Écrire simplement district scolaire

640 vues

Publié le

Publié dans : Formation, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
640
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
116
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La FANB sensibilise les Acadiens et les francophones du NB à l ’importance de l’alphabétisation.
    On travaille principalement avec des bénévoles, des formateurs et des apprenants adultes.
    La FANB connaît bien les faibles lecteurs et les obstacles qu’ils rencontrent dans les communications
    _____________________________________
    Depuis ces débuts, la FANB s’intéresse à la communication claire et simple afin de rendre l’information accessibles aux personnes ayant de faibles niveaux d’alphabétisme. La FCAF en collaboration avec la FANB a organisé des groupes de discussion avec des apprenants du NB pour évaluer des documents du gouvernement fédéral : DRHC - annonces télé - Régie des rentes, Élections Canada - dépliant, Communications Canada - annonces radio et télé.
    On a essayé de voir où se trouvait les difficultés des gens avec les écrits.
    Pour vous qu’est-ce que veut dire communiquer clairement.
  • Je vais maintenant vous aider à mieux connaître votre public – le public du Nouveau-Brunswick francophone.
    On doit donc se référer à l’EIACA 2003 pour mieux comprendre.
  • Ces chiffres nous permettent de mieux comprendre la population francophone et ainsi adapter nos communications selon les capacités de lecture et les besoins de celle-ci.
    50% des anglophones du Nouveau-Brunswick se situent aux deux niveaux les plus bas.
  • Vous vous demandez certainement ce que ces chiffres veulent dire.
    Pour mieux comprendre ce qu’est le niveau 1, je vous présente une étiquette de médicaments. Cette étiquette a servi à évaluer les capacités de lecture des gens qui ont participé au sondage.
    On demandait aux personnes de lire l’étiquette et de répondre à la question suivante: Pendant combien de temps devez-vous prendre ce médicament?
    Les personnes ont été incapables de trouver la réponse à la question. La réponse se trouve ici. C’est la raison pourquoi ces personnes se situent au niveau 1.
    Ces personnes ont de la difficulté à lire et à décoder. Lors de la lecture, plusieurs ne se sont pas rendu plus loin que les indications thérapeutiques.
    À ce niveau, ces personnes savent qu’elles ont de la difficulté et demandent de l ’aide pour la lecture. Ces personnes préfèrent le face à face et le téléphone. Elles ne liront JAMAIS le dépliant que vous faites à leur attention.
    Si vous rencontrez ces gens, vous devez leur expliquer les mots et vous assurez qu’elles ont bien compris. Demandez-leur de vous l’expliquer.
  • Les personnes à ce niveau lisent quand même bien mais ont de la difficulté à repérer l ’information. Elles ne s ’exposent pas à la lecture. Souvent, elles ne savent pas qu’elles ont un problème.
    Elles lisent les gros titres. ATTENTION! Ils doivent être clairs et significatifs.
  • Les personnes à ce niveau ne lisent pas régulièrement.
  • La question que l’on a posée:
    Les personnes à ce niveau sont su lire et comprendre mais n’ont pas pu reformuler la réponse dans leurs propres mots (si il l’avait trouvée).
    Ce qu’ils trouvent difficile c’est le subjonctif présent, les adverbes en « ment » (ils les mêlent avec le verbe à la troisième personne du pluriel).
  • Le lecteur de niveau 3 :
    Il lit bien quand les textes sont assez simples.
    Ses habiletés varient selon le contexte et le contenu.
    Il a le défi de se maintenir à ce seuil.
    Plusieurs pays le considèrent au seuil minimum de l’alphabétisme.
    Il fait en sorte de lire le moins possible.
  • Vous constaterez que ces personnes se retrouvent dans TOUTES les classes de la société.
    Ce qui est certain on les rencontre surtout chez les personnes âgées, les chômeurs, les bénéficiaires de l’Aide sociale.
