Chercheurs de sens ou spirituels de 1941 à 1949

92 vues

Publié le

Pour en savoir plus sur les « chercheurs d’humanité » (non-violence, alternatives économiques, écologie, changement sociétal, spiritualité) : www.irnc.org, rubrique « Diaporamas »

Chercheurs de sens (ou spirituels), scientifiques, religieux, mystiques, philosophes, écrivains ou artistes, croyants, agnostiques ou athées, nés entre 1941 et1949

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
92
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chercheurs de sens ou spirituels de 1941 à 1949

  1. 1. Trombinoscope Chercheurs de sens ou spirituels de 1941 à 1949 Étienne Godinot .06.10.2015
  2. 2. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  3. 3. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  4. 4. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  5. 5. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  6. 6. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  7. 7. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  8. 8. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  9. 9. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  10. 10. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  11. 11. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  12. 12. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  13. 13. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  14. 14. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  15. 15. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  16. 16. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  17. 17. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  18. 18. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  19. 19. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  20. 20. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  21. 21. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  22. 22. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  23. 23. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  24. 24. Jean Baubérot Né en 1941, historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Occupe la chaire "Histoire et sociologie du protestantisme" (1978-1990), puis la chaire "Histoire et sociologie de la laïcité" (1991-2007) à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE). En 1995, fonde le Groupe de Sociologie des Religions et de la Laïcité, devenu le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL - CNRS/EPHE). Avec 250 universitaires de 30 pays, rédige en 2005 une "Déclaration universelle de la laïcité". Auteur de plus de 25 ouvrages. Plaide notamment pour une "laïcité calme" fondée sur la relance, par l’État, d’une dynamique séparatiste, veillant à la préservation de la pluralité culturelle. Suggère de créer un corps de certifiés et d’agrégés compétents pour enseigner le fait religieux en tant que discipline à part entière. « La laïcité assure l’égalité des convictions, mais elle garantit aussi le droit d’avoir un rapport de proximité ou de distance avec sa religion. » ../..
  25. 25. Matthieu Ricard « Nous tuons chaque année 60 milliards d'animaux terrestres et 1 000 milliards d'animaux marins pour notre consommation. Un massacre inégalé dans l'histoire de l‘humanité qui pose un défi éthique majeur et nuit à nos sociétés : cette surconsom- mation aggrave la faim dans le monde, provoque des déséquilibres écologiques, est mauvaise pour notre santé. En plus de l'alimentation, nous instrumentalisons aussi les animaux pour des raisons purement vénales, pour la recherche scientifique ou par simple divertissement. Et si le temps était venu de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos “concitoyens” sur cette terre ? Nous vivons dans un monde interdépendant où le sort de chaque être, quel qu'il soit, est intimement lié à celui des autres. (…) La plus grande partie des souffrances, incommensurables, que nous leur infligeons ne sont ni nécessaires ni inévitables.(…) Il ne s'agit pas d'humaniser les animaux ou d'animaliser l'homme, mais d'étendre aux deux notre bienveillance ! »
  26. 26. Élie Barnavi Né en 1946 en Roumanie, émigre avec ses parents en Israël en 1961. Historien et diplomate israélien. Professeur d’histoire de l’Occident moderne à l’université de Tel Aviv, où il dirige le Centre d’études internationales. Ambassadeur d’Israël en France de 2000 à 2002. Directeur scientifique du Musée de l’Europe à Bruxelles. « La culture capable de se dresser contre le fanatisme est une culture humaniste, autrement dit centrée sur l’homme libre qui, parvenu à l’âge "adulte", est en mesure d’exercer son autonomie. C’était le programme des Lumières. » « Partout en Occident, la séparation de l’Église et de l’État s’est imposée comme l’un des traits majeurs de sa culture politique, mieux, une caractéristique essentielle de sa civilisation ». « La guerre n’est pas une fatalité humaine, due à la part de violence tapie en nous, mais une institution sociale et culturelle. Ainsi considérée, elle est non seulement susceptible d’être régulée et civilisée, mais abolie. Si la construction européenne nous a appris quelque chose, c’est bien cela. »
  27. 27. Marie de Hennezel Née en 1946, psychologue et psychothérapeute française. A travaillé pendant dix ans dans la première unité de soins palliatifs de France, créée en 1987. Anime des conférences et des séminaires de formation à l'accompagnement de la fin de vie en France et à l'étranger. A cofondé l’association Sida et ressourcement. « Lorsqu'on accepte de perdre quelque chose, autre chose vient. C'est la dynamique du deuil. Ce n'est pas une consolation, c'est une réalité. Mais on l'oublie. Aussi je crois sincèrement que nous parviendrons à nous aimer sous nos rides, sous les plis et les poches de notre peau. Nous guérirons de nos blessures narcissiques, et les autres verront en nous une autre beauté."
