Labyrinthe membraneux

1 294 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 294
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
37
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Labyrinthe membraneux

  1. 1. Dr. Samir Houalef
  2. 2. I. Définition. II. Intérêt d’étude. III. Rappel embryologique & histologique. IV. Anatomie descriptive. V. Rapports anatomiques. VI. Vascularisation & innervation VII.Explorations. VIII.Voies d’abord. IX. Conclusion.
  3. 3. C'est l'ensemble des cavités à paroi conjonctivo-épithéliale qui supportent les éléments sensoriels de l'oreille interne. Ces cavités communiquent entre elles par des canaux et forment un système clos rempli de liquide, l'endolymphe; Logées dans le labyrinthe osseux qui les protège et dont elles n'occupent qu'une partie de la cavité; Séparées de l'endoste par les espaces périlymphatiques, elles baignent dans la périlymphe. On peut diviser le labyrinthe membraneux en deux parties: — Labyrinthe postérieur, organe de l'équilibre qui comprend les canaux semi-circulaires, l'utricule et le saccule (l'ensemble constitue le vestibule membraneux); On y rattache le système endolymphatique. — Labyrinthe antérieur, organe de l'audition. C'est le canal cochléaire.
  4. 4. I. ANATOMIQUE: Par ses rapports avec: l’oreille moyenne; le conduit auditif interne et son contenu; le nerf facial; les méninges; la carotide interne et le golf de la jugulaire. II. PHYSIOLOGIQUE: Rôle important dans l’audition et l’équilibration. III. PATHOLOGIQUE: A. Pathologie infectieuse: labyrinthites. B. Pathologie vasculaire: auto-immune, sclérosante, inflammatoire. C. Pathologie tumorale: métastases, schwannomes, kystes congénitaux, cholestéatome, granulomes à cholestérine. D. Pathologie traumatique: fracture du rocher, fistule labyrinthique. IV. CHIRURGICAL: Chirurgie des vertiges; Implantation cochléaire; Chirurgie du facial; Voies d’abord du neurinome de l'acoustique; Chirurgie du rocher.
  5. 5. I. Embryologie: La placode otique qui est le premier stigmate du développement de l'oreille interne peut être observée sur l'embryon de 22 jours, sous forme d'un épaississement de l'ectoblaste superficiel. Chaque placode otique va former une vésicule. Chaque vésicule se divisera en une partie ventrale, qui donne naissance au saccule et au canal cochléaire qui contient l'organe de Corti, et en une partie dorsale qui va former l'utricule, les canaux semi- circulaires et le canal endolymphatique. A partir d'un mécanisme associant des processus synchrones, d'évagination, d'accolement et résorption, les canaux semi-circulaires se forment durant la 05ème semaine, l'utricule et le saccule se développent durant la 06ème semaine. A 08 semaines, la cochlée forme un tour et demi de spire. A 09 semaines, les deux tours et demi de spires sont formés quoique la longueur de la spirale ne soit que de 20 mm. Le labyrinthe membraneux a acquis sa forme définitive au 70ème jour. La croissance se poursuit jusqu'au milieu de la gestation. L'histogenèse se termine au cours du 06ème mois intra-utérin.
  6. 6. II. Histologie: Les parois du labyrinthe membraneux se divisent en 02 couches: A. Une couche conjonctive: périphérique, ou membrana propria, dont la face interne se différencie en une mince membrane basale, et la face externe est tapissée par des cellules de type endothélial. B. Une couche épithéliale: interne simple, cubique ou pavimenteuse; différenciée par endroits en zones sensorielles créant des reliefs sur la face interne unie. Ces zones sensorielles comprennent des cellules de soutien, des cellules sensorielles ciliées, et une membrane anhiste extracellulaire en rapport intime avec les cils des cellules sensorielles. Cette membrane détermine ainsi des unités fonctionnelles qui sont: — Dans le labyrinthe postérieur: les macules utriculaire et sacculaire et les crêtes ampullaires des canaux. — Dans le labyrinthe antérieur: l'organe de Corti.
  7. 7. I. Labyrinthe postérieure: A. CANAUX SEMI-CIRCULAIRES: 1). Description: Ce sont trois tubes membraneux (supérieur, latéral et postérieur) qui occupent l'intérieur des canaux osseux, dont ils ont les mêmes directions, longueurs et configurations. Mais ils ne les remplissent que partiellement. Leur calibre est le quart du calibre osseux. Ils s'ouvrent tous dans l'utricule avec deux types d'extrémités pour chacun: — une extrémité ampullaire. — une autre extrémité non ampullaire. Les canaux supérieur et postérieur ont une extrémité non ampullaire commune avec un canal commun. Leurs unités fonctionnelles sont appelées crêtes ampullaires.
