Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Armes nucléaires. — 09. Le site nucléaire CEA-DAM de Valduc

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 37 Publicité

Armes nucléaires. — 09. Le site nucléaire CEA-DAM de Valduc

Télécharger pour lire hors ligne

Armes nucléaires. — 09. Le site nucléaire CEA-DAM de Valduc

Armes nucléaires. — 09. Le site nucléaire CEA-DAM de Valduc

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (20)

Plus récents (20)

Publicité

Armes nucléaires. — 09. Le site nucléaire CEA-DAM de Valduc

  1. 1. Le site nucléaire du CEA-DAM à Valduc Étienne Godinot 08.11.2022 Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires (CBFCAAN)
  2. 2. Le centre nucléaire du CEA-DAM à Valduc Sommaire - Historique : Les essais nucléaires français - Le CEA. La DAM du CEA - Le site de Valduc : situation géographique, historique, emploi - Les activités du centre : * La maintenance des 290 armes atomiques françaises * La simulation du « fonctionnement » des armes nucléaires (Teutates, Epure, Airix, Tera 1000) * Le traitement des déchets au tritium - Un autre site du CEA-DAM : Le CESTA et le Laser Mégajoule - La perversion de la science - La reconversion à des activités pacifiques : nécessité, bibliographie, exemples, pistes à Valduc - Le Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ (CBFCAAN) NB : le CBFCAAN, conscient des lacunes de ce diaporama, est demandeur de toute correction et de tout complément utile pour l’améliorer. Contact : etienne.godinot@wanadoo.fr Un mail a été adressé en ce sens à Madame M. Sécheresse, Directrice du centre de Valduc, et à la direction de la communication du CEA. Photos : Le dépliant « Visitez Valduc et son centre nucléaire » du CBFCAAN (juin 2019) Veille citoyenne mensuelle à Moloy, près de Valduc Die-in sur la place de la Libération à Dijon le 9 août 2019
  3. 3. Historique : Les essais nucléaires français 210 essais nucléaires français ont été menés entre 1960 et 1996, d'abord dans le désert du Sahara algérien, puis en Polynésie française, d'une puissance cumulée d'environ 13 mégatonnes, impliquant officiellement environ 150 000 civils et militaires : - de 1960 à 1961 : 4 essais aériens à Reggane, dans le sud algérien ; - de 1961 à 1966 : 13 essais souterrains à In Ecker, dans le sud algérien ; - de 1966 à 1974 : 46 essais aériens à Moruroa et Fangataufa, en Polynésie française ; - de 1975 à 1996 : 147 essais souterrains dans les sous- sols et sous les lagons des atolls de Mururoa et Fanga- taufa.
  4. 4. Les essais nucléaires français Premier essai atmosphérique Aldébarran (1966) et essai à Fangataufa (1968) Essai sous couronne récifale à Moruroa (1980) et sous lagon à Moruroa (1991) Dernier essai souterrain à Fangataufa (1996). Ces photos sont tirées du site du CEA. Le CEA est plutôt fier, semble-t-il, de les avoir réalisés.
  5. 5. Les conséquences des essais nucléaires français La levée du secret défense, en 2013, sur près de 400 documents de la période des essais nucléaires permet de constater que le Service de santé des armées, les ministres de la Défense et les présidents de la République successifs depuis 1960, étaient parfaite- ment informés, essai après essai, des risques sanitaires auxquels étaient exposés les populations et les person- nels des sites nucléaires. Tout cela pour créer une arme politiquement inefficace et stratégiquement inemployable*, dont l’abolition est inéluctable si tout du moins l’humanité veut continuer son aventure… * Voir le diaporama ‘Les sept vices de la dissuasion nucléaire’ sur ce site et dans cette série de diaporamas
  6. 6. Les conséquences des essais nucléaires français Les conséquences des essais en Algérie et en Polynésie ne sont pas uniquement liées aux explosions de ces armes de des- truction massive et aux retombées radioactives, mais également à la gestion des déchets, à la fragilisation géologique des atolls, à la surpopulation et à la "croissance" économique artificielle et éphé- mère. La France doit maintenant indemniser les victimes (celles qui ne sont pas déjà mortes de leucémies ou autres pathologies…), dépolluer et réhabiliter les sites, gérer le contentieux politique avec les dirigeants locaux. La simulation informatique de ces essais (dont il sera question dans les diapos suivant), si elle est moins dangereuse aux plans sanitaire et écologique et moins coûteuse financièrement, n’est pas davantage justifiable.