  28. 28. Marc de Smedt né en 1946, journaliste français, écrivain, éditeur, spécialiste des sagesses du monde, disciple du maître zen Taizen Deshimaru. Dirige les éditions du Relié, plusieurs collections chez Albin Michel, et le magazine Nouvelles Clés, qui explore les traditions spirituelles, la santé du corps et de l’esprit, l’évolution des sociétés et l’écologie. « L’amour est une disposition d’accueil, de curiosité, de respect pour ses proches, mais aussi pour l’humanité, la nature et tout ce que la vie nous offre. Aimer, c’est alors rencontrer, lire, planter des arbres, créer, évoluer. Et l’essentiel est sans doute d’essayer de déployer cela à l’infini .»
  29. 29. Marcel Gauchet Né en 1946, philosophe et historien français, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Dans son livre Le Désenchantement du monde (1985), histoire politique de la religion, décrit et analyse de ce qu’il repère comme un basculement décisif, le déplacement de la réalité sociale de la religion vers la démocratie. Ce qu’il appelle "la sortie de la religion" aboutit à une conséquence radicalement neuve du point de vue historique : dorénavant « le lien des hommes est concevable et praticable sans les dieux. » « La désofficialisation (des identités religieuses) s’accompagne, en fait, d’un gain en visibilité et en légitimité sociales des instances religieuses, en tant que sources morales et spirituelles. Elles sont reconnues apporter quelque chose dont l’existence en commun ne saurait se passer et que la chose publique n’est plus en mesure de fournir par elle-même. Quelque chose qui ne fait plus problème dès lors qu’il ne se présente plus sous le signe de l’autorité et qu’il se donne dans une essentielle pluralité. »
  30. 30. Abdelwahab Meddeb (1946-2014), écrivain franco-tunisien. Directeur de la revue internationale et transdisciplinaire Dédale, enseigne la littérature comparée à l’Université Paris-X. Anime l’émission hebdomadaire Cultures d'islam sur France Culture. Engagé contre l'exclusivisme belliqueux de l'intégrisme qu'il diagnostique comme étant la maladie de l'islam. Appelle les musulmans à élaborer une transmutation des valeurs, à cesser de juger les actes et les paroles sur le seul critère du châtiment et de la récompense. « L’assimilation de la pensée musulmane libérale nous restitue à la complexité et nous réoriente vers l’interrogation, elle nous détourne des réponses toutes faites. Telles sont les conditions qui nous conduisent sur la voie de la liberté et de la reconnaissance de celui qui ne partage ni vos convictions ni votre croyance ».
