IMAGERIE DU LARYNX
PLAN
I- Introduction:
II- Rappel anatomique:
III- Tomodensitométrie (TDM):
IV- Imagerie par Résonance Magnétique (IRM):
V-...
I- Introduction:
L’exploration radiologique du larynx est dominée
par l’étude en coupe, par TDM et IRM, qui a été d’un
gra...
II- Rappel Anatomique:
On distingue 2 parties dans le larynx:
*Le tube laryngé : cornet fibroelastique qui
prolonge la tra...
1- os hyoide
2- membrane thyrohyoidienne
3- cartilage thyroide
4-membrane cricothyroidienne
5- cartilage cricoide
6- deuxi...
1-membrane thyrohyoidienne
2- corps de l’os hyoide
3- épiglotte
4- repli aryépiglottique
5- bande ventriculaire
6- ventric...
1- Les espaces endo laryngés : de haut en bas
a- espace ary-épiglottique : compris entre la muqueuse du
repli et le ligame...
2- Anatomie topographique et morphologique :
Le tube laryngé fait saillie à l’intérieur du pharynx sous forme
d’un cylindr...
Elle est formée par:
- en avant: le bord libre de l’épiglotte.
- latéralement: les replis ary-épiglottiques
- en arrière: ...
3- Étage sous glottique :
La sous glotte est la portion la plus
rétrécie de la filière laryngée, à ce niveau la
cavité lar...
III-Tomodensitométrie (TDM):
A- principe physique:
La TDM consiste à mesurer les différences d’absorption d’un
étroit fais...
B- technique d’acquisition:
• L’apparition du scanner multi détecteur
constitue un progrès majeur dans l’exploration
des s...
• L’injection de produit de contraste (PDC) est
systématique et indispensable. Elle est
réalisée d’emblée, permettant d’ob...
• La phonation permet de déplisser le ventricule
laryngé et de bien individualiser les plis vocaux
des plis vestibulaires,...
C- radioanatomie normale:
Dans un souci de simplification et pour
faciliter le bilan d’extension des lésions
tumorales nou...
1-muscles sus hyoidiens
2- corps de l’os hyoide
3- loge HTE
4- glande sous mandibulaire
5- repli glosso-épiglottique
6- va...
1-membrane thyrohyoidienne
2-muscle sous hyoïdien
3-loge HTE
4-platysma
5-épiglotte
6-larynx
7-sinus piriforme
8-replis ar...
1- muscles sous hyoidiens
2-cartilage thyroide
3- muscle thyroaryténoidien
4- vestibule laryngé
5- espace paralaryngé
6- s...
1-muscles sous hyoidiens
2- commissure ant
3- muscle vocal
4- cartilage thyroide
5- VJA
6- sous glotte
7- ligt crico-thyro...
Coupe sagittale strictement médiane
1- base de langue
2- vallécule
3- mb hyo-épiglottique
4- os hyoide (corps)
5- loge HTE...
Reconstruction frontale en phonation
1- pli vestibulaire
2- ventricule laryngé ouvert
3- pli vocal
4- cartilage thyroïde (...
Reconstruction en 3D du larynx en phonation En apnée: glotte ouverte
IV- Imagerie par résonance
magnétique (IRM):
A- principe physique:
L’IRM est une technique d’imagerie radiologique utilisa...
B- que mesure t’on en IRM?
1- densité de proton (rhô):
La mesure de l’aimantation des protons
d’hydrogène permet de réalis...
2- Temps de relaxation en T1:
T1: c’est le temps nécessaire pour que l’aimantation
globale d’un tissu atteigne 2/3 de sa v...
3- temps de relaxation T2:
Lors de phase d’excitation les protons
restituent une partie de l’énergie reçus sous
forme d’un...
C- technique d’acquisition:
• L’examen est réalisé avec une antenne de
surface.
• La respiration doit être calme et réguli...
• Elles doivent être suffisamment fines, de 3 à 4
mm d’épaisseur avec 1 mm d’intercoupe afin
d’obtenir un bon rapport sign...
