Sémiologie ORL

2 958 vues

Publié le

1 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 958
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
159
Commentaires
1
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sémiologie ORL

  1. 1. SEMIOLOGIE ORL
  2. 2. • I) SEMIOLOGIE AURICULAIRE • II) Sémiologie nasosinusienne • III) SEMIOLOGIE PHARYNGOLARYNGEE
  3. 3. I) SEMIOLOGIE AURICULAIRE => Symptômes attirant l’attention d’emblée A) Otalgies: symptôme fréquent.
  4. 4. Étiologies: Otalgies symptomatiques d’une atteinte auriculaire: les plus fréquentes Otite externe, Atteinte de l’OM,Tumeur de l’oreille Otalgies à examen otoscopique NL : parotidite , ATM Otalgies réflexes: examen de la région auriculaire NL Examen systématique de CB, pharynx, larynx…
  5. 5. B) Otorrhée écoulement de liquide par l’oreille. uni ou bilatérale. spontanée ou provoquée (bains, piscine). muqueuse, séreuse, purulente( jaunâtre, verdâtre). fétide ou non .
  6. 6. L’otorrhée peut être unilat: D’apparition brutale: au décours d’un épisode fébrile ,à la suite d’un accdt (fract. Rocher, accident de coton tige). Chronique, spontanée ou provoquée (bains en piscine) Le caractère fétide signe la chronicité. Diagnostic différentiel: Sécrétion abondante de cérumen. Otoliquorrhée ou écoulement de LCR
  7. 7. Étiologie : Otite externe ( bactérienne, virale, corps étranger…) Fistule congénitale du conduit. OMA, OMC Aérateur TT Cavité d’évidement
  8. 8. C) Hypoacousie baisse de l’acuité auditive. Savoir différencier une Surdité de Transmission et de perception brutale ou progressive. uni ou bilatérale.
  9. 9. Diagnostic positif • Interrogatoire ATCD otologique:infectieux(otorrhée,otite, chir. de l’O) ou familiaux (hérédité) L’age et l’environnement (presbyacousie, bruit) Mode d’apparition: brutal(accdt, surdité brusque, prise d’ototoxiques, méningite)
  10. 10. Signes associés : Vertige Acouphène Otoscopie Acoumétrie: a la voix aux diapasons Audiométrie Exploration objectives : impédencemétrie, PEA
  11. 11. Diagnostic étiologique Chez l’enfant: Surdités prénatales: S. génétiques: SP Embryopathies et fœtopathies Surdités néonatales: anoxie et l’ictère sont les deux facteurs de risque les + fqts Surdités postnatales: causes infectieuses et toxiques
  12. 12. Chez l’adulte: CAE: bouchon, corps étranger, otite ext. OM: OMA, OMC, tum
  13. 13. D) Otorragies c’est l’issue de sang par le CAE. spontanée ou provoquée (nettoyage, accdt…).
  14. 14. E) Acouphènes : Bourdonnements d’oreille Perception de bruits dans les oreilles. BO objectif: si perçus par l’examinateur ( pulsatiles, rythmés par le pouls) BO subjectif: les plus frqt , perçus par le patient uniquement. Tout BO unilat. impose un bilan.
  15. 15. F) Vertiges: ( vertere = tourner) Sensation erronée de déplacement des objets autour de soi, ou de déplacement de soi même dans l’espace.
  16. 16. Rotatoire le plus caractéristique( rotation HZ ou verticale) Impression d’ébriété à la marche, de chute ou de déviation. Vertige de position: qlq sec après changt de position
  17. 17. Apparition: brutale progressive Précédés de prodromes (BO, surdité…) Céphalées ou signes neurologiques évoque une pathologie neurologique Signes accomp. N/V ( vomissements, paleurs, sueurs) Signes auriculaires Circonstances déclenchantes ( accdt, rotation)
  18. 18. DC différentiel: Hypotension orthostatique Lipothymie Hypoglycémie Paralysie oculaire
