Trombinoscope "Chercheurs d’humanité"
Penseurs et acteurs
d’un changement sociétal
2 - de 1900 à 1915
Étienne Godinot - 07...
Émilie Carles
née Allais (1900-1979), institutrice et écrivaine française. Sa
vie est une succession de joies, de peines, ...
Erich Fromm
(1900-1980), psychanalyste humaniste états-unien
d’origine juive allemande. Fuit en 1934 les persécutions nazi...
Erich Fromm
« Plus la division du travail est forte dans une société, plus elle
est guerrière. Les sociétés où règne un sy...
Frédéric Joliot-Curie
(1900-1958), physicien et chimiste français.
Prix Nobel de chimie en 1935 avec son épouse Irène Joli...
Amadou Hampâté Bâ
(1900-1991), écrivain et ethnologue malien.
Effectue des enquêtes ethnologiques et recueille les traditi...
Margareth Mead
(1901-1978), États-unienne, anthropologue la plus célèbre du
20ème
siècle. “Enseignante-chercheuse- citoyen...
Linus Pauling
(1901-1994), chimiste et physicien états-unien. Un des premiers
chimistes quantiques, prix Nobel de chimie e...
Margarete Buber-Neumann
Née Thüring (1901-1989), militante politique et écrivaine
allemande. Militante communiste, se réfu...
Paul Amor
(1901-1984), magistrat français né en Algérie. Soupçonné d'avoir
aidé un réseau de la Résistance et arrêté à Lao...
César Geoffray
(1901-1972), musicien, violoniste, chef de chœur et compositeur
français.
Maître national de chant des Scou...
Nâzim Hikmet
(1901-1963), poète turc. Membre du mouvement indépendantiste
conduit par Mustafa Kemal, puis du Parti communi...
Günther Anders
(1902-1992), penseur et essayiste allemand, émigré en 1936
aux États-Unis, rentre en Europe en 1950.
Critiq...
Carl Rogers
(1902-1987) Psychologue humaniste états-unien.
Son approche centrée sur la personne met l’accent sur la
qualit...
Alfred Kastler
(1902-1984), né en Alsace sous domination allemande.
Physicien français. Prix Nobel de physique de 1966 pou...
Theodor Adorno
(1903-1969), philosophe, sociologue, compositeur et
musicologue né d’un père juif allemand et d’une mère
ca...
Konrad Lorenz
(1903-1989), biologiste, zoologiste et éthologue autrichien.
Enseigne la psychologie animale et l'anatomie c...
George Orwell
(1903-1950), écrivain anglais.
Engagé contre l'impérialisme britannique, après son engagement
de jeunesse co...
Raoul Follereau
(1903-1977), avocat français, puis journaliste, marqué
par Maurras puis par Charles de Foucauld.
Suite à l...
Bertrand de Jouvenel
(1903-1987), écrivain et journaliste français, également juriste,
politologue et économiste.
Dans son...
Moshe Feldenkrais
(1904-1984), physicien israélien d'origine ukrainienne,
un des introducteur du judo en France dans les a...
Jean Zay
(1904-1944), originaire d’une famille juive, avocat et homme
politique français. Député du Loiret et Conseiller g...
Georges Canguilhem
(1904-1995), philosophe français, devient ensuite médecin.
Résistant pendant la 2ème
guerre mondiale, s...
Robert Oppenheimer
(1904 -1967), physicien états-unien d'origine juive.
Directeur scientifique du projet Manhattan, père d...
Robert Oppenheimer
«  On savait que le monde ne serait plus pareil. Certains 
ont ri, d’autres pleuré, la plupart étaient ...
Sean MacBride
(1904-1988), avocat et homme politique irlandais.
Crée en 1960 l’association Justice, devenue plus tard Amne...
Pablo Neruda
Ricardo Eliecer Neftalí Reyes Basoalto (1904-1973), poète,
écrivain, diplomate, homme politique et penseur ch...
Gregory Bateson
(1904-1980), anthropologue anglais puis états-unien,
psychologue, éthologue, épistémologue.
Influencé par ...
Vassili Grossman
(1905-1964), écrivain soviétique né en Ukraine dans une famille
juive non croyante. Études de chimie à Mo...
Dag Hammarskjöld
(1905-1961), homme politique suédois. Docteur en droit et
économie politique de l'Université d'Uppsala, M...
Raymond Aron
(1905-1983), philosophe, sociologue, politologue, historien et
journaliste français, issu d’une famille juive...
Raymond Aron
           « On ne peut être en même temps homme d’action et 
homme d’études, sans porter atteinte à la digni...
Pierre Dunoyer de Segonzac
(1906-1968), capitaine de cavalerie, École St Cyr, spécialiste des
blindés. Combat l’armée alle...
Hannah Arendt
(1906-1975). Philosophe, journaliste et militante politique
allemande puis états-unienne, issue d’une famill...
Germaine Tillion
(1907-2008), ethnologue française. En 1935-36, mène une mission
dans l'Aurès, pour étudier l'ethnie berbè...
Pierre Mendès France
(1907-1982), homme politique français issu d'une famille de
vieille ascendance judéo-portugaise.
Radi...
Pierre Mendès-France
Partisan d’une Communauté Européenne de Défense, mais
poursuit le programme militaire nucléaire engag...
Abraham Maslow
(1908-1970). Psychologue états-uniens fils d’immigrants russes
d’origine juive.
Avec Carl Rogers, un des pè...
Jean Bernard
(1908-1994), tailleur de pierre, écrivain, sculpteur, peintre.
Cofondateur de l'Association ouvrière des Comp...
Józef Rotblat
(1908 -2005), physicien polonais.
Le seul scientifique à avoir quitté, pour des raisons morales, le
projet M...
Józef Rotblat
En juillet 1957, à la suite de la crise du canal de Suez,
une conférence réunit à Pugwash (Nouvelle Écosse) ...
Françoise Dolto
(1908-1988), pédiatre et psychanalyste française, pionnière de
la psychanalyse de l’enfance.
Considère que...
Marie-Louise Aucher
(1908 -1994), musicienne et cantatrice française.
Dans les années 1960,découvre les correspondances vi...
Claude Bourdet
(1909-1996), ingénieur français, entrepreneur, cofondateur du
mouvement Combat.
Crée en 1942 et développe l...
Jean Hamburger
(1909-1992), médecin français, Résistant, néphrologue,
immunologue.
Professeur à la Faculté de Médecine, di...
Jean Anouilh
(1910-1987), écrivain et dramaturge français. Entre 1929 et 1930,
Secrétaire général de la comédie des Champs...
Éric Berne
(1910-1970) psychiatre états-unien. Né dans une famille juive
émigrée d'Europe de l'Est, étudie la médecine pui...
Robert King Merton
(1910-2003), sociologue états-unien.
Développe des concepts notables tels les "conséquences
inattendues...
Léon Poliakov
(1910-1997), historien français d’origine russe juive, Résistant.
En 1944, participe à la création du Centre...
Aguigui Mouna
André Dupont, dit Aguigui Mouna, ou Mouna (1911-1999),
exclu de la Marine pour avoir refusé les avances d'un...
Jacques Ellul
(1912-1994), sociologue français, théologien protestant.
Professeur d’histoire du droit à Bordeaux.
Son œuvr...
Paul Ricoeur
(1913-2005), philosophe protestant
français, professeur à l’université de Strasbourg
puis de Nanterre.
Traite...
Aimé Césaire
(1913-2008), poète français, cofondateur en 1941 de la revue
Tropiques et en 1947 de la revue Présence africa...
Fernand Deligny
(1913-1996), éducateur et animateur socioculturel français, une
des références majeures de l'éducation spé...
Robert Jungk
(1913-1994), écrivain et journaliste allemand né dans une
famille juive, naturalisé autrichien.
Fuit le nazis...
Robert Jungk
« Grâce à la mobilisation technologique, la fission nucléaire a
été le saut audacieux dans une toute nouvelle...
Baba Amte
(1914-2008), Murlidhar Devidas Amte, dit Baba ("Papa"), Indien,
formation de juriste.
Militant indépendantiste g...
