1. Contexte : Utiliser le Data Loader Salesforce en mode texte ?
Le Data Loader Salesforce est pratique mais laborieux…
Pr...
C’est ici que cela se complique un peu. Les mots de passe doivent être cryptés. Le programme
n’accepte pas vos mots de pas...
Le travail sur le fichier config.properties est terminé.
Nous configurons process-conf.xml en copiant ceci dans process-co...
Quelques explications. La partie la plus importante du fichier est l’entrée suivante :
<entry key="sfdc.extractionSOQL" va...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mop export-dataloader-salesforce-en-ligne-commande

248 vues

Publié le

Je propose un mode opératoire pour simplifier les exportations du contenu de vos bases CRM Salesforce. Le CRM contient vos clients, prospects, contacts, SIREN et vous recherchez le moyen de les récupérer facilement.
Je vous propose de le faire en mode texte avec la ligne de commande. Le pre requis est d'installer le Data Loader Salesforce .
Vous pourrez programmer une tâche windows et ne plus jamais vous soucier de produire les fichiers ou bien le faire d'un clic au lieu d'utiliser le Data Loader.

Publié dans : Logiciels
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
248
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mop export-dataloader-salesforce-en-ligne-commande

  1. 1. 1. Contexte : Utiliser le Data Loader Salesforce en mode texte ? Le Data Loader Salesforce est pratique mais laborieux… Pratique parce qu’il est possible de récupérer n’importe quel objet de la base Salesforce : contacts, clients, prospects, affaires en cours, users actifs... Mais les manipulations sont longues car on ne fait que répéter des enchainements de commandes dans l’interface : copier / coller ses ID et ses mots de passe, balayer les objets existants, en choisir un, valider, choisir les champs à exporter, éventuellement construire des filtres, valider, revalider et produire le fichier CSV. Les choses se répètent peu ou prou pour les autres manipulations comme les insert, update et upsert avec en plus le choix du fichier de mappage. Et ceci parfois plusieurs fois par jour. Peu d’intérêt donc pour l’utilisateur qui verra d’un œil bienveillant l’automatisation de tout ceci. Car, bonne nouvelle, l’utilisation du Data Loader Salesforce en mode texte est possible (- : Vous devez juste savoir si vous connectez à internet via un proxy ou en direct. 2. Commencez par créer une nouvelle arborescence sur votre PC Créer le répertoire SF sous D:Donnees (A adapter en fonction de votre configuration, votre besoin) Aller sous C:Program Files (x86)salesforce.comData Loader (ajuster éventuellement en fonction du répertoire d’installation de votre data loader) Copier les répertoires bin, Java, Samples et le fichier dataloader-XX.0.0-uber.jar sous D:DonneesSF. Ces répertoires sont utilisés quel que soit le type d’opération réalisée : insert, export… Créer le répertoire export sous D:DonneesSF 3. Créer 3 fichiers textes vides suivants : key.txt, config.properties, process-conf.xml (bien confirmer les extensions properties et xml malgré les messages d’avertissement de Windows). Les placer sous D:DonneesSFexport Ces répertoires et fichiers sont utilisés pour une seule opération : l’export de données Salesforce. Le principe est de séparer les fichiers contenant la requête SQL d’export (Salesforce appelle ça SOQL histoire de se distinguer) et le fichier avec les mots de passe pour des questions de maintenance. J’ai mis un certain temps à faire marcher la configuration ainsi mais c’est bien plus simple puisque quand vos MDP changent, il n’y qu’un seul endroit où les changer ! Gain de temps assuré ! Imaginez, vous pouvez multiplier les fichiers de requête et ne pointer que vers un seul fichier de mot de passe. 4. Configuration des 3 fichiers : Nous commençons par configurer config.properties :
  2. 2. C’est ici que cela se complique un peu. Les mots de passe doivent être cryptés. Le programme n’accepte pas vos mots de passe tels que vous pouvez les saisir sous Windows. Salesforce met à disposition un programme de cryptage. Cela se passe sous la console Windows cmd (menu démarrer, Rechercher les programmes et les fichiers et taper cmd). Etape 1 : passer dans le répertoire bin avec la commande cd « cd D:DonneesSFbin ». Lancer la commande encrypt.bat avec les paramètres suivants : « encrypt.bat -g LeTexteQueVousVoulezInventezNimporteQuoi » Figure 1 Fenêtre CMD sous Windows 7 Copier-coller le résultat du cryptage de la commande dans le fichier key.txt. inutile de mettre des « » . Enregistrer les modifications. Fermer le fichier key.txt. Etape 2 : On passe au cryptage du mot de passe proxy. Toujours dans la console, toujours sous D:DonneesSFbin, lancer la commande suivante « encrypt.bat -e VotreMotDePasseProxy "D:DonneesSFimportkey.txt" ». Il faut copier le texte avec les « » puis mettre de côté le mot de passe crypté généré. Etape 3 : On passe au cryptage du mot de passe Salesforce+jeton concaténés sans espace. Toujours dans la console, toujours sous D:DonneesSFbin, lancer la commande suivante « encrypt.bat -e VotreMotDePasseSalesforceAvecLeJetonConcaténé "D:DonneesSFimportkey.txt" ». Mettre de côté le mot de passe crypté généré. Etape 4 : Ouvrir le fichier config.propertie. Le but est de renseigner tous les paramètres avec les mots de passe cryptés obtenus. 1. Votre ID reconnu par le proxy 2. Votre MDP reconnu par le proxy et désormais encrypté 3. Votre Login Salesforce 4. Votre MDP+jeton Salesforce concaténés et désormais encrypté Enregistrer les modifications.
  3. 3. Le travail sur le fichier config.properties est terminé. Nous configurons process-conf.xml en copiant ceci dans process-conf.xml
  4. 4. Quelques explications. La partie la plus importante du fichier est l’entrée suivante : <entry key="sfdc.extractionSOQL" value="Select Id, LastName, FirstName, Username, CommunityNickname, CompanyName, Division, Department, Title, City, Email, IsActive, UserRoleId, ProfileId, UserType, DelegatedApproverId, ManagerId, LastLoginDate, CreatedDate, LastModifiedDate, DesactivOrderDat__c, CreatedById, LastModifiedById, IsPortalEnabled, PerId__c, Agence__c, EmployeeNum__c, BU__c, Pointdevente__c, Brand__c, Username__c, LDAPLogin__c, RegDCDiv__c, SousRegion__c, Marche__c, CompanyName__c, PerformId__c, resp_workflow_dae__c, MultiPDV__c, CodeEnseigne__c FROM User"/> Cette partie reprend la commande SOQL. Vous pourriez par exemple l’adapter de la manière suivante : <entry key="sfdc.extractionSOQL" value="Select * FROM User"/> Il suffit de copier-coller votre requête habituelle telle qu’elle apparait dans votre fenêtre Data Loader entre les caractères "". Il y a une deuxième entrée important c’est <bean id="ExtractUser", nous y reviendrons. 5. Création du fichier d’exécution Nous touchons au but, aller sur le bureau, créer le fichier export.bat, y copier les lignes suivantes. 6. Fonctionnement : Double cliquer sur le fichier export.bat. Vous avez désormais vos user dans le CSV situé sous D:Donnees_ Extract Cptes Distrib_Users Il vous suffit ensuite de prévoir une tâche avec une exécution automatique par exemple pour récupérer au démarrage du PC votre fichier sans rien avoir à faire. 7. Perspectives Il est possible de mettre plusieurs exports par fichier .XML. Il est possible de faire des insert, upsert et update. Nous y reviendrons.

×