1
Université de Namur
Faculté des sciences économiques et de gestion
Etudes de marché: travail
“Quelles sont les caractéri...
2
Table des matières
Définition et approche de la question d’étude
1. Environnement/contexte…………………..….…………………………………….………....
3
Définition et approche de la question d'étude
1. Environnement/contexte
Pour ce cours d’études de marché, nous avons déc...
4
Question 4 :Quel est l’impact sur la clientèle actuelle et future des vidéos culinaires conçues par les chaînes de
disti...
5
De nos questions de recherche découlent des hypothèses, il est important de rappeler que celles-ci sont les conclusions
...
6
On peut également faire référence à l'étude traitant de la variation des prises de décisions. Cette dernière
montre que ...
7
H3 : Une bonne image de marque, entraine une satisfaction plus grande.
Dans cette hypothèse, le concept clé que nous avo...
8
-Achat de la marque
H4c : Achat de la marque
La démarche d’un consommateur lors d’un potentiel achat est composée de 4 g...
9
Étude Qualitative
1. Objectif(s) de l’étude qualitative
L’étude qualitative va nous permettre de mieux comprendre les di...
10
2.3 Construction du guide d’entretien
Après s'être concerté, nous avons décidé d'aborder différents thèmes, à savoir, l...
11
un élément important. En effet, il a été cité 14 fois mais à nouveau les avis divergent sur la question.
Deuxièmement, ...
12
Pour ce qui concerne le second thème, c’est-à-dire la marque, d’après elle une vidéo de qualité donnant satisfaction à
...
13
En ce qui concerne le premier thème, on remarque que la répondante parle plusieurs fois de l’accessibilité des vidéos s...
14
Interview 5
Il est intéressant de situer notre personne interviewé avant de ressortir les différents éléments qu’il nou...
15
Troisièmement, pour l’impact des vidéos sur nos répondants, nous avons remarqué que l’alimentation prend une place
impo...
16
5. Bibliographie :
-Anne-Marie G., ”Comment créer des vidéos accrocheuses ?”(en ligne),2014.
Disponible sur : <http://c...
17
-Pat D., L’ABC des générations XYZ (en ligne). Disponible sur : <
http://www.creativitequebec.ca/Bulletin_Creativite_Qu...
18
6. Annexes
Annexe 1 : Guide d'entretien
Instruction introductives
Bonjour, premièrement nous vous remercions d’avoir ac...
19
-Êtes-vous satisfait(e) de ces vidéos culinaires? Que voudriez-vous apporter en plus à ces vidéos?
-Recommanderiez-vous...
20
Annexe 3 : Matrice
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude de marché

34 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
34
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude de marché

  1. 1. 1 Université de Namur Faculté des sciences économiques et de gestion Etudes de marché: travail “Quelles sont les caractéristiques des vidéos de recettes de cuisine proposées par les marques sur leur site et quels bénéfices en tirent-elles?” Réalisé par: PIREAU Camille BERNARD Louis LEGRAND Catherine COLETTA Eduardo ALI SIULEYMAN Ali Groupe 14 Année académique 2015-2016 Titulaire du cours: Dessart François Assistante du cours: Steils Nadia
  2. 2. 2 Table des matières Définition et approche de la question d’étude 1. Environnement/contexte…………………..….…………………………………….………..3 2. Définition de la question d’étude…………...………………………………………..............3 3. Approche de la question………………………...……………………………………..….....4 Étude qualitative 1. Objectifs de l’étude qualitative………………………..………………………………..…... 9 2. Méthodologie…………………………………………..………………..…………………...9 2.1. Méthode qualitative utilisée……………………….………………………….……......9 2.2. Échantillon et recrutement…………………………..……………………....................9 2.3. Construction du guide d’entretien…………………...……………………………….10 2.4. Retranscriptions……………………………..………………………………………...10 2.5. Type d’analyse et unité d’analyse……………..……………………………………....10 2.6. Construction des matrices…………………….………………………….....................10 2.7. Quantification………………………………….………………………… …………..10 2.8. Triangulation des données…………………….……………………………………....11 3. Analyse : synthèse des résultats………………………………………………………...……11 3.1. Analyse verticale………………………………………………...…………………....11 3.2. Analyse horizontale………………………………………………………………...…14 4. Conclusions...……………………………………………………………………..................15 4.1. Limites de l’étude……………………………………………………………………..15 4.2. Recommandations………………………………………………………………….....16 5. Bibliographie……………………………………………………….......................................17 6. Annexes……………………………………………………………………………………...19
  3. 3. 3 Définition et approche de la question d'étude 1. Environnement/contexte Pour ce cours d’études de marché, nous avons décidé d’aborder la thématique des bénéfices dégagés par les vidéos de recettes de cuisine proposées par les marques au sein des grandes distributions mais aussi sur leur site internet. La cuisine est partie intégrante de notre vie quotidienne, de par notre besoin vital de s’alimenter. Dès l’an 400, apparaît le premier livre culinaire “De re coquinaria”; prémisse de l’art culinaire (oldcook.com, 2015). C’est en 1954 qu’émerge la première émission télévisée “Art et magie de la cuisine” (Raymond Oliver, 1957). En 2005, le partage de vidéos grâce à YouTube s’est développé permettant un accès facile à toutes sortes de tutoriels (Doo Young Lee, Mark R. Lehto, 2012).C’est tout naturellement qu’il s’en est suivi de nombreuses vidéos expliquant une multitude de recettes toutes plus innovantes les unes que les autres. On peut également notifier que durant cette dernière décennie, c’est une véritable révolution qui s’est opérée dans les habitudes alimentaires. Cela s’explique par plusieurs facteurs, notamment les actions menées par diverses organisations visant à sensibiliser les populations quant à l’importance d’une alimentation saine (manger au moins 400 grammes de fruits et légumes par jour, produits issus de l’agriculture biologique,...) (Eurfic.org.fr, 2015). Cela se remarque sur le site des différentes marques, qui proposent des produits sains. Nous pouvons aussi citer la volonté d’une partie de la population de vouloir faire attention à sa ligne, c’est pourquoi des programmes comme « Weight Watchers » ont vu le jour afin de profiter de cette nouvelle opportunité. La cuisine étant partie intégrante de nos vies, il nous paraît donc opportun de s’interroger sur les bénéfices que peuvent procurer les vidéos de recettes de cuisine et c’est pourquoi la présente étude a pour objectif de dégager des réponses à ces interrogations. 2. Définition de la question d’étude Pour rappel notre question est : “Quelles sont les caractéristiques des vidéos de recettes de cuisine proposées par les marques sur leur site et quels bénéfices en tirent-elles?” Cette problématique a attiré notre attention du fait qu’un foyer belge utilise en moyenne 15% de son budget mensuel pour l’alimentation (Le Sillon belge, 2015). Ceci pousse les firmes de distribution à davantage peaufiner leurs publicités ou vidéos proposées au grand public. On s’attardera dans le cadre de cette étude à analyser l’impact des vidéos sur le comportement d’achat des consommateurs. Nous identifions trois composantes spécifiques majeures. Premièrement le client, qui est la cible et le centre de préoccupation des firmes. Ensuite les vidéos qui sont les moyens de communication entre les firmes et les consommateurs. Et pour terminer, les firmes qui cherchent à vendre leurs produits et ainsi augmenter leur chiffre d’affaires. Questions de recherche: Dans le but de répondre à notre question de recherche, nous avons décidé de nous questionner préalablement sur différentes positions qui seront détaillées dans la suite de notre étude : Question 1 : Quels sont les éléments fondamentaux pour créer une vidéo de qualité? Question 2 : Les grandes chaînes de distribution désirent-elles transmettre à travers les vidéos culinaires une certaine image de marque ? Question 3 : Les vidéos culinaires donnent-elles satisfaction aux consommateurs ?