  31. 31. Alain Chevillat Né en 1946, Français marqué par l’Inde. Fondateur avec son épouse Évelyne de "l’Université Terre du Ciel des savoirs et sagesses du monde“, association qui organise des stages de formation, des rencontres, des voyages, et édite la revue Sources. Auteur de la Charte de l’Europe des consciences. A créé en 1999 un espace pédagogique à Chardenoux, près de Louhans (71), s’installe en 2014 dans la chartreuse de Pierre Chatel (01). La spiritualité est pour lui la base du changement sociétal incluant l’écologie, la solidarité, la non-violence. « L’économique satisfait les besoins. Il doit être au service du politique qui détermine où sont les besoins, arbitre les choix et coordonne la mise en œuvre. Le politique doit lui-même être au service de la sagesse, qui donne les orientations à la société, prenant en considération le bien de tous. »
  32. 32. Peter Sloterdijk Né en 1947, philosophe et essayiste allemand, professeur de philosophie et d'esthétique à la Hochschule für Gestaltung de Karlsruhe. Propose une réflexion sur l'humanisme, la génétique, étudie la colère d'un point de vue psychopolitique. Dénonce les excès des trois monothéismes zélateurs, propose une manière ambitieuse de résoudre les conflits par un trialogue valorisant l'apprentissage d'une éthique de la civilisation. « Notre travail de civilisation commence ici : reformuler un code de combat impliquant le souci de l’ennemi. Qui ne veut pas être responsable d’un ennemi a déjà cédé à la tentation du pire. Vouloir être responsable de son ennemi, ce serait le geste primordial d’une éthique civilisatrice des conflits. »
  33. 33. Alan Guth Né en 1947, cosmologiste états-unien, chercheur au Massachusetts Institute of Technology. Travaille sur le modèle cosmologique de l'inflation cosmique. Pense que la taille réelle de l'ensemble de l'univers est d'au moins 10 puissance 23 fois supérieure à celle de l'univers observable. L'univers existe également parmi d'innombrables autres univers avec de nombreuses lois physiques différentes. Un modèle fractal existe dans le système "multivers", qui implique des univers à l'intérieur de vides qui sont à l'intérieur d'autres univers. Chaque "poche" d'univers créée par l'inflation apparaît plate pour ceux qui observent depuis l'intérieur de l'univers. Entretemps, de nouveaux univers rempliront les vides créés par d'autres anciens univers. Selon la "théorie des cordes" qui fait place à l'idée gravité quantique, il y aurait 10 puissance 500 vides possibles existants.
  34. 34. Odon Vallet Né en 1947, enseignant et écrivain français, diplômé de Sciences Po et de l'ENA, docteur en droit et en science des religions, spécialiste des religions (histoire des religions, anthropologie religieuse, etc.). Traque les idées fausses sur les religions, montre leur utilité et leurs dérives, Avec l'imposante fortune (147 millions d’€) dont il a hérité de son père, crée la Fondation Vallet qui remet aux étudiants brillants mais défavorisés de Paris, du Bénin et du Vietnam des bourses afin de les aider à poursuivre leurs études. « Se référer partiellement ou hors contexte à un texte, particulière- ment lorsqu’il détient un statut "sacré", est source de confusion, au mieux, d’erreur ou de contre-sens, au pire. Cette notion de contexte est en fait primordiale puisque c’est elle qui ouvre la perspective d’une réflexion dynamique, renouvelée, revivifiée sur la religion en particulier et sur l’humanité en général. »
  35. 35. Rémi Brague Né en 1947, écrivain et philosophe français, universitaire, spécia- liste de la philosophie médiévale arabe et juive, et connaisseur de la philosophie grecque. Enseigne la philosophie grecque, romaine et arabe à Paris et à Munich, membre de l'Institut. Ses recherches actuelles portent sur l'histoire des idées à très long terme et de la comparaison entre christianisme, judaïsme et islam. « La modernité n’a inventé ni la révolution technique, ni l'urbanisation, ni la société civile, ni même la personne comme sujet de libertés. (…) Nous sommes incapables de donner une réponse à la question : en quoi est-il bon qu’il continue à y avoir des êtres humains sur cette terre ? » « D’abord, prendre conscience de ce que l’on n’est pas le seul, ni l’héritier de la seule civilisation qui soit. Ensuite, comparer sans cesse, ce qui suppose que l’on peut pêcher ses termes de comparaison dans un vivier qu’il faut s’efforcer de rendre le plus large possible. Enfin, écouter les autres points de vue, et essayer de les comprendre. »
  36. 36. Anne Soupa et Christine Pedotti A.S. : Française née en 1947. Études de sciences politiques, de droit et de théologie. Travaille dans la presse enfantine, à Grain de Soleil, puis au Monde de la Bible. Rédactrice en chef de la revue Fêtes & Saisons, puis crée Biblia. C. P. : Française née en 1960. Études d’histoire et de sciences politiques. Collabore à la naissance de Grain de Soleil, mensuel chrétien pour enfants, écrit de nombreux ouvrages de vulgarisation de la foi catholique, principalement adressés aux jeunes et aux enfants. Auteure des romans à succès publiés sous le nom de Pietro de Paoli. Depuis mars 2013, rédactrice en chef de la revue Témoignage chrétien. ../..
