Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 1 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 2 Novembre 2016
EQUIPE D’EVALUATION
• Andreotti Martin, Rafael, chargé d’évalu...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 3 Novembre 2016
REMERCIEMENTS DE L’EQUIPE TONY
Nous remercions d’abord les jeu...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 4 Novembre 2016
« Une évaluation devrait fournir des informations crédibles et...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 5 Novembre 2016
TABLE DES MATIERES
Equipe d’évaluation...........................
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 6 Novembre 2016
4 • Enquête quantitative.........................................
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 7 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 8 Novembre 2016
AVANT-PROPOS
Depuis de nombreuses années un changement de para...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 9 Novembre 2016
L’objectif avec cette application web a été, dès le début, d’a...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 10 Novembre 2016
La convention N°025/15 entre l’Institut national de préventio...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 11 Novembre 2016
18,6% de l’ensemble des HSH. Parmi les appelants du numéro ve...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 12 Novembre 2016
JHSH ET SANTE MENTALE
Selon les données du Baromètre santé je...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 13 Novembre 2016
Cet état des lieux a obligé l’INPES, en 2014, à se plonger su...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 14 Novembre 2016
À ce propos, une controverse s’installe concernant le rôle de...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 15 Novembre 2016
Cela est démontré également par une étude sur les usages et m...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 16 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 17 Novembre 2016
1 • DESCRIPTION DU PROJET
1.1 : GENESE DU PROJET
Le Crips Île...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 18 Novembre 2016
En parallèle, la mise en place d’un comité de pilotage « Jeun...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 19 Novembre 2016
Le questionnaire a été réalisé avec l’aide de spécialistes : ...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 20 Novembre 2016
1.3 : RETOUR SUR LA PREMIERE ANNEE D’ACTIVITE
1.3.1 : PLAN DE...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 21 Novembre 2016
« Salut, j'ai découvert ton site par le biais d'un pote, par ...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 22 Novembre 2016
1.3.4 : WEB ANALYTICS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE TECHNIQUE...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 23 Novembre 2016
comportement et l’adhésion se réduisent (Cugelman B., et al, ...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 24 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 25 Novembre 2016
2 • PRESENTATION DE L’EVALUATION
Notre projet de recherche év...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 26 Novembre 2016
2.1.3 : METHODOLOGIE D’EVALUATION
>> PREMIERE PARTIE
A. Étude...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 27 Novembre 2016
• Usage d’Internet :
- Accès à l’Internet.
- Usage d’Internet...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 28 Novembre 2016
>> DEUXIEME PARTIE
A. Évaluation qualitative à travers une an...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 29 Novembre 2016
• Comprendre les raisons, les perceptions, les comportements ...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 30 Novembre 2016
2.2 : COMITES DE SUIVI
Tout au long de l’année, le suivi du p...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 31 Novembre 2016
>> Planning des rencontres
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 32 Novembre 2016
2.2.2 : COMITE DE PILOTAGE « ACTION »
Les comités de pilotage...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 33 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 34 Novembre 2016
3 • AMELIORATIONS EN COURS DE ROUTE SUR L’ACTION
Pour faire u...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 35 Novembre 2016
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 36 Novembre 2016
3.2 : CRITERES TRAVAILLES
>> Critère n°1 :
Perception de la s...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 37 Novembre 2016
« Tony jeune gay » a été déclaré à la CNIL sous le code NAF 9...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 38 Novembre 2016
de l’éditeur. Elles peuvent être modifiées ou mises à jour sa...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 39 Novembre 2016
En dehors des positions nuancées de la part des jeunes qui se...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 40 Novembre 2016
des IST et le nombre de partenaires. Noar et al. soulignent q...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 41 Novembre 2016
Dans la même ligne, le programme sur le site « www.HotandSafe...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 42 Novembre 2016
>> CRITERES TRAVAILLES CONJOINTEMENT
CRITERE n°19 :
L’interve...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 43 Novembre 2016
Mise en place d’un rendez-vous mensuel sous forme de chats
Re...
Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 44 Novembre 2016
4 • ENQUETE QUANTITATIVE
4.1 : L’ELABORATION DU QUESTIONNAIRE...
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Evaluation - action de "Tony jeune gay"
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Evaluation - action de "Tony jeune gay"

413 vues

Publié le

"Tony jeune gay" est un projet de prévention numérique en direction des jeunes HSH franciliens de 18 à 25 ans. Ce programme a été évalué pendant deux ans. Voici le rapport d'évaluation.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
413
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Evaluation - action de "Tony jeune gay"

  1. 1. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 1 Novembre 2016
  2. 2. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 2 Novembre 2016 EQUIPE D’EVALUATION • Andreotti Martin, Rafael, chargé d’évaluation, CRIPS. • Delebarre Coraline, chargée de mission ingénierie de projets, CRIPS. RESUME « Tony jeune gay » est une application web de prévention en santé sexuelle et mentale à destination des jeunes HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes) franciliens de 18 à 25 ans éloigné des réseaux communautaires, qui compte 10 786 utilisateurs. Afin d’évaluer l’efficacité de cet outil et de mieux connaître le public cible, une recherche évaluative a été menée en 2015-2016. Pilotée par deux comités de suivi (action et recherche), cette évaluation se compose d’une étude descriptive par questionnaire autoadministré en ligne recueillant 124 participants et d’une évaluation qualitative en série chronologique par focus groupes et entretiens (N=16). Les résultats indiquent une segmentation des identités homosexuelles résistante à l’idée de communauté unique, ainsi que des inégalités territoriales (intrarégion) qui configurent des contraintes en termes d’accès à la prévention, à l’information et aux soins. Ces disparités renvoient également à des stratégies de gestion de l’identité et du dévoilement différentiels associés à l’homophobie vécue ou perçue. Les jeunes rapportent des croyances imaginaires et symboliques fortes sur les modes de contamination et de protection du VIH, une utilisation massive d’Internet et des applications de rencontres, et une prévalence inquiétante des rapports sexuels tarifés. Bien que nos outils de mesure n’aient pas pu confirmer l’acquisition de connaissances à travers le site, le personnage de « Tony » semble efficace pour permettre l’identification, surtout pour les jeunes hors Paris (62% vs 54%). Ces jeunes semblent satisfaits de l’application avec un score global de 15.6/20. L’application a un rôle de renforcement des connaissances de ces jeunes. Toutefois le manque d’interactivité est une limite perçue. Les recommandations d’améliorations vont donc dans ce sens et proposent de favoriser l’échange entre pairs et l’accès numérique aux professionnel.le.s de santé. MOTS CLES : HOMOSEXUALITES, JHSH, HSH, SANTE SEXUELLE, VIH, SANTE MENTALE, E-SANTE, PREVENTION NUMERIQUE, EVALUATION.
  3. 3. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 3 Novembre 2016 REMERCIEMENTS DE L’EQUIPE TONY Nous remercions d’abord les jeunes qui ont répondu au questionnaire en ligne et participé aux focus groupes. Merci à Santé publique France, pour avoir apporté le soutien financier à cette évaluation, et particulièrement à Delphine Kersaudy-Rahib, chargée d’étude Santé sexuelle, pour nous avoir conseillés et accompagnés tout au long du processus. Nous remercions également Xavier Mabire, Anthony Fouet et Gwenaël Domenech-Lorca, chercheurs qui ont accepté de participer à nos comités de pilotage, pour leurs précieuses suggestions. Une considération spéciale pour Mesdames Godeau, Tisseyre, Gentillini et Gachet qui ont collaboré aux retranscriptions des entretiens. Merci enfin à Laurent Marsault, Marion Guincestre, et Bénédicte Astier de l’équipe de graphisme, communication et évènements du Crips IDF, pour avoir contribué et participé activement à la réalisation de cette évaluation. POUR CITER CE RAPPORT : Andreotti Martin R., Delebarre C., « Évaluation-action de "Tony jeune gay", projet de prévention numérique en direction des jeunes HSH franciliens de 18-25 ans », Rapport d’évaluation, Crips IDF, novembre 2016.
  4. 4. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 4 Novembre 2016 « Une évaluation devrait fournir des informations crédibles et utiles permettant d’intégrer les leçons de l’expérience dans le processus de décision des bénéficiaires et des bailleurs de fonds », OCDE1 . 1 http://outils.ofarcy.net/index.php/outils-suivi-evaluation/concepts/39-definitions-gard-ocde
  5. 5. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 5 Novembre 2016 TABLE DES MATIERES Equipe d’évaluation..................................................................................................................................................................................2 Résumé...........................................................................................................................................................................................................2 Remerciements de l’équipe Tony.....................................................................................................................................................3 Avant-propos...............................................................................................................................................................................................8 Introduction : Contexte épidémiologique...........................................................................................................................10 Les jeunes HSH de moins de 25 ans : une population peu explorée...........................................................................10 Pratiques à risque chez les jeunes hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ..........................................................................................................10 Une recrudescence des pratiques à risque également repérée en Île-de-France.............................................. 11 JHSH et santé mentale .........................................................................................................................................................................12 Internet et sociabilités des JHSH.....................................................................................................................................................13 Inégalités sociales, Internet et santé..............................................................................................................................................14 L’empowerment à travers les informations en santé sur Internet..............................................................................15 1 • Description du projet............................................................................................................................................................... 17 1.1 : Genèse du projet................................................................................................................................................................................17 1.2 : Conception de l’outil.......................................................................................................................................................................18 1.3 : Retour sur la première année d’activité............................................................................................................................20 1.3.1 : Plan de communication.....................................................................................................................................................20 1.3.2 : Bilan à six mois.........................................................................................................................................................................21 1.3.3 : Utilisation de l’application web : Bilan à dix mois..................................................................................................21 1.3.4 : Web Analytics et Indicateurs de performance technique...............................................................................22 2 • Présentation de l’évaluation..............................................................................................................................................25 2.1 : Protocole de la recherche-évaluation.................................................................................................................................25 2.1.1 : Objectifs généraux..................................................................................................................................................................25 2.1.2 : Objectifs opérationnels.......................................................................................................................................................25 2.1.3 : Méthodologie d’évaluation..............................................................................................................................................26 2.2 : Comités de suivi ............................................................................................................................................................................30 2.2.1 : Comité de pilotage « recherche »................................................................................................................................30 2.2.2 : Comité de pilotage « Action »....................................................................................................................................... 32 3 • Améliorations en cours de route sur l’action.............................................................................................................34 3.1 : Tableau de bord sur les critères qualité pour les interventions numériques en direction des jeunes................................................................................34 3.2 : Critères travaillés..........................................................................................................................................................................36
