Trombinoscope "Chercheurs d’humanité"
Penseurs et acteurs
de l’écologie et de l’altercroissance
1 - de 1750 à 1935
Étienne...
Trombinoscopes
Chercheurs d’humanité
Parmi les diaporamas en ligne sur ce site Internet figurent 5 séries de
"trombinoscop...
Trombinoscopes
Chercheurs d’humanité
Cette suite de brefs portraits, présentés par ordre d’année de
naissance des personne...
Précisions
Orthographe
J’ai pris le parti d’écrire selon le code suivant :
- un livre anglais, un bain turc, un temple ind...
Karl Drais
Karl Friedrich Christian Ludwig, baron Drais von Sauerbronn,
dit Karl Drais (1785-1851), employé de l'administr...
Pierre et Ernest Michaux
Pierre Michaux, (1813-1883), artisan serrurier et charron
français. Son fils Ernest, âgé alors de...
Eugène Poubelle
(1831-1907), juriste, administrateur et diplomate français.
Préfet de la Seine de 1883 à 1896.
Par des arr...
John Muir
(1838-1914), écrivain états-unien, né en Écosse. Ingénieur dans
l’industrie, puis conducteur de ferry, berger, g...
William Phelps Eno
(1858 - 1945), homme d'affaires états-unien. Marqué à l’âge
de 9 ans par un gros embouteillage de voitu...
Julius Hensel
(1844-1903), chimiste, agronome, médecin et pharmacien
allemand.
En 1894, publie l’ouvrage Brot aus Steinen ...
Vladimir Vernadsky
(1863-1945), minéralogiste et chimiste russe, l'un des
fondateurs de la géochimie moderne (avec le chim...
Vladimir Vernadsky
Le modèle que Vernadski propose pour notre planète se
compose de cinq différentes couches en interactio...
Albert Chappellier
(1873-1949), ingénieur agronome, docteur ès sciences
naturelles, directeur de la station de zoologie ag...
Charles-Jean Bernard
(1876-1967), Suisse, docteur ès-sciences physiques et naturelles
de l’Université de Genève.
Conservat...
Ehrenfried Pfeiffer
(1899-1961), chimiste, ingénieur en électricité et agronome
allemand. Prend contact puis collabore étr...
Aldo Leopold
(1887-1948), forestier, écologue et écologiste états-unien.
Maîtrise de sylviculture. Forestier, puis consult...
Aldo Leopold
« Nous abusons de la Terre parce que nous la considérons
comme une commodité qui nous appartient. Si nous la ...
Joseph Lanza del Vasto
(1901-1981). Écrivain, poète, artiste, philosophe et militant, de
père sicilien et de mère flamande...
Hans Jonas
(1903-1993), philosophe allemand d’origine juive. En 1933, fuit
l’Allemagne nazie pour Londres, puis la Palesti...
Marion King Hubbert
(1903-1989), géophysicien états-unien. Travaille notamment
dans les laboratoires de recherche de Shell...
René Dumont
(1904-2001) agronome français. Auteur prolifique avec
près de 70 ouvrages dont L'Afrique noire est mal partie ...
Nicholas Georgescu-Roegen
(1906-1994), mathématicien et économiste roumain. Études à Bucarest, à
Paris et à Londres. Profe...
Paul-Émile Victor
(1907-1995), né de parents français immigrés d'origine juive
d'Europe centrale. Ingénieur de l’École cen...
Arne Naess
(1912-2009), philosophe norvégien, professeur à l’université
d’Oslo. Résistant puis militant de la paix. Fondat...
Jacques Ellul
(1912-1994), professeur de droit à Montpellier puis à Bordeaux,
sociologue français, Résistant, théologien p...
Masanobu Fukuoka
(1913-2008), agriculteur japonais. Microbiologiste, spécialiste en
phytopathologie, travaille au Bureau d...
Haroun Tazieff
(1914-1998), né à Varsovie d’un père tatar et d’une mère russe,
naturalisé belge puis français. Ingénieur a...
Barry Commoner
(1917-2012), biologiste états-unien, professeur de physiologie
des plantes pendant 34 ans à l'Université Wa...
Edgar Pisani
(1918-2016), Français, Résistant, plus jeune sous-préfet de
France en 1944.
Gaulliste de gauche, ministre de ...
James Lovelock
Né en 1919, penseur britannique, scientifique et environnementaliste
indépendant, spécialiste des sciences ...
James Lovelock
(Gaïa est le nom de la déesse identifiée à la Déesse mère
dans la théogonie du poète grec Hésiode au VIIIèm...
Cornelius Castoriadis
(1922-1997), philosophe, économiste et psychanalyste français
d’origine grecque.
Dénonce le conformi...
Cornelius Castoriadis
« Une société montre son degré de civilisation dans sa 
capacité à s’autolimiter. »
« Nous sommes à ...
André Gorz
Gérard Horst (1923-2007), né en Autriche, philosophe et
journaliste français. Cofondateur avec Jean Daniel en 1...
Alain Bombard
(1924-2005), médecin et biologiste français. En 1952, devient
chercheur à l'Institut océanographique de Mona...
Majid Rahnema
(1924-2015), Franco-iranien né à Téhéran, diplomate et ancien
ministre, représente l’Iran à l’ONU de 1957 à ...
Serge Moscovici
Srul Herş Moscovici (1925-2014), né en Roumanie, tourneur-
fraiseur puis psychologue, réfugié en France en...
Ivan Illich
(1926-2002), né en Autriche de père croate et de mère juive
allemande. Fuit le nazisme. Étudie la cristallogra...
François Partant
François Roche (1926-1987), économiste français, banquier
spécialiste du développement.
Découvre sur le t...
Edward Teddy Goldsmith
(1928-2009). Philosophe, écologiste, fondateur en 1968 de
Survival International, association de dé...
Alexandre Grothendieck
(1928-2014), Né à Berlin, père juif mort à Auschwitz. Naturalisé
français en 1971, passe la majorit...
Pierre Gevaert
Né en 1928, agronome et agriculteur belge. En 1957, crée la
société Lima, marque de produits alimentaires b...
Árpád Pusztai
Né en 1930, d’origine hongroise, biochimiste et nutritionniste. A
passé 36 ans au Rowett Research Institute ...
Raoni Metuktire
Né vers 1930, un des grands chefs du peuple des Kayapos
vivant au cœur d'une réserve protégée sur le terri...
Percy Schmeiser
Né en 1931, agriculteur canadien résidant à Bruno, Saskatchewan,
Canada. Se spécialise dans l'hybridation ...
André Pochon
Né en 1931, agriculteur français breton, retraité en 1991.
Met en avant les dégâts écologiques de l'agricultu...
Hubert Reeves
Né en 1932 à Montréal, astrophysicien, communicateur
scientifique et écologiste franco-québécois.
Préside la...
Dian Fossey
(1932-1985), éthologue et primatologue états-unienne, spécialisée
dans l'étude du comportement des gorilles.
L...
Alain Hervé
Français né en 1932, études de philosophie avec Gaston
Bachelard. Journaliste et écrivain.
Cofondateur, en 196...