Romain Gary
Roman Kacew (1914-1980), né à Vilnius (Lituanie), alors dans
l'Empire russe, de parents juifs ashkénazes.
Arri...
Konstantinos Apostolou Dioxadis
(1914-1975), architecte et urbaniste grec. Fils d’un médecin de
l’ancienne communauté grec...
Raymond et Lucie Aubrac
(1914-2012 et 1912-2007), Résistants français à
l’occupation allemande et au régime de Vichy penda...
Henri Laborit
(1914-1995), médecin chirurgien et neurobiologiste français.
Introduit l'utilisation des neuroleptiques en 1...
Suzanne Masson
(1915-1991), père tué au front, études artistiques à Nancy. Dès
1943, commence à accueillir des enfants. Pe...
Joffre Dumazedier
(1915-2002), sociologue français. Études de linguistique. Dès
1935, étudiant, anime des cours du soir po...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal de 1900 à 1916

63 vues

Publié le

Pour en savoir plus sur les « chercheurs d’humanité » (non-violence, alternatives économiques, écologie, changement sociétal, spiritualité) : www.irnc.org, rubrique « Diaporamas »

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal née entre 1900 et 1916 : éducation, art, culture, santé, politique, action sociale et humanitaire, sciences, développement personnel, etc.

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal de 1900 à 1916

  1. 1. Trombinoscope "Chercheurs d’humanité" Penseurs et acteurs d’un changement sociétal 2 - de 1900 à 1915 Étienne Godinot - 07.09.2017
  2. 2. Émilie Carles née Allais (1900-1979), institutrice et écrivaine française. Sa vie est une succession de joies, de peines, de travaux et d’efforts pour aider sa famille, protéger son cadre de vie et mener une existence conforme à son idéal libertaire et pacifiste. Sa mère meurt en travaillant, foudroyée dans un champ. Institutrice à Paris, atteinte de tuberculose. Avec Jean Carles, son compagnon libertaire, pacifiste et libre-penseur, ouvre une auberge. Leur fille est écrasée par un camion d’un convoi militaire traversant le village. Dans les années 1970, milite pour la protection de la vallée de la Clarée menacée par un projet de voie rapide. Tient à ce que ses élèves développent leurs propres talents, aiment l’étude et respectent les valeurs morales : solidarité, respect d’autrui, responsabilité individuelle. Décrit avec enthousiasme son espoir de voir le monde devenir meilleur et appliquer de nouvelles valeurs morales. Fait don de son corps à la science. « Je me suis attaquée au patriarcat, à l'alcoolisme, au chauvinisme : ils n'avaient fait que trop de ravages. »
  3. 3. Erich Fromm (1900-1980), psychanalyste humaniste états-unien d’origine juive allemande. Fuit en 1934 les persécutions nazies et émigre aux États-Unis. Marqué par les prophètes de la Bible, par le souci humaniste de Karl Marx, et par Freud dont il se démarque. Orienté vers la tradition mystique orientale, participe à l’élaboration des thérapies corporelles et familiales et aux théories de la communication dans l’approche écosystémique. Travaille sur la nature et l’origine des tendances destruc- trices de l’homme, et notamment sur l’agressivité maligne, ensemble des perversions qui tiennent aux conditionnements de l’éducation et au système socio-économique et culturel. ../..
  4. 4. Erich Fromm « Plus la division du travail est forte dans une société, plus elle est guerrière. Les sociétés où règne un système de classes sont les plus guerrières de toutes.(…) Plus l’aspiration à la vie est brimée, plus l’aspiration à la destruction sera forte. Plus la vie se réalisera, plus la force de destruction sera faible. » « La révolution de l’amour est l’unique alternative à la destruction de l’humanité. » « Le développement spirituel et intellectuel de l’homme n’a été possible que parce que des hommes ont osé dire Non aux puissants au nom de leur foi ou de leur conscience. » « La 2ème guerre mondiale et la bombe atomique montrent aux hommes combien ils sont vulnérables. C’est par un choix conscient et une politique délibérée que l’humanité pourra survivre. »
  5. 5. Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), physicien et chimiste français. Prix Nobel de chimie en 1935 avec son épouse Irène Joliot-Curie "en reconnaissance de leur synthèse de nouveaux éléments radioactifs". S'engage dans la Résistance en juin 1941. En 1945, participe à la fondation du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Membre du Parti communiste français depuis 1942. Président du Conseil Mondial de la Paix de 1949 à 1958. Dans ce cadre, lance en 1950 l'Appel de Stockholm visant à l'interdiction de la bombe atomique. Relevé pour cette raison de ses fonctions de haut-commissaire du CEA. Fait partie en juillet 1955 des signataires du Manifeste Russell-Einstein. « Les avertissements n'ont pas manqué de la part des plus grands savants et spécialistes de la stratégie militaire. Aucun d'entre eux ne va jusqu'à affirmer que le pire est certain. Ce qu'ils affirment, c'est que le pire est possible et que nul ne peut dire qu'il ne se produira pas ». (Manifeste Russell-Einstein).
  6. 6. Amadou Hampâté Bâ (1900-1991), écrivain et ethnologue malien. Effectue des enquêtes ethnologiques et recueille les traditions orales africaines dans le cadre de l’Institut français d'Afrique noire (IFAN) de Dakar grâce sous l’autorité de Théodore Monod. Fonde en 1960 l’Institut des sciences humaines à Bamako. Membre du Conseil exécutif de l’UNESCO de 1962 à 1970. « Les filles mossis et bambaras, noires comme de l'ébène sahélien, étaient si élancées et d'une telle grâce qu'en les voyant au marché on se serait cru à une foire organisée pour un concours de beauté. » « En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle. » «Si vous voulez faire une œuvre durable, soyez patients, soyez bons, soyez vivables, soyez humain ! »
  7. 7. Margareth Mead (1901-1978), États-unienne, anthropologue la plus célèbre du 20ème siècle. “Enseignante-chercheuse- citoyenne”, passionnée par la découverte des cultures, par l’éducation. Ses travaux portent notamment sur le rapport à la sexualité dans les cultures traditionnelles de l'Océanie et du sud-est asiatique. Étudie notamment les modes de réconciliation. Affirme que les traits de caractère de l’homme et de la femme sont le résultat d’un conditionnement social. Une des premières militantes contre le réchauffement climatique. “Soyez fidèle à vous même sans attendre de reconnaissance pour ce que vous faites” “Si vous n’avez pas accès à un enfant tous les jours, empruntez- en un !” “Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens décidés puisse changer le monde”
  8. 8. Linus Pauling (1901-1994), chimiste et physicien états-unien. Un des premiers chimistes quantiques, prix Nobel de chimie en 1954 pour ses travaux décrivant la nature de la liaison chimique. Très marqué par les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki. En 1946, rejoint le Comité d'urgence des scientifiques atomistes, dirigé par Albert Einstein, et dont le but est d'avertir l'opinion publique des dangers des armes nucléaires. En 1958, présente avec sa femme à l’ONU une pétition signée par plus de 11 000 scientifiques et appelant à l'arrêt des essais nucléaires. Prix Nobel de la paix en 1962, pour sa campagne contre les essais nucléaires. « Linus Pauling, qui depuis 1946 a fait sans cesse campagne non seulement contre les essais nucléaires, non seulement contre la prolifération des armes nucléaires, non seulement contre leur utilisation, mais contre l'usage des guerres comme moyen de résoudre des conflits internationaux ». Le Comité du prix Nobel
  9. 9. Margarete Buber-Neumann Née Thüring (1901-1989), militante politique et écrivaine allemande. Militante communiste, se réfugie à Moscou en 1935 avec son compagnon Heinz Neumann lors de l’arrivée au pouvoir des nazis. Arrêtée en 1938 par le NKVD, accusée d'activités contre- révolution-naires et condamnée à 5 années d'emprisonnement dans un camp de travail à Karlag, goulag de Karaganda, au Kazakhstan. En 1940, Staline livre à Hitler les communistes allemands qui s'étaient réfugiés en Union soviétique : elle fait partie du nombre. Les nazis l'internent au camp de concentration de Ravensbrück. Y passe 5 années, se liant d'amitié avec l'ethnologue française Germaine Tillion et avec la journaliste tchèque Milena Jesenská. En 1949, témoigne à Paris lors du procès de Victor Kravtchenko, et établit un parallèle entre camps soviétiques et camps nazis. Combat jusqu’à sa mort les dictatures. « Cette force (de résistance), l'individu ne l'a qu'aussi longtemps qu'il ne sépare pas son destin de celui des autres, qu'il ne perd pas de vue l'essentiel, qu'il a la conscience profonde d'appartenir à une communauté. »
  10. 10. Paul Amor (1901-1984), magistrat français né en Algérie. Soupçonné d'avoir aidé un réseau de la Résistance et arrêté à Laon, s'évade et revient délivrer 15 camarades menacés de déportation. Premier directeur de l'Administration pénitentiaire française, nommé en septembre 1944. Participe, dès 1945, à l'élaboration d'une importante réforme pénitentiaire (dite "réforme Amor") dont l'objectif est de placer l’amendement et le reclassement social du condamné au centre de la peine privative de liberté. Magistrat à la Cour de Cassation, siège 8 ans au Conseil supérieur de la magistrature. Co-créateur en 1948 de la prison ouverte de Casabianda à Aléria, en Corse. Les détenus de ce centre de détention de 1 500 hectares travaillent à des activité agricoles et d'élevage. Depuis sa création, la prison a connu très peu de cas de suicide et d'évasion, et le taux de récidive y est très faible. Photo du bas : centre pénitentiaire de Casabianda
  11. 11. César Geoffray (1901-1972), musicien, violoniste, chef de chœur et compositeur français. Maître national de chant des Scouts de France de 1942 à 1955. Un des initiateurs du renouveau du chant choral mixte en France dans la deuxième moitié du 20ème siècle, fondateur du mouvement À Cœur Joie, mouvement international de chant choral, et du festival international des Choralies qui a lieu tous les 3 ans à Vaison-la- Romaine depuis 1953. Cette fête du chant choral rassemble quelque 5 000 choristes venus du monde entier, avec une quarantaine d’ateliers d’une durée de 1 à 9 jours. «Venez, nous découvrirons la polyphonie, une nourriture dont tous les êtres ont besoin. Le plaisir de chanter ensemble est incomparable : par le chant, vous entrerez dans la musique».