  37. 37. Anne Soupa et Christine Pedotti En 2008, à la suite d’un mot malheureux du cardinal archevêque de Paris André Vingt-Trois*, créent le Comité de la Jupe pour lutter contre la discrimination à l’égard des femmes dans l’Église catholique. En 2009, créent la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones (CCBF, logo ci-dessous), afin de promouvoir la responsabilité des baptisés catholiques. « Ni partir, ni se taire » « Nous ne demandons rien, nous espérons tout ». « Il existe des hommes qui s’épanouissent dans les tâches d’accueil et de compassion, comme il existe des femmes faites pour la décision et le gouvernement. Le "féminin" n’est pas seulement chez la femme, ni le "masculin" seulement chez l’homme. Aussi nous nous interdisons impérativement de dire ce pour quoi la femme et l’homme sont faits. » * « Le plus difficile, c’est d’avoir des femmes qui soient formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête. ».
  38. 38. Jacqueline Kelen Française née en 1947 ?, diplômée de lettres classiques, a été productrice d'émissions à France-Culture et anime des séminaires d'expression orale et de communication dans l'enseignement supérieur. Auteure d’une trentaine d’ouvrages, consacre la plupart de ses livres et de ses séminaires au déchiffrement des mythes de la tradition occidentale et à l'étude de la voie mystique. « La solitude est un défi qui demande de la vaillance, de l’ardeur et du courage. Elle n’a rien à voir avec l’isolement. Être solitaire, c’est être ouvert à tout ce qui peut arriver, mais en défendant son intériorité et sa liberté. Je suis une grande solitaire très entourée d’amitié et d’amour. Celui qui vit souvent seul apprécie d’autant mieux la diversité des individus qu’il rencontre ».
