Trombinoscope "Chercheurs d’humanité"
Chercheurs de sens
ou spirituels
depuis 1950
Étienne Godinot .23.11.2016
Jean-Yves Leloup
Né en 1950, philosophe français, théologien et prêtre
orthodoxe, auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, co...
Jean-Yves Leloup
« À côté de l'Ordre des Médecins, l'Ordre des Thérapeutes reste
à créer. Il rappellerait les exigences d'...
Fethi Benslama
Né en 19??, psychanalyste d'origine tunisienne, professeur de
psychopathologie à l'Université de Paris VII,...
Lytta Basset
Née en 1950, philosophe et théologienne protestante franco-
suisse, ex-pasteur de l’Église réformée à Genève,...
Lytta Basset
« Le Deutéronome le dit avec force : « J'ai mis devant toi la vie
et la mort, la bénédiction et la malédictio...
Erri de Luca
Né en 1950, écrivain, poète et traducteur italien. Ouvrier
pendant 18 ans, ex-militant d’extrême gauche, aujo...
Yvan Amar
(1950-1999), écrivain et conférencier français, fondateur des
éditions Le Relié. Né d’un père juif et d’une mère...
Yvan Amar
Vous n'aurez aucun lieu. La relation entre vous sera le seul
lieu de culte. »
« Si, à notre époque, il y a un ra...
Cheikh Aly N’Daw
Né en 1950, Sénégalais, ex-maître de conférences en
mathématiques, guide de Khidmatul Khadim, voie spirit...
Bernard Montaud
né en 1951, kinésithérapeute français, fonde en 1983 la
psychanalyse corporelle basée sur la mémoire du co...
Luc Ferry
Né en 1951, écrivain français, ex- professeur agrégé de
philosophie, docteur en sciences politiques, ex-ministre...
Christian Bobin
Né en 1951, écrivain français habitant au Creusot (Saône-et-
Loire), ex-infirmier psychiatrique.
Poète, mo...
Jean-Pierre Luminet
Né en 1951, astrophysicien, conférencier, écrivain et poète
français, spécialiste des trous noirs et d...
Éric Edelmann
Né en 1952, Français, docteur en philosophie du département de
Sciences des religions à la Sorbonne, habitan...
Éric Edelmann
Parmi les qualités de l’être spirituel, Éric Edelmann cite
- la curiosité intellectuelle
- la netteté (rigue...
André Comte-Sponville
Né en 1952, philosophe français. Propose une métaphysique
matérialiste, une éthique humaniste et une...
Mata Amritanandamayi
(née en 1953), dite Amma ("Mère"), grande figure spirituelle
contemporaine en Inde. Parcourt le monde...
Pierre Israël Trigano
et Agnès Vincent
P. T. : Docteur en philosophie français, né en 1953 dans une famille
juive d’Algéri...
Pierre Israël Trigano
et Agnès Vincent
révolution, hébraïque, en émerge, qui remet en question les
vieux schismes entre Ju...
Bertrand Vergely
Né en 1953, Français, normalien et agrégé de philosophie,
enseigne la philosophie en khâgne au lycée Poth...
Faouzi Skali
Né en 1953, Marocain, Docteur en anthropologie, ethnologie et
sciences de religions, écrivain. À 23 ans, la l...
Thierry Magnin
Né en 1953, prêtre catholique français. Ingénieur ECAM, docteur
en sciences physiques et en théologie. Ense...
Olivier Abel
Né en 1953, philosophe français, disciple de Ricoeur et de
Lévinas. Depuis 1984, professeur de philosophie et...
Malek Chebel
Né en 1953, anthropologue des religions et philosophe algérien.
Études en Algérie, puis à Paris, où il a exer...
Meena Compagnon-Goll
Née en 1954, Française, infirmière psychiatrique formée à la
Gestalt et à l’analyse jungienne, s’orie...
Gregg Braden
Né en 1954, États-Unien. Géologue dans l’industrie pétrolière
puis concepteur de logiciels dans l’industrie a...
Paolo Dall'Oglio
Né en 1954, jésuite italien, refondateur dans les années 1980
du monastère catholique syriaque de Mar Mûs...
Sylvie Germain
Née en 1954, écrivain français. Études de philosophie auprès
d'Emmanuel Lévinas, thèse de doctorat "Perspec...
John Martin Sahajananda
Né en 1955, moine bénédictin indien, successeur de Jules
Monchanin, Henri Le Saux et Bede Griffith...
Gurumayi Chidvilasananda
Née Malti Shetty en 1955, Indienne, responsable actuelle de la
tradition hindoue de méditation Si...
Jean Mouttapa
Français né en 1956, philosophe et juriste, directeur du départe-
ment "Spiritualités" aux éditions Albin Mi...
Jean Mouttapa
Les traditions, nous dit-il en paroles et en actes, deviennent des
idoles, c’est à dire des obstacles entre ...
Marc-Alain Ouaknin
Français né en 1957, rabbin, écrivain. Études rabbiniques,
docteur en philosophie, Associate Professor ...
Marc-Alain Ouaknin
« Ce n'est que dans l'interaction de différentes approches
religieuses que l'on peut s'approcher de l'i...
Emmanuel Carrère
Né en 1957, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris,
écrivain, critique de cinéma, scénariste ...
Emmanuel Carrère
« Il ne se dit ni le Christ, ni le Messie, ni le Fils de Dieu ni celui
d’une vierge. Seulement « le fils ...
Emmanuel Carrère
« Le plus ancien des quatre évangiles se clôt sur
l’image de trois femmes terrifiées devant un tombeau
vi...
Michel Maxime Egger
Né en 1958, sociologue et journaliste, orthodoxe, lobbyiste pour le
développement durable et des relat...
Jacques Vigne
Né en 1958, médecin psychiatre formé à Paris. Vit en Inde depuis
15 ans. Disciple de Swami Vijayananda. Part...
Marianne Putallaz
Née en 1959 dans le Valais, en Suisse. Institutrice dans un
contexte multiculturel. Entrée en résistance...
Marie Romanens
Né en 19??, psychothérapeute et psychanalyste française
d’orientation jungienne, praticienne de taï-chi et ...
David Hertz
Né en 1960 ?, Suisse, économiste de l’Université de Genève et
Master coach, consultant, accompagnateur profess...
Mohammed Taleb
Né en 19??, historien et philosophe d’origine algérienne.
Formateur et conférencier dans l'éducation à l'en...
Pierre Jovanovic
Né en 1960, journaliste au Matin de Paris puis au Quotidien
de Paris, essayiste, écrivain et conférencier...
Pierre Jovanovic
Examine les apparitions d’anges, stigmates, visions, miracles,
bilocations, lévitations et cas d’incorrup...
Éric-Emmanuel Schmitt
Né en 1960, Normalien, agrégé de philosophie, dramaturge,
nouvelliste, romancier et réalisateur fran...
Éric-Emmanuel Schmitt
« Face au questionnement sur l’existence de Dieu se
présentent trois types d’individus honnêtes : le...
Stéphane Lavignotte
Né en 1960, études de sciences politiques, journaliste (TC,
Réforme), militant politique (Chiche !,Ver...
Ghaleb Bencheikh
Né en 1960 en Arabie saoudite, docteur en sciences et
physicien franco-algérien. Également de formation
p...
Élisabeth Parmentier
Française née en 1961, pasteur de l'Église luthérienne d'Alsace-
Lorraine et professeur de théologie ...
Élisabeth Parmentier
« Bien que je sois théologienne et que les résultats de
l'exégèse me passionnent, en tant que croyant...
Frédéric Rognon
Français né en 1961, docteur en ethnologie, ami de l’Arche de
Lanza del Vasto, professeur de philosophie d...
Frédéric Rognon
3 - Le relativisme consiste à affirmer que toute religion
exprime une part de vérité, mais qu’aucune ne dé...
Samuel Rouvillois
Né en 1961, philosophe français, théologien, membre de la
Communauté de St Jean, expert pour l’Associati...
Samuel Rouvillois
« Ou bien nous apprenons à être humains ensemble, ou
alors nous ne survivrons pas. L’homme est un mélang...
Samuel Rouvillois
« Pour faire face, nous avons besoin à la fois de souplesse
(l’adaptabilité humaine) et de colonne verté...
Olivier Clerc
Né en 1961, écrivain, formateur et conférencier franco-suisse.
Travaille et publie sur des thèmes touchant à...
André Tarassi
Français né en 1961. A étudié le journalisme et la télévision aux
États-Unis. Chercheur indépendant, étudie ...
Jacques Arnould
Né en 1961, ingénieur agronome, docteur en histoire des
sciences et en théologie, ex-dominicain, philosoph...
Frédéric Lenoir
Né en 1962, philosophe français, sociologue et historien
des religions, écrivain, romancier, auteur d’une
...
Frédéric Lenoir
« Qui sont ces maîtres de vie, ces sages, ces mystiques qui ont
façonné l’aventure spirituelle de l’humani...
Roger Mac Gowen
Né en 1963, États-unien noir. À l’âge de 22 ans, pour
protéger son frère aîné, se laisse accuser d’un meur...
Juliette Binoche
Née en 1964, actrice française de cinéma et de théâtre. A
reçu des prix d’interprétation des festival de ...
Christine Kristof-Lardet
Née en 1964, journaliste française, cofondatrice du Réseau des
écosites sacrés.
Ce réseau regroup...
Philippe Di Folco
Né en 1964, études en sciences économiques puis en sciences
du langage. Enseignant et scénariste françai...
Mirjana Dragićević
Née en 1965, mariée, 2 enfants. Une des 6 voyants croates du
village de Medjugorje (Bosnie-Herzégovine)...
Didier Long
Né en 1965, ancien moine bénédictin, historien du judéo-
christianisme et bibliste, consultant. Bon connaisseu...
Fabrice Midal
Né en 1967 dans une famille juive ashkénaze, se tourne très tôt
vers le bouddhisme et étudie auprès de nombr...
Rachid Benzine
Né en 1971 au Maroc, islamologue, disciple de Mohammed
Arkoun. Enseignant et chercheur à l'Institut d'étude...
Rachid Benzine
« L’islam traverse une grande tragédie, marquée par le déficit
d’instances d’autorité capables de régler le...
Abdennour Bidar
Né en 1971, philosophe et écrivain français, agrégé et docteur en
philosophie, normalien, professeur à l’u...