  12. 12. Nâzim Hikmet (1901-1963), poète turc. Membre du mouvement indépendantiste conduit par Mustafa Kemal, puis du Parti communiste clandestin de Turquie. Condamné en 1938 à 28 ans de prison pour avoir publié un éloge de la révolte, L’épopée de Sheik Bedrettin, ou le combat d'un paysan contre les forces de l'Empire ottoman. Libéré en 1949 grâce à l'action d'un comité international de soutien, formé à Paris par ses camarades Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso et Paul Robeson. Passe en prison, au total, 15 années de sa vie comme détenu politique. Déchu de sa citoyenneté turque par décision du Conseil des ministres en juillet 1951. Termine sa vie en exil comme citoyen polonais, dénonçant le stalinisme. La nationalité turque lui est rendue de façon posthume en janvier 2009, à la suite d'un conseil des ministres reconnaissant que « les crimes dont on l'accusait alors ne sont plus considérés aujourd'hui comme tels. ». Auteur de poésies, pièces de théâtre, romans, récits, contes, lettres de prison. Une de plus importantes figures de la littérature turque du 20ème siècle, traduit dans 50 langues. « Le pays que je préfère est la Terre entière. » « Si j'étais porte, je m'ouvrirais aux bons je me fermerais aux méchants. Si j'étais fenêtre, une fenêtre sans rideaux, grande ouverte je ferais entrer la ville dans ma chambre. Si j'étais verbe, je vous appellerais au beau, au juste, au vrai. Si j'étais parole, je dirais mon amour tout doucement. »
  13. 13. Günther Anders (1902-1992), penseur et essayiste allemand, émigré en 1936 aux États-Unis, rentre en Europe en 1950. Critique de la modernité technique et plus particulièrement de l’arme et de l’industrie nucléaires. « Les machines ont pris le pouvoir et risquent de cannibaliser l’humanité de l’homme. » « La bombe atomique est moins une arme ou un instrument que la machine de la toute-puissance. » « La question n’est plus de savoir comment l’humanité doit vivre, mais si elle doit ou non continuer à exister. » « Le philosophe qui ignore la menace absolue de la bombe se rend coupable d’une cécité morale incompatible avec la tâche qui est la sienne. » Voir aussi G.A. dans Nucl.3-1
  14. 14. Carl Rogers (1902-1987) Psychologue humaniste états-unien. Son approche centrée sur la personne met l’accent sur la qualité de la relation entre le thérapeute et le patient : écoute empathique (reformulation, messages non verbaux,), authenticité, non jugement (accueil inconditionnel). Son travail s’étend à la pédagogie et à la résolution des conflits internationaux. A influencé les courants de pédagogie non directive et de soutien psychosocial aux victimes de catastrophes. « La vie à son meilleur est un processus fluide et changeant dans lequel rien n’est fixé. » « Les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre par lui-même et qu’il s’approprie. »
  15. 15. Alfred Kastler (1902-1984), né en Alsace sous domination allemande. Physicien français. Prix Nobel de physique de 1966 pour la découverte et le développement de méthodes optiques servant à étudier la résonance hertzienne dans les atomes. Engagements politiques et moraux : hostile à la guerre d'Algérie (appartement plastiqué par l'OAS en 1961), défense des droits humains, des réfugiés, membre de la Ligue Française des Droits de l'Animal, de l’Association internationale contre la faim (AICF). Opposé aux armes nucléaires : membre de la Fédération Française Contre l’Armement Atomique (FFCAA), puis de la Ligue Nationale Contre la Force de Frappe (LNCFF), publie une dizaine d’articles contre les bombes et les essais nucléaires, principalement dans Le Monde. Partisan du bilinguisme, laisse une œuvre poétique en allemand, la langue de son enfance. « Le renoncement volontaire de la France à l’armement nucléaire (avant ou après une explosion de prestige), loin de réduire son influence, lui permettrait au contraire de jouer un rôle important dans les pourparlers ».
  16. 16. Theodor Adorno (1903-1969), philosophe, sociologue, compositeur et musicologue né d’un père juif allemand et d’une mère catholique française. Fuit l’Allemagne nazie en 1934, naturalisé États-unien en 1943, revient en Allemagne en 1949. Coanimateur de la Frankfurter Schule (École de Franckfort), groupe d’intellectuels réunis autour de l'Institut de Recherche Sociale de cette ville, qui favorisent la collaboration interdisciplinaire et mêlent philosophie et sciences sociales. Pense les liens entre la psychologie et la sociologie, en particulier dans leur rapport à la psychanalyse. Dénonce notamment l’"industrie culturelle" des sociétés capitalistes - le contraire de l'art "vrai" - qui les garde les gens passivement satisfaits et politiquement apathiques.
  17. 17. Konrad Lorenz (1903-1989), biologiste, zoologiste et éthologue autrichien. Enseigne la psychologie animale et l'anatomie comparée à Vienne, puis à l'université de Königsberg. Mobilisé en 1941 dans l'armée comme médecin psychiatre, fait prisonnier par les Russes en 1944 et déporté en Arménie soviétique jusqu'en 1948. Dirige l'institut d'éthologie comparée d'Altenberg puis l'Institut Max Planck de physiologie comportementale de Buldern puis celui de Seewiesen. Étudie les comportements des animaux sauvages et domestiques. Auteur de livres qui ont touché un large public. À la fin de sa vie, proche des mouvements écologistes et anti- nucléaires, consacre sa recherche à une réflexion humaniste sur le devenir de l'humanité. Co-titulaire du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1973. « J’ai trouvé le chaînon manquant entre le singe et l’Homme :  c’est nous ! »
  18. 18. George Orwell (1903-1950), écrivain anglais. Engagé contre l'impérialisme britannique, après son engagement de jeunesse comme représentant des forces de l'ordre colonial en Birmanie ; pour la justice sociale et le socialisme, après avoir observé et partagé les conditions d'existence des classes laborieuses à Londres et à Paris ; contre les totalitarismes nazi et soviétique. S’installe en 1946 dans une ferme isolée d’une île des Hébrides intérieures (à l’ouest de l’Écosse) pour expérimenter une vie aussi autonome que possible. Se demande dès 1948 ce qu’il adviendra « après 50 ans d’érosion du sol et de gaspillage des ressources énergétiques de la planète. » Chroniqueur, critique littéraire et romancier, crée en 1949 dans son roman 1984 le personnage de Big Brother, figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance et de réduction des libertés.
