compagnie hub [‘œb]
	
  

disponible	
  en	
  tournée	
  2014-­‐2015	
  
contact	
  diffusion	
  :	
  dantès	
  –	
  ci...
 

Avec	
  	
  
patrick	
  delattre	
  
juliette	
  roudet	
  
vincent	
  sauve	
  
	
  
collaboration	
  artistique	
  
a...
1

crush ou l’histoire d’un burn-out
	
  

Les	
  gens	
  sont	
  parfois	
  victimes	
  d’incendie,	
  comme	
  les	
  im...
3
2

«	
  Crush	
  »	
  au	
  théâtre	
  Jean	
  Vilar	
  –	
  novembre	
  2013	
  	
  

fragilités	
  intimes.	
  Limiter...
4

faire,	
   ce	
   qu’on	
   attend	
   d’elle)	
   qu’à	
   des	
   exigences	
  
personnelles	
   (comment	
   elle	
 ...
2
1

tout naît du plateau
crush	
   est	
   la	
   première	
   création	
   de	
   Juliette	
   Roudet.	
   Un	
   premie...
4
3

«	
  Crush	
  »	
  au	
  théâtre	
  Jean	
  Vilar	
  -­‐	
  novembre	
  2013	
  	
  

«	
  Crush	
  »	
  au	
  théâtr...
[ extrait ]
	
  
	
  
Vincent	
  :	
  Qu’est-­‐ce	
  que	
  tu	
  fais	
  dans	
  mon	
  bureau	
  ?	
  
	
  
Juliette	
  ...
!
!
!

la presse a écrit :
	
  

!

CRUSH
!

Théâtre Jean Vilar (Suresnes) - octobre 2013

!
!

Spectacle conçu et interpr...
 

!

!

Histoire d’un burn out - Théâtre / Propos recueillis - Journal ...

http://www.journal-laterrasse.fr/histoire-dun...
biographies

Metteur	
  en	
  scène,	
  	
  
chorégraphe,	
  	
  
comédienne	
  et	
  danseuse.	
  

Collaborateur	
  arti...
Guitariste,	
  violoncelliste	
  

Batteur,	
  percussionniste	
  

Scénographe,	
  costumière	
  

Créatrice	
  lumières	...
Cie HUB [‘œb]
Administration,	
  production,	
  	
  
diffusion	
  

Hub	
  [‘œb],	
  compagnie	
  créée	
  par	
   Juliett...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Crush dossier artistique/diffusion 2014-2015 / Cie Hub ['œb]

630 vues

Publié le

Crush, création de Juliette Roudet
L'histoire d'un burn-out.

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
630
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Crush dossier artistique/diffusion 2014-2015 / Cie Hub ['œb]

