Impédancemétrie

1 040 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 040
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Impédancemétrie

  1. 1. ImpédancemétrieImpédancemétrie
  2. 2. PLANPLAN ►1) Introduction1) Introduction ►2) Rappel anatomo-physiologique2) Rappel anatomo-physiologique ►3) Intérêt d’étude3) Intérêt d’étude ►4) Indications et contre-indications4) Indications et contre-indications ►5) Instruments5) Instruments ►6) Tympanométrie6) Tympanométrie ►7) Étude du réflexe stapédien7) Étude du réflexe stapédien ►8) Conclusion8) Conclusion
  3. 3. IntroductionIntroduction  Système tympano-ossiculaire =Système tympano-ossiculaire = adaptateuradaptateur d’impédanced’impédance..  L’examen étant objectif, la participation active duL’examen étant objectif, la participation active du patient n’est pas requise.patient n’est pas requise.  Les mesures absolues d’impédance sont difficilesLes mesures absolues d’impédance sont difficiles a réaliser. En revanche, deux tests objectifsa réaliser. En revanche, deux tests objectifs permettant l’étude des variations de la compliancepermettant l’étude des variations de la compliance sont utilisées couramment :sont utilisées couramment : - La tympanométrie.- La tympanométrie. - L’étude du réflexe stapédien.- L’étude du réflexe stapédien.
  4. 4. Rappel anatomo-physiologiqueRappel anatomo-physiologique
  5. 5. Réflexe stapédien ► AttAttéénuation = 10 dBnuation = 10 dB àà la source > augmentation de 3 dBla source > augmentation de 3 dB àà l'entrl'entréée de lae de la cochlcochléée.e. ► Ses limites :Ses limites : - fatigable : pas de protection lors de bruits de longue durfatigable : pas de protection lors de bruits de longue durééee - frfrééquences graves (ne dquences graves (ne déépassant gupassant guèère 1 kHz)re 1 kHz) - latence du rlatence du rééflexe = 30 ms, lors de bruits impulsifs (explosions, armesflexe = 30 ms, lors de bruits impulsifs (explosions, armes àà feufeu……)) Arc réflexe Contraction du muscle stapédien
  6. 6. Intérêt d’étudeIntérêt d’étude ► Appréciation de l’intégrité du système deAppréciation de l’intégrité du système de transmission de l’oreille moyenne.transmission de l’oreille moyenne. ► Mesure de la pression de l’oreille moyenne.Mesure de la pression de l’oreille moyenne. ► Evaluation de la fonction tubaire.Evaluation de la fonction tubaire. ► Etude du réflexe stapédien permet deEtude du réflexe stapédien permet de différencier une surdité de perceptiondifférencier une surdité de perception endocochléaire d’une surdité de perceptionendocochléaire d’une surdité de perception rétrocochléaire.rétrocochléaire.
  7. 7. Régions explorées parRégions explorées par l’impédancemétriel’impédancemétrie réflexes stapédiens tympanogramme
  8. 8. Indications et contre-indicationsIndications et contre-indications Indications :Indications : ► surdités a tympan fermé:surdités a tympan fermé: -otites séromuqueuses-otites séromuqueuses -otospongiose-otospongiose -dysperméabilité tubaire-dysperméabilité tubaire -dysfonctionnement ossiculaire-dysfonctionnement ossiculaire ► chez l’enfantchez l’enfant ► cas de simulation de surditécas de simulation de surdité ► lésions du tronc cérébrallésions du tronc cérébral Contre-indications :Contre-indications : OMC et perforation tympaniqueOMC et perforation tympanique
  9. 9. InstrumentsInstruments ► S’effectue avec un impédancemètre ou pont électroacoustique,S’effectue avec un impédancemètre ou pont électroacoustique, il est relié à une sonde qui est introduite dans le conduit auditifil est relié à une sonde qui est introduite dans le conduit auditif externe du patient, l’étanchéité est assurée par un embout enexterne du patient, l’étanchéité est assurée par un embout en caoutchouc, cette sonde comprend trois tuyaux.caoutchouc, cette sonde comprend trois tuyaux.
