformation digitale immobilier 2020 MBA DMB
Masterclass transformation digitale immobilier 2020 MBA DMBMasterclass transformation digitale immobilier 2020 MBA DMB
Masterclass transformation digitale immobilier 2020 MBA DMB
 
SACVL - La Ruée vers l'Appart
SACVL - La Ruée vers l'AppartSACVL - La Ruée vers l'Appart
SACVL - La Ruée vers l'Appart
 
S45 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 novembre 2015
S45  revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 novembre  2015S45  revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 novembre  2015
S45 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 novembre 2015
 
SACVL - La Ruée vers l'Appart Flyer
SACVL - La Ruée vers l'Appart FlyerSACVL - La Ruée vers l'Appart Flyer
SACVL - La Ruée vers l'Appart Flyer
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
 
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
 
Réunion - Taxe de sejour 2019
Réunion - Taxe de sejour 2019Réunion - Taxe de sejour 2019
Réunion - Taxe de sejour 2019
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
 
Santé et perspectives du marché immobilier résidentiel français - Conférence ...
Santé et perspectives du marché immobilier résidentiel français - Conférence ...Santé et perspectives du marché immobilier résidentiel français - Conférence ...
Santé et perspectives du marché immobilier résidentiel français - Conférence ...
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
 
S29 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juillet 2017
S29   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juillet 2017S29   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juillet 2017
S29 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juillet 2017
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 octobre 2018
S41   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 octobre 2018S41   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 octobre 2018
S41 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 octobre 2018
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 février 2016
 

En vedette (10)

La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
 
El uso de las ticPresentacion de power
El uso de las ticPresentacion de powerEl uso de las ticPresentacion de power
El uso de las ticPresentacion de power
 
Updated NEW SECCC1
Updated  NEW SECCC1Updated  NEW SECCC1
Updated NEW SECCC1
 
Palma de mallorca
Palma de mallorcaPalma de mallorca
Palma de mallorca
 
Genética
GenéticaGenética
Genética
 
La revue de presse de la semaine du 11 au 17 avril 2016
La revue de presse de la semaine du 11 au 17 avril 2016La revue de presse de la semaine du 11 au 17 avril 2016
La revue de presse de la semaine du 11 au 17 avril 2016
 
Green Belt Certificate_Aurokrishna Chandra
Green Belt Certificate_Aurokrishna ChandraGreen Belt Certificate_Aurokrishna Chandra
Green Belt Certificate_Aurokrishna Chandra
 
การคมนาคมญี่ปุ่น
การคมนาคมญี่ปุ่นการคมนาคมญี่ปุ่น
การคมนาคมญี่ปุ่น
 
Amazing young sports people
Amazing young sports peopleAmazing young sports people
Amazing young sports people
 
Flyer_2015_Mastercourse_Agri_and_Food
Flyer_2015_Mastercourse_Agri_and_FoodFlyer_2015_Mastercourse_Agri_and_Food
Flyer_2015_Mastercourse_Agri_and_Food
 

Similaire à La revue de presse de la semaine du 1er au 7 février 2016

Revue de presse kylia semaine 17
Revue de presse kylia   semaine 17Revue de presse kylia   semaine 17
Revue de presse kylia semaine 17
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 15 au 21 septembre 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 15 au 21 septembre 2014Revue de presse kylia   semaine  du 15 au 21 septembre 2014
Revue de presse kylia semaine du 15 au 21 septembre 2014
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 35
Revue de presse kylia   semaine 35Revue de presse kylia   semaine 35
Revue de presse kylia semaine 35
KYLIA France
 

Similaire à La revue de presse de la semaine du 1er au 7 février 2016 (20)

La revue de presse de la semaine du 23 au 30 mars 2015
La revue de presse de la semaine du 23 au 30 mars 2015La revue de presse de la semaine du 23 au 30 mars 2015
La revue de presse de la semaine du 23 au 30 mars 2015
 
Revue de presse kylia semaine 17
Revue de presse kylia   semaine 17Revue de presse kylia   semaine 17
Revue de presse kylia semaine 17
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015S4   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
S4 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 janvier 2015
 
S47 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 novembre 2018
S47   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 novembre 2018S47   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 novembre 2018
S47 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 novembre 2018
 
S10
S10S10
S10
 
Revue de presse kylia semaine 26
Revue de presse kylia   semaine 26Revue de presse kylia   semaine 26
Revue de presse kylia semaine 26
 
Revue de presse kylia semaine 23
Revue de presse kylia   semaine 23Revue de presse kylia   semaine 23
Revue de presse kylia semaine 23
 
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
 
La revue de presse de la semaine du 18 au 24 avril 2016
La revue de presse de la semaine du 18 au 24 avril 2016La revue de presse de la semaine du 18 au 24 avril 2016
La revue de presse de la semaine du 18 au 24 avril 2016
 
La revue de presse de la semaine, du 10 au 16 aout 2015
La revue de presse de la semaine, du 10 au 16 aout 2015La revue de presse de la semaine, du 10 au 16 aout 2015
La revue de presse de la semaine, du 10 au 16 aout 2015
 
Revue de presse kylia semaine du 31 mars au 4 avril 2014
Revue de presse kylia   semaine du 31 mars au 4 avril 2014Revue de presse kylia   semaine du 31 mars au 4 avril 2014
Revue de presse kylia semaine du 31 mars au 4 avril 2014
 
Revue de presse kylia semaine 34
Revue de presse kylia   semaine 34Revue de presse kylia   semaine 34
Revue de presse kylia semaine 34
 
S24 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juin 2019
S24   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juin 2019S24   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juin 2019
S24 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 juin 2019
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
 
Revue de presse kylia semaine du 15 au 21 septembre 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 15 au 21 septembre 2014Revue de presse kylia   semaine  du 15 au 21 septembre 2014
Revue de presse kylia semaine du 15 au 21 septembre 2014
 
S47 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 novembre 2014
S47    revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 novembre 2014S47    revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 novembre 2014
S47 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 novembre 2014
 
S49
S49S49
S49
 
Revue de presse kylia semaine 35
Revue de presse kylia   semaine 35Revue de presse kylia   semaine 35
Revue de presse kylia semaine 35
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
 

Plus de Caroline PILATO

Plus de Caroline PILATO (9)

La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 2 au 8 mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 30 mai au 5 juin 2016
La revue de presse de la semaine du 30 mai au 5 juin 2016La revue de presse de la semaine du 30 mai au 5 juin 2016
La revue de presse de la semaine du 30 mai au 5 juin 2016
 
La revue de presse de la semaine du 23 au 29 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 23 au 29 mai 2016La revue de presse de la semaine du 23 au 29 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 23 au 29 mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 9 au 15 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 9 au 15 mai 2016La revue de presse de la semaine du 9 au 15 mai 2016
La revue de presse de la semaine du 9 au 15 mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
La revue de presse de la semaine du 28 avril au 1er mai 2016
 
La revue de presse de la semaine du 15 au 21 février 2016
La revue de presse de la semaine du 15 au 21 février 2016La revue de presse de la semaine du 15 au 21 février 2016
La revue de presse de la semaine du 15 au 21 février 2016
 
La revue de presse de l semaine du 7 au 14 février 2016
La revue de presse de l semaine du 7 au 14 février 2016 La revue de presse de l semaine du 7 au 14 février 2016
La revue de presse de l semaine du 7 au 14 février 2016
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
 

