SlideShare une entreprise Scribd logo
Page 1 sur 7
Etude de cas : Détermination de la
puissance de la chaudière d’un
bâtiment de 42 logements
Dossier suivi par Benoît Maraval, BET Adret (la Seyne-sur-Mer, Var), et Hervé Sébastia,
Responsable de prescription chez Atlantic Guillot.
Dans cet étude de cas, l’objectif est de calculer la puissance de la chaudière d’un
bâtiment neuf construit à Nîmes en zone climatique H3 par simulation thermique
dynamique. Un dossier suivi par Benoît Maraval, chargé d'affaires HQE au bureau
d’études ADRET (La Seyne-sur-Mer, Var), et Hervé Sébastia, responsable de
prescription chez Atlantic Guillot.
Descriptif du bâtiment
• 42 logements, dont 13 T2, 11 T3, 14 T4 et 4 T5
• Surface hors œuvre net selon la réglementation thermique (Shon RT) : 3 321 m²
• Surface habitable (Shab) : 2 883 m²
Zoom sur l’isolement du bâtiment
• Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance
thermique R ≥ 4,2 W/m
• Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw
1,6 W/m².K et un coefficient de performance du couple « fenêtre e
W/m².K
• Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm
d'un coefficient R > 3.1 W/ m².K
• Les dalles des toitures
20 cm d'épaisseur d'un R
1. Déterminer la puissance de chauffage
En premier lieu, les concepteurs définissent la surpuissance de la
relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule :
Surpuissance à la relance (W)
Le calcul est réalisé selon les critères de facteur de relance suivants :
Tableau
La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de
chauffage de 90 kW déterminée pour un tel bâtim
étanchéité à l'air moyenne avec des joints normaux, équipée d'une
donc complété de 20 à 80 % de puiss
donc sur les modalités de prise en compte des abaissements de nuit.
Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de
chauffage d'une journée est programmée afin d'obse
subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de
Zoom sur l’isolement du bâtiment
Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance
4,2 W/m².K
Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw
1,6 W/m².K et un coefficient de performance du couple « fenêtre et volet », Ujn
Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm
d'un coefficient R > 3.1 W/ m².K
Les dalles des toitures-terrasses sont isolées par des panneaux de polyuréthane de
20 cm d'épaisseur d'un R ≥ 8. 3 W/m².K
Déterminer la puissance de chauffage
En premier lieu, les concepteurs définissent la surpuissance de la chaufferie
relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule :
Surpuissance à la relance (W) = facteur de relance (Frh, en W/m²) x Shab
Le calcul est réalisé selon les critères de facteur de relance suivants :
Tableau 1 : Puissance chaudière - Facteur de relance
La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de
chauffage de 90 kW déterminée pour un tel bâtiment dans ce site (modérément abrité, d'une
étanchéité à l'air moyenne avec des joints normaux, équipée d'une VMC Hygro B) serait
donc complété de 20 à 80 % de puissance supplémentaire. Les concepteurs s'interrogeront
donc sur les modalités de prise en compte des abaissements de nuit.
Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de
chauffage d'une journée est programmée afin d'observer la chute de température intérieure
subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de
Page 2 sur 7
Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance
Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw ≤
t volet », Ujn ≤ 1,41
Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm
terrasses sont isolées par des panneaux de polyuréthane de
chaufferie collective à la
relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule :
= facteur de relance (Frh, en W/m²) x Shab
La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de