  1. 1.   compagnie hub [‘œb]   disponible  en  tournée  2014-­‐2015   contact  diffusion  :  dantès  –  cie  hub  [‘œb]   tél  -­‐  06  01  98  98  97  /  dantes.hub@gmail.com      
  2. 2.   Avec     patrick  delattre   juliette  roudet   vincent  sauve     collaboration  artistique   adrien  béal   scénographie  et  costumes   anne  lezervant   musique   patrick  delattre,     vincent  sauve   lumières   azéline  cornut     durée  1h00   En  mélangeant  ainsi     les  différents  outils     scéniques  -­‐la  parole,     la  musique  et  la  puis-­‐ sance  du  geste-­‐  faire   d’un  minuscule   drame  intime     la  matière  d’un     spectacle  dense     sur  les  mécaniques   d’écrasement     auxquelles  nous     pouvons  tous,  un   jour,  être  confrontés.       On   ne   travaille   pas   chez   City   Tour   tout  à  fait  par  hasard.  Dans  le  milieu  du  bâtiment,  une  jeu-­‐ ne  femme  qui,  à   30  ans,  a   su  imposer  ses  visions  chez  le   leader  du  secteur,  ça   signifie  qu'elle   a   forcément   du   talent.   Et   une   belle   force   de   caractère,   que   la   direction   générale   a   remar-­‐ quée.  Elle  lui  accorde  désormais  une  confiance  pleine  et   entière.   Sauf   que…   Non,   rien.   Juste   un   grain  de  sable  dans  la  mécanique.   Un   petit   souci   technique.   Rien   de   grave.   Elle   a   l'habitude.   Gérer   les   problèmes,  c'est  son   métier.   Elle  connaît   ça  par   cœur.   C'est  ce   qu'elle  s'est   dit,  elle   aussi,  dans  les  premières  heures.  Sans  imaginer  un  seul  instant  qu'elle   serait   bientôt  submergée,   inondée,   noyée   sous   nos   yeux.  Mais   ça,   elle  ne   le   sait   pas  encore.     création  :  19,  20  octobre,  5,  6,  7  et  8  novembre  2013  au  théâtre  Jean  Vilar  de  Suresnes.   Production  :  théâtre  Jean  Vilar  d e  Suresnes  avec  le  soutien  du  Jeune  Théâtre  National,   de  la  Cie  Hub  [‘œb]  et  l’aide  du  Centre  Nationale  de  la  Danse.   production,  diffusion   dantès  pigeard  -­‐  cie  hub  [‘œb]   28  rue  d’Enghien  -­‐  75010  Paris   06  01  98  98  97/dantes.hub@gmail.com   2    
  3. 3. 1 crush ou l’histoire d’un burn-out   Les  gens  sont  parfois  victimes  d’incendie,  comme  les  immeubles.  Sous  la  tension  produite  par  la   vie   dans   notre   monde   complexe,   les   ressources   internes   en   viennent   à   se   consumer   comme   sous   l’action   des   flammes,   ne   laissant   qu’un   vide   immense   à   l’intérieur,   même   si   l’enveloppe   externe  semble  plus  ou  moins  intacte.     H.  J.  Freudenberger,  premier  psychologue  à  avoir  défini  le  syndrome  du  burn-­‐out.     «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  –  novembre  2013   Le  burn-­‐out  -­‐  De  l’idée  au  plateau.     A   l'origine,  j'ai  entendu   à   la   radio,   un   matin   d'octobre   2009,  une  interview  de  Marie   Pezé,  psychanalyste  et   premier   médecin   à   avoir   ouvert   une   consultation   «Souffrance  et  travail»  en  France  en  1997.  Pour  elle,   la  souffrance  au  travail   était  le   marqueur   d'un  climat   social   délétère   instauré   par   des   entreprises   pas-­‐ sées   maîtres   dans   l'art   -­‐devenu   classique-­‐   de   mettre   en   place   des   organisations   du   travail   extrê-­‐ mement   pathogènes   tout   en   sollicitant   les   cellules   médico-­‐psychologiques   d'urgence.   Elles   jouaient   en   quelque   sorte   aux   pompiers   pyromanes.   Mais   pour   qui   voulait   bien   entendre   le   propos   dans   son   inté-­‐ gralité,   la   psychanalyste,   elle-­‐même   victime   du   syndrome   de   burn-­‐out,   concluait   l'émission  en   disant   que   ce   climat   social   était   aussi   en   partie   dû   à   nos   petites   lâchetés   et   autres   faiblesses   éthiques   quoti-­‐ diennes.     Il   n'en   fallut   pas   plus   pour   susciter   mon   intérêt.   Je   décidai  de  lire  Ils  ne   mourraient  pas   tous   mais   tous   étaient   frappés,  le  livre  de  Marie  Pezé.  J'ai  été  sidé-­‐ rée,  bouleversée  mais  j'ai  ri  aussi  -­‐  chose  qui  me  pa-­‐ raissait   pourtant   inavouable   étant   donné   la   gravité   du   sujet.   