Abdennour Bidar
Les monstres terroristes aux noms de Al Qaida, Al Nostra, AQMI
ou Daech ne sont « que les symptômes les pl...
Abdennour Bidar
« Il est possible de réagir (au djihadisme), mais à condition
de partir d’un diagnostic juste et d’admettr...
Éric Vinson
Né en 1971, enseignant, chercheur et journaliste français.
Docteur en théorie politique, enseignant à Sciences...
Éric Vinson
« Le religieux a été pendant des millénaires une - si ce n'est la -
part essentielle de la vie humaine individ...
Alexandre Jollien
Né en 1975, philosophe, spécialiste de philosophie
helléniste, écrivain et conférencier suisse, père de ...
Marion Muller-Colard
Née en 1978, théologienne et écrivaine française, doctorat
obtenu à la Faculté de théologie protestan...
Marion Muller-Colard
« Le premier qui nous approcha tous, dans les lieux des plus
sombres de nos vies, c’est notre vieux f...
Adrien Candiard
Né en 1982, dominicain et islamologue français. Études à
l'École normale supérieure et à Sciences po. Aute...
Samuel Grzybowski
Français né en 1992, étudiant en histoire et sciences politiques.
Cofondateur et président de l’associat...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chercheurs de sens ou spirituels depuis 1950

404 vues

Publié le

Pour en savoir plus sur les « chercheurs d’humanité » (non-violence, alternatives économiques, écologie, changement sociétal, spiritualité) : www.irnc.org, rubrique « Diaporamas »

Chercheurs de sens (ou spirituels), scientifiques, religieux, mystiques, philosophes, écrivains ou artistes, croyants, agnostiques ou athées, nés après 1950.*

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
404
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
41
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chercheurs de sens ou spirituels depuis 1950

  1. 1. Trombinoscope "Chercheurs d’humanité" Chercheurs de sens ou spirituels depuis 1950 Étienne Godinot .23.11.2016
  2. 2. Jean-Yves Leloup Né en 1950, philosophe français, théologien et prêtre orthodoxe, auteur d’une cinquantaine d’ouvrages, conférencier. Connaît dans sa jeunesse une expérience de mort clinique. Milite pour une ouverture aux religions et spiritualités (hindouisme, bouddhisme, judaïsme, islam). Attache une importance particulière aux pratiques corporelles, à la méditation et à la prière du cœur. S’intéresse à la part du féminin et à la relation homme-femme dans la vie des hommes spirituels. Fondateur du Collège international des thérapeutes. Le Collège rassemble des thérapeutes, des personnes de divers horizons et de compétences diverses, se reconnaissant dans une anthropologie, une éthique, une pratique et des orientations communes. ../..
  3. 3. Jean-Yves Leloup « À côté de l'Ordre des Médecins, l'Ordre des Thérapeutes reste à créer. Il rappellerait les exigences d'une approche multidimensionnelle de l'être humain, et favoriserait une pratique moins fragmentée, c'est à dire moins sectaire, de la médecine, de la psychologie et de la spiritualité. On ne saurait espérer un monde meilleur sans une révision des présupposés anthropologiques de nos méthodes de soin ». « Mon itinéraire (…) n’a rien d’exemplaire. Il suppose la traversée de nombreuses contradictions, ambivalences et paradoxes, il témoigne ainsi de la complexité et de la simplicité de l’être humain dans sa quête de vérité. »
  4. 4. Fethi Benslama Né en 19??, psychanalyste d'origine tunisienne, professeur de psychopathologie à l'Université de Paris VII, y dirige l'UFR d'Études psychanalytiques. Études en anthropologie à l’EHESS. En 2004, avec d’autres intellectuels issus du monde musulman, écrit le Manifeste des libertés. Membre de l'Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts. « "Au nom de l'islam..." : telle est aujourd'hui l'invocation macabre, la folle litanie qui s'adjuge le pouvoir absolu de détruire. Elle n'épargne ni la vie humaine, ni les institutions, ni les textes, ni l'art, ni la parole. Quand la force du nom irradie de tant de dévastations, nous ne pouvons tenir ce qui arrive pour un accident. (…) Ce que nous devons penser et obtenir, c'est une délivrance, sans concession avec les germes qui ont produit cette dévastation. Un devoir d'insoumission nous incombe, à l'intérieur de nous-mêmes et à l'encontre des formes de servitude qui ont conduit à cet accablement. »
  5. 5. Lytta Basset Née en 1950, philosophe et théologienne protestante franco- suisse, ex-pasteur de l’Église réformée à Genève, professeure de théologie protestante à l'Université de Neuchâtel, écrivaine, directrice de la revue internationale de théologie et de spiritualité, La Chair et le Souffle. Militante engagée dans plusieurs associations pour le développement durable et contre la violence. Après le suicide de son fils Samuel, fait l’expérience d’un lien qui ne meurt jamais. « Oui, la vie est violente, injuste, aveugle. Nous connaissons Dieu quand nous le voyons mettre de l’ordre – par les mains de l’homme – dans le chaos de l’être humain et dans le chaos de la nature. Nous connaissons le verset 1 de la Genèse : « Dieu était au dessus du chaos ». Mais nous ne connaissons pas le verset 0 : D’où vient le chaos ? »
  6. 6. Lytta Basset « Le Deutéronome le dit avec force : « J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction ». À nous de choisir ! Je peux dire aujourd'hui que le drame de mon enfance et la mort de notre fils m'ont entraînée ailleurs que vers la mort... Retrouver le goût de vivre est d'ailleurs la seule façon d'aider les enfants survivants. » « On n'imagine pas le nombre de personnes qui ont des liens avec l'invisible. Simplement, ils se taisent. Dans ma tâche d'accompagnante, j'entends beaucoup de gens, un temps anéantis par la mort d'un proche, me faire part de leur expérience que leur proche est vivant dans la dimension de l'invisible. Mais ils n'osent pas en parler. » « Dans l’histoire de l’humanité, les humains sont les chercheurs de Dieu et non ceux qui l’ont trouvé. Ceux qui l’ont trouvé ont fait ou font trop souvent la guerre à ceux qui ne l’ont pas trouvé ou qui en ont trouvé un autre que le leur… »
  7. 7. Erri de Luca Né en 1950, écrivain, poète et traducteur italien. Ouvrier pendant 18 ans, ex-militant d’extrême gauche, aujourd’hui altermondialiste. Découvre par hasard une Bible, d’où naît sa passion pour l'Ancien Testament et l'hébreu. Se dit non croyant, mais ne se définit pas comme athée pour autant. Parle le français, a étudié seul plusieurs langues dont l'allemand pour arriver au yiddish. « Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. (…) Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Un arbre écoute les comètes, les planètes, les amas et les essaims. Il sent les tempêtes sur les soleil et les cigales sur lui avec une attention de veilleur. Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait. »
  8. 8. Yvan Amar (1950-1999), écrivain et conférencier français, fondateur des éditions Le Relié. Né d’un père juif et d’une mère chrétienne, a été quelques années le disciple du maître hindou Chandra Swâmi. Ses ouvrages sont imprégnés des principes de la spiritualité de l'Inde et de ceux des "trois religions du Livre". « La conscience du caractère unique de chacun engendre à la fois le respect, la tolérance, et aussi le sentiment de la nécessité de se relier à tous les êtres. On a quelque chose à assumer en propre, on ne peut l’assumer que seul, mais on ne peut grandir qu’ensemble. Reconnaître le solitaire et le solidaire en chacun de nous, voilà le grand paradoxe. » « Alors je vous dis : réunissez vous dans vos villes, dans vos maisons, mettez vous en relation. Le temps des temples est révolu. (...) C'est le temple de la relation, le temple en relation, c'est le temple de l'humanité, c'est le temple de la Terre qui doit être érigé aujourd'hui.(…) ../..
  9. 9. Yvan Amar Vous n'aurez aucun lieu. La relation entre vous sera le seul lieu de culte. » « Si, à notre époque, il y a un rappel de la dénonciation traditionnelle de l’égoïsme, ce doit être un rappel dans la modernité. La tradition s’actualise toujours en fonction du temps et du lieu où elle s’exprime. La vérité d’un enseignement, fût-il éternel, n’a de valeur que si elle est formulée selon le temps et le lieu où l’on se trouve. Mais il faut faire la distinction entre une modernité traditionnelle et le “Big Bazar” du “New Age” (nouvel âge). Le New Age est trop souvent un fatras d’approches plus ou moins sauvages, sans organisation ni principe de cohérence, alors que la spiritualité moderne, la tradition dans la modernité, est un langage moderne imprégné d’une rigueur. »
  10. 10. Cheikh Aly N’Daw Né en 1950, Sénégalais, ex-maître de conférences en mathématiques, guide de Khidmatul Khadim, voie spirituelle soufie imprégnée du concept de Khidma, ou "service à l’humanité". Responsable de l’École soufie internationale initiée par Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), présente en Afrique, en Europe et aux États-Unis. Dirige une ferme expérimentale d’agrobiologie à Pout, au Sénégal. « Dans notre société, il faut avoir (une renommée, de l’argent, un diplôme) pour pouvoir faire quelque chose et ainsi être quelqu’un. Dans le monde des êtres de paix, l’on doit d’abord construire son être, pour pouvoir faire en pleine conscience, et finalement avoir un bien utile à tous. (…) Quand l’Afrique s’éveillera, le monde sortira de l’avidité ».