ent dans ce site (modérément abrité, d'une
Hygro B) serait
ance supplémentaire. Les concepteurs s'interrogeront
Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de
rver la chute de température intérieure
subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de
Page 3 sur 7
2°C sur les 24 heures étudiées. Pour les thermicien s, un abaissement de moins de 2 à 4°C
mérite une prise en compte toute retenue de la surpuissance à la relance.
2. Déterminer la puissance ECS
D'autre part, les concepteurs étudient le dimensionnement de la chaufferie pour répondre
aussi aux besoins d'ECS. En l’occurrence, l'outil retenu pour cet exercice est celui de la
méthode Qualitel. Cette feuille de calcul livre diverses options, notamment le choix entre une
hypothèse standard et la réponse aux règles Qualitel.
• Dans le premier cas, avec une solution semi-instantanée/accumulée, produire 1 000 l
d'eau à 60°C à partir d'une eau froide à 10°C suppo se une puissance de 53 kW.
• Dans le second cas, cette même production réclame 101 kW, soit une puissance à
l'échangeur du ballon de 114 kW.
3. Déterminer la puissance chauffage + ECS
Sur ces bases, comment déterminer la puissance de la chaudière ?
• D’après le calcul des déperditions (selon les normes NF EN 12381 et NF EN P52-
612/CN), le besoin de chauffage, sans abaissement de température nocturne serait
de 90, voire 112 kW en acceptant une majoration de 25 % pour compenser des
défauts de performances du bâti et la baisse de rendement pendant la durée de vie
de la chaudière. Avec la prise en compte d'un abaissement de 2 K et une relance de
la température en 4 heures – hypothèse de surpuissance à la relance la plus
favorable – la puissance de la chaudière serait d'au moins 107 kW, voire de 134 kW
pour compenser les dérives décrites plus haut.
• Quant au dimensionnement pour l'ECS, on retiendra plutôt une puissance de 101
kW pour une puissance à l'échangeur de 114 kW.
La sélection finale n'accepte pas une sous-puissance. De même, un équipement surpuissant
sera handicapé d'un surcoût ; techniquement, il augmentera les cycles marche/arrêt du
brûleur.
4. Choisir la puissance de la chaudière
Pour déterminer la puissance de la chaudière double service à installer, les concepteurs
sélectionneront successivement la puissance maximale de la chaudière, puis la puissance
minimale.
1. Optimisation de l’équipement de puissance maximale
En se fondant sur les données du paragraphe précédent, les concepteurs calculeront la
puissance totale maximale de la chaudière de cette résidence de la manière suivante :
Totale = Pchaudière + Péchangeur ballon ECS = 134 kW + 114 kW = 248 kW
Page 4 sur 7
Attention : ne pas porter dans cette formule la puissance nécessaire pour la production d'eau
chaude sanitaire – 101 kW – mais celle de la puissance de l'échangeur du préparateur
d'ECS !
Deux chaudières seront installées – pour des raisons de continuité de service et de gestion
de fonctionnement optimal en cascade –, et leur puissance sera établie avec un coefficient
de sécurité à 75 % des besoins :
Pchaudières = 0,75 × 248 + 0,75 × 248 = 186 + 186 = 372 kW minimum
La sélection de deux chaudières à condensation dans le catalogue d'un fournisseur oriente
vers des modèles de 219 kW, soit une puissance totale installée de 438 kW.
2. Optimisation de l’équipement de puissance minimale
Sur la base de la détermination de la puissance de la chaufferie double service, les
concepteurs calculeront la puissance minimale de la chaudière de la manière suivante :
Ptotale = Pmax entre chauffage et ECS = 90 X 1,25 = 112 kW
Avantage de cette solution : elle ne prend pas en compte le dimensionnement de l'eau
chaude sanitaire selon la feuille de calcul Qualitel. Rappelons qu'il conduit à produire 1 000 l
d'eau avec 101 kW au lieu de 53 kW !