  4. 4. 4 Question 4 :Quel est l’impact sur la clientèle actuelle et future des vidéos culinaires conçues par les chaînes de distibution diffusées sur internet et dans leurs magasins ? 3. Approche de la question Afin de comprendre au mieux notre question d’étude il nous semble bénéfique de nous concentrer sur les différentes composantes. Pour cela, nous avons décidé de construire un modèle (ci-dessous) qui nous permettra de répertorier tous les éléments qui rendront de qualité une vidéo aux yeux du consommateur mais également les différents aspects qui pousseront éventuellement le client à l’achat. Cependant nous tenons à souligner que peu d’études se sont portées sur notre sujet. Nous avons dès lors cherché autant que possible des articles scientifiques pour répondre au mieux à notre question de recherche mais aussi pour élaborer notre modèle.
  5. 5. 5 De nos questions de recherche découlent des hypothèses, il est important de rappeler que celles-ci sont les conclusions d’études précédentes qui peuvent s’appliquer à notre travail. Voici les différentes composantes : -Attractif : ce qui est attractif, c’est un support de communication qui plaît, qui attire, celui-ci va ensuite favoriser les échanges avec le public. (Larousse, 2015) H1a: L’attractivité a une influence positive sur la qualité de la vidéo. Tout d’abord, selon certaines études (Rhodes et al., 2011) l’estimation de l’attractivité faciale est similaire dans les vidéos et les images statiques malgré que les vidéos offrent plus d’informations sur la structure faciale qu’une image statique. D’autres études (Hume, Montgomerie, 2000) montrent qu’une attractivité faciale est perçue comme une qualité chez les hommes et les femmes. On peut extrapoler dans le cadre de notre étude en disant qu’une vidéo attractive, c’est à dire qui attire et qui plaît, est gage de qualité. -Concis : Qui exprime beaucoup de choses en peu de mots. (Larousse, 2015) La vidéo doit en effet être de courte durée et claire afin de permettre de rapidement prendre connaissance de la recette et des éléments nécessaires à sa réalisation. H1b :« Plus la vidéo est concise, plus la vidéo sera perçue comme de qualité » « Pour que la vidéo soit accrocheuse, le contenu doit être clair, concis, « punché » ». Voici la phrase introductive d’Anne-Marie Gervais dans son article explicatif pour créer des vidéos accrocheuses (Contactamg.com, 2015). Une autre étude a également mentionné l’importance capitale de la concision d'une vidéo. En effet, face au nombre grandissant de vidéos sur le net, il est important que la vidéo soit concise afin de garder l'attention du consommateur. C'est donc le rôle du producteur de la vidéo de rendre autant que possible celle-ci claire et concise. (sciencedirect.com, 2015) -Accessible: Ce qui est facilement abordable, on peut facilement le trouver. (Larousse , 2015) H1c : L’accessibilité influence positivement la qualité de la vidéo. A l'heure actuelle, les vidéos culinaires ont un impact conséquent sur la vie des gens. C'est pourquoi, il est nécessaire que ces dernières soient facilement accessibles. Très peu d’études font le lien entre l’accessibilité et la qualité d’une vidéo. Cependant on trouve diverses études qui montrent que l’accessibilité a un impact positif sur un bon nombre d’autres concepts. On peut par exemple mentionner l'étude qui traite de l'impact positif de l’accessibilité du web pour les personnes avec un handicap. Améliorer l’accessibilité du Web permet à ces personnes d'avoir une meilleure communication avec autrui (Michael G. , 2000).
  6. 6. 6 On peut également faire référence à l'étude traitant de la variation des prises de décisions. Cette dernière montre que la qualité et l'accessibilité de l’information améliore la prise de décision. (Charles A. O’Reilly III, 1982) (amj.aom.org, 2015). Ces différentes études montrent qu’il n’est pas saugrenu de postuler que l’accessibilité influence positivement la qualité d’une vidéo. -Faisabilité : Que l’on peut faire; possible, réalisable (Larousse, 2015). Une vidéo aura plus d’impact sur les consommateurs si celle-ci est facilement réalisable et ainsi abordable par un plus grand nombre de personnes. H1d : La faisabilité a une influence positive sur la qualité de la vidéo. Certaines études (Raafat Saade , Bouchaib Bahli , 2004) montrent que la facilité a un effet positif sur l’intention d’utiliser une technologie ainsi que sur la qualité perçue. Dans notre cadre d’étude nous pouvons extrapoler en affirmant que la faisabilité, c’est à dire la facilité ou non de faire la recette a un effet positif sur la qualité perçue de la vidéo. -Image de marque : L’image d’une marque correspond à la façon dont celle-ci est perçue par les consommateurs. Cette perception peut se faire sur des critères objectifs (des prix élevés renvoient une image de produit haut de gamme) ou subjectifs (« produits de vieux »). L’image de marque est la résultante des caractéristiques du produit ou de la marque considérée, mais elle est également largement influencée par les actions publicitaires. Lorsqu’elle est positive, l’image de marque favorise la commercialisation d’un produit (Definition- marketing, 2014). H2 : La qualité de la vidéo, influence positivement l’image de marque. Brightcove, une société de service active dans la vidéo, a mené une étude aux États-Unis en septembre 2013. Celle-ci consiste à définir l'influence de la qualité d'une vidéo sur la perception que le consommateur se fait de la marque, dans le but d'inciter les différentes marques à être attentives à la qualité lors de la conception de leurs vidéos. En effet, ils ont montré qu'une mauvaise accessibilité, un temps trop long de chargement ou une vidéo de mauvaise qualité ont des conséquences négatives sur les internautes. De fait, 62% de ceux-ci ont une perception négative de la marque, 60% hésitent à se lier à la marque sur les réseaux sociaux, 57% s'abstiennent de partager cette vidéo et 23% vont jusqu'à hésiter à acheter les produits de la marque (journaldunet.com, 2013). -Satisfaction : La satisfaction est un état psychologique après l’achat et la consommation d’un produit (ou service) qui se traduit par un sentiment fugace résultant de la différence entre les attentes du consommateur et les performances perçues. La satisfaction dépend également de l’attitude préalable envers la marque et le produit (Ledicodumarketing, 2015).
