Conference 19 Nov

5 107 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 107
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
97
Actions
Partages
0
Téléchargements
57
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conference 19 Nov

  1. 1. Comment répondre à la demande contraceptive XVII ièmes Rencontres Annuelles BILLINGS France Paris , 18 et 19 novembre 2006 Dr Didier Cosserat
  2. 2. <ul><li>1 La réelle efficacité des différentes méthodes </li></ul><ul><li>2 Les raisons de se méfier des oestrogènes </li></ul><ul><li>3 L’abord lors des consultations </li></ul>
  3. 3. <ul><li>Définition de l’indice de Pearl ; </li></ul><ul><li>Si 100 femmes utilisent un moyen de contraception pendant un an, et si l’une d’entre elles tombe enceinte pendant ce temps, l’indice de Pearl équivaut à 1 </li></ul>
  4. 4. 0,1 en moyenne ; sur la base des essais cliniques indice des contraceptifs oraux oestro progestatifs, pour une utilisation parfaitement suivie. En dehors des essais cliniques, l’indice de Pearl observé en pratique est plutôt de 6 à 8. Revue Prescrire Mai 2006 n°272
  5. 5. 0 à 10 avec les contraceptifs progestatifs faiblement dosés (Cérazette, Microval) dans les études de cohortes disponibles. L’ indice de Pearl est de ;
  6. 6. 0,6 à 0,8 avec les différents stérilets (selon qu’ils contiennent ou non des progestatifs). L’ indice de Pearl est de ;
  7. 7. Dans une des études les plus vastes de l’Organisation Mondiale de la Santé, l’incidence annuelle de grossesses non désirées a été de 22,5% sur la première année d’utilisation ramenée à 3,4% si la méthode Billings est utilisée parfaitement. Revue Prescrire Octobre 2000 tome 20 n°210 Trussel J , et Grummer-Strawn L « Further analysis Of contraceptive failure of the ovulation method » Am J Obstst Gynecol 1991;165 ;2 054-2059
  8. 9. Quelques chiffres concernant oestrogènes et cancers
  9. 10. Entre 1980 et 2000, l’incidence des cancers du sein a augmenté de 60% en France, soit 2,42 %par an. Trétare Bet coll « Cancer du sein chez la femme; Incidence et mortalité, France 2000 » BEH 2004 ;(44) : 209-210
  10. 11. Selon l’institut nationale de veille sanitaire (InVS, 2003) l’incidence des cancers en valeur absolue pour la France de 1980 à 2000 ; Sein 21211 à 41845 Prostate 10856 à 40309
  11. 12. Mortalité des cancers sein et prostate pour la France selon l’ InVS,2003 , entre 1980 et 2000 ; Sein ; 8629 à 11637 Prostate 6979 à 10004
  12. 13. Les contraceptifs oraux (combinés, séquentiels) sont maintenant sur les listes en groupe I de l’IARC (Agence Internationale de Recherche sur le Cancer)
  13. 14. Les mises en garde des risques carcinologiques des pilules oestro progestatives figurent pour toutes les pilules sur le dictionnaire thérapeutique Vidal.
  14. 15. Dans le Monde daté du 3 août 2005, sur une demi page ; Réuni sous l’égide du CIRC (Centre International de la Recherche sur le Cancer), un groupe de 21 experts de 8 nationalités différentes vient de conclure, de manière officielle, que les contraceptifs oraux combinés (oestrogènes et progestatifs) doivent être classés dans le groupe des produits cancérigènes le plus élevé dans l’échelle en vigueur.
  15. 16. « En cancérologie ce n’est pas seulement la dose qui compte, mais la durée d’exposition au risque. Ainsi ce que je recommande aux femmes, c’est de prendre la pilule le moins longtemps possible et de ne la prendre qu’après une première grossesse » Professeur Belpomme
  16. 17. Dominique Belpomme, est chargé de mission pour la mise en œuvre du Plan Cancer mis en place par le Président de la République. Il est président de l’ARTAC (Association française pour la Recherche Thérapeutique Ant-Cancéreuse)
  17. 18. Une autre bonne raison de se méfier des oestrogènes et des xéno oestogènes ;
  18. 19. La stérilité , une menace pour les sociétés industrialisées. 30% des couples ne procréent plus 15%disent qu’ils ne le peuvent pas 7,5% sont d’origine masculine
  19. 20. Les consultations pour stérilité n’ont jamais été aussi fréquentes.