La revue de presse de la semaine du 1er au 7 février 2016

  • 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 1er au 7 février 2016 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Loyers encadrés à Paris : les locataires peu nombreux à contester Le 01/02/2016 Illustration. Six mois après les débuts de l’encadrement des loyers dans la capitale, seuls 28 locataires avaient saisi la commission de conciliation à la mi-janvier. Beaucoup contestaient le « complément de loyer » réclamé par leur propriétaire. (LP/Arnaud Journois.) Le 1er août 2015, l’encadrement des loyers entrait en vigueur dans la capitale. Six mois plus tard, difficile de dire si la mesure a eu un réel effet sur le prix au m 2 . Mais force est de constater que très peu de locataires contestent les baux de leurs propriétaires. L’inverse, également possible pour obtenir une réévaluation à la hausse refusée, est encore plus rare. Instance gratuite de recours paritaire, et étape obligatoire avant le tribunal d’instance, la commission départementale de conciliation (CDC) des loyers n’avait été saisie que 28 fois à fin janvier. « C’est
  • 2. La revue de Presse KYLIA 2 plutôt maigre, reconnaît Alex Maudet, représentant de la Confédération nationale du logement 75 à la CDC. Cela s’explique sûrement par la peur des locataires de se voir mettre à la porte à la fin du bail, 3 ou 6 ans plus tard ». Même constat à la commission de conciliation où l’on rapporte ce chiffre aux 1 200 saisines qu’elle a enregistré tous objets confondus la commission sur la seule année 2014. « Cela peut vouloir dire aussi que le dispositif de recours n’est pas assez connu » souligne une de ses porte-parole. « Ce qui est frappant, note-t-elle, c’est que la moyenne d’âge de ceux qui nous saisissent est de 25 ans, et on en a observé beaucoup en octobre ou début novembre, après la rentrée universitaire ». Autre constat : la grande majorité des avis rendus l’ont été au bénéfice des locataires. Beaucoup contestent les « compléments de loyer » que les propriétaires réclament au nom de « caractéristiques particulières » du logement. Une notion floue prévue par la loi mais pas difficile à définir. « Pour justifier des dépassements, certains propriétaires font valoir la présence d’une cuisine américaine moderne, d’une mezzanine, d’une terrasse ou d’une grande hauteur sous plafond » détaille Jean-Claude Hamelin, représentant de l’association de défense des consommateurs CLCV à la commission. Encore rares, les contestations pourraient se multiplier lorsque l’encadrement sera mieux connu. Depuis la fin juin, l’Adil 75 (Association d’information sur le logement) a enregistré plus de 2 500 consultations (aux trois quarts téléphoniques) sur ce sujet et 92 000 connexions sur son site Internet qui y consacre 9 pages. « Il y a un gros besoin d’information, reconnaît sa directrice générale Hélène Le Gall. Et depuis la rentrée, on commence à avoir des appels de locataires sur des litiges ». Alex Maudet est plus dubitatif : « Vu le déséquilibre de l’offre et de la demande à Paris, les locataires retenus se sentent privilégiés, comme s’ils avaient gagné un concours. Il est donc peu probable qu’ils se retournent contre leur propriétaire ». Quand un propriétaire veut 550 € en plus pour une terrasse L’encadrement des loyers prévoit qu’en cas de renouvellement de bail, les propriétaires sont tenus de fixer un prix mensuel en fonction d’un loyer de référence, défini quartier par quartier, qu’ils peuvent majorer jusqu’à 20 %. Mais ce plafond peut-être dépassé lorsque le logement présente des « caractéristiques particulières ». Voici deux exemples examinés par la commission de conciliation dernièrement. Dans le Marais (IIIe). C’est un bel appartement de 33 m2 meublé avec goût et agrémenté d’une mezzanine pouvant servir de bureau, au cinquième et dernier étage sans ascenseur. Mais son propriétaire n’a pas lésiné sur le loyer qu’il a fixé à 1 990€ soit 555 € de plus que le plafond autorisé.
  • 3. La revue de Presse KYLIA 3 Motif : dans le prolongement du séjour, une magnifique terrasse de 17 m2 plein sud offre une vue imprenable sur les toits de Paris. La commission de conciliation a tranché en faveur du locataire qui demandait le remboursement du trop perçu depuis août. Dans le quartier Faidherbe (XIe). Situé au cinquième étage, ce deux pièces 50 m2 recouvert entièrement d’un beau parquet est orné d’une belle cheminée décorative et d’un balcon filant sur toute la longueur. Deux particularités qui justifient selon son propriétaire un complément de loyer de 145 € qui porte le loyer à 1 539€. Là encore, la commission de conciliation a tranché en faveur du locataire. Source : Le Parisien.fr
  • 4. La revue de Presse KYLIA 4 Dans l’est de Paris, l’encadrement des loyers est bafoué Le 01/02/2016 L’encadrement des loyers est-il un instrument de lutte contre la gentrification de l’Est parisien ? Une étude réalisée par le site MeilleursAgents pour Le Monde le suggère. Elle révèle que la proportion d’annonces ne respectant pas la loi est la plus élevée dans les quartiers en voie de « boboïsation ». « Plus précisément, il s’agit de zones “hybrides”, où l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne [OLAP] dénote la juxtaposition de quartiers populaires et de quartiers plus huppés, explique Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents. Les propriétaires-bailleurs qui possèdent un appartement bien situé sont tentés d’en profiter pour imposer un loyer élevé, mais comme leur zone englobe des endroits beaucoup moins favorisés, leur loyer de référence est tiré vers le bas. C’est pourquoi les dépassements sont aussi fréquents dans l’Est parisien. » Par exemple, dans le nord du 19 e arrondissement, dans la zone qui regroupe l’avenue de Flandres et les rues nettement plus branchées autour des deux cinémas Mk2, plus d’une annonce sur deux ne respecte pas la loi. Même constat dans la zone « gare », au sud du 13 e arrondissement, qui rassemble les bâtiments au design futuriste de l’avenue de France et les tours du quartier asiatique, construites dans les années 1970 vers les portes de Choisy et d’Ivry. De même, les appartements des Abbesses, dans le 18 e arrondissement, l’un des quartiers les plus chers de la capitale, doivent cohabiter avec les immeubles de la porte de Clignancourt, en bordure du périphérique, beaucoup moins tendance. « Le plafond qui leur imposé est de 26,30 euros par mètre carré, alors que les loyers proposés autour de la butte Montmartre dépassent les 30 euros », précise Thomas Lefebvre, responsable R&D chez MeilleursAgents. 29 % de biens au-dessus du loyer de référence majoré Pour réaliser cette étude, MeilleursAgents a épluché 14 114 annonces de locations non meublées à Paris, publiées sur les sites immobiliers pour professionnels entre le 1 er août et le 31 décembre. En moyenne, 29 % de biens sont proposés au-dessus du loyer de référence majoré.
