INITE ALLERGIQUE
UDE CLINIQUE
SE EN CHARGE THERAPEUTIQ
INTRODUCTION
La rhinite allergique est une maladie symptomatique du nez ( ensemble des
manifestations nasale engendrées p...
Rappel des mécanismes physio-pathologiques
 L’allergie : réponse aux allergènes ( inflammation nasale )
 La réaction inf...
EPIDEMIOLOGIE
La R.A rare avant 5ans
Sa fréquence après la puberté
Facteurs peri-nataux : * le sexe masculin
* petit po...
Facteurs environnementaux : corrélation entre R.A et climat , localisation
géographique
Facteurs déclenchants : * Pneuma...
DEMARCHE DIAGNOSTIQUE
1- l’interrogatoire:
 Description des symptômes : /// La Triade Symptomatique
Mineure
- Obstruction...
/// Le caractère périodique des troubles : saisonnier,permanent
/// Tableau clinique atypique : surtout chez l’enfant +++
...
2- Examen clinique :
L’inspection : * Pli nasal ( salut allergique )
* Pli palpébrale
La rhinoscopie antérieur : * Aspec...
3- EVALUATION CLINIQUE ET CLASSIFICATION
Deux grands groupes de patients rhinitique allergique( selon la fréquence
des sym...
Rhinites
Intermittentes
<4 j / semaine
ou < 4 semaines / an
Rhinites
Persistantes
>4 j / semaine
ou >4semaines / an
Rhinit...
4- EXAMENS COMPLEMENTAIRES
TESTS CUTANES D’ALLERGIE
EXAMENS BIOLOGIQUES :
numération des polynucléaires éosinophiles sa...
EXAMENS RADIOLOGIQUES :
1- Radiographie des sinus 2- Radiographie Cavum 3- TDM
SYNTHESE DE LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE
A/ la grandes majorité des cas :
l’interrogatoire +++
l’examen clinique
Tests cutanés...
DEMARCHE THERAPEUTIQUE
1- Éviction des allergènes : la première étape du traitement
2- Désensibilisation spécifique
3- tra...
*Anti-cholinergiques : BROMURE D’ IPRATROPIUM *
.Action sur la rhinorrhée +++
.C.I avant 15 ans
*Anti- dégranulants : CROM...
*Antihistaminiques:
.Monoprise quotidienne
.Réduisent efficacement la rhinorrhée, prurit, éternuement
4- Traitements chiru...
EFFETS DES DIFFERENTS TRAITEMENTS SUR LES SYMPTOMES DE
RHINITE
ntihistaminiques –H1
corticoïdes
Cromones
Vasoconstricteurs...
LEGERS
MODERES
À SEVERES
Corticoïdes
par voie nasale
Revoir le
patient après
2 à 4 semaines
Anti H1.
*Amélioration
Poursui...
CONCLUSION
 La géne fonctionnelle
+
 Retentissement sur la qualité de vie
+
 Possibilité de complications
( de l’obstru...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rhinite allergique

703 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
703
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rhinite allergique

  1. 1. INITE ALLERGIQUE UDE CLINIQUE SE EN CHARGE THERAPEUTIQ
  2. 2. INTRODUCTION La rhinite allergique est une maladie symptomatique du nez ( ensemble des manifestations nasale engendrées par le contact entre muqueuse nasale et allergène  C’est la pathologie chronique la plus fréquente chez l’enfant et l’adolescent  La R.A Performance scolaire Productivité du travail Développent du massif facial  Problème de santé publique mondiale  Classification actuelle des R.A : R.A intermittente R.A per-annuelle Sur le degré de sévérité des symptômes La R.A constitue un facteur de risque d’apparition ultérieur d’asthme ( +++ RA permanente )  Intérêt de clarifier la prise en charge en terme d’une stratégie thérapeutique
  3. 3. Rappel des mécanismes physio-pathologiques  L’allergie : réponse aux allergènes ( inflammation nasale )  La réaction inflammatoire : intervention de plusieurs cellules  L’hyper-réactivité nasale non spécifique ( obstruction nasale , écoulement , éternuement  Une inflammation nasale persistante est un concept important chez des patients atteint de R.A persistante
  4. 4. EPIDEMIOLOGIE La R.A rare avant 5ans Sa fréquence après la puberté Facteurs peri-nataux : * le sexe masculin * petit poids de naissance * l’exposition précoce aux allergènes Facteurs génétiques : * ATCD familiaux d’atopie * le risque X 2 ( un parent allergique ) * le risque X 4 ( deux parents allergiques )