  39. 39. Violette Khoury Née en 1948, palestinienne israélienne, chrétienne melkite. Est née et vit toujours à Nazareth où elle a exercé comme pharmacienne. Infatigable militante, dénonce les injustices dont est victime la population palestinienne israélienne (les Palestiniens restés sur le territoire israélien en 1948 et leurs descendants). Fondatrice de Sabeel, association œcuménique qui lutte pour les droits de tous les Palestiniens et qui fonde son action sur la théologie de la libération. « Voir le visage de Dieu en toute personne ne veut pas dire consentir au mal ou à l’oppression de sa part. L’amour consiste plutôt à corriger le mal et à arrêter l’oppression. » « Il est temps que cessent la discrimination, la ségrégation et la restriction des déplacements. Il est temps d’honorer tous ceux qui ont souffert, Palestiniens et Israéliens »
  40. 40. Patrick Viveret Né en 1948, philosophe et essayiste français, ancien rédacteur en chef de la revue Transversales Science Culture, conseiller honoraire à la Cour des Comptes, co-initiateur des Dialogues en Humanité. « Le fait religieux est ambivalent. Les religions posent la question du sens de la vie, de la souffrance, de la mort. Presque toutes, elles affirment à leur façon la règle d’or « Ne fais pas à autrui le mail que tu ne voudrais pas qu’il te fasse. Fais à autrui le bien que tu voudrais qu’il te fasse ». Toutes, elles se sont compromises historiquement avec le pouvoir et avec la violence. La part d’ombre du fait religieux se résume en trois mots : - la peur de Dieu : Dieu juge, Dieu qui met les morts au Ciel ou en Enfer, etc. ; - la soumission à Dieu, au détriment du discernement, du libre arbitre, du bon sens ;
  41. 41. Patrick Viveret - le sacrifice pour Dieu : sacrifices humains ; sacrifices animaux, symboles des sacrifices humains ; renonciation au mariage et à la sexualité (chasteté), etc. « Les mêmes éléments qui peuvent conduire l’humanité à sa perte, peuvent aussi permettre un saut qualitatif vers l’humanisation. » « Une vraie laïcité devrait être beaucoup plus ouverte, pour ne pas laisser aux religions le monopole des questions du sens. Le travail spirituel d’interpellation des religions (par exemple sur la violence, le fanatisme, le dogmatisme des religion, etc.) a besoin d’un espace public : ce serait le rôle d’une laïcité exigeante. »
  42. 42. Pedro Opeka Né en 1948, prêtre lazariste argentin d’origine slovène. Missionnaire à Madagascar, d’abord dans le Sud, puis à Tananarive. Crée en 1989 l’association Akamasoa (« les amis fiables et sincères ») destinée à procurer aux populations des bidonvilles un travail, un logement et une scolarisation. L’association accueille 40 000 personnes dans les 17 villages qu’elle a crées et assure un salaire à plus de 3 000 personnes. « Nous sommes tous responsables de notre Terre. L’extrême pauvreté est l’affaire de tous. Nous pouvons créer une mentalité de partage. C’est la seule issue à la crise actuelle. Nous sommes obligés de mettre un terme à cette société de consommation dont bénéficie une petite minorité de gens sur notre planète. »
  43. 43. Trinh Xuan Thuan Né en 1948, astrophysicien et écrivain vietnamo-américain, d'expression principalement française. Professeur d'astro- physique, notamment extragalactique (en dehors de la Voie Lactée) à l'université de Virginie à Charlottesville, chercheur à l'Institut d'astrophysique de Paris. Donne depuis 30 ans un cours "L'astronomie pour les poètes". « Les concepts bouddhiques de l’interdépendance, de la vacuité et de l’impermanence correspondent aux idées de la science moderne. (…) L’univers semble être parfaitement réglé pour l’apparition d’un observateur intelligent capable d’apprécier son organisation et son harmonie. (…) Si nous rejetons l’hypothèse d’univers parallèles et adoptons celle d’un seul univers, le nôtre, alors nous devons postuler l’existence d’un principe créateur qui a ajusté l’évolution de l’univers dès son début. (…) Je suis toujours émerveillé par l’organisation, la beauté et l’harmonie du cosmos. » ../..