  • 5. La revue de Presse KYLIA 5 Entré en vigueur à Paris depuis plus de six mois, le 1 er août 2015, l’encadrement des loyers demeure donc peu respecté, même s’il faut noter une amélioration. Juste avant l’entrée en vigueur du dispositif, MeilleursAgents estimait à 45 % la proportion d’annonces hors la loi. La limite de cette étude est qu’elle ne prend pas en compte les locations de particuliers à particuliers, qui représentent plus d’un tiers du marché. Pour rappel, le dispositif d’encadrement prévoit qu’à la signature d’un nouveau bail ou lors d’un renouvellement, le loyer d’un logement ne peut désormais excéder de 20 % un loyer de référence défini par l’OLAP. Il s’agit d’une médiane, qui a été calculée à partir d’un sondage réalisé en 2014 sur 23 000 logements dans 80 zones de la capitale, en prenant en compte diverses caractéristiques (nombre de pièces, époque de construction, location nue ou meublée). Environ 400 000 logements sont loués à Paris et 85 000 nouvelles locations y sont conclues chaque année. Méthodologie Cette étude a été réalisée par MeilleursAgents.com à partir de 14 114 annonces de locations non meublées à Paris, publiées sur les sites d’annonces pour professionnels entre le 1 er août et le 31 décembre 2015. Les loyers de référence établis par l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (OLAP) se déclinent pour des logements meublés ou non, avec des distinctions d’âge du bâti (avant 1946, de 1946 à 1970, de 1971 à 1990 et après 1990) et selon le nombre de pièces du logement. L’époque de construction des immeubles n’étant que très rarement renseignée dans les annonces locatives, Meilleursagents a recomposé un loyer de référence moyen pour chaque quartier et type de bien (selon le nombre de pièces) afin d’y confronter les annonces. Par exemple, les studios (1 pièce) du quartier Bel-Air (12e arrondissement de Paris) se répartissent, selon l’ancienneté du bâti de la façon suivante : 55 % ont été construits avant 1946, 24 % entre 1946 et 1970, 16 % entre 1971 et 1990 et 5 % après 1990. En pondérant des loyers médians de référence par le pourcentage de biens selon l’époque de construction, on aboutit à un loyer de référence moyen pour les studios dans ce quartier. Les loyers des annonces ont ensuite été comparés à ce loyer de
  • 6. La revue de Presse KYLIA 6 référence moyen majoré de 20 % afin de déterminer la part d’annonce respectant ou non l’encadrement des loyers instauré depuis le 1 er août 2015. Source : Le Monde.fr
  • 7. La revue de Presse KYLIA 7 Berlin vit la «folie immobilière» avec des prix trois fois plus bas qu’à Paris Le 01/02/2016 Forte hausse des loyers, explosion des prix de vente... la capitale allemande s’alarme déjà d’une possible bulle immobilière. Et pourtant ses prix feraient rêver n’importe quel Parisien. La folie immobilière semble gagner l’Allemagne. C’est du moins ce que dénoncent bon nombre de spécialistes, notamment dans la capitale, Berlin. Dans un article paru sur le site du quotidien Die Welt, des experts estiment que la situation devient si préoccupante que pour loger la population à des prix acceptables, il faudra augmenter la densité de la ville et y construire plus de tours. Il est vrai que malgré le mécanisme d’encadrement des loyers (Mietpreisbremse), les hausses dans les quartiers les plus recherchés ont atteints 5 à 7%. C’est le cas dans le centre (Mitte) ou dans le quartier bobo de Kreuzberg ou celui plus bourgeois de Schöneberg. Et pour les prix d’achat, c’est une véritable envolée selon une étude CBRE qui enregistre des bonds supérieurs à 10% dans de nombreux quartiers et culminant même à 16,3%. Pourtant, lorsque l’on compare les valeurs absolues, on est loin des tarifs de grandes capitales européennes: à des années-lumières de Londres et à une distance respectable de Paris. Ainsi, les
  • 8. La revue de Presse KYLIA 8 loyers s’affichent au tarif moyen (hors charges) de 6 euros par mètres carré avec un sommet à 16 euros pour le quartier le plus central. Pour rappel, les valeurs proposées à Paris pour l’encadrement des loyers dépassent couramment les 30 euros. 3000 euros le mètre carré Quant au prix moyen d’achat, Die Welt s’inquiète de le voir arriver à 3000 euros le mètre carré, poussé «par les investisseurs privés et professionnels venant de partout pour investir dans une ville en plein boom». Là encore, on se trouve quasiment au tiers de ce que connaît la capitale française (8020 euros/m², prix prévu par les notaires pour mars 2016). Une situation qui commence malgré tout à inquiéter les professionnels, soulignant qu’il va falloir construire beaucoup plus que par le passé, un refrain bien connu en France. Ainsi, le quotidien pointe qu’entre 2011 et 2014 la population de la capitale allemande a augmenté de 84.600 foyers alors que seuls 25.300 logements supplémentaires ont été achevés. Un constat qui pousse les spécialistes à envisager diverses pistes: reconvertir des surfaces industrielles et commerciales en logement, augmenter la pression fiscale sur les propriétaires fonciers pour les obliger à construire et même à réclamer un plan de construction de tours de logements à bon marché. En attendant que la construction reparte, Die Welt estime que plusieurs indicateurs sont passés au rouge. La rotation des locataires est devenue très limitée car ils craignent une hausse massive des loyers à la relocation et la spéculation foncière semble s’être installée. Et déjà certains pointent le risque d’une bille immobilière, estimant que cette frénésie d’achat à la hausse ne pourra durer éternellement même si l’offre est limitée et qu’il continue à se construire trop peu de logements. Source : Le Figaro.fr
  • 9. La revue de Presse KYLIA 9 La baisse de la construction de logements enrayée en 2015 Le 01/02/2016 Crédit immobilier bon marché et mesures de soutien ont stabilisé la construction de logements neufs. Crédit immobilier bon marché et mesures de soutien ont stabilisé la construction de logements neufs. GILE MICHEL SIPA Le recul de la production de logements neufs semble s'être enrayée l'an dernier : une bonne nouvelle pour les promoteurs et constructeurs de maisons individuelles. Selon les chiffres publiés par le ministère du Logement, 351.800 logements neufs ont été mis en chantier l'an dernier, quasiment autant (+0,3%) qu'en 2014, tandis que le nombre de permis de construire accordés a progressé de 1,8 % pour s'établir à 383.100 unités. Et sur le dernier trimestre, il a même bondi de 12,1% à 103.600 unités, comparé à la même période de 2014. L'an dernier aura été marqué par un lent retournement du secteur de la construction. Les permis de construire ont progressé en décembre pour le 5ème mois consécutif, et nous nous réjouissons de cette dynamique, mais nous sommes toutefois à de faibles niveaux d'activité", analyse Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des Promoteurs Immobiliers.
  • 10. La revue de Presse KYLIA 10 Des taux de crédit immobiliers très bas et des mesures de soutien ont stabilisé la construction neuve en France. "Les mesures gouvernementales de soutien au marché ont clairement joué, observe Olivier Eluère, économiste de Crédit Agricole SA. On peut toutefois s'interroger sur la durabilité du rebond actuel. Il semble de nature conjoncturelle, lié aux mesures de soutien et aux taux de crédit très bas, qui ont permis au marché de bien se tenir en 2015. Mais les conditions d'une reprise durable ne semblent pas encore réunies". Le bon score du dispositif Pinel Le plan de relance gouvernemental dans le neuf et en particulier le dispositif fiscal "Pinel", qui accorde sous conditions une réduction d'impôt aux investisseurs qui louent un logement à loyer intermédiaire, ont relancé l'an dernier les ventes de logements neufs. En parallèle, les taux de crédit immobilier, qui ont atteint un plus bas historique pendant l'été avant de se stabiliser aux alentours de 2,20% en moyenne en décembre selon l'Observatoire Crédit Logement /CSA, ont pu avoir un effet d'aubaine et débloquer des projets, en solvabilisant un certain nombre de ménages. Dans ce contexte, le logement neuf "devrait connaître une assez bonne année 2016, sur le marché +investisseurs+ en particulier, alors que du côté des accédants à la propriété, il faudra attendre de connaître l'impact de l'élargissement du Prêt à taux zéro", affirme Olivier Eluère. Les acquéreurs encore timides Restés un peu à la traîne en 2015, les accédants à la propriété bénéficient, depuis le 1er janvier dernier, d'un Prêt à taux zéro (PTZ) amélioré, qui permet de financer sans intérêt jusqu'à 40 % du prix du bien, sous conditions de ressources. "2016 devrait permettre de confirmer l'embellie. Nous comptons beaucoup sur le PTZ pour faire remonter l'accession à la propriété, même si cela ne suffira pas", souligne Alexandra François-Cuxac. Pour l'économiste de Crédit Agricole SA, "des freins demeurent" sur le marché du logement neuf, notamment "le niveau élevé des prix, qui n'ont pas suffisamment baissé pour enclencher une reprise durable, et une conjoncture économique qui reste très mitigée, avec un chômage élevé". L'année 2015 s'est achevée sur un record de 3,59 millions de chômeurs en métropole, selon les derniers chiffres publiés par le ministère du Travail.