  7. 7. Le CEA Le ‘Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives’ (CEA) est un ‘organisme divers d'administration centrale’ (ODAC) de recherche scientifique français dans les domaines de l’énergie, de la défense, des technologies de l'information et de la communication, des sciences de la matière, des sciences de la vie et de la santé, implanté sur dix sites en France. Le CEA est un organisme de recherche classé en ‘établissement public à caractère industriel et commercial’ (EPIC). Fin 2019, il emploie environ 20 200 salariés, pour un budget annuel de 5 milliards d'euros. Photo du haut : le site du CEA à Saclay
  8. 8. La Direction des applications militaires (DAM) du CEA La DAM du CEA a pour rôle : • La conception et le test des bombes nucléaires de la Force de dissuasion nucléaire française • La conception des réacteurs nucléaires de propulsion des sous- marins (notamment SNLE) et des porte-avions (Charles de Gaulle et porte-avions de nouvelle généra- tion) de la marine française • La mise en œuvre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP)
  9. 9. Le centre CEA de Valduc Situé sur le territoire de la commune de Salives, à 45 km de Dijon, le centre CEA de Valduc est rattaché à la Direction des applica- tions militaires (DAM) du CEA. C’est une ‘installation nucléaire de base secrète’ (INBS). Il assure la maintenance et le « perfectionnement » des 290 armes atomiques françaises, apportées par camions. Il met en œuvre et recycle les matières nécessaires aux sous- ensembles nucléaires des armes de la dissuasion. Il assure la conception technologique, la fabrication, le maintien en conditions opérationnelles puis le démantèlement de ces sous-ensembles. Il fabrique les objets d’expérimentation nécessaires au programme Simulation. Dans le cadre du traité global de Défense franco- britannique, il met en œuvre l'installation radiographique et hydrodynamique Epure, qui contribue à garantir la sûreté et la fiabilité des armes nucléaires. Photo du bas : vue aérienne du site (photo Le Bien Public)
  10. 10. Situation géographique du site de Valduc Sur la commune de Salives, à 45 km au NE de Dijon, à 27 km d’Is-sur-Tille, entre Salives, Moloy et Léry. La belle commune médiévale de Salives et les 5 rangées de barbelés du site CEA-Valduc
  11. 11. Historique de Valduc Créé en 1957, le centre n’est à l'origine qu’une annexe du site CEA de Bruyères-le-Châtel. Le CEA acquiert un terrain de 588 ha, dont 413 boisés, mais le centre proprement dit n’occupe "que" 180 ha. En 1961 est mis en service le réacteur Rachel, le premier ‘réacteur militaire à neutrons rapides’ fonctionnant au plutonium utilisé pour les expériences de criticité en France (photo du haut). Pendant les années 1960, Valduc assure la promotion au grade d’ingénieur de jeunes techniciens et de chercheurs dans le nucléaire au CEA. De 1980 à 1993, l'Armée de l'Air utilise un espace de 40 ha, et y fait fonctionner une installation d'assemblage de têtes nucléaires pour missiles basés air et sol ASMP (photo du milieu) et Hadès (photo du bas) En 1996, la restructuration de la Direction des applications militaires (DAM) regroupe à Valduc les activités et les employés du CEA de Bruyères-le-Châtel concernés par les matières nucléaires.
  12. 12. L’emploi à Valduc Le site emploie environ 1000 personnels du CEA ( on ne sait pas combien à des activités civiles et combien à des activités militaires) et environ 700 sous-traitants de droit privé.
