Trombinoscope
Penseurs et acteurs
d’un changement sociétal
de 1940 à 1949
Étienne Godinot -04.06.2016
Wangari Maathai
(1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine
vétérinaire, première femme africaine prix Nobe...
Wangari Maathai
(1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine
vétérinaire, première femme africaine prix Nobe...
Wangari Maathai
(1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine
vétérinaire, première femme africaine prix Nobe...
Mahmoud Darwich
(1941-2008), poète palestinien. Originaire d’un village rasé
par l’armée israélienne. Profondément engagé ...
Mireille Delmas-Marty
Née en 1941, juriste et universitaire française, membre de
l’Institut de France et de l’Académie des...
Jean-Pierre Dupuy
Né en 1941, ingénieur, épistémologue et philosophe français.
Polytechnicien et ingénieur des mines, prof...
Jean-Pierre Dupuy
Pour lui, la trame avec laquelle il faut lire toute théorie
moderne de la justice est : rejet du sacrifi...
Philippe Braud
Né en 1941, politologue français, spécialiste de sociologie politique.
Docteur en droit, professeur l'Insti...
Alain Michel
Français né en 1942. Dirige pendant 15 années l’ONG
humanitaire ÉquiLibre qui agit dans 25 pays, dénonce l’em...
Daniel Barenboïm
Né en 1942 à Buenos-Aires, issu de parents juifs d’origine
russe. Pianiste et chef d’orchestre de nationa...
Philippe Kourilsky
Français né en 1942 de parents d’origine russe, directeur de
recherche en immunologie au CNRS, membre d...
Michel Pinçon et
Monique Pinçon-Charlot
M. P., né en 1942, sociologue français, directeur de recherche au
CNRS rattaché à ...
Jean-Thierry Verhelst
(1942-2013), juriste belge, spécialiste du droit coutumier africain
et consultant en relations inter...
Marc Luyckx Ghisi
Né en 1942, mathématicien, philosophe et théologien belge,
ex-membre de la Cellule de prospective de la ...
Marc Luyckx Ghisi
La croissance quantitative, c’est fini ! Nous entrons dans
une civilisation de la qualité. Chine, l’Inde...
Richard Wilkinson et Kate Pickett
Né en 1943, chercheur britannique dans les inégalités
sociales de santé et les détermina...
Uri Davis
Né en 1943 à Jérusalem de parents juifs, anglais du côté de
son père, tchécoslovaque de celui de sa mère. Univer...
Dominique Lalanne
Né en 1943, physicien nucléaire retraité depuis 2008,
président du collectif Armes nucléaires Stop qui r...
Nicolas Sersiron
Né en 1944, Président du Comité pour l’Annulation de la Dette
du Tiers Monde (CADTM-France), association ...
Nicolas Sersiron
« Dans les années 1960, la Banque mondiale impose aux
pays nouvellement indépendants de rembourser les
« ...
Mary Robinson
Née en 1944, avocate irlandaise et professeur de droit à
l’université Trinity College de Dublin. Première fe...
Pierre Calame
Français né en 1944, ancien haut fonctionnaire de l'Équipement,
ex-directeur général de la Fondation Charles...
Howard Zehr
Né en 1944, pasteur mennonite états-unien, initiateur du
concept de justice restaurative dont l’objectif vise ...
Marie-Annick Rétif
Née en 1944, auteure-compositeure-interprète française,
chante sous le pseudonyme de Mannick. Son réper...
Jean-Claude Guillebaud
Français né en 1944, études de droit et sciences politiques à
Bordeaux. Journaliste au quotidien Su...
Jean-Claude Guillebaud
« Il ne faut pas céder à la sinistrose, non pas parce que c’est
mal, mais parce que c’est bête. (…)...
Antonio Damasio
Né en 1944 au Portugal, professeur états-unien de neurologie,
neurosciences et psychologie. Directeur de l...
François-Xavier Verschave
(1945-2005), économiste français de formation, responsable du
service économie-emploi à la mairi...
Sanjit "Bunker" Roy
Né en 1945, militant social indien et éducateur gandhien. Fonde
en 1972 dans le village de Tilonia (Ra...
Guy Aurenche
né en 1946, avocat français, militant des droits de l'homme
et de l’altermondialisme, président d’honneur de ...
Pierre-Jean Delahousse
Français né en 1946, ex-professeur de français. Vit longtemps à
l’étranger et rencontre beaucoup de...
Daniel Goleman
Né en 1946, psychologue états-unien. Diplômé de Harvard,
docteur en psychologie clinique et développement p...
Daniel Goleman
3) La motivation : utiliser ses envies les plus profondes comme
une boussole qui guide vers ses objectifs, ...
Michel Wieviorka
Né en 1946, sociologue français. Grands-parents juifs polonais
morts à Auschwitz. Auteur de plus de 50 ou...
Shlomo Sand
Né en 1946 en Autriche de parents juifs. Passe ses deux
premières années de vie dans des camps de réfugiés jui...
Shlomo Sand
En réalité, jusqu'à l'avènement du sionisme, ces populations
ne se définissaient qu'à travers leur appartenanc...
Bernard Devert
Français né en 1947. Études de droit. Agent immobilier de 1973 à
1985, poursuit parallèlement des études de...
Coline Serreau
Française née en 1947, réalisatrice, scénariste, compositrice,
chef de chœur.
Ses films font l’éloge de l’a...
Aminata Traoré
Née en 1947, femme politique et écrivaine malienne, docteur
en psychologie sociale, ex-ministre de la Cultu...
Émile Shoufani
Né en 1947, théologien et éducateur chrétien arabe, de nationa-
lité israélienne. Expulsé avec sa famille e...
Érik Orsenna
Érik Arnoult, né en1947, romancier français. Études de philosophie, de
sciences politiques et surtout d'écono...
Rebiya Kadeer
Née en 1947 dans l'ethnie ouïghoure (10 millions de
personnes en majorité musulmanes et turcophones dans le
...
Pierre Rosanvallon
Né en 1948, historien français, auteur, professeur au Collège
de France, directeur d’études à l’EHESS. ...
Patrick Viveret *
Né en 1948, philosophe français, docteur en science
politique. Chargé par Michel Rocard d'une mission su...
Patrick Viveret
Démesure et mal-être
« Notre société articule
- la démesure : gratte-ciel, extraction en deux siècles des
...
Patrick Viveret
Avoir ou être ?
« Les grandes difficultés auxquelles est confrontée
l’humanité ne se situent pas dans l’or...
Patrick Viveret
Savoir-être, savoir-vivre, savoir-mourir
« Les enjeux du savoir-être, du savoir-vivre et du savoir-
mourir...
Patrick Viveret (suite)
7 principes pour « sortir du mur » :
1 - retrouver le principe d’espérance et l’articuler au
princ...
Patrick Viveret
7 principes pour « sortir du mur » :
4 - changer notre rapport à l’avoir et au pouvoir, mais
aussi à la vi...
Patrick Viveret
La transformation sociétale
« Celles et ceux qui sont engagés dans la transformation de la
société ont bes...
Jean Léonetti
Né en 1948, médecin cardiologue, homme politique français,
membre du Parti radical valoisien et de l'UMP. Ra...
Hans Köchler
Né en 1948, Autrichien, professeur de philosophie à l’Université
d'Innsbrück, président de l'International Pr...
Marianne Sébastien
Née en 1948, musicienne suisse, cantatrice, accoucheuse de la
voix, thérapeute par le chant, chef d’ent...
Máxima Acuña Chaupe
Péruvienne née en 1948, symbole de l'opposition à une mine
d'or et de cuivre à ciel ouvert appelée Con...
Sari Nusseibeh
Né en 1949, Palestinien, docteur en philosophie à l’université
de Harvard. En 1987, rencontre Moshe Amirav,...
Zhu Xiao-Mei
Née en 1949 à Shanghai. Envoyée en camp de travail durant
la Révolution culturelle (Mao Zedong) pour avoir jo...
Yitzhak Frankenthal
Né en I9??, Israélien, juif orthodoxe. En juillet 1994, son fils
Arik, 19 ans, jeune appelé dans l’arm...
Alain Finkielkraut
Né en 1949 d’un père juif polonais rescapé d’Auschwitz.