Deux chaudières seront installées, sans application de coefficient de sécurité, mais avec une
cascade pour une optimisation du service :
Pchaudières = 0,5 X 112 + 0,5 X 112 = 56 + 56 = 112 kW minimum
Dans ce cas de figure, en cas de panne de l'un des générateurs, une chaudière assure 80 %
des besoins de chauffage, ainsi que la totalité des besoins d'ECS standard (53 kW, selon
l'outil de calcul Qualitel). À noter aussi que les deux chaudières assurent, même avec cette
installation « minimaliste », la totalité des besoins d'ECS seuls, selon la préconisation
Qualitel.
La sélection de deux chaudières à condensation dans le catalogue d'un fournisseur oriente
vers des modèles de 60 kW, soit une puissance totale installée de 120 kW.
Le bilan de cette approche décrit un cas extrême maximal avec 2 générateurs de 219
kW – soit 438 kW de puissance installée – et un cas extrême minimal avec deux
chaudières de 60 kW – soit 120 kW installés. La question à laquelle les ingénieurs doivent
répondre maintenant est : comment estimer les besoins de chauffage et d'eau chaude
sanitaire maximaux au pas horaire ? La réponse nécessite le recours à la simulation
dynamique.
Page 5 sur 7
5. Déterminer la puissance de chaudières sur Simulation thermique
dynamique
Cette dernière phase demande de prendre en compte :
• d'une part, des besoins de chauffage réalistes
• d'autre part, une prise en compte des scénarii de confort choisis par le maître
d'ouvrage
Chauffage
L'approche réaliste des besoins de chauffage se base sur des hypothèses libres telles que
des données météorologiques au pas de temps horaire sur un an, une consigne calée à 20
°C (supérieure aux 19 °C réglementaires), à une pri se en compte des apports internes
(occupation, dégagements de chaleur, ventilation…) sur un mode statistique (classiquement,
début d'activité vers 7h le matin, retour à 12h et de 18h30 à 23h) et l'ouverture des fenêtres.
Eau chaude sanitaire
L'intégration des appels de puissance pour la production d'ECS s'effectue au pas horaire et
selon deux scénarii :
• un dimensionnement standard à 25 l par occupant et par jour à 60 °C, soit 3 420 l/j
• un dimensionnement double à 50 l par occupant et par jour à 60 °C, soit 6 840 l/j
À noter que le dimensionnement retenu dans la RT 2012 est de 23 litres par personne et par
jour à 60 °C, soit 3 160 l/j.
S'ajoutent à ces hypothèses la prise en compte des pertes de bouclage, soit 4 kW/an en
moyenne.
Page 6 sur 7
Ce calcul est traduit par les monotones ci-après et renseignent sur les points suivants :
Page 7 sur 7
A noter
• Une seule chaudière de 60 kW est capable d'assurer 95 % des besoins de chauffage
annuels
• Les deux chaudières de 60 kW couvrent la totalité des besoins de chauffage et d'ECS pour
un dimensionnement standard
• La couverture les besoins de chauffage et d'ECS selon le cahier des charges Qualitel
demande de passer à un équipement de seulement 135 kW
• La configuration avec deux chaudières de 219 kW est nettement surdimensionnée : les
besoins du bâtiment sont en deçà de 20 % de la puissance d'une seule chaudière durant 72
% du de la durée de la saison de chauffage. De même, la fourniture de chauffage et d'ECS
est assurée avec un cinquième de la puissance durant deux tiers de l'année…
• La chaufferie dotée des générateurs de 60 kW permet de mieux exploiter la modulation du
brûleur et, en particulier, d'atteindre leur seuil minimal de 12 %
Conclusion
Le dimensionnement maximal avec deux chaudières de 219 kW ne peut qu’offrir une
satisfaction à court terme aux chaudiéristes ! Mais le choix pour une chaufferie avec deux
unités de 60 kW assure au maître d'ouvrage une économie financière de 18 000 € par
chaudière. Ce à quoi il faut ajouter l'investissement pour des équipements d'évacuation des
fumées, d'hydraulique primaire… Soit un gain de l'ordre de 500 € par logement.