J’ai   été   frappée   par   ses   propos   sur   la   vio-­‐ lence   actuelle   du   monde   du   travail,   sur     l’anéantissement  du  sujet,  sur  les  dérives  quasi  systé-­‐     matiques   de  l’ambition,  de   l’usage  de  l’autorité  et   du   pouvoir  dans   le   monde  professionnel.  Mais   le  stress   et   le   harcèlement   moral   ne   suffisaient   pas   à   expli-­‐ quer   les   situations   de   burn-­‐out.   Tous   les   individus,   confrontés  à   des  situations   identiques,   ne  craquaient   pas,  ne  se  consumaient  p as  de  l'intérieur.     Quels  individus  étaient  touchés  ?   Toutes   les   catégo-­‐ ries   socioprofessionnelles,   sans   distinction,   de   la   femme   de   ménage   au   cadre   supérieur,   en   passant   par  l'aide-­‐soignante,  la  DRH  ou  le  croque-­‐mort.  Mais   toutes   ces   personnes   avaient   un   point   commun   :   elles   étaient   généralement   très   dévouées   à   un   sys-­‐ tème   dont   elles   cherchaient   en   vain   la   reconnais-­‐ sance.       Le   burn-­‐out   n'était   donc   pas   un   simple   problème   d'épuisement   professionnel.   Ou   même   de   harcèle-­‐ ment.   Plutôt   la   problématique   de   personnes   prises   en   sandwich,   entre   deux   feux.   Tout   se   jouait   donc   sur  un  fil.       Le  travail  de  recherche  documentaire  qui  suivit  mul-­‐ tiplia  les   entrées  possibles   sur  ce  sujet,  de  la  critique   pure   et   simple   du   système   libéral   qui   écrasait   l'indi-­‐ vidu   sur  l'autel   des   profits   financiers   à   l'interrogation   des   propres   capacités   de   l'individu   à   résister,   à   ses   Vincent  Sauve,  Juliette  Roudet,  Patrick  Delattre   3    
  4. 4. 3 2 «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  –  novembre  2013     fragilités  intimes.  Limiter  la  problématique  à  la  seule   condamnation   d'un   système  de  management   risquait   d'occulter   ce   qui   nous   intéressait   avant   tout   :   l'hu-­‐ main.       Pendant   mes   recherches,   la   presse   se   faisait   l'écho   du   développement   statistique   du   phénomène.   Le   burn-­‐out   touchait   désormais   10%   des  actifs  et  appa-­‐ raissait   comme   un   syndrome   postmoderne   lié   aux   mutations   de   nos   sociétés,   à  l'accélération   du  temps,   à   la   soif   de   la   rentabilité,  aux  tensions  entre   le   dispo-­‐ sitif   technique   et   des   humains   déboussolés.   En   quelque   sorte,   le   prix   à   payer   de   l'individu   pour   les   mutations  en  cours.   Mais   à   mon   niveau,   au-­‐delà   de   la   statistique,   j'es-­‐ sayais  de  me  représenter  l'intimité  de  chacun  de  ses   hommes,   de   ses   femmes,   qui   se   consumaient   de   l'intérieur.   Qu'est-­‐ce   qui   pouvait   conduire   un   homme,  une   femme,   à   devenir  le  siège   de  ce   méca-­‐ nisme  interne,  de  ce  feu  intérieur,  qui  les  empêchait   désormais   de   dormir,   de   manger   et   simplement   de   vivre  ?     La  fiction/l’histoire     Une   fois   au   plateau,   à   partir   de   cette   matière   docu-­‐ mentaire   s’est   construit   un   début   de   fiction  pour   ce   spectacle  :   elle   est   jeune,   compétente,   et   chez   City   Tour,   entreprise   de   construction,   ils   ont   confiance   en  elle  :  ça  la  rend  fière.     Sa   mission,   c’est   de   gérer   étape   par   étape   le   bon   déroulement   des   chantiers  ;   en   d’autres   termes,   c’est   de   gérer   des   problèmes   au   quotidien   entre   ce   qui   se   décide   dans   les   bureaux   et   ce   qui   se   déroule   sur   les   chantiers.   Elle   y   arrive   tellement   bien   qu’elle   est   devenue,   en   peu   de   temps,   «  celle   sur   qui   on   peut  compter  ».  On  la  sollicite  sans   cesse   pour   régler   des   problèmes.   C’est   presque   devenu   une   identité,   qui   fait   oublier   son   jeune   âge   et   lui   accorde   une   grande   légitimité.   Quand   un   problème   technique   arrive   sur   le   chantier   Cyrius,  d’abord,   elle  ne   s’affole   pas.   Gérer   les   problèmes,   c’est   son   métier,   elle   a   l’habitude  :   c’est   ce   qu’elle   s’est   dit   dans   les   pre-­‐ mières   heures.   Sans   imaginer   un   seul   instant   qu’elle   sera   bientôt   submergée,   inondée,   noyée   sous   nos     yeux.       