  6. 6. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 6 Novembre 2016 4 • Enquête quantitative.............................................................................................................................................................44 4.1 : L’élaboration du questionnaire................................................................................................................................................44 4.2 : La communication sur le questionnaire............................................................................................................................45 4.2.1 : Tony et l’outreach de notre cible pour remplir le questionnaire.................................................................45 4.3 : Résultats de l’enquête.................................................................................................................................................................47 4.3.1. Méthode......................................................................................................................................................................................47 4.3.2. Description de la population............................................................................................................................................47 4.3.3. Focus sur les répondants ayant terminé le questionnaire............................................................................ 49 4.3.4. VIH, IST et pratiques à risque.........................................................................................................................................50 4.3.5 : Santé mentale........................................................................................................................................................................57 4.3.6 : Situation géographique et socialisation....................................................................................................................61 4.3.7 : Homophobie ..........................................................................................................................................................................62 4.3.8 : Recours aux relations sexuelles tarifées................................................................................................................63 4.3.9 : Orientation, attirance, pratiques sexuelles............................................................................................................ 64 4.3.10 : Internet et recherche de partenaire.s....................................................................................................................66 4.3.11 : L’Application web Tony....................................................................................................................................................68 5 • Analyse qualitative de notre cible...................................................................................................................................73 5.1 : Appariement......................................................................................................................................................................................73 5.1.1 : Première étape........................................................................................................................................................................73 5.1.2 : Deuxième étape.....................................................................................................................................................................74 5.2 : Comparaison utilisateurs / non-utilisateurs à partir d’échelle des connaissances..................................75 5.3 : Les focus groupes.........................................................................................................................................................................75 5.3.1 : L’analyse de Tony du point de vue du marketing social ..................................................................................77 5.3.2. Données comportamentales pour orienter les interventions en prévention.....................................83 5.3.3 : Données sociodémographiques de la cible.......................................................................................................... 87 5.4 : Démarche qualité : aspects éthiques et satisfaction de la participation des usagers.............................95 6 • Appréciation globale du projet.........................................................................................................................................98 6.1 : Discussion sur notre méthode d’enquête........................................................................................................................98 6.2 : Limites de l’évaluation...............................................................................................................................................................99 6.3 : Limites de l’action .......................................................................................................................................................................100 6.4 : Conclusions et perspectives...................................................................................................................................................101 VII - Bibliographie........................................................................................................................................................................103 8 • Annexes ........................................................................................................................................................................................111 8 .1 : Annexes du questionnaire.........................................................................................................................................................111 8.2 : Annexes des analyses statistiques.....................................................................................................................................132 8.3 : Annexe focus groupes : grilles d’entretien....................................................................................................................136 8.3.1 : M4 Utilisateur.........................................................................................................................................................................136 8.3.2 : M4 Non-utilisateur............................................................................................................................................................137 8.3.3 :M5 Utilisateur........................................................................................................................................................................138 8.3.4 :M5 Non-utilisateur .............................................................................................................................................................139
  7. 7. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 7 Novembre 2016
  8. 8. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 8 Novembre 2016 AVANT-PROPOS Depuis de nombreuses années un changement de paradigme est demandé par rapport à la prévention, maillon le plus fragile de notre système de santé. En 2011, le rapport Lert-Pialoux introduisait déjà l’importance du renouvellement de la prévention à partir des technologies d’information et communication (TIC) pour agir sur la prévention : « La construction des réseaux sociaux et sexuels se réalise aujourd’hui également dans tous les milieux via ces nouveaux outils. Cette nouvelle donne impose de redéfinir les contenus préventifs, de réfléchir au cadre de diffusion et aux moyens actuels de communication en impliquant tous les acteurs, y compris les éditeurs. » (Lert F., Pialoux G., 2009, p. 39). La dernière loi de santé, début 2016, va également dans ce sens, incluant la potentialité du numérique pour réduire les inégalités territoriales : « Engager une véritable politique de prévention, c’est aussi agir en faveur de ceux qui sont les plus éloignés du système de santé. Le projet de loi se fixe pour objectif de favoriser les stratégies et les outils innovants afin d’atteindre ces publics notamment en matière de dépistage. »2 Aujourd’hui, le Baromètre santé jeunes de l’INPES montre que la quasi-totalité des 15-30 ans (93%) sont des internautes, et la moitié de ces internautes (48%) ont utilisé Internet au cours des douze derniers mois pour chercher des informations ou des conseils sur la santé (Beck F., Richard J-B., INPES, 2013, p. 158). Ces données nous poussent à intégrer Internet comme outil incontournable pour nos actions de prévention. C’est le pari fait par le Centre régional d’information et de prévention du sida (Crips) Île-de- France qui a lancé, en 2014, avec le financement de la DGS, un projet de prévention numérique à partir de l’application web « Tony jeune gay », auprès des jeunes HSH franciliens âgés de 18 à 25 ans. L’Île-de-France est le territoire d’action privilégié du Crips, une région plus riche et jeune que les autres, mais marquée par de fortes inégalités sanitaires et sociales. Le rôle prioritaire du Crips est d’agir auprès des jeunes entre 13 et 25 ans, qu’ils soient scolarisés ou non. Créée il y a plus de 25 ans, l’association travaille sur les comportements à risque des jeunes dans une approche de santé globale, et plus particulièrement dans le domaine de la vie affective et sexuelle (VIH/sida, IST, hépatites), des addictions, des inégalités et injustices liées aux singularités (lutte contre le sexisme, l`homophobie, la séropohobie). Acteur très engagé dans la prévention auprès des jeunes, le Crips Île-de-France sensibilise chaque année près de 150 000 adolescents et jeunes adultes. Il intervient sur l’ensemble du territoire francilien. 2 https://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPubliee.do;jsessionid=B833E6274D8D5CB8A538B316D979C166. tpdila20v_2?idDocument=JORFDOLE000029589477&type=expose&typeLoi=&legislature=1
  9. 9. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 9 Novembre 2016 L’objectif avec cette application web a été, dès le début, d’atteindre une population à faible revenu, touchée par les inégalités territoriales d’accès à la prévention, éloignée des communautés gays et isolée dans le vécu de sa sexualité. La conviction du Crips est que la prévention numérique peut élargir l’accès à la prévention des jeunes HSH qui s’en trouvent éloignés physiquement ou culturellement. Nous considérons que le rôle de l’Internet va bien au-delà de l’information, pour penser la promotion d’habitudes favorables à la santé. Pour les jeunes de 18-25 ans, la construction de l’identité sexuelle passe actuellement par Internet et de multiples acteurs qui ne sont pas forcément connus offline : « Lorsque les jeunes vont sur Internet pour des questions liées à la santé, même s’ils sont seuls face à leur écran, une fois sur la toile ils ne sont plus isolés […] La confrontation d’expériences individuelles sur Internet a pour conséquence la constitution de groupes communautaires et de sentiments d’appartenance au groupe. » (Amsellem-Mainguy Y., INJEP, 2015, p. 54). Pourtant, les innovations en matière d’outils d’approche de nos publics cibles restent encore assez peu documentées dans la littérature scientifique, notamment francophone. Il devient fondamental d’introduire une culture de l’évaluation permettant de soutenir les interventions numériques sur des bases scientifiquement validées. C’est justement un des axes de la stratégie nationale de e-santé 2020, qui propose « accélérer le développement de méthodes d’évaluation adaptées aux solutions multi- technologiques» (Ministère des affaires sociales et de la santé, 2016, p. 16). Dans cette optique, l’association a répondu à l’appel à projet 2015 de Santé publique France en matière de « Santé sexuelle et Prévention du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et des infections sexuellement transmissibles (IST) » pour réaliser une « évaluation et amélioration du projet webapp « Tony jeune gay ». L’appel à projet garde deux axes prioritaires qui restent au cœur de notre projet d’intervention : • la prévention combinée du VIH, des IST et des hépatites B et C. - l’utilisation du préservatif dans toutes les situations de relations sexuelles entre partenaires occasionnels ou ne connaissant par leur statut sérologique VIH. Le bon recours à cette stratégie passant entre autres par l’information sur son utilisation et ses mésusages ; - le dépistage répété du VIH et des autres IST chez les HSH, cette stratégie passant entre autres par la valorisation de l’offre étendue de dépistage ; - l’utilisation des traitements dans une stratégie de prévention : traitement postexposition (TPE) pour les personnes séronégatives. Cette stratégie passe par un renforcement de l’information et l’éducation sur l’efficacité et le bon usage des traitements à visée préventive. • la promotion de la santé mentale auprès des populations HSH par des actions en direction de ce public et/ou des professionnel.le.s en contact avec ces populations. En effet, le risque d’idées suicidaires et de tentatives de suicide est trois fois supérieur chez les jeunes homo-bisexuels que chez les hétérosexuels.
  10. 10. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 10 Novembre 2016 La convention N°025/15 entre l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé et le Crips IDF définit le cadre légal de cette évaluation. Sur une durée d’un an, à partir de novembre 2015, le Crips IDF s’est engagé à mettre en place cette évaluation et à rendre en novembre 2016 le présent rapport. INTRODUCTION : CONTEXTE EPIDEMIOLOGIQUE LES JEUNES HSH DE MOINS DE 25 ANS : UNE POPULATION PEU EXPLOREE Le manque de connaissance sur les comportements sexuels à risque des jeunes gays se ressent dans la littérature scientifique. Toutes les grandes enquêtes conduites sur plusieurs années déplorent le manque de jeunes répondants (15 à 20% selon les années et les études, pour des échantillons variables entre 11 000 et 17 000 personnes). Par exemple, et selon les données de l’Enquête presse gay (2004), le pourcentage des jeunes de moins de 25 ans était de 13,3%, ce qui revenait à 788 répondants. C’est le Net Gay Baromètre de 2009 qui a permis une première étude avec des « analyses statistiques robustes » (Léobon A., et al, 2012, p. 363), avec 17% de jeunes de 18 à 25 ans, c’est-à-dire 3 003 jeunes. C’est d’ailleurs pour cette raison que les chercheurs diffusent aujourd’hui plus massivement leurs enquêtes sur Internet afin d’avoir davantage de participants de moins de 25 ans, et pouvoir éclairer les comportements de cette tranche d’âge. L’anonymat d’Internet permet de toucher des populations dans des contextes de forte stigmatisation. PRATIQUES A RISQUE CHEZ LES JEUNES HOMMES AYANT DES RELATIONS SEXUELLES AVEC D’AUTRES HOMMES De 1997 à 2011, plusieurs études françaises dont l’EPG et le Net Gay Baromètre (NGB) ainsi que des enquêtes européennes comme l’European msm Internet survey (EMIS) constatent les mêmes tendances : l’augmentation des rapports à risque et de l’infection au VIH (incidence 200 fois plus élevée que chez les hétérosexuels français), en particulier chez des jeunes (Le Vu S., et al, 2010). Selon les dernières données de surveillance européenne (EMIS), il y a une augmentation annuelle des diagnostics dans la population HSH (+33% entre 2004 et 2013). Cette augmentation est plus marquée chez les jeunes : le nombre de cas a presque doublé sur cette période chez les 20-29 ans (de 1 585 à 2 728 cas), et la hausse a été encore plus marquée chez les très jeunes (moins de 20 ans) passant de 76 cas en 2004 à 139 cas en 2013 (Janiec J., et al, 2013). Concernant les comportements sexuels à risque, « près de 4 jeunes HSH sur 10 déclaraient ne pas avoir protégé, au moins une fois, leur pénétration anale avec des partenaires occasionnels au cours des douze derniers mois » (Léobon A., et al, 2012, p. 362). Ces données vont dans la même lignée que les constats faits par des associations de terrain. Selon les statistiques du numéro vert de Sida Info Service, 1 850 HSH de moins de 25 ans (dont 174 mineurs) ont utilisé l’un des dispositifs de SIS Association, ce qui représente
  11. 11. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 11 Novembre 2016 18,6% de l’ensemble des HSH. Parmi les appelants du numéro vert, on dénombre 68,5% de jeunes de moins de 25 ans qui rapportent un rapport sexuel à risque sur 63,2% de l’ensemble des HSH (SIS, 2012). De plus, l’enquête EPG 2011 montre qu’il y a chez ces jeunes un faible niveau de discussion - avant le dernier rapport anal - sur le préservatif (35%) et/ou sur le statut sérologique VIH des deux partenaires (28%). En ce sens, ces prises de risques se répercutent sur les découvertes d’infection au VIH. Selon l’InVS, sur l’ensemble des découvertes de séropositivité en 2013, 42% des nouvelles contaminations (2 650) étaient liées à des rapports homosexuels, et 14% des personnes avaient moins de 25 ans contre 8% en 2003 (Cazein F., et al, 2015). Ce pourcentage est en constante augmentation notamment chez les jeunes HSH (15-24 ans), (InVS, 2015). UNE RECRUDESCENCE DES PRATIQUES A RISQUE EGALEMENT REPEREE EN ILE-DE-FRANCE Les données de l’Observatoire régional de santé (ORS) montrent que l’Île-de-France est la région la plus touchée par l’épidémie VIH/Sida, avec un taux de découverte de séropositivité de 22,7 pour 100 000 habitants, tandis qu’en France métropolitaine le taux est de 10,3 pour 100 000. L’Île-de-France concentre donc 44% des personnes ayant découvert leur séropositivité (Giroux A., 2016, p. 4). Ce taux moyen de la région doit être complété par le chiffre de Paris de 46,9 et celui de Seine-Saint-Denis de 32,3. Avec ses 12 millions d’habitants, la région Île-de-France rassemble la plus forte concentration de jeunes hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes d’Europe. Ceci fait sans doute la particularité des contaminations parisiennes où il y a davantage de diagnostics des HSH que dans le reste de la France. Pour exemple, entre 2003 et 2012, il y a eu une diminution annuelle des découvertes de séropositivité dans tous les groupes sauf parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (ORS, 2015, p. 16). C’est à Paris plus particulièrement que l’épidémie du VIH s’est aggravée pour les HSH en 2014. Et c’est pour répondre à ce scénario que la ville de Paris a signé avec l’ONUSIDA la convention pour atteindre l’objectif « 3x90 » en 2020 : 90% de personnes connaissant leur statut sérologique, 90% des personnes séropositives sous traitement et 90% des personnes traitées avec une charge virale indétectable. Le but étant, à l’horizon 2030, l’extinction de la transmission du VIH entre les individus (Lert F., 2016, p. 8). Le Conseil régional semble également être dans un processus d’adhésion à cette initiative et développe son plan.
