Effectué chez Ah!Production
pour l’émission diffusée sur NT1 :
RAPPORT DE STAGE
Stage du première année d’une durée de 2 m...
SOMMAIRE
• CV ACTUALISÉ………………………… PAGE 2
• INTRODUCTION………………………… PAGE 3
• PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE…………… PAGE 6
• DESC...
Chanelle Buissart
COMPÉTENCES LINGUISTIQUES
Français :
Anglais :
Espagnol :
INFORMATIQUE
INTÉRÊTS
Cinéma, séries, yoga, co...
INTRODUCTION
1. Mes expériences passées
Ce stage de deux mois est ma toute première expérience au sein d’une
entreprise da...
tâches à effectuer étaient entre autre l’accueil téléphonique, le classement et
le rangement. Cela m’a permis d’acquérir r...
3. Mon objectif professionnel
Comme je l’ai mentionné auparavant, mon objectif professionnel est de
travailler dans la com...
1. Présentation de l’entreprise
A. Cartographie de l’entreprise
• Taille : petite structure indépendante
n’appartenant pas...
2. Description et analyse des missions effectuées
MISSION PRINCIPALE : LE DERUSHAGE
Qu’est ce que le dérush, connu aussi s...
ENJEUX
Le derushage est un travail méticuleux qui est à la
fois personnel et collectif. Il faut savoir être
rigoureux dans...
MÉTHODE ET MOYENS
UTILISÉS
La méthode et les moyens de dérusher
sont différents pour chaque dérusheur, en
fonction de ses ...
Le dérushage n’est pas une tâche
compliquée à effectuer part la
répétition de l’exercice, mais elle
nécessite tout de même...
3. Bilan du stage
Réflexion autour du
secteur d’activité :
Le secteur de l’audiovisuel est un milieu
tout nouveau pour moi,...
j’observe qu’il garde tout de même la tête
haute, avec pleins de personnes motivées
(du moins chez Ah!Production)
Ah!Produ...
INTERVIEW
Voici l’interview de Constance DÉ MEDINA, intermittente du spectacle
dans l’audiovisuelle et actuellement chef d...
débouché sur la télé-
réalité. Finalement, j’ai
d’abord travailler dans la
télé pour me dire, ben je
vais travailler dans ...
: Ben dans la globalité
c’est compliqué, parce
que y’a toujours des
problèmes mais comme tu
les résous au fur et à
mesure…...
Et du coup, après ces
mois
de montages, l’émission
sera diffusée quand,
approximativement ?
: Alors ça, nous, on le sait
p...
CONCLUSION
Ce stage a été, dans l’ensemble, une réussite mais aussi une
incroyable chance. Il m’a permis de me découvrir d...
autour de moi. Cela m’a donc permis de comprendre que, si je veux évoluer
dans un milieu similaire à celui-ci, il faudrait...
j’estime, du moins j’espère, avoir répondu aux exigences de l’entreprise, en
réalisant des dérushs rapidement, dans la lim...
Je tenais à remercier :
•Rossella Gagllio, pour l’aide apportée durant
la recherche de stage ainsi que l’EFAP
•Ah!Producti...
ANNEXES
21/28
L’équipe de stagiaire, à gauche dans l’ordre, les dérusheurs, Marie-Sophie,
Morgane et Thomas, qui sont du matin (7h-14h e...
Voici le matériel utilisé par les monteurs en post-production. Ils ont souvent
trois écrans, un moniteurs, une sono de bon...
Exemple de page d’une interview dérushée (je ne peux pas en fournir une
vraie) :
J23 - JENNYFER
Journaliste : Didou
Chanel...
Trombinoscopes des candidats de l’émissions ainsi que leurs problématiques
amoureuses :
25/28
Les invités dans la Villa (Alexia et Vivian ne viendront jamais) :
26/28
Roulements lorsque certains candidats quittent l’émission :
27/28
Page d’accueil du site web :
28/28
Rapport de stage
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport de stage

440 vues

Publié le

Voici mon rapport de stage rédigé lors des deux mois de stage effectué en tant que dérusheuse chez Ah!Production à Atlantis Télévision

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Rapport de stage

  1. 1. Effectué chez Ah!Production pour l’émission diffusée sur NT1 : RAPPORT DE STAGE Stage du première année d’une durée de 2 mois Du 10 mai au 8 juillet 2016 Par : Chanelle BUISSART - EFAP 106
  2. 2. SOMMAIRE • CV ACTUALISÉ………………………… PAGE 2 • INTRODUCTION………………………… PAGE 3 • PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE…………… PAGE 6 • DESCRIPTION ET ANALYSE DES MISSIONS EFFECTUÉES…………………………. PAGE 7 • BILAN DU STAGE ……………………… PAGE 11 • INTERVIEW…………………………… PAGE 13 • CONCLUSION………………………… PAGE 17 • REMERCIEMENTS……………………… PAGE 20 • ANNEXES…………………………… PAGE 21
  3. 3. Chanelle Buissart COMPÉTENCES LINGUISTIQUES Français : Anglais : Espagnol : INFORMATIQUE INTÉRÊTS Cinéma, séries, yoga, course à pieds, guitare classique/folk (depuis 7 ans), musique, théâtre, arts plastiques (pastels et aquarelle), voyage … ÉTUDES ET FORMATION EFAP PARIS, école des nouveaux métiers de la communication 2015 - 2020 : 1ère année Baccalauréat Scientifique option art plastique 2015 : Mention Bien Seconde, première et terminale (section scientifique option art plastique) 2012 - 2015 : Lycée Camille Claudel (Vauréal, 95260) EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES STAGIAIRE chez AH!Production Mai 2016 - (stage en cours) - Atlantis TV Missions : Derushage, montage vidéo sur AVID, assistanat de prod pour l’émission « La villa des Coeurs Brisés » (NT1) PAUL, Boulangerie Pâtisserie en tant qu’employée polyvalente (CDI) Novembre 2015 à Avril 2016 - La Défense Missions : Accueil, vente, service en salle Assistante de secrétariat, DBI (job d’été) 2014 et 2015 - Croissy-sur-Seine Missions : Accueil téléphonique, classement, rangement STAGIAIRE, Cabinet d’avocat Frank COHEN Stage de découverte du milieu professionnel INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES Permis B (Février 2016) - Préparation du permis bateau Diplôme d’excellence : réalisation d’une courte vidéo sur la communication (Avril 2016) Bénévolat au sein du CVL (Conseil de Vie du Lycée) 2014/15) 4 rue du près aux moines, 95280 - Jouy-le-moutier chanelle.buissart@efap.com 07.70.34.62.67 18 ans