Dramaturgie  :  pourquoi  ce  choix  ?     Lors  d’une  répétition  publique  à  Suresnes,  une  spec-­‐ tatrice   m’a   judicieusement   demandé   pourquoi   avoir   choisi  cette  histoire,  et  pourquoi  l’avoir  située  dans  le   monde  du  bâtiment.  Pour  deux  raisons.     J’ai  choisi  de   faire  passer  la  fiction   du   spectacle  par   le   prisme   d’un   personnage   fort,   compétent,   en   qui   les   autres   ont   confiance,   qui   aime   son   métier   et   qui   se   trouve   dans   une   spirale   de   réussite,   d’ascension.   Ce   n’est   pas   une   perdante,   bien   au   contraire  :   elle   gère   seule   des   problèmes   difficiles   au   quotidien   et   elle   prend  soin   de  les   régler   avant   que   la   direction  n’ait  le   temps   de   s’inquiéter.   Elle   est   leur   assurance   tranquil-­‐ lité.   Mais   en   prise   avec   un   problème   qui   lui   résiste   anormalement,  la  machine  s’enraye.                             «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  –  novembre  2013         Le  grain  de  sable,  c’est  le  problème  technique.  Il  vient   enrayer   une   «  machine  »   complexe   composée   des   conditions   de   son   travail,   de   la   nature   de   son   inves-­‐ tissement,   de   la   pression   exercée   sur   elle   par   ses   supérieurs   autant   que  par   elle-­‐même,   de   la   nécessité   de  toujours   rester  celle   sur  qui   on  peut  compter  mais   aussi   les  enjeux  économiques,  le  rendement   deman-­‐ dé,   les   délais   toujours   plus   courts   et   l’image   qu’elle   veut  à  tout  prix  donner.     Ce   qui   m’intéresse   dans   le   choix   de   cette   histoire,   c’est   que   la   chute   du   personnage   est   autant   due   à   des   exigences   extérieures   (ce  qu’on  lui  demande  de   4    
  5. 5. 4 faire,   ce   qu’on   attend   d’elle)   qu’à   des   exigences   personnelles   (comment   elle   veut   être   perçue,   comment   ne   pas   décevoir   la   confiance   qu’on   lui   porte,  ne   pas  démentir   le  jugement   qu’on  a  d’elle,   sa  légitimité  à  ce  poste  à  responsabilités).       Ensuite,   dans   le   monde   du   bâtiment,   quand   un   souci   technique   lié   à   une   importante   présence   d’eau  intervient,  il   est   palpable  pour   tout  le  monde   qu’un   risque   majeur   existe   pour   la   sécurité,   la   pé-­‐ rennité  du  bâtiment.       Le   personnage   est   donc   pris   entre   deux   feux  :   la   volonté   de  gérer   et   de   régler   le   problème   seule   et   l’angoisse   que   quelqu’un   s’en   aperçoive   et   que   la   sécurité   du   bâtiment   devienne   réellement   défail-­‐ lante  et  occasionne  une  catastrophe.     Le  thème  de  l’eau     L’eau   devient   peu   à   peu   l’obsession   du   person-­‐ nage  :   elle  en   entend,   elle  en   voit  apparaître,   dispa-­‐ raître,  elle  ne  parle  plus  que  de  ça,  en  rêve  la  nuit,   imagine   son  bureau   en  train  d ’être  immergé,  son   lit   inondé  et  elle  croit  se  n oyer  en  pleine  journée.   L’eau,  qui  est  la   vie,  est  dans  le  même  temps  notre   pire   cauchemar,   responsable   de   terribles   catas-­‐ trophes  :   effondrements   dûs   à   l’érosion,   fuites,   noyades,   inondations,   tempêtes,   tsunamis.   L’eau   me   semblait   donc   le   terreau   opportun   et   idéal   pour   accompagner   le   dérèglement   progressif   du   personnage.     La   scénographie   est   composée   de   trois   espaces   représentant  le  bureau  où  prennent  corps  les  rela-­‐ tions  avec  la  direction,  le  chantier  où  se  cristallisent   tous   les   problèmes   et   son   espace   intime   dans   le-­‐ quel   il   lui  devient   peu  à   peu  impossible   de  trouver   le   repos.   Ces   espaces   finissement   par   ne   plus   se   distinguer   dans   la   tête   du   personnage   et   s’enchevêtrent   jusqu’au   chaos   final   où   l’eau   enva-­‐ hit  l’espace.     Crush   est   le   premier   spectacle   que   je   signe.   J’ai   la   conviction   qu’en   mélangeant   ainsi   les   différents   outils   scéniques   (la   parole,   la  musique,   la   puissance   du   geste),   nous   avons   fait   d’un   minuscule   drame   intime  la   matière  d’un  spectacle  dense  sur   les   mé-­‐ caniques   d’écrasement   auxquelles   nous   pouvons   tous  être,  un  jour,  confrontés.     Juliette  Roudet     Juliette  R oudet     Juliette  R oudet,  Patrick  Delattre  et  Vincent  Sauve     Juliette  R oudet     «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  -­‐  novembre  2013     5    