  13. 13. Des salariés… pas toujours présents dans le site Le 21 janvier 2022, entre 250 et 300 salariés grévistes du CEA de Valduc se mobilisent à Is-sur-Tille, répondant à l'appel national de plusieurs syndicats du CEA. Selon Jérémie Klein, secrétaire adjoint du CSE Valduc, délégué syndical CFE-CGC et porte- parole de l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CGT, UNSA, FO, CFTC « la charge de travail augmente, les objectifs aussi, et les salaires décrochent. » « Preuve du ras-le-bol général au sein de l’entreprise, ce sont les salariés qui sont à l’origine de cette journée de mobilisation et non les syn- dicats », précise le quotidien local ‘Le Bien Public’.
  14. 14. Les activités du site de Valduc La simulation Le CEA-DAM veut de fournir aux équipes de concepteurs d’armes les outils de simulation leur permettant de maîtriser tous les domaines de « fonctionnement » d’un « engin », sachant qu’une arme nucléaire doit être renouvelée à l’issue d’une durée de vie de l’ordre de vingt ans. « Les images de radiographie permettent, par confrontation aux prévisions de calcul, d’optimiser les modèles de physique utilisés pour simuler numériquement le fonctionnement pré-nucléaire des armes. » Le ministère de la Défense français a évalué que la garantie des armes nucléaires par la Simulation avait réduit de 60% le budget nécessaire à l’époque des essais. Photo : Le bâtiment Epure à Valduc Représentation de la simulation
  15. 15. Les 3 axes du programme de simulation - La physique des armes : modéliser les phénomènes physiques qui interviennent lors du « fonctionnement » d’une arme nucléaire ; - La simulation numérique proprement dite : développer des codes de calculs en liaison avec le développement des modèles de physique ; - La validation expérimentale : réaliser des expériences spécifiques en laboratoire afin de valider les modèles de physique. À la différence des essais nucléaires qui autorisaient une validation globale, on a affaire ici à une «validation par parties» de ces modèles physiques et des codes de calcul correspondant. »
  16. 16. La simulation : historique 1996-2001
  17. 17. La simulation : historique 2002-2009
  18. 18. Traité Teutates, programme Epure Le traité de coopération militaire Teutates a été signé à Lancaster House (Londres) le 2 novembre 2010 par le Président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron. Dans le cadre ce traité, les deux pays développent des outils communs pour garantir « la sûreté et la fiabilité » de leurs armes nucléaires respectives. Cela comprend la construction et l’exploitation conjointe d’une installation radiographique/hydrodynamique à Valduc (installation Epure, photo ci-dessous), et la construction d’une installation commune au Royaume-Uni à Aldermaston, où se situe l'Atomic Weapons Establishment (AWE) qui développe, entretient et dispose de l'armement nucléaire. Les travaux Epure à Valduc
  19. 19. En lien avec le site d’Aldermaston (GB) L'Atomic Weapons Establishment (AWE) est une installation de recherche du ministère de la Défense du Royaume-Uni chargée de la conception, de la fabrication et du soutien des ogives pour les armes nucléaires du Royaume-Uni. L'établissement était aussi la destination des ‘marches de Pâques’ de la Campaign for Nuclear Disarmament, depuis Trafalgar Square, à Londres, qui ont surtout eu lieu à la fin des années 1950 et pendant les années 1960.
  20. 20. En violation du TNP … Le CEA affirme que « la coopération franco-britannique est en totale conformité avec les exigences du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). » Les ONG pour le désarmement affirment en revanche que le traité Teutates contrevient aux obligations des deux pays en tant que parties au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP)*. D’après l’article 1 du TNP, les États parties s’engagent « à ne transférer à qui que ce soit […] des armes nucléaires ou autres dispositifs nucléaires explosifs, ou le contrôle de telles armes ou de tels dispositifs explosifs. » Par l’article VI, « chacune des Parties au Traité s'engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarme- ment général et complet sous un contrôle international strict et efficace » La France et l’Angleterre ne respectent ni l’esprit ni la lettre du TNP. * NB : la France a adhéré au TNP en août 1992, 22 ans après son entrée en vigueur… Photo du haut : Le document du TNP
  21. 21. … et en violation de l’esprit du TICE La France et le Royaume-Uni ont été les premiers États dotés de l’arme nucléaire à signer le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) le 24 septembre 1996, puis à le ratifier. Or le TICE, dans son préambule, reconnaît « que la cessation de toutes les explosions expérimentales d'arme nucléaire et de toutes autres explosions nucléaires, en freinant le développement et l'amélioration qualitative des armes nucléaires et en mettant fin au développement de nouveaux types d'arme nucléaire, encore plus évolués, concourra efficacement au désarmement nucléaire et à la non-prolifération sous tous ses aspects. » Par les dispositifs prévus dans leur accord, la France et le Royaume-Uni cherchent à contourner les obligations du TICE et ses efforts en faveur du désarmement. Leur accord constitue donc une violation manifeste de l’esprit du TICE.