Contenu connexe

Tendances

Calcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublicCalcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublicIlyas Assadiki
 
optimisation cours.pdf
optimisation cours.pdfoptimisation cours.pdf
optimisation cours.pdfMouloudi1
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEmarouan barssa
 
Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger ChennoufHalim
 
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)Soumia Elyakote HERMA
 
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSS
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSSProgrammation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSS
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSSECAM Brussels Engineering School
 
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie Moustapha Mahamat Hissein
 
Presentation PPT (1).pptx
Presentation PPT (1).pptxPresentation PPT (1).pptx
Presentation PPT (1).pptxMohamed854100
 
Moteurs thermiques alternatifs
Moteurs thermiques alternatifsMoteurs thermiques alternatifs
Moteurs thermiques alternatifszinoha
 
Présentation sur le groupe électrogène.pptx
Présentation sur le groupe électrogène.pptxPrésentation sur le groupe électrogène.pptx
Présentation sur le groupe électrogène.pptxrdsngqbjgdhf
 
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projets
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projetsExemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projets
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projetsPARIS
 
Projet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureProjet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureArnaud CHIGBLO
 
9 coût de_défaillance
9 coût de_défaillance9 coût de_défaillance
9 coût de_défaillanceWafa Khmira
 

Tendances (20)

Calcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublicCalcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublic
 
Les chaudieres
Les chaudieresLes chaudieres
Les chaudieres
 
optimisation cours.pdf
optimisation cours.pdfoptimisation cours.pdf
optimisation cours.pdf
 
Présentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFEPrésentation soutenance du PFE
Présentation soutenance du PFE
 
Rapport Knani
Rapport KnaniRapport Knani
Rapport Knani
 
Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger Transfer de chaleur exercice corriger
Transfer de chaleur exercice corriger
 
Groupe electrogene
Groupe electrogeneGroupe electrogene
Groupe electrogene
 
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)
Exposé réseaux des neurones (NN) - (RN)
 
Audit Energétique
Audit EnergétiqueAudit Energétique
Audit Energétique
 
States machines (1)
States machines (1)States machines (1)
States machines (1)
 
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSS
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSSProgrammation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSS
Programmation de systèmes embarqués : Systèmes temps réel et PRUSS
 
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
Mémoire powerpoint de MOUSTAPHA Mahamat Hissein à 2ie
 
Presentation PPT (1).pptx
Presentation PPT (1).pptxPresentation PPT (1).pptx
Presentation PPT (1).pptx
 
Moteurs thermiques alternatifs
Moteurs thermiques alternatifsMoteurs thermiques alternatifs
Moteurs thermiques alternatifs
 
Présentation sur le groupe électrogène.pptx
Présentation sur le groupe électrogène.pptxPrésentation sur le groupe électrogène.pptx
Présentation sur le groupe électrogène.pptx
 
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projets
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projetsExemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projets
Exemple du photovoltaique : Etapes-clefs pour realiser les projets
 
Elements fini
Elements finiElements fini
Elements fini
 
Projet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureProjet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de température
 
9 coût de_défaillance
9 coût de_défaillance9 coût de_défaillance
9 coût de_défaillance
 
Presentation pv
Presentation pvPresentation pv
Presentation pv
 

Similaire à Etude de cas : Déterminer la puissance d'une chaudière d'un bâtiment de 42 logements

Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Gimélec
 
Document sur le chauffage et fluides.pdf
Document sur le chauffage et fluides.pdfDocument sur le chauffage et fluides.pdf
Document sur le chauffage et fluides.pdfjcvignoud
 
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...swissolar-romandie
 
ERFA 2015: Présentation de Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...
ERFA 2015: Présentation de  Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...ERFA 2015: Présentation de  Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...
ERFA 2015: Présentation de Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...swissolar-romande
 
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015Pôle Réseaux de Chaleur - Cerema
 
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptz
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptzCategorie de travaux eligibles à l'eco-ptz
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptzLudovic Clerima
 
Ideal standart creatis 3 doc commerciale
Ideal standart creatis 3 doc commercialeIdeal standart creatis 3 doc commerciale
Ideal standart creatis 3 doc commercialee-genieclimatique
 
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaire
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaireAfpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaire
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaireSVigliandi
 
110509 ibam chauffage
110509 ibam chauffage110509 ibam chauffage
110509 ibam chauffagemaithassou
 
dimensionnement pv - Energies Renouvelables
dimensionnement pv - Energies Renouvelablesdimensionnement pv - Energies Renouvelables
dimensionnement pv - Energies RenouvelablesMounsif Merrouni
 