  12. 12. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 12 Novembre 2016 JHSH ET SANTE MENTALE Selon les données du Baromètre santé jeunes 2010, « au cours de leur vie, près d’un quart des jeunes de 15- 30 ans (22,4%) déclarent avoir déjà consommé des médicaments tels que des somnifères, des tranquillisants ou antidépresseurs : 27,4% chez les filles vs 16,7% chez les garçons) » (Beck F., Richard J.-B., 2013, p. 188). En matière de diagnostic, les troubles dépressifs constituent une des affections importantes dont témoignent les jeunes : « 9,2% des 15-30 ans ont connu en 2010 un épisode dépressif caractérisé (EDC) et 4% ont présenté un épisode dépressif sans retentissement fonctionnel (au moins quatre symptômes dépressifs, dont un symptôme principal sans retentissement). La prévalence des EDC est maximale chez les jeunes de 26-30 ans » (idem., p. 188). Concernant les risques de suicide, 5% de la population âgée de 15-30 ans résidant en France métropolitaine déclarent avoir fait une tentative de suicide au cours de la vie avec une différence significative selon le genre (7,3% des femmes contre 2,7% des hommes) (idem, p. 245). Les tentatives de suicide « doublent avec l’âge pour les garçons (de 1,4% parmi les 15-19 ans à 3,1% parmi les 20-25 ans) » (idem., p. 236). En conséquence, deux éléments ressortent. Premièrement, la tranche d’âge 26-30 ans apparaît comme une période phare annonçant les signes de détérioration de la santé mentale. Deuxièmement, l’asymétrie entre les données fille-garçon en matière de santé mentale. Néanmoins, nous allons analyser dans la partie suivante comment ces données doivent être nuancées, au regard de l’orientation sexuelle. Les jeunes HSH sont particulièrement exposés aux risques en matière de santé mentale. À la lecture de l’EPGL 2004, 26% des moins de 25 ans déclarent avoir connu un état dépressif au cours des douze derniers mois (Velter A., 2007, p. 57). L’enquête Gay Baromètre 2009, quant à elle, montre une nette augmentation de ces données : les moins de 25 ans étaient encore plus nombreux à déclarer avoir été déprimés dans la dernière année (48,4%) (Léobon A., et al, 2012, p. 362). Cela montre une grande augmentation par rapport aux données de la population générale (9,2% vs. 26%) en ce qui concerne les états dépressifs. Selon nombre d’études américaines et canadiennes (citées par Verdier E., Firdion J.-M., 2003), les jeunes homosexuels de 15 à 34 ans auraient 4 à 7 fois plus de risques de se suicider que les jeunes hétérosexuels du même âge. C’est ce que démontre également en France le Net Gay Baromètre où 33% des répondants de moins de 20 ans ont pensé au suicide au cours des douze derniers mois, contre 17% entre 20 et 24 ans. Ces données sont renforcées par la variable socioéconomique : les répondants dont le niveau socioéconomique est faible indiquent plus souvent avoir eu des pensées suicidaires récentes (Velter A., 2007, p. 61). D’autre part, Philippe Adam constate que 27% des gays de moins de 20 ans déclarent au moins une tentative de suicide, puis que ce pourcentage diminue et se stabilise autour de 15% chez les plus de 35 ans (ces chiffres sont majorés s’il y a eu rejet parental, et encore plus nettement si le jeune a été victime d’une agression homophobe) (Adam P., INVS, 2001).
  13. 13. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 13 Novembre 2016 Cet état des lieux a obligé l’INPES, en 2014, à se plonger sur le sujet pour réfléchir aux enjeux sociodémographiques qui expliquent ces tendances alarmantes. À défaut d’enquêtes françaises sur des échantillons représentatifs ou par méthode de groupe contrôle sur ce problème de santé publique, le rapport s’appuie sur un rapport norvégien qui estime que la prévalence des tentatives de suicide est plus élevée parmi les jeunes (12-20 ans) qui ont des attirances homosexuelles ou une identité sexuelle minoritaire ainsi que des comportements ou attitudes étiquetés « homosexuels » (18%), que parmi les jeunes qui ont cette identité ou ces attirances mais pas de comportements ou attitudes perçus comme « homosexuels » par leur entourage (5%) » (Beck F., et al, 2014, p. 29) Cela nous confronte aux stéréotypes de genre en lien avec l’homophobie : car les garçons non conformes aux traits relevant du masculin ou ceux qui sont considérés - à tort ou à raison - comme ayant des comportements homosexuels, sont particulièrement les cibles d’agressions homophobes (Firedman et al, 2006, Savin-Williams et Ream, 2003, cités par Beck F., et al, 2014, p. 64). Ce sont justement ces agressions qui, selon Borrillo, affectent l’état de bien-être physique et moral des jeunes (Borrillo, 2001). Ces éléments conduisent à réfléchir aux facteurs protecteurs en matière de santé mentale pour les jeunes appartenant aux minorités sexuelles. L’Internet utilisé comme outil pourrait permettre de développer des réseaux de soutien, d’atténuer ainsi l’isolement, d’amplifier l’estime de soi et le bien-être (Leung L. et al, 2005). INTERNET ET SOCIABILITES DES JHSH Selon l’enquête CSF, « les femmes et les hommes homo-bisexuel-le-s rencontrent plus fréquemment des partenaires par Internet que les femmes et les hommes hétérosexuel-le-s : […] 41,6% des hommes déclarent ainsi avoir déjà eu un partenaire rencontré par Internet. Ce sont les jeunes qui se connectent le plus (près de 1/3 des 18-24 ans). Cette proportion est similaire à celle établie pour les hommes dans l’enquête Presse Gay (45% des hommes ont rencontré un partenaire par Internet dans les douze derniers mois [Velter, 2007]) » (Bajos N., Bozon M., 2008, p. 253). Les jeunes HSH sont 74,2% à considérer qu’Internet a un impact positif sur les rencontres sociosexuelles et 96,3% d’entre eux citent Internet comme étant un espace privilégié à des fins de rencontres. Les moins de 25 ans sont plus nombreux à utiliser Internet pour socialiser (91% vs 85,9% pour l’ensemble des répondants), pour des raisons affectives (68,1% vs 57,5%) et pour trouver du soutien médical ou psychologique (8,2% vs 7,2%) (Léobon A., et al, 2012). Les rencontres en ligne marquent fortement les habitudes des modes de vie des homosexuels. De ce fait, le web a modifié la manière dont les homosexuels communiquent, se réunissent et interagissent (Haag et Chang, 2003, cité par Lévy, J., et al, 2011). Cet « environnement libre et non contraint » (Léobon A., et Frigault L.-R., 2007), « propice à l’expression de la diversité des sexualités entre hommes comme la découverte de nouvelles pratiques ou de corporalités » permet d’échapper « à la pression normative qui vise à la régulation sociale de la sexualité » (idem.).
  14. 14. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 14 Novembre 2016 À ce propos, une controverse s’installe concernant le rôle de l’Internet et la prise de risque avec des partenaires trouvés en ligne. Certaines études concluent une plus grande exposition aux IST ; d’autres ne mettent en évidence aucune différence de comportement selon que les partenaires ont été ou non rencontrés sur la toile (Léobon A., et Frigault L.-R., 2007). Un élément clair est que les répondants online sont significativement plus jeunes (Hospers H. J., 2005). Il est vrai que les études de comparaison entre les HSH cherchant des partenaires online et offline, montrent un risque majeur de contamination pour les premiers (Bolding G., et al, 2005). Néanmoins, cette différence est directement liée à l’efficacité d’Internet pour trouver un plus grand nombre de partenaires, et non pas à une induction de prise de risque particulière de la part du support pour faire les rencontres. Dans une étude menée en Asie avec un échantillon transversal de 9 367 HSH, les sujets qui cherchent exclusivement des partenaires online sont moins enclins que ceux qui cherchent exclusivement offline à avoir des partenaires multiples. Ce sont ceux qui cherchent online et offline qui se présentent comme les plus à risque. Ainsi, les sites Internet et applications mobiles ne faciliteraient pas une augmentation du risque VIH (Wei C. et al, 2014). INEGALITES SOCIALES, INTERNET ET SANTE La place d’Internet pour favoriser l’autonomie des jeunes en matière de santé doit être nuancée par la variable socioéconomique : « les inégalités sociales entre individus de la même génération sont criantes, notamment en matière de sélection d’information. » (Amsellem-Mainguy Y., INJEP, 2015, p. 31). Selon le Baromètre santé jeunes, « Les personnes de 15-30 ans déclarant les plus faibles niveaux de ressources semblent consulter moins souvent un médecin suite à leurs recherches d’informations sur la santé sur Internet » (Beck F., Richard J-B., INPES, 2013, p. 164). Même si les jeunes entre 18 et 25 ans sont des populations très familiarisées à l’utilisation d’Internet, il est important de prendre en compte les variables socioéconomiques spécifiques à la région. Selon l’étude SIRS (Santé, inégalités et ruptures sociales) sur la recherche d’information en santé sur Internet, « les personnes résidant dans les quartiers et départements les plus défavorisés (zones urbaines sensibles, départements 93 et 94) ont moins de chances d’utiliser l’Internet que les personnes vivant dans des quartiers plus aisés […]. De plus, les classes sociales moyennes et supérieures sont généralement plus enclines à adopter des pratiques préventives concernant leur santé. Par extension, on peut penser que leur utilisation de l’Internet santé se fait probablement à titre préventif, tandis que les catégories sociales plus basses conduisent plutôt des recherches d’ordre curatif […]. Dès lors, encourager l’utilisation de l’Internet comme source d’information en santé dans ces quartiers pourrait réduire le déficit d’accès et d’utilisation des sources d’information en santé observé dans ces groupes sociaux. » (Renahy E., et al, 2009). Les résultats du Net Gay Baromètre nous montrent aussi qu’Internet est un bon vecteur pour atteindre les jeunes hommes gays et bisexuels, suggérant la nécessité d’intégrer une dimension en ligne des programmes de prévention. Les auteurs préconisent que « les sites de rencontres en ligne pourraient développer une section adaptée aux besoins particuliers de ces jeunes en matière d’exploration sexuelle, de bien-être psychosocial et de prévention de la transmission du VIH/sida et autres IST » (Léobon A., et al, 2012, p. 364).