  • 11. La revue de Presse KYLIA 11 De nouvelles statistiques Le ministère a changé en février 2015 de méthodologie pour décompter les mises en chantier de logements neufs, ce qui a abouti à comptabiliser plusieurs dizaines de milliers de logements supplémentaires par an, ces dernières années. Désormais, leur nombre est estimé à l'aide d'un modèle statistique censé délivrer une information en temps réel de la conjoncture et fournir des résultats plus fidèles à la réalité du terrain. Les données collectées sont complétées par des enquêtes annuelles et croisées avec d'autres paramètres : stock de logements invendus des promoteurs, taux d'intérêt, moral des ménages... Avant ce changement méthodologique, les mises en chantier de l'année 2014 avaient été jugées légèrement inférieures à 300.000 unités. Source : L’Obs.com
  • 12. La revue de Presse KYLIA 12 Encéphalogramme plat pour le marché immobilier en 2016 ? Le 01/02/2015 Le ciel se couvre sur l'immobilier francilien. Getty Images/iStockphoto Le volume des transactions immobilières a sensiblement augmenté en 2015. Cette hausse des volumes précède-t-elle une augmentation des prix en 2016 ? Les réponses de la FNAIM, de MeilleursAgents.com et des Notaires de France. L'année 2015 s'achève en beauté pour l'immobilier ! Avec environ 800 000 transactions estimées, contre 675 000 en 2014, les volumes de vente ont progressé de 15,6% en un an, selon la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM). "Du jamais vu depuis les records historiques enregistrés en 2010- 2011", souligne Jean-François Buet, président de l'organisation syndicale. Pour la FNAIM, "cette accélération des ventes traduit le fait que les acheteurs ont cessé d'anticiper des baisses de prix et ne sont plus enclins à attendre pour réaliser leur projet".
  • 13. La revue de Presse KYLIA 13 Un marché fluide ? Il y a eu, certes, moins d'attentisme observé de la part des acquéreurs mais peut-on parler pour autant de fluidité du marché ? Pour les Notaires de France, il s'agit d'une hausse des volumes en trompe- l'oeil. "En Ile-de-France, sur une année glissante, les volumes restent ainsi inférieurs de 10 à 15 % par rapport aux niveaux connus dans les meilleures années de la période 1999-2007. Sur l'ensemble des départements de province, les mêmes chiffres restent inférieurs de 8 %". L'analyse des notaires est corroborée par celle de MeilleursAgents : "Cette augmentation des volumes de transactions est encourageante mais il faut l'interpréter en fonction du nombre de ménages. En 2000-2007, on comptait 3,3 transactions par an pour 100 ménages, contre 2,7 en 2015. Pour revenir au niveau des années 2000-2007, il manque plus de 100 000 transactions", explique Thomas Lefebvre, responsable recherche & développement chez MeilleursAgents. Une hausse des prix en vue ? Pour la FNAIM, "une hausse des volumes précède toujours une hausse des prix". D'ailleurs, "si on considère la hausse des ventes de logements en 2015, on devrait voir une hausse des prix de l'immobilier de l'ordre de 0 à 1%", précise Jean-François Buet. Pour le président de la FNAIM, "un marché qui chute est très mauvais, un marché qui s'enflamme n'est jamais bon non plus". Pour l'heure, "nous sommes dans un marché sain et stable. Les volumes de transactions augmentent car les gens ont besoin de se loger. Mais les prix n'augmentent pas encore franchement (+1,9% en France au 4e trimestre 2015 par rapport au trimestre précédent)". La FNAIM mise sur une stabilisation des prix en 2016. Pour les notaires, si la tendance de fond de ces trois derniers mois, malgré les disparités régionales, est en légère hausse, "elle ne fait qu'effacer les six mois de baisse précédents". La perspective est donc plutôt positive avec un début d'inversion de la courbe, mais "la progression annuelle lissée est quasi nulle". Pour début 2016, les indicateurs avancés issus des avant-contrats anticipent une légère hausse des prix. À fin février 2016, les évolutions sur un an seraient de +0,4 % pour les appartements anciens et de +1,4 % pour les maisons anciennes en France métropolitaine. Des taux toujours bas en 2016 MeilleursAgents émet davantage de réserve sur les perspectives d'évolution en 2016. "La reprise sera plus lente et plus fragile que nous l'espérions. Lille et Marseille pourraient voir leur prix chuter de 3 à
  • 14. La revue de Presse KYLIA 14 5%. A l'inverse, ils pourraient remonter à Bordeaux, Lyon et Nantes. De manière générale, "nous anticipons un ralentissement de la baisse des prix et une hausse graduelle du volume de transaction, grâce notamment aux taux de crédit qui devraient rester stables en 2016". A noter que le courtier Cafpi prévoit une hausse des taux de crédit en cours d'année. "Le taux moyen des crédits passera de 2% aujourd'hui à 2,46% en juin 2016", anticipe Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Même si cette prévision de hausse est effective, les taux resteront relativement bas et continueront à "porter le marché de la pierre". "Une reprise franche, c'est-à-dire une hausse des volumes accompagnée d'une hausse des prix se fera sentir uniquement quand le chômage cessera d'augmenter", prévient Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents, pour qui la baisse du chômage reste "la clé de tout". Source : L’Express.fr
  • 15. La revue de Presse KYLIA 15 Le gouvernement veut durcir la fiscalité des locations meublées Le 02/02/2016 Le désir de réguler la location meublée de courte durée, conséquence de la fulgurante expansion d’Airbnb, inquiète les agents immobiliers. Ils redoutent que les obligations nouvelles qui pourraient être imposées aux plates-formes comme Abritel ou Airbnb soient étendues aux gestionnaires de biens immobiliers. Deux points les préoccupent particulièrement. Le premier porte sur la fiscalité : le gouvernement a mis en place un comité interministériel réunissant Bercy et le ministère du logement pour réformer la fiscalité de la location meublée et la durcir. Actuellement, les revenus tirés de la location meublée bénéficient d’un régime favorable dit du micro- BIC (bénéfices industriels et commerciaux). Si les recettes sont inférieures à 32 900 euros, le contribuable peut appliquer un abattement de 50 %, autrement dit il ne sera imposé que sur la moitié des recettes. Mieux encore s’il s’agit d’un meublé touristique classé, l’abattement est de 71 % et la limite des recettes encaissées est de 82 200 euros. Le contribuable peut aussi opter pour le régime réel, c’est-à-dire déduire toutes les charges comme les intérêts d’emprunt, amortir son bien, et n’être imposé que sur les bénéfices.