  4. 4. INTRODUCTION 1. Mes expériences passées Ce stage de deux mois est ma toute première expérience au sein d’une entreprise dans un cadre professionnalisant (si l’on ne prend pas en compte le stage de découverte effectué en troisième). Cependant, j’ai derrière moi quelques expériences professionnelles qui m’ont plongé dans le monde du travail et ont forgés en moi certaines capacités. Tout d’abord, et cela durant deux mois de juillet consécutifs, j’ai été assistante de secrétariat au sein de l’entreprise familiale DBI (entreprise dans le bâtiment qui s’occupe des travaux électriques, portails et alarmes). Les Adresse : Atlantis Télévision - 34/36 du Quai du Point du Jour - 92100 - Boulogne Billancourt Accès et trajet effectué : Ligne J de Eragny-Neuville à Saint-Lazare Ligne 9 de Saint-Augustin à Porte de Saint-Cloud 15 minutes de marche Débutons par un bref résumé concernant mon stage : j’effectue celui-ci dans la boîte de production Ah!Production en post- production en tant que stagiaire dérush pour l’émission de télé- réalité « La Villa des Coeurs Brisés ». Le dérushage est la phase nécessaire entre le tournage et le montage, facilitant la tâche des monteurs et des journalistes. 3/28
  5. 5. tâches à effectuer étaient entre autre l’accueil téléphonique, le classement et le rangement. Cela m’a permis d’acquérir rigueur, organisation mais aussi une capacité à communiquer avec un client et gérer certaines situations de crises. Ce fut un premier job extrêmement utile et professionnalisant. Ensuite, lors de ma première année d’étude à l’EFAP Paris, j’ai décidé de trouver un travail à côté des études pour subvenir à certains besoins, mais aussi pour enrichir mes expériences professionnelles. Dès lors, j’ai décroché un CDD de 20 heures, puis CDI de 15 heures dans la boulangerie-pâtisserie PAUL à la Défense, et cela durant 6 mois. En immersion totale dans le monde du travail, j’ai appris un métier et ses facettes. Dans ce métier de vente, savoir communiquer avec le client est nécessaire. 2. Pourquoi Ah!Production ? Je souhaitais, dans la limite du possible, décroché un stage en communication ayant un rapport, de plus ou moins loin, avec le cinéma, la production et l’audiovisuel. Après un entretient n’ayant pas donné suite chez Allociné, j’ai décidé de me tourner vers le site ProfilCulture. Ainsi, j’ai postulé à l’annonce dans une boîte de production assez réputée dans le milieu pour un stage en post-production. Mon but était de trouver un stage de le monde de l’audiovisuel pour mettre un premier pieds dans le milieu pour ainsi obtenir des stages plus aisément. Avoir trouvé une entreprise à taille humaine capable de produire des programmes à grande échelle est une chance et opportunité formidable pour moi. 4/28
  6. 6. 3. Mon objectif professionnel Comme je l’ai mentionné auparavant, mon objectif professionnel est de travailler dans la communication avec liens avec le cinéma. Tout est encore un peu flou, mais beaucoup de portes et de métiers peuvent s’ouvrir à moi, comme exemple attaché de presse cinéma, ou bien travailler dans le service communication d’une société de films de grande distribution, d’une boîte de production, d’une chaîne de cinéma… Je sais qu’il est bien difficile de rentrer dans ce milieu, mais ce stage me permet de mettre un premier pas dans l’audiovisuel et de créer un petit mais premier réseaux de contact. 4. Quel est l’objectif professionnel définit par l’entreprise ? L’entreprise définit un objectif professionnel simple : l’efficacité, un bon travail d’équipe et une bonne communication entre les employés et stagiaires. Une bonne organisation est aussi nécessaire, surtout en production et en post-production. C’est un environnement exigeant, mais pas pour autant oppressant. La rapidité et l’autonomie sont les maîtres mots du dérush. 5/28
  7. 7. 1. Présentation de l’entreprise A. Cartographie de l’entreprise • Taille : petite structure indépendante n’appartenant pas à un grand groupe média, composée de trois personnes en CDI, plus le gérant. Le reste des personnes composant l’entreprise ne sont que intermittents du spectacle. • Statut : S.A.R.L, créée en 2007. • Domaine : Production audiovisuelle de programme originaux, spécialisé dans le flux et le documentaire. • Partenaires : L’entreprise collabore avec de grands groupes médias concernant la diffusion de ses programmes : TF1, France 2, 3, 4, 5, TMC (Stars des années 80 et 90) NT1 (La Villa des Coeurs Brisés), D8, Guilli (Tahiti Quest)… • Chiffre d’affaire : Information non-communiquée B. Organigramme de Ah!Production (intermittents de l’émission compris) 6/28