  11. 11. Bernard Montaud né en 1951, kinésithérapeute français, fonde en 1983 la psychanalyse corporelle basée sur la mémoire du corps. Marqué en 1985 par sa rencontre avec Gitta Mallasz, rapporteuse des Dialogues avec l’ange. Enseigne la pédagogie de l’homme conscient. Crée les Réseaux d’Initiatives Solidaires pour apprendre de nouveaux comportements avec l’environnement et avec les biens matériels. « Ne cherchons pas à devenir parfaits, mais imparfaits heureux. Apprenons à reconnaître notre imperfections et nos infirmités, à nous en accommoder, à les aimer. En aimant notre petitesse, nous pouvons croire en notre grandeur » « Nous sommes responsables à 100 % de ce qui nous arrive, y compris en disant : "Qu’est ce que je vais en faire, pour ma vie, de cet incident ou accident qui m’arrive ?" »
  12. 12. Luc Ferry Né en 1951, écrivain français, ex- professeur agrégé de philosophie, docteur en sciences politiques, ex-ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, président du Conseil d'analyse de la société. Pour lui, la philosophie, en tant que sagesse pour "chercher la vie bonne", est concurrente, voire adversaire des grandes religions, puisqu'elle nous invite à trouver par nous-mêmes la réponse à cette question existentielle au lieu d'accepter l'enseignement d'autorité des religions : une philosophie commence à être pleine et entière lorsqu’elle s’éloigne de Dieu. « Trois critères caractérisent la spiritualité laïque : - vivre en homme libre et surmonter la peur de la mort ; vivre dans le présent, et non dans la passé ou l’avenir ; vivre en mortel heureux.(…) Ulysse, en refusant le cadeau des dieux, en revenant à Ithaque pour vivre avec Pénélope, en renonçant à l’offre de Calypso, est le premier héros d’une spiritualité laïque »
  13. 13. Christian Bobin Né en 1951, écrivain français habitant au Creusot (Saône-et- Loire), ex-infirmier psychiatrique. Poète, moraliste et diariste, auteur d'une œuvre fragmentaire où la foi chrétienne tient une grande place, mais avec une approche distanciée de la liturgie et du clergé. « Il est possible que ce monde moderne que nous avons fait surgir et qui nous échappe de plus en plus soit une machine de guerre impavide. Les livres, la poésie, certaines musiques peuvent nous ramener à nous-mêmes, nous redonner des forces pour lutter contre cette forme d’éparpillement. La méditation, la simplicité, la vie ordinaire : voilà qui donne des forces pour résister. Le grand mot est celui-là : résister »
  14. 14. Jean-Pierre Luminet Né en 1951, astrophysicien, conférencier, écrivain et poète français, spécialiste des trous noirs et de la cosmologie. Directeur de recherches au CNRS, membre du Laboratoire Univers et Théories (LUTH) de l’observatoire de Paris- Meudon. A étudié, avec le physicien Brandon Carter, les effets du passage d'une étoile au voisinage d'un trou noir supermassif. Aime établir des liens convergents entre la poésie, l'art et les sciences. « Depuis l'avènement et les succès de la théorie du big bang, la question de l'origine du temps, ignorée tant qu'on pensait l’Univers éternel, est devenue incontournable. Les deux théories décrivant le monde physique, la relativité générale pour l'infiniment grand et la mécanique quantique pour l'univers microscopique, sont incapables de décrire cet instant où les caractéristiques de l'Univers prennent des valeurs soit nulles, soit infinies. »
  15. 15. Éric Edelmann Né en 1952, Français, docteur en philosophie du département de Sciences des religions à la Sorbonne, habitant au Québec où il anime avec son épouse Sophie l'ashram d'Arnaud Desjardins, Mangalam. Auteur de plusieurs ouvrages de spiritualité. Jésus parlait araméen propose une enquête serrée autour des Évangiles pour retrouver, sous ses différentes couches rédaction- nelles, quel a été le message initial de Jésus. L’auteur se fonde en grande partie sur la Peshitta, Évangile écrit en araméen encore utilisé par les Églises de Syrie, d’Irak et du Liban, et dont plusieurs équipes de spécialistes affirment qu’il serait antérieur aux Évangiles grecs. Khtahayn, rendu par péché, signifie exactement erreur, au sens du mot familier ratage. Bisha, rendu par mal, signifie non ajusté, immature, inadéquat. Le Sauveur en langage sémitique est le donneur de vie, etc. ../..
  16. 16. Éric Edelmann Parmi les qualités de l’être spirituel, Éric Edelmann cite - la curiosité intellectuelle - la netteté (rigueur, acuité de perception, droiture morale), - la vigilance (présence à soi et à ce que l’on fait, niveau de conscience connecté à la vie concrète), - l’autonomie (“ Ne dit-on pas en Orient qu’il y a deux choses dangereuses dans la vie : se tenir debout derrière un cheval et se tenir assis devant un maître spirituel ! ” photos) - la nécessité de vivre au présent (et de lâcher prise à l’égard du passé et de l’avenir ), - la largesse d’esprit, mais aussi l’intransigeance quand il s’agit de l’essentiel, - la connaissance de soi et le travail sur soi, - le goût des belles et bonnes choses de la vie, - l’humour.
  17. 17. André Comte-Sponville Né en 1952, philosophe français. Propose une métaphysique matérialiste, une éthique humaniste et une spiritualité sans Dieu, présentées comme « une sagesse pour notre temps ». Distingue l’ordre économico-techno-scientifique, l’ordre politico-juridique, l’ordre de la morale, l’ordre de l’éthique ou de l’amour. Membre du Comité national consultatif d’éthique et de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité. « Nous sommes déjà dans le Royaume : l’éternité, c’est maintenant. » « Ce qui fait la valeur d’une vie, ce n’est pas la foi, ce n’est pas l’espérance, c’est la quantité d’amour et de courage dont on est capable. » « La liberté de choix est une valeur plus haute que la vie. »
  18. 18. Mata Amritanandamayi (née en 1953), dite Amma ("Mère"), grande figure spirituelle contemporaine en Inde. Parcourt le monde pour proclamer une religion universelle de l’amour et serre dans ses bras (darshan) des millions de personnes pour leur transmettre compassion et énergie. Fondatrice de l’ONG Embracing the World ("Étreindre le monde"), à but humanitaire et écologique : alimentation, logement, orphelinats, foyers pour veuves, éducation, formation professionnelle, hôpitaux, université pilote dans le domaine de l’informatique et de la recherche, banques de semences agricoles, nouveaux types de ruches, etc. « Le seul propos de la vie spirituelle est de renoncer à tout ce qui n’est point nous-même et de devenir ce que nous sommes réellement. » Photo : Centre Amma à Pontgouin (28)
  19. 19. Pierre Israël Trigano et Agnès Vincent P. T. : Docteur en philosophie français, né en 1953 dans une famille juive d’Algérie. Avec sa femme A. V., née en 1956, engagée dans la même recherche, a fondé l'École du Rêve et des Profondeurs où ils enseignent la voie de l'analyse des rêves et de la psychanalyse de Carl Gustav Jung. Animent des séminaires sur l'approche symbolique de la Bible en hébreu. Auteurs de plusieurs livres. Ont écrit un manifeste Appel à un alterchristianisme qui invite à se ressourcer dans l'esprit des actes révolutionnaires de Jésus de Nazareth : option de la non-violence, respect de la la vie et de la planète, recherche d’une vie communautaire, de l'entraide fraternelle et du partage des ressources. « Je voudrais faire venir à la conscience un "inconscient de la Bible", inscrit dans l'agencement subtil de son texte, lorsqu'on le lit en hébreu. Il contient en réserve une information bien plus ample et radicale que celle lue depuis 2000 ans par la Synagogue et l'Église ou par la critique biblique moderne. Une immense ../..
  20. 20. Pierre Israël Trigano et Agnès Vincent révolution, hébraïque, en émerge, qui remet en question les vieux schismes entre Juifs et Chrétiens, tradition et modernité, spiritualité et psychanalyse, théologie et sciences de la nature et de l'homme, mystique et révolution sociale et politique. » « Les Béatitudes se dévoilent comme le projet hébraïque de Jésus pour un mode de vie alternatif révolutionnaire, fondé sur la non-violence et l'éthique de l'entraide généralisée, et apparaissent comme les fondements d'une psychologie du bonheur. Ces textes, prononcés il y a 2000 ans environ, amènent une réponse très moderne à la crise de notre temps et contiennent une source de renouvellement salutaire pour le christianisme. (…) Le peuple hébreu que projette la Bible pour l'accomplissement des temps messianiques est un peuple- monde planétaire qui subvertit toutes les frontières et réunit l'humanité en communauté universelle fondée sur la communion des différences et la liberté des individus. »
  21. 21. Bertrand Vergely Né en 1953, Français, normalien et agrégé de philosophie, enseigne la philosophie en khâgne au lycée Pothier à Orléans et la théologie morale à l’Institut Saint-Serge. A écrit des ouvrages dans trois directions : - vulgarisation de la philosophie et l’histoire de la philosophie - réflexions sur les expériences-limites de la mort, de la souffrance et du mal, - le bonheur et la foi. « L’émerveillement adulte consiste à découvrir des trésors derrière le vide ou l’âpreté apparente de l’existence. Pour y arriver, il faut avoir surmonté la tristesse, la lassitude, la révolte, le désespoir et donc les avoir rencontrés. »
  22. 22. Faouzi Skali Né en 1953, Marocain, Docteur en anthropologie, ethnologie et sciences de religions, écrivain. À 23 ans, la lecture du Livre du dedans de Jalâl ud Dîn Rûmî l'oriente vers le soufisme, dimension mystique de l'islam. Initie en 1994 le Festival de Fès des musiques sacrées du monde, puis en 2001 le colloque international Une âme pour la mondialisation. A contribué à la demande de la Commission Européenne à la réflexion sur le "dialogue entre les peuples et les cultures dans l’espace euro-méditerranéen". « L’art – et la musique en particulier – sont les meilleurs moyens de parler le langage des états intérieurs. Si on met en connexion les différentes cultures à travers le sacré, elles communiquent par ce qu’il y a de plus profond en elles, pas simplement par le superficiel. »
  23. 23. Thierry Magnin Né en 1953, prêtre catholique français. Ingénieur ECAM, docteur en sciences physiques et en théologie. Enseignant-chercheur en physique à l'École nationale supérieure des mines de Saint- Étienne, puis à l'Université de Lille. Recteur de l'Université catholique de Lyon depuis septembre 2011. « Aujourd’hui, nous connaissons la genèse de notre monde, nous pouvons, avec certitude, décrire les événements qui ont marqué les quinze milliards d’années d’existence de notre univers. Les chercheurs sont capables de décrire les trois premières minutes de cet univers, mais son avènement reste un mystère. Plus on cherche, et moins on trouve. Il reste au centre de tout un "trou d’incomplétude", impossible à combler. Les premiers chapitres de la Genèse, eux aussi, content la même aventure en la resserrant sur sept jours. Ce mystère qui mène au sens de la vie rapproche forcément le scientifique et le philosophe. »
  24. 24. Olivier Abel Né en 1953, philosophe français, disciple de Ricoeur et de Lévinas. Depuis 1984, professeur de philosophie et d’éthique à la Faculté de théologie protestante de Paris. Penseur notamment de la laïcité. « Comprendre l'ennemi, cela ne veut pas seulement dire connaître ses plans ni même ses objectifs : cela veut dire comprendre que cet ennemi puisse avoir des amis ; Aimer ses ennemis ainsi, se placer du point de vue des amis de nos ennemis, permet de briser la logique de peur. Et cela est essentiel, pour un stratège évidemment, mais aussi pour le combat démocratique, et contre la sacralisation de nos formes sociales. (…) Briser la logique de peur, ce n'est pas afficher notre force sans limite ; c'est peut-être même d'abord dire la fragilité de notre société, et qu'elle ne tient qu'à nous. »
  25. 25. Malek Chebel Né en 1953, anthropologue des religions et philosophe algérien. Études en Algérie, puis à Paris, où il a exercé la psychanalyse. Docteur en anthropologie, ethnologie et sciences des religions, et en sciences politiques. Défend la liberté sous toutes ses formes, liberté (politique, de pensée, de vivre et d'aimer), et sa place dans l'islam et la culture musulmane. Travaille sur le corps, le désir, l'amour, les relations entre les sexes, mais aussi la tolérance, l'engagement politique, le don. « Associer l'islam aux Lumières : cette relation est inscrite dans la dynamique amorcée au XIXè siècle et poursuivie par les nombreux réformistes qui ont voulu changer le visage de cette religion en s'appuyant sur le travail de la raison. Ces penseurs ont été taxés d'hérésie. Aujourd'hui, le débat est plus que jamais d'actualité : Quelle est la place et le statut de la parole libre, de la laïcité, de l'égalité des sexes, de la tolérance ou de la démocratie ? Faut-il adapter la modernité à l'islam, ainsi que le prétendent les fondamentalistes, ou au contraire adapter l’islam à la modernité ? »
  26. 26. Meena Compagnon-Goll Née en 1954, Française, infirmière psychiatrique formée à la Gestalt et à l’analyse jungienne, s’oriente vers la systémie familiale et la créativité consciente (attraction, résonance, attention). En mai 1985, perd son mari et ses deux enfants dans l’incendie de sa maison. Sensibilisée par ses voyages à l’état de la planète et de l’humanité, se consacre désormais à accompagner le changement en intervenant en tant que coach de vie éthique en individuel ou en séminaires. A créé Fées du monde qui oeuvre dans l'harmonie du yin et du yang, le féminin et le masculin, ces deux aspects complémentaires de la nature humaine, pour développer des outils de guérison des blessures et d’activation de la conscience.