  7. 7. 7 H3 : Une bonne image de marque, entraine une satisfaction plus grande. Dans cette hypothèse, le concept clé que nous avons étudié est la satisfaction du client. Sur base de l’étude publiée par le MEDEF (Mouvement des Entreprises de France ), nous avons pu identifier les différents éléments nécessaires pour satisfaire les attentes des clients. Nous nous sommes concentrés sur 6 axes principaux. Premièrement, satisfaire le client est l’enjeu principal de l’entreprise et toutes les décisions et actions doivent répondre à cette mission. Deuxièmement , les entreprises doivent veiller à ce que toutes les décisions soient bien assimilées par l’ensemble des équipes et ainsi s'intégrer au mieux au sein de la chaîne de production des biens et services. De la motivation est alors nécessaire et celle-ci doit être insufflée dans les différentes équipes concernées. Troisièmement, il faut facilter le contact avec le client et pour ce faire, de part leur accessibilité, les vidéos sont un élément clé. Quatrièmement, les entreprises doivent être capables d’anticiper les possibles insatisfactions que les clients pourraient ressentir suite au visionnage d’une vidéo tutorielle. Cinquièmement, il faut analyser les différentes opinions des clients qui ont visionné les vidéos. Finalement, en fonction de ces analyses, l’entreprise doit s’adapter et remédier aux éventuelles lacunes. -Achat de livre H4a : Achat de livre Les vidéos de recette incitent les consommateurs à acheter des livres de cuisine. On peut le supposer car la publicité incite en général les consommateurs à acheter. Une étude (Memoireonline.com, 2015) réalisée nous montre ces résultats : Si la publicité provoque un intérêt suffisant, les intentions d'achat sont dès lors plus manifestes et peuvent mener à la consommation. 70% des personnes interrogées communiquent que la publicité sous toutes ses formes, a été à la base de la modification de leur comportement. -Bouche-à-oreille : Transmission d’une information de personne à personne, par la voie orale. (Larousse, 2015) En effet, une marque a atteint l’un de ses objectifs lorsque ses clients font du bouche à oreille “positif” (qui va dans le sens de la marque). Dans ce cas-là, les clients recommandent la marque à leur entourage et ceux-ci seront incités à consommer cette marque également. H4b: Bouche-à-oreille Le bouche-à-oreille se trouve être un point important pour permettre d’atteindre un grand nombre de spectateurs. C’est un mode de communication informel et interpersonnel. Les personnes discutent entre elles, souvent elles font preuve d’un avis sur la question. Les faits ne sont pas racontés de façon neutre, ce qui rend primordial le fait que la vidéo doit plaire au plus grand nombre de personnes possible. Dans le cas inverse les répercussions du bouche-à-oreille pourraient avoir des effets négatifs. De plus comme le suggère l’article appuyant les éléments de la définition du bouche-à-oreille (Sciencedirect, 2015), le développement des nouvelles technologies a fait apparaître un nouveau type de communication, le bouche-à-oreille virtuel. Il est plus rapide, plus facile et très peu coûteux. Dans le cadre des recettes culinaires, nombreux sont les supports favorisant ce type de communication, par exemple, les blogs et forums se rapportant à la critique culinaire.
  8. 8. 8 -Achat de la marque H4c : Achat de la marque La démarche d’un consommateur lors d’un potentiel achat est composée de 4 grandes étapes. Premièrement, le consommateur définit son besoin. Deuxièmement, il recherche des informations. Il existe deux types d' informations. Les internes, c’est-à- dire celles dans la mémoire du consommateur qu’il a acquises de diverses manières et les externes qui sont celles qu’il a pu observer ou entendre (theconsumerfactor.com, 2015). Troisièmement, le consommateur évalue les solutions qui s'offrent à lui. Il choisira celles l’ayant le plus convaincu et satisfait. D'où le rôle primordial de la satisfaction client. Quatrièmement, un client satisfait, aura tendance à acheter la marque l’ayant conquis (Plubications.medef.com, 2010)
  9. 9. 9 Étude Qualitative 1. Objectif(s) de l’étude qualitative L’étude qualitative va nous permettre de mieux comprendre les différents éléments qui constituent une vidéo de qualité, l’impact qu'ont les vidéos culinaires sur les marques, les facteurs ayant un rôle dans la satisfaction client mais aussi de connaitre les différentes répercussions sur les intentions d'achat des consommateurs. Par la suite, cela va nous permettre d’améliorer notre modèle ainsi que nos hypothèses et de préparer au mieux notre étude quantitative. 2. Méthodologie 2.1 Méthode qualitative utilisée Nous avons décidé de recourir à l'entretien individuel en profondeur pour plusieurs raisons. Tout d'abord, nous avons décliné la méthode d’entretien de groupe par peur d’avoir des avis trop généraux. Pour nous cette méthode est plus appropriée lors d’une analyse propre à certaines catégories de consommateurs que l’on doit cibler. Ce n’est pas notre cas. Nous avons besoin d’interviewer une population hétérogène afin de refléter de manière la plus complète possible les différents consommateurs. Nous préférons donc adopter la méthode individuelle. Celle-ci nous fournira davantage d’informations personnelles et détaillées qui nous permettront de pouvoir mieux comprendre l’impact des vidéos de cuisine sur l’intention d’achat. En effet, nous cherchons à comprendre quels aspects d’une vidéo “charment” le consommateur, les influences positives que celles-ci ont sur la marque, la satisfaction client et les impacts de celles-ci sur l'intention d'achat des consommateurs. Nous pensons particulièrement au bouche-à-oreille positif qui pourrait en résulter ou encore l’achat de divers produits proposés par la marque. Finalement, nous comptons nous concentrer sur l’entretien semi-directif. En utilisant ce type d’entretien nous espérons pouvoir créer une relation de confiance afin de pouvoir mettre à l’aise l’interviewer. Dans cette atmosphère nous pensons pouvoir récolter des avis sincères, non orientés ou influencés par l’intervieweur. 2.2 Échantillon et recrutement Nous avons décidé de nous concentrer sur un échantillon de la population qui cuisine régulièrement. Sachant que notre étude se spécialise sur les vidéos culinaires en ligne des chaînes de magasins nous avons sélectionné des utilisateurs d’internet. En effet, il nous semble plus pertinent de choisir des personnes ayant déjà regardé des vidéos culinaires en ligne afin qu'ils puissent répondre aux mieux à nos attentes. Il est également intéressant de sélectionner deux tranches d’âge : les 18-40 ans (génération Y, 1975-1997) et les plus de 40 ans (génération X, avant 1975) (Creativitequebec.ca, 2015). La génération Y est la génération née en plein boom technologique, entre 1975 et 1997, elle est donc plus apte à l’utilisation d’internet et plus familière avec les différentes technologies. La génération X quant à elle est celle d’avant 1975, celle-ci est donc moins habituée aux les nouvelles technologies. Pour nous permettre d’avoir un maximum d’informations, nous avons sélectionné des personnes variées (de sexe différent, d’âge différent, de niveau de cuisine différent,...) Interview 1 Interview 2 Interview 3 Interview 4 Interview 5 Expérience culinaire Caractéristiques Novice en cuisine Etudiante Amateur en cuisine Etudiant Amatrice en cuisine Mère de famille Expérimentée Femme au foyer Très expérimenté Retraité Sexe Féminin Masculin Féminin Féminin Masculin Âge 20 26 47 49 71