  8. 8. 2. Description et analyse des missions effectuées MISSION PRINCIPALE : LE DERUSHAGE Qu’est ce que le dérush, connu aussi sous le nom de dérushage ? Le dérushage est la première étape du montage d’un programme audiovisuel. Il consiste à sélectionner les séquences à utiliser lors du montage, appelés rushes, et à les transférer sur la plate-forme de montage. Cela permet de sélectionner les éléments qui seront utilisés lors du montage, facilitant ainsi la tâche des monteurs. Définitions Time-code : Un time- code, ou code temporel, est une référence temporelle utilisée dans les domaines du son et de l’image, pour la synchronisation et le marquage de matériaux enregistrés. Le time- code (TC) s’exprime en heures, minutes, secondes et images. Il existe plusieurs types de dérushage selon le type et la quantité des rushes. La forme de dérushage que j’effectue est le dérushage papier. Il consiste en une transcription de toutes les paroles accompagnée des times-codes correspondants, utilisé le plus souvent en documentaire. (voir annexe en exemple) Description de la tâche : La tâche a effectuer est toujours la même. Je dois sélectionner un rush d’une interview d’un candidat au choix (par exemple Jennyfer - J12), et l’ouvrir dans le logiciel de montage AVID. En parallèle, j’ouvre un traitement de texte, ici Libre Office. Je dois ensuite, dans l’ordre, écrire la question du journaliste (qui oriente le plus souvent la réponse du candidat), que je numérote, je mets en gras et en italique, puis je place cette question sur la séquence à l’aide d’un marqueur rouge appelé locator. Je mets sur pause, je note le time-code, et ensuite je retranscris la réponse du candidat mot pour mot. Petit plus, si lors d’une interview, il y a un moment cocasse, gênant, ou drôle qui pourrait apparaître dans le bêtisier, il faut le sélectionner en ajoutant (+++) au moment précis. Locator : Petit marqueur rouge à placer dans la timeline pour noter toutes indications ou informations utiles. 7/28
  9. 9. ENJEUX Le derushage est un travail méticuleux qui est à la fois personnel et collectif. Il faut savoir être rigoureux dans son travail et respecter les codes et règles pour pas mettre en danger son travail et le travail des autres. De plus, acquérir rapidement les réflexes d’une dérusheur professionnel est nécessaire, pour une meilleure efficacité et un meilleur rendu. Savoir faire preuve d’autonomie est donc primordial. Enjeux du travail personnel : Le travail à réaliser personnellement est énorme. Les débuts étaient compliqué, je travaillais lentement et je n’utilisais pas les bonnes techniques pour aller vite, mais j’ai su rapidement m’adapter pour acquérir le plus vite possible les réflexes à avoir, comme par exemple les raccourcis clavier. Les enjeux sont ici de développer chez le stagiaire une certaine autonomie et rapidité. Tout repose sur la capacité à maîtriser plus au moins le logiciel et les traiteurs de texte. Mais plus l’on a de l’expérience dans le dérush, plus l’on est efficace. Enjeux du travail collectif : Sur le projet, nous étions 7 stagiaires en dérush et des pigistes ce sont rajoutés au fur et à mesure à notre groupe car le travail avançait lentement. Entre les équipes du matin, de l’après-midi et du soir, pour éviter tout soucis techniques, la communication est un des pilier du dérush. Il faut savoir être organisé et savoir faire passer le mot lorsqu’un dérush n’est pas terminé par exemple, au risque de s’emmêler les pinceaux et de perdre du temps. De plus, il faut savoir répondre efficacement aux requêtes de la chef de projet ou de la directrice de production pour éviter que le projet ne ralentisse à cause d’une erreur de communication Le dérushage a donc des enjeux multiples. Il faut savoir réaliser un travail personnel efficace et rapide tout en sachant travailler en groupe et respecter le travail des autres. 8/28
  10. 10. MÉTHODE ET MOYENS UTILISÉS La méthode et les moyens de dérusher sont différents pour chaque dérusheur, en fonction de ses réflexes et de son expérience, mais restent dans l’ensemble les même. Personnellement, j’écris toujours mes rush en police Arial en 16, pour que ce soit facile à lire, toujours en justifié et avec des alinéas, pour que ce soit propre. Il n’y a pas vraiment d’initiative à prendre, sachant que le travail est le même pour tout le monde. Il faut surtout savoir être autonome et efficace. De solides moyens informatiques nous permettent de travailler simultanément, en équipe et nous disposons d’une maintenance continue et de l’aide de l’assistant de production. Le logiciel AVID de montage vidéo est un logiciel assez lourd et complexe, qui est de plus disponible qu’en anglais. Il y a beaucoup d’outils, mais nous utilisons souvent les même, nous facilitant parfois la tâche (ex: fenêtre du time-code), mais il ne faut pas se tromper. Dessin réalisé par Thomas DELAPORTE, stagiaire en dérush avec moi > 9/28