  27. 27. Gregg Braden Né en 1954, États-Unien. Géologue dans l’industrie pétrolière puis concepteur de logiciels dans l’industrie aérospatiale. Pour faire le pont entre science et spiritualité, abandonne le monde de l’entreprise, se consacre, dans la mouvance New Age, à la recherche de solutions aux grands problèmes actuels, s’attache à relier les connaissances du passé à la science, à la médecine et à la paix de demain. Ses travaux s’appuient, en partie, sur des phénomènes d’ondes électromagnétiques appelés résonances de Schumann. « Nous savons maintenant que le cœur envoie des signaux électriques et magnétiques au cerveau. Nos pensées et nos émotions ont un effet sur le monde antérieur, ce que nous disent des traditions vieilles de 5 000 ans. » « Notre nouveau taux vibratoire devrait engendrer de nouvelles molécules qualifiées pour capter de nouvelles informations qui nous permettront d’élever notre niveau de conscience, de recouvrer une liberté de penser ainsi qu’une notion globale de responsabilité envers la Terre et ses habitants. »
  28. 28. Paolo Dall'Oglio Né en 1954, jésuite italien, refondateur dans les années 1980 du monastère catholique syriaque de Mar Mûsa (monastère de Saint Moïse l'Abyssin), dans le désert au nord de Damas, en Syrie. En 1992, fonde une communauté religieuse œcumé- nique mixte, la Communauté al-Khalil (« l'ami de Dieu » en arabe), nom biblique et coranique du patriarche Abraham, qui prône le dialogue islamo-chrétien. Dénonce les crimes commis par le régime de Bachar el-Assad dans le contexte de la guerre civile syrienne et propose une transition pacifique vers la démocratie. Expulsé du pays en juin 2012. « Nous sommes aussi face à la nécessité de travailler diplomatiquement à la réconciliation entre les sunnites et les chiites.La Syrie pourrait être demain un lieu de conversion à la transparence, au respect de l'autodétermination et à la collaboration méditerranéenne ».
  29. 29. Sylvie Germain Née en 1954, écrivain français. Études de philosophie auprès d'Emmanuel Lévinas, thèse de doctorat "Perspectives sur le visage". Documentaliste, fonctionnaire au ministère de la Culture, professeure à Prague. « Être en vie, c'est être en alarme. Écrire, c'est être en quête d'un peu de compréhension de ce qui est humain. » "Et le poète, le croyant, l'artiste, le penseur, je crois, et l'amoureux, tout cela est très lié finalement, c'est quelqu'un qui, sans cesse, se relève au fond de lui-même, se relève en pensée et se met en mouvement et qui repart vers l'inconnu, qui repart vers l'autre.« « L’important n‘est pas d'être enfermé dans une croyance, mais bien plutôt d'être ouvert à tout ce qui suscite une perception autre que purement rationnelle ».
  30. 30. John Martin Sahajananda Né en 1955, moine bénédictin indien, successeur de Jules Monchanin, Henri Le Saux et Bede Griffith à la communauté de Shantivanam dont il est directeur spirituel. Artisan du dialogue interreligieux. Enseigne la "spiritualité indienne chrétienne", montre les éléments unificateurs entre les religions et aussi l'unicité de chaque tradition spirituelle, ouvre à une spiritualité qui va au-delà des frontières religieuses. Invité en Europe pour donner des conférences, retraites et séminaires et partager sa vision du christianisme du troisième millénaire. « Si nous voulons vraiment devenir des instruments de paix, alors nous devons renoncer à la mission de convertir . Seulement alors nous deviendrons de "vrais missionnaires" : les porteurs de la bonne nouvelle.»
  31. 31. Gurumayi Chidvilasananda Née Malti Shetty en 1955, Indienne, responsable actuelle de la tradition hindoue de méditation Siddha Yoga, fondée par Swami Muktananda. Cette voie cultive la discipline, la maîtrise de l’esprit et des sens, éveille l’énergie spirituelle des aspirants, la kundalini, par l’initiation shaktipat. Anime des retraites dans les 600 centres de médiation Siddha Yoga à travers le monde. Enseigne le message des Siddhas, à savoir que l’être humain peut, de son vivant, faire l’expérience de la conscience divine. L’association Prasad organise des programme de santé, d’éducation et de développement durable au profit d’enfants, de familles et de communautés démunies. L’Institut Muktabodha ("la sagesse de l’homme libéré") de recherches indiennes s’attache à préserver les Écritures indiennes et les antiques traditions védiques. « Nous pouvons transformer notre perception ordinaire de l’univers en une vision extraordinaire. Vivre sur cette planète et contempler l’univers d’un point de vue divin, tel est le signe d’un cœur illuminé. Faire de cette vision le meilleur usage possible, tel est le devoir le plus noble de l’être humain. »
  32. 32. Jean Mouttapa Français né en 1956, philosophe et juriste, directeur du départe- ment "Spiritualités" aux éditions Albin Michel, Chrétien engagé depuis longtemps dans le dialogue interreligieux, et acteur des relations entre les cultures. En 2002, organise la partie française d’un voyage judéo-arabe à Auschwitz-Birkenau, lancé au Proche-Orient par le père Emile Shoufani, prêtre de Nazareth. « Le dialogue entre les différentes religions ne peut plus se contenter d'être une simple option de la vie spirituelle, mais doit s'imposer comme une des données centrales de l'expérience religieuse. » « Jésus – précisément parce qu’il reste, dans sa marginalité, un juif pratiquant et sincère – nous enseigne de façon unique une certaine attitude, à la fois respectueuse et distancée, vis à vis de toutes les normes religieuses, morales et culturelles. ../..
  33. 33. Jean Mouttapa Les traditions, nous dit-il en paroles et en actes, deviennent des idoles, c’est à dire des obstacles entre l’humain et le divin, dès lors qu’elles ne sont plus au service de la seule cause qui peut les justifier : la justice et la compassion. La religion particulière nommée “ christianisme ”, avec sa logique (aristotélicienne), son vocabulaire (grec), sa morale et ses croyances (issues du judaïsme hellénisé du premier siècle), cette religion-là, en tant que phénomène socioculturel historiquement daté et géographiquement situé, c’est un crime contre l’esprit que de vouloir la diffuser dans le monde entier et d’en proclamer la supériorité ! Non, s’il y a quelque chose d’universel dans le Nouveau Testament, si le Christ parle à tout être, c’est précisément parce qu’il rompt avec une certaine idée du sacré, parce qu’il est le “ Seigneur des non-religieux ”, pour reprendre l’expression employée dans ses lettres de prison par le théologien Dietrich Bonhoeffer. »
  34. 34. Marc-Alain Ouaknin Français né en 1957, rabbin, écrivain. Études rabbiniques, docteur en philosophie, Associate Professor de l'université de Bar-Ilan de Tel-Aviv, crée en 1988 le Centre Aleph de recherches et d’études juives à Paris. Commente et approfondit la pensée d'Emmanuel Levinas en la mettant en dialogue avec les textes de la pensée juive et en particulier avec les textes de la Kabbale et du hassidisme, ainsi qu'avec la psychanalyse et la phénoméno- logie de la religion. Préfère les interrogations aux réponses dogmatiques, sans oublier pour autant les vertus de l’humour. « Beaucoup de religieux sont plus préoccupés par le geste que par la signification du geste.» « La plus grande catastrophe qui est arrivée au peuple juif, dit le maître, ce n’est ni l’esclavage, ni l’exil, ni la destruction du temple, ni la Shoah, c’est quand la Tora est devenue une religion. » ../..