  22. 22. Le programme Epure et l’installation AIRIX L’ installation AIRIX, implantée initialement sur le centre CEA-DAM de Moronvilliers, a été le premier outil expérimental du programme Simulation à avoir été mis en service. Elle fournit grâce à la radiographie X une image instanta- née d’un métal lourd en implosion, ce qui permet d’observer et de caractériser la phase non-nucléaire du fonctionnement d’une arme nucléaire. Cela permet de valider les modèles relatifs au début du fonctionnement de l’arme. La vocation de cette installation est de mesurer, avec la plus grande précision, l’état et le comporte- ment des matériaux constituant les armes nucléaires, et ce dans des conditions de température et de pression extrêmes rencontrées durant la phase hydrodynamique, sans dégage- ment d’énergie nucléaire.
  23. 23. Le programme Epure et l’installation Airix Machine de radiographie X éclair Airix au sein de l’installation Epure Pour la petite histoire, le 14 août 2013, un journaliste de France Info révèle que le site de recherche de Valduc utilise des cocottes-minute telles qu'on les trouve dans le commerce pour transporter, à l'intérieur du site, des « matériaux sensibles », à savoir des lingots de plutonium. On apprend alors que l'industrie nucléaire utilise des cocottes-minute depuis des décennies, qu'elles sont même homologuées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), et qu'elles sont plébiscitées comme récipients grâce à leur excellent rapport qualité/prix… Le CEA fait donc fonctionner l’industrie locale : l’usine mère de SEB (Société d’emboutissage de Bourgogne) est aussi située dans la Côte d’Or, à Selongey (27 km)…
  24. 24. Le supercalculateur TERA 1000 Le supercalculateur TERA-1000 de Valduc (produit dans l’usine Bull Sequana d’Atos à Angers) est destiné au programme Simulation du CEA, qui consiste à reproduire par le calcul les différentes phases de « fonc- tionnement » d'une arme nucléaire. Sa performance s'établit à 25 pétaflops (opérations en virgule flottante par seconde, floating-point operations per second ou FLOP), soit 25 × 1015 opérations par seconde. Le but du CEA est d’atteindre l’exaplops (1000 pétaflops) : plus d'un milliard de milliard d'opérations par seconde. Le supercalculateur est malheureusement incapable de suggérer à ses utilisateurs une réflexion politique et morale sur les finalités de leur travail et de faire appel à leur conscience…
  25. 25. Le gaz tritium Le tritium est de l’hydrogène rendu radioactif après avoir été irradié par des neutrons. Toutes les installations nucléaires produisent du tritium. Le gaz tritium s’infiltre dans tous les matériaux. La période radioactive du tritium est de 12 ans. Le CEA-Valduc récupère les déchets contaminés au tritium des installations nucléaires pour en assurer la gestion. Le tritium est aussi fabriqué pour être introduit dans les bombes nucléaires afin d’augmenter leur puissance explosive. La bombe à hydrogène (bombe H) fait intervenir des atomes de tritium pour donner de l’hélium. Les bombes ainsi construites peuvent avoir une puissance de 10 à 1 000 fois celle de Nagasaki. Un centre qui manipule du tritium doit être très surveillé pour éviter des pollutions radioactives de l’environnement car le tritium devient ‘organique’ en s’incorporant aux molécules, dont l’ADN. La majeure partie du tritium est rejetée, à 90 %, dans l’environ- nement sous forme d’eau tritiée. Dans le Livre Blanc du Tritium, édité par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en 2019, on peut lire (page 32) en ce qui concerne Valduc : « Les rejets de tritium ont considérablement décru et sont passés d’environ 35 000 TBq/an dans les années 1980 à un peu moins de 350 TBq/an actuellement ». Cette pollution est très supérieure à celle d’une centrale nucléaire (environ 20 TBQ/an)