  10. 10. 10 2.3 Construction du guide d’entretien Après s'être concerté, nous avons décidé d'aborder différents thèmes, à savoir, les avantages et inconvénients des vidéo en ligne proposées par les chaînes de grands magasins, mais également les différents points qui distinguent une bonne d’une mauvaise vidéo, la qualité de celles-ci et la disponibilité. Tout d'abord, nous avons essayé d'orienter la discussion vers notre sujet général, c'est-à-dire les vidéos culinaires. Ensuite, nous nous sommes concentrés davantage sur les chaînes de magasins ainsi qu’aux produits qu'elles proposent par le biais de leurs vidéos culinaires. Nous avons commencé par des questions plus introductives dans la partie topo général, pour ensuite faire appel à des concepts plus précis et ainsi rejoindre nos thèmes dans la deuxième partie. A noter qu’avec le type de questions que nous avons posées, les personnes en face de nous étaient libres d’introduire certains thèmes par elles-mêmes. Notre guide d’entretien se trouve en annexe. (1) 2.4 Retranscriptions Celles-ci se trouvent sur notre clé USB 2.5 Type d’analyse et unité d’analyse Nous avons tenté de sélectionner au mieux les données qui devaient être soulignées. Selon nous, le plus pertinent était d’utiliser l’analyse par thème, c’est à dire diviser l’interview en reprenant les différents thèmes abordés par les participants. Nous nous sommes concentrés sur les phrases et paragraphes afin de percevoir l’importance des vidéos culinaires pour les marques, mais aussi, de savoir comment elles doivent être conçues pour satisfaire le client. Étant donné que notre question d’étude porte sur les caractéristiques des vidéos culinaire proposées par les marques sur leur site ainsi que les bénéfices qu'elles en retirent, cette analyse nous a permis de faire ressortir les données essentielles relatives à notre sujet. Au plus un thème est cité, au plus nous nous y sommes intéressés. 2.6. Construction des matrices Pour permettre de développer une interprétation des données, nous avons utilisé les matrices. Lors de la mise en place de notre guide d’entretien, nous l’avions divisé en différents thèmes de sorte à être cohérent pour notre interview. Cependant, d'autres thèmes ont été naturellement abordés par les différents participants. Par après, cela nous a permis de construire trois grandes catégories : les caractéristiques de la vidéo, la marque et les impacts sur le consommateur. Nous avons également défini de multiples sous-catégories. C’est en fonction de ces catégories et sous catégories que nous avons construit notre matrice. Les matrices se trouvent en annexe (3). 2.7. Quantification Notre matrice de quantification (voir annexe) nous permet de voir les thèmes et sous-thèmes qui ont été les plus abordés par les différents participants. Premièrement, pour les caractéristiques de la vidéo, l'élément le plus cité est la concision. Pour vous faire une petite idée il a été cité 30 fois ce qui n'est pas négligeable. Ensuite, les personnes interrogées ont énormément parlé de l'accessibilité (15 fois). Cependant, leurs avis restent divergents quant aux livres ou à l'utilisation d'internet. Finalement, le support est
  11. 11. 11 un élément important. En effet, il a été cité 14 fois mais à nouveau les avis divergent sur la question. Deuxièmement, en ce qui concerne la marque, le prix est l'élément clé. Il a été cité 31 fois, il semble être un sujet prépondérant surtout dans la situation économique actuelle. En ce qui concerne l'achat de la marque et les habitudes d'achat, les 2 sujets ont été abordés 13 fois. Cependant, les avis pour chacun des deux thèmes, diffèrent en fonction des personnes interviewées et leur âge. Troisièmement, concernant l'impact des vidéos, l'achat de livres et de produits sont les 2 actions qui ont été le plus mentionnées (15 fois). Quant à l'alimentation et le bouche à oreille, ils ont été abordés respectivement 10 et 11 fois. 2.8 Triangulation des données L’élément essentiel dans la réalisation de notre travail était de s'assurer de la validité et de la fiabilité de notre étude afin d'optimaliser l’utilité et la pertinence de nos résultats. Pour commencer, nous avons tous utilisé le même guide d’entretien pour chacune de nos interviews. Ceci nous a permis de donner une structure plus ou moins identique à nos interviews mais également de rester le plus objectif possible devant le répondant. Ensuite, nous avons également utilisé une triangulation entre les chercheurs. En effet, nous avons chacun interviewé une personne individuellement. Après ce travail individuel, nous avons pris connaissance de l’interview de chacun, chacun d’entre nous a également analysé l’interview des autres afin de connaître l’ensemble des données collectées lors de ces interviews et de pouvoir au mieux analyser celles-ci ainsi que de pouvoir recouper l’ensemble des informations. Finalement, nous avons tenté d’utiliser une triangulation par les sources, car nous avons tiré profit de différentes sources pour étudier le problème. En effet nous avons utilisé des études déjà validées auparavant (articles scientifiques) mais aussi des données secondaires (recherches sur internet). La triangulation est également bien respectée étant donné que nous avons interrogé des personnes de génération différente (génération X et Y). Mais nous avons aussi choisi des personnes de sexes différents, deux hommes et trois femmes. 3. Analyse : synthèse des résultats 3.1 Analyse verticale Interview 1 La première interviewée est une jeune femme de 20 ans, étudiante en 2e bachelier médecine à Namur. Plusieurs caractéristiques spécifiques sont ressorties lors de son interview à savoir, un budget restreint par mois et le fait qu'elle met de l'importance à se nourrir sainement. Elle a également précisé qu’elle a commencé réellement à cuisiner il y a un peu moins de deux ans, elle est donc débutante en la matière et rencontre parfois certaine difficulté à réaliser les recettes. Concernant le premier thème c’est à dire les caractéristiques d’une vidéo de qualité, plusieurs aspects son revenu durant son interview. Premièrement elle a mentionné la durée de la vidéo un bon nombre de fois. D’après elle, il faut que la vidéo soit assez courte mais également très précise. Une vidéo concise est un point fondamental pour que la vidéo soit de qualité. Ensuite, la présence d’un chef renommé, mentionné à plusieurs reprises, donne selon elle, de la valeur et du prestige à la vidéo mais aussi à la marque (chaîne de distribution) mise en avant dans la vidéo. Elle prescrit tout aspect surfait dans la vidéo tel que des musiques de fond. Elle recommande également des récapitulatifs reprenant quantité zr étapes de la recettes. Elle mentionne aussi le fait d’ajouté des « trucs et astuces » dans la vidéo. Par là, elle entend des conseils pour réaliser les différentes étapes de la recette. Elle préconise un vocabulaire simple pour une meilleur compréhension par tous. Pour finir, elle mets un points d’honneur sur le principe de présenter le plat final dès le début de la vidéo afin de pouvoir concevoir la finalité du plat directement et voir rapidement si celui-ci convient ou non.