Écrivain, philosophe et essayiste français, pro...
Michel Warschawski
Né en 1949, journaliste, chroniqueur, conférencier et militant
israélien. Cofondateur en 1984 et ex-pré...
Axel Honneth
Né en 1949, philosophe et sociologue allemand. Depuis 2001,
directeur de l'Institut de recherche sociale à Fr...
Philippe Aigrain
Français né en 1949, docteur en informatique, chercheur,
ancien chef du secteur technique du logiciel à l...
Jean Hatzfeld
Né en 1949, journaliste et écrivain français. Grand reporter et
correspondant de guerre pour le quotidien Li...
Jean Hatzfeld
«Il était sans doute très risqué de s’élever contre les
exactions. Un tortionnaire m’a dit un jour : « On ét...
Franz-Olivier Giesbert
Né en 1949, journaliste et éditorialiste (Le Nouvel Observateur,
Le Point), biographe, présentateur...
Charles Gardou
Né en 19??, anthropologue français, spécialiste des questions
du handicap et des différences culturelles. E...
Roger Walsh
Né en 19??, médecin australien, professeur de psychiatrie, de
philosophie et d'anthropologie à l’University of...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal de 1940 à 1949

39 vues

Publié le

Pour en savoir plus sur les « chercheurs d’humanité » (non-violence, alternatives économiques, écologie, changement sociétal, spiritualité) : www.irnc.org, rubrique « Diaporamas »

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal nés entre 1940 et 1949 : éducation, art et culture, santé et psychologie, sciences, action sociale et humanitaire, politique, etc.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
39
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Penseurs et acteurs d'un changement sociétal de 1940 à 1949

  1. 1. Trombinoscope Penseurs et acteurs d’un changement sociétal de 1940 à 1949 Étienne Godinot -04.06.2016
  2. 2. Wangari Maathai (1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine vétérinaire, première femme africaine prix Nobel de la paix (2004).Créé en 1977 le Green Belt Movement ("Mouvement Ceinture verte") pour promouvoir le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la démocratie", à travers la protection de l’environnement. Ce mouvement a planté plus de 30 millions d’arbres en 16 ans pour prévenir l’érosion des sols. Défenseure des droits de femmes, mise sur les ethnies et sur les anciens systèmes africains de gouvernement, les expériences de développement participatif. Prône l’utilisation de la non-violence dans les luttes écologiques. « La paix, ce n’est pas seulement l’absence de guerre et de coups de fusils. Il peut aussi y avoir des guerres silencieuses quand on élimine des espèces vivantes de la planète, quand on empêche les gens de vivre dignement. »
  3. 3. Wangari Maathai (1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine vétérinaire, première femme africaine prix Nobel de la paix (2004).Créé en 1977 le Green Belt Movement ("Mouvement Ceinture verte") pour promouvoir le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la démocratie", à travers la protection de l’environnement. Ce mouvement a planté plus de 30 millions d’arbres en 16 ans pour prévenir l’érosion des sols. Défenseure des droits de femmes, mise sur les ethnies et sur les anciens systèmes africains de gouvernement, les expériences de développement participatif. Prône l’utilisation de la non-violence dans les luttes écologiques. « La paix, ce n’est pas seulement l’absence de guerre et de coups de fusils. Il peut aussi y avoir des guerres silencieuses quand on élimine des espèces vivantes de la planète, quand on empêche les gens de vivre dignement. »
  4. 4. Wangari Maathai (1940-2011), biologiste kenyiane et professeur de médecine vétérinaire, première femme africaine prix Nobel de la paix (2004).Créé en 1977 le Green Belt Movement ("Mouvement Ceinture verte") pour promouvoir le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la démocratie", à travers la protection de l’environnement. Ce mouvement a planté plus de 30 millions d’arbres en 16 ans pour prévenir l’érosion des sols. Défenseure des droits de femmes, mise sur les ethnies et sur les anciens systèmes africains de gouvernement, les expériences de développement participatif. Prône l’utilisation de la non-violence dans les luttes écologiques. « La paix, ce n’est pas seulement l’absence de guerre et de coups de fusils. Il peut aussi y avoir des guerres silencieuses quand on élimine des espèces vivantes de la planète, quand on empêche les gens de vivre dignement. »
  5. 5. Mahmoud Darwich (1941-2008), poète palestinien. Originaire d’un village rasé par l’armée israélienne. Profondément engagé dans la lutte de son peuple pour son existence et son territoire, sa liberté et sa dignité. Emprisonné plusieurs fois entre 1961 et 1970 pour ses activités politiques, il n’a pourtant jamais cessé d’espérer la paix. « Sans doute avons-nous besoin aujourd’hui de la poésie, plus que jamais. Afin de recouvrer notre sensibilité, la conscience de notre humanité menacée. Et de poursuivre l’un des plus beaux rêves de l’humanité, la liberté, la prise du réel à bras le corps, l’ouverture au monde et la quête de l’essence. » « L’espoir est la maladie incurable des Palestiniens. »
  6. 6. Mireille Delmas-Marty Née en 1941, juriste et universitaire française, membre de l’Institut de France et de l’Académie des sciences morales et politiques, professeure à l’Université de Paris I puis au Collège de France. Depuis 2012, présidente de Pharos, Observatoire du pluralisme des cultures et des religions. « Il est possible d’humaniser la mondialisation autour de trois objectifs : résister à la déshumanisation, responsabiliser ses acteurs, anticiper sur les risques à venir. » « La question du changement climatique est devenue le symbole même de l'interdépendance planétaire, donc de la dimension universelle de notre responsabilité. Elle constitue à ce titre une occasion exceptionnelle de prendre conscience de notre communauté de destin et de tester notre capacité à changer la direction de la gouvernance mondiale avant qu'il ne soit trop tard ».
  7. 7. Jean-Pierre Dupuy Né en 1941, ingénieur, épistémologue et philosophe français. Polytechnicien et ingénieur des mines, professeur de français et chercheur au Centre d'Étude du Langage et de l'Information (C.S.L.I.) de l'université Stanford, en Californie. Une partie de son travail porte sur les nanotechnologies dont il étudie les effets pervers. Le fil conducteur de sa pensée est la question du sacré. Propose un catastrophisme éclairé comme alternative au principe de précaution. Distingue le "temps de l’histoire", auquel nous sommes habitués, et le "temps du projet", qu'il propose comme paradigme pour penser la catastrophe et agir face à elle. Le "temps du projet" unit passé et futur : la catastrophe est déjà présente aujourd’hui, ce qui peut nous faire agir pour que, paradoxalement, elle ne se soit jamais produite. ../..
  8. 8. Jean-Pierre Dupuy Pour lui, la trame avec laquelle il faut lire toute théorie moderne de la justice est : rejet du sacrifice, rejet de l'envie. « Au-delà de l’égoïsme, il y a non pas la charité chrétienne ou l’empathie bouddhiste, mais le mal de l’amour-propre. (…) Combien moins brutale serait la société si les hommes se laissaient guider par leur intérêt "égoïste" ! L’intérêt (inter-esse : être entre), nous dit Hannah Arendt, c’est comme la table entre les convives : elle les réunit d’autant mieux qu’elle les maintient à distance les uns des autres. L’amour ne peut jouer le rôle de cet entre-deux. Il abolit les différences, et c’est ce qui, paradoxalement, le rapproche de la haine. L’une et l’autre sont prêts au sacrifice de soi, même si c’est pour des raisons opposées. »
  9. 9. Philippe Braud Né en 1941, politologue français, spécialiste de sociologie politique. Docteur en droit, professeur l'Institut d'Études Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au CEVIPOF (Centre d'Études Politiques de Sciences-Po). S'intéresse particulièrement aux rapports entre la violence symbolique et la violence physique. « En un sens large, toute forme de contrôle social qui barre une aspiration, impose des opinions ou des comportements, perturbe une trajectoire sociale ou un cadre de vie est violence, qu’elle soit ressentie douloureusement ou non par le sujet. » « Il faut bien repérer ce raisonnement qui consiste à ne qualifier comme violences que les comportements jugés illégitimes, réservant aux autres l’emploi d’un lexique euphémisant : coercition, contrainte, force, etc. » Avec Harold Nieburg, définit la violence politique comme « des actes de désorganisation, destruction, blessures, dont l’objet, le choix des cibles ou des victimes, les circonstances, l’exécution, et/ou les effets acquièrent une signification politique, c’est à dire tendent à modifier le comportement d’autrui dans une situation de marchandage qui a des conséquences sur le système social” .