  10. 10. Tympanomètre
  11. 11. TympanométrieTympanométrie ► Mesure des variations d’impédance de l’oreille moyenne lors deMesure des variations d’impédance de l’oreille moyenne lors de variations de pression appliquées dans le méat acoustique externe. Ellevariations de pression appliquées dans le méat acoustique externe. Elle permet de tester simultanément la mécanique du tympan, de la chaînepermet de tester simultanément la mécanique du tympan, de la chaîne des osselets et des cavités de l’oreille moyenne.des osselets et des cavités de l’oreille moyenne. oreille moyenne normale P2 = 0 atm 0 atm P1 = 0 atm
  12. 12. Technique d’enregistrementTechnique d’enregistrement ► Sonde insérée de manière parfaitement étanche dans leSonde insérée de manière parfaitement étanche dans le méat acoustique externe.méat acoustique externe. ► Le patient ne doit pas avaler ou parler pendant la mesure.Le patient ne doit pas avaler ou parler pendant la mesure. ► Pendant le test :Pendant le test :  Signal grave (220 Hz) présenté dans le conduit auditif grâce à laSignal grave (220 Hz) présenté dans le conduit auditif grâce à la sonde à main.sonde à main.  Variation de la pression automatiquement d’une valeur positive(+400Variation de la pression automatiquement d’une valeur positive(+400 mm d’eau) à une valeur négative (- 400 mm d’eau).mm d’eau) à une valeur négative (- 400 mm d’eau). ► Les variations de compliance sont enregistrées en fonctionLes variations de compliance sont enregistrées en fonction de la pression >de la pression > tympanogrammetympanogramme.. ► L’examen n’est pas réalisable en cas de perforationL’examen n’est pas réalisable en cas de perforation tympanique car les changements de pression appliquéstympanique car les changements de pression appliqués dans le méat acoustique externe sont inefficaces.dans le méat acoustique externe sont inefficaces.
  13. 13. RésultatsRésultats ► Chez les sujets sainsChez les sujets sains P2 = 0 atm 0 atm P1 = 0 atm oreille moyenne normale P - P +0 Impédance : courbe A +200-200
  14. 14. ► Chez les patients pathologiquesChez les patients pathologiques  Le tympanogramme de type BLe tympanogramme de type B GV otite séro - muqueuse glu 0 atm = 0 atm P - P +0 Impédance : courbe B
  15. 15.  Le tympanogramme de type CLe tympanogramme de type C rétraction du tympan P2 < 0 atmP1 = 0 atm 0 atm V G P - P +0 Impédance : courbe C
  16. 16.  D’autres courbes tympanométriques peuvent êtreD’autres courbes tympanométriques peuvent être observéesobservées :: • La présence d’encoches irrégulières sur la courbeLa présence d’encoches irrégulières sur la courbe compliance/pression se voit lorsque la membranecompliance/pression se voit lorsque la membrane tympanique est cicatricielle.tympanique est cicatricielle. • Un tympanogramme avec un très fort gradient (classiqueUn tympanogramme avec un très fort gradient (classique pic en «tour Effel » évoque une disjonction de la chaînepic en «tour Effel » évoque une disjonction de la chaîne ossiculaire rendant le tympan très mobile.ossiculaire rendant le tympan très mobile. rupture de chaîne P2 = 0 atmP1 = 0 atm 0 atm Impédance : courbe Ad P - P +0
  17. 17. Les différents tympanogrammes selon Jerger
