Kystes du tractus thyréoglosse

2 612 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 612
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
42
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Kystes du tractus thyréoglosse

  1. 1. Kystes du tractus thyréoglosse.
  2. 2. Plan  Embryogénèse  Epidémiologie  Présentation clinique  Examens complémentaires  Diagnostiques différentiels  Complications  thérapeutique
  3. 3. Embryogénèse  Apparition des arcs branchiaux à la 4 ème et 5 ème semaine ( formation du cou)  Chaque arc comporte un axe mésenchymateux tapissé d’ecto et d’entoblaste + cellules issues des crêtes neurales  Le champ mésobranchial va former la langue, le corps thyroïdien et l’épiglotte.
  4. 4. Embryogénèse  L’intestin pharygien donne une évagination de l’entoblaste, très antérieure et médiane ( foramen caecum), qui constitue le canal thyréoglosse ou canal de Boschdalek.  Le canal thyréoglosse donne les 2 lobes thyroïdiens et atteint sa place définitive à la 7ème semaine.
  5. 5. Embryogénèse  Trajet médian du foramen caecum à la pyramide de Lalouette ( seuls vestige normaux du canal).  Relations étroites entre le canal thyréoglosse et le corps de l’os hyoïde qu’il peut traverser.  Les kystes du tractus thyréoglosse sont dus à une involution imparfaite de ce canal.
  6. 6. Epidémiologie  Plus fréquent des anomalies congénitales du cou (40 %)  découvert au cours des 5 premières années de vie  Sexe féminin ++  Plus tardivement, devant des infections ou fistulisations
  7. 7. Présentation clinique  5 premières années.  Petit nodule médian ou paramédian (gauche).  Arrondi, ferme, indolore.  Mobile sous les plans superficiels et fixe en profondeur.  Le plus souvent parahyoïdien.  Volume croissant.
  8. 8. Topographie des kystes
  9. 9. Présentation clinique
  10. 10. Présentation clinique  3 signes diagnostiques:  Mobilisation transversale plus facile que verticale .  Ascension de la masse kystique par protrusion linguale .  Expression manuelle entraine une diminution de volume de la masse associée à un gout amer en cas de perméabilité au niveau du foramen caecum .
  11. 11. Examens complémentaires  Imagerie rarement utile au diagnostique mais il faut toujours rechercher une thyroide normale en place ( sous risque d’hypothyroïdie iatrogène ). Possibles reliquats thyroïdiens sur tout le trajet Parfois véritable thyroïde ectopique
  12. 12. Examens complémentaires  Echographie cervicale.  Cartographie thyroidienne : - iode 131 chez l’adulte - technetium 99m chez l’enfant
  13. 13. Examens complémentaires  TDM : formation kystique médiane ou paramédiane ( gauche le plus souvent) hypodense. +/- cloisons  IRM : hypointense en T1, hyperintense
  14. 14. Diagnostics différentiels  Thyroïde ectopique .  En position parahyoïdienne latérale : kyste ou fistule branchiale latérale .  En sous-mental :  kyste dermoïde : inclusion ectodermique dans le mésenchyme sur la ligne médiane (plancher buccal ou à divers niveaux du cou).  cellulite chronique d’origine dentaire .  En cas d’infection : adénite .
  15. 15. Diagnostics différentiels kyste dermoïde cervical
  16. 16. Complications fréquentes  Surinfection : augmentation de volume du kyste, douleur et aspect inflammatoire de la peau en regard.  Fistulisation à la peau : toujours secondaire à un épisode de surinfection. Rq: l’épithélium du kyste a un potentiel sécrétant.
  17. 17. Surinfection de kyste
  18. 18. Complications rares  En cas de kyste volumineux :  Gène à la protraction linguale.  Dysphagie, odynophagie, dysphonie.  Transformation maligne :rare et tardive. perte du caractère liquidien et réhaussement pariétal au TDM. ( 47% papillaire, 7% thyroïdien, 5% malpighien ) Pas de signe clinique spécifique TTT chirurgical Très bon pronostic
  19. 19. Prise en charge  Exérèse complète du kyste et du tractus (tout élément d’origine épiblastique) sous risque de récidive.  Jamais de disparition spontanée.  Sous AG.  Incision horizontale en regard du kyste.  Résection osseuse de l’os hyoide systématique.  +/- ablation d’un cône à la base de la langue du fait d’un abouchement multiple du canal selon Hawkins.  Redon aspiratif.  Examen anatomopathologique systématique.
  20. 20. Complications post- opératoires PRECOCES :  Récidive 3 à 10%  Hématome, détresse respiratoire  Infection  Odynophagie TARDIVES : Esthétiques (chéloïde, reliefs du cou) Récidive

×