DYSPHAGIESDYSPHAGIES
(DYSPHAGIA)(DYSPHAGIA)
PlanPlan
I- Définition- généralités.I- Définition- généralités.
II- Rappel physiologie de la déglutition.II- Rappel physio...
I- Définition- Généralités:I- Définition- Généralités:
La dysphagie se définit comme une sensation de gène ou d’obstructio...
II- Rappel physiologique de la déglutition:II- Rappel physiologique de la déglutition:
a- Déglutition normale:a- Déglutiti...
Phase oesophagienne:Phase oesophagienne:
- Le passage du bol alimentaire dans la bouche de Killian se fait par- Le passage...
III- Diagnostic positif:III- Diagnostic positif:
a- Interrogatoire:a- Interrogatoire: Le Dc de dysphagie est orienté par l...
Caractères de la dysphagie:Caractères de la dysphagie:
- Mode d’installation:- Mode d’installation:
1- dysphagie aigue en ...
Signes associés:Signes associés: La dysphagie peut être un signe isolé ou contraire êtreLa dysphagie peut être un signe is...
b- Examen physique:b- Examen physique:
-signes géneraux: temperature,poids..-signes géneraux: temperature,poids..
-- Exame...
 TLT:TLT: recherche une éventuelle lésion associée:recherche une éventuelle lésion associée:
- image médiastinale;- image...
3-3- Exploration dynamique oesophagienne:Exploration dynamique oesophagienne:
 Radio cinéma de la déglutition:Radio ciném...
IV- diagnostic différentiel:IV- diagnostic différentiel:
- Anorexie;- Anorexie;
- Troubles psychomoteurs et manifestation ...
A-2- Dysphagies non fébriles:A-2- Dysphagies non fébriles:
La première cause à rechercher est une Tm surtout en présence d...
 Ulcération amygdalienne syphilitique:Ulcération amygdalienne syphilitique:
- ADP multiple autour d’une plus volumineuse....
b- Au niveau de l’hypopharynx:b- Au niveau de l’hypopharynx:
 Carcinome épedemoide de l’hypopharynx:Carcinome épedemoide ...
 Diverticule phayngo-oesophagien (diverticule de Zenker) se voit chez les personnesDiverticule phayngo-oesophagien (diver...
B- Dysphagie basseB- Dysphagie basse
1- Dysphagies organiques lésionnelles:1- Dysphagies organiques lésionnelles:
 Kc de ...
 Oesophagite peptique:Oesophagite peptique:
- ATCD d’RGO.- ATCD d’RGO.
- Dysphagie progressive parois brutale.- Dysphagie...
 Compressions extrinsèques thoraciques:
- Comp tumorale: Lymphomes, ADP médiastinales.
- Comp vasculaires: hypertrophie d...
2- Dysphagies fonctionnelles:2- Dysphagies fonctionnelles:
a- Troubles moteurs oesophagiens primitifs:a- Troubles moteurs ...
 Syndrome des spasmes diffus de l’œsophage:Syndrome des spasmes diffus de l’œsophage: perte intermittente deperte intermi...
c- Dysphagies fonctionnelles par troubles moteurs pharyngo-c- Dysphagies fonctionnelles par troubles moteurs pharyngo-
oes...
VI–conclusion:VI–conclusion:
Tout patient dysphagique doit auTout patient dysphagique doit au
minimum bénéficier d’un exam...
Dysphagie
Dysphagie
Dysphagie
Dysphagie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dysphagie

4 445 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 445
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dysphagie

  1. 1. DYSPHAGIESDYSPHAGIES (DYSPHAGIA)(DYSPHAGIA)
  2. 2. PlanPlan I- Définition- généralités.I- Définition- généralités. II- Rappel physiologie de la déglutition.II- Rappel physiologie de la déglutition. a- déglutition normale.a- déglutition normale. b- déglutition anormale.b- déglutition anormale. III- Diagnostic positif.III- Diagnostic positif. a- interrogatoire.a- interrogatoire. b- examen clinique.b- examen clinique. c- examens complémentaires.c- examens complémentaires. IV- Diagnostic déffirentiel.IV- Diagnostic déffirentiel. V- Diagnostic étiologique:V- Diagnostic étiologique: A- dysphagies hautes:A- dysphagies hautes: A-1- dysphagies fibriles.A-1- dysphagies fibriles. A-2- dysphagies non fibriles.A-2- dysphagies non fibriles. a- Étage oro-pharyngé.a- Étage oro-pharyngé. b- Étage hypo pharyngé.b- Étage hypo pharyngé. c- Base du cou.c- Base du cou. B- dysphagies basses:B- dysphagies basses: B-1- Dysphagies organiques lésionnelles.B-1- Dysphagies organiques lésionnelles. B-2- Dysphagies fonctionnelles.B-2- Dysphagies fonctionnelles. VI- Conclusion.VI- Conclusion.