  11. 11. Le dérushage n’est pas une tâche compliquée à effectuer part la répétition de l’exercice, mais elle nécessite tout de même de la rigueur et beaucoup de patiente. Cependant, certaines erreurs peuvent être conséquente sur son travail mais aussi sur le travail des autres. DIFFICULTÉS RENCONTRÉES L’organisation et le manque de communication : L’une des principale difficulté rencontrée durant le stage tourne autour d’une manque d’organisation et de communication dû à notre manque d’expérience. Au début, avant l’arrivée des pigistes, ceux du soir devait communiquer le travail non-finit à ce du matin à l’aide de petits papiers Cependant, il était nécessaire d’organiser le travail en fonction des jours et du nombres de dérush dans ceux-ci en créant un planning par jour d’interview. De plus, lorsqu’un dérush est terminé, il faut le « ranger » la séquence dans son dossier en créant un new bin, ou nouveau sous-dossier (par exemple, Jennyfer J12 se range dans la partie «  JENNYFER  » lui-même dans le dossier «  Coeurs Brisés  »). Ce genre d’organisation a été de nombreuses fois source d’erreurs, nous faisant perdre du temps, le temps de tout réorganiser et ne pas se perdre. 7 heures de travail pour dérusher environs 1 heure d’interview : Le travail de dérush est extrêmement long, c’est pourquoi il nécessite concentration, rigueur et surtout beaucoup de patiente. En effet, 10 minutes de dérush s’effectue en plus ou moins une heure de travail, c’est pourquoi nous avons été engager pour 2 mois pour dérusher l’émission qui a été tourné durant 1 mois et demi. Nous sommes 7 stagiaires plus les pigistes, le travail est monumentale. Ainsi, rester concentrer est une des difficultés rencontrées, le dérush étant parfois rébarbatif et ennuyeux. 10/28
  12. 12. 3. Bilan du stage Réflexion autour du secteur d’activité : Le secteur de l’audiovisuel est un milieu tout nouveau pour moi, qui attisait ma curiosité et mon intérêt. De loin, il me fait peur, on dit de lui qu’il est difficile d’accès et sans merci. Je cherchais à découvrir ce qu’il se passait en réalité derrière nos écrans, et l’expérience en tant que stagiaire en post-production m’a permis de voir comment est montée et réalisée une émission, qui est ici de télé-réalité. Ainsi, j’ai pu voir les rouages et les éléments qui composaient une boîte de production. C’est un secteur d’activité composé très généralement d’inter mittents du spectacle, c’est à dire que ce soit la chef de post-production, la chef de projet, les rédacteurs ou autres peuvent passer d’une émission à une autre, d’une boîte de production à une autre et doivent s’y adapter. De plus, il s’agit d’un secteur assez compliqué pour s’y faire une place, le milieu étant dominé par les grosses sociétés de production et les grands de la télévision. Il faut savoir faire preuves de créativité et de nouveauté dans les programmes et émissions pour pouvoir se faire connaître. Cependant, après mes deux mois d’expériences, je trouve qu’il s’agit d’un milieu jeune, active et toujours en quête de modernité qui ne cesse de bouger. Même si, en ce moment, le monde de l’audiovisuel est en peu en crise en France (Canal+ est l’exemple type), Comportements développés : Esprit d’équipe : Le dérush nécessite un travail d’équipe, ce qui a forgé en moi une capacité à travailler en équipe tout en restant organisée. Rigueur et patiente : Le dérush étant une tâche longue et fastidieuse, il a fallut s’armer de patiente, mais aussi de rigueur et de concentration. J’ai donc appris à me concentrer sur une seule et même tâche, et cela dans la durée. Réactivité et adaptation : Parfois, certaines interviews de jours déjà terminées étaient retrouvées, souvent des post- dates (interviews de candidats après avoir rencontrés leur(s) prétendant(s)). Il fallait donc les terminer en urgence, laissant tomber le travail en cours. J’ai aussi acquis une certaine capacité d’adaptation lorsqu’il fallait finir une interview déjà débuter, en adopter la technique et en respectant le travail déjà effectué. Automatisme et réflexe : Le logiciel AVID est bourré de raccourcis clavier et d’outils, j’ai donc su adopter certains réflexes et automatisme, même si cela nécessite un peu temps. 11/28
  13. 13. j’observe qu’il garde tout de même la tête haute, avec pleins de personnes motivées (du moins chez Ah!Production) Ah!Production a su jouer de ça, c’est une petite boîte qui a su se faire une place en produisant des émissions à grande échelles pour de grandes chaînes. De La Villa des Coeurs Brisés, à Taïhti Quest en passant par Fans des Années 80/90, Ah! fait preuve de diversité mais aussi d’innovation en proposant autant des documentaires que des programmes de flux. La Villa des Coeurs Brisés saison 2, qui se base sur le «  recyclage  » de candidat de télé-réalité sera, d’après mon équipe de travail, bien meilleure que la saison 2, de part le casting (Eddy, Anaïs, Vincent de Secret Story, Antho et Flo des Princes de L’Amour, etc..) et part un concept revisité et innovant (j’ai eu la chance de visionné le premier épisode, et il y a des surprises qui, je l’espère, feront augmenter les audiences) Compétences acquises (ou non) : • Le dérush : j’ai donc appris le métier de dérusheur, et désormais je maîtrise dans sa totalité la tâche, même si je n’ai pas acquis tout les réflexes et la patiente nécessaire. • Quelques notions du logiciel professionnel de montage AVID : AVID est un logiciel compliqué et pleins d’outils, mais cela m’a permis de survoler le logiciel, majoritairement utilisé dans l’audiovisuel, ce qui est un peu pour mes projets professionnels