MENINGITES POST – OTITIQUES
MENINGITE : est une inflammation des méninges le
plus souvent d’origine infectieuse .
MENINGITE POST – OTITIQUE : est l’in...
Peau
Arachnoïde
Pie-mère
Cortex
cérébral
Os
Dure-mère
Dissection - Vue supérieure
Av
Ar
Age : tout âge (NRS , enfants) OMA ++, dysplasie avec
fistule labyrinthique .
( Adulte ) OMCC ++, fracture du
rocher
Fréqu...
Âge Principales causes
Nouveau-né E. Coli
Streptocoques
Nourrisson
et enfant < 6 ans
H. influenzæ
Méningocoque
Pneumocoque...
Terrain Germes suspectés
Éthylisme Pneumocoque
Diabète Pneumocoque , staphylocoque
Splénectomie Pneumocoque, Hæmophilus
Im...
Porte d’entrée : otologique ( OMA ,OMC, traumatisme
malformation labyrinthique ) .
Ex : OMC Choléstéatomateuse :
Diffusion...
Chole stéatome extensif gauche responsable d’une infection
méningo-encéphalique
par voie néoformée. Lyse du tegmen tympani
Pénétration des germes par
contiguïté ++++
Ensemencement du LCR
Multiplication et/ou lyse
bactérienne dans le LCR
Production des cytokines IL ,TNF,
facteurs inflammatoires
(prostaglandines et leucotriènes)
protinorachie +++
Pénétration ...
● Les conséquences cérébrales sont importantes avec :
– œdème cytotoxique par atteinte directe des cellules
cérébrales .
–...
TDD / Méningite bactérienne compliquant une OMC
cholé :
Le diagnostic est le plus souvent
facilement suspecté sur l’associ...
VI . Examens complémentaires:
A/ Biologie :
Examen du sang
NFS : hyperleucocytose à PNN .
Hémocultures : systématiques .
R...
Prélèvement d’oreille en cas d’otorrhée
Pour étude bactériologique ++ mais peu rentable
prélèvement stérile ou poly microb...
TDM et IRM cérébrales :
Indispensables pour la recherche d’autres foyers
infectieux compliquant la méningite .
+++ Abcès i...
1/Forme selon le germe :
2/Forme selon le terrain :
3/ Forme décapitée :
+++ pour les OMA suite à une antibiothérapie
inad...
A/ Complications :
Nombreuses , elles mettent en jeu le pronostic vital ou exposent
aux séquelles.
1. Coma
2. Hypertension...
Elles sont d’autant plus fréquentes que la méningite a
été grave et compliquée et qu’elles touchent
un enfant jeune :
– dé...
a) Retard d’installation du traitement :
– La précocité du traitement des méningites bactériennes
(purulente) est le meill...
Buts :
1 /Eradication des foyers infectieux méningés .
2 /Recherche et traitement de la porte d’entrée .
3/ lutter contre ...
1 / Antibiothérapie générale
On utilise des antibiotiques à bonne pénétration méningée, à
fortes doses par voie parentéral...
est le plus souvent réalisé dans un second temps pour
éradiquer le foyer infectieux otologique .
1/ +++ pour les OMC Cholé...
la méningite est une complication grave et fréquente au
cour des atteintes otologiques infectieuses surtout pour
OMC C , s...
Méningites post-otitiques
Méningites post-otitiques
Méningites post-otitiques
Méningites post-otitiques
Méningites post-otitiques
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Méningites post-otitiques

543 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
543
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Méningites post-otitiques

  1. 1. MENINGITES POST – OTITIQUES
  2. 2. MENINGITE : est une inflammation des méninges le plus souvent d’origine infectieuse . MENINGITE POST – OTITIQUE : est l’infection des espaces arachnoïdiens a la suite de l’extension du processus infectieux otitique . Classée parmi les complications endocrâniennes graves des OMA et OMC car l’évolution spontanée est pratiquement toujours mortelle et il s’agit le plus souvent de la forme purulente ( LCR purulent ) . Comme elle peut être révélatrice d’une malformation labyrinthique (dysplasies avec fistules) ou brèche osseuse source d’infection .