D- radioanatomie normale:
Une études des coupes axiales des différent
étages du larynx et des coupes sagittales avec
une s...
1-muscle sternohyoidien
2-muscle thyrohyoidien
3-cartilage thyroide
4-platysma
5-vestibule laryngé
6-repli aryépiglottique...
1-m sterno-thy
2- m thyro-hyo
3- m omo-hyo
4- larynx
5- cart thy
6- VJA
7- platysma
8- sinus piriforme
9- cart aryténo
10-...
1- muscle sternohyoidien
2- muscle thyrohyoidien
3- m omohyoidien
4- larynx
5- cartilage thyroide
6- VJA
7- platysma
8- si...
1- larynx 2- m sternohyoidien
3- m vocal 4- cartilage thyroide
5- m thyrohyoidien 6- gde thyroide
7- aryténoide 8- VJA
9- ...
Coupe axiale pondérée T1 passant par
les vallécules et la région des trois replis.
1. Ligament glosso-piglottique
médian
2...
Coupe axiale pondérée T1 passant par
la loge préépiglottique.
1. Muscle sous hyoïdien
2. corticale du cartilage thyroïde
3...
Coupe axiale pondérée T1 passant par
les plis vestibulaires.
1. Pli vestibulaire
(prédominance graisseuse)
2. muscle sous-...
1. Commissure antérieure
2. espace paraglottique
3. commissure postérieure
4. espace interthyroaryténoïdien
5. cartilage c...
1. Commissure antérieure
2. cartilage thyroïde (corticale)
3. processus vocal de
l’aryténoïde
4. processus musculaire de
l...
1- base de langue
2- vallécule
3- bd libre épiglotte
4- face laryngée épig
5-m inter-aryt
6- pli vocal
7- ventricule laryn...
V- Autres techniques d’imagerie:
A- RADIOLOGIE TRADITIONNELLE:
Elle n’a pratiquement plus d’indication, sauf pour
la reche...
Tomogramme de profil et vue
sagittale d’ensemble du larynx
B- ÉCHOGRAPHIE:
Très utile chez l’enfant, son intérêt est
restreint chez l’adulte par la calcification et
l’ossification d...
C- TECHNIQUES PERMETTANT UNE ÉTUDE DYNAMIQUE DU
LARYNX:
1- Scopie télévisée:
Les différentes épreuves dynamiques, et notam...
3- Rayons X pulsés couplés à une étude électrolaryngographique:
Cette technique a été proposée par Noscoe pour étudier la ...
6- TEP- TDM:
C’est une technique d’imagerie fonctionnelle
ou métabolique par tomographie à émission de
positons après inje...
VI-Indications:
La TDM reste l’examen de choix et de
première intention dans la pathologie laryngée.
-Tumeurs laryngées: l...
VII- Contres indications:
- TDM: pas de contres indications.
- IRM: prothèses auditives implantables
valves mécaniques car...
VIII- Conclusion:
L’imagerie radiologique du larynx ne
trouve sa place qu’après un examen
clinique et endoscopique complet...
Larynx imagerie
Larynx imagerie
Larynx imagerie
Larynx imagerie
Larynx imagerie
Larynx imagerie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Larynx imagerie

6 961 vues

Publié le

1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • merci infiniment pour cette présentation riche, claire et efficace, au nom de tout ma classe, quelle aide précieuse !!!
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 961
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
51
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Larynx imagerie

  1. 1. IMAGERIE DU LARYNX
  2. 2. PLAN I- Introduction: II- Rappel anatomique: III- Tomodensitométrie (TDM): IV- Imagerie par Résonance Magnétique (IRM): V- Autres techniques d’imagerie: VI- Indications: VII- Contres indications: VIII- Conclusion:
  3. 3. I- Introduction: L’exploration radiologique du larynx est dominée par l’étude en coupe, par TDM et IRM, qui a été d’un grand apport pour le bilan d’extension des lésions tumorales. La TDM est le plus souvent utilisée vue sa disponibilité et sa réalisation chez tout les patients ( pas de contres indications). L’IRM a l’avantage d’un meilleur contraste tissulaire mais pas toujours réalisable vue ses multiples contres indications (prothèses cardiaques, clips vasculaires, corps étrangers métalliques).