  19. 19. Raoul Follereau (1903-1977), avocat français, puis journaliste, marqué par Maurras puis par Charles de Foucauld. Suite à la rencontre de lépreux, s’engage dans la lutte contre la lèpre par 1 200 conférences à travers le monde, finance la construction de villages pour lépreux en Afrique En 1954, demande en vain aux dirigeants des USA et de l’URSS l’équivalent financier de deux bombardiers pour vaincre la lèpre. En 1964, demande l’équivalent d’un jour de dépenses militaires par an pour lutter contre la faim, la misère et l’analphabétisme. « Un homme, même seul au départ, s’il donne chaque  jour son coup de pioche dans la même direction, même si le  terrain est de roc ou d’argile, il finit toujours par ouvrir un chemin.»
  20. 20. Bertrand de Jouvenel (1903-1987), écrivain et journaliste français, également juriste, politologue et économiste. Dans son ouvrage Vers les États-Unis d'Europe, écrit en 1930, prend parti pour la réconciliation franco-allemande. Rompt avec le Parti Populaire Français (droite nationaliste) en 1938 quand Doriot approuve les accords de Munich. Avec Gaston Berger, l'un des pionniers et théoriciens de la prospective en France. Fondateur de la revue Futuribles. Pionnier de l'écologie politique.            « Les dégradations du capital naturel n’apparaissent nulle  part dans la comptabilité nationale, et cette omission conduit à une  falsification inconsciente de la réalité . (…) Il est possible que, dans  le futur, une part importante de l’activité économique soit consacrée  à rétablir les destructions, faute d’en avoir fait payer immédiatement  les auteurs. »
  21. 21. Moshe Feldenkrais (1904-1984), physicien israélien d'origine ukrainienne, un des introducteur du judo en France dans les années 1930. S'intéresse au développement humain et au mode d'apprentissage des enfants, inspiré en partie par l'observation des enfants dans le cabinet pédiatrique de sa femme, Yona Rubenstein. Suite à une blessure au genou, se tourne peu à peu vers la mise au point d'une méthode de soins non conventionnelle inspirée des neurosciences, l’ "intégration fonctionnelle". À partir du mouvement et de son application dans l’image de soi, fait appel aux quatre parties intégrantes de l’action : le mouvement, la sensation, le sentiment, la pensée.            « Rien, à propos de nos schémas de comportement,  n’est permanent, si ce n’est notre conviction qu’ils le sont. » 
  22. 22. Jean Zay (1904-1944), originaire d’une famille juive, avocat et homme politique français. Député du Loiret et Conseiller général. Ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts dans le gouvernement du Front Populaire : institue les trois degrés d’ensei- gnement, l’unification des programmes, la prolongation de l’obligation scolaire à 14 ans, les classes d’orientation, les activités dirigées, les enseignements interdisciplinaires, la reconnaissance de l’appren- tissage, le sport à l’école, les œuvres universitaires. Crée le CNRS, le Musée national des arts et traditions populaires, le Musée d’art moderne, la Réunion des théâtres lyriques nationaux, le Festival de Cannes. Opposé aux accords de Munich, emprisonné par le gouver- nement de Vichy. Assassiné par la Milice le 20 juin 1944.         « La République repose avant tout sur le civisme et l'intelligence  des citoyens, c'est-à-dire sur leur éducation intellectuelle et morale. »          « Contre la conservation sociale mais aussi contre les utopies  révolutionnaires, la politique est ce mouvement par lequel l'humanité  s'approfondit et devient en quelque sorte plus digne d'elle-même. »
  23. 23. Georges Canguilhem (1904-1995), philosophe français, devient ensuite médecin. Résistant pendant la 2ème guerre mondiale, spécialiste d'épistémologie et d'histoire des sciences dans le sillage de Gaston Bachelard. Publie des ouvrages très importants sur la constitution de la biologie comme science, sur la médecine, la psychologie, les idéologies scientifiques. Le premier à penser les notions de maladie et de guérison. Son magistère intellectuel a marqué plusieurs générations. Pour lui, le vivant ne saurait être déduit des lois physico- chimiques ; il faut partir du vivant lui-même pour comprendre la vie, concevoir l'organisme non pas sur la base de modèles mécanistes ou techniques qui permettraient de le réduire à une machine, mais plutôt le considérer sous l'angle de sa relation avec le milieu où il vit, sa survie dans ce milieu, et son statut au-delà d'une simple "somme des parties". Recommande de bien faire la différence entre les avancées de la science et les idéologies qui accompagnent toujours ces progrès comme des passagères clandestines et qui instrumentalisent la science et la technique.
  24. 24. Robert Oppenheimer (1904 -1967), physicien états-unien d'origine juive. Directeur scientifique du projet Manhattan, père de la bombe atomique américaine. Auteur de thèses concernant la naissance des trous noirs, confortées par les dernières analyses astronomiques. À la suite de la défaite des nazis et aux bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, considère que ces armes doivent être contrôlées internationalement et s'oppose au développement de la bombe à hydrogène. Suspendu par le président Eisenhower en 1953, mis en cause par Joseph MacCarthy, homme politique anticommuniste qui mène une "chasse aux sorcières". Par la suite, donne des conférences dans le monde entier sur l'histoire des sciences, sur les questions d'éthique liées au progrès scientifique et sur les dangers de la course aux armement nucléaires. ../..
  25. 25. Robert Oppenheimer «  On savait que le monde ne serait plus pareil. Certains  ont ri, d’autres pleuré, la plupart étaient silencieux.  Je me suis souvenu des écritures hindoues, la Bhagavad- Gita. Vishnou tente de persuader le prince qu'il devrait faire son  devoir, et pour l'impressionner, prend sa forme aux multiples  bras, et dit: « Maintenant, je suis devenu la Mort, le destructeur des mondes ».  Je suppose que c'est ce que nous pensions tous, d'une  manière ou d'une autre ». 16 juillet 1945, à Alamogordo (Nouveau Mexique), après l’explosion de la première bombe atomique
  26. 26. Sean MacBride (1904-1988), avocat et homme politique irlandais. Crée en 1960 l’association Justice, devenue plus tard Amnesty  International, pour défendre deux étudiants portugais condamnés à 7 ans de prison sous le régime de Salazar car ils demandaient la liberté d’expression. En décembre 1972, préside à Paris une conférence pour l'organisation d'une campagne mondiale pour l'abolition de la torture. Consacre la fin de sa vie aux problèmes du tiers-monde et du désarmement. Directeur du Bureau international de la paix à Genève. Prix Nobel de la paix (1974). De 1977 à 1980, préside d'une commission internationale, pour étudier les problèmes de communication. Cette commission, produit un rapport sur le nouvel ordre mondial de l'information. « L’opinion publique peut aujourd’hui mettre fin aux guerres,  renverser les dictateurs. Le paysan dans son champ, informé par la  radio, devient citoyen du monde. »
  27. 27. Pablo Neruda Ricardo Eliecer Neftalí Reyes Basoalto (1904-1973), poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien. Consul en Espagne révoqué par Franco en 1937, organise le transport des réfugiés espagnols de la France vers le Chili. Sénateur, membre du Parti communiste chilien. Exilé en Europe du temps de la dictature de Gonzalez Videla. En 1957, président de l'Union des écrivains chiliens. En 1958 et 1964, soutient la campagne électorale de Salvador Allende comme candidat à la présidence de la République. Ambassadeur en France. Prix Nobel de littérature 1971. Maison saccagée et livres jetés au bûcher après le coup d’État du général Pinochet en 1973. Décède peu après. « Je veux vivre dans un pays où il n'y ait pas d'excommuniés. Je veux vivre dans un monde où les êtres soient seulement humains,  sans autres titres que celui-ci. (…)  Je veux qu'on puisse entrer dans toutes les églises, dans  toutes les imprimeries. Je veux qu'on n'attende plus jamais personne  à la porte d'un hôtel de ville pour l'arrêter, pour l'expulser. Je veux que  tous entrent et sortent en souriant de la mairie ». Son Canto General a été mis en musique par Mikis Theodorakis
  28. 28. Gregory Bateson (1904-1980), anthropologue anglais puis états-unien, psychologue, éthologue, épistémologue. Influencé par la cybernétique et la théorie des groupes, s’intéresse à la communication humaine et animale et à l’analyse interactionnelle des comportements humains. À l’origine de l’école de Palo Alto. Étudie les "doubles contraintes" dans la théorie de la schyzophrénie et du fantasme. « La monstrueuse pathologie atomiste que l’on rencontre   aux niveaux individuel, familial, national et international - la  pathologie du mode de pensée erroné dans lequel nous vivons  tous – ne pourra être corrigée que par l’extraordinaire découverte  des relations qui font la beauté de la nature.»             « La plupart de nos problèmes provient de l’écart entre  notre mode de pensée et le mode de fonctionnement de la  nature.»