  15. 15. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 15 Novembre 2016 Cela est démontré également par une étude sur les usages et motivations pour accéder aux informations online en matière de santé sexuelle. Sur un échantillon de 5 542 usagers d’Internet âgés entre 13 et 18 ans aux États-Unis, les jeunes issus de minorités sexuelles sont plus enclins que les jeunes hétérosexuel.le.s à déclarer la recherche d’informations online car ils n’ont personne pour en parler. Parmi les jeunes LGBQ, 69% indiquent une absence d’informations en lien avec l’orientation sexuelle dans les programmes de santé sexuelle dans leurs écoles, et 12% disent que cela est abordé d’une façon négative. Les jeunes LGBQ auraient moins de ressource offline à qui adresser leurs questions (Mitchell K. J., et al, 2013). Cela nous confronte à la nécessité de penser les JHSH comme un public spécifique pour l’intervention en matière de prévention numérique. L’EMPOWERMENT A TRAVERS LES INFORMATIONS EN SANTE SUR INTERNET Dans une étude de l’IREPS (Junet A., 2013) concernant 9 57l jeunes entre 15 et 25 ans en Rhônes-Alpes, 61,1% considèrent qu’Internet est un bon moyen d’obtenir l’information en santé. Néanmoins, 58,8% estiment que les sites fiables sur Internet ne sont « pas trop » ou « pas du tout » repérables. Ce point de vue est partagé par l’étude WHIST (Renahy E., et al, 2007). Selon un sondage réalisé par Ipsos pour le Conseil national de l’ordre des médecins en 2010, les médecins restent la principale source d’information en matière de santé, devant Internet. Avec 89% de citations, le médecin (généraliste, spécialiste ou hospitalier) arrive en tête pour s’informer en matière de santé, devant Internet (64% de citations) (Amsellem-Mainguy Y., INJEP, 2015, p.22). Si nous sommes conscients que l’Internet contribue véritablement à démocratiser l’accès aux informations en prévention, il est nécessaire de faire des nuances à partir de notre cible. D’après un travail de l’INJEP, une analyse de la distribution de la parole entre jeunes et professionnel.le.s montre encore un clivage important. Selon leurs résultats, « Aucun de ces sites n’apparaît comme un lieu d’échanges entre patients et professionnels. La relation verticale médecin/patient est toujours largement sous-jacente, puisque l’on voit bien que certains sites sont dédiés aux patients, et d’autres aux professionnels. Les espaces sont séparés, et même dans le cadre des sites mixtes, chacun est renvoyé dans son onglet de « patient » ou de « professionnel » et peu d’espaces communs existent. » (Amsellem-Mainguy Y., INJEP, 2015, p.12). L’étude vient questionner le statu quo en matière d’empowerment des jeunes sur l’accès à l’information en santé. C’est dans cet esprit de compromis que le site Tony trouve toute sa place. Il est conçu par des professionnel.le.s de la prévention et la promotion de la santé (infirmiers en santé publique, psychologues, médecins, épidémiologistes, animateurs de prévention, chargés de projet, etc.), mais également par des jeunes HSH, intégrés dès le début à la démarche collaborative. De plus, il est basé sur le concept de prévention par les pairs à travers le personnage « Tony » qui, grâce à son expérience dans le domaine de la santé et de la prévention (il fait des études médicales), est capable de conseiller d’autres jeunes en matière de santé sexuelle et mentale.
  16. 16. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 16 Novembre 2016
  17. 17. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 17 Novembre 2016 1 • DESCRIPTION DU PROJET 1.1 : GENESE DU PROJET Le Crips Île-de-France développe, depuis de nombreuses années, des services et des supports de prévention à destination du public « HSH ». La démocratisation des smartphones entre les deux dernières enquêtes Net Gay Baromètre semble montrer une approche de sociabilité différente. Les échanges rapides à caractère sexuel entre les partenaires peuvent laisser penser que les informations sur le statut sérologique de chacun ainsi que les diverses stratégies de réduction des risques sexuels ne sont pas forcément abordées en ligne. De plus, contrairement aux sites de rencontre en ligne, généralement utilisés sur ordinateur, les applications dites « gay » disposent de peu d’informations sur le VIH/sida, les IST et le recours au dépistage. Ceci est d’autant plus dommageable que leurs utilisateurs sont plus jeunes et déclarent un moindre sentiment d’appartenance à une communauté. À terme cela peut se traduire par : • un moindre accès aux informations relatives aux IST, • un moindre recours aux pairs dans sa construction identitaire, • le sentiment de ne pas être concerné par les divers messages de prévention ou de réduction des risques sexuels (RDRS) car ne se définissant pas comme homosexuel ou appartenant à une dite communauté. Fort de ce constat et du contexte épidémiologique décrit plus haut, le Crips souhaitait aller à la rencontre des jeunes HSH, isolés ou non communautaires, afin de leur proposer un service à travers leur outil d’intimité individuel privilégié : leur tablette/téléphone mobile. C’est dans ce contexte que le projet « Tony jeune gay » a vu le jour, en 2015, grâce au soutien financier de la DGS (Direction générale de la santé) dans le cadre de l’appel à projet de 2013 « IST et homosexuels masculins ». Tony est avant tout un projet visant à créer une webapp ludique et interactive, facilement accessible depuis les tablettes et smartphones, dont l’objectif général est de diminuer la prévalence des IST et du VIH auprès du public des jeunes HSH en Île- de-France. Les objectifs spécifiques sont d’informer les jeunes HSH sur les IST et les comportements de prévention (prévention combinée) ; de développer les capacités des jeunes HSH à autoévaluer leur santé mentale et sexuelle ; de permette aux jeunes HSH d’identifier les structures ressources et d’accès aux soins de proximité en fonction des prises de risque ou des besoins. Afin de monter le projet, un comité de pilotage « Professionnel.le.s » a été constitué. Cinq réunions ont eut lieu de décembre 2013 à septembre 2014, invitant les représentants des organismes suivants : • Association Aides • La DGS • Association HF Prévention • La Ligue française en Santé mentale • L’Inpes • L’InVS • Association Le MAG • Le 190.
  18. 18. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 18 Novembre 2016 En parallèle, la mise en place d’un comité de pilotage « Jeunes », constitué d’une dizaine de jeunes HSH répartis sur le territoire régional, a permis de tester les contenus, les visuels et le graphisme de l’application, de valider le travail effectué par le comité de pilotage, et d’insuffler de nouvelles propositions provenant directement des futurs usagers potentiels de l’application. Le projet a également nécessité la mise en place d’un appel d’offre pour trouver le prestataire technique et graphique compétent pour le développement du projet. Le prestataire ayant remporté cet appel d’offre a permis la réalisation d’une plateforme avec une interface responsive développée sur Front-End qui offre une compatibilité multisupport. La webapp est donc lisible sur desktop, smartphone et tablette avec fonction « Touch » et accessible sur les navigateurs Chrome, IE, FF et Safari n1 et n-1 (n correspondant à la version en cours au lancement du site). Pour plus de confidentialité, un contrôle du cache et une minimisation des requêtes serveurs ont également été pensés. 1.2 : CONCEPTION DE L’OUTIL Le Crips a fait le choix de développer une approche communautaire en créant un personnage virtuel, « Tony ». Tony est un jeune gay qui a un rôle de conseiller, perçu comme un « grand frère ». Faisant des études médicales, il s’intéresse de près à la santé. Il est déjà passé par ce que vivent les jeunes qui le lisent, et connaît les problématiques auxquelles ils sont confrontés ; il peut ainsi les rassurer et les guider vers les meilleurs choix à faire et les conduites à privilégier. La webapp Tony comprend six grandes rubriques : • Sexe mode d’emploi qui apporte des « astuces » pour des pratiques sexuelles à moindre risque (par exemple la fellation ou la sodomie, comment bien utiliser préservatif, gel, etc.). • Tony te conseille qui fournit des informations utiles pour mieux vivre son orientation sexuelle et ses rencontres avec des hommes. Y sont abordés l’homophobie, la sécurité, le coming out, etc. • Dépistage qui donne les adresses et coordonnées de centres ressources pour effectuer un dépistage ou un bilan de santé sexuelle. • Enfin, un glossaire « WiKiPD » qui regroupe mots, sigles, abréviations, associations (souvent inconnus ou méconnus des jeunes), et qui leur permet de décoder le langage utilisé sur les applis de rencontre et le vocabulaire de la sexualité entre hommes. La webbapp comprend également deux quizz autodéclaratifs. Le premier quizz évaluation de la prise de risque « Risque ou pas ? » offre la possibilité aux jeunes HSH d’autoévaluer, à partir de leurs pratiques sexuelles, les situations à risque qu’ils peuvent rencontrer et les conséquences pour leur santé. Il s’agit d’un quizz personnalisé interactif. À travers les prises de risque mises en évidence, la personne découvre les différentes IST qu’elle a pu ou pourrait contracter, les moyens de prévention, les traitements postexposition ou les vaccins existants liés aux infections. Le deuxième quizz le risque suicidaire « Marre de vivre ! » permet d’autoévaluer sa santé mentale et notamment l’estime de soi, contribuant ainsi à la prévention du risque suicidaire. Ce quizz personnalisé permet aussi au jeune d’évaluer et de réfléchir à son bien-être et à l’état psychique dans lequel il se trouve.
  19. 19. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 19 Novembre 2016 Le questionnaire a été réalisé avec l’aide de spécialistes : le Dr Serge Hefez (psychiatre, responsable de l’Unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, et chef de service d'Espas) et M. Eric Verdier (chef du pôle « Discriminations, violence et santé » à la Ligue française pour la santé mentale). Il offre la possibilité d’évaluer le niveau de risque suicidaire auquel le jeune est confronté et de l’orienter, grâce à un discours approprié, vers les services spécialisés si besoin. L’idée est de pouvoir mettre en lien les HSH les plus éloignés géographiquement des lieux de prévention et de dépistage avec des professionnel.le.s de santé, le Crips ayant un rôle de relais pour l’orientation des jeunes sur des problématiques spécifiques.
