SlideShare une entreprise Scribd logo

Enjeux RSE de la philanthropie d’entreprise

ADHERE RH
ADHERE RH

La philanthropie entre-t-elle dans le périmètre de la RSE? Ce Livre Blanc apporte des éléments de réponse aux questionnements récurrents relatifs à la relation que la philanthropie entretient avec la RSE.

1  sur  3
Télécharger pour lire hors ligne
AVANT-PROPOS
COMPLEXE
TRANSFORMATION
SECTEUR MARCHAND
MÉCÉNAT
ANGLOPHONE
VS FRANCOPHONE
THÈSES
PROPRIÉTAIRE
STATUTS
INTÉRÊT GÉNÉRAL
AVERTISSEMENT
Avec le Livre Blanc «  Enjeux RSE de la Philanthropie d’entreprise » le Cabinet
Adhere-RH poursuit son projet de publication d’ouvrages relatifs à la RSE,
visant à permettre à un large public de professionnels d’entreprise et de ci-
toyens de disposer d’outils de réflexion denses, synthétiques et pratiques.
On observe en France comme à
l’étranger une multiplication d’articles
de presse, de billets, d’enquêtes
ou d’ouvrages consacrés à la philan-
thropie.
Cette prolifération crée la confu-
sion dans la mesure où la diver-
sité, la richesse sémantique mais
aussi la contradiction ou l’ambiguïté
des termes employés représentent
un obstacle à une perception objective.
Philanthropie, mécénat ou fon-
dation semblent interchangeables
et philanthropie tend à devenir
un terme générique.
L’objet de cette étude n’est pas
de porter un jugement de valeur
sur la philanthropie mais un
regard lucide dénué de tout parti pris
ou préjugé.
Le terme philanthropie désigne l’ensemble des transferts, dons d’argent,
de ressources matérielles et non-matérielles, accordés par des entreprises afin
d’affronter des problématiques sociétales, et ce grâce au soutien des pouvoirs
publics au travers d’incitations fiscales.
Bien qu’il n’existe pas en France de définition juridique du mécénat
l’arrêt du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière
précise qu’il s’agit d’un « soutien matériel apporté sans contrepartie directe
de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général »
La philanthropie d’entreprise appartient à un univers complexe.
Bien qu’elle bénéficie d’une littérature et d’une couverture médiatique
importantes elle reste méconnue en raison de la variété de ses acteurs,
pratiques et structures.
On a plus tendance à s’intéresser à l’action philanthropique des entrepreneurs
fortunés et célèbres qu’à leurs agents et collaborateurs ou qu’au fonctionne-
ment de leurs organisations.
Depuis le début des années 2000
la philanthropie s’est profondément
transformée.
Autrefois discrétionnaire elle est
devenue un outil stratégique de posi-
tionnement concurrentiel.
La philanthropie doit être interpré-
tée dans le contexte de l’évolution
des sociétés contemporaines, elle
s’est diversifiée et professionnalisée.
La philanthropie moderne privilégie
la stratégie aux dépens de l’altruisme,
ce faisant elle alimente les débats
et controverses sur son utilité sociale
Elle innove, crée son propre mar-
ché, impose ses valeurs et ses façons
de faire.
De plus en plus d’entreprises se tournent vers l’action philanthropique.
Les avantages qu’ils soient financiers ou fiscaux semblent représenter
la motivation première. Beaucoup de philanthropes souhaitent inscrire
leur don dans la durée, ils cherchent à donner du sens à leur patrimoine.
L’action philanthropique est souvent liée au devenir et aux intérêts
de la gouvernance familiale.
Selon Nicolas Guilhot chercheur au Social Science Research Council
de New York, auteur de « Financiers philanthropes : sociologie de Wall Street »
2006, les philanthropes ont bâti des fortunes sur les décombres du fordisme.
Le chercheur les accuse de s’alimenter de la crise de l’État et de contribuer
à l’accentuer.
Les financiers-philanthropes tendent à se substituer à l’État d’autant qu’ils
sont dotés d’un pouvoir régalien d’arbitrage de la redistribution et des projets
de société.
Le mécénat est le don d’une entreprise à une activité d’intérêt général.
Le mécénat n’est pas un acte réservé aux riches ou aux grandes entreprises,
97 % des entreprises mécènes sont des TPE ou PME.
En France il est encouragé et encadré par de nombreux dispositifs légaux.
D’un acte de générosité le mécénat peut devenir un outil stratégique
cherchant à optimiser son impact sur la cause soutenue et à créer de la valeur
immatérielle pour l’entreprise.
Selon certains chercheurs la frontière entre mécénat et philanthropie
est de plus en plus poreuse, le mécénat tend à se dissoudre dans l’action
philanthropique.
Certains chercheurs affirment que
les actions ou projets de l’entreprise
qui n’ont aucun impact direct
ou indirect sur les activités
ou le cœur de métier de l’entreprise
n’entrent pas dans le périmètre
de la RSE.
D’autres considèrent que la
question ne doit pas se poser
en ces termes.
Conçue comme une stratégie sociale, environnementale et économique
profitable la philanthropie moderne centrée sur la démarche RSE vise à fonder
des pratiques entre moralisation de l’économie et financiarisation de l’éthique.
Depuis 2005 les fondations d’utilité publique peuvent prendre le contrôle
de sociétés commerciales ou industrielles.
Cette prise de contrôle majoritaire est autorisée dans le cadre d’une opéra-
tion de cession ou de transmission d’entreprise, sans limitation de seuil ou
de droits de vote, à la condition que soit respecté le principe de spécialité de
la fondation. La détention d’une entreprise par une fondation lui permet
d’assurer la stabilité de son capital.
Afin d’optimiser leurs besoins en marketing relatifs à leur action philan-
thropique, les entreprises font appel à des cabinets experts afin de :
Traditionnellement centrée sur les
activités liées à l’art ou la culture,
la philanthropie s’étend aux sec-
teurs du développement humain,
de la solidarité, de l’inclusion
ou de l’éducation.
Les philanthropes n’hésitent plus
à s’inspirer des pratiques issues
du secteur marchand.
On a parfois tendance à opposer les modèles philanthropiques français
et américain.
Dans le monde anglophone on n’établit pas de différence entre mécénat
et philanthropie, leur finalité respective est identique, sociale, commerciale
et politique.
 