  10. 10. Alain Michel Français né en 1942. Dirige pendant 15 années l’ONG humanitaire ÉquiLibre qui agit dans 25 pays, dénonce l’embargo meurtrier imposé pendant 10 ans à l’Irak. Crée en 2001 la Fondation suisse Hommes de Parole : “Renouer le dialogue entre les hommes. Agir sur les causes des conflits et des principaux problèmes de notre temps en rapport avec l’avenir de la planète et la paix dans le monde". La Fondation organise des rencontres entre imams et rabbins à Bruxelles en 2005, à Séville en 2006, à Paris en 2008. Dirige l'association Artisans de Paix, installée depuis 2010 dans l'ancien monastère du Val de Consolation (Doubs). “Rassembler autour des valeurs humaines n’est pas un voeu pieux, mais au contraire le plus réalisable qui soit. Les hommes de foi peuvent aider les négociateurs à formuler des traités de paix justes pour tous”
  11. 11. Daniel Barenboïm Né en 1942 à Buenos-Aires, issu de parents juifs d’origine russe. Pianiste et chef d’orchestre de nationalité argentine et israélienne. Reçoit en 2002 la nationalité espagnole, porteur d’un passeport palestinien. Crée avec Edward Saïd une fondation pour la paix au Moyen- Orient et un orchestre israélo-arabe, le West Eastern Divan Orchestra. « La relation entre la mort et la vie est la même que celle qui existe entre le silence et la musique : le silence précède la musique et lui succède ».
  12. 12. Philippe Kourilsky Français né en 1942 de parents d’origine russe, directeur de recherche en immunologie au CNRS, membre de l'Académie des sciences et professeur au Collège de France. Réfléchit sur le mode de pensée et la démarche qui pourraient permettre, face aux enjeux planétaires, d’envisager une action concertée et efficiente. Propose un processus d'introspection rationnel qui pourrait être étendu au niveau national et conduire à des prises de décision par acquisition de consensus, base d'une "démocratie par discussion" fondée sur l'équité. « Il existe bel et bien une faille d’ordre moral dans l’idée de liberté, parce que la liberté est trop souvent comprise comme un droit sans qu’aucun devoir individuel ne lui soit associé. » Pour que le libéralisme altruiste voie le jour, il y a donc des conditions préalables comme celle de « de réexaminer le droit des individus à disposer d’informations pertinentes, qualifiées et validées » ou celle « d’améliorer l’organisation de la discussion démocratique.»
  13. 13. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot M. P., né en 1942, sociologue français, directeur de recherche au CNRS rattaché à l'Institut de recherche sur les sociétés contemporaines (IRESCO). L'essentiel de son œuvre, écrit en collaboration avec sa femme Monique, née en 1946, est consacré à l'étude de la haute bourgeoisie et des "élites" sociales. « Du fait de la finitude de la planète et de la puissance de la mondia- lisation ultralibérale, de la déshumanisation actuelle des individus, la crise risque d’être d’une violence inédite, historiquement parlant. Nous ne sommes pas dans une violence physique, barbare, mais dans un assujettissement insidieux, quotidien, un évidement massif des esprits par la publicité, la presse gratuite, les écouteurs vissés dans les oreilles… Nous mettons en parallèle des marchés financiers complètement dérégulés, des paradis fiscaux, des escroqueries comme l’entente des grandes banques sur le taux du Libor avec le comportement d’individus dans des positions de pouvoir qui transgressent toutes les règles sociale et morales. »
  14. 14. Jean-Thierry Verhelst (1942-2013), juriste belge, spécialiste du droit coutumier africain et consultant en relations interculturelles, prêtre orthodoxe. A œuvré dans les trois continents du Sud, mais aussi en Europe et aux États-Unis : a enseigné (Ethiopie, Rwanda), travaillé (Algérie) et accompli de nombreuses missions. Fondateur et coordinateur du Réseau Sud-Nord Cultures et Développement. Démontre que partout des communautés tentent de sortir des impasses actuelles pour sauvegarder la planète et défendre l’humain. Invite à prendre en compte les dimensions culturelles et spirituelles du développement. « La dignité, c’'est l'opposé du mépris et de la méfiance, deux mots qui ont trop souvent accompagné la coopération au développement, consciemment ou non. (…) Un constat s’impose : il faut consommer autrement et produire autrement ce qui répond, non aux intérêts d’une minorité de profiteurs insatiables, mais aux besoins matériels et spirituels de l’ensemble de l’humanité. Le mode de consommation à l’occidentale ne peut pas se répandre sur la planète entière. »
  15. 15. Marc Luyckx Ghisi Né en 1942, mathématicien, philosophe et théologien belge, ex-membre de la Cellule de prospective de la Commission Européenne, a vécu et enseigné en Italie, au Brésil, aux États-Unis, et à Bruxelles. Membre du Conseil international de direction d’Auroville. « La rationalité moderne, l'approche patriarcale, et le capitalisme industriel ne sont plus capables de formuler une réponse satisfaisante ni au problème de notre survie collective. Les changements en cours touchent aux aspects les plus profonds de nos vies comme la relation homme- femme, le sacré, la vérité, le statut de la raison et de la science, le temps, l'espace et le bonheur. ../..
  16. 16. Marc Luyckx Ghisi La croissance quantitative, c’est fini ! Nous entrons dans une civilisation de la qualité. Chine, l’Inde, l’Afrique vont- elles faire un saut pour éviter ou dépasser la phase industrielle ? Voilà le vrai débat souterrain mondial. » « Malgré toute leur bonne volonté, si les gens ne sont pas prêts, les responsables politiques ne pourront rien mettre en place. Ce serait comme un général sans troupes. Pour basculer vers un autre paradigme, il faut atteindre une masse critique de convaincus. À la société civile d’innover. Le politique est là pour faciliter, soutenir, promouvoir. »
  17. 17. Richard Wilkinson et Kate Pickett Né en 1943, chercheur britannique dans les inégalités sociales de santé et les déterminants sociaux de la santé, ex- professeur d'épidémiologie sociale à l'Université de Nottingham. Avec Kate Pickett, montre que les sociétés organisant une distribution plus équitable des revenus sont en meilleure santé (moins de problèmes sociaux, de violence, de toxicomanie, de maladie mentale, d’obésité, etc.). Par ailleurs, au dessus d’un certain niveau de vie, enrichir les populations n’augmente ni leur espérance de vie, ni leur santé, ni leur bonheur. « L’inégalité rend les relations sociales plus stressantes à cause des différences de statut et de la compétition qu’elle génère. Les classes pauvres vont alors dépenser beaucoup d’énergie à maintenir des apparences sociales. C’est aussi une manière de répondre à l’exclusion. »
  18. 18. Uri Davis Né en 1943 à Jérusalem de parents juifs, anglais du côté de son père, tchécoslovaque de celui de sa mère. Universitaire israélien, militant de la cause palestinienne. Cofondateur du Movement Against Israeli Apartheid in Palestine (MAIAP, Mouvement contre l'apartheid israélien en Palestine), conférencier en Science de la paix à l'Université de Bradford. Épouse une militante palestinienne, se convertit à l’islam, élu en août 2009 au conseil du Fatah. Partisan d'un État binational, dans lequel tous les citoyens auraient des droits égaux. «Le racisme est une forme populaire de xénophobie, et Israël n'est pas à cet égard plus raciste que les États-Unis ou la Grande-Bretagne… L'apartheid est une régulation par la loi des différences raciales. Israël est simplement beaucoup plus astucieux que l'Afrique du Sud : il n'y a pas de ces lois ridicules de ségrégations. Tout est plus subtil…»
  19. 19. Dominique Lalanne Né en 1943, physicien nucléaire retraité depuis 2008, président du collectif Armes nucléaires Stop qui regroupe une vingtaine d'associations impliquées dans le désarmement nucléaire. Administrateur de la Maison de Vigilance et membre du Bureau national du Mouvement de la paix. Assiste à l'ONU aux assemblées du Traité de non-prolifération et travaille comme expert à l'Observatoire des armements de Lyon. « L’arme nucléaire, c’est l’insécurité maximum. Il y a sur la Terre 2 000 bombes en état d’alerte, qui représentent chacune en moyenne 30 fois la bombe d’Hiroshima, c’est-à-dire un potentiel de destruction de 600 000 fois Hiroshima. Il ne s’est rien passé depuis 50 ans en matière de désarmement nucléaire parce que la société civile a démissionné face aux États. »
  20. 20. Nicolas Sersiron Né en 1944, Président du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM-France), association d’éducation populaire qui lutte contre l’injustice globale en mettant en résonnance économie, politique, droit, finances, écologie, agriculture et alimentation. Président de l’association Échanges non marchands. « À l’abri des armées conquérantes, les premiers colons, maîtres d’esclaves, et les négriers-armateurs ont mis sauvagement en production les terres et les mines du Nouveau monde. Durant plusieurs siècles, ils ont drainé toutes les richesses disponibles des Amériques vers l’Europe. La fin de l’esclavage dans les colonies a eu lieu en 1850, mais elle a été remplacée par la colonisation armée, dont le but était toujours l’extraction des matières premières au profit des colonisateurs sans payer ces ressources. ../..
