Définition
Rappels
Diagnostic positif
Diagnostics différentiels
Diagnostic étiologique
Conclusion
C’est un écoulement provenant des fosses nasales qui
s’extériorise le plus souvent en avant par les narines
ou bien en arr...
La fosse nasale est constituée d’un cadre osteocartilagineux
tapisséépar la muqueuse pituitaire;
On lui décrit quatre paro...
2) Paroi supérieure c’est le plafond: décomposé en
trois zones d’avant en arrière:
-zone frontonasale.
-zone ethmoïdale.
-...
Rhinoscopie antérieure avec une optique 0° montrant
la fosse nasale droite sans pathologie (1: septum
nasal; 2: cornet inf...
Rappel histologique des fosses nasales:
La muqueuse des fosses nasales est de type respiratoire avec des cellules
ciliées ...
Antécédents: - profession
-épisodes similaires et notion d’allergie
-notion de traumatisme ou de corps étranger surtout c...
Aspects et allure évolutive:
-date de début, intermittence ou permanence de l’écoulement
-caractère unilatéral ou bilatér...
Inspection:
rhinoscopie antérieure:
Qui peut confirmer l’écoulement et préciser sa nature
claire ou purulente; apprécie l...
Palpation:
-des points sinusiens
-de l’os propre du nez
Endoscopie:
-Examen capital et précieux
-Permet une meilleure vi...
FNS – glycémie
Prélèvement du liquide de la rhinorrhée pour étude
bactériologique et mycosique + Antibiogramme
Ana-path...
Rx standard du crâne (F+P)
Incidence de Blondeau et de Hirtz
TDM et IRM
L’imagerie est demandée dans un but de Dc étiol...
Épistaxis:
écoulement sanglant par les fosses nasales post
traumatique ou spontané.
a) Corps étranger nasal: apanage de l’enfant, l’obstruction
nasale passe inaperçue, puis existence d’une surinfection
qui ...
c) Les sinusites aigues:
Elles font le plus souvent suite à un coryza (rhinite aigue épidémique
due à des virus de type rh...
e) Imperforation choanale unilatérale:
Affection rare chez l’enfant ou adolescent, le bilan d’une
obstruction nasale, ou ...
g) Autres: Les rhinorrhées mucopurulentes ou purulentes sont les
plus fréquentes surtout dans la pathologie aigue:
1)Surin...
2) Écoulement aqueux :c’est un écoulement liquide,
transparent qui peu avoir trois Origines :
- nasale ou nasosinusienne :...
2- La rhinite perannuelle: (moisissure, acariens, phanères d’animaux) se
manifeste durant toutes les saisons.
Examens comp...
C) Rhinites non allergiques :deux variétés :
1- Rhinite Vasomotrice : est le fait d’une dysrégulation de l’échange parasym...
d) Rhinorrhée cérébro-méningée :
C ’est une véritable liquorrhée, le LCR peut provenir de:
- L’étage antérieur par le biai...
La rhinorrhée est un motif fréquent de
consultation en ORL, de multiples étiologies peuvent
être en cause, dont certaines ...
Rhinorrhée
Rhinorrhée
Rhinorrhée
Rhinorrhée
Rhinorrhée
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rhinorrhée

635 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
635
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rhinorrhée

  1. 1. Définition Rappels Diagnostic positif Diagnostics différentiels Diagnostic étiologique Conclusion
  2. 2. C’est un écoulement provenant des fosses nasales qui s’extériorise le plus souvent en avant par les narines ou bien en arrière par les choanes dans le pharynx. L’écoulement du sang est l’épistaxis,une rhinorrhée muqueuse ou muco-purulente peut être striée de sang.
  3. 3. La fosse nasale est constituée d’un cadre osteocartilagineux tapisséépar la muqueuse pituitaire; On lui décrit quatre paroi: 1) Paroi médiale: sépare les deux cavités nasales et soutient le nez en avant, constituée d’un squelette osteocartilagineux: -en haut et en arrière la lame perpendiculaire de l’ethmoïde. -en bas et en arrière le vomer. -en avant le cartilage septal. Tapissée d’un revêtement conjonctivo-muqueux.
  4. 4. 2) Paroi supérieure c’est le plafond: décomposé en trois zones d’avant en arrière: -zone frontonasale. -zone ethmoïdale. -Sphénoïde. 3) Paroi inférieure c’est le plancher: forme une gouttière peu profonde de surface unie. 4) Paroi latérale: décomposée en plusieures régions: -région turbinale (cornets et méats). -région preturbinale. -région sus turbinale.
  5. 5. Rhinoscopie antérieure avec une optique 0° montrant la fosse nasale droite sans pathologie (1: septum nasal; 2: cornet inférieur; 3: cornet moyen; 4: méat inférieur; 5: méat moyen; 6: processus unciforme).