Dans le monde francophone mécénat et philanthropie diffèrent, la finalité
du premier est sociale et culturelle, celle de la seconde est éthique.
L’articulation entre philanthropie d’entreprise et RSE n’est pas facile à détermi-
ner, deux thèses semblent s’opposer.
La première affirme que la philanthropie entre dans le périmètre de la RSE.
La seconde que la philanthropie se situe à la périphérie de la RSE car le retour
sur investissement est le but recherché.
Selon certains experts l’essor des fondations n’est pas dû uniquement à des
dispositions fiscales favorables. Les avantages fiscaux ne sont pas le moteur
de leur développement mais le déclencheur.
Contrairement aux entreprises qui créent des fondations caritatives, les fon-
dations d’utilité publique sont actionnaires majoritaires voire propriétaires
d’entreprises en particulier dans l’Europe du Nord.
On constate que les pouvoirs publics
n’ont plus le monopole de l’intérêt
général.
Les frontières entre action philan-
thropique, action entrepreneuriale
et action gouvernementale tendent
à s’estomper.
DÉFINITION
POLÉMIQUE
PATRIMOINE
WALL STREET
DON
FINALITÉ
CŒUR DE MÉTIER
PROFITABLE
UTILITÉ PUBLIQUE
MARKETING
Enjeux de la
Diversité en entreprise
(en partenariat avec
Génie-RH)
La philanthropie entre t-elle dans le périmètre de la RSE ?1
2
3
4
ENJEUX RSE
Par Sylvie Payoux & Constant Calvo
D’ENTREPRISE
DE LA PHILANTHROPIE
Enjeux Ressources
Humaines de la RSE
Enjeux de la
Communication Respon-
sable
RSE et Management
du Handicap (en partenariat
avec la Mission Handicap BNP
Paribas)
2013 2014 2015 2016
Encourt-on le risque de voir l’État se déresponsabiliser et abandonner
la santé, l’assistance, l’éducation ou la culture à la philanthropie?
La philanthropie comble-t-elle un vide laissé par l’État de plus en plus
endetté ?
Les philanthropes tentent-ils sous couvert de générosité de masquer
la logique de rentabilité et de performance propre au capitalisme ?
1.	 MAÎTRISER LEUR IMAGE DE MARQUE.
2.	 DÉFINIR LEUR POSITIONNEMENT.
3.	 MESURER LES EFFETS DE LEUR COMMUNICATION.
4.	 CAPTER ET FIDÉLISER LES DONATEURS.
5.	 SUSCITER L’ADHÉSION DES CITOYENS.
6.	 INNOVER DANS LA COLLECTE DE FONDS (FUND-RAISING).
7.	 VALORISER LEUR ACTION PHILANTHROPIQUE VIS-À-VIS DES PARTIES PRENANTES.
8.	 MOBILISER LES BÉNÉVOLES…
PHILANTHROPIE
Développement
humain
Solidarité
Inclusion
Éducation
Il existe trois formes de mécénat :
MÉCÉNAT FINANCIER : apport d’un montant en numéraire (en argent) au profit
d’un projet d’intérêt général, c’est le plus couramment utilisé par les entreprises
quelle que soit leur taille, 77% des entreprises mécènes pour 80% du budget to-
tal du mécénat en France.
MÉCÉNAT EN NATURE : donner ou mettre à disposition des biens au profit d’un
projet d’intérêt général.
MÉCÉNAT DE COMPÉTENCE : mettre à disposition un salarié sur son temps de
travail au profit d’un projet d’intérêt général.
PHILANTHROPIE MÉCÉNAT
PHILANTHROPIE MODERNE
MORALISATION
DE L’ÉCONOMIE
FINANCIARISATION
DE L’ÉTHIQUE
Il existe 8 statuts de fondations et fonds de dotations :
Fondation reconnue d’utilité publique.
Fonds de dotation.
Fondation d’entreprise.
Fondation sous égide.
Fondation de coopération scientifique.
Fondations partenariale.
Fondation universitaire.
Fondation hospitalière.
La philanthropie suscite de nombreux questionnements parmi lesquels :
NON LUCRATIF
FONDS DE DOTATION
ENJEUX SOCIÉTAUX
SOCIALE ET SOLIDAIRE
INCITATION
FISCALITÉ
RÉSULTAT
COÛT/EFFICACITÉ
SOCIÉTÉ
PYRAMIDE DE CARROLL
AVANTAGE
La fondation est une acte par lequel
une ou plusieurs personnes physiques
ou morales décident l’affectation irré-
vocable de biens, droits ou ressources
à la réalisation d’une œuvre d’intérêt
général et à but non lucratif.
Autorisée par arrêté préfectoral
la fondation d’entreprise est fon-
dée pour une durée limitée par des
sociétés civiles ou commerciales,
des établissements publics industriels
et commerciaux, des coopératives
ou des mutuelles, qui peuvent rester
majoritaire au conseil d’administra-
tion.
Les fondateurs s’engagent pour la fon-
dation dans le cadre d’un programme
d’action pluriannuel.
Contrairement à la plupart des associations, qui ne disposent que de la capacité
de recevoir des dons manuels et de détenir seulement les immeubles « stricte-
ment nécessaires » à leur objet, les fonds de dotation jouissent d’une grande
capacité juridique, ils peuvent recevoir librement toute forme de libéralités (dont
les donations et les legs) et peuvent détenir des immeubles de rapport.
À la différence des fondations reconnues d’utilité publique (créées par décret
après avis du Conseil d’Etat) les fonds de dotation sont créés par simple déclara-
tion en préfecture sans autorisation préalable d’une quelconque autorité.
Les fondations et fonds de dotation
relèvent de l’économie sociale et soli-
daire (ESS).
ESS désigne un ensemble d’entreprises
organisées sous différentes formes
statutaires : coopératives, mutuelles,
associations, fondations et les sociétés
commerciales de l’ESS.
Ces entreprises cherchent à conci-
lier activité économique et utilité
sociale avec pour ambition de créer
des emplois et de développer une plus
grande cohésion sociale.
Leur modèle économique est d’abord
consacré à l’humain, il poursuit des
objectifs sociétaux tout en favorisant
le développement local à travers
la création de richesse (activité,
emploi, lien social).
Ces organisations allient perfor-
mance économique durable, impact
environnemental, développement
de l’emploi, lien social et rayonne-
ment territorial.
Au-delà des éléments contextuels
économiques et conjoncturels
favorisant l’essor des fondations,
des modifications internes au secteur
des fondations, à commencer par le
statut lui-même expliquent l’essor
du nombre de fondations dans
plusieurs pays d’Europe.
En France la forte croissance
du nombre de fondations s’explique
par l’introduction de nouvelles incita-
tions fiscales, la création de nouveaux
statuts juridiques et l’introduction
du statut de «  fonds de dotation  »
en 2008.
RÉDUCTION D’IMPÔTS : Un pourcentage du montant des dons peut être
directement soustrait de l’impôt dû jusqu’à un certain plafond de revenu.
Ce système, plus avantageux pour tous les contribuables, quels que soient leurs
taux d’imposition, est notamment en vigueur en France et en Belgique.
On assiste en France à la même tendance qu’aux États-Unis.
Plutôt que d’accorder des dons en fin de vie à des structures établies les phi-
lanthropes souhaitent créer leur propre fondation afin de mieux contrôler
l’affectation et l’efficacité opérationnelle des sommes allouées. Cette génération
de nouveaux philanthropes se caractérise par la culture du résultat.
La philanthropie adopte parfois les méthodes des hedge funds (fonds spéculatifs
qui recherchent des rentabilités élevées).
Selon ce concept philanthropique utilitariste il ne s’agit plus
d’agir sous l’impulsion d’un coup de cœur mais de donner en
prenant en compte le critère de rentabilité.
Le rapport coût/efficacité de l’action philanthropique doit être optimal.
On observe la création de plus en plus nombreuse de fondations d’entreprise.
Bien qu’elles adhèrent à une cause elles visent
à renforcer leur image et leur réputation.
La philanthropie devient une activité stratégique de l’entreprise.
Toutes les entreprises du CAC 40 ont créé une fondation.
La philanthropie d’entreprise a des exigences fortes en matière de rentabilité.
RENTABILITÉ
DOMAINES
D’INTERVENTION
PANORAMA
ESSOR
RÉSEAUX
RÉDUCTION D’IMPÔT
STRATÉGIQUE
COMPORTEMENT
RESPONSABILITÉ
TYPOLOGIE
Le nombre de fondations est en forte croissance depuis deux à trois décennies
en Europe. Si certains pays ont une longue tradition philanthropique, le paysage
des fondations européennes se caractérise aujourd’hui par sa jeunesse et son
dynamisme.
Entre 2001 et 2014 le nombre de fondations françaises a connu une croissance
de 300%.
Le monde de la philanthropie est structuré et organisé. En France, en Eu-
rope et partout dans le monde les philanthropes peuvent trouver un ré-
seau ou un cercle affinitaire.
Dans le cadre de la loi du 1er août 2003 en France la réduction d’impôt est égale
à 60 % du montant du don, et retenue dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaire
H.T. avec la possibilité en cas de dépassement de ce plafond de reporter l’excé-
dent au titre des 5 exercices suivants.
Ces éléments sont régis par l’article 238bis du Code Général des Impôts.
Aux USA la tradition consistant à aider des œuvres ou à créer une fondation
en fin de carrière ou de vie tend à s’estomper.
Un nombre croissant d’entrepreneurs souhaite intégrer de leur vivant
une action philanthropique à la gestion de leur patrimoine. Milliardaires du Net
ou de la Tech Économie ces nouveaux philanthropes ambitionnent de mettre
leurs compétences et les recettes de leur réussite au service de l’action philan-
thropique.
On parle alors de « venture philanthropy » (philanthropie stratégique).
Leurs détracteurs préfèrent utiliser l’expression « philanthrocapitalisme ».
La responsabilité économique affirme la primauté du profit comme garant
de la pérennité et du développement de l’entreprise.
La responsabilité juridique implique que l’entreprise respecte la loi et les
réglementations.
La responsabilité éthique enjoint l’entreprise de répondre aux attentes
de la société.
La responsabilité philanthropique appelle à la contribution de l’entreprise au
sein de sa communauté, elle relève de la seule volonté du dirigeant en mettant
en œuvre des projets en faveur de causes qui peuvent être éloignées du cœur
de métier de l’entreprise.
Golli Adel, Yahiaoui Dorra, « Responsabilité sociale des entreprises : analyse du modèle de Carroll »
Management & Avenir, 3/2009 (n° 23), p. 139-152.
Faire du bien à la communauté
Désiré par la société
Se comporter d’une façon éthique
Attendu par la société
Respecter la loi
Exigé par la société
Etre profitable
Exigé par la société
Reconnaissants (10%)
anciens bénéficiaires qui veulent rendre
à la société les gains reçus.
FONDS
DE DOTATION
Libéralités
Immeubles
de rapport
CULTURE ET PATRIMOINE
ÉDUCATION
ACTION SOCIALE
INSERTION PROFESSIONNELLE
PRIORITÉ DES ENJEUX SOCIÉTAUX DES FONDATIONS
58%
Éducation
49%
Action sociale
Insertion professionnelle
43%
Panorama des fondations et fonds de dotations en France publié par le Cabinet EY
68%des structures interrogées
proposent à leurs collabora-
teurs de s’impliquer dans des
actions de solidarité
68% des structures
interrogées voient leur
action liée ou intégrée
à la stratégie RSE de
l’entreprise
68%des fondations
et fonds de dotations
emploient 3 employés
ou plus en 2016 (contre
23 % en 2014)
41%
80%des structures interrogées
soutiennent des projets
de manière pluriannuelle
(contre 72 % en 2014)
OBJECTIFS
Socialisation entre les membres.