  8. 8. 2). Crêtes ampullaires: Dilatations membraneuses formant une saillie intraluminale au niveau de la partie antérieure de chaque ampoule, près de l'entrée dans l'utricule, et perpendiculaire à l’axe du canal. Elles sont constituées de:
  9. 9. a). Une couche de cellules de soutien et de cellules sensorielles: disposées régulièrement. On peut distinguer deux types de cellules sensorielles: — cellules de type I, dont le corps piriforme est enclos dans une terminaison nerveuse caliciforme. — cellules de type II, cylindriques, dont la base est en relation avec de petites terminaisons nerveuses. Ces deux groupes de cellules possèdent à leur sommet des cils dont on distingue deux types: — un seul kinocil par cellule, vrai cil en rapport avec un corpuscule basal. — des stéréociles qui sont des prolongements cellulaires au nombre de 40 à 80 par cellules, ils sont de longueur inégale, les plus longs étant les plus près du kinocil.
  10. 10. b). Une membrane extracellulaire (la cupule): Masse gélatineuse homogène dont une extrémité est fixe au niveau de l'épithélium sensoriel, l'autre extrémité décrit des mouvements angulaires en restant au contact de la paroi opposée de l'ampoule. La crista neglecta, appelée aussi 4ème crête, ou crête accessoire, exceptionnellement retrouvée. Elle siège dans l'ampoule du canal postérieur, près de l'utricule. Elle a une structure identique à celle des crêtes ampullaires mais très réduite.
  11. 11. B. VESTIBULE: 1). Description: Au large dans le vestibule osseux, deux vésicules déportées vers la paroi osseuse interne se présentent: a). Utricule: Occupe les parties supérieure et postérieure du vestibule osseux. De forme complexe pouvant être décomposée en deux segments: — Segment antérieur: Le principal, car supporte la macule. De forme ovoïde. Situé en haut et en avant. Les ampoules des canaux supérieur et latéral s'implantent directement sur lui par leur base sessile. — Segment postérieur: Situé en arrière et en dedans. Constitué par la convergence: — du canal commun des canaux supérieur et postérieur. — de l'extrémité non ampullaire du canal latéral. — de l'extrémité ampullaire du canal postérieur. — de la branche utriculaire du canal endolymphatique. b). Saccule: Nettement plus petit que l'utricule. De forme sphérique, aplati transversalement. Situé en bas, en avant et en dedans du vestibule. Sous l'extrémité antérieure de l'utricule, à laquelle il adhère. Il donne en arrière le canal utriculaire (branche du canal endolymphatique), et en bas le ductus reuniens (qui le relie au canal cochléaire).
  12. 12. 2). Macules: constituées d'un épithélium identique à celui des crêtes ampullaires. La membrane extracellulaire s'appelle ici membrane otolithique ou membrane statoconiale. Cette masse gélatineuse a la particularité de contenir une multitude de petits éléments d'apparence cristalline, les otolithes ou statoconies. Ce sont des cristaux de carbonate de calcium. Deux macules se présentent: a). Macule utriculaire ou lapillus: Sur le plancher et la paroi antérieure du segment antérieur de l'utricule. b). Macule sacculaire ou sagitta: Sur la face profonde du saccule.
  13. 13. C. SYSTÈME ENDOLYMPHATIQUE: 1). Description: Il comprend: — les canaux utriculaire et sacculaire. — le canal endolymphatique. — le sac endolymphatique. 2). Les canaux utriculaire et sacculaire: Ils naissent de la face postérieure du saccule, et de la face interne de l'utricule. Se dirigent en haut et en arrière. Se réunissent en Y pour former le canal endolymphatique. 3). Le canal endolymphatique: La portion initiale du canal, ou sinus, dilatée, se situe dans la cavité vestibulaire. Puis le canal se rétrécit au niveau de la partie initiale de l'aqueduc du vestibule avant de se dilater de nouveau pour se continuer avec le sac endolymphatique. Longueur totale 4 mm. Diamètre 0,8 mm au niveau du sinus, 0,17 mm au niveau de la portion la plus étroite appelée isthme. 4). Le sac endolymphatique: C'est la portion distale du système endolymphatique et constitue un prolongement intracrânien du labyrinthe membraneux. De forme ovalaire, il mesure en longueur, de 7 à 16 mm, en largeur, de 5 à 10 mm.