  6. 6. 2 1 tout naît du plateau crush   est   la   première   création   de   Juliette   Roudet.   Un   premier   spectacle   qui   révèle   son   projet   artistique  qui  l’a  amenée  à  créer  la  compagnie  Hub  [‘œb]  -­‐littéralement  point  d’interconnexion,   ici  synonyme  de  transdisciplinaire  -­‐  en  mars  2012.     «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  -­‐  novembre  2013     Patrick  Delattre,  Vincent  Sauve  et  Juliette  Roudet   6    
  7. 7. 4 3 «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  -­‐  novembre  2013     «  Crush  »  au  théâtre  Jean  Vilar  -­‐  novembre  2013     7    
  8. 8. [ extrait ]     Vincent  :  Qu’est-­‐ce  que  tu  fais  dans  mon  bureau  ?     Juliette  :  Je  suis  venue  parce  que/t’entends  pas  là  ?     Vincent  :  Non.  T’as  pu  voir  pour  mon  dossier  ?     Patrick  entre.     Juliette  :  En  fait,  je  n’ai  pas  vraiment  eu  le/vous   entendez  p as  là  ?  Y  a  quelque  chose  qui  coule.    Là,  y   a  quelque  chose  qui  coule  quelque  part.     Patrick/Vincent  :  Bah  non.  Non.     Juliette  :  Vous  entendez  pas  le…  Ca  fait  comme  un   bruit  de…  de  qui  coule.     P/V  :  Non.  Non.     Juliette  :  Bah  pourtant  ça…  Ca  s’entend  hein  !   C’est…  Enfin,  ça  s’entend  q uoi.     P/V  :  Non.  Non.     Juliette  :  Là.  Là  y  a  rien  pour  vous  ?  Vous  entendez   rien  ?     1ère  note  de  Vincent,  suivi  de  Patrick.  Juliette  com-­‐ mence  à  douter  de  ce  qu’elle  entend.     Juliette  :  Je  peux  rester  cinq  minutes  avec  vous  ?     P/V  :  Oui.  Oui.     Juliette  :  Là  vous  entendez  pas  quelque  chose  qui   coule  ?     P/V  :  Non.  Non.     La  batterie  rentre.  Puis  la  guitare.     Juliette  :  Je  voudrais  vous  demander  si…  (La  mu-­‐ sique  s’arrête)  Est-­‐ce  que  vous  avez…  Est-­‐ce  que  ça   vous  est  déjà  arrivé  d’avoir  un  problème  avec  u ne   dalle  de  fondations  ?  Avec  des  remontées  d ’eau  sur   une  dalle  de  fondations  ?     P/V  :  Non.  Non.     8    
  9. 9. ! ! ! la presse a écrit :   ! CRUSH ! Théâtre Jean Vilar (Suresnes) - octobre 2013 ! ! Spectacle conçu et interprété par Juliette Roudet accompagnée par les musiciens Patrick Delattre et Vincent Sauve. ! ! ! ! ! ! ! Engagée dans une entreprise de bâtiment, City Tour, dans laquelle elle a donné pleine satisfaction et gravi les échelons, elle est chargée de gérer un chantier. Soudain un problème survient : elle entend de l’eau qui coule, qui n’arrête pas de couler. N’osant pas prévenir sa hiérarchie, elle se met à affronter seule le phénomène. Mais arrête-ton une inondation ? "Crush" aborde de façon frontale le syndrome du burn-out dans notre société avec ce spectacle hybride et inclassable qui mêle adroitement les disciplines (théâtre- danse-musique), un spectacle physique qui utilise autant le corps de l’interprète que les objets qui l’entourent. Dans une scénographie représentant en différentes zones le chantier, son bureau et son lit, Juliette Roudet évolue avec opiniâtreté dans un univers qui devient peu à peu étranger. Au fur et à mesure que l’eau envahit le chantier, la tension s’accroit et la comédienne joue la tempête sous le crâne de cette jeune femme bientôt envahie puis peu à peu noyée par la pression démesurée crée à la fois par les enjeux économiques, le rendement demandé et l’image qu’elle veut à tout prix donner. Médusé, on assiste au dérèglement de cette femme, à l’image d’une société libérale amenée peu à peu à couler. Juliette Roudet et la Compagnie Hub créent un objet saisissant fait de silences et de cris, de pauses et de fureur où le corps exprime de façon encore plus poignante les cris de l’intérieur. De sublimes images naissent des chorégraphies débordantes. Juliette Roudet, frêle silhouette qui cache une énergie infinie, fascine par l’incandescence émanant de la grâce de sa sincérité et de son engagement. Les deux musiciens, Patrick Delattre et Vincent Sauve (cordes et percussions) imposent un tempo d’enfer de plus en plus soutenu ou de brèves accalmies nostalgiques contrastent avec le rythme syncopé du spectacle et évoquent un temps où l’humain avait encore pied! Nicolas Arnstam www.froggydelight.com 9    