  3. 3. I- Définition- Généralités:I- Définition- Généralités: La dysphagie se définit comme une sensation de gène ou d’obstruction lorsLa dysphagie se définit comme une sensation de gène ou d’obstruction lors du passage alimentaire.du passage alimentaire. On parle:On parle: - D’aphagie lorsque l’alimentation est impossible.- D’aphagie lorsque l’alimentation est impossible. -d’odynophagie quand elle douloureuse.-d’odynophagie quand elle douloureuse. Il est classique de distinguer :Il est classique de distinguer : Les dysphagies hautes (pharyngées):Les dysphagies hautes (pharyngées): - Qui nécessitent un examen ORL complet pouvant être complété par une- Qui nécessitent un examen ORL complet pouvant être complété par une endoscopie S/AG.endoscopie S/AG. - la pathologie néoplasique est de loin la plus fréquente.- la pathologie néoplasique est de loin la plus fréquente. Les dysphagies basses (oesophagiennes):Les dysphagies basses (oesophagiennes): -qui nécessitent en première intention une FOGD.-qui nécessitent en première intention une FOGD. - Leurs étiologies sont dominées par les Kc de l’œsophage.- Leurs étiologies sont dominées par les Kc de l’œsophage. - les troubles moteurs seront évoqués en l’absence de pathologies- les troubles moteurs seront évoqués en l’absence de pathologies organiques.organiques.
  4. 4. II- Rappel physiologique de la déglutition:II- Rappel physiologique de la déglutition: a- Déglutition normale:a- Déglutition normale: Processus complexe comportant 03 phasesProcessus complexe comportant 03 phases permettant le transfert du contenu buccal dans l’estomac.permettant le transfert du contenu buccal dans l’estomac. Phase labio-buccal: volontaire, celle de la mastication qui aboutit à laPhase labio-buccal: volontaire, celle de la mastication qui aboutit à la formation d’un bolus homogène qui sera propulsé dans le pharynx parformation d’un bolus homogène qui sera propulsé dans le pharynx par obturation du cavum et les mouvements de la langue.obturation du cavum et les mouvements de la langue. Phase laryngo-pharyngée: réflexe qui associe 02 types de mécanismes:Phase laryngo-pharyngée: réflexe qui associe 02 types de mécanismes: - Protection par: inhibition des centres respiratoires, fermeture vélo- Protection par: inhibition des centres respiratoires, fermeture vélo -pharyngée évitant le reflux nasopharyngé et ascension et occlusion laryngée-pharyngée évitant le reflux nasopharyngé et ascension et occlusion laryngée pour prévenir les fausses routes.pour prévenir les fausses routes. -Propulseur: Par les contractions des muscles constricteurs du pharynx.-Propulseur: Par les contractions des muscles constricteurs du pharynx.
  5. 5. Phase oesophagienne:Phase oesophagienne: - Le passage du bol alimentaire dans la bouche de Killian se fait par- Le passage du bol alimentaire dans la bouche de Killian se fait par relâchement de sont sphincter sup.relâchement de sont sphincter sup. - Dans l’oesophage le bol subit un triple mécanisme; contraction- Dans l’oesophage le bol subit un triple mécanisme; contraction péristaltique, pesanteur et d’aspiration oesophagienne.péristaltique, pesanteur et d’aspiration oesophagienne. - Le bol passe dans l’estomac par relâchement du S.O.I.- Le bol passe dans l’estomac par relâchement du S.O.I. b- Déglutition anormale:b- Déglutition anormale: Il existe 02 groupes étiologiques de laIl existe 02 groupes étiologiques de la dysphagie.dysphagie. Obstruction de cause mécanique :Obstruction de cause mécanique : - Organique par l’obstacle sur l’axe digestif.- Organique par l’obstacle sur l’axe digestif. - C’est la cause la plus fréquente, Le plus souvent évolutive.- C’est la cause la plus fréquente, Le plus souvent évolutive. Obstruction liée à un trouble de la motricité pharyngienne et / ouObstruction liée à un trouble de la motricité pharyngienne et / ou oesophagienne.oesophagienne. - Provocant une dysphagie fonctionnelle.- Provocant une dysphagie fonctionnelle. - Non évolutives.- Non évolutives. - Déficit neurologique ou musculaire, primitif ou secondaire- Déficit neurologique ou musculaire, primitif ou secondaire..