  20. 21. Chaque année, depuis la 2 ième guerre mondiale , la concentration en spermatozoïdes dans le sperme a diminué de 1%. Dans certaines populations actuelles de pays industrialisés les hommes n’ont plus que 50% des spermatozoïdes qu’ils avaient avant la dernière guerre. Source ; Swan et al , 1997, adapté selon le Center of Research into Endocrine Disruption in Europe (CREDO)
  21. 22. L’ hypofertlité chez la femme a de multiples causes; - infectieuses (chlamydia …) - l’âge, le stress, le tabac … -La pilule contraceptive ; - prise très jeune avant que les cycles ne deviennent réguliers. - la prise de façon prolongée pourrait être un facteur de baisse de la fertilité.
  22. 23. Pour beaucoup maintenant la crainte d’avoir un enfant cède la place au désir d’en avoir un.
  23. 25. Comment répondre à la demande contraceptive ?
  24. 26. -Dès les premières règles. -Entre 12 et 18 ans. -La première consultation pour contraception. -Les renouvellements de pilule. -La consultation pré conceptionnelle et pré nuptiale. -La consultation post partum, allaitement. -Du post partum à la ménopause.
  25. 27. Dès l’âge des premières règles ; -Lors des consultations de dépistage, certificats de sport, vaccinations, dispense …. -En expliquant devant les parents et éventuellement les frères et sœurs la physiologie du cycle (ovulation, glaire, règles…) -Laisser un temps de parole pour les questions. -Expliquer par un schéma clair et le donner en fin de consultation -Précocité % au début du XX ième siècle (12 ans actuellement contre 15 ans en 1900). Soit 3 ans de plus d’exposition aux oestrogènes.
  26. 28. Cette consultation vers 12 ans est très importante en permettant ; -de démystifier ces notions de physiologie. -de permettre une soixantaine d’observations actives du cycle (de 12 à 17 et demi , âge moyen des 1er rapports ) -d’anticiper de 10 à 15 ans l’âge de découverte de la méthode Billings (difficultés d’expliquer la notion de glaire chez une femme sous X années de pilule qui modifiant la glaire) -de régulariser les cycles s’il y a lieu par de la progestérone naturelle. -d’expliquer les risques de donner une pilule sur des cycles irréguliers.
  27. 29. Entre l’âge des premières règles et les premiers rapports : -Expliquer ou réexpliquer la physiologie. -Régulariser les cycles par des méthodes naturelles. -Expliquer les risques des oestrogènes et des xéno oestrogènes (cosmétiques, pollution, soja, laitages, pesticides….) -Expliquer la physiologie féminine aux hommes et réciproquement (étude lycée de Caen , classe de seconde, janvier 2005 ; 5,4 % des garçons savaient que le cycle dure en moyenne 28 jours, 15,5% savaient que l’ovulation se produit vers le 14 ième jour) (Rôle du net dans l’information et cyber dépendance ) - L’école s’est imposée comme lieu d’éducation sexuelle, le médecin n’intervient qu’une fois sur quatre.
  28. 30. <ul><li>Première consultation pour contraception ; </li></ul><ul><li>rester sur un autre registre . </li></ul><ul><li>proposer de voir le couple. </li></ul><ul><li>-empathie. </li></ul><ul><li>-être à l’écoute. </li></ul><ul><li>non directif, expliquer, ne rien imposer. </li></ul><ul><li>Modèle BERCER de l’OMS (bienvenue, entretien, </li></ul><ul><li>renseignement, choix, explication, retour) </li></ul>
  29. 31. Consultation « renouvellement de pilule » -Informer des risques des oestrogènes et des progestatifs artificiels. -Réalité de l’indice de Pearl. -Réflexions sur ses projets de vie (couple, grossesse, réussite professionnelle …), -Prendre conscience de son âge, sa fertilité. -Expliquer les conséquences des oestro progestatifs sur la SHBG , testostérone, hormones thyroïdiennes, cortisol. -S’échapper du long parcourt banalisé et balisé de la surveillance gynécologique et rester réaliste devant les examens de dépistage. -Prendre conscience de l’emprise médicale sur la vie sexuelle des femmes. Autonomie. -Médecine prédictive plutôt que préventive. -Coût ; 100 €/ an .