  18. 18. Etude du réflexe acoustico-facialEtude du réflexe acoustico-facial (réflexe stapédien)(réflexe stapédien)  LaLa voie afférentevoie afférente est le nerf cochléaireest le nerf cochléaire  LaLa voie efférentevoie efférente est le nerf facial (VII). Les connexions entre les noyauxest le nerf facial (VII). Les connexions entre les noyaux cochléaires et celui du nerf facial sont croisées et non croisées ce quicochléaires et celui du nerf facial sont croisées et non croisées ce qui explique la bilatéralité du réflexe acoustiqueexplique la bilatéralité du réflexe acoustique  C’est un réflexe fatigable un repos de l’ordre de 10 secondes doit êtreC’est un réflexe fatigable un repos de l’ordre de 10 secondes doit être respecté entre les stimulations.respecté entre les stimulations. Principe et bases physiologiques
  19. 19. Etude du réflexe stapédienEtude du réflexe stapédien ► Réflexe présent ou absent ?Réflexe présent ou absent ? ► Seuil de détection du réflexe ?Seuil de détection du réflexe ? ►Etude de l’adaptation ou « toneEtude de l’adaptation ou « tone decay test »decay test »
  20. 20. TechniqueTechnique  Modifications d’impédance tympano-ossiculaire mesuréesModifications d’impédance tympano-ossiculaire mesurées grâce à ungrâce à un impédancemètreimpédancemètre  LeLe seuil du réflexe stapédienseuil du réflexe stapédien est défini comme l’intensitéest défini comme l’intensité sonore la plus basse donnant lieu à un changement mesurablesonore la plus basse donnant lieu à un changement mesurable d’impédanced’impédance  Mesure en controlatéralMesure en controlatéral : la stimulation acoustique déclenchant: la stimulation acoustique déclenchant le réflexe est appliquée dans l’oreille opposée à la sondele réflexe est appliquée dans l’oreille opposée à la sonde d’impédancemétrie.d’impédancemétrie.  Mesure en ipsilatéralMesure en ipsilatéral : possible grâce aux appareils les plus: possible grâce aux appareils les plus récents utilisant un filtrage.récents utilisant un filtrage. ImpédancemètreStimulus >ou= seuil
  21. 21. RésultatsRésultats ► Chez les sujets normauxChez les sujets normaux  Les seuils moyens obtenus chez un sujet adulteLes seuils moyens obtenus chez un sujet adulte normoentendant pour des fréquences de 500 à 2 000normoentendant pour des fréquences de 500 à 2 000 Hz sont compris entre 85 et 100 dB.Hz sont compris entre 85 et 100 dB.  La réponse réflexe à un son d’intensité supraliminaireLa réponse réflexe à un son d’intensité supraliminaire a une évolution temporelle parallèle à celle du sona une évolution temporelle parallèle à celle du son stimulant. Elle débute par un délai ou temps destimulant. Elle débute par un délai ou temps de latence (100 ms environ) traduisant la mise en jeulatence (100 ms environ) traduisant la mise en jeu des voies nerveuses plurisynaptiques puis elle atteintdes voies nerveuses plurisynaptiques puis elle atteint rapidement son amplitude maximale.rapidement son amplitude maximale.
  22. 22. Étude de l’adaptation ou «tone decay-test »Étude de l’adaptation ou «tone decay-test »  Une stimulation sonore à 500 Hz ou 1000 Hz est présentée pendant 10Une stimulation sonore à 500 Hz ou 1000 Hz est présentée pendant 10 s à une intensité de 10 dB au-dessus du seuil de détection du réflexes à une intensité de 10 dB au-dessus du seuil de détection du réflexe stapédien, l’stapédien, l’adaptationadaptation est caractérisée par le pourcentage deest caractérisée par le pourcentage de diminution de la réponse. Au bout de 10 s, l’amplitude résiduellediminution de la réponse. Au bout de 10 s, l’amplitude résiduelle moyenne d’une réponse normale est de 80moyenne d’une réponse normale est de 80 % à 500 et 1000 Hz.% à 500 et 1000 Hz.