Jean-Marie Pelt
(1933-2015), pharmacien, botaniste, écologiste et écrivain
français, professeur des universités en biologi...
Alexei Yablokov
(1933-2017), biologiste et militant écologiste russe. Membre de
l’Académie des Sciences de l’Union Soviéti...
Lester Russell Brown
Né en 1934, cultivateur producteur de tomates, puis agro-
économiste et analyste environnemental état...
François de Ravignan
(1935-2011), agronome français. Exerce des activités de recherche
et de formation en Afrique Noire et...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Penseurs et acteurs de l'écologie de 1750 à 1935

121 vues

Publié le

Pour en savoir plus sur les « chercheurs d’humanité » (non-violence, alternatives économiques, écologie, changement sociétal, spiritualité) : www.irnc.org, rubrique « Diaporamas »

Penseurs et acteurs de l'écologie et de l'altercroissance nés entre 1830 et 1935

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
121
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Penseurs et acteurs de l'écologie de 1750 à 1935

  1. 1. Trombinoscope "Chercheurs d’humanité" Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance 1 - de 1750 à 1935 Étienne Godinot 19.08.2017
  2. 2. Trombinoscopes Chercheurs d’humanité Parmi les diaporamas en ligne sur ce site Internet figurent 5 séries de "trombinoscopes" ou galeries de portraits : 1 - Penseurs et acteurs de la non-violence et annexe sur les « Justes » (8 diaporamas), 2 - Penseurs et acteurs d’alternatives économiques (2 diaporamas), 3 - Penseurs et acteurs de l’écologie et de l’altercroissance (3 diaporamas) 4 - Penseurs et acteurs d’un changement sociétal (7 diaporamas), 5 - Chercheurs de sens ou spirituels (10 diaporamas). Ce classement en 5 familles pour des raisons pratiques, bien sûr peu satisfaisant, est destiné à stimuler la réflexion. Chacune des figures présentées pourrait figurer la plupart du temps - et figure parfois - dans plusieurs familles à la fois. Un répertoire alphabétique permet de chercher chaque personne dans une des familles, à partir de son nom et de son année de naissance.
  3. 3. Trombinoscopes Chercheurs d’humanité Cette suite de brefs portraits, présentés par ordre d’année de naissance des personnes concernées, n’a pour but que d’ouvrir la tête et toucher le cœur : - montrer au lecteur des figures de femmes et d’hommes et une évolution, - et lui donner envie de faire davantage de recherches sur les personnages qui l’intéressent. La sélection des personnes retenues parmi une quantité considérable de chercheurs, penseurs et acteurs et le contenu de leur présentation (en caractères relativement gros, et, dans la grande majorité des cas, sur l’espace d’une seule diapositive) ont été faits selon des critères qui présentent évidemment une grande part de subjectivité.
  4. 4. Précisions Orthographe J’ai pris le parti d’écrire selon le code suivant : - un livre anglais, un bain turc, un temple indien, un texte hébreu, une fête juive, un rite chrétien, un voile musulman, un poème soufi, un temple protestant, l’Afrique noire, etc. - les Anglais, les Turcs, les Indiens, les Hébreux, les Juifs, les Sadducéens, les Chrétiens, les Musulmans, les Soufis, les Chiites, les Protestants, les Anabaptistes, les Francs-maçons, les Blancs, les Noirs, les Girondins, les Résistants de la 2ème Guerre Mondiale, etc., mais les croyants, les incroyants, les athées, les agnostiques, les socialistes, les franquistes, les communistes, les nazis, la droite, etc.; - un rabbin, un prêtre, un imam, un pasteur, le pape X, le cardinal Y, le métropolite Z, un dominicain, un jésuite, un swami, un préfet, un juge, un général, etc. sauf exceptions : les Grands Prêtres, le Grand Inquisiteur, etc. - Louis XVIII, Jean XXIII, la VIème dynastie (pour respecter la tradition), mais le 18ème siècle (pour faciliter la lecture). Droits d’auteur Les images présentées dans les diaporama du site www.irnc.org m’ont été fournies par des sources diverses. Ne pouvant pas m’assurer qu’elles ne sont pas soumises au régime des droits d’auteur, je prie leurs ayants-droits éventuels de me préciser s’ils souhaitent qu’elles soient retirées. Citations Compte-tenu du peu de texte sur chaque personnage, il ne m’est pas possible de donner les références des citations (en « italique » et avec des guillemets en bas de chaque diapo). L’objectif de ces 5 familles de diaporamas est de donner une information de base et d’inciter le lecteur à faire des recherches complémentaires s’il est intéressé), É. G.
  5. 5. Karl Drais Karl Friedrich Christian Ludwig, baron Drais von Sauerbronn, dit Karl Drais (1785-1851), employé de l'administration des eaux et forêts du Grand Duché de Bade, puis professeur de mécanique et géomètre. Présente en 1812 une machine qui transcrit directement sur la partition les notes de piano, et en 1813 un engin à quatre roues propulsé par l'énergie musculaire humaine. Invente, en 1817, une machine à courir (Laufmaschine), engin à deux roues avec un siège et une roue avant comportant une direction à pivot. L’engin est breveté, en France, par Louis- Joseph Dineur sous le nom de vélocipède, appelé aussi draisienne, premier ancêtre de la bicyclette. Invente et construit une machine à écrire sténographique à 16 caractères.
  6. 6. Pierre et Ernest Michaux Pierre Michaux, (1813-1883), artisan serrurier et charron français. Son fils Ernest, âgé alors de 19 ans, ayant trouvé fatigant pour les jambes l'usage d'une draisienne, a l'idée d'adapter un repose-pieds sur la roue avant. Il en parle à son père qui lui conseille d'adapter plutôt une manivelle qui permettrait de faire tourner la roue. Ernest (1842-1882) ajoute une manivelle à la roue avant d'une draisienne, et crée ainsi la pédale. Il s’associe avec les frères René et Aimé Olivier et crée sous son propre nom, "Michaux et Cie", la première entreprise de construction de vélocipèdes à pédale (les michaudines). D'autres modifications suivent également : l'ajout d'un frein, d’une selle suspendue, puis le doublement du diamètre de la roue avant. Bien que le Suisse Hans Renold (1852-1943) soit crédité de l'invention de la chaîne à rouleaux, en 1880, des croquis de Léonard de Vinci au I6ème siècle montrent une chaîne avec roulement à rouleaux. Paul de Vivie (1853-1930), améliore en 1889 le dérailleur qui permet à la chaîne de changer de pignon, et qui existait déjà en Angleterre. Photos : - Ernest Michaux. - Vélocipède sans chaîne – Dérailleur actuel
  7. 7. Eugène Poubelle (1831-1907), juriste, administrateur et diplomate français. Préfet de la Seine de 1883 à 1896. Par des arrêtés de nov. 1883 et de mars 1884, oblige les propriétaires d'immeubles à mettre à disposition de leurs locataires des récipients communs, munis d'un couvercle et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers. La dimension et la contenance de ces récipients sont alors strictement contrôlées : 40 à 120 litres. Les arrêtés prévoient également le tri des déchets : trois boîtes sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d'huîtres, améliorant de manière considérable l'hygiène des foyers de la capitale. Les ordures sont maîtrisées et enfermées. L’exemple de Paris se répand dans les villes de province. Ce n'est toutefois qu'après la seconde Guerre Mondiale que les poubelles deviennent d'un usage courant. L'enlèvement des ordures est dès lors organisé avec régularité par les municipalités. Également instigateur du tout-à-l'égout, concept qui, à la suite de la dernière résurgence du choléra en 1892, est un outil de santé publique.