Échanger, apprendre à se connaître.
Partage de bonnes pratiques.
Montée en compétences…
IL EXISTE DEUX TYPES DE MESURES DE FISCALITÉ DANS LE MONDE :
DÉDUCTION D’IMPÔTS : Le montant des dons est totalement ou partiellement
déduit du revenu imposable avec des plafonds qui varient d’un pays à l’autre.
C’est le système le plus répandu, on le retrouve aux États-Unis, en Allemagne
ou en Suisse, il a tendance à favoriser les contribuables dont le taux d’imposi-
tion est le plus élevé.
0,5% CHIFFRE
D’AFFAIRE H.T
IMPÔTS = 60%DON
«
Selon le portail du mécénat Admical, avantage fiscal ne veut pas dire niche
fiscale :
«En favorisant le mécénat l’Etat a accepté de ne plus avoir le monopole de
l’intérêt général, et de partager le financement du bien commun avec les
personnes privées (entreprises et particuliers).
Le mécénat augmente les ressources des acteurs de l’intérêt général,
non celles des mécènes (le mécénat reste une dépense pour l’entreprise).
Il économise des dépenses à l’Etat.
Il bénéficie beaucoup à l’Etat et aux collectivités.
Son impact crée de l’activité économique.
Il est une solution utilisée par les bénéficiaires pour combler la baisse
des financements publics ».
5 RAISONS MAJEURES :
Les comportements des nouveaux philanthropes diffèrent
de ceux de leurs prédécesseurs :
Agir dans
un but précis.
Créer une fondation
est une option
parmi d’autres.
Donner tout au long
de la vie en impli-
quant la famille.
Faire
des investissements.
Des études menées aux USA mettent en évidence
la typologie des philanthropes suivante :
Fervents (21%)
animés de motivations religieuses
ou spirituelles.
Mondains (11%)
veulent s’occuper grâce à l’organisation
d’événements caritatifs.
Altruistes (9%)
donateurs désintéressés.
Dynastiques (8%)
pour qui la philanthropie relève
de la tradition familiale.
cherchent à aider leurs concitoyens
par des actions sociales de proximité.
Communautaires (26%)
Selon Archie B. Carroll, la responsabilité que l’entreprise a envers
la société peut être regroupée en quatre catégories :
ÉCONOMIQUE
JURIDIQUE
ÉTHIQUE
PHILANTHROPIQUE
RSE
Responsabilités
philanthropiques
Responsabilités
éthiques
Responsabilités légales
Responsabilités économiques
HIÉRARCHIE
ÉTHIQUE
RECHERCHE
IMPACT
CONSEIL
D’ADMINISTRATION
TRANSPARENCE
DÉVELOPPEMENT
DURABLE
DÉVELOPPEMENT DURABLE PHILANTHROPIE
CHAIRE
ENGAGEMENT
La pyramide de B. Carroll laisse
à penser que la philanthropie placée
au sommet est la responsabilité la plus
importante.
La question de la priorité dans
ce modèle ne se place pas dans une
perspective hiérarchique.
Les quatre catégories de respon-
sabilités peuvent être menées
simultanément et une action respon-
sable peut poursuivre des objectifs
à la fois économiques, légaux,
éthiques ou philanthropiques.
Il existe un courant de pensée selon lequel on assiste avec la philanthropie
d’entreprise à l’émergence d’une nouvelle forme d’éthique publique.
La fonction sociale de l’entreprise engagée dans la philanthropie serait
politiquement et moralement fondée. L’entreprise serait de plus en plus
consciente de son impact social et sociétal ainsi qu’à la notion de « bien commun »
(bien matériel ou immatériel partagé par les membres d’une même communauté).
Ce courant de pensée considère légitime l’utilisation d’une démarche
marketing par la philanthropie.
L’article « Research in corporate philanthropy : a review and assessment », publié
par le Journal of Business Ethics, 2015, a tenté de faire le point sur les conclusions
de 162 publications académiques et théories émanant de chercheurs sur trente
années dans le champ de la philanthropie
Ces publications sont les résultats de travaux de recherche dans de nombreux
domaines parmi lesquels le management, l’économie ou la sociologie.
La plupart des auteurs s’accorde à dire que la philanthropie d’entreprise sert
presque toujours, quoique de manière indirecte, les intérêts de l’entreprise.
Ils remarquent que l’impact indirect sur la performance financière ou la valeur
actionnariale n’apparaît pas déterminante.
Les conseils d’administration dans lesquels siègent des femmes et des per-
sonnes issues des minorités ethniques et culturelles seraient plus enclins à faire
des dons. Femmes et personnes issues des minorités ethniques et culturelles
éprouvent plus d’empathie. Femmes et personnes issues des minorités eth-
niques et culturelles ne recherchent pas la seule maximisation du profit.
Selon Michael Green co-auteur de « Philanthrocapitalism: How Giving
Can Save the World » la surestimation de la part de l’aide aux pays en voie
de développement de la philanthropie est attribuée à trois raisons essentielles :
Selon une étude 2014 de l’OCDE les fondations philanthropiques jouent
un rôle important dans le financement du développement durable non seulement
dans la mobilisation des ressources financières mais aussi en tant qu’acteurs
du développement à part entière.
Elles contribuent au développement en particulier dans les domaines
de l’agriculture, de la planification familiale et de la lutte contre les maladies
infectieuses.
Des Écoles et Universités s’engagent
dans la création de Chaire
Philanthropie. Preuve s’il en est
de la place majeure qu’occupe la
philanthropie dans le tissu socio-
culturel et économique. 
L’ESSEC par exemple a créé en
2011 une Chaire Philanthropie
dont l’objectif est de contribuer
au renforcement de l’impact social
des acteurs philanthropiques -
individus, entreprises mécènes,
fondations, fonds d’investissement à
vocation sociale - par la production
et la diffusion de connaissances sur
la philanthropie en France et en
Europe.
La chaire Philanthropie de l’ESSEC
propose également un MOOC
(cours en ligne ouvert et massif )
en collaboration avec la Fondation
de France. Elles contribuent au
développement en particulier dans
les domaines de l’agriculture, de la
planification familiale et de la lutte
contre les maladies infectieuses.
FONDAMENTAL
PARTIES PRENANTES
QUESTIONS
MOTIVATION
ÉVALUATION
LÉGITIMITÉ
TRAJECTOIRE
HYBRIDATION
À PROPOS DU CABINET ADHERE-RH ET DE GÉNIE-RH
SELON B. CARROLL
LES RESPONSABILITÉS ÉCONOMIQUES
ET LES RESPONSABILITÉS LÉGALES
SONT LES PLUS FONDAMENTALES.
Bien que n’ayant pas partie liée directement ou indirectement avec ses activités
ni son cœur de métier l’action philanthropique de l’entreprise a un impact
sur son image interne et externe et sur les attentes de ses parties prenantes,
voire sur la motivation de ses salariés.
L’article apporte des éléments de réponse aux questions suivantes :
On a tendance à surévaluer l’aide aux pays en voie de développement
de la philanthropie.
L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)
a recalculé en 2017 la part des dons privés dans l’aide au développement.
Jusque-là estimée à 60  milliards de dollars par le Hudson Institute la part des
dons privés a été réévaluée 7,6 milliards par an. À titre de comparaison les Etats
ont consenti 143 milliards de dollars en 2016.
L’échec d’une action philanthropique et la difficulté à l’admettre et l’accepter
sont pointés du doigt. Les philanthropes sont parfois accusés d’être dans le déni
concernant leurs échecs éventuels. Afin de gagner en légitimé les philanthropes
doivent tirer les leçons de leurs échecs et faire preuve d’humilité. Des chercheurs
dénoncent la tentation des philanthropes de céder à l’autocongratulation et à
l’autarcie.
Les fondations et les organismes d’aide au développement suivent le plus souvent
des trajectoires parallèles et collaborent peu. Les fondations se concentrent
sur leurs propres priorités lesquelles recoupent parfois celles des acteurs
traditionnels de l’aide au développement, elles ne cherchent pas à collaborer avec
des partenaires dont elles jugent le mode de fonctionnement bureaucratique
et inefficient.
L’essor de la philanthropie est considéré par certains comme
un abandon du vivre ensemble. D’autres y voient la recomposition
du vivre ensemble, une autre manière de bâtir et faire prospérer
la société. La philanthropie peut être perçue comme une
contestation des prétentions de l’Etat à définir seul l‘intérêt
général.
ASSISTERAIT-ON À UNE HYBRIDATION DES LOGIQUES
ENTREPRENEURIALES, ÉTATIQUES ET MANAGÉRIALES ?
ADHERE-RH est un Cabinet de Conseil Expert dont le cœur de métier
est le Management des Ressources Humaines et la Responsabilité Sociétale des
Entreprises (RSE).
Génie-RH conçoit et pilote des dispositifs  d’insertion Professionnelle dans
le champ du handicap. Le Cabinet est centré sur l’innovation et l’inclusion
Sociale, son activité sur l’ingénierie et la conduite de projets RH.
La responsabilité philanthropique est
moins importante que les trois autres.
De ce point de vue, on peut considérer qu’elle entre
dans le périmètre de la RSE.
1
2
3
La philanthropie d’entreprise provient-elle d’un désir sincère de contri-
buer au bien commun et d’investir dans la communauté ?
La philanthropie d’entreprise peut-elle être mieux comprise si l’on se
place d’un point de vue marketing ? 
Pourquoi l’entreprise fait-elle un don ?
Accroissement de la popularité du dirigeant
Valorisation de la réputation de l’entreprise
Voire, pour certaines entreprises, l’instrumentalisation de l’opinion publique
PRINCIPAUX OBJECTIFS RECHERCHÉS PAR LA PHILANTHROPIE SELON EUX :
Pour les théoriciens des comporte-
ments pro-sociaux la philanthropie
d’entreprise dépend en grande partie
de la motivation d’acteurs individuels
au sein de l’entreprise. Le dirigeant
plus que l’entreprise elle-même peut
se sentir soumis à des normes morales
ainsi qu’à la nécessité sinon au devoir
de faire preuve de bienveillance.
ACTEURS
INDIVIDUELS
ENTREPRISE
Normes morales Normes morales
=
DIFFÉRENCES DES STANDARDS FISCAUX D’UN PAYS À L’AUTRE.
ESTIMATIONS BASÉES SUR LA COMMUNICATION DES FONDATIONS QUI AUTO-
DÉCLARENT LEURS ACTIVITÉS.
DÉFICIT DE TRANSPARENCE DE NOMBREUSES FONDATIONS.
Indice 2016 «  BNP Paribas Individual Philanthropy Index  » qui mesure
l’engagement des philanthropes dans quatre régions  – Europe, Asie, Proche-
Orient, Amérique du Nord :
PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS :
CLASSEMENT : Les États-Unis en 1ère position suivis de l’Europe, de l’Asie et du Proche-
Orient.
DONS : Les États-Unis leaders en termes de montants donnés ou promis à des causes
philanthropiques.
PROGRESSION : Le Proche-Orient enregistre les progressions les plus rapides
PROMOTION DES ACTIONS DE PHILANTHROPIE : L’Europe et l’Asie en tête, l’Europe
conserve sa première place.
INNOVATION : Les Européens sont les plus disposés à explorer de nouvelles approches
et à innover.
ADHERE RH specializes in bringing companies with formal framework and metho-
dologies to identify problems or efficient ways of performing business and human
resources tasks.
FONDATION
AIDE AU DÉVELOPPEMENT