  20. 20. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 20 Novembre 2016 1.3 : RETOUR SUR LA PREMIERE ANNEE D’ACTIVITE 1.3.1 : PLAN DE COMMUNICATION Le lancement officiel de « Tony jeune gay » s’est fait, en juin 2015, via un communiqué de presse et une rencontre entre associations et médias pour une présentation officielle. Pour accompagner ce lancement, une distribution de flyers et brochures a était faite à l’occasion de la Marche des fiertés. Les associations franciliennes et les médias ont reçu par mail un communiqué de presse présentant Tony et les invitant à une rencontre le 25 juin 2015 (deux jours avant la Marche des fiertés) afin de leur présenter l’application web et les inviter à relayer l’information sur les réseaux sociaux, sites Internet, newsletters… Les médias nationaux ont très peu réagi et relayé le lancement de cette application. Cependant, des articles ont été publiés sur divers sites, notamment Le Parisien, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le suicide ; Yagg ; la Région Île-de-France ; Têtu ; La Vie en Rose, InfoLGBT, Morandini Santé, l’AFPSSU (Association française de promotion de la santé dans l'environnement scolaire et universitaire). Ce bilan promotionnel plutôt mitigé malgré un très fort intérêt des partenaires rencontrés souligne la grande difficulté dans la communication auprès de ce public cible. D’une part, on constate que le tissu associatif gay qui est plutôt âgé et socialement intégré ne correspond pas ou peu au public cible de « Tony », à savoir un public jeune, souvent isolé et non identitaire. D’autre part, concernant la presse, les faibles retours suite à l’envoi des communiqués de presse (juin et septembre) demandent un travail important auprès des grands médias pour réussir à faire relayer l’information. Faute de budget spécifique pour une médiatisation suffisante, l’été 2015 a été l’occasion d’une phase de test via des campagnes de communication sur le site jeune « 2beGay » : l’avatar de « Tony » invitait les jeunes à visiter la webapp et faire un retour sur le contenant et le contenu. Plus de 1 500 jeunes gays de 18 à 25 ans ont été contactés durant cette période. Plus d’un millier d’entre eux ont visité le site entre juillet et septembre 2015. Concernant les retours, environ 500 jeunes HSH nous ont fait part de leur avis. Ces éléments de préévaluation nous apportent un premier retour très intéressant du public cible. En effet, plus de 80% se disent satisfaits ou très satisfaits de leur visite sur cette application et multiplient encouragements et remerciements. >> QUELQUES EXEMPLES DE MESSAGES ENVOYES A TONY VIA LA WEBAPP OU LE FACEBOOK SUITE AUX CAMPAGNES DE COMMUNICATION « Hello! J'ai découvert ton site ce soir et j'en suis ravi. Je ne suis pas dans une situation facile, enfin intérieurement, parce qu'aucun de mes proches ne se doute de ce qu'il m'arrive. En fait, je suis bisexuel (même si je fantasme de plus en plus sur les mecs) et j'ai eu quelques relations, mais surtout des plans. Et j'ai également fait de l'escorting. Je suis perdu dans ma tête, c'est le grand huit. Si tu es sur Paris et que tu voudrais bien me rencontrer, j'aimerais bien pour discuter un peu. »
  21. 21. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 21 Novembre 2016 « Salut, j'ai découvert ton site par le biais d'un pote, par curiosité j'ai voulu regarder ton site, et j'adore. Je trouve qu'on parle peu, voire pas trop des trucs tabou comme les MST, et pourtant il faut. Je te dis bon courage pour la suite, au plaisir peut-être (sait-on jamais XD) de te rencontrer. » D Kiss Flo(rian) « Salut Tony ! Je m'appelle Robin et j'ai un petit problème .... En fait, j'ai toujours dit à mes potes que j'avais évidemment fait l'amour (pour faire comme tout le monde) et mon mensonge me suit à chaque conversation à ce sujet ... Et ça fait tellement longtemps que je dis ça que j'ai presque fini par croire à mon propre mensonge. Ça paraît bête même pour moi, mais c'est trop tard. Et en fait je commence à me sentir mal par rapport à mon physique, mon apparence ou encore mon attitude envers les mecs ... Aide-moi stp. PS : j'adore ton blog et je l'aurais visité bien avant si je l'avais connu, j'ai eu un flyer à la Gay Pride aujourd'hui. » >> TONY SUR LES RESEAUX SOCIAUX Une page facebook à l’effigie de Tony a également été créée en mai 2015 afin de provoquer un effet teasing. Cette page est entretenue de façon régulière pour que Tony puisse tisser des liens avec les jeunes, et donner des informations en matière de santé des HSH. Elle permet également de personnifier Tony grâce au post régulier d’actualités, de messages et de conseils. En octobre 2015, on comptait 315 « like » sur le site ; aujourd’hui nous en sommes à 827. 1.3.2 : BILAN A SIX MOIS Grâce aux données récupérées via Google analytics, six mois après le lancement de la webapp on comptait un total de 8 142 utilisateurs pour une ouverture de session (nombre de sessions individuelles initiées par l'ensemble des utilisateurs) de 10 036, la durée de connexion moyenne étant de trois minutes trente-neuf secondes. Parmi les utilisateurs 17,7% étaient donc déjà revenus au moins une fois sur la webapp. Le taux de rebond (soit le taux de visiteurs ne visitant qu’une seule page du site pendant la session) était de 39%. Les utilisateurs étaient localisés pour 60% en Île-de-France dont 40% à Paris. On comptait également, en novembre 2015, un total de 21 questionnaires/avis remplis sur l’application web et 26 messages/questions envoyés à Tony. 1.3.3 : UTILISATION DE L’APPLICATION WEB : BILAN A DIX MOIS En mars 2016, après dix mois d’existence, on comptait un total de 10 786 utilisateurs pour une ouverture totale de 13 429 sessions, soit une augmentation de 24,5% d’utilisateurs et de 25,2% de sessions réelles. La durée de connexion moyenne étant de trois minutes quarante-deux secondes. Les utilisateurs étaient donc 18,8% à être revenus au moins une fois sur la webapp. Le taux de rebond était encore plus faible (36%), ce qui signifie que très peu de visiteurs n’ont visité qu’une seule page du site par session et que très peu de visites ont eu une durée de zéro seconde. Les utilisateurs étaient en Île-de-France pour 63% dont 43% géolocalisés sur Paris. On comptait également un total de 50 questionnaires remplis et 50 messages envoyés à Tony via la webapp. Le bilan analytique est donc plutôt favorable avec une augmentation de fréquentation associée aux différents temps de communication, et près de 20% d’utilisateurs réguliers de la webapp.
  22. 22. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 22 Novembre 2016 1.3.4 : WEB ANALYTICS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE TECHNIQUE Dans cette partie, nous voudrions discuter les chiffres de Google analytics sur l’utilisation de l’application, à la lumière d’autres travaux. Nous avons choisi trois indicateurs pour la performance de l’application : 1. Le temps de connexion en moyenne : trois minutes quarante-deux secondes. 2. Le taux de rebond : 36%. 3. Le taux de revient : 18,8%. >> INTERPRETATION DES DONNEES La plupart des agences de marketing digital s’accordent sur des moyennes de référence pour les temps : • Durée « courte » : trente secondes ou moins. • Durée « moyenne » : entre trente secondes et cinq minutes. Une minute est le temps qu’un utilisateur doit passer à réaliser une tâche simple sur un site Internet (ex. remplir un formulaire d’inscription). De même, une vidéo sur le web ne doit pas dépasser une à deux minutes afin de ne pas lasser l’internaute. Enfin, une visite sur un site web dure entre deux et quatre minutes. • Durée « longue » : plus de cinq minutes. Par exemple, pour effectuer un achat sur un site e- commerce, un internaute mettre environ sept minutes.3,4,5 1. Pour donner un aperçu par rapport aux sites commerciaux, nous pouvons mentionner des données de 20136. Les durées moyennes de visite s’échelonnent entre une minute quarante-deux secondes (1min42s) et dix-neuf minutes trente-quatre secondes (19min40s), selon le secteur d’activité ; l’interactivité des contenus et l’usage qu’en font les utilisateurs étant très variables. Nous pouvons prendre comme référence le site du Journal international de Médecine (JIM), lié aux contenus de santé, dont le temps moyen de visite est de cinq minutes cinquante-neuf secondes (5min59s)7 . Le taux moyen de visite en France est de quatre minutes quatre secondes (4min4s). Cela nous permet de conclure que, même si nous sommes en dessous de la moyenne française, le temps moyen de connexion au site est non négligeable, similaire à la moyenne de pays tel le Japon (3min9s). À cela nous devons rajouter le caractère spécifique de notre cible jeune. En ce qui concerne l’efficacité des interventions de prévention en santé, la durée de l’intervention n’est pas garante de son impact : il a été prouvé que le temps est un facteur critique et que les interventions plus courtes ont un impact plus important. Plus la longueur d’une intervention augmente plus l’impact sur le 3 Source : http://www.webkpi.fr/pourcentage-de-temps-passe-par-visite-hautmoyenbas/ 4 https://www.eenov.com/web-marketing/les-echelles-du-temps-dans-lexperience-utilisateur/ 5 http://bjmedia.ca/wp-content/uploads/temps-dattention-des-internautes-01.jpg 6 Estat Médiamétrie, Communiqué de presse, Levallois, 06/02/2013. Disponible sur : http://fr.slideshare.net/RFONNIER/la-frquentation-des-sites-Internet-mdiamtrie-janvier-2013. 7 http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/statistiques-sites-web/pages-par-visite.shtml.
  23. 23. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 23 Novembre 2016 comportement et l’adhésion se réduisent (Cugelman B., et al, 2011). Dans la même ligne, des recherches en Europe ont montré que les interventions sur Internet pouvaient être efficaces pour changer de comportement tout en ayant des taux d’exposition bas (De Nooijer J., et al, 2005).c2. Le taux de rebond ou "bounce rate" en anglais, indique en pourcentage le nombre des visiteurs qui n'ont visité qu'une seule page d'un site web donné par rapport au nombre total de visiteurs de ce site. Cet indicateur doit être également relativisé par rapport au type d’information et l’interactivité des contenus. Un fort taux de rebond peut être lié à un visiteur voulant une donnée précise (par exemple un numéro de téléphone, une adresse) et qui trouve plus rapidement ce qu’il est venu chercher.8 L’arrêt de la visite ne parle pas forcément d’un échec de l’intervention. Cela peut rendre compte d’une utilisation singulière des utilisateurs de ce qui était utile pour eux : ils n’ont pas eu besoin de passer par toutes les rubriques. Les trajectoires multiples des utilisateurs web font que des personnes qui laissent tomber l’intervention ont peut-être été touchées par des informations spécifiques, avec la difficulté de mesure de l’impact de l’intervention (Christensen H., Mckinnon A., 2006). Ce n’est pas forcément parce qu’ils quittent de façon prématurée le site qu’ils ne sont pas touchés par les contenus. Par exemple sur Tony, nous pouvons imaginer le cas des sujets qui cherchent des informations pour un centre de dépistage ou l’adresse pour un TPE. La moyenne classique de taux de rebond, selon les agences de marketing digital, se situe entre 40% et 60% pour un site Internet. Pour un blog, entre 50 et 60%9 . Pour comparer notre taux de rebond aux moyennes nationales, les données comparatives de Google en 2011 montrent que le taux de rebond moyen en France est de 49,7%10 . Cela fait que notre taux de rebond n’est pas négligeable, vu les mesures moyennes de notre pays. 3. Le taux de revient ou « returning visitor » n’a pas de mesure spécifique de référence, il s’agit du pourcentage de personnes qui reviennent sur le site Internet. Nous estimons que ce pourcentage est relativement bas, ce qui s’explique simplement par un site assez descendant qui compte avec des quizz interactifs, mais qui peine à avoir de nouveaux contenus qui pourraient faire revenir nos utilisateurs. Dans ce contexte, nous devons compter exclusivement sur la seule visite pour les informations à faire passer. L’apport d’un feedback personnalisé semble être la clé pour la « revisite » sur Internet. Si l’intervention ciblée apporte des informations sur le progrès, elle va également encourager la revisite de l’intervention (Brouwer W., et al, 2008). Un de nos objectifs sera d’inclure de nouvelles informations à travers un blog, ce qui permettra de favoriser l’augmentation du taux de revient. 8 http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/statistiques-sites-web/pages-par-visite.shtml. 9 http://www.conseilsmarketing.com/referencement/le-taux-de-rebond-dun-site-Internet 10 http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/statistiques-sites-web/pages-par-visite.shtml.