  5. 5. Facteurs environnementaux : corrélation entre R.A et climat , localisation géographique Facteurs déclenchants : * Pneumallergènes ( très fréquemment impliquées : acariens ,animaux domestique ,pollen , insecte ) * Professionnelle Latex : professionnel de la santé La pollution : fumée de tabac + pollution atmosphérique Facteurs de co-morbidités : * l’asthme : GINA ( the global initiative of asthma ) * conjonctivites, sinusites,otites, polyposes naso- sinusienne Les Allergènes
  6. 6. DEMARCHE DIAGNOSTIQUE 1- l’interrogatoire:  Description des symptômes : /// La Triade Symptomatique Mineure - Obstruction nasale ( blockers ) Importante trouble du sommeil - La Rhinorrhée acqueuse / ( runners ) - Éternuement en salve / (sneezers) /// D’autres signes :  Prurit nasal , palatin , oculaire avec larmoiement , CAE Céphalées Jetage postérieur reniflement, toux chronique  Troubles olfactifs :hyposmie , anosmie .  Signes généraux : asthénie , difficulté de concentration , trouble du sommeil
  7. 7. /// Le caractère périodique des troubles : saisonnier,permanent /// Tableau clinique atypique : surtout chez l’enfant +++ - Rhinite aiguë itérative - Rhinopharyngite récidivante - Toux chronique - Complications : otites , sinusites.  Recherche de l’origine allergique : ATCD d’atopie : eczéma , urticaire , asthme. Caractère intermittent printanier allergie aux pollens Particularités de l’environnement : * type d’habitat , tabagisme passif , pollution . Circonstances spécifique de déclenchement ou d’aggravation des symptômes - exposition aux poussières - contact avec les animaux  Une hyper-réactivité bronchique doit être recherchée.
  8. 8. 2- Examen clinique : L’inspection : * Pli nasal ( salut allergique ) * Pli palpébrale La rhinoscopie antérieur : * Aspect de la muqueuse pituitaire , cornet inféri * Aspect des secrétions * État du méat ( moyen surtout ) La nasofibroscopie, sinusoscopie Aspects endoscopiques observés :  Hypertrophie du cornet inférieur  Secrétions séreuses  Couleur lilas , atone  Œdème muqueuse Recherche des végétations adénoïdes , jetage postérieur . aucun aspect endoscopique n’est spécifique de la R.A
  9. 9. 3- EVALUATION CLINIQUE ET CLASSIFICATION Deux grands groupes de patients rhinitique allergique( selon la fréquence des symptômes ) : G I : éternuement , rhinorrhée +++ G II: obstruction nasale +++ Patients avec éternuement /rhinorhée Patients avec Obstruction nasale Éternuement Paroxystiques Faibles ou absents Rhinorrhée Aqueuse, antérieure et postérieure Mucus épais surtout postérieur Prurit nasal Oui Non Obstruction nasale Variable Souvent Sévère Rythme nycthéméral Aggravé dans la journée , amélioré la nuit Constante de jour comme de nuit , parfois méme aggravé la nuit Conjonctivite Souvent présente
  10. 10. Rhinites Intermittentes <4 j / semaine ou < 4 semaines / an Rhinites Persistantes >4 j / semaine ou >4semaines / an Rhinites Rhinites Légères modérées à sévères Sommeil normal Sommeil anormal Activités quotidiennes normaux Activités quotidiennes perturbés Travail et activité scolaire normaux  Problèmes dans les activités scolaires et professionnelles Pas de symptômes gênants  Présence de symptômes gênants
  11. 11. 4- EXAMENS COMPLEMENTAIRES TESTS CUTANES D’ALLERGIE EXAMENS BIOLOGIQUES : numération des polynucléaires éosinophiles sanguine l’hyper éosinophylie nasale : Non spécifique les NARES dosage des IGE totales tests multi-allergénique de dépistage ( TMA ) : ( technique de dosage recherchant des IGE sériques dirigées contre allergène fixées sur un même support PHADIATOP, ALLERGYSCREEN ) dosage des IGE spécifique autre dosage biologique : ECP ( protéine cationique de l’éosinophilie ) tests de provocation nasale: ( mesure des résistance nasales )