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...Paris Region Lab
 
regulation thermique LOCALe
regulation thermique LOCALeregulation thermique LOCALe
regulation thermique LOCALesarah Benmerzouk
 
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...Pôle Réseaux de Chaleur - Cerema
 
Geoaerothermia présenatation projet 2
Geoaerothermia présenatation projet 2Geoaerothermia présenatation projet 2
Geoaerothermia présenatation projet 2LyceeGtillion
 
Vitopend 100 w-whkb
Vitopend 100 w-whkbVitopend 100 w-whkb
Vitopend 100 w-whkbCoolio666
 
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillot
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillotModulo control-doc-commerciale-atlantic-guillot
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillote-genieclimatique
 
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsable
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsableLUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsable
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsableLUXEMBOURG CREATIVE
 
Projet REER1006 Fin études
Projet REER1006 Fin étudesProjet REER1006 Fin études
Projet REER1006 Fin étudesGauthier Luna
 

Similaire à Etude de cas : Déterminer la puissance d'une chaudière d'un bâtiment de 42 logements (20)

Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011Tablomag n°5 10/2011
Tablomag n°5 10/2011
 
Document sur le chauffage et fluides.pdf
Document sur le chauffage et fluides.pdfDocument sur le chauffage et fluides.pdf
Document sur le chauffage et fluides.pdf
 
Techniques d'optimisation des réseaux de chaleur
Techniques d'optimisation des réseaux de chaleurTechniques d'optimisation des réseaux de chaleur
Techniques d'optimisation des réseaux de chaleur
 
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...
Le duo parfait entre cogénération et photovoltaïque pour une autonomie maxima...
 
ERFA 2015: Présentation de Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...
ERFA 2015: Présentation de  Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...ERFA 2015: Présentation de  Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...
ERFA 2015: Présentation de Heinz Eichenberger, Directeur, CoGen Sàrl et Pasc...
 
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015
Formation Réseaux de chaleur Séquence 3 - CVRH de Nantes - Décembre 2015
 
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptz
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptzCategorie de travaux eligibles à l'eco-ptz
Categorie de travaux eligibles à l'eco-ptz
 
Ideal standart creatis 3 doc commerciale
Ideal standart creatis 3 doc commercialeIdeal standart creatis 3 doc commerciale
Ideal standart creatis 3 doc commerciale
 
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaire
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaireAfpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaire
Afpac recueil realisations_exemplaires_de_pompes_a_chaleur_dans_le_tertiaire
 
110509 ibam chauffage
110509 ibam chauffage110509 ibam chauffage
110509 ibam chauffage
 
dimensionnement pv - Energies Renouvelables
dimensionnement pv - Energies Renouvelablesdimensionnement pv - Energies Renouvelables
dimensionnement pv - Energies Renouvelables
 
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...
Efficacité Energétique 2e édition - Chauffage, réseau de chaleur et rafraichi...
 
regulation thermique LOCALe
regulation thermique LOCALeregulation thermique LOCALe
regulation thermique LOCALe
 
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...
Assises des EnR en milieu urbain 2012 - Réhabilitation de la Maison de Radio ...
 
Geoaerothermia présenatation projet 2
Geoaerothermia présenatation projet 2Geoaerothermia présenatation projet 2
Geoaerothermia présenatation projet 2
 
Vitopend 100 w-whkb
Vitopend 100 w-whkbVitopend 100 w-whkb
Vitopend 100 w-whkb
 
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillot
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillotModulo control-doc-commerciale-atlantic-guillot
Modulo control-doc-commerciale-atlantic-guillot
 
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsable
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsableLUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsable
LUXEMBOURG CREATIVE 2015 2/2 : Vers une production d'énergie plus responsable
 
JTC 2024 Bâtiment et Photovoltaïque.pdf
JTC 2024  Bâtiment et Photovoltaïque.pdfJTC 2024  Bâtiment et Photovoltaïque.pdf
JTC 2024 Bâtiment et Photovoltaïque.pdf
 