  6. 6. III- Diagnostic positif:III- Diagnostic positif: a- Interrogatoire:a- Interrogatoire: Le Dc de dysphagie est orienté par l’interrogatoire en fonctionLe Dc de dysphagie est orienté par l’interrogatoire en fonction des ATCDs du malade, du contexte et des caractéristique de cette dysphagie. Ildes ATCDs du malade, du contexte et des caractéristique de cette dysphagie. Il fournit le Dc de présomption chez un grand nombre de patients.fournit le Dc de présomption chez un grand nombre de patients. ATCDs et terrain:ATCDs et terrain: - ATCDs pathologiques ORL et digestif (RGO, Kc traité, ingestion antérieur de- ATCDs pathologiques ORL et digestif (RGO, Kc traité, ingestion antérieur de produit caustique, collagénose et maladie neurologiques.produit caustique, collagénose et maladie neurologiques. - Intoxication éthylique et/ou tabagique.- Intoxication éthylique et/ou tabagique. - Exposition particulière aux produits toxiques.- Exposition particulière aux produits toxiques. - Prise médicamenteuse (chlorure de Na – cyclines).- Prise médicamenteuse (chlorure de Na – cyclines). - Irradiation thoracique antérieure.- Irradiation thoracique antérieure.
  7. 7. Caractères de la dysphagie:Caractères de la dysphagie: - Mode d’installation:- Mode d’installation: 1- dysphagie aigue en rapport avec une pathologie infectieuse ou un corps étranger;1- dysphagie aigue en rapport avec une pathologie infectieuse ou un corps étranger; l’anamnèses est évocatrice.l’anamnèses est évocatrice. 2- Dysphagie progressive: Très évocatrice d’une étiologie organique (néoplasique si le2- Dysphagie progressive: Très évocatrice d’une étiologie organique (néoplasique si le sujet est alcoolo tabagique).sujet est alcoolo tabagique). Quelques semaines après l’ingestion de caustique il faut évoquer une sténose cicatricielleQuelques semaines après l’ingestion de caustique il faut évoquer une sténose cicatricielle 3- Dysphagie intermittente; capricieuse; paradoxale; on s’orientera plus volontiers vers3- Dysphagie intermittente; capricieuse; paradoxale; on s’orientera plus volontiers vers une cause fonctionnelle.une cause fonctionnelle. -- Siège de la dysphagie:Siège de la dysphagie: 1- Haut: orophyngé; pharyngolaryngé; 1/3 sup de l’œsophage.1- Haut: orophyngé; pharyngolaryngé; 1/3 sup de l’œsophage. 2- Moyen: 1/3 moyen de l’œsophage.2- Moyen: 1/3 moyen de l’œsophage. 3- Bas: 1/3 inférieur de l’œsophage.3- Bas: 1/3 inférieur de l’œsophage.
  8. 8. Signes associés:Signes associés: La dysphagie peut être un signe isolé ou contraire êtreLa dysphagie peut être un signe isolé ou contraire être accompagnée:accompagnée: - AEG: Asthénie, amaigrissement, anorexie est fortement évocatrice d’une tumeurAEG: Asthénie, amaigrissement, anorexie est fortement évocatrice d’une tumeur maligne.maligne. - Signes digestifs: pyrosis, régurgitation alimentaire orientent vers un RGO ou unSignes digestifs: pyrosis, régurgitation alimentaire orientent vers un RGO ou un diverticule de Zenker.diverticule de Zenker. - Douleur: Odynophagie oriente vers une oesophagite.Douleur: Odynophagie oriente vers une oesophagite. Drl retrosternale en dehors des repas orientent vers une achalasie.Drl retrosternale en dehors des repas orientent vers une achalasie. Drl pseudo angineuse oriente vers un syndrome des spasmes diffusDrl pseudo angineuse oriente vers un syndrome des spasmes diffus oesophagiens.oesophagiens. - Toux, hypersialorrhée, hoquet associe à une lésion du bas œsophage avec atteinteToux, hypersialorrhée, hoquet associe à une lésion du bas œsophage avec atteinte du nerf phrénique.du nerf phrénique. - Une dysphonie ainsi qu’une otalgie réflexe orienteront vers une origineUne dysphonie ainsi qu’une otalgie réflexe orienteront vers une origine laryngopharyngée, ou une atteinte récurrentielle par une extension d’une Tmlaryngopharyngée, ou une atteinte récurrentielle par une extension d’une Tm oesophagienne.oesophagienne. - Dyspnée, signe tardif, témoin d’une atteinte laryngée ou trachéale.Dyspnée, signe tardif, témoin d’une atteinte laryngée ou trachéale.