  • 16. La revue de Presse KYLIA 16 Distorsion Ces régimes créent une distorsion au détriment de la location nue, assujettie au régime des revenus fonciers, qui ne permet pas l’amortissement, ni d’abattement. À l’exception du régime du micro- foncier : lorsque les loyers ne dépassent pas 15 000 euros, un abattement forfaitaire de 30 % s’applique. Cet avantage explique l’expansion de la location meublée, à la fois moins contraignante pour les bailleurs et moins taxée que la location nue. C’est pourquoi Bercy souhaite aligner les deux régimes, revenus fonciers et location meublée. « Le risque est de supprimer le régime des bénéfices industriels et commerciaux qui toucherait beaucoup d’investisseurs en meublés », souligne-t-on à la Fédération nationale de l’immobilier. L’autre menace concerne les obligations déclaratives. Lors de la discussion à l’Assemblée nationale sur la loi numérique, a été adopté le 21 janvier 2016 un amendement porté par une vingtaine de députés, avec à leur tête Sandrine Mazetier, députée PS de Paris. Cet amendement oblige les plates- formes comme Abritel et Airbnb à vérifier que les particuliers qui proposent des appartements à louer pour de courtes durées ont le droit de le faire, c’est-à-dire qu’ils sont propriétaires ou, s’ils sont locataires, qu’ils ont obtenu l’autorisation de leur bailleur. Le texte prévoit en cas de manquement de fortes amendes : 25 000 euros pour les particuliers, 80 000 euros pour les sites internet. Certes, il ne s’agit que d’une première lecture, le texte définitif est loin d’être adopté. Mais d’autres tentatives qui ont échoué pourraient revenir au cœur de la discussion, comme la mesure d’imposer aux plates-formes numériques de déclarer les sommes encaissés dans l’année par leurs annonceurs. « On redoute qu’une fois adoptée, cette obligation soit étendue aux gestionnaires de biens locatifs » soufflait un administrateur de biens. Source : Le Monde.fr
  • 17. La revue de Presse KYLIA 17 Immobilier: vers un boom des prix dans les grandes villes? Le 02/02/2015 Dans les grandes villes, les prix commencent à remonter. Mais le marché est encore en convalescence. A Nantes, les prix de l'immobilier ont progressé de près de 3,5% sur un an. (C) AFP La hausse des prix dans les grandes agglomérations se confirme en ce début d'année. A Paris, Lyon, Nantes et Bordeaux, comme dans la plupart des villes les plus peuplées, les prix sont en progression, d'après le dernier baromètre mensuel publié par MeilleursAgents.com ce mardi 2 février. Dans le détail, l'augmentation sur un mois est la plus forte à Nantes (+0,6%), Nice (+0,5%), Paris et Lyon (+0,4%). Sur un an, les prix sont toutefois encore en décrue, à l'exception notable de Nantes (+3,5%), Montpellier et Bordeaux (+1,3% chacun). Au sein de la région Ile-de-France, la situation est légèrement plus homogène, avec des prix en augmentation sur un mois dans tous les départements, sauf en Seine-et-Marne et dans les Yvelines. Sur un an, une majorité des départements ont également connu une remontée des prix, à part Paris, la Seine-Saint-Denis et le Val d'Oise. Les Hauts-de-Seine, eux, accélèrent, avec des prix dans l'ancien en hausse de 1,5% depuis janvier 2015.
  • 18. La revue de Presse KYLIA 18 Ces données viennent confirmer la reprise observée par les notaires au 3e trimestre (derniers chiffres disponibles). Les prix avaient ainsi rebondi dans les logements anciens de 0,8% en Ile-de-France et de 0,3% en province sur ce trimestre s'achevant en septembre. La différence avec MeilleursAgents.com tient au fait que ce dernier se base sur les promesses de ventes signées, qui doivent se transformer en actes authentiques dans les 3 mois suivants. Tandis que les notaires, eux, publient les chiffres des actes authentiques (donc avec environ 3 mois de délai par rapport aux promesses de vente). Dans les deux cas, la reprise du marché est propulsée par le boom des ventes depuis le printemps dernier. Si on attend encore les chiffres définitifs des notaires pour l'année 2015, la Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim) table sur 800.000 transactions dans l'ancien, soit une hausse de plus de 15% par rapport à 2014! Le mouvement est encore plus intense en Ile-de-France. Près de 42.000 promesses de ventes ont été signées dans la région parisienne de septembre à novembre, selon une note des notaires d'Ile-de-France. C'est 21% de plus que la moyenne observée sur cette période au cours des dix dernières années. Vers un boom des prix? Alors, faut-il s'attendre à une hausse durable des prix? L'évolution des taux des crédits accordés donnera un premier élément de réponse. La plupart des courtiers estiment que le fond de la piscine a été touché. Les taux devraient rester bas mais très légèrement remonter dans le courant de l'année 2016. Une forte hausse des taux réduirait mécaniquement le pouvoir d'achat immobilier des ménages et pèserait à la baisse sur les prix. Ce n'est pour l'instant pas le scénario qui se dégage. Ensuite, l'extension du prêt à taux zéro devrait stimuler le marché du neuf mais aussi, dans une moindre mesure, celui de l'ancien. Sur le seul mois de janvier, il y a déjà eu trois fois plus de demandes de prêt avec un PTZ qu'il y a un an chez Vousfinancer.com. Et 25% de ces demandes concernaient l'achat d'un bien ancien avec des travaux. L'indicateur de tension immobilière (ITI), calculé par MeilleursAgents.com et qui mesure le rapport entre le nombre d'acheteurs en recherche active et le nombre de vendeurs, est par ailleurs en progression dans les grandes villes depuis un an. Les notaires ont également publié des données sur les avant-contrats (les promesses de vente) qui vont dans le sens d'une reprise. "À fin février 2016, les évolutions sur un an seraient de +0,4 % pour les appartements anciens et de +1,4% pour les maisons anciennes en France métropolitaine", indiquaient les notaires dans leur dernière note de conjoncture. Le tableau n'est pourtant pas complètement rose. Déjà, l'ITI ne progresse plus depuis septembre dans les grandes villes, sauf à Lyon. Il a même reculé à Paris et à Nantes. Dans les avant-contrats, les notaires d'Ile-de-France constatent que les prix au m2 devraient se stabiliser à Paris début 2016 et
  • 19. La revue de Presse KYLIA 19 même régresser en Petite Couronne. Enfin, l'économie française reste convalescente avec un fort taux de chômage, ce qui empêche beaucoup de ménages de se projeter et de surenchérir pour acquérir un appartement ou une maison. "Le léger mieux enregistré en janvier à Paris et depuis quelques mois en banlieue ainsi que dans la plupart des grandes villes de province pourrait durer quelques mois voire jusqu’à l’été", pronostique dans une note Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com. "Mais 2016 reste une année incertaine dont l’issue dépend essentiellement du contexte macroéconomique, de la confiance des ménages et des entreprises dans l’avenir", ajoute-t-il. Le marché reste encore très fragile. La courbe des prix ne devrait donc s'inverser durablement qu'avec celle du chômage. Source : Challenges.fr
  • 20. La revue de Presse KYLIA 20 Vers une réforme des professions immobilières ? Le 04/02/2016 Les ministres du Logement et de l'Economie ont lancé une mission d'étude sur l'avenir de la profession immobilière face à la révolution numérique. Comme annoncé en décembre dernier lors du congrès de laFnaim , qui regorupe les métiers de l’immobilier dans l’ancien, la ministre du logement, Sylvia Pinel, et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, ont annoncé le lancement d'une "mission sur l'avenir de la profession immobilière face à la révolution numérique", confiée à l'économiste Bernard Vorms et président du Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI), créé en 2014 pour encadrer l'activité des professionnels du secteur. "Le gouvernement souhaite disposer d'une analyse sur les changements que cette révolution numérique a générés dans l'activité traditionnelle des professions immobilières; et de propositions, juridiques ou économiques, permettant de renforcer l'efficacité des professionnels et d'affronter la concurrence internationale", ont expliqué les deux ministres. Les conclusions de cette mission seront rendues en juillet. Selon une étude du groupe Xerfi sur l’évolution des distributeurs immobiliers d’ici 2020, les métiers traditionnels (agents immobiliers ou médias d’annonces entre particuliers) voient leur écosystème bouleversé par l’arrivée du numérique, qu’illustrent notamment le phénomène Airbnb ou LeBonCoin. Les agents doivent principalement redorer leur image et défendre leurs tarifs, tout en tirant partie des nouvelles technologies. Les sites d’annonces doivent apprivoiser les concepts d’open data, de géolocalisation et de réalité augmentée, couplés avec le web mobile et les applications. Source : Challenges.fr