  4. 4. II- Rappel Anatomique: On distingue 2 parties dans le larynx: *Le tube laryngé : cornet fibroelastique qui prolonge la trachée dans le pharynx et joue le rôle de sphincter grâce aux aryténoïdes et à leurs muscles , soutenu par le cartilage cricoïde. *L’appareil thyro-hyoidien: comprend l’os hyoïde, la membrane thyro-hyoïdienne et le cartilage thyroïde qui soutiennent et protègent le tube laryngé.
  5. 5. 1- os hyoide 2- membrane thyrohyoidienne 3- cartilage thyroide 4-membrane cricothyroidienne 5- cartilage cricoide 6- deuxième anneau trachéal 1- membrane thyrohyoidienne 2- cartilage sésamoide 3- épiglotte (bord libre) 4- os hyoide (grande corne) 5- cartilage thyroide 6- cartilage aryténoide 7- châton cricoidien A B A- Vue antérieure B- Vue postérieure
  6. 6. 1-membrane thyrohyoidienne 2- corps de l’os hyoide 3- épiglotte 4- repli aryépiglottique 5- bande ventriculaire 6- ventricule de Morgani 7- corde vocale 8- cartilage thyroide 9- cartilage cricoide 1- épiglotte 2- petite corne de l’os hyoide 3- bande ventriculaire 4- cartilage thyroide 5- corde vocale 6- cartilage cricoide 7- trachée C D C- Coupe antéro- postérieure. D- Coupe frontale.
  7. 7. 1- Les espaces endo laryngés : de haut en bas a- espace ary-épiglottique : compris entre la muqueuse du repli et le ligament homonyme sous-jacent. b- espace supra-glottique : compris entre la BV et la membrane quadrangulaire. c- espace peri-ventriculaire : zone lâche, pauvre en tissu élastique sauf à la partie toute antérieure du plancher du ventricule, sépare la cavite ventriculaire du versant médial du sinus piriforme en arriere, le périchondre thyroidien interne et l’espace para-glottique en bas. d- espace para-glottique : triangulaire, compris entre: en haut: le plancher ventriculaire, en dehors: périchondre thyroidien médial, en bas et en dedans: le cône élastique qui le sépare efficacement de la sous-glotte. e- espace de Reinke : espace décollable sous muqueux rendant la muqueuse de la corde pratiquement indépendante du ligament vocal sous-jacent . f- espace sous-glottique : zone sous muqueuse décollable qui comporte 2 étages sup et inf dont la hauteur s’amenuise d’arrière en avant.
  8. 8. 2- Anatomie topographique et morphologique : Le tube laryngé fait saillie à l’intérieur du pharynx sous forme d’un cylindre renflé à sa partie inf et biseauté à sa partie sup . L’espace compris entre le tube laryngé en dedans et les parois latérales de l’appareil thyrohyoïdien en dehors forme la gouttière pharyngo-laryngée ou sinus piriforme . La partie interne du tube laryngé ou endolarynx peut être divisée en 3 étages délimités par le plan des cordes vocales. 1- Étage sus glottique : comprend de vestibule laryngé et le vetricule de Morgagni. a- Vestibule laryngé : * s’ouvre dans le pharynx par l’orifice sup du larynx appellé margelle laryngée ou aditus * plus haut et plus large en avant qu’en arrière. * on lui distingue 4 parois : en avt: l’épiglotte ; lat : les 2 BV ; en arr: l’échancrures inter aryténoïdienne. b- margelle laryngée: costitue la limite entre l’endolarynx et le pharynx, de forme ovalaire, à grosses extrémités antéro-post.