  30. 32. La consultation pré conceptionnelle. - Nouveau en France . Thèse actuelle sur ce sujet. - De plus en plus fréquente devant la baisse du nombre des mariages. -La suggérer (consultation contraception, autres motifs …) -Conseils à entendre (iode, OM3, B9, progestérone, tabac…) -Optimiser sa fertilité. -Importance pour le couple de décider du jour ou il va donner la vie.
  31. 33. <ul><li>La consultation pré nuptiale ; </li></ul><ul><li>Ne devrait plus être le seul moment pour évoquer </li></ul><ul><li>la méthode Billings, trop tard ? … </li></ul><ul><li>-Souvent le seul moment ou l’on peut parler à l’homme </li></ul><ul><li>et au couple. </li></ul><ul><li>-Consultation majeure, souvent « bâclée ». </li></ul><ul><li>-Profiter de l’« état de grâce » et de la motivation de </li></ul><ul><li>l’homme. </li></ul>
  32. 34. <ul><li>La consultation post partum et allaitement ; </li></ul><ul><li>-Expliquer la physiologie (prolactine, lactation, </li></ul><ul><li>ocytocine …) </li></ul><ul><li>Voir le père (attitude empathique, explication </li></ul><ul><li>physiologique, épisiotomie) </li></ul><ul><li>Des rapports récents dont celui de l’ANAES (Agenge </li></ul><ul><li>Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé) indiquent </li></ul><ul><li>que l’allaitement constitue, à condition d’être exclusif, </li></ul><ul><li>une méthode fiable et efficace jusqu’à 6 mois . </li></ul><ul><li>-Rappeler la différence entre progestatifs artificiels </li></ul><ul><li>(Micoval, Cérazette), et progestérone naturelle. </li></ul>
  33. 35. <ul><li>Du post partum à la ménopause </li></ul><ul><li>-Etre attentif aux symptomes du syndrome pré </li></ul><ul><li>menstruel (nervosité, douleurs des seins, œdème…) </li></ul><ul><li>-Régulariser les cycles et protéger le sein. </li></ul><ul><li>Attentif aux problèmes de couple (39% des mariages </li></ul><ul><li>divorcent …) </li></ul><ul><li>-Relancer la libido. </li></ul><ul><li>-Bien comprendre la physiologie des différentes hormones. </li></ul><ul><li>. </li></ul>
  34. 36. <ul><ul><li>Cholestérol ---> Pregnenolone --->Progesterone </li></ul></ul><ul><ul><li> ---> Cortisol </li></ul></ul><ul><ul><li>---> Progestérone </li></ul></ul><ul><ul><li>--->Œstrogène ---> Testostérone </li></ul></ul>
  35. 37. La pré ménopause , 10 à 20 ans avant la ménopause …. Causée par un excès d’oetrogènes et un déficit en progestérone De plus en plus fréquente et précose par l’hyper oestrogénie ambiante
  36. 38. Cet excès d’œstrogène et ce déficit en progestérone se manifestent par ; -fibrome -douleurs des seins -difficulté à ovuler -difficulté à mener une grossesse à terme -prise de poids -fatigue -irritabilité et syndrome dépressif -diminution de la libido -troubles des règles -saignements inter menstruels
  37. 39. Comment bien comprendre et savoir utiliser la pro-gestérone ( % Mifegyne ou RU 486 ; anti progestérone )
  38. 40. Bien faire la différence entre progestérone naturelle et progestatifs artificiels Pour qu’une grossesse se passe bien l’organisme a besoin d’une quantité importante de progestérone naturelle alors que de faibles doses de progestatifs artificiels sont délétères et contre indiquées .