  35. 35. Marc-Alain Ouaknin « Ce n'est que dans l'interaction de différentes approches religieuses que l'on peut s'approcher de l'infini, tendre vers lui. » « L'essence du judaïsme n'est attachée à aucun lieu. » « On n’est pas homme sans être "ordonné" à quelque chose, placé dans un certain ordre ou une certaine hiérarchie par rapport à la création, à un avant et à un après, aux générations qui précèdent et à celles qui suivent. En ce sens, je suis "ordonné" à trouver la juste place qui me permettra d’accéder à ma propre vie, et aussi de donner la vie à d’autres ». « Être en rapport avec le divin, c'est aller vers sa propre cons- truction et non pas se soumettre ou s'enfermer dans le divin. » « L'enjeu actuel ? : soit on redonne à l'homme la possibilité de sa maîtrise, soit il disparaît, anéanti par la machine. »
  36. 36. Emmanuel Carrère Né en 1957, diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, écrivain, critique de cinéma, scénariste et réalisateur français. Son livre Le Royaume est un dialogue entre les deux "moi" de l'auteur - celui qui avait la foi et celui qui ne l'a plus. « Si, comme moi, on ne croit ni à la résurrection du Christ, ni au fait qu’il soit né des entrailles d’une vierge, on peut en tirer la conclusion que le christianisme est intéressant culturelle- ment (…), mais je n’y arrive pas. Alors que je ne me définirais pas comme un croyant, il y a (…) quelque chose qui me reste extrêmement précieux et qui n’est pas purement moral et culturel : il y a cette folie du christianisme dont Paul parle très bien, qui va à l’encontre de tout ce que l’on croit savoir du monde, de la manière dont il tourne et fonctionne, et donc de la façon dont nous devons nous y ajuster. Il me paraît très difficile de me passer de cette folie-là. »
  37. 37. Emmanuel Carrère « Il ne se dit ni le Christ, ni le Messie, ni le Fils de Dieu ni celui d’une vierge. Seulement « le fils de l’homme ». Cette expression qui, traduite en grec puis dans n’importe quelle autre langue semble nimbée de mystère, les biblistes nous disent qu’en araméen, elle signifie l’homme, tout simplement. Celui qui parle dans Q (la Source) est un homme, rien qu’un homme, qui ne demande jamais de croire en lui, seulement de mettre en pratique ses paroles. » « L’essentiel, répétait Paul sans se lasser, c’est de croire à la résurrection du Christ : le reste est donné par surcroît. Non, répond Jacques (ou Luc quand il fait parler Jacques) : l’essentiel, c’est d’être compatissant, de secourir les pauvres, de ne pas se hausser du col, et quelqu’un qui fait tout cela sans croire à la résurrection du Christ sera toujours mille fois plus près de lui que quelqu’un qui y croit et reste les bras croisés en se gargarisant de la Largeur, de la Hauteur, de la Longueur et de la Profondeur. »
  38. 38. Emmanuel Carrère « Le plus ancien des quatre évangiles se clôt sur l’image de trois femmes terrifiées devant un tombeau vide. Le chapitre présentant Jésus ressuscité qui dit à ses disciples d’annoncer l’Évangile à toutes les nations a été ajouté beaucoup plus tard. Il ne figure ni sur le Codex Vaticanus, si sur le Codex Sinaiticus qui sont les deux plus anciens manuscrits conservés du Nouveau Testament et qui datent du IVème siècle. »
  39. 39. Michel Maxime Egger Né en 1958, sociologue et journaliste, orthodoxe, lobbyiste pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables, membre de la rédaction de la revue La chair et le souffle. A fondé le réseau Trilogies pour mettre en dialogue traditions spirituelles, quêtes de sens, écologie, enjeux socio-économique. Face à la mutation écologique, appelle à réorienter nos désirs, vaincre nos peurs, guérir nos blessures. « On ne résoudra pas les immenses défis actuels sans les saisir à leur racine, qui est d’ordre spirituel. On ne trouvera de solution aux problèmes de notre temps que dans une articulation en profondeur entre transformation personnelle et transformation structurelle. Ce vers quoi doit tendre l’écospiritualité, c’est une forme de sagesse pratique, enracinée dans la terre et les cieux, arrimée dans le corps humain et habitée par l’Esprit . »
  40. 40. Jacques Vigne Né en 1958, médecin psychiatre formé à Paris. Vit en Inde depuis 15 ans. Disciple de Swami Vijayananda. Partage son temps entre un ashram sur les bords du Gange et un ermitage en Himalaya, avec des travaux d'écriture et l'accompagnement de voyages- pèlerinages. Établit dans ses écrits des ponts entre la psychologie moderne et la spiritualité, et entre les pratiques de sagesse de l'Inde et le christianisme. « Le plus grand service qu'une religion peut rendre à ceux de ses fidèles qui ont une vocation mystique, c'est de les mener au-delà d'elle-même. Les religions du Livre ont sans doute plus de mal à accepter cela, alors que l'hindouisme et le bouddhisme admettent et reconnaissent plus aisément la suprématie de l'expérience de l'Un au-delà des formes, des dogmes et des rituels. Je suis convaincu qu'on peut arriver à l'Absolu par chaque tradition spirituelle mais aussi que l'Absolu est au delà d'elles. »
  41. 41. Marianne Putallaz Née en 1959 dans le Valais, en Suisse. Institutrice dans un contexte multiculturel. Entrée en résistance par le moyen de l’écriture contre la fermeture du débat sur les ministères féminins dans l’Église catholique. Se tourne vers le langage poétique pour traduire le message de Jésus à nos contemporains. Auteure d’un Credo laïque. * Je crois en la vie reçue gratuitement. Je crois en la Source de cette vie, présence aimante qui nous accompagne depuis notre naissance jusqu'à notre mort et au-delà encore. (…) Je crois que notre foi se renouvelle chaque jour : elle puise ses racines dans les chercheuses et les chercheurs de sens qui nous ont précé- dés. (…) Je crois que le doute est nécessaire pour ne jamais nous sentir arrivés car tout chemin se fait en marchant. (…) Je crois qu'aucune tradition religieuse ou laïque ne détient la Vérité pleine et entière. Je crois au contraire que les religions et les sociétés, de par leur incomplétude, ont à travailler en solidarité pour défendre une éthique planétaire commune sans laquelle nous courrons à notre anéantissement. * en ligne sur theolib.com
  42. 42. Marie Romanens Né en 19??, psychothérapeute et psychanalyste française d’orientation jungienne, praticienne de taï-chi et qi-gong. S'intéresse aux liens entre le champ psychologique et le champ social, entre le psychologique et le spirituel, entre l’écologie intérieure et l’écologie extérieure, entre les polarités masculine et féminine. « Aujourd’hui, nous sommes encore dans une pensée qui fonctionne sur le mode binaire : bien ou mal, psyché ou Esprit, corps ou âme, nature ou culture, tradition ou progrès, intérieur ou extérieur, individu ou société, libéral ou solidaire, etc. L’enjeu est de sortir de cette tendance à séparer et à cloisonner, afin d’accéder à une pensée plus « complexe » (Edgar Morin), un état qui puisse tenir ensemble les opposés (Carl Gustav Jung). Il s’agit de sortir de l’uni-dimensionnalité pour envisager la pluralité au cœur de chaque chose. »
  43. 43. David Hertz Né en 1960 ?, Suisse, économiste de l’Université de Genève et Master coach, consultant, accompagnateur professionnel et formateur. S’intéresse au chamanisme, “une voie universelle d’évolution, de conscience, d’équilibre et de guérison, un art de vivre en harmonie avec les mondes qui nous entourent ”. S’est spécialisé dans l’usage de l’intuition au service de l’efficience, se consacre au développement de l’esprit et à l’éveil de conscience. Directeur du cabinet de conseil et de formation Wakan - Spirit in business « L'intuition se manifeste quand “je sais” sans pouvoir expliquer rationnellement ce que je sais. Je n'ai pas de preuve, pas d'explication, je sais, c'est tout. Chacun de nous a vécu, vit et vivra cette expérience, car ce savoir inconscient est dans l'être et non dans le faire. Ce sont des connaissances enfouies au plus profond de nous. Nous n'en connaissons pas vraiment la profondeur et, par ce fait, nous l'ignorons. L’intuition, notre savoir profond, est l’une de nos capacités insoupçonnées. Elle amène clarté dans les décisions, efficience, performance, gain de temps, équilibre et bien-être. »
  44. 44. Mohammed Taleb Né en 19??, historien et philosophe d’origine algérienne. Formateur et conférencier dans l'éducation à l'environnement. Établit des liens entre tradition musulmane et science contemporaine, écologie et critique sociale. Dirige, avec Fouzia Lamrani, l'association culturelle Ishtar, espace de recherche et de valorisation de la civilisation arabo- musulmane, des civilisations anciennes du Proche-Orient et du Maghreb, acteur dans le dialogue des cultures. « Notre projet d’une écologie musulmane décline, dans le contexte culturel et langagier de l’Islam, et notamment dans le monde arabe et dans les communautés arabes d’Europe, l’exigence écologique universelle. La biodiversité écologique et la biodiversité culturelle et spirituelle sont intimement liées. Dans notre optique, l’écologie, loin de se réduire à un simple environnementalisme, représente toute une vision du monde et une philosophie de la nature ».
  45. 45. Pierre Jovanovic Né en 1960, journaliste au Matin de Paris puis au Quotidien de Paris, essayiste, écrivain et conférencier français d'origine serbe. Depuis 2008, tient un blog consacré en grande partie à l'analyse de la situation financière internationale. Lors d’un reportage à San Francisco en janvier 1988, alors qu’il se trouve dans une voiture, se jette soudain sur la gauche, sans raison apparente, une fraction de seconde avant qu’une balle ne pulvérise son pare-brise. En discutant avec ses confrères, découvre d’autres histoires étranges similaires. Après 5 ans d’enquête et 9 mois de rédaction, publie en 1993 le best-seller Enquête sur l'existence des anges gardiens, très documenté et plein d’humour. ../..
  46. 46. Pierre Jovanovic Examine les apparitions d’anges, stigmates, visions, miracles, bilocations, lévitations et cas d’incorruptibilité chez les grands mystiques chrétiens* et les compare à celles des near death experiences. « Il nous est impossible de nier l’expérience vécues par des millions de personnes sous prétexte que nous ne pouvons pas l’expliquer matériellement et scientifiquement (…) Les anges ne sont-ils pas le dénominateur commun des grandes religions ? On les trouve aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau, dans la Torah, dans le Coran et chez les Hindous qui les appellent "les brillants", les Devas ». * Ste Cécile, Jeanne d’Arc, Thérèse d’Avila, Catherine de Sienne, Hildegarde von Bingen (photo 1) , Marie-Madeline de Pazzi, Anne-Catherine Emmerich, curé d’Ars, Georgette Faniel, Gemma Galgani, Thèrèse Neumann, Hélène Kowalska, Padre Pio (photo 2), Marguerite-Marie Alacoque, Angela de Foligno, Gerthrude d’Hefta, Jacinta Marto, Catherine Labouré, Marie d’Agreda, Hélène Kowalska, Marthe Robin (photo 3) , Katsuko Sasagawa, etc.