  29. 29. Vassili Grossman (1905-1964), écrivain soviétique né en Ukraine dans une famille juive non croyante. Études de chimie à Moscou, ingénieur dans une mine du Donbass. Communiste sincère et convaincu. Introduit dans la nomenklatura en devenant en 1937 membre de l'Union des écrivains soviétiques. Journaliste, correspondant de guerre, suit l'Armée Rouge sur tous les fronts, notamment Stalingrad. Entre en juillet 1944 dans les camps de Maidanek et de Treblinka à peine libérés. Premier homme à décrire les camps d'extermination. À partir de 1947, dénonce la censure et la répression staliniennes et l’antisémitisme de l’État soviétique. Constate au quotidien les mécanismes poussant au silence et à la passivité, à la délation et à la trahison ainsi qu' à l'exécution des plus sinistres besognes. La répression sans limite et le meurtre érigés en moyen de gouvernement provoquent en un tel effroi, que cette violence «cesse  d'être un moyen pour devenir l'objet d'une adoration quasi mystique et  religieuse ».             « La liberté est difficile, elle est parfois le malheur, elle est la vie.»
  30. 30. Dag Hammarskjöld (1905-1961), homme politique suédois. Docteur en droit et économie politique de l'Université d'Uppsala, Ministre d’État. Secrétaire général de l’ONU de1953 à 1961 (2 mandats). Parvient à limiter les conséquences de trois crises internationales majeures : la guerre de Suez en 1956 et les conflits du Liban et du Laos. En 1960, quand la guerre civile éclate au Congo, obtient que des forces de l’ONU y soient envoyées, tandis que lui-même s’efforce de conduire une médiation entre les belligérants. Décédé dans un accident d’avion. Prix Nobel de la paix à titre posthume. « L’ONU n’a pas été inventée pour promettre au monde le  paradis, mais pour éviter à l’humanité de vivre en enfer. »             « Vous n'en avez pas fait assez, vous n'en avez jamais fait  assez, tant qu'il existe encore une chose à laquelle vous pouvez  contribuer. »             « L'humilité naît de la confiance des autres ».              « À ce qui est passé, merci ! À ce qui adviendra, oui ! »
  31. 31. Raymond Aron (1905-1983), philosophe, sociologue, politologue, historien et journaliste français, issu d’une famille juive. Résistant, rédacteur à la revue Combat, puis au quotidien Le Figaro, et, durant ses dernières années, à L'Express. Ses convictions libérales et atlantistes lui attirent de nombreuses critiques, venant des partisans gauche comme de droite. Étudie le totalitarisme, les relations internationales, la guerre. Favorable à l’indépendance de l’Algérie dès 1957. Dénonce l'aveuglement et la bienveillance des intellectuels à l'égard des régimes communistes, mais garde toujours un ton modéré. « Tout étant désormais activité d'État et toute activité étant soumise à  l'idéologie, une faute commise dans une activité économique ou  professionnelle est simultanément une faute idéologique. D'où une  politisation, une transfiguration idéologique de toutes les fautes possibles  des individus et, en conclusion, une terreur à la fois policière et  idéologique. »                                                               ../..
  32. 32. Raymond Aron            « On ne peut être en même temps homme d’action et  homme d’études, sans porter atteinte à la dignité de l’un et de  l’autre métier, sans manquer à la vocation de l’un et de l’autre.                   Mais on peut prendre des positions politiques en dehors  de l’université, et la possession du savoir objectif, si elle n’est  peut-être pas indispensable, est à coup sûr favorable à une  action raisonnable. » « On n’a jamais le choix entre le bien et le mal, on a le  choix entre le préférable et le détestable. »             Voir aussi Raymond Aron dans le diaporama Arme nucléaire n° 3- 1
  33. 33. Pierre Dunoyer de Segonzac (1906-1968), capitaine de cavalerie, École St Cyr, spécialiste des blindés. Combat l’armée allemande à la tête d’un escadron de chars jusqu’à l’armistice. Après la défaite de 1940, crée l’École de cadres d’Uriage, près de Grenoble, avec l’appui du Secrétariat à la Jeunesse (Georges Lamirand) du gouvernement Pétain, avec pour objectif l'instauration d'une nouvelle aristocratie basée sur le sens du service de l'État. Résiste aux multiples pressions de Vichy pour ménager à son école une grande autonomie, en fait un lieu de réflexion, vivier de la Résistance*, et de sauvegarde des Juifs. Lors de sa dernière conférence à Uriage, prône le ‟devoir de désobéissance”. Sous le coup d’un mandat d’arrêt en janvier 1943, entre dans la clandestinité. Après la dissolution de l’École, son équipe essaime dans de nombreux maquis. L’École des cadres d’Uriage est souvent considérée comme l’ancêtre de l’École Nationale d’Administration, créée en 1945. * avec Joffre Dumazedier, Benigno Cacérès, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Hubert Beuve-Méry, Paul Reuter, Emmanuel Mounier, Yves Robert, Jean-Marie Domenach, Pierre Chaillet, etc.
  34. 34. Hannah Arendt (1906-1975). Philosophe, journaliste et militante politique allemande puis états-unienne, issue d’une famille juive. Fuit le régime nazi, connaît l’exil à Paris puis à New-York. Travaille sur les thèmes de la révolution, du totalitarisme, de la culture, de la modernité et de la tradition, de la liberté, de la vie active (travail – œuvre – création). À l’occasion du procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem, analyse ce qui a rendu possible la shoah, l’obéissance servile de fonctionnaires, "la banalité du mal", et aussi la collaboration de certains Conseils juifs. Une de ses affirmations principales est que la violence est impropre à fonder le politique. Dénonce aussi les excès de l’automatisation et de la production de masse, la prédominance de l’économique sur le politique. « C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal. »
  35. 35. Germaine Tillion (1907-2008), ethnologue française. En 1935-36, mène une mission dans l'Aurès, pour étudier l'ethnie berbère des Chaouis. Chef d’un mouvement de Résistance pendant la 2ème Guerre Mondiale. Déportée à Ravensbrück, écrit en cachette une opérette, Le Verfügbar aux Enfers, où elle mêle des textes relatant avec humour les dures conditions de détention et des airs populaires tirés du répertoire lyrique ou populaire. Pendant la guerre d’Algérie, tente avec le chef du FLN d’Alger de mettre fin à l’escalade des violences, dénonce la torture. Enquête ensuite sur les crimes nazis, le Goulag soviétique, la guerre d’Algérie, l’émancipation des femmes. « L’homme est fragile, malléable. Rien n’est jamais acquis. Notre devoir de vigilance doit être absolu. Le mal peut revenir à tout moment, il couve partout, et nous devons agir au moment où il est encore temps d’empêcher le pire ».