  44. 44. Trinh Xuan Thuan «Il y a cent milliards de galaxies connues et, dans chacune d'elles, il y a cent milliards de soleils.(…) Oui, je suis amoureux du ciel, je n'ai pas honte de le dire. » « La science est neutre. Elle ne s’occupe pas de morale ni d’éthique. Ses applications techniques peuvent nous faire du bien ou du mal. Par contre, la contemplation a pour but notre transformation intérieure afin que nous soyons capables d’aider les autres.(…) Confronté à des problèmes éthiques ou moraux urgents, comme en génétique, le scientifique a besoin de la spiritualité pour l’aider à ne pas oublier son humanité. »
  45. 45. Ekhart Tolle Né en 1948 en Allemagne, études à Londres. Vit jusqu’à 13 ans dans un état d’anxiété et de dépression suicidaire. Connaît à l’âge de 29 ans une profonde "transformation intérieure" qui le transfigure et change radicalement le sens de son existence. Habite à Vancouver. Conseiller et enseignant spirituel auprès d’individus et de petits groupes en Europe et en Amérique du Nord. « Bien sûr, pour fonctionner dans ce monde, nous avons besoin du mental ainsi que du temps. Mais s’ils prennent le contrôle de votre vie, alors s’installent le dysfonctionnement, la souffrance et la chagrin. Quelle que soit la situation où vous vous trouvez, vous pouvez dire Oui à ce qui est, et cela devient le fondement de toute action ultérieure. »
  46. 46. Lama Denys Rinpoché Né en 1949, maître bouddhiste français de la tradition Kagyupa du bouddhisme tibétain. Dirige l’université Rimay-Nalanda et le centre de retraite traditionnelle de trois ans à l'institut Karma Ling, dans l’ancienne chartreuse de St Hugon à Arvillard (Savoie). Participe très activement au dialogue interreligieux, est à l'initiative de nombreuses rencontres inter-traditions. Karma Ling (particulièrement Lama Lhundroup) a organisé et accueilli les forums "Écologie et spiritualité" en 2004, "Économie et spiritualité" en 2011. « La crise économique et la crise écologique, indissociablement liées, ont une cause commune : le désir avide. La simplicité volontaire est l’enjeu principal d’une vraie solution à la crise. Le changement doit être d’abord personnel. La contemplation est une cure de désintoxication pour se libérer des automatismes et des égoïsmes. Elle consiste à être empathique, attentif à nos actions, à notre consommation. » Photos : Lama Denys Rinpoché et Lama Lhundroup
  47. 47. Patrice van Eersel Journaliste et écrivain français, né en 1949 au Maroc. Diplômé de Sciences Po, journaliste à Libération, à Actuel puis à Nouvelles Clés. S’intéresse à ce qui fait sens, écrit sur les dauphins, le cerveau, les expériences de mort imminentes, la réincarnation, les anges, la psycho-généalogie, les animaux thérapeutes, les origines de l’univers, les mystères de la naissance, l’évolution, l’écologie et la spiritualité. « Je participe à la maladie du monde chaque fois que mes faiblesses me font céder à la pression aliénante de ce que Simone Weil appelait " la grosse bête ", l'instinct grégaire qui maintient la cohésion du troupeau mais freine l'éveil et peut rendre parano. À l'inverse, je participe, à ma mesure, à la santé du monde chaque fois qu'à la recherche d'un jaillissement d'énergie et d'inspiration, je rapporte aux miens un récit exemplaire de la beauté de l'humain et de la vie ».