Recommandé

etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2etude stratégique Ikea version-finale-2
etude stratégique Ikea version-finale-2AmeniBoubaker2
 
Principe Pollueur Payeur
Principe Pollueur PayeurPrincipe Pollueur Payeur
Principe Pollueur PayeurFatma houissa
 
Déconstructivisme ilyes+djalal
Déconstructivisme ilyes+djalal Déconstructivisme ilyes+djalal
Déconstructivisme ilyes+djalal ILYES MHAMMEDIA
 
Découvrir l'entrepreneuriat social
Découvrir l'entrepreneuriat socialDécouvrir l'entrepreneuriat social
Découvrir l'entrepreneuriat socialEnactusFrance
 
Dossier zara 30mars2012
Dossier zara 30mars2012Dossier zara 30mars2012
Dossier zara 30mars2012hananati01
 
Mémoire de Recherche : Comment les événements sportifs peuvent-ils s'adapter...
Mémoire de Recherche  : Comment les événements sportifs peuvent-ils s'adapter...Mémoire de Recherche  : Comment les événements sportifs peuvent-ils s'adapter...
Mémoire de Recherche : Comment les événements sportifs peuvent-ils s'adapter...Olivier Marrimpoey-Cadet
 

Contenu connexe

Tendances

Stratégie digitale carrefour
Stratégie digitale carrefourStratégie digitale carrefour
Stratégie digitale carrefourAmalElani
 
Présentation du programme Enactus
Présentation du programme EnactusPrésentation du programme Enactus
Présentation du programme EnactusEnactusFrance
 
Projet de création d'entreprise: exemple
Projet de création d'entreprise: exempleProjet de création d'entreprise: exemple
Projet de création d'entreprise: exempleYassineHammoucha
 
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...Cap'Com
 
Rapport de production
Rapport de productionRapport de production
Rapport de productionkouamSiaka
 
Externalisation de la chaîne logistique
Externalisation de la chaîne logistiqueExternalisation de la chaîne logistique
Externalisation de la chaîne logistiqueHanae Guenouni
 
Management interculturel - Cas "Auchan"
Management interculturel - Cas "Auchan"Management interculturel - Cas "Auchan"
Management interculturel - Cas "Auchan"Tarek Haress
 
Storytelling De Marque
Storytelling De MarqueStorytelling De Marque
Storytelling De Marqueguest6ba089
 
La RSE: relations avec les parties prenantes
La RSE: relations avec les parties prenantesLa RSE: relations avec les parties prenantes
La RSE: relations avec les parties prenantesFrançois Mangin
 
Définir la charte de son projet
Définir la charte de son projetDéfinir la charte de son projet
Définir la charte de son projetEnactusFrance
 
Création d'entreprise
Création d'entreprise Création d'entreprise
Création d'entreprise Hajar EL GUERI
 
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues Télécom
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues TélécomFBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues Télécom
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues TélécomHubertMalgat
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialTayssirLimem
 
Forum2021_AP1 Commande publique
Forum2021_AP1 Commande publiqueForum2021_AP1 Commande publique
Forum2021_AP1 Commande publiqueCap'Com
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingenceChiraz Chebbi
 

Tendances (20)

Stratégie digitale carrefour
Stratégie digitale carrefourStratégie digitale carrefour
Stratégie digitale carrefour
 
Présentation du programme Enactus
Présentation du programme EnactusPrésentation du programme Enactus
Présentation du programme Enactus
 
Onopia - Design Thinking, Créativité, Business Model, Expérience
Onopia - Design Thinking, Créativité, Business Model, ExpérienceOnopia - Design Thinking, Créativité, Business Model, Expérience
Onopia - Design Thinking, Créativité, Business Model, Expérience
 
Projet de création d'entreprise: exemple
Projet de création d'entreprise: exempleProjet de création d'entreprise: exemple
Projet de création d'entreprise: exemple
 
Oncf
OncfOncf
Oncf
 
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...
HOP4 Des solutions pour accompagner la participation et développer le pouvoir...
 
Rapport de production
Rapport de productionRapport de production
Rapport de production
 
Externalisation de la chaîne logistique
Externalisation de la chaîne logistiqueExternalisation de la chaîne logistique
Externalisation de la chaîne logistique
 
Management interculturel - Cas "Auchan"
Management interculturel - Cas "Auchan"Management interculturel - Cas "Auchan"
Management interculturel - Cas "Auchan"
 
marketing industriel
marketing industrielmarketing industriel
marketing industriel
 
Storytelling De Marque
Storytelling De MarqueStorytelling De Marque
Storytelling De Marque
 
La RSE: relations avec les parties prenantes
La RSE: relations avec les parties prenantesLa RSE: relations avec les parties prenantes
La RSE: relations avec les parties prenantes
 
Définir la charte de son projet
Définir la charte de son projetDéfinir la charte de son projet
Définir la charte de son projet
 
Création d'entreprise
Création d'entreprise Création d'entreprise
Création d'entreprise
 
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues Télécom
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues TélécomFBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues Télécom
FBS-ESCEM - Stratégie Marketing - Cas Bouygues Télécom
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat social
 
Orangina
OranginaOrangina
Orangina
 
Forum2021_AP1 Commande publique
Forum2021_AP1 Commande publiqueForum2021_AP1 Commande publique
Forum2021_AP1 Commande publique
 
Business plan café
Business plan café Business plan café
Business plan café
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingence
 

Similaire à Enjeux RSE de la philanthropie d’entreprise

Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013
Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013
Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013Laura Pochebonne
 
Invitation reservoir funds
Invitation reservoir funds Invitation reservoir funds
Invitation reservoir funds Reservoirfunds
 