  36. 36. Pierre Mendès France (1907-1982), homme politique français issu d'une famille de vieille ascendance judéo-portugaise. Radical-socialiste, participe à la coalition du Front populaire. Ministre quelques semaines en 1938 (gouvernement Léon Blum), puis de 1944 à 1945 (gouvernement Charles de Gaulle). Pendant la 2ème Guerre mondiale, entre dans la Résistance et rejoint les Forces aériennes françaises libres. Partisan de l’indépendance de l’Indochine. Nommé président du Conseil par René Coty en juin 1954, cumule cette fonction avec celle de ministre des Affaires étrangères. Négocie l’indépendance de la Tunisie. Ministre d'État en 1956, démissionne au bout de quelques mois en raison de son désaccord avec la politique de Guy Mollet menée en Algérie. ../..
  37. 37. Pierre Mendès-France Partisan d’une Communauté Européenne de Défense, mais poursuit le programme militaire nucléaire engagé avant lui. Référence pour la classe politique française, incarne le symbole d'une conception exigeante de la politique. "L'heure est venue de substituer aux dogmes du laisser-faire, laisser-passer, le statut économique de l'avenir, celui de l'État contre l'argent fort. » « Il y a pour l’homme politique un devoir primordial de vérité. Il en coûte parfois de le remplir, mais il est sans prix d’avoir la conscience nette. (…) L'amour de la démocratie est d'abord un état d'esprit. » « La République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l’encontre de l’inégalité, de l’oppression, de la misère, de la routine, des préjugés, éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir. »
  38. 38. Abraham Maslow (1908-1970). Psychologue états-uniens fils d’immigrants russes d’origine juive. Avec Carl Rogers, un des pères de l’approche humaniste. Surtout connu pour son explication de la motivation par la hiérarchie des besoins : 1 – besoins physiologiques, 2 – besoins de sécurité, 3 – besoins d’appartenance, 4 – besoins d’estime de soi, 5 – besoins d’accomplissement, auxquels il ajoutait à la fin de sa vie : 6 - besoins de sens, 7 – besoins de transcendance. N'a jamais utilisé l'image de pyramide, qui ne correspond pas du tout à l'esprit de son analyse : la hiérarchie des besoins est une dynamique. Dans les années 1960, travaille sur les expériences mystiques et aux états de conscience exceptionnels. Figure de proue de la "psychologie transpersonnelle" qui s’intéresse à la dimension spirituelle et mystique de l’homme.
  39. 39. Jean Bernard (1908-1994), tailleur de pierre, écrivain, sculpteur, peintre. Cofondateur de l'Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France, destinée à la formation et à l'apprentissage de plusieurs métiers artisanaux suivant les traditions du compagnonnage, dont le voyage, présente dans 45 pays des 5 continents. Initiateur de l’Encyclopédie des métiers. "Le compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier" a été inscrit en novembre 2010 par l'UNESCO sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. « Transmettre, c’est une manière d’aimer » J. Bernard « Le compagnon reçoit de ses pairs la conscience qu’il n’est que de passage et qu’il lui appartient de faire de sa vie un beau et bon passage. » Yannick Patient, directeur de la Maison de l’outil et de la pensée ouvrière à Troyes.
  40. 40. Józef Rotblat (1908 -2005), physicien polonais. Le seul scientifique à avoir quitté, pour des raisons morales, le projet Manhattan et son poste à Los Alamos, avant la destruction d'Hiroshima en août 1945. Obtient la nationalité britannique en 1946. En juillet 1955, tient avec Bertrand Russell une conférence pour attirer l’attention sur le "manifeste Russell-Einstein" . Ce manifeste, signé par onze physiciens dont neuf prix Nobel (Albert Einstein, Frédéric Joliot-Curie, Hideki Yukawa, Max Born, Linus Pauling, etc.) met en garde contre les dangers de la course aux armements, et vise à mettre en place un programme de désarmement nucléaire. ../..
  41. 41. Józef Rotblat En juillet 1957, à la suite de la crise du canal de Suez, une conférence réunit à Pugwash (Nouvelle Écosse) 22 des plus hautes sommités concernées par les armes nucléaires, dont 3 prix Nobel, pour sensibiliser l'humanité aux dangers de la bombe atomique. Secrétaire général pendant 14 ans, puis, en 1988, président du Mouvement Pugwash (Pugwash Conferences on Science and World Affairs), basé à Londres. Prix Nobel de la paix 1995. L'attention de Pugwash s'est aussi développée vers les problèmes internationaux de développement et d'environnement.
  42. 42. Françoise Dolto (1908-1988), pédiatre et psychanalyste française, pionnière de la psychanalyse de l’enfance. Considère que l’enfant, même avant de posséder un langage parlé, communique déjà par son corps. Accorde une grande importance à la parole dans la construction de l’individu. Crée en 1979 à Paris la Maison Verte, lieu d’accueil et d’écoute pour les parents accompagnés de leurs jeunes enfants, dupliqué à travers le monde. « Ce qui est important chez un être humain, c’est ce qui le fait vibrer, qui l’émeut, ce qui donne sens à sa vie. C’est cela qui doit être dit aux enfants, à tous, comme le plus important dans leur personnalité »
  43. 43. Marie-Louise Aucher (1908 -1994), musicienne et cantatrice française. Dans les années 1960,découvre les correspondances vibratoires entre le son et le corps humain. Établit une échelle de sons qui rejoint certains points énergétiques de la médecine traditionnelle chinoise. Encouragée par des chercheurs et des médecins, fonde alors la psychophonie, démarche novatrice dans l’enseignement de la pose de voix. Dans les années 1970, a l’intuition, désormais confirmée par les recherches scientifiques, que le chant produit des vibrations bénéfiques pour l’équilibre neurophysiologique et affectif du bébé. Auteure de livres, méthodes de vocalise, chansons, partitions musicales. « La psychophonie est une démarche auto-expérimentale d’harmonie physique et psychique qui utilise à la faveur de la voix parlée et chantée, les correspondances entre l’Homme, les Sons, les Rythmes, et le Verbe. »
  44. 44. Claude Bourdet (1909-1996), ingénieur français, entrepreneur, cofondateur du mouvement Combat. Crée en 1942 et développe le réseau Noyautage des administrations publiques (NAP) pour les faire fonctionner au service de la Résistance : Préfectures, Police, Ravitaillement, Électricité, PTT et SNCF. Le NAP, de 1942 à la Libération, a compté environ 1 500 agents. C. Bourdet * présente son récit comme l’ "histoire d’un temps ou nous faisions de la résistance non-violente comme M. Jourdain faisait de la prose". Arrêté en mars 1943 par la Gestapo, torturé, déporté à Buchenwald. Écrivain, journaliste, cofonde en 1950 le journal L’Observateur et en 1960 le PSU. Dénonce la torture en Algérie. Cofonde en 1963 avec Jean Rostand le Mouvement contre l’Armement Atomique (MCAA)** * dans la dédicace à Jean-Marie Muller de son livre L’aventure incertaine ** devenu en 1968 Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté (MDPL).
  45. 45. Jean Hamburger (1909-1992), médecin français, Résistant, néphrologue, immunologue. Professeur à la Faculté de Médecine, dirige à l'hôpital Necker, à Paris, un Centre de recherches sur les maladies du rein, le rein artificiel et les greffes d'organes. À partir de 1972, auteur d’une série d’essais et œuvres littéraires consacrés à la réflexion d’un biologiste sur la condition humaine, sur les causes de la fragilité du monde actuel, sur la recherche d’un équilibre entre les impératifs biologiques et les exigences spirituelles de l’homme, et sur les limites et les “césures” de la connaissance. « Le bouleversement de nos connaissances et de nos pouvoirs d'action amoncelle les problèmes et même les menaces. L'homme, plus puissant, apparaît aussi plus fragile. Aussi le temps est-il venu où l'homme doit exiger que les découvertes prodigieuses de notre temps comportent obligatoirement une réflexion parallèle sur leurs conséquences. »
  46. 46. Jean Anouilh (1910-1987), écrivain et dramaturge français. Entre 1929 et 1930, Secrétaire général de la comédie des Champs-Élysées. Son œuvre théâtrale commencée en 1932 est abondante et variée : nombreuses comédies souvent grinçantes, œuvres à la tonalité dramatique ou tragique. Traite les thèmes de la révolte contre la richesse et contre le privilège de la naissance, le refus d'un monde fondé sur l'hypocrisie et le mensonge, le désir d'absolu, la nostalgie du paradis perdu de l'enfance, l'impossibilité de l'amour, l'aboutissement dans la mort. . À la Libération, s’insurge contre l'épuration. Sa pièce la plus célèbre, Antigone (février 1944), réécriture moderne de la pièce du dramaturge grec Sophocle (- 495 - - 406), affirme la primauté de l’obligation morale sur les lois injustes du pouvoir politique, au risque de sa vie. « Il faut faire ce que l’on peut ! (…) Nous sommes de ceux qui posent les questions jusqu’au bout. (…) . Sans la petite Antigone, vous auriez tous été bien tranquilles ».