  47. 47. Éric-Emmanuel Schmitt Né en 1960, Normalien, agrégé de philosophie, dramaturge, nouvelliste, romancier et réalisateur français, puis belge. En février 1989, lors d’une expédition au Sahara, connaît une expérience mystique : le sentiment de l’absolu se révèle à lui. Les récits de son Cycle de l'Invisible sont Milarepa (bouddhisme), Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (soufisme), Oscar et la Dame rose (christianisme), L'Enfant de Noé (judaïsme), Le Sumo qui ne pouvait pas grossir (bouddhisme zen). Écrit pour des causes humanitaires (Amnesty international, Secours populaire). « Les questions les plus intéressantes restent des questions. Elles enveloppent un mystère. À chaque réponse, on doit joindre un "peut-être". Il n'y a que les questions sans intérêt qui ont une réponse définitive ». « Toute haine est sans doute de l'amour déçu. » ../..
  48. 48. Éric-Emmanuel Schmitt « Face au questionnement sur l’existence de Dieu se présentent trois types d’individus honnêtes : le croyant qui dit “Je ne sais pas, mais je crois que oui”, l’athée qui dit “Je ne sais pas, mais je crois que non”, l’indifférent qui dit “Je ne sais pas et je m’en moque”. L’escroquerie commence chez celui qui clame “Je sais !” (…) En notre siècle où, comme jadis, on tue au nom de Dieu, il importe de na pas amalgamer les croyants et les imposteurs : les amis de Dieu sont ceux qui Le cherchent, pas ceux qui parlent à Sa place en prétendant L’avoir trouvé. (…) Nous devons reconnaître et cultiver notre ignorance. L’humanisme pacifique coûte ce prix-là. Ce ne sera qu’au nom de l’ignorance partagée que nous tolérerons les croyances qui nous séparent. »
  49. 49. Stéphane Lavignotte Né en 1960, études de sciences politiques, journaliste (TC, Réforme), militant politique (Chiche !,Verts, ÉcoRev, Vélorution), puis études de théologie. Depuis 2006, pasteur de la Maison Verte, dans le 18ème arrondis- sement de Paris, sous la houlette de la Mission populaire évangélique . Y alternent vie spirituelle, vie culturelle, solidarité sociale (luttes contre le racisme, pour les droits des travailleurs immigrés, les sans papiers) et écologie. Bénit des unions homosexuelles. « Être pasteur, c’est être engagé comme croyant dans le monde pour défendre les minorités, les exploités, les parias. (…) La vraie radicalité se trouve peut-être dans l’ordre du quotidien, de la simplicité. (…) Face aux situations d’urgence que je rencontre dans mon quotidien, je ne dois pas oublier l’importance du temps long, de la profondeur. »
  50. 50. Ghaleb Bencheikh Né en 1960 en Arabie saoudite, docteur en sciences et physicien franco-algérien. Également de formation philosophique et théologique, anime l'émission Islam dans le cadre des émissions religieuses diffusées sur France 2 le dimanche matin. Préside la Conférence mondiale des religions pour la paix, ce qui l'amène à de nombreuses interventions en France et à l'étranger. Membre du comité de parrainage de la Coordination française pour une éducation à la non-violence et à la paix. « Aujourd’hui, la réponse à cette guerre ne consiste pas à dire que l’islam n’est pas cela. Car c’est bien au nom d’une certaine lecture de l’islam que ces actes sont commis. Non, la réponse consiste à reconnaître et affirmer l’historicité et l’inapplicabilité d’un certain nombre de textes que contient la tradition musulmane. Et à en tirer les conclusions. » Pétition signée par des intellectuels musulmans dont Fehti Benslama et Ghaleb Bencheich en janvier 2015
  51. 51. Élisabeth Parmentier Française née en 1961, pasteur de l'Église luthérienne d'Alsace- Lorraine et professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de l'Université de Strasbourg. Présente notamment les principaux modèles d'interprétation biblique : traditionnel (la proclamation ecclésiale), historico- critique ( la quête de l'auteur et du texte dans son contexte), structuraliste/sémiotique (le texte tel qu'il se présente) , féministe (le parti pris en faveur du lecteur), narratif (le processus de communication entre texte et lecteurs). « Croire, c’est croire que Quelqu’un dira quelque chose sur ma vie que je ne peux pas dire moi-même. » « L’engagement, c’est ce qui est mis sur ma route. » « La vérité est un diamant, mais un diamant a beaucoup de facettes… » ../..
  52. 52. Élisabeth Parmentier « Bien que je sois théologienne et que les résultats de l'exégèse me passionnent, en tant que croyante je ne me soucie ni des détails et vraisemblances des témoignages, ni des traces du Jésus historique et de la distinction entre les "vraies" paroles de Jésus et les ajouts de la communauté des croyants ! Pour moi l'essentiel, en ce qui concerne le témoignage des évangiles sur Jésus-Christ, est ce "jamais vu" qui traverse les textes et confère une étrange polyphonie au témoignage : en Jésus, Dieu est passé, presque incognito. »
  53. 53. Frédéric Rognon Français né en 1961, docteur en ethnologie, ami de l’Arche de Lanza del Vasto, professeur de philosophie des religions à la Faculté de Théologie protestante de Strasbourg depuis 2007, membre du Centre de Sociologie des Religions et d'Ethique Sociale (CSRES), membre du groupe "Religion and Conflict" du réseau TRES (Teaching Religion in European Society) des Facultés de théologie européennes. Face à la pluralité des religions, présente quatre options possibles : 1 - L’exclusivisme consiste à prétendre posséder seul toute la vérité, les autres religions étant des erreurs, des idolâtries, voire des expressions diaboliques. 2 - L’inclusivisme consiste à considérer que ma propre religion inclut les autres traditions religieuses, c'est-à-dire qu’elle les englobe et les accomplit. ../..
  54. 54. Frédéric Rognon 3 - Le relativisme consiste à affirmer que toute religion exprime une part de vérité, mais qu’aucune ne détient la vérité entière et absolue. 5 métaphores : la montagne, les fleuves, l’arc-en-ciel, les planètes, le langage. 4 - La posture apophatique (du grec "dire non") consiste à admettre qu’on ne peut rien dire sur Dieu et sur la Vérité. Il ne s’agit pas d’agnosticisme, mais d’une approche qui reconnaît que le mystère divin dépasse toujours le langage humain. « Nous sommes donc maintenant invités à effectuer une révolution copernicienne : passer d’une perception religieuse centrée sur elle-même, où le point fixe est donné par notre propre tradition, à une vision dont le centre échappe à toutes les traditions pour ne se trouver qu’en Dieu, équivalent du soleil dans le système de Copernic et de Galilée. La révolution consiste à passer du christianocentrisme à un théocentrisme. »
  55. 55. Samuel Rouvillois Né en 1961, philosophe français, théologien, membre de la Communauté de St Jean, expert pour l’Association pour le Progrès du Management (APM), cofondateur de l’association Handihope pour une intégration humaine de la personne handicapée dans l’entreprise. « Nous avons tellement bien optimisé l’efficacité que nous n’avons plus l’objectif de faire autre chose. Nous sommes pris dans un gigantesque système de moyens matériels qui n’est plus au service des fins profondes de l’homme. L’optimisation des moyens s’est mise à manger l’essentiel des énergies personnelles et collectives. Nous n’avons plus le temps de réfléchir à la finalité, ni d’asservir nos moyens à une finalité. Ce système ne peut pas être renversé par une révolution à la mode de 1989 ou 1917, mais il peut être contré par une logique de résistance, comme en pays occupé, des réseaux humains qui se servent d’ailleurs des outils actuels. » ../..
  56. 56. Samuel Rouvillois « Ou bien nous apprenons à être humains ensemble, ou alors nous ne survivrons pas. L’homme est un mélange de lumière et d’ombre, il est à la fois généreux et mesquin. La démarche spirituelle, c’est l’apprentissage permanent de l’humanité. Arrêtons de nous battre pour une société idéale (les deux abominations du nazisme et du communisme - dont le matérialisme chinois est une variante - reposaient sur cette base), et demandons-nous simplement quelle est la part de nous mêmes que nous voulons cultiver. » « L’hyperviolence, c’est d’être manipulé en permanence pour des besoins ou désirs qui ne sont pas au service de la personne humaine et de ne pas être en mesure d’identifier cette manipulation. S’en défaire réclame des combats psychiques, spirituels et politiques qui sont aujourd’hui une autre forme de la survie. » ../..
  57. 57. Samuel Rouvillois « Pour faire face, nous avons besoin à la fois de souplesse (l’adaptabilité humaine) et de colonne vertébrale (l’identité et l’intériorité). C’est un niveau d’exigence très élevé. » « Sur la base de la perfection et de la force, la machine est plus performante que l’homme. Notre atout essentiel, c’est la fragilité. Notre vocation, c’est l’invention et la créativité à l’intérieur de la fragilité, une démarche qui est toujours en déséquilibre parce qu’elle suppose l’altérité. »
  58. 58. Olivier Clerc Né en 1961, écrivain, formateur et conférencier franco-suisse. Travaille et publie sur des thèmes touchant à la spiritualité et au développement personnel et collectif : sur les rêves, l’éducation, la violence, la médecine, et sur le pardon après sa rencontre avec Don Miguel Ruiz. Créateur avec sa femme Annabelle des Journées du pardon. En 2015, crée l'Association Pardon International pour favoriser l'étude et la pratique du pardon, et en particulier le développement des Cercles de Pardon. Anime des formations, conférences et webinaires sur le pardon en anglais et en français, en France et à l'international. « Le grand chantier du XXIème siècle, c’est de faire les mêmes progrès pour la guérison du cœur que pour la guérison du corps. » « On croit souvent que c'est la personne qui nous a blessé qui a le pouvoir de nous guérir, alors que c'est nous qui avons ce pouvoir ! (…) Le pardon est un chemin de guérison, mais il n’empêche pas la justice, la fermeté, le bon sens, le discernement »
  59. 59. André Tarassi Français né en 1961. A étudié le journalisme et la télévision aux États-Unis. Chercheur indépendant, étudie les nouvelles spiritualités depuis 25 ans. Fondateur du Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS). Le CICNS agit en direction des pouvoirs publics, des médias et de la société civile, afin de restaurer un débat équilibré sur la place des minorités spirituelles persécutées par une politique de lutte contre les dérives sectaires menée sans objectivité en France depuis une trentaine d’années (lors de dérapages, l’UNADFI, la MIVILUDES ou Jean-Pierre Van Geirt ont ainsi accusé de sectarisme l’Arche de Lanza del Vasto, les écoles Steiner, Terre du Ciel, Kokopelli, les salons bio, etc.) Photo du bas : Jeanine Tavernier, Présidente de l’UNADFI (Union nationale des associations de défense de la famille et de l’individu victimes de sectes) de 1993 à 2001, en a démissionné car elle refusait que la lutte contre les sectes devienne elle- même un vecteur de sectarisme.