  26. 26. Une pollution « extrêmement faible » Le CEA Valduc rejette du tritium que l’on retrouve dans l’eau potable de sept communes situées aux abords du site : Salives, Léry, Poiseul-lès- Saulx, Avelanges, Saulx-le-Duc, Diénay et Villecomte. Il serait le site nucléaire à en rejeter le plus dans l’Hexagone, selon l’Acro (Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest), qui s’appuie sur des données fournies par le ministère de la Santé. « Ces quelques rejets résiduels, extrêmement faibles, sont de l’ordre de 1 gramme par an, pour l’ensemble du site. C’est-à-dire quatre litres de gaz », répondait François Bugaut, ancien Directeur du site. « Ceci n’a donc aucune conséquence sanitaire pour les personnes qui habitent dans les villages autour de Valduc : l’impact radiologique représente 1/1000e de la radioactivité naturelle que l’on reçoit en Bourgogne. Ce rejet gazeux conduit ensuite à un léger marquage de l’environnement. Mais malgré son niveau incroyablement faible, il est très facile à mesurer. » Les prélèvements dans l’environnement sont faits par des cabinets spécialisés pour le compte de la SEIVA, ‘Structure d’Échange et d’Information sur Valduc’, association créée en 1996 par les communes environnantes.
  27. 27. Un autre site du CEA-DAM Le CESTA et le Laser Mégajoule au Barp (Gironde) Le projet de Laser Mégajoule (LMJ) remonte à l’année 1993, après qu’a été démontré par les équipes de la DAM tout l’intérêt d’un laser de forte puissance comme moyen de simulation physique des étages thermonucléaires. Le LMJ est installé dans autre site du CEA-DAM, le ‘Centre d'Études Scientifiques et Tech- niques d'Aquitaine’ (CESTA) au Barp, entre Bordeaux et Arcachon. Le LMJ permet de chauffer et de comprimer la matière jusqu’aux conditions que l’on retrouve lors de l’explosion des armes nucléaires ou au cœur des étoiles. Mis en service fin 2014, le LMJ est exploité pour des applications défense « au profit de la garantie de la sûreté et de la fiabilité des armes nucléaires de la dissuasion ». Depuis son couplage au laser de forte puissance PETAL, en 2017, le LMJ est aussi mis à disposition de la communauté scientifique interna- tionale, pour des expériences de recherche académique. Photos : Le site LMJ au Barp La chambre d’expérience où arrivent 22 lignes de 6 faisceaux laser
  28. 28. La perversion de la science Ce qui est grave à Valduc, au Barp, à Aldermaston, ce n’est pas seulement le gaspillage de l’argent public, c’est surtout la perver- sion de la science à des fins de destruction. Des scientifiques ont eu et ont le courage de refuser de mettre leurs connaissances au service de buts qu’ils désapprouvaient. Photos : - Lise Meitner (1878-1968), physicienne autrichienne. Joue un rôle majeur dans la découverte de la fission nucléaire, dont elle fournit en 1939 avec son neveu Otto Frisch la première explication théorique. Refuse l'offre de participer au projet Manhattan et de mettre au point une bombe atomique, et souhaite même publiquement son échec - Józef Rotblat (1908 -2005), physicien polonais. Le seul scientifique à avoir quitté fin 1944, pour des raisons morales, le ‘projet Manhattan’ et son poste au centre d’expérimentation de Los Alamos. À Pugwash (Nouvelle Écosse), réunit 22 des plus hautes sommités concernées par les armes nucléaires, dont 3 prix Nobel, pour sensibiliser l'humanité aux dangers de la bombe atomique. - Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), physicien et chimiste français. Prix Nobel de chimie en 1935 avec son épouse Irène Joliot-Curie. En 1945, participe à la fondation du ‘Commissariat à l'énergie atomique’ (CEA). Lance en mars 1950 l'Appel de Stockholm visant à l'interdiction de la bombe atomique. Relevé pour cette raison de ses fonctions de Haut-commissaire du CEA. Fait partie en juillet 1955 des signataires du ‘Manifeste Russell-Einstein’.