  8. 8. John Muir (1838-1914), écrivain états-unien, né en Écosse. Ingénieur dans l’industrie, puis conducteur de ferry, berger, gardien de troupeau, ouvrier en scierie, arboriculteur et viticulteur, escaladeur. Parcourt à pied 1500 km en Amérique du Nord. Un des premiers naturalistes modernes, militant de la protection de la nature. Acquiert à raison, contre l’avis d’un scientifique, la conviction que les glaciers ont sculpté la Yosemite Valley et ses environs. Obtient pour cette région le statut de parc national. Observe les plantes, les arbres, les animaux, les écosystèmes, voyage dans l’Alaska et l’Arctique, écoute et veut préserver "le chant du monde". Fonde en 1892 le Sierra Club, qui est à ce jour une des plus importantes organisations de protection de l'environnement aux États- Unis. « Prenez n’importe quelle chose dans la nature, vous verrez  qu’elle est reliée au reste du monde. »
  9. 9. William Phelps Eno (1858 - 1945), homme d'affaires états-unien. Marqué à l’âge de 9 ans par un gros embouteillage de voitures à chevaux. Diplômé de l’université de Yale. Responsable des premières innovations en matière de sécurité routière et de contrôle de la circulation : panneau d'arrêt, passage piétons, rue à sens unique, station de taxis, refuges de sécurité pour piétons, ronds-points de circulation, etc. En 1903, supervise les premières mesures de police destinées à réguler les trajectoires des véhicules (attelages, tramways, automobiles...). Crée en 1921 l’Eno Foundation for Highway Traffic  Regulation. « 1. Nous devons avoir des règles concises, simples et justes, faciles à  comprendre, obligatoires en vertu de la loi.                                           2.  Ces règles doivent être diffusées pour qu'il n'y ait aucune excuse pour  ne pas les connaître.                                                                      3. La  police doit les faire respecter, et ses hommes doivent être formés à  cette fin. »
  10. 10. Julius Hensel (1844-1903), chimiste, agronome, médecin et pharmacien allemand. En 1894, publie l’ouvrage Brot aus Steinen (Bread from Stones, Le pain issu des pierres) exposant les effets bienfaisants de la fertilisation par la poudre de roche, un sous- produit du cailloutis métallifère des revêtements routiers. Ce livre, qui fait peser un danger sur l’industrie naissante des engrais chimiques, disparaît rapidement, acheté et détruit par ceux qui craignent sa concurrence. Cette poudre, obtenue par un excellent procédé de broyage à froid qui en préserve les énergies intrinsèques, est composée en majorité de roches éruptives (granit, basalte, etc.) présentant un large spectre minéral. Lorsqu’ils sont répandus, oligo-éléments et sels favorisent une riche vie bactérienne. La poudre de roche a été utilisée ensuite avec des résultats impressionnants par John D. Hamaker (1914-1994) et Donald A. Weaver aux Etats-Unis (The survival of civilisation, 1975), puis par Barry Oldfield en Australie pour la plantation d’abres.
  11. 11. Vladimir Vernadsky (1863-1945), minéralogiste et chimiste russe, l'un des fondateurs de la géochimie moderne (avec le chimiste Victor Goldschmidt). Termine à Paris ses études sur la chimie minérale et la cristallographie. Utilise des équipements modernes pour analyser les propriétés optiques, thermiques, élastiques, magnétiques et électriques des cristaux. Professeur de minéralogie à l'Université d'État de Moscou, Travaille sur les effets des radiations solaires et cosmiques sur l'ensemble des organismes vivants. Fondateur de la géochimie, étudie les cycles géochimiques, comme celui du carbone, ou l'activité géochimique d’origine humaine. Définit en 1926 la notion de biosphère, dans une optique bio- géologique et écologique, posant comme hypothèse que la vie est une force géologique qui transforme la Terre. Premier à envisager scientifiquement l'impact de l'activité humaine sur le climat, il est cependant peu écouté à une époque où l'on pense que la nature était dotée de capacités de régénération inépuisables.
  12. 12. Vladimir Vernadsky Le modèle que Vernadski propose pour notre planète se compose de cinq différentes couches en interaction : - la lithosphère, noyau de roche et d'eau ; - la biosphère constituée par la vie ; - l'atmosphère, enveloppe gazeuse constituant l'air ; - la technosphère résultant de l'activité humaine ; - la noosphère ou sphère de la pensée. La notion de noosphère a marqué ensuite Teilhard de Chardin et James Lovelock.
  13. 13. Albert Chappellier (1873-1949), ingénieur agronome, docteur ès sciences naturelles, directeur de la station de zoologie agricole au Centre national de recherches agronomiques (Versailles). En 1912, avec le lieutenant Hemery et quelques "ornithophiles" , dénonce le massacre des macareux moines à Perros-Guirrec et persuade le Préfet des Côtes d'Armor de prendre un arrêté afin d'interdire ces pratiques. Initiateur de la Réserve ornithologique des Sept-Îles (1912). Administrateur (1914-1949) de la Société nationale d’acclimatation de France (devenue ensuite Société nationale de Protection de la Nature - SNPN) dont il crée une section, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), co-organisateur du 1er Congrès international de protection de la nature (1923). La LPO a pour objectif « la protection des oiseaux et des écosystèmes dont ils dépendent et, en particulier, la faune et la flore qui y sont associées ». Elle est le représentant officiel de BirdLife International en France depuis 1993.
  14. 14. Charles-Jean Bernard (1876-1967), Suisse, docteur ès-sciences physiques et naturelles de l’Université de Genève. Conservateur à l’Herbier de Leyden, aux Pays-Bas, chef des laboratoires botaniques du jardin de Buitenzorg (1905-1937) dans la ville de Bogor à Java (ex-Indes néerlandaises). Président de la Ligue suisse pour la protection de la nature (1935-1955). Fondateur et président (1948-1954) de l’Union internationale pour la protection de la nature, créée en juillet 1948 par convention internationale signée à Fontainebleau sous les auspices du gouvernement français et de l’UNESCO, et devenue l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). L’UICN, observateur auprès de l’AG de l’ONU, représente plus de 1 200 organisations membres dans 140 pays dont 800 organisations non gouvernementales et près de 11 000 scientifiques et spécialistes volontaires au sein de six Commissions, plus de 1 000 professionnels travaillant dans 45 bureaux dans le monde entier.