  21. 21. Nicolas Sersiron « Dans les années 1960, la Banque mondiale impose aux pays nouvellement indépendants de rembourser les « dettes » contractées par les colonisateurs, correspondant à des infrastructures mises en place en grande partie ou essentiellement pour les opérations d’extraction de matières premières ou de denrées agricoles d’exportation. En 1982 survient la crise de la dette des pays du Sud : le taux des prêts est multiplié par trois et les États débiteurs tombent en faillite. Le FMI intervient et propose des prêts encore plus onéreux pour rembourser les prêts précédents. Il impose dans ces pays une politique de "rigueur" pour qu’ils puissent rembourser leurs dettes. La coupe dans les dépenses de santé et d’éducation et la privatisation des services publics enfonce les pays dans la misère.(…) La solution la plus logique serait de faire des audits des dettes publiques en Europe et dans le monde et d’annuler tout ou partie des dettes illégitimes. »
  22. 22. Mary Robinson Née en 1944, avocate irlandaise et professeur de droit à l’université Trinity College de Dublin. Première femme président d'Irlande de 1990 à 1997. Se rend en Somalie en 1992, dans les camps de réfugiés du Zaïre et de Tanzanie après le génocide du Rwanda en 1994, au Tribunal Pénal International de la Haye en 1997. Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme de 1997 à 2002. Se rend au Tibet en 1998. Ne brigue pas de second mandat à ce poste, déclarant qu'elle pense pouvoir faire plus à l'extérieur des "contraintes" de l'ONU. Membre fondatrice du Collegium international éthique, politique et scientifique. Quand elle défend la légalisation de la contraception en 1970, reçoit des lettres d’insultes et des préservatifs usagés. « Lorsqu’on a des convictions, il faut être prêt à en payer le prix ».
  23. 23. Pierre Calame Français né en 1944, ancien haut fonctionnaire de l'Équipement, ex-directeur général de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme de 1988 à 2009, en préside aujourd'hui le Conseil de Fondation. Auteur de plusieurs essais sur les alternatives du 21ème siècle et sur rôle et sur la place de l'État dans la société contemporaine. « Quatre mutations à conduire au 21ème siècle: 1- Instituer des communautés de destin, du local au mondial. 2 - Se mettre d'accord sur des valeurs communes, sur une éthique planétaire. 3 - Entreprendre la révolution de la gouvernance, ensemble des dispositifs qu'une société invente, au fil du temps, pour se gérer elle-même. 4 - Inventer l'oeconomie (oïkos : la maison, nomos : la règle), les règles que l'on se donne pour gérer de manière prudente et avisée les ressources de la biosphère de façon à assurer au mieux le bien être de tous ».
  24. 24. Howard Zehr Né en 1944, pasteur mennonite états-unien, initiateur du concept de justice restaurative dont l’objectif vise à « réparer la victime, réinsérer l’infracteur et rétablir la paix sociale », professeur dans ce domaine à l’Eastern Mennonite University de Harrisonburg (Virginie). « Il s’agit de créer une sorte d’alliance des souffrances, pour finir par se reconnaître dans celle de l’autre. (…) Loin du manichéisme, on fait appel à la complexité des choses. Les criminels ne sont pas déculpabilisés, mais ils s’expriment, souvent mieux qu’ils n’avaient pu le faire lors du procès. Les victimes comprennent qu’il est dans leur intérêt que le crime ne se reproduise pas ». Sabrina Belluci, directrice de l’Institut National d’Aide aux Victimes et de médiation (INAVEM)
  25. 25. Marie-Annick Rétif Née en 1944, auteure-compositeure-interprète française, chante sous le pseudonyme de Mannick. Son répertoire s'adresse aussi bien aux enfants qu'aux adultes. Manie l'humour, la poésie, la révolte dans ses chansons où la bonté tient une place primordiale. « Je connais des bateaux qui reviennent d'amour Quand ils ont navigué jusqu'à leur dernier jour, Sans jamais replier leurs ailes de géants Parce qu'ils ont le coeur à taille d'océan. » « Toi que l'on a brisé sur un lit de tortures, Toi dont le corps n'est plus qu'une immense blessure, Je veux être ton cri, je veux être ta voix Pour les gens qui, chez nous, ne s'en souviennent pas. »
  26. 26. Jean-Claude Guillebaud Français né en 1944, études de droit et sciences politiques à Bordeaux. Journaliste au quotidien Sud Ouest, puis au journal Le Monde et au Nouvel Observateur, cofondateur de Reporters sans frontières, directeur littéraire aux éditions du Seuil, philosophe et écrivain. Travaille sur les origines de la violence et les façons de l’éradiquer. Identifie 5 mutations dans les domaines économique, numérique, génétique, écologique et géopolitique. Propose 6 principes simples pour refonder le monde : - L’espérance plutôt que la dérision - L’égalité contre la domination du plus fort - La politique réhabilitée face aux "fatalités" du marché - La raison critique et modeste face au scientisme aveugle - la solidarité face à l’individualisme - la justice substituée à la vengeance sacrificielle.
  27. 27. Jean-Claude Guillebaud « Il ne faut pas céder à la sinistrose, non pas parce que c’est mal, mais parce que c’est bête. (…) C’est dans la société civile que s’invente le monde de demain. » «Ma génération affichait des posters de Che Guevara, les jeunes d’aujourd’hui se réfèrent à Nelson Mandela, Gandhi et Martin Luther King. Voilà un signe d’espérance. » « Loin de toute mièvrerie, l’espérance est anthropologiquement fondatrice. Elle porte en elle l’idée selon laquelle nous sommes co-responsables du monde qui vient. À chacun, il incombe de refuser d’abandonner ce monde aux méchants, comme dit le Livre des Psaumes, et d’accomplir sa part pour conjurer la menace et faire advenir la promesse. » « L’humanisme consiste à s’ouvrir à l’autre sans se renier soi- même ».
  28. 28. Antonio Damasio Né en 1944 au Portugal, professeur états-unien de neurologie, neurosciences et psychologie. Directeur de l'Institut pour l'étude neurologique de l'émotion et de la créativité de l'University of Southern California. Dans ses livres L’erreur de Descartes et Spinoza avait raison, consacre la prise en considération des sentiments dans la compréhension des relations entre le corps, le cerveau et l'esprit. Montre que les émotions on été programmées par l'évolution génétique pour mobiliser le plus efficacement possible les ressources de l'organisme au service du bon fonctionnement des organes sensoriels et moteurs. Distingue - les émotions basiques (énergie, enthousiasme, malaise, etc.), - les émotions primaires (faim, plaisir, désir, peur, etc.), - les émotions "sociales" résultant de l'exercice des précédentes dans la vie en société (orgueil, sympathie, dégoût, indignation, etc.)