  48. 48. Cheikh Khaled Bentounès Né en 1949, Algérien, études de droit et d’histoire à Paris. Devient en 1975, après la mort de son père, le 46ème maître spirituel de la confrérie (tariqa) soufie Alawiya à Mostaganem. Témoin d’une culture de paix et de fraternité soucieux de dégager les valeurs universelles partagées, acteur du dialogue interreligieux. Fondateur en 1991 des Scouts Musulmans de France. Cofondateur, en 2003, du Conseil français du culte musulman. Crée la fondation Djanatu-al-Arif, ("le Jardin du connaissant"), Centre Méditerranéen du Développement Durable, réimplante en Algérie la culture de l'arganier. « Si la politique est la gestion de la cité des hommes, la spiritualité est celle de notre cité intérieure. Elle nous engage à cheminer dans le sens du bien, de l’unité, de la fraternité. Elle n’a pas pour vocation d’exclure le politique : son rôle est, au contraire, de lui donner du sens, de l’humaniser. »
  49. 49. Ysé Tardan-Masquelier Née en 1949, écrivain français, historienne des religions, spécialiste de l’hindouisme. Enseigne les spiritualités orientales à Université Paris IV-Sorbonne et à l'Institut catholique de Paris. Auteure, avec Frédéric Lenoir, de l’ouvrage Le livre des sagesses. L’aventure spirituelle de l’humanité (2002, nouvelle édition 2015). « Du Bouddha à Thérèse d’Avila, de Sénèque à Gandhi, d’Ibn’Arabi à Simone Weil, des sages égyptiens aux lamas tibétains contemporains, des maîtres du hassidisme aux gurus de l’Inde moderne, ce livre évoque d’abord l’expérience transformante des plus grandes figures spirituelles de l’histoire de l’humanité. S’ensuit une anthologie de textes du monde entier, le plus souvent dans des traductions originales, dont les thèmes scandent cette aventure singulière et universelle : le scandale de la souffrance et l’aspiration au bonheur, le chemin spirituel, la prière et la méditation, l’amour et la compassion, la liberté, la mort et l’au-delà… »
  50. 50. Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (G. M., né en 1949), (J. P., né en 1951), écrivains et cinéastes français. 15 années de recherches communes sur le christianisme. Coauteurs de séries documentaires télévisées diffusées sur Arte : - Corpus Christi : état de la recherche historique sur Jésus de Nazareth en 12 parties . Étude de l'évangile selon Jean par 27 chercheurs laïcs et théologiens de confessions diverses. - L’origine du christianisme : en 10 épisodes, l'émergence d'une nouvelle religion entre l'an 30 et l'an 150 de notre ère, avec les plus grands spécialistes internationaux : exégèse, critique textuelle, histoire de la littérature chrétienne, histoire du judaïsme, étude des apocryphes ou des premiers Pères de l'Eglise, etc. - L'Apocalypse : série de 12 films.
  51. 51. Yves Duteil Chanteur et auteur-compositeur-interprète français né en 1949. Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour l’éducation à la paix et la non-violence. Maire sans étiquette de la commune du Précy-sur-Marne. Président de l‘association APRES (Assistance aux Populations et Réhabilitation des Espaces Sinistrés), qui contribue à l’éducation d’enfants d’Intouchables près de Pondichéry. « Prendre un enfant par la main / pour l´emmener vers demain / pour lui donner la confiance en son pas / prendre un enfant pour un roi. » « Qu´y a-t-il après / quand nos âmes ont disparu / quand nos cœurs ne battent plus / près de ceux qu´on aime ? »
  52. 52. Amin Maalouf Né en 1949, écrivain franco-libanais, auteur de romans, essais et livrets d’opéras. Quitte le Liban en 1976 à cause de la guerre civile. Ex-rédacteur en chef de Jeune Afrique. Préside en 2007- 2008 pour l’Union Européenne un groupe de réflexion sur le multilinguisme. Membre de l’Académie française. « Je crois que Dieu doit avoir davantage de tendresse pour celles et ceux qui doutent, qui réfléchissent, que pour ceux qui ne s’interrogent plus et font de leur foi en Lui une forteresse de certitudes. (…) Lorsque la foi devient haineuse, bénis soient ceux qui doutent ! » « Lorsque l'esprit des hommes te paraîtra étroit, dis-toi que la terre est vaste. N'hésite jamais à t'éloigner, au-delà de toutes les mers, au-delà de toutes les frontières, de toutes les patries, de toutes les croyances. »
  53. 53. Pierre-Yves Albrecht Né en 19??, docteur en anthropologie, philosophe, écrivain et fondateur des centres thérapeutiques des Foyers des Rives du Rhône. A travaillé plus de 30 ans en maisons thérapeutiques avec des jeunes "marginaux" (toxicomanes, délinquants, etc.). A consacré une grande partie de son travail de philosophe et de thérapeute à l’étude de l’initiation et des rites de passage dans le développement humain. A développé de nombreux outils, basés notamment sur les arts martiaux ou le travail du mythe au travers des grands archétypes, afin d’aider les jeunes à canaliser leur énergie et à se recentrer. Par la méditation, la marche, le chant, le tir à l’arc, la solitude en montagne, la contemplation du désert, a soigné des centaines de toxicomanes. ../..