  19. 19. Examen clinique: Auriculaire Paires crâniennes Ex neurologique Examen vestibulaire: Signes vestibulaires spontanées : nystagmus, Romberg,marche aveugle, déviation des index
  20. 20. Syndrome vestibulaire périphérique: lésion des récepteurs ou du nerf vestibulaire Vertiges rotatoires et signes NV intenses Troubles importants de l’équilibration Nystagmus horizontorotatoire hypo ou inexcitabilité unilatérale aux épreuves instrumentales Concordance entre S. CLIN et M. instrumentales S.V. harmonieux
  21. 21. Syndrome vestibulaire central: Lésion des Nx vestibulaires ou des connexions centrales Vertiges discrets Troubles de l’équilibration multidirectionnels Nystagmus unidirectionnel + svt HZ Épreuves instrumentales le + svt normales S.V. dysharmonieux
  22. 22. G) PFP: VII : long trajet dans le rocher et parotide. Toute PFP impose un examen ORL CPC OMC POST TM Processus tumoral intrapetreux P.F. isolée
  23. 23. Examen clinique: A l’étage supérieur: Effacement des rides du front Élargissement de la fente palpébrale Impossibilité de fermer l’œil Signe de Charles Bell
  24. 24. A l’étage inférieur: Effacement du pli naso-génien Chute de la commissure labiale le malade ne peut ni sourire, ni gonfler la joue, ni siffler. Gêne de l’alimentation et de l’articulation Signe du peaucier de Babinski
  25. 25. DC différentielle: PF centrale: Paralysie prédomine sur le territoire inférieur Dissociation automaticovolentaire Signes neurologiques associés
  26. 26. ⇒ Examen otologique systématique: - Au cours d’une méningite, à pneumocoque, cause? - Enfant présentant un retard de langage ou trouble du comportement.
  27. 27. II) Sémiologie nasosinusienne => Symptômes attirant d’emblée l’attention sur les FN, les sinus et le cavum .
  28. 28. • a) l’obstruction nasale • Difficulté respiratoire nasale uni ou bilat. • Récente ou ancienne, perm. Ou intermittente
  29. 29. b) Rhinorrhée écoulement uni ou bilat. S’évacuant par voie ant narinaire ou post pharyngée.
  30. 30. - R. purulente unilat. corps étranger (enfant), tum nasale ou sinusienne sinusite (dentaire). - R. bilat. Rhinite. - R. cérébro-spinale post trauma. Ou spontanée (déhiscence lame criblée).
  31. 31. c) Épistaxis : une épistaxis est un écoulement sanglant extériorisé par le nez. DC # : hématémèse. hémoptysie.
  32. 32. d) Douleurs cranio-faciales: Toutes affections aiguës des FN et des sinus. sinusites: - maxillaires dlr s/orbitr - frontale dlr sus orbitr - sphénoïdale dlr rétroorbitr
  33. 33. e) Troubles olfactifs - l’anosmie: perte totale de l’odorat. - l’hyposmie : diminution de l’odorat. circonstances de survenue: accdt, rhume, opération EX: recherche d’une cause nasale inflammation(allergie, rhume), infection( rhinite, sinusite), tumeur, polypose Si le trouble est réversible s/vasocct atte periph
  34. 34. Si ex endonasal normal: cause centrale? TDM et IRM de l’étage ant centrées sur le lobe frontal, les bandelettes olfactives et le lobe temporal.
  35. 35. ⇒ Symptômes trompeurs: de retentissement - ST liée à un trouble tubaire - pharyngite et laryngite chronique - troubles dyspeptiques
  36. 36. III) SEMIOLOGIE PHARYNGOLARYNGEE 1) DYSPHONIE La dysphonie est une modification de la voix portant sur son timbre ou sur son intensité.L’aphonie est l’absence totale de l’émission de la voix.