futurs. Cependant, il me reste encore beaucoup de chose à apprendre sur le montage audio et vidéo. • Une maîtrise plus approfondie du logiciel Libre Office : désormais, je maîtrise de façon plus naturel le logiciel de traitement Libre Office ainsi que tout ces outils, logiciel qui était par ailleurs en anglais, comme AVID. Curiosité et intérêt envers la profession et le milieu : J’ai développé une certaine curiosité pour le milieu de la production. À chaque fois que quelqu’un rentrait dans la salle de dérush, je prêtais attention à chaque parole dites par la chef de projet ou bien la directrice de production pour en savoir toujours un peu plus chaque jours. Je n’hésitais pas à poser des questions, mais aussi à m’intéresser aux expériences des stagiaires et des pigistes qui s’y connaissaient dans le milieu. 12/28
  14. 14. INTERVIEW Voici l’interview de Constance DÉ MEDINA, intermittente du spectacle dans l’audiovisuelle et actuellement chef de projet sur l’émission La Villa Des Coeurs Brisés saison 2 diffusée sur NT1. « Bonjour Constance. Alors, tu es actuellement chef de projet pour l’émission la Villa Des Coeurs Brisés saison 2. Avant tout, j’aimerais savoir quel a été ton parcours, comment tu en es arrivé là, ton bac, tes études etc… : Alors, j’ai fais un Bac qui à l’époque s’appelait A2, donc Lettres et Langues, et après je voulais faire du journalisme, donc j’ai fais des stages. Mon premier grand stage c’était à la rédaction de RTL, en tant que journaliste, et cela pendant 1 an. Donc je faisais les petits matins, après les nuits, enfin bon, un peu tout ! Je m’occupais d’une émission qui s’appelait Grand Jury RTL Le Monde, qui doit toujours exister par ailleurs. Et j’ai finis par bosser au Monde. Donc tu vois on peut commencer par des trucs très sérieux pour finir dans la télé-réalité pour les jeunes ! *rire* Ensuite, j’ai bossé 1 an aux États-Unis comme assistante de français sur un campus, voilà, c’était pour parler bien anglais. Quand je suis revenue, je me suis dis que je ne voulais pas travailler toute seule. Or la presse écrite et la radio tu travailles tout seul, et moi j’aimais travailler en équipe. Du coup, j’ai décidé de faire de la télé, car en télé, il y a toujours des équipes. À partir de là, j’ai bossé dans une boîte de documentaire, qui faisait une émission littéraire pour France 3, qui s’appelait « Un Siècle d’Écrivain », et après, bah, je suis passée d’émissions en émissions on va dire, 30 millions d’amis, une émission sur France 5 pour les mal-voyants enfin voilà, des choses très diverses. Puis en 2000, je suis arrivée à Réservoir Prod’, qui à l’époque était, une énorme boîte, montée par Jean-Luc Delarue et qui était vraiment tout en haut quoi. Et j’ai du rester 5 ans dans cette boîte où j’ai du faire une dizaine d’émissions différentes. C’était quoi, de la télé- réalité, des documentaires… ? : C’était plus des magazines, ouais. Je te passe les détails de mon CV, mais ça allait du développement dans des boîtes, j’ai été rédactrice en chef d’un site artistique et culturel dédié à la sexualité de la femme… Bref, jusqu’à ce qu’en 2010, après avoir travaillé sur l’émission Comment ça va bien ? de Stephan Berne, que j’ai lancé en faisant le pilote, et en fait après j’ai été directrice éditorial de Ça balance à Paris, sur Paris Première, présentée par Pierre Lescure. Et là, je me suis dis, ça, c’est l’émission que j’ai toujours voulu faire, et en fait, ce poste là, sur cette émission là, si je fais de la télé depuis 15 ans, c’est pour ça. Or, j’aimais bien la regarder, mais à faire c’était horrible, parce que tout le monde avait bien trop d’égo. Donc je me suis dis : ok, là je suis arrivée à ce que je voulais faire, mais il faut que je me trouve quelque chose, qui me fasse plus rire, parce que à faire c’est ennuyeux, et donc cela a 13/28
  15. 15. débouché sur la télé- réalité. Finalement, j’ai d’abord travailler dans la télé pour me dire, ben je vais travailler dans la télé- réalité. Ainsi, j’ai débuté par les Anges de la télé- réalité, histoire qu’il y ai bien télé-réalité dans le mot ! Puis après, j’en ai fais un tas : 4 mariages pour une lune de miel, Amazing Race, Super Nanny, On ne choisit pas ses voisins, Mon incroyable fiancé, Secret Story… Et puis aujourd’hui, je suis sur la Villa des Coeurs Brisés. Donc voilà, tu as les grande lignes de mon CV ! Et aujourd’hui, tu es chef de projet, en quoi consiste exactement ce métier ? : En fait, l’intitulé Chef de Projet, c’est une titre qui est né avec la télé-réalité, parce que avant ça s’appelait soit producteur artistique en fait. Ce métier a deux facettes, et cela va dépendre à partir de quand, quelle étape du projet, on va t’appeler. T’es intermittent, donc tu travailles en freelance, et on t’appelle soit quand une émission est déjà vendue sur le papier, pour la mettre en place jusqu’à la diffusion de l’émission, soit au moment de la développer et de la vendre à la chaîne. Donc là, pour la Villa, ils m’ont appelé en me disant qu’ils voulaient faire une saison 2 et ils voulaient que je la développe. Donc tu montes le dossier et tu montes l’émission, tu la crées. Ensuite tu engages des journalistes, tu continues à développer, tu repères l’endroit où tu tournes, tu