  • Demander à quelqu’un de lire ce texte à voix haute.
  • Dans une enquête menée au printemps 2002 par la Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français, on démontre que les personnes peu alphabétisées de niveau 2 ont aussi des difficultés à comprendre certains messages à l’oral. On présentait à des apprenants adultes des annonces TV et on évaluait leur compréhension. Des apprenants du N-B ont participé à cette enquête. D’après les expériences que l’on a eu avec les adultes qui ont participé aux évaluations des annonces et des textes, on en est venu à la conclusion que les obstacles suivants n’aidaient pas à la compréhension :
    À l’écrit:
    Très souvent, le but n’est pas bien défini
    Il y a trop d’informations non pertinentes, c’est un problème d’organisation de l’information; les idées sont désordonnées, on manque de structure.
    La façon dont les idées sont présentées ne fait pas le lien avec les connaissances ou les intérêts du lecteur.
    L’utilisation des mots abstraits (vocabulaire administratif, spécialisé, technique)
    Mauvaise présentation, trop chargée, difficile pour les yeux
    À l’oral
    La situation et l’intention de communication ne sont pas mises en évidence.
    Le débit est trop rapide, on ne retient pas l’information
    Les mots ne sont pas des mots courants, familiers
    L’information est générale, froide; la façon de transmettre l’information ne crée pas de relations avec l’interlocuteur.
    Malgré la réflexion et le résultat d’un texte clair et efficace, il existe d’autres obstacles à la communication claire et simple. Tels que les préjugés défavorables à l’égard de la communication claire.
    Souvent on entend des commentaires tels que : C’est niveler par le bas.
    Je trouve ça simpliste.
  • Ou notre message sera lu?
    Au travail, sur un babillardMessage court;
    l’essentiel est claire au premier coup d’œil, doit être lu en quelques secondes
    Dans l’autobusPratique et facile à lire sans concentration
    A la maisonRapport plus long s’ils les touchent de près
    Durant une réunionRapport clair et facile à comprendre
    Sur un écran d’ordinateur Texte facile à lire
  • Écrire simplement district scolaire

    1. 1. La communication claire
    2. 2. La FANB • fait la promotion et la sensibilisation. • défend les droits des personnes peu alphabétisées. • veut améliorer l’efficacité des communications qui s’adressent aux personnes moins alphabétisées en informant et sensibilisant les communicateurs.
    3. 3. Écrire simplement Ce n’est pas simplement remplacer les mots « compliqués » par des mots plus simples. C’est un exercice qui exige des connaissances et des habiletés techniques. Et la première étape exige d’être à l’écoute du récepteur.
    4. 4. Qu’est-ce que l’alphabétisme? Compétence en littératie : la capacité de comprendre et d’utiliser les documents imprimés dans les activités courantes, à domicile, au travail et dans la collectivité. Autrement dit, l’alphabétisme c’est: Lire, repérer, comprendre, utiliser … Source: Statistique Canada, EIACA 2003
    5. 5. Situation au Nouveau-Brunswick  66% des francophones ont un niveau d’alphabétisme inférieur au niveau 3 contre 50% chez les anglophones.  Plus de 90% des personnes âgées de 65 ans et plus ont un niveau d’alphabétisme inférieur au niveau 3. Source: Statistique Canada, EIACA 2003
    6. 6. Niveau d'alphabétisme des francophones du Nouveau-Brunswick Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveaux 4/5 32,1% 66 449 34,2% 70 678 24,9% 51 404 8,8 % 18 292 Les statistiques Source: Statistique Canada – EIACA 2003
    7. 7. Nombre de francophones du Nouveau-Brunswick par niveau d'alphabétisme 28929 25781 8984 23035 6891 1090 53 5216 9955 9682 3009 13915 4040 14578 25177 26490Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4/5 65 et plus 45 à 64 ans 25 à 44 ans 16 à 24 ans Source: Statistique Canada – EIACA 2003