  29. 29. François-Xavier Verschave (1945-2005), économiste français de formation, responsable du service économie-emploi à la mairie de Saint-Fons (Rhône) de 1983 à 2005. Passionné des relations franco-africaines, a forgé et décrit le concept de "Françafrique", volet occulte de la politique de la France en Afrique. Membre fondateur de l'association Survie. A également fourni un important travail de recherche sur le concept de "biens publics à l’échelle mondiale" et les théories économiques de Fernand Braudel. « En 1960, de Gaulle à accorde l'indépendance aux colonies d'Afrique noire, mais charge son conseiller pour les affaires africaines, Jacques Foccart, de maintenir la dépendance, par des moyens forcément illégaux, occultes, inavouables. Il sélectionne des chefs d'État "amis de la France", par la guerre (plus de 100 000 civils massacrés au Cameroun), l'assassinat ou la fraude électorale. À ces gardiens de l'ordre néocolonial, il propose un partage de la rente des matières premières et de l'aide au développement. Les bases militaires, le franc CFA convertible en Suisse, les services secrets et leurs faux nez (Elf et de multiples sociétés) complètent le dispositif . »
  30. 30. Sanjit "Bunker" Roy Né en 1945, militant social indien et éducateur gandhien. Fonde en 1972 dans le village de Tilonia (Rajasthan) le Barefoot College ("Université aux pieds nus") avec la conviction que les solutions aux problèmes des pauvres en milieu rural se trouvent dans la communauté, dans leur patrimoine traditionnel et dans les nouvelles technologies qui ont simplement besoin d’être adaptées à leur situation. Depuis 1989 , le College forme des jeunes et des femmes illettrées ou semi-illettrées des campagnes pour en faire des ingénieurs (eau, énergie solaire) ou des formateurs (éducation, santé, alimentation, artisanat). Des "grand-mères" de 63 pays ont propagé l’électrification solaire dans 45 000 foyers. Le College est « fondé par les pauvres et géré par les pauvres ». Ses valeurs sont « l’honnêteté, l’intégrité, la compassion, les compétences pratiques, la créativité et la capacité à travailler sans discrimination ».
  31. 31. Guy Aurenche né en 1946, avocat français, militant des droits de l'homme et de l’altermondialisme, président d’honneur de la Fédération internationale de l'action des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT), président du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD – Terre solidaire), membre du comité de parrainage de Non- Violence XXI. « J’ai progressivement réalisé (…) que dans toutes situations, même (surtout !) les plus violentes, l’option non- violente s’imposait. Le respect de la dignité humaine, respect sur lequel repose toute la dynamique des Droits de l’Homme, ne peut prospérer sans ce choix clair en faveur de la non-violence active. C’est la seule réponse efficace à la violence ».
  32. 32. Pierre-Jean Delahousse Français né en 1946, ex-professeur de français. Vit longtemps à l’étranger et rencontre beaucoup de personnes choquées par la défiguration des entrées de villes par les panneaux publicitaires. Crée à Grenoble en février 1992 Paysages de France, association de protection de l'environnement créée en dont le but est de lutter contre toute forme de pollution visuelle dans les paysages urbains et non-urbains. Forte de ses 2 000 adhérents, dont plus de 70 associations, l’association fait des pétitions, manifestations, engage des actions devant la justice pour obtenir le respect du Code de l'environnement (dispositifs publicitaires en infraction, antennes de téléphonie mobile, lignes électriques aériennes, éclairage des montagnes, décharges sauvages, sentiers du littoral, équipement et aménagements non respectueux des sites, etc.). A fait condamner l’État 58 fois par les tribunaux administratifs. « Qu'on m'avertisse quand M. Decaux mettra un panneau dans son jardin ! »
  33. 33. Daniel Goleman Né en 1946, psychologue états-unien. Diplômé de Harvard, docteur en psychologie clinique et développement personnel. Membre du conseil d'administration du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le bouddhisme. Explique le rôle des émotions que chacun peut appendre à comprendre, à maîtriser et surtout à utiliser ses émotions. Définit 5 compéten- ces élémentaires et essentielles : 1) La conscience de soi : être toujours conscient de ses sentiments et utiliser ses penchants instinctifs pour orienter ses décisions. S’évaluer soi-même avec réalisme pour augmenter la confiance en soi. 2) La maîtrise de soi : gérer ses émotions en sorte qu’elles facilitent une action au lieu de la perturber. Être consciencieux et savoir différer une récompense dans la poursuite d’un objectif. Récupérer rapidement après une perturbation émotionnelle. ../..
  34. 34. Daniel Goleman 3) La motivation : utiliser ses envies les plus profondes comme une boussole qui guide vers ses objectifs, aide à prendre des initiatives, à optimiser son efficacité et à persévérer malgré déconvenues et frustrations. 4) L’empathie : être à l’unisson des sentiments d’autrui, être capable d’adopter leur point de vue et entretenir des rapports harmonieux avec une grande variété de gens. 5) Les aptitudes humaines : bien maîtriser ses émotions dans ses relations avec autrui, et déchiffrer avec acuité les situations et les réseaux humains. Réagir avec tact. Utiliser ces aptitudes pour persuader, guider, négocier et régler les différends, pour coopérer et animer des équipes. « Nos émotions possèdent leur propre sagesse : elles guident notre pensée ainsi que le choix de nos valeurs, et assurent notre survie. »
  35. 35. Michel Wieviorka Né en 1946, sociologue français. Grands-parents juifs polonais morts à Auschwitz. Auteur de plus de 50 ouvrages. Directeur d'études à l'EHESS, y a dirigé de 1993 à 2009 le Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS) fondé par Alain Touraine. Sa sociologie de l'action le conduit à étudier aussi bien des mouvements sociaux, y compris les consommateurs, que des phénomènes comme le racisme, la violence, ou l'antisémitisme pensés à l’échelle internationale. Travaille sur le terrorisme et autres conduites de haine et de violence, sur la globalisation et le multiculturalisme. « Il faut former les enseignants, pour qu'ils puissent aborder en classe les questions concernant le racisme et l'antisémitisme, de front, mais avec pédagogie, sans être débordés dès qu'ils parlent de la Shoah, de la naissance d'Israël ou des colonies. Et il est indispensable de réfléchir à l'encadrement de la liberté d'opinion sur Internet : elle est essentielle, mais ne doit pas servir à détruire la liberté d'exister des autres. »
  36. 36. Shlomo Sand Né en 1946 en Autriche de parents juifs. Passe ses deux premières années de vie dans des camps de réfugiés juifs polonais, en Allemagne. Grandit en Israël où ses parents ont émigré. Pendant la guerre des Six Jours (1967) à laquelle il participe comme soldat, est le témoin, à Jéricho, d’un acte de barbarie, commis par son armée sur un vieillard arabe. Milite dans l'extrême gauche israélienne favorable à deux Républiques différentes (israélienne et palestinienne) dans la perspective d'une confédération. Complète ses études universitaires à Paris. Historien israélien spécialisé dans l'histoire contemporaine, professeur à l’université de Tel Aviv. Défend l'idée que la construction nationale israélienne s'est appuyée sur un récit fondateur mythique, faisant des populations juives un peuple, uni par une même origine et possédant une histoire nationale commune. ../..
  37. 37. Shlomo Sand En réalité, jusqu'à l'avènement du sionisme, ces populations ne se définissaient qu'à travers leur appartenance religieuse en commun et ne se percevaient pas comme un peuple. Contrairement à l’idée reçue, la diaspora n’est pas née de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. « Il existe un lien étroit entre l’identification des Juifs en tant qu’ethnie ou peuple-race éternel et la politique d’Israël à l’égard de ceux de ses citoyens considérés comme non-juifs, à l’égard également des travailleurs immigrés venus de contrées lointaines, et bien évidemment de ses voisins privés de droits et soumis à un régime d’occupation depuis bientôt cinquante ans. »
  38. 38. Bernard Devert Français né en 1947. Études de droit. Agent immobilier de 1973 à 1985, poursuit parallèlement des études de théologie et devient prêtre pour le diocèse de Lyon. Choisit de mettre ses compétences professionnelles au profit des personnes mal logées, fonde en 1985 le mouvement Habitat et Humanisme afin de venir leur en aide. Cette fédération reconnue d‘utilité publique (2300 bénévoles, 200 salariés, 25 000 personnes engagées dans le don et l'épargne solidaire, plus de 12 000 familles logées depuis sa création) est aujourd’hui composée de 50 associations dans 70 départements. Fonde en 2003 le mouvement Pierre Angulaire, qui vient en aide aux personnes âgées fragilisées ou dépendantes. « La ville doit être traversée par la différence, et non se développer à partir de strates monolithiques. Et là où le vivre ensemble n’est pas perceptible, il y a injustice ; l’homogénéité de l’habitat concourt à la rigidité assassine des sociétés occidentales.»