  9. 9. Elle est formée par: - en avant: le bord libre de l’épiglotte. - latéralement: les replis ary-épiglottiques - en arrière: l’échancrure aryténoidienne entre les deux cartilages corniculés. b- Ventricule de Morgagni : c’est une dépression comprise entre la BV en haut et la CV en bas. 2- Étage glottique : C’est l’espace compris entre le bord libre des 2 CV. Les 2 CV constituent l’élément noble du larynx , ce sont deux rubans blancs nacrés parcourus par de fines striations vasculaires , s‘étendant de l’aryténoïde en arrière (apophyse vocale) à l’angle rentrant du cartilage thyroïde en avant , séparées en arrière par la région inter-aryténoidienne ( comissure post ), se rejoignent en avant formant la comissure antérieure .
  10. 10. 3- Étage sous glottique : La sous glotte est la portion la plus rétrécie de la filière laryngée, à ce niveau la cavité laryngée s’élargit progressivement de haut en bas pour s’unir à la trachée, recouverte en dedans par le cone élastique qui forme la membrane crico-thyroidienne.
  11. 11. III-Tomodensitométrie (TDM): A- principe physique: La TDM consiste à mesurer les différences d’absorption d’un étroit faisceau de rayons X par les divers tissus qu’il traverse au moyen de détecteurs sensibles placés en couronne dans l’appareil. La quantité de rayons X délivrée étant connue, il est possible de calculer à partir de chaque détecteur, diamètre par diamètre de rotation, la quantité de rayons X absorbée par les structures anatomiques examinées. Un ordinateur recueil point à point les informations obtenues les transcrit sous forme d’image par affichage en gamme de gris et restitue une coupe anatomique sur un écran. Les coupes sont perpendiculaires au grand axe du corps (coupes axiales). Certains logiciels permettent actuellement la construction d’images en trois dimensions à partir des coupes obtenues en plus des coupes frontales et sagittales.
  12. 12. B- technique d’acquisition: • L’apparition du scanner multi détecteur constitue un progrès majeur dans l’exploration des structures en mouvement, en l’occurrence le larynx en limitant le flou cinétique. La rapidité d’acquisition constitue l’avantage le plus important. • On réalise des coupes millimétriques de la base du crâne jusqu’à l’orifice médiastinal supérieur. L’examen est réalisé en respiration douce (cordes vocales en abduction).
  13. 13. • L’injection de produit de contraste (PDC) est systématique et indispensable. Elle est réalisée d’emblée, permettant d’obtenir un rehaussement de la muqueuse, de détecter une hétérogénéité tissulaire, de repérer les structures vasculaires et d’explorer les aires ganglionnaires. • La manœuvre de Valsalva permet de déplisser les ventricules et de décoller le mur pharyngé de la paroi latérale et postérieure du récessus piriforme autorisant une meilleure étude de ces derniers et de la région rétro-cricoïdienne.
  14. 14. • La phonation permet de déplisser le ventricule laryngé et de bien individualiser les plis vocaux des plis vestibulaires, permettant donc un diagnostic plus facile des petites lésions des plis vocaux et une meilleure précision de la localisation lésionnelle.
  15. 15. C- radioanatomie normale: Dans un souci de simplification et pour faciliter le bilan d’extension des lésions tumorales nous allons procéder à une étude radio-anatomique par coupes axiales passant par les régions anatomiques clé des trois étages du larynx, puis les reconstructions sagittales et coronales et en trois dimensions (reconstructions volumiques), en prenant soins de schématiser chaque coupe.