  24. 24. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 24 Novembre 2016
  25. 25. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 25 Novembre 2016 2 • PRESENTATION DE L’EVALUATION Notre projet de recherche évaluative a pour objectif de nourrir l’intervention au cours du processus, et pas uniquement à partir d’un rapport final. Nous avons opté pour une « démarche évaluation-action » (Nugier A., Santé publique France, 2013). Cette démarche implique que « l’évaluation et le projet font partie du même processus de développement » (idem.) visant à travers l’évaluation à construire et optimiser l’intervention. De manière générale, cette évaluation cherche à se constituer en outil de décision pour la pérennisation des actions développées. Dès le début, le travail d’évaluation s’est fixé comme principe de servir à l’action. Le défi a donc été de construire des passerelles entre évaluation et action, cherchant véritablement un travail de « coconstruction » entre les parties prenantes de chaque domaine d’intervention. 2.1 : PROTOCOLE DE LA RECHERCHE-EVALUATION 2.1.1 : OBJECTIFS GENERAUX L’évaluation se propose de : • Évaluer l’efficacité de la webapp « Tony jeune gay » pour améliorer les connaissances du public HSH de 18 à 25 ans vivant en région parisienne, en ce qui concerne les comportements de prévention combinée et leurs représentations en termes de santé sexuelle et de santé mentale. • Produire des connaissances sur les jeunes HSH de 18 à 25 ans vivant en région parisienne pour améliorer les interventions en santé sexuelle et santé mentale. 2.1.2 : OBJECTIFS OPERATIONNELS Pour atteindre les objectifs généraux, nous avons prévu les actions suivantes : • Mise en place d’une enquête quantitative sociocomportementale questionnant la sexualité, la santé mentale et les usages d’Internet destinée au public cible. • Comparaison des profils utilisateur et non-utilisateur (groupe contrôle). • Suivi qualitatif à long terme via des focus groupes (entretien collectif semi-directif) de jeunes HSH de 18 à 25 ans utilisateurs et non-utilisateurs de la webapp. • Amélioration de l’application web « Tony jeune gay» en fonction des résultats. • Diffusion et communication des résultats issus de l’évaluation auprès des professionnel.les de santé et associatifs.
  26. 26. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 26 Novembre 2016 2.1.3 : METHODOLOGIE D’EVALUATION >> PREMIERE PARTIE A. Étude descriptive et ponctuelle (questionnaire) Cette étape de l’étude est quantitative avec l’administration du questionnaire en ligne selon les critères d’inclusion ci-dessous : • HSH âgés de 18 à 25 ans. • Résidants en Île-de-France. • Séronégatifs ou séro-interrogatifs. • Usagers d’Internet et des applications mobiles à des fins sociales, sexuelles et/ou ludiques. À partir du questionnaire, nous allons préciser le profil sociodémographique de notre public cible selon différents critères : • Profil personnel : - Lieu de naissance de l’individu et de ses parents. - Lieu de résidence. - Appartenance religieuse. - Niveau d’études. - Perception de la situation financière. • Inégalités territoriales en matière d’accès au dépistage • Identité sexuelle : - Attirance sexuelle. - Comportements sexuels. - Sentiment d’appartenance à la communauté gay. - Niveau de coming out (professionnel, amical, familial). • Pratiques HSH : - Prévention VIH et IST. - Dépistage VIH. - Traitement postexposition. - Relations de couple. - Sérologie dans le couple. - Relations sexuelles en échange d’argent ou services. - Injures ou agressions homophobes. • Estime de soi : - Sentiment de tristesse, dépression, idées suicidaires, solitude. - Acceptation de l’identité sexuelle, homophobie intériorisée.
  27. 27. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 27 Novembre 2016 • Usage d’Internet : - Accès à l’Internet. - Usage d’Internet à des fins sociales ou sexuelles. - Utilisation d’applications mobiles de rencontre. - Accès à l’Internet à partir de téléphone mobile. - Satisfaction par rapport à l’utilisation des applications. - Recherche de l’information sur Internet. • Utilisation de « Tony » Pour ceux qui déclarent être utilisateurs de « Tony », il y a également deux variables spécifiques à analyser : • Acquisition de connaissances à partir du site. • Satisfaction par rapport au site. B. Évaluation post-test avec un groupe témoin, à partir de SCORE L’objectif principal de cette étape est d’évaluer l’efficacité de l’application (impact sur les connaissances de la prévention du VIH auprès des jeunes HSH de 18 à 25 ans résidant en IDF). À partir des informations du site Tony, nous construisons un score numérique qui nous permet de mesurer l’acquisition des connaissances. Il s’agit d’une mesure composite, on « additionne » les bonnes réponses à un ensemble d’items. On obtient ensuite un score sur 10 items. On regarde le pourcentage de bonnes réponses dans chaque groupe, à partir des mesures principales d’intérêt, en relation avec le contenu de l’application. L’on suppose des différences de savoirs entre les utilisateurs et non-utilisateurs de Tony. Pour cette partie de l’évaluation, il n’y a pas de mesure préalable des connaissances préexistantes. Les deux groupes sont évalués après avoir déclaré être non-utilisateurs ou utilisateurs de l’application dans les douze derniers mois (et donc ayant eu une exposition aux connaissances de Tony). Le même questionnaire nous permet de faire le recrutement des sujets exposés et non-exposés à l’application. Pour assurer le recrutement des utilisateurs et non-utilisateurs, nous avons distribué le questionnaire via l’application web Tony et les moyens de communication « non-communautaires » tels que les universités, écoles de la 2e chance, facebook, site du Crips, etc.
  28. 28. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 28 Novembre 2016 >> DEUXIEME PARTIE A. Évaluation qualitative à travers une analyse en série chronologique L’objectif principal était de mesurer l’évolution dans l’acquisition de connaissances entre le T1 questionnaire et les T2 et T3 (focus groupes), pour voir si l’introduction des connaissances de Tony sur une période prolongée avait un impact différent sur l’acquisition de connaissances. Nous avons répété l’administration du SCORE du questionnaire à la fin des deux focus groupes (même si l’échantillon n’était pas représentatif), à un mois d’intervalle. Le suivi longitudinal a été pensé dans une série temporelle ou série chronologique. Les séries temporelles étaient des données mesurées à intervalles réguliers. Cela impliquait travailler avec une variable dépendante du temps d’exposition aux connaissances de la webapp Tony. Le recrutement s’est fait via le questionnaire. Chacun des deux groupes était constitué d’une vingtaine de jeunes âgés de 18 à 25 ans vivant à Paris ou en banlieue parisienne, et divisé en sous-groupes de 4/6 personnes. Pour la construction du groupe non-utilisateur (groupe contrôle) et le groupe utilisateur, il n’y a pas eu d’affectation aléatoire des unités d’études (sans randomisation). Nous avons suivi une série de critères d’appariement : • Statut socioéconomique (difficile/juste vs ça va/à l’aise). • Lieu de résidence (Paris versus banlieue). Pour réduire la perte de vue (mortalité expérimentale), nous avons prévu une gratification des participants. Il y avait deux possibilités de tester les connaissances : comparer l’effet sur le T1 (questionnaire) du groupe expérimental et sur le groupe contrôle. Les deux groupes (utilisateurs et non-utilisateurs) ont été sollicités deux fois, à un mois d’intervalle. Pour chaque groupe, suivant un principe de 5 personnes par groupe, nous avons fait 4 groupes « utilisateurs » et 4 groupes « non-utilisateurs ». Cela faisait un total de 8 groupes pour chaque intervention en M4 et M6 (total de 16 focus groupes). B. Étape exploratoire : collecte non structurée de données par le biais de focus groupes suivant une thématique centrale pour chaque étape11 : T1 : Questions de marketing social pour l’amélioration de l’application. T2 : Approfondissement des variables sociodémographiques. L’objectif principal de cette étape était d’élaborer un début de compréhension sur l’amélioration de l’application web et sur la relation entre les différentes variables sociodémographiques du sondage. Les objectifs spécifiques étaient les suivants : • Disposer d’informations précises sur la satisfaction des usagers pour décliner des pistes précises d’amélioration. • Définir plus précisément la relation entre les variables qualitatives du profil sociodémographique. 11 Pour plus de précisions sur les grilles d’entretien, voir annexe.
  29. 29. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 29 Novembre 2016 • Comprendre les raisons, les perceptions, les comportements et les motivations sous-jacentes. • Comparer des méthodes de sondage et des entretiens de groupe pour s’assurer de la fiabilité des données. Le recrutement s’est fait de la même façon que l’étape précédente, avec un échantillon non-représentatif. Pour l’analyse de contenu, nous avons procédé à la retranscription des 16 focus groupes. Ensuite, nous avons fait une analyse qualitative de contenu par catégorie pour approfondir les données sociodémographiques, ainsi que les échanges autour des initiatives pour l’amélioration de la webapp. De ce fait, il nous a été permis de rectifier éventuellement la webapp au regard des usages qu’en faisaient les jeunes, et de leurs recommandations. Leurs avis nous ont ainsi permis d’améliorer l’aspect interactif et ludique, l’ergonomie, voire l’accès au contenu. En outre, les participants de l’étude ont été sensibilisés à la prévention des risques sexuels et suicidaires. SCHEMA DE RECHERCHESchéma de recherche Focus group Focus group Focus group Focus group Résultats M3 (fevrier) M5 (Avril) M6 (Mai) Utilisateurs Tony Satisf. KABP Tony Usage tony Usager Non usager. Appariement Socio-Demo M4 (Mars) Questionnaire App mobiles, partenaires PARTIE 1 QUANTITATIVE PARTIE 2 QUALITATIVE
  30. 30. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 30 Novembre 2016 2.2 : COMITES DE SUIVI Tout au long de l’année, le suivi du projet s’est fait à travers les comités de pilotage divisés en « Action » et en « Recherche ». 2.2.1 : COMITE DE PILOTAGE « RECHERCHE » Une première réunion, en décembre 2015, avec notre financeur a permis la présentation du chargé d’évaluation et la validation des premières lignes directrices de notre protocole de recherche. Le suivi par comité de pilotage a été fixé avec une représentante de Santé publique France : • Mme Delphine Kersaudy-Rahib, chargée d’étude santé sexuelle, Direction de la prévention et de la promotion de la santé. Le choix des autres membres scientifiques du comité de pilotage s’est fait en fonction de leur expertise par rapport à notre thématique d’étude : • Gwenaël Domenech-Lorca, docteur en psychologie sociale. Intitulé de sa thèse : « Déviances aux normes sexe et sexualité à risque(s) : représentations et impact du genre dans la perception des risques sexuels ». Chercheur à l’INSERM dans le Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Équipe Sexualités et soins. • Anthony Fouet, doctorant en sociologie. Intitulé de sa thèse : « Le choix de partenaire(s) sexuel(s) ou amoureux. Analyse des processus de sélection de partenaire(s) au sein des applications de rencontre géolocalisées à destination des HSH (Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) », sous la direction de Philippe Combessie à l’université Paris X-Nanterre. • Xavier Mabire, doctorant en psychologie sociale. Intitulé de sa thèse : « L'individu et la communauté face aux risques du VIH : enjeux psychosociaux de la médicalisation de la prévention », sous la direction de Marie Préau à l’université Lyon 2-Lumière.