  37. 37. Voix bitonale : changement de la tonalité de la voix ,s’observant dans les paralysies recurrentielles. Voix voilée : c’est un voile qui modifie la voix au cours des laryngites. Voix rugueuse : c’est un enrouement de la voix s’observant dans les cancers du larynx.
  38. 38. Les dysphonies organiques ex : cancer du larynx , laryngite … Les dysphonies dysfonctionnelles : qui correspondent à une utilisation incorrecte de l’appareil vocal mais le trouble fonctionnel peut aboutir à des désordres organiques
  39. 39. Laryngite Granulome post intubation
  40. 40. leucoplasie cancer
  41. 41. polype
  42. 42. 2) DYSPNEE La dyspnée laryngée : bradypnée inspiratoire Le cornage bruit rauque obstacle glotto-sous- glottique. Le stridor bruit aigu obstacle glotto-sus-glottique Dyspnée pharyngée inspiratoire et expiratoire stase salivaire
  43. 43. 3) Dysphagie Dysphagie : difficulté à avaler ou gêne lors de la déglutition. Odynophagie : dysphagie douloureuse. Aphagie :impossibilité totale d’avaler une alimentation liquide ou solide.
  44. 44. 4) Algies bucco pharyngés : toutes douleur localisée et précise doit faire rechercher une cause organique.
  45. 45. 5) Paresthésies pharyngées Elles se présentent comme une gêne à la déglutition de la salive, avec impression de corps étranger, de localisation imprécise, entraînant un état d’anxiété.
  46. 46. 6) Le ronflement Est un bruit involontaire émis durant le sommeil provoquer par la vibration des tissus mous des voies aériennes supérieures principalement l’oropharynx. Il est du à une hypertrophie des tissus mous ainsi qu’a l’hypotonie musculaire vélo pharyngés
  47. 47. ⇒ Examen pharyngolaryngé systématique: - devant une une ADP cervicale aiguë ou chronique. - au cours de tout syndrome fébrile inexpliqué.
  48. 48. Sémiologie des glandes salivaires Coliques salivaires Hernie salivaire
  49. 49. IV) INTERROGATOIRE Doit préciser : L’age du patient ; Les antécédents : Personnels ( médicaux et chirurgicaux) Familiaux Le mode de vie :consommation de tabac , d’alcool, profession (forçage vocal), Le mode d’évolution de la symptomatologie : le mode d’installation ( rapide, brutal, progressif, intermittent), la durée d’évolution ; Les signes généraux : amaigrissement, altération de l’état général , fièvre.
  50. 50. V) EXAMEN CLINIQUE 1) INSPECTION à la recherche : de dysmorphie de paralysie faciale périphérique. d’une cicatrice d’intervention chirurgicale, d’une tuméfaction d’une fistule.
  51. 51. 2) palpation: De la mastoïde. Des points sinusiens. Des aires ganglionnaires Du boitié laryngé apprécier la mobilité et les crépitations laryngé. De la glande thyroïde. Des glandes salivaires (parotides et sous mandibulaire)
  52. 52. 3) otoscopie:
  53. 53. 4) Examen sous microscope
  54. 54. 5) Rhinoscopie antérieure
  55. 55. 6) Rhinoscopie postérieure
  56. 56. 7) EXAMEN DE LA CAVITE BUCCALE Hygiène buccodentaire Langue : état de la muqueuse , sa mobilité . Plancher buccal . Examen des amygdales palatines et des piliers.
  57. 57. 8) Laryngoscopie indirecte
  58. 58. 9) Nasofibroscopie
  59. 59. 10) LARYNGOSCOPIE DIRECTE EN SUSPENSION Sous AG Permet d’examiner tous les étages du larynx , l’hypopharynx et la bouche oesophagienne On peut utiliser le microscope opératoire Biopsie de toute lésion suspecte Pan endoscopie
  60. 60. 10) Imageries
  61. 61. • Merci de votre attention

×