  16. 16. 1-muscles sus hyoidiens 2- corps de l’os hyoide 3- loge HTE 4- glande sous mandibulaire 5- repli glosso-épiglottique 6- vallécules 7- grande corne de l’os hoide 8- épiglotte 9- veine jugulaire antérieure 10- glande parotide 11- hypopharynx 12- artère carotide externe 13- artère carotide interne 14- C3 15- veine jugulaire interne 16- muscles sous hyoidiens 17- repli pharyngo-épiglottique 18- constricteur inf du pharynx 19- bifurcation carotidienne 20- muscles longs du cou 21- art vertébrale
  17. 17. 1-membrane thyrohyoidienne 2-muscle sous hyoïdien 3-loge HTE 4-platysma 5-épiglotte 6-larynx 7-sinus piriforme 8-replis ary-épiglottique 9-veine jugulaire ant 10-muscle construct inf du pharynx 11-art carotide primitive 12-muscle long du cou 13-veine jugulaire interne 14-art vertébrale 15-superor thyroid notch 16-pied de l’épiglotte 17-replis vestibulaire 18-cartilage thyroïde (aile thyroïde) 19-corne sup du cartilage thyroïde 20-C4
  18. 18. 1- muscles sous hyoidiens 2-cartilage thyroide 3- muscle thyroaryténoidien 4- vestibule laryngé 5- espace paralaryngé 6- sinus piriforme 7- processus vocal 8- cartilage aryténoide 9- corne sup du thyroide 10- muscle aryténoidien transverse 11- cartilage cricoide 12- art carotide primitive 13- VJI 14- muscles long du cou 15- C4 16- art vertébrale 17- laryngeal prominence 18- glotte 19- Muscle vocal 20- corde vocale 21- VJA 22- gde thyroide 23- muscle aryténoidien
  19. 19. 1-muscles sous hyoidiens 2- commissure ant 3- muscle vocal 4- cartilage thyroide 5- VJA 6- sous glotte 7- ligt crico-thyroidien 8- cartilage cricoide 9- glande thyroide 10- constricteur inf du pharynx 11- muscles longs du cou 12- C6 13- cone élastique 14- espace paralaryngé 15- SCM 16- corne inf thyroide 17- VJI 18- art carotide primitive 19- œsophage 20- artère vértébrale
  20. 20. Coupe sagittale strictement médiane 1- base de langue 2- vallécule 3- mb hyo-épiglottique 4- os hyoide (corps) 5- loge HTE 6- ligt thyro-épiglottique 7- commissure ant 8- cartilage thyroide 9- bord libre de l’épiglotte 10- face laryngée de l’épiglotte 11- m inter-aryténoidien 12- cartilage cricoide
  21. 21. Reconstruction frontale en phonation 1- pli vestibulaire 2- ventricule laryngé ouvert 3- pli vocal 4- cartilage thyroïde (lame) 5- espace graisseux para- laryngé 6- sous glotte 7- cartilage cricoïde
  22. 22. Reconstruction en 3D du larynx en phonation En apnée: glotte ouverte
  23. 23. IV- Imagerie par résonance magnétique (IRM): A- principe physique: L’IRM est une technique d’imagerie radiologique utilisant les propriétés de résonance magnétique nucléaires des composants du corps humain. Lors de l’examen, les tissus sont soumis à un puissant champs magnétique. Tout les protons qu’ils contiennent constituants chacun un minuscule aimant s’orientent alors dans la même direction. Dans un deuxième temps ,les protons sont excités en étant soumis à une onde électromagnétique du type onde radio; ils entrent alors en résonnance avec l’onde et basculent tous ensemble selon le même angle. Dans un troisième temps, l’onde radio est brutalement interrompue; les protons retournent à leurs point de départ (temps de relaxation) en émettant une onde électromagnétique, dite de résonnance, recueillie par des récepteurs et enregistrée. L’analyse informatique des ondes recueillies permet de construire une image où la densité de chaque point est fonction des ondes reçues, donc de la densité du tissu en protons à cet endroit. Le tout dure quelques millisecondes.
  24. 24. B- que mesure t’on en IRM? 1- densité de proton (rhô): La mesure de l’aimantation des protons d’hydrogène permet de réaliser une image qui est le reflet de leurs concentrations dans les tissus (densité rhô). Exp: le LCR et les œdèmes sont riches en protons et donneront un signal élevé, à l’opposé les corticales osseuses, les calcifications ou l’air ne présentent que peu de protons et donneront un signal faible.