  9. 9. b- Examen physique:b- Examen physique: -signes géneraux: temperature,poids..-signes géneraux: temperature,poids.. -- Examen ORL :Examen ORL : il est nécessaire en première intention si la dysphagie apparaît haut située avec présenceil est nécessaire en première intention si la dysphagie apparaît haut située avec présence d’une ou plusieurs ADP et surtout si le malade se plaint d’otalgie réflexe unilatérale.d’une ou plusieurs ADP et surtout si le malade se plaint d’otalgie réflexe unilatérale. -- Examen du cou :Examen du cou : Explore les aires gonglionnaires, la glande thyroïde, et recherche d’un diverticule pharyngo-oesophagien.Explore les aires gonglionnaires, la glande thyroïde, et recherche d’un diverticule pharyngo-oesophagien. -- Examen neurologique,Examen neurologique, avec étude des paires crâniennes impliquées dans la déglutition (V-VII-IX-X-XII).avec étude des paires crâniennes impliquées dans la déglutition (V-VII-IX-X-XII). -Examen géneral : autres ADPs ,HPMG,SPMG.-Examen géneral : autres ADPs ,HPMG,SPMG. C-Examen complémentaire:C-Examen complémentaire: 1-Exploration morphologique:1-Exploration morphologique:  Endoscopie :Endoscopie : Examen fondamental, souvent réalisé en première intention permettant:Examen fondamental, souvent réalisé en première intention permettant: - La vision directe des lésions avec possibilité de biopsie et prélèvement cytologique- La vision directe des lésions avec possibilité de biopsie et prélèvement cytologique - Rôle thérapeutique, ablation de corps étrangers, laser, dilatation.- Rôle thérapeutique, ablation de corps étrangers, laser, dilatation.  Echoendoscopie:Echoendoscopie: Indiquée dans:Indiquée dans: - Le bilan des Tms du médiastin.- Le bilan des Tms du médiastin. - Analyse les différentes couches de la paroi oesophagienne.- Analyse les différentes couches de la paroi oesophagienne. - Permet de préciser l’extension ggaires médiastinale.- Permet de préciser l’extension ggaires médiastinale.  TDM-IRM:TDM-IRM: Bilan d’extension des Tms.Bilan d’extension des Tms.  TOGD:TOGD: Indiquée dans:Indiquée dans: - Sténose serrée non franchissable par l’endoscopie;- Sténose serrée non franchissable par l’endoscopie; - Dc d’achalasie;- Dc d’achalasie; - Diverticule pharyngo-oesophagien.- Diverticule pharyngo-oesophagien.
  10. 10.  TLT:TLT: recherche une éventuelle lésion associée:recherche une éventuelle lésion associée: - image médiastinale;- image médiastinale; - localisation pulmonaire tumorale ou métastatique;- localisation pulmonaire tumorale ou métastatique; - niveau liquidien d’un éventuel méga œsophage.- niveau liquidien d’un éventuel méga œsophage. 2- Exploration fonctionnelle oesophagienne:2- Exploration fonctionnelle oesophagienne: - Examen de 2eme intention, réalisé après exploration endoscopique.Examen de 2eme intention, réalisé après exploration endoscopique. - Représentée par la manométrie et PH métrie.Représentée par la manométrie et PH métrie.  Manométrie oesophagienne:Manométrie oesophagienne: - Indication principale dans les dysphagie fonctionnelles par troubles moteurs- Indication principale dans les dysphagie fonctionnelles par troubles moteurs primitif ou secondaire.primitif ou secondaire. - Exploration des dysphagie en l’absence de lésions organiques.- Exploration des dysphagie en l’absence de lésions organiques. - Des douleurs thoraciques dont l’origine coronarienne a été éliminé.- Des douleurs thoraciques dont l’origine coronarienne a été éliminé. - Compléter le bilan de maladies systémiques.- Compléter le bilan de maladies systémiques.  PH métrie:PH métrie: - Principe est la mesure de coefficient d’acidité ou d’alcalinité au niveau de- Principe est la mesure de coefficient d’acidité ou d’alcalinité au niveau de l’Oes.l’Oes. - Confirme le diagnostic de RGO.- Confirme le diagnostic de RGO.