t’occupes de la décoration, la réalisation, l’équipe technique. À côté, tu as un directeur de production, qui lui, va s’occuper de la partie budgétaire et logistique du projet. Mon métier, c’est tout ce qui est éditorial. Ensuite vient le casting, supervisé par une directrice de casting, mais tu fais tout de même des points et des validations. t’écris les épisodes… Tous les épisodes sont écrits un par un ? : Oui, bah au début les épisodes sont écrits un par un puis après les grandes lignes, parce que quand y’en a 55, c’est en fonction de ce qu’il va se passer. Voilà, après tu vas en tournage ! Et après, tu fais la même chose sur la ligne de post-production. En gros, tu suis tout jusqu’à la diffusion. C’est un travail monstre quand même. Ca fait combien de temps que tu es sur le projet ? 1 an ? : Moi j’ai commencé en janvier. Début janvier. Mais c’est aussi une saison 2, c’est à dire que ça peut mettre plus de temps si c’est une saison 1. Pourquoi ? Il n’y pas tout le concept à créer, etc ? : Exactement. Il y a quand même tes aménagements à faire. Par exemple là, Lucie la coach est beaucoup plus présente que la saison 1. Très bien. Ensuite, cette année, le casting est quand même de meilleure qualité que celui de l’année dernière. Comment as-tu fais pour dénicher des candidats pareils et pour superviser le casting ? : Alors, le casting, c’est la directrice de casting. En générale, elles sont spécialisées chacune dans leurs domaines, et en fait, directrice de casting en télé-réalité, c’est vraiment un secteur. Elles ont déjà énormément de contact et un carnet d’adresse. En général elles ont déjà fait Secret, elles ont déjà fait pleins d’autres émissions, et elles ont une équipe de casteur, qui sont au téléphone toute la journée, qui essaient de convaincre les gens et qui leur font passer ce qu’on appelle des screens, avec une petite caméra, ou par skype si ils sont loins. Il faut les dénicher sur les réseaux sociaux. Est-ce que tu as rencontré des difficultés pendant le tournage, la production ou autre ? 14/28
  16. 16. : Ben dans la globalité c’est compliqué, parce que y’a toujours des problèmes mais comme tu les résous au fur et à mesure… Après, étape par étape : sur la casting, le plus compliqué, c’est quand un candidat veut pas. Du coup on essaie de lui retourner le cerveau; quand on le veut absolument, ça ne réussit pas toujours. Là, on est arrivé à nos fins. Après, sur le tournage, en général c’est des choses que tu peux pas contrôler par exemple il a beaucoup plu en République Dominicaine, c’est un peu embêtant pour les images et on peut rien faire. Après y’a des candidats difficiles à driver, mais là ceux qu’on a, c’est des pros de la télé- réalité, limite ils font les séquences touts seuls quoi. Ils sont tous bon. En général, c’est très dur pour les cadreurs d’être sur le coup quand il se passe des choses, mais là, eux, ils changent de lieux, et ils attendent le cadreur pour commencer leur discussion quoi. Après, sur le montage, en général, c’est le problème de son, on a beaucoup plus de micros que ce que l’on croit, et c’est pas évident. On a aussi quelques problèmes de plans, si on veut raconter une histoire et que le cadreur était ailleurs, bah on a pas d’images quoi.On peut aussi avoir des problèmes d’interviews, parce que on a l’impression qu’en dérushant qu’ils racontent leur vies, mais t’as juste pas la question qu’il te faut par rapport à la séquence. « Le plus important dans ce métier, c’est la confiance en soit » - Portrait de Constance Dé Médina réalisé par mes soins Est-ce que tu penses que la saison 2 va mieux marcher que la saison 1, et pourquoi ? : Sans problème ! Déjà, comme tu l’as dis, le casting il est upgrader, et forcément, pour les gens aiment ça, bah.. Les candidats sont plus attractifs. En plus, le concept est renforcé et remusclé. On est beaucoup plus sur le remaniement personnel avec la coach, et du coup c’est autre chose. Tu confonds pas avec les Anges, ni avec les Princes ni avec… L’émission a vraiment son identité, puis c’est déjà mieux écrit et mieux préparé. As-tu apporté quelque chose de nouveau à la saison 2 ? Des innovations, de nouvelles idées pendant l’écriture de l’émission ? : Maintenant, il y a une maison d’amis, c’est nouveau. Ensuite, on a le rôle de la coach qui est hyper présent, chaque lundi elle s’occupe de 3 ou 4 coachings, tout cela est très bien orchestré. À la fin de la semaine, y’a une « remise des bracelets », où y’a écrit « un jour après l’autre », comme sur les médailles des alcooliques anonymes, pour dire que tu as franchis une étape dans la résolution de ta problématique amoureuse blablabla… Après tout ce qu’il se passe dans l’aventure, nous on l’écrit pas. Dans certaines émissions, c’est le cas, mais chez nous, ce n’est pas la production qui va aller dire aux candidats comment réagir face à telle ou telle situation. 15/28