Invitation pr reservoir funds
Invitation pr   reservoir funds Invitation pr   reservoir funds
Invitation pr reservoir funds Reservoirfunds
 
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François Hollande
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François HollandeReservoir Funds adresse une lettre ouverte à François Hollande
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François HollandeStartup et Innovation
 
Crowdfunding : mode d'emploi
Crowdfunding : mode d'emploiCrowdfunding : mode d'emploi
Crowdfunding : mode d'emploiplaine images
 
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Charlène Petit
 
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel GrangeSébastien Bourguignon
 
Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuité
Veille 2  - Où en est-on de la relation -la gratuitéVeille 2  - Où en est-on de la relation -la gratuité
Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuitéStephane Lautissier
 
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux Bpifrance
 
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalité
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalitéPME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalité
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalitéThierry Zenou
 
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le SponsoringCafé Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le SponsoringHélène Desliens
 
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et SponsoringCafé Croissant Collaboratif sur le Mécénat et Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et SponsoringHélène Desliens
 
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'Co
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'CoDécryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'Co
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'CoAntoine Wintrebert
 
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020AudéLor
 
Financer le lancement de ton activité
Financer le lancement de ton activitéFinancer le lancement de ton activité
Financer le lancement de ton activitéEnactusFrance
 
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - Cedap
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - CedapGuide des bonnes pratiques en affaires publiques - Cedap
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - CedapArthur Bonhême
 

Similaire à Enjeux RSE de la philanthropie d’entreprise (20)

Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013
Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013
Fondations d'entreprises et RSE - Laura Pochebonne - 2013
 
Invitation reservoir funds
Invitation reservoir funds Invitation reservoir funds
Invitation reservoir funds
 
Invitation pr reservoir funds
Invitation pr   reservoir funds Invitation pr   reservoir funds
Invitation pr reservoir funds
 
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François Hollande
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François HollandeReservoir Funds adresse une lettre ouverte à François Hollande
Reservoir Funds adresse une lettre ouverte à François Hollande
 
Baromètre des Entreprises Sociales en Belgique 2015
Baromètre des Entreprises Sociales en Belgique 2015Baromètre des Entreprises Sociales en Belgique 2015
Baromètre des Entreprises Sociales en Belgique 2015
 
Crowdfunding : mode d'emploi
Crowdfunding : mode d'emploiCrowdfunding : mode d'emploi
Crowdfunding : mode d'emploi
 
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
 
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange
#PortraitDeStartuper #77 - microDON - Pierre-Emmanuel Grange
 
Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuité
Veille 2  - Où en est-on de la relation -la gratuitéVeille 2  - Où en est-on de la relation -la gratuité
Veille 2 - Où en est-on de la relation -la gratuité
 
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux
Bpifrance Le Lab PME ETI et Reseaux sociaux
 
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalité
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalitéPME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalité
PME-ETI et Réseaux Sociaux - du virtuel à la réalité
 
Chercher des financements privés - stratégie, communication, marketing - Camp...
Chercher des financements privés - stratégie, communication, marketing - Camp...Chercher des financements privés - stratégie, communication, marketing - Camp...
Chercher des financements privés - stratégie, communication, marketing - Camp...
 
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le SponsoringCafé Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et le Sponsoring
 
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et SponsoringCafé Croissant Collaboratif sur le Mécénat et Sponsoring
Café Croissant Collaboratif sur le Mécénat et Sponsoring
 
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'Co
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'CoDécryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'Co
Décryptage et potentiel du marché du financement participatif par ADN'Co
 
MAGCOM #7
MAGCOM #7MAGCOM #7
MAGCOM #7
 
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020
Eco actu 31. Revue économique du Pays de Lorient. Audélor, février 2020
 
Barometre des Entreprises Sociales 2014
Barometre des Entreprises Sociales 2014Barometre des Entreprises Sociales 2014
Barometre des Entreprises Sociales 2014
 
Financer le lancement de ton activité
Financer le lancement de ton activitéFinancer le lancement de ton activité
Financer le lancement de ton activité
 
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - Cedap
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - CedapGuide des bonnes pratiques en affaires publiques - Cedap
Guide des bonnes pratiques en affaires publiques - Cedap
 

Plus de ADHERE RH

Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputation
Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputationEnjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputation
Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputationADHERE RH
 
RSE / Management Socialement Responsable
RSE / Management Socialement ResponsableRSE / Management Socialement Responsable
RSE / Management Socialement ResponsableADHERE RH
 
Handicap : innovation et bonnes pratiques
Handicap : innovation et bonnes pratiquesHandicap : innovation et bonnes pratiques
Handicap : innovation et bonnes pratiquesADHERE RH
 
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique ADHERE RH
 
Adaptation au changement
Adaptation au changementAdaptation au changement
Adaptation au changementADHERE RH
 
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise""RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"ADHERE RH
 
Réconcilier développement économique et développement humain
Réconcilier développement économique et développement humainRéconcilier développement économique et développement humain
Réconcilier développement économique et développement humainADHERE RH
 
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport Routier
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport RoutierLa RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport Routier
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport RoutierADHERE RH
 
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEECADHERE RH
 
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...ADHERE RH
 
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?  Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ? ADHERE RH
 
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris ADHERE RH
 
Corporate Social Responsability / RSE
Corporate Social Responsability / RSE Corporate Social Responsability / RSE
Corporate Social Responsability / RSE ADHERE RH
 
Gestion des Ressources Humaines et RSE
Gestion des Ressources Humaines et RSEGestion des Ressources Humaines et RSE
Gestion des Ressources Humaines et RSEADHERE RH
 
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE"
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE" "Enjeux Ressources Humaines de la RSE"
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE" ADHERE RH
 
"Enjeux de la communication responsable"
 "Enjeux de la communication responsable" "Enjeux de la communication responsable"
"Enjeux de la communication responsable"ADHERE RH
 

Plus de ADHERE RH (16)

Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputation
Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputationEnjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputation
Enjeux RSE du management des risques éthiques, financiers, de réputation
 
RSE / Management Socialement Responsable
RSE / Management Socialement ResponsableRSE / Management Socialement Responsable
RSE / Management Socialement Responsable
 
Handicap : innovation et bonnes pratiques
Handicap : innovation et bonnes pratiquesHandicap : innovation et bonnes pratiques
Handicap : innovation et bonnes pratiques
 
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique
Employabilité et Management du handicap cognitif, mental et psychique
 
Adaptation au changement
Adaptation au changementAdaptation au changement
Adaptation au changement
 
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise""RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"
"RSE - Enjeux de la Diversité en entreprise"
 
Réconcilier développement économique et développement humain
Réconcilier développement économique et développement humainRéconcilier développement économique et développement humain
Réconcilier développement économique et développement humain
 
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport Routier
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport RoutierLa RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport Routier
La RSE Opportunité Commerciale pour les TP/PME du Transport Routier
 
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC
"RH & RSE" Ecole Sup Career Alternance Groupe INSEEC
 
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...
Innovation et Performance, En Quoi l'Entreprise Responsable est-elle un Nouve...
 
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?  Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?
Comment un Responsable de Formation peut gérer la RSE ?
 
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris
Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris
 
Corporate Social Responsability / RSE
Corporate Social Responsability / RSE Corporate Social Responsability / RSE
Corporate Social Responsability / RSE
 
Gestion des Ressources Humaines et RSE
Gestion des Ressources Humaines et RSEGestion des Ressources Humaines et RSE
Gestion des Ressources Humaines et RSE
 
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE"
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE" "Enjeux Ressources Humaines de la RSE"
"Enjeux Ressources Humaines de la RSE"
 
"Enjeux de la communication responsable"
 "Enjeux de la communication responsable" "Enjeux de la communication responsable"
"Enjeux de la communication responsable"
 