  39. 41. Les grands laboratoires commercialisent peu et ne communiquent pas sur la progestérone car il s’agit d’une substance naturelle. Ils ne peuvent donc ni la breveter ni obtenir des droits exclusifs sur sa commercialisation. Faibles bénéfices à escompter
  40. 42. Intérêt de la progestérone naturelle; -protège des cancers du sein, de l’endomètre et de l’ovaire. -régularise le cycle. -s’oppose aux effets secondaires des oestrogènes. -améliore le profil lipidique. -améliore les résultats des fécondations in vitro. -diminue le risque de spasmes coronariens. -facilite l’action des hormones thyroïdiennes. -améliore le syndrome prémenstruel. -indispensable pendant toute la grossesse. -rétablit les rythmes du sommeil. -précurseurs des autres hormones stéroïdes. -régularise le cycle menstruel. -améliore la glaire cervicale. -optimise les ovulations. -diminue les fausses couches. -améliore la libido.
  41. 43. Les progestatifs artificiels augmentent : - les oedèmes. - les états dépressifs. -les risques malformatifs. -les risques de phlébites. -les risques coronariens. -les risques de diabète -les problèmes cutanés (acné,eruptions…) Ils empêchent l’implantation de l’ovule fécondé
  42. 45. La progestérone naturelle est commercialisée : -en gel ; Progestogel® 1 dose de 2,5 g de gel = 25 mg de progestérone (3,13€ le tube de 32 mesures , remboursé sur ordonnance ou en vente libre) -en comprimés ; Utrogestan® 100 ou 200 mg (per os ou voie vaginale) (7,6€ la boite de 30, remboursé)
  43. 46. Quelques conséquences à la lumière de ces perturbations hormonales ;
  44. 47. <ul><li>-Prendre le temps d’expliquer à la femme comme </li></ul><ul><li>au couple comment gérer toutes ces étapes. </li></ul><ul><li>- Faire prendre conscience de la »rentabilité » d’une </li></ul><ul><li>pilule quasi quotidienne % au 4 rapports /semaine </li></ul><ul><li>avant la 1 ère grossesse diminuant très rapidement </li></ul><ul><li>ensuite à 1 ou 2 / semaine. </li></ul><ul><li>Conséquences psychologiques et sociales de la baisse </li></ul><ul><li>de la testostéronémie (libido). Eviter la « routine «  </li></ul><ul><li>des 3X52X30=4500 rapports … </li></ul><ul><li>-Réhabiliter le rôle du médecin dans l‘information </li></ul><ul><li>(cf étude de Caen). </li></ul>
  45. 48. » Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai à leurs enfants l’instruction que j’ai reçue de leurs pères » , avant dernière ligne du Serment d’Hippocrate
  46. 49. -Intérêt et motivation des stagiaires en 2 ième et 3 ième cycle d’étude de médecine. -Richesse des consultations à 3 ou 4 …. -Changement profond de comportement de ces futurs médecins.
  47. 50. En conclusion… - La méthode Billings est simple et « ça marche » - S’observer très jeune et impliquer l’homme. - Prendre conscience des risques de l’hyperoestrogénie. - Découvrir l’intérêt de la progestérone naturelle - Comprendre le caractère novateur et éclairé de Jean Paul II dans son approche aussi originale que parfaitement méconnue sur le corps, la sexualité et le mariage.
  48. 52. Bibliographie; &quot; La vie en voie de disparition &quot; Théo Colborn Edition Terre Vivante &quot; Tout savoir sur la préménopause &quot; Dr John Lee Ed Sully &quot; Tout savoir sur le cancer du sein &quot; Dr John Lee Ed Sully &quot; Amère pilule &quot; Ellen Grant Ed Œil « Ces maladies créées par l’homme  » Prof Belpomme Ed Albin Michel «  La formation du couple  » textes essentiels pour la sociologie de la famille Ed La Découverte   » L a sexualité selon Jean Paul II &quot; Yves Semen Ed ; Presse de la Renaissance &quot;L'Eglise et la contraception; l'urgence d'un changement &quot; Catherine Gremion et Hubert Touzard Ed Bayard

×