  39. 39. Coline Serreau Française née en 1947, réalisatrice, scénariste, compositrice, chef de chœur. Ses films font l’éloge de l’amitié, de l’honnêteté, de la vérité, de la tendresse, du non-conformisme. Son long métrage Solutions locales pour un désordre global (2010) montre qu’il existe partout des solutions. Il fait entendre des réflexions de paysans, de philosophes et d’économistes qui, après avoir expliqué pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise financière, économique et politique, inventent et expérimentent des alternatives.
  40. 40. Aminata Traoré Née en 1947, femme politique et écrivaine malienne, docteur en psychologie sociale, ex-ministre de la Culture, chef d’entreprise à Bamako, militante altermondialiste. Dénonce le FMI et la Banque Mondiale, les mécanismes privant l’Afrique de ses ressources humaines et naturelles, analyse les crises africaines à la lumière de la mondialisation libérale. « Quelle Afrique voulons-nous à la lumière de l’état du monde ? Si nous parvenons à nous saisir de cette question au niveau de chaque pays, des différentes sous-régions et du continent en outillant les populations de telle sorte qu’elles puissent s’impliquer à fond dans l’analyse de l’état des lieux, alors la formulation, la mise en œuvre et le suivi des solutions pourront jeter les bases d’une démocratie africaine par et pour les peuples ».
  41. 41. Émile Shoufani Né en 1947, théologien et éducateur chrétien arabe, de nationa- lité israélienne. Expulsé avec sa famille en 1948. Études de théologie en France. Prêtre et directeur du Collège Saint Joseph à Nazareth. Pour promouvoir la réconciliation et enseigner la Shoah, organise en 2003 le premier voyage judéo-arabe à Auschwitz-Birkenau (500 personnes). Archimandrite de l'Église grecque-catholique melkite de la Terre Sainte. « Cet acte de mémoire signifiera notre refus radical d’une telle humanité, il témoignera de notre capacité à comprendre la blessure de l’autre. (…) Ce détour par les abîmes les plus sombres de la mémoire de l’humanité ne peut relativiser en aucune façon les souffrances d’autres populations, en d’autres lieux et en d’autres temps. Il ne peut au contraire que nous renvoyer chacun à nos responsabilités du présent, et à notre vocation d’êtres humains en marche vers un Vivre ensemble ».
  42. 42. Érik Orsenna Érik Arnoult, né en1947, romancier français. Études de philosophie, de sciences politiques et surtout d'économie. Chercheur et enseignant dans le domaine de la finance internationale et de l'économie du développement. Vice-président du conseil d’administration de la fondation FARM (Fondation pour l'Agriculture et la Ruralité dans le Monde). Membre honoraire du Conseil d’État et de l’Académie Française, navigateur, amoureux de l’Afrique. « J’ai rencontré des scientifiques, des paysans, des religieux, des constructeurs de barrages, des physiciens alpinistes qui mesurent sur tous les toits du monde la fonte des glaciers. J’ai passé du temps avec les médecins de Calcutta qui luttent contre le choléra. (…) Peu à peu, j’ai fait plus ample connaissance avec notre planète. J’ai vu s’aggraver partout les inégalités, notamment climatiques. Mais j’ai vu aussi la réussite du pragmatisme, de belles coopérations entre administrations et entreprises privées. »
  43. 43. Rebiya Kadeer Née en 1947 dans l'ethnie ouïghoure (10 millions de personnes en majorité musulmanes et turcophones dans le Xinjiang, au nord-ouest de la Chine). Ex-blanchisseuse, femme d’affaires, promue à hautes responsabilités par le Parti communiste chinois. En août 1999, condamnée à 8 ans de prison pour « divulgation de secrets d’État » parce qu'elle a envoyé à son mari réfugié aux Etats-Unis des coupures de presse faisant état des violations des droits humains. Exilée aux États-Unis depuis 2005. Depuis 2006, présidente du Congrès mondial des Ouïghours. « Les militaires chinois sont omniprésents, les contrôles et les arrestations quotidiens. Il y aurait désormais environ 40 000 prisonniers politiques ouïghours en Chine, certains, y compris des femmes, condamnés à mort. De nombreux Ouïghours ont également disparu ».
  44. 44. Pierre Rosanvallon Né en 1948, historien français, auteur, professeur au Collège de France, directeur d’études à l’EHESS. Membre de la CFDT, du PSU puis du PS. Fonde en 2002 un atelier intellectuel international, La République des idées, pour "refonder une nouvelle critique sociale" détachée de "l’archéo-radicalisme" ou de "l’idéologie radicale nostalgique". Organise en 2009 le forum Réinventer la démocratie. Directeur du site La vie des idées. « Qu'est-ce qu'un pouvoir impartial ? (ne pas subir de pression, ne pas avoir préjugé, être désintéressé, etc.) Quelle importance les hommes ont-ils donné à cette qualité ? Quelles procédures et exigences ont-ils instituées pour l’atteindre et la contrôler ? Quels liens avec les concepts d'indépendance, de neutralité ? L'impartialité comme fragile vertu à construire, présumée mais jamais acquise, virtuelle, provisoire, toujours à prouver, toujours à mettre à l'épreuve »
  45. 45. Patrick Viveret * Né en 1948, philosophe français, docteur en science politique. Chargé par Michel Rocard d'une mission sur l'évaluation des politiques publiques en France. Conseiller à la Cour des Comptes à partir de 1990, rédacteur en chef de la revue Transversales Science Culture (1992-1996), co- initiateur des rencontres internationales Dialogues en Humanité. « Nos sociétés sont dans entrées dans le mur, mais la crise de civilisation que nous traversons peut constituer, si nous le voulons, l’occasion d’un saut qualitatif de l’humanité en marche vers son humanisation. Au centre de nos problèmes se trouve la question de la qualité d’humanité, la question éthique. » * 7 diapositives sont consacrées à Patrick Viveret , car sa pensée rassemble beaucoup de sujets abordés dans ces diaporamas.
  46. 46. Patrick Viveret Démesure et mal-être « Notre société articule - la démesure : gratte-ciel, extraction en deux siècles des ressources fossiles accumulées pendant des millions d’années, écarts de revenus hallucinants, poids de la spéculation (97 %) dans les échanges financiers, etc. - et le mal de vivre (dépenses d’armements, de stupéfiants, de publicité) : peur et domination, mal-être, manipulation, maltraitance. Nous faisons la guerre à la nature, à autrui, à soi-même, nous sommes menacés par la barbarie intérieure. »
  47. 47. Patrick Viveret Avoir ou être ? « Les grandes difficultés auxquelles est confrontée l’humanité ne se situent pas dans l’ordre de l’avoir, celui des ressources physiques, monétaires, techniques, mais dans l’ordre de l’être, de la façon de concevoir sa place dans l’univers, de donner un sens à sa vie, de s’en sentir responsable et de se montrer solidaire de la vie des autres. Le désir humain est illimité. S’il est dans l’ordre de l’avoir, il génère mimétisme, frustration, rivalités et guerres. S’il est dans l’ordre de l’être, il peut être satisfait par l’échange, la rencontre, la création, la culture, la quête spirituelle. »
  48. 48. Patrick Viveret Savoir-être, savoir-vivre, savoir-mourir « Les enjeux du savoir-être, du savoir-vivre et du savoir- mourir ne sont pas seulement personnels, ils sont aussi collectifs et politiques. La croissance dans le domaine de l’être et non plus de l’avoir est un enjeu structurel, une clé de la démocratie et même de l’avenir de nos sociétés. Au couple négatif démesure - mal de vivre, nous devons substituer le couple positif simplicité et joie de vivre (ou sobriété heureuse). Opter pour la joie de vivre, décider d’être heureux, c’est aussi un acte de résistance politique.»