  54. 54. Pierre-Yves Albrecht « Tout individu, pour évoluer et donner du sens à sa vie, a besoin de passer par des étapes initiatiques qui l’aident à structurer son cheminement personnel. Le nouvel habitant de la civilisation post-moderne, évolue dans un temps vidé du tragique de l’existence : l’homme ne s’intéresse désormais plus aux feux intérieurs des brasiers divins, il n’a plus d’inquiétude à dérober des étincelles de cette nature. Son attention se focalise sur les feux de surface, source des puissances mécaniques qui propulsent ses jouets. Les grandes migrations de l’alliance originelle ne traversent plus aucun désert, ni mer Rouge, ni quelque terre promise censés nous conduire quelque part ! L’homme “banal” a sombré dans l’animisme et l’idolâtrie des objets, l’oubli de la leçon du mythe et de l’initiation ; ceux-ci n’ont plus pour lui que valeur d’anecdote. »
  55. 55. Marie Balmary Née en 19??, Psychanalyste clinicienne agnostique, écrivain et conférencière française. Essaye de comprendre les bouleversements et les souffrances accompagnant l'émergence d'une parole qui devrait pourtant être libératrice. S’intéresse à la Bible, « première fondation et première histoire de la parole », persuadée qu'on y trouve les remèdes pour guérir la civilisation judéo-chrétienne de ses maladies. A consacré dix ans à apprendre l'hébreu, le grec ancien et l’exégèse pour serrer le texte au plus près. « Ruth reprit : - Je crois qu'il y a une religion universelle avec laquelle on ne compte pas assez : c'est justement celle que combattent tous les penseurs, Freud y compris. ../..
  56. 56. Marie Balmary Cette religion n'a pas de nom, ou plutôt elle a tous les noms, christianisme, judaïsme ou islam, mais elle consiste aussi bien dans toute conformité absolue à un ordre, une caste, une classe. En fait, elle traverse toutes les religions et même les idéologies athées : c'est celle du dieu obscur qui demande à l'homme le sacrifice de sa pensée, le renoncement à sa conscience. - À quoi la repérez-vous, cette religion ? - À ses effets de mort psychique. Il me semble qu'elle se trouve là où le Bien - dont elle détiendrait la définition - a fait disparaître jusqu'au désir de vérité. Je crains que la raison démocratique, scientifique, ne suffise pas pour la combattre. Pas même pour la signaler. La seule religion qui pourrait m'intéresser serait celle qui donnerait aux humains deux choses que les religions d'habitude leur retirent : la conscience de ce faux dieu et surtout l'autorité pour le mettre dehors ».
  57. 57. Faouzia Farida Charfi Née en 19??, physicienne tunisienne, professeure à l’Université des sciences de Tunis. Veuve de Mohamed Charfi, ancien président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme. Secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur dans le gouvernement provisoire issu de la révolution de janvier 2011, en démissionne peu après pour reprendre sa "liberté de parole". « Les scientifiques de langue arabe du 9ème au 15ème siècle ont ouvert la voie à Tycho Brahe ou Copernic. Si on ne prend pas en compte l'apport de la science arabe, on ne peut comprendre le passage de la science hellène à la science européenne du 17ème siècle. Les islamistes d'aujourd'hui refusent de voir que nos ancêtres encourageaient le doute scientifique. Pour eux, la certitude est le capital de la foi ! (…) L’acceptation de la théorie de l'évolution implique une démarche scientifique qui est aujour- d'hui rejetée par l'orthodoxie sunnite notamment. Alors que dès le 19ème siècle des scientifiques arabes proposaient une approche progressiste de la question de l'évolution. » ■

×