  3. 3. Peau Arachnoïde Pie-mère Cortex cérébral Os Dure-mère
  4. 4. Dissection - Vue supérieure Av Ar
  5. 5. Age : tout âge (NRS , enfants) OMA ++, dysplasie avec fistule labyrinthique . ( Adulte ) OMCC ++, fracture du rocher Fréquence : nette régression depuis l’ avènement des ATB . Porte d’entrée : atteinte otologique OMA , OMC Choléstéatomateuse +++ , traumatisme crânien ( fracture du rocher ) , malformations labyrinthiques ( dysplasie labyrinthique avec fistule ). Terrain : Ethylisme, diabète , sida , splénectomie , immunodépression , fracture du crane ouverte ou fermée avec otorrhée/ rhinorrée , otite aigue , otite chronique
  6. 6. Âge Principales causes Nouveau-né E. Coli Streptocoques Nourrisson et enfant < 6 ans H. influenzæ Méningocoque Pneumocoque Adulte et enfant > 6 ans Méningocoque Pneumocoque Sujet âgé de plus de 50 ans Pneumocoque Méningocoque Bacilles Gram négatif
  7. 7. Terrain Germes suspectés Éthylisme Pneumocoque Diabète Pneumocoque , staphylocoque Splénectomie Pneumocoque, Hæmophilus Immunodépression BK , Pneumocoque Fracture du crâne ouverte Staphylococcus aureus, entérobactérie Fracture du crâne fermée ou otorrhée/rhinorrhée Pneumocoque, entérobactérie Otite aiguë Pneumocoque, Hæmophilus Otite chronique Pneumocoque, anaérobies,pseudomonas,Proteus Sida Germes habituels, :BK + mycobactéries atypiques
  8. 8. Porte d’entrée : otologique ( OMA ,OMC, traumatisme malformation labyrinthique ) . Ex : OMC Choléstéatomateuse : Diffusion de l’infection (voie) Préformée Néoformée Veineuse canaux osseux solution de continuité thrombophlébites Préexistants : osseuse produite par extensives le chole stéatome CAI, l’aqueduc de la cochlée ou du vestibule, les sutures de l’os temporal
  9. 9. Chole stéatome extensif gauche responsable d’une infection méningo-encéphalique par voie néoformée. Lyse du tegmen tympani
  10. 10. Pénétration des germes par contiguïté ++++ Ensemencement du LCR Multiplication et/ou lyse bactérienne dans le LCR
  11. 11. Production des cytokines IL ,TNF, facteurs inflammatoires (prostaglandines et leucotriènes) protinorachie +++ Pénétration des PN dans le LCR avec augmentation de la perméabilité hémato encéphalique Inflammation méningée avec œdème
  12. 12. ● Les conséquences cérébrales sont importantes avec : – œdème cytotoxique par atteinte directe des cellules cérébrales . – œdème vasogénique lié à la vascularite. – œdème interstitiel par diminution de la résorption du LCR. Cet œdème réduit le flux sanguin cérébral et diminue le contrôle de la régulation de la tension artérielle cérébrale.
  13. 13. TDD / Méningite bactérienne compliquant une OMC cholé : Le diagnostic est le plus souvent facilement suspecté sur l’association de signes neurologiques et infectieux généraux dans un contexte d’otite chronique non diagnostiquée ou négligée. Les symptômes comprennent typiquement : céphalées, fièvre, photophobie, vomissements, raideur de la nuque, troubles de la consciences et déficits neurologiques .
  14. 14. VI . Examens complémentaires: A/ Biologie : Examen du sang NFS : hyperleucocytose à PNN . Hémocultures : systématiques . Recherche des antigènes solubles . Examen du LCR Ponction lombaire ( PL ) en réalisant un : 1/Examen direct avec coloration de Gram . 2/Etude biochimique , cytologique et bactériologique . 3/Culture du LCR . 4/ Dosage de l’acide lactique et du LDH méningites bactériennes . 5/Recherche des antigènes solubles par immunoélectrophorèse ++ pneumocoque et H/ influenzae.