  31. 31. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 31 Novembre 2016 >> Planning des rencontres
  32. 32. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 32 Novembre 2016 2.2.2 : COMITE DE PILOTAGE « ACTION » Les comités de pilotage « Action » ont été organisés en interne, avec l’équipe engagée sur le projet. Nous présentons ci-dessous un tableau des différents comités de pilotage réalisés tout au long de l’année ainsi que les thématiques abordées.
  33. 33. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 33 Novembre 2016
  34. 34. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 34 Novembre 2016 3 • AMELIORATIONS EN COURS DE ROUTE SUR L’ACTION Pour faire une synthèse des améliorations, prenant en compte l’avant (Temps 1) et l’après évaluation (Temps 2), nous avons construit un tableau de bord, à partir des critères « qualité » proposés par Crutzen, pour les interventions numériques en santé qui cherchent à modifier le comportement des jeunes (Crutzen R., 2009). Les points qui n’ont pas été abordés ont servi à constituer une feuille de route pour l’amélioration à venir, après l’évaluation (Temps 3). 3.1 : TABLEAU DE BORD SUR LES CRITERES QUALITE POUR LES INTERVENTIONS NUMERIQUES EN DIRECTION DES JEUNES
  35. 35. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 35 Novembre 2016
  36. 36. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 36 Novembre 2016 3.2 : CRITERES TRAVAILLES >> Critère n°1 : Perception de la source de l’intervention comme crédible Pour améliorer ce critère, nous avons utilisé le rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS), avec les critères de qualité demandés pour les sites santé (HAS, 2007, p.40). La HAS a choisi la Fondation Health On the Net (HON) pour certifier en France les sites de santé. La temporalité de l’évaluation ne suffisait pas pour mettre en place une procédure de certification. Néanmoins, nous nous sommes servis des 8 critères de HONcode (idem), pour améliorer les contenus du site Tony : « Principe n°1 – L’autorité. Pour toutes les informations d’ordre médical fournies par votre site, le nom de leur(s) auteur(s) ainsi que sa (leur) formation ou ses (leurs) qualifications doivent être indiqués. » Nous avons précisé les institutions de santé publique d’appartenance des experts participants aux comités de pilotage, et les associations partenaires (onglet en bas de page « Qui-sommes nous ? »). « Principe n°2 – La complémentarité. L’information diffusée sur le site Web est destinée à encourager, et non à remplacer, les relations existantes entre patient et médecin. » Le site Tony ne cherche pas à épuiser toutes les informations en santé, il se présente comme un relais d’information. Face à chaque sujet, il encourage la consultation des experts, ainsi que des associations partenaires qui ont une maîtrise spécifique des sujets abordés (Ligne Azur, SOS homophobie, etc.). « Principe n°3 – La confidentialité. Il faut indiquer si les données sont enregistrées dans votre base de données (ou serveur), qui peut y accéder (tiers, uniquement vous, personne), si elles servent à établir vos propres statistiques (anonyme ou pas) ou si ces statistiques sont utilisées par d’autres sociétés. »
  37. 37. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 37 Novembre 2016 « Tony jeune gay » a été déclaré à la CNIL sous le code NAF 9499Z, pour les Activités des autres organisations associatives, déclarant la finalité du traitement des données de la façon suivante : « Fichier de mails (facultatifs) et avatar de participants à une application prévention Sida et suicide sur smartphone et recueil anonyme de pratiques justifiantes de la promotion du dépistage. » (Déclaration CNIL Normale, p.1). « Principe n°4- Attribution. Citer la/les source(s) des informations publiées et dater les pages de santé. » Les informations ne sont pas datées, mais elles font partie des informations actuelles et validées par des comités d’experts. La veille scientifique du Crips en matière de documentation fait que l’ensemble des sites sont mis à jour en fonction de l’actualité scientifique. « Principe n°5 – Justification. Justifier toute affirmation sur les bienfaits ou les inconvénients de produits ou traitements. » Dans l’optique de réduction des risques (RDR), nous abordons la consommation de poppers, un produit psychoactif légal utilisé lors des rapports sexuels dans la communauté HSH. Pourtant, et sur la base de l’avis des experts, nous soulignons également les conséquences de son utilisation et les risques de combinaison avec d’autres produits, notamment le Viagra. Sur des mesures préventives comme la PrEP ou le traitement d’urgence (TPE), nous estimons que c’est aux experts responsables de délivrer ces traitements d’annoncer les effets secondaires éventuels des traitements. « Principe n°6 – Professionnalisme. Rendre l’information la plus accessible possible, identifier le webmestre et fournir une adresse de contact. » Toutes les informations de contact de l’association sont précisées sur le site. Une adresse spécifique a également été créée pour le remplissage du questionnaire en ligne. « Principe n°7 – L’origine des fonds. Le support du site doit être clairement identifié, y compris les entités commerciales et non-commerciales qui contribuent au financement, services ou matériel du site. » La DGS est citée dans l’onglet « Qui sommes-nous ? » comme le principal financeur du projet. L’équipe participante n’a aucun de conflit d’intérêt autour du projet, et des méthodes de prévention diffusées. « Principe n°8 – La politique publicitaire et éditoriale. Ce champ permet de cerner la nature du contenu. Lorsque l’information n’est pas formalisée et disponible sur le site, une précision des grands thèmes abordés et la nature des informations sont toutefois présentées (séparer la politique publicitaire de la politique éditoriale). » (Grille BDSP (DGS), HAS, 2007, p.83). Le site précise qu’aucune politique publicitaire n’est en place. C’est le directeur de l’association qui est responsable éditorial des contenus. Le site présente nos actions de la façon suivante : « Le Crips est un centre ressources pour tous ceux qui s'impliquent, en Île-de-France, dans la prévention du VIH/sida, des IST, des hépatites, des consommations de drogues et des comportements à risque chez les jeunes. Le Crips Île-de-France est un organisme associé de la Région Île-de-France. Les documents et informations que l’éditeur diffuse en version électronique sur ce site font l’objet de nombreuses relectures ; ils peuvent toutefois contenir des erreurs. Si vous en constatez, n’hésitez pas à le faire savoir en contactant le webmestre du site, afin qu’il procède aux rectifications nécessaires. Les informations communiquées sur ce site sont fournies à titre indicatif, elles sont non contractuelles et ne sauraient engager la responsabilité
  38. 38. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 38 Novembre 2016 de l’éditeur. Elles peuvent être modifiées ou mises à jour sans préavis. L’éditeur se réserve également le droit, à tout moment et sans préavis, d’apporter des améliorations et/ou modifications au site. >> Critère n°9 : L’intervention propose une interface attirante au premier regard La page d’accueil de Tony a été évaluée par les jeunes au cours des focus groupes. La question présentée était : « Je vais vous présenter l’image de la page d’accueil, qu’est-ce qui vous plaît ? Qu’est-ce qui ne vous plaît pas ? » Nous présentons ci-dessous quatre témoignages de jeunes qui expliquent notre décision de modifier la page d’accueil : “Le fait que ça soit un mec, imberbe, musclé, je trouve que c’est quelque chose de gênant, surtout si c’est pour un public jeune où la plupart des jeunes gays ce sont des gens je pense un peu mal dans leur peau et le fait qu’on leur présente… Je sais pas y’a un truc qui me gêne en fait. Pour moi ça renvoie tout de suite à un univers, ça me fait penser à toutes ces affiches qu’on voit dans le Marais, des soirées très gays justement, vraiment 100% garçon. Je trouve que ça renvoie vraiment à un côté assez spécifique de la communauté. Je pense aussi en particulier à la communauté de la nuit et moi c’est pas du tout le genre de milieu de la nuit gay que je fréquente, j’en fréquente d’autres. C’est vrai que je trouve que c’est assez visé. » (B., 24 ans, dpt. 75, situation économique autodéclarée comme favorable). « Heu, ben j'avoue que je sais pas. Peut-être, je, je sais pas, enfin... Heu... Ben ça va paraître peut-être un peu cliché qu'il soit torse nu, un peu musclé comme ça, je sais pas. Moi personnellement je me suis dit que c'était juste l'image ça, voilà, j'ai juste regardé parce que ça avait l'air intéressant. Et puis je connaissais le Crips déjà. Sinon, je pense que certains peuvent être, pas choqués mais doivent, un peu... Je sais pas, peut-être gênés par le torse nu. Mais moi ça m'a pas dérangé plus que ça. » (M., dpt. 75, situation économique autodéclarée comme difficile). « Le fait qu’on ne voie pas son visage ça fait un peu presque site de rencontre, et moi ça me met presque un tout petit peu mal à l’aise par rapport à ça. Parce que si je vais sur ce site c’est peut-être d’abord pour avoir des informations, pour me rassurer et ça me rassure pas trop en fait. Ça peut me renvoyer à une image de moi que j’apprécie pas trop en fait. Quand on se balade sur Grindr ou sur Tinder et qu’on voit les mecs qui montrent leurs abdos sans montrer leurs visages sans arrêt, moi ça me fait beaucoup plus penser à ça au final plutôt qu’aux gens qu’ils sont censés représenter derrière. » (T., dpt. 92, situation économique autodéclarée comme favorable). « Ça fait anonyme, et ça montre que peut-être si on continue à rester sur le site nous-mêmes on va rester anonyme, donc c’est plutôt bien. Ben, en fait c'est bien d'avoir donné un côté pas trop officiel vraiment, hôpital et tout... Après, c'était peut-être pas la peine de mettre un gars à poil dessus. » (B., dpt. 93, situation économique défavorable).