Enjeux RSE de la philanthropie d’entreprise

  • 1. AVANT-PROPOS COMPLEXE TRANSFORMATION SECTEUR MARCHAND MÉCÉNAT ANGLOPHONE VS FRANCOPHONE THÈSES PROPRIÉTAIRE STATUTS INTÉRÊT GÉNÉRAL AVERTISSEMENT Avec le Livre Blanc «  Enjeux RSE de la Philanthropie d’entreprise » le Cabinet Adhere-RH poursuit son projet de publication d’ouvrages relatifs à la RSE, visant à permettre à un large public de professionnels d’entreprise et de ci- toyens de disposer d’outils de réflexion denses, synthétiques et pratiques. On observe en France comme à l’étranger une multiplication d’articles de presse, de billets, d’enquêtes ou d’ouvrages consacrés à la philan- thropie. Cette prolifération crée la confu- sion dans la mesure où la diver- sité, la richesse sémantique mais aussi la contradiction ou l’ambiguïté des termes employés représentent un obstacle à une perception objective. Philanthropie, mécénat ou fon- dation semblent interchangeables et philanthropie tend à devenir un terme générique. L’objet de cette étude n’est pas de porter un jugement de valeur sur la philanthropie mais un regard lucide dénué de tout parti pris ou préjugé. Le terme philanthropie désigne l’ensemble des transferts, dons d’argent, de ressources matérielles et non-matérielles, accordés par des entreprises afin d’affronter des problématiques sociétales, et ce grâce au soutien des pouvoirs publics au travers d’incitations fiscales. Bien qu’il n’existe pas en France de définition juridique du mécénat l’arrêt du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière précise qu’il s’agit d’un « soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général » La philanthropie d’entreprise appartient à un univers complexe. Bien qu’elle bénéficie d’une littérature et d’une couverture médiatique importantes elle reste méconnue en raison de la variété de ses acteurs, pratiques et structures. On a plus tendance à s’intéresser à l’action philanthropique des entrepreneurs fortunés et célèbres qu’à leurs agents et collaborateurs ou qu’au fonctionne- ment de leurs organisations. Depuis le début des années 2000 la philanthropie s’est profondément transformée. Autrefois discrétionnaire elle est devenue un outil stratégique de posi- tionnement concurrentiel. La philanthropie doit être interpré- tée dans le contexte de l’évolution des sociétés contemporaines, elle s’est diversifiée et professionnalisée. La philanthropie moderne privilégie la stratégie aux dépens de l’altruisme, ce faisant elle alimente les débats et controverses sur son utilité sociale Elle innove, crée son propre mar- ché, impose ses valeurs et ses façons de faire. De plus en plus d’entreprises se tournent vers l’action philanthropique. Les avantages qu’ils soient financiers ou fiscaux semblent représenter la motivation première. Beaucoup de philanthropes souhaitent inscrire leur don dans la durée, ils cherchent à donner du sens à leur patrimoine. L’action philanthropique est souvent liée au devenir et aux intérêts de la gouvernance familiale. Selon Nicolas Guilhot chercheur au Social Science Research Council de New York, auteur de « Financiers philanthropes : sociologie de Wall Street » 2006, les philanthropes ont bâti des fortunes sur les décombres du fordisme. Le chercheur les accuse de s’alimenter de la crise de l’État et de contribuer à l’accentuer. Les financiers-philanthropes tendent à se substituer à l’État d’autant qu’ils sont dotés d’un pouvoir régalien d’arbitrage de la redistribution et des projets de société. Le mécénat est le don d’une entreprise à une activité d’intérêt général. Le mécénat n’est pas un acte réservé aux riches ou aux grandes entreprises, 97 % des entreprises mécènes sont des TPE ou PME. En France il est encouragé et encadré par de nombreux dispositifs légaux. D’un acte de générosité le mécénat peut devenir un outil stratégique cherchant à optimiser son impact sur la cause soutenue et à créer de la valeur immatérielle pour l’entreprise. Selon certains chercheurs la frontière entre mécénat et philanthropie est de plus en plus poreuse, le mécénat tend à se dissoudre dans l’action philanthropique. Certains chercheurs affirment que les actions ou projets de l’entreprise qui n’ont aucun impact direct ou indirect sur les activités ou le cœur de métier de l’entreprise n’entrent pas dans le périmètre de la RSE. D’autres considèrent que la question ne doit pas se poser en ces termes. Conçue comme une stratégie sociale, environnementale et économique profitable la philanthropie moderne centrée sur la démarche RSE vise à fonder des pratiques entre moralisation de l’économie et financiarisation de l’éthique. Depuis 2005 les fondations d’utilité publique peuvent prendre le contrôle de sociétés commerciales ou industrielles. Cette prise de contrôle majoritaire est autorisée dans le cadre d’une opéra- tion de cession ou de transmission d’entreprise, sans limitation de seuil ou de droits de vote, à la condition que soit respecté le principe de spécialité de la fondation. La détention d’une entreprise par une fondation lui permet d’assurer la stabilité de son capital. Afin d’optimiser leurs besoins en marketing relatifs à leur action philan- thropique, les entreprises font appel à des cabinets experts afin de : Traditionnellement centrée sur les activités liées à l’art ou la culture, la philanthropie s’étend aux sec- teurs du développement humain, de la solidarité, de l’inclusion ou de l’éducation. Les philanthropes n’hésitent plus à s’inspirer des pratiques issues du secteur marchand. On a parfois tendance à opposer les modèles philanthropiques français et américain. Dans le monde anglophone on n’établit pas de différence entre mécénat et philanthropie, leur finalité respective est identique, sociale, commerciale et politique.   Dans le monde francophone mécénat et philanthropie diffèrent, la finalité du premier est sociale et culturelle, celle de la seconde est éthique. L’articulation entre philanthropie d’entreprise et RSE n’est pas facile à détermi- ner, deux thèses semblent s’opposer. La première affirme que la philanthropie entre dans le périmètre de la RSE. La seconde que la philanthropie se situe à la périphérie de la RSE car le retour sur investissement est le but recherché. Selon certains experts l’essor des fondations n’est pas dû uniquement à des dispositions fiscales favorables. Les avantages fiscaux ne sont pas le moteur de leur développement mais le déclencheur. Contrairement aux entreprises qui créent des fondations caritatives, les fon- dations d’utilité publique sont actionnaires majoritaires voire propriétaires d’entreprises en particulier dans l’Europe du Nord. On constate que les pouvoirs publics n’ont plus le monopole de l’intérêt général. Les frontières entre action philan- thropique, action entrepreneuriale et action gouvernementale tendent à s’estomper. DÉFINITION POLÉMIQUE PATRIMOINE WALL STREET DON FINALITÉ CŒUR DE MÉTIER PROFITABLE UTILITÉ PUBLIQUE MARKETING Enjeux de la Diversité en entreprise (en partenariat avec Génie-RH) La philanthropie entre t-elle dans le périmètre de la RSE ?1 2 3 4 ENJEUX RSE Par Sylvie Payoux & Constant Calvo D’ENTREPRISE DE LA PHILANTHROPIE Enjeux Ressources Humaines de la RSE Enjeux de la Communication Respon- sable RSE et Management du Handicap (en partenariat avec la Mission Handicap BNP Paribas) 2013 2014 2015 2016 Encourt-on le risque de voir l’État se déresponsabiliser et abandonner la santé, l’assistance, l’éducation ou la culture à la philanthropie? La philanthropie comble-t-elle un vide laissé par l’État de plus en plus endetté ? Les philanthropes tentent-ils sous couvert de générosité de masquer la logique de rentabilité et de performance propre au capitalisme ? 1. MAÎTRISER LEUR IMAGE DE MARQUE. 2. DÉFINIR LEUR POSITIONNEMENT. 3. MESURER LES EFFETS DE LEUR COMMUNICATION. 4. CAPTER ET FIDÉLISER LES DONATEURS. 5. SUSCITER L’ADHÉSION DES CITOYENS. 6. INNOVER DANS LA COLLECTE DE FONDS (FUND-RAISING). 7. VALORISER LEUR ACTION PHILANTHROPIQUE VIS-À-VIS DES PARTIES PRENANTES. 8. MOBILISER LES BÉNÉVOLES… PHILANTHROPIE Développement humain Solidarité Inclusion Éducation Il existe trois formes de mécénat : MÉCÉNAT FINANCIER : apport d’un montant en numéraire (en argent) au profit d’un projet d’intérêt général, c’est le plus couramment utilisé par les entreprises quelle que soit leur taille, 77% des entreprises mécènes pour 80% du budget to- tal du mécénat en France. MÉCÉNAT EN NATURE : donner ou mettre à disposition des biens au profit d’un projet d’intérêt général. MÉCÉNAT DE COMPÉTENCE : mettre à disposition un salarié sur son temps de travail au profit d’un projet d’intérêt général. PHILANTHROPIE MÉCÉNAT PHILANTHROPIE MODERNE MORALISATION DE L’ÉCONOMIE FINANCIARISATION DE L’ÉTHIQUE Il existe 8 statuts de fondations et fonds de dotations : Fondation reconnue d’utilité publique. Fonds de dotation. Fondation d’entreprise. Fondation sous égide. Fondation de coopération scientifique. Fondations partenariale. Fondation universitaire. Fondation hospitalière. La philanthropie suscite de nombreux questionnements parmi lesquels :