Projet REER1006 Fin études
Projet REER1006 Fin étudesProjet REER1006 Fin études
Projet REER1006 Fin études
 

Etude de cas : Déterminer la puissance d'une chaudière d'un bâtiment de 42 logements

  • 1. Page 1 sur 7 Etude de cas : Détermination de la puissance de la chaudière d’un bâtiment de 42 logements Dossier suivi par Benoît Maraval, BET Adret (la Seyne-sur-Mer, Var), et Hervé Sébastia, Responsable de prescription chez Atlantic Guillot. Dans cet étude de cas, l’objectif est de calculer la puissance de la chaudière d’un bâtiment neuf construit à Nîmes en zone climatique H3 par simulation thermique dynamique. Un dossier suivi par Benoît Maraval, chargé d'affaires HQE au bureau d’études ADRET (La Seyne-sur-Mer, Var), et Hervé Sébastia, responsable de prescription chez Atlantic Guillot. Descriptif du bâtiment • 42 logements, dont 13 T2, 11 T3, 14 T4 et 4 T5 • Surface hors œuvre net selon la réglementation thermique (Shon RT) : 3 321 m² • Surface habitable (Shab) : 2 883 m²
  • 2. Zoom sur l’isolement du bâtiment • Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance thermique R ≥ 4,2 W/m • Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw 1,6 W/m².K et un coefficient de performance du couple « fenêtre e W/m².K • Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm d'un coefficient R > 3.1 W/ m².K • Les dalles des toitures 20 cm d'épaisseur d'un R 1. Déterminer la puissance de chauffage En premier lieu, les concepteurs définissent la surpuissance de la relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule : Surpuissance à la relance (W) Le calcul est réalisé selon les critères de facteur de relance suivants : Tableau La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de chauffage de 90 kW déterminée pour un tel bâtim étanchéité à l'air moyenne avec des joints normaux, équipée d'une donc complété de 20 à 80 % de puiss donc sur les modalités de prise en compte des abaissements de nuit. Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de chauffage d'une journée est programmée afin d'obse subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de Zoom sur l’isolement du bâtiment Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance 4,2 W/m².K Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw 1,6 W/m².K et un coefficient de performance du couple « fenêtre et volet », Ujn Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm d'un coefficient R > 3.1 W/ m².K Les dalles des toitures-terrasses sont isolées par des panneaux de polyuréthane de 20 cm d'épaisseur d'un R ≥ 8. 3 W/m².K Déterminer la puissance de chauffage En premier lieu, les concepteurs définissent la surpuissance de la chaufferie relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule : Surpuissance à la relance (W) = facteur de relance (Frh, en W/m²) x Shab Le calcul est réalisé selon les critères de facteur de relance suivants : Tableau 1 : Puissance chaudière - Facteur de relance La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de chauffage de 90 kW déterminée pour un tel bâtiment dans ce site (modérément abrité, d'une étanchéité à l'air moyenne avec des joints normaux, équipée d'une VMC Hygro B) serait donc complété de 20 à 80 % de puissance supplémentaire. Les concepteurs s'interrogeront donc sur les modalités de prise en compte des abaissements de nuit. Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de chauffage d'une journée est programmée afin d'observer la chute de température intérieure subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de Page 2 sur 7 Des murs en béton isolés par l'extérieur par 16 cm de polystyrène d'une résistance Les menuiseries extérieures affichent un coefficient de déperdition thermique Uw ≤ t volet », Ujn ≤ 1,41 Les planchers sur parking sont isolés par un isolant projeté d'une épaisseur de 15 cm terrasses sont isolées par des panneaux de polyuréthane de chaufferie collective à la relance après le ralenti nocturne. Son calcul s'établit selon la formule : = facteur de relance (Frh, en W/m²) x Shab La surpuissance à la relance peut ainsi être établie de 17,3 kW à 72 kW. Le générateur de ent dans ce site (modérément abrité, d'une Hygro B) serait ance supplémentaire. Les concepteurs s'interrogeront Une simulation dynamique du projet permet de répondre à cette question. Un arrêt de rver la chute de température intérieure subie : elle atteint 0,7 °C sur la période nocturne de 8 heures, et elle est d'un maximum de
