The retour of the folie !
Ayant apprécié écrire Folie premier du nom, et en ayant vu son franc
succès, je vais essayer céa...
je suis aussi facteur et livreur de pizzas à mi-temps. Enchanté.
- Ravi de vous rencontrer.
- Le plaisir est pour moi.
- J...
M'écriais-je. J'ai alors entendu le loup et le renard chanter, et cela m'a mis la
ctenocephalides à l'oreille. Monsieur Ca...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Folie 2

176 vues

Publié le

Un texte fou portant sur la folie

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
176
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Folie 2

  1. 1. The retour of the folie ! Ayant apprécié écrire Folie premier du nom, et en ayant vu son franc succès, je vais essayer céans de recommencer cette prouesse. Il est à noter que le premier a été écrit en 15 minutes top-chrono, et celui-ci a été continué petit à petit au fil des jours et de l'inspiration. Tenez- vous bien, voici venir l'incarnation de l'absurde. Il était pas deux fois, l'histoire du grand chaperon vert. C'était un fort bel homme, très baraqué (ça veut dire qu'il a beaucoup de maisons) et il avait à la main un joli panier de plastique, dans lequel se trouvait un kebab et des capotes. Il rendait visite à son père-grand, tavu. Mais en chemin, il se cogna contre un arbre et il mourut sur le coup. C'est con la vie. Enfin bref. Nous allons désormais parler des mouches à poils longs. Figurez-vous que j'avais un élevage, que je faisais bien sûr paître dans les montagnes, et du coup je vendais du fromage de chèvre. Mais là est le problème : j'ai des poils roux sous les bras. Alors pendant la pleine lune, je me transforme en yorkshire-terrier-garou, et je cours après les voitures en miaulant. C'est comme ça que j'ai rencontré Lassie ! Ma femme. Elle me faisait de bons petits plats, et parfois même des onduleux ou des pentes ! J'y roulais dessus, tout heureux, avec mon beau vélo Fisher Prices®, c'était super. Mais le VTT, ça creuse ! Et à force de creuser, je suis arrivé en Chine. J'ai parcouru le pays pendant plus de 2 longues, fatigantes, laborieuses, difficiles, épuisantes mais intéressantes, et ô combien éducatives minutes... et j'ai fini par aterrir dans un temple shaolin. J'y ai suivi un entraînement intensif, et je suis maintenant capable d'arracher avec mon petit doigt les ailes d'une mouche en plein vol. Ca sert à rien, mais c'est bien feune. Après ça, je suis rentré au pays. Mais un homme m'attendait chez moi... Il me tint à peu près ce langage : - Bonsoir. Vous êtes monsieur John Duff ? - C'est bien moi. Qui êtes-vous ? - Je suis Vincent Time, agent du FBI, du KGB, de la CIA, d'Interpol, de la N.A.S.A., et
  2. 2. je suis aussi facteur et livreur de pizzas à mi-temps. Enchanté. - Ravi de vous rencontrer. - Le plaisir est pour moi. - Je m'éjacule à la gueule de vous voir. - Comme c'est charmant. Bref, c'est le président qui m'envoie. - Lequel ? - Celui des Etats-Unis (évidemment). On recherche un homme qui pourrait arracher avec son petit doigt les ailes d'une mouche en plein vol, et on m'a dit que vous aviez le profil. - Oui. Tenez, le voilà. - Merci. - Attention à ne pas le mettre de face. - J'y veillerais. Au revoir. L'homme sortit alors un U.L.M. de son chapeau et s'envola par ma fenêtre. Je ne le savais pas encore, mais j'avais sauvé le monde. Mais ceci est une autre histoire... Que je vais vous raconter ! Ou pas. M'EN FOUS CHUI FOU ! ! Enfin bref. Peu de temps après, mon slip se mit à jouer du trombone, et croyez-moi, j'en ai encore les fesses qui font bravo (Spéciale casse-dédi à Elie). J'ai alors décidé, vu son talent, de l'engager dans un cabaret. Il rencontra un string en dentelle, mais hélas ils vécurent malheureux et défuntèrent à cause du SIDA. J'étais ravagé par la douleur, je n'arrivais pas à réaliser que je venais de perdre mon slip. C'est alors que je fis sa rencontre. Monsieur Caleçon ! Il fut d'un grand réconfort dans cette période de tristesse. Après quelques temps, et beaucoup de douceur (car Monsieur Caleçon était en velours et se lavait avec Mirlène Machin), il me remit sur pieds. Non pas que je marchais sur les mains, enfin vous m'aurez compris. J'avais franchi une étape importante de ma vie, j'étais en quelque sorte, sur le plan affectif pubien, revenu à la case départ. Je pris 20 000 F à la banque et je lançais les dés. Un double ! J'avance jusqu'à la rue de Courcelles que je n'achète pas, et je relance le dais, qui tombe parfaitement au pied du lit. C'était un beau lit d'esclave, cela va de soi, puisque l'esclavage est aboli. Mais de retour à Bali, les hommes de pied de Lord Findus nous coincèrent dans une ruelle, Monsieur Caleçon et moi. - Jean-Claude Van Damned ! Nous sommes cernés !
  3. 3. M'écriais-je. J'ai alors entendu le loup et le renard chanter, et cela m'a mis la ctenocephalides à l'oreille. Monsieur Caleçon, qui était en fait un Barbapapa, se changea en moteur d'hélicoptère. Par chance, j'avais justement un hélicoptère sans moteur dans ma poche. Nous nous échappèrent, par la voie des airs, nous étions sauvés ! Poil au nez. Pour fêter ça, on se prit un Mc Do' au Fly-In, et on rencontra d'ailleurs Vincent Time qui faisait une pause avec son U.L.M. On discuta un peu, et il nous révèla un grand secret : il était le fils caché de Michel Fuguain. Il me pria instamment de ne pas révéler cette information marmotte-secrète, ce que je lui jurais-crachais-croix-de-bois-croix-de-fer-si-je-mentais-j'allais-en-enfer. Et vous savez pas quoi ? Devinez d'où je vous écris ! ! ! Raimbaud Dimitri

×