  • 2. NON LUCRATIF FONDS DE DOTATION ENJEUX SOCIÉTAUX SOCIALE ET SOLIDAIRE INCITATION FISCALITÉ RÉSULTAT COÛT/EFFICACITÉ SOCIÉTÉ PYRAMIDE DE CARROLL AVANTAGE La fondation est une acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l’affectation irré- vocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif. Autorisée par arrêté préfectoral la fondation d’entreprise est fon- dée pour une durée limitée par des sociétés civiles ou commerciales, des établissements publics industriels et commerciaux, des coopératives ou des mutuelles, qui peuvent rester majoritaire au conseil d’administra- tion. Les fondateurs s’engagent pour la fon- dation dans le cadre d’un programme d’action pluriannuel. Contrairement à la plupart des associations, qui ne disposent que de la capacité de recevoir des dons manuels et de détenir seulement les immeubles « stricte- ment nécessaires » à leur objet, les fonds de dotation jouissent d’une grande capacité juridique, ils peuvent recevoir librement toute forme de libéralités (dont les donations et les legs) et peuvent détenir des immeubles de rapport. À la différence des fondations reconnues d’utilité publique (créées par décret après avis du Conseil d’Etat) les fonds de dotation sont créés par simple déclara- tion en préfecture sans autorisation préalable d’une quelconque autorité. Les fondations et fonds de dotation relèvent de l’économie sociale et soli- daire (ESS). ESS désigne un ensemble d’entreprises organisées sous différentes formes statutaires : coopératives, mutuelles, associations, fondations et les sociétés commerciales de l’ESS. Ces entreprises cherchent à conci- lier activité économique et utilité sociale avec pour ambition de créer des emplois et de développer une plus grande cohésion sociale. Leur modèle économique est d’abord consacré à l’humain, il poursuit des objectifs sociétaux tout en favorisant le développement local à travers la création de richesse (activité, emploi, lien social). Ces organisations allient perfor- mance économique durable, impact environnemental, développement de l’emploi, lien social et rayonne- ment territorial. Au-delà des éléments contextuels économiques et conjoncturels favorisant l’essor des fondations, des modifications internes au secteur des fondations, à commencer par le statut lui-même expliquent l’essor du nombre de fondations dans plusieurs pays d’Europe. En France la forte croissance du nombre de fondations s’explique par l’introduction de nouvelles incita- tions fiscales, la création de nouveaux statuts juridiques et l’introduction du statut de «  fonds de dotation  » en 2008. RÉDUCTION D’IMPÔTS : Un pourcentage du montant des dons peut être directement soustrait de l’impôt dû jusqu’à un certain plafond de revenu. Ce système, plus avantageux pour tous les contribuables, quels que soient leurs taux d’imposition, est notamment en vigueur en France et en Belgique. On assiste en France à la même tendance qu’aux États-Unis. Plutôt que d’accorder des dons en fin de vie à des structures établies les phi- lanthropes souhaitent créer leur propre fondation afin de mieux contrôler l’affectation et l’efficacité opérationnelle des sommes allouées. Cette génération de nouveaux philanthropes se caractérise par la culture du résultat. La philanthropie adopte parfois les méthodes des hedge funds (fonds spéculatifs qui recherchent des rentabilités élevées). Selon ce concept philanthropique utilitariste il ne s’agit plus d’agir sous l’impulsion d’un coup de cœur mais de donner en prenant en compte le critère de rentabilité. Le rapport coût/efficacité de l’action philanthropique doit être optimal. On observe la création de plus en plus nombreuse de fondations d’entreprise. Bien qu’elles adhèrent à une cause elles visent à renforcer leur image et leur réputation. La philanthropie devient une activité stratégique de l’entreprise. Toutes les entreprises du CAC 40 ont créé une fondation. La philanthropie d’entreprise a des exigences fortes en matière de rentabilité. RENTABILITÉ DOMAINES D’INTERVENTION PANORAMA ESSOR RÉSEAUX RÉDUCTION D’IMPÔT STRATÉGIQUE COMPORTEMENT RESPONSABILITÉ TYPOLOGIE Le nombre de fondations est en forte croissance depuis deux à trois décennies en Europe. Si certains pays ont une longue tradition philanthropique, le paysage des fondations européennes se caractérise aujourd’hui par sa jeunesse et son dynamisme. Entre 2001 et 2014 le nombre de fondations françaises a connu une croissance de 300%. Le monde de la philanthropie est structuré et organisé. En France, en Eu- rope et partout dans le monde les philanthropes peuvent trouver un ré- seau ou un cercle affinitaire. Dans le cadre de la loi du 1er août 2003 en France la réduction d’impôt est égale à 60 % du montant du don, et retenue dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaire H.T. avec la possibilité en cas de dépassement de ce plafond de reporter l’excé- dent au titre des 5 exercices suivants. Ces éléments sont régis par l’article 238bis du Code Général des Impôts. Aux USA la tradition consistant à aider des œuvres ou à créer une fondation en fin de carrière ou de vie tend à s’estomper. Un nombre croissant d’entrepreneurs souhaite intégrer de leur vivant une action philanthropique à la gestion de leur patrimoine. Milliardaires du Net ou de la Tech Économie ces nouveaux philanthropes ambitionnent de mettre leurs compétences et les recettes de leur réussite au service de l’action philan- thropique. On parle alors de « venture philanthropy » (philanthropie stratégique). Leurs détracteurs préfèrent utiliser l’expression « philanthrocapitalisme ». La responsabilité économique affirme la primauté du profit comme garant de la pérennité et du développement de l’entreprise. La responsabilité juridique implique que l’entreprise respecte la loi et les réglementations. La responsabilité éthique enjoint l’entreprise de répondre aux attentes de la société. La responsabilité philanthropique appelle à la contribution de l’entreprise au sein de sa communauté, elle relève de la seule volonté du dirigeant en mettant en œuvre des projets en faveur de causes qui peuvent être éloignées du cœur de métier de l’entreprise. Golli Adel, Yahiaoui Dorra, « Responsabilité sociale des entreprises : analyse du modèle de Carroll » Management & Avenir, 3/2009 (n° 23), p. 139-152. Faire du bien à la communauté Désiré par la société Se comporter d’une façon éthique Attendu par la société Respecter la loi Exigé par la société Etre profitable Exigé par la société Reconnaissants (10%) anciens bénéficiaires qui veulent rendre à la société les gains reçus. FONDS DE DOTATION Libéralités Immeubles de rapport CULTURE ET PATRIMOINE ÉDUCATION ACTION SOCIALE INSERTION PROFESSIONNELLE PRIORITÉ DES ENJEUX SOCIÉTAUX DES FONDATIONS 58% Éducation 49% Action sociale Insertion professionnelle 43% Panorama des fondations et fonds de dotations en France publié par le Cabinet EY 68%des structures interrogées proposent à leurs collabora- teurs de s’impliquer dans des actions de solidarité 68% des structures interrogées voient leur action liée ou intégrée à la stratégie RSE de l’entreprise 68%des fondations et fonds de dotations emploient 3 employés ou plus en 2016 (contre 23 % en 2014) 41% 80%des structures interrogées soutiennent des projets de manière pluriannuelle (contre 72 % en 2014) OBJECTIFS Socialisation entre les membres. Échanger, apprendre à se connaître. Partage de bonnes pratiques. Montée en compétences… IL EXISTE DEUX TYPES DE MESURES DE FISCALITÉ DANS LE MONDE : DÉDUCTION D’IMPÔTS : Le montant des dons est totalement ou partiellement déduit du revenu imposable avec des plafonds qui varient d’un pays à l’autre. C’est le système le plus répandu, on le retrouve aux États-Unis, en Allemagne ou en Suisse, il a tendance à favoriser les contribuables dont le taux d’imposi- tion est le plus élevé. 0,5% CHIFFRE D’AFFAIRE H.T IMPÔTS = 60%DON « Selon le portail du mécénat Admical, avantage fiscal ne veut pas dire niche fiscale : «En favorisant le mécénat l’Etat a accepté de ne plus avoir le monopole de l’intérêt général, et de partager le financement du bien commun avec les personnes privées (entreprises et particuliers). Le mécénat augmente les ressources des acteurs de l’intérêt général, non celles des mécènes (le mécénat reste une dépense pour l’entreprise). Il économise des dépenses à l’Etat. Il bénéficie beaucoup à l’Etat et aux collectivités. Son impact crée de l’activité économique. Il est une solution utilisée par les bénéficiaires pour combler la baisse des financements publics ». 5 RAISONS MAJEURES : Les comportements des nouveaux philanthropes diffèrent de ceux de leurs prédécesseurs : Agir dans un but précis. Créer une fondation est une option parmi d’autres. Donner tout au long de la vie en impli- quant la famille. Faire des investissements. Des études menées aux USA mettent en évidence la typologie des philanthropes suivante : Fervents (21%) animés de motivations religieuses ou spirituelles. Mondains (11%) veulent s’occuper grâce à l’organisation d’événements caritatifs. Altruistes (9%) donateurs désintéressés. Dynastiques (8%) pour qui la philanthropie relève de la tradition familiale. cherchent à aider leurs concitoyens par des actions sociales de proximité. Communautaires (26%) Selon Archie B. Carroll, la responsabilité que l’entreprise a envers la société peut être regroupée en quatre catégories : ÉCONOMIQUE JURIDIQUE ÉTHIQUE PHILANTHROPIQUE RSE Responsabilités philanthropiques Responsabilités éthiques Responsabilités légales Responsabilités économiques