  49. 49. Patrick Viveret (suite) 7 principes pour « sortir du mur » : 1 - retrouver le principe d’espérance et l’articuler au principe de responsabilité ; 2 - articuler transformation personnelle et sociale, organiser un vivre ensemble qui fasse sens et réponde au désir de chacun de trouver sa place dans une histoire qui, elle aussi, ait du sens ; 3 - placer la construction de la joie de vivre au cœur des projets alternatifs
  50. 50. Patrick Viveret 7 principes pour « sortir du mur » : 4 - changer notre rapport à l’avoir et au pouvoir, mais aussi à la vie elle-même : retrouver l’art de vivre et savoir s’émerveiller ; 5 - promouvoir la « haute qualité démocratique », transformer positivement les conflits, les construire et les gérer dans la non-violence ; 6 - repérer les potentialités créatrices, mettre en réseau les initiatives d’expérimentation sociale ; 7 - vivre réellement les valeurs qu’on affiche, en se souvenant du sens fort du mot valeur : la force de la vie !
  51. 51. Patrick Viveret La transformation sociétale « Celles et ceux qui sont engagés dans la transformation de la société ont besoin de REVe : R comme Résistance créatrice, E comme Expérimentation anticipatrice, V comme Vision transformatrice, avec, à la fin, un petit e comme évaluation, c’est-à-dire délibération sur ce qui fait valeur. La valeur, terme qu’on retrouve dans “valeurs fondatrices”, “valeureux”, est la force de vie. » « Il faut des colibris qui font chacun leur part, nous dit Pierre Rabhi. Pour pouvoir éteindre l’incendie de la forêt, il faut aussi une intelligence collective des tous les colibris oeuvrant ensemble. Et cela avec joie et plaisir : non au militantisme sacrificiel ! »
  52. 52. Jean Léonetti Né en 1948, médecin cardiologue, homme politique français, membre du Parti radical valoisien et de l'UMP. Rapporteur au Parlement de la "loi relative aux droits des malades et à la fin de vie" du 22 avril 2005. Sans légaliser l’euthanasie, la loi indique que les traitements ne doivent pas être poursuivis par une "obstination déraisonnable" et fait obligation de dispenser des soins palliatifs. Des traitements anti-douleur efficaces peuvent être administrés en fin de vie, même s’il en résulte une mort plus rapide. Toute personne en phase terminale peut décider de limiter ou d’arrêter les traitements. Si le malade est inconscient, l’arrêt ou la limitation du traitement ne peuvent être décidés que dans le cadre d’une procédure collégiale. Il doit être tenu compte des directives anticipées formulées par le malade (à condition qu’elles aient été formulées moins de 3 ans avant la perte de conscience).
  53. 53. Hans Köchler Né en 1948, Autrichien, professeur de philosophie à l’Université d'Innsbrück, président de l'International Progress Organization, ONG dotée du statut consultatif auprès de l' ONU. Co-président de l'Académie internationale de philosophie. Ses recherches en philosophie politique et juridique et son engagement avec l'ONU l’amènent à une critique fondamentale du système international centré sur l'État et à des propositions concrètes pour la démocra- tisation de l' ONU et d'un système viable de justice pénale internationale. En 1987, avec le prix Nobel Seán MacBride, rédige l’Appel des juristes contre les armes nucléaires puis, grâce à un rapport d’expertise, contribué à ce que la Cour internatio-nale de justice constate le caractère contraire au droit international du recours à l’arme nucléaire.
  54. 54. Marianne Sébastien Née en 1948, musicienne suisse, cantatrice, accoucheuse de la voix, thérapeute par le chant, chef d’entreprise. Études de musique au conservatoire de Lausanne et perfectionnement à Milan, Paris, New-York, diplômée en sciences sociales et pédagogiques. Fonde en 1993 l’association humanitaire internationale Voix Libres, qui offre des alternatives aux enfants de Bolivie travaillant dans les mines, les campagnes, les tas d’ordures et les rues. 222 structures construites ou rénovées, plusieurs centaines de milliers de bénéfi- ciaires. Axes d’action : démocratie participative, émancipation des femmes, santé, recherche de l'autonomie alimentaire, agriculture biologique, énergies renouvelables, microcrédit. « Être libre, c’est avoir la possibilité de choisir, de se transformer, d’être fier de soi et de dire non à la brutalité et à l’exploitation. C’est le droit de quitter le statut d’esclave du travail pour développer ses talents. »
  55. 55. Máxima Acuña Chaupe Péruvienne née en 1948, symbole de l'opposition à une mine d'or et de cuivre à ciel ouvert appelée Conga, d’une surface de 2000 hectares, comprenant quatre lacs de haute montagne. Membre de l'Asociación de Mujeres en Defensa de la Vida (Association des femmes pour la défense de la vie) et de l'Unión Latinoamericana de Mujeres - ULAM (Union latino- américaine des femmes). Vit sur ses terres à à Tragadero Grande depuis 24 ans. En 2011, la compagnie minière Yanacocha essaye d'acheter les terres, et, après que Maxima ait refusé de vendre, commence une campagne d'intimidation et de violence : passages à tabac, meurtre de leur chien, occupation de leurs terres, destruction de leur maison, etc. En février 2014, 18 agents de la División de Operaciones Espaciales de la Policía Nacional del Perú (DINOES) entrent dans sa propriété pour mettre fin à ses activités agricoles et expulser toutes les personnes présentes.
  56. 56. Sari Nusseibeh Né en 1949, Palestinien, docteur en philosophie à l’université de Harvard. En 1987, rencontre Moshe Amirav, membre du Likoud, parti de la droite israélienne. Chef politique et militaire pendant la première Intifada, emprisonné 2 ans par Israël. Avec Peace News, condamne les envois de missiles palestiniens Scud sur Tel Aviv. Représentant de l’OLP à Jérusalem en 2001. En septembre 2001, appelle de ses vœux "la conclusion d’une paix définitive entre les deux peuples" sur la base de la coexistence de « deux États voisins, mais distincts". En 2002, prend position contre la prise des armes lors de la 2ème Intifada, condamne les attentats-suicides et se prononce pour un État palestinien démilitarisé. En 2010, il opte pour un État binational, en en 2012 pour un condominium, étape vers un État fédéral israélo-palestinien.
  57. 57. Zhu Xiao-Mei Née en 1949 à Shanghai. Envoyée en camp de travail durant la Révolution culturelle (Mao Zedong) pour avoir joué de la musique occidentale et être issue d’un milieu bourgeois. Recopie de tête le Clavecin bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, travaille le piano en cachette. Quitte la Chine en 1979 pour les États-Unis, obtient les plus hautes distinctions et donne de nombreux concerts. S’installe en France en 1985. Professeure au Conser-vatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. « La musique, c’est essentiel, comme la nourriture ! Il arrivera un temps où les gens seront fatigués de cette agitation et chercheront autre chose. Contrairement à d’autres, je ne veux pas que les gens sortent excités de mes concerts. Je veux qu’ils sortent émus, silencieux, un peu comme après une méditation. »
  58. 58. Yitzhak Frankenthal Né en I9??, Israélien, juif orthodoxe. En juillet 1994, son fils Arik, 19 ans, jeune appelé dans l’armée israélienne, est capturé et tué par le Hamas. Homme d’affaires florissant, liquide sa société et utilise les fonds pour créer en 1995 Parents Circle – Families Forum. Cette association de parents endeuillés, palestiniens et israéliens, vouée à la réconciliation entre les deux peuples, regroupe aujourd’hui plus de 500 familles. Crée ensuite l’Arik Institut for tolerance, reconciliation and peace qui demande la fin de l’occupation militaire des territoires palestiniens par Israël. « Tant que nous ne verrons pas que l’occupation des terres palestiniennes est une forme de terrorisme, nous ne compren- drons pas les Palestiniens. Et si nous ne les comprenons pas, nous n’aurons pas la paix avec eux, que le terrorisme et la guerre".