  • 21. La revue de Presse KYLIA 21 L’immobilier pèse de plus en plus lourd dans le surendettement Le 05/02/2015 INFOGRAPHIE - es dettes immobilières pèsent en moyenne 107.352 euros dans les dossiers de surendettement. La part des propriétaires et des dettes liées à la pierre progressent. Focus sur la répartition géographique du phénomène. Si le surendettement a globalement reculé l’an dernier, les situations difficiles liées à l’immobilier ont, elles, eu tendance à augmenter. Selon un bilan annuel publié récemment par la Banque de France, le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a reculé de 5,9% en 2015, pour s’établir à 217.302. Alors que l’on retrouve comme tous les ans dans cette situation une large majorité de personnes vivant seules (65,2% des dossiers) et de locataires (76,8%), la part des propriétaires continue à augmenter. Ceux qui possèdent leur logement représentent désormais 11,2% des dossiers, soit une hausse de 0,4 point par rapport à 2014 et de 1 point par rapport à 2013. Dans le même ordre d’idée, 13% des dossiers recevables en 2015 contenaient des dettes immobilières, qu’elles soient dues à l’acquisition d’un bien ou à la réalisation de travaux, contre 11,8% en 2014 et 10,8% en 2013.
  • 22. La revue de Presse KYLIA 22 Même si les crédits à la consommation restent très largement majoritaires (83,3% des dossiers et 42,3% du montant total des dettes), ils concernent des sommes plus limitées. La dette moyenne pour les crédits à la consommation s’élève à 20.954 euros contre 107.352 euros pour les dettes immobilières (33,9 % de l’endettement global). À noter: du côté des locataires, l’immobilier est également présent sous forme de dettes de charges courantes. Ces dettes de logement pèsent 5,2 % de l’endettement global, se retrouvent dans 49,3 % des dossiers de surendettement, pour un montant moyen de 4 367 euros (4.272 euros en moyenne pour le loyer et les charges locatives, 12.083 euros pour les frais de maison de retraite et 1400 euros pour les dépôts de garantie). Quant à la distribution régionale de cet endettement (voir notre carte interactive), elle laisse apparaître de fortes disparités, directement liées aux coûts de l’immobilier. Sans grande surprise, c’est en région parisienne que les dettes immobilières se révèlent les plus importantes: 134.066 euros en moyenne et même 139.9007 euros pour les seuls prêts immobiliers (les autres dettes concernant des arriérés et des soldes à régler après vente de la résidence principale). À l’inverse, c’est dans le Limousin que les dégâts sont le plus limités: 85.592 euros en moyenne et 89.370 euros si on se concentre sur les prêts immobiliers Source : Le Figaro.fr
  • 23. La revue de Presse KYLIA 23 Record de crédits immobiliers: à qui profite la baisse des taux? Le 05/02/2015 Immobilier: les banques prêtent plus mais les ménages modestes en profitent encore trop peu. REUTERS/Charles Platiau Les banques ont délivré un montant record de crédits immobilier en 2015, et le marché connaît une embellie. Pourtant, le taux de détention de crédit immobilier des ménages baisse. Y a-t-il des exclus? Un record. La politique de rachat de titres et de taux bas insufflée par Mario Draghi à la Banque centrale européenne remplit le coffre des banques, et les amène à prêter de plus en plus d'argent. L'immobilier en a largement profité en 2015. D'après l'Observatoire crédit logement/CSA, les banques ont distribué 200 milliards d'euros de crédits immobiliers, un montant encore jamais vu à ce jour, signalent Les Echos. Les taux d'intérêt immobilier étaient en effet en moyenne de 2,4% en 2015. Grâce à cette manne, "le marché de l'ancien a retrouvé son dynamisme de 2010-2011", note le cabinet Xerfi, qui estime la hausse du nombre de transactions à 14,2%, en lien avec une baisse des prix de 1,6%. Quant au marché du neuf, il en profite encore plus avec une hausse de 17,1%, selon Xerfi. L'effet du dispositif
  • 24. La revue de Presse KYLIA 24 Pinel qui a convaincu plus de 50 000 investisseurs en 2015. Les prix immobiliers devraient repartir à la hausse en 2016, assure Xerfi. Plus d'argent pour moins de gens? Reste à savoir qui a profité de cette manne. L'Observatoire du crédit aux ménages de la Fédération bancaire française a relevé une légère baisse du taux de détention des crédits immobiliers, qui passe de 30,6% à 30,2%. Comment plus d'argent a-t-il pu être prêté si moins de ménages détiennent des crédits? Plus d'un tiers des sommes allouées l'année dernière correspond en fait à des renégociations, relève l'Observatoire crédit logement. Une proportion de 37,3%, contre 21,5% en 2014, soulignent Les Echos. Il y aurait donc de plus en plus d'argent, pour de moins en moins de gens. "La baisse du taux de crédit peut aussi correspondre à l'augmentation du nombre de ménages qui ont soldé leur crédit", nuance pour L'Express Pierre Madec, de l'OFCE. "Les sorties de ménages détenant des crédits immobiliers sont plus rapides que les entrées des nouveaux emprunteurs", analyse également l'Observatoire du crédit aux ménages. Ce mouvement ne permettrait pas de percevoir l'importance des primo-accédants. Sans primo-accédants, un marché "grippé" Reste que les nouveaux emprunteurs pourraient être plus nombreux, surtout avec ces conditions favorables. D'après les notaires, qui font des statistiques par tranches d'âge, la part des moins de 30 ans dans les achats est restée stable en 2015, alors que c'est parmi eux que se trouve le plus grand nombre de nouveaux propriétaires. "Les primo-accédants les plus fragiles font toujours défaut", explique à L'Express Philippe Taboret, directeur général-adjoint du courtier Cafpi. "Sans eux le marché est grippé", regrette-t-il. Selon lui, l'extension du prêt à taux zéro dans l'ancien avec travaux en zone urbaine, à partir du 1er janvier 2016, va contribuer à débloquer la situation: "Les jeunes veulent habiter dans les centres-villes." Mais les chiffres des notaires s'arrêtent à septembre, et ne concernent que l'ancien. De son côté, l'Observatoire du financement des marchés résidentiels, publié par la société de financement Crédit logement, note tout de même un retour des primo-accédants "jeunes ou modestes", notamment depuis le second trimestre 2015: "Les niveaux actuels des conditions de crédit permettent en effet à de nombreux ménages de rentrer sur le marché de l'accession, sur des durées longues, sans que cela ne les pénalise", explique le rapport.
  • 25. La revue de Presse KYLIA 25 "On aura une augmentation en 2015" "Lorsqu'on regarde les deux catégories où se concentrent les primo-accédants, les moins de 35 ans et les salaires inférieurs à trois Smic, elles stagnent dans le neuf mais progressent dans l'ancien", assure à L'Express Michel Mouillart, professeur d'économie spécialiste de l'immobilier et auteur du rapport de l'Observatoire du crédit aux ménages. "Au global, on aura une augmentation en 2015", estime Michel Mouillart. Si l'on ne tient pas compte des renégociations de crédit, le taux de primo-accédants parmi les emprunteurs devrait atteindre à peu près 60%, selon ses calculs. Pas assez, toutefois, pour renouer avec la période 2005-2007, où il était de plus de 70%. Comme le reconnaît le rapport de Crédit logement, le marché reste donc essentiellement tiré par les plus riches (quatre à cinq Smic et plus) et les plus de 55 ans. Source : L’Express.fr