  23. 23. Résultats chez les patients pathologiquesRésultats chez les patients pathologiques ► Surdités de transmissionSurdités de transmission  Indétectable au niveau de l’oreille pathologique.Indétectable au niveau de l’oreille pathologique.  Dans certains cas d’otospongiose, le réflexe peut être présentDans certains cas d’otospongiose, le réflexe peut être présent mais on peut observer une réponse impédancemétriquemais on peut observer une réponse impédancemétrique inhabituelle avec une déflexion négative de l’impédance àinhabituelle avec une déflexion négative de l’impédance à l’établissement et à l’arrêt de la stimulation sonore.l’établissement et à l’arrêt de la stimulation sonore.  C’est l’C’est l’effet on-offeffet on-off dont la physiopathologie est encoredont la physiopathologie est encore imparfaitement comprise.imparfaitement comprise.
  24. 24. ► Surdités de perception endocochléaireSurdités de perception endocochléaire  La présence de lésions des cellules ciliées externes (CCE)La présence de lésions des cellules ciliées externes (CCE) de l’organe de Corti peut engendrer un phénomène dede l’organe de Corti peut engendrer un phénomène de recrutementrecrutement : il existe un pincement entre le seuil: il existe un pincement entre le seuil audiométrique tonal du sujet et le seuil stapédien. Le réflexeaudiométrique tonal du sujet et le seuil stapédien. Le réflexe stapédien peut être détecté dans 50 % des cas de surdité destapédien peut être détecté dans 50 % des cas de surdité de 85 dB et dans 10 % des cas de surdités de 100 dB85 dB et dans 10 % des cas de surdités de 100 dB  La différence entre le seuil audiométrique et le seuilLa différence entre le seuil audiométrique et le seuil stapédien définit lestapédien définit le champ préstapédienchamp préstapédien..  La différence entre le seuil stapédien et le seuil douloureuxLa différence entre le seuil stapédien et le seuil douloureux définit ledéfinit le champ poststapédienchamp poststapédien..  Le champs stapédien est réduit en cas surditéLe champs stapédien est réduit en cas surdité endocochléaire.endocochléaire.
  25. 25. ► Surdité de perception rétrocochléaireSurdité de perception rétrocochléaire  Le test d’adaptation anormale ou tone decay-testLe test d’adaptation anormale ou tone decay-test ne peut êtrene peut être réalisé qu’en cas de réflexe stapédien encore présent si sonréalisé qu’en cas de réflexe stapédien encore présent si son seuil n’est pas trop élevé.seuil n’est pas trop élevé.  En cas d’adaptation anormale, l’amplitude du réflexe diminueEn cas d’adaptation anormale, l’amplitude du réflexe diminue avec le temps, de plus de 50 % en 10 s. Ce signe est trèsavec le temps, de plus de 50 % en 10 s. Ce signe est très sensible car il apparaît chez 80 % des sujets ayant unesensible car il apparaît chez 80 % des sujets ayant une pathologiepathologie rétrocochléairerétrocochléaire. Néanmoins, l’incidence des faux. Néanmoins, l’incidence des faux positifs est élevée (environ 15 %).positifs est élevée (environ 15 %).
  26. 26. OreilleOreille controlatéralecontrolatérale OreilleOreille stimuléestimulée
  27. 27. ConclusionConclusion ► L’étude de la tympanométrie et celle du réflexeL’étude de la tympanométrie et celle du réflexe stapédien utilisant le même appareil, ces deuxstapédien utilisant le même appareil, ces deux mesures sont le plus souvent réaliséesmesures sont le plus souvent réalisées simultanément bien que les données obtenuessimultanément bien que les données obtenues n’aient pas le même intérêt sur le plann’aient pas le même intérêt sur le plan diagnostique.diagnostique. ► L’analyse des résultats doit être basée sur uneL’analyse des résultats doit être basée sur une confrontation avec les autres éléments du bilanconfrontation avec les autres éléments du bilan clinique et audiométrique.clinique et audiométrique.

×