  29. 29. La reconversion à des activités pacifiques La reconversion d’activités et de sites militaires à des activités pacifiques n’est pas une utopie impossible. Elle est non seulement possible, mais inéluctable pour les activités militaires des sites CEA-DAM, quand la France, tôt ou tard, respectera ses obligations dans le cadre de l’art. 6 du TNP et adhérera au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Plus la reconversion sera anticipée et pensée entre la Direction du CEA, les salariés et la société civile, plus elle sera réalisable sans trop de difficultés. Image du haut : De l'épée à la charrue, bronze de Evgueni Voutchetitch (1908- 1974), devant le siège de l’Organisation des Nations unies à New York, d’après Isaïe (2- 4) « Il sera juge entre les nations, il sera l’arbitre d’une multitude de peuples. De leurs épées ils forgeront des socs de charrue, de leurs lances des serpes : une nation ne lèvera plus l’épée contre une autre, et on n’apprendra plus la guerre. »
  30. 30. La reconversion à des activités pacifiques : des exemples La ‘Société nationale des poudres et explosifs’ (SNPE), fabricant français de charges pour divers explosifs et munitions, montre que le pari est possible. Dans le cadre d’une filiale commune avec le suédois Autoliv, elle a innové et a fait évoluer une partie de son activité vers la production d’airbags, coussins gonflables en cas de collision, qui garantissent la sécurité des véhicules civils. Fortes de leur expérience en matière de vente et d'aide à la reconversion, la ‘Mission pour la réalisation des actifs immobiliers’ du ministère de la Défense et la ‘Délégation interministérielle aux restructurations de défense’ proposent un guide pratique destiné aux divers acteurs concernés. À travers dix exemples, les auteurs recensent les grandes étapes du processus : la mobilisation des partenaires, l'analyse des potentialités du site, l'élaboration et la conduite d'un projet de reconversion, les différentes possibilités de montage, la gestion du projet, la communication, etc.
  31. 31. La reconversion à des activités pacifiques : des exemples à Brest ‘L’Université européenne de paix’ propose trois pistes pour la reconversion future des arsenaux de Brest : - Faire de Brest, port d’armement naval, un port de déconstruction navale destiné à l’armement réformé, civil et militaire. Un chantier expérimental, avec une cinquantaine de salariés, a même vu le jour. - Utiliser les savoirs et compétences des professionnels de l’armement pour les développer des les énergies marines renouvelables : éoliennes marines géantes, flottantes ou fixées au fond de la mer, hydroliennes, ‘serpents de mer’ pour exploiter l’énergie des vagues, etc. - Convertir la base des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de l’Île Longue en centrale de production d’hydrogène verte, reliée à une hydrolienne installée à l’entrée de la rade, mue par la force des courants et générant l’électricité nécessaire à l’électrolyse de l’eau.
  32. 32. Les pistes de reconversion à Valduc La Direction et les salariés du CEA sont évidemment les mieux placés pour réfléchir à des piste de reconversion des sites de la DAM, mais on peut évoquer : - le traitement des déchets nucléaires pour éviter leur enfouissement (qui est une fuite en avant dangereuse, un cadeau empoisonné pour les générations futures) ; - les énergies alternatives (c’est aussi une des finalités du CEA) ; - le perfectionnement des moteurs à hydrogène ; - les développement des réacteurs à sels fondus à base de thorium*, concept de réacteur nucléaire presque totalement sûr, sans déchet dangereux et bon marché, dans lequel le combustible nucléaire se présente sous forme liquide, dissous dans du sel fondu (à 600-900 °C) qui joue à la fois le rôle de caloporteur et de barrière de confinement. * Le concept a été étudié en laboratoire pendant les années 1960, puis délaissé dans les années 1970 faute de financement et malgré des résultats probants. À partir des années 2000, il est à nouveau évalué, puis retenu dans le cadre du ‘Forum international Génération IV’. En 2011, il fait l'objet de recherches en vue d'un déploiement comme réacteur de quatrième génération, cependant sa date prévisionnelle d'industrialisation est plus éloignée que certains des autres concepts étudiés.