  • 26. La revue de Presse KYLIA 26 ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE Une tendance à la baisse pour la restauration rapide Le 02/02/2016 Christophe Bellivier, directeur du cabinet Michel Simond de Montpellier. Indicateur de vente de fonds de commerce Michel Simond Activité : restauration rapide/sandwicherie/vente à emporter Chiffre d'affaires Prix/CA HT (%) Prix/EBE avant cotisations sociales (Coef.) CA de 45 000 à 149 999 € (CA moyen = 105 000 €) 70 % 2 CA de 150 000 à 249 000 € (CA moyen = 200 000 €) 73 % 2,2 CA supérieur à 250 000 € (CA moyen = 422 000 €) 69 % 2,4 Tendance générale du marché : baisse
  • 27. La revue de Presse KYLIA 27 Données issues de 80 cessions du réseau Michel Simond réalisées en 2015 sur cette activité. Les ratios non significatifs ont été écartés. Le commentaire de Christophe Bellivier, directeur du cabinet Michel Simond de Montpellier (Hérault) "Même si la cession d'établissements de restauration rapide et de snacks connaît - dans notre région comme partout en France -, une baisse en 2015, cette activité n'en reste pas moins attractive car elle convient parfaitement dans le cadre d'une reconversion. Elle est très diversifiée, l'offre est en constante évolution, elle ne demande qu'une formation réduite, et elle permet une belle rentabilité, le tout pour un prix encore accessible." Source : L’hotellerie-restauration.fr
  • 28. La revue de Presse KYLIA 28 Les différentes catégories de licences de débits de boissons Le 03/02/2016 Une ordonnance en date du 17 décembre 2015, applicable à partir du 1er janvier 2016, simplifie la réglementation des débits de boissons. Les licences de 2e et 3e catégories ont fusionné, et il ne reste plus que 4 catégories de boissons. Pour vendre ou offrir des boissons, il faut être titulaire d'une licence de débit de boissons. Il en existe plusieurs catégories : à consommer sur place, à emporter et la licence restaurant. Elles définissent les modalités de vente des boissons ainsi que les catégories que le professionnel peut proposer Une ordonnance du 17 décembre 2015, entrée en application le 1er janvier, a fusionné les boissons du 2e et du 3e groupes (art. L3321-1 du code de la santé publique). 1) Boissons sans alcool : eaux minérales ou gazéifiées, jus de fruits ou de légumes non fermentés ou ne comportant pas, à la suite d'un début de fermentation, de traces d'alcool supérieures à 1,2°, limonades, sirops, infusions, lait, café, thé, chocolat. 2) Abrogé. 3) Boissons fermentés non distillées et vins doux naturels : vin, bière, cidre, poiré, hydromel, auxquelles sont joints les vins doux naturels, ainsi que les crèmes de cassis et les jus de fruits ou de légumes fermentés comportant de 1,2 à 3 degrés d'alcool, vins de liqueur, apéritifs à base de vin et liqueurs de fraises, de framboises, cassis ou cerises, ne titrant pas plus de 18° d'alcool pur. 4) Rhums, tafias, alcools provenant de la distillation des vins, cidres, poirés ou fruits, et ne supportant aucune addition d'essence, ainsi que liqueurs édulcorées au moyen de sucre, de glucose ou de miel à raison de 400 g minimum par litre pour les liqueurs anisées et 200 g minimum par litre pour les autres liqueurs et ne contenant pas plus d'un demi-gramme d'essence par litre. 5) Toutes les autres boissons alcooliques. Les débits de boissons à consommer sur place Les débits de boissons à consommer sur place sont répartis en deux catégories selon l'étendue de la licence dont ils sont assortis (art. L3331-1) :
  • 29. La revue de Presse KYLIA 29 - La licence de 3e catégorie, dite licence restreinte, comporte l'autorisation de vendre pour consommer sur place les boissons des groupes 1 et 3. La licence de 2e catégorie est devenue de plein droit une licence de 3e catégorie depuis le 1er janvier 2016. - La licence de 4e catégorie, dite grande licence ou licence de plein exercice, comporte l'autorisation de vendre pour consommer sur place toutes les boissons dont la consommation à l'intérieur demeure autorisée, y compris celles des 4e et 5e groupes. Ces deux licences permettent de vendre les boissons sur place et à emporter (article L3331-3). Les licences restaurant Les restaurants qui ne sont pas titulaires d'une licence de débits de boissons à consommer sur place doivent être pourvus de l'une des deux catégories de licence désignés ci-dessous (art. L3331-1) : - la petite licence restaurant, qui permet de vendre les boissons du troisième groupe pour les consommer sur place, mais seulement à l'occasion des principaux repas et comme accessoires de la nourriture ; - la licence restaurant proprement dite, qui permet de vendre pour consommer sur place toutes les boissons dont la consommation est autorisée, mais seulement à l'occasion des principaux repas et comme accessoires de la nourriture. Ces deux licences limitent le service des boissons à l'accompagnement d'un repas. Elles permettent aussi de vendre à emporter les boissons proposées. Pour servir des boissons en dehors des repas, le restaurant doit être titulaire d'une licence de débits de boissons à consommer sur place. Les licences à emporter Les établissements qui ne vendent que des boissons à emporter doivent être titulaires de l'une des deux catégories de licence suivantes (art L3331-3) : La petite licence à emporter comporte l'autorisation de vendre pour emporter les boissons du troisième groupe. La licence à emporter comporte l'autorisation de vendre pour emporter toutes les boissons dont la vente est autorisée.
  • 30. La revue de Presse KYLIA 30 Source : L’Hotellerie-restauration.fr
  • 31. La revue de Presse KYLIA 31 Combien coûte un spa ? Le 03/02/2016 C'est bien souvent l'une des premières questions que se pose le porteur de projet. Nous vous proposons quelques éléments de réponse. La piscine intérieure du Shangri-La. Avant de s'engager dans la création d'un spa, il faut d'abord pouvoir estimer le coût d'un tel projet. De nombreux paramètres font varier la moyenne pondérée de son coût au mètre carré. Citons notamment : - la superficie : le ratio baisse proportionnellement à l'augmentation de la taille du spa ; - un projet neuf à bâtir ou un projet dans un bâtiment existant ; - la catégorie de l'établissement hôtelier ; - les contraintes architecturales d'un bâtiment historique ou bâtiment ancien ; - le niveau d'implantation du projet : en sous-sol, au rez-de-chaussée ou en étage ; - la création d'une piscine intérieure ou d'un bassin hydromassant ; - le nombre d'équipements (sauna, hammam, balnéothérapie, cocon polysensoriel, douche à expériences, douche à affusion, lit hydromassant, appareils de fitness…) ; - le choix des matériaux (faïence, mosaïque, bois, pierres, verre, inox…) du mobilier et des objets décoratifs (jarres, tableaux, oeuvres d'art, murs végétaux…) ; - la technologie : éclairage, sonorisation, vidéo, domotique, scénographie. Selon ces critères, l'investissement nécessaire à la création d'un spa peut varier entre 1 100 et