  15. 15. Ehrenfried Pfeiffer (1899-1961), chimiste, ingénieur en électricité et agronome allemand. Prend contact puis collabore étroitement avec Rudolf Steiner au Goetheanum de Dornach (Suisse), où se trouve le centre des anthroposophes. Met en place un laboratoire de recherche biochimique à Dornach. Dans les années 1930, participe en Angleterre à de nombreuses conférences sur l’agriculture biologique, rencontre notamment sir Albert Howard et lord Northbourne. À la demande d’un groupe d’anthroposophes américains de Spring Valley, se rend aux États-Unis en 1933 afin de promouvoir la biodynamie. Fonde un institut de recherche et invente un procédé très novateur de compostage des déchets urbains et industriels. Met au point deux techniques, la cristallisation sensible du chlorure de cuivre et la morpho-chromatographie, censées permettre de visualiser les "forces formatrices éthérées" et la "vitalité" des aliments cultivés en agriculture biodynamique.
  16. 16. Aldo Leopold (1887-1948), forestier, écologue et écologiste états-unien. Maîtrise de sylviculture. Forestier, puis consultant en environnement. Pratique la pêche et la chasse tout au long de sa vie. Ayant rejoint l'Office américain des forêts, devient responsable des 500.000 hectares de la Kit Carson National Forest. En 1933, nommé à la toute nouvelle chaire de gestion du gibier de l'université du Wisconsin. Obtient que la forêt de Gila devienne en 1924 le premier espace naturel officialisé par le gouvernement. Influence le développement de l'éthique environnementale moderne et le mouvement pour la protection des espaces naturels. Un des pères de la gestion de la protection de l'environnement aux États-Unis. Envisage une éthique de la gestion de la planète incluant les êtres vivants qu’elle abrite, les océans, les terres émergées, le sous- sol. Publié en 1949, son Almanach d'un comté des sables est une combinaison d'histoire naturelle et philosophie. ../..
  17. 17. Aldo Leopold « Nous abusons de la Terre parce que nous la considérons comme une commodité qui nous appartient. Si nous la considérons au contraire comme un ensemble auquel nous appartenons, nous pouvons commencer à l'utiliser avec amour et respect. Il n'y a pas d'autre moyen si nous voulons que la Terre survive à l'impact de l'homme mécanisé. » « Notre faculté de percevoir la nature commence comme un art, par le plaisir des yeux ». « Je ne me fais pas d'illusions sur la rapidité avec laquelle une conscience écologique peut porter ses fruits. Il a fallu 19 siècles pour définir un code éthique à même de régir la conduite des hommes entre eux, et rien n'est encore parfait. L'élaboration d'un code de conduite portant sur les relations entre l'homme et la Terre pourrait bien prendre autant de temps. » « Examinez chaque question en termes de ce qui est éthique- ment et esthétiquement juste autant qu'en termes de ce qui est économiquement avantageux. Une chose est juste lorsqu'elle tend à préserver l'intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté biotique. Elle est injuste lorsqu'elle tend à l'inverse. »
  18. 18. Joseph Lanza del Vasto (1901-1981). Écrivain, poète, artiste, philosophe et militant, de père sicilien et de mère flamande. En 1936, passe plusieurs mois près de Gandhi en Inde. Fonde en 1948 les communautés de l’Arche, axées sur la simplicité de vie, la révision des besoins, le travail des mains, la solidarité, la quête spirituelle et la non-violence. Dans ce qu’il appelle le "péché originel", discerne "l’esprit de profit, de lucre et de domination". Au milieu des "Trente Glorieuses", affirme que "la croissance des pays modernes est incompatible (…) avec la survie". Penseur et praticien de la simplicité volontaire, de la libération intérieure et de la joie de vivre. A concrètement expérimenté la décroissance et la non- violence : les communautés de l’Arche constituent un véritable laboratoire pour un vivre ensemble respectueux de la singularité de chacun, soucieux de l’impact minimal sur l’écosystème, préventif des tensions entre les peuples.
  19. 19. Hans Jonas (1903-1993), philosophe allemand d’origine juive. En 1933, fuit l’Allemagne nazie pour Londres, puis la Palestine. Combat avec les Alliés, enseigne à l’Université hébraïque de Jérusalem, puis à la New School for Social Research à New-York. En 1979, publie Le principe responsabilité, en réponse au Principe espérance de Ernst Bloch. Affirme que l’homme est en passe de devenir le pire ennemi de l’homme et que le pouvoir énorme conféré à l’homme par la technoscience appelle une nouvelle forme de responsabilité. Doit être interdite toute technologie qui comporte le risque de détruire l’humanité. La responsabilité n’est plus conçue dans ses termes juridiques classiques, elle est une idée morale et métaphysique. « Nous sommes en danger permanent d’autodestruction collective. » « Agis de telle sorte que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur Terre le plus longtemps possible ».
  20. 20. Marion King Hubbert (1903-1989), géophysicien états-unien. Travaille notamment dans les laboratoires de recherche de Shell à Houston. Apporte de nombreuses contributions dans les domaines de la géologie et de la géophysique. En 1956, lors d'une rencontre de l'American Petroleum Institute à San Antonio, au Texas, fait la prédiction que la production globale de pétrole aux États-Unis atteindra son maximum aux alentours de 1970, avant de commencer à décroître. Devient célèbre quand on s'aperçoit qu'il a raison, en 1970. La courbe qu'il a employée dans son analyse est connue sous le nom de courbe de Hubbert, et le moment où elle atteint son maximum le pic de Hubbert.
  21. 21. René Dumont (1904-2001) agronome français. Auteur prolifique avec près de 70 ouvrages dont L'Afrique noire est mal partie en 1962 et L'Utopie ou la mort ! en 1973. Montre que le développement est le résultat de plusieurs facteurs qui interagissent : argent, engrais, semences, relations sociales, statut des femmes. Dénonce avant tout le monde les dégâts de la « révolution verte » à base de chimie et de monoculture intensive. Pronostique que le litre de pétrole à la pompe ne cesserait pas d’augmenter, est un des premier à entrevoir les dégâts écologiques et sociaux de la mondialisation libérale. Premier candidat écologiste aux élections présidentielles en 1974, joue un rôle-pivot entre une écologie de pensée et une écologie politique. Il faut, selon lui, s’élever contre « la religion de la croissance », imposée par « l’oligarchie des riches », ceux-là mêmes qui gaspillent le plus.
  22. 22. Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994), mathématicien et économiste roumain. Études à Bucarest, à Paris et à Londres. Professeur à Bucarest, Nashville et Strasbourg. Demande une réforme profonde de la science économique, jusqu’alors trop mécaniste, pour l’intégrer dans les enseignements de la physique thermodynamique et de la biologie évolutionniste. Ouvre la voie à la bioéconomie, pont entre les sciences biologiques et économiques. La thermodynamique éclaire le processus économique en démontrant que les ressources naturelles s’épuisent, la biologie aussi en révélant la vraie nature du processus économique. Les sociétés industrielles sont condamnées à la décroissance en raison de la loi physique de l’entropie. Elles auront opté pour une existence excitante, mais brève… Préconise la promotion de l’énergie solaire, de l’agriculture biologique, la réorientation des dépenses publiques, etc.