  17. 17. Et du coup, après ces mois de montages, l’émission sera diffusée quand, approximativement ? : Alors ça, nous, on le sait pas, c’est la chaîne qui décide. Cette année c’est sûr, mais on sait pas quand exactement. Après, ça me semble logique de la diffuser dans la continuité de Secret, qui se terminer mi-novembre. Donc si j’étais la programmation, je la mettrais sur la même case horaire, mais après. Pour finir, qu’est ce que tu penses du monde de la télévision ? D’après les stéréotypes, c’est un milieu assez difficile d’accès et plutôt cruel, qu’est ce que t’en penses ? : Ben, si tu fais une interview à la BNP ou chez AXA, euh… C’est pas les même problèmes, je pense que c’est aussi dur, parce que le monde du travail, c’est pas les bisounours quoi. En fait, ça intéresse plus les gens quand tu bosses à la télé. Par rapport à quelqu’un qui boss chez Orange, tu auras beaucoup plus de chose à dire, ce que va donner en fait au gens l’idée reçue que ce milieu est inaccessible. Tout le monde dit, à la télé c’est des requins et tout, mais c’est partout pareil. Ca doit pas être pire que la mode tu vois. Je considère juste qu’il faut être malin et audacieux. Ok, c’est pas les États-Unis, mais il faut pas se dire que c’est impossible. Il faut oser et il être volontaire. Après, moi je suis dans les programmes de flux, je ne connais pas d’autres contacts dans d’autres domaines comme la fiction. C’est pour ça qu’il faut se spécialiser dès le début. Mais il ne faut jamais laisser tomber. Si tu essuies des refus, il ne faut surtout pas se dire que c’est parce qu’on aime pas ton profil. Si tu commences à te dire ça, vaut mieux changer de branche. Parce que la confiance en soit, c’est essentiel dans ce métier. » 16/28
  18. 18. CONCLUSION Ce stage a été, dans l’ensemble, une réussite mais aussi une incroyable chance. Il m’a permis de me découvrir dans un milieu professionnel qui m’attire et dans lequel je souhaite exercer une profession dans le futur et de faire mes premiers pas dans le monde de l’audiovisuel. Il m’a aussi permis de comprendre quels étaient les difficultés et les enjeux des métiers de l’audiovisuel et de comprendre certaines de mes faiblesses, et d’améliorer certaines de mes qualités. Points positifs et axes d’amélioration de ma situation et de mon comportement en entreprise Mon expérience au sein de Ah!Production est pleins de points positifs. Comme je l’ai dis, cela m’a permis de faire mon premier pas dans le monde de l’audiovisuel, un monde qui m’était totalement inconnu. Cela m’a aussi permis de me découvrir un certain goût pour la production et aussi la télévision, élargissant désormais mes horizons et désirs professionnels. Cependant, durant ce stage, je n’ai pas été assez curieuse ni ouverte, étant concentrée sur mon travail. J’aimerais à l’avenir développer ce côté là, pour en savoir plus sur le milieu dans lequel j’évolue ainsi que sur certains métiers. Ce que la mission m’a apporté personnellement La mission pure de dérush ne m’a pas apporté beaucoup personnellement, hormis la semi-maîtrise du logiciel AVID et une certaine curiosité sur les rouages de la post-production. Cependant, tout ce qui m’a entouré pendant 2 mois m’a énormément apporté. Cela m’a permis d’apprendre le fonctionnement d’une boîte de production qui produit des programmes à grande échelle et à forte audience. Ainsi, j’ai pu comprendre comment fonctionnait ce milieu là, en entendant les gens parler et agir 17/28
  19. 19. autour de moi. Cela m’a donc permis de comprendre que, si je veux évoluer dans un milieu similaire à celui-ci, il faudrait que je m’ouvre plus et que je sois plus curieuse vis-à-vis du domaine de la télévision. En quoi cette expérience vous conforte ou au contraire vous éloigne de votre projet professionnel initial ? J’ai été plongé pendant deux mois dans la post-production d’une émission de télé-réalité. La télé-réalité est un genre d’émission qui ne m’attire pas du tout et je n’y porte pas grand intérêt, et je ne pensais pas du tout trouver un stage dans ce domaine là. Mais travailler sur le projet la Villa Des Coeurs Brisés a un peu changé mon point de vue la dessus. Outre le concept de l’émission un peu bidon à mon goût, je ne me rendais pas compte du travail effectué en amont avant que l’émission soit diffusée sur nos écrans, et cela est passionnant. Depuis mon poste de dérusheuse (qui n’est pas un poste ou l’on en apprends beaucoup hormis la tâche de dérush), j’ai observé, entendu et questionné les gens tout autour de moi qui ont participé de plus ou moins loin à la réalisation du projet. Ainsi, j’ai appris comment se déroulait un casting, ce qu’il se passe en éditorial, comment se déroule le montage en post-production, etc… Ce fut vraiment enrichissant. Je souhaitais de base, travailler dans le service communication dans une entreprise ayant une relation de plus ou moins loin avec le cinéma, mais cette expérience dans la télévision m’a ouvert le yeux. Ainsi, cette expérience me conforte amplement dans mon projet professionnel initial, et me motive de plus en plus. Ai-je répondu aux exigences de l’entreprise ? La mission qui m’a été confiée était simple : dérusher les interviews de chaque candidats, de jour en jour et le plus rapidement possible pour pouvoir être dans le temps. À ce jour, je n’ai pas encore terminé mon stage, mais nous sommes cependant en avance par rapport aux monteurs. Donc 18/28