  15. 15. Prélèvement d’oreille en cas d’otorrhée Pour étude bactériologique ++ mais peu rentable prélèvement stérile ou poly microbien . Pour OMC cholé : Les principaux germes retrouvés sont : (1) Proteus mirabilis (55 %) . (2) Pseudomonas aeruginosa (25 %) . (3) Staphylococcus aureus (20 %) . (4) d’autres germes représentant moins de 20 % des prélèvements contributifs (Streptococcus pneumoniae, Streptococcus du groupe B, Hemophilus influenzae, Klebsiella etc.).
  16. 16. TDM et IRM cérébrales : Indispensables pour la recherche d’autres foyers infectieux compliquant la méningite . +++ Abcès intra-parenchymateux du temporal . TDM IRM
  17. 17. 1/Forme selon le germe : 2/Forme selon le terrain : 3/ Forme décapitée : +++ pour les OMA suite à une antibiothérapie inadaptée en posologie ou en durée . 4/ Forme récidivante : Les dysplasies du labyrinthe osseux s’accompagne fréquemment de fistules souvent méconnues chez le NRS ou l’enfant et en général découvertes après plusieurs épisodes succécifs de méningite à pneumocoque .
  18. 18. A/ Complications : Nombreuses , elles mettent en jeu le pronostic vital ou exposent aux séquelles. 1. Coma 2. Hypertension intracrânienne 3. Troubles neurovégétatifs 4. Convulsions 5. Troubles hydro électrolytiques 6. Déficits neurologiques localisés . 7. Épanchements sous-duraux du nourrisson 9. Collapsus cardio-vasculaire, CIVD 10. Récidives
  19. 19. Elles sont d’autant plus fréquentes que la méningite a été grave et compliquée et qu’elles touchent un enfant jeune : – détérioration intellectuelle, séquelles mnésiques . – troubles du comportement . – retard psychomoteur chez l’enfant . – comitialité . – cécité corticale . – surdité . – séquelles motrices . – hydrocéphalie . – déficits endocriniens d’origine hypothalamo- hypophysaire (diabète insipide)
  20. 20. a) Retard d’installation du traitement : – La précocité du traitement des méningites bactériennes (purulente) est le meilleur facteur de bon pronostic. b) Survenue de complications : – Coma, troubles neurovégétatifs importants, troubles respiratoires, collapsus cardio -vasculaire, signes neurologiques de localisation, état de mal convulsif. c) Terrain : – Âge (nouveau-né, nourrisson, vieillard, immunodépression. d) Le germe en cause : ex : pneumocoque .
  21. 21. Buts : 1 /Eradication des foyers infectieux méningés . 2 /Recherche et traitement de la porte d’entrée . 3/ lutter contre les complications . Moyens : 1/ Médicaux . 2 / Chirurgicaux :
  22. 22. 1 / Antibiothérapie générale On utilise des antibiotiques à bonne pénétration méningée, à fortes doses par voie parentérale, actifs a priori sur le germe suspecté ou retrouvé à l’examen direct. céfotaxime (Claforan) ou ceftriaxone (Rocéphine)+ vancomycine, ou + métronidazole (OMCC) . phénicolés plus vancomycine en cas d’allergie aux bêtalactamines. 2 / Adaptation du traitement En fonction de l’examen direct, puis de l’antibiogramme . 3 / Corticoïdes : +++ méningites à pneumocoque . 4/ Durée du traitement : dépend du germe et de l’évolution . 10 -15 jrs .
  23. 23. est le plus souvent réalisé dans un second temps pour éradiquer le foyer infectieux otologique . 1/ +++ pour les OMC Choléstéatomateuse . 2/ fistules labyrinthiques congénitales ou acquises on utilisant fragments d’aponévrose et greffons cartilagineux
  24. 24. la méningite est une complication grave et fréquente au cour des atteintes otologiques infectieuses surtout pour OMC C , son diagnostic doit être systématiquement évoqué face à un tableau méningé chez un patient avec antécédents otitiques chronique , ou s’il existe une otorrhée. Ce qui exige une prise en charge thérapeutique rapide afin d’éviter les complications souvent mortelle .

×