  25. 25. 2- Temps de relaxation en T1: T1: c’est le temps nécessaire pour que l’aimantation globale d’un tissu atteigne 2/3 de sa valeur définitive (temps de relaxation longitudinale). Exp: les tissus qui s’aimantent rapidement comme la graisse obtiendront très vite une grande quantité de protons aimantés pour réaliser une image en fournissant un signal intense (T1 court), au contraire les tissus à aimantation très lente comme l’eau donneront un signal plus faible (T1 lent). La vitesse d’aimantation différentielle dans les tissus est mise à profit pour obtenir d’autres contrastes que ceux issus de la densité des protons. Ainsi le contraste de l’image ne dépend plus de la seule densité protonique, mais surtout de la vitesse à laquelle un ou plusieurs tissus s’aimantent (T1), l’image est alors dite pondérée.
  26. 26. 3- temps de relaxation T2: Lors de phase d’excitation les protons restituent une partie de l’énergie reçus sous forme d’un signal électrique, donc T2 c’est le temps pendant lequel l’intensité du signal décroit de 2/3 de sa valeur initiale (temps de relaxation transversal). Exp: l’eau c’est un T2 lent et les muscles sont des T2 courts.
  27. 27. C- technique d’acquisition: • L’examen est réalisé avec une antenne de surface. • La respiration doit être calme et régulière avec immobilisation du cou. • Les coupes sont réalisées dans le plan transversal dans l’axe de la glotte (parallèle au plateau supérieur de la sixième vertèbre cervicale), dans le plan sagittal strict et dans le plan coronal légèrement oblique en bas et en arrière.
  28. 28. • Elles doivent être suffisamment fines, de 3 à 4 mm d’épaisseur avec 1 mm d’intercoupe afin d’obtenir un bon rapport signal. • Les séquences sont pondérées en spin echo, T1 sans et après injection de chélates de Gadolinium et pondérées en T2. • L’IRM est un examen de 2e intention dans l’exploration de la pathologie laryngée. Il est plus sensible que le scanner dans le diagnostic de l’extension cartilagineuse et tissulaire.
  29. 29. D- radioanatomie normale: Une études des coupes axiales des différent étages du larynx et des coupes sagittales avec une schématisation illustrée de chaque coupe.
  30. 30. 1-muscle sternohyoidien 2-muscle thyrohyoidien 3-cartilage thyroide 4-platysma 5-vestibule laryngé 6-repli aryépiglottique 7-hypopharynx 8-veine jugulaire ant 9-constricteur inf pharynx 10-sternocleidomastoidien 11-art carotide primitive 12- muscles long du cou 13- vague X 14-muscles longs capitis 15-veine jugulaire interne 16-nerf spinal C4 17-processus transverse 18-nerf spinal C5 19-veine jugulaire externe 20-scalene moyen 21-corps C5 22- art vertébrale 23- corde spinale 25-arc vertébral C6 35-muscle trapèze 36-splénius capitis
  31. 31. 1-m sterno-thy 2- m thyro-hyo 3- m omo-hyo 4- larynx 5- cart thy 6- VJA 7- platysma 8- sinus piriforme 9- cart aryténo 10- gde thy 11- cart crico 12- hypopharynx 13- carotide primi 14- m cost inf pharynx 15- VJI 16- X 17- m long du cou 18- nerf phrénique 19- VJE 20- m long capitis 21- C5 22- m scalène
  32. 32. 1- muscle sternohyoidien 2- muscle thyrohyoidien 3- m omohyoidien 4- larynx 5- cartilage thyroide 6- VJA 7- platysma 8- sinus piriforme 9- Cartilage aryténoide 10- gde thyroide 11- cartilage cricoide 12- hypopharynx 13- carotide primitive 14- constricteur inf du pharynx 15-VJI 16- X 17- m longs du cou 18- nerf phrénique 19- VJE 20- m longs capitis 21- C5 22- m scalènes ant 23- SCM 24- m scalène post 26- nerf spinal C4 27- branches ant et post du nerf rachidien 28- m scalène moy 29- moelle épinière 30- art vertébrale 32- nerf spinal C5 33- m splenius cervical 34- m scapulaire élévateur 36- articulation vértébrale ant 37- nerf du splenius capitis 38- nerf rachidien 39- trapèze 40- arc post de C6