  • 3. HIÉRARCHIE ÉTHIQUE RECHERCHE IMPACT CONSEIL D’ADMINISTRATION TRANSPARENCE DÉVELOPPEMENT DURABLE DÉVELOPPEMENT DURABLE PHILANTHROPIE CHAIRE ENGAGEMENT La pyramide de B. Carroll laisse à penser que la philanthropie placée au sommet est la responsabilité la plus importante. La question de la priorité dans ce modèle ne se place pas dans une perspective hiérarchique. Les quatre catégories de respon- sabilités peuvent être menées simultanément et une action respon- sable peut poursuivre des objectifs à la fois économiques, légaux, éthiques ou philanthropiques. Il existe un courant de pensée selon lequel on assiste avec la philanthropie d’entreprise à l’émergence d’une nouvelle forme d’éthique publique. La fonction sociale de l’entreprise engagée dans la philanthropie serait politiquement et moralement fondée. L’entreprise serait de plus en plus consciente de son impact social et sociétal ainsi qu’à la notion de « bien commun » (bien matériel ou immatériel partagé par les membres d’une même communauté). Ce courant de pensée considère légitime l’utilisation d’une démarche marketing par la philanthropie. L’article « Research in corporate philanthropy : a review and assessment », publié par le Journal of Business Ethics, 2015, a tenté de faire le point sur les conclusions de 162 publications académiques et théories émanant de chercheurs sur trente années dans le champ de la philanthropie Ces publications sont les résultats de travaux de recherche dans de nombreux domaines parmi lesquels le management, l’économie ou la sociologie. La plupart des auteurs s’accorde à dire que la philanthropie d’entreprise sert presque toujours, quoique de manière indirecte, les intérêts de l’entreprise. Ils remarquent que l’impact indirect sur la performance financière ou la valeur actionnariale n’apparaît pas déterminante. Les conseils d’administration dans lesquels siègent des femmes et des per- sonnes issues des minorités ethniques et culturelles seraient plus enclins à faire des dons. Femmes et personnes issues des minorités ethniques et culturelles éprouvent plus d’empathie. Femmes et personnes issues des minorités eth- niques et culturelles ne recherchent pas la seule maximisation du profit. Selon Michael Green co-auteur de « Philanthrocapitalism: How Giving Can Save the World » la surestimation de la part de l’aide aux pays en voie de développement de la philanthropie est attribuée à trois raisons essentielles : Selon une étude 2014 de l’OCDE les fondations philanthropiques jouent un rôle important dans le financement du développement durable non seulement dans la mobilisation des ressources financières mais aussi en tant qu’acteurs du développement à part entière. Elles contribuent au développement en particulier dans les domaines de l’agriculture, de la planification familiale et de la lutte contre les maladies infectieuses. Des Écoles et Universités s’engagent dans la création de Chaire Philanthropie. Preuve s’il en est de la place majeure qu’occupe la philanthropie dans le tissu socio- culturel et économique.  L’ESSEC par exemple a créé en 2011 une Chaire Philanthropie dont l’objectif est de contribuer au renforcement de l’impact social des acteurs philanthropiques - individus, entreprises mécènes, fondations, fonds d’investissement à vocation sociale - par la production et la diffusion de connaissances sur la philanthropie en France et en Europe. La chaire Philanthropie de l’ESSEC propose également un MOOC (cours en ligne ouvert et massif ) en collaboration avec la Fondation de France. Elles contribuent au développement en particulier dans les domaines de l’agriculture, de la planification familiale et de la lutte contre les maladies infectieuses. FONDAMENTAL PARTIES PRENANTES QUESTIONS MOTIVATION ÉVALUATION LÉGITIMITÉ TRAJECTOIRE HYBRIDATION À PROPOS DU CABINET ADHERE-RH ET DE GÉNIE-RH SELON B. CARROLL LES RESPONSABILITÉS ÉCONOMIQUES ET LES RESPONSABILITÉS LÉGALES SONT LES PLUS FONDAMENTALES. Bien que n’ayant pas partie liée directement ou indirectement avec ses activités ni son cœur de métier l’action philanthropique de l’entreprise a un impact sur son image interne et externe et sur les attentes de ses parties prenantes, voire sur la motivation de ses salariés. L’article apporte des éléments de réponse aux questions suivantes : On a tendance à surévaluer l’aide aux pays en voie de développement de la philanthropie. L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a recalculé en 2017 la part des dons privés dans l’aide au développement. Jusque-là estimée à 60  milliards de dollars par le Hudson Institute la part des dons privés a été réévaluée 7,6 milliards par an. À titre de comparaison les Etats ont consenti 143 milliards de dollars en 2016. L’échec d’une action philanthropique et la difficulté à l’admettre et l’accepter sont pointés du doigt. Les philanthropes sont parfois accusés d’être dans le déni concernant leurs échecs éventuels. Afin de gagner en légitimé les philanthropes doivent tirer les leçons de leurs échecs et faire preuve d’humilité. Des chercheurs dénoncent la tentation des philanthropes de céder à l’autocongratulation et à l’autarcie. Les fondations et les organismes d’aide au développement suivent le plus souvent des trajectoires parallèles et collaborent peu. Les fondations se concentrent sur leurs propres priorités lesquelles recoupent parfois celles des acteurs traditionnels de l’aide au développement, elles ne cherchent pas à collaborer avec des partenaires dont elles jugent le mode de fonctionnement bureaucratique et inefficient. L’essor de la philanthropie est considéré par certains comme un abandon du vivre ensemble. D’autres y voient la recomposition du vivre ensemble, une autre manière de bâtir et faire prospérer la société. La philanthropie peut être perçue comme une contestation des prétentions de l’Etat à définir seul l‘intérêt général. ASSISTERAIT-ON À UNE HYBRIDATION DES LOGIQUES ENTREPRENEURIALES, ÉTATIQUES ET MANAGÉRIALES ? ADHERE-RH est un Cabinet de Conseil Expert dont le cœur de métier est le Management des Ressources Humaines et la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Génie-RH conçoit et pilote des dispositifs  d’insertion Professionnelle dans le champ du handicap. Le Cabinet est centré sur l’innovation et l’inclusion Sociale, son activité sur l’ingénierie et la conduite de projets RH. La responsabilité philanthropique est moins importante que les trois autres. De ce point de vue, on peut considérer qu’elle entre dans le périmètre de la RSE. 1 2 3 La philanthropie d’entreprise provient-elle d’un désir sincère de contri- buer au bien commun et d’investir dans la communauté ? La philanthropie d’entreprise peut-elle être mieux comprise si l’on se place d’un point de vue marketing ?  Pourquoi l’entreprise fait-elle un don ? Accroissement de la popularité du dirigeant Valorisation de la réputation de l’entreprise Voire, pour certaines entreprises, l’instrumentalisation de l’opinion publique PRINCIPAUX OBJECTIFS RECHERCHÉS PAR LA PHILANTHROPIE SELON EUX : Pour les théoriciens des comporte- ments pro-sociaux la philanthropie d’entreprise dépend en grande partie de la motivation d’acteurs individuels au sein de l’entreprise. Le dirigeant plus que l’entreprise elle-même peut se sentir soumis à des normes morales ainsi qu’à la nécessité sinon au devoir de faire preuve de bienveillance. ACTEURS INDIVIDUELS ENTREPRISE Normes morales Normes morales = DIFFÉRENCES DES STANDARDS FISCAUX D’UN PAYS À L’AUTRE. ESTIMATIONS BASÉES SUR LA COMMUNICATION DES FONDATIONS QUI AUTO- DÉCLARENT LEURS ACTIVITÉS. DÉFICIT DE TRANSPARENCE DE NOMBREUSES FONDATIONS. Indice 2016 «  BNP Paribas Individual Philanthropy Index  » qui mesure l’engagement des philanthropes dans quatre régions  – Europe, Asie, Proche- Orient, Amérique du Nord : PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS : CLASSEMENT : Les États-Unis en 1ère position suivis de l’Europe, de l’Asie et du Proche- Orient. DONS : Les États-Unis leaders en termes de montants donnés ou promis à des causes philanthropiques. PROGRESSION : Le Proche-Orient enregistre les progressions les plus rapides PROMOTION DES ACTIONS DE PHILANTHROPIE : L’Europe et l’Asie en tête, l’Europe conserve sa première place. INNOVATION : Les Européens sont les plus disposés à explorer de nouvelles approches et à innover. ADHERE RH specializes in bringing companies with formal framework and metho- dologies to identify problems or efficient ways of performing business and human resources tasks. FONDATION AIDE AU DÉVELOPPEMENT