  14. 14. II. Labyrinthe antérieure: A. DESCRIPTION: C'est le canal cochléaire, qui se trouve à l'intérieur de la cavité du limaçon. On lui distingue deux portions: 1). Une portion horizontale ou lagaena: très courte, située sur le plancher du vestibule; en forme de cul-de-sac, reçoit le ductus reuniens tendu entre le canal cochléaire et la cavité sacculaire. 2). Une portion enroulée: beaucoup plus longue, reproduit le trajet du limaçon dont elle n'occupe qu'une partie de la cavité.
  15. 15. B. CAVITÉ DE LIMAÇON: Elle est cloisonnée par une formation ostéo-membraneuse constituée par la lame spirale osseuse centrale, et la membrane basilaire périphérique, plus large au sommet (500 microns) qu'à la base (100 microns). Cette membrane, très mince, a une constitution conjonctive complexe dont les propriétés mécaniques sont d'un grand intérêt physiologique. La cloison ostéomembraneuse, longue de 33 mm, sépare la rampe tympanique, en arrière, de la rampe vestibulaire, en avant. Elle est tapissée par l'endoste, ou périoste endolabyrinthique, qui est un mince feuillet conjonctif qui s'épaissit en deux zones: — A la périphérie, où il forme le ligament spiral, dont l'épaisseur est maxima au niveau de la membrane basilaire. — Sur la partie périphérique de la face vestibulaire de la lame spirale, où il forme la bandelette sillonnée. La membrane vestibulaire de Reissner, ou paroi vestibulaire, est tendue entre ces deux formations périostées. Mince lame de tissu conjonctif allant du bord interne de la bandelette sillonnée à la partie antérieure du ligament spiral. Elle sépare le canal cochléaire et la rampe vestibulaire. Ainsi se trouvent délimités trois canaux: — antérieur ou rampe vestibulaire, — postérieur ou rampe tympanique, — intermédiaire ou canal cochléaire.
  16. 16. C. CANAL COCHLÉAIRE: Canal triangulaire à la coupe, formé par 3 parois: 1). Paroi antérieure ou vestibulaire: C'est la membrane vestibulaire de Reissner. 2). Paroi externe: Elle est formée par la portion du ligament spiral située entre les deux cornes qui correspondent à l'insertion des membranes basilaire et de Reissner. Cette surface présente une légère saillie intermédiaire, le bourrelet spiral. Entre bourrelet spiral et membrane basilaire, la surface est déprimée, déterminant le sillon spiral externe. Entre bourrelet spiral et membrane de Reissner, la région est très vascularisée avec de nombreux capillaires. C'est la région de la strie vasculaire. Cette strie vasculaire semble jouer un rôle très important dans la formation d'endolymphe. 3). Paroi postérieure ou tympanique: Formée par la partie périphérique de la lame spirale et la membrane basilaire. Supporte, sur sa face antérieure vestibulaire, l'organe de Corti.
  17. 17. D. ORGANE DE CORTI: 1). Description: C'est la partie noble sensorielle. Repose sur la membrane basilaire. Dessine une longue crête sur toute la longueur de la cochlée. Constitué par un épithélium très différencié.
  18. 18. 2). Les cellules: a). Les cellules de soutien: Fixées sur la membrane basilaire. Elles comprennent: — Les piliers: Cellules de soutien particulières. Situés à la partie moyenne de l'organe. De forme pyramidale. Disposés en deux rangées, externe et interne. Distants à leur base, les piliers externe et interne se rejoignent à leur sommet, délimitant un tunnel de Corti. — Les cellules de Deiters: Cellules de soutien des cellules ciliées externes. Situées en dehors des piliers. Délimitant entre elles les espaces de Nuel. Les pôles supérieurs de ces cellules créent, entre eux, des espaces libres en forme de cupule ouverte vers le haut pour recevoir les cellules ciliées. — Les cellules de soutien des cellules ciliées internes: Situées en dedans des piliers. Sont analogues aux cellules de Deiters.
  19. 19. b). Les cellules sensorielles (cellules ciliées): Leur extrémité supérieure, encastrée dans la membrane réticulaire, présente des cils (50 à 100 cils par cellule). Leur extrémité inférieure arrondie, repose dans les cupules créées par les cellules de soutien. Elles sont disposées en deux groupes, de part et d'autre des piliers: — Les cellules internes (3 500) disposées sur une seule rangée. — Les cellules externes (20 000) forment trois rangées ou plus. c). Les autres cellules de l'organe de Corti: Aux fonctions moins bien connues, probablement métaboliques, elles comprennent: — Les cellules de Hensen: Situées en dehors des cellules de Deiters. Caractérisées par leur sommet plus large que leur base, leur hauteur décroissante de dedans en dehors. — Les cellules de Claudius: Transition entre les cellules de Hensen et les cellules du sillon spiral externe. — Les cellules des sillons spiral externe et spiral interne.