  11. 11. 3-3- Exploration dynamique oesophagienne:Exploration dynamique oesophagienne:  Radio cinéma de la déglutition:Radio cinéma de la déglutition: - Couplé à la manométrie.- Couplé à la manométrie. - meilleure indication se trouve dans l’exploration dans les Dysph haute- meilleure indication se trouve dans l’exploration dans les Dysph haute pharyngo-oesophagiennes organique (diverticule), fonctionnelle (paralysiepharyngo-oesophagiennes organique (diverticule), fonctionnelle (paralysie pharyngée, stase pharyngée persistante, dysfonctionnement cricopharyngée etpharyngée, stase pharyngée persistante, dysfonctionnement cricopharyngée et inertie oesophagienne).inertie oesophagienne).  Cinésintigraphie:Cinésintigraphie: - Orientation Dc dans le RGO et tbles de motricité Oesophagienne.- Orientation Dc dans le RGO et tbles de motricité Oesophagienne. 4- Bilan biologique:4- Bilan biologique: - FNS, VS.- FNS, VS. - Prélèvement bactériologique.- Prélèvement bactériologique. - IDR à la tuberculine.- IDR à la tuberculine. - Tests sérologique (HIV, syphilis).- Tests sérologique (HIV, syphilis). 5- biopsie et étude anapath.5- biopsie et étude anapath.
  12. 12. IV- diagnostic différentiel:IV- diagnostic différentiel: - Anorexie;- Anorexie; - Troubles psychomoteurs et manifestation d’angoisse;- Troubles psychomoteurs et manifestation d’angoisse; - Troubles de dentition gênant la mastication.- Troubles de dentition gênant la mastication. V- diagnostic étiologique:V- diagnostic étiologique: A- Dysphagie haute:A- Dysphagie haute: A-1- Dysphagies fébriles ( les angines):A-1- Dysphagies fébriles ( les angines):  Les angines non spécifiques: Erythémato-pultacée, pseudo-mb à germeLes angines non spécifiques: Erythémato-pultacée, pseudo-mb à germe banal, ulcéreuse, gangréneuses.banal, ulcéreuse, gangréneuses.  Amygdalite.Amygdalite.  Phlegmon péri amygdalien, abcès rétropharyngien.Phlegmon péri amygdalien, abcès rétropharyngien.  Angines spécifiques: Diphtérie, scarlatine, angine de vincent ( ulcéro-Angines spécifiques: Diphtérie, scarlatine, angine de vincent ( ulcéro- nécrotique unilatérale), MNI primo-infection herpétique, zonanécrotique unilatérale), MNI primo-infection herpétique, zona pharyngien.pharyngien.  Angines associées à une hémopathie (agranulocytose, leucémie).Angines associées à une hémopathie (agranulocytose, leucémie).  Épiglottite.Épiglottite.  pyolaryngocèle.pyolaryngocèle.