  23. 23. Paul-Émile Victor (1907-1995), né de parents français immigrés d'origine juive d'Europe centrale. Ingénieur de l’École centrale de Paris, pilote d’avion. Explorateur polaire, scientifique, ethnologue, écrivain français. En 1934, embarque sur le navire Pourquoi-Pas ? du commandant Charcot : au cours de sa première année passée avec les Inuits, apprend à parler couramment leur langue. En 1936, traverse le Groenland en traîneaux à chiens. Fondateur et chef des expéditions polaires françaises de1947 à1976. À partir de 1962, s'intéresse puis se passionne pour la défense de l'homme et de son environnement , devient en 1968 délégué général de la Fondation pour la Sauvegarde de la Nature, créée par Louis Armand. En 1974, crée le Groupe Paul-Émile Victor pour la défense de l'homme et de son environnement. « La situation de ce continent extrêmement fragile, et très sensible à l'ensemble des pollutions planétaires, est exemplaire de tout ce qui pèse sur la tête des générations futures.»
  24. 24. Arne Naess (1912-2009), philosophe norvégien, professeur à l’université d’Oslo. Résistant puis militant de la paix. Fondateur de la revue Inquiry, revue interdisciplinaire de philosophie et de recherches en sciences sociales, Fondateur du mouvement de l’écologie profonde (deep écology). Cette approche* rompt avec une vision anthropocentrique de l’écologie et critique non seulement les conséquences de notre modèle de société (pollution, épuisement des ressources, etc.), mais les valeurs au fondement même de ce type de société. Affirme que la technologie ne peut pas résoudre seule les problèmes environnementaux, mais seulement les déplacer. Il faut aussi un changement dans les consciences, les représentations du monde et les comportements. S'engage dans l'action directe non-violente contre un barrage, miite à Greenpaeace et chez les Verts. * déformée et caricaturée notamment par Luc Ferry dans son essai Le nouvel ordre écologique (1992)
  25. 25. Jacques Ellul (1912-1994), professeur de droit à Montpellier puis à Bordeaux, sociologue français, Résistant, théologien protestant, auteur de 48 ouvrages. Affirme dès 1935 que la croissance économique n’est pas synonyme de développement humain. Développe les idées suivantes: - La société moderne sa caractérise par le gigantisme : la concentration de la production, de la population, de l’État, du capital. - La technique n’est plus un moyen destiné à une fin, mais un phénomène autonome qui échappe de plus en plus au contrôle de l’homme : - La sacralisation de la technologie repose sur une idéologie et un “bluff technologique”. “J’ai montré sans cesse la technique comme étant autonome, je n’ai jamais dit qu’elle ne pouvait être maîtrisée” “ Exister, c’est résister ”
  26. 26. Masanobu Fukuoka (1913-2008), agriculteur japonais. Microbiologiste, spécialiste en phytopathologie, travaille au Bureau des Douanes de Yokohama, à la Division de l'Inspection des Plantes. Doute des progrès apportés par l'agriculture scientifique (dépendante du travail de la terre, des engrais et des pesticides chimiques), et démissionne de son poste. Développe une “agriculture naturelle”, inspirée de ses racines culturelles zen, taoïste, shinto, bouddhiste, dans le sens d'une unification spirituelle entre l’homme et la nature. À partir des années 1980, mondialement reconnu, multiplie les conférences et les rencontres internationales. Sa ferme devient un lieu d'échange sur ses pratiques pour les experts venus du monde entier. « Répandre de la paille (...) est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d'hiver. C'est en relation avec tout, avec la fertilité, la germination, les mauvaises herbes, la protection contre les moineaux, l'irrigation. »
  27. 27. Haroun Tazieff (1914-1998), né à Varsovie d’un père tatar et d’une mère russe, naturalisé belge puis français. Ingénieur agronome, ingénieur géologue, ingénieur des mines, volcanologue et écrivain. Grand sportif, Résistant pendant la 2ème GM. Père de la volcanologie contemporaine : expéditions, livres, films, conférences et émissions de télévision. Chargé de la prévention des risques naturels et technologiques majeurs par le Président Mitterrand en 1981. Corédacteur du rapport Maîtriser l'énergie, qui aboutira à la création de l'Agence Française pour la Maîtrise de l’Énergie (AFME) dès 1982. Dénonçant les excès de l'écologie politique au détriment d'une étude sérieuse de l'écologie et déçu par la politique politicienne, retourne à ses recherches. Milite ardemment contre le nucléaire et pour la géothermie. Un des premiers à défendre l'environnement avec J.-Y Cousteau, A. Bombard et P.-E. Victor, mais n'a pas cru à la détérioration de la couche d'ozone, ni à l'effet de serre.
  28. 28. Barry Commoner (1917-2012), biologiste états-unien, professeur de physiologie des plantes pendant 34 ans à l'Université Washington. À la fin des années 1950, suite à ses travaux sur la présence de strontium-90 radioactif dans les dents de lait des enfants, s'engage dans la lutte contre les essais nucléaires. Établit ses quatre lois de l'écologie : 1- Chaque chose est connectée aux autres. Il y a une seule écosphère pour tous les organismes vivants et ce qui affecte l'un affecte tous les autres. 2 - Chaque chose va quelque part. Il n'y a pas de déchets dans la nature, et il n'y a pas un ailleurs où l'on puisse jeter les choses. 3.- La nature sait. Le genre humain a développé la technologie pour améliorer la nature, mais un tel changement tend à être nocif pour le système. 4 - Dans la nature, pour chaque gain il y a un coût, et toutes les dettes seront payées.
  29. 29. Edgar Pisani (1918-2016), Français, Résistant, plus jeune sous-préfet de France en 1944. Gaulliste de gauche, ministre de l’Agriculture, joue un grand rôle dans la définition de la politique agricole commune de la CEE. Constate à la fin de sa vie les impasses de l’agriculture industrielle à base de produits chimiques et les conséquences dramatiques pour les pays non industrialisés de la libre circulation des denrées agricoles et alimentaires. « J'ai été, quant à moi, productiviste… hier. Ce qui se passe,  aujourd'hui, m'inspire plus d'inquiétude que d'espoir. À vouloir forcer la  terre, nous prenons, en effet, le risque de la voir se dérober. À vouloir  mondialiser le marché, nous faisons fi du besoin que tous les peuples  ont de vivre à leur manière du travail de leurs terres. À industrialiser le  travail agricole, nous chassons des paysans dont les villes et les usines  ne savent plus que faire. L’agriculture industrielle ne peut nourrir le monde (…) La PAC  doit être supprimée ».
  30. 30. James Lovelock Né en 1919, penseur britannique, scientifique et environnementaliste indépendant, spécialiste des sciences de l'atmosphère. Dans un article en 1972, expose sa théorie scientifique selon laquelle la composition de l'atmosphère terrestre est régulée par les êtres vivants, notamment les bactéries. Ses articles publiés en 1974, en collaboration avec Lynn Margulis, exposent l'hypothèse Gaïa* : « un système physiologique  dynamique qui inclut la biosphère et maintient notre planète depuis  plus de trois milliards d'années en harmonie avec la vie. »  Celle-ci est accueillie avec beaucoup d'indifférence et suscite encore de nombreux débats. La Geological Society of London lui décerne la médaille Wollaston en 2006 pour la "création d'un champ d'études entièrement nouveau en sciences de la terre", la science du système Terre. ../..