  6. 6. Rappel histologique des fosses nasales: La muqueuse des fosses nasales est de type respiratoire avec des cellules ciliées battant de manière rythmée et des cellules sécrétoires. La région des cornets est particulièrement riche d’un réseau artérioveineux érectile; Le flux nasal est ainsi guidé de manière alternative dans une fosse nasale puis dans l’autre avec une période de trois heures. Rappel physiologique des fosses nasales: Elles assurent les fonctions suivantes: 1) respiratoire: l'air suit les parois nasales pour atteindre le rhinopharynx. 2) Réchauffement et humidification de l’air inspiré: par le passage de l’air à travers les cornets et les méats au contact d’une muqueuse riche en réseau artériel; dû à l'évaporisation de l’eau à partir de la couche de mucus. 3) Épuration: les fosses nasales s’opposent à l’entrée des particules inhalées et stérilisent l’air inspiré. 4) Olfaction: grâce aux rameaux de bulbe olfactif. 5) Phonation: elle fait partie de l’ensemble qui constitue la caisse de résonance responsable de l’individualisation de la voix émise.
  7. 7. Antécédents: - profession -épisodes similaires et notion d’allergie -notion de traumatisme ou de corps étranger surtout chez l’enfant -notion de pathologie nasosinusienne, rhinopharyngée -notion de maladie générale: diabète… -notion d’un traitement immunosuppresseur Facteurs déclenchant: -Episode infectieux rhinopharyngée -Variations climatiques -traumatisme facial
  8. 8. Aspects et allure évolutive: -date de début, intermittence ou permanence de l’écoulement -caractère unilatéral ou bilatéral de l’écoulement -aspect séromuqueux ou purulent -coloration(bleu verdâtre bacille pyocyanique) -aigue ou chronique, saisonnière ou annuelle -sa variation dans la journée Signes d’accompagnement: -céphalées -fièvre -épistaxis -obstruction nasale -éternuement
  9. 9. Inspection: rhinoscopie antérieure: Qui peut confirmer l’écoulement et préciser sa nature claire ou purulente; apprécie l’état de la muqueuse, des cornets et des méats moyens; recherche un processus tumoral ou un corps étranger. Rhinoscopie postérieure: permet d’apprécier l’état des choanes et du cavum.
  10. 10. Palpation: -des points sinusiens -de l’os propre du nez Endoscopie: -Examen capital et précieux -Permet une meilleure visualisation des fosses nasales. Examen de la sphère ORL : Examen des tympans, de la cavité buccale, du pharynx et du larynx. Examen cervical.
  11. 11. FNS – glycémie Prélèvement du liquide de la rhinorrhée pour étude bactériologique et mycosique + Antibiogramme Ana-path en cas de lésion suspecte
  12. 12. Rx standard du crâne (F+P) Incidence de Blondeau et de Hirtz TDM et IRM L’imagerie est demandée dans un but de Dc étiologique, car la rhinorrhée est de Dc clinique et facile; son intérêt est: -l’exploration des sinus -l’état de squelette nasal -l’état de la muqueuse nasale - en cas de pathologie tumorale
  13. 13. Épistaxis: écoulement sanglant par les fosses nasales post traumatique ou spontané.
  14. 14. a) Corps étranger nasal: apanage de l’enfant, l’obstruction nasale passe inaperçue, puis existence d’une surinfection qui se manifeste par une rhinorrhée unilatérale. b) Sinusite d’origine dentaire: une rhinorrhée unilatérale purulente et fétide doit faire évoquer ce Dc et examiner la fosse nasale et son méat moyen où on retrouve du pus. La radio confirme le Dc sur un cliché standard. Le bilan et les soins dentaires sont indispensables avant d’envisager un éventuel traitement chirurgical de sinus.
  15. 15. c) Les sinusites aigues: Elles font le plus souvent suite à un coryza (rhinite aigue épidémique due à des virus de type rhinovirus mais aussi des adénovirus et myxovirus)les germes en cause le plus souvent sont hémophilus influenzae, pneumocoque ,staphylocoque doré et des germes anaérobie. - Obstruction nasale et rhinorrhée unilatérale purulente. - La rhinoscopie antérieure: Pus au méat moyen. d) Les sinusites chroniques: La symptomatologie évolue depuis au moins 3 mois avec - unea rhinorrhée purulente est au premier plan, parfois écoulement postérieur - La symptomatologie douloureuse est absente Rhinoscopie antérieure: recherche de pus au niveau de méat moyen, signe éventuel pour confirmer le Dc. Radio NFP ou NMP: image en cadre témoignant d’un épaississement de la muqueuse, soit une opacité totale ou subtotale uni ou bilatérale. TDM: précise le Dc et permet de conduire le traitement.