  47. 47. Éric Berne (1910-1970) psychiatre états-unien. Né dans une famille juive émigrée d'Europe de l'Est, étudie la médecine puis la psychiatrie. Fonde en 1964 l'International Transactional Analysis Association. L'analyse transactionnelle (AT) est une théorie de la personnalité et de la communication. Elle postule des états du "Moi" (Parent, Adulte, Enfant) et étudie les phénomènes intrapsychiques à travers les échanges relationnels, appelés "transactions", par ex. les jeux psychologiques (Victime, Persécuteur, Sauveur). Elle propose des grilles de lecture pour la compréhension des problèmes relationnels ainsi que des modalités d'intervention pour résoudre ces problèmes. L'objectif est de s'orienter sans cesse vers l'autonomie qui répond à trois critères : conscience, spontanéité et intimité. « Prenez d’abord les moyens d’aller mieux, on analysera ensuite si vous le voulez ! »
  48. 48. Robert King Merton (1910-2003), sociologue états-unien. Développe des concepts notables tels les "conséquences inattendues", "personnes modèles", "prophéties auto-réalisatrices". Établit une typologie d'adaptation individuelle à la société : conformisme, innovation, ritualisme, évasion, rébellion. Développe le concept d’ "optimisme stratégique". Reçoit en 1994 la National Medal of Science pour ses contributions à fondation de la sociologie de la science. « La prophétie auto-réalisatrice est une définition d'abord fausse d'une situation, mais cette définition erronée suscite un nouveau comportement, qui la rend vraie ». Exemple : Les actionnaires imaginent que le marché va s'écrouler et cela provoque un crack boursier. Inversement, la prédiction d'un évènement peut empêcher celui-ci de se réaliser. Exemple : La crainte d'un embouteillage peut amener à différer des départs et rendre le trafic plus fluide.
  49. 49. Léon Poliakov (1910-1997), historien français d’origine russe juive, Résistant. En 1944, participe à la création du Centre de documentation juive contemporaine. Assiste Edgar Faure, chef de la délégation française au procès de Nuremberg. Travaux sur la Shoah et sur l'antisémitisme. Auteur du Bréviaire de la haine. Dans son livre La causalité diabolique - Essai sur l'origine des persécutions, étudie les principaux groupes humains qui ont joué le rôle de bouc émissaire dans l'histoire de l'Europe, en tant que fauteurs d'épidémies, de guerres, de révolutions et autres désastres : les jésuites et la papauté pendant la Révolution anglaise; la cour et les aristocrates, les francs-maçons et les philosophes lors de la Révolution française; les Juifs tout au long de l'histoire de l'Europe dans un rejet et une haine qui culminent au 20ème siècle. « Démoniser, à la fois sur- et sous-humaniser un groupe humain, c’est le considérer comme un ensemble de comploteurs pervers ou de conspirateurs, afin de sanctifier toutes les persécutions. »
  50. 50. Aguigui Mouna André Dupont, dit Aguigui Mouna, ou Mouna (1911-1999), exclu de la Marine pour avoir refusé les avances d'un supérieur, exclu du Parti communiste français, tient une pension de famille à Nice. Las de sa vie de caca-pipi-taliste”, commence une carrière d‘‟ imprécateur-amuseur”.‟ Clochard-philosophe libertaire, pacifiste, écologiste avant l'heure. Souvent à vélo, sillonne les rues de Paris ou la côte d’Azur pour haranguer les foules, dort chez ses hôtes ou à la belle étoile. Mène campagne contre le travail des enfants dans le tiers-monde, pour l’aide aux réfugiés du Chili, etc. Un des premiers à dénoncer les risques et les retombées négatives du programme nucléaire français, militaire et civil. Porte une moitié de moustache et de barbe pour dénoncer un monde radioactif. Connaît son heure de gloire en mai 68. On voit en lui à la fois « le dernier amuseur public de Paris » et « le sage des temps modernes ». « Le nettoyage à sec : Avec la bombe H, plus de tache ! » « À votre bombe santé ! » « Actifs aujourd’hui, ou radioactifs demain »
  51. 51. Jacques Ellul (1912-1994), sociologue français, théologien protestant. Professeur d’histoire du droit à Bordeaux. Son œuvre d’une soixantaine de livres est centrée sur la notion de liberté : « Exister, c’est résister ». Ses principales affirmations sont : - La société moderne sa caractérise par le gigantisme : la concentration de la production, de la population, de l’État, du capital. - La technique n’est plus un moyen destiné à une fin, mais un phénomène autonome qui échappe de plus en plus au contrôle de l’homme. - La sacralisation de la technologie repose sur une idéologie et une “propagande sociologique”. Voir aussi J. Ellul in Trombinoscope chercheurs d’alternatives écologiques
  52. 52. Paul Ricoeur (1913-2005), philosophe protestant français, professeur à l’université de Strasbourg puis de Nanterre. Traite de la philosophie morale et politique, de l’éthique sociale, de la justice comme vertu et comme institution, du concept de la vérité en histoire, du devoir de mémoire et de la juste représentation du passé, de la réconciliation, du dialogue entre la philosophie et la religion. Déconstruit le mythe de l’Enfer. « J’appelle "morale" les normes, les obligations, les interdic-tions caractérisées à la fois par une exigence d’universalité et par un effet de contrainte, et "éthique" la visée d’une vie accomplie sous le signe des actions estimées bonnes. » « Le bonheur est ce qui met un point d’arrêt à la fuite en avant du désir. »
  53. 53. Aimé Césaire (1913-2008), poète français, cofondateur en 1941 de la revue Tropiques et en 1947 de la revue Présence africaine. Député de la Martinique, maire de Fort de France. Un des fondateurs du mouvement littéraire de la négritude, anticolonialiste résolu. « Je suis de la race de ceux qu’on opprime ». Ce que le « très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du 20ème siècle (…) ne pardonne pas à Hitler, (…), c’est « d’avoir appliqué à l'Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu'ici que les arabes d'Algérie, les coolies de l'Inde et les nègres d'Afrique. » « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir. »
  54. 54. Fernand Deligny (1913-1996), éducateur et animateur socioculturel français, une des références majeures de l'éducation spécialisée. Instituteur spécialisé à l'hôpital psychiatrique d'Armentières. En 1948, détaché, grâce au psychologue Henri Wallon, à son laboratoire de psychobiologie de l’enfant à Paris. C'est là qu’ont lieu les réunions de création de "La Grande Cordée", organisation expérimentale de cure libre pour adolescents. À partir des années 1960, il travaille à la Clinique de La Borde, puis part pour les Cévennes à Monoblet, vivre avec des jeunes autistes. Opposant farouche à la prise en charge asilaire des enfants difficiles ou délinquants et des enfants autistes. Promeut des méthodes pédagogiques rejetant les formes institutionnalisées pour mettre les jeunes en situation, en confrontation avec le réel. Son expérience avec ces enfants est à l'origine de lieux alternatifs de l'éducation spécialisée, à l'image des lieux de vie. Auteur de livres, d’un film et de courts-métrages. « Trop se pencher sur eux, c'est la meilleure position pour recevoir un coup de pied au derrière. »
  55. 55. Robert Jungk (1913-1994), écrivain et journaliste allemand né dans une famille juive, naturalisé autrichien. Fuit le nazisme en 1933 : Paris, Prague, Suisse. Dans son livre publié en 1954, étudie la fabrication et le lancement de la bombe atomique à partir du témoignage des physiciens impliqués dans ce projet. De 1956 à 1957, mène un travail d'enquêtes à Hiroshima. Durant les années 1960, travaille avec Bertrand Russell sur des campagnes anti-nucléaires. Développe les Ateliers de l’avenir, dans lesquels les personnes envisagent un futur désirable et les moyens de le réaliser, et reprennent du pouvoir sur leur existence. En 1987, crée à Salzburg l’Internationale Bibliothek für Zukunftsfragen (Bibliothèque internationale du futur). Prix Nobel alternatif en 1986. ../..