  12. 12. EXAMENS RADIOLOGIQUES : 1- Radiographie des sinus 2- Radiographie Cavum 3- TDM
  13. 13. SYNTHESE DE LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE A/ la grandes majorité des cas : l’interrogatoire +++ l’examen clinique Tests cutanés D’autres examens ( pathologies associées: asthme , sinusites , Imagerie ,EFR ) DIAGNOSTIC B/ Des cas difficiles:  IGE spécifique  Test de provocation nasale
  14. 14. DEMARCHE THERAPEUTIQUE 1- Éviction des allergènes : la première étape du traitement 2- Désensibilisation spécifique 3- traitements médicamenteux :  Traitements locaux : * CorticoCorticoïïdes :des : - voie nasale - agissent sur tous les symptômes de la rhinite - AIF locale puissante - effet secondaires locaux ( picotement, sécheresse, épistaxis - atrophie muqueuse ( - ) * Antihistaminiques :Antihistaminiques : Azélastine* - efficacité ≅ aux anti histaminiques par voie générale - efficacité ≅ corticoides locaux après 15 j de TRT - administration pluriquotidienne
  15. 15. *Anti-cholinergiques : BROMURE D’ IPRATROPIUM * .Action sur la rhinorrhée +++ .C.I avant 15 ans *Anti- dégranulants : CROMO GLYCATE DE SODIUM * .Tolérance et efficacité dans la R.A de l’enfant *Vasoconstricteurs : EPHEDRINE * , PSEUDO EPHEDRINE* . Obstruction nasale +++ . C.I avant 12 ans *Anti- leucotriènes  Traitement généraux : Corticoïdes : - Cure courte - Prise unique matinale - Péservées aux cas rebelles - Effet systémique masqué de la corticothérapie si répétées plusieurs fois /ans
  16. 16. *Antihistaminiques: .Monoprise quotidienne .Réduisent efficacement la rhinorrhée, prurit, éternuement 4- Traitements chirurgicaux :  Turbinectomie partielle : cas d’obstruction nasale résistante diminuer ses conséquences sur les troubles de croissance du massif facial  Vaporisation au Laser de la muqueuse des cornets : alternative thérapeutique 5- Autres thérapeutiques :  Mesure d’hygiène nasale : mouchage, lavage des fosses nasales Cures thermales : soufrées +++ crenothérapie ( surinfection , environnement climatique et psychologique prédominant . )
  17. 17. EFFETS DES DIFFERENTS TRAITEMENTS SUR LES SYMPTOMES DE RHINITE ntihistaminiques –H1 corticoïdes Cromones Vasoconstricteurs Anticholinergiques Anti leucotriénes Oral ntra- nasal Intra-nasal Intra-nasal Intra-nasal Éternuemen ts rhinorrhé e Obstr nasale prurit + + + + ++ ++ + + ++ 0 +++ +++ +++ ++ + + + + 0 0 ++++ 0 0 ++ 0 0 0 + ++ 0
  18. 18. LEGERS MODERES À SEVERES Corticoïdes par voie nasale Revoir le patient après 2 à 4 semaines Anti H1. *Amélioration Poursuivre le TRT Pdt 01 mois Dg de R.A ( anamnése +pricktest ou dosage des IGE spécifiques ) Éviction De l’allergène Symptômes persistants Symptômes intermittents MODERES À SEVERES LEGERS Anti H1et / décongestionnant corticoïdes / voie nasale Revoir le patient 2 à 4 semaines (R.A persistantes ) *Échec - Réévaluer le Dg - Doses de corticoïde nasale -Adapter en fonction des symptômes - corticoïde orale courte durée -Si échec : avis chirurgical - ENVISAGER UNE DESENSIBILISATION SPECIFIQUE Cas d’échec Passer à l’étape thérapeutique de la R.A persistante Amélioration poursuivre Pdt 01 mois
  19. 19. CONCLUSION  La géne fonctionnelle +  Retentissement sur la qualité de vie +  Possibilité de complications ( de l’obstruction nasale , asthme secondaire ) *Intérêt d’une approche diagnostique et thérapeutique soigneuse  Rechercher un asthme concomitant à la rhinite allergique  Éviction allergénique +++( si possible )  Le bénéfice d’une désensibilisation chez l’enfant doit être mis en balance avec les autres options thérapeutiques La priorité chez l’enfant aux TRT locaux non corticoïdes et anti histaminiques oraux, la corticothérapie nasale en deuxième ligne si précédents inefficaces .

×