  13. 13. A-2- Dysphagies non fébriles:A-2- Dysphagies non fébriles: La première cause à rechercher est une Tm surtout en présence de facteursLa première cause à rechercher est une Tm surtout en présence de facteurs de risques: Homme âgé de 40 à 60 ans et intoxication alcoolo-tabagique.de risques: Homme âgé de 40 à 60 ans et intoxication alcoolo-tabagique. a- étage oro-pharyngé :a- étage oro-pharyngé :  cancer de l’oropharynx:cancer de l’oropharynx: -kc de l’amygdale :-kc de l’amygdale : Carcinome épidermoide de l’amygdale le plus fréquent.Carcinome épidermoide de l’amygdale le plus fréquent. - Homme entre 50 et 60 ans, éthlo-tabagique.Homme entre 50 et 60 ans, éthlo-tabagique. - Clinique:- Odynophagie, otalgie réflexe, AEG.Clinique:- Odynophagie, otalgie réflexe, AEG. -Ulcération dure au touché ségnant au contacte.-Ulcération dure au touché ségnant au contacte. -Kc du Sillon amygdalo-glosse et de la base de la langue-Kc du Sillon amygdalo-glosse et de la base de la langue..  Ulcération amygdalienne tuberculeuseUlcération amygdalienne tuberculeuse.. - Notion de contage.- Notion de contage. - signes d’imprégnation tuberculeuse.- signes d’imprégnation tuberculeuse. - Ulcération douloureuse sans infiltration ni saignement.- Ulcération douloureuse sans infiltration ni saignement. - TLT.- TLT. - Prélèvement de gorge et culture.- Prélèvement de gorge et culture. - Biopsie qui donne le diagnostic de certitude.- Biopsie qui donne le diagnostic de certitude.
  14. 14.  Ulcération amygdalienne syphilitique:Ulcération amygdalienne syphilitique: - ADP multiple autour d’une plus volumineuse.- ADP multiple autour d’une plus volumineuse. - Notion de contage.- Notion de contage. - Mise en évidence du tréponème.- Mise en évidence du tréponème. - Sérologie.- Sérologie.  Goitre basi-lingual:Goitre basi-lingual: il faut y penser devant une tuméfaction deil faut y penser devant une tuméfaction de la base de la longue, rouge sombre, vérifié par unela base de la longue, rouge sombre, vérifié par une échographie cervicale par la vacuité de la loge thyroïdienne.échographie cervicale par la vacuité de la loge thyroïdienne.  Corps étrangers :Corps étrangers : Rapidement évoqué à l’intérro et se d’autantRapidement évoqué à l’intérro et se d’autant qu’ils sont mal supportés et souvent douloureux (arête dequ’ils sont mal supportés et souvent douloureux (arête de poisson, pièce de monnaie).poisson, pièce de monnaie).
  15. 15. b- Au niveau de l’hypopharynx:b- Au niveau de l’hypopharynx:  Carcinome épedemoide de l’hypopharynx:Carcinome épedemoide de l’hypopharynx: -Homme 40 à 60 ans.-Homme 40 à 60 ans. -Dc tardif associant: Dysphagie mécanique, odynophagie, crachats-Dc tardif associant: Dysphagie mécanique, odynophagie, crachats sanglants, dysphonie, dyspnée et ADP cervicales dans un contexte généralsanglants, dysphonie, dyspnée et ADP cervicales dans un contexte général médiocre.médiocre. - Siége le plus frequent est le sinus piriforme.- Siége le plus frequent est le sinus piriforme. - Pronostique sombre marqué par une lymphophilie et un pouvoir- Pronostique sombre marqué par une lymphophilie et un pouvoir métastatique important et récidives locales.métastatique important et récidives locales.  Carcinome vestibulaire laryngé et de la margelle laryngée.Carcinome vestibulaire laryngé et de la margelle laryngée.  Corps étranger: parfois bloqués dans le sinus piriforme ou dans la régionCorps étranger: parfois bloqués dans le sinus piriforme ou dans la région rétro cricoidienne.rétro cricoidienne. c- La base du cou:c- La base du cou:  Kc thyroïdien, goitre.Kc thyroïdien, goitre.  Kc de la trachée.Kc de la trachée.  Kc de la bouche oesophagienne.Kc de la bouche oesophagienne.