    8. 8. Distribution des personnes aux niveaux 1 et 2 d’alphabétisme dans le domaine des textes suivis au Nouveau-Brunswick (population 16-65 ans) Source: EIACA, 2003
    9. 9. Distribution géographique des personnes aux niveaux 4 et 5 dans le domaine des textes suivis au Nouveau-Brunswick (EIACA population 16-65) Source: EIACA, 2003
    10. 10. ASPIRINE MEDCO 500 INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES: Maux de tête, douleurs musculaires et rhumatismales, maux de dents et d'oreilles. SOULAGE LES SYMPTÔMES COMMUNS DU RHUME. POSOLOGIE ORALE : Prendre 1 ou 2 comprimés toutes les 6 heures, de préférence en mangeant, pendant au plus 7 jours. Conserver en un endroit frais et sec. MISE EN GARDE : Ne pas prendre en cas de gastrite ou d'ulcère gastro-duodénal. Éviter de prendre en même temps qu'un anticoagulant, ou en cas de maladie du foie ou d'asthme bronchique grave. Si ce médicament est pris à grosse dose pendant une période prolongée, il peut affecter les reins. Avant d'administrer à un enfant atteint de varicelle ou de grippe, consulter un médecin au sujet du syndrome de Reyes, maladie rare mais grave. Les femmes enceintes et celles qui allaitent doivent consulter leur médecin avant d'utiliser ce produit, surtout durant le troisième trimestre de la grossesse. En cas de symptômes persistants ou de surdose accidentelle, consulter un médecin. Garder hors de la portée des enfants. INGRÉDIENTS : Chaque comprimé contient 500 mg d'acide acétylsalicylique. Excipient c.b.p. 1 comprimé. NO d'enreg. 88246 Fabriqué au Canada par STERLING PRODUCTS, INC. 1600, bout. Industriel, Montréal (Québec) H9J 3P1 Question : Quel est le nombre maximal de jours pendant lesquels vous devriez prendre ce médicament? Niveau 1 – 32,1 %
    11. 11. Au niveau 1, les personnes: • ont une grande difficulté avec tout le matériel écrit. • ont de la difficulté à décoder. • demandent de l’aide pour la lecture. • préfèrent le face à face et le téléphone.
    12. 12. Niveau 2 - 34,2% Origine: Les ancêtres des impatientes, soit celles du Sultan de Zanzibar et de Holst, se retrouvent probablement encore dans les forêts tropicales des montagnes de l'Afrique de l'Est et dans les îles côtières, notamment au Zanzibar. L'espèce cultivée en Europe a reçu l'appellation d'Impatiens walleriana. Apparence: II s'agit d'une plante herbacée touffue qui atteint 30 à 40 cm de hauteur. Les tiges, épaisses et charnues, sont ramifiées et très juteuses, ce qui, en raison de l'origine tropicale de cette plante, la rend très fragile au froid. Les feuilles, de couleur vert pâle ou tachetées de blanc, sont lancéolées et ovales et ont les bords légèrement dentelés. La surface lisse des feuilles et la nature des tiges montrent que cette plante a grand besoin d'eau. Floraison: Les fleurs, qui prennent toutes les teintes de rouge, sont abondantes tout au long de l'année, sauf durant les mois sombres; elles sortent de «bourgeons» (situés à «l'aisselle» des tiges). Variétés: Certaines espèces forment des plantes compactes et basses, d'environ 20 à 25 cm de hauteur, qui se prêtent bien à la culture en pot. Diverses hybrides peuvent ainsi être cultivées en pots, ou dans des jardinières de fenêtre ou en plates‑bandes. D'autres variétés à tiges plus longues ajoutent des coloris superbes aux plates‑bandes. Soins généraux: En été, il est préférable de protéger cette plante contre les rayons directs du soleil en la plaçant à l'ombre et, pendant l'automne et l'hiver, de la planter dans un endroit semi‑ombragé. Si elle est placée dans un endroit bien éclairé pendant l'hiver, elle a besoin d'une température minimale de 20 °C, tandis que si elle est dans un endroit plus sombre, une température de 15 °C suffira. Si la plante est exposée à des températures de 12‑14 °C, elle perd ses feuilles et cesse de fleurir. En terrain humide, les tiges pourrissent. Arrosage: Plus la plante est dans un plus elle a besoin d'eau. Toujours arroser d'eau ne contenant pas trop de sels minéraux. On ne sait trop bien si la plante a besoin d'air humide. À tout événement, ne pas vaporiser d'eau directement sur les feuilles, car cela les tache.   