  59. 59. Alain Finkielkraut Né en 1949 d’un père juif polonais rescapé d’Auschwitz. Écrivain, philosophe et essayiste français, professeur de philosophie et d'histoire des idées à l’École polytechnique. Marqué par H. Arendt, E. Lévinas, C. Péguy, M. Kundera. Auteur de nombreux ouvrages sur la littérature, l'amour, la modernité, la judaïté, le nationalisme, la colonisation. Défend l'idée de transmission, d'héritage, de tradition, l'esprit des humanités, la notion d'identité et la redécouverte du sens du tragique. Affirme la nécessité, pour vivre en êtres humains, de s'ouvrir aux œuvres de l'esprit, au premier rang desquelles les grandes œuvres de la littérature. « La culture, c'est la vie avec la pensée. Et on constate aujourd'hui qu'il est courant de baptiser culturelles des activités où la pensée n'a aucune part. » Edwy Plénel dans son livre Pour les Musulmans lui reproche ses propos « Il y a un problème de l’islam en France », semblables pour lui à ceux qui affirmaient avant la 2ème guerre l’existence d’un « problème juif » en France
  60. 60. Michel Warschawski Né en 1949, journaliste, chroniqueur, conférencier et militant israélien. Cofondateur en 1984 et ex-président du Alternative Information Center (AIC) qui rassemble plusieurs organisations de paix israéliennes et palestiniennes. L’AIC a reçu en 2012 le Prix des Droits de l’Homme de la République Française décerné par la Commission nationale consultative des droits de l’homme. Membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine. « C’est soit la discrimination ethnique pratiquée par des Juifs, soit la démocratie. Ou bien les colonies, ou l’espérance pour deux peuples. Ou bien l’illusion d’un rempart de barbelés, des barrages routiers et des kamikazes, ou bien une frontière internationale consentie mutuellement, et Jérusalem capitale commune de deux États. »
  61. 61. Axel Honneth Né en 1949, philosophe et sociologue allemand. Depuis 2001, directeur de l'Institut de recherche sociale à Frankfurt-am-Main, qui héberge l'École de Francfort. Réfléchit à une société assurant à ses membres les conditions d’une "vie bonne". Distingue la reconnaissance amoureuse (liens affectifs), la reconnaissance juridique (droits et devoirs) et la reconnaissance culturelle (estime sociale). La révolte des jeunes peut être interprétée comme un refus de la société du mépris et une lutte pour la reconnaissance sociale. «Les conditions du respect et de l'estime de soi risquent d'être considérablement meurtries, que ce soit à travers les tendances à la marchandisation, à la destruction des relations privées ou à travers les exigences de performance qui pèsent sur chacun. (…) Sans la reconnaissance, l'individu ne peut se penser en sujet de sa propre vie. »
  62. 62. Philippe Aigrain Français né en 1949, docteur en informatique, chercheur, ancien chef du secteur technique du logiciel à la Commission européenne, cofondateur du collectif La quadrature du net, milite pour les biens communs et contre les abus de la propriété intellectuelle. « D’un côté, l’extension des domaines couverts par les brevets (molécules pharmaceutiques, variétés végétales, séquences génétiques, logiciels) restreint, pour le profit de quelques multinationales, l’accès à des ressources essentielles telles que les médicaments, les semences et l’information. De l’autre côté, la production et le partage de l’information et des créations sont plus libres qu’avant, et la multiplication des échanges esquisse une société mondiale, diverse et solidaire. Les médias coopé- ratifs, les logiciels libres, les publications scientifiques ouvertes et les autres biens communs réinventent la démocratie. Comment l’information peut-elle servir les biens publics sociaux de la santé, de l’éducation ou de la solidarité au lieu de contribuer à les détruire ?»
  63. 63. Jean Hatzfeld Né en 1949, journaliste et écrivain français. Grand reporter et correspondant de guerre pour le quotidien Libération. Reporter au Rwanda à l'époque du génocide de 1994, saisi par l'échec collectif des journalistes face à l'événement et leur incapacité à affronter l'effacement des rescapés, suspend son activité dans sa rédaction 4 années plus tard pour séjourner près des marais et travailler avec des rescapés tutsis. Poursuit son travail avec un groupe de Hutus ayant participé au génocide sur les mêmes collines, et écrit 3 ouvrages sur le sujet. S’interroge sur la banalisation du mal et l’absence de culpabilité des génocidaires. « Contrairement au génocide juif, qu’on peut qualifier d’indus- triel, on a là affaire à un génocide de proximité : on s’en prend à ses connaissances, à ses voisins, à ses collègues. (…) On les obligeait à tuer devant les autres, parfois même en place publique, afin de les "aguerrir". On exigeait des hommes mariés à une Hutue qu’ils montrent d’autant plus de zèle à tuer s’ils voulaient sauver leur épouse. ../..
  64. 64. Jean Hatzfeld «Il était sans doute très risqué de s’élever contre les exactions. Un tortionnaire m’a dit un jour : « On était moins gênés de manier la machette que d’affronter les gronderies des autres ». « Je m’attendais à ce qu’ils soient bouleversés par ce qu’ils avaient fait, un peu à l’instar de certains vétérans du Vietnam devenus alcooliques ou profondément dépressifs après la guerre. Mais il n’en est rien. Les Hutus ne montrent aucun de ces stigmates. Si certains d’entre eux ne s’expliquent pas leur passage à l’acte, la majorité semble n’éprouver aucun remords. Ils ont des regrets, celui d’avoir perdu leur poste ou d’avoir fait de la prison, mais pas de remords. On attend d’eux une parole empathique vis-à-vis des victimes, mais elle ne vient pas.»
  65. 65. Franz-Olivier Giesbert Né en 1949, journaliste et éditorialiste (Le Nouvel Observateur, Le Point), biographe, présentateur de télévision et romancier franco-américain. Explore notamment les collusions entre les médias et le pouvoir politique français. Végétarien "à géométrie variable". « Il n'y avait plus à tortiller, si le capitalisme était l'exploitation de l'homme par l'homme, le communisme était l'inverse, mais en pire… » « La science nous apprend que nos sœurs et nos frères les bêtes sont beaucoup plus proches de nous qu’on pouvait le penser. Qu’elles rient, qu’elles sont capables d’empathie et qu’elles ont, comme nous, la conscience de soi, tel le cochon qui se regarde dans le miroir. (…) Ceux qui sont engagés dans la cause animal sont souvent très actifs contre les guerres ou les injustices sociales. Quand on a du cœur, c’est pour tout le monde ! »
  66. 66. Charles Gardou Né en 19??, anthropologue français, spécialiste des questions du handicap et des différences culturelles. Ex-instituteur, directeur de lycée, professeur d’université. Docteur ès sciences de l'éducation. A été confronté à la diversité humaine dans différents lieux du monde. Consacre ses travaux à la diversité humaine, à la vulnérabilité et à leurs multiples expressions. Directeur de l'Institut des Sciences et Pratiques d'Education et de Formation (I.S.P.E.F.) à l'Université Lumière - Lyon 2. A créé, avec Lucia de Anna, le doctorat international Cultures, handicap, inclusion, implanté à l’Université de Rome Foro Italico. « Le handicap est un amplificateur, un miroir grossissant qui ne fait que réfléchir la vulnérabilité qui est à la racine, au centre, au plus intime de tout être et de toute existence. Il ne s’agit pas d’une fragilité accidentelle, de surface, mais d’une fragilité d’identité, que l’on s’éreinte à fuir ou à nier. L’humanité, qui se veut forte et éternelle, fait un bruit de porcelaine brisée. C’est là que niche la véritable solidarité entre humains, tandis que la force divise. »
  67. 67. Roger Walsh Né en 19??, médecin australien, professeur de psychiatrie, de philosophie et d'anthropologie à l’University of California à Irvine. Travaille notamment sur les sagesses, le chamanisme, les causes psychologiques de la crise et du malaise contemporains. Analyse les effets de ce qu'il appelle "les changements thérapeutiques du mode de vie" : 1) l'exercice physique, 2) l'alimentation, 3) les relations, 4) les loisirs, 5) la relaxation et la gestion du stress, 7) le temps passé dans la nature, 8) la spiritualité. «Au 21ème siècle, les modes de vie thérapeutiques pourraient devenir centraux en santé mentale, en médecine et en santé publique. (…)Encourager l'adoption généralisée de modes de vie thérapeutiques dans la population suppose aussi des mesures à grande échelle englobant les systèmes d'éducation, de santé mentale et publique, mais aussi la gouvernance des sociétés ». ■

×