  39. 39. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 39 Novembre 2016 En dehors des positions nuancées de la part des jeunes qui se décrivent dans une situation économique plus défavorable, l’avis est partagé sur le fait que le « torse nu » de Tony, (ancienne page d’accueil du site), puisse induire un effet ambigu au niveau de la confiance recherchée pour transmettre des informations de prévention. C’est pour cette raison que nous avons remplacé par une image du visage de Tony, ce qui peut être plus rassurant pour établir un contact positif dès la première entrée. >> Critère n°11 : L’explicitation du cadre conceptuel qui soutient l’intervention L’explicitation de l’orientation théorique de l’intervention pourrait contribuer à la valorisation de la rigueur de la démarche. Nous pensons notamment à la place de « prévention par les pairs ». Différentes méta-analyses ont déjà souligné l’amélioration substantielle dans l’utilisation du préservatif à partir de l’intervention des groupes de pairs, notamment ceux qui existaient antérieurement aux études (Wan K., et al, 2011). Spécifiquement pour les jeunes LGB, nous pouvons citer une étude sur le support des pairs pour réduire les niveaux de victimisation et pour augmenter la résilience. Le rôle de pairs pour le soutien social est celui qui a plus fortement corrélé pour réduire la détresse psychologique (Mustanski B., et al, 2011). Les réseaux de pairs démontrent aussi être un moyen efficace pour délivrer des interventions de prévention des IST auprès de la communauté des HSH (Amirkhanian Y., et al, 2014). Ces influences favorables de la part des proches ont également été étudiées du côté de la famille : un réseau familial de soutien a été associé à un risque moindre de contamination au VIH (Schneider J., et al, 2012). Nous trouvons important de clarifier ces questions d’ordre conceptuel, car cela peut renforcer la position du projet. La bibliographique mise à disposition par l’INPES en matière d’interventions à distance en santé sexuelle et santé mentale peut constituer un premier pas pour ce début de conceptualisation (Nguyen- Than V., et al, 2014). >> Critère n°12 : Données probantes en matière de prévention numérique pour des jeunes HSH Les interventions numériques en prévention VIH ont déjà été démontrées comme aussi efficaces que celles délivrées offline (Noar S. M., et al, 2009). Selon les auteurs de la méta-analyse, les interventions numériques ont une significativité statistique réduisant la fréquence des rapports sexuels, la transmission
  40. 40. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 40 Novembre 2016 des IST et le nombre de partenaires. Noar et al. soulignent que les interventions étaient significativement plus efficaces lorsqu’elles étaient destinées à un seul sexe (les interventions destinées à des publics mixtes étant moins concluantes), lorsqu’elles étaient personnalisées au profil ou aux réponses des utilisateurs, lorsqu’elles étaient construites selon le modèle des stades de changement et comptaient davantage de séances (à titre d’illustration, les interventions incluses dans leur analyse comptaient 1 à 6 séances, soit 3 en moyenne), (Nguyen-Than V., et al, 2014, p. 17). Nous avons fait une recherche sur des projets similaires au nôtre, ce qui pourra donner à l’avenir d’autres pistes d’amélioration de l’action, ainsi que des contacts et partenariats avec les projets existants. PROJET FRANCOPHONE EN DIRECTION DES JEUNES HSH RÉZO est un programme de prévention des IST et du VIH destiné aux jeunes HSH de 16 à 25 ans au Québec (Canada). Le programme a été conçu à partir du modèle de planification d’intervention écologique PRECEED-PROCEED. Le programme comporte deux composantes principales. Un portail Internet (www.sero-zero.pc.ca) qui proposait diverses rubriques et sections touchant les thématiques liées au VIH/sida, avec des journaux intimes pour aborder le dévoilement de l’homosexualité ou des récits/témoignages. La deuxième composante qui s’organisait autour d’une équipe d’intervenants et de bénévoles qui répondaient en ligne (en direct ou en différé) aux questions des usagers. A partir d’un questionnaire en ligne, ils ont prouvé la capacité du programme à atteindre la population ciblée avec des taux élevés de satisfaction des usagers. Néanmoins, l’étude n’évalue concrètement ni le niveau d’acquisition de connaissances sur les sujets abordés, ni l’impact sur les attitudes et le changement comportemental (Dumas J., et al, 2009). PREVENTION NUMERIQUE PAR LES PAIRS A PARTIR DE L’AVATAR/IDENTIFICATION A UN PERSONNAGE Nous avons trouvé des expériences efficaces traitant des infections sexuellement transmissibles comme le projet MINT aux USA, évalué à partir d’un essai randomisé et contrôlé, qui a permis de tester l’intervention en promotion de la santé basée sur Internet (Sexpulse) : avec des messages ciblés pour la population, des histoires visuelles pour la promotion du dépistage du VIH, des « avatars » gays, etc. (Rosser S., et al, 2010). C’est aussi le cas d’une expérience en Norvège où les interventions sont accompagnées d’un avatar, basé sur des concepts de gaming et e-learning pour le support et la promotion du changement comportemental des jeunes (Gabarron E., et al, 2012). INTERVENTIONS EN DIRECTION DES HSH DANS DES CONTEXTES D’INEGALITES SOCIALES OU TERRITORIALES Nous pouvons mentionner le projet « UCLA Hope intervention » aux USA, basé sur des interventions de prévention du VIH en direction des HSH d’origine africaine et latino-américaine. Le support est assuré par des groupes facebook fermés. Il a été évalué avec une attribution randomisée entre groupe d’intervention et contrôle. Avec un total de 112 participants, l’étude démontre un changement dans les comportements de santé et une augmentation du dépistage dans des populations particulièrement à risque. Cela démontre le rôle croissant des réseaux sociaux pour engager des plateformes ciblées de prévention du VIH (Young S. D, et al, 2013).
  41. 41. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 41 Novembre 2016 Dans la même ligne, le programme sur le site « www.HotandSafeM4M.org » se base sur une séance interactive sur Internet pour des jeunes HSH ayant eu des pratiques à risque les trois derniers mois, en prenant en compte les caractéristiques des minorités ethniques, et avec un suivi de trois mois. Après le remplissage d’un questionnaire, les participants ont été divisés de façon aléatoire. Le groupe expérimental a bénéficié d’exercices interactifs, de présentations multimédia avec des pairs, de matériel didactique et d’opportunités pour tester leurs connaissances sur des sujets liés au VIH. Cela leur a permis d’évaluer leurs risques, de comprendre leurs motivations et d’acquérir des compétences psychosociales. Le groupe contrôle a bénéficié d’un programme de réduction du stress. Le groupe expérimental a démontré plus de réduction des risques avec les partenaires les plus à risque, notamment les séropositifs ou ceux de sérologie inconnue (Carpenter K. M., et al. 2010). Du côté des interventions pilotes, nous pouvons mentionner également l’expérience de Healthmpowerment.org, en direction des minorités ethniques aux États-Unis. Un essai pilote de quatre semaines a été lancé. Au niveau conceptuel, le programme se base sur la théorie du changement comportemental de Prochaska et DiClement de 1992 (Muessig K. E, et al, 2014) et la théorie des jeux – serious games –, (à partir des récompenses pour favoriser la motivation) pour la réduction du risque VIH et favoriser le soutien des pairs. L’intervention est conçue pour éviter l’isolement, et de cette façon, apporter un support d’information émotionnel et matériel pour soutenir le changement de comportement en ce qui concerne le risque de VIH pour des cibles difficiles à toucher, tels les jeunes HSH qui ne s’identifient pas à la communauté gay et qui peuvent être particulièrement exposés au racisme et à l’homophobie. Enfin, nous pouvons mentionner un programme pour des HSH dans les zones rurales aux États-Unis où le stigmate de l’homosexualité peut être plus dur à vivre. L’intervention sur trois modules a été basée sur les principes de la théorie sociale cognitive de Bandura, un modèle de compétences en information- motivation-comportement (IMB). Le projet inclut des conversations entre un homme séropositif et un séronégatif avec des graphiques interactifs. Il a été évalué par un essai randomisé contrôlé avec une efficacité démontrée sur les connaissances relatives au VIH, l’accomplissement des attentes et les croyances sur son efficacité ont augmenté après la participation à l’intervention. Les changements ont été maintenus pendant un suivi d’une semaine (Bowen A. M., et al, 2007). Finalement, du côté des applications mobiles de rencontre, les réseaux informels des pairs commencent également à être pensés comme des leviers pour la diffusion des messages de prévention (Holloway I.W., et al, 2015). C’est le cas du projet incluant des jeunes HSH de la communauté afro-américaine de Caroline du Nord, aux États-Unis (Muessig K. E., 2013). Ce bref aperçu nous montre l’intérêt croissant que porte la recherche sur le numérique dans le domaine de la santé sexuelle et les méthodes d’évaluation scientifique ou écologique associée. Pour qu’en France ce type d’initiatives soit à la hauteur des projets étrangers, un véritable investissement avec l’intégration de laboratoires de recherche et de partenaires technologiques devient fondamental.
  42. 42. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 42 Novembre 2016 >> CRITERES TRAVAILLES CONJOINTEMENT CRITERE n°19 : L’intervention apporte du nouveau contenu de façon régulière CRITERE n°20 : L’intervention inclut l’option pour le visiteur d’échanger avec d’autres (chat, forums ou blogs) CRITERE n°22 : L’intervention apporte des témoignages de la satisfaction des visiteurs précédents Le point faible de la première étape a été de ne pas avoir pensé au renouvellement des contenus. C’est pour cela que nous avons mis en place une amélioration technique du site, à partir d’un blog associé, qui nous facilite la tâche pour actualiser les contenus de façon régulière, suite à une mouture assez rigide de la part du prestataire de notre site Internet. Trois actions différentes ont été développées : Développement de nouveaux onglets Tony « Tony a testé pour vous », « Témoignages », à renouveler une fois par mois. En août 2016, le premier envoi des deux onglets a été effectué, avec « Tony a testé les saunas » et les témoignages d’un jeune du 93 et d’un autre du 94. Nous estimons pouvoir lancer les nouvelles versions mi-septembre.
  43. 43. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 43 Novembre 2016 Mise en place d’un rendez-vous mensuel sous forme de chats Rendez-vous menseul sous la forme de chats sur la page facebook de Tony. Un rendez-vous mensuel avec Tony, assuré par deux animateurs de prévention, permet de donner un espace de parole aux jeunes qui le souhaitent. Jusqu’à présent trois rendez-vous se sont déroulés. Avec ces deux initiatives, nous avons tenté de rendre l’échange plus horizontal avec notre cible. En revanche, et même si le blog (sous format Wordpress), permet techniquement déjà aux jeunes de laisser leurs commentaires et d’interagir entre eux, le manque de budget actuel du projet (en termes de moyens humains) empêche de nous lancer dans cette initiative, car cela demande du temps d’animation et de modération. L’option est pour l’instant restreinte.
  44. 44. Evaluation / Action de "Tony Jeune Gay » P. 44 Novembre 2016 4 • ENQUETE QUANTITATIVE 4.1 : L’ELABORATION DU QUESTIONNAIRE 12 La confection du questionnaire s’est réalisée donnant la priorité à des items déjà validés à travers d’autres enquêtes nationales : enquête Presse Gay et Lesbienne, Net Gay Baromètre, EMIS, KABP IDF (Knowledge, Attitudes, Beliefs, Practices), Prevagay, CSF (Contexte de la sexualité en France) et Baromètre santé jeuness IDF. L’association a financé, avec ses moyens propres, le logiciel NET SURVEY, de l’entreprise Soft Concept, ce qui nous a permis de compter avec une mouture adéquate, pour un questionnaire en arborescence, d’environ 25 minutes. Une fois constituée, la version définitive a été exposée aux membres du comité de pilotage pour validation. Suite à des ajustements supplémentaires (réduction de taille), le questionnaire a été prétesté sur tablette lors d’une présentation du Crips au salon de l’ADREP lié à l’enseignement supérieur. Nous avons trouvé 7 personnes qui s’ajustaient à nos critères de participation. Elles ont pu nous transmettre leurs doutes sur la compréhension de quelques questions, sur le vocabulaire employé, des « bugs » ou problèmes techniques éventuels et leur avis général sur la longueur du questionnaire. La parution du questionnaire en ligne s’est faite de la mi-janvier jusqu’à la mi-mars 2016. 12 Nous remercions Sandrine Fournier, chargée de la thématique HSH à l’association Sidaction, pour ses précieuses informations en matière de contexte associatif HSH et l’utilisation d’outreach numérique.

×