  60. 60. Jacques Arnould Né en 1961, ingénieur agronome, docteur en histoire des sciences et en théologie, ex-dominicain, philosophe, chargé de mission sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales au Centre National d’Études Spatiales (CNES). Homme de laboratoire, se situe dans la ligne de Pierre Teilhard de Chardin. S’intéresse aux relations entre sciences, cultures et religions, avec un intérêt particulier pour deux thèmes : celui du vivant et de son évolution, celui de l'espace et de sa conquête. « L’éthique, c’est donner aux gens l’occasion de réfléchir à ce qu’il font. Moi, je n’ai pas la solution, je suis là pour susciter les questions. » « Non pas Dieu ou Darwin, mais Dieu et Darwin. » « La science comme la foi sont en chemin. Le Dieu créateur est un mystère, mais la part de mystère, il faut la garder. »
  61. 61. Frédéric Lenoir Né en 1962, philosophe français, sociologue et historien des religions, écrivain, romancier, auteur d’une quarantaine de livres. Docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Ex-directeur du magazine Le Monde des religions, animateur sur France Culture de l’émission Les racines du ciel. Engagé dans la cause écologique. “Je suis un peu au carrefour de la philosophie, de la psychologie et de la spiritualité. Mes références, ce sont Jung, Freud, mais aussi Socrate, Spinoza, et Jésus et Bouddha ! Je fais une synthèse de tous les grands penseurs et sages de l'humanité, qui se posent la question de comment vivre bien (…) La spiritualité engage la personne pour s’améliorer et débouche sur une meilleure relation avec les autres » ../..
  62. 62. Frédéric Lenoir « Qui sont ces maîtres de vie, ces sages, ces mystiques qui ont façonné l’aventure spirituelle de l’humanité ? Quels sont les grands textes qu’ils ont écrits ou suscités, quelles sont les sources de leur inspiration ? Du Bouddha à Thérèse d’Avila, de Sénèque à Gandhi, d’Ibn’Arabi à Simone Weil, des sages égyptiens aux lamas tibétains contemporains, des maîtres du hassidisme aux gurus de l’Inde moderne. » « Comment les Chrétiens des premiers siècles ont-ils progres- sivement été amenés à affirmer la divinité de Jésus alors que lui-même ne s’est jamais identifié à Dieu ? Comment, à l’issue de débats passionnés, furent élaborés les dogmes de la Sainte Trinité et de l’Incarnation ? Quels autres regards ont été rejetés comme « hérétiques » lors de ces virulentes joutes théologiques qui ont couté la vie à certains ? Quel a été le rôle du pouvoir politique dans l’élaboration du credo chrétien à partir du 4ème siècle et de la conversion de l’empereur Constantin ? »
  63. 63. Roger Mac Gowen Né en 1963, États-unien noir. À l’âge de 22 ans, pour protéger son frère aîné, se laisse accuser d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Son procès est entaché d’erreurs juridiques graves. Condamné à mort en 1987, peine suspendue suite à des recours. Depuis 23 ans dans le couloir de la mort au Texas, dans la prison de Livingston. Tient le coup dans des conditions matérielles et psychologiques très dures grâce à une détermination sans faille, une spiritualité intense et une foi profonde. Bénit ses géoliers, remercie la providence. Son appel au pardon et à la gratitude bouleverse des milliers de personnes à travers le monde. « L’isolement, les sévices, les cris sans fin la nuit durant, un système d’Etat chargé d’assurer jour après jour la déchéance et la mortification des prisonniers. Et voilà que dans cet enfer jaillit ce qui ne se laisse ni penser, ni imaginer, ni rêver. Une conscience. Une fragile antenne de vérité. La fine pointe de la tendresse humaine ». Christiane Singer
  64. 64. Juliette Binoche Née en 1964, actrice française de cinéma et de théâtre. A reçu des prix d’interprétation des festival de Cannes, Venise et Berlin. A refusé de tourner avec les plus grands cinéastes pour privilégier les films d’auteurs peu connus, ne s’est pas prise au jeu grisant du star system. « Amour et vérité sont les deux phares de la vie. S’il n’y a que la vérité sans amour, ça peut devenir de l’intégrisme. S’il n’y a que l’amour sans vérité, on est sans colonne vertébrale. (…) Le sacré, c’est faire les choses avec conscience, c’est faire un geste avec vérité et amour. La foi est un curieux mélange de conviction et de doute. Ce sont deux respirations, l’inspir et l’expir, qui font qu’on est toujours dans le suspens. Cela permet de garder le regard émerveillé de l’enfant »
  65. 65. Christine Kristof-Lardet Née en 1964, journaliste française, cofondatrice du Réseau des écosites sacrés. Ce réseau regroupe plusieurs communautés de traditions spirituelles diverses (bouddhistes, catholiques, hindouistes, orthodoxes), engagées dans une triple démarche “Écologie - Spiritualité - Vivre ensemble”. Elles veulent devenir des espaces de témoignage, mutualiser leurs compétences et leurs savoirs, mener ensemble des projets concrets. “Les causes profondes de la crise écologique et sociale prennent naissance dans l’esprit humain et dans la vision du monde qu’il élabore. Le déséquilibre trouvant ses racines dans l’esprit des hommes, c’est d’une transformation intérieure humaine et spirituelle que pourra naître la mutation indispen- sable pour une juste relation avec la nature, les autres et soi- même.”
  66. 66. Philippe Di Folco Né en 1964, études en sciences économiques puis en sciences du langage. Enseignant et scénariste français. Auteur de plusieurs romans, de nombreux essais, a dirigé la conception de deux dictionnaires encyclopédiques de sciences humaines. Coordinateur du Dictionnaire de la mort (205 contributeurs), où, d’Abattoir à Zombi, plus de 1000 entrées dressent un tableau insolite et approfondi de la mort, à partir de la biologie, des espaces géographiques, des arts, de la philosophie et de la religion. « Le corps mort est un déchet. Mais parce qu'on ne veut pas le considérer comme un déchet, on a pris soin du corps mort, au contraire des autres animaux. Et finalement, à partir des années 1950, on a développé l'idée que l'humanité résidait justement dans ce soin porté aux morts. (…) Tous les territoires urbains, sont marqués par une sémiotique de mort : les noms de rue, les plaques commémoratives, les monuments, le Panthéon, ce "Fumer tue" sur les paquets de cigarettes… Mais par contre, je vous assure que travailler sur la mort donne vraiment envie de vivre ! »
  67. 67. Mirjana Dragićević Née en 1965, mariée, 2 enfants. Une des 6 voyants croates du village de Medjugorje (Bosnie-Herzégovine) avec Marija Pavlović, Ivanka et Vicka Ivanković, Jakov Čolo (né en 1971, marié, 3 enfants, photo du bas), à qui Marie de Nazareth (la Gospa) apparaît régulièrement depuis juin 1981. Les apparitions initiales ont eu lieu à proximité d'un endroit où au cours de la Seconde Guerre mondiale plusieurs centaines personnes furent massacrées par les Oustachis, et 10 ans avant le début de la guerre civile dans l’ex-Yougoslavie. Au-delà des messages traditionnels de l’Église catholique (prière, lecture de la Bible, jeûne, confession, communion), celui de la paix, de la réconciliation et de l’amour des ennemis est fort à Medju- gorje. 10 secrets ont été révélés aux voyants. Aucun des voyants n'a choisi un état de vie religieux. Les apparitions de Mejugorje sont reconnues par beaucoup, comme René Laurentin, contestées par d’autres, comme Joachim Bouflet, consultant et postulateur pour diverses causes de canonisation. Le Vatican ne s’est pas prononcé.
  68. 68. Didier Long Né en 1965, ancien moine bénédictin, historien du judéo- christianisme et bibliste, consultant. Bon connaisseur du soufisme musulman. Montre que Jésus était un rabbin galiléen complètement intégré à la mouvance pharisienne, de tendance hassid (piétiste), mais dissident, et que le christianisme n’est pas une nouvelle religion, mais l’un des courants du judaïsme de l’époque. « Il est absolument clair que les disciples de Jésus ont cru après sa mort que leur maître était encore vivant. Ce qui est une croyance banale du judaïsme : Elie, Moïse, David sont proclamés "vivants", tous les morts en réalité ». « Lorsque l’empereur Constantin se convertit en 312, il impose de facto une histoire triomphante de cette nouvelle religion qui interdit toute possibilité de réfléchir sur les prodromes de cette foi et sur son lien si fort avec la religion mère et concurrente. Paul est présenté comme le nouvel Ulysse, alors qu’il ne prêchait pratiquement que dans les synagogues. »
  69. 69. Fabrice Midal Né en 1967 dans une famille juive ashkénaze, se tourne très tôt vers le bouddhisme et étudie auprès de nombreux maîtres de la tradition tibétaine, principalement Chögyam Trungpa. Docteur en philosophie, enseignant en photographie, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, éditeur, fondateur en 2007 de l’École occidentale de méditation à Paris et à Genève. Y enseigne bénévolement la méditation en s’appuyant sur la tradition bouddhique, mais dans une perspective laïque et en constant dialogue avec la pensée occidentale. «On a beaucoup d’idées fausses sur la méditation. (…) Il s’agit en réalité de porter attention à ce qui est, tel que c’est, sans le filtre du jugement ou du commentaire. On est attentif à ce que l’on ressent, à ce qui se passe, en cultivant ainsi un sens de présence qui, peu à peu, change profondément notre rapport aux choses. (…) En méditant, on touche du doigt qu’il y a en soi quelque chose de plus grand que soi. Loin d’être un enfermement, elle ouvre au contraire un rapport à l’altérité. »
  70. 70. Rachid Benzine Né en 1971 au Maroc, islamologue, disciple de Mohammed Arkoun. Enseignant et chercheur à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, à l’Institut protestant de théologie de Paris, ex-chercheur associé à l’Observatoire du religieux. Codirecteur de la collection Islam des lumières aux éditions Albin Michel, qui publie des ouvrages sur la pensée musulmane contemporaine. « Ces hérauts de la pensée libre, parfois menacés de mort et contraints à l’exil, explorent les chemins inédits d’une reconstruction de la pensée religieuse musulmane. Ils revisitent l’histoire des dogmes et des institutions, interrogent les interprétations théologiques ou juridiques successives, tentent de discerner les éléments de la tradition qui pourraient être fondateurs d’une modernité islamique. Surtout, ils soumettent le texte coranique lui-même au crible de l’analyse littéraire et de la critique historique. » ../..