  10. 10.   ! ! Histoire d’un burn out - Théâtre / Propos recueillis - Journal ... http://www.journal-laterrasse.fr/histoire-dun-burn-out/ ! ! ! ! N°214 - 20 novembre 2013 ! THÉÂTRE DANSE JAZZ / MUSIQUES CLASSIQUE / OPÉRA AVIGNON EN SCÈNE(S) HORS-SÉRIES FOCUS Théâtre de Suresnes / Crush / de Juliette Roudet HISTOIRE D’UN BURN OUT ! Publié le 25 octobre 2013 - N° 214 Comédienne et danseuse, Juliette Roudet crée sa première pièce sur le monde du travail et le phénomène du burn out, à la croisée des disciplines, entrelaçant réalisme et imaginaire. ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! Juliette Roudet dans Crush, sa première création. « Je souhaite montrer comment et pourquoi on en arrive là. » Qu’est-ce qui a suscité l’envie de créer un spectacle sur la souffrance au travail ? Juliette Roudet : La découverte en 2009 de la psychanalyste Marie Pezé, qui a ouvert en France en 1997 la première consultation sur la souffrance au travail, a été déterminante. En écoutant sur France Inter une interview où elle faisait part de son expérience, j’ai été frappée par ses propos sur la violence du monde professionnel, sur l’anéantissement du sujet, et par le fait qu’une très grande diversité de salariés était touchée, du cadre supérieur à la femme de ménage. J’ai ensuite lu son ouvrage Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés (édition Pearson), je l’ai rencontrée, et je me suis demandé comment parler de cette situation sur un plateau de théâtre. Cette tension entre ce à quoi on aspire – car nous avons tous envie de nous investir dans notre travail – et l’épreuve du réel m’intéresse beaucoup. Le spectacle représente la trajectoire d’une jeune femme jusqu’au burn out, qui est un grand vide, une combustion intérieure. A travers son histoire singulière, je souhaite montrer comment et pourquoi on en arrive là. Comment avez-vous élaboré le spectacle ? J. R. : Après deux ans de documentation, j’ai pu envisager le travail théâtral, et j’ai formalisé un point de départ fictionnel. Une jeune femme est responsable d’un chantier dans une entreprise de bâtiment, et un problème technique de remontée d’eau grippe toute la machine, dérègle tout son système de pensée et d’action. En nous appuyant sur cette base, avec les musiciens Patrick Delattre et Vincent Sauve, nous avons travaillé au plateau à partir d’improvisations. Tout est né au plateau. La force du geste, le jeu théâtral, la parole et la musique se conjuguent dans une grande liberté, sans hiérarchie, pour raconter l’histoire de ce dérèglement. Des moments réalistes, structurés par une parole du quotidien, proche du public, alternent avec des moments oniriques et fantastiques, où le corps et la musique jouent un rôle déterminant. Au-delà du constat d’échec, nous avons voulu construire un spectacle très vivant, où l’intime et le vécu s’inscrivent dans un univers qui ouvre l’imaginaire.    ! 1 sur 3 Propos recueillis par Agnès Santi     20/11/13 12:51 10    
  11. 11. biographies Metteur  en  scène,     chorégraphe,     comédienne  et  danseuse.   Collaborateur  artistique   Juliette  Roudet   entre   à  14   ans  au   Conservatoire   Supérieur   de   Danse  de   Paris.  Sor-­‐ tie  Premier  Prix  du   Conservatoire,  elle  intègre  la  même  année  le   Centre  National   de  Danse  Contemporaine  d'Angers  (CNDC),  où  elle  passe  deux  ans.  En  2000,  à  19   ans,   elle   co-­‐fonde   la   compagnie   FataMorgana   et   crée   le   spectacle   Les   mains   moites   autour  de  l'oeuvre   de  Samuel   Beckett.  C'est  le   point  de   départ  d'un  désir   d'étendre   et   d'explorer   d'autres   voies   d'interprétation  et  de   création   que   la  danse   seule.   Certaines   rencontres   sont   alors   déterminantes,   notamment   celle   avec   Jacques   Weber   qui   la   pousse   à  suivre   des  cours   de  théâtre  et  à   passer  le   concours  d u  Con-­‐ servatoire.     Deux   années   de   cours   plus  tard,   dont  une   passée  auprès   de   Jean-­‐Pierre   Garnier,   Juliette   est   admise   au   Conservatoire   National   Supérieur   d'Art   Dramatique.   