  12. 12. 12 Pour ce qui concerne le second thème, c’est-à-dire la marque, d’après elle une vidéo de qualité donnant satisfaction à l’auditeur aura tendance à donner une bonne image de marque. En effet, si elle est satisfaite par les recettes proposées par la chaîne de magasin, elle se fourni en général chez elle. Notons également, qu' elle est une adepte des vidéos culinaires proposées par la marque Colruyt. Elle en est satisfaite et retrouve dans cette chaîne de distribution un rapport qualité prix qu'elle recherche. Finalement pour le dernier thème, celui concernant l’impact des vidéos culinaires sur les consommateurs, elle nous confie que étant une consommatrice conquise par les vidéo et produits de Colruyt, elle n’hésite pas à le partager avec ses amis et sa famille. Elle offre également parfois des cadeaux en rapport avec la cuisine tel que des livres de recette Colruyt. Interview 2 Tout d’abord, une présentation de Mr François est nécessaire pour comprendre au mieux cette analyse. Il est étudiant en médecine, il cuisine le plus possible quand il a le temps. Il aime se faire de bons petits plats et aime particulièrement cuisiner de nouvelles choses, innover. N’ayant pas de gros budget, le prix est un des facteurs principaux pour le choix de ses produits. En ce qui concerne le premier thème,les caractéristiques d’une vidéo culinaire, il y a plusieurs points intéressants à soulever. Tout d’abord, l’élément le plus important d’après lui est la concision. C’est important que la vidéo soit de courte durée et aille droit au but. C’est effectivement le point qu’il cite spontanément le plus fréquemment. Il faut également éviter les détails inutiles des manipulations de base. Mr François souhaite gagner du temps, la vidéo ne doit pas être trop longue. Par contre, n’étant pas un grand cuisinier, il ne maîtrise pas toutes les techniques, il souhaite donc avoir plus d’informations sur les points difficiles de la recette. En ce qui concerne le support, le répondant privilégie les vidéos qu’on peut trouver sur internet. Les raisons principales de cela sont le budget, le gain de temps et le côté pratique. En effet l’accessibilité des vidéos du net évite les pertes de temps. Encore une fois, cela s’explique par son statut d’étudiant. Précisons également qu’il vante à plusieurs reprises les mérites d’internet lors de l’interview. Enfin, Mr François aime découvrir de nouvelles recettes et se laisse donc facilement séduire par les nouveautés. Néanmoins il regrette parfois de ne pas trouver certaines recettes exotiques en vidéo. Ensuite, pour le deuxième thème qui concerne la marque, l’élément clé retenu est le prix. Ce critère a été cité à de nombreuses reprises par Mr François. En effet, c’est actuellement son principal critère de sélection étant donné qu’il ne dispose pas d’un budget lui permettant d’oublier cet aspect. Cependant, il est conscient que pour certains produits il faut savoir mettre le prix et aimerait à l'avenir consommer davantage de produits biologiques. Ajoutons que Mr François est globalement satisfait des vidéos de cuisine. En effet, il est rarement tombé sur des vidéos de mauvaise qualité ou sur une recette irréalisable. Enfin, concentrons-nous sur le dernier thème qui est l’impact des vidéos de cuisine sur le comportement d’achat. Le répondant n’est pas particulièrement tenté d’acheter les produits proposés par la marque sauf dans le cas des vidéos présentées au sein même du magasin. De plus, il aura tendance à diffuser un bouche-à-oreille positif pour les vidéos présentes sur internet mais moins pour celles présentées en magasin. En effet, les premières sont plus faciles d’accès mais aussi plus faciles à partager avec des amis, il suffit de les envoyer par mail. Interview 3 Notre troisième intervenante est une mère de famille de 47 ans, amatrice de cuisine. Notons qu'elle aime prendre soin de ses enfant et donc essaye un maximum de cuisiner sainement.