  71. 71. Rachid Benzine « L’islam traverse une grande tragédie, marquée par le déficit d’instances d’autorité capables de régler les conflits d’inter- prétation, et par un déficit d’histoire. (…) La communauté musulmane n’a pas fait son travail  : ce qui est enseigné dans les mosquées, c’est le Catéchisme des années 1950, une histoire sainte, sacrée, sans aucun travail historique ni anthropologique. Or on ne peut comprendre le Coran que si l’on connaît la société du VIIème siècle et ses interactions avec le texte. (…) Mohammed Arkoun avait coutume de dire qu’il ne fallait rien attendre des pays majoritairement musulmans. C’est aux pays européens d’engager ce travail  : soit dans les institutions de formation musulmans, soit en exigeant des imams qu’ils se forment à l’histoire à l’université. (…) Il faut former les enseignants pour qu’ils introduisent leurs élèves à la distance critique et que ceux-ci l’intériorisent au plus intime. »
  72. 72. Abdennour Bidar Né en 1971, philosophe et écrivain français, agrégé et docteur en philosophie, normalien, professeur à l’université de Nice. Grand- père communiste et athée, mère française convertie à l’islam à travers le soufisme. Thèse de doctorat sur le développement d'une "pédagogie de l'individuation" à partir de la pensée du philosophe musulman indien Mohamed Iqbal (1873-1938). Chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au Ministère de l’Éducation nationale, membre de l'Observatoire de la laïcité et du comité de rédaction de la revue Esprit. «Cher monde musulman, (…) je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre (Daech) est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine. Car tu te réfugies dans le réflexe de l’autodéfense sans assumer aussi et surtout la responsabilité de l’autocritique. Tu te contentes de t’indigner alors que ce moment aurait été une occasion historique de te remettre en question ! » ../..
  73. 73. Abdennour Bidar Les monstres terroristes aux noms de Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou Daech ne sont « que les symptômes les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes : impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l’égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l’autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses. » Je n’aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. (…) Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi ! » ../..
  74. 74. Abdennour Bidar « Il est possible de réagir (au djihadisme), mais à condition de partir d’un diagnostic juste et d’admettre que l’Occident traverse une véritable crise spirituelle, mère de toutes les crises. Le dénominateur commun de toutes nos crises à mes yeux est qu’elles sont des crises du lien : avec la nature, avec l’autre, avec soi-même - et donc avec la vie. Or, qu’est-ce une crise du lien, au sens le plus large du terme, sinon une crise spirituelle ? L’Occident a perdu l’art et la manière de se saisir de ce rapport au spirituel. » «La vie créatrice est le but et la fraternité le principe de notre vie spirituelle. » « Plus nous connectons à la vue universelle par ce triple lien à soi, aux autres, à l’univers, plus se développe en nous l’être divin – s’il existe - le cœur infini de tous les liens. Et plus il se développe, moins la mort peut quelque chose contre nous »
  75. 75. Éric Vinson Né en 1971, enseignant, chercheur et journaliste français. Docteur en théorie politique, enseignant à Sciences Po et à l’Institut Catholique de Paris, spécialisé dans les questions religieuses et spirituelles ainsi que dans la laïcité. Avec la sociologue des religions Mireille Estivalèzes, crée en 2006 à Sciences Po le module Religions et Sociétés. Préside l’associa- tion Enquête et le fonds de dotation Grandir ensemble : Laïcité- Religions-Éducation, 2 structures dédiées à la diffusion et à la promotion en France de la culture laïque des religions et à une meilleure connaissance et pratique de la laïcité française. Travaille en particulier sur la didactique et la pédagogie du fait religieux et de la laïcité, sur l'ésotérisme, sur les rapports entre religion, spiritualité et politique, ainsi que sur le bouddhisme. Issu d'une famille chrétienne-bouddhiste, est également actif sur le terrain de l’interreligieux. ../..
  76. 76. Éric Vinson « Le religieux a été pendant des millénaires une - si ce n'est la - part essentielle de la vie humaine individuelle et collective, et qu'il le reste aujourd'hui pour une très large majorité des habitants de cette planète. Et parce qu'il est donc impossible de comprendre le monde, encore moins d'y agir, sans maîtriser un minimum de connaissances à ce sujet. (…) À l'intersection de la longue durée et l'ultra-modernité, le religieux est en effet par définition lié à de grands enjeux sociopolitiques, identitaires, symboliques et existentiels inséparables bien que parfois contradictoires. » Il faudrait « créer à l’université des départements de "Science des Religions" capables de former des généralistes des religions, rompus, comme en Allemagne, à la pédagogie. (…) Pour ne pas avoir de problème en classe, on préfère parler des dieux de l’Égypte ancienne. Mais c’est aussi de l’islam d’aujourd’hui qu’il faut parler ! »
  77. 77. Alexandre Jollien Né en 1975, philosophe, spécialiste de philosophie helléniste, écrivain et conférencier suisse, père de 3 enfants. À cause d’un étranglement par le cordon ombilical à la naissance, il est atteint d’un handicap, l’athéthose. Témoigne de la joie au cœur de l’épreuve, donne sens à la souffrance, fait apprécier la saveur du présent. « Être vrai, me dépouiller des masques, oser l’abandon plutôt que la lutte, voilà qui me guide dans le périple de l’existence, où jamais nous ne pouvons nous installer. C’est en faisant chaque jour un tout petit peu confiance à la vie que, peu à peu, la confiance se découvre. La détermination, c’est conjuguer l’abandon et une infinie confiance en la vie. L’abandon, c’est ne plus considérer ses fragilités comme des ennemies à abattre. Ne plus considérer les blessures comme l’adversaire numéro un, mais les accueillir. »
  78. 78. Marion Muller-Colard Née en 1978, théologienne et écrivaine française, doctorat obtenu à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, médiatrice pénale, ex-aumônier d’hôpital. Écrit régulièrement des méditations pour l'hebdomadaire protestant français Réforme. « Il n’existe pas de formation universitaire qui prépare à l’impuissance. (…) La douleur physique est pour moi une butée. Un lieu de grand silence hermétique à toute parole, un lieu qu’aucune lumière intellectuelle ou théologique ne parvient à éclairer. (…) Pourquoi me définir comme agnostique ? Parce que je crois en Dieu, mais je sonde chaque jour un peu plus à quel point je n’ai pas la connaissance de ce Dieu en qui je crois. (…) Il n’y a pas de système, de dogme, de religion qui puisse abolir, contenir, détourner les conjectures qui nous menacent perpétuellement d’un coup du sort. Tout comme le bonheur, le malheur n’est simplement pas juste. »
  79. 79. Marion Muller-Colard « Le premier qui nous approcha tous, dans les lieux des plus sombres de nos vies, c’est notre vieux frère Job. (…) Le cri de Job est son premier acte de foi libre. L’attente urgente que quelque chose de nouveau se crée sur son tas de fumier. La seule attente qu’il puisse s’offrir : l’attente de l’imprévisible. (…) La réponse de Dieu à Job laisse vacante la réponse à l’immense question du mal.(…) Dieu, dans le livre de Job plus souvent que dans nul autre, est appelé le Shaddaï : celui qui dit « Ça suffit ! » Dieu compte sur chacune de nos vies pour circonscrire avec lui le chaos. (…) J’ai entrevu un Autre Dieu qui ne se porte pas garant de ma sécurité, mais de la pugnacité du vivant à laquelle il m’invite à participer. (…) Jésus de Nazareth a payé de sa vie d’avoir fait voler en éclats une religiosité contractuelle. Son Dieu immense lui insufflait le courage d’être, quoi qu’il arrive. » Photo : Job, d’après Léon Bonnat (1880)
  80. 80. Adrien Candiard Né en 1982, dominicain et islamologue français. Études à l'École normale supérieure et à Sciences po. Auteur de Pierre et Mohamed, monologue théâtral en hommage à Pierre Claverie, évêque d’Oran assassiné. Vit au couvent du Caire, membre de l'Institut dominicain d'études orientales (Idéo). A publié plusieurs livres, concernant l'islam, le dialogue interreligieux ou la spiritualité chrétienne. « Il faut accepter que l’islam soit une réalité complexe. Il existe un socle commun : la révélation coranique, la référence au Prophète Mahomet, ainsi qu’un monothéisme vigoureux, un attachement central à l’unicité divine. Après cela, la diversité culturelle, théologique et spirituelle est très grande. » « On dit toujours que ” la Croix sauve le monde”, mais par lui- même, cet instrument de torture ne sauve rien. Ce qui sauve le monde, c’est ce qu’a fait le Christ sur la croix : continuer à aimer, malgré la croix. »
  81. 81. Samuel Grzybowski Français né en 1992, étudiant en histoire et sciences politiques. Cofondateur et président de l’association Coexister, mouvement interreligieux de jeunes, créé en janvier 2009 par 11 jeunes juifs, chrétiens et musulmans à l’issue d’un meeting pour la paix à Paris après les bombardements sur Gaza. Mot d’ordre : "Diversité dans la foi, unité dans l’action". Ensemble, organisent la première opération Ensemble à sang % en recueillant 150 dons de sang. 5 domaines d’action : dialogue, solidarité, sensibilisation, formation, voyages. « Nous croyons que la paix passe par la rencontre de l’autre, par la découverte de nos ressemblances et la compréhension de nos différences. Pour nous, coexister, c’est œuvrer activement en faveur d’un rapprochement entre les hommes, faire tomber les murs de nos préjugés.» « Préserver la diversité dans le croire en étant unis dans le faire.» ■

×