  16. 16. e) Imperforation choanale unilatérale: Affection rare chez l’enfant ou adolescent, le bilan d’une obstruction nasale, ou d’une rhinorrhée mucopurulente ou un trouble de l’odorat doit faire penser à cette étiologie, elle est diagnostiquée par la butée d’une sonde introduite dans la fosse nasale. f) Kc nasosinusien: les signes sont unilatéraux: -rhinorrhée -obstruction nasale -épistaxis Il s’agit le plus souvent d’un adénocarcinome de l’ethmoïde ,plus rarement épithélioma épidermoide de sinus maxillaire, d’un lymphome malin non hodgkinien, d’un mélanome malin des fosses nasales. -les travailleurs de bois sont exposés au Kc de l’ethmoïde
  17. 17. g) Autres: Les rhinorrhées mucopurulentes ou purulentes sont les plus fréquentes surtout dans la pathologie aigue: 1)Surinfection d’une rhinite virale épidémique 2)Complication d’une maladie infectieuse: grippe, rougeole, scarlatine… 3)Rhinopharyngite, rhinosinusite 4)Rhinite croûteuse; deux cas: -L’ozène ( rhinite atrophique, rhinite chronique fétide) -Les rhinites atopiques. NB: Lorsque les croûtes siègent sur le vestibule narinaire, la rhinorrhée n’est que le témoin d’un eczéma suintant, d’une folliculite ou d’une lésion de grattage surinfectées . 5) Polypose nasosinusienne infectée
  18. 18. 2) Écoulement aqueux :c’est un écoulement liquide, transparent qui peu avoir trois Origines : - nasale ou nasosinusienne : Rhinite. - Méningée : Rhinorrhée cérébro-méningée. -Hypersécrétion Lacrymale. a) Rhinite virale : à la période invasive, passe rapidement au stade mucopurulent avec guérison spontanée en principe. b) Rhinite allergique : sont des hypersensibilités IgE dépendantes, débutant le plus souvent avant 20 ans, Présente une triade clinique : syndrome d’hyperréactivité nasale : Rhinite spasmodique classique : - Rhinorrhée aqueuse abondante. - Salve d’éternuement - Recrudescence passagère de l’obstruction nasale Parfois il n’existe qu’un prurit nasal . On distingue: 1- des rhinites périodiques(saisonnières): en fonction de l’exposition ponctuelle à certains allergènes selon l’endroit ou la profession ,Elles relèvent de: - différents pollens en Mars, Avril - Graminées en mai, juillet - Arbres en Mai ou Septembre.
  19. 19. 2- La rhinite perannuelle: (moisissure, acariens, phanères d’animaux) se manifeste durant toutes les saisons. Examens complémentaires : -NFS (Hyper éosinophilie). -IgE totales et spécifiques. -Cytologie des secrétions nasales (éosinophilie locale). -Multi rast aux pneumallergènes. -Prick Test cutané, parfois test de provocation nasale. Traitement : - Éviction de l’allergène en cause - Désensibilisation :efficace surtout si monoallergène. -Antihistaminiques locaux - corticoides locaux.
  20. 20. C) Rhinites non allergiques :deux variétés : 1- Rhinite Vasomotrice : est le fait d’une dysrégulation de l’échange parasympathique Sympathique qui régit le trépied symptomatique classique (obstruction, éternuement , hydrorrhée ) ,et volontier associée :obstruction permanente ou Hydrorrhée parfois paroxystique. Prédominant entre 20 et 30 ans, elle apparaît le plus souvent dans certains tableaux évocateurs : -Jeune femme anxieuse. -Action des facteurs climatiques (froid sec, chaleur humide). -Obstruction nasale permanente chez la femme enceinte (de 3ème mois jusqu’au terme). -Goutte au nez du vieillard. Il s’agit d’un Dc d’exclusion (pas d’allergie, pas d’éosinophilie sécrétoire nasale). 2- Rhinite non allergique à éosinophile = NARES : - Signes d’hyperréactivité nasale dominés par l’obstruction nasale, anosmie précoce. - Bilan allergologique négatif : avec importante éosinophilie dans les secrétions nasales (≥ 50%) avec parfois éosinophilie sanguine transitoire. - La TDM sinusienne montre des lésions d’oedème de la muqueuse intrasinusienne dans 30% des cas. - L’évolution est double, mais le risque d’apparition d’un asthme tardif, d’une polypose nasale, des signes d’intolérance à l’aspirine et les AINS est important. - Le seul traitement efficace est la corticothérapie locale au long court, et une prise en charge adaptée à l’évolution.
  21. 21. d) Rhinorrhée cérébro-méningée : C ’est une véritable liquorrhée, le LCR peut provenir de: - L’étage antérieur par le biais des sinus ou directement dans les fosses nasales (Lame criblée). - L’étage moyen par le biais de la caisse du tympan et de la trompe d’Eustache. Circonstances de découverte : - Méningite à répétition. - Rhinorrhée spontanée déclenchée ou majorée selon la position de la tête (penchée en avant). - Rhinorrhée aqueuse après un traumatisme crânien ou intervention chirurgicale, souvent associée à une épistaxis Les examens complémentaires permettent de localiser la brèche: TDM de la base de crâne, transite isotopique.
  22. 22. La rhinorrhée est un motif fréquent de consultation en ORL, de multiples étiologies peuvent être en cause, dont certaines sont bénignes, mais elles peuvent aussi être graves, vu le terrain sur lequel elles surviennent ou la nature de la pathologie causale , d’où l’intérêt de bien explorer ces patients et de les prendre en charge rigoureusement.

×