  13. 13. 13 En ce qui concerne le premier thème, on remarque que la répondante parle plusieurs fois de l’accessibilité des vidéos sur internet. De plus elle insiste à plusieurs reprises sur le fait qu’une bonne vidéo doit être claire, réalisée avec un certain professionnalisme et dans un langage simple pour permettre une bonne compréhension des recettes. Elle porte une importance particulière sur le fait qu’une vidéo de recette doit permettre d’apprendre une certaine technique et apporter des idées originales, c’est pourquoi il est important que les recettes soient faisables. Finalement, la répondante a insisté de nombreuses fois sur le fait qu’une vidéo ne doit pas être trop longue, elle doit expliquer l’essentiel pour permettre de gagner du temps. En effet, une mère de famille qui travaille ne peut pas se permettre de passer trop de temps à cuisiner. En ce qui concerne le deuxième thème, les chaînes de distribution qui proposent des vidéos de recette, l’interviewée n’y porte pas une grande importance, elle est indifférente entre une marque qui propose ce genre de vidéo et une marque qui n’en propose pas. Cependant, elle admet qu’une marque qui en propose essaie de se moderniser, d’étoffer l’ensemble de ses services. La répondante a mentionné plusieurs fois aussi que ce qui importe pour elle ce sont les prix des aliments utilisés dans les vidéos de recette. Elle n’utilisera pas forcément les produits présents dans la vidéo mais plutôt les produits similaires et à moindre coût. Cependant, elle admet que de temps en temps il est possible qu'elle achète des produits un peu plus chers. Concernant le troisième thème, l’impact de ces vidéos, la répondante a insisté sur le fait qu’elle est globalement satisfaite des vidéos culinaires en ligne proposées par les marques. Cependant, malgré cette satisfaction elle n’achèterait pas séparément ce type de vidéos et les livres qui y sont associés. Pour la répondante, l’achat se ferait si les deux sont combinés dans une sorte de pack. De plus, étant satisfaite des vidéos culinaires en ligne, l’interviewée recommande ces vidéos via le bouche-à-oreille, elle en parle à ses amis lors d’une discussion. Elle utilise également les forums de cuisine sur internet pour partager son expérience avec les autres. Ce partage est important pour elle car elle en a parlé tout au long de l’interview. Interview 4 Notre quatrième interviewée, est une femme au foyer de 49 ans. Elle est expérimentée en cuisine et passe beaucoup de temps à concocter de bon petits plats. Tout d’abord, en ce qui concerne les caractéristiques de la vidéo, nous avons remarqué que la répondante a en effet énormément insisté sur le fait que la vidéo ne devait pas être trop lente. Celle-ci se lasse vite lorsque la vidéo n’est pas assez rapide. Il faut également que la vidéo ne soit pas trop superflue, il faut qu’elle aille droit au but. Pour que la vidéo soit attractive, l’interviewée insiste sur le fait qu’elle soit présentée par un professionnel pour qu’elle soit la plus claire possible. Cet élément est également revenu de nombreuses fois dans les explications de notre répondante. Ensuite,l'élément cité en premier lieu par l'interviewée, la recette doit faire preuve d’originalité. Deuxièmement, concernant les marques proposant des vidéos culinaire, elle nous a confié ne pas être influencée par la vidéo même si elle lui semble bonne. Pour elle, ces vidéos reste de la publicité, du marketing. Madame Landenne a bien insisté sur ceci, car elle trouve important de garder une capacité de discernement par rapport à l'influence de la publicité. Lorsque la vidéo est bien faite, cela donne envie de réaliser les plats. Il y a donc satisfaction envers la marque. Elle va avoir une bonne perception de la marque. Par exemple, elle cite Delhaize “chez Delhaize, j’apprécie davantage les produits. Dans la plupart des cas, ils me semblent plus frais de qualité supérieure. Finalement, au niveau de l’impact des vidéos culinaire, elle transmetvvolontiers à sa famille ou à ses amis de bonne recette qu'elle à réalisée. Au niveau de l’alimentation, les vidéos lui permettent de faire des plats originaux, qui sortent de l’ordinaire et de bonne qualité. C'est également une composante importante, car Madame Landenne a passé pas mal de temps à expliquer qu'elle fait attention à la qualité de sa cuisine pour ses enfants.
  14. 14. 14 Interview 5 Il est intéressant de situer notre personne interviewé avant de ressortir les différents éléments qu’il nous a donnés lors de sa rencontre. Monsieur Collard est un homme de 71 ans, donc d’un âge confirmé. De plus celui-ci est un passionné de cuisine, qui a déjà suivit multiples cours de cuisine avec des chefs de renommés. Il se tient au courant de l’actualité et des dernières innovations culinaires. La cuisine est une véritable passion pour cet homme, qui n’hésite pas à passer plusieurs heures derrière les fourneaux pour faire jouir de ses petits plats à son entourage. Dans le premier thème, différents points intéressants peuvent être retenus. Tout d’abord, Monsieur Collard a soutenu le faîte qu’il appréciait beaucoup le caractère professionnel dans une vidéo. Il affectionne particulièrement quand des chefs expérimentés se retrouvent sur son petit écran. Il arrive toujours à obtenir ce qu’il cherche sur le net, donc d’un point de vue accessibilité il n’y a rien à reprocher. Dans les aspects négatifs, il a tendance à trouver les vidéos trop longues, elles ne vont pas toujours droit au but selon lui. Il leur reproche aussi d’être un peu trop basique de temps à autres. Il relève aussi le caractère ludique des vidéos en ligne, qui lui permettent de trouver de l’inspiration. Cela les rend attractives, car il innove et prendre des initiatives en les visionnant. Ensuite dans le deuxième abordé, celui de la marque, Monsieur Collard a souligné qu’il ne subissait aucune influence sur ses achats. Il privilégie les producteurs locaux, il va chercher sa viande chez le boucher du village, ses légumes chez un maraîcher etc. .. Il est rare quand ce dernier a recours aux grandes chaînes de distributions. Cependant il n’a pas de mauvaise image de celle-ci, sauf si maintenant la vidéo proposée est de mauvaise qualité. Et finalement, pour le dernier thème, à savoir l’impact que les vidéos peuvent avoir, le comportement de Monsieur Collard sera en premier lieu de se procurer des livres de cuisine. Il affectionne particulièrement ceux-ci. Mais si jamais ceux-ci sont tirés de grandes chaînes de magasins, il n’en subira pas l’influence dans ses achats. Cela n’a pas d’influence sur son alimentation, laquelle veut-il garder équilibré et variée. Il n’hésitera pas à recommander ses vidéos préférées à ses amis, de préférence pour ceux qui commencent à cuisiner. 3.2. Analyse horizontale Nous avons effectué une analyse horizontale afin de mettre en avant les similitudes et les divergences entre les différents répondants pour apporter une réponse à l’objectif de notre étude qualitative c'est-à-dire, ressortir les caractéristiques des vidéos culinaires proposées par les marques sur leur site ainsi que les bénéfices qu'elles en retirent. Premièrement, en ce qui concerne les caractéristiques des vidéos, beaucoup d’avis se rejoignent. En effet, tous les interviewés ont insisté sur le fait que la vidéo ne doit pas être trop lente, elle doit aller droit au but. Ils trouvent tous que l'accès est très facil grâce à internet et que ceci est positif. Au niveau du langage, ils sont d'accord que l'utilisation d'un langage approprié est essentiel, et si des termes compliqués sont utilisés, il faut qu'ils soient expliqués afin de faciliter la réalisation de la recette. Finalement, Ddux des interviewés préfèrent une présentation humoristique et les trois autres aiment la présence d’un chef renommé donnant un certain prestige à la recette. Deuxièmement, concernant les marques qui proposent des vidéos de recette, la majorité des interviewés est d’accord de dire que la satisfaction dépend de la qualité des vidéos et de la saveur des plats réalisés à l’aide de celles-ci. En ce qui concerne leurs achats habituels, trois des personnes interrogées préfèrent aller chez Colruyt en raison du rapport qualité- prix avantageux. Les deux autres préfèrent les produits locaux qui sont pour eux synonymes de qualité. Quant à la perception de la marque, la majorité est d’avis qu’une bonne vidéo influence positivement l’image de la marque et les motive à acheter les produits qu’elle propose. Néanmoins, une personne affirme ne pas être sensible aux marques et donc, ne pas être influencée. Enfin, en ce qui concerne le prix, trois des personnes interrogées dont les deux étudiants considèrent que celui-ci est un élément fondamental dans leur choix. Les deux autres par contre privilégient avant tout la qualité, le prix est pour eux secondaire.