  • 3. Page 3 sur 7 2°C sur les 24 heures étudiées. Pour les thermicien s, un abaissement de moins de 2 à 4°C mérite une prise en compte toute retenue de la surpuissance à la relance. 2. Déterminer la puissance ECS D'autre part, les concepteurs étudient le dimensionnement de la chaufferie pour répondre aussi aux besoins d'ECS. En l’occurrence, l'outil retenu pour cet exercice est celui de la méthode Qualitel. Cette feuille de calcul livre diverses options, notamment le choix entre une hypothèse standard et la réponse aux règles Qualitel. • Dans le premier cas, avec une solution semi-instantanée/accumulée, produire 1 000 l d'eau à 60°C à partir d'une eau froide à 10°C suppo se une puissance de 53 kW. • Dans le second cas, cette même production réclame 101 kW, soit une puissance à l'échangeur du ballon de 114 kW. 3. Déterminer la puissance chauffage + ECS Sur ces bases, comment déterminer la puissance de la chaudière ? • D’après le calcul des déperditions (selon les normes NF EN 12381 et NF EN P52- 612/CN), le besoin de chauffage, sans abaissement de température nocturne serait de 90, voire 112 kW en acceptant une majoration de 25 % pour compenser des défauts de performances du bâti et la baisse de rendement pendant la durée de vie de la chaudière. Avec la prise en compte d'un abaissement de 2 K et une relance de la température en 4 heures – hypothèse de surpuissance à la relance la plus favorable – la puissance de la chaudière serait d'au moins 107 kW, voire de 134 kW pour compenser les dérives décrites plus haut. • Quant au dimensionnement pour l'ECS, on retiendra plutôt une puissance de 101 kW pour une puissance à l'échangeur de 114 kW. La sélection finale n'accepte pas une sous-puissance. De même, un équipement surpuissant sera handicapé d'un surcoût ; techniquement, il augmentera les cycles marche/arrêt du brûleur. 4. Choisir la puissance de la chaudière Pour déterminer la puissance de la chaudière double service à installer, les concepteurs sélectionneront successivement la puissance maximale de la chaudière, puis la puissance minimale. 1. Optimisation de l’équipement de puissance maximale En se fondant sur les données du paragraphe précédent, les concepteurs calculeront la puissance totale maximale de la chaudière de cette résidence de la manière suivante : Totale = Pchaudière + Péchangeur ballon ECS = 134 kW + 114 kW = 248 kW
  • 4. Page 4 sur 7 Attention : ne pas porter dans cette formule la puissance nécessaire pour la production d'eau chaude sanitaire – 101 kW – mais celle de la puissance de l'échangeur du préparateur d'ECS ! Deux chaudières seront installées – pour des raisons de continuité de service et de gestion de fonctionnement optimal en cascade –, et leur puissance sera établie avec un coefficient de sécurité à 75 % des besoins : Pchaudières = 0,75 × 248 + 0,75 × 248 = 186 + 186 = 372 kW minimum La sélection de deux chaudières à condensation dans le catalogue d'un fournisseur oriente vers des modèles de 219 kW, soit une puissance totale installée de 438 kW. 2. Optimisation de l’équipement de puissance minimale Sur la base de la détermination de la puissance de la chaufferie double service, les concepteurs calculeront la puissance minimale de la chaudière de la manière suivante : Ptotale = Pmax entre chauffage et ECS = 90 X 1,25 = 112 kW Avantage de cette solution : elle ne prend pas en compte le dimensionnement de l'eau chaude sanitaire selon la feuille de calcul