  20. 20. 3). Les membranes: a). La membrane réticulaire: Formée de fibrilles de collagène. Réunit les pôles apicaux des cellules de Deiters et les cellules ciliées externes. b). La membrane tectoriale: Epaisse membrane faite de substance amorphe gélatineuse parcourue de minces fibrilles. Solidement fixée en dedans sur la bandelette sillonnée. Recouvre, en dehors, l'organe de Corti. Jouerait un très grand rôle dans la physiologie de l'audition. Les cils des cellules sensorielles semblent pénétrer cette membrane tectoriale.
  21. 21. 4). Les espaces liquidiens: Des espaces se trouvent délimités par les cellules de soutien et les membranes. Ce sont, de dedans en dehors: — le sillon spiral interne. — le tunnel de Corti. — les espaces de Nuel.
  22. 22. Le labyrinthe membraneux est entouré de la périlymphe et est entièrement logé dans le labyrinthe osseux. Ce dernier est situé en pleine masse pétreuse entre l'oreille moyenne et le conduit auditif interne. I. En dehors: La paroi médiale de la caisse qui correspond aux reliefs de la coque labyrinthique: - La fenêtre vestibulaire et la fenêtre tympanique correspondent à l’atrium. - Le canal semi-circulaire latéral correspond l’attique. - Le promontoire recouvre la portion vestibulaire du limaçon. II. En dedans: Le conduit auditif interne. Le fond du conduit auditif interne est en rapport avec la paroi profonde du vestibule. III. En avant: Le protympanum et le canal du muscle de l’étrier. IV. En bas: Le canal carotidien et le golf de la jugulaire. V. En haut et en dehors: Le genou du facial et la loge du ganglion géniculé; Le nerf grand pétreux. VI. En haut et en arrière: La corticale cérébelleuse. VII. En bas et en avant: Le coude du canal carotidien; Le golf de la jugulaire; La traînée antélimaçienne.
  23. 23. I. Vascularisation: A. ARTÉRIELLE: L'artère labyrinthique, ou auditive interne, qui dépend du système vertébrobasilaire, assure seule l'irrigation du labyrinthe membraneux. Il s'agit le plus souvent d'une branche de l'artère cérébelleuse antéro-inférieure. Elle se divise dans le conduit auditif interne, en trois branches: — Artère vestibulaire: pour l'utricule, une grande partie des canaux, une petite partie du saccule. — Artère cochléovestibulaire: pour une grande partie du saccule, le canal postérieur, la spire basale. — Artère cochléaire: pour l'ensemble de la cochlée, les macules vestibulaires et les crêtes ampullaires. B. VEINEUSE: Trois troncs collecteurs assurent le drainage veineux: — La Veine auditive interne: se termine dans le sinus pétreux supérieur. — La Veine de l'aqueduc de la cochlée: se termine dans le sinus pétreux inférieur. — La Veine de l'aqueduc du vestibule: c'est la veine principale, se termine dans le sinus latéral. II. Innervation: Assurée par le nerf cochléaire et le nerf vestibulaire, branches de la 08ème paire crânienne.
  24. 24. I. Clinique: L’interrogatoire et les différents temps de l'examen clinique ORL (inspection, palpation, examen otoscopique, acoumétrie phonique et instrumentale, épreuves posturales axiales et segmentaires...) qui constituent la 1ère étape du diagnostic des vertiges, des surdité et des acouphènes. II. Paraclinique: A. BILAN AUDIOMÉTRIQUE: Audiométrie vocale et tonale liminaire et supraliminaire; Impédancemétrie; PEA; ASSR; Electrocochléographie; OEA. B. BILAN D'EXPLORATION DE LA FONCTION VESTIBULAIRE: Epreuve calorique calibrée couplée au non à la VNG; Electronystagmographie; PEO C. BILAN RADIOLOGIQUE: TDM; IRM.
  25. 25. - Voie rétroauriculaire. - Voie sus pétreuse. - Voie du conduit. - Voie rétro-sigmoïde. - Voie translabyrinthique.
  26. 26. La connaissance anatomique parfaite du labyrinthe membraneux reste la clé de la compréhension de la physiologie, la physiopathologie et la sémiologie de l'oreille interne afin de pouvoir traiter correctement ses pathologies et augmenter les chances de réussite des traitements chirurgicaux.

×