  15. 15. 15 Troisièmement, pour l’impact des vidéos sur nos répondants, nous avons remarqué que l’alimentation prend une place importante dans la vie de nos cinq interviewés. Ils discutent également et communiquent leurs découvertes culinaires avec leurs amis et famille, particulièrement quand la vidéo et les plats sont de qualité. Finalement, deux des répondants achètent régulièrement les livres de recettes proposés dans les vidéos. L’un d'eux utilise uniquement les livres, qu'il trouve pratique. Enfin les deux autres utilisent d’abord les livres de recettes et ensuite s’ils veulent plus d’informations se réfèrent à la vidéo culinaire. 4. Conclusions Pour répondre au mieux à notre question d’étude, nous pouvons dire que toutes nos hypothèses de départs étaient bien adaptées pour analyser celle-ci. Notre modèle de départ était également bien choisi. Mais après nos différentes interviews, nous avons remarqué que certains thèmes auraient pu être ajoutés. En ce qui concerne la qualité d'une vidéo culinaire, deux aspects ne figurant pas dans notre modèle de départ ont été mentionné : l’interactivité et le professionnalisme. Par interactivité, ils entendent la possibilité de réagir directement sur les sites en ligne afin d'avoir plus d'informations ou éventuellement avoir un contact direct avec le cuisinier. En ce qui concerne le professionnalisme, ils trouvent que la présence d'un chef permet de donné un certain prestige à la vidéo. Certains ont également fait remarquer l'importance d'un langage professionnel. Il serait donc intéressant de compléter notre modèle avec ces deux composantes afin qu'il soit le plus complet possible. 4.1. Limites de l’étude Bien que nos interviewés soient bien diversifiés : équilibre de sexe (2 hommes, 3 femmes) et variation de l'âge des personnes, nous avons ciblé plusieurs limites à notre étude. Tout d’abord, notre panel d’interviews est sans doute trop restreint. En effet, 5 interviews c’est peu, nous pensons que pour tirer des conclusions encore plus bénéfiques, il faut un nombre plus important d’interviews. Enfin, nous avons remarqué qu’il est parfois difficile de déceler certains avis. En effet, les réponses étant assez libres, les avis sont parfois trop divergents, et parfois superflus. Nous n'avons donc pas voulu faire de conclusions erronées. 4.2. Recommandations Nous avons quelques recommandations pour les futures personnes qui souhaiteraient faire des recherches dans ce domaine. Tout d’abord augmenter la taille de l’échantillon et étoffer celui-ci par des personnes interviewées venant de milieu très divers. Cela permettra de diminuer l’erreur d’échantillonnage. De plus, le monde culinaire était en évolution permanente, les chercheurs devront se tenir aux courants des dernières innovations afin d’aiguiser leur guide d’entretien. En effet, des tablettes de cuisines, ou d'autres idées innovatrices pourraient être mises au point d'ici les années à venir. Les futurs chercheurs devront donc être attentifs à toute évolution possible dans le domaine.
  16. 16. 16 5. Bibliographie : -Anne-Marie G., ”Comment créer des vidéos accrocheuses ?”(en ligne),2014. Disponible sur : <http://contactamg.com/comment-creer-des-videos-accrocheuses/> (consulté le 06/11/2015) -B.BATHELOT,Définiton image de marque (en ligne), 2014. Disponible sur : <http://www.definitions- marketing.com/definition/Image-de-marque/>(consulté le 13/10/2015 -CHARLES A. O’REILLY III, (1982), “Variations in Decision Makers Use of Information Sources: The Impact of Quality and Accessibility of Information”, © Academy of Management Journal -Deborah K. Hume, Robert Montgomerie (2000),”Facial attractiveness signals different aspects of “quality” in women and men”, Evolution and Human Behavior,p.93 -DOO YOUNG Lee, MARK R. Lehto (2012),”User acceptance of Youtube for procedural learning : An extension of the Technology Acceptance Model”, Computers & Education, p.193 -Eric M., Mesure de l’efficacité publicitaire : Evaluation de la campagne publicitaire (en ligne), 2004. Disponible sur : <http://www.memoireonline.com/02/07/335/m_mesure-efficacite-publicitaire-evaluation-campagne- publicitaire14.html>(consulté le 13/10/2015) -Fanny P., Comportement d’achat des consommateurs : Les 3 processus d’achat (en ligne), 2015. Disponible sur : <http://theconsumerfactor.com/comportements-achat-consommateurs-les-3-processus-achat/> (consulté le 22/10/2015) -Frantz G., Infographie : l’expérience vidéo influe sur la perception des marques (en ligne), 2013. Disponible sur : <http://www.journaldunet.com/ebusiness/marques-sites/l-experience-video-influe-sur-la-perception-des-marques.shtml >(consulté le 13/10/2015) -Gillian Rhodes, Hanne C. Lie, Nishta Thevaraja, Libby Taylor, Natasha Iredell, Christine Curran, Shi Qin Claire Tan, Pia Carnemolla, Leigh W. Simmons (2011), “Facial Attractiveness Ratings from Video-Clips and Static Images Tell the Same Story”, Plos One, p.3 -JEAN-MARC L. (2012), Bouche-à-oreille, « L’encyclopédie du marketing », Organisation Eds D', p.362 -Johana María R. V., Bruno C.R, Renata Pontin M. Fortes, Rudinei G. (2014), “Web Videos – concerns about accessibility based on User Centered Design”, “Procedia Computer Science”, University of Sao Paulo -LAROUSSE,”bouche-à-oreille” (en ligne). Disponible sur : <http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/bouche- %c3%a0-oreille/10382?q=bouche+%c3%a0+oreille+#10257>(consulté le 13/10/2015) -LE DICO DU MARKETING, Satisfaction (en ligne). Disponible sur : <http://www.ledicodumarketing.fr/definitions/satisfaction.html>(consulté le 16/10/2015) -MICHAEL G. PACIELLO (2000), “ Web Accessibility for People with Disabilities 1st”, C M P Books ©2000, p.392 -OLDCOOK,”livre de cuisine médiévale” (en ligne). Disponible sur : <http://www.oldcook.com/medieval- livres_cuisine_latin>(consulté le 28/09/2015) - ORLEWILSON B., HANI c., LUCIAN DE E. (2014),” A concise review of the quality of experience assessment for video streaming”, Computer Communication, p.1-12