Pen-­‐ dant   ses   trois   années   d'étude,   elle   a   pour   professeurs   Andrzej   Seweryn,   Domi-­‐ nique  Valadié,  Michel  Fau,  Daniel  Mesguich,  Caroline  Marcadé  et  Muriel  Mayette.   Depuis   sa   sortie   du  Conservatoire   en   2007   elle   a  joué   sous   la   direction   d e  Laurent   Laffargue   (Les   géants   de   la   montagne,   Luigi   Pirandello),   Lisa   Wurmser   (Pinok   et   Barbie,   Jean-­‐Claude   Grumberg),   Pierre   Ascaride   (Militants   communistes,   Wajdi   Mouawad),   Vicente   Pradal   (Yerma,   Garcia   Llorca   à   la   Comédie   Française),   Daniel   Benoin   (Des   jours   et   des   nuits   à   Chartres,   Henning   Mankell),   Caroline   Marcadé   (Portraits  de  femmes),  Jean  Bellorini  (Paroles  Gelées).   Au   cinéma   et   à   la   télévision,   on   l'a   notamment   vue   dans   Au   suivant  de   Jeanne   Biras,  A  cran  et  Procès  de   famille  d'Alain  Tasma,  Engrenages  de  Pascal   Chaumeil,   Les  méchantes  de  Philippe  Monnier,  Bella,   la  guerre   et  le  soldat  Rousseau  de  Ma-­‐ nuel  Flèche,   Les   vivants   et   les   m orts  de   Gérard   Mordillat,   Dans   la   lumière   et  Sortir   de  l’ombre  d’Alexandre  Laurent,  Poupée  russe  et  Un  pour  tous  de  Julien  Despaux.   En   2013-­‐14,   elle   reprend   le   rôle   de   Juliette   dans   Roméo   et   Juliette   mis   en   scène   par   David   Bobée.   En   octobre   2013,   elle   crée   Crush     au   théâtre   Jean   Vilar   de   Su-­‐ resnes.     Adrien   Béal  est   metteur  en  scène   et   comédien.  Après   des  études   en   Arts  du   Spec-­‐ tacle  à   l’Université  Paris   III,  il  poursuit   sa  formation   par  plusieurs   stages   en  jeu   ou   en   mise   en   scène,   notamment   à   la   Colline-­‐Théâtre   National.   Comme   acteur,   il   travaille  avec  Bernard  Grosjean  (Cie  Entrées  de  Jeu),  la  Cie  La  Magouille,  Thomas   Quillardet,  Benjamin  Porée.  Pour  mettre  en  scène  ses  spectacles,  il  crée  en  2007  le   Théâtre  Déplié,  compagnie  qui  depuis  est  associée  au  Théâtre  de  Vanves.  Il  a  mis   en   scène   Dissident,   il   va   sans   dire   de   Michel   Vinaver,   Une   nuit   arabe   de   Roland   Schimmelpfennig,  Le  Canard  sauvage  d’Henrik  Ibsen  et  récemment  Il  est  trop  tôt   pour  prendre  des  décisions  définitives,  spectacle  créé  collectivement.  En  2013,  il  a   mis  en  scène  Visite  au  père  de  Roland   Schimmelpfennig  (Th.  de  Vanves,  Échangeur   de   Bagnolet)   et   Le   pas   de   Bême,   création   pour  le  festival   360  (CDN  M ontreuil).  Il   a   travaillé   par   ailleurs   comme   dramaturge   de   Julien   Fisera,   assistant   à   la   mise   en   scène  de  Guillaume  Lévêque,  Damien  Caille-­‐Perret,  et  comme  stagiaire  auprès  de   Stéphane  Braunschweig  et  Jacques  Nichet.       11    
  12. 12. Guitariste,  violoncelliste   Batteur,  percussionniste   Scénographe,  costumière   Créatrice  lumières   Patrick  Delattre  commence   la   guitare  en   autodidacte.  Puis   il  rejoint   la   classe  de   gui-­‐ tare  classique   et  d'analyse  musicale  de  Luc  Chaillat,  de  violoncelle   de   Paul  Julien  et   de  chant  de  Patricia  Dupont.  Il  décide  un  jour  d’arrêter   ses  études   d'art  p our  devenir   professionnel.   Se   décrivant   comme   un   funambule  de  la   musique,   il   multiplie  les   ren-­‐ contres   et   les   expériences   musicales.   Ses   influences   restent   le   blues,   le   rock   et   la   musique   orientale   qu'il   mêle   dans   les   différentes   formations   qu'il   intègre  :   707   en   2001,  Wysiwyg  en  2004,  Me  versus  you  en  2005,   La  Louise  en  2009,   Extravaganza  en   2011.   Michel   Jusforgues   l’encourage     à   jouer   pour   le   théâtre,   ce   qu'il   fait   avec   ce   dernier  en  2005  p our  "Mystère  Bouffe",  Dario  Fo.  En  2011,  il  intègre  l'équipe  de  Jean   Bellorini  p our  Paroles  Gelées   où   il  rencontre  Juliette   Roudet.  Après   un  an   de  tournée   où   il  joue   la   musique  sur   laquelle   elle  danse,  elle  lui   demande   de  la  rejoindre   sur  son   projet,  Crush.                                     Vincent  Sauve   a   étudié   la   musique   au  conservatoire  de   musique   d’Agen,   au   CIAM  et   au  conservatoire  national  de  musique  de  Bordeaux.  