Engrais: Administrer un engrais chaque semaine durant la période de croissance, de mars à septembre.   Rempotage: Au besoin, rempoter au printemps ou à l'été dans une terre légère contenant de l'humus (terreau préemballé). II est préférable de jeter les vieilles plantes et d'en cultiver de nouvelles.   Propagation: Pratiquer des boutures ou semer de nouvelles plantes. Les semences germent en dix jours.   Maladies: Une surabondance de soleil en été rend la plante ligneuse. Si l'air est trop sec, des aphides, ou petites mouches LES IMPATIENTES   Comme beaucoup d'autres plantes cultivées, les impatientes ont une longue histoire. L'une des espèces les plus anciennes se retrouvait sûrement sur le rebord de fenêtre de grand‑mère. De nos jours, des espèces hybrides enjolivent de bien des manières l'intérieur des maisons comme les jardins.
    13. 13. LES IMPATIENTES - suite Soins généraux: En été, il est préférable de protéger cette plante contre les rayons directs du soleil en la plaçant à l'ombre et, pendant l'automne et l'hiver, de la planter dans un endroit semi-ombragé. Si elle est placée dans un endroit bien éclairé pendant l'hiver, elle a besoin d'une température minimale de 20°C, tandis que si elle est dans un endroit plus sombre, une température de 15 C suffira. Si la plante est exposée à des températures de 12-14 C, elle perd ses feuilles et cesse de fleurir. En terrain humide, les tiges pourrissent. Question : Qu ’est-ce qui arrive à la plante si elle est exposée à des températures de 12-14 C?
    14. 14. Au niveau 2, les personnes: • ont la capacité de lire certains mots simples dans des annonces publicitaires et des affiches; • pratiquent une lecture peu variée; • préfèrent les textes clairs, simples et directs; • ont un vocabulaire limité; • se fient aux autres.
    15. 15. Niveau 3 – 24,9% niveau minimal pour fonctionner dans la société LE CYCLISTE DOIT POUVOIR ENFOURCHER SA BICYCLETTE ET, EN POSITION DEBOUT, AVOIR AU MOINS 2 CM DE JEU AU- DESSUS DE LA TIGE HORIZONTALE. NOTA : Pour les femmes, déterminer la mesure à partir d’un modèle pour hommes. GRANDEUR APPROPRIÉ DE LA BICYCLETTE 660mm-760mm 690mm-790mm 710mm-790mm 760mm-840mm 790mm-860mm 810mm-890mm 860mm-940mm 430mm 460mm 480mm 530mm 560mm 580mm 635mm LONGUEUR DE JAMBE DU CYCLISTE GRANDEUR DU CADRE Choix et achat de la bicyclette : Voir si la bicyclette convient au futur propriétaire. Les bicyclettes sont de grosseur variable. Pour assurer une sécurité et un confort optimaux, la selle et les guidons doivent être ajustés. Comme les bicyclettes sont dotées d’une grande variété d’équipement et d’accessoires …, il faut veiller à ce que le cycliste sache comment d’en servir. Assemblage : Suivre attentivement les directives d’assemblage. Veiller à ce que tous les écrous, boulons et vis soient bien serrés. Réglage de la bicyclette : Pour que le cycliste puisse rouler en toute sécurité et de façon confortable, la bicyclette doit être bien ajustée. La hauteur de la selle doit être réglée de manière que, lorsqu’il a le pied posé à plat sur la pédale au plus bas de sa course, le cycliste ait le genou légèrement plié. Nota : Le tableau de gauche permet de déterminer la grandeur de cadre appropriée. Le fabricant n’est pas responsable des défaillances, des blessures ou dommages causée par un assemblage incomplet ou par un mauvais entretient après expédition. Question : D’après le guide, comment fait-on pour vérifier si la selle est bien réglée? CHOIX D’UN CADRE APPROPRIÉ
    16. 16. Au niveau 3, les personnes: • lisent bien; • sont fonctionnelles selon le contexte; • ont une limite à retenir l’information.