  • 32. La revue de Presse KYLIA 32 2 200 € HT/m² en zone sèche (accueil, vestiaires, cabines de soins) et entre 2 500 et 4 500 € HT/m² en zone humide (bassin hydromassant, sauna, hammam…). Ces ratios intègrent : - l'ensemble des travaux de second oeuvre (hors travaux de structure en gros oeuvre). Il inclut le montant des travaux de revêtement des murs, sols et plafonds, de gestion des flux (plomberie, électricité, raccordements chauffage, climatisation, ventilation et extraction), menuiserie, carrelage, peinture ; - le mobilier : tables de massage, chaises longues de détente, l'ensemble du mobilier, le linge, les tenues du personnel, les objets décoratifs, la menuiserie (comptoir d'accueil, étagères, display boutique, meubles vasques...) ; - les équipements : sauna, hammam, jacuzzi, douche à affusion ou à expérience, appareils de fitness, balnéothérapie… Quelques exemples de prix hors taxes d'équipements structurels (à la construction) : - Sauna épicéa 200 × 200 : 4 500 € à 7 500 € ; - hammam carrelé 200 × 200 : 9 500 € à 15 000 € ; - hammam acrylique 200 × 200 : 7 500 € à 11 000 € ; - bain bouillonnant 200 × 200 : 9 500 € à 14 000 € ; - baignoire de balnéothérapie : 10 500 € à 19 800 € ; - douche à affusion : 12 000 € à 22 000 €. Ces montants correspondent à des équipements professionnels adaptés aux obligations d'accessibilité (largeur et seuil de porte). Ils sont à titre indicatif et peuvent varier sensiblement en fonction des matériaux (nature et épaisseur du bois, structure béton ou panneaux préfabriqués du hammam, choix de mosaïques…), de la puissance électrique (générateur de vapeur hammam, poêle sauna…), des options (chromothérapie, aromathérapie…) et du design. Source : L’Hotellerie-restauration.fr
  • 33. La revue de Presse KYLIA 33 Le cocktail dans tous ses états Le 03/02/2016 Vous prendriez bien un peu de sang de serpent dans votre vodka ? À moins que vous ne préfériez un orteil dans votre whisky ? Panorama de boissons insolites de par le monde. Vous avez dit étrange ? Dans son Magazine du voyageur, le site Liligo.com s'est amusé à faire le tour du monde des cocktails les plus étranges. Quels sont-ils ? Made in US, le Pickleback consiste à servir (et à boire donc) un shot de mauvais whisky suivi d'un shot de vinaigre de pickles. L'association serait étonnamment agréable. Dans la péninsule ibérique, le calimocho (ou kalimotxo en basque), moitié cola, moitié vin rouge, ouvre de surprenantes sensations gustatives. Au Canada, le Sourtoe cocktail du Downtown Hotel de Dawson City perpétue une tradition : proposer un whisky dans lequel trempe un véritable orteil humain (merci aux donateurs). Au Chili, on trouve le Pisco Sour, à base de pisco (eau-de-vie de raisin), de citron vert, de sirop de sucre de canne et de blanc d'oeuf cru, conférant au tout une texture très particulière. Enfin, au Vietnam, une boisson composée de vodka et de… sang d'un serpent fraîchement décapité. Déciment, le monde du cocktail est plein de surprises. Si l'esprit décalé vous tente, mais avec moins d'extravagance, un ouvrage de recettes paru aux éditions hachette Cuisine et intitulé Le Livre des potions, de Thibaud Villanova et Stéphanie Simbo devrait retenir votre attention. Il est destiné aux geeks. Chaque recette est associée à un héros ou une série. Alors que le Réveil de la force cartonne au cinéma, les auteurs proposent une boisson Star Wars à base de whisky, bière ambrée et cumin. Les grands classiques, de Dragon Ball au Seigneur des anneaux, en passant par Terminator, Hulk ou Super Mario bénéficient également de leur recette. Le pairing ou cocktail à table Loïc Bertrand a choisi de casser les codes. Sans aucun doute le CO, restaurant du XVIIIe arrondissement de Paris dans lequel il officie, lui a permis ces digressions : un lieu de vie, créé par Isabelle Grappotte et son frère Bruno, qui associe l'humain et l'art, la cuisine et la détente, dans un esprit place de village. Loïc Bertrand a composé une carte de cocktails à déguster de l'entrée au dessert, en accord avec les mets servis (pairing). Elle se présente sous la forme d'un jeu de cartes dont les symboles aident le consommateur à choisir en fonction du moment et du plat. Loïc Bertrand a peaufiné ses recettes. "Un cocktail seul peut être équilibré, mais ce n'est plus du tout la même chose lorsqu'il accompagne de l'anguille fumée ou un cake au chocolat." Avec l'anguille, il a réalisé un
  • 34. La revue de Presse KYLIA 34 mélange de tequila, sirop de haricots rouges fumés (fait maison), avec une touche de vinaigre balsamique. Sur le filet de boeuf, le barman a construit une recette sur le squelette d'un vin rouge à base de cognac, de poivre, de plantes... Qui est 'cocktail' ? La Paris Cocktail Week, qui s'est déroulé du 23 au 30 janvier à Paris, a fait un état des lieux des tendances et nouveautés. À retenir : Le cocktail est urbain, noctambule, rattaché au luxe et au temps libre • 2/3 de l'hôtellerie de luxe propose des cocktails •73 % des bars de nuit servent des cocktails • 78 % des consommateurs de la région parisienne consomment des cocktails en CHR et 61 % pour ceux issus d'agglomérations de plus de 100 000 habitants •57 % des femmes consomment des cocktails en CHR, 54 % des hommes L'offre se démocratise et attire de plus en plus les jeunes • 30 % des établissements proposant des cocktails ont mis cette offre en place depuis moins de trois ans • 79 % des 18-24 ans consomment des cocktails en CHR, 32 % dans des bars Les barmen sont des prescripteurs importants • 52 % des consommateurs qui entrent dans un établissement ne savent pas ce qu'ils vont consommer • Le cocktail maison ou signature est choisi en premier par 26 % des consommateurs dans les bars • Pour près de 30 % des établissements, le mojito reste le cocktail le plus demandé Source : L’Hotellerie-restauration.fr
  • 35. La revue de Presse KYLIA 35 Prendre les congés payés en dehors de la période légale Le 04/02/2016 "J'ai fermé mon restaurant (car il n'y a pas d'activité) du 31 décembre 2015 au 21 janvier 2016. Je suis en dehors de la période légale de prise de congés payés, mais les salariés sont d'accord. Comment me couvrir ?" Monique Mathieu La loi prévoit que la période de prise des congés payés s'étend du 1er mai au 31 octobre. Pendant cette période légale, l'employeur doit accorder un congé de 12 jours ouvrables minimum à 24 jours ouvrables maximum. En outre, le fractionnement du congé principal de 24 jours ouvre droit pour le salarié à des jours supplémentaires lorsque la partie du congé fractionnée est prise en dehors de la période légale. Il a droit à 2 journées si le congé d'hiver dure au moins 6 jours, et à 1 journée si le congé comporte 3, 4 ou 5 jours. Ces journées supplémentaires sont dues dès qu'il y a fractionnement, qu'il soit proposé par l'employeur ou demandé par le salarié (Cass.soc. 19 juin 2002). Dans la mesure où les dates de vacances sont approuvées par l'employeur, le ou les jours supplémentaires sont dus, peu importe qui en a fait la demande. Ces dispositions ne sont pas d'ordre public, ce qui veut dire que les parties (l'employeur et les salariés) peuvent décider que la période de congés payés sera prise à un autre moment et qu'elle ne donnera pas lieu à des jours pour fractionnement. Il vous faut l'accord individuel de vos salariés. Pour vous couvrir, vous devez avoir un accord écrit et signé de chacun d'eux. Je vous conseille de préciser dans le contrat de travail des nouveaux embauchés que la période légale de prise de congés payés est étendue à toute l'année pour ne pas avoir à leur demander ensuite leur accord et faire face à un refus. Source : L’Hotellerie-restauration.fr
  • 36. La revue de Presse KYLIA 36 A propos de Kylia KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle Génération : Le 1 er réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents. Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses agents immobiliers. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA Immobilier Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18