  33. 33. 1- larynx 2- m sternohyoidien 3- m vocal 4- cartilage thyroide 5- m thyrohyoidien 6- gde thyroide 7- aryténoide 8- VJA 9- m aryténoidien transverse 10- platysma 11- carotide primitive 12- SCM 13- VJI 14- nerf phrénique 15- vague X 16- muscles long capitis 17- VJE 18- M scalène ant 19- hypopharynx/œsophage 20- m scalène moy 21- nerf spinal C4C5 22- m scalène post 23- M long du cou 24- nerf rachidien C6 27- art vertébrale 29- m scapulaire élévateur 31- m constricteur inf du pharynx 32-espace intervertébral C5C6 33- moelle épinière 35- ligament 36- arc vertébral post 37- splénius capitis 38- trapèze
  34. 34. Coupe axiale pondérée T1 passant par les vallécules et la région des trois replis. 1. Ligament glosso-piglottique médian 2. corticale de l’os hyoïde 3. médullaire de l’os hyoïde 4. épiglotte 5. repli aryépiglottique 6. ligament pharyngoéiglottique; 7. Ligament glosso-épiglottique latéral ; 8. glande sous-mandibulaire. 9. Sinus piriforme 10. vallécule
  35. 35. Coupe axiale pondérée T1 passant par la loge préépiglottique. 1. Muscle sous hyoïdien 2. corticale du cartilage thyroïde 3. médullaire du cartilage thyroïde 4. échancrure inter thyroïdienne 5. loge pré épiglottique 6. espace para laryngé 7. Épiglotte (face laryngée) 8. sinus piriforme 9. artère carotide ext 10. veine jugulaire int 11. muscle constricteur pharyngé.
  36. 36. Coupe axiale pondérée T1 passant par les plis vestibulaires. 1. Pli vestibulaire (prédominance graisseuse) 2. muscle sous-hyoïdien 3. sommet de l’aryténoïde ossifiée(forme linéaire) 4. ligament thyroépiglottique 5. Muscle thyro-aryténoïdien 6. cartilage thyroïde ossifié (médullaire centrale hyper intense, corticales hypo intenses) 7. espace inter thyro- aryténoïdien 8. muscle inter-aryténoïdien 9. sinus piriforme
  37. 37. 1. Commissure antérieure 2. espace paraglottique 3. commissure postérieure 4. espace interthyroaryténoïdien 5. cartilage cricoïde 6. sinus piriforme 7. aryténoïde 8. processus vocal de l’aryténoïde 9. pli vocal 10. muscle sous-hyoïdien 11. cartilage thyroïde (médullaire centrale) 12. cartilage thyroïde (corticales externe et interne). Coupe axiale pondérée T1 passant par les plis vocaux.
  38. 38. 1. Commissure antérieure 2. cartilage thyroïde (corticale) 3. processus vocal de l’aryténoïde 4. processus musculaire de l’aryténoïde 5. ligament vocal 6. muscle thyroaryténoïdien 7. espace paraglottique 8. hypopharynx collabé 9. Commissure postérieure 10. cartilage cricoïde. Autre exemple de coupe axiale pondérée T1 passant par le plan glottique.
  39. 39. 1- base de langue 2- vallécule 3- bd libre épiglotte 4- face laryngée épig 5-m inter-aryt 6- pli vocal 7- ventricule laryngé 8- pli vestibulaire 9- m sterno-thyroidien 10- m thyro-hyoidien 11- mb thyro-hyoidienne 12- sous glotte 13- trachée 14- œsophage 15- loge HTE 16- cartilage thyroide 17- commissure ant 18- os hyoide Coupes sagittales pondérées T1: médiane et paramédiane droite
  40. 40. V- Autres techniques d’imagerie: A- RADIOLOGIE TRADITIONNELLE: Elle n’a pratiquement plus d’indication, sauf pour la recherche de corps étrangers. Les aspects du larynx de face et de profil doivent cependant rester familiers, car ils sont visibles en limite de film lors de l’étude des structures de voisinage (rachis cervical, thorax), et utilisés en TDM pour sélectionner et orienter les coupes. Les clichés sont effectués sur des cassettes monoécran à grain fin avec film monocouche, sans grille, avec un foyer fin éloigné à 1,50 m. Un kilovoltage élevé (100 à 120 kV), autorisé par le bon contraste naturel, permet un temps de pose très bref.