    17. 17. Et qui sont ces gens? Niveau 1 • 85 000 • 58% étaient des hommes et 42% étaient des femmes • 54% occupaient un emploi • 18% étaient sans emploi • Éducation: • 56% avaient complété moins que le niveau secondaire • 33% avaient complété le secondaire • 11% avaient complété des études post-secondaires • Langue maternelle: • 46% anglais • 51% français Niveau 2 • 173 000 • 52% étaient des hommes et 48% étaient des femmes • 64% occupaient un emploi • 11% étaient sans emploi • Éducation: • 28% avaient complété moins que le niveau secondaire • 38% avaient complété le secondaire • 34% avaient complété des études post-secondaires • Langue maternelle: • 59% anglais • 36% français Source: EIACA, 2003 Principales caractéristiques des personnes aux niveaux 1 et 2 de compétence dans le domaine des textes suivis au Nouveau-Brunswick (population 16 à 65).
    18. 18. Bonjour les parents, Veuillez prendre note que le 29 novembre, les enseignant(e)s seront en formation durant l’avant-midi et en après-midi, ce sera la remise des bulletins. Donc les élèves n’auront pas de classe le 29 novembre. Les bulletins seront remis le 28 novembre entre 18h et 20h pour ceux qui ne peuvent venir durant la journée. Les parents qui sont disponibles le jour pourront venir chercher le bulletin le 29 novembre entre 13h et 16h. Nous vous invitons à venir chercher le bulletin de votre enfant et si vous ne pouvez venir à cette rencontre, nous vous demandons de communiquer avec l’enseignant(e) titulaire de votre enfant. Au plaisir de vous rencontrer les 28 et 29 novembre. Le personnel enseignant et la direction de l’école Communiquer clairement
    19. 19.   Remise des bulletins Bonjour , Nous vous invitons à venir chercher le bulletin de votre enfant le : 28 novembre entre 18 h et 20 h  ou 29 novembre entre 13 h et 16 h Si vous ne pouvez venir à ces rencontres, vous pouvez communiquer avec  l’enseignant ou l’enseignante titulaire de votre enfant au 854-8888. Prenez note que les élèves n’auront pas de classe le 29 novembre. Au plaisir de vous rencontrer. Le personnel de l’école
    20. 20. Les obstacles des lecteurs À l’écrit • Le but n’est pas bien défini. • Trop d’information. • Les idées présentées ne font pas le lien avec les intérêts du lecteur. • Les mots sont abstraits. problématique = difficultés • La présentation n’aide pas le lecteur. À l’oral • Le sujet d’information n’est pas en évidence. • Le débit est trop rapide, il y a trop d’information. • Les mots sont abstraits. • L’information est impersonnelle. • Les verbes sont plus concrets que les noms. Les obstacles des rédacteurs • Les connaissances sur le sujet traité • Les préjugés • La lourdeur administrative
    21. 21. Les techniques d’écriture simple  Évitez l’abondance des informations  Communiquez l’idée principale du  message dès l’introduction  Facilitez le repérage et l’anticipation  de l’information  Utilisez des mots courants  Évitez les métaphores et les figures  de style  Évitez d’abuser des négations.

    ×