  16. 16.  Diverticule phayngo-oesophagien (diverticule de Zenker) se voit chez les personnesDiverticule phayngo-oesophagien (diverticule de Zenker) se voit chez les personnes agées.agées. - C’est une hernie de la muqueuse et de la sous muqueuse Développée juste au- C’est une hernie de la muqueuse et de la sous muqueuse Développée juste au dessus d la bouche oesophagienne au dépend de la paroi post du l’hypopharynx;dessus d la bouche oesophagienne au dépend de la paroi post du l’hypopharynx; - Le plus fréquent des diverticules.- Le plus fréquent des diverticules. Clinique: - Régurgitations d’aliments non digérés souvent ingérés plusieurs heurs- Régurgitations d’aliments non digérés souvent ingérés plusieurs heurs auparavant, haleine fétide.auparavant, haleine fétide. - dysphagie fréquente parfois intermittente.- dysphagie fréquente parfois intermittente. - Fausses routes et pneumopathies d’inhalation.- Fausses routes et pneumopathies d’inhalation. - Bruits hydro- aériques dans le cou est évocatrice à l’auscultation.- Bruits hydro- aériques dans le cou est évocatrice à l’auscultation. - Stagnation salivaire invalidante.- Stagnation salivaire invalidante. - Examen clinique est habituellement normal car l masse réductible palpable- Examen clinique est habituellement normal car l masse réductible palpable dans le cou est exceptionnelle.dans le cou est exceptionnelle. Ex comp:Ex comp: - Le transit baryté est capital.- Le transit baryté est capital. - L’ondoscopie est envisagée dans le but d’éliminer un Kc associé- L’ondoscopie est envisagée dans le but d’éliminer un Kc associé (intradiverticulaire ou oesoph).(intradiverticulaire ou oesoph). TRT:TRT: - Tjrs chirurgical, il peut être réalisé par voie ext ou endoscopique au moyen- Tjrs chirurgical, il peut être réalisé par voie ext ou endoscopique au moyen d’une vaporisation laser sur le collet du diverticule.d’une vaporisation laser sur le collet du diverticule.
  17. 17. B- Dysphagie basseB- Dysphagie basse 1- Dysphagies organiques lésionnelles:1- Dysphagies organiques lésionnelles:  Kc de l’œsophage:Kc de l’œsophage: Premier Dc a évoqué chez un homme de 40 à 60 ansPremier Dc a évoqué chez un homme de 40 à 60 ans éthylotabagique présentant une dysphagie progressive dans un contexte d’AEG.éthylotabagique présentant une dysphagie progressive dans un contexte d’AEG.  - Endoscopie: lésion tumorale bourgeonnante ou ulcéro-infiltrante, saignant au- Endoscopie: lésion tumorale bourgeonnante ou ulcéro-infiltrante, saignant au contacte.contacte. - Les biopsies confirme le diagnostique.- Les biopsies confirme le diagnostique. - Bilan d’extension ( échoendoscopie , TDM).- Bilan d’extension ( échoendoscopie , TDM).  Tms binignes de l’œsophage:Tms binignes de l’œsophage: - Papillome, lipome, neurilnome, leimyome;- Papillome, lipome, neurilnome, leimyome; - Symptomatiques si elles sont volumineuses;- Symptomatiques si elles sont volumineuses; - Peuvent être confondues avec les compressions extrinsèques;- Peuvent être confondues avec les compressions extrinsèques; - Dc écho-endoscopique.- Dc écho-endoscopique.
  18. 18.  Oesophagite peptique:Oesophagite peptique: - ATCD d’RGO.- ATCD d’RGO. - Dysphagie progressive parois brutale.- Dysphagie progressive parois brutale. - fibroscopie: Muqueuse érythémateuse, érosive, ulcérée.- fibroscopie: Muqueuse érythémateuse, érosive, ulcérée.  Sténose caustique:Sténose caustique: - Notion d’ingestion caustique.- Notion d’ingestion caustique. - Une sténose serrée au transit baryté.- Une sténose serrée au transit baryté.  Oesophagite infectieuse:Oesophagite infectieuse: - Oesophagite mycosique la plus fréquente.- Oesophagite mycosique la plus fréquente. - Terrain fragile ( ATB, CTC, Sida).- Terrain fragile ( ATB, CTC, Sida). - Endoscopie: granulations blanchâtres, pseudo mb.- Endoscopie: granulations blanchâtres, pseudo mb. - Le germe le plus fréquent est le candida albicans.- Le germe le plus fréquent est le candida albicans. - Autres: hérpes, TBK, CMV…- Autres: hérpes, TBK, CMV…  Corps étrangers intra-oesophagiens.Corps étrangers intra-oesophagiens.
  19. 19.  Compressions extrinsèques thoraciques: - Comp tumorale: Lymphomes, ADP médiastinales. - Comp vasculaires: hypertrophie de l’OG, dysphagie de lusoria.