Diplômé  en  jazz,  il  a  collaboré  en   tant   que   batteur   avec   de   nombreux   musiciens   depuis   une   douzaine   d’années.   Bat-­‐ teur,   percussionniste,   arrangeur,   Vincent   Sauve   est   un   coloriste,   marqueur   d’impulsions.  En  2010,   il   entre  dans   la   compagnie  Théâtre  au   vent,   en  tant  que   musi-­‐ cien  dans  le  spectacle  Paquita  de  los  Colorès.  L’année  2011  marque  sa  rencontre  avec   Steve   Coleman.   Il   participe   à   la   master   class   au   sein   du   Nimbus   Orchestra   (29),   un   ensemble  éphémère  ayant  pour  but  l’étude  des  courants  jazz  actuels.  En  2012,  il  crée   Fly,  un  trio  musical  en  hommage  à  Jimi  Hendrix.  Vincent  Sauve  a  toujours  été  marqué   par   ce   son   sauvage   et   extraverti.  Il  collabore   actuellement   avec   Guillaume  Gargaud   (musique  libre),  Stéphane  Payen  (jazz  actuel)  et  Lewis  Tuersley  (rock).       Anne   Lezervant  commence  par  une  formation  de  danse  classique  et    d’architecture  DPLG  (École  d’architecture  de   Paris  Val  de  Marne),  elle  se  forme  à  l'École  du  Théâtre  National  de  Strasbourg  (pro-­‐ motion   2011)   en   scénographie-­‐costumes.   Dans   le   cadre   d'ateliers,   elle   a   travaillé   avec   Claude   Régy,   Valère   Novarina,   Jean-­‐Pierre   Vincent,   Jacques   Nichet   et   Gildas   Milin.   En   2011-­‐12,   elle   réalise   la   scénographie   et   accessoirise   le   Hamlet   de   William   Shakespeare,  mise  en   scène  Daniel   Mesguich.  En  2012/2013,   elle   réalise   la   scénogra-­‐ phie  Des  mystères  de  Paris  de  Eugène  Sue,  adapté  par  Charlotte  Escamez  et  mis  en   scène   par   William   Mesguich,   les   costumes   de   l'Opéra   Hansel   et   Gretel   de   Humper-­‐ dinck,  mis  en  scène  par  Mireille  Larroche,  la  scénographie  et  les  costumes  de  Vie  de   Jean  Nicoli  écrit  et  mis  en  scène  p ar  Noël  Casale.     Azeline  Cornut  intègre  en  2008   l'école   du  Théâtre   National  de   Strasbourg  en   section   régie  (gr.  39).  Dans  le  cadre  des  ateliers  d e  l'école,  elle  réalise  les  lumières  sur  «  Woy-­‐ zeck  »   de   Georg   Büchner,   dirigé   par   Jean   Pierre   Vincent   et   Bernard   Chartreux,   ainsi   que  sur  l'atelier  de  danse  dirigé  par  Caroline  Marcadé,  L'architecte  des  Confidences.  A   sa  sortie  en  2012,  elle  réalise  les  lumières  pour  le  spectacle  jeune  public  L'Homme  à   tiroirs,  mis  en  scène  par  Jean-­‐Yves  Ruf  et  en   assure  la   tournée  en   2013.  Elle  travaille   également   comme   régisseuse   plateau   et   générale   avec   la   compagnie   Les   irréguliers   sur   Et   la   nuit   sera   calme,   mis   en   scène   par   Amélie   Enon.   Elle   rejoint   cette   année   la   compagnie  de   cirque  Omnibus  et  participe  aux  créations  lumières  sous  chapiteau  de   ses  spectacles  Tsirk  et  Parc  d'Abstraction.     12    
  13. 13. Cie HUB [‘œb] Administration,  production,     diffusion   Hub  [‘œb],  compagnie  créée  par   Juliette  Roudet  en   2012,  est   n ée  du   désir   de   faire   se   côtoyer   le   mouvement,   la   théâtralité   et   la   musique   dans   chaque   projet.   Cette   recherche   transversale   est   étroitement   liée   à   son   parcours   artistique.   Après   avoir   cru   qu’elle   avait   abandonné   la   danse   pour   le   théâtre,   puis   le   théâtre   pour   la   mu-­‐ sique,  elle  s’est  rendu   compte,  au   moment   où   l’envie  de  ce  premier  spectacle  est   née  qu’elle  était  en  fait  sur  le  chemin  de  la  convergence.     Hub,   en   anglais,   désigne   une   plaque   tournante,   un   concentrateur,   un   point   d’interconnexion   entre   différents   appareils.   C’est   ainsi   que   l’on   nomme   aussi   une   plateforme   de   correspondance,   une   zone   d’interface   privilégiée   par   sa   position   spatiale  et  ses  infrastructures  de  communication.         Le  travail  qui  se  déroule  au  sein  de  la  compagnie  est  ainsi  placé  sous  le  signe  de   cet  échange  permanent  entre  le  théâtre,  la  danse  et  la  musique.       production,  diffusion   dantès  pigeard  -­‐  cie  hub  [‘œb]   28  rue  d’Enghien  -­‐  75010  Paris   06  01  98  98  97/dantes.hub@gmail.com   13    

×