  56. 56. Robert Jungk « Grâce à la mobilisation technologique, la fission nucléaire a été le saut audacieux dans une toute nouvelle dimension de la violence. Tout d'abord, il a été dirigé uniquement contre des adversaires militaires. Aujourd'hui, il met en danger ses propres citoyens ". « Les risques de fantasmes de toute-puissance technologique - en particulier l'ingénierie nucléaire et génétique - menacent notre avenir. L'avenir est trop important pour être laissé aux intérêts (souvent auto-proclamés) des experts et des décideurs ». « Critiquer ce qui n‘est pas acceptable, formuler ses propres préoccupations puis les mettre en œuvre, voilà la base et la garantie d'une conception dynamique de la solidarité. »
  57. 57. Baba Amte (1914-2008), Murlidhar Devidas Amte, dit Baba ("Papa"), Indien, formation de juriste. Militant indépendantiste gandhien. Athée, handicapé du dos. Fondateur de nombreux centres pour le soin et la dignité des lépreux, handicapés, chômeurs. Le plus connu, situé dans un district très pauvre et isolé du Maharashtra, est Anandwan ("Forêt joyeuse") : 5000 personnes, université, orphelinat, maternité, fermes bio, écoles et ateliers pour les aveugles et les sourds, groupe musical. Sensibilise le public à l'importance de l’autosuffisance, de l'équilibre écologique et de la préservation de la faune. « On peut vivre sans doigts, mais pas sans le respect de soi. » « La force est entre nos mains. » « Mon handicap est une force que je te donne ! » « Le bonheur se meurt s’il n’est pas partagé. »
  58. 58. Romain Gary Roman Kacew (1914-1980), né à Vilnius (Lituanie), alors dans l'Empire russe, de parents juifs ashkénazes. Arrive avec sa mère en France en 1928. Études de droit. Soldat, Résistant de la France Libre, observateur sur bombardier, Compagnon de la Libération. Diplomate de 1946 à 1961. Écrivain et romancier à partir de 1945. Déprimé chronique, se suicide en décembre 1980. En écrivant plusieurs romans sous le pseudonyme Émile Ajar, est le seul écrivain à avoir reçu deux fois le prix Goncourt, en 1956 pour Les Racines du ciel, puis en 1975 pour La Vie devant soi. Son œuvre littéraire est marquée par un refus opiniâtre de céder devant la médiocrité humaine. Ses personnages sont souvent en dehors du système parce que révoltés contre tout ce qui pousse l'homme à des comportements qui lui font perdre sa dignité. Ils oscillent entre la souffrance de voir leur monde abîmé, et une lutte pour garder coûte que coûte l'espérance. « Je suis un de ces démocrates qui croient que le but de la démocratie est de faire accéder chaque homme à la noblesse. »
  59. 59. Konstantinos Apostolou Dioxadis (1914-1975), architecte et urbaniste grec. Fils d’un médecin de l’ancienne communauté grecque de Stanimaka, en Bulgarie. Études à Athènes et Charlottenburg (Berlin), ministre de la Recons- truction après la 2ème Guerre mondiale. Utilise son expérience de déplacé pour fonder un nouvel art, l’ékistique (science des implantations humaines de taille et de complexité croissantes, tendant vers des conurbations régionales). Travaille pour les agglomérations de Philadelphie (États-Unis), Karachi et Islamabad (Pakistan), Dacca (Bangladesh). Sépare les voitures et les habitants, ce qui permet un accès facile et peu onéreux aux infrastructures de transport et de services publics et une croissance urbaine et économique graduelle à des coûts modérés, tout en conservant l'échelle humaine de ses "communautés". Divise les villes en hameaux distincts à taille humaine, avec marché, école, mosquée, bains, etc., tous ces lieux publics étant accessibles à pied depuis les nouvelles habitations.
  60. 60. Raymond et Lucie Aubrac (1914-2012 et 1912-2007), Résistants français à l’occupation allemande et au régime de Vichy pendant la 2ème guerre mondiale, membres du noyau de Libération- Sud puis de l’Armée secrète. L. A. manifeste à Stockholm en mars 1950 contre l’arme atomique. R. A. s’engage à la fin de sa vie en faveur du peuple palestinien. Signent en 2004, pour la commémoration du 60ème anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944, un appel aux jeunes générations à réagir devant la remise en cause du « socle des conquêtes sociales de la Libération » et « à faire vivre et retransmettre l'héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle ».
  61. 61. Henri Laborit (1914-1995), médecin chirurgien et neurobiologiste français. Introduit l'utilisation des neuroleptiques en 1951. Également éthologue (spécialiste du comportement animal), "eutonologue", (spécialiste du comportement humain) et philosophe. Dans une sociobiologie qui remet en cause l’ordre établi, applique - trop rapidement - aux structures sociales les mécanismes régissant les structures biologiques. Distingue l’agression, l’agressivité et la violence. Distingue aussi - l’agressivité prédatrice, quasiment inexistante chez l’homme, - l’agressivité de compétition, - l’agressivité défensive, en réponse à l’agression du milieu, - l’agressivité d’angoisse ou d’irritabilité. « Dans un milieu fermé, confronté à une situation dangereuse ou angoissante parce qu’elle contient une menace physique et/ou psychologique, l’individu peut libérer ses tensions de deux manières : par l’agression ou par la fuite. »
  62. 62. Suzanne Masson (1915-1991), père tué au front, études artistiques à Nancy. Dès 1943, commence à accueillir des enfants. Pendant la 2ème Guerre, accueille des orphelins dans une maison à Levallois-Perret. Fait des études d’assistante sociale. En 1945, entourée d'amis de H.E.C dont le P. Bernard Descamps (1927-2002), crée l'association Notre maison. En 1958, fait construire des pavillons pour recevoir des enfants à Cesson, en Seine-et-Marne. L'inauguration a lieu en 1960. C'est le premier de la Fondation Mouvement pour les Villages d'Enfants (MVE, qui deviendra Action enfance en 2013). Six villages sont créés, ayant chacun de 8 à 10 maisons familiales sous la responsabilité de mères éducatrices et de collaboratrices. À partir de 1977, se rend plusieurs fois par an au Cambodge, en Pologne, au Liban et au Sénégal pour prendre en charge des enfants orphelins. En 1981, crée la Fondation Salve, organisme d'aide internationale pour les enfants victimes de guerre, qui permet à des jeunes de vivre dans un cadre familial et de poursuivre des études grâce à des bourses.
  63. 63. Joffre Dumazedier (1915-2002), sociologue français. Études de linguistique. Dès 1935, étudiant, anime des cours du soir pour ses anciens copains de la‟ communale” opprimés par l'injustice sociale. Chercheur-militant, entreprend une longue réflexion pour comprendre les difficultés d'apprentissage des publics désavantagés. Résistant dans le Vercors. Cofonde avec Benigno Cacérès, en 1944, le mouvement d’éducation populaire Peuple et culture. Pionnier de la sociologie du loisir et l’auteur le plus éminent en la matière depuis son ouvrage Vers une civilisation du loisir ? (1962). Affirme que le loisir de masse doit s’intégrer dans une démocratie culturelle exigeant une politique globale et préalable d’éducation et d’information. Travaille sur l'auto-formation. Après une longue expérimentation, après la 2ème G. M., invente une méthode socio-pédagogique de simplification du travail intellectuel, l’entraînement mental, qui « s’applique à libérer l’individu du poids de la société et à réduire l’écart entre le mode de pensée des travailleurs manuels et celui des travailleurs intellectuels ». ■

×