  31. 31. James Lovelock (Gaïa est le nom de la déesse identifiée à la Déesse mère dans la théogonie du poète grec Hésiode au VIIIème siècle avant J.- C.) L’hypothèse Gaïa avait déjà été évoquée par Johannes Kepler (1571-1630), selon qui la totalité de la matière terrestre vivante sur Terre (ou sur toute planète sur laquelle la vie s'est développée) fonctionne comme un vaste organisme possédant une autorégulation qui adapte en permanence la planète à ses besoins. Lovelock est membre de l'Association des Écologistes Pour  le Nucléaire (AEPN), car il estime que cette industrie est bien moins dangereuse pour Gaïa que l'usage des combustibles fossiles et que les craintes qui entourent l'industrie nucléaire sont irrationnelles. Images : - Buste considéré comme celui Hésiode (copie romaine d’un original grec) - Johannes Kepler
  32. 32. Cornelius Castoriadis (1922-1997), philosophe, économiste et psychanalyste français d’origine grecque. Dénonce le conformisme généralisé et le délabrement intellectuel de la société. Veut construire une "démocratie radicale" instaurant l’égalité politique entre les citoyens. Selon lui, l’écologie n’est pas seulement la défense de l’environnement, mais la capacité de vivre et de décider ensemble, de reprendre le pouvoir par rapport à des désirs qui nous sont imposés par un système. Le développement de l’autonomie par la démocratie ne se conçoit pas sans une autolimitation issue de la délibération et de la décision collective. La réalisation d’une société de décroissance implique de décoloniser notre imaginaire. ../..
  33. 33. Cornelius Castoriadis « Une société montre son degré de civilisation dans sa  capacité à s’autolimiter. » « Nous sommes à un croisement de chemins de l’histoire .  Un chemin apparaît d’ores et déjà clairement tracé. C’est le chemin  de la perte du sens, de la répétition de formes vides, du  conformisme, de l’apathie, de l’irresponsabilité et du cynisme. (…)  L’autre chemin devrait être ouvert pas un réveil social et  politique, une renaissance du projet d’autonomie individuelle et  collective, c’est-à-dire la volonté de liberté. »
  34. 34. André Gorz Gérard Horst (1923-2007), né en Autriche, philosophe et journaliste français. Cofondateur avec Jean Daniel en 1964 du Nouvel  Observateur, sous l’autre pseudonyme de Michel Bosquet. Devient dans les années 1970 l'un des principaux théoriciens de l'écologie politique et de la décroissance, terme dont la paternité lui revient. Rejette la logique capitaliste d’accumulation de matières premières, d’énergies et de travail, critique de la société de consommation, l’individualisme hédoniste et utilitariste, appelle à repenser le travail. Considère la sobriété, également appelée simplicité volontaire, comme une nécessité pour lutter contre la misère. En assurant à chacun l'accès à l'énergie qui lui est nécessaire, le principe de sobriété énergétique empêche les surconsommations injustes et polluantes. « La décroissance est un impératif de survie. Mais elle suppose  une autre économie, un autre style de vie, d’autres rapports sociaux,  une autre civilisation »
  35. 35. Alain Bombard (1924-2005), médecin et biologiste français. En 1952, devient chercheur à l'Institut océanographique de Monaco et se passionne pour les conditions de survie des naufragés. Après une traversée en solitaire de 65 jours sur un canot pneumatique, L’Hérétique, démontre en 1952 qu'on peut traverser l’océan sur 6 000 km se nourrissant simplement de plancton, de jus de poisson et d’eau de mer. Dans son livre Naufragé Volontaire, explique que les naufragés meurent de désespoir et de terreur, et non de faim et de soif. Entré en 1974 au Parti socialiste, siège en mai 1981, comme secrétaire d'État auprès du ministre de l'Environnement. Quitte le gouvernement à la suite de sa déclaration sur la chasse à courre qu'il souhaite abolir. Délégué national à la mer du PS, conseiller du Premier secrétaire pour les questions d’écologie, Député européen et membre du Haut Comité de l’Environnement.          « La foi en la vie et l'obstination de l'homme font reculer le visage  de la mort ». 
  36. 36. Majid Rahnema (1924-2015), Franco-iranien né à Téhéran, diplomate et ancien ministre, représente l’Iran à l’ONU de 1957 à 1971. En 1971, crée un Institut d'Études du Développement Endogène, inspiré par les idées éducatives de Paulo Freire, pour entamer un projet de développement de base avec les paysans de Lorestan, une province d’Iran. Travaille sur les questions de pauvreté et les processus de production de la misère par l’économie de marché. Ami d'Ivan Illich et de Rajagopal PV, participe aux réflexions sur le développement. Affirme que la misère (impossibilité d’accéder à des moyens de subsistance) chasse la pauvreté (mode de vie basé sur la sobriété). Le soi-disant « développement » a été en fait une politique de suppression des anciens savoirs et réseaux de subsistance. « Le principe de suffisance - Assez, mais jamais trop - doit  prendre la relève de l’idéologie du Toujours plus. »
  37. 37. Serge Moscovici Srul Herş Moscovici (1925-2014), né en Roumanie, tourneur- fraiseur puis psychologue, réfugié en France en 1947. Fondateur de la psychologie sociale européenne, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences sociales de Paris, professeur invité à New-York, Genève, Louvain, Cambridge, Princeton, Stanford, etc. Pionnier de l’écologie politique en France, compagnon de route de René Dumont puis de Brice Lalonde. Un des fondateurs de Génération Écologie. Rappelle que la nature est aussi l’œuvre des humains et que nous avons de plus en plus de responsabilité envers elle : elle est bel et bien historique. Met en avant le rôle des minorités actives dans le changement nécessaire. Recommande la prise en charge par les écologistes des questions quotidiennes de mode de vie et leur investissement politique local qui permet ces expérimentations.          « Comment les individus sont-ils entraînés par les processus  de masse, et pourquoi leurs capacités de résistance sont-elles aussi  faibles ? »
  38. 38. Ivan Illich (1926-2002), né en Autriche de père croate et de mère juive allemande. Fuit le nazisme. Étudie la cristallographie, la théologie et la philosophie à l'université grégorienne de Rome, ordonné prêtre. Part aux États-Unis. Vice-recteur de l'université catholique de Porto Rico. En 1960, estime qu’entre le préservatif et la bombe atomique, l’Église se trompe de cible, et rompt avec elle. Fonde en 1961 à Cuernavaca (Mexique) le Centro Intercultural de Documentación (CIDOC - 1966 à 1976), centre pour la formation interculturelle. Après sa fermeture, revient vivre en Europe et enseigne notamment l’histoire du haut Moyen Âge à Bremen (Allemagne). Principaux constats : - Un moyen technique efficace (ex.: autoroute) crée un monopole et empêche les moyens plus lents de remplir leur fonction. - Les grandes institutions de nos sociétés deviennent contre-productives : la pharmacie nuit à la santé, la voiture en ville fait perdre du temps, la surinformation abêtit, etc. - Préconise, pour remplacer la machine, des outils conviviaux qui acceptent plusieurs fonctionnalités.