Qualitel. Rappelons qu'il conduit à produire 1 000 l d'eau avec 101 kW au lieu de 53 kW ! Deux chaudières seront installées, sans application de coefficient de sécurité, mais avec une cascade pour une optimisation du service : Pchaudières = 0,5 X 112 + 0,5 X 112 = 56 + 56 = 112 kW minimum Dans ce cas de figure, en cas de panne de l'un des générateurs, une chaudière assure 80 % des besoins de chauffage, ainsi que la totalité des besoins d'ECS standard (53 kW, selon l'outil de calcul Qualitel). À noter aussi que les deux chaudières assurent, même avec cette installation « minimaliste », la totalité des besoins d'ECS seuls, selon la préconisation Qualitel. La sélection de deux chaudières à condensation dans le catalogue d'un fournisseur oriente vers des modèles de 60 kW, soit une puissance totale installée de 120 kW. Le bilan de cette approche décrit un cas extrême maximal avec 2 générateurs de 219 kW – soit 438 kW de puissance installée – et un cas extrême minimal avec deux chaudières de 60 kW – soit 120 kW installés. La question à laquelle les ingénieurs doivent répondre maintenant est : comment estimer les besoins de chauffage et d'eau chaude sanitaire maximaux au pas horaire ? La réponse nécessite le recours à la simulation dynamique.
  • 5. Page 5 sur 7 5. Déterminer la puissance de chaudières sur Simulation thermique dynamique Cette dernière phase demande de prendre en compte : • d'une part, des besoins de chauffage réalistes • d'autre part, une prise en compte des scénarii de confort choisis par le maître d'ouvrage Chauffage L'approche réaliste des besoins de chauffage se base sur des hypothèses libres telles que des données météorologiques au pas de temps horaire sur un an, une consigne calée à 20 °C (supérieure aux 19 °C réglementaires), à une pri se en compte des apports internes (occupation, dégagements de chaleur, ventilation…) sur un mode statistique (classiquement, début d'activité vers 7h le matin, retour à 12h et de 18h30 à 23h) et l'ouverture des fenêtres. Eau chaude sanitaire L'intégration des appels de puissance pour la production d'ECS s'effectue au pas horaire et selon deux scénarii : • un dimensionnement standard à 25 l par occupant et par jour à 60 °C, soit 3 420 l/j • un dimensionnement double à 50 l par occupant et par jour à 60 °C, soit 6 840 l/j À noter que le dimensionnement retenu dans la RT 2012 est de 23 litres par personne et par jour à 60 °C, soit 3 160 l/j. S'ajoutent à ces hypothèses la prise en compte des pertes de bouclage, soit 4 kW/an en moyenne.
  • 6. Page 6 sur 7 Ce calcul est traduit par les monotones ci-après et renseignent sur les points suivants :
  • 7. Page 7 sur 7 A noter • Une seule chaudière de 60 kW est capable d'assurer 95 % des besoins de chauffage annuels • Les deux chaudières de 60 kW couvrent la totalité des besoins de chauffage et d'ECS pour un dimensionnement standard • La couverture les besoins de chauffage et d'ECS selon le cahier des charges Qualitel demande de passer à un équipement de seulement 135 kW • La configuration avec deux chaudières de 219 kW est nettement surdimensionnée : les besoins du bâtiment sont en deçà de 20 % de la puissance d'une seule chaudière durant 72 % du de la durée de la saison de chauffage. De même, la fourniture de chauffage et d'ECS est assurée avec un cinquième de la puissance durant deux tiers de l'année… • La chaufferie dotée des générateurs de 60 kW permet de mieux exploiter la modulation du brûleur et, en particulier, d'atteindre leur seuil minimal de 12 % Conclusion Le dimensionnement maximal avec deux chaudières de 219 kW ne peut qu’offrir une satisfaction à court terme aux chaudiéristes ! Mais le choix pour une chaufferie avec deux unités de 60 kW assure au maître d'ouvrage une économie financière de 18 000 € par chaudière. Ce à quoi il faut ajouter l'investissement pour des équipements d'évacuation des fumées, d'hydraulique primaire… Soit un gain de l'ordre de 500 € par logement.