  20. 20. 2- Dysphagies fonctionnelles:2- Dysphagies fonctionnelles: a- Troubles moteurs oesophagiens primitifs:a- Troubles moteurs oesophagiens primitifs:  Achalasie (Méga œsophage idiopathique):Achalasie (Méga œsophage idiopathique): Physiologie:Physiologie: - Hypertonie du SIO.- Hypertonie du SIO. - Anomalie de contraction péristaltique oesophagienne.- Anomalie de contraction péristaltique oesophagienne. Clinique:Clinique: - Dysphagie constante, intermittente- Dysphagie constante, intermittente prédominante pour les liquides ( paradoxale).prédominante pour les liquides ( paradoxale). - Régulgitation et dlr retrosternale en dehors des repas.- Régulgitation et dlr retrosternale en dehors des repas. Ex cpt :Ex cpt : - endoscopie élimine une pathologie tumorale ou infectieuse- endoscopie élimine une pathologie tumorale ou infectieuse - la manométrie oesophagienne est l’investigation la plus spécifique (augm de la- la manométrie oesophagienne est l’investigation la plus spécifique (augm de la pression du SIO, relaxation incomplète et absence de péristaltisme primaire.pression du SIO, relaxation incomplète et absence de péristaltisme primaire. - TOGD: dilatation en amont avec sténose serrée et régulière.- TOGD: dilatation en amont avec sténose serrée et régulière. - TLT: niveau liquidien lié à la stase.- TLT: niveau liquidien lié à la stase.
  21. 21.  Syndrome des spasmes diffus de l’œsophage:Syndrome des spasmes diffus de l’œsophage: perte intermittente deperte intermittente de péristaltisme oesophagien.péristaltisme oesophagien. - Douleurs thoraciques pérprandiales, dysphagie capricieuse.- Douleurs thoraciques pérprandiales, dysphagie capricieuse. - Allongement de TTO à la scintigraphie oesophagienne.- Allongement de TTO à la scintigraphie oesophagienne.  Achalasie SSO:Achalasie SSO: - Hypertonie du muscle crico-pharyngien.- Hypertonie du muscle crico-pharyngien. - Dysphagie haute avec fausses routes.- Dysphagie haute avec fausses routes. b- troubles moteurs secondaires:b- troubles moteurs secondaires:  Achalasie secondaire:Achalasie secondaire: syndrome paranéoplasique ou lors de la maladie desyndrome paranéoplasique ou lors de la maladie de chagas.chagas.  Collagénoses:Collagénoses: - Sclérodermie: Atteinte de 2/3 inf de l’oes.- Sclérodermie: Atteinte de 2/3 inf de l’oes. - Polymyosite, dermatomyosite: Dysphagie haute (1/3 sup de l’Oes).- Polymyosite, dermatomyosite: Dysphagie haute (1/3 sup de l’Oes). - LED.- LED. - Synd de Gougrot Sgorgen.- Synd de Gougrot Sgorgen.
  22. 22. c- Dysphagies fonctionnelles par troubles moteurs pharyngo-c- Dysphagies fonctionnelles par troubles moteurs pharyngo- oesophagiennes:oesophagiennes: - S’integrent généralement dans l’évolution d’une maladie- S’integrent généralement dans l’évolution d’une maladie neurologique ou musculaire.neurologique ou musculaire.  Causes neurologiques:Causes neurologiques: --SNC:SNC: AVC, Tabes, anoxie cérébrale, traumatisme cérébrale.AVC, Tabes, anoxie cérébrale, traumatisme cérébrale. -- SNPSNP: Atrophie musculaire, polio, diabète, syndrome de: Atrophie musculaire, polio, diabète, syndrome de Guillain Barré.Guillain Barré.  Causes musculaires:Causes musculaires: Polyomyosite, dermatomyosite, LED,Polyomyosite, dermatomyosite, LED, dystrophie musculaire, myopathie radique, amylose.dystrophie musculaire, myopathie radique, amylose.  Causes neuromusculaires:Causes neuromusculaires: Myasthénie, botulisme.Myasthénie, botulisme.
  23. 23. VI–conclusion:VI–conclusion: Tout patient dysphagique doit auTout patient dysphagique doit au minimum bénéficier d’un examenminimum bénéficier d’un examen clinique minutieux et d’une endoscopie,clinique minutieux et d’une endoscopie, l’absence d’une lésion organique orientel’absence d’une lésion organique oriente vers unevers une atteinte fonctionnelle.atteinte fonctionnelle.

×