  39. 39. François Partant François Roche (1926-1987), économiste français, banquier spécialiste du développement. Découvre sur le terrain et dénonce des aberrations des politiques de développement menées dans les pays du tiers-monde (Iran, Madagascar, Sud-Yémen, etc.). Travaille alors pour les gouvernements et les mouvements d'opposition de ces pays puis mène une réflexion plus globale sur le système économique et politique international. Voit les impasses dans lesquelles s’engage un système économique en voie de mondialisation. Juge le système non réformable, ce qui implique la nécessité d’alternatives radicales. Un des premiers à lancer l’idée d’un après-croissance. Son livre La fin du développement, naissance d’une alternative ? analyse l'idéologie du progrès, traite de la crise comme d'un blocage du système, et de l'agriculture comme l'espoir d'une reconstruction. Collabore régulièrement au bulletin de l'association Champs du Monde, animé notamment par François de Ravignan.
  40. 40. Edward Teddy Goldsmith (1928-2009). Philosophe, écologiste, fondateur en 1968 de Survival International, association de défense des peuples premiers, de la revue The Ecologist (1969) et de l'association Ecoropa (1975) Prix Nobel alternatif en 1991 pour ses efforts en vue d’élever la prise de conscience écologique. « C’est l’effondrement de l’économie qui nous obligera à  réduire notre impact destructeur sur l’environnement et permettra  peut-être, même si cela crée beaucoup de chômage et de  souffrance, d’inverser notre propre vision du monde. Celle d’une  société réellement durable, capable de satisfaire nos vrais besoins  essentiels et spirituels, de préserver l’ordre du monde naturel, l’ordre  spécifique du vivant. »  « Pour nous sauver et sauver la planète, il est nécessaire de  remettre en question non seulement notre mode de vie et de  consommation mais aussi et surtout notre manière d'appréhender le  monde et de le concevoir... »
  41. 41. Alexandre Grothendieck (1928-2014), Né à Berlin, père juif mort à Auschwitz. Naturalisé français en 1971, passe la majorité de sa vie en France. Lauréat de la médaille Fields en 1966, refondateur de la géométrie algébrique, un des plus grands mathématiciens du 20ème siècle. Dénonce la guerre du Vietnam, la militarisation de la recherche et l'orientation mortifère du développement technoscientifique, démissionne pour cette raison de l’Institut des hautes études scientifiques. Professeur à l’université de Montpellier. Végétarien, soutient les objecteurs de conscience. Cofondateur avec Pierre Samuel et Claude Chevalley et animateur de 1970 à 1975 du mouvement écologiste et de la revue Survivre et  Vivre. « La collaboration de la communauté scientifique avec l'appareil  militaire est la plus grande honte de la communauté scientifique  d'aujourd'hui. C'est aussi le signe le plus évident de la démission des  savants devant leurs responsabilités dans la société humaine. »
  42. 42. Pierre Gevaert Né en 1928, agronome et agriculteur belge. En 1957, crée la société Lima, marque de produits alimentaires biologiques et diététiques qu'il dirige pendant 30 ans. À partir de 1979, participe à l'organisation de la filière "bio" et à l'élaboration des réglementations officielles. En 1993, initiateur d'un éco-village dans le Lot-et-Garonne. À 80 ans, sillonne encore les villages du Sénégal pour encourager la renaissance des traditions ancestrales (compostage, protection contre l'érosion des sols, etc.) en y associant des techniques écologiques modernes : électricité éolienne, cuisson solaire, etc. « Nous devons soigner la nature, panser ses blessures, nourrir  les générations présentes et futures, y retrouver la convivialité et  l’entraide qui naissent aussitôt que la vie reprend du sens. La proportion  des ruraux et des citadins devrait être de 80 % de ruraux et 20 % de  citadins. »
  43. 43. Árpád Pusztai Né en 1930, d’origine hongroise, biochimiste et nutritionniste. A passé 36 ans au Rowett Research Institute d’Aberdeen , en Écosse. Expert mondial de plantes lectines, auteur de 270 articles et de 3 livres sur le sujet. En 1998, annonce publiquement le résultat de ses recherches : la consommation de pommes de terre génétiquement modifiées par des rats a des effets négatifs sur la paroi de leur estomac et leur système immunitaire. Le directeur de l'Institut Rowett, Philip James, après avoir soutenu initialement Pusztai, le suspend et interdit à la fois à Pusztai et à Susan Bardócz, son épouse et collègue, de parler publiquement. Le chercheur est exclu de l’Académie Royale des Sciences. Un ancien administrateur de l’Institut Rowett, le professeur Robert Orskov, rapportera en 2003 au Daily Mail que « Monsanto avait téléphoné à Bill Clinton, puis Clinton à Tony Blair, et Blair à Philip James … »
  44. 44. Raoni Metuktire Né vers 1930, un des grands chefs du peuple des Kayapos vivant au cœur d'une réserve protégée sur le territoire du Brésil. Figure internationale emblématique de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne et de la culture indigène. Reconnaissable au labret traditionnel qui lui distend la lèvre inférieure et qu'il arbore avec grande fierté. En février 1989, opposant au projet de barrage de Kararao. La tournée qu’il entreprend avec le chanteur anglais Sting dans 17 pays en 1989 lui permet de diffuser son message à l'échelle planétaire. « Les animaux, les plantes, les rivières sont en danger. Les maltraiter, c’est ne pas réfléchir correctement. Sans forêt, il n’y aura plus d’ombre, les vents vont se lever, la terre s’assécher, il y aura de grands feux, mais plus d’eau ni de nourriture ».
  45. 45. Percy Schmeiser Né en 1931, agriculteur canadien résidant à Bruno, Saskatchewan, Canada. Se spécialise dans l'hybridation et la culture du colza. En 1997, sur 320 ha des 600 ha de son exploitation, son colza est contaminé de façon étrange (pollinisation par le vent ou dispersion de graines accidentellement tombées de camions) par les semences Roundup Ready Canola de la firme multinationale Monsanto. La firme exige de lui des dommages-intérêts faramineux pour l’utilisation illicite de ses graines. Devenu pour les opposants aux organismes génétiquement modifiés (OGM) un symbole de la défense des droits des agriculteurs indépendants et de la lutte pour le droit d'utiliser ses propres semences. Reçoit le prix Mahatma Gandhi en 2004 et le Right Livelihood Award (prix Nobel alternatif) en 2007 en récompense de son combat contre Monsanto. "Ce n'est plus l'affaire Schmeiser, c'est l'affaire de tous les paysans à travers le monde."
  46. 46. André Pochon Né en 1931, agriculteur français breton, retraité en 1991. Met en avant les dégâts écologiques de l'agriculture productiviste, notamment la culture du maïs ou les élevages hors-sol. Ce système économique pénalise avant tout les agriculteurs, mono-actifs, donc dépendants de leurs fournisseurs, et poussés à un endettement très fort. Démontre aussi que le productivisme a fait perdre à l'Europe son indépendance alimentaire, contrairement aux idées reçues. Promoteur de l'agriculture paysanne et durable. Préconise l’élevage des vaches sur prairies (à base de trèfle blanc) et des porcs sur paille. « Alors soudain, ce jour de 1980, j'ai ouvert les yeux et j'ai décidé de sauver ma terre ».