  33. 33. Le Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ (CBFCAAN) Le CBFCAAN regroupe plusieurs associations de la région Bourgogne-Franche-Comté, notamment les ‘Amis de la Terre 21’, le ‘Mouvement de la Paix 21’, le ‘Mouvement pour une Alternative Non-violente’ (MAN 21) et l’Association pour le Désarmement Nucléaire - Franche-Comté (ADN). Les actions menées par le CBFCAAN s’inscrivent dans le cadre de la ‘Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons - ICAN-France), organisation lauréate du prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite de l’interdiction internationale des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), des bombes à sous-munitions (2008), et des armes nucléaires (2021).
  34. 34. Les objectifs du CBFCAAN Les objectifs du Collectif sont : - le respect par la France de ses obligations dans le cadre de l’article 6 du Traité de non-prolifération (TNP), auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole l’esprit et la lettre, en l’occurrence l’arrêt de la "modernisation" des armes nucléaires, - l’adhésion de la France au ‘Traité sur l’interdiction des armes nucléaires’ (TIAN) voté à l’ONU le 7 juillet 2017 par 122 États de la planète et dont l’entrée en vigueur en droit international a été effective le 22 janvier 2021, - le contrôle, par un ou des organismes indépendants tels que le CRIIRAD, de la sécurité du personnel du site du CEA et des rejets de tritium dans l’environnement, - et, à terme, la reconversion des personnels civils des sites du CEA, particulièrement celui de Valduc, dans des activités pacifiques.
  35. 35. Les actions du CBFCAAN depuis 20013* - Action et jeûne à Dijon et à Valduc tous les ans entre le 6 août (Hiroshima) et le 9 août (Nagasaki) ; - Actions auprès des députés, sénateurs, du Préfet de région, etc., - ‘Lettre ouverte au Directeur du site nucléaire militaire de Valduc aux autorités françaises’, en nov. 2018, signée par 38 organisations associatives, politiques, culturelles et spirituelles de la région ; - Tracts, dépliant « Visitez Valduc », exposition en 23 panneaux ; - Depuis janvier 2020, vigie citoyenne mensuelle à Dijon et à Moloy, près de Valduc, pour interpeller la Direction, les salariés, l’opinion, les pouvoirs publics ; - Lettre ouverte aux Parlementaires de BFC, lettre ouverte des lanceurs d’alerte britanniques de Trident Plougshares au Président de la République ; ../.. * Détail avec photos sur https://www.irnc.org/IRNC/Textes/2724
  36. 36. Les actions du CBFCAAN depuis 20013 - Intrusion le 9 juillet 2020 de trois lanceurs d’alerte dans une zone non sécurisée du site de Valduc* ; - Interpellation du Conseil Départemental de la Côte d’Or et du Conseil régional** de BFC ; * Les poursuites ont été initialement lancées le 10 juillet 2020 par le Parquet de Dijon pour « intrusion en réunion dans l’enceinte d’un site civil abritant des matières nucléaires » (3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende). Elles se sont finalement soldées, après une relance du Procureur, du Procureur général et du Ministre de la Justice, et « compte tenu des circonstances », par un ‘rappel à la loi’ envoyé aux 3 prévenus le 3 décembre 2021 par lettre simple sans entretien préalable… ** Le 27 janv. 2022, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté adopte un ‘vœu relatif à la paix’ selon lequel « La France doit se joindre au mouvement mondial pour l’élimination progressive et multilatérale des armes nucléaires en signant et ratifiant le TIAN. » ■

×