  17. 17. 17 -Pat D., L’ABC des générations XYZ (en ligne). Disponible sur : < http://www.creativitequebec.ca/Bulletin_Creativite_Quebec/Site_CQ_Bulletins_2013/Bulletins_articles/Lien%20117/L' ABC_des_generations%20XYX.htm> (consulté le 22/10/2015) -Pierre-Alexandre B et al., La satisfaction client : Six bonnes pratiques d’entreprises pour un résultat gagnant/gagnant (en ligne), 2010. Disponible sur <http://publications.medef.com/guide/Guide-La-satisfaction-clients-6-bonnes- pratiques.pdf> (consulté le 13/10/2015) -Raafat Saade , Bouchaib Bahli (2004),”The impact of cognitive absorption on perceived usefulness and perceived ease of use in on-line learning: an extension of the technology acceptance model”, Information & Management , p.320 -Raymond Oliver, Art et magie de la cuisine, Del Duca, Paris, 1957, ASIN B0017VRJW8, 300 pp. -REVUE EUFIC, Consommation de fruits et de légumes en Europe - Les européens en mangent-ils assez ? (en ligne), 2012. Disponible sur : <http://www.eufic.org/article/fr/expid/Consommation-fruits-legumes-Europe/> (consulté le 22/10/2015) - The Academy of Management Journal (2015), Academy of Management Disponible sur < http://amj.aom.org/ > (consulté le 09/11/2015)
  18. 18. 18 6. Annexes Annexe 1 : Guide d'entretien Instruction introductives Bonjour, premièrement nous vous remercions d’avoir accepté de prendre de votre temps afin de nous aider dans notre travail de recherche dans le cadre de notre cours d’études de marché. Notre étude porte sur les vidéos culinaires et nous aimerions pouvoir prendre en compte votre expérience. Je tiens à vous dire qu’il n’y a pas de mauvaises ou de bonnes réponses. Nous espérons que vos réponses seront les plus spontanées afin qu’elles reflètent réellement votre avis sur la question. Si cela ne vous dérange pas, je souhaite vous enregistrer. Cet entretien devrait durer entre 30 et 45 minutes. Thème de réchauffement Avant de débuter, je vais commencer par me présenter. Je m'appelle ……... , j’ai ….. ans. J’entreprends des études d’ingénieur de gestion. Je suis actuellement en 3e bachelier et dans le cadre de mon cour d’étude de marché je réalise ce travail. Je vous invite également à m’en dire plus à propos de vous. Quelle importance prend la cuisine dans votre vie? Puis-je également vous demander comment s’est passé votre dernière visualisation de vidéos culinaires? Pouvez-vous m’en dire plus? Topo général -Comment avez-vous découvert les vidéos de recettes de cuisine en ligne ? -Racontez-moi l’une de vos expériences culinaires en ligne? -Que pensez-vous des vidéos culinaires proposées par les chaînes de magasins? -Pour quelles raisons êtes-vous inspiré par les vidéos culinaires en ligne ou celles proposées dans le magasin? Discussion spécifique A présent concentrons-nous plus précisément sur notre question de recherche et donc sur les bénéfices des vidéos culinaires en ligne. -Avez-vous une préférence pour les vidéos en ligne ou pour les livres de recettes ? Expliquez-nous les avantages et inconvénients que vous retirez de chacune des deux méthodes. -Pourquoi avez-vous décidez de regarder les vidéos de recettes de cuisine en ligne ? -Selon vous, expliquez-moi ce qui fait une bonne vidéo? Quels sont les aspects que vous retenez des vidéos? Quels aspects pouvez-vous reprocher? Quels aspects pouvez-vous améliorer? -Selon vous, que recherchez-vous dans les vidéos culinaires? Quelles sont les caractéristiques? -Quelle est votre réaction par rapport à la marque lorsque la vidéo est de bonne qualité ? Et au contraire quelle est votre réaction envers une marque lorsque la vidéo est de mauvaise qualité ? -Quel(s) est/sont le(s) supports que vous préférez utiliser pour vos vidéos culinaires ? Et pourquoi ? -Que peut-on faire pour améliorer les vidéos culinaires en ligne d’après vous?
  19. 19. 19 -Êtes-vous satisfait(e) de ces vidéos culinaires? Que voudriez-vous apporter en plus à ces vidéos? -Recommanderiez-vous ces vidéos à des amis? Pourquoi? -Que pensez-vous des marques qui proposent des vidéos en ligne? Quelle image avez-vous de ces marques? -Qu’est-ce qui vous pousserait à acheter les livres de recettes lié à ce type de vidéos ? -Pour réaliser les recettes quels produits achetez-vous? -Où achetez-vous vos produits habituellement ? Pourquoi ? -Si vous deviez citer un mot pour caractériser votre chaîne de magasin habituel, lequel serait-il ? -Quel est le critère principal pour sélectionner les aliments que vous achetez et consommez ? -Qu’est-ce qui vous pousserait ou vous pousse déjà à acheter les produits que la marque propose ? -Si on vous demandait d’inventer une méthode pour transmettre au mieux des recettes culinaires, quelle méthode choisiriez-vous ? Questions de relance: -Comment caractériseriez-vous une vidéo “accessible”? -Comment une vidéo peut-elle être attractive? -Quelles caractéristiques trouvez-vous le plus approprié pour qu’une vidéo soit la plus concise possible? Pouvez-vous m’expliquez ce que vous avez fait face à une vidéo qui n’était pas claire? -Quel rôle joue la faisabilité de la recette dans vos choix ? -Par quels moyens conseillez-vous ces vidéos aux autres ? (Si l’interviewé n’en parle pas : que pensez-vous du bouche à oreille ? Qu’est-ce qui vous motiverais à en parler à d’autres ? Clôture de la discussion Notre entretien touche à présent à sa fin. Voyez-vous d’autres points que nous n’aurions pas encore eu l’occasion d’aborder ? Avez-vous des questions quant à notre travail ? Souhaiteriez-vous un retour ? Nous vous recontacterons en cas de besoin. Merci pour votre accueil et votre collaboration. Annexe 2 : Interviews Retranscription écrite des interviews sur la clé USB.
  20. 20. 20 Annexe 3 : Matrice

×