  41. 41. Tomogramme de profil et vue sagittale d’ensemble du larynx
  42. 42. B- ÉCHOGRAPHIE: Très utile chez l’enfant, son intérêt est restreint chez l’adulte par la calcification et l’ossification des cartilages laryngés, réduisant les fenêtres acoustiques aux membranes thyrohyoïdienne et cricothyroïdienne. Elle peut être utilisée pour l’étude des aires ganglionnaires cervicales superficielles. Elle est effectuée avec une sonde de haute fréquence.
  43. 43. C- TECHNIQUES PERMETTANT UNE ÉTUDE DYNAMIQUE DU LARYNX: 1- Scopie télévisée: Les différentes épreuves dynamiques, et notamment la phonation et la déglutition, sont aisément observées en scopie télévisée. Elles peuvent faire l’objet d’un enregistrement magnétoscopique ou radiocinématographique. 2- Laryngographie par soustraction digitalisée: 18 à 24 images digitalisées sont acquises au cours d’une séquence respiration calme-phonation. Les images en respiration lente sont utilisées comme masque de soustraction. La course des cordes vocales pendant la phonation apparaît après soustraction en noir ou en blanc, selon la polarité de l’image. Cette technique permet de mieux apprécier l’importance et la symétrie du déplacement des cordes vocales entre l’abduction et l’adduction, de même que le déplacement concomitant des structures sus- jacentes. La soustraction entre deux clichés en phonation souligne le bord des cordes vocales, témoignant de leur vibration au cours de la phonation.
  44. 44. 3- Rayons X pulsés couplés à une étude électrolaryngographique: Cette technique a été proposée par Noscoe pour étudier la vibration des cordes vocales lors des différentes phases du cycle phonatoire. 4- Ciné CT Elle étudie la filière aérique extra thoracique au cours du cycle respiratoire par ciné CT. Il dispose d’un appareil lui permettant un temps d’acquisition des données de 50 ms par coupe, avec un intervalle de 9 ms entre chaque coupe d’une série. Il obtient ainsi huit coupes sur un même niveau, lui permettant de couvrir au moins un cycle respiratoire. Cette technique est surtout intéressante pour l’étude des troubles respiratoires sans cause organique évidente. 5-Scintigraphie au 18 fluorodésoxyglucose (FDG): La scintigraphie au 18 FDG n’est pas assez précise actuellement pour l’étude anatomique, mais l’intensité de la fixation serait intéressante pour distinguer entre séquelles et récidive dans les aspects post thérapeutiques.
  45. 45. 6- TEP- TDM: C’est une technique d’imagerie fonctionnelle ou métabolique par tomographie à émission de positons après injection de 18 FDG couplée à la TDM permettant une localisation tridimensionnelle précise des lésions tissulaires actives au sens métabolique. Le TEP-TDM est actuellement l’examen de référence pour l’étude in vivo de l’hyper métabolisme tumoral
  46. 46. VI-Indications: La TDM reste l’examen de choix et de première intention dans la pathologie laryngée. -Tumeurs laryngées: les carcinomes laryngés reste l’indication la plus fréquente dans le cadre du bilan lésionnel, d’extension et pré- thérapeutique (guide le choix de la technique chirurgicale). - Traumatismes externes et internes du larynx. - malformations laryngées.
  47. 47. VII- Contres indications: - TDM: pas de contres indications. - IRM: prothèses auditives implantables valves mécaniques cardiaques clips vasculaires corps étrangers métalliques. clostrophobie
  48. 48. VIII- Conclusion: L’imagerie radiologique du larynx ne trouve sa place qu’après un examen clinique et endoscopique complet; elle n’est donc pas de réalisation systématique. Son indication est posée pour évaluer la diffusion lésionnelle et obtenir une vision plus précise de la morphologie et du contenu du larynx et participe ainsi au diagnostic et aux choix thérapeutiques.

×