  20. 20. j’estime, du moins j’espère, avoir répondu aux exigences de l’entreprise, en réalisant des dérushs rapidement, dans la limite des mes capacités et de mon apprentissage. Ce type d’environnement, pourrait-il être le miens ? La post-production n’a pas grand rapport avec la communication, c’est pourquoi je ne pourrais pas évoluer dans ce secteur là. Cependant, les études de communication se rapprochent plus de la production, de l’éditorial…. Et cela pourrait être un type d’environnement me convenant. La post-production est pleine de professionnels de montage vidéo, audio, etc… Même si cela a un rapport de plus ou moins loin au cinéma, environnement dans lequel je désire évoluer, la post-production n’est pas réellement pour moi. Quel est le poste ou le domaine d’activité que je souhaiterai découvrir? Il y avait avec moi un stagiaire, Inès, qui a atterrit en dérush pour la fin de son stage, le tournage étant terminé. Avant, elle était en éditorial puis au casting. Ainsi, j’ai pu entendre ses témoignages, et même l’entendre au téléphone avec certains candidats qu’elle avait elle-même caster. Cela a vivement attisé ma curiosité. D’après elle, il n’y a pas mieux comme expérience pour faire de toi un bon communicant que le casting. C’est pourquoi j’aimerais découvrir ce poste à l’avenir dans un autre stage, mais si possible dans une émission intéressante au concept un peu plus sérieux. Malgré tout, mon désir de travailler dans le cinéma est plus fort. J’apprécierais par exemple le poste d’assistante de communication ou d’attaché de presse dans un stage futur dans une entreprise reliée au cinéma (studios, grande distribution, presse cinéma…). Une expérience dans ce domaine d’activité ne peut que être enrichissant pour moi, mais aussi déterminant pour mon futur. 19/28
  21. 21. Je tenais à remercier : •Rossella Gagllio, pour l’aide apportée durant la recherche de stage ainsi que l’EFAP •Ah!Production, ainsi que toute l’équipe pour le partage professionnel •Vanessa Vican, Justine Fontaine et Victor V. pour leur précieuse aide et informations • Constance Dé Médina, pour l’interview très enrichissante qui m’a été accordée •L’équipe de stagiaires, pour le soutient mutuel, le bonne ambiance et le partage •Les pigistes pour l’expérience partagée et le bon travail collectif REMERCIMENTS 20/28
  22. 22. ANNEXES 21/28
  23. 23. L’équipe de stagiaire, à gauche dans l’ordre, les dérusheurs, Marie-Sophie, Morgane et Thomas, qui sont du matin (7h-14h et à droite les assistants monteurs, Valentin, Gaëlle, Louis et Lionel. L’équipe de l’après-midi (14h-21h), Inès Pierre-Jean et moi-même. 22/28
  24. 24. Voici le matériel utilisé par les monteurs en post-production. Ils ont souvent trois écrans, un moniteurs, une sono de bonne qualité pour le montage audio et un clavier AVID. Hall d’entrée des bureaux post-production de Ah!Production chez Atlantis Télévision avec un billard à l’effigie de la société. 23/28
  25. 25. Exemple de page d’une interview dérushée (je ne peux pas en fournir une vraie) : J23 - JENNYFER Journaliste : Didou Chanelle BUISSART Q.1 : Bon, dit moi qu’est ce que tu en penses de ton rendez-vous avez Jean ? Juste avant t’es comment ? T’es plutôt stressée, plutôt détendue, plutôt… 17:28:32:14 Bah en fait moi je suis de nature stressée, du coup le moindre truc de boum boum boum mon coeur il bat, parce que je suis comme ça c’est moi Jenny ! (+++). Mais ouais j’suis grave stressée, j’ai une boule au ventre, je sais pas torp ce que je vais lui dire, ni quoi faire ni rien, je sens que je vais être plantée là comme une branche et je vais pas savoir quoi dire, comme d’hab, j’suis comme ça de toute façon Q.2 : Donc tu le vois arriver au loin, sur la plage, c’est quoi ta première impression ? Il est à ton goût, de loin ? 17:29:34:09 Bah j’ai vu Jean de loin… (REPRISE):17:28:34:15 Bah j’vois Jean de loin, et déjà je remarque qu’il est assez petit, et les mecs petits pour moi… Non merci, c’est mort. Mais vas-y au fond de moi, je me dis que je dois travailler sur moi même et apprendre à le découvrir quoi…Creuser creuser creuser jusqu’à n’en plus pouvoir, c’est ça. Après je vois aussi il a l’air brun, et les mecs bruns, c’est trop ma came. Q.3 : Bon, ensuite, parle moi du couple Cindy et Kevin ? Ca t’a fait quoi d’apprendre qu’ils s’étaient embrassés pendant la sortie jet ski ? Parce que maintenant qu’ils vous l’ont annoncé à tous, c’est un peu officiel non ? 17:31:09:08 Ca y est, c’est officiel, Cindy et Kevin c’est l’amour fou, je l’avais dis, je l’avais prédis de toute façon ! Cindy c’est ma copine je la connais par coeur, elle arrêtait pas de nier qu’elle le kiffait, mais à moi, on me la fait pas, ah ça non ! Et du coup en rentrant de la sortie jet ski ils nous réunissent dans le salon et nous disent qu’ils sortent ensemble quoi, ils sont trop mignons. Après j’ai peur, parce que je connais un peu Kevin des autres émissions, et je sais comment il peut être avec les femmes, froid et distant, puis il peut se lasser vite, parce que Cindy, parfois, elle est lourde aussi. FIN DU RUSH 24/28
  26. 26. Trombinoscopes des candidats de l’émissions ainsi que leurs problématiques amoureuses : 25/28
  27. 27. Les invités dans la Villa (Alexia et Vivian ne viendront jamais) : 26/28
  28. 28. Roulements lorsque certains candidats quittent l’émission : 27/28
  29. 29. Page d’accueil du site web : 28/28

×