  47. 47. Hubert Reeves Né en 1932 à Montréal, astrophysicien, communicateur scientifique et écologiste franco-québécois. Préside la Ligue ROC pour la préservation de la faune sauvage, informe sur les dangers du réchauffement climatique et sur le risque du nucléaire militaire et civil, prône le végétarisme. « Le nucléaire est une mauvaise solution car il hypothèque l’avenir. À nous l’énergie, à nos enfants les déchets. C’est une activité trop dangereuse pour être laissée aux humains. On ne laisse pas les enfants jouer avec des allumettes » « Qui serait assez téméraire pour affirmer que nous connaissons et percevons toutes les forces, toutes les ondes et tous les moyens de communication ? »
  48. 48. Dian Fossey (1932-1985), éthologue et primatologue états-unienne, spécialisée dans l'étude du comportement des gorilles. Les étudie régulièrement dans les forêts de montagne du Rwanda, encouragée par l’anthropologue Louis Leakey. Les définit comme étant « dignes, très sociables, doux, avec des personnalités individuelles, et des relations familiales fortes » et les préfère aux humains… Assassinée en 1985 probablement par ou pour le compte de braconniers. Enterrée selon ses vœux dans le cimetière qu'elle avait fait aménager pour les gorilles. « Des mesures urgentes de protection doivent être prises si l'on veut que les gorilles survivent et se multiplient. Mais n'est-il pas déjà trop tard ?... »
  49. 49. Alain Hervé Français né en 1932, études de philosophie avec Gaston Bachelard. Journaliste et écrivain. Cofondateur, en 1969, de la branche française des Amis de la Terre et, en 1989, de l’association Fous de palmiers. Ex-directeur de la rédaction du mensuel Le Sauvage, chroniqueur pour les revues Géo, L'Écologiste, pour FR 3 (films sur les plantes), etc. « Si nous avions conscience d’être partie d’un tout, aurions-nous fait de l’agriculture ce qu’elle est devenue : un processus dans lequel la terre est devenue secondaire ? L’industrie aussi est un danger, moins par ses effets immédiats et évidents que par l’état d’esprit qu’elle a développé : elle a inventé les déchets qui sont inconnus dans la nature. (…) Quelle sera la philosophie qui permettra à l’humanité de concevoir une nouvelle gestion de son environnement naturel et d’indiquer, par rapport à la nature, ses limites à la science ? »
  50. 50. Jean-Marie Pelt (1933-2015), pharmacien, botaniste, écologiste et écrivain français, professeur des universités en biologie végétale et pharmacognosie. Fondateur de l’Institut européen d’écologie à Metz. S’intéresse aux pharmacopées traditionnelles d’Afrique et d’Asie. « La croissance économique ne se poursuit qu’au prix d’une décroissance écologique, tout comme une tumeur cancéreuse ne s’alimente qu’au détriment de l’organisme qu’elle épuise : dans les deux cas, le bilan final est désastreux. » « Nous appartenons à la vie, nous n’en sommes pas les maîtres, nous devons la respecter avec modération et humilité » « Contrairement à ce que pourrait laisser penser un survol sommaire des théories de Darwin, la loi de la jungle ne règne pas sans partage sur la Terre. Il arrive aussi que la solidarité, la symbiose, l’humilité triomphent de la toute-puissance affichée. La grande brute invincible n’a pas besoin de faire preuve de subtilité pour survivre. Le faible, lui, doit réfléchir ».
  51. 51. Alexei Yablokov (1933-2017), biologiste et militant écologiste russe. Membre de l’Académie des Sciences de l’Union Soviétique, puis de celle de Russie (après la fin de l’URSS). Dénonce en 1997 le maquillage du décompte des prises des navires baleiniers russes en violation des accords internationaux. Coordonne le dénombrement et la localisation des navires et sous- marins atomiques soviétiques, mais aussi des 17.000 conteneurs de déchets radioactifs immergés dans l’Océan glacial arctique. En 1988, en pleine Perestroïka, fonde l’antenne soviétique de Greenpeace. Conseiller du président Boris Eltsine entre 1989 et 1992 pour les questions d’écologie et d’environnement. Joue un rôle majeur de conseil et de témoin dans la procédure conclue par l’acquittement en 2000 par la Cour suprême de la Russie de l’écologiste russe Alexander Nikitin, poursuivi par l’État russe depuis 1995 pour la publication du rapport La flotte du Nord russe : source de contamination radioactive. Lutte pour que l’accident de Tchernobyl soit considéré comme désastre majeur et durable. En 2005, fonde le mouvement vert russe qui devient un an plus tard le parti Yabloko ("la pomme") Photo du bas : A. Y. manifestant devant le siège de l’OMS à Genève pour la reconnaissance des conséquences de la catastrophe de Trchernobyl.
  52. 52. Lester Russell Brown Né en 1934, cultivateur producteur de tomates, puis agro- économiste et analyste environnemental états-unien. Pionnier des recherches sur le développement durable, auteur de 20 ouvrages. Fondateur de Worldwatch, premier institut voué à l'analyse des questions mondiales d'environnement, et du Earth Policy Institute.* « Nous avons aujourd'hui besoin, dans notre conception du monde, d'un bouleversement analogue à celui de la révolution copernicienne, dans la façon dont nous envisageons la relation entre la planète et l'économie. La question est de décider si l'environnement est une partie de l'économie ou l'économie une partie de l'environnement. (…) La conception des économistes brouille nos efforts de compréhension du monde. Elle a créé une économie qui n'est pas en phase avec l'écosystème dont elle dépend ». * L’EPI propose la transition énergétique vers des énergies renouvelables, le développement des modes de transport non polluants et la sortie de l'économie du jetable, par une généralisation du recyclage.
  53. 53. François de Ravignan (1935-2011), agronome français. Exerce des activités de recherche et de formation en Afrique Noire et au Maghreb dans les années 1960 et 1970. Comme chercheur à l’INRA, travaillé en Europe (France, Italie, Espagne, Allemagne) et dans les pays du Sud. Économiste, spécialiste de la faim dans le monde, partisan de la décroissance. Annonce dans les années 1960 que le développement industriel appliqué à l’agriculture provoquerait pour les paysans l’exclusion du travail, de la terre et du marché ainsi que des catastrophes écologiques . En 1979, fonde l'association Champs du monde qu'il anime jusqu'en 1987. Participe ensuite à la création de La ligne d’horizon, association des amis de François Partant. Publie de nombreux articles sur l’après-développement. « La crise alimentaire du printemps 2008 est le résultat de 50 ans d’incurie agraire et de la triple exclusion – des terres, du travail, du marché – à laquelle sont soumis des millions de paysans. Au modèle de développement actuel fondé sur le productivisme, il est urgent de substituer l’agro-écologie. » ■

×